L évaluation de la performance dans les organisations culturelles non lucratives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L évaluation de la performance dans les organisations culturelles non lucratives"

Transcription

1 AVRIL 2012 L évaluation de la performance dans les organisations culturelles non lucratives Mémoire de Master II Directeur de mémoire : M. Philippe Lafage Majeure Contrôle de Gestion, Audit Interne et Management de la Performance Etudiante : Clémence Monvoisin Rouen Business School, MGE Promotion 2012

2 REMERCIEMENTS Je souhaite dans un premier temps adresser mes remerciements à Monsieur Philippe Lafage, en sa qualité de directeur de mémoire pour ce travail et de directeur de la majeure Contrôle de Gestion, Audit interne et Management de la Performance au sein de Rouen Business School. Le semestre de majeure a été la source d un enrichissement personnel et d une curiosité intellectuelle qui m ont fortement inspirée dans mes efforts pour produire un travail de qualité. Je remercie tout particulièrement Monsieur Lafage pour l attention qu il a portée à mes centres d intérêt pour le choix du sujet de ce mémoire, pour son implication et ses conseils judicieux. Je tiens également à remercier Madame Lily Fisher, directrice de production et gérante du Printemps de Bourges, Madame Nilou Kaveh, administratrice de l Association Territoire de Musiques, organisatrice des Eurockéennes de Belfort, et Madame Béatrice Macé, directrice générale de l Association Trans Musicales, organisatrice des Rencontres Trans Musicales de Rennes. Je suis très reconnaissante pour l intérêt qu elles ont porté à mon travail, leur disponibilité et le temps qu elles ont consacré pour m apporter leur témoignage, ainsi que la confiance qu elles m ont accordée. Grâce à leur implication, ce travail s est enrichi d un ancrage empirique d une grande pertinence, et a ouvert des horizons très intéressants dans ma réflexion. Enfin, je remercie l équipe du Centre National de la Chanson, des Variétés et du Jazz, pour l aide et le soutien qu elle m a apportés tout au long de l élaboration de ce travail. Mes pensées s adressent tout particulièrement à Madame Séverine Morin, responsable du pôle ressources et communication, que je remercie sincèrement pour son attention respectueuse et encourageante, sa grande disponibilité. Je tiens également à remercier chaleureusement Madame Patricia Sadaoui, attachée à l administration du secteur 2, activités de production. Leur implication a permis le déroulement optimal de mon travail. 2

3 EXECUTIVE SUMMARY La définition de la performance et l approche choisie par les entreprises pour la mesurer s est longtemps limitée à une dimension exclusivement financière. Au cours des trente dernières années, sensibilisées par les dispositifs développés par la recherche, mais surtout face aux évolutions de leur écosystème, la notion a été saisie par les organisations et a progressivement évolué pour recouvrir une vision plus globale de l activité. Les gestionnaires des organisations culturelles du secteur non lucratif semblent pourtant éprouver une suspicion à l égard d un concept encore souvent associé au profit et à la rentabilité économique. Dans le contexte français de crise économique et dans la situation de restrictions budgétaires qui l accompagne, les établissements publics, parmi lesquels de nombreuses institutions culturelles, sont aujourd hui liés à leur tutelle ministérielle par un «contrat de performance» mis en place par le système L.O.L.F. en Une initiative qui vise essentiellement pour l Etat à introduire une culture de la rationalité budgétaire, et tend à renforcer l assimilation de la notion de performance à des préoccupations exclusivement financières. L objet de ce mémoire est d étudier en profondeur le processus d évaluation de la performance et ses modalités pour les organisations culturelles non lucratives. Nous souhaitons plus précisément éprouver la pertinence de la notion pour ce type de structures, et tester les conditions à la définition spécifique de la performance, et à la conception des dispositifs de son évaluation pour les organisations culturelles non lucratives. Armés d une approche critique, il s agit pour nous de mettre en évidence les obstacles et perspectives qui se présentent face à la mise en perspective des deux entités, et les opportunités et menaces que cela présente. Une réflexion qui se synthétise ainsi : Faut-il développer une approche spécifique de l évaluation de la performance pour les organisations culturelles non lucratives? La première partie de ce travail entend dépoussiérer la notion de performance des associations et idées préconçues qui pèsent sur elle, à travers la construction d un socle théorique s appuyant sur les positions développées par la littérature des dernières décennies en sciences de gestion. Il s agit de mettre en regard cette approche régénérée du concept avec une étude de l organisation culturelle non lucrative en fonction des facteurs critiques à intégrer à une définition spécifique de la performance. Dans un deuxième temps, nous nous sommes centrés sur les modalités de l évaluation de la performance pour les organisations étudiées, et avons souhaité tester la robustesse des dispositifs existant pour en proposer des développements ad hoc. La réflexion autour des composantes opérationnelles de l évaluation est complétée par une approche stratégique du système de pilotage de l activité, et notamment les limites qu elle présente pour les organisations culturelles non lucratives. Enfin, nous avons souhaité tester nos hypothèses en les appliquant à des cas concrets d organisations culturelles non lucratives : les festivals musicaux. Une étude qui a permis d établir que l évaluation de la performance n est pas standardisable à l échelle considérée. 3

4 GLOSSAIRE 1 Chaîne de valeur : catégories d activités internes et externes à l organisation dont la combinaison génère la production d un bien ou d un service (Prentice Hall). Ciblage : sélection des segments de marché que l entreprise souhaite viser (Pearson). Coût d opportunité : Coûts supportés sans qu'ils impliquent nécessairement un débours en trésorerie et qui correspondent à une perte d'opportunité (Vernimmen). Economie : l approvisionnement au coût le plus bas, en cohérence avec les besoins en qualité et quantité (G. Evans). Efficacité : correspondance entre les buts et les impacts des décisions (G. Evans). Efficience : rapport entre la consommation de ressources et la production de biens ou services (G. Evans). Equivalent temps plein (ETP) : unité de décompte dans laquelle sont exprimés à la fois les plafonds d emplois et la consommation de ces plafonds. Il est proportionnel à l activité des agents du secteur public, mesurée par leur quantité de temps de travail et la période d activité sur l année (Forum de la performance). Incentives : système d incitations. Productivité : rapport, en volume, entre une production et les ressources mises en œuvre pour l'obtenir (Insee). Segmentation : division du marché en plusieurs sous-ensembles (Pearson). 1 Les définitions sont issues de : G. Johnson, K. Scholes, R. Whittington, Exploring Corporate Strategy, 8 th ed., Prentice Hall p.9. G. Armstrong, P. Kotler, Pearson Education France Principes de marketing, [2010], 10 ème éd ; [en ligne : G. Evans, «Measure for Measure : Evaluating performance and the arts organization», [2000], Studies in Cultures, Organizations and Societies, Vol.6, pp «Le forum de la performance», Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat [en ligne Dictionnaire Vernimmen [en ligne Insee, institut national de la statistique et des études économiques [en ligne 4

5 SOMMAIRE REMERCIEMENTS... 1 EXECUTIVE SUMMARY... 3 GLOSSAIRE... 4 INTRODUCTION PARTIE I : Introduction de la notion de performance dans l organisation culturelle non lucrative Chapitre 1 : Qu est-ce que la performance? Section 1 : Définitions et approches Paragraphe 1 : Définitions A. Performance B. Systèmes de mesure et indicateurs Paragraphe 2 : Approches A. Approche traditionnelle financière B. Approche globale non financière Paragraphe 3 : Impact de l environnement sur la performance A. Des règles du jeu imposées B. Impact des parties prenantes C. Relations entre propriétaires et gestionnaires Section 2 : Comment peut-on mesurer la performance? Paragraphe 1 : Pourquoi mesurer la performance? A. Mesurer pour améliorer B. Mesurer pour apprendre et innover C. Mesurer pour communiquer Paragraphe 2 : Différents niveaux de mesure A. Performance individuelle B. Performance des services C. Performance globale Paragraphe 3 : Outils de mesure

6 A. Outils du contrôle de gestion B. Tableaux de bord C. Systèmes issus de l économie sociale Chapitre 2 : Quelles sont les modalités de la performance pour l organisation culturelle non lucrative? Section 1 : Spécificités de l organisation culturelle non lucrative Paragraphe 1 : Différences structurelles A. Mission B. Objectifs stratégiques C. Organisation et gouvernance Paragraphe 2 : Valeur du bien culturel A. Tension entre valeur économique et valeur culturelle B. Captation de valeur et prix C. Risque Paragraphe 3 : Problématiques propres à l organisation culturelle non lucrative A. Mutation des sources de financement B. Complexité des parties prenantes et des publics Section 2 : Facteurs de contingence Paragraphe 1 : Intensification de la compétitivité de l environnement A. Elargissement du marché B. Exposition médiatique Paragraphe 2 : Facteurs internes A. Nouveaux modes de gestion : vers une culture du résultat B. Pression sur l offre Paragraphe 3 : Conditions et modalités de la performance en organisation culturelle non lucrative A. Définition de la performance B. Installer un pilotage multidimensionnel C. Développer la notion de responsabilité Conclusion de la première partie PARTIE II : Comment mesurer la performance d une organisation culturelle non lucrative?

7 Chapitre 1 : Quelles sont les modalités de l évaluation de la performance en organisation culturelle non lucrative? Section 1 : Analyse de l existant Paragraphe 1 : Développer les systèmes comptables et financiers A. Modélisation d une comptabilité de gestion B. Construction des budgets C. Insuffisance des mesures financières Paragraphe 2 : Adapter les systèmes de mesure de la performance A. Utilisation du Balanced Scorecard en OCNL B. Modèles multidimensionnels et outils de prise de décision Section 2 : La mise en place d un système de mesure de la performance propre Paragraphe 1 : Modalités du système d évaluation A. Spécificités de l activité culturelle B. Systèmes multidimensionnels et parties prenantes Paragraphe 2 : Indicateurs de performance A. Typologie B. Systèmes d indicateurs C. Enjeux des indicateurs de performance Paragraphe 3 : Problématiques d implémentation A. Gestion de l information et culture de la performance B. Mécanismes de correction Section 3 : Les acteurs de la performance Paragraphe 1 : Ecosystème des organisations culturelles non lucratives A. Positionnement des parties prenantes sur la performance B. Influence des parties prenantes sur la performance Paragraphe 2 : La gouvernance des organisations culturelles non lucratives A. Typologie B. Rôle et responsabilité de l organe de gouvernance C. Théorie de l agence

8 Chapitre 2 : Dans quelle mesure l évaluation de la performance peut-elle répondre à des objectifs de pilotage en organisation culturelle non lucrative? Section 1 : Performance, contrôle et pilotage en organisation culturelle non lucrative Paragraphe 1 : Performance et pilotage A. Triptyque du pilotage B. L évaluation au service de la décision : de la performance au pilotage C. Introduction du contrôle dans le pilotage Paragraphe 2 : A propos de l incompatibilité entre contrôle et art A. Conflit de représentations B. Incarnation du conflit Section 2 : Modalités du contrôle en organisation culturelle non lucrative Paragraphe 1 : Modes de contrôle pour la création artistique A. Auto-contrôle B. Contrôle par la culture professionnelle C. Contrôle par le don Paragraphe 2 : Pratiques stratégiques du contrôle A. Rôle stratégique du contrôle pour la performance B. Pratiques alternatives du contrôle C. Détourner le contrôle Section 3 : Les limites de la performance pour les organisations culturelles non lucratives Paragraphe 1 : Limites matérielles A. Des structures inappropriées B. Des ressources limitées Paragraphe 2 : Limites des outils A. Limite de la rationalité gestionnaire B. Instrumentalisation des indicateurs Paragraphe 3 : Limites philosophiques A. Absence de culture de la performance B. Court-termisme et insuffisances C. Etre performant, est-ce être légitime?

9 Conclusion de la deuxième partie PARTIE III : Etude empirique : Evaluation de la performance dans les festivals musicaux français Chapitre 1 : Contexte, Hypothèses et Méthodologie de recherche Section 1 : Les festivals musicaux non lucratifs en France Paragraphe 1 : Structure et économie du secteur Paragraphe 2 : Enjeux contemporains des festivals musicaux non lucratifs Paragraphe 3 : Ecosystème du festival musical non lucratif Section 2 : Hypothèses Paragraphe 1 : Hypothèse 1 : la notion de performance est incompatible avec l organisation culturelle non lucrative A. Hypothèse et sous-hypothèses B. Etat de la recherche et résultats attendus Paragraphe 2 : Hypothèse 2 : l organisation culturelle non lucrative résiste à la mise en place d un système d évaluation de la performance A. Hypothèse et sous-hypothèses B. Etat de la recherche et résultats attendus Paragraphe 2 : Hypothèse 3 : l évaluation de la performance ne permet pas de mettre en place des modalités de contrôle associé à un pilotage stratégique de l activité A. Hypothèse et sous-hypothèses B. Etat de la recherche et résultats attendus Section 3 : Méthodologie de recherche Paragraphe 1 : Intérêt de l échantillon Paragraphe 2 : Accès à l information et questionnaires Chapitre 2 : Présentation et analyse des résultats, discussion de l étude Section 1 : Présentation des résultats Paragraphe 1 : Le Printemps de Bourges, «Avoir 36 ans, c est déjà être performant» A. Réussite, légitimité et pérennité B. Rôles et influences des parties prenantes C. Structure organisationnelle et pilotage

10 Paragraphe 2 : Les Eurockéennes de Belfort, «L esprit associatif est important pour construire la performance» A. Apprentissage organisationnel B. Rôles des outils d évaluation C. Réseau et pilotage Paragraphe 3 : Rencontres Trans Musicales de Rennes, «Il s agit de paramétrer les outils pour atteindre une efficacité optimale» A. Pilotage d un «écosystème humain paramétré artistiquement» B. Définition des outils et paramétrage C. Apport méthodologique de la démarche Section 2 : Analyse des résultats en regard des hypothèses Paragraphe 1 : Notion de performance en organisation culturelle non lucrative Paragraphe 2 : Dispositifs d évaluation de la performance en organisation culturelle non lucrative Paragraphe 3 : Contrôle et pilotage en organisation culturelle non lucrative Section 3 : Discussion et l étude Conclusion de la troisième partie CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE

11 INTRODUCTION En 2010, les services culturels représentaient le premier poste de dépenses culturelles et de loisir des ménages, à hauteur de 17,2% 2 du budget global alloué. Au sens de l Insee, et dans une définition assez classique des services culturels, ceux-ci recouvrent notamment l offre en matière de cinéma, spectacles vivants, ou musées, soit un secteur dans lequel la production des organisations traduit une présence artistique. Nous nous appuierons sur la définition suivante des organisations culturelles par Eve Chiapello : «organisations de production et de diffusion culturelles» 3 mais sans nous limiter, comme le chercheur à celles «qui ont la spécificité de travailler avec des artistes vivants». Dans une perspective d exhaustivité, nous préférons en effet délimiter notre périmètre d étude, avec Johanne Turbide, et Claude Lorin, en proposant une définition de l organisation culturelle par sa mission «d enrichissement de l environnement culturel grâce à la performance artistique» 4 et en s intéressant plus spécifiquement aux structures à but non lucratif. Cette configuration nous inscrit dans une approche organisationnelle particulière, qui invite à remettre en question les modèles existants, largement fondés sur une conception commerciale de l organisation. La France du XXI ème siècle est un contexte d étude complexe pour aborder le secteur culturel non lucratif d un point de vue organisationnel. Les services culturels ont représenté l un des seuls postes en hausse dans le budget de dépenses culturelles et de loisirs des Français entre 2009 et 2010, dans une situation bien connue de crise économique. Cela rappelle que les organisations culturelles sont avant tout des entreprises, qui créent des emplois et génèrent de la valeur. Pourtant, dans la patrie des Lumières, la conception romantique de l artiste en tant qu être inspiré introduit encore une antinomie entre la dimension artistique et les problématiques managériales de pilotage de l activité. Pour David Autissier, le pilotage s organise autour de trois étapes, déclenchées par l évaluation 5, un processus au cœur de la résistance de l organisation culturelle, qui se traduit notamment par la méfiance à l égard d une tendance à la quantification à l extrême, et par le rejet d un contrôle qui serait destructeur de la liberté des acteurs. Kasimir Bisou, l alter ego du maître de conférences en sciences économiques et activiste des politiques culturelles Jean-Michel Lucas, explique cette méfiance par le fait que l évaluation interviendrait «quand la menace plane» 6. Cette situation s illustre très précisément par la mise en place, avec le système L.O.L.F. 7 dans une optique de rationalisation budgétaire, de relations contractuelles entre les établissements publics et leurs tutelles ministérielles, scellées par la notion de «performance». Les organisations culturelles publiques sont ainsi aujourd hui redevables face à l Etat français en termes de performance, et l on postulera que les organisations privées, de structure associative 2 France Portrait social» Insee Références, édition E. Chiapello, «Les organisations et le travail artistiques sont-ils contrôlables?», [1997], Réseaux, n 86, Vol.15, pp J. Turbide, C. Laurin, «Performance Measurement in the Arts Sector: The Case of Performing Arts», [2009], International of Arts Management, n 2, Vol. 11, pp D. Autissier, B. Simonin, [2009], Mesurer la performance du contrôle de gestion, Eyrolles Editions d Organisation, Collection Les Baromètres de la Performance. 6 J.-M. Lucas, «Le point de vue de Jean-Michel Lucas sur l évaluation des festivals», L Affût, Agence régionale du spectacle vivant Poitou-Charentes, Loi Organique relative aux Lois de Finances, mise en place en

12 majoritairement, dont la viabilité est assurée par des sources de financements publiques, entretiennent une relation similaire avec leurs propres financeurs. La performance est une notion polysémique, qui est, dans l esprit des gestionnaires, spontanément associée à une dimension financière de profit. Dès lors, parler de «performance» pour les organisations culturelles non lucratives, pour lesquelles cette notion n existe ni philosophiquement ni économiquement, heurte la rationalité managériale. Nous nous interrogeons donc sur la pertinence d introduire le concept dans les organisations culturelles non lucratives et formulons en guise de première hypothèse l incompatibilité de la performance avec la structure, la mission, et les valeurs de l organisation culturelle non lucrative. La notion de performance a été introduite ici par sa composante et traduction opérationnelle : l évaluation. Les deux dimensions sont en effet indissociables dans la mesure où l on ne parle de performance que dans l objectif d apporter une mesure, une évaluation de ce que le terme recouvre, en matière d atteinte des objectifs notamment. Nous nous intéressons donc dans un deuxième temps aux modalités de l évaluation de la performance, et plus spécialement, dans une approche très opérationnelle, aux outils dont les organisations disposent. Notre deuxième hypothèse découle assez naturellement de la première, et postule que les organisations culturelles non lucratives résistent à la mise en place de tels dispositifs. La résistance est non seulement provoquée de manière consciente, par le refus de chercher les moyens de quantifier la valeur créée, mais légalement suscitée par la matérialisation de l incompatibilité présentée précédemment à travers la configuration des systèmes existants, essentiellement conçus pour des entreprises industrielles du secteur marchand. Enfin, nous avons tenté d expliqué l aversion des gestionnaires d organisations culturelles à une approche par le pilotage, en pointant du doigt l évaluation en tant qu élément déclencheur du processus, aussi nous souhaitons étudier plus précisément le fonctionnement de cette «boucle du pilotage» 8, notamment à travers une analyse du contrôle qu installe de fait la démarche d évaluation de la performance. Dans la ligne droite ce que les gestionnaires craignent relativement au caractère destructeur du contrôle, nous proposons la troisième hypothèse suivante : l évaluation de la performance ne permet pas de mettre en place des modalités de contrôle associé à un pilotage stratégique de l activité pour l organisation culturelle non lucrative. Notre travail suit l articulation de ces trois hypothèses ; nous analyserons tout d abord dans quelle mesure la notion de performance peut être mobilisée en organisation culturelle non lucrative, pour en étudier ensuite les modalités d évaluation et les implications en matière de pilotage. Enfin, nous testerons nos hypothèses à la lumière des témoignages des représentants de trois festivals musicaux non lucratifs français historiques : Le Printemps de Bourges, les Eurockéennes de Belfort, et les Rencontres Trans Musicales de Rennes. 8 D. Autissier, ibidem. 12

13 PARTIE I : Introduction de la notion de performance dans l organisation culturelle non lucrative La première étape de notre travail vise à dépoussiérer la notion de performance, trop spontanément et exclusivement associée à sa composante économique financière. A travers un état des lieux de des évolutions analysées par les chercheurs en sciences de gestion, nous souhaitons régénérer le concept dans l objectif d être en mesure d en proposer une définition pour l organisation culturelle non lucrative, dans le respect des spécificités de celle-ci. Après avoir présenté une revue de littérature dressant un état des lieux de la recherche en matière de définition de la performance, nous étudierons les caractéristiques de l organisation culturelle non lucrative, en regard du schéma général des entreprises du secteur marchand et industriel, pour proposer une définition de la performance et établir un cahier des charges des modalités de la notion pour le type de structures étudié. Chapitre 1 : Qu est-ce que la performance? La première étape de ce travail consiste à étudier la notion de performance telle qu elle a été théorisée dans la littérature afin de définir son périmètre d application aux organisations culturelles non lucratives. Liée originellement au pilotage de l activité des entreprises industrielles du secteur marchand, la définition de la performance s est enrichie avec la recherche d approches organisationnelles reflétant notamment les mutations de l environnement économique général, et se traduit aujourd hui en termes très opérationnels à travers sa composante d évaluation. Section 1 : Définitions et approches Les théories organisationnelles qui mobilisent le concept de performance sont nombreuses et peuvent concerner toute fonction de l entreprise. Il s agit donc de définir précisément la notion dans une configuration stratégique de pilotage de l activité dans sa globalité, afin de mettre en évidence les enjeux présentés par les différentes approches en vigueur, et notamment leur robustesse face aux facteurs de contingence de l environnement. 13

14 Paragraphe 1 : Définitions A. Performance Comme l explique Annick Bourguignon, la performance est un terme à caractère polysémique, sur la définition duquel les chercheurs s opposent souvent 9. En effet, les interactions de la «performance» avec d autres concepts, tels que l efficience, la productivité, l efficacité donnent lieu à débats pour établir les relations d inclusion ou d exclusion entre ceux-ci 10. Afin de ne pas faire du dilemme lexical un facteur d inertie, nous dirons, avec Annick Bourguignon, que «d une façon générale, la performance désigne la réalisation des objectifs organisationnels au sens strict (résultat, aboutissement) ou au sens large du processus qui mène au résultat (action)». Elle s articule autour des notions de succès, de résultat (d une action), le plus souvent positif, rejoignant la notion de succès, et de l action elle-même, comme processus. B. Systèmes de mesure et indicateurs Un système de mesure de la performance peut être considéré comme un portefeuille de mesures permettant de délivrer une évaluation équilibrée de la performance de l organisation, c est-à-dire pondérée de tous les éléments le constituant. Plus précisément, il s agit d un système qui «permet de prendre des décisions et de mener des actions avisées à la lumière de l efficience et l efficacité des actions passées, grâce à l acquisition, la vérification, le tri, l analyse, l interprétation, et la diffusion des données appropriées» 11. Il s agit donc d un outil d aide à la décision pour les gestionnaires. L efficacité du système repose sur l optimisation des étapes énoncées ci-dessus, et son infrastructure le système d information mais avant tout sur la pertinence des mesures effectuées. Traditionnellement, les indicateurs développés doivent être en mesure de quantifier les effets d une décision et de l action corrélée : ce sont des variables construites pour caractériser la réalisation d un processus, qui permettent d établir des objectifs précis et d en vérifier l atteinte. A ce titre, les systèmes de mesure de la performance sont liés à l élaboration de la stratégie de l organisation 12. La littérature propose divers modèles pour aider les gestionnaires à mettre en place les indicateurs appropriés et réalisables, comme le célèbre Balanced Scorecard de Kaplan and Norton. 9 A. Bourguignon, «Sous les pavés la plage ou les multiples fonctions du vocabulaire comptable», [1997], Comptabilité Contrôle Audit, Tome 3, Vol. 1, pp Voir l opposition entre Garibian et Richard sur la productivité, dans A. Bourguignon, «Sous les pavés la plage ou les multiples fonctions du vocabulaire comptable», [1997], Comptabilité Contrôle Audit, Tome 3, Vol. 1, pp A. D. Neely, «Performance Measurement : Why, What and How», [1998] London : Economist Books, pp A. D. Neely, H. Richards, J. Mills, K. Platts and M. Bourne, «Designing performance measures: a structured approach», [1997], International Journal Of Operations And Production Management, n 11, Vol. 17, pp

15 Paragraphe 2 : Approches A. Approche traditionnelle financière L approche financière de la performance consiste à se poser la question suivante : «Comment se positionne l organisation face à ses actionnaires?» en y répondant par un objectif de maximisation du profit généré et de retour sur investissement. Le système de mesure associé à cette approche est la comptabilité classique, modélisation qui consiste à «produire une représentation chiffrée d une entité économique» 13, et l indicateur privilégié, le résultat net comptable. Il s agit d un modèle normé et composé de conventions partagées à l échelle mondiale, qui permet ainsi d opérer une comparaison se voulant objective entre toutes les organisations. Asseyant officiellement l actionnaire, propriétaire de la firme, comme destinataire privilégié de l activité de l organisation, ce modèle permet également de décliner l objectif stratégique de maximisation du profit en objectifs plus opérationnels, appréhensibles, et maîtrisables à une échelle managériale. Associés à ces objectifs, les indicateurs transposés dans une dimension opérationnelle, constituent le «système de pilotage» 14. Celui-ci doit refléter la stratégie choisie par l entreprise pour parvenir à son objectif de retour sur investissement, par exemple le pilotage par la marge dans un cadre industriel de différentiation par les coûts. Quels que soient les indicateurs suivis, le modèle comptable vise toujours à mesurer le résultat net. En ce sens, et par sa traduction en termes opérationnels, l approche financière présente une robustesse, qui lui assure une grande popularité aujourd hui encore au sein des organisations. Cependant, dès les années 1980, des chercheurs ont dénoncé l insuffisance d une approche exclusivement financière de la performance. Les principales critiques adressées concernent sa dimension court-termiste de maximisation d un profit matérialisé par les dividendes versés. Dès les années 1990, l incohérence de cette approche est mise en évidence par les besoins en investissements imposés par un monde qui se globalise et en pleine mutation technologique. Par ailleurs la suspicion porte souvent sur l évaluation de la performance financière dans la mesure où les chiffres sont assez facilement manipulables en fonction des objectifs fixés. Dans son intervention à la XVI ème Conférence Internationale de Management Stratégique, en juin 2007 à Montréal, Marc Amblard va jusqu à remettre en cause l ensemble du modèle comptable, défendant le point de vue que le résultat net comptable n est autre qu une construction sociale. Son raisonnement s appuie sur l idée que la construction normée de ce modèle comptable est le fait de conventions sociales, ou d accords collectifs, confortés par les réglementations établies en renfort, permettant aux utilisateurs de ne pas réaliser leurs propres choix. La qualité d objectivité présentée 13 M. Amblard, «Performance financière: Vers une relecture critique du résultat comptable», XVI ème Conférence Internationale de Management stratégique, Montréal, 6-9 juin C. Mendoza, M.-H. Delmond, H. Löning, M. Besson, C. Bonnier, O. Brue, «Quels indicateurs pour piloter?», [2011], Tableaux de bord Donnez du sens à vos indicateurs, Editions Groupe Revue fiduciaire. 15

16 précédemment est issue de ce mécanisme. Pour Marc Amblard, les conventions établies ne sont pas neutres mais au contraire, «privilégient un point de vue particulier, celui du détenteur des droits de propriété de la firme» 15. On perçoit dès lors dans quelle mesure l approche financière est faussée, non seulement insuffisante pour appréhender l ensemble des enjeux auxquels fait face l organisation, mais en plus conçue dans la seule perspective de s adresser avant tout à l actionnaire. Enfin en évoquant la perception que l approche financière de la performance est davantage une évaluation des conséquences opérées par les décisions passées plutôt la réelle mise en place d un système de pilotage orienté vers l avenir 16. B. Approche globale non financière L approche non financière, en fait une approche mixte, doit pallier les insuffisances de l approche exclusivement financière. Notamment, grâce à des systèmes intégrant des indicateurs autres qu intermédiaires à un calcul du retour sur investissement, elle doit permettre de déployer la stratégie de l organisation à moyen terme. Le système de mesure de la performance emblématique de cette approche est le Balanced Scorecard de Kaplan et Norton, qui modélise la performance selon quatre axes, dont la performance financière mais à laquelle s ajoutent la satisfaction des clients, la maîtrise des processus internes, et le degré de mobilisation des salariés. Avec cette approche, les gestionnaires seraient plus aptes à comprendre les relations qui existent entre divers objectifs stratégiques et ainsi à allouer de manière optimale les ressources nécessaires selon les priorités 17. Contrairement à la vision rétrospective de l approche financière, l approche globale semble beaucoup plus dynamique, et grâce à des indicateurs observables en temps réel, ou presque, les gestionnaires sont en mesure d évaluer les impacts des décisions prises et de mettre en place des actions à visée corrective, sans attendre la clôture périodique. Paragraphe 3 : Impact de l environnement sur la performance La performance d une organisation se définit et s évalue relativement à l existence de ressources et à la pratique d une activité en interaction avec l environnement. Prendre en compte l impact de l environnement dans l approche de la performance a un sens dans une approche néo-institutionnelle, selon laquelle les règles du jeu auxquelles sont soumises les organisations leur sont exogènes. Par ailleurs, l influence des parties prenantes sur l organisation a 15 ibidem 16 R. G. Eccles, «The Performance Measurement Manifesto», [1991], Havard Business Review, Jan-Feb, pp A. A. Said, H. R. HassabElanby, B. Wier, «An Empirical Investigation of the Performance Consequences of Nonfinancial Measures», [2003], Journal of Management Accounting Research, Vol. 15, pp

17 une implication en matière de performance, et nous étudierons en particulier la relation entre les propriétaires et les gestionnaires de celle-ci. A. Des règles du jeu imposées La manière dont les organisations interagissent entre elles, et avec tout autre acteur Etat, investisseur, client est soumise à une minutieuse observation. En s inspirant de la théorie néoinstitutionnelle, on regroupera derrière le terme d «institutions» l ensemble des dispositifs qui régulent, contrôlent et surveillent les manœuvres des organisations, «un ensemble de règles durables, stables, abstraites et impersonnelles, cristallisées dans des lois, des traditions ou des coutumes, et encastrées dans des dispositifs qui implantent et mettent en œuvre, par le consentement et/ou la contrainte, des modes d organisation des transactions» 18. Les implications de cette théorie sur la conception de la performance sont doubles : dans un environnement normalisé, les organisations sont non seulement tenues de s insérer dans le cadre institutionnel établi 19, mais en plus sujettes à une pression quant à leur légitimité qui les conduit à un mimétisme à l égard des structures à succès 20. En somme, les standards et objectifs de performance d une organisation ne seraient que les répliques de ceux des organisations de son environnement, ou du moins devraient intégrer les éléments ayant fait leurs preuves chez les voisins. Dès lors, les enjeux de différentiation, s ils semblent d autant plus capitaux pour créer de la compétitivité, en sont également d autant moins authentiques qu ils ne recouvrent qu une signification toute relative, dans cette configuration d isomorphisme des organisations entre elles. Il est cependant à noter que l importance des effets institutionnels est à relativiser en regard du type d économie dans laquelle on se trouve (libérale ou protectionniste), du secteur d activité (peu innovant ou à fort potentiel de créativité) et de la structure du marché (concentré ou éclaté). B. Impact des parties prenantes Freeman, en 1984, définit les parties prenantes comme les «groupes ou individus pouvant affecter ou être affectées par la réalisation des objectifs de l organisation», ou selon la définition que nous avons en avons établie, par la performance de l organisation. L apport de la théorie des parties prenantes, de Freeman, est l identification des menaces et opportunités présentées par ces parties prenantes dans l environnement de l organisation. Or ces menaces et opportunités dépendent précisément des critères que retiennent les parties prenantes pour évaluer la performance de l organisation, et donc du degré auquel celle-ci «performe». 18 C. Ménard, «L approche néo-institutionnelle : des concepts, une méthode, des résultats», [2003], Cahier d économie politique, n 44, pp P. Selznick, «Institutionalism "Old" and "New"», [1996], Administrative Science Quarterly, n 2, Vol.41, pp P. J. DiMaggio, W. Powell, «The iron cage revisited" institutional isomorphism and collective rationality in organizational fields», [1983], American Sociological Review, Vol.48, pp

18 Très clairement, la performance ne se limite plus du tout à la simple confrontation d objectifs stratégiques développés en interne, au sein de l équipe dirigeante, avec leur niveau de réalisation. La théorie de Freeman repose, pour échapper à des conflits qui paralyseraient l organisation, sur l intégration, dans la mesure du possible, des différentes parties prenantes au processus de planification stratégique et à sa mise en œuvre. En termes d impacts sur la performance, cela positionne de fait les organisations dans une approche multidimensionnelle, qui donc, en plus d intégrer des mesures non financières, diversifie le périmètre des indicateurs choisis (économique, social, environnemental, réglementaire, éthique ). C. Relations entre propriétaires et gestionnaires Il est cependant de coutume que dans les organisations commerciales, la primauté soit donnée à un groupe de parties prenantes bien défini : les propriétaires de l entreprise, et ainsi que le système de mesure de la performance soit conçu pour transmettre une information leur étant principalement destinée. La théorie de l agence, développée par Hill et Jones en 1992, présente avec pertinence les problèmes que pose cette configuration largement répandue. Une relation d agence est une situation dans laquelle une ou plusieurs personnes (les principaux) engagent une ou plusieurs autres personnes (les agents) pour réaliser en leur nom des actions nécessitant de leur déléguer un degré d autorité de prise de décision 21. Il s agit de la relation qui existe entre l actionnaire et le gestionnaire. Appliquant la notion d intérêt personnel aux organisations, cette théorie met en garde contre les conflits qui peuvent survenir du décalage entre les objectifs et motivations des deux parties, et donc attire l attention sur le caractère critique que revêt la définition de la performance dans l organisation. Section 2 : Comment peut-on mesurer la performance? La performance est donc une notion complexe, dont la définition se caractérise non seulement par une diversité des approches organisationnelles, mais dont le paramétrage est fortement influencé par l environnement et les forces en présence. Intrinsèquement liée à l évaluation, qui en est la traduction opérationnelle, la complexité du concept de performance prend forme à travers la recherche de modèles d évaluation et systèmes de mesure. Paragraphe 1 : Pourquoi mesurer la performance? Avant toute chose, la question se pose sur les motivations qui amènent les gestionnaires à se positionner sur la notion de performance, et surtout à la mesurer, c est-à-dire à prendre la responsabilité de «noter» leurs méthodes de travail. 21 C. W. L Hill, T. M. Jones, «Stakeholder-Agency Theory», [1992], Journal of Management Studies, n 2, Vol.29, pp

19 On pourrait justifier cette attitude par la tendance contemporaine à la multiplication de l information, par le désir de toujours tout quantifier, ou encore par la nécessité de développer une dynamique de responsabilité sociétale au sein de l organisation. A. Mesurer pour améliorer La littérature reconnaît un lien de cause à effet quasiment direct entre le développement d un système de mesure de la performance et l amélioration de celle-ci pour l organisation. Cette relation n est cependant pas évidente à expliquer : comment l information créée se transforme-t-elle en une amélioration perceptible de l activité? L écosystème de l organisation se caractérise par la complexité des forces en présence, et le manque de clarté des relations qui les unissent. Outre les facteurs de contingence, pas toujours décelables, nous avons abordé les risques de conflit, les positions contradictoires, et nous pouvons ajouter l existence de forces invisibles, de l ordre de l inconscient collectif par exemple. L introduction de la performance doit permettre d identifier ces facteurs internes ou externes à l organisation qui influencent son activité, et les systèmes de mesure doivent permettre de mettre en lumière les zones critiques d opportunités et de menaces, d identifier les leviers d amélioration. La démarche de mesure de la performance, et la mise en place d une batterie d indicateurs, aussi pertinents soient-ils pour la phase d évaluation, ne représentent donc que la première étape d un processus plus large de pilotage de l activité. B. Mesurer pour apprendre et innover D autre part, on mesure la performance, pour apprendre, au sens de l apprentissage organisationnel du Balanced Scorecard : dans le but de développer une maîtrise des processus et de capitaliser un avantage compétitif durable. En effet, à notre sens, en apprenant à identifier les menaces et les opportunités par la mesure, les managers ont davantage de perspectives pour agir, et apprendre à réduire les premières pour exploiter les secondes. La mise en place de règles de bonnes pratiques fondées sur l expérience constitue une source d apprentissage riche pour l organisation, et le secteur. C. Mesurer pour communiquer Enfin, la performance est le sceau du contrat qui lie les parties prenantes de l organisation entre elles. C est essentiellement en des termes qui traduisent cette notion que celles-ci échangent entre elles, aussi la mesure de la performance a pour objectif de leur fournir des outils d aide à la décision pour renouveler, ou rompre, leur engagement auprès de la structure. 19

20 On perçoit donc la dimension politique 22 des systèmes élaborés, qui ont pour enjeu de préserver l intégrité de l organisation en assurant la permanence de l implication des parties prenantes, qui détiennent les sources de financement, les actionnaires et investisseurs, et pilotent les dispositifs de régulation, les pour les pouvoirs publics. Le dispositif d évaluation de la performance doit permettre d utiliser un langage commun aux parties prenantes à qui il s adresse pour simplifier les interactions entre celles-ci. Paragraphe 2 : Différents niveaux de mesure Il existe donc différentes entrées pour appréhender la notion de performance, chacune correspondant à des ambitions, des préoccupations et des principes différents. Mais lorsqu il s agit de recueillir l information qui va servir à former les mesures, à quel niveau doit-on se positionner? Considère-t-on l organisation comme une entité intègre et impossible à scinder? Ou au contraire, que la performance de l ensemble est la somme des performances individuelles? Du principe aristotélicien que le tout est supérieur à la somme des parties 23, on déduit que la performance de l entreprise n est pas le fruit brut de celle de ses individus. Il peut cependant être intéressant de mesurer la performance à une échelle individuelle, et à l échelle d un service, pour enrichir la mesure faite à l échelle de l organisation toute entière. A. Performance individuelle L introduction de la performance à l échelle des individus les managers permet en effet de prendre la mesure de l existence, et le cas échéant des impacts, d une configuration en agence, dans laquelle, on le rappelle, les intérêts des propriétaires de l organisation ne concordent pas avec les intérêts de ses gestionnaires. Le fait de fixer des objectifs quantifiables et évaluables, et d en suivre la réalisation, permet de déceler des dysfonctionnements, d en découvrir les causes et de mettre en place des actions correctives. Car le corollaire, positif, de cette approche est la possibilité d agir très rapidement et de manière ciblée. Lorsqu un dysfonctionnement opère à un niveau individuel, les effets mettent moins de temps à apparaître que s agissant d une erreur à un niveau stratégique qui ne deviendrait critique que sur la durée de plusieurs exercices. Surtout, la marge de manœuvre corrective est grande, dans la mesure où n impliquant les ressources à mobiliser qu à une échelle individuelle. La performance individuelle se mesurerait donc avec des indicateurs à court-terme un volume de production, un chiffre d affaire périodique et les dysfonctionnements éventuels relèvent majoritairement d une problématique de ressources humaines. 22 Relative à l exercice du pouvoir 23 Aristote, Métaphysique, 10f-1045a 20

Indicateurs et tableaux de bord

Indicateurs et tableaux de bord Indicateurs et tableaux de bord Fiche 19 Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards). 1. Définition. Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) ont été conçus initialement par Robert

Plus en détail

Section 2 : Contrôle de gestion, Stratégie et Performance. 1. Concepts de base. 1.1. Stratégie

Section 2 : Contrôle de gestion, Stratégie et Performance. 1. Concepts de base. 1.1. Stratégie Section 2 : 1. Concepts de base 1.1. Stratégie Une définition : «Avec pour objectifs la réponse aux attentes des parties prenantes, l obtention d un avantage concurrentiel et la création de valeur pour

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise

Le management des risques de l entreprise présentent Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Techniques d application COSO II Report Préface de PHILIPPE CHRISTELLE Président de l Institut de l Audit Interne et de SERGE VILLEPELET

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Master Contrôle-Audit Apprentissage Master 2

Master Contrôle-Audit Apprentissage Master 2 Master Contrôle-Audit Apprentissage Master 2 2014/2015 UE1 CONTRÔLE AUDIT ET ORGANISATION Marion Soulerot Cette UE introductive est consacrée à la mise en perspective du contrôle et de l audit au sein

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

Introduction. 1. une pratique de déclinaison de la stratégie et du management

Introduction. 1. une pratique de déclinaison de la stratégie et du management Introduction L a succession des crises économiques et financières, la possible crise écologique et climatique, ou encore les crises sociales (augmentation de la pauvreté, vieillissement de la population)

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI

Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI Sujet : Impact des mécanismes de gouvernance sur la création et la répartition de la valeur partenariale Thèse soutenue

Plus en détail

Contrôle de gestion et pilotage de la performance

Contrôle de gestion et pilotage de la performance CHAPITRE 1 Contrôle de gestion et pilotage de la performance Ce qu il faut retenir Un système de contrôle de gestion doit être adapté à la configuration spécifique de chaque entreprise (stratégie, structure,

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Partie 1 : Parties prenantes et structures de gouvernances XV 1 Cartographie et attentes des parties prenantes... 9 I. Les apporteurs de capitaux... 10 A. Les actionnaires...

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction. 1 Le management face aux défis du XXI e siècle Julie Tixier C HAPITR E

TABLE DES MATIÈRES. Introduction. 1 Le management face aux défis du XXI e siècle Julie Tixier C HAPITR E TABLE DES MATIÈRES Introduction C HAPITR E 1 Le management face aux défis du XXI e siècle Julie Tixier I. L évolution de l environnement de l entreprise... 17 A. Entre le local et le global : la gestion

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Medi Experts Conseil en Management des Organisations Stratégie, Capital Organisation Humain, Organisation, Ressources Humaines et Systèmes d information. Systèmes d Information

Plus en détail

La Responsabilité Sociétale

La Responsabilité Sociétale La Responsabilité Sociétale Opportunités, méthodes d évaluation, stratégie de reporting, utilisation d outils de communication et animation du management RSE Comité Qualité Hygiène Sécurité Environnement

Plus en détail

Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion.

Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion. Analyse des coûts Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion. Remarque liminaire : Le contenu de cette fiche ne saurait préjuger de ce qui sera défini dans le cadre des travaux en cours relatifs

Plus en détail

CAVES COOPERATIVES VITI- VINICOLES,

CAVES COOPERATIVES VITI- VINICOLES, CAVES COOPERATIVES VITI- VINICOLES, ET SI NOUS ADOPTIONS UN PILOTAGE INNOVANT? La problématique pour les dirigeants de caves est de trouver un outil capable de lier les politiques d investissement, de

Plus en détail

Dernière mise à jour le 11/09/15 1

Dernière mise à jour le 11/09/15 1 Libellé de l UE Libellé de l EC CM Résumés Intervenants SEMESTRE 3 UE 1 : Les politiques publiques sociales (6c) Politiques sociales (3c) Evaluation des politiques publiques des secteurs 18 h Par ce cours,

Plus en détail

Éthique. Comment s y retrouver? Social/Sociétal Morale. Valeurs. Compliance. Entreprise citoyenne. Déontologie. Responsabilité sociale (RSE)

Éthique. Comment s y retrouver? Social/Sociétal Morale. Valeurs. Compliance. Entreprise citoyenne. Déontologie. Responsabilité sociale (RSE) Ethique & RSE : enjeux & questionnements Samuel MERCIER, Professeur en Sciences de gestion, Responsable Master GRH, Directeur IAE Dijon Université de Bourgogne (samuel.mercier@u samuel.mercier@u-bourgogne.fr)

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

Enseignement supérieur Recherche

Enseignement supérieur Recherche Enseignement supérieur Recherche Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 61 CADRE DE DIRECTION EN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Code : RCH01 Cadre de direction

Plus en détail

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR :

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : LA GESTION DES RISQUES LE CONTROLE INTERNE L AUDIT INTERNE Validée par le Conseil de surveillance du 18 septembre 2013 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LE CADRE DE REFERENCE...

Plus en détail

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences UE 13 Contrôle de gestion Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences www.crefige.dauphine.fr polycopié de TD Ouvrage de référence : Henri BOUQUIN, Comptabilité

Plus en détail

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications En bref L État est riche d un patrimoine immatériel inestimable.

Plus en détail

Énoncé de mission du Théâtre de la Ville

Énoncé de mission du Théâtre de la Ville Énoncé de mission du Théâtre de la Ville Août 2006 Théâtre de la Ville août 2006 page 1 1. ENONCE DE MISSION DU TDLV VERSION 2006 1.1 Les idées maîtresses L énoncé de mission d une organisation devrait

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS COMPÉTENTS ET POLYVALENTS Les professionnels comptables en entreprise, un élément moteur du succès durable des organisations Les professionnels comptables en entreprise exercent au sein des organisations

Plus en détail

Japanese SOX. Comment répondre de manière pragmatique aux nouvelles obligations en matière de contrôle interne

Japanese SOX. Comment répondre de manière pragmatique aux nouvelles obligations en matière de contrôle interne Japanese SOX Comment répondre de manière pragmatique aux nouvelles obligations en matière de contrôle interne Avant-propos Au cours des dernières années, les législateurs à travers le monde ont émis de

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX?

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? N 335 - SYLIN Michel, DELAUSNAY, Nathalie LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? S interroger sur le sens des démarches qualité dans l enseignement

Plus en détail

1. Préambule. 2. Le coaching d équipe : Esquisse de définition. 3. Une démarche pour le coaching d équipe. 4. Quels résultats en attendre?

1. Préambule. 2. Le coaching d équipe : Esquisse de définition. 3. Une démarche pour le coaching d équipe. 4. Quels résultats en attendre? 1. Préambule 2. Le coaching d équipe : Esquisse de définition 3. Une démarche pour le coaching d équipe 4. Quels résultats en attendre? 5. Quelques facteurs clés de succès 6. Présentation du cabinet Selenis

Plus en détail

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL :

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : Management international APPEL A CONTRIBUTION Printemps 2014 UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : VERS DE NOUVELLES PERSPECTIVES? Rédacteurs en chef invités : Corinne Bessieux-Ollier,

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 7 Management. 2 e ÉDITION. Jean-François Soutenain Christophe Torset.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 7 Management. 2 e ÉDITION. Jean-François Soutenain Christophe Torset. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 7 Management 2 e ÉDITION Jean-François Soutenain Christophe Torset Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie

Plus en détail

De la rupture vers l innovation : Les nouvelles formes de Management dédiées à la Responsabilité Sociale de l Entreprise

De la rupture vers l innovation : Les nouvelles formes de Management dédiées à la Responsabilité Sociale de l Entreprise De la rupture vers l innovation : Les nouvelles formes de Management dédiées à la Responsabilité Sociale de l Entreprise Colloque parrainé par le Ministère MIPMEPI et organisé le 10-11 Octobre 2011 Grand

Plus en détail

Composition à partir d'un dossier portant sur les éléments généraux du droit et sur le droit des affaires

Composition à partir d'un dossier portant sur les éléments généraux du droit et sur le droit des affaires Concours externe de l agrégation du second degré Section économie et gestion Programme de la session 2013 Les candidats à l'agrégation externe d économie et gestion ont le choix entre cinq options : -

Plus en détail

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Histoire-Géographie Analyse économique Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Michel Claessens Professeur de Marketing, groupe ESC Nantes Atlantique. Les firmes évoluent dans un environnement

Plus en détail

Contrôler, optimiser, anticiper : la Direction Financière au centre de l activité bancaire

Contrôler, optimiser, anticiper : la Direction Financière au centre de l activité bancaire Contrôler, optimiser, anticiper : la Direction Financière au centre de l activité bancaire Les turbulences financières actuelles, symptômes de mutations structurelles du système financier, Les évènements

Plus en détail

Les tableaux de bord RH

Les tableaux de bord RH Joëlle IMBERT Les tableaux de bord RH Construire, mettre en œuvre et évaluer le système de pilotage, 2007 ISBN : 978-2-212-53910-3 4 Les sources d information La mise en place du système de pilotage RH

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Introduction Baudouin Albanel par le général de division

Plus en détail

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage Organisation de la formation Ce document a pour objet de présenter le contenu des cours des deux années du Master Audit Contrôle Finance d entreprise

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

"Sous réserve de validation des modifications"

Sous réserve de validation des modifications "Sous réserve de validation des modifications" Niveau : MASTER année Domaine : Mention : DROIT ECONOMIE GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT M2 Spécialité : CONTROLE DE GESTION 120 ES Volume horaire étudiant

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء

المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr Observatoire du Transport Sanitaire 2011 kpmg.fr Edito Observatoire du Transport Sanitaire 2011 1 Marc Basset Associé, Directeur Haute-Normandie Picardie-Maritime Dans la poursuite de nos travaux, nous

Plus en détail

Charte du management des risques du groupe La Poste

Charte du management des risques du groupe La Poste Direction de l'audit et des Risques du Groupe Direction des Risques du Groupe Destinataires Tous services Contact Béatrice MICHEL Tél : 01 55 44 15 06 Fax : E-mail : beatrice.michel@laposte.fr Date de

Plus en détail

3. Rapport du Président du conseil d administration

3. Rapport du Président du conseil d administration 3. Rapport du Président du conseil d administration Conformément aux dispositions de l article L.225-37 du code de commerce, le président du conseil d administration rend compte, au terme de ce rapport,

Plus en détail

Modeli catalogue de formation intra-entreprise 2012

Modeli catalogue de formation intra-entreprise 2012 catalogue de formation intra-entreprise 2012 2 - catalogue de formations Fondé en 2008, le cabinet de conseil accompagne ses clients dans les projets de transformation de leurs organisations. La complémentarité

Plus en détail

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES La formation Notre approche Intervalle est un cabinet de conseil, d étude et de formation qui accompagne les dynamiques humaines et organisationnelles. Nous intervenons pour des entreprises, des collectivités

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999

Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999 Daniel Held Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999 La valeur ajoutée apportée : le vrai défi pour les ressources humaines Depuis plusieurs années,

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projet en Communication Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août - Code NSF 320)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projet en Communication Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août - Code NSF 320) REFERENTIEL Chef(fe) de Projet en Communication Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août - Code NSF 320) CHEF(FE) DE PROJETS EN COMMUNICATION TITRE CERTIFIE AU RNCP - CODE NSF : 320 REFERENTIEL D ACTIVITES

Plus en détail

Fiche 15 Le système des prix de cession interne.

Fiche 15 Le système des prix de cession interne. Analyse des coûts Fiche 15 Le système des prix de cession interne. 1. Définition. Les orientations actuelles ou récentes de la gestion publique (par exemple, le développement des centres de responsabilité

Plus en détail

CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude

CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude *connectedthinking Démarche de notre étude et profil de notre panel Slide 2 Une étude présentant le panorama des pratiques

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

Impact des processus qualité dans la mise en œuvre d un Projet de Service

Impact des processus qualité dans la mise en œuvre d un Projet de Service Actes Journées Santé Travail du CISME Tome I 2011 Session 4 : évaluation et perspectives du Projet de Service Impact des processus qualité dans la mise en œuvre d un Projet de Service Gaëtan DUSSAUX Directeur

Plus en détail

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7 Plaisir, le 18 décembre Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE Cette partie du rapport s appuie sur le cadre de référence

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014.

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014. Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives 2014 Contexte du BCBS 239 2 Une nouvelle exigence Les Principes aux fins de l agrégation des données sur les et de la notification des

Plus en détail

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation Objectifs de la formation Les métiers Ce Master valide votre qualification professionnelle et votre aptitude à tenir les emplois de cadres et futurs cadres supérieurs dans les professions industrielles

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

La carte stratégique, nouvel outil de pilotage de la performance et de la qualité

La carte stratégique, nouvel outil de pilotage de la performance et de la qualité La carte stratégique, nouvel outil de pilotage de la performance et de la qualité Atelier n 12 Bruno LOUVIGNY, Directeur général d Atikal management, Directeur adjoint du SDIS 64 Jean-Luc THUILLER, Professeur

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises. Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion?

Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises. Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion? Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion? Novembre 2011 Préface Depuis de nombreuses années,

Plus en détail

L ISLAM et le monde des affaires

L ISLAM et le monde des affaires Lachemi SIAGH L ISLAM et le monde des affaires Argent, éthique et gouvernance Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-2939-2 Introduction La pensée économique islamique est foncièrement différente

Plus en détail

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Le mémoire de Master 2 doit permettre au lecteur d apprécier la maîtrise d ensemble des compétences pratiques et théoriques attendues d un(e) diplômé(e), et la

Plus en détail

GESTION DE PROJETS ET ORGANISATION DES ENTREPRISES

GESTION DE PROJETS ET ORGANISATION DES ENTREPRISES GESTION DE PROJETS ET ORGANISATION DES ENTREPRISES MAGISTÈRE DE PHYSIQUE FONDAMENTALE MASTER DE PHYSIQUE FONDAMENTALE ET APPLIQUÉE M2 - Accélérateurs de Particules et Interaction avec la Matière M2 - Méthodes

Plus en détail

Les dispositifs de gestion des risques et de contrôle interne. Cadre de référence : Guide de mise en œuvre pour les valeurs moyennes et petites

Les dispositifs de gestion des risques et de contrôle interne. Cadre de référence : Guide de mise en œuvre pour les valeurs moyennes et petites Les dispositifs de gestion des risques et de contrôle interne Cadre de référence : Guide de mise en œuvre pour les valeurs moyennes et petites SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 I- OBJECTIFS, PRINCIPES ET CONTENU...

Plus en détail

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable!

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! VISUEL Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! InnovatIon et Supply ChaIn Votre contact Une équipe dédiée pour vous accompagner et répondre à vos questions!

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Audit, contrôle, finance de l Université Montpellier 1 UM1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Coordinateur-trice du personnel de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte D. Brochard Université Paris I L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte Contexte théorique et empirique Depuis le début des années 80, dans un contexte de mutations

Plus en détail

L essentiel de la finance

L essentiel de la finance Pierre Cabane L essentiel de la finance à l usage des managers Préface de Gilles Weil Vice-président de L Oréal Éditions d Organisation, 2004 ISBN: 2-7081-3019-6 Introduction L objectif de cet ouvrage

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Introduction Terminale STMG Sciences de gestion Gestion et finance L évolution de STG vers STMG, du programme de Comptabilité et Finance d Entreprise

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper White Paper ISO 17799 : 2005/ISO 27002 Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information Éric Lachapelle, CEO Veridion René St-Germain, Président Veridion Sommaire Qu est-ce que la sécurité

Plus en détail

L essentiel Parcours de personnes âgées :

L essentiel Parcours de personnes âgées : ANTICIPER ET COMPRENDRE L essentiel Parcours de personnes âgées : l animation territoriale MARS 2013 Une réflexion sur l animation territoriale de l offre Les enjeux liés à la démographie et au vieillissement

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies Ce dossier pourrait se situer en conclusion des différents thèmes de ce cours. En effet, on peut considérer que la performance est le résultat d une bonne pratique du management sous toutes ses déclinaisons.

Plus en détail

Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030

Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030 Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030 Sommaire Partie 1 : Méthodologie de la démarche Partie 2 : Vision prospective Partie 3 : Plan d action Partie 4 : Annexes

Plus en détail