Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité Outil méthodologique pour l épidémiologie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité Outil méthodologique pour l épidémiologie"

Transcription

1 Santé travail Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité Outil méthodologique pour l épidémiologie

2 Sommaire Abréviations 2 Résumé 3 Introduction 6 Première partie Description de la consommation de tabac selon l activité professionnelle en population générale 7 1. Introduction 8 2. Matériel et méthodes 8 3. Résultats Discussion 22 Deuxième partie Calcul de rapports d incidence attendus, par catégories socioprofessionnelles et secteurs d activité, compte tenu de la consommation de tabac Introduction Matériel et méthodes Résultats Discussion 38 Troisième partie Prise en compte du rôle du tabac dans l interprétation des différences de mortalité par secteur d activité (étude Cosmop-EDP) Introduction Calcul de rapports de mortalité attendus Résultats Discussion Synthèse 49 Synthèse et perspectives globales Synthèse Perspectives 50 Références bibliographiques 51 Annexes 53 Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité Institut de veille sanitaire

3 Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité Outil méthodologique pour l épidémiologie Analyse des données et rédaction du rapport Delphine Lauzeille, Département santé travail, Institut de veille sanitaire Jean-Luc Marchand, Département santé travail, Institut de veille sanitaire Marion Ferrand, Département santé travail, Institut de veille sanitaire Relecteur Isabelle Stücker Remerciements Nous remercions la division "Conditions de vie des ménages" de l Institut national de la statistique et des études économiques et tout particulièrement Jean-Louis Lanoë et Françoise Dumontier pour avoir coordonné l Enquête décennale santé 2003 et avoir permis la mise à disposition des données. Nous remercions chaleureusement Gaëlle Santin pour son soutien statistique et Béatrice Geoffroy-Perez pour son éclairage sur les données Cosmop. Enfin, nous remercions Ellen Imbernon et Anne Chevalier pour leur relecture attentive de ce document. Institut de veille sanitaire Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité / p. 1

4 Abréviations BTP DST Inpes Insee InVS NAF P ExFcatX P ExFpopX P ExFsect_nonX P ExFsectX P F P FcatX P FsectX P NF P NFcatX P NFpopX P NFsect_nonX P NFsectX P FpopX P Fsect_nonX PCS RR RR ExF RR F RR paexfpopx RR pafpopx RR tabac SMR TI TI F TI NF TM TM secteurs_nonx TM secteurx Bâtiment et travaux publics Département santé travail Institut national de prévention et d éducation pour la santé Institut national de la statistique et des études économiques Institut de veille sanitaire Nomenclature d activités françaises Proportion d ex-fumeurs dans la catégorie professionnelle X Proportion d ex-fumeurs dans une population X Proportion d ex fumeurs pour l ensemble des secteurs d activité sauf le secteur X Proportion d ex-fumeurs dans un secteur d activité X Proportion de fumeurs dans une population Proportion de fumeurs dans la catégorie professionnelle X Proportion de fumeurs dans un secteur d activité X Proportion de non-fumeurs dans une population Proportion de non-fumeurs dans la catégorie professionnelle X Proportion de non-fumeurs dans une population X Proportion de non-fumeurs pour l ensemble des secteurs d activité sauf le secteur X Proportion de non-fumeurs dans un secteur d activité X Proportion de fumeurs dans une population X Proportion de fumeurs pour l ensemble des secteurs d activité sauf le secteur X Profession et catégorie socioprofessionnelles Risque relatif Risque relatif associé au fait d être ex-fumeur Risque relatif associé au fait d être fumeur Risque relatif associé au nombre de paquets-années consommés pour les ex-fumeurs d une population X Risque relatif associé au nombre de paquets-années consommés pour les fumeurs d une population X Risque relatif associé au tabac Ratio standardisé de mortalité Taux d incidence d une pathologie dans une population Taux d incidence d une pathologie parmi les fumeurs de cette population Taux d incidence d une pathologie parmi les non fumeurs de cette population Rapport de mortalité Taux de mortalité de la pathologie d intérêt dans l ensemble des secteurs sauf le secteur X Taux de mortalité de la pathologie d intérêt dans le secteur X p. 2 / Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité Institut de veille sanitaire

5 Résumé Introduction La consommation de tabac est un facteur de risque majeur pour de nombreuses pathologies, dont l impact sur la santé publique est considérable. Elle varie en fonction de différents facteurs dans la population, notamment la catégorie socioprofessionnelle. Le tabac peut en conséquence être un facteur de confusion dans les études épidémiologiques des risques professionnels, lorsque la pathologie étudiée est potentiellement liée au tabac, en particulier pour certains cancers ou certaines maladies cardio-vasculaires. Or, les données individuelles de consommation nécessaires pour prendre en compte ce facteur de confusion ne sont pas toujours disponibles dans les études, en particulier dans le cadre de cohortes historiques ou d enquêtes de très grande taille. Le recours à des données externes peut alors s avérer utile afin de pallier à ce manque d information. L enquête décennale santé de l Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) de 2003, qui recueille des informations sur la santé, la protection sociale et les conditions de vie, inclut des questionnaires sur le statut professionnel et les consommations de tabac des sujets interrogés. Elle a donné à l Institut de veille sanitaire (InVS) l opportunité de décrire les consommations de tabac par professions et secteurs d activité, sous l angle quantitatif. Ce rapport ne constitue pas une analyse des liens entre tabagisme et activité professionnelle mais seulement une photographie, en 2003, de la prévalence de tabagisme et de la quantité moyenne de tabac consommée par professions et secteurs d activité, à même d apporter des données de référence inédites et utiles aux acteurs de l épidémiologie des risques professionnels, permettant de prendre en compte le rôle du tabac dans certaines études où cela n était pas possible jusqu ici. Ce rapport est constitué de trois parties. La première présente les estimations de consommation de tabac par professions et secteurs d activité en France. Elle porte sur l année 2003 et concerne les personnes âgées de plus de 18 ans et occupant un emploi au moment de l enquête ou ayant exercé une activité au cours de leur vie. Les parties 2 et 3 sont des applications, en épidémiologie, des résultats de cette description. La partie 2 présente de façon théorique les taux d incidences attendus de pathologies qui seraient liés au tabac, par professions et secteurs d activité en France, du fait des différences de consommation de tabac. La partie 3, quant à elle, est un exemple d utilisation de ces données pour aider à l interprétation des résultats d une étude de mortalité par secteur d activité (étude Cosmop-EDP). 1. Description de la consommation de tabac selon l activité professionnelle en population générale L enquête décennale santé a permis de disposer, pour un échantillon représentatif de la population française, de données sur l activité professionnelle et les habitudes tabagiques des adultes français. En utilisant les pondérations de l Insee, des estimations de consommation de tabac par professions et secteurs dans la population active ou anciennement active ont été déduites. Cette partie doit être considérée comme un "catalogue" de données. Sont estimés séparément chez les hommes et chez les femmes : -- le statut tabagique par catégories socioprofessionnelles, selon les professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) à 1 et 2 niveaux, puis par classes d âge ; -- le statut tabagique par secteurs d activité, selon la nomenclature d activités française (NAF) à 2 niveaux, puis par classes d âge ; -- le statut tabagique par secteurs d activité et par catégories socioprofessionnelles ; -- les estimations de la quantité de tabac consommée quotidiennement et de façon cumulée chez les fumeurs quotidiens, selon la catégorie socioprofessionnelle, le secteur d activité et par classes d âge ; -- les estimations de la quantité de tabac consommée quotidiennement et de façon cumulée chez les ex-fumeurs, selon la catégorie socioprofessionnelle, le secteur d activité et par classes d âge. Les différences de consommation entre les catégories socioprofessionnelles ou secteurs d activité dans la population française sont ainsi décrites, sans chercher à les expliquer ou à les interpréter. Certaines de ces différences sont plus ou moins marquées. Pour ne citer que quelques exemples, le contraste connu entre "cols bleus" et "cols blancs" est observé ; il y a notamment deux fois plus de fumeurs chez les ouvriers que chez les cadres (37 contre 19 chez les hommes), mais pas de différence marquée sur la consommation quotidienne des uns et des autres (0,88 paquet en moyenne chez les ouvriers fumeurs contre 0,86 chez les cadres). Concernant les secteurs d activité, la proportion d hommes fumeurs varie beaucoup, allant de 8 dans la production d électricité à plus de 50 dans le captage et distribution d eau. Chez les fumeuses, cette proportion varie encore plus avec une prévalence de moins de 5 dans la fabrication d instruments médicaux et proche de 50 dans la fabrication d autres produits minéraux. Institut de veille sanitaire Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité / p. 3

6 2. Calcul de rapports d incidence attendus, par catégories socioprofessionnelles et secteurs d activité, compte tenu de la consommation de tabac Connaissant la consommation de tabac dans deux populations, il est possible de calculer, pour une pathologie ayant un lien connu avec le tabac, la proportion attendue de cas supplémentaires de cette pathologie dans la population présentant une plus forte prévalence de fumeurs par rapport à l autre. Les données de la première partie ont été utilisées pour réaliser ces calculs de façon théorique. En prenant différents niveaux d association entre une pathologie et le tabac (par exemple risque multiplié par 1,5 chez les fumeurs, ou par 2, etc.), les incidences relatives prévues ont été évaluées par professions et secteurs d activité. Cela permet de quantifier l excès de cas prévus dans les catégories socioprofessionnelles ou secteurs d activités pour lesquels la prévalence de fumeurs est plus élevée que celle de l ensemble des actifs ou anciennement actifs, selon la force du lien entre la consommation de tabac et le risque considéré. Ces résultats sont utiles aux épidémiologistes désirant discuter de ratios d incidence ou de mortalité estimés dans des secteurs d activité et/ou catégories socioprofessionnelles. Notamment, dans le cas de ratios supérieurs à un, il s agit de discuter de la plausibilité de l existence de facteurs de risque professionnels. De façon générale, les ordres de grandeurs des disparités observées sont les suivants : -- pour des pathologies dont le lien avec le tabac est modéré (risque relatif de 2 ou moins chez les fumeurs), la prévalence plus élevée de tabagisme dans certaines catégories socioprofessionnelles ou secteurs d activité n est pas de nature à entraîner une augmentation d incidence dépassant 10 à 15 ; -- pour des pathologies dont le lien avec le tabac serait plus fort risques relatifs autour de 3 à 5 par exemple cette augmentation d incidence peut atteindre 30 dans les catégories socioprofessionnelles ou secteurs où la prévalence de fumeurs est la plus élevée ; -- pour des pathologies dont le lien avec le tabac engendrerait des risques multipliés par 10 ou 20 chez les fumeurs, cette augmentation d incidence peut atteindre 50 dans les catégories socioprofessionnelles ou secteurs où l on retrouve le plus de fumeurs. 3. Prise en compte du rôle du tabac dans l interprétation des différences de mortalité par secteur d activité (étude Cosmop-EDP) Cette troisième partie illustre par un exemple concret les possibilités d utilisation des données produites dans ce rapport pour discuter des résultats d études sur les risques professionnels. L exemple choisi est celui du programme Cosmop qui analyse la mortalité et les causes de décès par secteurs d activité. Une étude descriptive a été réalisée à partir de l échantillon démographique permanent de l Insee (étude Cosmop-EDP) sur la période , et a permis de produire de façon systématique des risques relatifs de décès par grandes pathologies pour chaque secteur d activité (vs l ensemble des autres secteurs d activité). Les pathologies retenues pour cet exemple sont les cancers du poumon et de la vessie, pathologies pour lesquelles le tabac est un facteur de risque majeur. Dans l étude Cosmop-EDP, des excès de risque de décès pour ces deux types de cancer apparaissent associés à l emploi dans certains secteurs : 4 secteurs présentent une surmortalité significative par cancer du poumon (l imprimerie, la cokéfaction, le travail des métaux et le bâtiment) et un secteur présente une surmortalité significative par cancer de la vessie (le bâtiment). Or, aucune information individuelle sur le tabac n était disponible dans les sources de données de cette étude. Il était donc impossible de prendre en compte un éventuel effet lié à une différence de consommation de tabac par secteur dans l interprétation des résultats obtenus. L objectif du travail réalisé dans cette troisième partie était alors de comparer ces risques relatifs avec les rapports attendus du fait de la consommation de tabac. Des rapports de mortalité relative attendue du fait de la consommation de tabac ont été calculés à partir des données de prévalence du tabagisme par secteur d activité, pour le cancer du poumon et le cancer de la vessie, en comparaison à l ensemble des autres secteurs. Concernant le cancer du poumon, la prévalence de tabagisme estimée dans les 4 secteurs d activités à risque identifiés dans l étude Cosmop-EDP ne laisse attendre un excès de décès que pour le secteur du bâtiment. Dans ce secteur, la prévalence du tabagisme est légèrement supérieure à celle du reste des travailleurs entraînant une mortalité attendue par cancer de poumon supérieure de 10 alors que le risque relatif de décès observé est de 1,28. Pour les 3 autres secteurs, les risques relatifs de décès observés sont très élevés alors que dans ces secteurs la prévalence de fumeurs est égale, voire plus faible que dans les autres secteurs ce qui donne une surmortalité attendue du fait du tabac nulle, voire une sous-mortalité. Concernant le cancer de la vessie, les rapports de mortalité attendus vont, d une manière générale, dans le même sens que les risques relatifs de décès observés dans l étude Cosmop-EDP. Cependant, ils sont dans plusieurs secteurs bien inférieurs à ces risques relatifs. Dans le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP) où le risque relatif de décès est de 1,41, la prévalence du tabagisme laisse attendre une mortalité supérieure de 8 seulement par rapport aux autres secteurs. Ces résultats vont dans le sens de l existence d autres facteurs de risque que le tabac et, en particulier, un effet probable des expositions professionnelles. Cependant, il existe des secteurs pour lesquels les risques relatifs sont équivalents aux rapports attendus. C est le cas, par exemple, de l hôtellerie qui présente dans l étude Cosmop-EDP une surmortalité p. 4 / Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité Institut de veille sanitaire

7 par cancer du poumon (non significative) ou de l agriculture qui présente pour ce même cancer une sous-mortalité. Dans ces secteurs, les différences de risques observés sont compatibles avec les différences de mortalité attendues du fait de l excès ou du déficit de tabagisme. Discussion Les données recueillies dans l enquête décennale santé ont permis de décrire la prévalence du tabagisme et l intensité de consommation de tabac en population générale, par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité. Cette description systématique est la première, à ce niveau de détail, en France. Ces informations sont précieuses pour aider à l interprétation des résultats épidémiologiques portant sur les risques professionnels, en fournissant des données utiles à la discussion de résultats d études. Ces données ont en effet permis de calculer, pour des pathologies liées au tabac, des disparités d incidence attendues par profession ou secteurs d activité, du fait des différences de prévalence de tabagisme. Ces disparités (représentées par des rapports d incidence attendus par rapport à une population de référence) peuvent ainsi être mises en regard d excès éventuels de risques observés dans des études de morbidité ou de mortalité en milieu professionnel. L utilisation de ces informations dans le cadre de l étude Cosmop-EDP, présentée en partie 3, illustre l utilité de ces comparaisons. Alors que les seules données de l étude Cosmop-EDP ne permettent pas de discuter quantitativement du rôle éventuel du tabac dans certains des excès de risque observés et laisse donc ouverte la question de l origine de ces excès, il a été possible grâce aux données produites dans ce rapport, de constater que, dans plusieurs cas, l ordre de grandeur attendu des risques dus à l effet du tabac était largement incompatible avec les excès constatés. Des limites à l utilisation de ces données sont toutefois à souligner : -- l enquête décennale est une enquête transversale et reflète donc le comportement tabagique des Français à un moment donné ( ). Afin de pouvoir comparer les rapports d incidence attendus avec des excès de risque observés dans des études épidémiologiques en milieu professionnel, il faudra s assurer que les périodes d étude soient comparables (sans pour autant devoir être nécessairement strictement identiques) ; -- il faudra également s assurer que les populations de référence soient équivalentes entre les deux études. Les rapports calculés dans la partie 2 ont été calculés avec une population de référence définie (population active ou anciennement active tous secteurs confondus). Pour les appliquer à l étude Cosmop-EDP, il a été nécessaire de recalculer des rapports avec une population de référence compatible. Il faut souligner que les données de l enquête décennale permettent un choix assez large de populations de référence : les personnes actives ou anciennement actives tout secteur confondu, ou les personnes ayant exercé un métier dans l ensemble des secteurs sauf dans celui qui est étudié, ou uniquement les personnes actives ou bien encore la population générale ; -- enfin, le calcul des rapports d incidence repose sur des hypothèses sur les risques relatifs associés au tabac pour une pathologie considérée. Malgré les limites énoncées, la possibilité d utiliser ces données pour discuter des résultats d étude de morbidité ou mortalité en milieu professionnel est un réel apport. Contrairement à d autres méthodes existantes de prise en compte de facteurs de confusion, en particulier l ajustement sur la catégorie sociale, l utilisation de ces rapports permet d étudier spécifiquement le rôle éventuel du tabac sur les risques observés, sans risque de surajustement sur d éventuelles expositions professionnelles. Elle permet en outre de tenir compte des différences de tabagisme selon l activité professionnelle à catégorie socioprofessionnelle égale. À l avenir, le Département santé travail (DST) souhaite pouvoir répéter et poursuivre ce travail sur d autres périodes et sur des données provenant d autres grandes enquêtes nationales. Institut de veille sanitaire Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité / p. 5

8 Introduction La consommation de tabac est un facteur de risque majeur pour de nombreuses pathologies, en particulier pour les cardiopathies ischémiques, les accidents cérébro-vasculaires, les infections respiratoires basses, les maladies pulmonaires chroniques obstructives, la tuberculose et les cancers [1]. Son impact sur la santé publique est considérable. Il a ainsi été estimé en 1999 que décès lui étaient attribuables annuellement en France [2], et le coût des soins associés aux pathologies provoquées a été évalué en 1997 à 30 milliards de francs (4,6 milliards d euros) [3]. Ces pathologies ont également un coût pour l activité économique du pays, notamment à travers les arrêts de travail et la perte de productivité induits. Le coût social estimé de la consommation de tabac en 1997 était ainsi de 90 milliards de francs (13,7 milliards d euros), réévalué en 2003 à 47,8 milliards d euros [3]. Face à ce phénomène, les pouvoirs publics mènent depuis de nombreuses années des politiques visant à la diminution de la consommation de tabac dans la population. La loi Évin de 1991 prévoit ainsi l interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif. Cette interdiction a été progressivement mise en œuvre pour arriver à une interdiction totale de fumer dans les lieux publics début Concernant l interdiction de fumer sur le lieu de travail, elle n a été totalement appliquée que début Ces mesures visent autant à protéger la santé des non fumeurs (le tabagisme passif en milieu professionnel serait responsable de 14 à 123 cancers du poumon chaque année [4]) qu à concourir à la réduction de la consommation de tabac. Parallèlement, des actions d information, de prévention et d incitation à l arrêt sont mises en œuvre, comme l affichage de messages sanitaires sur les paquets de cigarettes ou une constante augmentation du prix du tabac. On sait par ailleurs que la consommation de tabac ne se répartit pas uniformément dans la population, et notamment selon les catégories sociales. L estimation de la prévalence du tabagisme par secteur d activité a été publiée récemment dans plusieurs pays [5-7]. En France, plusieurs travaux permettant une vue de son évolution globale [8,9] ou de disposer de données selon les catégories sociales [10] existent, et des enquêtes ad-hoc ont pu fournir des indications sur la situation dans des entreprises spécifiques [11]. Mais jusqu ici, aucune description systématique et détaillée du tabagisme par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité n a été réalisée. Outre le fait qu une telle description permet de contribuer à la compréhension de l état de santé de la population au travail, à travers la connaissance de la distribution en son sein d un facteur de risque important de nombreuses pathologies, elle constitue un élément potentiel d aide à l interprétation de toute étude épidémiologique s intéressant aux risques professionnels. En effet, le tabac est susceptible de jouer un rôle de facteur de confusion important dans des analyses épidémiologiques s intéressant au lien entre d autres facteurs et ces pathologies. Une surmortalité par cancer du poumon observée dans un secteur d activité est ainsi susceptible de refléter l existence d expositions professionnelles cancérogènes, mais également une prévalence élevée de facteurs de risque extraprofessionnels, parmi lesquels le tabac est l un des plus importants. Il est donc utile dans ces études, si elles s intéressent à des pathologies liées au tabac, de disposer d informations individuelles sur les consommations de tabac, afin de réaliser des analyses les prenant en compte et permettant d étudier le rôle propre du facteur professionnel. Ceci n est pas toujours possible, en particulier dans les études de cohortes professionnelles constituées à partir de données existantes (fichiers du personnel, données administratives, fichiers de l Insee) sans recueil d informations complémentaires ou dans les études de très grandes dimensions. C est pourquoi, disposer d informations quantitatives sur la consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité dans la population française permet d apporter des éléments sur la distribution du tabagisme selon des critères professionnels. L enquête décennale santé Insee de 2003, qui recueille des informations sur la santé, la protection sociale et les conditions de vie, inclut des questionnaires sur le statut professionnel et les consommations de tabac. Portant sur un large échantillon de population, cette enquête donnait l opportunité de produire des estimations représentatives de la population française de consommations de tabac par professions et secteurs. Les résultats de cette analyse constituent une photographie en 2003 permettant de comparer des professions ou secteurs entre eux, ou à la population générale, en termes de prévalence et d intensité de consommation de tabac. Ils peuvent également fournir des données utilisables pour estimer le potentiel de confusion lié à ce facteur dans des études épidémiologiques. L objectif principal de ce rapport est donc de décrire la consommation de tabac par professions et secteurs d activité dans la population française, à travers des estimations de prévalence et quantités consommées issues de l enquête décennale santé. Son objectif secondaire est de présenter des possibilités d application de ces données dans les études épidémiologiques de mortalité ou d incidence par profession et secteur d activité. Il est constitué de trois parties : une première partie qui présente la description de la consommation de tabac par professions et secteurs d activité en France, pour l année 2003 ; deux autres parties, qui découlent de cette description : -- calculs systématiques de rapports d incidence attendus du fait du tabac, par professions et secteurs d activité, en France, -- un exemple d utilisation concrète de ces données : aide à l interprétation des résultats de l analyse de la mortalité et des causes de décès par secteurs d activité (étude Cosmop-EDP). p. 6 / Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité Institut de veille sanitaire

9 Première partie Description de la consommation de tabac selon l activité professionnelle en population générale 1. Introduction 8 2. Matériel et méthodes Source des données : Enquête décennale santé de l Insee Exploitation des données pour l étude de la consommation de tabac selon l activité professionnelle 9 3. Résultats Description de l échantillon étudié Structure socioprofessionnelle de la population par sexe, après redressement Estimations de prévalence de la consommation de tabac (statut tabagique) Estimation de la quantité de tabac consommée chez les fumeurs quotidiens Estimation de la quantité de tabac consommée dans le passé chez les ex-fumeurs Discussion Utilisation des données de l enquête décennale santé Population étudiée Résultats observés et comparaison à ceux d autres études Synthèse 24 Institut de veille sanitaire Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité / p. 7

10 1. Introduction L enquête décennale santé de l Insee a représenté une opportunité de produire une description de la consommation de tabac en France selon la catégorie socioprofessionnelle des personnes et le secteur d activité. Réalisée sur un grand échantillon de ménages représentatif de la population française, elle incluait en effet un recueil d information sur les caractéristiques professionnelles de tous les adultes enquêtés, ainsi que sur leur consommation de tabac. 2. Matériel et méthodes Source des données : Enquête 2.1 décennale santé de l Insee L enquête décennale santé a pour objectif de décrire la santé des français selon la morbidité déclarée et la consommation de soins. Il s agit d une enquête périodique reproduite tous les 10 ans. La première édition a eu lieu en 1960, et quatre autres éditions ont succédé depuis. Sa méthode ayant été décrite par ailleurs [12], elle ne sera que brièvement résumée ci-après Champ de l enquête La population cible est définie comme l ensemble des personnes vivant, au moment de l enquête, en France métropolitaine et constituant un ménage ordinaire au sens de l Insee [13]. Ont donc été exclues les personnes vivant en institution, en foyer ou en prison. La population ciblée par les auto-questionnaires a été définie par le fait d être apte à y répondre, c est-à-dire à comprendre le français écrit et avoir un état de santé permettant de le faire Échantillonnage L Insee a utilisé quatre bases de sondage pour effectuer le tirage au sort de la population enquêtée. Deux d entre elles sont des échantillons représentatifs des ménages ordinaires recensés en 1999 (l échantillon maître et l échantillon maître extension) ; les deux autres correspondent à des bases de sondage de logements neufs construits après le recensement de 1999 (la base de sondage des logements neufs et la base SITADEL-EMEX). L échantillonnage correspond à un plan de sondage à probabilités inégales, par grappe au deuxième degré, stratifié sur la catégorie de communes (rurale, moins de habitants, entre et habitants, plus de habitants, région parisienne) et la région (Île-de-France, Picardie, Nord-Pas-de-Calais, Champagne- Ardenne, Provence-Alpes-Côte d Azur, autres régions). L unité primaire est le ménage, qui correspond pour l Insee aux personnes vivant dans le logement tiré au sort. Tous les individus du ménage ont été interrogés. Les probabilités d inclusion dépendent de la base de sondage, du type de logement, de la catégorie de la commune et de la région. Au total, ménages ont été échantillonnés. Parmi eux, ont accepté de participer à l enquête, soit individus Collecte des données La collecte des données a duré un an (d octobre 2002 à septembre 2003) et s est effectuée, selon la nature des questions, sur deux modes : en face-à-face avec un enquêteur et par auto-questionnaire. Elle s est déroulée en cinq vagues, chacune s étalant sur une période de trois à quatre mois. La durée d enquête pour un ménage était d environ deux mois. Chaque ménage enquêté a été visité trois fois par un enquêteur, avec un délai de quatre semaines entre chaque visite. Tous les individus du ménage étaient interrogés, directement par l enquêteur si la personne était majeure 1, ou bien par l intermédiaire d une tierce personne quand l individu n avait pas l âge requis ou était non apte à répondre, pour des raisons de compréhension de la langue ou d un handicap. À la fin de la 1 re visite, l enquêteur remettait à chaque membre du ménage de plus de 11 ans un auto-questionnaire à remplir et à remettre complété à l enquêteur lors de la 2 e ou de la 3 e visite. Les données recueillies en face-à-face étaient directement saisies par l enquêteur grâce au logiciel CAPI [14], alors que les données recueillies par auto-questionnaire ont été saisies ultérieurement Non-réponse et redressement Sur les ménages échantillonnés et entrant dans le champ de l enquête, ont accepté de participer, correspondant à personnes enquêtées. Au final, personnes ont répondu aux trois visites de l enquêteur. Parmi elles, étaient éligibles 2 pour remplir un auto-questionnaire et ont effectivement remis un auto-questionnaire exploitable (figure 1). 1 2 Les personnes âgées d au moins 15 ans, qui étaient personnes de référence, conjoints de la personne de référence ou exerçant une activité professionnelle étaient également interrogées directement. Personnes de plus de 11 ans n ayant pas de problème pour la compréhension écrite du français ou n ayant pas de problème de santé particulier les empêchant de répondre. p. 8 / Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité Institut de veille sanitaire

11 Figure 1 Schéma de non-réponse ménages échantillonnés ménages dans le champ de l enquête* ménages répondants individus enquêtés individus répondants en visite individus répondants en visite individus pouvant répondre à l autoquestionnaire Exploitation des données pour 2.2 l étude de la consommation de tabac selon l activité professionnelle Population étudiée Ce travail a concerné toutes les personnes de plus de 18 ans dont la totalité des 10 auto-questionnaires distribués était exploitable ( sujets au total), à l exclusion de celles qui n ont jamais exercé d activité professionnelle (1 552 sujets). Cette analyse a donc finalement porté sur personnes (7 879 hommes et femmes), occupant un emploi au moment de l enquête ou ayant exercé une activité passée. Cette population sera définie comme "active ou anciennement active" 3 dans la suite du document. L ensemble des personnes de plus de 18 ans (quelle que soit leur situation vis-à-vis de l emploi) ont toutefois servi de base à quelques analyses complémentaires de comparaison individus avec un autoquestionnaire exploitable dont âgés de 18 ans et plus Facteurs étudiés * Défini notamment par la résidence principale. Finalement, l échantillon obtenu est différent de la population sélectionnée et un redressement a été nécessaire pour rétablir sa représentativité par rapport à la population générale. Ce travail a été réalisé par l Insee et est décrit par ailleurs [12] : il a abouti au calcul de pondérations à appliquer à chaque sujet dans les analyses, qui tiennent compte de la correction de la non-réponse et du calage des données d enquête. Elles dépendent de différents facteurs (notamment de l âge, le sexe et la catégorie socioprofessionnelle des personnes ayant répondu aux questionnaires) et ont été fournies aux équipes exploitant les données de l enquête Données recueillies Lors des visites de l enquêteur, les entretiens ont porté sur la santé (maladies, antécédents, consommation médicamenteuse, hospitalisations, soins médicaux entre les visites, prévention), la protection sociale, ainsi que sur les gênes et handicaps des personnes, et les conditions de vie. De plus, l auto-questionnaire a permis de recueillir, pour les personnes de plus de 18 ans, des données relatives à l état de santé perçu, à l asthme et aux broncho-pneumopathies chroniques obstructives, aux lombalgies, à la santé mentale, aux maux de tête, à la consommation de tabac et d alcool, à des événements personnels marquants au cours de la vie et de l année écoulée ainsi qu aux conditions de travail actuelles ou passées. Les questions relatives à la situation professionnelle étaient posées lors de la première visite et portaient entre autres sur le statut du moment (activité, non activité, etc.) et, le cas échéant, la profession (au sens de la PCS 4 ) ainsi que le secteur d activité (au sens de la NAF 5 ) de l emploi actuel, ou du dernier emploi occupé pour les non-actifs ou retraités. Les personnes enquêtées devaient se situer parmi l ensemble des catégories de la nomenclature PCS 1994 à deux chiffres (annexe 1) et des secteurs de la nomenclature NAF 2003 à deux chiffres (annexe 2). Les données disponibles pour l analyse étaient les codes correspondant à ces deux nomenclatures. Les questions concernant la consommation de tabac ont été adressées par auto-questionnaire aux adultes de 18 ans et plus (annexe 3). Elles permettaient de classer les personnes en quatre catégories : les fumeurs quotidiens, les fumeurs occasionnels, les ex-fumeurs quotidiens et les non-fumeurs. Les fumeurs et les ex-fumeurs étaient ensuite questionnés sur les quantités quotidiennes de tabac consommées et le nombre d années écoulées depuis le début de leur consommation, en distinguant les cigarettes, les cigares et les pipes. Les ex-fumeurs devaient également préciser la durée écoulée depuis leur arrêt, les aides utilisées pour arrêter ainsi que la raison de leur arrêt de consommation du tabac. Les données recueillies sur les questionnaires tabac ont été exploitées de la manière suivante : le statut tabagique de chacun a été défini en quatre catégories : -- les personnes qui fument actuellement tous les jours = "fumeurs", -- les personnes qui fument actuellement mais pas tous les jours = "fumeurs occasionnels", -- les personnes qui ont fumé quotidiennement mais qui ne fument plus actuellement = "ex-fumeurs", -- les personnes qui n ont jamais fumé = "non-fumeurs" ; Les personnes n occupant pas d emploi au moment de l enquête (chômeurs, étudiants, militaires, retraités, femmes au foyer et autres inactifs) étaient interrogées sur le fait d avoir exercé une activité passée. Si ces personnes avaient exercé une activité passée, elles étaient prises en compte dans notre population d étude au même titre que les personnes occupant un emploi actuellement. Nomenclature des professions et catégories sociales de l Insee. Nomenclature des activités françaises de l Insee. Institut de veille sanitaire Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité / p. 9

12 chez les fumeurs actuels 6, l intensité de consommation a été définie par : -- la quantité de tabac consommée quotidiennement en moyenne, exprimée en paquets quotidiens (sur la base d un paquet de 20 cigarettes avec comme équivalence 1 cigare = 1 pipe = 3 cigarettes), -- la consommation cumulée de tabac depuis le début de la période de tabagisme de la personne, exprimée en paquets-années, qui correspond au nombre de paquets quotidiens déclarés multiplié par le nombre d années écoulées depuis le début de la consommation de tabac ; chez les ex-fumeurs 7, l intensité de consommation a été définie par : -- la quantité de tabac moyenne consommée quotidiennement quand ils fumaient, exprimée en paquets quotidiens, -- la consommation cumulée de tabac pendant la période de tabagisme du sujet, exprimée en paquets-années Analyses statistiques Les analyses statistiques ont été réalisées avec la procédure PROC SURVEY du logiciel SAS version 9, qui permet de tenir compte du plan de sondage. Les analyses ont consisté à estimer les pourcentages de fumeurs et les quantités moyennes de consommation, en fonction de métiers, secteurs et combinaisons de ces deux caractéristiques, en tenant compte du sexe et de l âge. Ces estimations ont été faites à partir des données de l enquête en utilisant les pondérations fournies par l Insee 8 : il s agit de fait d estimations applicables à la population française, et non des observations brutes faites sur l échantillon étudié. Les intervalles de confiance associés reflètent la précision de ces estimations. 3. Résultats L estimation systématique de proportion de fumeurs et quantité moyenne de tabac consommée par catégorie socioprofessionnelle et secteur, en tenant par ailleurs compte de l âge et en séparant les hommes et femmes, a généré de nombreux résultats avec des niveaux de détail croissants. Seuls les principaux résultats, par grandes catégories socioprofessionnels et pour certains secteurs d activité, sont présentés dans le texte de ce rapport. Les autres tableaux notamment ceux correspondant au croisement entre les catégories professionnelles et les secteurs d activités figurent en annexe, sous forme de catalogue. Deux remarques doivent être faites avant la lecture des tableaux : -- les tableaux présentant des résultats d analyses en fonction de la catégorie socioprofessionnelle ou du secteur d activité peuvent être basés sur des effectifs cumulés de population différents de l échantillon, du fait de l exclusion des personnes n ayant pas renseigné leur catégorie professionnelle ou leur secteur d activité dans les questionnaires ; -- la lecture des tableaux les plus détaillés doit se faire en gardant à l esprit la nécessité de les interpréter avec précaution quand les effectifs de sujets ayant servis de base aux estimations sont faibles. Il a par ailleurs été décidé de ne pas rapporter de résultat concernant des catégories professionnelles pour lesquelles moins de 10 personnes étaient concernées dans l échantillon analysé. De plus, il est rappelé que ces résultats portent sur les sujets qui occupent un emploi au moment de l enquête ou qui ont exercé une activité passée (même si, au moment de l enquête, ils ne travaillaient pas), leur catégorie socioprofessionnelle correspondant alors à la dernière qu ils occupaient. Description de l échantillon 3.1 étudié La population étudiée comprend 49 d hommes et 51 de femmes (tableau 1), avec une moyenne d âge de 46 ans (médiane 44 ans). Les catégories socioprofessionnelles les plus représentées sont les employés et les professions intermédiaires ; et un peu moins de la moitié de l échantillon est fumeur ou ex-fumeur. Tableau 1 Répartition de l échantillon étudié en fonction du sexe, de l âge, de la catégorie socioprofessionnelle et du statut tabagique N Sexe Homme Femme Âge ans ans ans ans ans Catégorie socioprofessionnelle Agriculteurs Artisans, commerçants et chef d entreprise Cadres et professions intellectuelles supérieures Professions intermédiaires Employés Ouvriers Statut tabagique Fumeur Fumeur occasionnel Ex-fumeur Non-fumeur Ont été exclus de cette analyse quelques sujets ayant déclaré fumer quotidiennement mais pour lesquels une des informations nécessaires aux calculs était non ou mal renseignée, soit 128 hommes et 92 femmes. Cette analyse a donc concerné hommes et femmes. Ont été exclus de cette analyse quelques sujets ayant déclaré être ex-fumeurs mais pour lesquels une des informations nécessaires aux calculs était non ou mal renseignée, soit 251 hommes et 115 femmes. Cette analyse a donc concerné hommes et 875 femmes. De fait, le poids des sujets varie de 1 à 47 dans les calculs. p. 10 / Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité Institut de veille sanitaire

13 3.2 Structure socioprofessionnelle de la population par sexe, après redressement Les tableaux 2 et 3 donnent la structure de la population après redressement de l échantillon par sexe, âge et catégorie socioprofessionnelle. Chez les hommes, 21 et 31 des sujets interrogés sont respectivement cadres et ouvriers ; après redressement, on obtient une population composée à 16 de cadres et 37 d ouvriers (tableau 2). Chez les femmes, le redressement réduit également la part de cadres et de professions intermédiaires et rehausse la part d ouvrières par rapport à l échantillon de répondantes (tableau 3). La structure de la population diffère entre les hommes et les femmes : les ouvriers étant la catégorie la plus représentée chez les premiers et les employées la plus représentée chez les secondes. Elle diffère également avec l âge : chez les hommes la proportion d ouvriers (ou ex-ouvriers) est notamment plus grande chez les jeunes pour ensuite diminuer avec l âge, alors que la proportion de cadres et professions intermédiaires croît avec l âge. Tableau 2 Structure par âge et catégorie socioprofessionnelle de la population masculine après redressement de l échantillon Catégorie socioprofessionnelle (PCS à 1 niveau) n=effectif dans l échantillon ans [IC 95 ] ans [IC 95 ] Âge ans [IC 95 ] ans [IC 95 ] 60 ans [IC 95 ] Total [IC 95 ] Agriculteurs (n=313) [0,2;2] [3;5] [3;5] [4;7] [8;12] [5;6] Artisans, commerçants et chefs d entreprise (n=560) [1;4] [4;7] [6;9] [9;12] [10;13] [7;9] Cadres et professions intellectuelles supérieures (n=1 666) [9;13] [15;18] [14;17] [18;22] [15;19] [15;17] Professions intermédiaires (n=1 981) [18;22] [19;23] [20;24] [22;27] [18;23] [21;23] Employés (n=892) [15;20] [12;16] [11;15] [7;11] [7;10] [11;13] Ouvriers (n=2 467) [45;51] [36;42] [35;40] [28;33] [29;35] [35;38] Total (n=7 879) Tableau 3 Structure par âge et catégorie socioprofessionnelle de la population féminine après redressement de l échantillon Catégorie socioprofessionnelle (PCS à 1 niveau) n=effectif dans l échantillon ans [IC 95 ] ans [IC 95 ] ans [IC 95 ] Âge ans [IC 95 ] 60 ans [IC 95 ] Total [IC 95 ] Agriculteurs (n=189) 0, [0,0;0,5] [1;2] [1;3] [2;4] [8;12] [3;5] Artisans, commerçants et chefs d entreprise (n=303) [0;2] [1;3] [3;5] [4;6] [7;10] [4;5] Cadres et professions intellectuelles supérieures (n=987) [7;9] [10;13] [8;10] [10;14] [5;7] [8;10] Professions intermédiaires (n=2 014) [20;24] [19;23] [19;23] [18;23] [12;16] [18;20] Employés (n=3 640) [49;55] [49;54] [46;51] [41;46] [38;44] [45;48] Ouvriers (n=1 018) [14;19] [11;15] [13;17] [14;19] [17;22] [15;17] Total (n=8 151) Institut de veille sanitaire Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité / p. 11

14 3.3 Estimations de prévalence de la consommation de tabac (statut tabagique) Globalement, il est estimé qu un quart de la population française active ou anciennement active et âgée de plus de 18 ans fume quotidiennement, et un peu moins d une personne sur deux fume ou a fumé (tableau 4). Le tabagisme est plus fréquent chez les hommes que chez les femmes, avec 29 de fumeurs quotidiens chez les premiers contre 19 chez les secondes, et 23 d ex-fumeurs contre 11. Tableau 4 Statut tabagique de la population française active ou anciennement active ( 18 ans) Sexe n=effectif dans l échantillon Fumeurs [IC 95 ] Fumeurs occasionnels [IC 95 ] Ex-fumeurs [IC 95 ] Non-fumeurs [IC 95 ] Hommes (n=7 879) [28;31] [4;5] [22;24] [42;44] Femmes (n=8 151) [18;20] [4;5] [10;12] [64;66] Total [23;25] [4;5] [16;18] [53;55] Total En comparaison, les mêmes estimations faites sur l ensemble de la population adulte montrent des prévalences similaires (tableau 5). Ces estimations sur l ensemble de la population ne sont données qu à titre indicatif dans ce paragraphe. Dans la suite du document, la population concernée sera toujours les personnes âgées de plus de 18 ans, actives ou anciennement actives. Tableau 5 Statut tabagique de l ensemble de la population française ( 18 ans) Sexe n=effectif dans l échantillon Fumeurs [IC 95 ] Fumeurs occasionnels [IC 95 ] Ex-fumeurs [IC 95 ] Non-fumeurs [IC 95 ] Hommes (n=8 423) [28;30] [4;5] [21;23] [43;45] Femmes (n=9 159) [18;20] [4;5] [10;11] [65;67] Total [23;25] [4;5] [15;17] [54;56] Total p. 12 / Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité Institut de veille sanitaire

15 3.3.1 Statut tabagique en fonction de l âge La proportion de fumeurs (quotidiens et occasionnels) est supérieure chez les hommes par rapport aux femmes dans toutes les classes d âge (tableaux 6 et 7). Chez les hommes, les personnes fumant ou ayant fumé représentent 60 de la population quel que soit l âge en dessous de 60 ans. Le ratio fumeurs/ex-fumeurs diminue en revanche avec l âge pour s inverser à partir de 50 ans. Au-dessus de 60 ans, la proportion de personnes fumant ou ayant fumé est moins élevée, avec 50 de la population (tableau 6). Chez les femmes, la proportion de personnes fumant ou ayant fumé est de 52 chez les moins de 40 ans, et décroît dans les classes d âge supérieures (tableau 7). On constate donc, chez les hommes comme chez les femmes, une diminution de la proportion de fumeurs avec l âge, correspondant chez les femmes à une augmentation avec l âge du pourcentage de personnes n ayant jamais fumé, contrairement à ce qui est observé chez les hommes. Tableau 6 Statut tabagique en fonction de l âge chez les hommes Âge n=effectif dans l échantillon Fumeurs [IC 95 ] Fumeurs occasionnels [IC 95 ] Ex-fumeurs [IC 95 ] Non-fumeurs [IC 95 ] ans (n=1 172) [43;50] [6;9] [5;8] [36;43] ans (n=1 758) [37;42] [4;7] [13;17] [37;43] ans (n=1 842) [30;35] [3;6] [21;25] [38;43] ans (n=1 561) [21;26] [3;5] [27;33] [39;45] 60 ans (n=1 546) [11;15] [2;3] [32;37] [47;53] Total Tableau 7 Statut tabagique en fonction de l âge chez les femmes Âge n=effectif dans l échantillon Fumeurs [IC 95 ] Fumeurs occasionnels [IC 95 ] Ex-fumeurs [IC 95 ] Non-fumeurs [IC 95 ] ans (n=1 259) [31;37] [5;8] [10;14] [45;51] ans (n=1 996) [26;31] [6;9] [14;18] [46;51] ans (n=1 964) [25;29] [4;6] [11;14] [53;59] ans (n=1 498) [11;15] [3;6] [9;12] [69;74] 60 ans (n=1 434) [3;5] [1;2] [6;9] [86;89] Total Institut de veille sanitaire Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité / p. 13

16 3.3.2 Statut tabagique en fonction de la catégorie socioprofessionnelle Chez les hommes, la proportion de fumeurs diminue selon "l échelle sociale" 9 : elle est ainsi deux fois plus élevée chez les ouvriers que chez les cadres. La proportion d ex-fumeurs suit un gradient inverse mais moins prononcé : au final, il y a 30 de plus de non-fumeurs parmi les cadres que parmi les ouvriers. La prévalence de consommation de tabac (actuelle ou passée) est moins élevée chez les agriculteurs que dans toutes les autres catégories tandis que celle des artisans, commerçants et chefs d entreprises est plutôt comparable à celle des professions intermédiaires (tableau 8). Tableau 8 Statut tabagique chez les hommes en fonction de la catégorie socioprofessionnelle Catégorie socioprofessionnelle (PCS à 1 niveau) n=effectif dans l échantillon Fumeurs [IC 95 ] Fumeurs occasionnels [IC 95 ] Ex-fumeurs [IC 95 ] Non-fumeurs [IC 95 ] Agriculteurs (n=313) [13;24] [1;3] [13;23] [55;68] Artisans, commerçants, chefs d entreprises (n=560) [23;31] [3;6] [19;27] [41;50] Cadres et professions intellectuelles supérieures (n=1666) [17;21] [4;7] [24;29] [46;51] Professions intermédiaires (n=1 981) [23;28] [4;6] [24;29] [41;46] Employés (n=892) [29;36] [3;5] [18;25] [38;45] Ouvriers (n=2 467) [35;40] [4;6] [19;23] [35;39] Total (n=7 879) [28;31] [4;5] [22;24] [42;44] Total Chez les femmes, les différences de prévalence entre cadres, professions intermédiaires, employées et ouvrières sont moins marquées que chez les hommes. Globalement, la prévalence est tout de même moins élevée chez les cadres que chez les trois autres. Elle est, par ailleurs, bien moins élevée chez les agricultrices et les artisanes (tableau 9). Tableau 9 Statut tabagique chez les femmes en fonction de la catégorie socioprofessionnelle Catégorie socioprofessionnelle (PCS à 1 niveau) n=effectif dans l échantillon Fumeurs [IC 95 ] Fumeurs occasionnels [IC 95 ] Ex-fumeurs [IC 95 ] Non-fumeurs [IC 95 ] Agriculteurs (n=189) [0;3] [0;4] [0;5] [90;97] Artisans, commerçants, chefs d entreprises (n=303) [7;13] [1;5] [6;12] [73;83] Cadres et professions intellectuelles supérieures (n=987) [12;17] [5;8] [13;18] [60;66] Professions intermédiaires (n=2 014) [18;22] [4;7] [13;16] [58;63] Employés (n=3 640) [20;24] [3;5] [10;12] [61;65] Ouvriers (n=1 018) [18;24] [3;5] [6;10] [64;71] Total (n=8 151) [18;20] [4;5] [10;12] [64;66] Total 9 "L échelle sociale" est considérée ici dans le sens ouvriers employés professions intermédiaires cadres ; les agriculteurs et artisans étant hors-échelle. p. 14 / Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité Institut de veille sanitaire

17 Ces comparaisons entre catégories socioprofessionnelles sont globales et ne tiennent pas compte de l âge. Les mêmes estimations faites par classes d âge sont présentées en annexe 4 et les principales observations qui peuvent en être dégagées sont les suivantes : -- chez les hommes, la proportion de fumeurs quotidiens diminue avec "l échelle sociale" dans toutes les classes d âge, mais avec des contrastes moins marqués au dessus de 50 ans ; -- toujours chez les hommes, la croissance avec l âge de la proportion de personnes n ayant jamais fumé est observée uniquement en dessous de 50 ans ; -- chez les femmes, une distinction doit également être faite selon l âge (plus ou moins de 50 ans) : chez les plus jeunes, la proportion plus élevée de fumeuses quotidiennes chez les professions intermédiaires, employées et ouvrières par rapport aux cadres est nette, alors qu il n en est pas de même chez les plus de 50 ans : la consommation de tabac (actuelle ou passée) est au contraire nettement plus fréquente chez les cadres que dans les autres catégories au dessus de 60 ans. En distinguant par ailleurs les catégories socioprofessionnelles de façon plus détaillée (annexe 4), on observe chez les hommes les prévalences de fumeurs quotidiens les plus élevées (45 ) chez les ouvriers non qualifiés de type artisanal et les personnels de service directs aux particuliers. Les prévalences les moins élevées sont observées chez les professions libérales (14 ), les professeurs et professions scientifiques (16 ) et les cadres de la fonction publique (18 ). Ces observations sont à moduler en fonction de l âge : c est ainsi plutôt en dessous de 50 ans que les professions libérales fument moins que les autres catégories, mais il existe des contrastes de prévalence du tabagisme à âge égal (les différences observées globalement entre catégories ne reflètent pas uniquement des différences de structure d âge). Chez les femmes, les prévalences les plus élevées sont observées chez les agents de surveillance (31 ), les chauffeuses (29 ) et les employées de commerce (28 ), et les moins élevées, en dehors des agricultrices (ou elle est de 2), sont retrouvées chez les commerçantes et assimilées (9 ), les professeures et professions scientifiques (9 ). Ces observations sont là encore à moduler en fonction de l âge. En annexe 4, sont présentés les résultats détaillés : -- le statut tabagique par catégorie socioprofessionnelle (PCS à 1 niveau) et par classe d âge chez les hommes (tableau A4a) et chez les femmes (tableau A4b) ; -- le statut tabagique par catégorie socioprofessionnelle (PCS à 2 niveaux) chez les hommes (tableau A4c) et chez les femmes (tableau A4d), puis détaillés en fonction de l âge chez les hommes (tableau A4e) et chez les femmes (tableau A4f). Statut tabagique en fonction du secteur d activité La figure 1 donne chez les hommes la proportion de fumeurs quotidiens en fonction du secteur d activité pour les principaux d entre eux, représentés par au moins 100 personnes dans l échantillon analysé. Cette proportion varie du simple au quadruple, étant inférieure à 10 dans la production d électricité, de gaz et de chaleur, et voisine de 40 dans l hôtellerie-restauration et l industrie alimentaire. Si l on regarde l ensemble des secteurs d activité (résultats en annexe 5), on observe qu elle est plus élevée encore (près de 50 ) dans différents secteurs moins représentés où les estimations reposent sur de petits nombres (pêche, récupération, captage-traitement-distribution d eau). Figure 1 Pourcentage de fumeurs chez les hommes dans les principaux secteurs d activité* Hôtels et restaurants (55) Industries alimentaires (15) Activités récréatives, culturelles et sportives (92) Commerce de détail et réparation d articles domestiques (52) Industrie automobile (34) Fabrication de machines et d équipements (29) Commerce de gros et intermédiaires du commerce (51) Services fournis principalement aux entreprises (74) Construction (45) Commerce et réparation automobile (50) Travail des métaux (28) Industrie du caoutchouc et des plastiques (25) Ensemble Métallurgie (27) Santé et action sociale (85) Transports terrestres (60) Industrie chimique (24) Administration publique (75) Activités informatiques (72) Intermédiation financière (65) Postes et télécommunications (64) Agriculture, chasse, services annexes (01) Éducation (80) Production et distribution d électricité, de gaz et de chaleur (40) Secteur d activité (NAF niveau 2) * Secteurs représentés par un nombre de personnes 100 dans l enquête décennale santé Institut de veille sanitaire Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité / p. 15

18 La figure 2 donne chez les femmes la proportion de fumeuses quotidiennes en fonction du secteur d activité pour les principaux d entre eux, représentés par au moins 100 personnes dans l échantillon analysé. Cette proportion varie du simple au triple, étant inférieure à 10 dans l agriculture, et supérieure à 30 dans l hôtellerierestauration. Si l on regarde l ensemble des secteurs d activité (résultats en annexe 5), on observe qu elle est plus élevée encore dans différents secteurs moins représentés, comme la fabrication de produits minéraux non métalliques (48 ) ou la location de matériel sans opérateur (39 ). Figure 2 Pourcentage de fumeuses chez les femmes dans les principaux secteurs d activité* Hôtels et restaurants (55) Métallurgie (27) Commerce de gros et intermédiaires du commerce (51) Industries alimentaires (15) Postes et télécommunications (64) Assurance (66) Services fournis principalement aux entreprises (74) Commerce de détail et réparation d articles domestiques (52) Activités récréatives, culturelles et sportives (92) Santé et action sociale (85) Ensemble Industrie chimique (24) Services personnels (93) Administration publique (75) Activités immobilières (70) Éducation (80) Intermédiation financière (65) Activités des ménages, employeur de personnel domestique (95) Construction (45) Industrie textile (17) Agriculture, chasse, services annexes (01) Secteur d activité (NAF niveau 2) * Secteurs représentés par un nombre de personnes 100 dans l enquête décennale santé Certaines différences entre hommes et femmes peuvent par ailleurs être relevées : le secteur de la construction est notamment caractérisé par une proportion de fumeurs élevée chez les premiers mais particulièrement basse chez les secondes ; le phénomène étant inverse dans les postes et télécommunications. Ces comparaisons entre secteurs d activités sont globales : les résultats détaillés en fonction de l âge sont présentés en annexe 5 et permettent de moduler les observations. Chez les hommes, le secteur de l hôtellerie-restauration a ainsi une prévalence de fumeurs relativement élevée, principalement en dessous de 30 ans, et chez les ans. Le secteur de la production et distribution d électricité, gaz et chaleur est relativement plus âgé que les autres, mais cela ne suffit pas à expliquer la faible prévalence de fumeurs : celle-ci est peu élevée dans toutes les classes d âge. Chez les femmes, c est en dessous de 50 ans que les proportions de fumeuses sont particulièrement élevées dans l hôtellerie-restauration relativement à l ensemble des secteurs. En annexe 5, sont présentés les résultats complets et détaillés du statut tabagique en fonction du secteur d activité : -- chez les hommes (tableau A5a) et chez les femmes (tableau A5b) ; -- puis par classe d âge chez les hommes (tableau A5c) et chez les femmes (tableau A5d). p. 16 / Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité Institut de veille sanitaire

19 3.3.4 Statut tabagique en fonction de la catégorie socioprofessionnelle et du secteur d activité La description de la prévalence de consommation de tabac en tenant compte à la fois de la catégorie socioprofessionnelle et du secteur d activité est présentée in extenso en annexe 6. Il est observé qu en fonction du secteur d activité, la proportion de fumeurs estimée dans une catégorie professionnelle peut être très différente, mais tous ces contrastes ne peuvent être commentés ici. À titre illustratif, on peut relever que : -- chez les hommes ingénieurs et cadres techniques d entreprise, elle est estimée à 6 (IC 95 ; 0;19) dans la fabrication d instruments médicaux, de précision, d optique et d horlogerie, mais monte à 29 (IC 95 : 14;44) dans la construction et 31 (IC 95 : 6;55) dans l intermédiation financière ; -- chez les ouvriers qualifiés de type industriel, elle est estimée à 6 (IC 95 : 0;16) dans la fabrication de meubles et monte à 50 (IC 95 : 33;68) dans la fabrication de machines et d équipement. Le lecteur cherchant les résultats relatifs à une population professionnelle particulière les trouvera dans les tableaux annexés. En annexe 6, sont présentés les résultats complets et détaillés du statut tabagique en fonction de la catégorie socioprofessionnelle et du secteur d activité : -- A6a : statut tabagique chez les hommes par secteur d activité (NAF à 2 niveaux) en fonction de la catégorie socioprofessionnelle (PCS à 1 et 2 niveaux) : 47 tableaux ; -- A6b : statut tabagique chez les hommes en fonction du secteur d activité (NAF à 2 niveaux) et de la catégorie socioprofessionnelle (PCS à 1 et 2 niveaux) : 47 tableaux. Estimation de la quantité 3.4 de tabac consommée chez les fumeurs quotidiens Hommes et femmes considérés ensemble, la consommation journalière moyenne de tabac chez les fumeurs quotidiens est estimée à 0,8 paquet (soit 16 cigarettes pour un paquet classique de 20 cigarettes), et leur consommation cumulée vie entière à 17 paquets-années (tableau 10). La consommation journalière est toutefois supérieure chez les hommes : 18 plus élevée que chez les femmes. Il en est de même pour la consommation cumulée, en moyenne 29 plus élevée chez les premiers. Tableau 10 Quantité de tabac consommée par les personnes fumant quotidiennement Sexe n Nombre de paquets quotidiens Nombre de paquets-années Moyenne IC 95 Moyenne IC 95 Hommes ,87 [0,84;0,89] 18,6 [17,8;19,4] Femmes ,74 [0,72;0,76] 14,4 [13,5;15,3] Total ,82 [0,80;0,83] 16,9 [16,3;17,5] Quantité de tabac consommée en fonction de l âge chez les fumeurs quotidiens Chez les hommes, la consommation journalière des fumeurs quotidiens évolue avec l âge : elle est plus élevée chez les ans avec un paquet en moyenne, mais est d environ trois quarts de paquet chez les moins de 30 ans ou plus de 60 ans (tableau 11). La consommation cumulée augmente naturellement avec l âge, elle est voisine de 30 paquets-années au dessus de 50 ans. Tableau 11 Consommation de tabac quotidienne et cumulée chez les hommes fumeurs par classe d âge Âge n Nombre de paquets quotidiens Nombre de paquets-années Moyenne IC 95 Moyenne IC ans 474 0,72 [0,69;0,75] 6,3 [5,8;6,8] ans 613 0,84 [0,80;0,87] 14,1 [13,3;14,8] ans 541 0,99 [0,94;1,05] 23,5 [22,0;24,9] ans 337 1,04 [0,96;1,11] 30,7 [28,5;32,9] 60 ans 176 0,75 [0,64;0,85] 29,6 [25,6;33,5] Institut de veille sanitaire Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité / p. 17

20 Chez les femmes fumeuses, la consommation journalière la plus élevée en moyenne est observée chez les plus de 60 ans avec 0,87 paquet (tableau 12). Elle est supérieure à l estimation faite chez les hommes, alors que la consommation journalière de ces derniers est plus élevée dans les autres catégories d âge. La consommation cumulée augmente naturellement avec l âge et l on observe qu au dessus de 60 ans, elle est plus élevée que chez les hommes. Tableau 12 Consommation de tabac quotidienne et cumulée chez les fumeuses par classe d âge Âge n Nombre de paquets quotidiens Nombre de paquets-années Moyenne IC 95 Moyenne IC ans 376 0,66 [0,63;0,70] 5,7 [5,2;6,2] ans 509 0,73 [0,70;0,77] 12,0 [11,3;12,8] ans 470 0,78 [0,74;0,82] 18,0 [16,8;19,3] ans 177 0,76 [0,69;0,83] 20,6 [18,1;23,2] 60 ans 58 0,87 [0,68;1,06] 32,9 [23,6;42,2] Quantité de tabac consommée en fonction de la catégorie socioprofessionnelle chez les fumeurs quotidiens Chez les hommes fumeurs, la consommation journalière moyenne estimée selon la catégorie socioprofessionnelle va de 0,77 paquet en moyenne chez les agriculteurs à 0,93 chez les artisans, commerçants et chefs d entreprise (tableau 13). Elle est globalement similaire chez les cadres, professions intermédiaires, employés et ouvriers, autour de 0,85 paquet. La quantité cumulée moyenne varie de 16 paquetsannées chez les employés à 24 chez les artisans, commerçants et chefs d entreprise. Parmi les fumeuses, la consommation journalière moyenne estimée la plus élevée est également retrouvée chez les artisanes, commerçantes et chefs d entreprise avec 0,79 paquet, et elle est légèrement inférieure chez les cadres et professions intermédiaires par rapport aux employées et ouvrières (tableau 14). La variabilité selon la catégorie professionnelle est moindre que chez les hommes, et il en est de même pour la consommation cumulée, voisine de 15 paquets-années dans chacune des catégories. Tableau 13 Consommation de tabac quotidienne et cumulée par catégorie socioprofessionnelle chez les fumeurs Catégorie socioprofessionnelle (PCS à 1 niveau) n Nombre de paquets quotidiens Nombre de paquets-années Moyenne IC 95 Moyenne IC 95 Agriculteurs 47 0,77 [0,61;0,94] 21,4 [15,7;27,0] Artisans, commerçants, chefs d entreprise 148 0,93 [0,83;1,04] 23,7 [20,9;26,5] Cadres et professions intellectuelles supérieures 299 0,86 [0,79;0,92] 21,0 [18,2;23,8] Professions intermédiaires 485 0,82 [0,77;0,87] 17,7 [16,0;19,3] Employés 275 0,85 [0,79;0,92] 16,4 [13,9;18,8] Ouvriers 887 0,88 [0,85;0,92] 18,1 [16,9;19,2] Tableau 14 Consommation de tabac quotidienne et cumulée par catégorie socioprofessionnelle chez les fumeuses Catégorie socioprofessionnelle (PCS à 1 niveau) n Nombre de paquets quotidiens Nombre de paquets-années Moyenne IC 95 Moyenne IC 95 Agriculteurs 8 * * Artisans, commerçants, chefs d entreprise 42 0,79 [0,65;0,92] 14,8 [11,2;18,4] Cadres et professions intellectuelles supérieures 139 0,70 [0,61;0,80] 15,4 [11,3;19,6] Professions intermédiaires 370 0,71 [0,67;0,75] 14,2 [12,8;15,6] Employés 800 0,75 [0,71;0,78] 14,2 [12,8;15,6] Ouvriers 232 0,76 [0,71;0,82] 14,6 [12,6;16,5] * Effectifs <10 dans l enquête décennale santé, estimations non calculées. p. 18 / Consommation de tabac par catégorie socioprofessionnelle et secteur d activité Institut de veille sanitaire

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête Fiche qualité relative à Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Nom Années de Périodicité Panel (suivi d échantillon) Services concepteurs Service réalisant Sujets principaux traités dans Carte d

Plus en détail

Précarit santé mentale (Ces-d) en France à partir de 2002-2003

Précarit santé mentale (Ces-d) en France à partir de 2002-2003 Précarit carité de l emploi l et santé mentale (Ces-d) en France à partir de l Enquête Décennale D Santé 2002-2003 2003 Gaëlle Santin,, Christine Cohidon Département Santé Travail - InVS Indicateurs de

Plus en détail

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Romain Guignard, Jean-Louis Wilquin, Jean-Baptiste Richard,

Plus en détail

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 METHOD.DOC ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 Méthodologie INSEE 1998 I - L ECHANTILLON Mode de désignation de l échantillon Sélection des ménages intérrogés L'échantillon sélectionné pour cette enquête comporte

Plus en détail

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Résultats du Baromètre santé Inpes 2014 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44 ORST Charentes - Baromètre régional Santé au travail 14. Synthèse Cette analyse, à visée descriptive, met en évidence la diversité dans le recueil comme dans l exploitation des données des accidents du

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION La Deuxième Enquête Démographique et de Santé au Cameroun (EDSC-II) a prévu un échantillon d environ 6 000 femmes âgées de 15 à 49 ans

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

Première exploitation de l'enquête décennale de l'insee

Première exploitation de l'enquête décennale de l'insee Première exploitation de l'enquête décennale de l'insee H. Prouvost, G. Poirier, M. Sampil Extraction réalisée pour Le Conseil Régional Nord Pas-de-Calais Première extraction de l'enquête décennale de

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997 6.4.1. Introduction L importance des programmes de vaccination a été largement démontrée. Les questions n ont été posée qu aux personnes âgées de 15 ans et plus parce que la couverture vaccinale chez les

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Version n 1 Date : 27 Juillet 2011 De: Nadia AUZANNEAU A: Florent CHAPEL et Guillaume ALBERT OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

LE TABAGISME AU LUXEMBOURG EN 2013

LE TABAGISME AU LUXEMBOURG EN 2013 LE TABAGISME AU LUXEMBOURG EN 2013 Enquête TNS ILRES/ Fondation Cancer 2013 www.cancer.lu Enquête sur le tabagisme au Luxembourg en 2013 Résultats de la dernière enquête annuelle TNS ILRES commanditée

Plus en détail

Séance n 8. TD. Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006

Séance n 8. TD. Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006 Séance n 8. TD 1. L évolution des catégories socioprofessionnelles Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006 En milliers Groupe socioprofessionnel 1975 2006 s 1691 560

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens

Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens INTRODUCTION Un statut actuel un peu flou Ce n est pas un médicament

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

CONTEXTE ET JUSTIFICATION CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le tabagisme est l une des plus grandes menaces actuelles pour la santé mondiale. Il crée une forte dépendance chez les consommateurs habituels qu il finit par tuer, et présente

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

Enquête sur la problématique du tabagisme auprès de la population fribourgeoise réalisée par l Institut de sondage M.I.S Trend en 2009 et 2012

Enquête sur la problématique du tabagisme auprès de la population fribourgeoise réalisée par l Institut de sondage M.I.S Trend en 2009 et 2012 Enquête sur la problématique du tabagisme auprès de la population fribourgeoise réalisée par l Institut de sondage M.I.S Trend en 2009 et 2012 Résumé des résultats mai 2013 Depuis 2009, le CIPRET Fribourg

Plus en détail

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Les de. Le comportement tabagique des jeunes en province de Luxembourg. Résultats de l Enquête Tabac 2015. Synthèse. Observatoire de la Santé

Les de. Le comportement tabagique des jeunes en province de Luxembourg. Résultats de l Enquête Tabac 2015. Synthèse. Observatoire de la Santé Les de E nquêtes Santé Le comportement tabagique des jeunes en province de Luxembourg Résultats de l Enquête Tabac 15 Synthèse Assuétudes Observatoire de la Santé Rue du Carmel, 1 B-9 MARLOIE Tél. : +3

Plus en détail

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête Fiche qualité SRCV 2009 Nom Carte d identité de Enquête Statistique sur les ressources et les conditions de vie Année de Les données de sont relatives à 2009 La première enquête SRCV a démarré en 2004.

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

Le tabagisme en France Analyse de l enquête Baromètre santé 2010

Le tabagisme en France Analyse de l enquête Baromètre santé 2010 Le tabagisme en France Analyse de l enquête Baromètre santé 2010 Romain Guignard François Beck Jean-Baptiste Richard Département «Enquêtes et analyses statistiques», direction des affaires scientifiques,

Plus en détail

Les fumeurs et l arrêt du tabac

Les fumeurs et l arrêt du tabac Mai 2013 Référence : n 111261 Contacts : Damien Philippot 01 45 84 14 44 damien.philippot@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude 3 - Les principaux enseignements Page 2 1 La

Plus en détail

Cheminement vers. l abandon du tabac

Cheminement vers. l abandon du tabac 23 Résumé Objectifs Le présent article décrit les tendances qui caractérisent l usage du tabac au cours des 10 dernières années chez les personnes de 18 ans et plus. Les facteurs associés à l abandon du

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci

Plus en détail

La Qualité des données de cadrage. Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques

La Qualité des données de cadrage. Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques La Qualité des données de Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques Sommaire La qualité des données de I Les données INSEE a) Les différentes sources utilisables b) La mise au point d une

Plus en détail

Pondération du Panel suisse des ménages. PSM I Vague 6 PSM II Vague 1 PSM I et PSM II combinés. Description détaillée des tâches

Pondération du Panel suisse des ménages. PSM I Vague 6 PSM II Vague 1 PSM I et PSM II combinés. Description détaillée des tâches Pondération du Panel suisse des ménages PSM I Vague 6 PSM II Vague 1 PSM I et PSM II combinés Description détaillée des tâches Caroline Cauchon et Michel Latouche Statistique Canada 16 mars 2006 Tables

Plus en détail

Trois Franciliens sur quatre déclarent

Trois Franciliens sur quatre déclarent 37 Excès de consommation d alcool et tabac vont de pair En Ile-de-France, 14 % des personnes boivent tous les jours de l alcool. Un tiers des Franciliens peuvent être considérés comme des consommateurs

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL Novembre 2006 Collecte, analyse des données et rédaction Nicaise Dovonou, agent de recherche en santé au travail, Direction de santé publique, Agence de la santé et des

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor Etude statistique des données fournies par Médiafor L observatoire des métiers de la presse réalise une photographie

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques Projection de la population active du Québec de 2010 à 2030 en fonction de cinq hypothèses d'allongement de la vie active À la demande de la Commission nationale sur la participation

Plus en détail

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration Recueil du Symposium 2014 de Statistique Canada Au-delà des méthodes traditionnelles d enquêtes : l adaptation à un monde en évolution Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 36455 FRA Québec, le : 17 février 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et 9061 1674 Québec inc. (connue sous le nom

Plus en détail

ANALYSE TYPOLOGIQUE DES FUMEURS LANAUDOIS RÉSUMÉE EN UN TABLEAU

ANALYSE TYPOLOGIQUE DES FUMEURS LANAUDOIS RÉSUMÉE EN UN TABLEAU ANALYSE TYPOLOGIQUE DES FUMEURS LANAUDOIS RÉSUMÉE EN UN TABLEAU Josée Payette Élizabeth Cadieux Service de surveillance, recherche et évaluation Direction de santé publique et d évaluation Octobre 2011

Plus en détail

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Sondage Ifop pour Théâtre à la Carte Contacts Ifop : Anne-Sophie VAUTREY - Directrice d études Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com. pour

FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com. pour FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com pour Les Français et leur de santé Résultats détaillés Février 2010 Sommaire - 1 - La méthodologie...

Plus en détail

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes STA108 Enquêtes et sondages Sondages àplusieurs degrés et par grappes Philippe Périé, novembre 2011 Sondages àplusieurs degrés et par grappes Introduction Sondages à plusieurs degrés Tirage des unités

Plus en détail

Développement de systèmes de surveillance en entreprise à l Institut de Veille Sanitaire

Développement de systèmes de surveillance en entreprise à l Institut de Veille Sanitaire Développement de systèmes de surveillance en entreprise à l Institut de Veille Sanitaire JL Marchand E Imbernon M Goldberg (Département Santé Travail) Présentation / rappels Département Santé Travail de

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays ont approuvé un Programme d action qui

Plus en détail

Etude de mortalité et d incidence. des cancers autour du site de Soulaines

Etude de mortalité et d incidence. des cancers autour du site de Soulaines Etude de mortalité et d incidence des cancers autour du site de Soulaines B.VACQUIER Séminaire Environnement / Santé de l ANCCLI et de l IRSN 15 novembre 2012 Contexte Mise en place d un centre de stockage

Plus en détail

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien»

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» Contacts Ipsos : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Sonia BENCHIKER Tél : 01 41 98 95 08 e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» sonia.benchiker@ipsos.com Rapport

Plus en détail

Carte de présentation

Carte de présentation Carte de présentation Géoclip - Energies Demain 1/17 2/17 Méthode (1/2) Avant-Propos Il est rappelé à tous les utilisateurs de l'outil Précariter, ainsi qu'aux destinataires des données produites avec

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

Note détaillée. Les Français face à la fumée de cigarette. Sondage Harris Interactive pour Les Droits des Non Fumeurs

Note détaillée. Les Français face à la fumée de cigarette. Sondage Harris Interactive pour Les Droits des Non Fumeurs Note détaillée Les Français face à la fumée de cigarette Sondage Harris Interactive pour Les Droits des Non Fumeurs Enquête réalisée en ligne du 7 au 9 décembre 2011. Echantillon de 1157 individus représentatifs

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments. Ifop pour Groupe PHR

Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments. Ifop pour Groupe PHR Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments FD/GM N 113338 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume Marchal Département Opinion et Stratégies d'entreprise TEL : 01 45 84 14 44

Plus en détail

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Paris, le 9 septembre 2014 L

Plus en détail

Alcool, tabac et drogues illicites : Géographie des pratiques addictives en France

Alcool, tabac et drogues illicites : Géographie des pratiques addictives en France Alcool, tabac et drogues illicites : Géographie des pratiques addictives en France Analyses régionales du Baromètre santé Inpes 2010 Grandes tendances dans les DOM Dossier de presse Novembre 2013 Contacts

Plus en détail

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC Ou Les femmes enceintes de Belley sont-elles bien informées des conséquences du tabac sur la grossesse? A la maternité de Belley : - on

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

ÉVOLUTION FUTURE DE LA SANTÉ ET DES BESOINS EN ASSURANCE SOINS DE LONGUE DURÉE DES AÎNÉS AU QUÉBEC

ÉVOLUTION FUTURE DE LA SANTÉ ET DES BESOINS EN ASSURANCE SOINS DE LONGUE DURÉE DES AÎNÉS AU QUÉBEC ÉVOLUTION FUTURE DE LA SANTÉ ET DES BESOINS EN ASSURANCE SOINS DE LONGUE DURÉE DES AÎNÉS AU QUÉBEC Pierre-Carl Michaud, ESG UQAM, CIRPÉE, CIRANO et Chaire de recherche Industrielle Alliance sur les enjeux

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Annexe technique à la Note Économique

Annexe technique à la Note Économique Annexe technique à la Note Économique «Les effets pervers des taxes sur le tabac, l alcool et le jeu» publiée par l Institut économique de Montréal le 22 janvier 2014 Dans le cadre de la publication d

Plus en détail

2013 Enquête sur la consommation de substances psychoactives en population générale Martinique 2011. Consommation de tabac

2013 Enquête sur la consommation de substances psychoactives en population générale Martinique 2011. Consommation de tabac 2013 Enquête sur la consommation de substances psychoactives en population générale Martinique 2011 Consommation de tabac Enquête sur la consommation de substances psychoactives en population générale

Plus en détail

Rapport de mortalité. Sous-commission sur l expérience en assurance-vie individuelle Commission de recherche. Avril 2013.

Rapport de mortalité. Sous-commission sur l expérience en assurance-vie individuelle Commission de recherche. Avril 2013. Rapport de mortalité Expérience de mortalité des assurés canadiens en vertu de polices d assurance-vie individuelle grande branche entre les dates anniversaires de 2004 et 2010 à l aide des tables 86-92

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Indices des prix à la consommation

Plus en détail

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Sabine HOST Observatoire régional de santé d Ile-de-France Journées Rsein-OQAI,

Plus en détail

Résultats pour la Région Wallonne Hygiène Dentaire Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Région Wallonne Hygiène Dentaire Enquête Santé, Belgique, 1997 5.6.1. Introduction Les caries dentaires sont une maladie dans laquelle les gencives minéralisées ne sont plus protégées en conséquence de la formation d acides qui proviennent de la fermentation d hydrates

Plus en détail

ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE

ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE Bruxelles, juillet 2014 La nouvelle enquête de la concernant le comportement des fumeurs montre que la cigarette électronique n a pas connu

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail