CONSEIL COMMUNAUTAIRE Séance du 14 MARS 2013 DELB PROCES VERBAL DE SEANCE - ADOPTION.-

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL COMMUNAUTAIRE Séance du 14 MARS 2013 DELB-20130058 - PROCES VERBAL DE SEANCE - ADOPTION.-"

Transcription

1 CONSEIL COMMUNAUTAIRE Séance du 14 MARS 2013 DELB PROCES VERBAL DE SEANCE - ADOPTION.- M. le Président.- Je vous propose de bien vouloir adopter le procès-verbal de la séance du Conseil Communautaire du 31 janvier 2013 et de prendre la délibération suivante : LE CONSEIL COMMUNAUTAIRE, VU le Code Général des Collectivités Territoriales ; VU le procès-verbal de la séance du Conseil Communautaire du 31 janvier 2013 ; Après en avoir délibéré, DECIDE : - d'adopter le procès-verbal de la séance du Conseil Communautaire du 31 janvier COMMUNAUTE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE Conseil Communautaire du 31 JANVIER 2013 APPEL NOMINAL DELB APPEL NOMINAL.- L an deux mille treize, le jeudi trente-et-un janvier, à dix-huit heures, Les Membres du Conseil de la Communauté de l Agglomération Havraise, légalement convoqués le jeudi 24 janvier 2013, se sont réunis dans la salle du Conseil Municipal de l Hôtel de Ville du Havre, sous la présidence d Edouard PHILIPPE, Président. Etaient présents : Edouard PHILIPPE, Agathe CAHIERRE, Daniel PETIT, Valérie EGLOFF, Jean-Paul LECOQ, Patrice GELARD, Daniel FIDELIN, Gilbert CONAN, François GUEGAN, Jean MOULIN, Maria- Dolorès GAUTIER-HURTADO, Maryvonne LEBAS, Jean-Michel VALLERY, Jean-Baptiste GASTINNE, Jean-Louis MAURICE, Hubert BENARD, Christian GRANCHER, Claude BOURDIER, Pascal CORNU, Jean-François MASSE, Bertrand BINCTIN, Antoine RUFENACHT,

2 Marc MIGRAINE, Olivier JOUGLA, Florent SAINT-MARTIN, Jean-Luc SALADIN, Sandrine VAUTIER, Jean-Pierre LAMARE, Alban BRUNEAU, Marc GUERIN, Jean-Gabriel BRAULT, Odile FISCHER, Antoine VIVIEN, Alain RICHARD, Georges ALEXANDRE, Membres titulaires, Luc LEMONNIER, Laëtitia DE SAINT-NICOLAS, Thierry LEROUX, Pierre LEVASSEUR, Jean- Louis LEROUX, Philippe BACHELET, Membres suppléants. Conformément aux dispositions de l'article L du Code Général des Collectivités Territoriales, Agnès FIRMIN-LE BODO, Jean-Louis ROUSSELIN, Daniel SOUDANT, Benoît BIED-CHARRETON, Brigitte DUFOUR, Chantal ERNOULT, Patrick TEISSERE, Gilles BELLIERE, Alexandre LEMAITRE, Didier MARTIN, Roger GUILLEMANT excusés étaient respectivement représentés par Jean MOULIN, Alain RICHARD, Maryvonne LEBAS, Jean- Baptiste GASTINNE, Antoine RUFENACHT, Jean-François MASSE, Luc LEMONNIER, Thierry LEROUX, François GUEGAN, Gilbert CONAN, Philippe BACHELET. Francis SELLIER, Membre Titulaire, était excusé mais non représenté. Daniel OZANNE, démissionnaire, ne siège plus au Conseil Communautaire. Christophe ARGENTIN, Maire de la Commune Associée de Rouelles assistait à la séance avec voix consultative. DELB SECRETAIRE DE SEANCE - DESIGNATION.- M. PHILIPPE : Alban BRUNEAU a été désigné Secrétaire de séance. DELB PROCES-VERBAL DE SEANCE ADOPTION DELB DELEGATIONS DONNEES AU BUREAU ET AU PRESIDENT PAR LE CONSEIL COMMUNAUTAIRE - ENVOI AU CONTROLE DE LEGALITE - COMMUNICATION.- Le conseil prend acte AMENAGEMENT - HABITAT ET LOGEMENT DELB HABITAT - ANRU - QUARTIER TELTOW - GONFREVILLE-L'ORCHER - CONVENTION - AVENANT N 1 - SIGNATURE - AUTORISATION.- Mme CAHIERRE : Ce dossier concerne un avenant à la convention ANRU pour la rénovation du quartier Teltow à Gonfreville-l'Orcher. C est un avenant qui récapitule les modifications apportées au projet, mais sans incidence financière pour la CODAH. DELB HABITAT - ANRU - QUARTIERS SUD - LE HAVRE - CONVENTION - AVENANT DE SORTIE - SIGNATURE - AUTORISATION.- Mme CAHIERRE : La convention de l ANRU portant sur les quartiers sud arrive à échéance, puisqu elle a pris fin le 28 janvier Dans cette délibération, nous vous proposons de signer

3 l avenant de sortie, qui précise le bilan de l opération ANRU sur les quartiers sud. Dans ce cas encore, il n y a pas d incidence financière pour la CODAH. DELB HABITAT - FONCIER - PROGRAMME D'ACTION FONCIERE - GAINNEVILLE - RUE DE LA LIBERATION - ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE NORMANDIE - SOLLICITATION - EXTENSION DU PERIMETRE - PRISE EN CHARGE - AUTORISATION.- Mme CAHIERRE : Cette délibération concerne un nouveau terrain que nous souhaitons mettre dans le programme d action foncière porté par l Etablissement Public Foncier de Normandie (EPFN). Il s agit d un nouveau terrain à Gainneville, en vue de l extension d une opération de restructuration de son centre bourg, et qui comprendra la réalisation de nouveaux logements. Nous avons intégré la demande de Gainneville en Bureau, et cette délibération est conforme à ce qui a été dit. Encore une fois, il n y a pas d incidence financière pour cette délibération. DELB HABITAT - PROGRAMMATION PRODUCTION DE LOGEMENTS - LOCATIF SOCIAL - ACCESSION - PROGRAMME LOCAL DE L'HABITAT (HORS ANRU) - VALIDATION.- Mme CAHIERRE : Il s agit de la présentation habituelle du programme de la construction de logements sociaux pour Les services Habitat de la CODAH ont mené une enquête auprès des bailleurs, pour bien mesurer les différents programmes prévus pour l année Nous sommes au dessus des objectifs pour la construction de logements sociaux, et nous progressons dans le volet Accession sociale à la propriété, puisque nous notons dans ce programme, 79 logements construits par la PFN au Havre. DELB HABITAT - PROGRAMME D'ACTION FONCIERE - GAINNEVILLE - RUE DE LA LIBERATION - RACHAT - HABITAT 76 - DESIGNATION - VALIDATION.- Mme CAHIERRE : Les délibérations 9, 10, 11 et 12 concernent des terrains que nous demandons à l EPFN de porter pour le compte des communes. Le dossier n 9 concerne la commune de Gainneville, pour une opération conduite par Habitat 76. DELB HABITAT - PROGRAMME D'ACTION FONCIERE - MANNEVILLETTE - RUE D'ESTOUTEVILLE - RACHAT - IBS - DESIGNATION - VALIDATION.- Mme CAHIERRE : Le dossier n 10 concerne la commune de Mannevillette pour une opération conduite par IBS. DELB HABITAT - PROGRAMME D'ACTION FONCIERE - OCTEVILLE-SUR- MER - CHEMIN SAINT-SUPPLIX - RACHAT - SEMINOR - DESIGNATION - VALIDATION.-

4 Mme CAHIERRE : Le dossier n 11 concerne la commune d Octeville-sur-Mer, pour une opération menée par Séminor. DELB HABITAT - PROGRAMME D'ACTION FONCIERE - SAINTE-ADRESSE - RUE CHARCOT - RACHAT - CIFN DIALOGE - DESIGNATION - VALIDATION.- Mme CAHIERRE : Le dossier n 12 concerne la commune de Sainte-Adresse, pour une opération menée par Dialoge. DEVELOPPEMENT DURABLE SANTE PUBLIQUE DELB DEVELOPPEMENT DURABLE - ESPACE INFO ENERGIE - COMMUNAUTE DE COMMUNES CAUX ESTUAIRE - CONVENTION DE REMBOURSEMENT - RECONDUCTION - SIGNATURE - AUTORISATION.- M. PHILIPPE : Cette délibération a pour objet d autoriser la signature d une convention entre Caux Estuaire et la CODAH pour le remboursement des frais occasionnés par une permanence assurée un jour par semaine d un conseiller info-énergie de la CODAH, sur le territoire de Caux Estuaire. DELB SANTE PUBLIQUE - ATELIERS SANTE VILLE D'AGGLOMERATION - AGENCE REGIONALE DE SANTE (ARS) - AGENCE NATIONALE POUR LA COHESION SOCIALE ET L'EGALITE DES CHANCES (ACSE) - APPELS A PROJETS - SUBVENTIONS - SOLLICITATION - AUTORISATION.- M. PHILIPPE : Cette délibération fait référence à l atelier Santé Ville d agglomération. Il s agit de nous autoriser à solliciter des financements auprès de l Agence Régionale de Santé (ARS), de l Agence Nationale pour la Cohésion Sociale et l Egalité des chances (ACSE), et éventuellement auprès d autres financeurs, pour maximiser les recettes et permettre de continuer à dérouler ce dispositif. DELB SANTE PUBLIQUE - PROMOTION DE LA SANTE - ASSOCIATION FRANCE ALZHEIMER - SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT - ATTRIBUTION.- M. PHILIPPE : Cette délibération a pour objet de nous permettre d attribuer une subvention pour l année 2013 à l association France Alzheimer Le Havre Caux. Il s agit d accompagner cette association dans son activité. ECONOMIE - TRES HAUT DEBIT ENSEIGNEMENT SUPERIEUR RECHERCHE ET INNOVATION

5 DELB ECONOMIE - FONCIER - PARC D'ACTIVITES 'LES JONQUILLES' GAINNEVILLE - TERRAIN - ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE NORMANDIE - RACHAT - AUTORISATION.- M. GÉLARD : Dans cette délibération, il s agit d acquérir un terrain, qui a été porté par l EPFN durant 5 ans. Cette période venant à expiration, nous devons acquérir ce terrain pour le parc d activités des Jonquilles, pour la valeur de ,84 euros, frais de notaire compris. DELB ECONOMIE - JOURNEES DU NOUVEL OBSERVATEUR DU 7 AU 9 FEVRIER INTERET COMMUNAUTAIRE - CONVENTION DE PARTENARIAT - SIGNATURE - AUTORISATION.- M. GÉLARD : Le Nouvel Observateur organise régulièrement, dans l ensemble du territoire national, des journées durant lesquelles de nombreuses personnalités viennent prendre la parole, au cours de débats. Une trentaine de débats relatifs au thème «Bataille des villes-monde» sont organisés, ce qui correspond parfaitement aux préoccupations qui sont les nôtres, dans le cadre du Pôle métropolitain à bâtir. Par conséquent, dans cette délibération, nous devons d une part reconnaître l intérêt communautaire, autoriser le versement d une participation financière d un montant de euros, et signer une convention de partenariat avec la société Le Nouvel Observateur, afin de définir les conditions de versement et de contrôle. M. LECOQ : Je vais faire court, car nous pourrions développer sur cette question. Ces journées du Nouvel Observateur au Havre représentent une magnifique opération de communication. C est un sujet dont on nous a tout de même un peu habitué, en ce qui concerne le port et tout ce qui tourne autour, à comprendre que la ville du Havre était quand même maître chez elle, et avait l habitude de prendre ses décisions sur ces questions portuaires, ce qui se justifie complètement. La ville du Havre finance ces journées du Nouvel Observateur, et cela la regarde. En ce qui concerne la CODAH, je vous invite à ne pas retenir l intérêt communautaire sur cette opération de communication. J hésitais, car j ai failli utiliser le terme «propagande». Pourquoi? Parce que nous sommes à trois semaines du délai légal à partir duquel nous ne pouvons plus financer avec de l argent public des choses nouvelles en matière de promotion, qui valorisent l activité du maire sortant. Dans ma ville, j ai pris en compte cela bien avant, et mes collègues le savent, car nous appliquons cette règle depuis le 31 décembre. Ainsi, nos noms n apparaissent plus nulle part, et nous n engageons plus d opération de valorisation de la ville, de manière à ce que l espace démocratique soit respecté, même si nous savons que la loi nous permet d aller jusqu au mois de mars. Ma ville ne souhaite pas contribuer à une opération que nous pourrions qualifier de «politicienne», si nous étions méchants je ne vais pas dire «politicienne», mais «politique» qui consisterait à cette date, à mener cette opération avec Le Nouvel Observateur. Un déroulement une semaine juste après les élections, ou une semaine au milieu du mandat, cette question peut s examiner. Mais, je ne pense pas que cette opération relève de la CODAH. Maintenant, que la ville du Havre paye cela, je peux le comprendre, mais pas la communauté. C est pourquoi, je voterai «contre» l intérêt communautaire. M. PETIT : J attaquerai sur un autre angle. Aujourd hui, il nous est demandé de prendre une décision concernant une participation à cette journée, le sujet ayant été discuté le 11 janvier en conférence puis en Bureau. Or, il semblerait que la décision ait été prise dès le 10 janvier, dans la mesure où ceux qui lisent Challenges, le frère jumeau du Nouvel Observateur, ont pu voir une publicité avec la CODAH comme partenaire. Donc, j invite mes collègues à s abstenir sur cette décision, puisqu il ne faut pas que nous soyons une chambre d enregistrement. M. GASTINNE : Qu il y ait une part de communication dans cette manifestation, cela me paraît évident. Il y a un plateau assez exceptionnel et je crois qu il y a une double opportunité à faire venir ces personnes pour discuter au Havre et dans l agglomération du Havre. Il y a une double opportunité pour l agglomération, et non pas seulement pour la ville du Havre, d abord parce que le visage de notre agglomération a beaucoup changé en raison d aménagements et de travaux très récents, qui ont

6 été inaugurés récemment. Je pense au Grand stade, au nouveau tramway, et je crois que nous avons tout intérêt à faire connaître ce nouveau visage de notre agglomération. Je pense que c est un moyen de faire connaître le changement, et la modernisation substantielle de notre agglomération. La deuxième opportunité, c est le thème même retenu pour ces journées. Il me semble que le thème «des villes-monde» et la place que peut avoir Le Havre dans le renforcement de Paris en tant que ville-monde, est un sujet d intérêt communautaire, surtout à un moment où ce projet est complètement en panne. Depuis quelques mois, il n y a plus de conférence, de commissariat, et le sujet est complètement en panne. Personne ne le prend en main au niveau du Gouvernement, et je crois que nous avons tout intérêt à tout de même communiquer sur ce projet, car c est un projet qui conditionne en grande partie l avenir de notre agglomération. M. MIGRAINE : Il me semble que c est un évènement national, qui valorise Le Havre, mais aussi la CODAH, et même toute la Pointe de Caux. Il est donc assez légitime que la CODAH participe à son financement. M. PHILIPPE : Quelques mots pour répondre aux trois objections qui ont été formulées par certains de nos collègues. Je commence par l objection sur la date, et l idée que cette opération viendrait s inscrire dans un calendrier qui serait juste antérieur à une date qui en rendrait impossible sa réalisation et qu il s agirait en fait de contourner. D abord, deux arguments extrêmement simples. Le premier est que s il y a une date à partir de laquelle nous ne pouvons plus faire un certain type d opérations, c est bien pour qu elle soit respectée. Si nous nous mettons avant, par définition, nous sommes en cohérence avec la loi. Mais surtout, deuxième argument, c est qu en droit, je n ai absolument aucun doute sur le fait qu une opération de cette nature aurait pu être organisée après le 1 er mars. Il ne s agit pas d une organisation exceptionnelle, au sens où nous sommes dans une procédure qui existe. Le Nouvel Observateur dont nous pouvons penser que c est un journal qui voudrait faire la propagande du maire du Havre, mais nous pouvons aussi en douter un petit peu, car je ne suis pas sûr que ce soit, a priori, le plus favorable à des idées que je peux parfois défendre organise ce type d événements de façon régulière, dans des villes très différentes, quelle que soit leur majorité. Les thèmes choisis ont évidemment un rapport avec la situation locale, mais enfin, quand nous parlons de ville-monde, en l occurrence, nous parlons de Paris et non pas du Havre. Lorsque nous parlons de ville-monde, nous parlons des transformations du grand espace parisien avec Le Havre et son ouverture sur la façade maritime, qui permettent à Paris, et donc à la France, d entrer en compétition dans des conditions plus favorables, face à Shanghai, New York, Bombay, ou Londres. Donc, en réalité, il ne s agit pas de parler du Havre dans cette opération, et d ailleurs quand nous regardons les thèmes qui sont traités dans l opération, un certain nombre peuvent éventuellement donner lieu à des discussions sur Le Havre. Un certain nombre et je dirais une immense majorité de ces thèmes sont beaucoup plus généraux, et ne seront pas traités de la façon la plus havraise que l on puisse imaginer. Donc, pour la date, je pense qu il n y a pas d interrogation à avoir, ou plus exactement, je n en ai pas, et je suis assez serein. Sur la nature de l opération : opération de communication, opération de propagande. Là encore, je pense que l examen des invités montre le souci des organisateurs de respecter une pluralité d opinions, qui est manifeste. Il est vrai que l ouverture est assurée par Valéry Giscard d Estaing, mais la clôture est assurée par Manuel Valls. Quand je vois Yannick Jadot et Brice Lalonde, je n ai pas le sentiment de voir des invités, qui par nature, seraient d accord avec moi. Ni même quand je vois Edouard Martin et Patrick Braouezec ou Pierre Larrouturou. Il y a donc des opinions diverses, des intervenants de qualité, qui viennent s exprimer au Havre, c est vrai, sur des questions qui ne sont pas simplement havraises, et qui viennent partager avec un public le plus large possible, des opinions, des différences, des débats, qui sont, à mon avis, d intérêt commun. Enfin, un mot pour évoquer la question de la décision qui aurait déjà été prise. Je reconnais que c est toujours difficile, mais ce n est pas la première fois que nous le voyons, de devoir prendre des décisions et de devoir s engager et de concilier à la fois les impératifs de la communication grand public, et les impératifs de la décision et du calendrier politique et légal de la prise de la décision. Comment cela se passe? Nous nous engageons vis-à-vis d un partenaire en disant : «nous avons envie de participer avec vous à cette opération, et nous avons même envie qu elle se tienne au Havre, plutôt qu à Marseille ou ailleurs». Ce faisant, il est vrai que nous prenons un engagement. Mais, cet engagement de partenariat, qui est pris en l occurrence par le président de la CODAH, ne lie en rien le conseil communautaire. Le conseil communautaire est l instance légale qui prend la décision ou pas de s associer à ce partenariat. Je pense, et j espère fortement qu il y aura une majorité à la fois pour

7 reconnaître l intérêt communautaire et pour aller dans le sens de cette délibération. Mais, s il y avait une majorité contraire, la CODAH ne serait pas partenaire, ce qui poserait un problème pour les organisateurs. Ils devraient régler, avec d autres partenaires peut-être, ou avec des partenaires privés, ou sur leurs fonds propres. En même temps, si je ne prends cet engagement, au moment de vous proposer la délibération, la CODAH n est nulle part, sur aucun document, dans aucune des instances qui lui permettrait de participer à l organisation de cette affaire. Il me semble, mais c est une appréciation que je livre à la sagacité du conseil communautaire, qu il est de l intérêt de la CODAH et qu il est utile pour notre territoire de participer à ce débat, et de faire en sorte que ce débat ait lieu sur notre territoire. Voilà, mes chers collègues ce que je peux dire en réponse aux interventions qui ont été formulées. Je conçois tout à fait que nous ne soyons pas d accord avec cet avis, mais je pense utile, au moins, de préciser ces éléments. Le vote doit intervenir en deux temps, le premier concerne la reconnaissance de l intérêt communautaire. Je vous rappelle qu il faut une majorité des deux tiers. Ensuite, nous voterons la délibération proprement dite. Je me permets d indiquer, à la fois aux membres du conseil communautaire et peut-être plus largement grâce à la presse qui est présente, que ces journées sont gratuites, et que la qualité des débats devrait inciter le plus grand nombre de nos concitoyens sur tout le territoire de l agglomération à participer à ces débats, à échanger et à formuler des points de vue, le cas échéant. La délibération est adoptée par 37 voix pour, 3 contre, 6 abstentions DELB ECONOMIE - LE HAVRE - ZONE DU PRESSOIR - INTERET COMMUNAUTAIRE - RECONNAISSANCE - CREATION - ASSISTANCE A MAITRISE D'OUVRAGE - ETUDES DE CONCEPTION - CONSULTATIONS - MISE EN OEUVRE - AUTORISATION.- M. GÉLARD : La délibération n 18 concerne la zone du Pressoir, où il s agit de reconnaître l intérêt communautaire en ce qui concerne la construction, la gestion et la commercialisation d un ensemble immobilier de bureaux d une surface totale de mètres carrés sur une parcelle de mètres carrés. Ensuite, il s agit de prendre acte de la mise en œuvre de consultations pour la réalisation des missions de maîtrise d œuvre et d assistance à maîtrise d ouvrage nécessaires à la conduite du projet, et le cas échéant, d autoriser le président à solliciter différentes aides financières liées à cette prestation et de demander une dérogation autorisant à commencer les prestations avant les décisions éventuelles de subvention. M. PETIT : Sur l intérêt communautaire, je crois que nous pouvons nous poser la question, mais ce n est pas l essentiel. C est un projet où nous engageons une somme importante, et c est la première fois que j entends : «même si nous n avons pas les subventions, on y va, mais une fois que nous sommes partis, on va jusqu au bout». Cela veut dire qu éventuellement, c est la CODAH qui va subir l ensemble du projet. Pour cette raison, nous nous abstiendrons, à moins que la phrase que j ai mentionnée ci-dessus soit retirée. M. LECOQ : Seulement pour clarifier un peu nos compétences. A Gonfreville-l'Orcher, nous avons inauguré en 2012 une pépinière d entreprises de même type, construite dans un matériau un peu révolutionnaire «CEMATERRE», dans un projet ANRU. A ma connaissance la CODAH ne nous a pas accompagnés par rapport à ce financement, parce que nous ne savions pas que nous pouvions déclarer l intérêt communautaire sur ce type de bâtiment. Cela nous aurait bien arrangés d avoir l intérêt communautaire par rapport au financement de ce bâtiment. Mon souci, cela fait peut-être 10 ou 15 fois que je le dis, c est que la ville du Havre se donne assez rapidement l intérêt communautaire. Elle pose la question à la CODAH, et comme c est le même individu qui est maire du Havre et président de la CODAH, l intérêt communautaire vient assez vite. Par contre, nous ne connaissons pas la règle au départ, et donc, nous ne pouvons pas développer des projets en disant que dans le cadre de l intérêt communautaire, de la compétence CODAH, nous pourrons porter ce projet. Cela se détermine toujours à la fin. Je suis un peu surpris, car le cadre n est pas bien défini. Je l ai déjà dit plein de fois

8 sur les questions de santé. En tout cas, le cadre n est pas ouvert à tout le monde et n est pas lisible par tout le monde. Donc, si le président pouvait faire en sorte que le cadre communautaire soit le plus lisible possible pour les 17 interlocuteurs de la CODAH, ce serait bien. Ou alors, tout le monde le sait sauf moi. En tout cas, cela m étonnerait, car je ne rate pas une seule réunion. M. PHILIPPE : Je rends hommage à votre assiduité. Juste un mot pour dire que je comprends que vous ne trouviez cela pas clair, parce que si vous comparez ce projet à une pépinière d entreprises, il y a une vraie différence. Accessoirement, Gonfreville-l'Orcher a construit des pépinières d entreprises, et je crois que c est utile parce que cela permet d apporter un service aux entreprises qui se créent et qui vont se développer. Gonfreville-l'Orcher le fait, peut-être que d autres communes le font. Le Havre le fait aussi sans solliciter la CODAH sur ce point. Il s agit d un projet un peu différent. Il s agit, sur une offre d immobilier d entreprises qui n existe pas dans l agglomération, de se lancer, non pas avec pour objet de se transformer en un «manager» de pépinières d entreprises, mais dans le but de construire, d accueillir puis de vendre. C'est-à-dire qu il s agit d amorcer une pompe, et d attirer. Ce projet est le fruit d un travail et d une analyse proposée par Le Havre Développement, qui a identifié un certain nombre d opérateurs et de marchés sur lesquels avoir un coup d avance permettait de mieux accueillir des entreprises. Donc, il s agit bien de s inscrire dans cette idée d accueillir des entreprises en leur proposant quelque chose qui existe déjà, et qui les attend. Il y a donc, et je le conçois volontiers, une petite prise de risque, quelque chose qui relève du pari. Cependant, c est un pari fondé sur une analyse des marchés et sur l idée que justement, nous pouvons accueillir au Havre ce type d opération. Il s agit de cela, et non pas d une pépinière d entreprises, qui au Havre en tout cas, relève de la commune et que nous avons déjà financé en propre ou avec d autres partenaires que la CODAH. M. LECOQ : Pour préciser et vous faire dire les choses avec précision. J ai utilisé le mot «pépinière d entreprises», mais cela n en est pas une. Ce sont des mètres carrés de bureaux, en ce qui concerne «CEMATERRE», et qui sont loués. Donc, cela peut peut-être s assimiler, mais je ne connais pas la définition exacte de ce que l on appelle pépinière d entreprises. Je crois qu il y a des services communs dans les pépinières d entreprises, ce qui n est pas le cas chez nous. Par définition, et c est ce que vous venez de nous dire, cela signifie que ces mètres carrés ne seront jamais loués, et la CODAH s y engage. Elle les construit et elle les vend. Elle ne participera pas du tout à la location, car sinon, c est la même chose que chez moi. Nous serions dans le même cas de figure. Mais, si c est à vendre, effectivement, ce n était pas le cas chez nous, car les terrains étaient à louer. Donc, nous sommes dans un cas différent, et je peux l entendre. M. PHILIPPE : En tout cas, la perspective est clairement de les vendre. Est-ce que cela commence par une location? Est-ce que c est une location? La perspective, c est clairement cela. Ce n est pas de porter de l immobilier d entreprises, mais d amorcer la venue d entreprises grâce à de l immobilier en blanc, construit à coûts très faibles, pour pouvoir attirer des entreprises. C est concrètement l objet. Il ne s agit pas d une zone d activités tertiaire. Peut-être que nous pourrions le défendre, mais en tout cas, ce n est pas comme cela que je le présente. Non, car pour avoir une zone, il faudrait avoir un zonage, il faudrait avoir quelque chose de vaste. Or, ce n est pas comme cela que je le présente. Là aussi, il s agit d abord de reconnaître l intérêt communautaire. La délibération est adoptée par 39 voix pour, 7 abstentions DELB ECONOMIE - LH FORUM - PLANET FINANCE SERVICES - AVENANT SIGNATURE - SUBVENTION - ATTRIBUTION - AUTORISATION.- M. GÉLARD : Nous sommes là en terrain connu, puisque vous vous rappelez tous que l année dernière, par délibération du 10 mai 2012, le conseil communautaire avait décidé de reconnaître le caractère communautaire de l organisation du LH Forum. De plus, vous vous souvenez tous également de ce forum, puisque l édition 2012, qui s est tenue les jeudi 13, vendredi 14 septembre 2012 a connu une participation importante, la venue de spécialistes et d experts, et a suscité un intérêt réel auprès de la communauté havraise mais aussi au niveau national. Dans la convention qui nous liait à Planet Finance services, il était prévu d organiser éventuellement une seconde manifestation l année suivante, c'est-à-dire en Devant le succès de la prestation 2012, il s impose de refaire la même expérience en 2013, avec les mêmes conditions financières. C est

9 la raison pour laquelle cette délibération vous demande d autoriser le président à signer l avenant prévu à la convention de partenariat d une part, et d autre part, d attribuer la subvention de euros, équivalente et égale à celle de l année dernière. M. LECOQ : Nous avons déjà dit beaucoup de chose l an dernier sur cette opération. On nous avait promis une grande opération de communication sur la nouvelle économie, l économie positive. Pour ceux qui ont suivi ce forum et qui peuvent le suivre sur internet, ils peuvent voir que c est tout de même un forum qui aborde «l évolution de la pensée dominante», mais qui n aborde pas de contradictions. Plus personne ne peut dire que l économie actuellement en œuvre sur notre planète est la panacée. Si certains le disent, je ne sais pas où ils habitent, mais en tout cas, pas chez nous. Nous sommes dans un système où tout se délocalise, ou l emploi industriel est cassé. Mes concitoyens ne savent plus comment ils seront mangés. Ils ne savent pas si Renault va rester, si Aircelle va rester. Ils voient des usines se construire au Maroc, en Roumanie, et en Algérie avec Renault. Et face à cela, ils attendent que les experts en économie proposent et réfléchissent à des choses qui garderaient les usines ici, et qu ils ne disent pas qu ils vont remplacer les emplois industriels par du microcrédit, avec des petites activités personnelles, à la manière africaine, une économie de pays pauvre. Je n ai pas envie que mon pays devienne un pays pauvre. Mon pays est un pays riche, c est la cinquième puissance économique du monde, et je veux qu il le reste. Je veux que l on prenne des décisions et que nous parlions d économie pour qu il le reste. Je crois que nous ne prenons pas les bonnes décisions, et que ce forum ne vient pas compléter la réflexion nécessaire, pour que de bonnes décisions soient prises dans ce domaine. Ensuite, si nous regardons les coûts : euros. Ce n est pas rien, ajoutés aux euros de tout à l heure, en termes de communication, ce n est pas mal. Pour l agglomération, c est tout de même un beau petit budget. Je sais que les salariés de Renault Sandouville ont un projet de déconstruction, pour tenir l usine. Les «Trafic» vont venir, mais l usine ne fabrique plus que 100 «Laguna» par jour, donc cela commence à partir. L «Espace» part à Douai bientôt et le «Trafic» n est pas encore totalement arrivé. Donc, les salariés cherchent à avoir une autre économie avec leur usine, en plus du «Trafic». Ils ont donc un projet qui nécessite une étude de euros, qu ils proposent en financement à toutes les communautés d agglomération autour de Renault (Caux Vallée de Seine, Caux Estuaire, la CODAH). La CODAH a répondu par la négative à ce projet. Il s agissait d une étude pour vérifier s il est pertinent d amener un espace de déconstruction ici. Non seulement la CODAH a répondu non à cela, mais rappelez-vous il y a quelques années, les anciens salariés des Ateliers-chantiers du Havre avaient travaillé à un projet de déconstruction navale, en disant que Le Havre pouvait avoir un grand port ouvert sur le monde, et une économie à travers la déconstruction navale. Nous nous rappelons tous du France qui a été se faire déconstruire en Inde, et je vous fais grâce du Clémenceau. Donc, nous avions ce projet. Les grands experts de l économie de l agglomération havraise souriaient quand nous parlions de déconstruction au Havre. Selon eux, c était un projet qui n avait aucun sens. Aujourd hui, le projet de déconstruction navale s installe en France, à Bordeaux, chez Alain JUPPE, le mentor de notre président. Personnellement, je n apprécie pas qu ici, nous rations des opportunités que nous avons travaillées, que nous refusions de travailler des opportunités, et que nous nous payons à coût de euros des choses dont on peut douter de l efficacité et de la pertinence. Pas en termes de communication, mais en termes d efficacité et de pertinence. Donc, je ne vote pas l intérêt communautaire et la subvention. Pour la déconstruction navale c est raté, mais pour l analyse et l étude de la déconstruction automobile qui pourrait s installer à Renault Sandouville, si cette question a été étudiée et rejetée en commission économique, je trouve que c est une erreur. Mais, en tout cas, la CODAH a écrit aux porteurs du projet en leur disant que cela ne relevait pas des orientations de la CODAH. Moi, je demande que ce soit revu, parallèlement à cette question. M. GUÉGAN : Je voterai également «contre» cette délibération. A la différence des journées du Havre organisées par le Nouvel Observateur, qui respectent, de par les invités et les thèmes traités, un équilibre déontologique, là il ne s agit pas de faciliter un échange et des débats à travers un journal comme la délibération précédente. Il s agit de verser des subventions à l association Planet Finance Services, qui a une certaine conception de l économie et de l évolution économique. Je connais surtout celle de son président Jacques ATTALI, qui est un spécialiste autoproclamé de l économie, mais plutôt spécialiste du «pansement sur la jambe de bois», si j ose dire. Autant il me semble légitime d aider à des débats à travers un journal qui respecte une certaine déontologie, autant il me semble peu légitime de financer une association dont nous savons qu elle porte en elle cette idéologie. Donc, je

COMMUNAUTE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE (CODAH) Extrait du Registre des Délibérations

COMMUNAUTE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE (CODAH) Extrait du Registre des Délibérations République Française Nombre de Conseillers en Exercice : 48 COMMUNAUTE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE (CODAH) Extrait du Registre des Délibérations L an deux mille douze, le quinze mars, à dix-huit heures,

Plus en détail

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR :

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Préambule du rapport n 12 Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Ce rapport vous propose d autoriser la signature d une convention de groupement de commandes entre CHAMBERY METROPOLE et la Ville de CHAMBERY afin

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Josy REIFFERS

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Josy REIFFERS Séance du lundi 16 juin 2008 DELEGATION DE M. Josy REIFFERS 305 Séance du lundi 16 juin 2008 D -20080318 Convention de partenariat entre la Ville de Bordeaux et l association Maison de l Emploi de Bordeaux.

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

CONSEIL COMMUNAUTAIRE Séance du 29 SEPTEMBRE 2011

CONSEIL COMMUNAUTAIRE Séance du 29 SEPTEMBRE 2011 CONSEIL COMMUNAUTAIRE Séance du 29 SEPTEMBRE 2011 DELB-20110319 - ECONOMIE - AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE - SMF TESSIER - INTERET COMMUNAUTAIRE - RECONNAISSANCE - SUBVENTION - ATTRIBUTION - CONVENTION

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Pour une réforme structurelle. de la formation professionnelle

Pour une réforme structurelle. de la formation professionnelle Pour une réforme structurelle de la formation professionnelle L accord du 14 décembre 2013 : ce qu il changera, au quotidien, pour les entreprises, les salariés et les demandeurs d emploi 20 13 POUR L

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite «L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT F A I S O N S CONNAISSANCE > VOUS ÊTES Dirigeant d une petite ou moyenne entreprise Repreneur d une entreprise

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 POINT EMPLOI GIP Ivry-Vitry Actions Mission Locale, PLIE, Cellule Insertion Participations pour l année 2014 EXPOSE DES MOTIFS La Ville participe à des actions

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION La performance achats Vous & nous pour transformer vos achats Crop and co Créateur de performance achats Depuis 2004, chez

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

LE LOGEMENT SOCIAL À CRAN-GEVRIER

LE LOGEMENT SOCIAL À CRAN-GEVRIER LE LOGEMENT SOCIAL À CRAN-GEVRIER «500 à 600 logements sociaux vont être construits dans notre ville entre 2014 et 2020» L édito de Pierre GEAY, Adjoint au maire chargé du Logement LE LOGEMENT, C EST NOTRE

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la conférence du CECOGEB le lundi 7 octobre 2013 Monsieur le Président du Conseil régional, Messieurs les Présidents des Chambres consulaires,

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 FR ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 Ce que j attends de moi, je l attends aussi de vous K.R. Ravindran Président élu du Rotary Lorsque je me suis adressé

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Les 21 et 22 novembre 2014

Les 21 et 22 novembre 2014 Présentation du 1 er Salon virtuel des mobilités Contexte du projet Le Collectif Ville Campagne et Evid@nce (Marque Innov 3d) ont choisi d unir leurs compétences et ressources pour réaliser et animer le

Plus en détail

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience 10952_VAE_p001p005.indd 5 22/05/08 11:47:18 FICHE 1 Le principe et les modalités de la VAE Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes

Plus en détail

2.1 J approfondis ma réflexion

2.1 J approfondis ma réflexion Je sais ce que je veux faire, mais j ai besoin de mieux savoir comment m y prendre. Quelles sont les étapes? Quelles sont les questions à se poser? Qui va pouvoir m aider? 2.1 J approfondis ma réflexion

Plus en détail

[LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES]

[LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES] 2015 [LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES] Programme de formations du 2ème semestre 2015 pour les acteurs de l Economie Sociale et Solidaire [SOMMAIRE] LA CO-OPERATIVE... 3 Nos formations professionnelles

Plus en détail

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ;

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ; Projet de fusion des associations fondatrices de fbs Alumni I - Objectif du projet de fusion Le Conseil d administration a validé lors du CA du 12 juin 2013 la décision de procéder à la fusion/absorption

Plus en détail

La rigueur alsacienne ne me laissait aucun doute sur la qualité du concept et sur la fiabilité de la démarche.

La rigueur alsacienne ne me laissait aucun doute sur la qualité du concept et sur la fiabilité de la démarche. Madame la Secrétaire Générale,.. Tester dans l Auxerrois, une invention d Alsace du Nord qui fonctionne depuis trois ans, était une excellente idée surtout quand je vous aurais dit que mon activité professionnelle

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

C est avec grand plaisir que j ouvre le séminaire de cette matinée, consacré aux nouvelles normes comptables de l Etat.

C est avec grand plaisir que j ouvre le séminaire de cette matinée, consacré aux nouvelles normes comptables de l Etat. Séminaire sur les normes comptables de l Etat Intervention d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Bercy, 1 er décembre 2003 Mesdames, Messieurs, C est avec grand plaisir

Plus en détail

FORMALISEZ VOTRE IDÉE DE CRÉATION D'ENTREPRISE

FORMALISEZ VOTRE IDÉE DE CRÉATION D'ENTREPRISE FORMALISEZ VOTRE IDÉE DE CRÉATION D'ENTREPRISE Vous avez une ou plusieurs idées? Vous voulez en parler avec d autres personnes pour avoir leur avis? Vous devez donc formaliser cette idée pour pouvoir l

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Table des matières. Introduction

Table des matières. Introduction Table des matières Introduction A la suite de l obtention de mon baccalauréat économique et social mention assez bien, je me suis dirigée vers la formation Gestion des Entreprises et des Administrations

Plus en détail

Valoriser son parcours professionnel

Valoriser son parcours professionnel Module - 1 Valoriser son parcours professionnel Vous devez vous préparez à intégrer le marché du travail. Pour cela, vous allez devoir apprendre à parler de vos études en termes professionnels et non disciplinaires.

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

RP2 / Lecture publique : empilement des compétences et des financements ou vraies complémentarités?

RP2 / Lecture publique : empilement des compétences et des financements ou vraies complémentarités? RP2 / Lecture publique : empilement des compétences et des financements ou vraies complémentarités? Animateur : Vice-président de l Association des bibliothécaires de France Deux thèmes apparaissent prégnants

Plus en détail

20 questions qui ont le pouvoir de changer votre vie

20 questions qui ont le pouvoir de changer votre vie 20 questions qui ont le pouvoir de changer votre vie Mes amis.es de l ACADÉMIE ZÉROLIMITE, Aujourd hui est le début d une nouvelle aventure: Celle de l ACADÉMIE ZÉROLIMITE. Plusieurs d entre vous génèreront

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

D autres exercent leur passion et mettent à profit de la collectivité leurs qualités mais n arrivent pas à en vivre, à pérenniser leur projet.

D autres exercent leur passion et mettent à profit de la collectivité leurs qualités mais n arrivent pas à en vivre, à pérenniser leur projet. Pourquoi un stage sur la relation à l argent? Nous sommes confrontés à l argent au quotidien et tellement peu de personnes se posent la question de son rapport l argent. Nous utilisons donc cette porte

Plus en détail

et vous Brochure d information à l usage des nouveaux bénéficiaires du RSA

et vous Brochure d information à l usage des nouveaux bénéficiaires du RSA et vous Brochure d information à l usage des nouveaux bénéficiaires du RSA Le revenu de solidarité active est une mission majeure du Conseil général des Hauts-de-Seine Le RSA? Le RSA a été créé pour vous

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION 2015 - INITIATIVE ASSOCIATIVE -

DEMANDE DE SUBVENTION 2015 - INITIATIVE ASSOCIATIVE - Association de Soutien à la Participation des Habitants DEMANDE DE SUBVENTION 2015 - INITIATIVE ASSOCIATIVE - Date limite de dépôt du dossier : Deux mois avant la date de réalisation Association : Intitulé

Plus en détail

Conseil RH Coaching Formation

Conseil RH Coaching Formation 30 ans d'expérience Management, conseil RH, développement des compétences, relation avec les IRP, recrutement Coaching individuel - Accompagnement en développement personnel et professionnel Conseil RH

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

«Quand utilité sociale rime avec performance économique»

«Quand utilité sociale rime avec performance économique» L entrepreneuriat social en Lorraine : un projet pour vous «Quand utilité sociale rime avec performance économique» «Les entreprises sociales partagent une même ambition : mettre leur projet entrepreneurial

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

«Entrepreneurs des quartiers»

«Entrepreneurs des quartiers» «Entrepreneurs des quartiers» Dossier de presse Pour surmonter les défis de la crise, le développement de l entreprenariat et de l activité économique dans les territoires en Politique de la Ville, constitue

Plus en détail

Le Syndicat National de la Banque et du crédit. en partenariat avec le. l expérience (VAE) Pour qui? Quand? Quelles démarches?

Le Syndicat National de la Banque et du crédit. en partenariat avec le. l expérience (VAE) Pour qui? Quand? Quelles démarches? Le Syndicat National de la Banque et du crédit en partenariat avec le des acquis Vdealidation l expérience (VAE) Pour qui? Quand? Quelles démarches? Sommaire Sommaire Qu est-ce que la VAE? Qu est-ce que

Plus en détail

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER Ce guide va vous proposer deux manières de profiter des jeux «Prêts à Parier» disponibles sur le site Promoturf. Ces pronostics sont le résultat d une amélioration majeure

Plus en détail

N 17 DEMANDE D'AIDE A L'INVESTISSEMENT A LA C.A.F. DE LA SAVOIE POUR 4 EQUIPEMENTS DE LA PETITE ENFANCE. Rapport de Françoise DORNIER

N 17 DEMANDE D'AIDE A L'INVESTISSEMENT A LA C.A.F. DE LA SAVOIE POUR 4 EQUIPEMENTS DE LA PETITE ENFANCE. Rapport de Françoise DORNIER N 17 DEMANDE D'AIDE A L'INVESTISSEMENT A LA C.A.F. DE LA SAVOIE POUR 4 EQUIPEMENTS DE LA PETITE Rapport de Françoise DORNIER Les établissements d accueil de la petite enfance accueillent en 2009, 700 enfants

Plus en détail

Association!Cinéma!l Ecran!!!! lundi!8!septembre!2014! 14,!passage!de!l Aqueduc! 93200!SaintADenis! Tel!:!0149336688!!

Association!Cinéma!l Ecran!!!! lundi!8!septembre!2014! 14,!passage!de!l Aqueduc! 93200!SaintADenis! Tel!:!0149336688!! AssociationCinémal Ecran lundi8septembre2014 14,passagedel Aqueduc 93200SaintADenis Tel:0149336688 Introduction Projetd extensionducinémal ECRAN Le cinéma l Ecran dans le centreaville existe depuis 1991(sa

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

Conseils pour votre recherche d entreprise

Conseils pour votre recherche d entreprise Conseils pour votre recherche d entreprise BPC-ESC Freyming BPC-ESC Metz 2 rue de Savoie 57800 FREYMING-MERLEBACH 03 87 94 54 98 06 19 73 07 63 www.bpc-esc.com contact@bpc-esc.fr Suivez notre page :Bpc-esc

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Quelques conseils pour votre récolte de fonds

Quelques conseils pour votre récolte de fonds Quelques conseils pour votre récolte de fonds En plus du défi sportif que représente le Biketour, un autre challenge vous attend : récolter le plus d argent possible au profit des programmes santé mère-enfants.

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH ENTRE LES SOUSSIGNES La Communauté de l Agglomération Havraise (CODAH), 19 rue Georges Braque

Plus en détail

Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies.

Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies. Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies. Vous êtes entre de bonnes mains avec BSI. Notre gamme de solutions efficaces de gestion des risques permettra à votre organisation

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

CONVENTION DE VERSEMENT DE SUBVENTION (CODAH / BATIROC NORMANDIE / SCI JACATHOCHA / PLS FRANCE)

CONVENTION DE VERSEMENT DE SUBVENTION (CODAH / BATIROC NORMANDIE / SCI JACATHOCHA / PLS FRANCE) CONVENTION DE VERSEMENT DE SUBVENTION (CODAH / BATIROC NORMANDIE / SCI JACATHOCHA / PLS FRANCE) Entre les soussignés, La Communauté de l Agglomération Havraise (CODAH), représentée par son Président, habilité

Plus en détail

VOUS AVEZ BESOIN D INFORMATIONS, DE CONSEILS SUR VOTRE PARCOURS PROFESSIONNEL?

VOUS AVEZ BESOIN D INFORMATIONS, DE CONSEILS SUR VOTRE PARCOURS PROFESSIONNEL? VOUS AVEZ BESOIN D INFORMATIONS, DE CONSEILS SUR VOTRE PARCOURS PROFESSIONNEL? NOUS VOUS PROPOSONS UN 1 er CONTACT Ouvert à toute personne. Savoir si vous dépendez du FONGECIF Champagne-Ardenne ou d un

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international. Seul le prononcé fait foi

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international. Seul le prononcé fait foi Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international Seul le prononcé fait foi Mesdames et messieurs les négociateurs, chers amis, Je tenais à être avec vous

Plus en détail

Convention pour l attribution d une subvention à l Ecole Nationale Supérieure Maritime afin de financer un colloque en 2011

Convention pour l attribution d une subvention à l Ecole Nationale Supérieure Maritime afin de financer un colloque en 2011 Convention pour l attribution d une subvention à l Ecole Nationale Supérieure Maritime afin de financer un colloque en 2011 ENTRE La Communauté de l Agglomération havraise, dont le siège est situé 19,

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

La qualité dans les organismes de formation

La qualité dans les organismes de formation Conception Henri HELL 12/2011 Présentation ISO 29990 Conception Henri HELL 30/11/2011 La qualité dans les organismes de formation Henri HELL Ingénieur d Action Régionale Auditeur QSE et automobile Délégation

Plus en détail

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Le 30 octobre 2006 TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Monsieur le maire. Lors de mes interventions au Conseil, vous m avez indiquez que je mélangeait les choses que je ne comprenais

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion et pilotage de projets de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription ATELIER CV Cet atelier vous aide à travailler ou retravailler votre CV : - repérage des compétences - mise en forme du CV - possibilité d insérer une photo - enregistrement de votre CV sur différents supports

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

Formations pour les élus :

Formations pour les élus : Formations pour les élus : Renforcer l'équipe d'élus Faire vivre le projet L'élu et les tiers Contact KIPP 3 place Monthioux 23500 Felletin 09 84 31 44 88 www.les kipp.fr Aurélie Martin 06 84 49 60 43

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Petits malheurs de la vie quotidienne Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - un document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara,

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Négocier avec son employeur

Négocier avec son employeur Thierry KRIEF Négocier avec son employeur Techniques de négociation commerciales appliquées au marché de l emploi, 2008 ISBN : 978-2-212-54138-0 Cas 1 Négocier un départ quand l entreprise veut vous garder

Plus en détail

h y b AUGMENTEZ LA SATISFACTION DE VOS CANDIDATS Votre processus de sélection est-il conçu pour attirer et retenir les meilleurs candidats?

h y b AUGMENTEZ LA SATISFACTION DE VOS CANDIDATS Votre processus de sélection est-il conçu pour attirer et retenir les meilleurs candidats? AUGMENTEZ LA SATISFACTION DE VOS CANDIDATS Votre processus de sélection est-il conçu pour attirer et retenir les meilleurs candidats? 150 540 209700 Clients Utilisateurs Enquêtes complétées h y b Chaque

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

ALLER PLUS LOIN D ANS L ELABORATION DE VOTRE PROJET

ALLER PLUS LOIN D ANS L ELABORATION DE VOTRE PROJET ALLER PLUS LOIN D ANS L ELABORATION DE VOTRE PROJET 1 Vous ressentez le besoin de faire un point, pour mieux cerner votre situation et envisager une évolution de votre carrière professionnelle. Pour vous

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail