La Certification DGNB «Deutsches Gütesiegel für Nachhaltiges Bauen»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Certification DGNB «Deutsches Gütesiegel für Nachhaltiges Bauen»"

Transcription

1 «Deutsches Gütesiegel für Nachhaltiges Bauen»

2 Agenda Les critères du système DGNB Avantages d une Certification DGNB Projets actuels «certification DGNB» 2

3 «Deutsches Gütesiegel für Nachhaltiges Bauen» Système Allemand d une certification environnementale Première Version en 2008 : Bâtiments administratifs Extension DGNB 2009 : Bâtiments administratifs Commerces / retail Bâtiments industriels Ecoles Projets DGNB 2011/2012 (projets pilotes) : Certification de projets pilotes d aménagement 3

4 Objectifs : Plus value pour les projets de construction (confort pour les utilisateurs, couts de construction, couts d exploitation, qualité du bâtiment) Réduire les impacts environnementaux des chantiers et des bâtiments Mettre en place des éléments de classification et comparaison des bâtiments; Check-list de bonne pratique pour la construction d un bâtiment Direction du regard au Cycle de Vie du bâtiment Minimisation des risques économiques (maîtrise du coût, stabilité de la valeur, maintenance améliorée..) 4

5 Démarches «Certification DGNB» 1. PRE-Check (Est-ce que le bâtiment est certifiable?) 2. Analyse des potentiels du projet (Efficacité énergétique du bâtiment, ratio surface nette / surface brute, flexibilité du bâtiment, matériaux utilisées, revitalisation d une friche industrielle, utilisation eau potable, etc) 3. Définition du niveau d excellence (Or, Argent, Bronze) 4. PRE-Certificat pour la vente / location des surfaces 5. Accompagnement du projet par le certificateur DGNB 6. Approbation des documents du projet par la DGNB 7. Certification 5

6 Un organigramme type de suivi de projet DGNB MAITRE D OUVRAGE P R O g - Programmation - Fixation de l objectif (GOLD, SILVER ) - Validation des choixc principaux - Financement - Inscription officielle du dossier Validation é n a B y Assister Synthétiser Coordonner AMO PROgéna - Assistance technique - Gestion administrative du dossier - Conseil; assistance à la décision - Relations courantes avec la DGNB - Coordination des divers intervenants : Echanges P W C Experts DGNB Baubiolog DIN/Energie Réunions Maîtrise d Œuvre Architecte BET Réunions Certificateur Agréé (SFS) ENTREPRISES 6

7 Exemple de pré certification 7

8 1. Qualité écologique 2. Qualité économique 3. Qualité socioculturelle 4. Qualité technique 5. Qualité des procès 6. Qualité du site 8

9 Le système DGNB 6 familles de critères - 49 critères: Qualité écologique (12 critères) 22,5 % Qualité économique (2 critères) 22,5 % Qualité socioculturelle (15 critères) 22,5 % Qualité technique (5 critères) 22,5 % Qualité des procès (9 critères) 10 % Qualité du site 2 Pondérations : (Evaluation de ce critère n a pas une influence au niveau d excellence du bâtiment) Le score maximal d un critère est 10 points Pondération des critères : 0,5 à 3 Pondération famille de critères : 10% ou 22,5 % 9

10 Exemple de fiche critère 10

11 Classification des projets dans 3 niveaux: 50% - 64,9 % BRONZE 65% - 79,9 % ARGENT > 80% OR 11

12 Exemple de valorisation 12

13 13

14 Les critères du système DGNB Qualité écologique 14

15 Les critères du système DGNB Qualité écologique Critères 1-5, 10,11 (vert) : sont une fonction de la consommation des énergies primaires (phases construction, exploitation et démolition) et des matériaux choisis (énergie grise). Consommation énergie primaire d un bâtiment pendant son cycle de vie: 20% Construction Exploitation 80% 15

16 Les critères du système DGNB Qualité écologique Critères 1-5, 10,11: Calcul du Bilan Ecologique avec EPD (Environmental Product Declaration) Exemple: Laine de verre ISOVER 16

17 Les critères du système DGNB Qualité écologique Critères 1-5, 10,11: Calcul du Bilan Ecologique avec EPD (Environmental Product Declaration) Exemple: Laine de verre ISOVER 17

18 Les critères du système DGNB Qualité écologique - Exemple de calcul Exploitation (Calcul selon DIN 18599) : Surface brute : 5000 m², L utilisation des énergies renouvelables n est pas prévue Energie utilisée : Gaz Consommation énergie primaire du bâtiment : 134 kwh / (m²*a) Consommation annuelle : kwh / (m²*a) 1 kg de gaz est équivalent à l émission de 0,281 kg CO2 Emission de 188,27t de Co2 due à la consommation énergétique du bâtiment 18

19 Les critères du système DGNB Qualité écologique 19

20 Les critères du système DGNB Qualité écologique Critère 6 : Risque pour l environnement local Eviter les produits nuisibles pour l environnement dans la construction Isolants gonflés à l aide des gaz halogénés Substances avec un taux élevé de composés organiques volatiles Etc 20

21 Les critères du système DGNB Qualité écologique 21

22 Les critères du système DGNB Qualité écologique Critère 8 : Impact sur l environnement par l utilisation du bois d œuvre Objectif : Le bois utilisé doit provenir des sources durables. = Ou 22

23 Qualité écologique 23

24 Qualité écologique Critère 9 : Microclimat Réchauffement local dû aux agglomérations des constructions (critère n est pas appliqué dans les versions 2008 et 2009) 24

25 Qualité écologique 25

26 Qualité écologique Critère 14 : Besoin eau potable et génération des eaux usées Débit des robinets et WC s Installation des systèmes pour l utilisation des eaux pluviales 26

27 Qualité écologique 27

28 Qualité écologique Critère 15 : Utilisation antérieure du terrain Revitalisation des friches industrielles Ou Construction sur des espaces verts 28

29 Qualité économique 29

30 Qualité économique Critère 16 : Coûts pendant le cycle de vie (50 ans) 30

31 Qualité économique Critère 17 : Stabilité de la valeur de l objet Flexibilité du bâtiment par rapport au cloisonnement, changement des réseaux informatiques et électriques, réserves dans les gaines techniques pour une modification ultérieure (20% de réserves) Flexibilité par rapport à un changement d affectation (hôtel, appartements) Ratio Surface utile / Surface brute 31

32 Qualité socioculturelle et fonctionnelle 32

33 Qualité socioculturelle et fonctionnelle Critère 18 & 19 : Confort Thermique en hiver et en été Température opérationnelle Eventuels courants d air Asymétrie de la température de rayonnement Humidité relative de l air 33

34 Qualité socioculturelle et fonctionnelle Simulation thermique recommandée 34

35 Qualité socioculturelle et fonctionnelle Critère 20 : Hygiène de l atmosphère intérieure Objectif: Réalisation d un environnement sain pour les utilisateurs Atmosphère intérieure sans Composé organique volatile (COV), Formaldéhyde =>Mesure de la concentration COV et Formaldéhyde 4 semaines après achèvement =>Concentration COV > 3000 µg / m³ => le bâtiment ne sera pas certifié 35

36 Qualité socioculturelle et fonctionnelle Critère 21 : Confort acoustique Temps de réverbération / Effet d Echo 36

37 Qualité socioculturelle et fonctionnelle Critère 22 : Confort visuel Disponibilité lumière du jour Eblouissement Contact visuel de l utilisateur par rapport à l extérieur 37

38 Qualité socioculturelle et fonctionnelle Critère 23 : Influence par l utilisateur Possibilité d une influence de l utilisateur aux éléments suivants: Ventilation Protections solaires extérieures Stores intérieurs Températures pendant la période de chauffage Températures en dehors de la période de chauffage Eclairage 38

39 Qualité socioculturelle et fonctionnelle Critère 24 : Aménagement des toitures plates, entrées, balcons, etc. 39

40 Qualité socioculturelle et fonctionnelle Critère 25 : Sécurité et risques en cas d urgence Eclairage des chemins d accès Bornes d alarme Service de sécurité Critère 26 : Confort pour les personnes à mobilité réduite et handicapés Critère 27 : Ratio surface utile / Surface brute 40

41 Qualité socioculturelle et fonctionnelle Critère 28 : Flexibilité du bâtiment Hauteur libre des niveaux > 2,75m? Changement du cloisonnement possible facilement? Réseau informatique et électrique Existence d un système BUS Réserve dans les gaines techniques Changement du réseau possible facilement? Réseau Eau, Chauffage, Ventilation (Climatisation) Changement des réseaux possible facilement? 41

42 Qualité socioculturelle et fonctionnelle Critère 29 : Accessibilité au public Accessibilité du bâtiment au public Accessibilité des alentours au public Cafés, Bibliothèques ouverts au public dans le bâtiment Possibilité de louer des surfaces pour le public 42

43 Qualité socioculturelle et fonctionnelle Critère 30 : Confort pour vélos Ratio emplacements / m² (surface utile) Confort des emplacements (proche à l entrée principale, abri, ) 43

44 Qualité socioculturelle et fonctionnelle Critère 31 : Assurance de la qualité du concept architectural et urbanistique Concours d architecture? Qualité du concours (Compétence du jury, Suivi de l exécution par l équipe mentionné dans le concours?) 44

45 Qualité technique 45

46 Qualité technique Critère 33 : Protection d incendie Mesures de protection d incendie au-delà des exigences légales Critère 34 : Protection phonique Protection phonique vis-à-vis du bruit aérien extérieur Protection phonique vis-à-vis du bruit aérien des bureaux avoisinants Protection phonique vis-à-vis du bruit d impact Protection phonique vis-à-vis des installations techniques 46

47 Qualité technique Critère 35 : Qualité de l enveloppe du bâtiment Valeurs U moyennes des parties extérieurs du bâtiment Ponts thermiques Etanchéité à l air Points de rose et quantité d eau dans la façade Critère 40 : Facilité de Nettoyage et de maintenance du bâtiment Construction porteuse facile à nettoyer? Nettoyage des fenêtrés Maintenance des revêtements de sol Critère 42 : Facilité de Recyclage et de Démontage 47

48 Qualité du process 48

49 Qualité du process Critère 43 : Qualité de la préparation du projet Analyse des besoins par le Maître d ouvrage Fixation des objectifs pour le futur bâtiment Concours d architecture Etablissement d un concept d exploitation pour le futur utilisateur (p. ex. green IT afin de diminuer l apport des charges internes) Critère 44 : Planification intégrale Equipe de planification et Coordination de planification Qualification de l équipe de planification Intégration des critères de la construction durable dans toutes les phases Intégration des besoins des utilisateurs (enquête voisins) 49

50 Qualité du process Critère 45 : Complexité de la planification Etablissement des éléments suivants: Plan Général de Sécurité et de Santé Concept Energétique Concept Consommation d eau Optimisation lumière du jour / éclairage Plan de déchets Concept de Monitoring Concept de démontage / recyclage Concept de nettoyage et d entretien (D.A.O) Approbation des plans par des Tiers (Bureau de contrôle) Etablissement des comparaisons de variantes (énergétiques, matériaux, économiques) 50

51 Qualité du process Critère 46 : Prise en compte des Aspects de la construction durable dans les Bordereaux de soumission et lors de la choix des entreprises Intégration des aspects de la construction durable dans les bordereaux de soumission Définition des critères durables pour le choix des entreprises Critère 47 : Etablissement des bonnes conditions pour une Exploitation optimale du bâtiment Etablissement d une documentation du bâtiment Etablissement d un descriptif du bâtiment pour la maintenance, Nettoyage, Exploitation Dossiers «As built» Etablissement d un guide d utilisation 51

52 Qualité du process Critère 48 : Chantier, Exécution des travaux Respect de l environnement pendant la phase chantier dans les aspects Déchets Bruit Poussière Protection du sol et de l environnement Critère 49 : Qualité des entreprises désignées Contrôle et approbation des entreprises avant la désignation Application des règles élaborées par le Maître d ouvrage 52

53 Qualité du process Critère 50 : Assurance de la qualité pendant l exécution du projet Documentation des matériaux utilisés Contrôle de la qualité par des mesures (Blower-Door-Test,mesures acoustiques) Critère 51 : Préparation systématique de l exploitation du bâtiment 53

54 Qualité du site (Evaluation de ces critères n a pas une influence dans la version 2008) Critère 56 : Risques du site (Inondations, Tempêtes, tremblements de terre) Critère 57 : Bruit, Qualité de l air, Existence Radon, Champs électromagnétiques Critère 58 : Attractivité du quartier (Criminalité, Potentiels de synergie, etc.) Critère 59 : Liaison au réseau transport commun, pistes cyclables Critère 60 : A proximité des administrations, commerces, restaurants, etc. Critère 61 : Réseaux existants (DSL, Chauffage urbaine, etc.) 54

55 Avantages d une Certification DGNB People - DGNB comme un outil de Corporate Social Responsabilité (CSR) des entreprises (réalisation des lieux de travail confortables) Profit - Calcul et Optimisation des Couts du Cycle de Vie des immeubles - Construction des Immeubles flexibles et de valeur stable - Minimisation des risques économiques Planet - Calcul des énergies consommées pendant le cycle de vie - Utilisation des matériaux sains - Respect de l environnement pendant construction et exploitation 55

56 Contact Yapo Marius Bessekon Senior Manager Sustainability and Climate Change This publication has been prepared for general guidance on matters of interest only, and does not constitute professional advice. You should not act upon the information contained in this publication without obtaining specific professional advice. No representation or warranty (express or implied) is given as to the accuracy or completeness of the information contained in this publication, and, to the extent permitted by law, [insert legal name of the firm], its members, employees and agents do not accept or assume any liability, responsibility or duty of care for any consequences of you or anyone else acting, or refraining to act, in reliance on the information contained in this publication or for any decision based on it PricewaterhouseCoopers S.à r.l.. All rights reserved. In this document, refers to PricewaterhouseCoopers S.à r.l. Luxembourg which is a member firm of PricewaterhouseCoopers International Limited, each member firm of which is a separate legal entity.

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 L impératif du développement durable va transformer tous les secteurs économiques Capacité écologique

Plus en détail

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up www.pwc.com Petits déjeuners des PME & Start-up Robert Hinterberger Senior Manager Agenda 1. Suisse 2. et les PME 3. Les principales fonctions externalisées 4. Les avantages de l externalisation 5. Les

Plus en détail

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable www.pwc.ch/academy Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable 31 mai 2013 Marc Secretan Table des matières 1. Vue d ensemble 2. Dispositions 3. Présentation des comptes a. Bilan

Plus en détail

www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011

www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011 www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011 Intervenant André Maeder Partner Transaction Services Responsable du département de Transaction

Plus en détail

www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013

www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013 www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013 Bâle III n est qu une des réglementations à venir Toute une série d autres initiatives font

Plus en détail

Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up

Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up Advisory Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up Préambule Ce document est fondé sur le séminaire OREF du 28 septembre 2010 Yves Grangier Juriste, assistant manager PricewaterhouseCoopers

Plus en détail

www.pwc.co.uk La transparence budgétaire pour une meilleure gouvernance publique en Tunisie November 2013

www.pwc.co.uk La transparence budgétaire pour une meilleure gouvernance publique en Tunisie November 2013 www.pwc.co.uk La transparence budgétaire pour une meilleure gouvernance publique en Tunisie Plan 1. Introduction: le projet budgétisation et gouvernance publique transparente en Tunisie 2. Le plan du rapport

Plus en détail

www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès

www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès Agenda 1- Pourquoi la bancassurance? 2- La bancassurance dans le monde 3- Les modèles de la bancassurance

Plus en détail

Paying Taxes 2010 The Global Picture

Paying Taxes 2010 The Global Picture Paying Taxes 2010 The Global Picture Introduction : Les Intervenants Philippe Durand Avocat Associé Landwell & Associés Nicolas Jacquot Avocat Associé Landwell & Associés Arnaud Chastel Avocat Associé

Plus en détail

Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale

Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale Business Strategy Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale 4e étude mondiale sur les web-acheteurs Agenda Page 1 Le digital au cœur du parcours d achat 1 2 Dynamisme du commerce en ligne

Plus en détail

1. Vue d ense d mble m PwC Diapositive 3

1. Vue d ense d mble m PwC Diapositive 3 www.pwc.com 27 novembre 2012 Jean-Sebastien Lassonde Xavier Franquet Jean-Baptiste Bluche 1. Vue d ensemble Diapositive 3 1. Vue d ensemble Type d investisseur Compagnies d assurance Propriétaires Portefeuilles

Plus en détail

Global State of Information Security Survey 2013. Antoine Berthaut Director Business Technology

Global State of Information Security Survey 2013. Antoine Berthaut Director Business Technology Global State of Information Security Survey 2013 24 mai 2013 Etat des Lieux dans le monde, en Europe et en Suisse Antoine Berthaut Director Business Technology Que se passe-t-il? Mai 2013 2 Florilège d

Plus en détail

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S Il est courant pour les employeurs d octroyer à leurs employés des prêts préférentiels ou des subventions d intérêts. L économie

Plus en détail

Visite de chantier du nouveau bâtiment de l Administration de la nature et des forêts à Diekirch. Projets pilotes à énergie positive

Visite de chantier du nouveau bâtiment de l Administration de la nature et des forêts à Diekirch. Projets pilotes à énergie positive Visite de chantier du nouveau bâtiment de l Administration de la nature et des forêts à Diekirch Projets pilotes à énergie positive Dossier de presse 26 août 2014 Le nouveau bâtiment administratif pour

Plus en détail

Le nouveau droit comptable et ses conséquences pour votre entreprise

Le nouveau droit comptable et ses conséquences pour votre entreprise www.pwc.ch/academy Le nouveau droit comptable et ses conséquences pour votre entreprise 26 septembre 2012 Centre Patronal Programme 17h00 Introduction Dino Venezia, Président de la Fédération patronale

Plus en détail

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S 08/05/2015 www.bdo.lu A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S La loi du 24 juillet 2014 concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures est entrée en vigueur

Plus en détail

A v a n t a g e s e n n a t u r e

A v a n t a g e s e n n a t u r e 17/06/2015 www.bdo.lu A v a n t a g e s e n n a t u r e L imposition des avantages en nature au Luxembourg est basée sur le principe général selon lequel tous les avantages, tant en espèces qu en nature,

Plus en détail

Pose de la première pierre ADMINISTRATION DE LA NATURE ET DES FORETS A DIEKIRCH

Pose de la première pierre ADMINISTRATION DE LA NATURE ET DES FORETS A DIEKIRCH Pose de la première pierre ADMINISTRATION DE LA NATURE ET DES FORETS A DIEKIRCH DOSSIER DE PRESSE 4 décembre 2012 Historique Mars 2000 : Acquisition de l ancien Hôtel du Midi (83-85, avenue de la Gare)

Plus en détail

Nature Capitale Lyon Bilan Carbone

Nature Capitale Lyon Bilan Carbone www.pwc.com Nature Capitale Lyon Bilan Carbone juin 2011 Sommaire 1. Contexte et objectifs 1. Eléments de contexte 2. Objectifs du Bilan Carbone 2. Méthodologie 1. Le Bilan Carbone de l ADEME 2. Périmètre

Plus en détail

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE COMPLEXE CINEMATOGRAPHIQUE DU PLATEAU DE LA BRIE PROJET DE CINEMA SUR LE TERRITOIRE DE COULOMMIERS NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE: COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA BRIE DES

Plus en détail

MEMENTO MARS 2014. www.bdo.lu. Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg

MEMENTO MARS 2014. www.bdo.lu. Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg Nouvelles règles au 1 er janvier 2014 MEMENTO MARS 2014 www.bdo.lu 1 5 Mars 2014 Nouvelle convention fiscale entre

Plus en détail

ALM, vision économique vs comptable. Vague de changements pour l assurance. Problématiques d adéquation actif/passif

ALM, vision économique vs comptable. Vague de changements pour l assurance. Problématiques d adéquation actif/passif www.pwc.com ALM, vision économique vs comptable Vague de changements pour l assurance Projet de norme IFRS Assurance Problématiques d adéquation actif/passif Travaux récents de l IASB Juin 2012 2 «Une

Plus en détail

MEMENTO AVRIL 2010. www.bdo.lu

MEMENTO AVRIL 2010. www.bdo.lu MODIFICATION DES REGLES DE COORDINATION DES SYSTEMES DE SECURITE SOCIALE DANS LES PAYS DE L UNION EUROPEENNE A PARTIR DU 1 er MAI 2010 Règlement CE 883/2004 et règlements d application CE 987/2009 et CE

Plus en détail

LOI CONCERNANT L AIDE FINANCIERE DE L'ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES MEMENTO JUILLET 2014. www.bdo.lu

LOI CONCERNANT L AIDE FINANCIERE DE L'ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES MEMENTO JUILLET 2014. www.bdo.lu LOI CONCERNANT L AIDE FINANCIERE DE L'ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES MEMENTO JUILLET 2014 www.bdo.lu 1 11 Introduction Cher client, La loi concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures a

Plus en détail

Introduction générale Les Principes d une construction durable. Éco-conception du bâtiment

Introduction générale Les Principes d une construction durable. Éco-conception du bâtiment Introduction générale Les Principes d une construction durable Éco-conception du bâtiment Gerd Schablitzki, Agence fédérale d environnement, Dessau, Allemagne Jumelage Éco-Construction Atelier du 19 au

Plus en détail

Les pièces des habitations certifiées LEED sont plus confortables grâce à un système de récupération de chaleur.

Les pièces des habitations certifiées LEED sont plus confortables grâce à un système de récupération de chaleur. Les avantages LEED Environnement Les bâtiments certifiés LEED ont une empreinte écologique moindre car ils permettent de réduire la consommation d énergie et d eau, grâce aux équipements mécaniques et

Plus en détail

>I En savoir plus I Développement durable

>I En savoir plus I Développement durable g Qu est ce que c est? 1987 Rapport Brundtland Commission des Nations Unies sur l Environnement et le Développement «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans

Plus en détail

Construire ensemble un avenir durable

Construire ensemble un avenir durable Construire ensemble un avenir durable Qui sommes-nous Le Groupe Rockwool est le leader mondial des produits d isolation et de systèmes en laine de roche. Le groupe Rockwool emploie à l échelle mondiale

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

ADMINISTRATION DE LA NATURE ET DES FORETS A DIEKIRCH DOSSIER DE PRESSE

ADMINISTRATION DE LA NATURE ET DES FORETS A DIEKIRCH DOSSIER DE PRESSE ADMINISTRATION DE LA NATURE ET DES FORETS A DIEKIRCH DOSSIER DE PRESSE 9 octobre 2015 Historique Mars 2000 : Décembre 2001 : Acquisition de l ancien Hôtel du Midi (83-85, avenue de la Gare) pour les besoins

Plus en détail

Quartier Beau Soleil. Zone d Amd. Aménagement Concerté

Quartier Beau Soleil. Zone d Amd. Aménagement Concerté Quartier Beau Soleil Zone d Amd Aménagement Concerté Présentation générale du cahier des charges et de la démarche d accompagnement auprès des acquéreurs Cabinet D.LENOIR ACCOMPAGNEMENT DES PROJETS INDIVIDUELS

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

Ma maison Haute Qualité Environnementale:

Ma maison Haute Qualité Environnementale: Ma maison Haute Qualité Environnementale: les meilleurs choix à la conception. Conseils et exemples en Eco-construction Marc Somers Architecte & Architecte d intérieur Sommaire Introduction: Les 14+1 objectifs

Plus en détail

Le système de contrôle interne

Le système de contrôle interne Le système de contrôle interne Vendredi 27 février 2009 Muriel Sella Bassoli Titulaire du brevet d avocat Tax and Legal services Clémentine Largeteau Manager, Audit services 1 Les petits déjeuner des PME

Plus en détail

Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE

Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE 1 Le nombre de logements dont la SWL et ses sociétés agréées sont propriétaires s élève à 101.242 ; le montant annuel des investissements

Plus en détail

La RT 2012... 2. les labels énergétiques

La RT 2012... 2. les labels énergétiques 1.2.2. RT 2012 ChapitRe Règlementation thermique 1 - Réglementation et labels - Volet pratique La RT 2012... La Rt 2012, publiée au Journal Officiel le 27 octobre 2010, intègre les conclusions du Grenelle

Plus en détail

réhabilitation et aménagement durable

réhabilitation et aménagement durable LOGO - 8 JANVIER 2015 Couleur Rose Parme Quadri : C15/M50/Y15/B10 RVB : R184/V142/B161 Web : b88ea1 Pantone 514 C Couleur Grise Quadri : B60 RVB : R135/V135/B134 Web : 878786 Conseil en construction, Pantone

Plus en détail

GREEN BUILDING WEEK Visite du 24 Prony. 25 septembre 2014

GREEN BUILDING WEEK Visite du 24 Prony. 25 septembre 2014 GREEN BUILDING WEEK Visite du 24 Prony 25 septembre 2014 Présentation Covéa Immobilier Loïc Lecallo Le Groupe Covéa N 1 en assurance de dommage aux biens de particuliers en France, Covéa qui réunit les

Plus en détail

F R A I S D E R O U T E E T D E S E J O U R 2 0 1 4

F R A I S D E R O U T E E T D E S E J O U R 2 0 1 4 13/01/2015 www.bdo.lu F R A I S D E R O U T E E T D E S E J O U R 2 0 1 4 Le remboursement des frais de déplacements professionnels des salariés s effectue au Luxembourg soit sur base des frais effectifs,

Plus en détail

nest Rénovation appartement en toiture à Anderlecht Renovatie dakappartement te Anderlecht

nest Rénovation appartement en toiture à Anderlecht Renovatie dakappartement te Anderlecht nest Rénovation appartement en toiture à Anderlecht Renovatie dakappartement te Anderlecht Bâtiment Exemplaire Energie & Eco-construction 2009, Min d Environnement Bxl RE - USE - Revitalisation tissus

Plus en détail

Extrait du sommaire du Reef en ligne

Extrait du sommaire du Reef en ligne Extrait du sommaire du Reef en ligne Catalogue par ouvrage Maçonnerie gros œuvre Constructions métalliques Constructions en bois Atrerie - Fumisterie Façades et bardages Couvertures Etanchéité Menuiserie

Plus en détail

Principes de la réglementation concernant la performance énergétique des bâtiments fonctionnels

Principes de la réglementation concernant la performance énergétique des bâtiments fonctionnels Principes de la réglementation concernant la performance énergétique des bâtiments fonctionnels Présentation du Ministère de l Economie et du Commerce extérieur Journée Construction Acier 2011 Luxembourg,

Plus en détail

T h i m o n v i l l e. P l a n L o c a l d U r b a n i s m e. A n n e x e s a u r è g l e m e n t

T h i m o n v i l l e. P l a n L o c a l d U r b a n i s m e. A n n e x e s a u r è g l e m e n t T h i m o n v i l l e P l a n L o c a l d U r b a n i s m e A n n e x e s a u r è g l e m e n t Vu pour être annexé à la délibération du 20 décembre 2013 P L U Cachet de la Mairie et signature du Maire

Plus en détail

Petit-déjeuner des PME et des start-up Les clauses essentielles du contrat de travail et la clause de non concurrence

Petit-déjeuner des PME et des start-up Les clauses essentielles du contrat de travail et la clause de non concurrence Petit-déjeuner des PME et des start-up Les clauses essentielles du contrat de travail et la clause de non concurrence Emanuelle Brulhart Senior Manager Titulaire du brevet d avocat 25 janvier 2013 Audit.Tax.Consulting.Corporate

Plus en détail

Workshop «Pompes à chaleur» 07/12/2015

Workshop «Pompes à chaleur» 07/12/2015 Workshop «Pompes à chaleur» 07/12/2015 Bruxelles Environnement Rénovation du siège de l European Foundation House Stratégies de conception Marc-Antoine NOBELS MATRIciel Introduction Situation : 94 rue

Plus en détail

Quels sont les projets concernés par l étude de faisabilité des approvisionnements en énergie

Quels sont les projets concernés par l étude de faisabilité des approvisionnements en énergie Etude de faisabilité des approvisionnements en énergie dans le cadre de la mise en œuvre des critères d écoconditionalité des crédits territoriaux de la Région Avant propos Ce document est un outil de

Plus en détail

CSFE. La toiture-terrasse. La réponse à la démarche HQE

CSFE. La toiture-terrasse. La réponse à la démarche HQE CSFE La toiture-terrasse La réponse à la démarche HQE Sommaire Préambule La toiture-terrasse 03 La réponse à la démarche HQE 04-05 La réponse à la démarche HQE selon la destination de la toiture-terrasse

Plus en détail

Direction de la Communication - Hôtel de Ville de Cholet - Photos : Shutterstock - Phovoir- janvier 2010. C est quoi la HQE et le BBC?

Direction de la Communication - Hôtel de Ville de Cholet - Photos : Shutterstock - Phovoir- janvier 2010. C est quoi la HQE et le BBC? Direction de la Communication - Hôtel de Ville de Cholet - Photos : Shutterstock - Phovoir- janvier 2010 C est quoi la HQE et le BBC? VILLE DE CHOLET Eco construction 1- Relation du bâtiment avec son environnement

Plus en détail

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Conçu et équipé pour s adapter aux méthodes de travail et aux exigences de communications des nouvelles technologies, le nouvel immeuble

Plus en détail

QUELLES QUESTIONS POUR UNE ETUDE DE CAS? MODE EXPERT

QUELLES QUESTIONS POUR UNE ETUDE DE CAS? MODE EXPERT QUELLES QUESTIONS POUR UNE ETUDE DE CAS? MODE EXPERT Informations principales * Nom * Description * Concours * Année de construction * Année de livraison * Adresse * Code postal * Ville * Pays * Type de

Plus en détail

www.pwc.com/lu/sustainability La Certification Environnementale BREEAM Mai 2011

www.pwc.com/lu/sustainability La Certification Environnementale BREEAM Mai 2011 www.pwc.com/lu/sustainability La Certification Environnementale BREEAM Agenda BREEAM Historique Objectifs Niveaux de performance Champ d application (UK) BREEAM International Assessment Process BREEAM

Plus en détail

ISOvER PRÉSEnTE LEs LAURÉAts DE ses trophées EFFICACItÉ ÉnERGÉtIQUE

ISOvER PRÉSEnTE LEs LAURÉAts DE ses trophées EFFICACItÉ ÉnERGÉtIQUE Dossier de presse / Février 2014 ISOvER PRÉSEnTE LEs LAURÉAts DE ses trophées EFFICACItÉ ÉnERGÉtIQUE IsoVER organise depuis 2007 un concours dans toute l Europe, qui récompense les projets de construction

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib.

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib. Crédit Agricole CIB Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Paris, Jeudi 6 Février 2014 www.ca-cib.com Le marché Euro PP Le développement du marché Euro PP Volumes

Plus en détail

Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie

Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie Ingénierie Conseils en Maintenance, Etudes de Productivité et Benchmarking Energies Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie IMPACT DU DEVELOPPENT DURABLE SUR LA CONCEPTION

Plus en détail

CONSTRUIRE SELON LA RT 2012. Les clés pour comprendre la réglementation

CONSTRUIRE SELON LA RT 2012. Les clés pour comprendre la réglementation CONSTRUIRE SELON LA RT 2012 Les clés pour comprendre la réglementation Le Contexte de la réglementation P ortée par les enjeux climatiques et par l engagement de réduire par 4 les émissions de gaz à effet

Plus en détail

Réhabiliter, démolir, construire

Réhabiliter, démolir, construire Réhabiliter, démolir, construire Envirodébat Aix en Provence / Ecole nationale supérieure des Arts et Métiers le 10 décembre 2010 Pascal Gontier Architecte DPLG MAS EPFL Logements sociaux, 7 rue Desargues

Plus en détail

Séminaire de formation Nouvel Acte Ohada sur le Droit des Sociétés Commerciales et du GIE : Ce qu il faut savoir!

Séminaire de formation Nouvel Acte Ohada sur le Droit des Sociétés Commerciales et du GIE : Ce qu il faut savoir! Séminaire de formation Nouvel Acte Ohada sur le Droit des Sociétés Commerciales et du GIE : Ce qu il faut savoir! 30 Avril 2014 Le Méridien Re Ndama Libreville, Gabon Bienvenue Séminaire de formation Nouvel

Plus en détail

RECONSTRUCTION. Robert Schuman. Charenton-le-Pont - 94. Unité Lycées. PRÉSENTATION DU LYCÉE DONNÉES SYNTHÉTIQUES DE L OPÉRATION la Région

RECONSTRUCTION. Robert Schuman. Charenton-le-Pont - 94. Unité Lycées. PRÉSENTATION DU LYCÉE DONNÉES SYNTHÉTIQUES DE L OPÉRATION la Région RECONSTRUCTION Robert Schuman Charenton-le-Pont - 94 PRÉSENTATION DU LYCÉE DONNÉES SYNTHÉTIQUES DE L OPÉRATION la Région Charenton-le-Pont LYP ROBERT SCHUMAN 2, rue de l Embarcadère 94220 CHARENTON-le-PONT

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

QUELQUES QUESTIONS CHOISIES AUTOUR DU CONTRAT DE VENTE (GARANTIE, VENTE PAR INTERNET, ETC.)

QUELQUES QUESTIONS CHOISIES AUTOUR DU CONTRAT DE VENTE (GARANTIE, VENTE PAR INTERNET, ETC.) QUELQUES QUESTIONS CHOISIES AUTOUR DU CONTRAT DE VENTE (GARANTIE, VENTE PAR INTERNET, ETC.) Petit déjeuner des PME & start-up, 28 juin 2013 Karim Piguet, LL.M. Page : 1 PLAN I. Introduction II. III. IV.

Plus en détail

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES 2010-2013

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES 2010-2013 APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES 2010-2013 Eléments techniques complémentaires au cahier des charges 2012 et 2013 Ce document précise les conditions d éligibilité

Plus en détail

Construction durable

Construction durable Depuis 90 ans à votre service... Construction durable selon les normes pour habitations passives www.linden.be www.pamaflex.eu Bilan énergétique dans la maison classique 1. Pertes par les murs et les fenêtres

Plus en détail

Sommaire général détaillé

Sommaire général détaillé Sommaire général détaillé 1 - Les établissements accueillant des personnes âgées (MR.1) Chap. 1 Les maisons de retraite : une réalité complexe (MR.11)... 31 1/1 Généralités (MR.111)... 31 1/2 La typologie

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale :

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : 1 -la politique sectorielle 2 - les applications au sein

Plus en détail

Maison AA Natura DOSSIER. de PRESSE Un nouveau concept d habitat qui concilie qualité de vie et d usage avec écologie et accessibilité pour tous

Maison AA Natura DOSSIER. de PRESSE Un nouveau concept d habitat qui concilie qualité de vie et d usage avec écologie et accessibilité pour tous SEPTEMBRE 2011 DOSSIER de PRESSE Un nouveau concept d habitat qui concilie qualité de vie et d usage avec écologie et accessibilité pour tous Maison AA Natura Inscrite dans une démarche de développement

Plus en détail

Et si ma voiture se mettait à parler à la vôtre?

Et si ma voiture se mettait à parler à la vôtre? Et si ma voiture se mettait à parler à la vôtre? Automotion Fleet Club 25 Mars 2014 Bruno Magal Agenda Etapes de l évolution 1. Equipement 2. Connectivité 3. Intelligence Impact sur le secteur automobile

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

Construisons en aluminium pour les générations futures

Construisons en aluminium pour les générations futures Construisons en aluminium pour les générations futures La Haute Qualité Environnementale avec l aluminium Les qualités de l aluminium (résistance, légèreté, malléabilité, recyclabilité ) répondent aux

Plus en détail

Emmanuel Cosgrove ecosgrove@ecohabitation.com

Emmanuel Cosgrove ecosgrove@ecohabitation.com Emmanuel Cosgrove ecosgrove@ecohabitation.com Écohabitation est un organisme à but non lucratif qui facilite l émergence d habitations saines, économes en ressources et en énergie, abordables, accessibles

Plus en détail

PETIT GLOSSAIRE DU LOGEMENT DURABLE

PETIT GLOSSAIRE DU LOGEMENT DURABLE PETIT GLOSSAIRE DU LOGEMENT DURABLE Bilan Carbone : Le Bilan Carbone, une marque déposée par l ADEME (Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie), est un outil de comptabilisation des émissions

Plus en détail

Les Vitrages à Isolation Renforcée

Les Vitrages à Isolation Renforcée Les Vitrages à Isolation Renforcée Vitrage à Isolation Renforcée En neuf et en réhabilitation, les VIR s imposent en tant que solutions efficaces et rentables Glasstec : 24 oct 2006 1 Les Vitrages à Isolation

Plus en détail

Énergies renouvelables

Énergies renouvelables REFERENCES : 9 ISORE BATIMENT 1 Rue Louis Renault ZI du Millenium 53 940 Saint Berthevin Tél. : 02 43 66 96 51 Fax : 02 43 66 86 88 Email : p.laruaz@isore-batiment.fr Effectif : 45 salariés Activité :

Plus en détail

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS mountee: Energy efficient and sustainable building in European municipalities in mountain regions IEE/11/007/SI2.615937 D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS Nom du projet-pilote

Plus en détail

Le siège d EDF en Corse à Ajaccio

Le siège d EDF en Corse à Ajaccio DOSSIER DE PRESSE 12 NOVEMBRE 2012 Le siège d EDF en Corse à Ajaccio Une vitrine moderne pour l efficacité énergétique Un geste simple pour l'environnement, n'imprimez ce message que si vous en avez l'utilité.

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2015

OFFRE DE FORMATIONS 2015 Centre de Ressources, d Accompagnement et de Formations pour la Construction Durable et la Performance Énergétique en Aquitaine 159 Avenue de l alouette 33700 Mérignac OFFRE DE FORMATIONS 2015 LA CDPEA

Plus en détail

François Bausch. Ministre du Développement durable. et des Infrastructures

François Bausch. Ministre du Développement durable. et des Infrastructures 1 2 3 Préface Face aux besoins croissants en matière d équipements collectifs, le Ministère du Développement durable et des Infrastructures continue à persévérer dans son effort en ce qui concerne l extension

Plus en détail

Petit-déjeuner des PME et des start-up Etre indépendant : les formes juridiques possibles Des conseils pour bien choisir

Petit-déjeuner des PME et des start-up Etre indépendant : les formes juridiques possibles Des conseils pour bien choisir Petit-déjeuner des PME et des start-up Etre indépendant : les formes juridiques possibles Des conseils pour bien choisir Emanuelle Brulhart Senior Manager Titulaire du brevet d avocat 30 mars 2012 Audit.Tax.Consulting.Corporate

Plus en détail

LOCAUX COMMUNS CREATION D'UNE PEPINIERE D'ENTREPRISES ESQUISSE N 2 RDC R+1 R+2 R+3 TOTAL Accueil 47 473 m2 Bureau administration 15 Local repro/archives 12 Petite salle de réunion 35 Salle de conférence

Plus en détail

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE. Responsabilité et autorité Maîtrise d ouvrage directe

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE. Responsabilité et autorité Maîtrise d ouvrage directe GUIDE MÉTHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE Responsabilité et autorité Maîtrise d ouvrage directe ORGANIGRAMME GENERAL Maîtrise d Œuvre Interne au Cg Service Marché Utilisateurs Maintenance Directions

Plus en détail

LA MENUISERIE EN BOIS

LA MENUISERIE EN BOIS LA MENUISERIE extérieure EN Introduction Les menuiseries extérieures en bois participent au clos de l habitat. Elles assurent notamment l aération et l éclairage des locaux et contribuent à l esthétique

Plus en détail

Concevoir et construire un bâtiment «zéro énergie» L école du Centre à Pantin

Concevoir et construire un bâtiment «zéro énergie» L école du Centre à Pantin Concevoir et construire un bâtiment «zéro» L école du Centre Méandre, architecture urbanisme et environnement - Emmanuelle Patte - 2008 PROGRAMMATION exemple de l Ecole Plan QE du site Volet DD et QE du

Plus en détail

Mémoire technique Aide à la rédaction

Mémoire technique Aide à la rédaction Mémoire technique Aide à la rédaction Pour apprécier la valeur technique de l offre, le maître d ouvrage peut exiger des candidats la fourniture d un mémoire technique. Deux cas de figure s offrent alors

Plus en détail

Champis. Éco lotissement. Garnier. présentation. Alja Darribère Conception éco-lieux

Champis. Éco lotissement. Garnier. présentation. Alja Darribère Conception éco-lieux Champis Éco lotissement Garnier Alja Darribère Conception éco-lieux présentation Présentation Principes L'écolotissement Garnier, lotissement durable Le lotissement écologique repose sur des principes

Plus en détail

Le Centre communal de Ludesch

Le Centre communal de Ludesch Le Centre communal de Ludesch adresse : maître d ouvrage : architecture : BET structure bois : construction bois : Raiffeisenstrasse 56 - A-6713 Ludesch (Vorarlberg) Commune de Ludesch (maire M. Paul Ammann)

Plus en détail

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous!

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous! Remboursez nous! Marre d avoir froid Énergie trop chère Isolons nous! Isoler plus pour dépenser moins LA RT 2012 OU COMMENT RÉDUIRE MES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES EN CONSTRUISANT MA MAISON DANS LE RESPECT DE

Plus en détail

Témoignage REHABILITATION en bureaux

Témoignage REHABILITATION en bureaux Témoignage REHABILITATION en bureaux Image projet Communauté de communes Cœur du Var Novembre 2009 P r é s e n t a tio n : C h a n ta l LAR R O U TU RE Contexte Communauté de communes Cœur du Var Bureaux

Plus en détail

Emmanuel Cosgrove ecosgrove@ecohabitation.com

Emmanuel Cosgrove ecosgrove@ecohabitation.com Emmanuel Cosgrove ecosgrove@ecohabitation.com Écohabitation est un organisme à but non lucratif qui facilite l émergence d habitations saines, économes en ressources et en énergie, abordables, accessibles

Plus en détail

Thermique, acoustique, feu Des conseils de pros pour les pros.

Thermique, acoustique, feu Des conseils de pros pour les pros. Thermique, acoustique, feu Des conseils de pros pour les pros. 11.11.09 Utilité de l isolation pour le développement durable Christoph Blaser, Responsable CPI, SG-ISOVER SA Table des matières 1. Exigences

Plus en détail

Le certificat PEB. - La classe énergétique. - Emissions de CO2. - Recommandations. - Informations administratives. David Deweer

Le certificat PEB. - La classe énergétique. - Emissions de CO2. - Recommandations. - Informations administratives. David Deweer Le certificat PEB David Deweer Session d information 16 juin 2011 DEPARTEMENT PEB Certificats PEB: Caractéristiques - La classe énergétique - Emissions de CO2 - Recommandations - Informations administratives

Plus en détail

Les toits verts, les toits blancs et les toits haute performance : distinguer les faits de la fiction NRCC-50444F. Paroli, R.M.; Gallagher, J.

Les toits verts, les toits blancs et les toits haute performance : distinguer les faits de la fiction NRCC-50444F. Paroli, R.M.; Gallagher, J. http://irc.cnrc-nrc.gc.ca/ Les toits verts, les toits blancs et les toits haute performance : distinguer les faits de la fiction NRCC-50444F Paroli, R.M.; Gallagher, J. Une version de ce document se trouve

Plus en détail

Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux

Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux Bâtiments Matériaux Opérations Installations Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux B ÂTIMENTS L atelier d architecture Pascal Gontier a construit une maison passive à Issy-les-Moulineaux.

Plus en détail

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur Introduction En Europe, le secteur «bâtiment» consomme plus du tiers de l énergie globale. De ce fait, les logements représentent le plus grand gisement d économies d énergie. Ainsi, l amélioration de

Plus en détail

METAMORPHOSE un projet pour Lausanne. Vevey / 20 mai 2008

METAMORPHOSE un projet pour Lausanne. Vevey / 20 mai 2008 METAMORPHOSE un projet pour Lausanne Vevey / 20 mai 2008 Programme de législature: une continuité Quatre thématiques principales : 1 Les équipements sportifs à Lausanne 2 Les quartiers à haute valeur environnementale

Plus en détail

Pose de la première pierre du nouveau siège social de l Oph 93 à Bobigny

Pose de la première pierre du nouveau siège social de l Oph 93 à Bobigny Dossier de presse Pose de la première pierre du nouveau siège social de l Oph 93 à Bobigny Introduction Le vendredi 26 avril 2013 à 17h à Bobigny Pose de la première pierre du nouveau siège de l Oph 93

Plus en détail

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? Pour réduire les déperditions de chaleur Améliorer l efficacité énergétique Faire des économies d énergie Réduire les flux d air non maîtrisés Améliorer

Plus en détail

ADMINISTRATION / POUVOIRS PUBLICS

ADMINISTRATION / POUVOIRS PUBLICS ADMINISTRATION / POUVOIRS PUBLICS PROGRAMME 2015 AVEC LE SOUTIEN DE PROGRAMME 2015 ADMINISTRATION / POUVOIRS PUBLICS LISTE DES COURS CAS en Architecture climatique CAS Management de l énergie Cours SIA

Plus en détail

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS RESTAURANT SCOLAIRE ET HALL DE SPORTS CONFERENCE DE PRESSE 20 mai

Plus en détail

LA MEILLEURE ET LA PLUS NATURELLE ISOLATION THERMIQUE AU MONDE. NOUS SOUHAITONS VOUS PRESENTER ICI

LA MEILLEURE ET LA PLUS NATURELLE ISOLATION THERMIQUE AU MONDE. NOUS SOUHAITONS VOUS PRESENTER ICI NOUS SOUHAITONS VOUS PRESENTER ICI LA MEILLEURE IDEE QUE NOUS N AYONS JAMAIS EUE. CAR N EST-CE PAS LA CHOSE LA PLUS SIMPLE ET LA PLUS NATURELLE QUE DE VOULOIR AVOIR BIEN CHAUD? ON A BESOIN POUR CELA D

Plus en détail