Procès Verbal Conseil d'administration

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Procès Verbal Conseil d'administration"

Transcription

1 Procès Verbal Conseil d'administration 11 juillet 2011 en visio- conférence

2 Les CA de l'année 2011 Mardi 1er mars campus de Schoelcher Vendredi 8 avril campus de Fouillole Lundi 2 mai visio-conférence Lundi 23 mai visio-conférence Mercredi 8 juin campus de Schoelcher Lundi 11 juillet campus de Fouillole Vendredi 14 octobre campus de Fouillole (à venir) Mercredi 14 décembre lieu nd (à venir) 2

3 Émargement des membres du Conseil d'administration Nom Prénom Secteur électoral Pôle Présent Procuration CHERDIEU Jean-Pierre SEN 971 JANKY Eustase SEN/Médecine 971 MERIL Alex SEN/Médecine 971 Collège A : 9 COUPPIE Pierre Médecine 973 CLERGEOT Henri IESG/IUT 973 DEJEAN Alain CNRS 973 VIRASSAMY Georges Droit & économie 972 CELIMENE Fred Droit & économie 972 SAINT-CYR Philippe Droit & économie 972 Nom Prénom Secteur électoral Pôle Présent Procuration RUFFIE Sébastien STAPS 971 MOLINIE Jack SEN 971 THERESINE Christian SJE 971 Collège B : 9 PRIMEROSE Antoine IESG/IUT 973 TAMARIN Ollivier IUT 973 PIERRE-JEAN Isabelle IESG 973 AGLAE Marie-Joseph Droit & économie 972 HUNEL Philippe SEN/DSI 972 SAFFACHE Pascal LSH 972 Nom Prénom Secteur électoral Pôle Présent Procuration BIATOSS : 3 CELANIE Émile Adm. générale 971 ADONIS Sandrine SCUIO-IP 973 PORTECOP Olivier CRI-Martinique 972 3

4 Nom Prénom Secteur électoral Pôle Présent Procuration PEDURAND Richard SEN 971 Étudiants : 6 JUDOR Jimmy SJE 971 GUSTAVE Frédérick IESG 973 DELIMEAU Wilson IESG 973 REMY Miguel Droit et économie 972 AUGUSTE Stéphane DSI 972 Nom Prénom Secteur électoral Pôle Présent Procuration ANGELE Willy Entreprise 971 ATALLAH André Conseil Régional 971 BEAUCELIN Chantal Ville universitaire 972 BREDENT Georges Conseil Général 971 Personnalités extérieures : 15 CHERUBIN Antoine Pers extérieure 971 EUZET Georges Pers extérieure 973 GATIBELZA Josiane Ville universitaire 971 HAYOT Bernard Entreprise 972 HO-TIN-NOE Jocelyn Conseil Régional 973 LANDI Elisabeth Conseil Régional 972 OSENAT Marcel Pers extérieure 972 PORTHOS Christian Conseil Général 973 VAUGIRARD Raphaël Conseil Général 972 WEIMER Alex Ville universitaire 973 ZAMMIT Pierre Pers extérieure 973 Nom Prénom Secteur électoral Pôle Présent Représenté Recteurs : 3 DEVER Alain Recteur 971 ROBINE Florence Recteur 973 SIGANOS André Recteur 972 4

5 Émargement des invités au Conseil d'administration Nom Prénom Fonction Pôle Présent Représenté Invités permanents MENCE-CASTER Corinne VP CEVU 972 DANIEL Justin VP CS 972 TROMPETTE Thierry VP Étudiant 971 FERUS Angèle DGS 971 HUGUES Micheline Agent Comptable 971 MESSAGER Maryse DGS adjoint/drh 971 Nom Prénom Fonction Pôle Présent Représenté VPD/Cabinet PIETRUS Alain VPD/Dir Cab 971 GEOFFROY Michel VPD à la Recherche ARSENE Marie-Ange VPD aux RI 971 MARLIN Laurent Chef Cab Nom Prénom Composante/Serv Pôle Présent Représenté MONTAUBAN Jean-Gabriel Droit & économie 971 Directeurs composantes et services communs CARPIN Eric Droit & économie 972 HERTOGH Claude STAPS 971 BLANCHET Pascal Médecine 971 DORVILLE René IESG 973 BILBA Ketty SCUIO-IP 971 HOUDEBERT Sylvain SCD 971 SALOMON Christiane SUMPPS 971 FEDEE Simone SUAPS 972 SARLAT Paul CRI-G 971 CAZIMIR Gylise BAIP 971 HARIDAS Christian IUFC 971 Nom Prénom Fonction Pôle Présent Représenté HANOT Boris Contrôleur de gestion 971 Autres PAGO Gilbert Adm IUFM MARIE-ALIE Marie-Denise Adm IUFM

6 Récapitulatif des délibérations, décisions et engagements du CA du 11 juillet 2011 Objet Décision Mise en œuvre Approbation des PV des CA des 8 avril, 2 mai et 8 juin A l'unanimité Immédiate Rapport d'activité 2010 A la majorité Immédiate DECISIONS AYANT DONNE LIEU A UN VOTE Validation du Référentiel National des Équivalences Horaires Inapplicabilité du texte relatif aux vacataires dans nos territoires Intégration du personnel enseignant et CDD en charge de la coordination du passeport documentaire pour 24 à 36h dans la maquette A la majorité A l'unanimité A l'unanimité Décision Budgétaire Modificative N 3 et Affaires Financières A l'unanimité immédiate Nouvelle gestion des reliquats de crédits sur ressources affectées A l'unanimité 2012 Validation des Conventions, à l'exclusion des conventions 6 et 7 qui seront validées au prochain CA et la convention 21 qui est remplacée par la convention relative au Master Portugais Validation de la tarification de salles de l'iufm Martinique Droits de scolarité pour un D.U. Propositions du CEVU Propositions du CTP Avis favorable afin que les VP pôle puissent gérer toutes les demandes formulées par les associations A l'unanimité A l'unanimité A l'unanimité A l'unanimité A la majorité A l'unanimité Selon conventio Heures complémentaires : "règles de fonctionnement internes" de justification du "temps récupéré en "décharge" à établir ( Mr. Le Président du Conseil Scientifique) DECISIONS RESULTANT D'UN ÉCHANGE AU CA ENGAGEMENT DU PDT Documents pour les Conseils d'administration : utilisation du Serveur Prochain CA Référentiel : Bilan à faire au mois d'avril ou mai 2012 Avril - Mai 2012 Mr Aglaé - Texte sur les vacataires : rédaction d'un argumentaire solide d'ici juillet 2012 à l'attention du Ministère s dans le but d'obtenir une dérogation Référentiel : Conférenciers : leur cas est à consolider à la rentrée lors du premier CA car les composantes sont demandeurs d'un système très allégé pour les personnels appelés à effectuer moins de 15h d'enseignement sur une année universitaire. Référentiel : attente des remontées des rapports des collègues de l'ies reprenant précisément: "tâches précises effectuées, pour combien d'étudiants, nombre d'heures effectuées etc pour revoir le référentiel en fonction de leur cas Juillet 2012 Prochain CA 6

7 Procès-verbal Ordre du jour Après avoir salué l'assemblée, et fait le point sur le quorum, le Président rappelle l'ordre du jour : 1. Propos liminaires 2. Approbation des procès-verbaux des 8 avril, 2 mai et 8 juin Rapport d'activité Référentiel National des Équivalences Horaires 5. Décision Budgétaire Modificative N 3 et Affaires Financières 6. Affaires juridiques 7. Droits de scolarité pour un DU 8. Propositions du CEVU 9. Propositions du CTP 10. Questions diverses Ouverture du CA 1. Propos liminaires M. le Président expose dans ses propos liminaires les différents projets et actions en cours. L'enregistrement de la bande étant défaillant ils seront intégrés ultérieurement. L'exposé des différents points terminé M. le Président passe au point suivant. 2. Approbation des procès-verbaux 8 avril 2011 : M. le Président prend note des rectifications demandées par les membres du Conseil puis soumet le procès-verbal au vote du Conseil. Ce procès-verbal est adopté à l'unanimité. 2 mai 2011 : Aucune remarque ou demande de corrections n'étant demandée, M. le Président soumet le procès-verbal au vote du Conseil. Ce procès-verbal est adopté à l'unanimité. 8 juin 2011 : M. le Président prend note des rectifications demandées par les membres du Conseil puis soumet le procès-verbal au vote du Conseil. Ce procès-verbal est adopté à l'unanimité. 3. Rapport d'activité de l'année 2010 M. le Président remet une copie du rapport d'activité 2010 aux personnes n'ayant pas reçu le document par mail. M. le Président rappelle que ce document n'a pu être voté en raison de circonstances particulières connues de tous et sur lesquelles il n'est pas utile de revenir. Il poursuit en indiquant que ce rapport balaye l'ensemble des thématiques traitées en 2010 au sein de l'établissement et qu'il est le fruit de la collaboration de l'ensemble des acteurs travaillant à ses côtés, notamment : les vice-présidents, vice-présidents délégués et responsables de services communs dont la remontée d'informations a été précieuse. Seules deux personnes n'ont pas encore fait part de leurs observations sur ce rapport. Il profite de ce Conseil pour remercier ses collaborateurs pour l'excellent travail qu'ils ont accompli au 7

8 cours de l'année Compte-tenu de l'épaisseur du rapport, M. le Président propose que seuls les 8 points ci-après soient développés au cours du présent CA : 1. Négociation du contrat quadriennal, 2. Restructuration des laboratoires, 3. Mise en place du BAIP, 4.&5. La masterisation et l'intégration des 3 IUFM, 6.&7. Assainissement des heures complémentaires et la mise en place de la GASE, 8. Premiers travaux sur le passage aux RCE. 1. Négociation du contrat M. le Président rappelle que (1) c'est en 2010 que le contrat quadriennal, qui se transformera vraisemblablement un contrat quinquennal, a été voté. (2) Ce contrat met l'accent sur une plus grande professionnalisation en licence générale et sur le fait que l'université comporte désormais de plus en plus de licences professionnelles en son sein. M. le Président appelle de ses vœux le Dr de l'iut et ses collègues de Sciences afin que le nombre de licences professionnelles continue d'augmenter au sein de l'établissement. (3) Un renforcement au niveau des langues vivantes est largement constaté puisque l'on assiste à un doublement du volume horaire enseigné dans l'établissement (de 12h à 24h). (4) On note une augmentation du nombre de stages obligatoires pour les étudiants. (5) Une présence de plus en plus renforcée de professionnels dans la formation est constatée ce qui est positif car les étudiants doivent prendre conscience qu'étudier à l'université c'est également préparer leur insertion professionnelle. (6) Une offre de Master de plus en plus élargie mais surtout plus ancrée dans sa réalité quotidienne (bassin caribéen & monde américain d'une façon générale) et des masters de plus en plus professionnalisants. 2. Restructuration des laboratoires L'établissement, qui comportait jusqu'alors 23 laboratoires au sein de l'établissement, n'en comporte désormais plus que 19. L'objectif est de créer un environnement de recherche beaucoup plus compétitif avec une taille et une masse critique beaucoup plus acceptable pour éviter l'émiettement des laboratoires. C'est la raison pour laquelle les laboratoires classés "C" n'ont pas été reconduits mais il leur a été demandé de fusionner avec des laboratoires mieux classés, ("B" et "A"). M. le Président précise également qu'alors que l'intégration était en devenir, il a pris le parti de défendre un laboratoire de l'ex IUFM (maintenant École Interne - le CREF) en dépit de la réticence du Ministère à conserver ce laboratoire. Il indique que c'est Mme la vice-présidente du CEVU en personne qui a défendu l'intérêt que représente ce laboratoire pour le territoire guadeloupéen. M. le Président précise également qu'il a défendu les deux excellents laboratoires de médecine situés en Guyane et Martinique classés "A" et défendu la nécessité pour la Guadeloupe de disposer de son laboratoire, et c'est ainsi que le laboratoire de Mme le Professeur S. Duflot sur le cancer tête et cou a été habilité. 3. Mise en place du BAIP M. le Président indique que la mise en place du BAIP répond à une logique de renforcement de la professionnalisation des étudiants. Il rappelle que c'est dans ce cadre que l'université a procédé au recrutement de Mme Cazimir. L'objectif du BAIP est notamment de mettre en place un certain nombre d'ateliers permettant aux étudiants d'être plus performants et d'entrer dans une vraie logique de professionnalisation. Les actions suivantes concourent à cet objectif : "ateliers rédaction de CV", "cellules de professionnalisation", actions conjointes dans le cadre de la "fondation UAG/GBH" avec le diplôme DUMAR qui prouve qu'il est possible de répondre à la demande des entreprises par la mise en place de diplômes correspondant à la demande sociétale, "forum des métiers" dont le but est de mettre en relation les étudiants et les professionnels, et "signature de conventions" avec un certain nombre d'instituts et d'entreprises privées (MEDEF, Orange Caraïbes, AFD, Port autonome etc.) : 8

9 rapprochement de plus en plus fort entre l'université et les entreprises l'objectif étant de montrer que nos étudiants peuvent intégrer le monde du privé et irriguer de leur savoir le fonctionnement des entreprises locales. 4.&5. La masterisation et l'intégration des 3 IUFM M. le Président renvoie les membres du Conseil vers le site de l'uag qui comporte un document reprenant l'historique de tout ce qui a été fait à ce jour concernant la masterisation : visites, entretiens avec les partenaires et signatures de conventions en découlant. La masterisation a été par le CNESER le 22 juillet L'intégration, organisée sous l'égide de Mme la vice-présidente du CEVU, a conduit à la tenue de plusieurs réunions au Ministère auxquelles M. le Présent a participé en compagnie de Mme la vice-présidente du CEVU, son directeur de cabinet et des directeurs d'iufm. Ces réunions ont conduit à la mise en place d'une commission d'intégration qui s'est traduite par 7 réunions thématiques débouchant sur l'intégration du 1er mai 2011 et ce matin même, sur la signature de conventions avec les IUFM. Le processus a muri au cours de l'année 2010 pour déboucher aujourd'hui même sur des aspects très positifs. 6.&7. Assainissement des heures complémentaires et mise en place de la procédure GASE M. le Président rappelle qu'il a dû ordonner, après une mure et difficile réflexion, le gel du paiement des heures complémentaires entre fin 2009 et octobre 2010 dans la mesure où aucune visibilité n'étant possible sur ces heures, leur rémunération devenait impossible. M. le Président rappelle qu'il a fallu demander au contrôleur de gestion et à ses équipes de reprendre les 1300 dossiers concernés afin de vérifier si les heures étaient dues ou non. Ce travail, qui a pris plusieurs mois, est à présent terminé et a débouché sur la mise en place du dispositif "GASE" (Gestion Administrative des Services d'enseignement) qui, bien que complexe a le mérite de sécuriser les paiements tant côté enseignants que côté administration. Au 1er juin 2011, la somme de euros d'heures complémentaires a été payée et fin juillet la somme de plus euros d'heures complémentaires sera payée aux intéressés. M. le Président précise que pour l'année en cours, l'université a épuré plus de la moitié des heures complémentaires de l'établissement. Le reste suivra en août, septembre et probablement octobre afin de clôturer l'année. Il rappelle également que dans le passé ces heures complémentaires étaient payées avec un an, voire deux, de retard. M. le Président remercie le contrôleur de gestion et son équipe pour le travail qu'ils ont accompli dans le cadre de la procédure GASE. 8. Premiers travaux sur le passage aux RCE La fin de l'année 2010 a été concomitante aux premiers travaux sur le passage aux RCE : mise en place de la cellule de passage aux RCE, recrutement d'un chargé de mission RCE en la personne de M. Bernard, mise en place de différentes commissions (sur le système d'information globale etc.), exploitation du logiciel HARPEGE, et sur ce dernier point, M. le Président précise que tous les enseignants ont été intégrés sur HARPEGE, seuls les collègues des IUFM sont en cours d'intégration. Désormais, il suffira de faire une requête pour avoir des précisions sur les données RH. M. le Président rappelle qu'une note avait été adressée aux personnes concernées afin qu'ils vérifient les informations saisies à laquelle près de 90-95% ont répondu. M. le Président indique que le rapport d'activité a ceci de particulier qu'il regroupe les points forts, mais aussi les points faibles, en vue de leur amélioration. Ceci étant exposé, M. le Président passe la parole aux membres du Conseil. 9

10 M. MOLINIE souligne que depuis 2010 énormément de réformes, modifications et changements statuaires ont été absorbés tant par les enseignants que par le personnel administratif. Il lui semble souhaitable que l'on trouve le moyen de stabiliser un peu le système de sorte que le personnel administratif gérant les étudiants et les carrières aient le temps d'assimiler la masse de travail générée par les réformes et qu'ils retrouvent des conditions de travail plus stables et sereines faute de quoi il craint un découragement des administratifs qui ne voient pas le bout des réformes successives. M. le Président prend acte de cette observation dont il reconnaît la véracité. Il indique qu'en ce sens sa Présidence aura été difficile dans la mesure où beaucoup de réformes imposées par les instances de tutelle afin d'aboutir à une gestion plus saine et lisible de l'université sont tombées simultanément à la mise en place de réformes telles que la GASE etc., réformes qui s'avéraient fondamentalement nécessaires pour arriver à une meilleure gestion de l'établissement. Il admet cependant que le personnel administratif a été soumis à rude épreuve tant en 2009 qu'en 2010 et tient à les remercier non seulement pour leur bonne volonté, mais également pour le travail et les heures qu'ils ont consacrés pour aboutir à la mise en place desdites réformes. M.MOLINIE est également remercié pour sa forte implication dans la mise en place de la GASE. Suite à la remarque de M. AUGUSTE concernant la méthode de paiement des heures complémentaires, M. le Président indique qu'il ne pourra répondre précisément qu'à la clôture de l'exercice en fin d'année dans la mesure où toutes les heures n'ont pas encore été payées aux intéressés (à fin juillet près de auront été payés). Ceci étant, M. le Président indique que la somme de 1,8 million d'euros a été séquestrée en amont pour ces heures complémentaires (base de calcul : 1,7 million payés l'an passé majoré de pour cette année). M. le Président indique qu'il serait bon de s'interroger quant à la politique de publication des coûts sachant que certaines composantes consomment beaucoup plus que d'autres. A titre d'exemple, sur les payés au 1er juin 2011 : étaient destinés à la fac SJE Martinique (près de 50% du volume d'heures complémentaires) étaient destinés à la fac SJE Guadeloupe étaient destinés à la fac SEN étaient destinés à la Fac Lettres Martinique étaient destinés à l'iut Guyane étaient destinés à l'iesg étaient destinés à la Médecine étaient destinés aux STAPS étaient destinés au SUAPS (cette somme ne provient pas de l'établissement, mais de leurs propres ressources) étaient destinés au DSI. Ceci démontre que certaines composantes consomment énormément d'heures complémentaires et il s'agit maintenant d'étudier de façon urgente comment gérer les postes vacants dans l'établissement afin de faire baisser le nombre d'heures complémentaires et avoir du personnel titulaire. M. le Président fait remarquer au Conseil qu'il est désormais possible de connaître les montants payés, à quelles unités, et les raisons de l'utilisation d'heures complémentaires, ce qui permet une justification des sommes versées vis-à-vis des instances de tutelle, ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent. M. JUDOR, représentant étudiant, souligne deux points : (1) le volet sur la sécurité n'apparaît pas dans ce rapport ; et (2) il indique que s'agissant de la valorisation des diplômes, pour une université se voulant "de l'excellence", le fait qu'une compensation puisse avoir lieu sans garde-fou au niveau des semestres il lui semble contradictoire et préjudiciable à la valorisation du diplôme. M. le Président répond aux points soulevés : 1. Un paragraphe consacré à la sécurité aurait pu figurer dans ce rapport, mais il a 10

11 préféré se focaliser sur les points structurants, bien que ce point soit un point à ne pas négliger. 2. Ce point a longuement été débattu au CEVU. Beaucoup d'universités ont des modalités pédagogiques leur permettant d'avoir des taux de réussite très élevés et se positionner à un meilleur niveau dans les classements des Universités. L'UAG, quant à elle, fait preuve de tellement de rigueur, que cela s'en ressent sur son taux de réussite et la fait chuter dans les classements dans les dernières places. Il ne s'agit pas de tricher, mais de trouver un juste équilibre donnant une certaine valeur au diplôme et suffisamment de souplesse aux étudiants pour réussir. M. AGLAE remercie le Président pour les félicitations qu'il a adressées au personnel administratif, mais il aurait souhaité que l'on fasse également état de l'investissement et des heures passées par les enseignants sur ces réformes. M. le Président reconnaît la pertinence de cette remarque et s'en excuse. Il profite de ce conseil pour remercier notamment Messieurs HUNEL et MOLINIE qui ont très largement contribué à la concrétisation des réformes au titre de l'établissement sans pour autant que cela ne donne lieu à une contrepartie. M. RUFFIE demande quelle est la politique de l'université en matière de "Langues" puisque ce département consomme énormément de vacataires faute de professeurs de langues disponibles sur le campus. Le problème qui se pose est qu'il faut perpétuellement rechercher des vacataires à renouveler tous les 3 mois. Il s'interroge quant à une possible demande de détachement de professeurs au niveau du rectorat. M. le Président indique qu'effectivement l'enseignement des langues est consommateur de vacataires puisque l'université ne dispose pas de suffisamment de professeurs titulaires en mesure d'assurer ces cours. La solution serait en effet que les rectorats détachent des professeurs or il se trouve que la tendance actuelle est plutôt inversée, le rectorat reprend les enseignants qu'il a mis à disposition à l'uag (exemple: Mme SALOMON en Médecine). Plusieurs sollicitations ont été faites au niveau du rectorat afin d'obtenir plus d'enseignants, mais sans succès à ce jour. La seule solution disponible dans l'immédiat est l'utilisation de vacataires. Mme MENCE-CASTER indique qu'une partie des cours pourrait se faire sous forme d'auto-formation par le biais de formations en laboratoires de langues et salles multimédias, ce qui réduirait en partie les coûts. Une autre possibilité est à l'étude avec le rectorat par le biais de l'utilisation d'assistants de langues sous forme "d'ateliers de conversation", autre façon d'exploiter de manière dynamique ces heures de cours et bien plus efficace en mettant les étudiants face à des interlocuteurs "natifs". Des laboratoires de langues devront donc être mis à disposition des étudiants en accès libre pendant un certain temps avec possibilité de contrôle du nombre d'heures utilisées. Le reste des heures serait exploité de manière classique ce qui réduirait le nombre de vacataires nécessaires. Une Commission a été mise en place, mais qui ne fonctionne pas pour le moment, dans le but d'utiliser, avec le STIS notamment, un certains nombre d'outils. Des propositions seront faites d'ici la rentrée compte tenu du retard pris avec les dossiers CLES. M. MOLINIE fait remarquer que des solutions sous forme de "tutorat" pourraient être envisagées. A travers le tutorat, les individus ayant le niveau requis en anglais, mais également suffisamment de pédagogie, pourraient aider les plus faibles en les accompagnant et les corrigeant. L'utilisation des étudiants de langue maternelle anglaise pourraient être envisagée à cet effet (voir avec le BRI). Il souligne que c'est la pratique orale et en petits groupes, (pas nécessairement en groupes de TD) qui est essentielle. Il précise que le niveau de certains diplômes (TOEFL, CLES ) permettant aux étudiants de partir à l'étranger ou l'accès à des formations ou écoles etc. est très élevé et il faut en tenir compte. M. le Doyen MERIL indique, à l'attention de M. JUDOR, qu'il vient de recevoir un projet de nouvel arrêté pour une licence (au niveau national) qui sera discuté au CNESER dès le lendemain. Il indique que l'arrêté prévoit que ladite licence sera évaluée par les compétences (nouveauté), qu'un certain nombre de compensations y sont prévues mais surtout qu'il n'y aura pas de note éliminatoire. 11

12 Mme MENCE-CASTER se réjouit de ce passage à la compensation qui deviendra la règle. Elle indique que l'uag a amorcé la dynamique et est prête à entrer dans la configuration de la nouvelle licence. Aucune autre observation n'étant formulée, M. le Président propose de valider le rapport d'activité Délibération du CA du 11 juillet 2011 Ne prend pas part au vote 0 Validation du Rapport d'activité 2010 Abstention 0 Contre 0 Pour 100% Le Rapport d'activité 2010 est adopté à l'unanimité. 4. Référentiel National des Équivalences Horaires M. le Président indique au Conseil que ce document a été envoyé à chacun des participants par mail. Il rappelle que ce document aurait dû être adopté fin 2010, mais compte tenu de la charge de travail sur l'exercice 2010 avec notamment la mise en place de la GASE etc. un certain retard a été pris. Les documents de base ayant permis l'élaboration du document sont : le Décret du 23 avril 2009, et l'arrêté du 31 juillet Une commission tripolaire a été mise en place avec : pour la Guyane : Mme CEPEDOME et M. TAMARIN pour la Guadeloupe : Mme ALVARES et M. MIRINE pour la Martinique : MM PULVAR et CELIMENE M. le Président indique que les deux vice-présidents CS et CEVU sont également membres de cette commission dans la mesure où ce référentiel impacte à la fois les aspects pédagogiques et scientifiques, notamment ceux liés à la recherche. Afin de gagner du temps, M. le Président indique au Conseil qu'il a rédigé un projet de document qui a été soumis à la commission. Ce document, qui a fait l'objet de débats et amendements en commission et qui a été distribué en séance, est soumis à l'approbation du Conseil. Il propose aux membres du Conseil de se reporter à la page 9, rubrique 6 "Annexe" sur laquelle toutes les fonctions désormais éligibles y sont reportées, ainsi que le nombre d'heures d'équivalence TD : Directeur d'études (entre 12h et 36h), Accueil et orientation post-bac (entre 12h et 24h), Responsable de licence pro (entre 24h et 36h), Tutorat de stage (entre 12h et 18h) etc. Une précision est donnée quant aux heures spécifiées dans les parenthèses qui sont des fourchettes (haute et basse), le nombre d'heures dépendra du nombre d'étudiants. M. le Président précise qu'il a souhaité que soient associés les collègues de l'iut au sein de la commission qui a été initiée car ils pratiquent depuis longtemps un certain nombre de missions qui ne sont pas nécessairement évidentes pour les composantes classiques telles que "Directeur d'études" ou "tutorat de stages" pour ne citer que ces deux exemples. Tout ce qui est "tutorat de stage" par exemple, n'a pas la même connotation à l'iut et dans les composantes classiques par conséquent, l'éclairage des collègues des IUT sera précieux. Une fois le présent document validé, un certain nombre de critères (nombre d'étudiants etc.) seront définis en Commission des moyens, et sur la base de ces critères, une enveloppe sera attribuée aux composantes. C'est ensuite le doyen, la doyenne ou le directeur de la composante qui effectuera sa répartition en fonction des critères qui lui auront été indiqués. Il s'agit d'un moyen de responsabiliser les directeurs de composantes et les doyens. M. le Président indique que la mise en place de cette procédure a pour but l'incitation à faire de la recherche. Par exemple, il serait souhaitable qu'un directeur d'études, qui est sensé bénéficier de 12 à 36h de décharge ou prime, utilise ces heures sous forme de 12

13 décharge (plutôt que prime) afin de faire de la recherche. Néanmoins, l'université se conforme avec un peu de retard à la législation. Le cadre proposé lui semble non seulement sécurisant pour l'établissement car il limite la dérive en terme de volume horaire susceptible de mettre l'établissement en difficulté, mais également valorisant pour les intéressés puisque leur travail est reconnu et M. le Président remercie la Commission et les collègues pour leur travail puis rappelle que comme il l'a expliqué dans ses propos liminaires, le surcoût engendré par cette nouvelle procédure pourrait être alimenté par le biais d'une ponction de 15 à 20% du plan réussite licence. Il est à noter que le document a été présenté en CTP le 30 juin 2011 et a reçu un avis favorable du CEVU. M. le Président précise que M. HANOT présentera l'impact de ce dispositif sur la GASE dans un moment et demande au Conseil de bien vouloir lui faire part de ses remarques. DECRET DU 23 AVRIL 2009, ET ARRETE DU 31 JUILLET 2009 M. RUFFIE fait part d'un certain nombre de remarques et notamment : P. 4-5: Il souligne une petite erreur de calcul dont M. le Président prend note, P. 10: Il s'interroge quant à la différence entre "Tutorat" et "Suivi de stage". M. le Président passe la parole à M. TAMARIN afin qu'il explique cette différence : le "responsable de stage" correspond au "tutorat de stage" et cette personne a pour attribution de prospecter certaines entreprises, récolter, avec les étudiants encadrés par cette personne, des sujets de stages et les sociétés susceptibles d'avoir besoin de stagiaires, et enfin, trouver la bonne adéquation afin que les étudiants n'aient pas de stage par défaut et que les stages correspondent bien au cursus de l'étudiant. Il suggère de remplacer "tutorat" par "responsable de stage". P.10: Il demande que lui soit précisé si ce "Suivi de stage" correspond à un cahier des charges. M. Le Président lui répond qu'effectivement et que ce cahier des charges est imposé par le Ministère. Suivi de stage : les 2h définies lui semblent insuffisantes et ne prenant pas en compte le travail de suivi des étudiants par les enseignants. M. le Président répond en faisant remarquer qu'il a fallu trouver un juste équilibre entre la reconnaissance du travail des collègues et la préservation de l'équilibre financier de l'établissement. Il s'agit là d'un forfait car il n'est pas possible financièrement de payer au volume précis effectué faute de moyens. Les doctorants, les PRAG et les PRCE n'ont pas été pris en compte et il serait peut être judicieux de les rajouter dans ce référentiel. Mme MENCE-CASTER fait remarquer que ce dispositif existe et fonctionne déjà. M. le Président revient sur l'impact de ce dispositif sur la GASE (dont le E désignera désormais "Enseignement" et non plus Enseignants). Il précise à l'attention de M. RUFFIE, que ce document est évolutif à l'instar de la GASE. Il s'agit d'une première contribution qui sera affinée au fur et à mesure des nécessités. M. VIRASSAMY demande la parole afin de formuler ses commentaires : En premier lieu, il salue le Président pour sa décision de mettre l'établissement en conformité aux exigences réglementaires. Puis, fait part de son regret de voir certaines activités pénalisées par rapport à d'autres dans le calcul du forfait de 2h évalué pour le suivi des stages et qu'il considère comme n'étant en rien le reflet du travail réellement engagé par les enseignants lorsque l'on sait le temps que prend l'accompagnement d'un étudiant en thèse. D'autre part, et principalement, il lui semble parfaitement inapproprié de payer les doyens pour l'accomplissement du travail pour lequel ils sont déjà payés. S'agissant d'une exigence textuelle on ne peut que s'y conformer, mais puisque l'une des prérogatives d'un professeur d'université est de conduire ses étudiants à la thèse, une rémunération complémentaire, sous quelque forme que ce soit, prime ou décharge, lui semble mal venue. Il indique d'ailleurs au Conseil que pour ce qui le concerne il ne fera pas partie de ceux qui demanderont une rémunération à ce titre. M. VIRASSAMY indique au Conseil son désaccord quant à l'attribution d'émoluments aux collègues sans qu'il y ait en retour une justification du temps gagné grâce à ce texte qu'il considère fort discutable. 13

14 M. le Président abonde dans le sens de M. VIRASSAMY s'agissant du forfait de 2h alloué pour le suivi des étudiants en thèse. Néanmoins, il rappelle que pour ce qui est de l'ecole Doctorale, les enseignants ayant un nombre impressionnant de doctorants à suivre (+20 pour certains) ces 2h deviennent difficilement gérables surtout lorsque ces mêmes collègues sont également responsables de masters etc. S'agissant de la 2ème remarque de M. Virassamy, M. le Président indique au Conseil qu'il est également d'accord avec ses propos mais que malheureusement il ne lui semble pas possible d'imposer aux collègues de justifier du temps gagné puisque les textes ne le prévoient pas. Une solution serait peut être de mettre en place une sorte de "règles de fonctionnement interne". M. Le Président du Conseil Scientifique pourrait revoir ce point. D'autre part, les volumes qui seront donnés aux collègues encadrant des thèses ne seront payés qu'après soutenance et dépôt du mémoire ou de la thèse. M. le VP du Conseil Scientifique soumet deux suggestions quant à l'encadrement des thèses : 1. le choix de l'option d'une "prime d'excellence statistique" pour les collègues jouant un rôle important en manière d'encadrement de thèses ; 2. la mise en place d'une procédure afin que les collègues bénéficiant d'une décharge pour piloter des programmes de recherche, puisse prendre l'attache du responsable du laboratoire afin d'éviter une situation par laquelle certains collègues mettraient leur nom face au rapport d'exécution sans avoir véritablement coordonné la recherche en question. Il doit y avoir une concertation de façon à éviter les dérives. M. CELIMENE suggère (1) de ne pas tomber dans la surenchère de ce forfait de 2h d'année en année sinon c'est précisément le nombre d'heures complémentaires que l'on cherche à maîtriser qui va exploser; et (2) il faut maîtriser les dérives afin que l'on ne tombe pas dans la situation où il faut embaucher des personnes pour faire le travail de ceux qui sont en "décharge". M. le Président informe qu'une modification a été effectuée dans le référentiel à la P.13 (Annexe 4) relatif aux responsabilités administratives où il manquait "Directeur de département" (entre 36h et 48h d'équivalence TD). M. MOLINIE intervient afin de préciser qu'il faut faire un distinguo dans ce que l'on qualifie "suivi de stage". En effet, il y a 2 types de suivis : 1. l'étudiant est en stage en entreprise et un lien est fait entre l'encadrant en entreprise et l'université, puis 2. les stages en laboratoires (faute de stages en entreprises) dans ce cas l'encadrement du stage n'apparaît pas obligatoirement dans la rubrique puisque tout apparaît en "suivi de stage". Il tient à préciser également que globalement pour ce qui est des thèses et masters qui sont déjà d'un certain niveau, les étudiants apportent aux carrières des enseignants puisqu'il est possible aux enseignants d'indiquer dans leur suivi de carrière qu'ils ont encadré des masters 2 et des thèses, ce qui compte au moment de leurs évaluations personnelles, à l'inverse des masters1 et licences qui ne comptent pas pour les évaluations personnelles. Dans ce cas, peut-être est-il nécessaire de faire une distinction entre ce qui est "au compteur" de ce qui ne l'est pas. M. le Président indique que c'est précisément ce qui a été fait. M. PORTECOP prend la parole afin d'indiquer que lors de la mise en œuvre de certaines applications, il s'avère parfois nécessaire de mettre en place des tandems techniques et fonctionnels et dans ce cas, des enseignants peuvent être sollicités. Il demande au Président si cette possibilité fait déjà l'objet d'une intégration, et si tel n'est pas le cas, il propose une suggestion de texte. Il s'agirait d'un "référent fonctionnel pour la mise en œuvre d'une application du système d'information global", le suivi de cette ligne serait fait par le Comité SIG (système d'information globale) en terme d'équivalence horaire il propose (entre 10 et 15h environ). M. le Président suggère d'utiliser la rubrique P.12 14

15 "Responsabilités transversales" (ex cellule apogée) pour 36h à 48h d'équivalence TD. M. PORTECOP fait part de son accord au Conseil. M. CLERGEOT souhaite intervenir aux noms de ses collègues de l'ies qui interviennent dans des enseignements dans le domaine des sciences pour ingénieurs et pour lesquelles il existe une composante technologique importante, analogue aux enseignements à l'iut. Il relève une ambigüité sur les termes : "Projets" de l'ies, qui sont appelés "Travaux d'étude et de recherche" au niveau de l'iut, et qui n'ont rien de commun avec ce que l'iut appelle "Projets" qui sont en fait des projets personnels d'étudiants ne nécessitant qu'un suivi très léger de la part des enseignants. Les enseignements à caractère technologique et d'application de l'iut sont classés sous la rubrique "TER" et intégrés dans la maquette. Alors que pour l'ies, ces mêmes enseignements ne sont pas intégrés à la maquette afin de ne pas augmenter le nombre d'heures complémentaires. Des solutions un peu bancales ont été trouvées jusqu'ici afin de rémunérer ces enseignements au niveau de l'ies, mais M. CLERGEOT s'interroge quant à la possibilité de les intégrer dans la maquette, ou de trouver une solution, même transitoire, afin de maintenir ces enseignements fondamentaux. M. le Président indique qu'il ne voit pas bien à ce stade comment modifier le document de sorte que les collègues concernés trouvent satisfaction dans l'immédiat. Il prend note de la demande de M. CLERGEOT, mais suggère pour la première année d'opter pour la prudence et propose de tester le document en l'état, et de l'affiner l'année prochaine. Ce document étant évolutif, il sera toujours possible de le retravailler ultérieurement en tenant des remarques soulevées en cours d'année et en corrigeant tout ce qui ne fonctionne pas. Il précise qu'à vouloir obtenir un document parfait et affiné au maximum, on risque d'aboutir à une augmentation des volumes horaires qui, in fine, ne fonctionnera pas. M. le Président propose de faire un bilan au mois d'avril ou mai M. le Président fait un parallèle avec le dispositif GASE qui a été testé sur une année puis affiné grâce aux remontées d'informations opérées par les responsables administratifs des trois Pôles. Il propose de faire le point sur le document en mai M. CLERGEOT propose néanmoins de trouver une réponse à cette situation de crise potentielle. M. PORTECOP propose, de façon transitoire, de faire entrer dans le référentiel, sous "suivi de projets tutorés (36h)", les enseignements dispensés par les collègues de l'ies. M. le Président lui indique que tout ce qui ne figure pas dans la matrice ne peut pas être rémunéré dans la mesure où cela devient illégal et le mettrait personnellement en situation de porte-à-faux, notamment en cas de contrôle de la Cour des Comptes auprès de laquelle il ne serait pas possible de justifier les choix. M. VIRASSAMY réitère sa désapprobation quant au versement de toute rémunération complémentaire aux collègues alors même qu'ils perçoivent déjà une rémunération dans le cadre de l'exercice de leurs fonctions et que le travail pour lequel ils réclament une rémunération fait partie intégrante de leurs fonctions. M. CLERGEOT fait part de son mécontentement quant à ces propos qui reviennent à dire que les collègues sont payés ou veulent se faire payer à ne rien faire. Il rappelle qu'une maquette a été établie et mal établie puisqu'elle met de côté certains collègues et que toutes les heures non évaluées dans la maquette ne pourront être payées, mais pour autant il ne serait pas acceptable que les collègues cessent de faire leur travail. M. le Président suggère de proposer aux intéressés qu'ils lui fassent remonter au plus vite un rapport reprenant précisément: "tâches précises effectuées, pour combien d'étudiants, nombre d'heures effectuées etc. Ce n'est que sur la base de ces rapports qu'il pourra convoquer la commission et revoir le document de base. M. RUFFIE reprend la parole afin de souligner (1) qu'à titre personnel, il rejoint MM CELIMENE et MOLINIE sur le fait que les enseignants de Masters2 n'ont aucune raison de recevoir une prime quelconque puisqu'ils sont déjà payés pour ce travail qui est le leur, d'autant que cela leur permet de publier. En revanche, pour ce qui est des enseignants de Masters1 et licences, il serait plus juste de leur attribuer une prime plus conséquente puisque le travail est bien moins valorisant en terme de carrière que pour les thèses et 15

16 Masters2. Pour ce qui est des enseignants des IUFM qui préparent aux oraux des concours il estime également que ces enseignants ne sont pas assez considérés pour le travail qu'ils fournissent. (2) il souligne ensuite que le référentiel n'a pas été distribué aux organisations syndicales puisqu'il a été distribué en séance et qu'il aurait été souhaitable que cela fût fait afin de recueillir leurs commentaires ; et enfin (3) le document GASE n'intègre pas les remarques faites par la Guyane. M. le Président indique qu'il n'est pas exact de dire que les organisations syndicales n'ont pas validé ce document puisque seule une organisation : SNESUP, a estimé que le document ayant été distribué en séance, il n'était pas possible de le travailler. Or, l'intérêt de le distribuer en séance, était de le faire partager au plus grand nombre à l'échelle de l'établissement afin que tout un chacun s'en saisisse. M. le Président précise que ce n'est qu'à la veille du CTP que les réponses des pôles ont été reçues et que par conséquent, ce n'est que le jour du CTP que les collègues ont pu prendre connaissance du document. Il aurait été possible de le faire circuler 3 jours avant mais le plus grand nombre n'aurait pas été consulté. Il souligne également que lorsque cette remarque a été formulée par Mme PIERREJEAN, une proposition d'interruption de séance d'1h30 lui a été offerte afin qu'elle puisse avoir le temps de relire le document et d'en discuter mais elle a refusé. Par conséquent, sur la base que le SNEP SUP était le seul syndicat à refuser le document, que tous les autres syndicats ont travaillé et validé le document et qu'une interruption de séance a été proposée et refusée par ce syndicat, le document a été soumis aux collègues pour validation. L'invalidation demandée ne peut donc pas être considérée comme acceptable. M. CARPIN prend la parole afin de demander (1) ce qu'il en est de la catégorie "Directeurs de Composantes" qui ne figure pas dans l'annexe 4, et (2) "quid" de la situation des "Doyens" qui encadrent des étudiants de Masters? Il a cru comprendre une certaine incompatibilité entre la prime de charge administrative et une quelconque PRP? M. le Président le renvoie à la page 13 pour ce qui est de la mention aux "directeurs de composantes" et indique qu'effectivement la loi impose cette incompatibilité, ce sont les règles de la fonction publique et ce n'est absolument pas du ressort de l'établissement. M. CARPIN fait remarquer que ce type de règles n'est guère incitatif. M. JANKY prend la parole afin de demander si une évaluation a été faite pour ce qui est de la répercussion entre les heures complémentaires? M. le Président indique que cela est prévu et fera l'objet des propos introductifs de M. HANOT. La parole est donnée à M. AUGUSTE qui demande s'il existe, au sein de l'établissement, des regroupements faisant état des heures complémentaires, des taux de réussite, des formations pour chacun des enseignants, permettant de juger chaque département, chaque faculté et que l'on puisse juger le travail des enseignants? M. le Président lui répond que c'est déjà le travail de l'observatoire de la vie étudiante qui se saisit de toutes les informations qui lui sont transmises et qui établit ensuite des statistiques. M. le Président indique également que dans un proche avenir, le montant des financements octroyés aux établissements seront majorés dès lors que l'établissement répondra à un certain nombre de critères. M. VIRASSAMY précise que cette évaluation doit avoir lieu dans des conditions compatibles avec le principe d'indépendance des professeurs d'université. M. le Président le confirme en ajoutant que ce sont les enseignements qui sont évalués et non les enseignants. M. HANOT prend la parole afin de faire part au Conseil des points d'évolution apportés au document GASE : Engagement des règles de gestion administrative afin de passer d'un "service à l'enseignement" à un "service aux enseignants". Intégration des doctorants contractuels en remplacement du statut des moniteurs dans la cartographie des corps des personnels d'enseignement. Intégration, à chaque fois que cela a été nécessaire, du Référentiel national d'équivalence horaire sachant qu'il impacte à la fois la répartition de services mais également les documents, supports et harmonisés prévus par le CEVU. Dissociation du rôle de la commission de Pôle de celui de la commission d'établissement. L'analyse administrative du recrutement est dissociée de l'analyse 16

17 propre des services des enseignants. La commission va principalement se focaliser désormais sur la partie des services et non plus sur la partie administrative laquelle sera confiée, par pôle, aux adjoints du directeur général des services. Intégration d'un "vivier" afin de gagner en performances sur la tenue du calendrier de gestion par une anticipation de la procédure au mois de mai plutôt qu'en septembre comme cela était le cas précédemment. Cette anticipation permet à l'établissement de gagner en temps de production et de constituer un vivier de vacataires disponibles pour la rentrée (le choix et la répartition des services se faisant à la rentrée). Une coquille s'était glissée dans la GASE précédente concernant les plafonds d'heures complémentaires (des PRAG et PRCE) ont été réajustés et ramenés à 192h pour un enseignant-chercheur et 384h pour un enseignant du 2nd degré. Rappel est fait concernant la délivrance de "prestations de services". Le Ministère rappelle que ce dispositif ne peut pas être appliqué au niveau des universités et il est rappelé que la délivrance de "prestations de service d'enseignement" n'est pas une activité possible au sein de l'établissement. Le système qui constituait à payer des enseignements sur des crédits 10 (crédits de fonctionnement) et par conséquent à se dédouaner des taxes liées aux salaires, n'est pas utilisable, la Cour et le Ministère estimant que cela relève d'une faute de gestion puisqu'une partie de la masse salariale est masquée. Le cas des conférenciers est à consolider à la rentrée lors du premier CA car les composantes sont demandeuses d'un système très allégé pour les personnels appelés à effectuer moins de 15h d'enseignement sur une année universitaire. Afin de ne pas perdre en traçabilité, le dispositif est encore soumis à la réflexion des pôles. Ce point devrait être consolidé d'ici la rentrée de septembre avec un amendement sur le cas spécifique des personnels dits "conférenciers". Pour ce qui est de la règle (évoquée par le Pr St Cyr) qui stipule qu'un EPSCP ne peut engager un vacataire plus de trois ans : un texte existe et prévoit : "Le vacataire doit être recruté pour des activités différentes de son activité principale ou de la matière enseignée dans son administration d'origine". Ce texte est peu ou pas appliqué dans les différents EPSCP, ni d'ailleurs dans les autres universités hexagonales. Mais dans la mesure où le texte existe la méthode qui pourrait être retenue reviendrait à décompter ces fameux 3 ans à partir de la rentrée de Sept (considérée comme année zéro) et à charge à l'université de constituer un vivier de données qui permettra une traçabilité sur les personnels vacataires. Une stratégie relative à ces personnels reste à définir sur les 3 années à venir. Le débat n'est pas encore clos avec les différents pôles sur certains documents et notamment les documents harmonisés etc. qui sont encore en cours d'affinement d'ici la fin de l'année universitaire. M. AGLAE propose d'ignorer le texte. Puisque le texte régissant la règle des 3 ans est un décret, il peut faire l'objet d'un assouplissement (article 73 de la Constitution). Il suggère la rédaction d'un argumentaire solide à l'attention du Ministère dans le but d'obtenir une dérogation pour l'uag. M. le Président approuve l'idée et demande à M. Aglaé de bien vouloir proposer un texte d'ici juillet M. le Professeur SAINT-CYR indique que dans la mesure où le texte régissant les vacataires n'est quasiment pas appliqué dans l'hexagone, il suggère de l'ignorer purement et simplement d'autant que l'université a des raisons et des spécificités pour ne pas l'appliquer. Mais s'il faut l'appliquer, le début du décompte pourrait effectivement commencer dès sept 2011, et à partir de là, l'université aura toute latitude pour trouver une solution pour les années à venir. M. HANOT indique que l'université devrait avoir d'ici peu une base de données couvrant 3 années universitaires. Au-delà de possibilités offertes par la constitution, 17

18 l'université sera en mesure de proposer des éléments chiffrés permettant d'argumenter et de proposer un dispositif particulier au Ministère. En effet, l'université est actuellement dans la phase d'évaluation du coût propre lié au référentiel. S'il a été possible de tracer de manière précise les différentes activités et différentes disciplines à travers les maquettes déclarées pour les enseignants et mises en paiement, on peut avoir une marge de manœuvre pour reconnaître une partie des activités qui autrefois étaient plus ou moins bien déclarées. L'enveloppe estimée est globalement à peu près équivalente mais avec une reconnaissance bien plus précise des activités qui relèvent de l'enseignement de celles qui relèvent des responsabilités administratives, pédagogiques et de recherche. M. MOLINIE s'interroge quant aux changements de tâches des membres de la Commission évoqués par M. HANOT Il aurait souhaité connaître les outils qui seront utilisés, notamment pour les "services" car il faudra connaitre le nombre de TD par formation, le nombre de groupes de cours, nombre de TP afin d'évaluer sur un service donné si il n'y a pas une multiplication des groupes de TP etc. et s'assurer que ce que l'on valide est correct. M. HANOT précise que ça sera le cas progressivement et que le comité en charge du système d'informations, animé par M. PORTECOP, a fait l'étude de deux logiciels de gestion au service des enseignants "HELICO" (rectorat de Grenoble) et "EVE" (université de Metz). L'inter-connectibilité de ces deux logiciels avec les autres logiciels utilisés par l'université est en cours d'étude (connectibilité RH, emplois du temps, etc) le choix sera fait d'ici la fin de l'année 2011 et déployé progressivement pour la rentrée 2012 sur l'ensemble des composantes. Toutefois, tout au long de l'année, des outils rétrospectifs et prospectifs seront fournis afin de permettre mieux juger les services présentés. M. MOLINIE fait remarquer que l'indication de l'emploi du temps n'est pas utile sur la "fiche de service prévisionnelle". Seuls les nombres de groupes, les remontées à budget etc. sont nécessaires. En revanche, pour ce qui est du "certificat de service fait" il précise que la Commission de vérification des services n'a pas les moyens de contrôler lesdits certificats et valider leur paiement en heures complémentaires ou en service vacataire. M. MOLINIE se demande si ces logiciels peuvent faire l'un et l'autre? Il rappelle que la Commission de vérification des services s'occupe principalement du prévisionnel, lequel est généralement largement dépassé. M. HANOT indique que l'objectif des logiciels est de fournir aux membres de la Commission qui valident les services prévisionnels au nom du Président, les outils permettant une réactivité optimale c'est-à-dire l'ensemble de l'information permettant : (1) de certifier que l'enseignement validé fait partie de la maquette, et (2) que le coefficient multiplicateur validé par l'étudiant et le nombre de TD sont à tout moment ajustés ou ajustables. L'idée est de procéder par étape. Les feuilles de déclaration de services etc. autrefois remplies par les enseignants, sont aujourd'hui alimentées par des bases de données. Ces bases seront paramétrées par rapport à des codes "APOGEE". C'est un premier niveau de sécurisation puisque l'information apportée sur ces fiches sera celle correspondant aux maquettes. Un prévisionnel sera défini offrant un maxima de paiements de services ou charges de services. Lesdites charges seront réajustées au fur et à mesure des aléas du quotidien et de la gestion de terrain que vivent les composantes (absences, changements de salles, reprogrammations de cours etc.). Les deux logiciels à l'étude permettent une gestion des composantes avec une information partagée sur tout le processus de décision. Il s'agit donc d'une saisie unique mais des niveaux de validation et d'information différents par rapport à l'acteur qui recherche l'information. Le logiciel choisi devra faire en sorte que les informations nécessaires à la Commission d'enseignement sont non seulement disponibles mais également exploitables. Ces deux logiciels ont été présélectionnés car ils offrent des indicateurs et des tableaux de bord adaptés 18

19 à la réalité puisqu'un enseignant projetant une absence par exemple, peut lui-même informer la base de données qui sera mise à jour par le biais d'un processus. Les informations seront ensuite contrôlées par la Commission qui pourra ainsi ajuster le prévisionnel. L'objectif est de prendre le temps nécessaire à la construction de cette base de données puisqu'elle aura une incidence sur HARPEGE et qu'une fois le choix fait, il sera définitif. L'idée n'est pas de ressaisir les informations déjà disponibles, mais de les aspirer, idem pour Hyper-planning et APOGEE. Le logiciel choisi devrait pouvoir être testé dans au moins deux composantes sur l'année M. CARPIN souhaite revenir sur l'application du texte relatif aux vacataires. Il confirme avoir pris l'attache de plusieurs collègues. Beaucoup n'ont pas connaissance de ce texte et par conséquent ne l'appliquent pas. La proposition qui a été faite consistant à dire de commencer le décompte puis de tenter de trouver une solution dans les 3 ans, entraîne de facto une application immédiate dudit texte. Dans la mesure où ce texte n'est pas connu et très peu appliqué, il propose, compte tenu des spécificités de l'uag et de la possibilité qui est offerte par la Constitution, d'établir un argumentaire solide à partir d'éléments quantifiables, d'obtenir une dérogation et d'être 100% conformes à la réglementation d'autant que les moyens mis à la disposition de l'université n'ont pour le moment ni la capacité administrative ni la capacité informatique de répondre à certaines exigences du texte, notamment celles liées aux disciplines enseignées par les vacataires. M. HOUDEBERT intervient concernant un personnel enseignant en charge de la coordination du passeport documentaire. Cette personne gère le dispositif sur 3 pôles pour près de étudiants, or ce texte ne lui permet pas d'avoir une reconnaissance pour ses services. En conséquence, lors du CTP, les membres avaient donné un avis favorable quant à l'adaptation du texte à son cas particulier. M. HOUDEBERT aurait souhaité que le CA prenne acte de cette décision. M. le Président propose d'intégrer cette demande en définissant toutefois un volume d'heures. La proposition de 24 à 36h est soumise et acceptée par le Conseil. Les discussions relatives au Référentiel horaire étant achevées, M. le Président demande au Conseil (1) de bien vouloir voter ce Référentiel National d'équivalence Horaires, et (2) que le CA prenne une délibération quant à l'inapplicabilité du texte relatif aux vacataires dans nos territoires. Délibération du CA du 11 juillet 2011 Vote 1 : Validation Référentiel du Ne prend pas part au vote 0 Abstention 0 Contre 1 Pour 23 Cette résolution est adoptée à la majorité des voix. Délibération du CA du 11 juillet 2011 Vote 2 : Inapplicabilité du texte relatif aux vacataires dans nos territoires Ne prend pas part au vote 0 Abstention 0 Contre 0 Pour 24 Cette résolution est adoptée à l'unanimité. 5. Décision Budgétaire Modificative N 3 et Affaires Financières (2:06:13) 1. DBM N 3 M. le Président informe les membres du Conseil que le budget 2011 va subir sa troisième Décision Budgétaire Modificative (DBM), les deux précédentes ayant été actées le 8 avril et 8 19

20 5. Décision Budgétaire Modificative n 3 et Affaires Financières 1. DBM N 3 M. le Président informe les membres du Conseil que le budget 2011 va subir sa troisième Décision Budgétaire Modificative (DBM), les deux précédentes ayant été actées le 8 avril et 8 juin Cette troisième DBM se traduit par un budget en équilibre de , 00 Les recettes retracées ont été justifiées et les dépenses ou charges ont été évaluées en fonction des crédits budgétisés. Dès la mise en exécution de cette DBM, les ordonnateurs de l'établissement devront être très vite opérationnels, engager leurs dépenses et relancer leurs fournisseurs car l'objectif est de gérer au mieux les opérations financières de l'établissement sur l'année civile dans la mesure où les informations récemment communiquées par l'agent Comptable indiquent qu'il faut désormais clôturer les comptes et l'exercice 2011 des EPSCP dans un délai encore plus restreint. M. le Président, s'adressant aux ordonnateurs, leur demande de bien vouloir prendre acte de cette requête, et, afin de se conformer aux demandes des instances de tutelle, clôturer au plus vite l'exercice Une 4ème DBM devra être initiée dès la rentrée, de façon assez rapide, et probablement début octobre. Madame l'agent Comptable prend la parole afin de faire le point sur la situation budgétaire de l'exercice Cette 3ème DBM a été initiée le 10 juin 2011 et fût très difficile. Un bref rappel du budget primitif 2011 qui était de l'ordre de , acté le 23 novembre 2010, a été mis en exécution le 1er janvier Les deux DBM précédentes ont eu lieu les 8 avril et 8 juin 2011 actées par le CA et les budgets étaient respectivement d'un montant de , 00 et , 00. La DBM 2, à titre de rappel, était dédiée exclusivement aux 3 IUFM et avait permis d'injecter des crédits à hauteur de , 00. Lors de la DBM 1, du 8 avril 2011, des reliquats de crédits avaient été injectés, à titre provisoire, sur un fonds de roulement prévisionnel de l'ordre de , 00. Aujourd'hui, la 3ème DBM présentée respecte le processus budgétaire conformément à l'article 37 du décret du 14 janvier 1994 et permet de modifier le budget primitif. Sur 32 unités budgétaires composant l'architecture budgétaire de l'établissement, dont une dédiée exclusivement aux heures complémentaires, l'établissement recense 31 ordonnateurs, dont 2 secondaires de droit. Sur ces 31, ce sont 25 unités budgétaires et 25 ordonnateurs qui ont répondu à cette DBM. A la demande de certains ordonnateurs, cette DBM a intégré de nouvelles recettes, ou des changements de types de crédits, voire les deux. Cette 3ème DBM 2011 permet de compléter le budget des composantes par des recettes nouvelles d'un montant global de ,00, avec un rajout de 270 au titre de la DGF. Les recettes intégrées dans cette DBM se décomposent comme suit: Subvention du Ministère au titre du plan de cohésion sociale : 9.089,00 Fonds européens ,00 Taxe d'apprentissage par mineur (certains ordonnateurs demandent ,00 à ce que cette taxe soit intégrée soit par voie de budget primitif, soit par voie de DBM) Recettes diverses (location de salles, photocopies, remboursements ) ,00 Droits universitaires réajustés pour l'ensemble des composantes ,00 Crédits ,00 Subventions émanant des collectivités (régionales, départementales, communales) - Région Guadeloupe : ,00 - Région Guyane : 6.000,00 - Région Martinique ,00 - Département Guyane 4.914,00 - Département Martinique 1.500,00 - Communes (des 3 régions) ,00 Dans la DBM 1, suite au fonds de roulement prévisionnel, des reliquats partiels ont pu 20

Licence Professionnelle Assistant Ressources Humaines

Licence Professionnelle Assistant Ressources Humaines Licence Professionnelle Assistant Ressources Humaines Domaine : Droit, Economie, Gestion Dénomination nationale : Gestion des ressources humaines Organisation : Ecole Universitaire de Management Lieu de

Plus en détail

Règlement d'études et d'examens du Bachelor of Science en sciences économiques

Règlement d'études et d'examens du Bachelor of Science en sciences économiques 9 mai 01 Règlement d'études et d'examens du Bachelor of Science en sciences économiques Le Conseil de faculté de la faculté des sciences économiques, vu les articles 6, al., lettre c et 70, al., de la

Plus en détail

Vade-mecum sur les regroupements

Vade-mecum sur les regroupements Vade-mecum sur les regroupements Le nouvel article L718-2 du code de l éducation fixe l objectif que «Sur un territoire donné, qui peut être académique ou inter académique, sur la base d'un projet partagé,

Plus en détail

Licence professionnelle Intégration des systèmes voix / données

Licence professionnelle Intégration des systèmes voix / données Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Intégration des systèmes voix / données Université de Pau et des Pays de l Adour - UPPA Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion des flux internationaux des PME/PMI - Achats, vente, négociation internationale de l Université du Littoral

Plus en détail

Commission de la Formation et de la Vie Universitaire

Commission de la Formation et de la Vie Universitaire Commission de la Formation et de la Vie Universitaire Séance du 11 mars 2014 Point 5 de l ordre du jour Règles générales relatives aux modalités d évaluation des étudiants en Licence et en Master pour

Plus en détail

Année universitaire 2014-2015

Année universitaire 2014-2015 MODALITES DE CONTROLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES - FONCTIONNEMENT DES JURYS POUR L OBTENTION DES DIPLÔMES DE LICENCE DU DOMAINE SCIENCES TECHNOLOGIE SANTÉ DE L UNIVERSITÉ PARIS-SUD Année universitaire

Plus en détail

- Version adoptée par la CNaCES -

- Version adoptée par la CNaCES - CAHIER DES NORMES PEDAGOGIQUES NATIONALES DU MASTER EN SCIENCES ET TECHNIQUES -MST- - Version adoptée par la CNaCES - 1. NORMES RELATIVES AUX FILIERES (FL) Définition de la filière FL 1 Une filière du

Plus en détail

Et les conférences : Conférence des Présidents d Université (CPU), Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d Ingénieurs (CDEFI),

Et les conférences : Conférence des Présidents d Université (CPU), Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d Ingénieurs (CDEFI), Accord de reconnaissance mutuelle d études et diplômes en vue de la poursuite d études supérieures dans les établissements d enseignement supérieur français et taiwanais Les associations : Association

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS. Spécialité. Direction et Gestion de PME PRESENTATION DE LA FORMATION

LICENCE PROFESSIONNELLE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS. Spécialité. Direction et Gestion de PME PRESENTATION DE LA FORMATION U.F.R. DES SCIENCES JURIDIQUES ET ECONOMIQUES DE LA GUADELOUPE LICENCE PROFESSIONNELLE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Spécialité Direction et Gestion de PME PRESENTATION DE LA FORMATION Année universitaire

Plus en détail

Charte des Thèses. Préambule

Charte des Thèses. Préambule Charte des Thèses Préambule Le cycle du doctorat est organisé au sein des centres d'études doctorales accrédités dans les établissements de l'université Moulay Ismaïl conformément à la loi 01-00 et aux

Plus en détail

Licence Professionnelle Développeur et administrateur de systèmes d information

Licence Professionnelle Développeur et administrateur de systèmes d information Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Professionnelle Développeur et administrateur de systèmes d information Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

(Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012)

(Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012) Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX (Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012) Missions Les rédacteurs territoriaux constituent un cadre d'emplois

Plus en détail

L ESPAGNOL à PARIS 2

L ESPAGNOL à PARIS 2 L ESPAGNOL à PARIS 2 Le Pôle Langues de l Université de Paris 2 propose des TD de langue et de civilisation espagnole aux étudiants de toutes les années (du L1 au M2) et de toutes les filières. Cette formation

Plus en détail

Licence Professionnelle Révision comptable

Licence Professionnelle Révision comptable Licence Professionnelle Révision comptable BAC+3 Domaine : Droit, Economie, Gestion Dénomination nationale : Assurance, Banque, Finance Organisation : Institut Universitaire Technologique Lieu de formation

Plus en détail

GUIDE DE PREPARATION D'UN PROJET DE FORMATION UNIVERSITAIRE FRANCOPHONE Master délocalisé 2012

GUIDE DE PREPARATION D'UN PROJET DE FORMATION UNIVERSITAIRE FRANCOPHONE Master délocalisé 2012 GUIDE DE PREPARATION D'UN PROJET DE FORMATION UNIVERSITAIRE FRANCOPHONE Master délocalisé 2012 L'Agence universitaire de la Francophonie (AUF) soutient le développement de formations délocalisées de niveau

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE

LICENCE PROFESSIONNELLE LICENCE PROFESSIONNELLE Composante : IUT Domaine : Droit, économie, gestion Mention : E-Commerce et Marketing numérique Parcours : Marketing et commerce sur internet Numéro d accréditation : 20150290 Régime

Plus en détail

LE CONTRAT DOCTORAL : QUESTIONS/REPONSES. Recrutement des doctorants contractuels régis par le décret du 23 avril 2009

LE CONTRAT DOCTORAL : QUESTIONS/REPONSES. Recrutement des doctorants contractuels régis par le décret du 23 avril 2009 LE CONTRAT DOCTORAL : QUESTIONS/REPONSES Recrutement des doctorants contractuels régis par le décret du 23 avril 2009 Etablissements employeurs Quels sont les établissements qui peuvent recruter un doctorant

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE «EUGEN IONESCU»

BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE «EUGEN IONESCU» BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE «EUGEN IONESCU» 2014-2015 RÈGLEMENT Appel international à candidatures ouvert du 13 octobre au 14 décembre 2014 (17h, heure de Bucarest) 1. OBJECTIFS Les séjours doctoraux

Plus en détail

Licence Professionnelle Gestion opérationnelle et comptabilité de la paie

Licence Professionnelle Gestion opérationnelle et comptabilité de la paie Licence Professionnelle Gestion opérationnelle et comptabilité de la paie Domaine : Droit, Economie, Gestion Dénomination nationale : Gestion des ressources humaines Organisation : Institut Universitaire

Plus en détail

STATUTS DU DÉPARTEMENT DE FORMATION du Master Sciences, Technologies, Santé mention Informatique

STATUTS DU DÉPARTEMENT DE FORMATION du Master Sciences, Technologies, Santé mention Informatique STATUTS DU DÉPARTEMENT DE FORMATION du Master Sciences, Technologies, Santé mention Informatique Approuvés par le Conseil du Département de Master Informatique le 17 juin 2014 Approuvés par le Conseil

Plus en détail

Objectifs de la formation

Objectifs de la formation English version Formation Informations pédagogiques Modalités diverses Objectifs de la formation La spécialité Ingénierie des médias (master 2 IM) vise une culture transversale et pluridisciplinaire liée

Plus en détail

Budget 2014 de l Université de Strasbourg : un budget réaliste

Budget 2014 de l Université de Strasbourg : un budget réaliste Budget 2014 de l Université de Strasbourg : un budget réaliste Petit-déjeuner presse, Mardi Contact presse Service de la communication Tél. : +33 (0)3 68 85 14 36 www.unistra.fr page 2/8 Sommaire Invitation

Plus en détail

GUIDE DE L ÉTUDIANT BOURSIER

GUIDE DE L ÉTUDIANT BOURSIER MISSION UNIVERSITAIRE DE TUNISIE À MONRÉAL 1255, rue University, bureau 601 Montréal, (Québec) H3B 3V9 CANADA Tél : (1) 514-284-9249 Fax : (1) 514-284-9403 E-mail : courriel@mutan.org www.mutan.org GUIDE

Plus en détail

Département de formation Licence de Sciences et Technologies Mention Sciences du Vivant

Département de formation Licence de Sciences et Technologies Mention Sciences du Vivant Département de formation Licence de Sciences et Technologies Mention Sciences du Vivant STATUTS DU DEPARTEMENT DE FORMATION DE LA LICENCE MENTION SCIENCES DE LA VIE Vu le Code de l Education Vu les statuts

Plus en détail

CONCOURS DE CONSEIL JURIDIQUE

CONCOURS DE CONSEIL JURIDIQUE CONCOURS DE CONSEIL JURIDIQUE Présentation du concours : Le Concours de conseil juridique organisé par l'association MediaDroit a pour but de placer ses participants dans le rôle d'un conseiller juridique.

Plus en détail

Division de l'encadrement et des Personnels Administratifs et Techniques

Division de l'encadrement et des Personnels Administratifs et Techniques Division de l'encadrement et des Personnels Administratifs et Techniques DIEPAT/09-448-571 du 26/01/2009 DISPOSITIF DU COMPTE EPARGNE TEMPS ET INDEMNISATION DES JOURS EPARGNES Destinataires : Messieurs

Plus en détail

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements Dahir n 1-09-22 du 22 safar 1430 portant promulgat ion de la loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements. B.O. n 5714 du 5 mars 2009 Vu la Constitution, notamment

Plus en détail

FILIERE DE LICENCE PROFESSIONNELLE

FILIERE DE LICENCE PROFESSIONNELLE ROYAUME DU MAROC Ministère de l Education nationale, de l Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique Département de l Enseignement Supérieur, de la Formation des

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management des activités hôtelières de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

MODALITES DU CONTROLE DES CONNAISSANCES. Règlement relatif à l obtention du diplôme de MASTER ECONOMIE Mention «Monnaie Banque Finance Assurance»

MODALITES DU CONTROLE DES CONNAISSANCES. Règlement relatif à l obtention du diplôme de MASTER ECONOMIE Mention «Monnaie Banque Finance Assurance» MODALITES DU CONTROLE DES CONNAISSANCES Année universitaire 2015 2016 Règlement relatif à l obtention du diplôme de MASTER ECONOMIE Mention «Monnaie Banque Finance Assurance» I Dispositions générales I.1.

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D ETUDES DOCTORALES : SCIENCES ET TECHNIQUES

REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D ETUDES DOCTORALES : SCIENCES ET TECHNIQUES Université Moulay Ismail Faculté des Sciences et Techniques Errachdia REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D ETUDES DOCTORALES : SCIENCES ET TECHNIQUES CEDOC-ST DENOMINATION DU CEDOC Article 1: Le Centre d Etudes

Plus en détail

LICENCE MODALITES DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2014 2015

LICENCE MODALITES DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2014 2015 LICENCE Domaine : ARTS, LETTRES, LANGUES Mention : ARTS DU SPECTACLE Tronc commun : L1-L2-L3 Parcours : Spectacle et musique Numéro d accréditation : [20140588] Régime : formation initiale et formation

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

Séjours linguistiques et Stages en entreprise à l étranger

Séjours linguistiques et Stages en entreprise à l étranger Département de L.E.A. Rentrée 2014 Séjours linguistiques et Stages en entreprise à l étranger Ils constituent un élément essentiel de la formation en L.E.A. et sont requis pour l obtention de la Licence

Plus en détail

CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe

CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe Mise à jour : 16 janvier 2015 PRÉSENTATION DU CADRE D EMPLOIS ET PRINCIPALES FONCTIONS

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE

LICENCE PROFESSIONNELLE LICENCE PROFESSIONNELLE Composante : IUT d EVRY Département Génie Thermique et Energie Domaine : DEG / STS Mention : Métiers de l'immobilier : gestion et développement de patrimoine immobilier Parcours

Plus en détail

Évaluation de l AERES sur l unité :

Évaluation de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Évaluation de l AERES sur l unité : Centre d'études et de Recherches Juridiques en Droit des Affaires CERJDA sous tutelle des établissements et organismes : Université des

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE

LICENCE PROFESSIONNELLE LICENCE PROFESSIONNELLE Composante : UFR SHS Domaine : Droit, économie, gestion Mention : Métiers de la gestion et de la comptabilité : responsable de portefeuille clients en cabinet d'expertise Numéro

Plus en détail

D. 11-04-2014 M.B. 10-06-2014

D. 11-04-2014 M.B. 10-06-2014 Docu 40234 p.1 Décret adaptant le financement des établissements d'enseignement supérieur à la nouvelle organisation des études D. 11-04-2014 M.B. 10-06-2014 Le Parlement de la Communauté française a adopté

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

Mounir Boudraa Olivier Champel Romain Montizon Thierry Vu. Cahier des charges Annuaire des étudiants

Mounir Boudraa Olivier Champel Romain Montizon Thierry Vu. Cahier des charges Annuaire des étudiants Mounir Boudraa Olivier Champel Romain Montizon Thierry Vu Cahier des charges Annuaire des étudiants Master Informatique Promotion 2009 2010 Sommaire 1. Présentation générale... 3 A. Contexte... 3 B. Projet...

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

TITRE I : Organisation générale

TITRE I : Organisation générale REGLEMENTATION CONCERNANT L EVALUATION DES CONNAISSANCES ET DES COMPETENCES ET LA VALIDATION DES PARCOURS DE LICENCE ET DE MASTER ANNEE UNIVERSITAIRE 2010-2011 VU - le code de l éducation, - le décret

Plus en détail

Les congés légaux des enseignants-chercheurs et des autres enseignants exerçant dans l enseignement supérieur

Les congés légaux des enseignants-chercheurs et des autres enseignants exerçant dans l enseignement supérieur Les congés légaux des enseignants-chercheurs et des autres enseignants exerçant dans l enseignement supérieur La direction générale des ressources humaines est sollicitée régulièrement sur les incidences

Plus en détail

Conseil d administration de l Agence pour l Enseignement Français à l Étranger

Conseil d administration de l Agence pour l Enseignement Français à l Étranger Conseil d administration de l Agence pour l Enseignement Français à l Étranger Mardi 23 juin 2015 au siège de l AEFE à Paris de 9h à 14h. Représentant UNSA Éducation : M. Olivier Gilbert Experts UNSA Éducation

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE)

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Domaine : Droit, Économie, Gestion Licence professionnelle : Dénomination Nationale «Management des organisations» Spécialité

Plus en détail

DIPLOME DES ECOLES NATIONALES DE COMMERCE ET DE GESTION DENCG. Cahier des Normes Pédagogiques Nationales adopté par la CNCES

DIPLOME DES ECOLES NATIONALES DE COMMERCE ET DE GESTION DENCG. Cahier des Normes Pédagogiques Nationales adopté par la CNCES DIPLOME DES ECOLES NATIONALES DE COMMERCE ET DE GESTION DENCG Cahier des Normes Pédagogiques Nationales adopté par la CNCES CNPN du DENCG 1/9 Septembre 2013 1. Normes relatives aux filières (FL) Définition

Plus en détail

. Syndicat National de l Entreprise Crédit Agricole (S.N.E.C.A. - C.G.C.) représenté par M.

. Syndicat National de l Entreprise Crédit Agricole (S.N.E.C.A. - C.G.C.) représenté par M. ACCORD NATIONAL DU 15 NOVEMBRE 2006 SUR LES ASPECTS SOCIAUX DES RESTRUCTURATIONS ET REGROUPEMENTS DE MOYENS DANS LES CAISSES REGIONALES DE CREDIT AGRICOLE ET LES ORGANISMES ADHERANT A LA CONVENTION COLLECTIVE

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES MASTERS UNIVERSITARI SOMMAIRE. Art. 1 er Dispositions générales. Art. 2 Objectifs

RÈGLEMENT SUR LES MASTERS UNIVERSITARI SOMMAIRE. Art. 1 er Dispositions générales. Art. 2 Objectifs Promulgué par arrêté du recteur n 27, réf. n 1117/C2 du 11 avril 2003, modifié et complété (arrêté du recteur n 46, réf. n 2287/C2 du 11 mai 2005, arrêté du recteur n 35, réf. n 4836/C2 du 10 juin 2009)

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE

LICENCE PROFESSIONNELLE LICENCE PROFESSIONNELLE Composante : UFR SHS Domaine : Droit Economie Gestion Mention : Organisation et gestion des établissements hôteliers et de restauration Parcours : Management des entreprises de

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Traitement et contrôle des opérations bancaires en services (pôles) d'appui technique et commercial en réseau de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE Le cahier des charges du syndic de copropriété de la résidence. annexé au contrat conclu entre l'"association des copropriétaires" et le syndic dd.. et qui en fait

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE Spécialité: Gestion Clientèle Particuliers Arrêté d habilitation : 20090979 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2013-2015 VU la loi 84-52 du 26 janvier

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Banque - Conseiller clientèle particulier de l Université d'avignon et des Pays de Vaucluse Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

LIVRET DE L'ETUDIANT MASTER 1 ANNEE 2014/2015

LIVRET DE L'ETUDIANT MASTER 1 ANNEE 2014/2015 MASTER DROIT ECONOMIE GESTION Mention Administration Management Economie des Organisations (AMEO) Spécialité Direction des structures médico-sociales et de services aux personnes (DSMS) LIVRET DE L'ETUDIANT

Plus en détail

TUTORAT. U Guelma. Guide du Tuteur FMISM

TUTORAT. U Guelma. Guide du Tuteur FMISM TUTORAT Guide du Tuteur Définition. Le tutorat est une mission de suivi et d'accompagnement permanents de l'étudiant afin de faciliter son intégration dans la vie universitaire et son accès aux informations

Plus en détail

Licence professionnelle Chargé d affaires en ingénierie électrique

Licence professionnelle Chargé d affaires en ingénierie électrique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Chargé d affaires en ingénierie électrique Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

MASTER 2 MENTION SCIENCE POLITIQUE, PARCOURS OPÉRATEUR EN COOPÉRATION INTERNATIONALE ET DEVELOPPEMENT

MASTER 2 MENTION SCIENCE POLITIQUE, PARCOURS OPÉRATEUR EN COOPÉRATION INTERNATIONALE ET DEVELOPPEMENT MASTER 2 MENTION SCIENCE POLITIQUE, PARCOURS OPÉRATEUR EN COOPÉRATION INTERNATIONALE ET DEVELOPPEMENT RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES PREAMBULE Les organisations signataires veulent par le présent accord, préciser la situation des

Plus en détail

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE L apprentissage dans l enseignement supérieur a pour mission de faciliter l accès à des formations de haut niveau et de permettre à des étudiants de

Plus en détail

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP)

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP) LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP) Le protocole d accord se négocie entre le chef d entreprise ou son représentant (dument mandaté à cet effet) et les organisations syndicales (OS) représentatives.

Plus en détail

Master Santé publique

Master Santé publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Santé publique Université Toulouse III- Paul Sabatier- UPS (déposant) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

I - OUVERTURE DU COMPTE ÉPARGNE TEMPS :

I - OUVERTURE DU COMPTE ÉPARGNE TEMPS : Amiens, le 8 décembre 2014 Rectorat Division des Personnels d Administration et d Encadrement FG/FL n 14-435 Affaire suivie par : Fabienne GERARD Chef du bureau DPAE3 Gestion des personnels administratifs

Plus en détail

Guide Convention de stage obligatoire

Guide Convention de stage obligatoire Guide Convention de stage obligatoire Bureau d aide à l insertion professionnelle (BAIP) http://pari.univ-ag.fr Courriel: baip@univ-ag.fr INFOS + Le bureau d aide à l insertion professionnelle Le bureau

Plus en détail

Grâce aux compétences acquises, il participe ou pilote des activités qui peuvent consister à :

Grâce aux compétences acquises, il participe ou pilote des activités qui peuvent consister à : MASTER INFORMATION-COMMUNICATION : MARKETING, PUBLICITÉ ET COMMUNICATION (P) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme := Master Domaine : Sciences humaines et sociales Mention : INFORMATION-COMMUNICATION

Plus en détail

Le compte épargne-temps (CET)

Le compte épargne-temps (CET) Le compte épargne-temps (CET) Comment mettre en place le compte épargne-temps? Le compte épargne temps est mis en place par convention ou accord collectif de branche, de groupe, d'entreprise ou d'établissement

Plus en détail

A V I S A-2292/10-32. sur

A V I S A-2292/10-32. sur A-2292/10-32 A V I S sur le projet de règlement grand-ducal déterminant les conditions générales relatives à l'exercice du télétravail dans la fonction publique Par dépêche du 26 mai 2010, Madame le Ministre

Plus en détail

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE Article 1....3 Dispositions générales...3 Titre I : Organisation de la C.M.C.A.S...3 Article 2....3 Composition

Plus en détail

Arcueil, le 1 er septembre 2009

Arcueil, le 1 er septembre 2009 Arcueil, le 1 er septembre 2009 Le Directeur du Service Interacadémique des Examens et Concours à Monsieur le Recteur de l Académie de Paris, OBJET : INSCRIPTIONS - AU CONCOURS INTERNE D ATTACHE D ADMINISTRATION

Plus en détail

Tenu les 21 et 22 mai 2008 à l Observatoire de la Côte d Azur. compte-rendu du séminaire "Enseignement et SPU" des 21 et 22 mai derniers

Tenu les 21 et 22 mai 2008 à l Observatoire de la Côte d Azur. compte-rendu du séminaire Enseignement et SPU des 21 et 22 mai derniers Tenu les 21 et 22 mai 2008 à l Observatoire de la Côte d Azur 1 Le séminaire a réuni entre 30 et 35 participants pendant les deux jours Il s est déroulé à peu près suivant le programme prévu 2 1 ère matinée

Plus en détail

Master Management international

Master Management international Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management international Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université)

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) Après avoir fait adopter sa loi «Libertés et Responsabilités des Universités» en plein

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE. HOTELLERIE ET TOURISME Spécialité : Management des Entreprises de l Hôtellerie et de la restauration

LICENCE PROFESSIONNELLE. HOTELLERIE ET TOURISME Spécialité : Management des Entreprises de l Hôtellerie et de la restauration LICENCE PROFESSIONNELLE HOTELLERIE ET TOURISME Spécialité : Management des Entreprises de l Hôtellerie et de la restauration Arrêté d habilitation : 20044176 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES FORMATION

Plus en détail

VADE-MECUM des vacations d enseignement. Université d Avignon et des Pays de Vaucluse

VADE-MECUM des vacations d enseignement. Université d Avignon et des Pays de Vaucluse VADE-MECUM des vacations d enseignement Université d Avignon et des Pays de Vaucluse DRH Bureau des heures complémentaires Novembre 2011 I Les conditions de recrutement 1 - Les catégories d intervenants

Plus en détail

DOCUMENT D'AIDE A L'ETABLISSEMENT D'UN DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOCUMENT D'AIDE A L'ETABLISSEMENT D'UN DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DOCUMENT D'AIDE A L'ETABLISSEMENT D'UN DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION La Région a inscrit dans ses priorités le soutien aux associations de Provence-Alpes-Côte d'azur. Les différents volets d'interventions

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

Compte rendu réunion du Comité d'hygiène et de sécurité et condition de travail spécial départemental du Tarn Réunion du 30 août 2012

Compte rendu réunion du Comité d'hygiène et de sécurité et condition de travail spécial départemental du Tarn Réunion du 30 août 2012 Compte rendu réunion du Comité d'hygiène et de sécurité et condition de travail spécial départemental du Tarn Réunion du 30 août 2012 Etaient présents : Représentant l'administration : Monsieur Eric TOURNIER,

Plus en détail

183 h 183 h 240 h h 606 h

183 h 183 h 240 h h 606 h Niveau : LICENCE Année Domaine : Volume horaire étudiant : S.T.A.P.S. Mention : S.T.A.P.S. L1 60 ES 183 h 183 h 240 h h 606 h cours magistraux travaux dirigés travaux pratiques cours intégrés stage ou

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE)

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Domaine : Sciences, Technologies, Santé Licence professionnelle : Dénomination Nationale «Systèmes informatiques et logiciels»

Plus en détail

Faculté de droit de l Université Jean Moulin Lyon 3. Année universitaire 2007-2008 DOSSIER PEDAGOGIQUE DU MASTER 2 «DROIT ET INGENIERIE FINANCIERE»

Faculté de droit de l Université Jean Moulin Lyon 3. Année universitaire 2007-2008 DOSSIER PEDAGOGIQUE DU MASTER 2 «DROIT ET INGENIERIE FINANCIERE» Faculté de droit de l Université Jean Moulin Lyon 3 Année universitaire 2007-2008 MASTER : DROIT DES AFFAIRES MASTER 2 : DROIT ET INGENIERIE FINANCIERE Directrice : Madame S. DANA-DEMARET DOSSIER PEDAGOGIQUE

Plus en détail

CNPN du Cycle de la Licence Cahier des Normes Pédagogiques Nationales de la Licence d Etudes Fondamentales et de la Licence Professionnelle 2014

CNPN du Cycle de la Licence Cahier des Normes Pédagogiques Nationales de la Licence d Etudes Fondamentales et de la Licence Professionnelle 2014 CNPN du Cycle de la Licence Cahier des Normes Pédagogiques Nationales de la Licence d Etudes Fondamentales et de la Licence Professionnelle 2014 CAHIER DES NORMES PÉDAGOGIQUES NATIONALES DE LA LICENCE

Plus en détail

COMMENT LA PENSION DE RETRAITE EST-ELLE CALCULÉE ACTUELLEMENT?

COMMENT LA PENSION DE RETRAITE EST-ELLE CALCULÉE ACTUELLEMENT? Introduction : Le 17 décembre 2002, la Commission européenne a adopté un «rapport d'évaluation des stratégies nationales en matière de pensions adéquates et viables» (1). Ce rapport indique que «Le rythme

Plus en détail

A l'attention des candidats au Master 2 CISS (Communication Internationale en Sciences de la Santé)

A l'attention des candidats au Master 2 CISS (Communication Internationale en Sciences de la Santé) A l'attention des candidats au Master 2 CISS (Communication Internationale en Sciences de la Santé) Madame, Monsieur, Veuillez trouver ci-joint le dossier de demande d accès du MASTER 2 CISS pour l année

Plus en détail

- Décret N 2002-481 du 8 avril 2002 relatif aux grades et titres universitaires aux diplômes nationaux ;

- Décret N 2002-481 du 8 avril 2002 relatif aux grades et titres universitaires aux diplômes nationaux ; E X T R A I T DU R E G L E M E N T D ES E T UD ES de l UFR des LETTRES, des SCIENCES de L HOMME et des SOCIETES de l UNIVERSITE PARIS 13 Année universitaire 2011/2012 Approuvé par le Conseil d UFR et le

Plus en détail

Références : Délibération du conseil d administration de l UPMC du 28/10/2013

Références : Délibération du conseil d administration de l UPMC du 28/10/2013 Paris, le 17 novembre 2014 Le Président de l université Pierre et Marie Curie à Mesdames, Messieurs les Enseignants-Chercheurs, Mesdames, Messieurs les Enseignants Objet : Campagne 2014 d attribution des

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective POEC CONSULTANT D ENTREPRISE EN PORTAGE SALARIAL Une opération cofinancée par le FPSPP Date

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE Assurance, Banque, Finance

LICENCE PROFESSIONNELLE Assurance, Banque, Finance LICENCE PROFESSIONNELLE Assurance, Banque, Finance Spécialité : CARRIERES DE L IMMOBILIER Arrêté d habilitation : 20014018 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2013-2015 VU la loi 84-52 du 26 janvier

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES FORMATION EN INITIAL, APPRENTISSAGE, FORMATION CONTINUE

REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES FORMATION EN INITIAL, APPRENTISSAGE, FORMATION CONTINUE UNIVERSITE D EVRY VAL D ESSONNE IUT d EVRY-BRETIGNY-ATHIS MONS Département TC Arrêté d habilitation : 20014028 LICENCE PROFESSIONNELLE COMMERCE Spécialité : MARKETING ET COMMERCE SUR INTERNET Les métiers

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU GIP ALFA CENTRE

REGLEMENT INTERIEUR DU GIP ALFA CENTRE REGLEMENT INTERIEUR DU GIP ALFA CENTRE Préambule Le Conseil d administration établit un règlement intérieur relatif à l organisation et au fonctionnement des services du groupement ainsi qu à la gestion

Plus en détail

144 174 237 30h + 120h 555 h

144 174 237 30h + 120h 555 h Niveau : LICENCE Année Domaine : Mention : Spécialité : S.T.A.P.S. S.T.A.P.S. MANAGEMENT DU SPORT L2 120 ES Volume horaire étudiant : 144 174 237 30h + 120h 555 h cours magistraux travaux dirigés travaux

Plus en détail

REGLEMENT D'ETUDES 2 ème année des études médicales (S3 S4) Diplôme de Formation Générale des Sciences Médicales

REGLEMENT D'ETUDES 2 ème année des études médicales (S3 S4) Diplôme de Formation Générale des Sciences Médicales Arrêté du 18 mars 1992 et du 22 mars 2011. REGLEMENT D'ETUDES 2 ème année des études médicales (S3 S4) Diplôme de Formation Générale des Sciences Médicales TITRE I - CONDITIONS D'ACCES ET INSCRIPTION ADMINISTRATIVE

Plus en détail