Prise en compte des formations quaternaires dans les projets de grands barrages : exemple de la vallée du Drac Moyen

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise en compte des formations quaternaires dans les projets de grands barrages : exemple de la vallée du Drac Moyen"

Transcription

1 Prise en compte des formations quaternaires dans les projets de grands barrages : exemple de la vallée du Drac Moyen Guilhem DEVEZE Service Géologie Géotechnique Séance technique CFGI -16 mai 2013

2 Présentation de la vallée et des barrages

3 Présentation de la vallée et des barrages 1958 / 63* voûte épaisse 155 m** usine en pied 1931/36 * voûte renforcée 126 m** usine en pied 1960/64* noyau 40 m** usine à St Georges * début construction / fin mise en eau ** hauteur sur fondation 1954/ 57* voûte mince 80 m** usine à Cordéac

4 Sommaire 1. Présentation du cadre géologique 2. Eléments de l histoire quaternaire de la région 3. Les lits fossiles et épigéniques du Drac 4. Conséquences des lits épigéniques 5. Adaptation du type de barrage à la présence de remplissage quaternaire 6. Les instabilités de versants 7. Les impacts hydrogéologiques 8. Les impacts anthropiques 9. La sismicité induite Présentation limitée à la géologie appliquée à la recherche de site de barrage. Ne seront pas abordés : La qualité des fondations (résistance, déformations, liquéfaction) Les recherches de matériaux Le transport solide La néotectonique

5 Présentation du cadre géologique BRGM carte géologique de la France au 1/ feuilles de Lyon et Valence (1980) La Romanche La Gresse NOTRE DAMME MONTEYNARD La Bonne ST PIERRE L Ebron La Sézia SAUTET La Souloise

6 Présentation du cadre géologique

7 Eléments de l histoire quaternaire régionale Travaux antérieurs : Ch. Lory, W. Killian Penck, Bourdier Gignoux et P. Lory (SAEE) Moret (SBD) Lugeon / Goguel Crosnier-Lecomte, Bordet, Duffaut (EDF) SAEE : Société Auxilliaire d Etudes et d Entreprises SBD : Société des Forces Motrices Bonne et Drac EDF : Electricité de France (>1946)

8 Eléments de l histoire quaternaire régionale Riss I : maximum d avancée glaciaire, transfluence Durance/Isère par la vallée du Drac, diffluence par la Croix Haute vers le Beauchène (=Buech) Riss II : non glaciaire («périglaciaire») Riss III : glaciaire : moraines, puis alluvions fluv. (a2) Würm I : non glaciaire («périglaciaire») Würm II : glaciaire, mais moyenne vallée du Drac non couverte : lacs d obturation fermés par le glacier de l Isère (remontant) et par le glacier de la Bonne Würm III : récurrence glaciaire, sur limites proches de celles de würm II

9 Eléments de l histoire quaternaire régionale Mindel / Riss : lit fossile : Drac de Cros, avec cailloutis de base (??) Riss I : à la déglaciation : dépôts fluviatiles (A1) Riss II : dépôts torrentiels (A1) Riss III : glaciaire : moraines, puis alluvions fluv. (A2) Riss/Würm : 1 ère épigénie : Drac de Sinard Würm I : alluvions A3 Würm II : dépôts glacio-lacustres essentiellement argileux (+deltaïques à l amont) déposés par des lacs d obturation, (puis moraines à l aval) Würm III : récurrence glaciaire : moraines latérales (à l aval) > Würm II : 2 ème épigénie du Drac

10 Eléments de l histoire quaternaire régionale Localisation des coupes

11 Les lits fossiles et épigéniques du Drac

12 Les fuites du Sautet vers la Sézia RN 765 Pellafol Retenue du Sautet Le Coin Formations morainiques argileuses Ancien cours du Drac La Sézia infiltrations Formations sablo-graveleuses quaternaires résurgences 670 à 740 Substratum marno-calcaire

13 Les fuites du Sautet vers la Sézia

14 Les fuites du Sautet vers la Sézia

15 Les fuites du Sautet vers la Sézia

16 Les fuites de Saint Pierre vers la Bonne 2,7 l/s au contact

17 Les fuites de Saint Pierre vers la Bonne Creusement galerie d essai et déviation de la Bromme : 1937/38 Résultats : 100 l/s au contact dans la Borne qq l/s dans le Drac

18 Les fuites de Saint Pierre vers la Bonne

19 Les fuites de Saint Pierre vers la Bonne

20 Les fuites de Monteynard ravin d Ars Galerie sous-fluviale de calage des sondages et sismique en RG (1,1 km) : mise en évidence de deux lits fossiles : Drac de Sinard & Drac de Cros (Duffaut & al, 1953) Estimation des fuites : 600 à 1450 l/s selon les hypothèses (Goguel, 1946) : 1, m/s, 5 %,.. Mesures : 580 l/s Coulées boueuses

21 Les «pertes» du Drac Pertes partielles, localisées en m3/s pour des débits du Drac compris entre 50 et 100 m3/s

22 Le positionnement des ouvrages souterrains : Cordéac Nécessité de changement de versant imposée par la crainte de traverser des terrains pulvérulents sous forte charge hydraulique

23 Les fissures d appel au vide de Monteynard

24 Les fissures d appel au vide de Monteynard 1959: injections et remplissages des failles : consolidation et étanchéité En 2 phases (avant et après construction), de bas en haut Mortier et coulis argile ciment / CLK Julie la Rousse ouverte et argileuse claies béton

25 Adaptation du type de barrage : Notre Dame Vallée ouverte avec remplissage alluvionnaire d environ 50 m Barrage en terre à noyau m3 de terres à noyau morainiques m3 d alluvions wurmiennes, lavées coté amont Coupure étanche pentalinéaire, avec ligne centrale au gel de silicate

26 Les instabilités de versant : l Harmalière

27 Les instabilités de versant : l Harmalière 1965 crise de 1981 crise de 1996

28 Les écroulements de Monteynard Écroulement du 28/10/ m3 viaduc de la Clapisse

29 Les impacts hydrogéologiques Impact du projet sur les sources de Rochefort, AEP Grenoble

30 Activités anthropiques : les mines de la Mure Mines d anthracite de la Mure : Galerie d exhaure de St Arey (débouché à 473 NGF) Galerie du Drac (débouché à 375 NGF)

31 Sismicité induite : Monteynard Début remplissage : mai 1962 Cote 480 NGF atteinte en janvier 1963 Cote 490 NGF atteinte le 15/04/1963 Séisme du 25/04/1963* à 14:36 «Monteynard Avignonet» 2 précurseurs, 8 répliques Magnitude : ML = 4,8 Profondeur : 4 km Intensité : VII MSK *un an jour pour jour après le séisme de Corrençon (ML = 5,2 à 16 km, VII-VIII MSK) Reconnu comme un cas de sismicité induite

ETUDE DE L ALEA D AFFAISSEMENT ET D EFFONDREMENT DU VIEUX VILLAGE DE BREIL SUR ROYA

ETUDE DE L ALEA D AFFAISSEMENT ET D EFFONDREMENT DU VIEUX VILLAGE DE BREIL SUR ROYA SOMMAIRE 1 Origine et définition de l étude 2 - Phénomènes naturels étudiés - Phénomène d affaissement - Phénomène d effondrement 3 Contexte géologique du village - Alluvions -Gypse 4 Eléments étudiés

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ETUDE DU GENIE CIVIL CIVIL

GUIDE PRATIQUE DE L ETUDE DU GENIE CIVIL CIVIL CIVIL Préparation de la mission 1. Analyse du document de la reconnaissance 2. Estimation des moyens à mettre à œuvre 3. Planification de la mission avec le topographe Programme de la mission 1. Visite

Plus en détail

Barrage de Serre-Ponçon. Conception, surveillance et comportement

Barrage de Serre-Ponçon. Conception, surveillance et comportement Barrage de Serre-Ponçon Conception, surveillance et comportement Sommaire 1- Rappels sur la conception du barrage et son auscultation 2- Comportement récent : 2001-2013 3.1. Comportement mécanique (réversible

Plus en détail

Mise aux normes de la STEP de Vongy (74)

Mise aux normes de la STEP de Vongy (74) Mise aux normes de la STEP de Vongy (74) Construction d un bassin d orage en site sensible O. Pal / F. Durand Journée technique CFMS 24/10/07 1 Mise aux normes de la station d épuration de Thonon (74),

Plus en détail

LE CONTOURNEMENT ROUTIER DE THONON-LES-BAINS ET LE FRANCHISSEMENT DE LA COSTIERE DE LA DRANSE

LE CONTOURNEMENT ROUTIER DE THONON-LES-BAINS ET LE FRANCHISSEMENT DE LA COSTIERE DE LA DRANSE LE CONTOURNEMENT ROUTIER DE THONON-LES-BAINS ET LE FRANCHISSEMENT DE LA COSTIERE DE LA DRANSE THE DEVIATION OF THONON-LES-BAINS AND THE CROSSING OF COASTAL OF THE DRANSE Fabien BORSELLINO 1, Yves GUERPILLON

Plus en détail

SUR LA NATURE ET U ÉPAISSEUR DES ALLUVIONS QUATERNAIRES DANS LE DASSIN DE VIZILLE

SUR LA NATURE ET U ÉPAISSEUR DES ALLUVIONS QUATERNAIRES DANS LE DASSIN DE VIZILLE SUR LA NATURE ET U ÉPAISSEUR DES ALLUVIONS QUATERNAIRES DANS LE DASSIN DE VIZILLE (VALLÉE DE LA ROMANCHE, ISÈRE) par Robert MICHEL et Jean ROTHÉ On possède peu de renseignements sur la nature et l'épaisseur

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal CETE de Lyon DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot Page 1/16 Introduction

Plus en détail

Importance des effets de site à Portau-Prince lors du séisme d Haïti de Janvier 2010

Importance des effets de site à Portau-Prince lors du séisme d Haïti de Janvier 2010 Importance des effets de site à Portau-Prince lors du séisme d Haïti de Janvier 2010 Rencontre technique sur la réponse sismique des sols, Lamentin - Guadeloupe A. Roullé D. Bertil J.M. Mompelat Le séisme

Plus en détail

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard 1 Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard Remarques préliminaires 1..Une route forestière traverse le pierrier ; elle permet donc de l observer de part et d autre. Les personnes

Plus en détail

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57)

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57) DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE Projet de demi-échangeur Nord de GUENANGE (57) Protection des captages AEP Rapport d'expertise Y. BABOT Mai 1992 R 34962 LOR 4S 92 Document public

Plus en détail

LE FILM 3 SolutionS. MISE EN OEUVRE - Cahier de schémas. Barrière préventive physico-chimique. Anti remontées capillaires

LE FILM 3 SolutionS. MISE EN OEUVRE - Cahier de schémas. Barrière préventive physico-chimique. Anti remontées capillaires MISE EN OEUVRE - Cahier de schémas Prévenir pour construire durablement Pas seulement parce que la loi vous y oblige LE FILM 3 SolutionS ANTI-TERMITES Barrière préventive physico-chimique ÉTANCHÉITÉ Anti

Plus en détail

Choix du site et du type de barrage

Choix du site et du type de barrage Avant Propos C HAPITRE I Choix du site et du type de barrage Rédigé par Jean-Pierre BECUE (SAFEGE) avec la participation de Gérard DEGOUTTE (ENGREF) et Danièle LAUTRIN (Cemagref) Les types de barrages

Plus en détail

Fonctionnement du système karstique en val d Orléans 2. La source le Bouillon au parc floral d Orléans La Source

Fonctionnement du système karstique en val d Orléans 2. La source le Bouillon au parc floral d Orléans La Source Régionale Orléans Tours Visualiser cette sortie dans Google Earth Fonctionnement du système karstique en val d Orléans 2. La source le Bouillon au parc floral d Orléans La Source Position géographique

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

Le risque de rupture de barrage

Le risque de rupture de barrage D epuis très longtemps, l homme, pour assurer l irrigation des terres fertiles et les protéger des crues des fleuves ainsi que, plus tard, pour satisfaire les besoins en eau des villes, a constitué des

Plus en détail

Erosion, corrosion, transport et sédimentation

Erosion, corrosion, transport et sédimentation Erosion, corrosion, transport et sédimentation par Johan et Lionel BARRIQUAND ARPA, UFR des Sciences de la terre, Université Claude Bernard, Lyon I, Villeurbanne, France Sommaire 1. Dossier de documentation

Plus en détail

Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations

Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations (ANTEA - Thierry PIRRION) 1 Sommaire 1.

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de Pointe-à-Pitre

Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de Pointe-à-Pitre Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de PointeàPitre Convention DEALBRGM (déc. 2010) Rapport BRGM/RP60857FR (mars 2012) Contenu & objectifs Région pointoise

Plus en détail

Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne

Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne Anne-Marie Prunier Leparmentier Inspection générale des Carrières 4 avril 2013 CFGI SGF - CNAM 1/45 Sommaire I. Des incidents à la création

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

T.PINCHARD, E.BOURDAROT, G.CASTANIER, R.JARLAN, N.HUMBERT - EDF

T.PINCHARD, E.BOURDAROT, G.CASTANIER, R.JARLAN, N.HUMBERT - EDF Thème : Instrumentation et surveillance des fondations : tenue à moyen et long terme Les déformations différées de la fondation à l origine des déplacements irréversibles du barrage de Yaté T.PINCHARD,

Plus en détail

Retour d expérience des problématiques associées à la rencontre de gypse et d anhydrite dans les aménagements hydroélectriques alpins

Retour d expérience des problématiques associées à la rencontre de gypse et d anhydrite dans les aménagements hydroélectriques alpins Gypse, anhydrite : géologie, exploitation, risques naturels Retour d expérience des problématiques associées à la rencontre de gypse et d anhydrite dans les aménagements hydroélectriques alpins Guilhem

Plus en détail

Descriptif de livraison et de prestations de la cave DENNERT ICON 3.02 TRE

Descriptif de livraison et de prestations de la cave DENNERT ICON 3.02 TRE Descriptif de livraison et de prestations de la cave DENNERT ICON 3.02 TRE Cave ICON 3.02 TRE selon le plan d ensemble ci-joint, composée de murs préfabriqués posés et fixés sur la dalle selon les impératifs

Plus en détail

Marie L HOSTIS, Alain CARRÈRE, Silviu IANOS (Coyne et Bellier - TRACTEBEL Engineering) Barrage de Cap de Long (Aquarelle Philippe Lhez)

Marie L HOSTIS, Alain CARRÈRE, Silviu IANOS (Coyne et Bellier - TRACTEBEL Engineering) Barrage de Cap de Long (Aquarelle Philippe Lhez) Thème A : Géologie et nature des fondations: reconnaissances, interprétation et caractérisation. La méthode d investigation par la petite sismique (méthode SCARABÉE ): développements et applications récents.

Plus en détail

ETUDE D UN GLISSEMENT DE TERRAIN PAR DES METHODES DE PROSPECTION GEOPHYSIQUE

ETUDE D UN GLISSEMENT DE TERRAIN PAR DES METHODES DE PROSPECTION GEOPHYSIQUE ETUDE D UN GLISSEMENT DE TERRAIN PAR DES METHODES DE PROSPECTION GEOPHYSIQUE INVESTIGATION OF A LANDSLIDE USING GEOPHYSICAL TECHNIQUES Mathieu FEREGOTTO 1, Grégory BIEVRE 2, Stéphane GARAMBOIS 3, Jérôme

Plus en détail

Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais

Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais 3ème Conférence Magrébine en Ingénierie Géotechnique CMIG 2013 Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais Thierry Hermges Serge Lambert Karim Boudersa www.keller-france.com Keller Fondations

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Formation Guides du Patrimoine

Formation Guides du Patrimoine Martigny, le 30 septembre 2010 Formation Guides du Patrimoine Géologie aménagement risques Notes du cours de Pascal Tissières 1. Quels sont les risques liés à la géologie? Figure 1 : Types de mouvements

Plus en détail

Les barrages. Gramme 2006

Les barrages. Gramme 2006 Les barrages Gramme 2006 Historique 1 er barrage créé par Menes en 2900 av. J.-C. 15 m de haut et 450 m de long Historique 1 er barrage créé par Menes en 2900 av. J.-C. 15 m de haut et 450 m de long. 1300

Plus en détail

L Institut de Physique du Globe de Paris et les risques naturels de la Terre solide

L Institut de Physique du Globe de Paris et les risques naturels de la Terre solide L Institut de Physique du Globe de Paris et les risques naturels de la Terre solide Vincent Courtillot Université Paris 7 et Institut de Physique du Globe de Paris Institut Universitaire de France Les

Plus en détail

Rénovation du barrage voute de Bimont

Rénovation du barrage voute de Bimont Rénovation du barrage voute de Bimont Catherine CASTEIGTS, Katia LALICHE Société du Canal de Provence Christine NORET, Thomas BOURGOUIN Tractebel Engineering (France) / Coyne et Bellier Symposium du CFBR

Plus en détail

Ouvrages hydrauliques

Ouvrages hydrauliques Ouvrages hydrauliques Les solutions du groupe Keller En tant que leader mondial des travaux géotechniques, Keller dispose d une expérience internationale de plus de 150 ans à laquelle s ajoutent des ressources

Plus en détail

Connaissance et gestion de l eau souterraine

Connaissance et gestion de l eau souterraine Connaissance et gestion de l eau souterraine Projet d acquisition de connaissances sur les eaux souterraines de la Montérégie Est Hélène Montaz Cycle de l eau Moteur du cycle :énergie solaire Les différents

Plus en détail

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA Journées Techniques organisées avec l appui du Sétra et sous l égide de la CoTITA PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA JF Serratrice

Plus en détail

Méthodologie d inventaire des mouvements de terrain anciens

Méthodologie d inventaire des mouvements de terrain anciens Méthodologies d études des risques naturels Convention DPPR-LCPC 2002-2006 Séminaire de restitution - 28 juin 2007 Méthodologie d inventaire des Pierre Pothérat - CETE de Lyon Motivations: A des fins d

Plus en détail

REQUALIFICATION DE L HOPITAL DE L ANTIQUAILLE, LYON

REQUALIFICATION DE L HOPITAL DE L ANTIQUAILLE, LYON REQUALIFICATION DE L HOPITAL DE L ANTIQUAILLE, LYON REQUALIFICATION DE L HOPITAL DE L ANTIQUAILLE, LYON MASMEJEAN Bruno CFMS 3 octobre 2008 1 Le site de l Antiquaille Cathédrale Saint Jean Hôpital de l

Plus en détail

Produits à base de polyuréthane Resfoam MC de MAPEI

Produits à base de polyuréthane Resfoam MC de MAPEI Produits à base de polyuréthane Resfoam MC de MAPEI Système de réfection pour regards Les usines de traitement des eaux dépensent inutilement d énormes quantités d énergie pour traiter des millions de

Plus en détail

Maison n 2: Haret Essoura

Maison n 2: Haret Essoura Maison n 2: Haret Essoura Équipe: structure et équipement État des lieux Adresse: Hart soura, derb Derkaoua, n 5, Marrakech Ancienne Zaouia, avec coupole Conception de la maison Accessibilité difficile

Plus en détail

NOTE DE CALCUL. Silo ECOCEM à FOS SUR MER (13) Fondations profondes par pieux forés à la tarière creuse. Note de Calcul - Pieux

NOTE DE CALCUL. Silo ECOCEM à FOS SUR MER (13) Fondations profondes par pieux forés à la tarière creuse. Note de Calcul - Pieux Keller Fondations Spéciales Siège Social 2 rue Denis Papin 67120 Duttlenheim Tél. : 03 88 59 92 00 Fax : 03 88 59 95 90 www.keller-france.com Silo ECOCEM à FOS SUR MER (13) NOTE DE CALCUL Fondations profondes

Plus en détail

NANTES - LES COMBLEMENTS LE DETOURNEMENT DE L ERDRE SOUS LES COURS : LA CONSTRUCTION DU TUNNEL

NANTES - LES COMBLEMENTS LE DETOURNEMENT DE L ERDRE SOUS LES COURS : LA CONSTRUCTION DU TUNNEL LE DETOURNEMENT DE L ERDRE SOUS LES COURS : LA CONSTRUCTION DU TUNNEL Archives municipales de Nantes 1) Les 2 extrémités du tunnel ont-elles la même forme?... 2) Quelle est la forme de chacune d elles?

Plus en détail

PROCEDURE POUR LA REALISATION DES SEUILS EN GABIONS

PROCEDURE POUR LA REALISATION DES SEUILS EN GABIONS PROCEDURE POUR LA REALISATION DES SEUILS EN GABIONS Les phases à suivre pour la réalisation d un seuil en gabions sont ordonnées selon une régulière succession des travaux. Néanmoins dans des conditions

Plus en détail

CRENANS (39) Lieu-dit Coulouvre Avis sur la stabilité de la Montagne de la Fyète. Rapport final

CRENANS (39) Lieu-dit Coulouvre Avis sur la stabilité de la Montagne de la Fyète. Rapport final CRENANS (39) Lieu-dit Coulouvre Avis sur la stabilité de la Montagne de la Fyète Rapport final BRGM/RP-56670-FR Octobre 2008 CRENANS (39) Lieu-dit Coulouvre Avis sur la stabilité de la Montagne de la

Plus en détail

PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1

PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1 Résumé PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1 Nous avons effectué une campagne géophysique en juillet 1999, dans la région

Plus en détail

Principes et Méthodes de Conception des Grandes Cavernes Hydroélectriques Souterraines

Principes et Méthodes de Conception des Grandes Cavernes Hydroélectriques Souterraines Principes et Méthodes de Conception des Grandes Cavernes Hydroélectriques Souterraines F. Laigle EDF CIH Centre d Ingénierie Hydraulique Séance Technique du 4 juin 2015 Conception des cavernes souterraines

Plus en détail

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Le filtre à sable vertical drainé est utilisé dans le cas où le sol ne permet pas l épuration des eaux prétraitées provenant de la fosse toutes eaux. Cela concerne les sols de

Plus en détail

Barrages 1/6. Image : canaux-historiques.com. Photographie : Voies Navigables de France. Image : web-provence.com

Barrages 1/6. Image : canaux-historiques.com. Photographie : Voies Navigables de France. Image : web-provence.com Barrages 1/6 Barrage de Saint-Ferréol. Revel (Haute-Garonne), France (1675/1685). Situé dans la Montagne Noire, le barrage de saint Ferréol est un ouvrage en terre comportant un mur de soutènement en pierre

Plus en détail

En quelques mots. SIRCO TRAVAUX SPÉCIAUX est une filiale de l entreprise MATIÈRE. Les techniques maitrisées. Un savoir-faire reconnu

En quelques mots. SIRCO TRAVAUX SPÉCIAUX est une filiale de l entreprise MATIÈRE. Les techniques maitrisées. Un savoir-faire reconnu En quelques mots Les techniques maitrisées L entreprise réalise des travaux spéciaux depuis 85 ans, principalement dans le domaine des ouvrages d art tels que ponts, écluses, tunnels, murs de soutènement.

Plus en détail

oau pied MUR Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste

oau pied MUR Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste oau pied du MUR La maison ancienne Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste Groupe Eyrolles, 2003-2006 Groupe Eyrolles, 2012, pour la nouvelle

Plus en détail

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015 RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 Sommaire Données générales et contraintes Caractéristiques de l'ouvrage Les études de projet Quelques photos du chantier 2 Données générales et contraintes

Plus en détail

sur 5 17/07/2008 10:15

sur 5 17/07/2008 10:15 Risques naturels Risques technologiques Dispositions Générales Responsabilités du maire Risques naturels Sommaire : > Mouvements de terrain Fiche RN4 I - Les différents types de mouvements de terrains

Plus en détail

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Valéry Ferber LCPC Sommaire Objectifs Tassements induits par l humidification des sols fins compactés Conception

Plus en détail

ADAPTATIONS DU PROJET DU BARRAGE MOULAY BOUCHTA

ADAPTATIONS DU PROJET DU BARRAGE MOULAY BOUCHTA Thème : Excavations et préparations des fondations: Traitements et renforcements ADAPTATIONS DU PROJET DU BARRAGE MOULAY BOUCHTA Auteurs Ahmed Fouad Chraibi (Consultant Indépendant) Abdelaaziz Zaki (Direction

Plus en détail

Effets du phénomène de retrait-gonflement des argiles et techniques de protection

Effets du phénomène de retrait-gonflement des argiles et techniques de protection Effets du phénomène de retrait-gonflement des argiles et techniques de protection A. BRACH et S. HAUSSARD CETE de Lyon - DLAutun 6 avril 2012 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie,

Plus en détail

CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE!

CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE! CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE! SUPER RAPIDE FACILE EFFICACE SUPER RAPIDE & FACILE Forer, injecter et ça y est RESPECTE LA NATURE Sans solvants, non-toxique & inodore PROPRE Aucun risque de perte de

Plus en détail

«Le sous-sol parisien: carrières, métros et projets du Grand-Paris» Paris 4 avril 2013

«Le sous-sol parisien: carrières, métros et projets du Grand-Paris» Paris 4 avril 2013 «Le sous-sol parisien: carrières, métros et projets du Grand-Paris» Paris 4 avril 2013 «.des épopées métropolitaines à la conquêtes du sous sol parisien.» LE RÉSEAU EXPRESS RÉGIONAL D'ÎLE-DE- FRANCE Alain

Plus en détail

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2-1. Concept du barrage souterrain Le barrage souterrain est un système consistant à retenir des eaux souterraines par un parafouille (corps du barrage) mis en place

Plus en détail

Richesses géologiques des saligues et terrasses - 4 Avril 2014

Richesses géologiques des saligues et terrasses - 4 Avril 2014 Sauvagnon Haute vue Plio -Quaternaire Sauvagnon: plaine (Mindle) Lescar Collège cote Piteu (Riss) Lescar; parcelle de M. P. (Wurm) Carrières Daniel Sauvagnon Haute vue Plio -Quaternaire Lescar; parcelle

Plus en détail

Conception et construction du barrage de Puylaurent (Lozère) Paul Gaudron EDF-CIH

Conception et construction du barrage de Puylaurent (Lozère) Paul Gaudron EDF-CIH Conception et construction du barrage de Puylaurent (Lozère) Paul Gaudron EDF-CIH Sommaire 1.Introduction /contexte du projet 2.Description des ouvrages 3.Construction - zoom sur les innovations 1 Introduction

Plus en détail

Stockage d énergie électrique dans le nord de la France (Lacs Emeraude)

Stockage d énergie électrique dans le nord de la France (Lacs Emeraude) Stockage d énergie électrique dans le nord de la France (Lacs Emeraude) Par François Lempérière 12.04.2010 1) Besoins et possibilités de STEP dans le nord de la France Le stockage d énergie par STEP (Stations

Plus en détail

Préserver et restaurer la continuité écologique dans les projets d infrastructures linéaires : L aménagement des petits ouvrages hydrauliques

Préserver et restaurer la continuité écologique dans les projets d infrastructures linéaires : L aménagement des petits ouvrages hydrauliques Direction territoriale Est Préserver et restaurer la continuité écologique dans les projets d infrastructures linéaires : L aménagement des petits ouvrages hydrauliques Auteur: Marc GIGLEUX Date: mai 2014

Plus en détail

Service Géologie Appliquée

Service Géologie Appliquée BRGM BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES ET MINIERES DEPARTEMENT GEOLOGIE Service Géologie Appliquée 74j Rue de la Fédération aux Travaux Publics PARIS 15e et aux Substances Utiles OBSERVATIONS GEOLOGIQUES

Plus en détail

Nouvelles analyses du comportement des fondations

Nouvelles analyses du comportement des fondations D9 Thème D: Instrumentation et Surveillance des fondations Nouvelles analyses du comportement des fondations Jean-Paul FABRE, Alexandre SIMON, Florian MAURIS (EDF DTG) Colloque CFBR Fondations des Barrages

Plus en détail

etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec mastix ms-polymer noir MASTIX MS-Polymer noir

etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec mastix ms-polymer noir MASTIX MS-Polymer noir etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec Bande BFL-Mastix type R revêtue de gravillons sur trois faces Cordon de sécurité Plan de collage MASTIX MS-Polymer noir

Plus en détail

Fondations & soubassements

Fondations & soubassements Fondations & soubassements Henri RENAUD Deuxième édition 2010 Groupe Eyrolles, 2002, 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12786-7 S o m m a i r e F o n d a t i o n s p a r s e m e l l e s...

Plus en détail

Prospekt 66-01F. Compactage Horizontal Statique (CHS) ou Compaction Grouting

Prospekt 66-01F. Compactage Horizontal Statique (CHS) ou Compaction Grouting Prospekt 66-01F Compactage Horizontal Statique (CHS) ou Compaction Grouting Sommaire Le procédé et son marché...3 Description du procédé...4 Amélioration de sols...6 Confortement de fondations...8 Comblement

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN?

QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN? L E RISQUE MOUVEMENT DE TERRAIN QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN? Un mouvement de terrain est un déplacement plus ou moins brutal du sol ou du soussol. Il est fonction de la nature et de la disposition

Plus en détail

Tous les ouvrages qui ne répondent pas aux critères énumérés seront considérées comme retenues collinaires ou petits barrages.

Tous les ouvrages qui ne répondent pas aux critères énumérés seront considérées comme retenues collinaires ou petits barrages. CARACTERISTIQUES DES BARRAGES CLASSIFICATION DES BARRAGES (Décision du 28/02/1993 du M.R.E) Sont considérées grands barrages : (cf. CIGB/ICLOD) Tous les barrages dont la hauteur 15 m (hauteur à partir

Plus en détail

Barrage de Malpasset (Var) L accident du 2 décembre 1959

Barrage de Malpasset (Var) L accident du 2 décembre 1959 Barrage de Malpasset (Var) L accident du 2 décembre 1959 1. La conception de l ouvrage Le projet du barrage de Malpasset dans le département du Var débute véritablement après la seconde guerre mondiale.

Plus en détail

Synthèse et création d une base de données géotechniques, géodésiques et géophysiques dans les argiles du Trièves

Synthèse et création d une base de données géotechniques, géodésiques et géophysiques dans les argiles du Trièves Synthèse et création d une base de données géotechniques, géodésiques et géophysiques dans les argiles du Trièves D. Jongmans (1), S. Schwartz (1), S. Tadenuma (1), M. Aubert (1) et collaborateurs (2,

Plus en détail

1.2. Aménagements depuis les romains

1.2. Aménagements depuis les romains Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'ingénieur - JNGG' 2006 Lyon (France) RISQUES GEOTECHNIQUES LIES A DES AMENAGEMENTS EXISTANTS OU FUTURS LES BALMES DE SAINT-CLAIR A LYON Joëlle CHAUBEAU,

Plus en détail

L assureur et l entreprise face à la prise de risques dans les grands projets. DIRECTION DES MARCHÉS ET RISQUES IARD 13 octobre 2010 1

L assureur et l entreprise face à la prise de risques dans les grands projets. DIRECTION DES MARCHÉS ET RISQUES IARD 13 octobre 2010 1 L assureur et l entreprise face à la prise de risques dans les grands projets DIRECTION DES MARCHÉS ET RISQUES IARD 13 octobre 2010 1 L assureur et l entreprise face à la prise de risques dans les grands

Plus en détail

Mur de cave «Prémur PAMAflex» avec 20 cm d isolation

Mur de cave «Prémur PAMAflex» avec 20 cm d isolation 1. Description Elément préfabriqué en béton de type prémur isolé composé de 2 parois en béton de 7 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 20 cm en polystyrène expansé et d un espace pour le remplissage

Plus en détail

TRAVAUX DE CORRECTION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX AU BARRAGE DE LORIGUILLA MºMA-01 ÉTAT PRÉALABLE ET EMPLACEMENT ÉTAT FINAL PROJETÉ

TRAVAUX DE CORRECTION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX AU BARRAGE DE LORIGUILLA MºMA-01 ÉTAT PRÉALABLE ET EMPLACEMENT ÉTAT FINAL PROJETÉ MºMA-01 DONNÉES ADMINISTRATIVES TRAVAUX DE CORRECTION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX AU BARRAGE DE LORIGUILLA DONNÉES DE GESTION PROJET DE LICITATION Budget de base de licitation: 2.666.351,66 Délai d exécution:

Plus en détail

PRO 2011-05. Édition : Joanne Nadeau, ing. Graphisme : André Tremblay

PRO 2011-05. Édition : Joanne Nadeau, ing. Graphisme : André Tremblay PRO 2011-05 Édition : Joanne Nadeau, ing. Graphisme : André Tremblay www.mrnf.gouv.qc.ca/produits-services/mines.jsp Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2011 Gouvernement du Québec,

Plus en détail

Les reconnaissances géophysiques appliquées à la recherche de cavités en sous-sol Franck Rivière 1.

Les reconnaissances géophysiques appliquées à la recherche de cavités en sous-sol Franck Rivière 1. Les reconnaissances géophysiques appliquées à la recherche de cavités en sous-sol Franck Rivière 1. Introduction Qu elles soient anthropiques ou naturelles, la présence de cavités souterraines est un risque

Plus en détail

SPECIFICITES TECHNIQUES MUR DE SOUTENEMENT

SPECIFICITES TECHNIQUES MUR DE SOUTENEMENT SPECIFICITES TECHNIQUES MUR DE SOUTENEMENT 1) Sur ces murs la face extérieure aura un aspect lisse coffrage et la face intérieure aura un aspect lissé flamande. Face extérieure Face intérieure Aspect lisse

Plus en détail

Dyrup SAS Mathias Boutin Chargé d affaire Termites control 215, Av. Georges Clémenceau 92000 Nanterre

Dyrup SAS Mathias Boutin Chargé d affaire Termites control 215, Av. Georges Clémenceau 92000 Nanterre Dyrup SAS Mathias Boutin Chargé d affaire Termites control 215, Av. Georges Clémenceau 92000 Nanterre + 33(0)6.19.60.14.20 Qui sommes nous? Dyrup en bref 0 Filiales: Autriche, Danemark, France, Allemagne,

Plus en détail

Réaliser une maison individuelle. Fiche élèves E1-1 /8. http://intratek.free.fr

Réaliser une maison individuelle. Fiche élèves E1-1 /8. http://intratek.free.fr s E1-1 /8 E1-2/8 1 - Rappeler la formule pour calculer la superficie des pièces suivantes : Étude du plan nommé OPALE disponible en ressource Les calculs seront donnés au centième de mètre. 2- Donner la

Plus en détail

Communauté de l Agglomération Annécienne 46, avenue des Iles BP 90270 74007 ANNECY Cedex

Communauté de l Agglomération Annécienne 46, avenue des Iles BP 90270 74007 ANNECY Cedex Page 1 sur 27 Fédération des syndicats des métiers de la prestation intellectuelle du Conseil, de l'ingénierie et du Numérique Communauté de l Agglomération Annécienne 46, avenue des Iles BP 90270 74007

Plus en détail

Annexe n 4 : Estimation de la ressource en alluvionnaire (Selon étude du BRGM du 12 mars 2012)

Annexe n 4 : Estimation de la ressource en alluvionnaire (Selon étude du BRGM du 12 mars 2012) Annexe n 4 : Estimation de la ressource en alluvionnaire (Selon étude du BRGM du 12 mars 2012) L estimation de la ressource alluvionnaire a porté exclusivement sur les alluvions récentes et anciennes,

Plus en détail

Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES

Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES (MTPTC) Validation Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES où peut-on construire une maison? 2 NON NON NON ne pas construire sous une falaise ne pas construire

Plus en détail

Buse métallique. Buse métallique LES PONTS. Illustration des défauts

Buse métallique. Buse métallique LES PONTS. Illustration des défauts Buse métallique 1 Morphologie 2 Morphologie 3 Morphologie H longitudinaux I circonférentiels 4 Morphologie Différentes formes de buses 5 Morphologie Buse arche ou passage 6 Morphologie Arche 7 Morphologie

Plus en détail

LES PILIERS ORSOL N ENTRENT PAS DANS LA SOLIDITE DU BATIMENT. POUR LA POSE ET L ENTRETIEN NE JAMAIS UTILISER DE PRODUIT A BASE D ACIDE.

LES PILIERS ORSOL N ENTRENT PAS DANS LA SOLIDITE DU BATIMENT. POUR LA POSE ET L ENTRETIEN NE JAMAIS UTILISER DE PRODUIT A BASE D ACIDE. Conseils de pose Étapes de pose Quel que soit le type de support que vous avez, vérifiez que votre support admette les produits ORSOL. Reportez vous à la fiche Accessoires de pose ORSOL. Utilisez exclusivement

Plus en détail

Chapitre Contenu Page. 10 Réparation des "zones creuses" des carrelages et chapes 173 176

Chapitre Contenu Page. 10 Réparation des zones creuses des carrelages et chapes 173 176 Chapitre Contenu Page 10 Réparation des "zones creuses" des carrelages et chapes 173 176 Réparation des "zones creuses" des carrelages et chapes 10 Dans la pratique, une dégradation due à la formation

Plus en détail

Prospections géophysiques adaptées au socle

Prospections géophysiques adaptées au socle Prospections géophysiques adaptées au socle Viviane BORNE Sommaire 1 - La prospection électromagnétique VLF 2 - La tomographie électrique 3 - Les nouvelles prospections à mettre en oeuvre 2 Prospection

Plus en détail

BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES

BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REALISATION DE TRAVAUX DE BRANCHEMENT AU RESEAU D ASSAINISSEMENT ET PETITS TRAVAUX DE REPARATION MAITRE D OUVRAGE : DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES

Plus en détail

Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages

Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages Corinne Curt et Aurélie Talon JFMS10 24-26/03/2010 - Toulouse Evaluation de la fiabilité et de la sécurité des barrages

Plus en détail

RESTAURATION DE L ÉGLISE NOTRE DAME DE LA PURIFICATION

RESTAURATION DE L ÉGLISE NOTRE DAME DE LA PURIFICATION RESTAURATION DE L ÉGLISE NOTRE DAME DE LA PURIFICATION 1982 : travaux d urgence ; vitraux cassés remplacés par des vitres. Pose d une serrure à la porte latérale. Branchement électrique pour éclairage

Plus en détail

Mur extérieur «mur PAMAflex»

Mur extérieur «mur PAMAflex» A 1. Description Elément préfabriqué hautement isolé composé d une paroi portante en béton de 14 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 27 cm de polyuréthane, épaisseur totale du mur de 41 cm. Un

Plus en détail

ASSOCIATION INTERCOMMUNALE POUR L EPURATION DES EAUX USEES DU BASSIN VERSANT GERINE NESSLERA

ASSOCIATION INTERCOMMUNALE POUR L EPURATION DES EAUX USEES DU BASSIN VERSANT GERINE NESSLERA Table des matières Etude générale Page 2 / 6 Objectif Examen télévisuel Classification des dommages Représentation Bassin versant de l association Page 4 / 6 Examen télévisuel - Synthèse Tronçons pour

Plus en détail

Brochure 67-03 F. Le procédé de jet grouting Soilcrete

Brochure 67-03 F. Le procédé de jet grouting Soilcrete Brochure 67-03 F Le procédé de jet grouting Soilcrete Sommaire Histoire...3 Le procédé Soilcrete... 4 Les différents procédés... 6 Les formes géométriques... 7 Séquences de construction... 8 Soilcrete

Plus en détail

GLISSEMENT DE L'HARMALIERE SUR LA COMMUNE DE SINARD

GLISSEMENT DE L'HARMALIERE SUR LA COMMUNE DE SINARD GLISSEMENT DE L'HARMALIERE SUR LA COMMUNE DE SINARD -------------------- Par C. MOULIN et Y. ROBERT, géologues à la division "Connaissance et Affichage du Risque" du SD RTM 38 -------------------- 1 RAPPEL

Plus en détail

La protection des infrastructures et les drainages

La protection des infrastructures et les drainages La protection des infrastructures et les drainages SOMMAIRE 1- Migration de l eau dans le sol.... 2 2- Protection contre les remontées capillaires.... 2 a) Phénomène de capillarité.... 2 b) Protection

Plus en détail

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE 1/14 DIRECTION DE LA SECURITE ET DU CABINET PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE ARRÊTÉ PRÉFECTORAL n IAL- 13112-03 modifiant l arrêté n IAL- 13112-02 du 20 aout 2010 relatif à l état des risques naturels et technologiques

Plus en détail

RiskYdrogéo Risques hydrogéologiques en montagne : parades et surveillance» Atelier 2 La Mure

RiskYdrogéo Risques hydrogéologiques en montagne : parades et surveillance» Atelier 2 La Mure INTERREG III A Projet n 179 (ex n 046) RiskYdrogéo Risques hydrogéologiques en montagne : parades et surveillance» Activité 1. Ateliers Atelier 2 La Mure Partenaires et financeurs : En collaboration avec

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE NOTICE DE POSE

DOSSIER TECHNIQUE NOTICE DE POSE DOSSIER TECHNIQUE NOTICE DE POSE 1 NOTICE DE POSE BLOCS A BANCHER «ISOLASUP SYSTEME» A) Préambule : 1) Le fabricant et l entrepreneur doivent rappeler aux architectes et aux Maîtres d ouvrages les spécificités

Plus en détail

Double mur: détails de construction

Double mur: détails de construction Les détails de construction présentés ci-après montrent comment le mur composé s associe aux ouvrages contigus. Il s agit évidemment d un choix d exemples pris parmi les innombrables combinaisons possibles.

Plus en détail

Le RISQUE MOUVEMENTS DE TERRAIN

Le RISQUE MOUVEMENTS DE TERRAIN Effondrement de cavités naturelles ou artificielles (MEDD-DPPR) Effondrement, Bargemon (DDE 83) mouv. de terrain Le RISQUE MOUVEMENTS DE TERRAIN dans le Var COMMENT SE MANIFESTENT-ILS? Ce sont des déplacements,

Plus en détail

Pathologies des FONDATIONS

Pathologies des FONDATIONS Pathologies des FONDATIONS Module #2: Résistance structurale Excavation par Michel F. Coallier (2006) 1 Exigences de résistance r structurale: : (CNB 95-9.4) La partie 9 du CNB ne spécifie pas des exigences

Plus en détail