UNE ANALYSE DE L UTILISATION DU CANAL INTERNET DANS LE PROCESSUS D ACQUISITION D UN PRODUIT FINANCIER : LE CAS DES CONSOMMATEURS CANADIENS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE ANALYSE DE L UTILISATION DU CANAL INTERNET DANS LE PROCESSUS D ACQUISITION D UN PRODUIT FINANCIER : LE CAS DES CONSOMMATEURS CANADIENS"

Transcription

1 1 UNE ANALYSE DE L UTILISATION DU CANAL INTERNET DANS LE PROCESSUS D ACQUISITION D UN PRODUIT FINANCIER : LE CAS DES CONSOMMATEURS CANADIENS Lionel COLOMBEL (Université du Québec à Montréal) Martin SAVARD (HEC Montréal) Jean PERRIEN (Université du Québec à Montréal) Université du Québec à Montréal École des Sciences de Gestion Centre de Recherche en Gestion Case postale 8888, succursale Centre-Ville Montréal (Québec) Canada H3C 3P8

2 2 UNE ANALYSE DE L UTILISATION DU CANAL INTERNET DANS LE PROCESSUS D ACQUISITION D UN PRODUIT FINANCIER : LE CAS DES CONSOMMATEURS CANADIENS * Résumé : Cette étude cherche à mieux comprendre le comportement de l acheteur de produits et services financiers, en particulier l utilisation qu il fait du canal Internet dans le processus d acquisition d un produit financier. L objectif principal de cette communication est triple. Il consiste à (1) cerner l utilisation faite du canal Internet, ce sur l ensemble du processus d acquisition afin d approfondir sa description; (2) appréhender l influence de la variable temps sur cette utilisation et par ailleurs, (3) identifier des profils types de clients en terme d utilisation de ce canal Internet Mots-clés : e-marketing; services financiers; distribution; consommateur; Internet. Temps. Abstract : The Internet has installed itself as a marketing channel and in the process it upsets all the models of purchasing behaviour established until then. The general objective of this Canadian research is to understand better the arbitrary a consumer undergoes when choosing a supply channel like Internet in the services sector, and more specifically the financial services sector, which has made the Internet a real distribution channel. Key words : e-maketing; financial services sector; channel distribution; customers; Internet. Time. * Cette recherche est financée par le Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Canada (C.R.S.H) Social Sciences and Humanities Research Council of Canada (S.S.H.R.C).

3 3 UNE ANALYSE DE L UTILISATION DU CANAL INTERNET DANS LE PROCESSUS D ACQUISITION D UN PRODUIT FINANCIER : LE CAS DES CONSOMMATEURS CANADIENS INTRODUCTION Cette recherche menée au Canada, cherche à mieux comprendre le comportement de l acheteur de produits et services financiers, en particulier l utilisation qu il fait du canal Internet dans le processus d acquisition d un produit financier. L objectif principal de cette communication est triple. Il consiste à (1) cerner l utilisation faite du canal Internet, ce sur l ensemble du processus d acquisition afin d approfondir sa description; (2) appréhender l influence de la variable temps sur cette utilisation et par ailleurs, (3) identifier des profils types de clients en terme d utilisation de ce canal Internet. 1. CADRE THÉORIQUE ET CONCEPTS PRINCIPAUX DE L ÉTUDE 1.1 Le domaine des services financiers en particulier Un domaine d'activités semble présenter un intérêt particulier pour cette recherche : le domaine des services et notamment des services financiers. Le secteur financier a été de facto concerné dès le début par l'avènement du commerce électronique en se retrouvant d'office impliqué de façon systématique dans une relation triangulaire avec l'acheteur et le vendeur. Les banques ont donc introduit très rapidement une réflexion sur la question du rôle de l'internet dans leur stratégies marketing. Daniel (1999) relève l'assentiment général (Johnson et al., Bank Administration Institute and the Boston Consulting Group 1995; Graham, 1997) par rapport à l importance du canal électronique sur la distribution des services financiers. Le canal de distribution électronique est reconnu d une part, avoir un impact très important sur la distribution des futurs produits et services financiers (Mols, 2001), et d autre part, devenir assurément à court terme un canal de distribution majeur (Barwise, 1997). 1.2 Le canal de distribution Internet dans les services financiers : une donne stratégique Le canal Internet occupe une place toute particulière dans le domaine des produits et services financiers en ce qui concerne l information en particulier. Il est fait état que plus de 70% des entreprises des secteurs financiers et d assurance ont leur propre site Internet (Jenkins, 2001). Par ailleurs, le secteur financier est en pleine restructuration au niveau de la délivrance de ses produits et services et attache une attention particulière aux possibilités du canal Internet dans les stratégies de distribution. Le canal électronique Internet apparaît être fortement contributif au renforcement de la relation. Si la relation client est la pierre angulaire du développement de quelque entreprise que ce soit, sa dimension devient absolument fondamentale dans le domaine des services financiers. De nombreux auteurs ont consacré son importance mais également sa fragilité et sa délicate mise en oeuvre (Perrien, Filiatrault et Ricard, 1992, 1993; Mols, Bukh et Blenker, 1997; Ricard et Perrien, 1999). Le développement des nouveaux canaux de distribution tels que l Internet, pourrait apparaître comme une menace pour cette relation. Or, il apparaît plus que ce phénomène est appréhendé comme une formidable opportunité de renforcer les relations existantes et d en développer de nouvelles : - Le nouveau canal électronique peut faciliter le développement du marketing direct et affecter positivement le rapport en personnalisant la relation, ce qui à pour conséquence d augmenter la fidélité du client vis à vis de l institution (Evans et Wurster 1997; Dannenberg et Kellner 1998).

4 4 - L Internet peut être utilisé par l institution pour personnaliser ses interactions avec le client dans une expectative de renforcer une fidélité (Heinen 1996; Ghosh 1999). Au travers d une association avec un système de base de données, cela peut permettre de recueillir des informations qui aideront à mieux servir le client par rapport à son profil, ses comportements, et lui proposer par exemple des incitations financières vis à vis de produits ou services pour lesquels le client aura marqué un intérêt particulier. - Le nouvel environnement e-marketing et l Internet en particulier permettent d apporter un conseil personnalisé à travers des interactions Internet-vidéoconférence-webcam qui s assimilent presque à une entrevue face à face en agence; mais à la différence près que cela revient moins cher, est plus rapide et confortable pour le client (Dannenberg et Kellner 1998). Des experts font donc état que pour une institution financière, ne pas intégrer le canal Internet à pour conséquence majeure : - d enlever l opportunité de construire de nouvelles relations avec des clients nouveaux; - de ne pas renforcer des relations existantes avec des clients actuels. L intégration du canal Internet, dès lors qu il présente les éléments fondamentaux pour l établissement et le développement de la relation (communication, rétroaction, confiance), contribue au développement et au renforcement de la relation (DeLania, 2001) et peut illustrer que la communication électronique représente un excellent outil de communication au service de la relation. Chaston et Mangles (2001) relèvent l assentiment de nombre d auteurs quant au fait que le canal électronique est plus propice au développement des relations marketing (Andersen Consulting, 1998) et soulignent leur recommandation que les organisations focalisent sur la compréhension détaillée des besoins du consommateur dans ce «nouveau marketing» pourra être très contributif à la construction de relations à long terme entre l entreprise et ses clients. Par ailleurs, Kardaras et Papathanassiou (2001), considèrent que la banque est un des secteurs ou l information est la plus intensive et constitue à ce titre un domaine idéal pour le succès du développement du commerce électronique. Enfin un simple constat factuel fait apparaître que les produits et services financiers sont de plus en plus nombreux, que la comparaison de leurs caractéristiques demeure difficile pour le consommateur et que le canal Internet s avère particulièrement bien adapté à répondre à cette situation : il rassemble les informations des différentes offres, propose des outils d aide pour comparer ces offres et ce, dans des conditions de commodités optimales pour le consommateur. L Internet permet l utilisation «d agents intelligents» ou de logiciels, qui constituent des outils d aident pour le client de services financiers, lesquels outils leur permettent facilement de comparer les offres qui présentent les meilleures conditions (Daniel, 1999). De fait, l'arrivée de nouvelles formes de technologies telles que l'internet dans le domaine bancaire a un impact majeur sur le comportement du consommateur. Les banques doivent impérieusement mieux comprendre ces nouveaux comportements dans une expectative de non seulement anticiper mais aussi orienter le comportement d'achat du client (Ramsay et Smith, 1999). Aussi, les spécificités de ce nouveau canal amènent un nombre considérable de questions nouvelles quant au comportement du consommateur (Mols, 1998). La rapidité et la qualité des réponses apportées à ces interrogations constitueront un avantage compétitif majeur pour les institutions concernées (Hall, 2000; Coffey et Palm, 2001). 1.3La compréhension de l utilisation de l Internet par le consommateur : une clé stratégique Dans le domaine des produits et services financiers une stratégie de distribution adaptée est réputée pouvoir contribuer de manière particulièrement significative au dégagement d un avantage concurrentiel(devlin, 1995) et ce, de façon durable sans même focaliser sur le strict

5 5 domaine financier (Filser 1989 ; Filser, DesGarets, Paché, 2001). Si le fait, que pour les institutions financières, l efficacité passe par l excellente compréhension des habitudes d utilisation des clients au sein de leur système de distribution n est pas récent (Hedges 1987), il apparaît, avec le développement des nouvelles technologies tel que l Internet, comme un impératif réellement de survie. Carman et Tournois (1998) soulignent le fait que concernant la diffusion des nouveaux canaux électroniques, leur développement est plus dépendant et déterminé par l acceptation des consommateurs, que du fait de l initiative des institutions de proposer ces canaux. Karjaluoto et al (2002), font état que l expérience qu un consommateur a, avec sa banque renvoie à la satisfaction ou à l insatisfaction qu il a des canaux utilisés dans sa relation avec elle. Pour Marlin (1998), le challenge pour les institutions financières est le suivant : le consommateur entre de moins en moins en contact avec l institution financière via l agence, mais de plus en plus via les canaux électroniques. L institution a besoin de comprendre chacune de ces interactions afin d en faire à chaque fois un contact d excellence. Il est donc hautement contributif pour l institution de bien comprendre parallèlement chaque interaction du client tant, avec les produits que les canaux, afin de pouvoir penser conjointement produits et usage des canaux. La prise en compte des préférences des consommateurs permettrait de répondre plus adéquatement aux besoins des clientèles cibles, créer de la valeur et améliorer ainsi la relation client. Yulinsky et Smith avancent que la maîtrise de ces challenges pourrait générer de 20 à 30% d augmentation de revenus pour les segments concernés. Les préférences des consommateurs représentent assurément un facteur majeur à considérer dans l'élaboration des stratégies de distribution des services financiers (Thornton et White, 2001). La compréhension de l utilisation par le consommateur, d un canal tel que l Internet constitue la clé de voûte pour l élaboration de stratégies de e-marketing dans le domaine financier en particulier. L environnement e-marketing du domaine financier à donné aux consommateurs un pouvoir considérable notamment en terme d autonomie. Les consommateurs peuvent désormais, via l Internet, décider de leurs interactions avec l institution financière au gré de leurs propres souhaits et contraintes en terme de moments. Le canal Internet peut être considéré comme effectivement un canal majeur dans le nouvel environnement e-marketing des produits et services financiers. Cet important axe de recherche de la compréhension du comportement de l utilisateur de l Internet a déjà été engagé par de nombreux chercheurs. En particulier des recherches sur l'adoption ou le refus du canal Internet, par le consommateur ont apporté des éléments de compréhension très intéressants (Zollinger, 1991; Boulaire et Bafollet, 1999; Schlosser, 1999;). Or, encore faut-il saisir les préférences des consommateurs pour l utilisation de l Internet, et depuis plusieurs années cette quête s avère difficile. Pour autant, il se dégage de ce contexte nouveau de e-marketing dans le domaine financier, que les principaux changements ont essentiellement rapport au temps. 1.4 Un pouvoir prodigieusement renforcé par l Internet : le temps du consommateur Le commerce électronique est avant tout une nouvelle façon de magasiner, ce qui sous-entend que le consommateur n'a pas forcement pour souhait principal de changer de marque ou de distributeur, mais d'acheter d'une manière différente parce qu'il aura identifié dans cette dernière un avantage ou plusieurs à agir dans ce sens. Compte tenu des spécificités de l'internet, cette manière différente de magasiner apparaît comme totalement nouvelle; il ne s'agit pas d'une simple variante de l'existant mais bien d'un changement majeur sans précédent dans les activités de magasinage, en particulier dans le domaine des services.

6 6 En effet, le commerce électronique, nouveau canal d'approvisionnement et d information, bouleverse totalement la notion du temps reliée aux activités de magasinage : - Les barrières horaires sont fondamentalement modifiées. La disponibilité de l'offre en terme d'accès ne tient plus compte des contraintes d'heures d'ouverture du point de vente mais peut désormais dépendre entièrement du planning du consommateur; - Parallèlement, la notion de distance physique entre l'offreur et le consommateur est profondément bouleversée au sens où l'accès à l'offre ne tient plus compte de cette distance en modifiant totalement le temps d'accès; - un autre apport majeur de l'internet est celui d'offrir au consommateur une quantité d'offres et d'informations sans précédent en un laps de temps très court. La notion de temps nécessaire à la recherche d'information et la prise de connaissance des offres sont totalement perturbées. Il apparaît très nettement que le canal Internet renforce la variable temps déjà très présente dans les processus de magasinage et en particulier l aspect particulier de la recherche du gain de temps. En d'autres termes, Dernovsek (1999) fait état que l'internet transfert littéralement le pouvoir au consommateur en matière de stratégie de canaux de distribution. Il devient désormais plus facile d'appréhender l'intérêt, l'importance et la complexité nouvelle d'un axe de recherche déjà fondamental : le comportement du consommateur et en particulier les spécificités comportementales de l utilisateur d Internet eu égard à la variable temps. 2. LA MÉTHODOLOGIE Avant d engager la présentation de notre démarche méthodologique, il convient de notre point de vue de conserver à l esprit que le marketing n est pas une science exacte au sens où il demeure impossible de palier certains constats que nous emprunterons dans un premier temps à Darmon, Laroche, McGown et Nantel (1991): «en tant qu être humains, les consommateurs évoluent avec le temps et se comportent souvent de façon imprévisible», puis à Perrien, Chéron et Zins (1984) «la réalité est différente de la perception». Cela renforce d autant l attention particulière qui doit être apportée à la démarche méthodologique; c est l apport de la «qualité technique» qui consacre ou non une recherche (Perrien et al, 1984; Évrard, Pras, Roux,1997). Deux phases composent cette recherche : une phase exploratoire et une phase de validation empirique. Cette dernière porte sur un échantillon de la population francophone du grand Montréal métropolitain auquel a été administré un questionnaire par téléphone (n valide = 308; 182 hommes et 126 femmes). La recherche exploratoire composée d entrevues en profondeur semi-structurées de type exploratoires a également été menée auprès de la population francophone du grand Montréal métropolitain. Lorsque les données ont été obtenues, une vérification de la qualité de ces mesures a été accomplie. Pour ce faire nous avons utilisé le logiciel SPSS 11.0 pour Windows. 3. RÉSULTATS ET DISCUSSION 3.1 Le consommateur est soucieux du temps lors de son magasinage Il ressort de la phase exploratoire que le consommateur est généralement soucieux du temps qu il consacre à la recherche d un produit financier Il attache de l importance à l optimisation de ce temps, notamment au travers de l utilisation du canal. L analyse de ces entrevues exploratoire a permis la mise à jour de trois phases distinctes dans le processus d acquisition :

7 7 - une première phase qui couvre une période correspondant au tout début de la recherche d information; - une seconde phase qui s engage lorsque le consommateur a le sentiment de disposer de beaucoup plus d informations détaillées et de mieux connaître le produit financier recherché, au sens ou il se sent capable d en parler avec des interlocuteurs ayant une expertise dans le domaine financier. - Une troisième phase qui s engage lorsque le consommateur fait son choix final avec une institution financière précise et doit s engager dans le choix de toutes les modalités et conditions inhérentes au produit financier. 3.2 Le canal Internet est un canal important utilisé sur l ensemble du processus de magasinage Il ressort de cette même phase exploratoire que le consommateur utilise l Internet dès le tout début de sa recherche notamment pour cerner l offre disponible sur le marché et ainsi être mieux informé des offres des institutions concurrentes, par rapport à la ou les institutions dont il est déjà client. Cette première étape d utilisation de l Internet permet également au consommateur d acquérir des connaissances générales sur le produit recherché, afin d être mieux préparé aux phases de négociation avec les futurs interlocuteurs des institutions financières. Dans une seconde phase du processus, où le consommateur dispose de beaucoup plus d informations sur le produit financier, l Internet apparaît être souvent utilisé pour vérifier l information recueillie auprès d institutions financières avec lesquelles le consommateur est entré en relation et par ailleurs l Internet est très généralement utilisé pour actualiser l information concernant les offres disponibles sur le marché. Enfin dans une étape où le consommateur se rapproche de sa décision finale au sens ou il commence à rentrer en négociation avec une institution précise, l Internet est souvent utilisé pour acquérir de l expertise en terme d autonomie de calcul pour un certain nombre de modalités techniques, afférentes au produit financier concerné. Le consommateur utilise alors l Internet pour rechercher des outils qui lui permettent de faire ces calculs et se forme à l utilisation de ces outils. Cela lui permet d élaborer différents scénarii. Il ressort de la validation empirique les résultats qui suivent : La fréquence de l utilisation du canal Internet après compilation des questions portant sur les trois phases du processus est la suivante : Tableau 1 Utilisation du canal Internet Frequence % % Valide Valide Non Oui Total Valeurs manquanes Total Les statistiques descriptives sur la fréquence de l utilisation du canal Internet lors de chacune des trois phases du processus d acquisition sont les suivantes : Tableau 2 Fréquence d utilisation du canal Internet en phase 1 du processus d acquisition

8 8 Fréquence % % valide % cumulatif Valide Pas du tout utilisé Peu utilisé Assez utilisé Beaucoup utilisé Total Tableau 3 Fréquence d utilisation du canal Internet en phase 2 du processus d acquisition Fréquence % % Valide % cumulatif Valide Pas du tout utilisé Peu utilisé Assez utilisé Beaucoup utilisé Total Valeurs manquantes Ne veux pas répondre Total Tableau 4 Fréquence d utilisation du canal Internet en phase 3 du processus d acquisition Fréquence % % valide % cumulatif Valide Pas du tout utilisé Peu utilisé Assez utilisé Beaucoup utilisé Total Valeurs manquantes Ne veux pas répondre Total Pour autant la recherche de gain de temps au travers de «l accessibilité temps perçue dans le canal», n apparaît pas significative dans l utilisation du canal Internet L analyse de fiabilité du construit «accessibilité temps perçue dans le canal Internet» apporte un résultat satisfaisant (alpha de Cronbach = 0,8009). Il en est de même pour l analyse de validité de contenu de la mesure de ce construit. Les critères du Kaiser-Meyer-Olkin (KMO = 0,500) et le test de sphéricité de Bartlett (p = 0,000) ont été respectés. Deux facteurs captant 80,440% de la variance ont été retenus. Nous avons ensuite utilisé des techniques d analyse discriminante. La relation entre la perception d accessibilité temps du canal Internet et l utilisation du canal Internet en fonction des phases (Ph1, Ph2, Ph3) du processus d acquisition L ACCESSIBILITÉ TEMPS PERÇUE au canal INTERNET UTLISATION DU CANAL INTERNET

9 9 La relation entre la perception d accessibilité temps du canal Internet et l utilisation du canal Internet en phase 1 du processus d acquisition ACC TEMPS INT Pas de relation significative UTIL INT Ph1 La relation entre la perception d accessibilité temps du canal Internet et l utilisation du canal Internet en phase 2 du processus d acquisition ACC TEMPS INT UTIL INT Ph2 Pas de relation significative La relation entre la perception d accessibilité temps du canal Internet et l utilisation du canal Internet en phase 3 du processus d acquisition ACC TEMPS INT UTIL INT Ph3 Pas de relation significative IL apparaît donc que l accessibilité temps perçue par le consommateur dans le canal Internet n a pas d effet significatif sur son utilisation, ce pour l ensemble du processus d acquisition. 3.4 Des profils distincts d utilisateurs du canal Internet Au regard d un certain nombre de caractéristiques socio-démographiques (sexe; âge; catégorie socioprofessionnelle; niveau de scolarité), nous avons vérifié s il existait une relation significative entre certaines d entre elles et l utilisation du canal Internet. Pour ce faire nous avons eu recours à des analyses bivariées. Nos résultats mettent en évidence des profils distincts et différenciés de clients utilisateurs d Internet. Le sexe et l utilisation du canal Internet La variable sexe, à l exception de l utilisation du canal Internet en phase 3 du processus (Les femmes utilisent moins le canal Internet que les hommes en phase 3 ( 2.4,71 ; p = 0,03),, n a pas d impact sur l utilisation du canal. Pour le seul lien significatif trouvé en phase 3 : les femmes utilisent significativement moins le canal Internet que les hommes; il est difficile d y apporter une explication, si ce n est de rappeler qu à cette étape du processus le choix de l institution financière où sera acquit le produit financier été effectué. L âge et l utilisation du canal Internet - En ce qui concerne l utilisation du canal Internet en phase 1 du processus: Le groupe des «41 ans et plus», utilise beaucoup moins le canal Internet que les deux autres groupes («moins de 32 ans»; «33-40 ans») et ce de façon significative. Le groupe d âge des 41 ans et plus utilise significativement moins le canal Internet en phase 1 que les deux autres groupe d âge ( 2.15,15 ; p = 0,00). Le coefficient Phi (Phi = 0,22; p = 0,00) indique une relation intense entre ces deux variables en phase 1. - En ce qui concerne l utilisation du canal Internet en phase 2 du processus: Le groupe des «41 ans et plus», utilise beaucoup moins le canal Internet que les deux autres groupes («moins de 32 ans»; «33-40 ans») et ce de façon significative( 2.25,17 ; p = 0,00); coefficient Phi (Phi = 0,29; p = 0,00).

10 10 - En ce qui concerne l utilisation du canal Internet en phase 3 du processus: Le groupe des «41 ans et plus», utilise beaucoup moins le canal Internet que les deux autres groupes («moins de 32 ans»; «33-40 ans») et ce, de façon significative ( 2.8,70 ; p = 0,01); coefficient Phi (Phi = 0,17; p = 0,01). Nos résultats montrent que sur l ensemble du processus, les «41 ans et plus», utilisent beaucoup moins le canal Internet et ce, de façon très significative. La catégorie socio-professionnelle et l utilisation du canal Internet La catégorie socioprofessionnelle intervient comme variable explicative dans l utilisation du canal Internet et ce, pour les 3 phases du processus. - En ce qui concerne l utilisation du canal Internet en phase 1 du processus : La catégorie «professionnel», utilise plus le canal Internet que les deux autres catégories («Col blanc»; «Col bleu») et ce, de façon significative ( 2.16,01 ; p = 0,00); coefficient Phi (Phi = 0,23; p = 0,00). - En ce qui concerne l utilisation du canal Internet en phase 2 du processus : La catégorie «professionnel», utilise plus le canal Internet que les deux autres catégories («Col blanc»; «Col bleu») et ce, de façon significative ( 2.12,10 ; p = 0,00); coefficient Phi (Phi = 0,20; p = 0,00). - En ce qui concerne l utilisation du canal Internet en phase 3 du processus : La catégorie «professionnel», utilise plus le canal Internet que les deux autres catégories («Col blanc»; «Col bleu») et ce, de façon significative ( 2.7,28 ; p = 0,03); coefficient Phi (Phi = 0,16; p = 0,03). Les résultats mettent distinctement en relief une catégorie socioprofessionnelle : la catégorie «Professionnel» utilise beaucoup plus le canal Internet que les autres catégories et de surcroît de façon très significative. Le niveau de scolarité et l utilisation du canal Internet - En ce qui concerne l utilisation du canal Internet en phase 1 du processus : La catégorie «Universitaire», utilise beaucoup plus le canal Internet que les deux autres catégories («secondaire»; «collégial») et ce, de façon significative( 2.13,38 ; p = 0,00); coefficient Phi (Phi = 0,21; p = 0,00). les répondants ayant un niveau de scolarité secondaire utilisent moins le canal Internet en phase1 que les autres niveaux de scolarité - En ce qui concerne l utilisation du canal Internet en phase 2 du processus : Les répondants ayant un niveau de scolarité «secondaire», utilisent beaucoup moins le canal Internet que les deux autres groupes («collégial»; «universitaire»), et ce de façon significative ( 2.11,04 ; p = 0,00); coefficient Phi (Phi = 0,19; p = 0,00). - En ce qui concerne l utilisation du canal Internet en phase 3 du processus : Les répondants ayant un niveau de scolarité «secondaire», utilisent beaucoup moins le canal Internet que les deux autres groupes («collégial»; «universitaire»), et ce de façon significative ( 2.6,97 ; p = 0,03); coefficient Phi (Phi = 0,15; p = 0,03).

11 11 En résumé, pour ce qui concerne le canal Internet, il apparaît clairement que la catégorie des répondants ayant un niveau de scolarité «secondaire» utilise beaucoup moins le canal Internet. Une synthèse de profils d utilisateurs du canal Internet Les quatre variables socioprofessionnelles interviennent dans l explication de l utilisation de ce canal. À l exception de la variable «sexe» qui n intervient qu en phase 3, les trois autres variables interviennent de façon très significative vis-à-vis du canal Internet au niveau de chacune des phases du processus.ainsi, les résultats permettent de profiler l utilisation du canal Internet dans le processus d acquisition d une première hypothèque comme suit : - beaucoup moins utilisé par le groupe d âge «41 ans et plus»; - beaucoup plus utilisé par le groupe de la catégorie socioprofessionnelle «professionnel»; - beaucoup moins utilisé par les répondants ayant un niveau de scolarité «secondaire». Le canal Internet est, rappelons-le, utilisé par 69,7% des répondants, et constitue donc un canal important en terme d utilisation, pour l acquisition de la première hypothèque. 3.5 Discussion Comme toute recherche, notre étude comporte des limites et des contributions. Le comportement du consommateur en matière d utilisation de l Internet dans le domaine des produits financiers est relativement récent et apparaît délicat à cerner. Pour ne faire mention que de quelques limites, notre recherche porte sur un échantillon limité en terme géographique et en terme d application de produit (produit financier de première hypothèque). Même si les consommateurs interrogés ont tous acquit ce produit financiers dans un délais très récent et que la formulation des questions s est attachée a faire restituer des élément essentiellement factuels, il est difficile de penser que des réponses ne restituent pas une certaine subjectivité d une part et restitue avec une mémoire infaillible les éléments demandés. Pour autant cette recherche apporte des contributions intéressantes. Elle porte sur des comportements validés et non seulement sur des intentions en terme d utilisation du canal Internet, autrement dit elle restitue des données terrains factuelles. Par ailleurs, nous n avons pas restreint notre approche à l étude d un choix de consommation finale, mais nous avons restitué une analyse de l utilisation du canal Internet sur l ensemble du processus de magasinage. Ces éléments contribuent de notre point de vue à une restitution plus complète du processus de magasinage. Par ailleurs cette recherche apporte des éléments intéressants pour les marketer dans la connaissance des profils d utilisateurs du canal Internet dans le domaine des produits et services financiers. Pour autant de nombreuses voies de recherche sont a explorer. Il serait intéressant entre autre, de dupliquer et enrichir ce type d étude dans d autres contextes culturels et sur des populations différentes. De même des méthodologies différentes telles que des méthodologies plus qualitatives pourraient apporter des éléments de compréhension très pertinents sur certains résultats de cette recherche et sur d autres qui peuvent leur être très complémentaires. BIBLIOGRAPHIE ARTICLES Andersen Consulting (1998), ecommerce in Europe, showcase ecommerce ecom_estudy98.html, in Chaston (2001).

12 12 Bank Administration Institute and the Boston Consulting group (1995), The information superhigway and retail banking, Bank Administration Institute Chicago, Illinois, in Daniel (1999). Barwise P. (1999), Edito, The Journal of Brand Management, 4, 4, Boulaire C., Bafollet P. (1999), Freins et motivations à l'utilisation d'internet: une exploration par le biais de métaphores, Recherche et Application en marketing, 14, 1, Carman J.M., Tournois N. (1998), The diffusion of new electronic banking technologies : a comparative analysis, In Anderson, P. (Ed.), Track 6 Consumer Behaviour, Proceedings 27 th EMAC Conference, Stokholm, , in Mols et al (1999). Chaston I., Mangles T. (2001), E-commerce and small UK accounting firms : influence of marketing style and orientation, The Services Industry Journal, 21, 4, Coffey J.I., Palm G. (2001), Really learning customer behavior with your MICF, Bank Marketing, Washington, 33,1,64-68, Jan./Feb. Daniel E. (1999), Provision of electronic banking in the UK and the republic of Ireland, International Journal of Bank Marketing, 17, 2, Danenberg M., Kellner D. (1998), The bank of tomorrow with today's technology, International Journal of Bank Marketing, 16, 2, Delania T. (2001), Build member relations on the Web, Executive Journal, march-april 2001, pp Dernovsek D. (1999), Internet shifts power to the buyer, Credit Union Magazine, Madison, 65, 9, 17, Sept. Devlin J.F. (1995), Technology and innovation in retail banking distribution, International Journal of Bank Marketing, 13, 4, Evans P.B., Wurster T.S. (1997), Strategy and the new economics of information. Harvard Business Review, 75, 5, Ghosh S. (1999), Making business sense of the Internet, Harvard Business Review, 76, 2, Graham J.R. (1997), The armchair banker, Financial Times, February 19, p 12, in Hall R. (2000), E-Commerce is multichannel, Bank Marketing, Washington, jan,32, 1, p 14. Hedges R.B.Jr. (1987), Assessing distribution system performance, Journail of Retail Banking, Winter 1986/1987, 8, 4, Heinen J. (1996), Internet Marketing Practices, Information Management and Computer Security, 4, 5, 7-14.

13 13 Jenkins (P) Slow to make the leap of faith on to the web. The Financial Times, week-end, 13 th -14 th October in Waite et Harrison (2002). Kardaras D., Papathanassious E. (2001), Electronic commerce opportunities for improving corporate customer support in banking in Greece, International Journal of Bank Marketing, 17, 7, Karjaluoto H., Mattila M., Pento T. (2002), Factors underlying attitude formation towards online banking in Finland, International Journal of Bank Marketing, 20, 6, Mols N.P., Bukh P.N.D., Blenker P. (1997), Euopean corporate customers choice of domestic cash management, International Journal of Bank Marketing, 15, 7, Mols N.P. (2001), Organising for the effective introduction of new distribution channels in retail banking, European Journal of Marketing, 35, 5/6, Perrien J., Filiatrault P., Ricard L. (1992), Relationship marketing and commercial banking: a critical analysis, International Journal of Bank Marketing, 10, 7, Perrien J., Filiatrault P., Ricard L. (1993), The implementation of relationship marketing in commercial banking, Industrial Marketing Management, 22, 2, Ramsay J., et Smith M. (1999), Managing customer channel usage in the Australian banking sector, Managerial Auditing Journal, 14, 7, , Ricard L. et Perrien J., (1999), Explaining and evaluating the implementation of organizational relationship marketing in the banking industry : clients perception, Journal of Business Research, 45, 2, Schlosser A.M. (1999), Relations à distance, relations automatisées ou relations personnalisées: les évolutions de la banque-assurance, Revue Française du Marketing, 1, 171, Thornton J., White L. (2001), Customer orientations and usage of financial distribution channels, Journal of Services Marketing,15, 3, Zollinger (M.) (1991)- «Le commerce électronique en France: feu de paille ou révolution?», Revue Française de Marketing, vol. 5, cahier 135, pp OUVRAGES: Darmon, R.Y., Laroche, M., McGown, K.L., Nantel, J.A. (1991) Les fondements de la recherché commerciale. Éditions Gaëtan Morin, 498 pp Évrard, Y., Pras, B., Roux, E. (1997). Market, Études et recherches en marketing, 2 ème édition, 672pp, pp Filser M. (1989), Canaux de Distribution, Édt Vuibert Gestion, p221, 256pp.

14 14 Filser M., DesGarest V, Paché G., (2001), La distribution: organisation et stratégie, Édt EMS, 329pp (p250). Perrien, J., Chéron, E.J., Zins, M. (1984) Recherche en marketing : méthodes et décisions. Éditions Gaëtan Morin, 615pp.

Processus de recherche d information dans le domaine des services : choix et utilisation des canaux d acquisition de cette information.

Processus de recherche d information dans le domaine des services : choix et utilisation des canaux d acquisition de cette information. Session 12-1 Processus de recherche d information dans le domaine des services : choix et utilisation des canaux d acquisition de cette information. Lionel COLOMBEL, Ph.D. Maître de Conférences Chaire

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Le système d information marketing

Le système d information marketing Le système d information marketing Denis Pettigrew Normand Turgeon Gilbert Rock 2001 Chapitre 4 Adapté par Guy Grégoire - Automne 2002l Sommaire Les composantes du SIM (système d information d marketing)

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

LE PROJET D ETUDE COMMERCIALE

LE PROJET D ETUDE COMMERCIALE LE PROJET D ETUDE COMMERCIALE 1. Les objectifs de la recherche commerciale 2. Les types d étude en Amont et en Aval 3. Les sources d informations primaires et secondaires 4. Le projet d étude commerciale

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France Sebastian Selhorst Consultant TEI Forrester Consulting 29 Mars 2011 1 2011 Forrester Research, Inc. Reproduction 2009 Prohibited Forrester

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Les déterminants des systèmes d information comptables dans les PME : une recherche empirique dans le contexte tunisien

Les déterminants des systèmes d information comptables dans les PME : une recherche empirique dans le contexte tunisien Manuscrit auteur, publié dans "27ÈME CONGRES DE L'AFC, Tunisie (2006)" Les déterminants des systèmes d information comptables dans les PME : une recherche empirique dans le contexte tunisien Kaïs LASSOUED

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82 La transformation numérique des banques : Un levier d innovation pour les banques traditionnelles et en ligne qui souhaitent répondre aux nouveaux enjeux de leurs clients. Présentation Etude Multi Clients

Plus en détail

Associer nos savoir-faire

Associer nos savoir-faire MAC-ERCI International, cabinet spécialisé en recrutement, évaluation et gestion des compétences, a été créé début 2007. En croissance depuis notre création, nous n avons de cesse de nous remettre en question

Plus en détail

L analyse de la gestion de la clientèle

L analyse de la gestion de la clientèle chapitre 1 - La connaissance du client * Techniques utilisées : observation, recherche documentaire, études de cas, études qualitatives (entretiens de groupes ou individuels, tests projectifs, analyses

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Automatisation et CRM

Automatisation et CRM Automatisation et CRM Adoption de la technologie des agents virtuels Etude VirtuOz 2010 Synopsis... 2 Les principales motivations de mise en place du canal Agent Virtuel... 2 Adoption des Agents Virtuels...

Plus en détail

LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Cycle: Licence professionnelle Filière: Technique banques et assurances LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Réalisé par: Mlle Asmae AIT RAI Mlle Ghizlane JALIAD Mlle Hafida EL

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation?

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation? Relation client : satisfaction? fidélisation? Un pilier fondamental de la GRC : la satisfaction client La gestion de la relation client Les missions de l entreprise Créer de la valeur pour les clients

Plus en détail

Recherche auprès des mentors du Réseau M et analyse en dyade avec leur mentoré : Résumé des principaux résultats

Recherche auprès des mentors du Réseau M et analyse en dyade avec leur mentoré : Résumé des principaux résultats Recherche auprès des mentors du Réseau M et analyse en dyade avec leur mentoré : Résumé des principaux résultats Réalisé par Étienne St-Jean, Ph.D. Professeur en management, Université du Québec à Trois-Rivières

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» :

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : Synthèse Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : 1. Les études d acceptabilité : exemple du tableau blanc interactif (TBI) par Philippe WOLF. 2. Etwinning, une

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

Fiche méthodologique Qu'est-ce que l'e-business?

Fiche méthodologique Qu'est-ce que l'e-business? Fiche méthodologique Qu'est-ce que l'e-business? Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Définition de l'e-business 3 : Les moteurs de l'e-business 4 : Choix stratégique et la proposition de

Plus en détail

Marketing. Printemps 2014

Marketing. Printemps 2014 Marketing Printemps 2014 «Le marketing est à la fois l activité, l ensemble des institutions et des processus visant à créer, communiquer, délivrer et échanger les offres qui ont de la valeur pour les

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

Programme ESC 2. Les MAJEURES du semestre d automne 2013. Septembre à décembre

Programme ESC 2. Les MAJEURES du semestre d automne 2013. Septembre à décembre Programme ESC 2 Les MAJEURES du semestre d automne 2013 Septembre à décembre Les étudiants accueillis en séjour d études à l ESC PAU choisissent un programme d études spécialisé. Chaque Majeure compte

Plus en détail

Les milieux Sinus au Credit Suisse

Les milieux Sinus au Credit Suisse Les milieux Sinus au Credit Suisse Dr.Marion Schäfer Table des matières: Introduction Segmentation dans le secteur financier Les milieux Sinus dans le secteur bancaire Critères de détermination des groupes-cibles

Plus en détail

Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen

Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen Un des objectifs principaux du projet européen Cybersudoe innov est la création d une base de données

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Maël Resch Attachée de Presse Tél : 01 55 80 58 66 Email : mael.resch@empruntis.com CRÉDIT OU ASSURANCE

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas et Directeur des Réseaux France Bernard Roy, Directeur de la Stratégie de La Banque Postale Laurent Goutard, Directeur

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

CA marché international des études: 24,6 milliards d euros en 2006

CA marché international des études: 24,6 milliards d euros en 2006 CA marché international des études: 24,6 milliards d euros en 2006 +5% en Europe ( 43% du marché total) +6,6% aux USA (36%) Hausse importante dans les pays émergents( presque +10% dans les pays du BRIC,

Plus en détail

LE PETIT RELATION CLIENT. Les pratiques clés en 15 fiches. Nathalie Houver

LE PETIT RELATION CLIENT. Les pratiques clés en 15 fiches. Nathalie Houver LE PETIT 2014 RELATION CLIENT Les pratiques clés en 15 fiches Nathalie Houver Dunod, Paris, 2014 ISBN 978-2-10-070826-0 Table des matières LA PRÉPARATION DE LA RELATION COMMERCIALE FICHE 1 Acquérir la

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

FORMATION 2015 : Qualification aux fonctions de maître de conférences en Sciences de gestion.

FORMATION 2015 : Qualification aux fonctions de maître de conférences en Sciences de gestion. Julien Grobert IAE de Toulouse 2 rue du Doyen Gabriel Marty 31042 Toulouse, cedex 9 Julien.grobert@iae-toulouse.fr Poste actuel Enseignant-Associé IAE de Toulouse CHAMPS DE RECHERCHES - Marketing sensoriel

Plus en détail

GROUPE IDRAC Bachelor 2 ème année

GROUPE IDRAC Bachelor 2 ème année GROUPE IDRAC Bachelor 2 ème année Juin 2015 ANALYSE DES CLIENTS ET DES NOUVEAUX CONSOMMATEURS CODE Semestre Nombre heures Nombre crédits Langue d enseignement MKGA303 S3 20 2 Français Département académique

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

Management Module 3. Le diagnostic interne

Management Module 3. Le diagnostic interne Management Module 3 Le diagnostic interne Schéma général d analyse Problèmes/opportunités Analyse interne de l organisation Ressources Compétences Existe-t-il différents segments stratégiques? Analyse

Plus en détail

" La démarche stratégique :

 La démarche stratégique : ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Module : Marketing Fondamental Année Académique : 2014/2015 Niveau : 1 ère année Master (TC) Enseignant : KHERRI Abdenacer Groupes : 12, 13, 14, 15 et 16 Site web :

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

E-mail marketing, scoring comportemental & analyse prédictive

E-mail marketing, scoring comportemental & analyse prédictive E-mail marketing, scoring comportemental & analyse prédictive Formation Dolist - Score MD Les 25 & 26 juin 2013 Dolist.net - Tous droits réservés 26/04/2013 Formation E-mail Marketing, scoring & analyse

Plus en détail

Ma Licence à l ESTIM

Ma Licence à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Ma Licence à l ESTIM Livret des études Année universitaire 2010-2011

Plus en détail

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises Sage CRM Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises La clé de votre succès. Sage CRM, en tant que solution CRM primée, livre aux petites et moyennes entreprises dans le

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENVIRONNEMENT... 11 M. JANSSENS-UMFLAT

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENVIRONNEMENT... 11 M. JANSSENS-UMFLAT TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS................................................................... 7 PRÉFACE............................................................................ 9 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS REMARQUES PRÉLIMINAIRES Ces questions ont un double objectif. D'une part, mieux cerner les tenants et aboutissants de votre projet

Plus en détail

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage,

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage, SYNTHÈSE DU CHAPITRE 11 : LA SEGMENTATION DE LA DEMANDE. La segmentation. La segmentation de la demande consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèle) ayant des comportements homogènes

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

Publicité comportementale. Etudes de marché à l international

Publicité comportementale. Etudes de marché à l international Publicité comportementale Etudes de marché à l international Emergence concept en 2007 Modification profonde de la stratégie des annonceurs E-publicité en plein essor et de mieux en mieux adaptée aux consommateurs

Plus en détail

MOI-questionnaire sur le concept de soi

MOI-questionnaire sur le concept de soi MOI-questionnaire sur le concept de soi Wilfrid LAROCHELLE QUEBEC conseiller d'orientation Atelier de pratique :français / Workshop of practices :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance

Plus en détail

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler.

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler. Mobile & achats à la demande Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat tradedoubler.com En Europe, les canaux mobiles de marketing à la performance transforment

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES Conception et Mise en place d un Système National d informations Statistiques du Secteur Minier Termes de

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 3 : le e-commerce. Baromètre Akio

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 3 : le e-commerce. Baromètre Akio EXPÉRIENCE CLIENT Baromètre Akio Saison 3 : le e-commerce Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en juillet 2014 sur un échantillon représentatif de la population française de 1001 panélistes

Plus en détail

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Mai 2013 1. Profil des répondants Un échantillon

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Module : M 54 Relation commerciale Objectif général du module : Conduire une relation technico-commerciale Indications

Plus en détail

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER QUELS ENJEUX POUR NORAKER? UNE JEUNE ENTREPRISE DE POINTE EN QUÊTE DE DÉVELOPPEMENT Noraker est une entreprise scientifique :

Plus en détail

Services d affaires mondiaux IBM. Centre national des sondages IBM

Services d affaires mondiaux IBM. Centre national des sondages IBM Services d affaires mondiaux IBM Centre national des sondages IBM Saviez-vous que dans votre organisation se cachent des trésors de connaissances que vous pourriez découvrir et mettre à profit? Un système

Plus en détail

LANCEMENT DE LA CONSULTATION DES USAGERS ET AGENTS DE POLE EMPLOI

LANCEMENT DE LA CONSULTATION DES USAGERS ET AGENTS DE POLE EMPLOI LANCEMENT DE LA CONSULTATION DES USAGERS ET AGENTS DE POLE EMPLOI Bercy, le 9 septembre 2010 Contact presse : Cabinet de Laurent WAUQUIEZ : Nicolas DIAT - 01 53 18 43 89 Questionnaire adressé aux demandeurs

Plus en détail

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures Sondage Ifop pour la Fédération nationale de la presse spécialisée Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume

Plus en détail

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Nice, le 16 juin 2014 NOM : JA BARY E-MAIL PRENOM : HALA HALAJABARY@YAHOO.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Page 1 :

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 Présentation 3 Chapitre 1 Le concept de marketing 15 1 Définitions 15 Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 2 Principaux outils du marketing 16 3 Les critiques envers

Plus en détail

«Les ateliers commerciaux de l entrepreneur»

«Les ateliers commerciaux de l entrepreneur» «Les ateliers commerciaux de l entrepreneur» Philippe Vachet et Leadwork sont heureux de vous présenter leur nouveau concept de formations collectives «à la carte», adapté aux petites entreprises, aux

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Fidéliser ses clients

Fidéliser ses clients Marketing stratégique Fidéliser ses clients Connaître et évaluer sa clientèle (BDD...) Optimiser le service clients CRM et e-crm : les facteurs clés Mardi 20 et mercredi 21 janvier 2009 DE L INFORMATION

Plus en détail

Université Montpellier I UFR Administration Économique et Sociale (AES) DU Création et Maintenance de Sites Internet E-CRM

Université Montpellier I UFR Administration Économique et Sociale (AES) DU Création et Maintenance de Sites Internet E-CRM Université Montpellier I UFR Administration Économique et Sociale (AES) DU Création et Maintenance de Sites Internet E-CRM Présentée par Yun LIU 06/2010 Introduction PLAN Présentation de l'e-crm Les principaux

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

Enquête annuelle de satisfaction des agences de voyage françaises vis-à-vis de leurs fournisseurs

Enquête annuelle de satisfaction des agences de voyage françaises vis-à-vis de leurs fournisseurs Enquête annuelle de satisfaction des agences de voyage françaises vis-à-vis de leurs fournisseurs Tours-opérateurs - Transporteurs - Hôteliers Croisiéristes - Loueurs - Assureurs - GDS Promotions Site

Plus en détail

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation commerciale?... 6 A. Le temps... 6 B. La productivité...

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail