La lettre de la MRIS A LA UNE. Mission pour la recherche et l innovation scientifique DGA/DS/MRIS. ASTRID Maturation. Bilan campagne de thèses 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La lettre de la MRIS A LA UNE. Mission pour la recherche et l innovation scientifique DGA/DS/MRIS. ASTRID Maturation. Bilan campagne de thèses 2014"

Transcription

1 La lettre de la MRIS Mission pour la recherche et l innovation scientifique DGA/DS/MRIS N 1 31 mars 2014 Chères lectrices, chers lecteurs, Vous avez sous les yeux la première édition de la lettre de la MRIS. Plutôt que d effectuer un bilan annuel diffusé de manière classique et numérique, nous avons pensé qu une lettre électronique trimestrielle était plus adaptée pour vous faire part des nouveautés, des résultats marquants et des projets de la MRIS. Vous trouverez dans cette publication des informations diverses : quelques chiffres pour donner un bilan de nos activités, des informations sur nos appels à projets, nos dispositifs de soutien à la recherche et à l innovation De plus, chaque trimestre, un zoom sera fait sur des recherches prometteuses soutenues par la DGA. A l honneur pour cette première édition, les domaines scientifiques : Nanotechnologies, Matériaux-Chimie-Energie et Ondes Acoustiques et Radioélectriques. Notre ambition est de maintenir un contact et un dialogue constructif avec vous. N hésitez pas à nous faire part de vos remarques et suggestions pour améliorer cette lettre et à la diffuser au sein de vos réseaux. Nous vous souhaitons une agréable lecture. Hisham Abou-Kandil, Conseiller scientifique du DGA et chef de la MRIS Alain Filipowicz, Chef adjoint de la MRIS Sommaire : A LA UNE... 1 FORMATION PAR LA RECHERCHE... 2 PARTENARIATS et COOPERATION... 2 ICET 2 (Innovative Concept and Emerging Technologies)... 2 Chiffres-clés de la MRIS... 3 Domaine scientifique NANO (nanotechnologies). 3 Domaine scientifique MCE (matériaux, chimie, énergie)... 5 Domaine scientifique OAR (ondes acoustiques et radioéléctriques)... 6 Les domaines scientifiques de la MRIS... 9 Les pôles techniques Nous connaître Nous contacter A LA UNE ASTRID Maturation L appel à projet ASTRID-Maturation 2014 est ouvert depuis le 18 mars 2014 et sera clos le 20 juin 2014 à 13h00. Il est mis en ligne sur le site de l ANR La première édition (2013) de ce nouveau dispositif du pacte Défense PME a vu la sélection de 4 projets sur 12 proposés éligibles. Bilan campagne de thèses 2014 La campagne de thèses 2014 (hors Cifre-Défense) se termine sur un bilan positif de 392 sujets déposés. Les commissions de sélection DGA-CNRS ont conduit à retenir 220 projets. On rappelle que la sélection est organisée en deux étapes; la première étant franchie, les laboratoires ont jusqu au 17 mai 2014 pour proposer un candidat et pour la plupart d entre eux, la confirmation d un organisme de cofinancement, puisque la campagne 2014 vise globalement un taux de cofinancement des thèses de l ordre de 70%. 1

2 FORMATION PAR LA RECHERCHE Thèses CIFRE-Défense La procédure de candidature des thèses CIFRE-défense est spécifique. La date limite dépôt des projets est fixée au 10 septembre Séjours d études et de recherches à l étranger (ERE) et stages Post-doctoraux Comme pour les thèses, les candidatures doivent être déposées sur ixarm ; les personnes éligibles ont jusqu au 30 avril 2014 pour le faire. Les commissions d évaluation sont programmées la deuxième quinzaine de juin, pour des stages qui ne pourront commencer qu à partir de novembre Journée d intégration des doctorants 2013 Les nouveaux doctorants, nommés en octobre 2013, ont été conviés le 30 janvier 2014 à une journée d accueil à l Ecole Militaire, au cours de la laquelle la DGA a présenté ses activités, ses actions en matière de formation de la recherche ainsi que les relations qu elle entretiendra avec eux tout au long de leur thèse, jusqu à la soutenance. Cette journée a aussi permis aux jeunes doctorants de rencontrer leurs contacts scientifiques au sein du ministère, d échanger avec les étudiants du même domaine scientifique et de présenter leurs travaux. Contact : Pascale GIRAULT Site internet : PARTENARIATS et COOPERATION RAPID (Régime d Appui aux PME et ETI pour l Innovation Duale) 54 projets ont été sélectionnés pour l année 2013 pour un budget de 40 M. Ils se répartissent de la façon suivante entre les domaines scientifiques* de la MRIS et les pôles techniques* de la direction technique de la DGA *voir en fin de publication les acronymes cités ICET 2 (Innovative Concept and Emerging Technologies) ICET est un programme de R&T piloté par l AED et ciblé sur les niveaux de maturité technologique faibles (TRL 1 à 4) permettant de fédérer les principaux acteurs européens de la recherche et de l innovation et de coopérer sur des activités transverses en recherche de base. Les thématiques retenues pour le programme ICET 2 sont : 1. Artificial Intelligence driven systems for Data & Information Fusion 2. New Human & Systems concepts for cooperative working 3. Energy Storage Technologies 2

3 4. Criminology bioterrorism threat applications Forensic microbiology 5. Energy harvesting for soldier systems & sensor networks 6. Active Controls for Flow and Mixture of Gases 7. Space Environment 8. Verification and validation of mixed analogue/digital distributed systems Les 9 projets retenus sont en cours de contractualisation. Contact : Gilles BRAULT Chiffres-clés de la MRIS Dotations budgétaires 2013 Formation par la recherche 15,703 M Intelligence scientifique et technologique 1,037 M Innovation et stimulation des études amont 20,260 M Nombre de thèses soutenues en 2013 : 116 dont 15 brevets déposés Taux de thèses engagées en 2013 cofinancées : 69% Durée moyenne de la thèse : 40 mois (toutes disciplines confondues) Domaine scientifique NANO (nanotechnologies) Conception et fabrication de composants de puissance AlN/GaN fonctionnant au-delà du kilovolt pour la future génération de convertisseur de tension. Le domaine Nanotechnologies a retenu lors de la campagne de thèses 2012, l étude «Conception et fabrication de composants de puissance AlN/GaN fonctionnant au-delà du kilovolt pour la future génération de convertisseur de tension». Cette thèse, cofinancée DGA/ CNRS, est réalisée à l IEMN par le doctorant Nicolas Herbecq, qui travaille dans l équipe de Nathalie Rolland, avec comme encadrant Farid Medjdoub. L objectif de cette étude est de développer un convertisseur de tension DC/DC. Ce composant clé détermine les performances de nombreux systèmes. Il doit avoir un rendement élevé, un encombrement et coût réduits, pour des applications comme les dispositifs de stockage ou de conversion d énergie classiquement employés au niveau Défense ou dans le domaine civil. Les composants actuels essentiellement à base de Silicium atteignent leur limite de performance, leur résistance d accès limitant les rendements de conversion. De plus, les composants à base de Silicium ne fonctionnent plus après 150 C. Les composants à base de nitrure de Gallium (GaN) émergent comme des candidats attractifs : plus faible résistance d accès donc rendement de conversion meilleur, bonne tenue en tension et température (supérieure à 300 C). Pour atteindre des coûts de composants acceptables, l épitaxie du GaN devra être réalisée sur substrat Silicium. Ces travaux de thèse viennent de faire l objet d un communiqué de presse dans «Semiconductor TODAY» le 25 Février 2014, suite aux remarquables résultats obtenus après tout juste 18 mois de thèse. Combinaison de faible résistance d accès et de forte tension de claquage sur des transistors à base de GaN sur substrat de silicium. L Institut d Electronique, de Microélectronique et de Nanotechnologie (IEMN) en France et la compagnie EpiGaN basée en Belgique ont annoncé une combinaison record en terme de résistance à l état passant et de tension de claquage, sur des transistors à double hétérojonction (DHFET), utilisant un canal en GaN, une couche barrière en AlN et dont la croissance est réalisée sur substrat Silicium (N. Herbecq et al, Appl. Phys. Express, , 2014). Les équipes sont parvenues à maîtriser le problème de conduction parasite sous très fort champ électrique, par gravure localisée du substrat en face arrière, spécifiquement entre les électrodes de grille et de drain. Cette innovation technologique couplée à une configuration de couches épitaxiées optimisée pour délivrer une forte densité de courant, leur a permis de démontrer une combinaison unique, avec une tension de claquage de 1.9 kv associée à une résistance à l état passant de 1.6 mω.cm 2. La croissance des couches épitaxiées a été réalisée par MOCVD (Metal-Organic Chemical Vapor Deposition) sur un substrat Silicium de 100 mm de diamètre (Figure 1). Une couche superficielle de SiN déposée in-situ permet non seulement de passiver très tôt la surface, mais aussi de réduire fortement le phénomène de relaxation des contraintes et rend ainsi la surface beaucoup plus robuste. 3

4 Source Gate PECVD SiN layer (50 nm) In-situ SiN cap layer (3 nm) AlN barrier layer (6 nm) GaN channel (150 nm) Drain Al 0.04 Ga 0.96 N buffer layer (1.6 µm) Transition layers Si substrate Si substrate local removal Figure 1 : Schéma de la double hétérojonction AlN/GaN/AlGaN avec gravure localisée du substrat L utilisation d une barrière en AlN procure une densité de charges dans le canal extrêmement élevée, de l ordre de 2.3x10 13 /cm 2, avec une mobilité électronique de 990 cm 2 /(V.s). La résistance carré de l épitaxie est de 280 Ω/. Le composant inclut une couche tampon en AlGaN afin d améliorer le confinement des électrons sous fort champ électrique. La fabrication du transistor commence par la formation des contacts ohmiques (Ti/Al/Ni/Au) sur la barrière d AlN, après gravure de la couche superficielle de SiN. L isolation des dispositifs est ensuite réalisée par implantation d azote. Puis, une couche de passivation en SiN est déposée par PECVD (Plasma-Enhance Chemical Vapor Deposition). L électrode de grille est alors formée par gravure de la couche «SiN PECVD» et dépôt des métaux Ni/Au. Sur ces composants réalisés,la longueur de grille est de 1.5 µm et la distance grille-drain varie de 2 à 15 µm. Le procédé de fabrication se poursuit en face arrière avec l amincissement et le polissage du substrat à 230 µm, suivi d une gravure profonde par RIE (Reactive-Ion Etch), jusqu à la couche tampon localisée autour de l électrode de drain. La dimension des tranchées ainsi obtenues est de 20 µm de large. Les performances statiques des composants avec gravure localisée montrent une légère dégradation du courant de saturation et de la transconductance, due à la réduction de la dissipation thermique. Néanmoins, un courant de saturation élevé de 0.5 A/mm est maintenu après gravure en face arrière, donnant lieu à une faible résistance spécifique à l état passant de 1.6 mω.cm 2. Les mesures de tension de claquage réalisées à l état bloqué (V GS = -5 V) montrent une tenue en tension de 750 V sur le composant sans gravure localisée possédant une distance grille-drain de 15 µm. La limitation est attribuée à la conduction parasite à travers le substrat de silicium. Après gravure localisée, la tenue en tension augmente de manière drastique à 1.9 kv sur ce même composant, du fait de la suppression de cette limitation (Figure 2). Ces résultats représentent la meilleure combinaison en termes de résistance à l état passant et de tension de claquage démontrée à ce jour, sur un transistor à base de GaN sur substrat de silicium (Figure 3). I D (A/mm) Si local removal with Si BV (kv) Gate-Drain distance (µm) V DS (V) Figure 2 : Caractéristiques à l état bloqué des composants AlN/GaN-sur-silicium ayant une distance grille-drain de 15 µm Specific on-resistance (m cm 2 ) Si Limit NIT,14 GT,15 SNU,16 Furukawa,17 IMEC,18 MIT,19 This work SiC Limit GaN Limit Breakdown voltage (kv) Figure 3 : Etat de l art de la résistance spécifique à l état passant en fonction de la tension de claquage pour les transistors GaN sursilicium au-delà de 1 kv Les chercheurs pensent que cette approche pourrait permettre d atteindre 3 kv sur des composants GaN sur Silicium, par l extension de la distance grille-drain à 30 µm, tout en maintenant une résistance à l état passant inférieure à 5 mω.cm 2. 4

5 L atteinte de cette performance permettrait d envisager l utilisation de cette filière pour des applications au-delà de 1 kv, et de réduire ainsi de manière significative la taille des modules existants, tout en augmentant leur efficacité énergétique. Conclusion : Résultats donc très prometteurs à mi-parcours de cette thèse soutenue par la DGA/MRIS Contact : Rose-Marie SAUVAGE Domaine scientifique MCE (matériaux, chimie, énergie) Matériaux vitrocristallins auto-réparants pour applications haute température Les travaux de thèse de Sandra Castanié se sont déroulés de 2010 à 2013 à l université de Lille Nord de France dans l unité de catalyse et chimie du solide (UCCS ; UMR-CNRS8181 ; USTL F-59655), sous la direction de François Méar et Lionel Montagne. Cette étude a été menée en collaboration avec l équipe «nanomatériaux à visées photoniques» de l UCCS à l Université d Artois (Lens). Les efforts en recherche et développement de matériaux innovants s orientent sur la gestion des dommages, permettant ainsi la production de matériaux plus solides et plus robustes. Ils nécessitent de faire appel à de nouvelles stratégies de recherche comme le développement de la capacité d auto-réparer (ou d auto-cicatriser) des dommages d origine thermique, mécanique ou chimique se produisant pendant leur utilisation. L auto-cicatrisation a été développée dans de nombreuses applications telles que les polymères pour les revêtements protecteurs, les emballages micro-électroniques, des matériaux composites pour des applications dans l aérospatiale. Les verres et vitrocéramiques constituent une solution technologique efficace pour réaliser des matériaux devant fonctionner à haute température, avec pour effet d augmenter la longévité des systèmes où ils sont employés. Ils présentent un très fort intérêt pour des applications intéressant la SNECMA, le CEA et la Défense pour ses applications matériaux haute température. Ce travail concerne le développement de matériaux vitrocristallins auto-réparants (ou auto-cicatrisants) pour applications haute température. Ils associent des travaux de compréhension des propriétés en fonction de la composition chimique des matériaux par l étude de leurs diagramme de phase (binaire, ternaire ), avec l étude des procédés d élaboration pour optimiser la fonctionnalité des dépôts (multicouches ). Un procédé innovant d'auto-cicatrisation extrinsèque consistant à incorporer des particules actives à des compositions de verres ou vitrocéramiques afin d induire une auto-réparation lors de la formation d une fissure, a été étudié. A la température de fonctionnement, si ce matériau est fissuré sous l effet de contraintes externes, les particules actives vont s oxyder pour former des oxydes formateurs de verre, suffisamment fluides pour combler les fissures. Ce procédé est qualifié d «autonome» car la cicatrisation est obtenue spontanément, sans intervention extérieure. Une première partie des travaux de thèse concerne la compréhension et l optimisation du procédé d autocicatrisation autonome. Celle-ci nécessite l ajout d un agent cicatrisant dans le matériau vitreux dont la réactivité est activée par une contrainte dont l origine peut être mécanique, thermique, ou chimique. Pour cela, un choix approprié de l agent cicatrisant permet à la fissure de se cicatriser à haute température, ce qui prévient tout risque de dégradation de la structure. Des particules cicatrisantes du borure de vanadium ont été choisies. Ce choix a été justifié par la réactivité à haute température de ce borure avec l oxygène de l air et par ses caractéristiques thermiques compatibles avec celles du verre (coefficient d expansion thermique). Afin de mieux appréhender le mécanisme réactionnel, plusieurs études complémentaires ont été réalisées : - synthèse du matériau : influence de la granulométrie et du pourcentage massique des particules, influence de la réactivité (température, PO 2, atmosphère) sur l efficacité du procédé d auto-cicatrisation, évaluation de nouvelles particules cicatrisantes telles que VB 2. - vieillissement du verre cicatrisant : détection de toute cristallisation éventuelle en fonction du temps par des techniques spectrochimiques comme la Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) et la Diffraction RX (DRX). - tests in situ d auto-cicatrisation par microscopie environnementale. Cette technique permet de déterminer in situ la cinétique du processus d auto-cicatrisation en température et de caractériser le mécanisme associé. Une deuxième partie du travail a consisté à optimiser la formulation des composites pour des applications à hautes températures (> 700 C) en recherchant de nouvelles particules cicatrisantes thermiquement plus stables. Des essais ont été menés sur AlB 2 et SiB 4 conduisant, par réactivité avec l oxygène de l air, à la formation d oxydes formateurs de verre tels que SiO 2, B 2 O 3. Cependant, à ces températures et sous atmosphère humide, la volatilisation de B 2 O 3 intervient rapidement. Des études physico chimiques par RMN DRX, infrarouge, thermogravimétrie ont permis de mettre en évidence la formation des différentes phases. 5

6 La troisième partie du travail a consisté à : - déterminer des cinétiques de cicatrisation en fonction des conditions de synthèse du composite verre/particules cicatrisantes (granulométrie, nature ), et des conditions d auto-cicatrisation (température, atmosphère ). - caractériser l écoulement des particules oxydées dans la fissure lors de la régénération du matériau. Deux types de mécanismes ont été envisagés : un écoulement du fluide en surface puis remplissage de la fissure ou un écoulement du fluide dans le fond de la fissure puis comblement par remontée en surface du fluide. Pour caractériser ces mécanismes d auto-cicatrisation, des analyses originales par micro-tomographie X couplées à des analyses en micro-diffraction et micro-fluorescence ont été réalisés ce qui a permis de reconstituer la fissure en volume (3D). B 2 O 3 5 µm 5 µm t 0 V 2 O 5 t 1 t f V 2 O 5 V Mécanismes d écoulement des oxydes fluides (a) B2O3 et (b) V2O5 au sein d une fissure Les résultats obtenus ont permis de valider des nouvelles particules cicatrisantes, à savoir SiB 4 /AlB 2 seules ou en mélange, pour des applications à haute température. Une perspective à ces travaux est de réaliser des revêtements en couches minces submicroniques de manière à disposer de revêtements auto-cicatrisants plus efficaces, et d optimiser les procédés de dépôts, en particulier en développement des méthodes de dépôt par ablation laser. L utilisation de cette technique devrait permettre de déposer des couches alternées de verre et de particules cicatrisantes. Ceci sera étudié par Thibault Carlier dans le cadre de sa thèse qui a débutée en Contact : Bruno MORTAIGNE Domaine scientifique OAR (ondes acoustiques et radioéléctriques) Activité du domaine sur les 3 derniers mois Deux des cinq projets Astrid sélectionnés en 2013 ont fait l objet d une réunion de lancement en février. - MOBILE «Modèle Bistatique dédié à l analyse de milieux forestiers et à la détection de cibles sous couvert» dont le titulaire est le laboratoire L2E de l UPMC, avec pour partenaire l EMC Laboratory du Professeur R. Mittra (Pennsylvania State University - US). L objectif est de réaliser un simulateur radar opérationnel dédié à l analyse de milieux naturels en présence d objets métalliques (problématiques FOPEN), sur une bande de fréquence étendue ( MHz). L innovation principale est l utilisation de la méthode CBFM (Characteristics Basis Functions Method) proposée par le Professeur Mittra et, à ce jour, jamais appliquée à ce type de problème (calcul du champ diffracté par une parcelle de forêt en présence d'une cible métallique). La représentation intégrale de volume pour les milieux diélectriques inhomogènes qui composent les troncs et branches primaires sera associée à la représentation intégrale de surface pour les cibles métalliques. La résolution se fera par une méthode de Moments associée à la CBFM multi-niveaux permettant de gérer un nombre d'inconnues important. Le choix de fonctions de bases adaptées au problème permet de réduire de façon très significative la taille de la matrice d'interactions, avec des taux de compression pouvant atteindre cent à deux cents. 6

7 - COCORAM «Co-design et co-intégration de réseaux d antennes actives multi-bandes pour systèmes de radionavigation par satellite» dont le titulaire est XLIM, avec pour partenaires CISTEME et l INRIA. Il s agit de développer une méthodologie de conception conjointe d antenne réseau et des circuits associés pour atteindre des performances (rayonnement, efficacité, ) optimales avec un dispositif intégré et compact. La démonstration considérera un réseau compact CRPA (Controlled Reception Pattern Antenna), à 4 éléments, pour systèmes GPS/GALILEO, tri-bandes (L MHz, L MHz et L MHz) à polarisation circulaire pour systèmes de radionavigation satellite. L objectif du projet est d intégrer les fonctions RF (amplification faible bruit et filtrage) au plus près de l antenne. Il est proposé une conception conjointe de tous les éléments (antenne/filtre/lna) pour gagner en intégration tout en optimisant les performances. Deux maquettes seront développées, l une basée sur la conception conjointe et l autre sur la conception disjointe des éléments (cette dernière servira de référence), et leurs performances respectives comparées. Le projet Rapid Hi-BOX, accepté en 2013, a également fait l objet d une réunion de lancement en février. Le titulaire IMACS a pour partenaires EADS et l INRIA. Le projet consiste à réaliser une bibliothèque générique de solveurs des équations des ondes EM / acoustique (méthode BEM pour Boundary Element Method) adaptés au calcul haute performance (HPC) et accélérés par les méthodes directes H-matrix (La méthode H-Matrix peut par exemple servir de base à un pré-conditionneur efficace) et itératives FMM. Les avancées attendues de ce programme d'étude sont le traitement d'un nombre très important de seconds membres (pour l'imagerie radar), l adaptation aux architectures hybrides (CPU/GPU...) via un moteur d exécution (STARPU), le traitement des maillages localement ou globalement sur-raffinés, l implémentation non intrusive dans les codes de calcul existants... A noter que la parallélisation de la méthode H-Matrix sera une première pour les équations des ondes. 7

8 Avancement du projet Astrid SAFAS (Structure Auto-complémentaire à FAible Signature) avec pour titulaire Télécom Paris Tech et partenaires l ONERA et la société SART. SAFAS propose de développer un réseau antennaire directif, léger et mince, dont la SER (Surface Equivalente Radar) résiduelle est très faible. Ces travaux portent sur les propriétés très particulières des topologies auto-complémentaires possédant une largeur de bande théoriquement illimitée et l emploi des méta-matériaux (Surfaces à Haute Impédance ou SHI) pour leur mise en œuvre technologique. Les premiers travaux de simulation et de modélisation analytique (circuits équivalents), sur une grille infinie, permettent d envisager une structure avec des performances inédites montrant une adaptation entre 3,5 GHz et 20 GHz jusqu à une incidence de 60. Une spécification de pré-maquettage du réseau antennaire directif, léger et mince, à faible SER, a été définie ; la réalisation d un réseau de 20 x 20 cellules va être lancée. L ONERA a terminé la phase d optimisation des méthodes implémentées dans le logiciel FACTOPO, en associant des éléments finis volumiques d ordre 1 avec la méthode de décomposition de domaine FETI (Finite Element Tearing and Interconnecting), pour les adapter à la simulation des réseaux bi-périodiques de dimensions limitées. Cela permettra de confirmer les résultats sur la structure de dimensions finies, c'est-à-dire en considérant les effets de bord et de couplage inter-éléments. Avancement du projet Astrid PECUMIA «Propagation Électromagnétique en Configuration Urbaine par des Méthodes Innovantes Asymptotiques» dont le titulaire est NOVELTIS et les partenaires TELECOM Paris Sud et THALES. Noveltis a développé une méthode d équation parabolique (EP) 3D permettant de calculer la propagation sur un cône de l ordre de 15 (approximation «petite angle»). Cette technique sera prochainement étendue sur un cône de l ordre de 45 (approximation «grand angle»). Une innovation intéressante est la prise en compte des 8

9 propagations «aller et retour» par le modèle EP 3D, alors que classiquement en 3D la méthode EP ne considère que le trajet aller. TELECOM Paris Sud a obtenu des résultats sur l introduction du concept de frame image pour le calcul des réflexions avec la méthode de Lancer de Faisceaux Gaussiens (LFG), la prise en compte de la présence du sol (supposé nu) et la gestion des incidences rasantes. Des premiers calculs EP 3D et LFG ont été effectués et comparés avec succès sur des calculs sans diffraction (sols plans infinis avec ou sans écran infini). Exemple de scène qui sera modélisée à l issue de PECUMIA Organisation le 4 décembre 2013 d une journée thématique sur le sujet «Méthodes asymptotiques pour les calculs de signatures radar et d antennes sur porteurs». 13 présentations (dont 6 liées à des études financées par la DGA) réparties en 4 sessions (Méthodes de Faisceaux Gaussiens Applications industrielles - Méthodes intégrant l Optique Physique - Méthodes analytiques pour calculs rigoureux) ont fait l objet de la journée. 30 participants étaient présents, des industriels (DASSAULT AVIATION, MBDA, THALES), des étatiques (CEA DAM et DGA), des PME (IEEA, OKTAL-SE, CELUM, NOVELTIS, ANTARES Engineering) et des académiques (IETR, LAPLACE, ENAC, TELECOM Paris Sud, L3I). L objectif principal était de réunir les acteurs nationaux, académiques, industriels, étatiques, afin de recenser les axes de recherche et les études en cours (DGA, industrie ), les besoins et les verrous à lever, les synergies possibles entre les acteurs. Réception à DGA/MI, le 19 novembre du Professeur Antar du Royal Military College of Canada, également vice doyen du «Queen s University». Le Pr. Antar a donné une conférence sur le thème Overview of Electromagnetic Engineering Research at the Royal Military College of Canada en soulignant 3 de ses principaux axes de recherche du moment : - Dielectric Resonator Antenna for Wireless and Other Applications - New Considerations for Antenna Electromagnetic Near Fields - A Class of Printed Leaky Wave Antennas Une discussion sur les axes de collaboration possible a suivi la présentation. Cette collaboration débute concrètement depuis janvier par la bourse DGA de post-doctorat obtenue par François Sarrazin pour aller travailler au sein de l équipe du Pr Antar sur des techniques innovantes de caractérisation des antennes. Contact : Philippe POULIGUEN Les domaines scientifiques de la MRIS I2R : Ingénierie de l'information et robotique RDS Véronique SERFATY FS : Fluides, structures RDS Yann DOUTRELEAU OAR : Ondes acoustiques et radioélectriques RDS Philippe POULIGUEN 9

10 NANO : Nanotechnologies RDS : Rose-Marie SAUVAGE PHOTON : Photonique RDS Philippe ADAM MCE : Matériaux, chimie et énergie RDS Bruno MORTAIGNE RDS adjoint Eric LAFONTAINE BIO : Biologie et biotechnologies RDS Emmanuelle GUILLOT-COMBE H&S : Homme et systèmes RDS Didier BAZALGETTE EGS : Environnement et géosciences RDS Carole NAHUM Les pôles techniques Pôle ASA : Architectures et techniques de systèmes aéronautiques Pôle ASC : Architectures et techniques de systèmes C3R (commandement, communication, conduite et renseignement) Pôle ASN : Architectures et techniques de systèmes navals Pôle AST : Architectures et techniques de systèmes terrestres Pôle CGN : Capteurs, guidage et navigation Pôle MAN : Missiles, armes et techniques nucléaires de défense Pôle MCM : Matériaux, composants, maîtrise des risques environnementaux Pôle SDS : Systèmes de systèmes Pôle SHP : Sciences de l'homme et protection Pôle SSI : Sécurité des systèmes d'informations Pôle TEC : Télécommunications Nous connaître Nous contacter Site Ixarm : Pour toute demande d abonnement à la lettre de la MRIS, ou pour suppression de notre liste de diffusion : 10

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

Circuits intégrés micro-ondes

Circuits intégrés micro-ondes Chapitre 7 Circuits intégrés micro-ondes Ce chapitre sert d introduction aux circuits intégrés micro-ondes. On y présentera les éléments de base (résistance, capacitance, inductance), ainsi que les transistors

Plus en détail

Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation

Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation URSI-France Journées scientifiques 26/27 mars 2013 Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation All Dielectric Superstrate to Control the Half-Power-BeamWidth

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

RADAR DOPPLER HYPERFREQUENCES POUR DETECTION DE VITESSE

RADAR DOPPLER HYPERFREQUENCES POUR DETECTION DE VITESSE RADAR DOPPLER HYPERFREQUENCES POUR DETECTION DE VITESSE Fabien Ferrero (1), Cyril Luxey (2), Gregory Sauder (1), Philippe Lorenzini (1), Gilles Jacquemod (1) (1) Ecole Polytechnique Universitaire l Université

Plus en détail

Joint AAL Information and Networking Day. 21 mars 2012

Joint AAL Information and Networking Day. 21 mars 2012 Joint AAL Information and Networking Day 21 mars 2012 Présentation TéSA a pour objet : la mise en commun de moyens permettant de : rassembler et accueillir des doctorants ou post-doctorants dont les thèses

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

CAMPAGNE D EMPLOIS ENSEIGNANTS 2011

CAMPAGNE D EMPLOIS ENSEIGNANTS 2011 CAMPAGNE D EMPLOIS ENSEIGNANTS 2011 ETABLISSEMENT : UM2 COMPOSANTE : IUT DE NIMES SITE : NIMES IDENTIFICATION DU POSTE : N : 0136 Corps : PR Section CNU : 63 Nature demandée : Professeur Article de référence

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012

Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012 ARNANO Le hiéroglyphe du 3 ème millénaire. Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012 Conservation sécurisée à très long terme de documents

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

INGÉNIERIE DE L INFORMATION ET ROBOTIQUE

INGÉNIERIE DE L INFORMATION ET ROBOTIQUE INGÉNIERIE DE L INFORMATION ET ROBOTIQUE Le domaine recouvre les méthodes et techniques qui contribuent à la transformation «du signal à l information» et «de l information à la connaissance». Sa segmentation

Plus en détail

Spécialité Sciences Mécaniques et Ingénierie

Spécialité Sciences Mécaniques et Ingénierie Master 2 Sciences, Technologies, Santé Mention Mécanique Spécialité Sciences Mécaniques et Ingénierie Parcours R&D en mécanique des fluides Parcours R&D en matériaux et structures Parcours Energétique

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

EMETTEUR ULB. Architectures & circuits. Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006. David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006

EMETTEUR ULB. Architectures & circuits. Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006. David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006 EMETTEUR ULB Architectures & circuits David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006 Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006 Introduction Emergence des applications de type LR-WPAN : Dispositif communicant

Plus en détail

GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban

GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban GELE5222 Chapitre 9 : Antennes microruban Gabriel Cormier, Ph.D., ing. Université de Moncton Hiver 2012 Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 9 Hiver 2012 1 / 51 Introduction Gabriel Cormier (UdeM)

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

GUIDE DES CRITERES DE SELECTION OS2 : Innovation des entreprises/ Transfert de l innovation en direction des entreprises

GUIDE DES CRITERES DE SELECTION OS2 : Innovation des entreprises/ Transfert de l innovation en direction des entreprises GUIDE DES CRITERES DE SELECTION OS2 : Innovation des entreprises/ Transfert de l innovation en direction des entreprises Axe 1 : Encourager la recherche appliquée, les expérimentations et le développement

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering Ingénieur civil Ingénieur civil Les lières MSc in Electronics and Information Technology Engineering MSc in Architectural Engineering MSc in Civil Engineering MSc in Electromechanical Engineering MSc

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

UNIVERSITE DE BREST Référence GALAXIE : 4201

UNIVERSITE DE BREST Référence GALAXIE : 4201 UNIVERSITE DE BREST Référence GALAXIE : 4201 Numéro dans le SI local : 6300MCF0617 Référence GESUP : 0617 Corps : Maître de conférences Article : 26-I-1 Chaire : Non Section 1 : 63-Génie électrique, électronique,

Plus en détail

Conception et Intégration de Systèmes Critiques

Conception et Intégration de Systèmes Critiques Conception et Intégration de Systèmes Critiques 15 12 18 Non 50 et S initier aux méthodes le développement de projet (plan de développement, intégration, gestion de configuration, agilité) Criticité temporelle

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE

MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE Le renouvellement des effectifs dans les grands groupes et les entreprises du secteur de la production d électricité, la modernisation

Plus en détail

Présentation du projet de ressourcement DEAR. Christophe MULLER christophe.muller@im2np.fr

Présentation du projet de ressourcement DEAR. Christophe MULLER christophe.muller@im2np.fr www.ics star.fr Présentation du projet de ressourcement DEAR Christophe MULLER christophe.muller@im2np.fr www.ics star.fr Quelques mots sur l Institut Carnot STAR Institut Carnot STAR Périmètre scientifique

Plus en détail

Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux. La Vision d ALLISTENE. 5 janvier 2012 Michel Cosnard

Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux. La Vision d ALLISTENE. 5 janvier 2012 Michel Cosnard A Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux La Vision d ALLISTENE 5 janvier 2012 Michel Cosnard Missions d Allistene Stratégie de recherche et d innovation Distingue

Plus en détail

UV 1.4 : Bibliographie (20 heures) UV 2.4 Découverte de systèmes (60 heures) UV 3.4 Conception en phase avant-projet (60 heures)

UV 1.4 : Bibliographie (20 heures) UV 2.4 Découverte de systèmes (60 heures) UV 3.4 Conception en phase avant-projet (60 heures) [ Les projets ] Semestre 1 UV 1.4 : Bibliographie (eures) L étude bibliographique est abordée comme un exercice de recherche : lecture puis synthèse de documents techniques et scientifiques. Les objectifs

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

Le projet HBS. LETI/DSIS Jean-Jacques Chaillout jean-jacques.chaillout@cea.fr. CEA. All rights reserved

Le projet HBS. LETI/DSIS Jean-Jacques Chaillout jean-jacques.chaillout@cea.fr. CEA. All rights reserved Le projet HBS LETI/DSIS Jean-Jacques Chaillout jean-jacques.chaillout@cea.fr Les buts du projet HBS En 2010 : 8.3 milliards, 1.3 millions d implantations par an, forte croissance dans pays émergents Réduire

Plus en détail

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com Projet SETHER Appel à projets 2008 Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com SETHER STOCKAGE D ELECTRICITÉ SOUS FORME THERMIQUE À HAUTE TEMPÉRATURE Partenaires : POWEO, SAIPEM, CEA, CNAM, GEMH,

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

Les transistors à effet de champ

Les transistors à effet de champ etour au menu! Les transistors à effet de champ 1 tructure A TANITO à JONCTION (JFET) Contrairement aux transistors bipolaires dont le fonctionnement repose sur deux types de porteurs les trous et les

Plus en détail

Présentation. Présentation. générale. générale 23.01.2013. 1 ère Réunion Suivi ANR

Présentation. Présentation. générale. générale 23.01.2013. 1 ère Réunion Suivi ANR Labex Labex SOLSTICE SOLSTICE Présentation Présentation générale générale Gilles Gilles Flamant 23.01.2013 1 ère Réunion Suivi ANR Sommaire Introduction Partenaires Objectifs de R&D Domaines d intervention

Plus en détail

Autonomie énergétique des objets communicants : Choix technologiques et optimisation de la consommation

Autonomie énergétique des objets communicants : Choix technologiques et optimisation de la consommation Autonomie énergétique des objets communicants : Choix technologiques et optimisation de la consommation r.briand@estia.fr Octobre 2012 ASPROM ESTIA-Recherche Enseignant-Chercheur à l ESTIA Ecole Supérieure

Plus en détail

Ingénieur conception mécanique R&D : allègement siège cabine Référence AKKA/DEC/CKO/ATR/QUALIV/81 (ref akka research : AERO_01)

Ingénieur conception mécanique R&D : allègement siège cabine Référence AKKA/DEC/CKO/ATR/QUALIV/81 (ref akka research : AERO_01) Ingénieur conception mécanique R&D : allègement siège cabine Référence AKKA/DEC/CKO/ATR/QUALIV/81 (ref akka research : AERO_01) Dans le cadre des activités aéronautiques d Akka Research, vous interviendrez

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

ETUDE PROBABILISTE DE L ENVIRONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE GENERE DANS UN VEHICULE AUTOMOBILE

ETUDE PROBABILISTE DE L ENVIRONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE GENERE DANS UN VEHICULE AUTOMOBILE ETUDE PROBABILISTE DE L ENVIRONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE GENERE DANS UN VEHICULE AUTOMOBILE Fatou DIOUF * - Sébastien LALLECHERE* - Françoise PALADIAN * - Marco KLINGLER***- Michel FOGLI ** (*) LASMEA,

Plus en détail

Sujet de thèse «Mise au point d une Méthodologie efficace de

Sujet de thèse «Mise au point d une Méthodologie efficace de Sujet de thèse «Mise au point d une Méthodologie efficace de modélisation des effets parasites jusqu en onde millimétrique au sein d une carte de tests de circuits larges bandes Application à des circuits

Plus en détail

CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE

CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE Séminaire mi parcours Stock-e 2010 CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE Iyad Balloul Renault Trucks - iyad.balloul@volvo.com Eric Bideaux INSA Lyon - eric.bideaux@insa-lyon.fr Marc Michard LMFA - Marc.Michard@ec-lyon.fr

Plus en détail

Groupe de recherches en électrodynamique

Groupe de recherches en électrodynamique Groupe de recherches en électrodynamique Site ENSEEIHT 2 rue Camichel, 31071 Toulouse cedex 07, France B. Nogarede : - Tel 05.61.58.83.38 fax 05.61.63.88.75 - Mail bertrand.nogarede@leei.enseeiht.fr Thématiques

Plus en détail

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012 Présentation du programme de physique-chimie de Terminale S applicable en septembre 2012 Nicolas Coppens nicolas.coppens@iufm.unistra.fr Comme en Seconde et en Première, le programme mélange la physique

Plus en détail

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr E. Rousseau, J-J Greffet Institut d optique Graduate School S. Volz LIMMS, UMI CNRS University of Tokyo, EM2C A. Siria, J. Chevrier Institut Néel-CNRS Grenoble F. Comin ESRF Grenoble Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Plus en détail

Présentation de la plateforme Diagnostic RFID

Présentation de la plateforme Diagnostic RFID Présentation de la plateforme Diagnostic RFID Responsables Philippe Pannier, professeur, Université de Provence Fabien Pellet, Ingénieur, ISEN Toulon Personnels impliqués Equipe Projet RFID Capteurs Ingénieurs

Plus en détail

Inauguration de l atelier numérique - Montbonnot

Inauguration de l atelier numérique - Montbonnot Vendredi 5 juin 2015 Dossier de presse Inauguration de l atelier numérique - Montbonnot Communauté de communes Le Grésivaudan 390 rue Henri Fabre 38926 Crolles Tél : 04 76 08 04 57 www.le-gresivaudan.fr

Plus en détail

INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT)

INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT) INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT) Conception, intégration et valorisation : des nanotechnologies aux systèmes et à leurs applications NOTRE VISION L INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE

Plus en détail

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Nancy, 26 avril 2012 Introduction, historique STM (Scanning tunneling Microscope, microscope à effet tunnel électronique) : Binnig et Rohrer

Plus en détail

Master Mention: FISE Spécialité E 2 D 2 Energie Electrique Développement Durable

Master Mention: FISE Spécialité E 2 D 2 Energie Electrique Développement Durable Master Mention: FISE Spécialité E 2 D 2 Energie Electrique Développement Durable et Supporté par: Laboratoire d Electrotechnique et d Electronique de Puissance de Lille Cohabilité avec 23/04/2010 D 2 Présentation

Plus en détail

FacultéPolytechnique. Dimensionnement optimal de convertisseurs continu-continu isolés par la méthode des plans d expériences Travail de fin d études

FacultéPolytechnique. Dimensionnement optimal de convertisseurs continu-continu isolés par la méthode des plans d expériences Travail de fin d études FacultéPolytechnique Dimensionnement optimal de convertisseurs continu-continu isolés par la méthode des plans d expériences Travail de fin d études Stijn Coorevits Promoteurs : Prof. O. Deblecker Ir C.

Plus en détail

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi Produits 2015-2016 GYROSCANFIELD Le Gyroscanfield permet de mesurer et de visualiser en 3D et en temps réel le rayonnement électromagnétique d un objet sous test de manière simple et rapide. Il est fabriqué

Plus en détail

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Cerea Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Laboratoire commun École des Ponts ParisTech / EDF R&D Université Paris-Est Le Cerea : une cinquantaine de chercheurs sur trois

Plus en détail

Licence et Master E.E.A.

Licence et Master E.E.A. Licence et Master E.E.A. N. Galopin & F. Camus UFR PHITEM 2 avril 2015 Spécialités des Masters 2 De roulement des E tudes Apre s le Master? De roulement des e tudes Locaux et environnement ge ographique

Plus en détail

CentraleSupélec Option Energie Année universitaire 2015-2016 LE TRONC COMMUN

CentraleSupélec Option Energie Année universitaire 2015-2016 LE TRONC COMMUN OPTION ENERGIE http://www.option-energie.ecp.fr LE TRONC COMMUN Le cursus de l Option Energie se compose d un tronc commun de formation générale à la problématique énergétique dont l ambition est de sensibiliser

Plus en détail

Visibilité polygone à polygone :

Visibilité polygone à polygone : Introduction Visibilité polygone à polygone : calcul, représentation, applications Frédéric Mora Université de Poitiers - Laboratoire SIC 10 juillet 2006 1 La visibilité Introduction Contexte L espace

Plus en détail

LES DETECTEURS DE SURVEILLANCE D APPROCHE LA DETECTION PERIPHERIQUE

LES DETECTEURS DE SURVEILLANCE D APPROCHE LA DETECTION PERIPHERIQUE LES DETECTEURS DE SURVEILLANCE D APPROCHE LA DETECTION PERIPHERIQUE 1. INTRODUCTION La détection périphérique s entend comme la détection d intrusion à la périphérie d un site, c est à dire à la frontière

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si

Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si Rev. Energ. Ren. : Valorisation (1999) 2731 Optimisation du Rendement de Conversion Photovoltaïque des Cellules Solaires à base de GaAs et de Si T. Baghdadli, A. Zerga et B. Benyoucef Laboratoire de Physique

Plus en détail

Master Energie spécialité Energie électrique

Master Energie spécialité Energie électrique 03/12/2013 http://www.univ-fcomte.fr Master Energie spécialité Energie UFR Sciences, techniques, et gestion de l'industrie http://stgi.univ-fcomte.fr/ Dénomination officielle : Master Sciences, technologies,

Plus en détail

Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals

Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals Pierre-Michel Guilcher, Olivier Payen, Aurélien Drouet, Erwan Jacquin Plan de l exposé Contexte général Définition

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Les métiers de la Physique Le domaine Sciences, Technologies, Santé Alexis, chargé de recherche diplômé d un Master Physique du rayonnement et de la matière et d un Doctorat en

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Système multicouche raccords à sertir et tubes

Système multicouche raccords à sertir et tubes Système multicouche raccords à sertir et tubes 4BONNES RAISONS DE CHOISIR LES SOLUTIONS 4GAMMES COMPLÉMENTAIRES 1 L EFFICACITÉ : pour répondre à toutes les configurations Avec les solutions multiconnect,

Plus en détail

Laboratoire de Photophysique et de Photochimie Supra- et Macromoléculaires (UMR 8531)

Laboratoire de Photophysique et de Photochimie Supra- et Macromoléculaires (UMR 8531) Unité Mixte du CNRS (UMR8531) Institut de Chimie Directeur : Keitaro NAKATANI (PU ENS Cachan) Courrier électronique : nakatani@ppsm.ens-cachan.fr http://www.ppsm.ens-cachan.fr Problématique générale :

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Une expertise et des solutions à votre service...

Une expertise et des solutions à votre service... Une expertise et des solutions à votre service... Ingénierie électronique, informatique industrielle et mécanique Machines spéciales et systèmes clé en mains Equipements de test industriel Conversion d

Plus en détail

LES MÉMOIRES FLASH : ENTRE MÉMOIRE VIVE ET MÉMOIRE DE STOCKAGE. Etienne Nowak 12 mars 2015. Etienne Nowak - 12 mars 2015 - GIS-SPADON

LES MÉMOIRES FLASH : ENTRE MÉMOIRE VIVE ET MÉMOIRE DE STOCKAGE. Etienne Nowak 12 mars 2015. Etienne Nowak - 12 mars 2015 - GIS-SPADON LES MÉMOIRES FLASH : ENTRE MÉMOIRE VIVE ET MÉMOIRE DE STOCKAGE Etienne Nowak 12 mars 2015 PRÉSENTATION ETIENNE NOWAK

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Politique régionale pour le développement de l enseignement supérieur et de la recherche. Allocations de recherche doctorale (ARED) Fiche projet 2015

Politique régionale pour le développement de l enseignement supérieur et de la recherche. Allocations de recherche doctorale (ARED) Fiche projet 2015 - Date de la demande : 17/03/2015 1- Identification du projet (en langue française) - Acronyme du projet (8 caractères maximum) : ElVeBaLi - Intitulé du projet (en langue française) : Electrolytes à base

Plus en détail

Faculté des Sciences d ORSAY

Faculté des Sciences d ORSAY Université Paris-Sud 11 Faculté des Sciences d ORSAY Personnes ressources des disciplines représentées : Département de Biologie Vice-Président : Hervé DANIEL Secrétaire : Malika DERRAS Université Paris-Sud

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation Thésaurus de l offre de formation Champs sémantiques Listes annexes Des types de certifications/diplômes/titres Des pays Des logiciels Des publics Des mots-outils Correspondances Formacode Formacode Présentation

Plus en détail

Quelques bonnes raisons pour ne pas faire les mesures électriques par AFM à l'air

Quelques bonnes raisons pour ne pas faire les mesures électriques par AFM à l'air Quelques bonnes raisons pour ne pas faire les mesures électriques par AFM à l'air Brice Gautier, Antoine Brugère, Wael Hourani, Octavian Ligor, Antonin Grandfond, Alexis Borowiak, David Albertini, Armel

Plus en détail

MEMOIRE. Mémoires à Nanocristaux Organisés

MEMOIRE. Mémoires à Nanocristaux Organisés MEMOIRE Mémoires à Nanocristaux Organisés Tâche 4: caractérisation électrique et modélisation des structures mémoire Damien Deleruyelle Pascal Masson Sommaire 1. Etat de l art 2. Objectif général pour

Plus en détail

Sophie Guézo Alexandra Junay

Sophie Guézo Alexandra Junay Sophie Guézo Alexandra Junay sophie.guezo@univ-rennes1.fr alexandra.junay@univ-rennes1.fr Unité Mixte de Recherche (UMR) Université Rennes I et CNRS Physique moléculaire Matière molle Matériaux Nanosciences

Plus en détail

Introduction générale aux nanomatériaux

Introduction générale aux nanomatériaux Introduction générale aux nanomatériaux J.Lecomte, M.Gasparini 16/10/2014 le centre collectif de l industrie technologique belge Notre centre Federation for the technology industry Collective centre of

Plus en détail

Convertisseurs statiques d'énergie électrique

Convertisseurs statiques d'énergie électrique Convertisseurs statiques d'énergie électrique I. Pourquoi des convertisseurs d'énergie électrique? L'énergie électrique utilisée dans l'industrie et chez les particuliers provient principalement du réseau

Plus en détail

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Préambule Aujourd hui à travers l activité de «Recherche-Développement» l application technologique des acquis de la science est devenue non seulement l équivalent d une

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)»

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Investissements d avenir Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Appel à projets «Innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires» Volet compétitif «Initiatives

Plus en détail

Les transistors à effet de champ.

Les transistors à effet de champ. Chapitre 2 Les transistors à effet de champ. 2.1 Les différentes structures Il existe de nombreux types de transistors utilisant un effet de champ (FET : Field Effect Transistor). Ces composants sont caractérisés

Plus en détail

Applications des supraconducteurs en courant fort

Applications des supraconducteurs en courant fort Applications des supraconducteurs en courant fort Xavier CHAUD Ingénieur de Recherche du CNRS au Laboratoire National des Champs Magnétiques Intenses à Grenoble Introduction Propriétés supraconductrices

Plus en détail

University of AbouBakr Belkaid Tlemcen Program Title Type Level Program Web site Perturbations moyennisations et application aux biomathématiques

University of AbouBakr Belkaid Tlemcen Program Title Type Level Program Web site Perturbations moyennisations et application aux biomathématiques University of AbouBakr Belkaid Tlemcen Program Title Type Level Program Web site Perturbations moyennisations et application aux biomathématiques Exchange Master www.univ-tlemcen.dz Chimie bio organique

Plus en détail

Génie Industriel et Maintenance

Génie Industriel et Maintenance Visite du département Génie Industriel et Maintenance Pour qu aucun de ces systèmes ne tombe en panne. Plan de la visite 1 2 3 4 6 5 1 er Etage 7 8 Rez-de-chaussée 1 Laboratoire de recherche Rôles : L

Plus en détail

La microscopie à force atomique (AFM)

La microscopie à force atomique (AFM) NANOFONC 5 mars 2010 Nantes La microscopie à force atomique (AFM) http://www.univ-lemans.fr/~bardeau/labolpec/surfpropspec/indexsurface.html N. DELORME (MC), J.F. BARDEAU (CR) Laboratoire de Physique de

Plus en détail

Couplages multiples. Simulation Toolbox optimise les propriétés diélectriques et thermiques du matériel électrique

Couplages multiples. Simulation Toolbox optimise les propriétés diélectriques et thermiques du matériel électrique Couplages multiples Simulation Toolbox optimise les propriétés diélectriques et thermiques du matériel électrique Andreas Blaszczyk, Jörg Ostrowski, Boguslaw Samul, Daniel Szary Confrontés aux exigences

Plus en détail

Master. en sciences et technologies mention science de l ingénieur. spécialité énergétique et environnement - E 2

Master. en sciences et technologies mention science de l ingénieur. spécialité énergétique et environnement - E 2 Master en sciences et technologies mention science de l ingénieur spécialité énergétique et environnement - E 2 master sciences de l ingénieur Master sciences de l ingénieur Spécialité énergétique et environnement

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

DATE DU CONCOURS: SAMEDI 18 OCTOBRE

DATE DU CONCOURS: SAMEDI 18 OCTOBRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université des Sciences et de la Technologie d Oran BOUDIAF Vice-Rectorat chargé de

Plus en détail

Cours 9. Régimes du transistor MOS

Cours 9. Régimes du transistor MOS Cours 9. Régimes du transistor MOS Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 005 Dans ce document le transistor MOS est traité comme un composant électronique.

Plus en détail

Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1

Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1 Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1 Farida Bendriaa, Virginie Hoel, Henri Happy Institut d'electronique et de Microélectronique

Plus en détail

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance LES RESISTANCES Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance Le rôle de la résistance est de limiter le courant dans un circuit. Elle possède plusieurs caractéristiques technique : La valeur

Plus en détail

Ce guide se veut évolutif et dynamique. Actualisé mensuellement, il recueillera les appels à projets qui Il est votre outil et notre lien.

Ce guide se veut évolutif et dynamique. Actualisé mensuellement, il recueillera les appels à projets qui Il est votre outil et notre lien. Mesdames et Messieurs, Le P total) afin de relever le défi de la compétitivité et de faire émerger un nouveau modèle de croissance, en finançant des projets innovants et exemplaires, rigoureusement sélectionnés.

Plus en détail

Dossier justificatif des travaux de R&D déclarés au titre du CIR

Dossier justificatif des travaux de R&D déclarés au titre du CIR Dossier justificatif des travaux de R&D déclarés au titre du CIR I PRÉSENTATION DE LA SOCIETE Présenter l activité de la société en quelques lignes ou au moyen d une plaquette publicitaire et replacer

Plus en détail

GRR EEM Réseau Matériaux

GRR EEM Réseau Matériaux GRR EEM Réseau LOMC GPM AMME LECAP SMS PBS ESITPA 100n m CRISMAT CIMAP... CRT A&S UMS = Le Havre + Caen IRMA = Rouen + Caen METSA = Rouen + Caen LABEX = Rouen + Caen 1 Réseau 2013 : 7 Laboratoires et CRT

Plus en détail