Avionneurs russes: bilan des réformes et perspectives d avenir. Konstantin Makienko Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Avionneurs russes: bilan des réformes et perspectives d avenir. Konstantin Makienko Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin 2013"

Transcription

1 Avionneurs russes: bilan des réformes et perspectives d avenir Konstantin Makienko Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin 2013

2 Auteur Konstantin Makienko Diplômé de la chaire d études orientales de la faculté de relations internationales du MGIMO et du mastère franco-russe en sciences politiques et relations internationales. En , Konstantin Makienko dirige le programme «Armements conventionnels» du Centre d études politiques en Russie (PIR- Center). Depuis 1997, il est directeur-adjoint du Centre d analyse des stratégies et technologies (CAST), centre de recherche de référence à Moscou sur les questions aéronautiques et de défense. Auteur de nombreuses publications sur les exportations d armes russes. Observatoire franco-russe Créé en mars 2012 à l initiative du Conseil économique de la Chambre de commerce et d industrie franco-russe (CCIFR), l Observatoire a pour vocation de produire une expertise approfondie sur la Russie, ainsi que de promouvoir une meilleure connaissance des réalités françaises auprès des élites politiques et économiques russes. Il publie des notes thématiques et un rapport annuel sur la Russie. Il organise également des manifestations (colloques, séminaires, conférences de presse) à Paris, à Moscou et dans les régions russes. L Observatoire franco-russe s est doté d un conseil scientifique réunissant une quinzaine d universitaires et experts (Alain Blum, Pascal Boniface, Isabelle Facon, Pierre Kopp, Jean Radvanyi, Marie-Pierre Rey, Georges Sokoloff, Evgueni Gavrilenkov, Natalia Lapina, Fiodor Loukianov, Sergueï Karaganov, Rouslan Poukhov, Konstantin Simonov, Tatiana Stanovaïa) qui participent activement à ses travaux. Note de l Observatoire franco-russe, no3, Juin

3 Sommaire Auteur / Observatoire franco-russe Sommaire Les premières tentatives de réformes : des projets concurrents OAK, ou la création d un «champion national» Bilan de la restructuration : réussites et échecs A la recherche des «courants faibles» Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin

4 Années 1990: les premières tentatives de réformes Après la dissolution de l URSS et la liquidation du ministère soviétique de l Industrie aéronautique, la consolidation de ce secteur est toujours apparue comme une nécessité dans la Russie post-soviétique. Les premières tentatives en ce sens sont lancées dès le milieu des années Dans un contexte marqué par l absence de commandes de l État faute de moyens et par l effondrement de la demande d avions commerciaux, les réformes concernent avant tout les bureaux d études et usines impliqués dans des programmes d exportation. A l époque, ce sont les groupes bancaires et industriels contrôlés par des oligarques qui jouent un rôle moteur dans ces processus. L avionneur «MiG» est le premier concerné par la restructuration. En juin 1994, il signe avec la Malaisie un contrat historique de plus d un demi-milliard de dollars portant sur la vente de 18 avions de chasse MiG-29N. Dès 1995 est créée MAPO «MiG», entité qui réunit le bureau d études Mikoïan (concepteur des avions de chasse MiG-29) et l usine de construction en série N 30. En 1996, cette compagnie intègre des fournisseurs de systèmes et de composants des chasseurs MiG-29, en particulier des motoristes, ainsi que des concepteurs et fabricants d avionique. En outre, la nouvelle compagnie intègre le bureau d études de l hélicoptériste Kamov. On considère généralement que la direction de MAPO «MiG» - VPK «MAPO» appartenait à la sphère d influence du conseiller du président pour les questions relatives à la coopération militaro-technique, Boris Kouzyk, lui-même lié à la banque ONEXIM. En dépit des rentrées d argent - considérables pour le milieu des années 1990 générées par le contrat malaisien, MAPO «MiG»/ VPK «MAPO» n a pas su, ou n a pas eu le temps de concevoir de nouvelles versions modernisées en profondeur du chasseur MiG-29, ni de proposer au marché d autres produits arrivés à maturité, que ce soit dans le segment des avions d entraînement ou dans celui des hélicoptères. Le programme de fabrication du chasseur de cinquième génération MFI 1.44 n a pas, lui non plus, connu de développements significatifs. En 1997, après un changement de direction à la tête de «MiG» et son passage sous le contrôle informel de Iakov Ourinson (vice-premier ministre de mars 1997 à avril 1998) et d Evguéni Ananiev (directeur général de l agence d exportation d armement Rosvooroujenié), sur fond de recul des positions d ONEXIM dans l industrie militaire, le niveau d intégration des entités composant VPK «MAPO» faiblit. L autonomie juridique et économique du bureau d études et des usines de Note de l Observatoire franco-russe, no3, Juin

5 production en série est rétablie, si bien qu en , le système mis en place antérieurement a disparu. La deuxième expérience de consolidation des actifs aéronautiques au milieu des années 1990 est la création d AVPK «Soukhoï», qui est composé du bureau d études «Soukhoï» et de trois sites industriels impliqués dans la fabrication des chasseurs Su-27/30. L initiateur de cette consolidation est IAPO (Union industrielle aéronautique d Irkoutsk), que dirige Alexeï Fedorov. De même que pour «MiG», des liens existaient entre IAPO et la banque ONEXIM. Cette tentative de consolidation sous l égide de l usine d Irkoutsk suscite une résistance acharnée et efficace de la part des deux autres sites inclus dans la nouvelle entité, et avant tout de la part de l usine de Komsomolsk-sur-l Amour. Cette dernière dispose de ressources importantes du fait de son contrat de licence signé avec la Chine et dépend alors étroitement des élites locales, y compris criminelles. En mars 1998, la direction d AVPK «Soukhoï» change, et l alliance Irkoutsk-ONEXIM perd le contrôle de la compagnie. C est alors que s esquissent les contours d un nouvel ensemble réunissant les actifs de «Soukhoï», sans toutefois IAPO. Les premières tentatives de consolidation des avionneurs russes sont donc éphémères. Les entreprises du milieu des années 1990 s avèrent incapables de proposer de nouveaux produits et de décrocher de nouveaux contrats d exportation. Elles connaissent une instabilité interne permanente, sont confrontées à une résistance opiniâtre des entités appelées à y être intégrées et évoluent dans un environnement économique et politique hostile. Les processus de consolidation du secteur aéronautique sont impulsés par la banque ONEXIM qui, à l époque, est l un des groupes financiers et industriels les plus agressifs du pays. La perte d influence de ce groupe, consécutive au départ, en mars 1997, de Vladimir Potanine du poste de premier vice-premier ministre de la Fédération de Russie, entraîne l effondrement de VPK «MAPO» et un remaniement à la tête d AVPK «Soukhoï». Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin

6 : des projets concurrents Le renforcement global de l État, et notamment l intensification de son intervention dans l économie au cours de la première moitié des années 2000, a des répercussions sur les avionneurs. Dès le début de la décennie, des compagnies publiques de seconde génération RSK «MiG» et AKhK «Soukhoï» voient le jour. Si «Soukhoï» reste une holding dont la compagnie de tête détient une participation majoritaire dans les entités la composant, RSK «MiG» est, d emblée, une compagnie intégrée. Disposant de moyens financiers et de capacités d innovation largement inférieurs à «Soukhoï», «MiG» réussit cependant à devancer une nouvelle fois son concurrent en termes de réorganisation. Il convient de souligner que l idée de créer ces corporations est née du temps du gouvernement de Primakov, en , à l initiative du vice-premier ministre Maslioukov. Le vice-premier ministre Ilia Klebanov, qui hérite du dossier aéronautique au début des années 2000, maintient le cap. De ce point de vue, on peut parler d une continuité entre la politique industrielle appliquée à la fin de l ère eltsinienne et au début de la présidence Poutine. Les processus de restructuration concernent avant tout les fabricants d avions de chasse détenant des contrats d exportation plus ou moins importants, tandis que le secteur des avions de transport militaire et des avions civils reste cantonné à la périphérie des processus de consolidation. C est à cette époque qu émerge l idée de créer, autour des avionneurs militaires, des unions industrielles polyvalentes regroupant fabricants d avions et d hélicoptères. La première de ces entités (SVSK-1) devait intégrer «Soukhoï», «Iliouchine» et «Mil», la seconde «MiG», «Tupolev» et «Kamov». Si cette idée avait été mise en œuvre, la Russie aurait été dotée d une industrie aéronautique bipolaire marquée par une forte intégration managériale, financière et technologique. Mais ce modèle ne prenait pas en compte un phénomène particulièrement notable de la première moitié des années 2000 : la montée en puissance du groupe privé «Irkout». Après avoir échoué à prendre la tête de la constellation «Soukhoï» dans son intégralité, les principaux actionnaires d IAPO créent, sur la base de l usine d Irkoutsk, la compagnie publique de construction aéronautique «Irkout». En 2004, cette compagnie réussit son introduction en bourse ; l année suivante, le géant européen de l aéronautique EADS entre dans son capital. Les activités d «Irkout» reposant avant tout sur un programme à long terme de fabrication Note de l Observatoire franco-russe, no3, Juin

7 de chasseurs-bombardiers Su-30 MKI destinés à l Inde, l entreprise souhaite absolument se diversifier. Elle commence donc à travailler dans les secteurs de l aviation commerciale, de la fabrication de composants pour Airbus, de l aviation amphibie, des drones et même des autogyres. «Irkout» se développant sur la base d une usine de production en série, sa direction accorde une attention particulière à l acquisition de moyens permettant de réaliser des études indépendamment de «Soukhoï». L achat du groupe «Avionique russe», l entrée au capital de TANTK Beriev et, surtout, la fusion avec le bureau d études Iakovlev permettent à «Irkout» de se doter d un potentiel de recherche en propre. Dans le même temps, la compagnie lance deux projets prometteurs : l avion d entraînement et de combat Iak-130 et le moyen-courrier MS-21. Parallèlement, «Irkout» conduit une politique agressive visant à accroître son influence dans l industrie aéronautique nationale. En 2004, le président et principal actionnaire d «Irkout», Alexeï Fedorov, prend la tête de la RSK«MiG», créant ainsi de fait une alliance entre les deux avionneurs. Le groupe d Irkoutsk prend également le contrôle du radariste «Phazotron» et établit une coopération avec le bureau d études «Iliouchine». En , il semblait qu «Irkout» avait vo cat i o n à i ntég rer l ensemble des avionneurs russes, y com pris «S ou khoï». Globalement, l émergence d un avionneur privé disposant d une gamme d activités relativement étendue et impliqué dans des coopérations internationales développées demeurera, sans aucun doute, une page marquante de l histoire de l industrie aéronautique post-soviétique. Mais, au milieu des années 2000, l État prend la décision de créer une série de «champions nationaux» de grandes holdings consolidant la quasi-totalité des actifs de chaque secteur et entièrement contrôlées par la puissance publique. Malheureusement, cette ligne ne laissait aucune place à «Irkout», pas plus qu à son alter ego chez les motoristes, «Saturn». La première moitié des années 2000 peut être considérée comme l époque d une concurrence relativement ouverte entre divers modèles de restructuration des avionneurs russes. Certains de ces modèles, comme le schéma bipolaire de holdings diversifiées cher à Ilia Klebanov, sont restés à l état de projets ; en revanche, les corporations étatiques de seconde génération RSK «MiG» et AKhK «Soukhoï», de même que la compagnie privée «Irkout», très active en matière de coopération internationale, ont, elles, vu le jour. Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin

8 A posteriori, il apparaît que ces deux modèles bipolaires le schéma «Klebanov», qui prévoyait la création des systèmes SVSK-1 et SVSK-2, et le format effectivement mis en œuvre où AKhK «Soukhoï» fait face à «Irkout» représentaient une forme d organisation du secteur plus souple, aussi bien du point de vue du maintien d une concurrence intérieure que de la formation d alliances stratégiques internationales incluant des industriels russes. Note de l Observatoire franco-russe, no3, Juin

9 OAK, ou la création d un «champion national» Au milieu des années 2000, l État arrête définitivement son choix quant à la forme que doit prendre la consolidation des actifs stratégiques dans le secteur des constructions mécaniques de précision. Le cap est mis sur la création de monopoles entièrement contrôlés par l État. C est ainsi que, dès le début des années 2000, est notamment créé «Almaz-Anteï» (systèmes antiaériens). À partir du milieu des années 2000, on assiste à la formation d une série de corporations «unifiées» chez les avionneurs (OAK), les motoristes (ODK) ou bien encore les hélicoptéristes («Hélicoptères de Russie»). Ce processus s accompagne d une nationalisation plus ou moins conflictuelle des actifs et d une baisse (mais non pas d une disparition totale) de la concurrence intérieure. Globalement, l idéologie sous-tendant les réformes lancées par l Etat russe est claire et compréhensible, bien que pas forcément consensuelle. Elle repose sur l idée que la Russie ne peut se permettre d avoir plus d une entité dans chacun des secteurs précédemment cités, et que le maintien d un environnement concurrentiel peut être assuré grâce à la participation à la compétition économique internationale. Le gouvernement, qui prévoyait d effectuer à l avenir des investissements significatifs dans la modernisation des secteurs stratégiques et de passer d importantes commandes, a jugé préférable de traiter avec des entreprises publiques et non pas privées. Notons que la création d OAK s est déroulée de façon relativement apaisé e, d u m o i n s s i l l on compare avec les motoristes (le propriétaire de «Saturn», Iouri Lastotchkine, s est en effet opposé avec acharnement, plus d un an dura nt, à l a n at i o n a l i sation de sa compagnie). Mieux : c est précisément le «groupe d Irkoutsk», via Alexeï Fedorov et Valéry Bezverkhny, qui a porté OAK sur les fonts baptismaux. Cela témoigne de la souplesse des dirigeants d Irkoutsk, qui ont compris qu il était inutile de s opposer aux orientations fondamentales de la politique économique de l État. Mais il existe une autre explication possible à ce pragmatisme : compte tenu l importance des dettes contractées par la compagnie au début des années 2000, les propriétaires d «Irkout» auraient agi selon le principe «privatisation des revenus, mutualisation des pertes». Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin

10 Avec la création, en 2006, d OAK se cristallise le modèle russe de réforme de l industrie aéronautique : la création «par en haut», impulsée et contrôlée par l Etat, d une holding publique qui, au moins dans un premier temps, se caractérise par un niveau d intégration interne relativement bas. Il est probable que le choix de ce modèle était inévitable dans un contexte général de renforcement du rôle de l Etat. Mais il apparaît que si les tendances à l œuvre chez les avionneurs au début des années 2000 s étaient prolongées, l on aurait abouti à une configuration plus souple et plus dynamique de ce secteur. L expansion du «groupe d Irkoutsk» aurait probablement conduit à la consolidation de la majeure partie de l industrie et à la création d une vaste alliance comprenant «Irkout» et «MiG», les bureaux d études Iakovlev, Iliouchine et Beriev, ainsi qu au moins un site industriel de la Volga, sans doute l usine d Oulianovsk. En développant harmonieusement ses liens avec EADS, une telle alliance aurait progressivement accru sa coopération internationale de la fabrication de composants pour les avions Airbus à la participation, en tant que partenaire financier, à divers nouveaux projets européens, comme par exemple l Airbus A-350 XWB. Les activités du groupe auraient continué de reposer au premier chef sur le programme Su-30MKI et sur l exportation des divers modèles de MiG-29. Progressivement, il se serait diversifié, grâce au programme Iak-130 et, surtout, grâce à son entrée sur le marché de l aviation commerciale. D un autre côté, AKhK «Soukhoï» se serait trouvé à la base d un pôle purement national, travaillant essentiellement dans l intérêt de l armée de l Air russe et exportant des chasseurs-bombardiers Su-30/35. Le pôle «Soukhoï» aurait sans doute attiré dans son orbite «Tupolev» et son savoir-faire en matière d aviation stratégique domaine qui, bien entendu, relèvera toujours de la souveraineté nationale. Une telle structure binaire aurait permis, d une part, de conserver une autonomie nationale dans le secteur de l aviation militaire et, d autre part, d accroître l ampleur et la qualité de la coopération internationale. Ces deux objectifs seront probablement atteints dans le cadre d OAK ; mais il est tout à fait évident que la nationalisation d «Irkout» est l une des raisons principales (mais pas la seule) de l essoufflement du tumultueux processus de rapprochement entre l industrie aéronautique russe et EADS. Note de l Observatoire franco-russe, no3, Juin

11 Bilan de la restructuration : réussites et échecs De notre point de vue, les principaux succès enregistrés par les avionneurs russes et l Etat, principal moteur, nous l avons vu, des restructurations récentes sont : 1. La préservation physique et le relatif assainissement financier du secteur lors de la crise de 2009 et au cours des années suivantes. Au début de l intervention massive de l État dans l industrie aéronautique, seuls «Irkout» et, dans une moindre mesure, «Soukhoï» pouvaient se prévaloir d une situation financière plus ou moins solide. Au plus fort de la crise, la plupart des entreprises du secteur, lestées de dettes, se sont retrouvées au bord de la faillite. Ce sont les injections massives de capitaux effectuées par l État ou par des institutions quasi-étatiques qui ont permis de sauver «MiG», ainsi et les usines de Voronej (VASO) et d Oulianovsk (Aviastar). 2. Les commandes publiques aux avionneurs. Depuis décembre 2008, date à laquelle le ministère russe de la Défense a signé son premier contrat significatif, les forces aériennes nationales ont commandé au total 306 avions de combat 1, 66 avions d entraînement et de combat et 39 avions de transport militaire. La production d avions de ligne Tu-204 ne se maintient que grâce aux commandes publiques. En tout, le programme d armement prévoit, d ici à 2020, l acquisition d au moins 600 avions tactiques. De ce point de vue, on est passé d un modèle basé sur les exportations à un modèle plus traditionnel, où dominent les achats domestiques. D un autre côté, on ne note pas de véritables progrès dans le segment de la production d avions civils. C est l ampleur des commandes publiques qui explique la hausse des volumes de production d OAK, passés de 80 milliards de roubles en 2007 à 180 milliards de roubles en La production d avions est quant à elle passée de 53 unités en 2008 à 102 appareils en L intégration au sein d OAK progresse lentement mais sûrement. AKhK «Soukhoï» a été véritablement unifié ; l intégration de RSK «MiG» et de l usine «Sokol» est imminente ; un Centre de compétences dédié à l aviation de transport Su-34, 60 Su-30SМ, 48 Su-35S, 34 MiG-29SMT/UBT, 24 MiG-29К,12 Su-27SМ3, 4 Su-30М2. En outre un contrat d achat de 24 MiG-35S est attendu à court terme. Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin

12 militaire - OAK-TS - a été établi sur la base d «Iliouchine». Cette intégration s accompagne d une optimisation certes conservatrice mais néanmoins réelle de la production. Des pôles de compétences se distinguent, notamment ceux spécialisés dans la production de matériaux composites ; sur certains sites, comme à Voronej, Komsomolsk-sur-l Amour ou Irkoutsk, on constate une amélioration de l efficacité énergétique et de la productivité. D un autre côté, deux problèmes fondamentaux (liés l un à l autre) demeurent. Premièrement, la Russie est toujours absente du marché mondial de l aviation commerciale. Pis : au cours des cinq-sept dernières années, les compagnies aériennes russes se sont presque entièrement réorientées vers l acquisition d appareils étrangers. La seule exception est l avion régional SSJ-100, mais sa production annuelle dépasse à peine la dizaine d unités, et sa mise en service s accompagne de nombreuses difficultés. Les explications à cet état de fait sont multiples. Signalons seulement que la situation est, dans une large mesure, une conséquence du paradigme soviétique de développement de l aviation : à l époque, la priorité était donnée aux appareils militaires. Ce n est que dans les dernières années de l URSS qu ont été entrepris des efforts plus ou moins sérieux visant à créer des avions efficaces d un point de vue commercial (et optimisés pour le marché domestique), comme l Il-86 ou le Tu-204. La production nationale d avions de ligne a également souffert de la suppression des droits de douane prohibitifs précédemment en vigueur et de la politique anti-iranienne à courte vue conduite par l ex-président Medvedev, qui a empêché une transaction portant sur la vente à ce pays d une cinquantaine de Tu-204. Deuxièmement, la question de la création d alliances stratégiques internationales n a toujours pas été résolue. On peut affirmer que la Russie a laissé échapper pour longtemps, si ce n est pour toujours, la possibilité de devenir un acteur indépendant de premier plan sur le marché de l aviation commerciale. Aujourd hui, elle accuse même un retard important sur les acteurs de second rang Note de l Observatoire franco-russe, no3, Juin

13 comme le Brésil et le Canada. Or la concurrence se renforce, du fait notamment de l apparition de nouvelles puissances aéronautiques, parmi lesquelles la Chine et le Japon. Dans ce contexte, la seule stratégie qui permettrait à la Russie de rester présente sur le marché de l aviation commerciale est la coopération internationale. Mais à ce jour, ses succès demeurent fort modestes. Il semble que la participation italienne au projet SSJ-100 n ait pas apporté à ce programme les avantages attendus. Le plus regrettable est le ralentissement du rapprochement entre la Russie et l UE. Les raisons de ce phénomène mériteraient une étude à part, mais nous avons déjà évoqué l une d elles, peut-être la principale : la nationalisation d «Irkout», qui a entraîné la sortie d EADS du capital d OAK. Enfin, notons que même la coopération russo-ukrainienne se déroule dans un climat de crise permanente. Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin

14 A la recherche des «courants faibles» Les tendances lourdes qui seront à l œuvre chez les avionneurs russes au cours des cinq-sept prochaines années sont évidentes. Fort des commandes garanties de l État pour des centaines d avions de combat et des dizaines d avions d entraînement et de transport militaire, OAK cherchera à développer sa production civile. Le succès ou l échec d OAK dans ce domaine sera décisif pour les perspectives de l industrie aéronautique nationale au-delà de La Russie aurait le plus grand intérêt à rechercher les «courants faibles» générés par les entités économiques demeurées au-delà du périmètre d OAK. Il ne faut guère s attendre à quelque percée révolutionnaire de la part de l usine de Samara, qui a misé sur le projet - voué à l échec (comme tous les programmes ukrainiens post-soviétiques) - An-140. Mais il faut relever les tentatives visant à localiser en Russie la production d avions occidentaux de taille modeste. Le dernier exemple de ce type en date est l annonce d une possible production sous licence en Russie, à l usine UZGA, contrôlée par la corporation publique Rostekh, d avions autrichiens de 9-19 places Diamond Aircraft. Une reconfiguration majeure des avionneurs russes peut également résulter de la révolution technologique liée au développement des drones. A ce jour, ce segment est relativement marginal par rapport au volume d affaires d OAK. Les choses pourraient cependant évoluer au cours des prochaines années. Et il n est pas certain qu OAK soit mieux préparé à cette révolution que des sociétés de taille moindre mais particulièrement dynamiques, telle Tranzas. Ces projets, situés hors du «mainstream», liés aux drones et à l aviation légère, sont susceptibles de donner lieu à des partenariats inattendus avec des entreprises étrangères et de produire des effets considérables. Note de l Observatoire franco-russe, no3, Juin

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 août 2015. PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord

Plus en détail

La R&D en Russie, les réformes, l innovation et la corruption

La R&D en Russie, les réformes, l innovation et la corruption ALLIANCE UNIVERSITE ENTREPRISE DE GRENOBLE La R&D en Russie, les réformes, l innovation et la corruption par Michel ZIGONE www.aueg.org 1 Remerciements à : Valériia LOBASENKO Eric BRUNAT qui ont contribué

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain AVIS DEMANDE LIÉE À L ACQUISITION PROJETÉE PAR LA CORPORATION D ACQUISITION GROUPE MAPLE DU GROUPE TMX INC., D ALPHA TRADING SYSTEMS LIMITED PARTNERSHIP, D ALPHA TRADING SYSTEMS INC. ET DE LA CAISSE CANADIENNE

Plus en détail

Chaîne de valeur de l industrie automobile: une opportunité pour les équipementiers

Chaîne de valeur de l industrie automobile: une opportunité pour les équipementiers Automobile Chaîne de valeur de l industrie automobile: une opportunité pour les équipementiers Jacques aschenbroich Directeur général de Valeo Un équilibre nouveau s annonce dans l industrie automobile.

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 La grande distribution alimentaire bouge au niveau mondial et en France. Pour les acteurs français, la famille Mulliez et Naouri taillent des croupières à Arnault

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

CUSTOM SOLUTIONS SA RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LA GESTION DU GROUPE. Sociétés Forme Pays d immatriculation

CUSTOM SOLUTIONS SA RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LA GESTION DU GROUPE. Sociétés Forme Pays d immatriculation CUSTOM SOLUTIONS SA Société anonyme au capital de 4.863.050 Siège Social : 135, avenue Victoire Z.I. de Rousset-Peynier 13790 ROUSSET RCS AIX EN PROVENCE B 500 517 776 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

L implantation des banques marocaines en Afrique

L implantation des banques marocaines en Afrique L implantation des banques marocaines en Afrique L intégration de l économie marocaine à l économie mondiale est désormais une évidence qui fait l unanimité, le dynamisme de cette intégration a été rendu

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Mécanique énergie procédes produits de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Philosophie, psychanalyse de l Université Paul-Valéry Montpellier 3 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE La croissance mondiale des investissements publicitaires se poursuit : les achats publicitaires devraient croître de 4,8% en 2012. Un chiffre en légère progression par rapport aux

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS

DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS AM101f-Y 1 M. Harris Georgiades Président du Conseil des gouverneurs de la BERD Assemblée annuelle, Tbilissi 15-16 mai 2015 Discours d ouverture

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

Rapport d'évaluation. de l'université Lille 3. Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185

Rapport d'évaluation. de l'université Lille 3. Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185 de l'université Lille 3 Juin 2009 Section des Unités

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

Guide de garantie des investissements

Guide de garantie des investissements Guide de garantie des investissements Agence multilatérale de garantie des investissements Groupe de la Banque mondiale La MIGA: des atouts uniques au service de ses clients L Agence multilatérale de garantie

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Débats et Prospectives

Débats et Prospectives Débats et Prospectives CONSOLIDATION DE LA TVA : UNE PREMIERE ETAPE VERS LE «GROUPE TVA» Très tôt dans le droit communautaire de la TVA est apparue la notion de «groupe», consistant à considérer comme

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière.

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. La construction de l informatisation de la Chine est une stratégie nationale qui est directement liée avec la vitesse et

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Analyse de la carte :

Analyse de la carte : Amorcée au 18eme siècle en Angleterre la révolution industrielle s accélère dans les années 1870 1880 et se diffuse dans toute l Europe et aux USA. Stimulé par de nouvelles inventions comme l électricité,

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

lancent la Chaire SIRIUS :

lancent la Chaire SIRIUS : COMMUNIQUE DE PRESSE Toulouse, le 21 octobre 2013 Le CNES, Astrium, Thales Alenia Space, Toulouse Business School, & l Université Toulouse I Capitole, lancent la Chaire SIRIUS : La première Chaire internationale

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E DEXIA ANNONCE LES RÉSULTATS DE LA REVUE STRATÉGIQUE DE FSA FSA QUITTE LE SECTEUR DES ABS ET SE CONCENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVICES FINANCIERS AU SECTEUR PUBLIC RENFORCEMENT

Plus en détail

ACQUISITIONS EN CHINE : ACHAT D ACTIFS OU PRISE DE PARTICIPATION?

ACQUISITIONS EN CHINE : ACHAT D ACTIFS OU PRISE DE PARTICIPATION? Le marché chinois des fusions-acquisitions offre chaque année davantage d opportunités aux investisseurs étrangers: en 2010, le montant de transactions impliquant des entreprises étrangères s élevait à

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Modélisation et décision dans le risque de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Comptabilité, contrôle, audit de l Université Lille 2 Droit et santé Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE.

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE. BOURBON Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 2 mai 205 BOURBONOFFSHORE.COM _ BOURBON DEMAIN Mesdames, Messieurs, chers Actionnaires Ceux

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

lancent la Chaire SIRIUS :

lancent la Chaire SIRIUS : COMMUNIQUE DE PRESSE Toulouse, le 23 octobre 2013 Le CNES, Astrium, Thales Alenia Space, Toulouse Business School & l Université Toulouse I Capitole, lancent la Chaire SIRIUS : La première Chaire internationale

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF COMMUNIQUÉ PARIS, LE 12 FEVRIER 2015 RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF Préambule : le présent communiqué s inscrit dans le contexte de la mise en œuvre de la Loi du 4 août 2014 portant réforme ferroviaire

Plus en détail

1.1. Introduction... 9 1.2. Un siècle de transport aérien au Brésil... 9. 1.3. Le transport aérien au Brésil... 13

1.1. Introduction... 9 1.2. Un siècle de transport aérien au Brésil... 9. 1.3. Le transport aérien au Brésil... 13 6 SOMMAIRE 1. PANORAMA...9 1.1. Introduction... 9 1.2. Un siècle de transport aérien au Brésil... 9 1.2.1. Les pionniers...9 1.2.2. La période militaire...10 1.2.3. Le retour au libéralisme....10 1.2.4.

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Comment Airbus monte en puissance en Chine Par Olivier James - Publié le 28 novembre 2013 L'Usine Nouvelle n 3355 Chine, Airbus, Aéronautique

Comment Airbus monte en puissance en Chine Par Olivier James - Publié le 28 novembre 2013 L'Usine Nouvelle n 3355 Chine, Airbus, Aéronautique 1 sur 5 15/08/2015 11:11 RECHERCHER Recevez nos newsletters Abonnez-vous Identifiez-vous Usinenouvelle.com > Organisation industrielle Comment Airbus monte en puissance en Chine Par Olivier James - Publié

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Introduction Le Groupe Co-operators limitée est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires de tout le Canada, issus

Plus en détail

Commission de Surveillance du Secteur Financier

Commission de Surveillance du Secteur Financier COMMUNIQUE DE PRESSE 13/20 PUBLICATION DU RAPPORT D ACTIVITES 2012 DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER (CSSF) Même si cela peut paraître surprenant par des temps aussi mouvementés, l

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Droit privé. Université Bordeaux. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Droit privé. Université Bordeaux. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit privé Université Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président En vertu

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable?

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Lean Management : une stratégie de long terme Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Au cours de ces deux dernières années, les grandes entreprises du monde

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale

Plus en détail

Assemblée Générale du 28 avril 2015. Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ

Assemblée Générale du 28 avril 2015. Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ Assemblée Générale du 28 avril 2015 Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ Pour mémoire, les questions écrites, pour être recevables, doivent être adressées au Président-Directeur

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Master Management international

Master Management international Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management international Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

L'ouverture à la concurrence

L'ouverture à la concurrence [Extrait] CONSOMMATION ET CONCURRENCE RÉGLEMENTATION Services en réseaux L'ouverture à la concurrence Article du bureau Économie des réseaux, de la direction de la Prévision et de l analyse économique.

Plus en détail

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables 29 Une réponse au défi Création de richesses collectives durables La question de la propriété est au centre des valeurs qui animent l économie sociale. L économie est devenue guerrière lorsqu elle a mis

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail