Avionneurs russes: bilan des réformes et perspectives d avenir. Konstantin Makienko Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Avionneurs russes: bilan des réformes et perspectives d avenir. Konstantin Makienko Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin 2013"

Transcription

1 Avionneurs russes: bilan des réformes et perspectives d avenir Konstantin Makienko Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin 2013

2 Auteur Konstantin Makienko Diplômé de la chaire d études orientales de la faculté de relations internationales du MGIMO et du mastère franco-russe en sciences politiques et relations internationales. En , Konstantin Makienko dirige le programme «Armements conventionnels» du Centre d études politiques en Russie (PIR- Center). Depuis 1997, il est directeur-adjoint du Centre d analyse des stratégies et technologies (CAST), centre de recherche de référence à Moscou sur les questions aéronautiques et de défense. Auteur de nombreuses publications sur les exportations d armes russes. Observatoire franco-russe Créé en mars 2012 à l initiative du Conseil économique de la Chambre de commerce et d industrie franco-russe (CCIFR), l Observatoire a pour vocation de produire une expertise approfondie sur la Russie, ainsi que de promouvoir une meilleure connaissance des réalités françaises auprès des élites politiques et économiques russes. Il publie des notes thématiques et un rapport annuel sur la Russie. Il organise également des manifestations (colloques, séminaires, conférences de presse) à Paris, à Moscou et dans les régions russes. L Observatoire franco-russe s est doté d un conseil scientifique réunissant une quinzaine d universitaires et experts (Alain Blum, Pascal Boniface, Isabelle Facon, Pierre Kopp, Jean Radvanyi, Marie-Pierre Rey, Georges Sokoloff, Evgueni Gavrilenkov, Natalia Lapina, Fiodor Loukianov, Sergueï Karaganov, Rouslan Poukhov, Konstantin Simonov, Tatiana Stanovaïa) qui participent activement à ses travaux. Note de l Observatoire franco-russe, no3, Juin

3 Sommaire Auteur / Observatoire franco-russe Sommaire Les premières tentatives de réformes : des projets concurrents OAK, ou la création d un «champion national» Bilan de la restructuration : réussites et échecs A la recherche des «courants faibles» Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin

4 Années 1990: les premières tentatives de réformes Après la dissolution de l URSS et la liquidation du ministère soviétique de l Industrie aéronautique, la consolidation de ce secteur est toujours apparue comme une nécessité dans la Russie post-soviétique. Les premières tentatives en ce sens sont lancées dès le milieu des années Dans un contexte marqué par l absence de commandes de l État faute de moyens et par l effondrement de la demande d avions commerciaux, les réformes concernent avant tout les bureaux d études et usines impliqués dans des programmes d exportation. A l époque, ce sont les groupes bancaires et industriels contrôlés par des oligarques qui jouent un rôle moteur dans ces processus. L avionneur «MiG» est le premier concerné par la restructuration. En juin 1994, il signe avec la Malaisie un contrat historique de plus d un demi-milliard de dollars portant sur la vente de 18 avions de chasse MiG-29N. Dès 1995 est créée MAPO «MiG», entité qui réunit le bureau d études Mikoïan (concepteur des avions de chasse MiG-29) et l usine de construction en série N 30. En 1996, cette compagnie intègre des fournisseurs de systèmes et de composants des chasseurs MiG-29, en particulier des motoristes, ainsi que des concepteurs et fabricants d avionique. En outre, la nouvelle compagnie intègre le bureau d études de l hélicoptériste Kamov. On considère généralement que la direction de MAPO «MiG» - VPK «MAPO» appartenait à la sphère d influence du conseiller du président pour les questions relatives à la coopération militaro-technique, Boris Kouzyk, lui-même lié à la banque ONEXIM. En dépit des rentrées d argent - considérables pour le milieu des années 1990 générées par le contrat malaisien, MAPO «MiG»/ VPK «MAPO» n a pas su, ou n a pas eu le temps de concevoir de nouvelles versions modernisées en profondeur du chasseur MiG-29, ni de proposer au marché d autres produits arrivés à maturité, que ce soit dans le segment des avions d entraînement ou dans celui des hélicoptères. Le programme de fabrication du chasseur de cinquième génération MFI 1.44 n a pas, lui non plus, connu de développements significatifs. En 1997, après un changement de direction à la tête de «MiG» et son passage sous le contrôle informel de Iakov Ourinson (vice-premier ministre de mars 1997 à avril 1998) et d Evguéni Ananiev (directeur général de l agence d exportation d armement Rosvooroujenié), sur fond de recul des positions d ONEXIM dans l industrie militaire, le niveau d intégration des entités composant VPK «MAPO» faiblit. L autonomie juridique et économique du bureau d études et des usines de Note de l Observatoire franco-russe, no3, Juin

5 production en série est rétablie, si bien qu en , le système mis en place antérieurement a disparu. La deuxième expérience de consolidation des actifs aéronautiques au milieu des années 1990 est la création d AVPK «Soukhoï», qui est composé du bureau d études «Soukhoï» et de trois sites industriels impliqués dans la fabrication des chasseurs Su-27/30. L initiateur de cette consolidation est IAPO (Union industrielle aéronautique d Irkoutsk), que dirige Alexeï Fedorov. De même que pour «MiG», des liens existaient entre IAPO et la banque ONEXIM. Cette tentative de consolidation sous l égide de l usine d Irkoutsk suscite une résistance acharnée et efficace de la part des deux autres sites inclus dans la nouvelle entité, et avant tout de la part de l usine de Komsomolsk-sur-l Amour. Cette dernière dispose de ressources importantes du fait de son contrat de licence signé avec la Chine et dépend alors étroitement des élites locales, y compris criminelles. En mars 1998, la direction d AVPK «Soukhoï» change, et l alliance Irkoutsk-ONEXIM perd le contrôle de la compagnie. C est alors que s esquissent les contours d un nouvel ensemble réunissant les actifs de «Soukhoï», sans toutefois IAPO. Les premières tentatives de consolidation des avionneurs russes sont donc éphémères. Les entreprises du milieu des années 1990 s avèrent incapables de proposer de nouveaux produits et de décrocher de nouveaux contrats d exportation. Elles connaissent une instabilité interne permanente, sont confrontées à une résistance opiniâtre des entités appelées à y être intégrées et évoluent dans un environnement économique et politique hostile. Les processus de consolidation du secteur aéronautique sont impulsés par la banque ONEXIM qui, à l époque, est l un des groupes financiers et industriels les plus agressifs du pays. La perte d influence de ce groupe, consécutive au départ, en mars 1997, de Vladimir Potanine du poste de premier vice-premier ministre de la Fédération de Russie, entraîne l effondrement de VPK «MAPO» et un remaniement à la tête d AVPK «Soukhoï». Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin

6 : des projets concurrents Le renforcement global de l État, et notamment l intensification de son intervention dans l économie au cours de la première moitié des années 2000, a des répercussions sur les avionneurs. Dès le début de la décennie, des compagnies publiques de seconde génération RSK «MiG» et AKhK «Soukhoï» voient le jour. Si «Soukhoï» reste une holding dont la compagnie de tête détient une participation majoritaire dans les entités la composant, RSK «MiG» est, d emblée, une compagnie intégrée. Disposant de moyens financiers et de capacités d innovation largement inférieurs à «Soukhoï», «MiG» réussit cependant à devancer une nouvelle fois son concurrent en termes de réorganisation. Il convient de souligner que l idée de créer ces corporations est née du temps du gouvernement de Primakov, en , à l initiative du vice-premier ministre Maslioukov. Le vice-premier ministre Ilia Klebanov, qui hérite du dossier aéronautique au début des années 2000, maintient le cap. De ce point de vue, on peut parler d une continuité entre la politique industrielle appliquée à la fin de l ère eltsinienne et au début de la présidence Poutine. Les processus de restructuration concernent avant tout les fabricants d avions de chasse détenant des contrats d exportation plus ou moins importants, tandis que le secteur des avions de transport militaire et des avions civils reste cantonné à la périphérie des processus de consolidation. C est à cette époque qu émerge l idée de créer, autour des avionneurs militaires, des unions industrielles polyvalentes regroupant fabricants d avions et d hélicoptères. La première de ces entités (SVSK-1) devait intégrer «Soukhoï», «Iliouchine» et «Mil», la seconde «MiG», «Tupolev» et «Kamov». Si cette idée avait été mise en œuvre, la Russie aurait été dotée d une industrie aéronautique bipolaire marquée par une forte intégration managériale, financière et technologique. Mais ce modèle ne prenait pas en compte un phénomène particulièrement notable de la première moitié des années 2000 : la montée en puissance du groupe privé «Irkout». Après avoir échoué à prendre la tête de la constellation «Soukhoï» dans son intégralité, les principaux actionnaires d IAPO créent, sur la base de l usine d Irkoutsk, la compagnie publique de construction aéronautique «Irkout». En 2004, cette compagnie réussit son introduction en bourse ; l année suivante, le géant européen de l aéronautique EADS entre dans son capital. Les activités d «Irkout» reposant avant tout sur un programme à long terme de fabrication Note de l Observatoire franco-russe, no3, Juin

7 de chasseurs-bombardiers Su-30 MKI destinés à l Inde, l entreprise souhaite absolument se diversifier. Elle commence donc à travailler dans les secteurs de l aviation commerciale, de la fabrication de composants pour Airbus, de l aviation amphibie, des drones et même des autogyres. «Irkout» se développant sur la base d une usine de production en série, sa direction accorde une attention particulière à l acquisition de moyens permettant de réaliser des études indépendamment de «Soukhoï». L achat du groupe «Avionique russe», l entrée au capital de TANTK Beriev et, surtout, la fusion avec le bureau d études Iakovlev permettent à «Irkout» de se doter d un potentiel de recherche en propre. Dans le même temps, la compagnie lance deux projets prometteurs : l avion d entraînement et de combat Iak-130 et le moyen-courrier MS-21. Parallèlement, «Irkout» conduit une politique agressive visant à accroître son influence dans l industrie aéronautique nationale. En 2004, le président et principal actionnaire d «Irkout», Alexeï Fedorov, prend la tête de la RSK«MiG», créant ainsi de fait une alliance entre les deux avionneurs. Le groupe d Irkoutsk prend également le contrôle du radariste «Phazotron» et établit une coopération avec le bureau d études «Iliouchine». En , il semblait qu «Irkout» avait vo cat i o n à i ntég rer l ensemble des avionneurs russes, y com pris «S ou khoï». Globalement, l émergence d un avionneur privé disposant d une gamme d activités relativement étendue et impliqué dans des coopérations internationales développées demeurera, sans aucun doute, une page marquante de l histoire de l industrie aéronautique post-soviétique. Mais, au milieu des années 2000, l État prend la décision de créer une série de «champions nationaux» de grandes holdings consolidant la quasi-totalité des actifs de chaque secteur et entièrement contrôlées par la puissance publique. Malheureusement, cette ligne ne laissait aucune place à «Irkout», pas plus qu à son alter ego chez les motoristes, «Saturn». La première moitié des années 2000 peut être considérée comme l époque d une concurrence relativement ouverte entre divers modèles de restructuration des avionneurs russes. Certains de ces modèles, comme le schéma bipolaire de holdings diversifiées cher à Ilia Klebanov, sont restés à l état de projets ; en revanche, les corporations étatiques de seconde génération RSK «MiG» et AKhK «Soukhoï», de même que la compagnie privée «Irkout», très active en matière de coopération internationale, ont, elles, vu le jour. Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin

8 A posteriori, il apparaît que ces deux modèles bipolaires le schéma «Klebanov», qui prévoyait la création des systèmes SVSK-1 et SVSK-2, et le format effectivement mis en œuvre où AKhK «Soukhoï» fait face à «Irkout» représentaient une forme d organisation du secteur plus souple, aussi bien du point de vue du maintien d une concurrence intérieure que de la formation d alliances stratégiques internationales incluant des industriels russes. Note de l Observatoire franco-russe, no3, Juin

9 OAK, ou la création d un «champion national» Au milieu des années 2000, l État arrête définitivement son choix quant à la forme que doit prendre la consolidation des actifs stratégiques dans le secteur des constructions mécaniques de précision. Le cap est mis sur la création de monopoles entièrement contrôlés par l État. C est ainsi que, dès le début des années 2000, est notamment créé «Almaz-Anteï» (systèmes antiaériens). À partir du milieu des années 2000, on assiste à la formation d une série de corporations «unifiées» chez les avionneurs (OAK), les motoristes (ODK) ou bien encore les hélicoptéristes («Hélicoptères de Russie»). Ce processus s accompagne d une nationalisation plus ou moins conflictuelle des actifs et d une baisse (mais non pas d une disparition totale) de la concurrence intérieure. Globalement, l idéologie sous-tendant les réformes lancées par l Etat russe est claire et compréhensible, bien que pas forcément consensuelle. Elle repose sur l idée que la Russie ne peut se permettre d avoir plus d une entité dans chacun des secteurs précédemment cités, et que le maintien d un environnement concurrentiel peut être assuré grâce à la participation à la compétition économique internationale. Le gouvernement, qui prévoyait d effectuer à l avenir des investissements significatifs dans la modernisation des secteurs stratégiques et de passer d importantes commandes, a jugé préférable de traiter avec des entreprises publiques et non pas privées. Notons que la création d OAK s est déroulée de façon relativement apaisé e, d u m o i n s s i l l on compare avec les motoristes (le propriétaire de «Saturn», Iouri Lastotchkine, s est en effet opposé avec acharnement, plus d un an dura nt, à l a n at i o n a l i sation de sa compagnie). Mieux : c est précisément le «groupe d Irkoutsk», via Alexeï Fedorov et Valéry Bezverkhny, qui a porté OAK sur les fonts baptismaux. Cela témoigne de la souplesse des dirigeants d Irkoutsk, qui ont compris qu il était inutile de s opposer aux orientations fondamentales de la politique économique de l État. Mais il existe une autre explication possible à ce pragmatisme : compte tenu l importance des dettes contractées par la compagnie au début des années 2000, les propriétaires d «Irkout» auraient agi selon le principe «privatisation des revenus, mutualisation des pertes». Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin

10 Avec la création, en 2006, d OAK se cristallise le modèle russe de réforme de l industrie aéronautique : la création «par en haut», impulsée et contrôlée par l Etat, d une holding publique qui, au moins dans un premier temps, se caractérise par un niveau d intégration interne relativement bas. Il est probable que le choix de ce modèle était inévitable dans un contexte général de renforcement du rôle de l Etat. Mais il apparaît que si les tendances à l œuvre chez les avionneurs au début des années 2000 s étaient prolongées, l on aurait abouti à une configuration plus souple et plus dynamique de ce secteur. L expansion du «groupe d Irkoutsk» aurait probablement conduit à la consolidation de la majeure partie de l industrie et à la création d une vaste alliance comprenant «Irkout» et «MiG», les bureaux d études Iakovlev, Iliouchine et Beriev, ainsi qu au moins un site industriel de la Volga, sans doute l usine d Oulianovsk. En développant harmonieusement ses liens avec EADS, une telle alliance aurait progressivement accru sa coopération internationale de la fabrication de composants pour les avions Airbus à la participation, en tant que partenaire financier, à divers nouveaux projets européens, comme par exemple l Airbus A-350 XWB. Les activités du groupe auraient continué de reposer au premier chef sur le programme Su-30MKI et sur l exportation des divers modèles de MiG-29. Progressivement, il se serait diversifié, grâce au programme Iak-130 et, surtout, grâce à son entrée sur le marché de l aviation commerciale. D un autre côté, AKhK «Soukhoï» se serait trouvé à la base d un pôle purement national, travaillant essentiellement dans l intérêt de l armée de l Air russe et exportant des chasseurs-bombardiers Su-30/35. Le pôle «Soukhoï» aurait sans doute attiré dans son orbite «Tupolev» et son savoir-faire en matière d aviation stratégique domaine qui, bien entendu, relèvera toujours de la souveraineté nationale. Une telle structure binaire aurait permis, d une part, de conserver une autonomie nationale dans le secteur de l aviation militaire et, d autre part, d accroître l ampleur et la qualité de la coopération internationale. Ces deux objectifs seront probablement atteints dans le cadre d OAK ; mais il est tout à fait évident que la nationalisation d «Irkout» est l une des raisons principales (mais pas la seule) de l essoufflement du tumultueux processus de rapprochement entre l industrie aéronautique russe et EADS. Note de l Observatoire franco-russe, no3, Juin

11 Bilan de la restructuration : réussites et échecs De notre point de vue, les principaux succès enregistrés par les avionneurs russes et l Etat, principal moteur, nous l avons vu, des restructurations récentes sont : 1. La préservation physique et le relatif assainissement financier du secteur lors de la crise de 2009 et au cours des années suivantes. Au début de l intervention massive de l État dans l industrie aéronautique, seuls «Irkout» et, dans une moindre mesure, «Soukhoï» pouvaient se prévaloir d une situation financière plus ou moins solide. Au plus fort de la crise, la plupart des entreprises du secteur, lestées de dettes, se sont retrouvées au bord de la faillite. Ce sont les injections massives de capitaux effectuées par l État ou par des institutions quasi-étatiques qui ont permis de sauver «MiG», ainsi et les usines de Voronej (VASO) et d Oulianovsk (Aviastar). 2. Les commandes publiques aux avionneurs. Depuis décembre 2008, date à laquelle le ministère russe de la Défense a signé son premier contrat significatif, les forces aériennes nationales ont commandé au total 306 avions de combat 1, 66 avions d entraînement et de combat et 39 avions de transport militaire. La production d avions de ligne Tu-204 ne se maintient que grâce aux commandes publiques. En tout, le programme d armement prévoit, d ici à 2020, l acquisition d au moins 600 avions tactiques. De ce point de vue, on est passé d un modèle basé sur les exportations à un modèle plus traditionnel, où dominent les achats domestiques. D un autre côté, on ne note pas de véritables progrès dans le segment de la production d avions civils. C est l ampleur des commandes publiques qui explique la hausse des volumes de production d OAK, passés de 80 milliards de roubles en 2007 à 180 milliards de roubles en La production d avions est quant à elle passée de 53 unités en 2008 à 102 appareils en L intégration au sein d OAK progresse lentement mais sûrement. AKhK «Soukhoï» a été véritablement unifié ; l intégration de RSK «MiG» et de l usine «Sokol» est imminente ; un Centre de compétences dédié à l aviation de transport Su-34, 60 Su-30SМ, 48 Su-35S, 34 MiG-29SMT/UBT, 24 MiG-29К,12 Su-27SМ3, 4 Su-30М2. En outre un contrat d achat de 24 MiG-35S est attendu à court terme. Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin

12 militaire - OAK-TS - a été établi sur la base d «Iliouchine». Cette intégration s accompagne d une optimisation certes conservatrice mais néanmoins réelle de la production. Des pôles de compétences se distinguent, notamment ceux spécialisés dans la production de matériaux composites ; sur certains sites, comme à Voronej, Komsomolsk-sur-l Amour ou Irkoutsk, on constate une amélioration de l efficacité énergétique et de la productivité. D un autre côté, deux problèmes fondamentaux (liés l un à l autre) demeurent. Premièrement, la Russie est toujours absente du marché mondial de l aviation commerciale. Pis : au cours des cinq-sept dernières années, les compagnies aériennes russes se sont presque entièrement réorientées vers l acquisition d appareils étrangers. La seule exception est l avion régional SSJ-100, mais sa production annuelle dépasse à peine la dizaine d unités, et sa mise en service s accompagne de nombreuses difficultés. Les explications à cet état de fait sont multiples. Signalons seulement que la situation est, dans une large mesure, une conséquence du paradigme soviétique de développement de l aviation : à l époque, la priorité était donnée aux appareils militaires. Ce n est que dans les dernières années de l URSS qu ont été entrepris des efforts plus ou moins sérieux visant à créer des avions efficaces d un point de vue commercial (et optimisés pour le marché domestique), comme l Il-86 ou le Tu-204. La production nationale d avions de ligne a également souffert de la suppression des droits de douane prohibitifs précédemment en vigueur et de la politique anti-iranienne à courte vue conduite par l ex-président Medvedev, qui a empêché une transaction portant sur la vente à ce pays d une cinquantaine de Tu-204. Deuxièmement, la question de la création d alliances stratégiques internationales n a toujours pas été résolue. On peut affirmer que la Russie a laissé échapper pour longtemps, si ce n est pour toujours, la possibilité de devenir un acteur indépendant de premier plan sur le marché de l aviation commerciale. Aujourd hui, elle accuse même un retard important sur les acteurs de second rang Note de l Observatoire franco-russe, no3, Juin

13 comme le Brésil et le Canada. Or la concurrence se renforce, du fait notamment de l apparition de nouvelles puissances aéronautiques, parmi lesquelles la Chine et le Japon. Dans ce contexte, la seule stratégie qui permettrait à la Russie de rester présente sur le marché de l aviation commerciale est la coopération internationale. Mais à ce jour, ses succès demeurent fort modestes. Il semble que la participation italienne au projet SSJ-100 n ait pas apporté à ce programme les avantages attendus. Le plus regrettable est le ralentissement du rapprochement entre la Russie et l UE. Les raisons de ce phénomène mériteraient une étude à part, mais nous avons déjà évoqué l une d elles, peut-être la principale : la nationalisation d «Irkout», qui a entraîné la sortie d EADS du capital d OAK. Enfin, notons que même la coopération russo-ukrainienne se déroule dans un climat de crise permanente. Note de l Observatoire franco-russe, n o 3, Juin

14 A la recherche des «courants faibles» Les tendances lourdes qui seront à l œuvre chez les avionneurs russes au cours des cinq-sept prochaines années sont évidentes. Fort des commandes garanties de l État pour des centaines d avions de combat et des dizaines d avions d entraînement et de transport militaire, OAK cherchera à développer sa production civile. Le succès ou l échec d OAK dans ce domaine sera décisif pour les perspectives de l industrie aéronautique nationale au-delà de La Russie aurait le plus grand intérêt à rechercher les «courants faibles» générés par les entités économiques demeurées au-delà du périmètre d OAK. Il ne faut guère s attendre à quelque percée révolutionnaire de la part de l usine de Samara, qui a misé sur le projet - voué à l échec (comme tous les programmes ukrainiens post-soviétiques) - An-140. Mais il faut relever les tentatives visant à localiser en Russie la production d avions occidentaux de taille modeste. Le dernier exemple de ce type en date est l annonce d une possible production sous licence en Russie, à l usine UZGA, contrôlée par la corporation publique Rostekh, d avions autrichiens de 9-19 places Diamond Aircraft. Une reconfiguration majeure des avionneurs russes peut également résulter de la révolution technologique liée au développement des drones. A ce jour, ce segment est relativement marginal par rapport au volume d affaires d OAK. Les choses pourraient cependant évoluer au cours des prochaines années. Et il n est pas certain qu OAK soit mieux préparé à cette révolution que des sociétés de taille moindre mais particulièrement dynamiques, telle Tranzas. Ces projets, situés hors du «mainstream», liés aux drones et à l aviation légère, sont susceptibles de donner lieu à des partenariats inattendus avec des entreprises étrangères et de produire des effets considérables. Note de l Observatoire franco-russe, no3, Juin

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 26/04/2013 J. Blanchard CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 ----ooo---- A défaut de convergence, la transparence Les dernières prévisions économiques du FMI sont plutôt en retrait. Le PIB mondial

Plus en détail

Créations et disparitions des entreprises en France

Créations et disparitions des entreprises en France Créations et disparitions des entreprises en France Octobre 2012 L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr La croissance du tissu économique de moins en moins dynamique 8,6 millions de sièges

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

France-Russie. 20 propositions pour un partenariat d avenir

France-Russie. 20 propositions pour un partenariat d avenir France-Russie 20 propositions pour un partenariat d avenir 28 octobre 2013 Conseil russe pour les affaires internationales (RSMD) Le Conseil russe pour les affaires internationales (RSMD) est une organisation

Plus en détail

La Chine reste attractive

La Chine reste attractive É t u d e La Chine reste attractive En dépit des difficultés économiques, les multinationales maintiennent et renforcent leur présence en Chine. C est ce qui résulte de la seconde enquête «China Manufacturing

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues étrangères appliquées de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Thème 4 Le financement des activités économiques 4.3 Les institutions financières et leur rôle 4.4 La globalisation financière Compétences Caractériser

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme

La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme Environ 5% de la population active vit de la métallurgie et de la fabrication de machines, ce qui classe ces branches parmi les principaux

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

EADS contribue-t-il à l émergence d une identité européenne?

EADS contribue-t-il à l émergence d une identité européenne? EADS contribue-t-il à l émergence d une identité européenne? SA et NZ * Janvier 2005 : l A380, le plus gros avion civil du monde et vaisseau amiral d Airbus, est présenté pour la première fois au public.

Plus en détail

Situation capitalistique et pérennité des entreprises

Situation capitalistique et pérennité des entreprises Situation capitalistique et pérennité des entreprises L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr 2 Objet de l étude La pérennité et la capacité de développement des PME et des ETI sont-elles

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

La crise européenne, une aubaine ou un problème pour les BRICS?

La crise européenne, une aubaine ou un problème pour les BRICS? La crise européenne, une aubaine ou un problème pour les BRICS? Dossier spécial : Les BRICS face à la crise européenne. 23/01/2012 2 La crise européenne, une aubaine ou un problème pour les BRICS? Dossier

Plus en détail

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance?

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Jouy-le-Moutier, Campus de formation de Veolia Environnement,

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Introduction Baudouin Albanel par le général de division

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Génie électrique et informatique industrielle de l Université d Artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation?

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? 21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? Les sphères d influence dans le système monétaire international

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009 Selon le BCG, 100 entreprises issues des pays émergents sont sur le point de rejoindre les rangs de l'élite des multinationales. L édition de référence du Boston Consulting Group : «The 2009 BCG 100 New

Plus en détail

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Chapitre 2. Le financement au service du développement Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Dans le monde en développement, l Amérique latine fait figure de pionnière

Plus en détail

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café ED 2059/09 9 février 2009 Original : anglais F La crise économique mondiale et le secteur du café Le Directeur exécutif présente ses compliments et a l'honneur de joindre à la présente une évaluation préliminaire

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Foire aux questions Quatrième trimestre 2005

Foire aux questions Quatrième trimestre 2005 Foire aux questions Quatrième trimestre 2005 1. Quels sont les objectifs financiers de la CIBC pour l exercice 2006? Le 12 décembre, nous avons publié la version intégrale de la Reddition de comptes annuelle

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Bref, on a, à l égard de l éducation, la critique facile.

Bref, on a, à l égard de l éducation, la critique facile. Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Le partenariat entre les systèmes d éducation et les entreprises Au personnel de la Direction

Plus en détail

1- Depuis la reprise amorcée en 2010, le commerce bilatéral progresse à un rythme relativement soutenu

1- Depuis la reprise amorcée en 2010, le commerce bilatéral progresse à un rythme relativement soutenu Mexique : 2013, année record pour le commerce francomexicain DG Trésor Février 2014 En 2013, le montant des échanges commerciaux entre la France et le Mexique, bien qu encore relativement modeste, a atteint

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

Aéronautique: l industrie en mode supersonique, le transport en mode planeur

Aéronautique: l industrie en mode supersonique, le transport en mode planeur Aéronautique: l industrie en mode supersonique, le transport en mode planeur Ludovic Subran, Chef Economiste et Directeur de la Recherche Yann Lacroix, Responsable des Etudes Sectorielles Bruno Goutard,

Plus en détail

Fusions & Acquisitions Magazine Mars/Avril 2012 Laurent Des Places, Associé, Secteur Automobile Florent Steck, Associé, Transaction Services

Fusions & Acquisitions Magazine Mars/Avril 2012 Laurent Des Places, Associé, Secteur Automobile Florent Steck, Associé, Transaction Services Fusions & Acquisitions Magazine Mars/Avril 2012 Laurent Des Places, Associé, Secteur Automobile Florent Steck, Associé, Transaction Services Avec l aimable autorisation de Fusions & Acquisitions Magazine

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013

Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013 Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013 Le Ministère des Affaires Étrangères (MAE), en partenariat avec les Régions de France et

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada

Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada Juin 2008 L Association des banquiers canadiens (ABC) apprécie d avoir l occasion de participer à

Plus en détail

PRESENTATION DU 8 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 40»

PRESENTATION DU 8 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 40» Communiqué de presse 24 juin 2014 PRESENTATION DU 8 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 40» Les entreprises du CAC 40 ont souffert en 2013 de l euro fort Paris, le 24 juin 2014 Ricol Lasteyrie Corporate Finance

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Métiers de l'international de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE EN EUROPE : VERS LA CONSTRUCTION D UNE UNION PLUS COMPETITIVE, PLUS SOCIALE ET PLUS SOLIDAIRE. 15 JANVIER 2010 FAIRVALUE Corporate & Public

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-148 du 18 octobre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif par la société Renault Trucks Defense de la société Auverland Général Défense L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères?

Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères? MAI 2012 Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères? Chunxia Zhu, Manager «Réussir sur les marchés chinois implique au préalable d en maîtriser tant les ressorts économiques

Plus en détail

2 ère session : Stratégie des acteurs : adaptation ou profondes mutations?

2 ère session : Stratégie des acteurs : adaptation ou profondes mutations? 2 ère session : Stratégie des acteurs : adaptation ou profondes mutations? 2.3 Nouveaux comportements / Nouvelles stratégies François Bacchetta (Directeur général easyjet) «La crise a eu un impact important

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 août 2015. PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

L état de l industrie aérospatiale canadienne

L état de l industrie aérospatiale canadienne Le 2013 rapport Report 2014 L état de l industrie aérospatiale canadienne Survol de la présentation Contexte L écosystème aérospatial canadien L impact économique L innovation (R et D) La production d

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain AVIS DEMANDE LIÉE À L ACQUISITION PROJETÉE PAR LA CORPORATION D ACQUISITION GROUPE MAPLE DU GROUPE TMX INC., D ALPHA TRADING SYSTEMS LIMITED PARTNERSHIP, D ALPHA TRADING SYSTEMS INC. ET DE LA CAISSE CANADIENNE

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

La société de l'information en Chine et le contrôle de la criminalité financière. Dr WANG Haiqiao

La société de l'information en Chine et le contrôle de la criminalité financière. Dr WANG Haiqiao Le texte qui suit est une traduction rapide de soutien à l'interprétariat pendant le séminaire. En cas de doute sur une expression ou le sens d'une phrase, merci de vous référer à l'original en chinois.

Plus en détail

Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005)

Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005) Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005) Le service des essences des armées (SEA) est un service interarmées relevant du Chef d Etat Major des armées et doté d un compte

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

UNION POSTALE UNIVERSELLE

UNION POSTALE UNIVERSELLE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CEP C 2 2014.1 Doc 6b Original: anglais CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission 2 (Développement des marchés) Questions intéressant le Groupe «Economie postale appliquée

Plus en détail

CUSTOM SOLUTIONS SA RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LA GESTION DU GROUPE. Sociétés Forme Pays d immatriculation

CUSTOM SOLUTIONS SA RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LA GESTION DU GROUPE. Sociétés Forme Pays d immatriculation CUSTOM SOLUTIONS SA Société anonyme au capital de 4.863.050 Siège Social : 135, avenue Victoire Z.I. de Rousset-Peynier 13790 ROUSSET RCS AIX EN PROVENCE B 500 517 776 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

La R&D en Russie, les réformes, l innovation et la corruption

La R&D en Russie, les réformes, l innovation et la corruption ALLIANCE UNIVERSITE ENTREPRISE DE GRENOBLE La R&D en Russie, les réformes, l innovation et la corruption par Michel ZIGONE www.aueg.org 1 Remerciements à : Valériia LOBASENKO Eric BRUNAT qui ont contribué

Plus en détail

Conséquences démographiques

Conséquences démographiques dossier larevuenouvelle, n 12 / décembre 2007 Conséquences démographiques des deux conflits russo-tchétchènes La Tchétchénie peut être analysée comme l incarnation paroxystique de l effondrement du système

Plus en détail

Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014

Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014 Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014 Le Symop, Syndicat des machines et technologies de production, propose à la presse chaque trimestre un point de conjoncture sur

Plus en détail

Taux de pérennité annuel entre le premier et le troisième anniversaire des entreprises créées en 2002 Ages. 2002 2003 2004 2005 Années

Taux de pérennité annuel entre le premier et le troisième anniversaire des entreprises créées en 2002 Ages. 2002 2003 2004 2005 Années Taux de pérennité à 3 ans des créations pures de la génération 2002 Le taux de pérennité à trois ans des entreprises créées (créations pures) en 2002 est de 66 %. Autrement dit, pour 100 entreprises créées

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Adapter la stratégie immobilière aux évolutions des services publics

Adapter la stratégie immobilière aux évolutions des services publics Adapter la stratégie immobilière aux évolutions des services publics Constats Au-delà de l'informatisation des procédures «papier», la révolution numérique pousse l administration à envisager la refonte

Plus en détail

«DES SOUS... ET DES HOMMES»

«DES SOUS... ET DES HOMMES» «DES SOUS... ET DES HOMMES» une émission proposée et présentée par Pascale Fourier sur ALIGRE FM 93.1 en région parisienne http ://www.des-sous-et-des-hommes.org Émission du 10 octobre 2006 La fusion G.D.F/SUEZ

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit privé de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

MAINTENANCE AERONAUTIQUE : ATOUT POUR L AQUITAINE

MAINTENANCE AERONAUTIQUE : ATOUT POUR L AQUITAINE CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Séance Plénière du 22 mai 1997 D'AQUITAINE --------- A V I S du CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL D AQUITAINE MAINTENANCE AERONAUTIQUE : ATOUT POUR L AQUITAINE Dans un contexte

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

Sites multiples. Problèmes multiples. Une opportunité unique.

Sites multiples. Problèmes multiples. Une opportunité unique. Sites multiples. Problèmes multiples. Une opportunité unique. Par David Aponovich, Senior Director of Digital Experience, Acquia Table des matières Introduction 3 Comment déterminer si votre business souffre

Plus en détail

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

Il y a de l évolution dans l air

Il y a de l évolution dans l air Il y a de l évolution dans l air A NEW PATH TO GROWTH Réinventer l avion créer l architecture d un satellite 3 ème génération concevoir un système de motorisation performant développer des matériaux innovants

Plus en détail

Commission de Surveillance du Secteur Financier

Commission de Surveillance du Secteur Financier COMMUNIQUE DE PRESSE 13/20 PUBLICATION DU RAPPORT D ACTIVITES 2012 DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER (CSSF) Même si cela peut paraître surprenant par des temps aussi mouvementés, l

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Préface FREDERIC JENNY

Préface FREDERIC JENNY FREDERIC JENNY Professeur d Économie, ESSEC Business School Co-directeur du Centre Européen de Droit et d Economie Président du Comité de la concurrence de l OCDE Ce livre explore les relations entre la

Plus en détail

ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle!

ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle! ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle! ENTREPRENEURS : MISER SUR LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE! Novatrices, les start-up, PME et ETI omettent parfois d établir une stratégie de propriété industrielle.

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

Marchés boursiers au Maghreb

Marchés boursiers au Maghreb Marchés boursiers au Maghreb Etat des lieux & Perspectives Par : Fadhel ABDELKEFI, Directeur Général Membre d 30 Mai 2010 1 Maghreb : Cadre macroéconomique 1 Maghreb : Cadre macroéconomique Petit Maghreb

Plus en détail