CIFRE, pour quel avenir professionnel? 25 ans des conventions CIFRE, 7 décembre 2006, Paris, Collège de France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CIFRE, pour quel avenir professionnel? 25 ans des conventions CIFRE, 7 décembre 2006, Paris, Collège de France"

Transcription

1 Table ronde 2 : CIFRE : quelle perception par le secteur académique? Bruno ROUGIER, France Info Le thème suivant a pour titre : «CIFRE : quelle perception par le secteur académique?» Pour ce débat, nous accueillons, Vice- Président Recherche à la Conférence des Présidents d Universités et Président de l Université Louis Pasteur de Strasbourg, Benoît LEGAIT, Directeur de l Ecole des Mines de Paris, Mauro GAIO, professeur au Laboratoire informatique de l Université de Pau et des Pays de l Adour, ancien CIFRE de 1989, Georges STAMON, professeur au Laboratoire des systèmes intelligents de perception à l Université René Descartes, Bernard MICHON, Vice-Président de l Université Marc Bloch de Strasbourg, et Philippe FREYCHAT, Directeur de la Recherche chez Décathlon. Il est vrai que le statut de doctorant est souvent perçu comme ambigu, mi-étudiant et miprofessionnel. Il semble qu il y ait une véritable différentiation sur l avenir des doctorants selon le mode de financement des thèses. Certains vont même jusqu à dire que, lorsque dans le public on voit arriver une demande émanant d un CIFRE, cette demande atterrirait sous la pile des dossiers de candidature, considérée peut-être comme une thèse au rabais. Je joue ici la provocation. Une chose certaine est que depuis vingt-cinq ans de CIFRE, seulement 10 % d entre eux rejoignent une université ou des organismes publics. Quand vous voyez arriver une thèse CIFRE, la considérez-vous au même niveau qu une thèse universitaire? J ai entendu certains intervenants dire qu une convention CIFRE doit prendre en compte une demande industrielle et la traduire en un sujet de thèse. Je crois que la bonne question est à ce niveau précis. Nous ne considérons pas a priori les CIFRE et les possibilités de thèse comme un autre type de thèse. Ayant dirigé longtemps un institut dans le domaine de la physique et chimie des matériaux, j ai été confronté à cette difficulté. Nous avons constaté que la thèse produite n était pas forcément conforme aux standards d une thèse tels que les exigences d une école doctorale les imposeraient aujourd hui. J ai apprécié, dans la table ronde précédente, une intervention qui évoquait le fait que les CIFRE intéressaient aussi les PME et PMI. J ai également été confronté à la difficulté d une CIFRE associant une entreprise de taille moyenne n ayant pas de potentiel de recherche réel. Il a été très laborieux de la conduire jusqu au bout. J ai, bien sûr, d autres exemples s inscrivant 1

2 en faux. Mais je ne confirmerai pas que l on place ce type de financement en dessous de la pile. Benoît LEGAIT Il ne s agit pas d un dossier arrivant dans une pile : une thèse CIFRE est le résultat du dialogue entre une entreprise et un établissement d enseignement supérieur. Ce dialogue porte bien évidemment sur le sujet avec, d une part, une préoccupation industrielle et, d autre part, pour le laboratoire, le souhait de développer des axes scientifiques. C est un peu la rencontre entre ces deux visions qui fait naître un sujet de thèse. Pour ce qui concerne le recrutement du docteur en CIFRE, il existe de nombreux cas de figure. On retrouve naturellement le cas où la grande entreprise essaie de recruter en direct. Par exemple, à l École des Mines de Paris, nous disposons de procédures de recrutement des doctorants, par le site web, par les masters de recherche en partenariat avec les universités ou encore par les écoles d ingénieurs partenaires. Au final, nous trouvons trois ou quatre candidats de valeur pour un poste. De manière générale, l entreprise recherche elle aussi un candidat. Il faut donc que le candidat convienne au laboratoire et à l entreprise. L image du dossier en dessous ou au-dessus de la pile me paraît assez éloignée de la réalité du terrain. Parlons du financement. En quoi les thèses CIFRE se différencient-elles des autres thèses? Bernard MICHON Je pense que l on doit garder l hypothèse d une possible différence. En effet, des stratégies peuvent se développer dans les laboratoires en pensant qu il existe des applications à trouver avec un certain nombre d entreprises, par rapport à des sujets qui seraient plus nobles sur le plan académique. Ceci constitue pour moi un cas particulier. Votre image de dossiers sous la pile est provocatrice et ne renvoie à aucune réalité. Par exemple, j ai signé une convention CIFRE quand j étais directeur de laboratoire en Je l ai effectuée avec un grand groupe international, et j avais un contrat de recherche en cours pour mon laboratoire en même temps. Un doctorant est venu me voir, désirant travailler en entreprise et, au fil des discussions, on a pu construire son projet de thèse. Aujourd hui ce docteur est directeur d une partie du groupe. Par cet exemple, je veux montrer que c est toute l histoire du laboratoire qui peut conduire à un échange. On n est pas à la recherche d un financement pour une thèse parce qu on a un bon sujet, pas plus qu une entreprise n est à la recherche d un thésard parce qu elle a un besoin cadré pour dix-huit ou vingt-quatre mois. C est plus complexe, et il est préférable de poser le problème en termes de politique d entreprise et de politique de laboratoire. Seulement 10 % des CIFRE rejoignent les universités ou les organismes publics. Quelle insertion professionnelle voyez-vous pour les CIFRE dans le secteur public? Mauro GAIO J ai eu une convention CIFRE en 1989 et, à la fin de ma thèse, je me suis posé la question de savoir si j allais rejoindre le secteur privé ou non. Les choses ont fait que je suis resté dans un établissement public, sans pour autant avoir vu de portes se fermer. J ai pu devenir directeur de laboratoire. Je suis peut-être minoritaire, mais c est sûrement parce que les offres faites par 2

3 les entreprises à la sortie de la thèse sont sans commune mesure avec les offres faites par les établissements publics. Une thèse CIFRE n est pas une thèse différente dans son contenu, dès lors qu elle doit répondre à une exigence de qualité en matière de recherche. Toutes les possibilités sont ouvertes pour un CIFRE, et en particulier la possibilité de s orienter vers la recherche publique. Par la suite, ce sont des choix personnels. Pour ma part, j ai obtenu une bourse d une industrie verrière pour préparer un doctorat ingénieur et j ai fait le choix après ma thèse d entrer au CNRS et de rester finalement au sein de l Université. Je pense que ces 10 % représentent beaucoup de collègues ayant des responsabilités importantes au sein de nos établissements. Benoît LEGAIT Il me semble que les jeunes CIFRE sont a priori intéressés par les partenariats avec le monde industriel. S ils sont plus nombreux à rejoindre l entreprise que ceux qui font une thèse «classique», cela tient en partie à leur motivation à venir dans le monde économique. Cependant, ce sont des thèses de même nature, qui passent aussi devant un jury académique. À l Ecole des Mines de Paris, nous recrutons parfois pour nos postes d enseignants chercheurs permanents des jeunes qui ont passé une thèse en CIFRE. Georges STAMON J ai dirigé de nombreuses thèses dans ma carrière de professeur, en majorité en France, mais aussi aux Etats-Unis, au Canada et en Suisse. J ai dirigé une quinzaine de CIFRE. Je peux confirmer que les CIFRE sont très appréciés dans l industrie. Le fait qu un candidat souhaite une convention CIFRE démontre effectivement sa motivation industrielle. Je travaille aussi souvent avec l Université de Californie qui accueille beaucoup de CIFRE français, qui y sont très appréciés. Ce savant dosage entre théorie et application correspond davantage au modèle nord-américain. Certains de ces mêmes CIFRE ont créé des entreprises très prospères actuellement. C est une réussite, pas uniquement sur le plan local et national, mais aussi sur le plan international. Philippe FREYCHAT, vous travaillez chez Décathlon. Vous y êtes arrivé vendeur en job d été, et vous vous êtes dit qu il y avait quelque chose à y faire au niveau de la recherche. Derrière votre convention CIFRE s est créé un véritable département recherche chez Décathlon. Philippe FREYCHAT En effet, il s agit d une entreprise que j ai découverte dans le cadre d un job d été. En 1990, cette société amorçait un virage pour passer de distributeur à industriel de matériel de sport. J ai alors voulu tenter l aventure. La convention CIFRE a été l élément déclencheur qui a permis à Décathlon de relever le challenge et de se doter d un centre de recherche rivalisant avec les plus grands dans ce secteur, comme Nike ou Adidas. Ainsi, nous avons une quarantaine de chercheurs, dont une vingtaine sont des chercheurs à temps plein. Nous aurons dix thésards CIFRE en 2007, et nous avons un volant constant d une dizaine de masters, de stagiaires ou de CDD. J ai souvent la chance d être invité dans des jurys de thèses que nous avons accompagnées en CIFRE. Je voudrais témoigner du fait que ces thèses CIFRE ne passent pas sous la pile. Au contraire, je perçois plutôt une fierté de la plupart des laboratoires qui peuvent dire qu ils 3

4 travaillent avec une entreprise prestigieuse. Toutefois, j entends beaucoup de thésards se plaignant de ne pas avoir assez d encadrement et de disponibilité de leurs directeurs de thèse. Sans trahir le secret du jury, j entends régulièrement qu il n est pas nécessaire de donner une mention à un étudiant qui n en aura pas besoin pour la suite de sa carrière. On donnerait plutôt la mention à ceux qui resteront dans le sérail. Après, on doit récupérer une certaine frustration des gens qui ont fait une thèse aboutissant à des brevets ou des succès commerciaux, et qui n ont pas la mention attendue. Comment réagissez-vous à cet ostracisme? Je ne pense pas qu il existe un réel ostracisme, surtout pas lié au fait que le doctorant CIFRE n aurait pas vocation à rester dans le système académique. Je m inscris en faux sur ce point. À l université LOUIS PASTEUR, nous avons supprimé les mentions, comme dans un certain nombre d universités en France. Il ne peut donc y avoir d ostracisme de ce point de vue. Georges STAMON 30 % des universités gardent encore le système des mentions, dont PARIS V. Un des critères d appréciation d une thèse et de la mention qui en résulte, c est le nombre de publications. Or, parfois, dans le cadre des CIFRE, on ne peut pas tout publier pour des raisons industrielles et stratégiques. Je peux témoigner d avoir entendu ce type de réflexions au sein des jurys. Benoît LEGAIT Au sujet de l encadrement, tout dépend de la façon dont la convention CIFRE a été bâtie et de la répartition du temps passé par l étudiant dans le laboratoire et l entreprise. Le suivi du laboratoire n est donc pas toujours le même. D autre part, des formations d accompagnement complémentaires sont prévues dans le cadre des écoles doctorales, que ce soit dans le domaine scientifique concerné ou pour préparer à la gestion de projet, à l innovation ou à la connaissance de l entreprise. Celles-ci sont tout autant nécessaires pour un doctorant CIFRE. Au niveau de la reconnaissance académique par les jurys, il s agit d un problème général dans les sciences de l ingénieur. Celles-ci font par nature appel à différentes disciplines. Par exemple, les matériaux recouvrent à la fois de la mécanique, de la physicochimie, de la tribologie et de la modélisation numérique. Quand on rassemble un jury, chaque professeur est soucieux des progrès dans sa discipline. Ainsi, l évaluation du travail de thèse interdisciplinaire 4

5 peut parfois en pâtir. Le problème de l évaluation me semble plus lié aux sciences de l ingénieur qu à la nature CIFRE de la thèse. Justement, du point de vue de la Conférence des grandes écoles, quel intérêt voyezvous à passer une thèse pour un ingénieur? Benoît LEGAIT C est une formation complémentaire très intéressante par rapport à la formation d ingénieur seule. La formation par la thèse est une démarche tout à fait différente. Au cours du travail de thèse, il s agit de faire avancer la science, avec des exigences académiques. En appui du socle que constitue le travail de thèse, il y a des compléments importants pour un ingénieur. Par exemple, le fait de savoir bien écrire un article scientifique, ou encore parler dans un colloque international. Bernard MICHON, quel est votre regard sur les jeunes thésards en sciences humaines? Bernard MICHON À l époque où j ai signé ma première convention CIFRE, je me sentais un peu seul dans ce cas de figure pour les sciences humaines. Si j ai un plaidoyer à faire, c est celui de la reconnaissance des sciences sociales comme champ de savoir. Le plus souvent, les sciences sociales se sont construites et les entreprises ont ignoré leurs possibilités de compétences à très haut niveau. Il y a ici un retard français, en particulier par rapport à l Allemagne ou l Angleterre. En France, on a encore du mal à comprendre qu il s agit de vraies sciences, et non pas d un discours littéraire. Il existe pourtant une logique de production de la connaissance scientifique qui s y applique. L université française doit rendre cela plus lisible pour le monde de l entreprise. Par exemple, une PME de soixante salariés m a proposé une convention CIFRE et m a avoué qu elle ignorait comment elle pourrait se développer sans notre aide. L ingénieur de cette entreprise, avec qui nous avons travaillé, nous a dit avoir beaucoup appris. Tout s est passé comme si nous avions gagné nos galons en travaillant avec cette entreprise. C est un exemple qui montre à quel point il existe un problème d information et de connaissance de ce domaine. Philippe FREYCHAT Je souscris aux propos de Monsieur MICHON. On peut de moins en moins assimiler l innovation uniquement à l amélioration technologique, car cela consiste aussi à détecter les nouveaux ressorts du marché. Est-ce que DÉCATHLON utilise les sciences humaines pour essayer de dégager les nouvelles tendances du marché? Philippe FREYCHAT L un de nos dix thésards est dans ce cas. Il a été thésard à l Université de Strasbourg d ailleurs, et a été rattaché au service marketing. Son métier est effectivement de trouver des méthodes pour scruter le marché et nous aider à mieux détecter les tendances. 5

6 À partir du moment où les jeunes qui font des conventions CIFRE sont passés par le crible de l ANRT, cela ne vous donne-t-il pas une garantie de qualité de ces jeunes? Encore faudrait-il que nous nous interrogions sur la qualité. Nous savons que les candidats CIFRE sont des candidats solides, qui pourraient prétendre à d autres formes de financement. En revanche, il reste la question de la reconnaissance de la thèse au même titre que celles qui sont conduites dans le cadre d une allocation de recherche. La question des possibilités de publication, pour certaines communautés, peut être un critère déterminant, mais ne devrait pas être un critère qualitatif. Georges STAMON Il existe une sorte de filtrage sémantique. Le fait que le candidat se présente sous le montage appelé CIFRE, avec ses composantes de discussion, est un signe de qualité. La qualité augmente encore depuis quelques années avec les écoles doctorales et l introduction de formation comme «création des entreprises». Aux Etats-Unis, il existe des cours appelés «service théorie et pratiques», qui sont très suivis dans l université californienne. Cette formation commence à arriver en France avec les écoles doctorales, où je déplore d ailleurs le manque de moyens. Il existe également des cours de rédaction des articles. Il nous faut aussi introduire massivement l utilisation de l anglais. Bernard MICHON Tout le monde attend beaucoup des écoles doctorales, et l on dit poliment qu elles n ont pas assez de moyens. En fait, elles n ont pas les moyens du tout : on leur permet de survivre, mais pas de construire et de développer une politique. Un texte paru cet été visait à modifier ou à préciser certains éléments, mais ce texte est muet concernant ce que pourront faire les écoles doctorales. On nous demande de remédier à la situation et de faire ce que l on n a jamais su faire, c est-à-dire financer la formation à la recherche. Je fais partie d une école doctorale où nous partageons l expérience scientifique avec des collègues de toute l Europe. Quand on a payé quelques déplacements, il ne reste quasiment plus de moyens et l on doit attendre l année suivante pour entreprendre une autre action. Les moyens, ce n est pas simplement dans le cadre du contrat quadriennal de développement qu il faut les envisager, ce sont des moyens en termes généraux qu il faut définir. Il faut parler des écoles doctorales en termes de surface, de postes et de crédits : finançons-les non pas comme on finance simplement une structure, mais finançons aussi leurs missions. Le moment est venu de passer aux questions de la salle. Monsieur MICHON, vous avez une alliée dans le domaine des sciences humaines en la personne de Caroline FOURRIER, qui est CIFRE. Caroline FOURRIER, Doctorante CIFRE, GROUPE VAUBAN Je travaille en droit de la Santé, sur le contrôle médical en tant qu instrument de régulation, sous la direction du Président de l Etablissement Français du Sang, qui est rattaché à l Université de LILLE II. Mon groupe partenaire, le groupe VAUBAN, est un groupe de protection sociale complémentaire que j ai intégré en tant que juriste pour encadrer et monter un service médical. Je viens de terminer mes trois ans de convention CIFRE. L aspect positif que j en retire est d avoir pu découvrir le monde de l entreprise. J ai pris, en quelque sorte, les 6

7 responsabilités de chef de projet sans réellement le vouloir, car il s agissait d un projet embryonnaire. J ai aussi découvert des sources de droit que je n aurais pu découvrir qu au sein d une entreprise. J ai fait valoir d autres qualités professionnelles comme l organisation, le montage d un projet et le fait de travailler avec d autres compétences que des juristes. J ai connu quelques difficultés pour trouver ma place dans l entreprise, où je suis la seule convention CIFRE. On m a donc attribué tous les postes : organisatrice, juriste, stagiaire. Au bout de trois ans, je suis reconnue en tant qu expert dans mon domaine. Effectivement le monde des sciences humaines et sociales est très méconnu au niveau du statut de doctorant en entreprise. On a du mal à projeter sur le long terme ce que peut produire un doctorant en droit par exemple. Sur mon projet de service médical, nous avons gagné de l argent, mais je pense que je vais devoir me porter toute seule quant à mon avenir dans cette entreprise. Un autre problème réside dans la durée de trois ans de financement, pour un critère d entrée de cinq ans de thèse. Cela a donc été difficile de rester dans l entreprise aux conditions CIFRE. De la salle, Paul ACKER, Directeur du Centre de Recherche, GROUPE LAFARGE Le centre de recherche dans lequel je travaille représente 220 personnes en France. Le groupe LAFARGE est un groupe international, et nous avons un gros besoin d internationalisation de la recherche pour deux raisons. La première est qu un certain nombre de nos travaux de R&D débouche sur de nouveaux produits et des innovations. Nous avons besoin de développer ces innovations dans des unités qui ne se trouvent pas nécessairement en France, car ces innovations marchent souvent mieux dans d autres pays. Le fait que la majorité de nos recherches soient encore françaises peut être un handicap de ce point de vue. La deuxième raison pour laquelle nous avons besoin d ouvrir notre recherche est que nous nous appuyons sur un réseau universitaire scientifique international. J observe, notamment au niveau des thèses, de plus en plus de coopérations non pas bilatérales mais triangulaires, où deux universités sont associées. J ai même le sentiment que, en tant qu industriels impliqués dans la R&D, nous jouons un peu le rôle de chef d orchestre dans cette coopération internationale riche. Nous avons aussi entre quinze et vingt doctorants, dont une majorité de CIFRE dont nous sommes très contents. Mais les CIFRE demeurent très français. J ai été jury dans un certain nombre de thèses, en France et à l étranger, et je constate que l on n observe pas le même niveau de rigueur. Le problème n est pas spécifique aux CIFRE. Je pense toutefois que les CIFRE souffrent d un manque de rigueur dans le processus de validation de la thèse. Aujourd hui, je ne pense pas qu on puisse dire que les CIFRE souffrent d un manque de rigueur du système français avec l encadrement de l accréditation des écoles doctorales, de la labellisation des unités de recherche sur lesquelles elles vont s appuyer, et avec ce que les universités ont mis en place pour attester qu une thèse est soutenue. Il existe nécessairement des marges de progression, en France comme ailleurs. Mais il faut bien mesurer les politiques constantes des ministères dans le cadre de la contractualisation des établissements, des laboratoires et des écoles doctorales. Il y avait sûrement une situation plus contrastée auparavant, car la rigueur qui accompagne la labellisation des unités de recherche n était pas la même. Aujourd hui, cette situation est largement dépassée. 7

8 Benoît LEGAIT Nous avons incontestablement des progrès à faire. A l École des Mines de Paris, nous avons l ambition de faire du doctorat un diplôme phare, au même titre que la formation d ingénieur. Cette ambition, qui a été formalisée dans notre plan stratégique, suppose des procédures nouvelles de recrutement, de suivi, de formations, et de suivi post-diplôme. Nous nous inspirons du modèle anglo-saxon. En termes de procédure de suivi par exemple, nous voulons des rendez-vous annuels avec les doctorants, avec une présentation obligatoire devant le personnel scientifique et devant les collègues doctorants de l école, afin de dialoguer sur le contenu de la thèse. Tout cela avec des exigences croissantes dans le temps. Ainsi, à la fin de la première année, on demande au doctorant d avoir défini un programme de travail. D ores et déjà, nous voyons 10 % des doctorants ne pas franchir cette étape. En fin de deuxième année, nous vérifions les projets de publications et les premiers résultats, afin qu à la troisième année, le projet soit complètement ficelé. Cette ambition est partagée avec les réseaux dans lesquels nous sommes, le groupe des Ecoles des Mines et PARIS TECH. PARIS TECH va d ailleurs lancer un programme de formation doctorale complémentaire assez ambitieux. Il va demander le soutien des entreprises pour financer l accompagnement en formation de ces doctorants que nous voulons d excellence. Il s agit de formation en connaissance de l entreprise, en gestion de projet et en gestion de la technologie. 8

9 De la salle, un docteur de l Université PARIS IV Je suis docteur de l université de la SORBONNE, PARIS IV. J ai réalisé un système de recherche d informations et j ai déposé les travaux de ma thèse. Je suis également auteur d une dizaine d articles internationaux. Je pense avoir fait ce que vous appelez une thèse «classique». Je voudrais savoir quelle est la différence entre une thèse dite «classique» et une thèse CIFRE. Actuellement, ni mon ancien laboratoire de recherche ni l université PARIS IV n acceptent de valoriser ce travail au niveau académique. D après vous, le problème viendrait d une différenciation trop marquée entre thèse classique et thèse CIFRE : dès lors que l on serait engagé sur l une ou l autre, certaines portes se fermeraient. Si tel était le cas, je le déplorerais. Ce que l on observe, en sciences exactes, c est que l industrie recrute aussi bien des docteurs ayant soutenu une thèse classique que des docteurs CIFRE. J ajoute que les docteurs ayant bénéficié d un financement comme la convention CIFRE peuvent faire le choix d entrer dans le dispositif de recherche académique, même si c est en faible proportion. Qu en est-il des sciences humaines? Bernard MICHON C est un peu plus compliqué. Le problème qui a été soulevé ici est réel : il existe des sujets de thèse excellents qui n ont aucune prise sur les espaces économiques de notre société. Il est difficile de les valoriser en termes économiques, alors qu ils sont très intéressants en termes de savoir scientifique. Je disais tout à l heure que le système CIFRE peut constituer une jonction entre une politique de laboratoire et une politique d entreprise. Dans mon laboratoire, je n accepte des sujets en sciences humaines et sociales que lorsque j ai la possibilité d avoir une prise dans la société, et pas simplement dans la perspective d une carrière universitaire. Parfois, mais cela n arrive que tous les dix ans, je permets à un individu brillant de faire une thèse qui n a pas d application immédiate ; il peut ainsi envisager une carrière dans les grands organismes classiques et devenir une sorte de fonctionnaire de la recherche. Mais c est très rare. La plupart du temps, notre responsabilité consiste à savoir quel est l avenir socio-économique d un sujet de thèse. Pour ce qui me concerne, professionnel de l enseignement et de la recherche, payé pour former scientifiquement des gens, je peux me permettre d avoir des curiosités sans prise directe avec le monde réel. Dans le domaine du savoir, cela est utile, voire indispensable. Il existe une logique de production qui fait que nous, universitaires, par curiosité intellectuelle, nous allons trouver un sujet excellent mais sans avenir économique. Philippe FREYCHAT J atteste qu il est plus facile, pour un industriel, de recruter un docteur que l on a préparé dans le cadre d une convention CIFRE, formé depuis trois ans et placé sur un sujet qui possède une vraie prise économique. Cela fait donc appel à la responsabilité des directeurs de thèse laissant partir des étudiants sur des sujets pouvant s avérer être des impasses. J ignore ce qui est fait pour éviter cela. 9

10 De la salle Mustapha NADI, professeur, Université NANCY 1 J ai dirigé un laboratoire pendant dix ans, et je retiens des CIFRE que c est un dispositif qui fonctionne. Sa caractéristique qui m intéresse le plus est la réactivité du système. Dès lors que l on a rempli le cahier des charges pour une convention CIFRE, que ce soit pour un élève ingénieur ou pour un élève de master d université, on arrive à faire fonctionner ce dispositif assez facilement. Bien évidemment, il reste toujours les problèmes typiquement français de savoir ce qui est mieux entre un ingénieur ou un master. Mais cela ne présente, à mon sens, pas d intérêt. Une question plus importante est la formation des thésards avant la convention CIFRE et pendant la thèse. Je suis étonné de voir que des personnes connaissent très mal le monde universitaire, de la même manière que nous ne devons pas très bien connaître le monde de l entreprise. Je prends l exemple de notre école doctorale en Lorraine, qui regroupe environ trois cents étudiants en thèse. Depuis six ans, nous avons mis en place des formations à la propriété intellectuelle, aux langues vivantes et à la connaissance de l entreprise. Tout n est pas parfait, certes, mais les étudiants apprécient. Je ne comprends pas pourquoi on dit aujourd hui que ces formations manquent, alors que nos étudiants ne peuvent pas passer une thèse s ils ne valident pas ces modules. Les directeurs d écoles doctorales présents dans la salle le savent bien. Sachez, pour ceux qui ne connaissent pas l université, que cela fait des années que nous faisons des efforts dans la formation des étudiants au monde de l entreprise. Je rejoins d ailleurs les remarques qui ont été faites sur les moyens. Quand je dirigeais un laboratoire en électronique d une trentaine de personnes, à Nancy, nous ne faisions aucune différence entre le thésard venant d une entreprise et celui venant de l université. Je ne peux pas laisser dire qu une thèse est une formalité même si le jour de la soutenance en est une. Il y a toute une validation de la soutenance qui est faite en amont. Mais il faut savoir que les laboratoires sont évalués en fonction du nombre de thèses qu ils font passer. Une thèse qui ne se termine pas, c est un échec qui compte dans cette évaluation. Donc, lorsque l on a la possibilité de faire fonctionner une CIFRE, tout directeur de laboratoire s en félicite, malgré les remarques sur le financement et l accompagnement. En Lorraine, qui est une région relativement pauvre, lorsque l on décroche une CIFRE et que l on a un contrat d accompagnement avec une entreprise, la région peut abonder en termes financiers. Il y a peut-être ici quelque chose à développer pour l ANRT en ce qui concerne le maillage avec les régions. De la salle, Martine PRETCEILLE, Directrice de l ABG L Association Bernard Grégory s occupe depuis maintenant vingt-cinq ans d améliorer l insertion professionnelle des docteurs de toutes les disciplines, y compris de sciences humaines et sociales, dans le monde économique. Pour cela, nous avons deux outils : d une part, une CVthèque de docteurs aidés et accompagnés pour la mise en ligne de leurs CV ; d autre part, des offres d emploi et tout un accompagnement au niveau de la formation doctorale pour préparer à cette insertion professionnelle. Actuellement nous avons deux outils reconnus par le monde économique : les doctoriales et le nouveau chapitre de la thèse. Nous sommes en train de développer d autres outils avec les écoles doctorales et le monde économique. Bien entendu, l association ne se substitue pas aux actions des écoles doctorales, mais elle les accompagne afin d améliorer le processus. Il existe donc des actions déjà mises en place. Elles ne sont peut-être pas assez connues et nécessitent développement et soutien. L Association Bernard Grégory est soutenue par le Ministère de la Recherche, le Ministère des Affaires étrangères, le CEA et le CNRS. Nous attendons bien sûr un soutien plus fort du monde économique. 10

11 De la salle, Jean-Marie GARCIA, QOS DESIGN Je suis chercheur au CNRS et fondateur d une start-up. Je viens donc un peu des deux mondes en question. Selon moi, les CIFRE fonctionnent parfaitement, c est une aide simple à monter, et je tiens à féliciter ce système. Pour une start-up, c est une manière de fonder un département de R&D qui n existe pas encore. Pour les grands groupes, cela permet sans doute de s alimenter en futurs chercheurs. C est une procédure essentielle lors de la création, ou du moins pour toute société basée sur l innovation. Le problème autour duquel nous débattons est plutôt celui des doctorats en France. Il faut savoir qu il existe toute sorte de PhD américains, des bons et des mauvais. Pour parler de mon expérience post-doctorale américaine, je dirai que le plus impressionnant est d avoir vu les plus grosses entreprises venir s arracher les étudiants pendant qu ils faisaient leur thèse, avec des négociations de salaires très élevés, ce qui ne se voit pas en France. Il nous faut des moyens conséquents pour ces grandes universités, afin d avoir les meilleurs professeurs et les meilleurs chercheurs. Il faut aussi que les industriels aident davantage la recherche et son financement. De la salle, Alexandre BOCQUILLON, Doctorant CIFRE, EADS On a vu une réforme pour le LMD, avec un texte pour le «L», un texte pour le «M». Mais qu advient-il du «D»? Quel texte encadre le doctorant, notamment au niveau européen? S agissant des textes, un arrêté sur la formation doctorale est sorti l été dernier. Il rappelle précisément ce que sont les missions des écoles doctorales et la nécessité de les organiser autour d unités reconnues. Il est également précis sur la notion d accompagnement du doctorant et sur le suivi de l insertion professionnelle. Ce texte énonce très bien ce qu est une formation doctorale dans le cadre du dispositif LMD. Les écoles doctorales voient leur mission recentrée sur la formation doctorale, alors qu antérieurement, elles prenaient en compte l année de DEA. Cela renforce la représentation et la lisibilité de la formation doctorale en France. De la salle, Hélène GROS, Directrice Régionale Aquitaine, INPI Je suis une ancienne CIFRE, et mon parcours est sans doute atypique. J ai signé une convention CIFRE avec VETROTEX SAINT-GOBAIN et un laboratoire de l INSA de Lyon. J ai passé ma thèse et, en 1991, j ai débuté en tant qu examinatrice des demandes de brevets dans le domaine des céramiques, qui était ma spécialité. Depuis deux ans, je suis directrice régionale INPI Aquitaine. Ceci pour vous montrer qu une thèse CIFRE ne mène pas systématiquement à la recherche. Je n ai pas pour autant quitté le monde de l innovation, puisqu au contraire, je me situe à l interface. Cette expérience est toujours très utile, car je fais au quotidien la promotion de la propriété industrielle : je rencontre des entreprises innovantes et des laboratoires, je travaille avec des cellules de valorisation du CNRS ou des universités, et j interviens dans des écoles doctorales où je sensibilise les étudiants à ces questions. Mon parcours me permet de mieux comprendre les questions et les inquiétudes que peuvent avoir les chercheurs, notamment sur les problématiques de publication. 11

12 De la salle, Clarisse ANGELIER, adjointe au Directeur de la Recherche, CNAM J ai été CIFRE de 1989 à Il reste cependant beaucoup de travail à faire. En effet, l on rencontre de nombreuses PME qui n ont pas encore atteint un certain degré de maturité et qui hésitent à embaucher des CIFRE. On rencontre aussi des laboratoires de recherche qui hésitent également, car la recherche partenariale ne trouve pas toujours la reconnaissance au sein des équipes de recherche. Georges STAMON Avant de conclure, je voudrais rendre hommage à Catherine BEC et à Philippe GAUTIER, ainsi qu aux équipes qui travaillent autour d eux. Pour ce qui concerne les pistes d améliorations des CIFRE, on peut penser à allonger leur durée, ainsi qu à intégrer les formations post-doctorales dans le montage CIFRE. 12

Section des formations et des diplômes. Rapport d évaluation de l Ecole doctorale 251 «Sciences de l environnement» Université d Aix-Marseille III

Section des formations et des diplômes. Rapport d évaluation de l Ecole doctorale 251 «Sciences de l environnement» Université d Aix-Marseille III Section des formations et des diplômes Rapport d évaluation de l Ecole doctorale 251 «Sciences de l environnement» Université d Aix-Marseille III Contexte général L Ecole doctorale n 251 «Sciences de l

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management public de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE

chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE 8 Chapitre 1 L engouement pour les formations en management, au sein des écoles

Plus en détail

Ouverture 2 Bertrand HEBERT, Directeur général adjoint de l'apec. Présentation de l étude 3

Ouverture 2 Bertrand HEBERT, Directeur général adjoint de l'apec. Présentation de l étude 3 Sommaire Ouverture 2 Bertrand HEBERT, Directeur général adjoint de l'apec Présentation de l étude 3 Jean-Marie Blanc, Directeur des Relations institutionnelles et partenariats de l'apec Pierre Lamblin,

Plus en détail

La rentrée de 2013 est marquée par la préparation du plan quinquennal (2014-

La rentrée de 2013 est marquée par la préparation du plan quinquennal (2014- N 2 / octobre 2012 ÉDITO L ambition d Érasme : des études doctorales conformes aux normes internationales Dominique Plihon, directeur d Érasme La rentrée de 2013 est marquée par la préparation du plan

Plus en détail

Compte rendu. Réunion du CREA du mercredi 6 juin 2012. Salle : V210

Compte rendu. Réunion du CREA du mercredi 6 juin 2012. Salle : V210 Compte rendu Réunion du CREA du mercredi 6 juin 2012 Salle : V210 Présents : Christine Berthin, Martine Sekali, Anne-Marie Paquet-Deyris, Anny Crunelle, Julie Loison- Charles, Ross Charnock, Caroline Rolland-Diamond,

Plus en détail

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Aimé Diaka Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

L association française des docteurs

L association française des docteurs L association française des docteurs Promouvoir le doctorat Les docteurs constituent des ressources rares et précieuses pour les économies et les sociétés du XXIème siècle, de sorte que les pays pleinement

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF L IDEX DE TOULOUSE EN BREF Pourquoi des Initiatives D EXcellence (IDEX)? Depuis 18 mois, les universités, les grandes écoles et les organismes de recherche ont travaillé ensemble pour répondre à l appel

Plus en détail

Master Santé publique

Master Santé publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Santé publique Université Toulouse III- Paul Sabatier- UPS (déposant) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Le doctorat, passeport pour l international

Le doctorat, passeport pour l international Le doctorat, passeport pour l international Catherine Gayda, ABG Hippo thèse 28 février 2014 catherine.gayda@abg.intelliagence.fr/ Tel : 01 42 74 27 51 Les missions d ABG Fondée en 1980, l ABG rapproche

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5

Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5 Critères des commissions interdisciplinaires du du Comité national mandat 2012-2016 Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5 2 CID 50 Gestion de la recherche La CID

Plus en détail

PLM PRODUCT LIFECYCLE MANAGEMENT MASTÈRE SPÉCIALISÉ

PLM PRODUCT LIFECYCLE MANAGEMENT MASTÈRE SPÉCIALISÉ INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUÉES DE LYON PLM MASTÈRE SPÉCIALISÉ FORMATION PRODUCT LIFECYCLE MANAGEMENT SYSTEMES D INFORMATION ET STRATEGIES POUR MAÎTRISER LE CYCLE DE VIE DES PRODUITS INDUSTRIELS

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

PARTENARIATS ENTREPRISES

PARTENARIATS ENTREPRISES PARTENARIATS ENTREPRISES Votre entreprise au cœur de l IÉSEG RENCONTRER LES ÉTUDIANTS ET LES DIPLÔMÉS DE L IÉSEG L IÉSEG accompagne ses étudiants dans le développement de leur projet professionnel et dans

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

MANAGER L OPTIMISATION DES FLUX ET DES RÉSEAUX

MANAGER L OPTIMISATION DES FLUX ET DES RÉSEAUX MANAGER L OPTIMISATION DES FLUX ET DES RÉSEAUX Mastère Spécialisé en MANAGEMENT GLOBAL des ACHATS et de la SUPPLY CHAIN www.audencia.com Préface Une année pour faire la différence sur le plan professionnel,

Plus en détail

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité?

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? 1 L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? Prof. Gérard CLIQUET Président de la CIDEGEF IGR-IAE, Université de Rennes 1, FRANCE L année

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : GERME - EA 4112 (LSMRC) de l'université de Lille 2

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : GERME - EA 4112 (LSMRC) de l'université de Lille 2 Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : GERME - EA 4112 (LSMRC) de l'université de Lille 2 Octobre 2008 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche

Plus en détail

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Colloque International, Liège - 22, 23 et 24 octobre 2014 La professionnalisation

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Finance et banque de l Université Lille 2 Droit et santé Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique Un peu d histoire Cette formation qui existe depuis une quinzaine d années est devenue un master

Plus en détail

Les cotutelles internationales de thèse

Les cotutelles internationales de thèse Les cotutelles internationales de thèse Période de travail et de création, le Doctorat offre une réelle expérience professionnelle au jeune chercheur. Le doctorant est formé pour la recherche et par la

Plus en détail

Rapport d'évaluation. de l'université Lille 3. Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185

Rapport d'évaluation. de l'université Lille 3. Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185 de l'université Lille 3 Juin 2009 Section des Unités

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Infectiologie : microbiologie, virologie, immunologie de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

Mastère Spécialisé. Marketing, Design et Création. www.audencia.com

Mastère Spécialisé. Marketing, Design et Création. www.audencia.com Mastère Spécialisé Marketing, Design et Création www.audencia.com Une année pour faire la différence sur le plan professionnel, tel est l enjeu d un mastère spécialisé. Vous êtes actuellement en cycle

Plus en détail

L histoire économique, sociale et des techniques

L histoire économique, sociale et des techniques Département d histoire 2, rue du facteur Cheval 91000 Evry, France L histoire économique, sociale et des techniques pour les entreprises Octobre 2007 Votre contact : Alain Pichon alain.pichon@univ-evry.fr

Plus en détail

Les bourses de thèse

Les bourses de thèse Les bourses de thèse Certains d entre vous se souviennent des galères rencontrées, lorsqu en DEA, on recherche une bourse de thèse. Alors, nous avons décidé de vous faire un petit récapitulatif des bourses,

Plus en détail

F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans.

F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans. F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans.fr/ et ne peuvent en aucun cas suffire. Ce sont uniquement des compléments

Plus en détail

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Est. 1978 Rencontre avec un Entrepreneur Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Rencontre avec P. De La Chevasnerie, fondateur de Souscritoo Philippe De La Chevasnerie, 25ans,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Mécanique énergie procédes produits de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

DROIT ECONOMIE - GESTION. DROIT PUBLIC DROIT DES RESSOURCES HUMAINES DES FONCTIONS PUBLIQUES (DRH Fonctions Publiques)

DROIT ECONOMIE - GESTION. DROIT PUBLIC DROIT DES RESSOURCES HUMAINES DES FONCTIONS PUBLIQUES (DRH Fonctions Publiques) 202-206 0Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Spécialité : Volume horaire étudiant : DROIT ECONOMIE - GESTION DROIT PUBLIC DROIT DES RESSOURCES HUMAINES DES FONIONS PUBLIQUES (DRH Fonctions Publiques)

Plus en détail

Tenu les 21 et 22 mai 2008 à l Observatoire de la Côte d Azur. compte-rendu du séminaire "Enseignement et SPU" des 21 et 22 mai derniers

Tenu les 21 et 22 mai 2008 à l Observatoire de la Côte d Azur. compte-rendu du séminaire Enseignement et SPU des 21 et 22 mai derniers Tenu les 21 et 22 mai 2008 à l Observatoire de la Côte d Azur 1 Le séminaire a réuni entre 30 et 35 participants pendant les deux jours Il s est déroulé à peu près suivant le programme prévu 2 1 ère matinée

Plus en détail

Le règlement intérieur du Centre d Etudes Doctorales (CED) de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l Université Hassan II de Casablanca

Le règlement intérieur du Centre d Etudes Doctorales (CED) de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l Université Hassan II de Casablanca Le règlement intérieur du Centre d Etudes Doctorales (CED) de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l Université Hassan II de Casablanca 1. Dispositions communes : Article 1: Identification

Plus en détail

INVESTISSEMENTS D AVENIR

INVESTISSEMENTS D AVENIR INVESTISSEMENTS D AVENIR LABORATOIRES D EXCELLENCE (LABEX) SYNTHESE DU SUIVI 2012 Compte-rendu scientifique Relevé de dépenses Indicateurs Mai 2013 SYNTHESE DU SUIVI D ACTION LABEX (Années 2011 et 2012)

Plus en détail

L éthique dans les relations commerciales. Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012. Bonjour tout le monde,

L éthique dans les relations commerciales. Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012. Bonjour tout le monde, L éthique dans les relations commerciales Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012 Bonjour tout le monde, Aujourd hui j ai l intention de vous expliquer ce qui m a amenée à réfléchir sur

Plus en détail

Congrès CGE - Paris 2010 7 et 8 Octobre 2010

Congrès CGE - Paris 2010 7 et 8 Octobre 2010 Congrès CGE - Paris 2010 7 et 8 Octobre 2010 Atelier 6 : Alain STORCK, Directeur de l INSA de Lyon Quels étudiants étrangers dans nos programmes de doctorat et quelle attractivité pour les chercheurs étrangers?

Plus en détail

destiné à: - faciliter la constitution des groupes - mieux vous connaître

destiné à: - faciliter la constitution des groupes - mieux vous connaître DOCTORIALES franco-belges 20112 QUESTIONNAIRE DE PRE-EVALUATION destiné à: - faciliter la constitution des groupes - mieux vous connaître L accès au questionnaire se fera en vous identifiant sur le site

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut Droit et Santé (IDS) de l'université de Paris 5

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut Droit et Santé (IDS) de l'université de Paris 5 Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Institut Droit et Santé (IDS) de l'université de Paris 5 Mars 2009 Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation de l école doctorale de l Ecole Polytechnique

Section des Formations et des diplômes. Evaluation de l école doctorale de l Ecole Polytechnique Section des Formations et des diplômes Evaluation de l école doctorale de l Ecole Polytechnique juillet 2009 2 Section des Formations et des diplômes Évaluation de l école doctorale de l'ecole Polytechnique

Plus en détail

Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE. Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005. La Fondation d entreprise EADS

Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE. Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005. La Fondation d entreprise EADS Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005 La Fondation d entreprise EADS La fondation d entreprise créée par EADS est conçue comme une

Plus en détail

Programme. Avenir. Lyon Saint-Etienne. palse.universite-lyon.fr

Programme. Avenir. Lyon Saint-Etienne. palse.universite-lyon.fr Programme Avenir Lyon Saint-Etienne palse.universite-lyon.fr Qu est-ce que le PALSE? Le Programme Avenir Lyon Saint-Etienne (PALSE) est un programme porté par l Université de Lyon dans le cadre du programme

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Anthony, ingénieur d études diplômé d un Master Réseaux, application documentaire, ingénierie et sécurité Les métiers de l Informatique Le domaine Sciences, Technologies, Santé

Plus en détail

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire)

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire) Un BTS ou un DUT, une prépa ou une université, ou bien une école spécialisée? Choisir son orientation après le bac n'est pas toujours facile. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons quelques

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

L appel d offres «Equipes labellisées FRM 2016 présélection 2015» sera diffusé en avril 2015. Critères généraux concernant les aides individuelles

L appel d offres «Equipes labellisées FRM 2016 présélection 2015» sera diffusé en avril 2015. Critères généraux concernant les aides individuelles PROGRAMME 2015 ESPOIRS DE LA RECHERCHE Le programme Espoirs de la recherche de la Fondation pour la Recherche Médicale soutient des projets de recherche dans tous les domaines de la biologie et de la santé.

Plus en détail

Plan Etudiants Pour l Innovation, le Transfert, l Entrepreneuriat (PEPITE) dans l Enseignement Supérieur

Plan Etudiants Pour l Innovation, le Transfert, l Entrepreneuriat (PEPITE) dans l Enseignement Supérieur Plan Etudiants Pour l Innovation, le Transfert, l Entrepreneuriat (PEPITE) dans l Enseignement Supérieur Jean-Pierre Boissin Mission nationale (MENESR/MEIN/CDC) Président Académie de l Entrepreneuriat

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013 Document de synthèse Service de la planification et de la performance, 2 mai 2013 1 Table ronde : Besoins futurs de la société et débouchés

Plus en détail

Comment SE PRÉPARER. à la validation des acquis de son expérience

Comment SE PRÉPARER. à la validation des acquis de son expérience GUIDE POUR AGIR Comment SE PRÉPARER à la validation des acquis de son expérience JE BÂTIS MON PROJET PROFESSIONNEL Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi se préparer à la validation des acquis

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Droit privé. Université Bordeaux. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Droit privé. Université Bordeaux. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit privé Université Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président En vertu

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Le Crédit d Impôt Recherche (CIR) La Jeune Entreprise innovante (JEI) La bourse CIFRE

Le Crédit d Impôt Recherche (CIR) La Jeune Entreprise innovante (JEI) La bourse CIFRE MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE Le Crédit d Impôt Recherche (CIR) La Jeune Entreprise innovante (JEI) La bourse CIFRE Petits déjeuners thématiques de

Plus en détail

guide du doctorat discipline architecture

guide du doctorat discipline architecture 2015 2016 guide du doctorat discipline architecture Sommaire Présentation de l école doctorale "Ville, Transports et Territoires" de la COMUE Université de Paris-Est... 1 Parcours doctoral...2 La procédure

Plus en détail

Université Paris-Dauphine

Université Paris-Dauphine Université Paris-Dauphine MBA Management Risques et Contrôle Responsabilité et management des performances L Université Paris-Dauphine est un établissement public d enseignement supérieur et de recherche,

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Mars 2009 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Les diplômes. Les diplômes de l enseignement supérieur français bénéficient de la garantie de l État. À savoir

Les diplômes. Les diplômes de l enseignement supérieur français bénéficient de la garantie de l État. À savoir Les diplômes Les diplômes de l enseignement supérieur français bénéficient de la garantie de l État. GRADES Universités LE SYSTÈME L M D Les diplômes de l enseignement supérieur français sont structurés

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Modélisation et décision dans le risque de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Présentation de l échantillon

Présentation de l échantillon Cette année, rien ne va plus pour la filière AES! Après une baisse de 5,4% d inscrits pour l année 2013-2014 par rapport à l année passée, la licence pluridisciplinaire par excellence souffle ses 40 bougies

Plus en détail

Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation

Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation Mastère Spécialisé Économie circulaire : les outils de l Écologie industrielle et de l Éco-conception Bac +6 Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation

Plus en détail

15 ÈME SÉMINAIRE AVRIL 2012 INSCRIPTIONS DU 03 AU 06 À LA CRÉATION D ENTREPRISES SENSIBILISATION DOCTORANTS POST-DOC MASTERS PERSONNELS DE LABORATOIRE

15 ÈME SÉMINAIRE AVRIL 2012 INSCRIPTIONS DU 03 AU 06 À LA CRÉATION D ENTREPRISES SENSIBILISATION DOCTORANTS POST-DOC MASTERS PERSONNELS DE LABORATOIRE 15 ÈME SÉMINAIRE DU 03 AU 06 AVRIL 2012 INSCRIPTIONS SENSIBILISATION À LA CRÉATION D ENTREPRISES DOCTORANTS POST-DOC MASTERS PERSONNELS DE LABORATOIRE A destination de l ensemble des doctorants (séminaire

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Les métiers de la Physique Le domaine Sciences, Technologies, Santé Alexis, chargé de recherche diplômé d un Master Physique du rayonnement et de la matière et d un Doctorat en

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Centre du droit de l entreprise, EA 3397 de l'université Strasbourg 3 avril 2008 Section des Unités de recherche Rapport

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Expertise, audit et conseil

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Expertise, audit et conseil www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Expertise, audit et conseil Un peu d histoire Depuis 1988 à l université Bordeaux 3, la spécialité Communication des organisations

Plus en détail

Master Management international

Master Management international Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management international Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

DROIT-ECONOMIE-GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT ADMINISTRATION DES ENTREPRISES

DROIT-ECONOMIE-GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Niveau : MASTER année Domaine : Mention : DROIT-ECONOMIE-GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT M Spécialité: ADMINISTRATION DES ENTREPRISES 120 ECTS Volume horaire étudiant : 362 h 90 h h h h h cours magistraux

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management des activités hôtelières de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

GUIDE MASTER 2. Radiothérapie-Oncologie

GUIDE MASTER 2. Radiothérapie-Oncologie GUIDE MASTER 2 Radiothérapie-Oncologie Master 2 (M2) : carte d identité -Niveau requis : Bac + 5 -Durée : Un an -S inscrit dans le cadre de la réforme dite LMD (Licence Master Doctorat) Remplace le DEA

Plus en détail

Sandra. «Un huissier de justice, c est un chef d entreprise» Huissière de justice (Actihuis) INFO PLUS A CONSULTER

Sandra. «Un huissier de justice, c est un chef d entreprise» Huissière de justice (Actihuis) INFO PLUS A CONSULTER Sandra Huissière de justice (Actihuis) «Je ne savais pas ce que je voulais faire. Enfin si, je savais que je ne voulais pas faire de Droit car j en avais une image trop rigide. Après mon Bac ES (ex B),

Plus en détail

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 INSTITUT DE FORMATION SUPERIEURE DES CADRES DIRIGEANTS RESEAU DE CHERCHEURS DE L INSTITUT DE FORMATION SUPERIEUR DES CADRES DIRIGEANTS APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 La Fédération des Etablissements

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication Un peu d histoire Depuis 1988 à l université Bordeaux 3, la spécialité Communication des

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

Master 2 Professionnel Transports Urbains et Régionaux de Personnes

Master 2 Professionnel Transports Urbains et Régionaux de Personnes Master 2 Professionnel Transports Urbains et Régionaux de Personnes Bilan de l enquête carrière 2015 Le Master TURP, ancien DESS créé en 1992, est l une des rares formations spécialisées dans le domaine

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

LES METIERS DE LA SIMULATION EN ASTROPHYSIQUE

LES METIERS DE LA SIMULATION EN ASTROPHYSIQUE LES METIERS DE LA SIMULATION EN ASTROPHYSIQUE La simulation numérique subit une double évolution, à laquelle notre discipline doit s adapter : elle se professionnalise et elle se dissémine : - Dissémination

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand :

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand : TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de subvention à la découverte du CRSNG Narration : Pour obtenir des fonds de recherche dans un milieu concurrentiel, vous devez présenter vos idées

Plus en détail

ENSEIGNEMENTS ET SÉMINAIRES

ENSEIGNEMENTS ET SÉMINAIRES CHAIRE ESSEC-AVENTIS ÉTHIQUE & BIOTECHNOLOGIES Dans un marché comme celui du médicament où les clients sont d abord des patients, les biotechnologies sont appelées à répondre à un double défi, à la fois

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr IAE La Rochelle Ecole universitaire de management iae.univ-larochelle.fr L EDITO Thierry Poulain-Rehm Directeur de l IAE La Rochelle Vincent Taveau Président du conseil de l IAE La Rochelle Avec un environnement

Plus en détail

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008 Année 2007/2008 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER RECHERCHE Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS DES SCIENCES Spécialité Histoire et Philosophie des Sciences Unités de Formation et de

Plus en détail

Charte des Thèses. Préambule

Charte des Thèses. Préambule Charte des Thèses Préambule Le cycle du doctorat est organisé au sein des centres d'études doctorales accrédités dans les établissements de l'université Moulay Ismaïl conformément à la loi 01-00 et aux

Plus en détail