Part du crédit renouvelable dans l encours total de crédit à la consommation des établissements de crédit spécialisés

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Part du crédit renouvelable dans l encours total de crédit à la consommation des établissements de crédit spécialisés"

Transcription

1 12. ILLUSTRATIONS La part du crédit renouvelable dans l encours total des établissements de crédit spécialisés Part du crédit renouvelable dans l encours total de crédit à la consommation des établissements de crédit spécialisés (en pourcentage du total de l encours total de crédits à la consommation ASF) 45% 35% 25% 15% 10% Sources : ASF, calculs Asterès L ancienneté des comptes ouverts à fin 2007 Comptes ouverts à fin 2007 par ancienneté 100% 90% 80% 70% 60% 10% 0% Moins d'1 an Entre 1 an et moins de 2 ans Entre 2 ans et moins de 3 ans Entre 3 ans et moins de 5 ans Entre 5 ans et moins de 10 ans Il y a au moins 10 ans Source : Analyses Athling Management (IR = 82 %) Commentaires Ce graphique tient compte des fermetures de comptes de crédit renouvelable consécutives à l application de la loi Chatel suite à trois années d inactivité. Étude réalisée par Athling Management pour le Comité consultatif du secteur financier 81

2 12.3. Les taux d ouverture en 2007 par type d établissement de crédit Répartition des taux d ouverture en 2007 par décile de revenu pour les banques et pour les établissements de crédit spécialisés 80% 70% 60% % 0% déc. 1 déc. 2 déc. 3 déc. 4 déc. 5 déc. 6 déc. 7 déc. 8 déc. 9 cent. 95 cent. >95 Étude réalisée pour le compte du Comité consultatif du secteur financier Source : Analyses Athling Management (IR = 71 %) 82 Étude réalisée par Athling Management pour le Comité consultatif du secteur financier

3 12.4. Les demandes d ouvertures de compte de crédit renouvelable et ouvertures effectives de comptes de crédit renouvelable en 2007 Répartition des demandes d ouvertures de compte de crédit renouvelable en nombre par canal d entrée en contact (base 100) Lieu de vente 38,7 Courrier + Téléphone 28,7 Agence bancaire 13,6 Internet 15,9 Partenaires financiers 1,9 Autres 1,3 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % NB : Le cumul des pourcentages est supérieur à 100 % du fait d arrondis du logiciel utilisé. Source : Analyses Athling Management (IR = 76 %) Répartition des ouvertures de compte de crédit renouvelable en nombre par canal d entrée en contact (base 100) Lieu de vente 53,7 Courrier + Téléphone 23,4 Agence bancaire 14,0 Internet 3,8 Partenaires financiers 1,2 Autres 3,9 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % Source : Analyses Athling Management (IR = 88 %) Commentaires Les sociétés de la distribution au sens large sont le premier canal d ouverture de comptes de crédit renouvelable. Plus d une ouverture sur deux est réalisée dans un magasin. L agence bancaire regroupe uniquement l activité des banques et représente 14 % des ouvertures en 2007, ce qui correspond au poids des banques sur ce marché. Étude réalisée par Athling Management pour le Comité consultatif du secteur financier 83

4 12.5. Les taux d ouverture de comptes de crédit renouvelable en 2007 par canal d entrée en contact Taux d ouverture de comptes de crédit renouvelable par canal d entrée en contact par rapport aux demandes d ouvertures de compte de crédit renouvelable Lieu de vente 76,9 Courrier + Téléphone 46,0 Agence bancaire 62,3 Internet 12,0 + Assureurs 39,6 Autres 67,8 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % 70 % 80 % Source : Analyses Athling Management (IR = 71 %) Commentaires Le taux d ouverture représente le ratio entre les ouvertures effectives de comptes de crédit renouvelable et les demandes formulées. Les refus 35 et les demandes sans suite 36 ont été préalablement retirés. Ces taux sont globalement élevés par rapport à ceux que l on rencontre pour d autres formes de crédit aux particuliers (exemple, crédit immobilier). Le taux d ouverture moyen est de 55 %. Plus de trois demandes d ouverture de compte de crédit renouvelable sur quatre sont concrétisées sur le lieu de vente. Ce taux est très élevé en valeur absolue et le plus élevé tous canaux confondus, ce qui justifie une vigilance accrue sur les méthodes de vente de crédit renouvelable dans les magasins. En agence, ce sont plus de six demandes sur dix qui débouchent sur un crédit renouvelable. Ce chiffre s explique par une sollicitation ciblée des banques. De fait, les taux de refus sont en général plus faibles (16 %). Une demande d ouverture sur deux est transformée via les médias courrier et téléphone. Le canal Internet est en retrait. Le taux d ouverture est un des plus faibles (12 %). La clientèle Internet est plus jeune, plus risquée et plus volatile Les refus correspondent à des demandes d ouverture de compte de crédit renouvelable non acceptées par le prêteur. Les «sans suite» correspondent à des demandes d ouverture de compte de crédit renouvelable acceptées par le prêteur pour lesquels le consommateur n a pas donné de suite positive. 84 Étude réalisée par Athling Management pour le Comité consultatif du secteur financier

5 12.6. L importance du crédit pour quatre secteurs d activité de la distribution Chiffres d affaires pour quatre secteurs d activité de la distribution financés par le crédit à la consommation VPC 40 Distribution spécialisée 25 Grands magasins 10 Hypermarchés 5,0 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % Source : Analyses Athling Management Commentaires Ces chiffres ont été établis : à partir d entretiens avec des dirigeants d enseignes de la distribution (VPC, grands magasins, distribution spécialisée) et des prêteurs (hypermarchés), de données transmises par les prêteurs (distribution spécialisée), de simulations réalisées par Athling Management et revues par les dirigeants concernés (distribution spécialisée, hypermarchés). Ils correspondent à la part de chiffre d affaires financée par le crédit renouvelable pour la VPC, les grands magasins, les magasins spécialisés et les hypermarchés. Il n a pas été possible pour ces derniers de distinguer la part liée à la Hifi / Vidéo / Télévision de celle liée à l alimentaire. Selon les dirigeants interviewés, la part de l alimentaire serait peu significative. Concernant la distribution spécialisée, le pourcentage de chiffre d affaires des enseignes purement lié au crédit renouvelable est compris entre 10 % et 12 %. Étude réalisée par Athling Management pour le Comité consultatif du secteur financier 85

6 12.7. Les liens capitalistiques des établissements de crédit spécialisés (1/2) Actionnariat des principaux établissements de crédit spécialisés en 2007 Établissements de crédit spécialisés Généralistes Actionnaire majoritaire Autres actionnaires Cetelem BNP Paribas (100 %) Disponis Franfinance (51 %) Franfinance Société Générale (100 %) Finaref Crédit Agricole (100 %) GE Money Bank General Electric (100 %) Médiatis LaSer Cofinoga (91,5 %) Monabanq. 3 Suisses International (66 %) Cetelem (34 %) Natixis Financement Natixis Consumer Finance (67 %) détenu par les groupes populaires et Caisses d épargne Cetelem (33 %) Sofinco Crédit agricole (100 %) Sogefinancement Société générale (80 %) Franfinance (20 %) Distributeurs à dominante alimentaire Banque Accord Auchan (100 %) Banque Casino Casino (60 %) LaSer Cofinoga (40 %) S2P Carrefour Carrefour (60 %) Cetelem (40 %) Distributeurs spécialisés Alsolia Décathlon (64 %) Sofinco (36 %) Crealfi Sofinco (51 %) Castorama (49 %) Facet Cetelem (99,7 %) Conforama (0,3 %) Fidem Cetelem (51 %) But (49 %) Menafinance Darty (50 %) + Sofinco (50 %) Norrsken Cetelem (51 %) Ikea (49 %) Vente par correspondance C2C Cofidis S.A. (66 %) Camif (34 %) Cofidis S.A. 3 Suisses International (85 %) Cetelem (15 %) Compagnie De Gestion des Prêts Constructeurs Automobile Quelle (50 %) + LaSer Cofinoga (50 %) Crédipar PSA (100 %) Diac Renault (100 %) Source : Rapports annuels 86 Étude réalisée par Athling Management pour le Comité consultatif du secteur financier

7 12.8. Les liens capitalistiques des établissements de crédit spécialisés (2/2) Cartographie des établissements de crédit spécialisés et de leurs participations à fin 2007 Diac 100 % RCI Banque Credipar 100 % PSA Banque Banque Accord 100 % Groupe Auchan GE Money Bank Sorefi Somafi S2P 60 % Carrefour + 40 % Cetelem Franfinance 100 % Société Générale 51 % > Disponis 49 % > Compagnie financière de Bourbon Banque Casino 60 % Groupe Casino + 40 % Laser Cofinoga Sogefinancement 80 % Société Générale + 20 % Franfinance Quelle 50 % > Arkea + Fédérations CM 83 % > GDF + Société Foncière Immobilière GDF 55 % > Médiatis < 91,5 % Soficarte< 100% Cie de Gestion et de Prêts(CGDP) < 50 % Financo < 17 % Netvalor < 100 % Banque Solfea < 45 % Sygma Banque < 100 % Laser Cofinoga 50 % Cetelem + 50 % Galeries Lafayette Établissements de crédit spécialisés leaders sur le marché du crédit renouvelable Sofinco 100% Crédit Agricole Finaref 100 % Crédit Agricole 50 % > Ménafinance 51 % > Crealfi 100 % > Sedef 34 % > Alsolia 100 % > Credit Lift < 50 % Darty < 49 % Castorama < 66 % Décathlon Conforama 0,3 % > BUT 49 % > IKEA 49 % > Saint Gobain Distribution 49 % > Trigano 49 % > Facet < 90,7% 99,7% Fidem < 51% Norskenn Finance < 51% Projeo < 51% Loisirs Finance < 51% Crédit Moderne Antilles < 100% Credit Moderne Océan Indien < 98% Credit Moderne Guyane < 100% Cetelem 100 % BNP Paribas Monabanq. 66 % 3SI + 34 % Cetelem Cofidis S.A 85 % 3SI + 15 % Cetelem 66 % > C2C Camif 50 % > Crefidis < 34 % Camif < 50 % Crédit Mutuel du Nord Natixis Financement 67 % Natixis Consumer Finance + 33 % Cetelem Source : Rapports annuels Commentaires Cette cartographie reprend les participations en France des établissements de crédit spécialisés. Elle met en évidence l émergence de cinq grands pôles sur le marché du crédit à la consommation : le groupe BNP Paribas (en vert), le groupe Crédit agricole (en bleu), le groupe Société générale (en rouge), le groupe 3 Suisses International (en jaune) et un groupe de établissements de crédit spécialisés adossés à une entreprise de la distribution ou à un groupe industriel (Banque Accord, Diac, Credipar, GE Money Bank). Étude réalisée par Athling Management pour le Comité consultatif du secteur financier 87

8 12.9. Le poids des demandes d ouvertures et des ouvertures par décile de revenu Poids de chaque décile de revenu dans le nombre total de demandes d ouverture et d ouvertures de compte de crédit renouvelable (chiffres 2007 pour les demandes d ouvertures) déc. 1 déc. 2 déc. 3 déc. 4 déc. 5 déc. 6 déc. 7 déc. 8 déc. 9 cent. 95 cent. >95 Source : Analyses Athling Management (IR = 71 %) (chiffres 2007 pour les ouvertures) déc. 1 déc. 2 déc. 3 déc. 4 déc. 5 déc. 6 déc. 7 déc. 8 déc. 9 cent. 95 cent. >95 Source : Analyses Athling Management (IR = 78 %) 88 Étude réalisée par Athling Management pour le Comité consultatif du secteur financier

9 Commentaires Les déciles sont une répartition des salariés selon le salaire en dix parties égales. Le décile 1 représente les 10 % des salariés du secteur privé et semipublic qui ont les salaires les plus faibles. Le poids de chaque décile est égal au rapport entre le nombre de demandes (ou d ouvertures) de compte de crédit renouvelable du décile et 10 % du nombre total de demandes. Pour faciliter la lecture, nous avons ensuite converti ces résultats en base 100 en les multipliant par 10. La surreprésentation d un décile est constatée lorsque le poids du décile dépasse le chiffre 100. À titre d exemple, le nombre de demandes d ouvertures du décile 2 pour les banques est deux fois supérieur au poids des salariés en nombre (200 au lieu de 100). La surreprésentation des déciles 2 / 3 / 4 est très marquée pour les demandes d ouverture. À l inverse, les déciles à partir du sixième sont sous-représentés. Les écarts s amenuisent pour les ouvertures de compte de crédit renouvelable dénotant une sélection selon le niveau de revenu. Le crédit renouvelable est surtout ciblé par les classes populaires. Notons que les consommateurs avec les plus faibles revenus sont très attirés par le crédit renouvelable, mais peu sont finalement éligibles Les plafonds accordés en 2007 par tranche de montant Plafonds accordés en 2007 par tranche de montant jusqu'à , , ,5 12 8,4 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % Source : Analyses Athling Management (IR = 92 %) Étude réalisée par Athling Management pour le Comité consultatif du secteur financier 89

10 Les plafonds accordés en 2007 par tranche de montant et par décile de revenu Répartition des plafonds accordés par tranche de montant et par décile de revenu (chiffres 2007 en pourcentage pour les établissements de crédit spécialisés) 100% 90% 80% 70% 60% plus de de 3000 à % de 1525 à moins de % déc. 1 déc. 2 déc. 3 déc. 4 déc. 5 déc. 6 déc. 7 déc. 8 déc. 9 cent. 95 cent. >95 Source : Analyses Athling Management (IR = 67 %) (chiffres 2007 en pourcentage pour les banques) 100% 90% 80% 70% 60% plus de 6000 de 3000 à 5999 de 1525 à 2999 moins de % % déc. 1 déc. 2 déc. 3 déc. 4 déc. 5 déc. 6 déc. 7 déc. 8 déc. 9 cent. 95 cent. >95 Source : Analyses Athling Management (IR = 75 %) 90 Étude réalisée par Athling Management pour le Comité consultatif du secteur financier

11 Les plafonds moyens accordés en 2007 par décile de revenu disponible et par type d établissement Plafond moyen accordé en 2007 par décile de revenu disponible et par type d établissement (chiffres 2007) déc. 1 déc. 2 déc. 3 déc. 4 déc. 5 déc. 6 déc. 7 déc. 8 déc. 9 cent. 95 cent. >95 Source : Analyses Athling Management (IR = 53 %) Commentaires Les plafonds augmentent avec les déciles de revenu disponible. Cette différenciation est plus marquée pour les banques. Le facteur multiplicateur entre le niveau le plus bas et le plus élevé est de 4,14 pour les banques et de 1,62 pour les établissements de crédit spécialisés. Étude réalisée par Athling Management pour le Comité consultatif du secteur financier 91

12 L ensemble des tirages par tranche de montant en 2007 Répartition de l ensemble des tirages (ou utilisations) en 2007 par tranche de montant 100% 90% 80% 70% 60% 10% et plus de 3000 à 5999 de 1525 à 2999 de 1000 à 1524 de 500 à 999 de 250 à 499 moins de 250 0% Source : Analyses Athling Management (IR = 41 %) 92 Étude réalisée par Athling Management pour le Comité consultatif du secteur financier

13 Les premiers tirages en 2007 par tranche de montant Répartition des premiers tirages (ou utilisations) en 2007 par tranche de montant 100% 90% 80% 70% 60% 10% 0% et plus de 3000 à 5999 de 1525 à 2999 de 1000 à 1524 de 500 à 999 de 250 à 499 moins de 250 Source : Analyses Athling Management (IR = 79 %) Les taux d usure Taux de l usure pour les prêts à la consommation applicable au 1 er juillet 2008 (en pourcentage) Type de prêt Taux Prêts inférieurs ou égaux à euros 20,76 Découverts, prêts permanents et ventes à tempérament supérieurs à euros 20,51 Prêts personnels et autres prêts supérieurs à euros 9,68 Source : Banque de France Étude réalisée par Athling Management pour le Comité consultatif du secteur financier 93

14 Les comptes de crédit renouvelable par tranche de taux contractuels Répartition des comptes de crédit renouvelable ouverts en 2007 par tranche de taux contractuel 100% 90% 80% 70% 60% supérieur ou égal à 19% de 16% à 18,99% de 13% à 15,99% de 9% à 12,99% inférieur à 9% 10% 0% et Étude réalisée pour le compte du Comité Consultatif du Secteur Financier (CCSF) Source : Analyses Athling Management (IR = 49 %) Commentaires Près de 90 % des contrats souscrits ont un taux d intérêt contractuel supérieur à 16 %, et 43 % supérieur à 19 %. Ces graphiques doivent être interprétés avec la plus grande précaution. Ils ne donnent pas une vision des taux d intérêt réellement facturés aux emprunteurs. En pratique, ces taux sont nettement plus faibles. 94 Étude réalisée par Athling Management pour le Comité consultatif du secteur financier

15 Les taux d intérêt moyens facturés en 2007 Taux d intérêt moyens facturés en 2007 par décile de revenu et par type d établissement 18% 17% 16% 16,2 16,2 16,1 16,1 16,0 16,0 15,9 15,8 15,6 15,5 15,7 15% 14% 15,6 15,5 15,3 15,0 14,8 14,7 14,6 14,6 14,4 14,2 14,1 13% 12% déc. 1 déc. 2 déc. 3 déc. 4 déc. 5 déc. 6 déc. 7 déc. 8 déc. 9 cent. 95 cent. >95 Source : Analyses Athling Management (IR = 48 %) Commentaires Ce graphique montre que les taux pratiqués sont nettement inférieurs aux taux annoncés et aux taux d usure. Étude réalisée par Athling Management pour le Comité consultatif du secteur financier 95

2. LES CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ FRANÇAIS DU CRÉDIT RENOUVELABLE

2. LES CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ FRANÇAIS DU CRÉDIT RENOUVELABLE 2. LES CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ FRANÇAIS DU CRÉDIT RENOUVELABLE 2.1. Le marché du crédit renouvelable en France 2.1.1. Le crédit à la consommation en France En ce qui concerne la composition de l encours

Plus en détail

4. LES OFFRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT

4. LES OFFRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT 4. LES OFFRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT 4.1. Les offres proposées par les établissements de crédit La comparaison des offres des établissements de crédit en matière de crédit renouvelable est délicate,

Plus en détail

POUR UN DÉVELOPPEMENT RESPONSABLE DU CRÉDIT RENOUVELABLE EN FRANCE

POUR UN DÉVELOPPEMENT RESPONSABLE DU CRÉDIT RENOUVELABLE EN FRANCE POUR UN DÉVELOPPEMENT RESPONSABLE DU CRÉDIT RENOUVELABLE EN FRANCE Rapport réalisé par Athling Management pour le Comité Consultatif du Secteur Financier (CCSF) DÉCEMBRE 2008 Les résultats, les appréciations

Plus en détail

ANNEXES ANNEXE 6 LISTE DES PUBLICATIONS DU COMITÉ CONSULTATIF DU SECTEUR FINANCIER 69

ANNEXES ANNEXE 6 LISTE DES PUBLICATIONS DU COMITÉ CONSULTATIF DU SECTEUR FINANCIER 69 ANNEXES ANNEXE 1 REVUE D UNE ÉTUDE D IMPACT RÉALISÉE EN AVRIL 2009 49 ANNEXE 2 AVERTISSEMENT SUR LES STATISTIQUES ET ACRONYMES 53 ANNEXE 3 ENTITÉS ASSOCIÉES À CETTE ÉTUDE 55 ANNEXE 4 ILLUSTRATIONS 59 ANNEXE

Plus en détail

Rapport sur le crédit renouvelable réalisé par Management pour le Comité consultatif du secteur financier (CCSF)

Rapport sur le crédit renouvelable réalisé par Management pour le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) Rapport sur le crédit renouvelable réalisé par Management pour le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) Dossier de synthèse présenté le 11 décembre 2008 à la demande de Madame Christine LAGARDE,

Plus en détail

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Le crédit à la consommation Passer le cap de 2011 tout en préparant les modèles de demain Une étude de la collection PRECEPTA Consult

Le crédit à la consommation Passer le cap de 2011 tout en préparant les modèles de demain Une étude de la collection PRECEPTA Consult Le crédit à la consommation Passer le cap de 2011 tout en préparant les modèles de demain Une étude de la collection PRECEPTA Consult NOUVEAU : les «Management Highlights» : toutes les idées clés en plus

Plus en détail

FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012)

FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012) FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012) 1 CATÉGORIE : ETUDE D AUDIENCE BALmétrie : LA MESURE D AUDIENCE DU MEDIA COURRIER 1. Introduction Création, en 2011, d un GIE qui réunit les principales parties

Plus en détail

BNP Paribas. Renforcement du Leadership Européen de Cetelem dans le Crédit à la Consommation. 29 mars 2005

BNP Paribas. Renforcement du Leadership Européen de Cetelem dans le Crédit à la Consommation. 29 mars 2005 BNP Paribas Renforcement du Leadership Européen de Cetelem dans le Crédit à la Consommation 29 mars 2005 1 Plan de la présentation Une opportunité unique Cofinoga: un acteur majeur du crédit à la consommation

Plus en détail

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés L empreinte carbone des banques françaises Résultats commentés Le cabinet de conseil Utopies et l association Les Amis de la Terre publient le 22 novembre 2010 l empreinte carbone des groupes bancaires

Plus en détail

Etat des lieux du crédit à la consommation en France

Etat des lieux du crédit à la consommation en France Etat des lieux du crédit à la consommation en France Un marché en cours de mutation? Référence du document : Athling_Crédit à la consommation en France_121018_App.ppt 21 octobre 2012 Page 1 Qui a dit?

Plus en détail

Les acteurs français du crédit à la consommation : maturité ou nouvel élan? Étude - Janvier 2005. Banque et Finances

Les acteurs français du crédit à la consommation : maturité ou nouvel élan? Étude - Janvier 2005. Banque et Finances Les acteurs français du crédit à la consommation : maturité ou nouvel élan? Étude - Janvier 2005 Banque et Finances 1 SOMMAIRE PANORAMA DU MARCHÉ FRANÇAIS CLÉS D'ÉVOLUTION LE MARCHÉ AMÉRICAIN COMME REPÈRE

Plus en détail

Structure du marché Vie & Capi en 2013 selon le mode de distribution -Source : FFSA Autres 3%

Structure du marché Vie & Capi en 2013 selon le mode de distribution -Source : FFSA Autres 3% La place de l assurance chez les bancassureurs Depuis de nombreuses années, on sait que les bancassureurs se sont accaparés plus de 60 % du marché de l assurance vie. Cette part de marché est maintenant

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012 N 15 Juin 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les banques en ligne et les services bancaires

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

Le crédit à la consommation

Le crédit à la consommation Le crédit à la consommation INTRODUCTION Le crédit à la consommation occupe une place croissante dans l économie française. La relative bonne tenue de la consommation des ménages, l âpre concurrence des

Plus en détail

2. Le marché du crédit à la consommation en France

2. Le marché du crédit à la consommation en France 2. Le marché du crédit à la consommation en France 2.1 Les caractéristiques du marché du crédit à la consommation en France 2.1.1 L environnement économique en France 7 L économie française a échappé à

Plus en détail

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013 1 Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires Jeudi 6 juin 2013 2 L assemblée nationale a voté dans la nuit du 5 au 6 juin 2013 en seconde lecture le projet de loi

Plus en détail

Les internautes face aux services financiers

Les internautes face aux services financiers Les internautes face aux services financiers Banque, Finance, Assurance & Crédit en ligne 4 4ème baromètre des comportements multicanaux des internautes pour la gestion, la recherche d information et la

Plus en détail

Communiqué de presse. Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme au capital d Eutelsat Communications

Communiqué de presse. Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme au capital d Eutelsat Communications Communiqué de presse Paris le 21 mars 2016 Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme au capital d Eutelsat Communications Le Fonds Stratégique de Participations (FSP)

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

résultats Groupe Crédit Mutuel Conférence de presse 26 mars 2009

résultats Groupe Crédit Mutuel Conférence de presse 26 mars 2009 résultats Conférence de presse 26 mars 2009 Groupe Crédit Mutuel les chiffres clés 2008 Crédits Capitaux propres part du groupe Ratio Tier one en euros Produit net bancaire Coefficient d exploitation Banque

Plus en détail

Principaux événements de 2015

Principaux événements de 2015 Principaux événements de 2015 City National Corporation Le 2 novembre 2015, nous avons conclu l acquisition de City National Corporation (City National), la société de portefeuille qui détient City National

Plus en détail

ASSOCIATION DES BANQUIERS CANADIENS STATISTIQUES EN BREF 2009

ASSOCIATION DES BANQUIERS CANADIENS STATISTIQUES EN BREF 2009 ASSOCIATION DES BANQUIERS CANADIENS STATISTIQUES EN BREF AU CANADA SEULEMENT (sauf indication contraire) Période (au, sauf indication contraire) Institutions financières incluses Disponibles par province

Plus en détail

Crédits à la consommation : tendances récentes et profil des emprunteurs

Crédits à la consommation : tendances récentes et profil des emprunteurs Crédits à la consommation : tendances récentes et profil des emprunteurs Jérôme COFFINET, Christophe JADEAU Direction de l Ingénierie et de la Maîtrise d ouvrage statistiques Service d Ingénierie et de

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont détendus tout au long de l année 1996, ce mouvement étant particulièrement sensible au premier

Plus en détail

Réinventer le crédit à la consommation Démarches servicielles et innovantes, digitalisation et stratégies de marque

Réinventer le crédit à la consommation Démarches servicielles et innovantes, digitalisation et stratégies de marque y Réinventer le crédit à la consommation Démarches servicielles et innovantes, digitalisation et stratégies de marque Le crédit à la consommation doit être réinventé, car les modèles historiques, focalisés

Plus en détail

Statistiques monétaires et financières à moyen terme

Statistiques monétaires et financières à moyen terme Le microcrédit en France et en Europe Par Maria Nowak, Présidente de l Adie et du Réseau Européen de microfinance Statistiques monétaires et financières à moyen terme CNIS : 21 mars 2008 Définition Dans

Plus en détail

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 La baisse des taux des crédits au logement distribués par les établissements de crédit s est poursuivie tout au long de l année 1998, après le tassement

Plus en détail

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière Le développement commercial s est poursuivi en 2011 avec, comme objectif concrétisé, le financement de l économie

Plus en détail

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com Crédit LA CONVENTION AERAS S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé 1. Qu est ce que la convention AERAS? 2. Comment fonctionne le dispositif, quels sont les types de prêts concernés? 3.

Plus en détail

Présentation de la société

Présentation de la société Présentation de la société Paris Septembre 2014 Prêt d Union - Société Anonyme à Directoire et Conseil de surveillance au capital social de 521 555 Euros - Siège Social : 2 bis rue Louis Armand 75015 Paris

Plus en détail

La stratégie des groupes de biens et services dans les produits financiers Soutenir les volumes ou renforcer les marges?

La stratégie des groupes de biens et services dans les produits financiers Soutenir les volumes ou renforcer les marges? L étude de référence sur : La stratégie des groupes de biens et services dans les produits financiers La contraction de la demande de crédits impose des choix stratégiques drastiques pour les distributeurs

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. L Utilité Économique du Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. L Utilité Économique du Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO L Utilité Économique du Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Février 2009 L utilité économique du crédit à la consommation Sommaire Synthèse Cette étude

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-172 du 29 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Crédit Foncier et Communal d Alsace et de Lorraine Banque par la société Crédit Mutuel

Plus en détail

Communiqué de presse. Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme dans le capital d un fleuron industriel français

Communiqué de presse. Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme dans le capital d un fleuron industriel français Communiqué de presse Paris le 1 er juin 2015 Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme dans le capital d un fleuron industriel français Le Fonds Stratégique de Participations

Plus en détail

Catégories Pays OCDE 1 2 3 4 5 6 7 SOUV+ SOUV/CCO SOUV+ SOUV/CCO. CC1 de BBB+ à BBB- CC1 de BB+ à BB CC2 CC2 BB- de BB+ à BB CC3 CC3 BB- CC4 B+ CC4 B

Catégories Pays OCDE 1 2 3 4 5 6 7 SOUV+ SOUV/CCO SOUV+ SOUV/CCO. CC1 de BBB+ à BBB- CC1 de BB+ à BB CC2 CC2 BB- de BB+ à BB CC3 CC3 BB- CC4 B+ CC4 B ASSURANCE-CRÉDIT Calcul de prime SEPTEMBRE 2011 I - PRINCIPES GÉNÉRAUX Chaque risque couvert donne lieu à perception d une prime, dont le taux exprimé en % varie en fonction d un classement des pays en

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2010, la capitalisation

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Présentation du FGAR et ses Modalités de Fonctionnement

Présentation du FGAR et ses Modalités de Fonctionnement République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise et de la promotion de l Investissement -Fonds de Garantie des Crédits aux PME - Présentation

Plus en détail

Les services de financement automobile à l horizon 2013 Quelles perspectives et quels enjeux face au durcissement de la réglementation bancaire?

Les services de financement automobile à l horizon 2013 Quelles perspectives et quels enjeux face au durcissement de la réglementation bancaire? Les services de financement automobile à l horizon 2013 Quelles perspectives et quels enjeux face au durcissement de la réglementation bancaire? Le financement automobile à la croisée des chemins Le marché

Plus en détail

Année de PUB. Un marché publicitaire au ralenti

Année de PUB. Un marché publicitaire au ralenti Année de PUB 2013 Un marché publicitaire au ralenti LE POINT MÉTHODOLOGIE La veille publicitaire de KANTAR MEDIA Ad intelligence est un outil de mesure qui a pour but de calculer la pression publicitaire

Plus en détail

Développer un crédit plus responsable

Développer un crédit plus responsable Les principales mesures de la loi Lagarde: une synthèse Objectifs Objet Les mesures Développer un crédit plus responsable Les Cartes de crédit Encadrement de la publicité Mieux encadrer le crédit renouvelable

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

Bourse ZA. Agenda 27/02/2015. Document confidentiel destiné uniquement aux professionnels partenaires du Crédit Foncier 1. > Le Crédit Foncier en bref

Bourse ZA. Agenda 27/02/2015. Document confidentiel destiné uniquement aux professionnels partenaires du Crédit Foncier 1. > Le Crédit Foncier en bref Bourse ZA février 2015 1 partenaires du Crédit Foncier Agenda > Le Crédit Foncier en bref > Règles générales d acceptation > Nos formules spécifiques > Nos points forts > Contacts 2 2 partenaires du Crédit

Plus en détail

BILAN STATISTIQUE DES PRETS CONVENTIONNES DE L ANNEE 2009

BILAN STATISTIQUE DES PRETS CONVENTIONNES DE L ANNEE 2009 BILAN STATISTIQUE DES PRETS CONVENTIONNES DE L ANNEE A) Une production de l ensemble des prêts conventionnés en hausse... 2 B) Trois quarts des PC sont des PAS... 4 C) La moitié des opérations sont dans

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

ANNEXES. Annexe 1 : Situation récapitulative des prêts conventionnés. Annexe 2 : Autorisations des prêts conventionnés par principaux Préteurs

ANNEXES. Annexe 1 : Situation récapitulative des prêts conventionnés. Annexe 2 : Autorisations des prêts conventionnés par principaux Préteurs Annexe 1 : Situation récapitulative des prêts conventionnés Annexe 2 : Autorisations des prêts conventionnés par principaux Préteurs Annexe 3 : Autorisations de prêts conventionnés par type d'opérations

Plus en détail

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema.

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema. La convention AERAS * s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé * La convention est téléchargeable sur www.gema.fr GEMA, 9, rue de Saint-Pétersbourg 75008 Paris - janvier 2007 1 Convention

Plus en détail

Statistique sur l encours des crédits

Statistique sur l encours des crédits Statistique sur l encours des crédits COMMENTAIRES I. REMARQUES GÉNÉRALES OBJET DE L ENQUÊTE L enquête englobe tous les crédits et engagements portant sur l octroi de crédits au secteur non bancaire. Sont

Plus en détail

La Convention. www.lesclesdelabanque.com. (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) Les mini-guides bancaires.

La Convention. www.lesclesdelabanque.com. (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) Les mini-guides bancaires. octobre 2012 n 25 crédit Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) 1

Plus en détail

Le crédit à la consommation

Le crédit à la consommation 013 Le crédit à la consommation L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Nouvelle édition Septembre 2011 Sommaire Qu est-ce qu un crédit à la consommation? 2 Quels sont les différents types de crédit

Plus en détail

2. Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque

2. Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque . Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque Après une année 9 encore impactée par la crise pour certains établissements, l amélioration en 1 de

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé)

La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) OCTOBRE 2012 N 25 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) 1

Plus en détail

ats sulta rés Groupe Crédit Mutuel presse 16 mars 2011

ats sulta rés Groupe Crédit Mutuel presse 16 mars 2011 ats sulta rés Conférence de presse 16 mars 2011 Groupe Crédit Mutuel Résultats 2009 24 mars 2010 les chiffres clés 2010 utue el Créd dit M Variation annuelle Résultat net 3 026 M +61% Résultat net part

Plus en détail

Loi Macron* Epargne salariale : ce qui change

Loi Macron* Epargne salariale : ce qui change Mardi 17 novembre 2015 Loi Macron* Epargne salariale : ce qui change *Articles 146 à 166 et 171 de la loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques Présentée

Plus en détail

Cetelem publie les résultats de son 1 ER BAROMÈTRE DE RECOUVREMENT DE CRÉDIT

Cetelem publie les résultats de son 1 ER BAROMÈTRE DE RECOUVREMENT DE CRÉDIT COMMUNIQUÉ DE PRESSE Levallois-Perret, le 17 janvier 2013 Cetelem publie les résultats de son 1 ER BAROMÈTRE DE RECOUVREMENT DE CRÉDIT Comment évaluez-vous en général le service de recouvrement amiable

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006

Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006 Paris, le 17 mai 2006 Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006 Résultat brut d exploitation : 1 502 millions d euros (+ 46,7 %) Résultat net part du groupe : 1 385 millions d euros (+ 53,0 %) Coefficient

Plus en détail

Statistique sur l encours des crédits

Statistique sur l encours des crédits Statistique sur l encours des crédits COMMENTAIRES I. CARACTÉRISTIQUES DE L ENQUÊTE OBJET DE L ENQUÊTE L enquête englobe tous les crédits et limites accordés au secteur non bancaire. Les opérations sur

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES Les assurances de personnes Données clés 28 Fédération Française des sociétés d Assurances Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour

Plus en détail

La grande distribution et les groupes non financiers face aux banques :

La grande distribution et les groupes non financiers face aux banques : PRECEPTA groupe Xerfi 13-15, rue de Calais 75009 Paris Tél : 01 53 21 81 51 Télécopie : 01 42 81 42 14 L étude de référence sur : La grande distribution et les groupes non financiers face aux banques :

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE CREDIT DES CAISSES POPULAIRES D EPARGNE ET DE CREDIT (CPEC)

PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE CREDIT DES CAISSES POPULAIRES D EPARGNE ET DE CREDIT (CPEC) SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE AGENCE DJIBOUTIENNE DE DEVELOPPEMENT SOCIAL (ADDS) PROJET DE POLITIQUE DES CAISSES POPULAIRES (CPEC) Août 2008 REALISATION OKAMBAWA CODJO IRENEE & MOHAMED ROBERT D EPARGNE

Plus en détail

FIP ALLIANCE 2014. Soutenez le développement des PME françaises et diversifiez votre patrimoine financier à long terme.

FIP ALLIANCE 2014. Soutenez le développement des PME françaises et diversifiez votre patrimoine financier à long terme. BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE FIP ALLIANCE 2014 Soutenez le développement des PME françaises et diversifiez votre patrimoine financier à long terme. DOCUMENT À CARACTÈRE PROMOTIONNEL SOUTENEZ LE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Pour diffusion immédiate

Pour diffusion immédiate Pour diffusion immédiate Communiqué de presse - Kaufman & Broad met en place le refinancement de sa dette senior - Eléments de performance financière et opérationnelle du 1 er trimestre 2014, estimés Paris,

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Investissement Immobilier & Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Investissement Immobilier & Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Investissement Immobilier & Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Décembre 2008 Synthèse Cette étude souligne les effets positifs de l investissement

Plus en détail

FIP ECUREUIL N 10 IR 2014 ISF 2014 SOUTENEZ LE DÉVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET DIVERSIFIEZ VOTRE PATRIMOINE FINANCIER À LONG TERME

FIP ECUREUIL N 10 IR 2014 ISF 2014 SOUTENEZ LE DÉVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET DIVERSIFIEZ VOTRE PATRIMOINE FINANCIER À LONG TERME ligible à une réduction ISF 2014 ÉÉligible à une réduction ligible à une réduction IR 2014 ÉÉligible à une réduction FIP ECUREUIL N 10 SOUTENEZ LE DÉVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET DIVERSIFIEZ VOTRE

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 12/07/2013 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

SERVICES FINANCIERS SPECIALISES

SERVICES FINANCIERS SPECIALISES SERVICES FINANCIERS SPECIALISES Financement des entreprises Didier Alix Journée Investisseurs Société Générale 19 avril 2002 Avertissement Cette présentation comporte des éléments de prévision (projections

Plus en détail

Les prêts économies d énergie et rénovation

Les prêts économies d énergie et rénovation Les prêts économies d énergie et rénovation Véronique BERTRAND 2010 Les prêts relatifs aux travaux de rénovation thermique pour générer des économies d énergie, sont très intéressants à ce jour. En premier

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré en mai une hausse de 1,4% pour s établir à 1 026MMDH. Cette évolution résulte principalement de l

Plus en détail

Prospectus Crédit à la consommation

Prospectus Crédit à la consommation Prospectus Crédit à la consommation Prêt à tempérament Credit Europe Crédit fixe (Direct) Credit Europe Crédit Confort (Indirect) Avec Credit Europe Bank, c est aussi simple que ça! Prospectus Crédits

Plus en détail

LES FONDS MONETAIRES ISR

LES FONDS MONETAIRES ISR L ESSENTIEL SUR LES FONDS MONETAIRES ISR Juillet 2014 Contexte Le développement des fonds monétaires ISR est une spécificité française apparue après la crise financière de 2008. En février 2009, Novethic

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

RÉSULTATS SEMESTRIELS

RÉSULTATS SEMESTRIELS RÉSULTATS SEMESTRIELS 7 octobre 2 Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Chiffres clés Activité commerciale financiers Coût du risque Fonds propres Conclusion Annexe 3 Faits marquants Acquisition en décembre 2003 de Banque

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

Un taux qui suscite l intérêt 3,50 %* annuel brut jusqu à 50 000. pendant 3 mois puis 1,80 %*annuel brut

Un taux qui suscite l intérêt 3,50 %* annuel brut jusqu à 50 000. pendant 3 mois puis 1,80 %*annuel brut Un taux qui suscite l intérêt 3,50 %* annuel brut jusqu à 50 000 pendant 3 mois puis 1,80 %*annuel brut Avec le Compte Épargne Rémunéré GE Money Bank, votre épargne bénéficie d un taux de 3,50 %* pendant

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2015 (Instruction

Plus en détail

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Sommaire I - La mutation permanente du secteur bancaire français 1.1 - Le poids économique du secteur bancaire et financier 1.2 - L indispensable

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme Augmentation de capital et admission au marché principal de la cote de la bourse par Offre à Prix Ferme auprès du public de 1 million d actions nouvelles

Plus en détail

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises

Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Edition 2015 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Depuis 2008, l Observatoire analyse l

Plus en détail

BNP Paribas. Patrice Menard. Relations Investisseurs. Conference Cheuvreux 27 Septembre 2007

BNP Paribas. Patrice Menard. Relations Investisseurs. Conference Cheuvreux 27 Septembre 2007 BNP Paribas Patrice Menard Relations Investisseurs Conference Cheuvreux 27 Septembre 2007 1 Plan de la présentation Les réalisations du Groupe Le gouvernement d entreprise La démarche «Développement Durable»

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro en Pays-de-la-Loire

L éco-prêt à taux zéro en Pays-de-la-Loire L éco-prêt à taux zéro en Pays-de-la-Loire 999 éco-ptz accordés au 4 ème trimestre 2013 et 3 120 en 2013, soit un repli annuel de 5,5 % service connaissance des territoires et évaluation Avril 2014 999

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace.

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. LES RATIOS 1) GENERALITES 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. 2) utilité Illustrer des informations Mesurer des objectifs

Plus en détail

Un compte d activité de la banque de détail en France?

Un compte d activité de la banque de détail en France? Suites du rapport«lignes de métiers bancaires» Un compte d activité de la banque de détail en France? Emilie Crété, Direction Générale des Statistiques/SESOF BANQUE DE FRANCE 1 Plan I. Contexte II. Exploitation

Plus en détail

2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010

2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010 2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010 Depuis 2003, l Observatoire établit des statistiques de fraude sur les cartes de paiement de type «interbancaire» et de type «privatif», sur la base de données recueillies

Plus en détail

Ménage/Haushalt. Etude comparative des frais bancaires usuels. de Konsument. (mai 2010)

Ménage/Haushalt. Etude comparative des frais bancaires usuels. de Konsument. (mai 2010) Etude comparative des frais bancaires usuels (mai 2010) En novembre 2008, l ULC avait réalisé une étude destinée à comparer les frais bancaires usuels appliqués par six banques luxembourgeoises. Le même

Plus en détail

Note d analyse détaillée

Note d analyse détaillée Note d analyse détaillée des coûts d approvisionnement et hors approvisionnement dans les tarifs réglementés de vente de gaz naturel de Gaz Electricité de Grenoble (GEG) 19 septembre 2013 Contexte et objectifs

Plus en détail

Association pour le Développement de l Assurance Retraite Complémentaire des Agriculteurs (ADARCA)

Association pour le Développement de l Assurance Retraite Complémentaire des Agriculteurs (ADARCA) Association pour le Développement de l Assurance Retraite Complémentaire des Agriculteurs (ADARCA) ------------------------------------------------------------------------------------------------- RAPPORT

Plus en détail

IDENTITÉ DEMO. Téléphone : Télécopie : ÉVALUATION DU RISQUE

IDENTITÉ DEMO. Téléphone : Télécopie : ÉVALUATION DU RISQUE ENQ DOM TOM Depuis 1884 Résultat du 4/6/215 DEMO 33 BORDEAUX Nos références : DEMO IDENTITÉ N Siren : 999.999.999 Raison sociale : DEMO Siège social : LOT LES DEMO 97232 LE LAMENTIN MARTINIQUE Téléphone

Plus en détail

Conférence de presse 28 janvier 2008. 2008 Encore plus d innovations et de services. dans la stratégie et l offre de. monabanq.

Conférence de presse 28 janvier 2008. 2008 Encore plus d innovations et de services. dans la stratégie et l offre de. monabanq. Conférence de presse 28 janvier 2008 1 Conférence de presse 28 janvier 2008 2008 Encore plus d innovations et de services dans la stratégie et l offre de monabanq. 2 Introduction Thierry Vittu Président

Plus en détail