EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées."

Transcription

1 EION 003 EPREUVE PECIFIQUE FIIERE MP PHYIQUE 1 Durée : 4 heures es calculatrices sont autorisées NB : e candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction i un candidat est amené à repérer ce qui peut lui sembler être une erreur d énoncé, il le signalera sur sa copie et devra poursuivre sa composition en epliquant les raisons des initiatives qu il a été amené à prendre HERMODYNAMIQUE a première partie de ce problème rappelle certaines notions de la théorie des transferts thermiques par conduction, convection et rayonnement Dans la deuième partie, un local situé dans une maison doit être rénové et l on dispose en hiver d un chauffage de puissance maimale P 0 On veut évaluer les températures du local et de la paroi séparant ce local de l etérieur selon que la paroi est constituée : a) d une fenêtre entourée d un mur de béton, b) d une baie vitrée en simple vitrage, c) d une baie vitrée en double vitrage Hypothèses : es échanges thermiques entre le local et les autres pièces de la maison sont négligés Pour la paroi séparant le local de l etérieur, on prendra en compte les transferts thermiques par conduction, convection et rayonnement I Etude préliminaire 1 Conduction thermique On considère un corps homogène (figure 1) de section droite, de longueur, de masse volumique ρ, de conductivité thermique λ, de capacité thermique massique c, avec λ, ρ, c constants a température du matériau ne dépend que de et de t et sera notée (, t) es! parois parallèles à l ae sont isolées thermiquement et on note J (,t ) = J(, t ) e le vecteur densité de courant thermique ournez la page VP

2 e =0 +d = e : vecteur unitaire Figure 1 a) Que représente ( t) J,? Quelle est son unité? Enoncer alors la loi de Fourier b) Effectuer un bilan énergétique pour un volume élémentaire de matériau compris entre les abscisses et + d entre les instants t et t + dt en supposant qu il n eiste pas d apport énergétique autre que par conduction et qu il n y a pas production d énergie interne Donner, t alors l équation au dérivées partielles vérifiée par ( ) On se place désormais (pour la suite des questions) en régime stationnaire c) Donner les lois de variation ( ) et ( ) maintenues à températures constantes, ( 0) = 0 et ( ) J en supposant que les etrémités du matériau sont = Résistance thermique due à la conduction P th représentant le flu thermique à travers la section droite du matériau, on définit R th, résistance thermique de conduction du matériau de longueur et de surface par la relation R P 0 = th th a) Eprimer R th en fonction de, et λ En faisant l analogie avec l électrocinétique, justifier le terme de résistance thermique et préciser l unité de R th Quelle doit être la condition sur R th pour que le flu transmis soit faible? b) On associe deu corps A 1 et A (figure ) de résistances thermiques R th 1 et = et = 1 R th de même, le second de section, l un de conductivité thermique λ 1 est compris entre 0 conductivité thermique λ est compris entre = 1 et = 1 + On note 0, 1, les températures pour = 0, = 1, = 1 + Etablir l epression de résistance thermique R th de l ensemble en fonction de R th 1 et R th =0 = 1 = A 1 Figure A

3 3 c) Même question lorsque les deu corps A 1, de section 1 et de longueur 1 et A de section et de longueur sont associés en «parallèle» (figure 3) On note 0, la température sur les faces d entrée pour = 0 et 1 la température sur les faces de sorties pour = 1 pour A 1, et = pour A =0 A A Figure 3 3 ransfert convectif On considère une surface à la température, en contact avec de l air à la température a et échangeant par convection avec celui-ci une puissance thermique P c (sortant algébriquement de la surface ) s écrivant : Pc = hc ( a) où h c est le coefficient de convection On remarquera que l énergie thermique correspondante s écoule du milieu où la température est la plus élevée vers le milieu où la température est la plus faible Montrer que cet échange convectif est décrit par une résistance thermique de convection R c dont on donnera l epression 4 ransfert par rayonnement a puissance P R rayonnée par l unité de surface d un corps noir et répartie sur toutes les fréquences ν est donnée par 3 πhν P R = P( ν) dν avec P ( ν) = où 0 hν c ep 1 k 34 1 h = 6,610 Js (constante de Planck) et 1, k = JK (constante de Boltzmann) 8 1 c = 310 ms (vitesse de la lumière dans le vide) ournez la page VP

4 4 a) Montrer que P R est donnée par la loi de tephan : 3 π4 h et c On donne : d = 0 ep( ) P R = σ Eprimer σ en fonction de k, b) On rappelle que la loi de Wien liant la longueur d onde λ m du maimum d émission thermique du corps noir, à sa température s écrit : λm = 898 µ m K On admet que l ensemble des couches de l atmosphère rayonne comme un corps noir à la température e = 63K Calculer les valeurs respectives des longueurs d onde λ m a et λ m s du rayonnement thermique de l atmosphère terrestre et du rayonnement thermique solaire (température de la surface du soleil de l ordre de 5700 K ) A quels domaines du spectre électromagnétique, ces longueurs d onde appartiennent-elles? c) On considère une surface délimitant un corps à la température en contact avec un environnement à la température e e corps et l environnement se conduisant comme des corps noirs, donner l epression de la puissance P échangée par rayonnement à travers entre le corps et l environnement (sortant algébriquement du corps vers l environnement) d) On suppose que est très proche de e et on pose = e + avec << e Montrer que P peut se mettre sous la forme approchée : P = G ( e ) et donner l epression de G en fonction de e, σ et Quelle est la résistance thermique de rayonnement R R correspondante? Montrer qu on peut confondre e et dans l epression de R R lorsque la forme approchée de P est du premier ordre en ( e ) e) Donner l epression de la résistance thermique R si l on considère à la fois un transfert par convection et par rayonnement entre un corps à la température délimité par une surface et un environnement à la température e II ransfert à travers le mur séparant le local de l etérieur On considère dans cette partie que les lois d association des résistances thermiques vues précédemment sont vérifiées, que la puissance transmise associée soit rayonnée, de nature conductive ou convective 1 On souhaite évaluer les pertes en puissance entre un local à la température int et le milieu etérieur à la température et On suppose que la paroi (figure 4) séparant le local à la température int de l air etérieur à la température et, est constituée d une vitre (conductivité λ, surface, épaisseur e) et d un mur de béton (conductivité λ b, surface b, épaisseur e b ), orthogonau à l ae a paroi, le milieu etérieur et le milieu intérieur au local se conduisent comme des corps noirs es transferts thermiques se font en régime stationnaire et le rayonnement solaire direct n est pas pris en compte On considèrera pour la surface de la paroi en contact avec l etérieur, un transfert thermique par convection avec l air etérieur, à la température a =, et par rayonnement avec l ensemble et

5 5 des couches de l atmosphère, à la température rayonnement à la résistance thermique en fonction de et Pour la surface en contact avec l intérieur, on considère un transfert convectif et un transfert e = et ; on eprimera la contribution du radiatif avec l intérieur du local ; on eprimera la contribution du rayonnement à la résistance thermique en fonction de int On note h i et h e les coefficients de convection pour la surface interne et eterne de la paroi On donne : 1 1 K λ = 1, Wm, 1 K h = 15Wm, i = m, e = 3mm, 1 K 1 1 K λ b = 0,9 Wm, h = 35Wm, et = 73K, int = 93K, e béton = 3m, e = 0,3m, b 8 b 4 σ = 5,6710 Wm K et e b b / int e Vitre e b b / ocal béton Figure 4 a) Eprimer la résistance thermique totale R t1 de la partie vitrée en fonction de R th la résistance thermique due à la conduction, R et et R int les résistances thermiques dues à la convection et au rayonnement respectivement sur la surface en contact avec l etérieur et l intérieur En déduire la puissance thermique P t1 sortant du local à travers la partie vitrée b) A l aide des résultats obtenus au questions I4e) et Ia), calculer numériquement R t1 et P t1 c) Eprimer et calculer numériquement la résistance thermique totale R t de la partie en béton de la paroi ainsi que la puissance thermique P t à travers celui-ci Comparer les valeurs numériques de P t1 et P t Conclusion? d) Que vaut la puissance totale P t si la paroi est constituée simplement d une baie vitrée de surface = 5m? ournez la page VP

6 6 Pour des raisons de luminosité, on opte pour une paroi (figure 5) entièrement constituée d une vitre de surface = 5m et d épaisseur e = 3mm es échanges thermiques sont de même nature que dans la question 1, sauf pour l échange par rayonnement entre la surface etérieure de la paroi et le milieu etérieur En effet, un modèle plus réaliste envisage que l ensemble des couches de l atmosphère rayonne comme un corps noir à une température = inférieure à et Un chauffage fournit au local la puissance calorifique P 0 = 1500W et on note 1 et les températures des surfaces en = 0 (surface 1 ) et = e (surface ) e e ciel et =73K =0 P 0 urface 1 à la température 1 urface à la température ciel =63K Vitre Figure 5 ocal à la température int On désire calculer 1,, int en fonction de P 0, conduction, à la convection et au rayonnement et, ciel et des grandeurs relatives à la a) Que vaut, en régime stationnaire, le flu thermique à travers 1 et? En eprimant la contribution du rayonnement à la résistance thermique en fonction de 1, eprimer l écart int 1 b) Eprimer l écart 1 c) Ecrire l équation vérifiée par le flu thermique s écoulant vers l etérieur à travers En supposant que puisse s écrire sous la forme 7 et + avec << et, montrer que l écart de température et peut se mettre sous la forme : P0 f ( et, ) et = ciel et donner l epression de f ( 3 et, ciel ) h + 4σ e et d) AN : ciel = 63K Calculer alors, 1 et int Evaluer les importances respectives de la conduction, de la convection et du rayonnement e) Par grand vent, le coefficient de convection eterne peut atteindre la valeur 1 K h = 60Wm Que valent alors,, 1 et int? Conclusion e

7 7 3 Afin de réaliser des économies d énergie, la paroi est finalement réalisée en double vitrage composé de deu vitres d épaisseur e = 3mm, de surface = 5m, séparées par une épaisseur e = 5mm d air de conductivité thermique envisagées sont indiquées sur la figure K λ = 0,05Wm es différentes températures e=3mm e=3mm ciel = 63K ( 1b ) urface intérieure ( 1a ) Etérieur et = 73K urface etérieure ( b ) ( a ) P 0 ocal ( int ) ème vitre air 1 ère vitre e =5mm Figure 6 a) Montrer que l on peut confondre 1 a et 1 b en s appuyant sur les résultats de la question IId)e), ainsi que a et b On note alors 1 a = 1 b = 1 et a = b = b) es échanges thermiques sont de même nature que précédemment, mais l on considère maintenant que chacune des vitres est assimilable à un corps noir rayonnant dans demiespaces (à la température 1 pour la première vitre et à la température pour la seconde) Pour l air emprisonné entre les vitres, on néglige le phénomène de convection et de rayonnement pour ne considérer qu un transfert purement conductif Montrer que la relation entre int et 1 est identique au cas du simple vitrage et eprimer l écart int 1 c) Ecrire l équation vérifiée par le flu thermique s écoulant de la vitre 1 vers la vitre En déduire 1 en fonction de et P 0 Quelle est la modification par rapport au cas du simple vitrage? d) Montrer que la relation entre et et est identique au cas du simple vitrage et eprimer l écart et e) Calculer, 1 et int Montrer alors qu une valeur de P 0 divisée par donnerait une valeur plus raisonnable de int (voisine de celle obtenue en IId) ournez la page VP

8 8 MECANIQUE Conséquence de l effet de marée sur la distance erre-une Ce problème est formé de trois parties a première partie étudie l effet de marée eercé par la une sur la erre a seconde partie étudie l orbite de la une autour de la erre dans le cadre du système à deu corps a dernière partie met en évidence, à partir de la conservation du moment cinétique total du système erre une, le ralentissement de la rotation de la erre sur elle-même provoqué par l effet de marée et l augmentation de la distance erre une qui en résulte Notations et données numériques : Constante gravitationnelle G = 6, Masse du oleil : m = 1, 9910 kg N m Distance erre oleil : D = 1, 5010 m Masse de la une : m = 7,3410 kg 8 Distance moyenne erre une : D = 3,8410 m Rayon de la une : Masse de la erre : Rayon de la erre : 6 R = 1, 7510 m 4 m = 5,9810 kg 6 R = 6,3710 m kg Définition des différents référentiels et repères associés utilisés dans le problème : On rappelle que le référentiel de Copernic, noté R dont l origine est le centre de masse O du système solaire et les trois aes, y, z pointent vers trois étoiles lointaines de la sphère céleste, réalise une ecellente approimation d un référentiel galiléen e repère associé est ( O,e,e y,ez) On note, le centre de masse de la erre et référentiel géocentrique) de repère associé ( e,e, e ) pôles On note, le centre de masse de la une et référentiel sélénocentrique) de repère associé ( e,e, e ) R le référentiel barycentrique de la erre (ou, avec e z : vecteur unitaire de l ae des y z R le référentiel barycentrique de la une (ou, y z e oleil, la une et la erre sont supposés être sphériques à répartition de masse à symétrie sphérique I Etude de l effet de marée 1 Quel est le mouvement du référentiel géocentrique R dans le référentiel de Copernic si l on suppose m # m? Dans ces conditions, R est-il galiléen?

9 9 On considère une particule de masse m assimilée à un point matériel se trouvant au point P, au voisinage de la erre à l instant t On appelle F, la résultante des forces autres que les forces de gravitation et d inertie s eerçant sur la particule On note G ( P), G ( P ), G ( P ), les champs gravitationnels créés respectivement en P par le oleil, la une, et la erre es seuls astres contribuant au champ gravitationnel en P étant la une, la erre et le oleil, montrer que l on peut écrire le principe fondamental de la dynamique pour la particule dans le référentiel R sous la forme :! "! " " "! ma( P) = F + mg / ( P) + mg( P) + mg( P) ma( R ) / R où! ( )! ap et a / R ( ) / R désignent les accélérations des points P et, respectivement dans R et R "!! 3 On suppose F = 0 M étant un point de la erre, on montre qu en faisant un développement de G ( M ) et de G ( M ) au voisinage de, on peut écrire : ( M ) G + M grad et G + [ G ] où ( grad ) G ( M ) 7 ( ) ( M grad ) dont le résultat est calculé en [ G G 7 ( ) ( ) ] M est un opérateur appliqué à G ou a) En considérant la erre comme un système de points discrets A i, de masse m i, tels que! m = m a en appliquant le théorème du centre d inertie à la erre i, eprimer ( ) / R i! " b) Montrer alors que l on peut écrire : ma( P) = mg ( P) + mc ( P) + mc ( P) / R C ( P ) = G ( P) G ( ) représente le champ de marée dû à la une en P et C ( P ) = G ( P) G ( ) représente le champ de marée dû au oleil en P G, où 4 On suppose l astre considéré (oleil ou une), de centre A ( A = ou A = ) de masse m A situé à la distance D A de telle que A = DA e, dans le plan équatorial On considère les points P 1 et P de la surface terrestre de coordonnées ( R,0,0 ) et ( R,0,0) R dans le repère associé au référentiel R En considérant que << 1 évaluer le champ de D A marée C A ( P 1 ) et C A ( P ) Quelle est la direction de ces deu vecteurs? Faire un schéma G mar Evaluer numériquement le terme dans le cas où l astre A est le oleil, puis la une 3 DA Quel est l astre qui a l effet le plus important? ournez la page VP

10 10 II rajectoire de la une On néglige les effets dus au oleil ; le système erre-une est donc considéré isolé et on s intéresse au mouvements relatifs de la erre et de la une On considère le référentiel barycentrique R du système erre-une et on appelle C le centre de masse de l ensemble Ω et Ω désignent le vecteur vitesse angulaire de rotation propre respectivement de la une dans R et de la erre dans R J = mr désigne le moment d inertie de la une par rapport à son ae de rotation dans R 5 J = mr désigne le moment d inertie de la erre par rapport à son ae de rotation dans R 5 On désigne par (, ) On désigne respectivement par ( ), ( ) le moment cinétique du système erre-une dans le référentiel C C R les moments cinétiques au point C dans le référentiel R de la erre, de la une sont respectivement, les vecteurs moments cinétiques de rotation propre ( ) / R et ( ) / R de la erre au point dans le référentiel 1 a) Montrer que (, ) se conserve R et de la une au point dans le référentiel R b) a répartition de masse de la une et la erre étant à symétrie sphérique, montrer que ( ) et ( ) se conservent En déduire que Ω et Ω sont constants / R / R a) En considérant la erre comme un système de points discret, montrer que : " """" "! """" "! = C m V + où V représente le vecteur vitesse de dans le ( ) ( ) C / R / R référentiel R b) Donner la relation analogue pour ( ) c) En déduire que (, ) C / R peut se mettre sous la forme : "" "" (, ) = orb + ( ) + / ( ) où R / R orb désigne le moment cinétique orbital dans "" R du système erre-une Eprimer " """" "! orb en fonction de C, m, V/ R et de " """" C, m, V / R

11 11 3 On appelle M la particule fictive, telle que CM = de masse réduite vitesse V """" M/ R m m µ = de vecteur m + m a) Calculer les vecteurs C et C en fonction de m, m et En déduire les vecteurs """" "! vitesses V et V """" des points et dans le référentiel R, en fonction de V / R / R b) Ecrire la relation fondamentale de la dynamique dans R pour et, et montrer que cela revient à considérer la particule fictive soumise à la force eercée par la erre sur la une M/R "" 4 a) Eprimer orb fictive est plan en fonction de V """" M/ R et µ Montrer alors que le mouvement de la particule b) En considérant que m >> m, à quels points peut-on assimiler les points C et M? Avec quel référentiel peut-on confondre R? 5 On suppose la condition précédente remplie On se place dans le plan de la trajectoire de et on introduit le repère des coordonnées polaires ( e ),,e θ tel que = r er 1 a) Etablir par la méthode de votre choi l équation différentielle suivie par u ( θ ) = r ( θ ) p Montrer que l équation de la trajectoire s écrit : r = où l on donnera les 1+ ecos( θ) significations de p et e b) e périgée est caractérisé par r p = km et l apogée par r a = km Calculer p et e c) Montrer que la trajectoire de la une autour de la erre peut être assimilée à un cercle dont on donnera le rayon D Calculer la vitesse angulaire orbitale ω de la une autour de la erre, puis la vitesse v de la une sur son orbite par rapport au référentiel R r "" 6 a) Evaluer numériquement le moment cinétique orbital orb, ainsi que les moments cinétiques, et les comparer entre eu de rotation propre ( ) ( ) Données : / R / R 6 1 Ω =,66 10 rad s 5 1 Ω = 7, 9 10 rad s b) En supposant les vecteurs Ω et ω! colinéaires et dirigés suivant e z, montrer alors que l on m G D m + J Ω e peut écrire : ( ) ( ), z ournez la page VP

12 1 III Eloignement de la une En généralisant à un point quelconque de la erre, le calcul fait dans la partie I, on peut montrer que l effet de marée se traduit par l eistence de deu bourrelets diamétralement opposés, alignés avec la ligne des centres de l astre A et de la erre En fait, les bourrelets de marée sont entraînés par la rotation de la erre, plus rapide que le mouvement de la une sur son orbite et se trouvent donc décalés par rapport à la direction erre- une d un angle α (voir figure 7) a une eerce alors une action dont le moment sur les bourrelets tend à freiner la rotation de la erre e système erre-une étant toujours considéré isolé dans l espace, son moment cinétique total (, ) se conserve a diminution du moment cinétique de rotation propre de la erre est alors compensée par une augmentation du moment cinétique orbital de la une et donc par une augmentation progressive de la distance erre-une Cette troisième partie veut quantifier cet effet 1 a surface de la erre étant essentiellement recouverte par les océans, on modélise le phénomène des marées par deu bourrelets d eau symétriques de hauteur h formant un ellipsoïde tangent à la sphère terrestre (voir figure 7) Calculer la masse m b de l ensemble des deu bourrelets Données : Volume d un ellipsoïde de demi grand ae a et de demi petit ae b : 4 V = π ab 3 Masse volumique de l eau : ρ = 1000 kg m h = 0,50m 3 On admettra que le moment en des forces eercées par la une sur l ensemble (erre sphérique + bourrelets) M peut s écrire en première approimation M = M 1 + M où M 1 et m M sont les moments en des forces F b m 1 = C ( P1 ) et F = b C( P ) résultant de l action mb de la une sur les points P 1 et P de masse situés sur la droite de déformation maimale formant l angle α avec l ae e r Eprimer M en fonction de m et des vecteurs G ( P 1 ), G ( P ) et P 1 R 3 On admettra qu en faisant l hypothèse que 1 où A= m m ( R+ h) b 3 G b On obtient pour α = 3, D <<, M peut s écrire : A sin ( α) M = 3! 16 M = M = 4,510 I ez D Ω a) J gardant la même valeur définie dans la partie II, eprimer alors dt d et calculer sa valeur numérique b) On appelle la période de rotation propre terrestre Eprimer d dt en fonction de Ω et

13 13 dω et calculer sa valeur numérique en secondes par an avec 5 1 Ω = 7, 910 rad s dt 5 Comparer avec la valeur observée qui est de 1,6510 secondes par an c) En considérant l epression du moment cinétique total (, ) d( D ) du II-6-b, donner l epression de et calculer sa valeur numérique en cm par an Comparer avec la dt valeur observée qui est de 3,4 cm par an e θ e z P 1 P h R α h e r Figure 7 Fin de l énoncé ournez la page VP

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

TS Physique D Aristote à aujourd hui Exercice résolu

TS Physique D Aristote à aujourd hui Exercice résolu P a g e 1 TS Physique Eercice résolu Enoncé -34 avant JC : Aristote déclare qu une masse d or, de plomb ou de tout autre corps pesant tombe d autant plus vite qu elle est plus grosse et, en particulier,

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Chapitre 3: Dynamique

Chapitre 3: Dynamique Introduction Le mot dynamique désigne ou qualifie ce qui est relatif au mouvement. Il est l opposé du mot statique. Le mouvement d un point matériel est liée à son interaction avec le monde extérieur ce

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu P a g e 1 Phsique atellite à la recherche de sa planète Exercice résolu Enoncé Le centre spatial de Kourou a lancé le 1 décembre 005, avec une fusée Ariane 5, un satellite de météorologie de seconde génération

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

Précession du périhélie de Mercure

Précession du périhélie de Mercure Préparation à l Agrégation de Sciences Physiques ENSP - Montrouge François Levrier Problème de mécanique Précession du périhélie de Mercure 1 er décembre 25 Ce problème, qui est basé en partie sur celui

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE N 1

DEVOIR SURVEILLE N 1 Année 2011/2012 - PCSI-2 DS 01 : Optique 1 DEVOIR SURVEILLE N 1 Samedi 24 Septembre 2011 Durée 3h00 Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

Physique. De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale

Physique. De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale Physique TSI 4 heures Calculatrices autorisées De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale 2012 Ce problème aborde quelques aspects du Programme Apollo, qui permit à l Homme de

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h)

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) Sujet Vaisseau spatial... 2 I.Vaisseau spatial dans un champ newtonien... 2 II.Vitesse de libération...3 A.Option

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

Les calculatrices sont autorisées

Les calculatrices sont autorisées Les calculatrices sont autorisées Le sujet comporte quatre parties indépendantes. Les parties 1 et portent sur la mécanique (de la page à la page 7). Les parties 3 et 4 portent sur la thermodnamique (de

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

G.P. DNS05 Octobre 2012

G.P. DNS05 Octobre 2012 DNS Sujet Impédance d'une ligne électrique...1 I.Préliminaires...1 II.Champ électromagnétique dans une ligne électrique à rubans...2 III.Modélisation par une ligne à constantes réparties...3 IV.Réalisation

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP CONCOURS D ADMISSION 2007 COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est autorisée pour cette épreuve. Quelques aspects de la fusion contrôlée

Plus en détail

TRANSFERTS THERMIQUES

TRANSFERTS THERMIQUES TRANSFERTS THERMIQUES I. RAYONNEMENT 1. Connaissances a. Qu est-ce qui véhicule l énergie thermique par rayonnement? b. Quelle est la propriété du modèle idéal du corps noir? c. Imaginons que vous exposiez

Plus en détail

Chapitre 3 : Dynamique du point matériel

Chapitre 3 : Dynamique du point matériel Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 3 : Dynamique SMPC1 Chapitre 3 : Dynamique du point matériel I Lois fondamentales de la dynamiques I.1)- Définitions Le Référentiel de Copernic: Le référentiel

Plus en détail

Concours CCP 2001 PSI PREMIER PROBLEME

Concours CCP 2001 PSI PREMIER PROBLEME c A vos cours 2001 1 Concours CCP 2001 PSI PREMIERE COMPOSITION DE SC. PHYSIQUES (Durée : 4 heures) Les calculatrices programmables et alphanumériques sont autorisées, sous réserve des conditions définies

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points)

ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points) ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points) Pour cet exercice, l'utilisation de la calculatrice est autorisée Trois siècles avant notre ère, le célèbre savant grec Aristote affirmait qu "une masse d or, de

Plus en détail

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau Objectifs : - Mesurer la résistance thermique de certains matériaux. - Comparer ces matériaux pour l appliquer à l isolation des bâtiments. Compétences

Plus en détail

Hydraulique des terrains

Hydraulique des terrains Hydraulique des terrains Séance 3 : Hypothèses de l écoulement en conduite Guilhem MOLLON GEO3 2012-2013 Plan de la séance A. Cinématique d écoulement -Lignes caractéristiques -Vitesses et débits B. Hypothèse

Plus en détail

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES Exercice 1 : Question de cours. Q1 : Que faut-il pour que la troisième loi de Newton s applique à deux corps A et B en interaction? Q2 : Qu observe t-on lorsque l on réalise

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Chapitre 1. Cinématique et Dynamique. 1.1 Grandeurs cinématiques. 1.1.1 Base cartésienne

Chapitre 1. Cinématique et Dynamique. 1.1 Grandeurs cinématiques. 1.1.1 Base cartésienne Chapitre 1 Cinématique et Dynamique 1.1 Grandeurs cinématiques En classe de 2 e nous avons introduit les grandeurs cinématiques utilisées pour décrire le mouvement d un point matériel : l abscisse curviligne,

Plus en détail

Chapitre 4 : Etude Energétique

Chapitre 4 : Etude Energétique Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 4 : Energétique SMPC1 Chapitre 4 : Etude Energétique I Travail et Puissance d une force I.1)- Puissance d une force Soit un point matériel M de vitesse!!/!,

Plus en détail

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION 1) définition de la conduction La conduction est le mode de propagation de l'énergie thermique à travers la matière. Elle se produit par contact entre les particules

Plus en détail

MOUVEMENT de la LUNE sur la SPHERE. Debelle M 23 01 2007

MOUVEMENT de la LUNE sur la SPHERE. Debelle M 23 01 2007 MOUVEMENT de la LUNE sur la SPHERE Debelle M 23 01 2007 1 Dimensions de la Lune Rayon équatorial : 1740 km Masse : 7,348.10²² kg Distance Moyenne : 384403 km, (60 rayons terrestres) Densité moyenne : 3,34333

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

(Lorsque L homme explique Le ciel et La terre) sur la Lune, il n y a pas de poids. ils ne sont pas soumis à l attraction gravitationnelle de la Terre

(Lorsque L homme explique Le ciel et La terre) sur la Lune, il n y a pas de poids. ils ne sont pas soumis à l attraction gravitationnelle de la Terre Un. 7 Gravitation universelle - eercices (Lorsque L homme eplique Le ciel et La terre) Savoir son cours QCM : Le poids d un homme sur la lune n est pas le même que sur la Terre car sur la Lune, il n y

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

A. Chauffage d une maison en hiver

A. Chauffage d une maison en hiver Banque Agro - Véto A - 0711 PHYSIQUE Durée : 3 heures 30 minutes L usage d une calculatrice est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

Chapitre 5. Transfert chaleur par rayonnement

Chapitre 5. Transfert chaleur par rayonnement Chapitre 5 Transfert chaleur par rayonnement 1 Sommaire : 1 - Nature du rayonnement 2 - Caractéristiques ristiques Energétiques 3 - Corps noir 4 - Flux solaire intercepté par la planète Terre 5 - Equilibre

Plus en détail

Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012

Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012 Ecole Polytechnique de l Université de Nice - Sophia Antipolis CiP1 Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012 Patrizia Vignolo Jean-Michel Chauveau Thibault Gayral Sommaire : Introduction

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

Gravitation universelle

Gravitation universelle Chapitre 7 Gravitation universelle Révision et Résumé Où commencer? En plus de l apprentissage du cours, que vous devez recopier, réciter, rerecopier, jusqu à en savoir la moindre virgule, refaites les

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

ÉLECTROMAGNÉTISME BLINDAGE ELECTROMAGNETIQUE

ÉLECTROMAGNÉTISME BLINDAGE ELECTROMAGNETIQUE Spé ψ 1-11 Devoir n ÉLECTROMAGNÉTISME LINDAGE ELECTROMAGNETIQUE Ce problème s intéresse à certains aspects du blindage électromagnétique par des conducteurs La section A rassemble quelques rappels destinés

Plus en détail

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE Université Paul Sabatier Master1 CCS Toulouse III TPs RdM.6 + VBA Michel SUDRE Déc 2008 TP N 1 Poutre Fleion-Tranchant On considère 2 poutres droites identiques de longueur L dont la est un de hauteur

Plus en détail

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Exercice106 Une pile de torche de f.é.m. E = 4,5 V de résistance interne r = 1,5 Ω alimente une ampoule dont le filament a une résistance R = 4 Ω dans les

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites.

Les calculatrices sont interdites. Les calculatrices sont interdites. NB. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur 5 CONDUCTEURS À L ÉQUILIBRE 5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur Dans un isolant, les charges restent à l endroit où elles ont été apportées (ou enlevées). Dans un conducteur, les charges sont

Plus en détail

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques Chapitre 4 Distributions de courants En électrostatique, les charges restent immobiles. Leur déplacement est à l origine des courants électriques qui sont la source du champ magnétique que nous étudierons

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Sujet Agro 2011 Physique

Sujet Agro 2011 Physique Sujet Agro 2011 Physique A Chauffage d une maison en hiver A I Evaluation des pertes thermiques Confusion de l énoncé : le régime permanent est évoqué alors qu il faudrait parler de régime stationnaire.

Plus en détail

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES FERME-PORTE (ou «groom») Un «groom» est un système hydro-mécanique de fermeture automatique de porte. Description du fonctionnement La figure montre le dispositif

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

1 ère S La petite voiture Physique Mécanique

1 ère S La petite voiture Physique Mécanique Page 1 sur 5 1 ère S Physique Mécanique - Enoncé - Remarques préliminaires : - n prendra g = 9,8 N.kg -1. - n traaille dans un référentiel terrestre supposé galiléen. Un jouet, une «petite oiture», est

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK Société : ETERNIT DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO DER/HTO 2008-083- RB/LS Date Le 23 avril 2008

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Physique-chimie Exemple d activités de classe Ressources pour le lycée général et technologique Préambule Notion de résistance thermique Extrait du programme d enseignement spécifique de physique-chimie

Plus en détail

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 CONDUCTION DANS LES METAUX: L'espace est rapporté à un repère O muni d'une base cartésienne ( e, e, e ). Données numériques: - charge de l'électron: -e = - 1,6.10-19 C. -

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Tournez la page S.V.P.

Tournez la page S.V.P. 17 Tourne la page S.V.P. Le problème est constitué de quatre parties indépendantes La mesure de l intensité d un courant électrique peut nécessiter des méthodes très éloignées de celle utilisée dans un

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP I Le Satellite Jason 2 IA1) IA - Etude l orbite Sujet Centrale 2012 Physique Option MP Cf cours : IA2) a) Le référentiel géocentrique est le référentiel de centre Terre en translation par rapport au référentiel

Plus en détail

Partie I - Généralités sur la microscopie I.A - Ordres de grandeur I.B - Microscope optique ; étude géométrique La signification de ces

Partie I - Généralités sur la microscopie I.A - Ordres de grandeur I.B - Microscope optique ; étude géométrique La signification de ces PHYSIQUE I Les trois parties du problème sont largement indépendantes Les réponses non justifiées au questions qualitatives ne seront pas prises en compte Partie I - Généralités sur la microscopie IA -

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

A propos de la sonde Rosetta. Corrigé de l'épreuve

A propos de la sonde Rosetta. Corrigé de l'épreuve Concours EPITA IPSA Épreuve de physique A propos de la sonde Rosetta Corrigé de l'épreuve A Navigation spatiale Questions préliminaires 1 Compte-tenu des symétries, on détermine l'expression du champ de

Plus en détail

Électrostatique et rayonnement

Électrostatique et rayonnement ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURS DE L AÉRONAUTIQUE ET DE L ESPACE DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLECOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE, DES

Plus en détail

Exercice 1 : 3 points

Exercice 1 : 3 points BACCALAUREAT PROFESSIONNEL MAINTENANCE de VEHICULES AUTOMOBILES MATHEMATIQUES (15 points) Exercice 1 : 3 points PARTIE 1 : Détermination du diamètre de la roue La géométrie des trains roulants, désigne

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE SESSION 2009 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

Modèle d équilibre thermique urbain

Modèle d équilibre thermique urbain Modèle d équilibre thermique urbain Définition d un volume de contrôle V Choix de la variable du bilan Bilan global [Oke, 1987] enthalpie V dh(t) 1 4 2 dt 43 Watt i r i,transp. n r i Entrées/sorties du

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 2 heures Sujet Lampe à incandescence et bilans thermiques...2 I.Lampe à incandescence en régime permanent...2 A.Détermination de la température

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section : i-prépa annuel -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section : i-prépa annuel - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa annuel - 61 Chapitre 7 : Chute d une bille dans un fluide I. Deux nouvelles forces : a) la Poussée d Archimède : Tout corps

Plus en détail

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE I Modèle de l oscillateur harmonique (O.H.) I. Exemples Cf Cours I. Définition Définition : Un oscillateur harmonique à un degré de liberté x (X, θ,... ) est un système physique

Plus en détail

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS Première Année Premier Cycle ANNALE 2005-2006 FILERE FAS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON Par M.Rey marie.rey@insa-lyon Physique 1 Filière FAS TABLE DES MATIERES PROPAGATION DE LA LUMIERE...

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Transferts thermiques 1

Transferts thermiques 1 Transferts thermiques Introduction. Modes de transmission de la chaleur Conduction thermique. Loi de Fourier. Conductivité thermique Resistance thermique. Coefficient de transfert thermique La convection.

Plus en détail