Gilles PACHÉ, Professeur agrégé de Sciences de Gestion, Université de la Méditerranée (Aix-Marseille II)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gilles PACHÉ, Professeur agrégé de Sciences de Gestion, Université de la Méditerranée (Aix-Marseille II)"

Transcription

1 PACKAGE DE SERVICES ET SITES MARCHANDS DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE UNE DIMENSION LOGISTIQUE SUR-ESTIMÉE? Gilles PACHÉ, Professeur agrégé de Sciences de Gestion, Université de la Méditerranée (Aix-Marseille II) Résumé Malgré quelques échecs dont les médias se sont amplement faits l écho, le commerce électronique B2C connaît un important développement depuis le milieu des années De nombreux travaux académiques lui sont désormais consacrés en Europe et en Amérique du Nord. La plupart d entre eux présentent la performance du service logistique comme un facteur clé de succès, dans la mesure où l internaute semble très sensible à la réduction des délais de livraison. S appuyant sur une revue de la littérature, l article remet en question ce dogme managérial en argumentant sur le fait que, face à un site Web, l internaute est à la recherche d un «package de services» dont on peut se demander si la logistique est l élément déterminant (ou l attribut saillant). Mots-clefs. Commerce électronique B2C - Internaute - Package de services - Performance logistique. Abstract In spite of several failures that the media have talked about to great extent, the B2C e-commerce has developed greatly since the midnineties. Many academic works have been dedicated to this topic in Europe and North-America. Most of them present the performance of logistical service as a key factor of success because the e-consumer seems very sensitive to the reduction of delivery time. Using papers written on the subject, the article puts into question this managerial dogma arguing that, in front of a Web site, the e-consumer is undoubtedly looking for a package deal of services for which one may wonder if logistics is the determining element (or the major attribute). Key words. B2C e-commerce - E-consumer - Logistical performance - Package deal of services. 91

2 A D E T E M INTRODUCTION Il ne se passe pas une semaine sans que la presse professionnelle publie des articles, voire de copieux dossiers, sur les tendances d évolution du commerce électronique, qu il s agisse d étudier les transactions entre entreprises ou organisations (B2B), ou les transactions entre entreprises et consommateurs finaux (B2C). Il est vrai que l Internet marchand modifie en profondeur la manière dont se déroulent les échanges au sein des canaux de distribution et, plus largement, au sein des chaînes logistiques : la transparence des informations et l instantanéité des transactions ne sont plus un rêve d économiste néo-classique, mais de plus en plus une réalité managériale qui facilite la mise en contact de l offre et de la demande de produits à l échelle de la planète. Tout naturellement, la littérature académique ne pouvait ignorer les enjeux liés au développement du commerce électronique. Depuis cinq ans se multiplient ainsi, à une allure quasi-exponentielle, des conférences internationales et des revues, spécialisées ou non, consacrées au thème. Dans ce flot incessant de publications, celles qui s intéressent à la dimension logistique et, plus particulièrement, à la façon dont les produits commandés par un internaute lui sont livrés, occupent une place de choix. La question est, entre autres, de savoir comment gérer au mieux la distribution physique depuis un ou plusieurs points d expédition jusqu aux points de réception («point-relais», domicile ou lieu de travail). En effet, il est entendu que la réussite des acteurs du commerce électronique B2C sera directement dépendante de la qualité du service logistique rendu au consommateur, mesurée à partir des livraisons effectuées à temps et sans litige d aucune sorte. Tout le problème est alors de mettre en place les infrastructures logistiques adéquates pour atteindre cette qualité à un coût acceptable. Selon nous, un tel discours est surprenant car il se fonde sur un postulat pour l instant non discuté : les internautes sont prioritairement sensibles à la performance du service logistique et minorent les autres dimensions de l offre produits / services d un site marchand. C est par conséquent l efficacité de la chaîne logistique, notamment de son maillon le plus en aval (la distribution physique), qui conditionnerait à moyen terme la pérennité du commerce électronique en tant que canal de distribution. L article souhaite contribuer au débat en synthétisant un certain nombre de recherches conduites sur le sujet. La position ici défendue est que l internaute n est peut-être pas aussi sensible à la performance du service logistique qu on voudrait le croire, en faisant plutôt référence à un «package de services» pour juger de la qualité globale de l offre d un site Web. Il en ressort successivement trois questions de recherche qui constituent autant de pistes de réflexion et d action pour les entreprises voulant affermir leurs positions dans l univers concurrentiel de l Internet marchand (1). LA DISTRIBUTION PHYSIQUE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE : UNE RÉFLEXION EN TERMES DE GESTION DES CAPACITÉS La logistique du commerce électronique B2C soulève actuellement des questions à deux niveaux : à court terme et à long terme. Pour les analystes qui se situent dans une vision de court terme, il s avère important de capitaliser les connaissances sur les expérimentations en cours, dans le secret espoir d en tirer des enseignements suffisamment généraux pour construire un modèle standard. Sur le long terme, la réflexion est au moins aussi importante en vue de repérer les points de blocage éventuels que pourrait susciter l explosion des ventes transitant par ce nouveau canal de distribution (Jallat, 2001). En d autres termes, une démarche prospective doit permettre d éviter qu une succession de défaillances logistiques freine le développement de l Internet marchand ou, pour reprendre l expression imagée de Crespo de Carvalho (2001), que le monde des bits soit à la merci du monde des atomes. Force est de reconnaître que les médias se répandent dans une description, parfois désordonnée, des «chantiers» et des premières réalisations, mais sans qu il soit, hélas!, possible de prendre un certain recul théorique. Au demeurant, les success (1) Certains points développés dans l article doivent beaucoup à des échanges avec Dominique Bonet et Isabelle Bacus-Montfort, Maîtres de Conférences en Sciences de Gestion à l Université de la Méditerranée (Aix-Marseille II). Tous mes remerciements également à Frédéric Jallat, Professeur à l ESCP-EAP, pour ses stimulants et amicaux commentaires sur une première version de l article. 92

3 L internaute face au package de services proposé par les sites marchands du commerce électronique : une dimension logistique sur-estimée? Gilles Paché stories de l année se transforment parfois très rapidement en de retentissants échecs. Les mésaventures du site Web du groupe Casino, en 2002, en constituent une parfaite illustration. En revanche, un certain nombre de travaux académiques essaient de construire des cadres d analyse pertinents dont nous allons procéder à une rapide synthèse, en soulignant le passage d une vision purement technologique (et fragmentée) à une vision stratégique, prémisse d un modèle intégrateur à venir. Des recherches à dominante opérationnelle Pour les observateurs attentifs du fonctionnement de l Internet marchand, celui-ci pose de formidables défis technologiques qu il serait absurde d ignorer ou de minorer. Il oblige notamment à entrer en contact physique avec des clients finaux dilués dans un espace géographique élargi qui ignore les frontières. Cette «capillarité» extrême prend à contre-pied toutes les logiques de massification qui ont structuré les architectures logistiques modernes, en tout cas celles fondées sur la présence de points de vente de plus ou moins grande taille (Colin et Paché, 1988). En effet, le rôle d un magasin comme un hypermarché, voire un supermarché, est de proposer un assortiment qui attire vers lui un flux de chalands sur lesquels sont reportées des activités de transport, du domicile vers le magasin puis à nouveau vers le domicile, mais aussi de manutention des marchandises. Le commerce électronique B2C remet évidemment en question ces architectures logistiques traditionnelles, du moins pour l étape ultime de contact (physique) entre la clientèle et l offre marchande. Elle oblige les acteurs à résoudre l épineux problème de l acheminement des marchandises jusqu au domicile ou au lieu de travail de l internaute, dans des conditions satisfaisantes de coût et de qualité de service (la solution du «point-relais» chère aux vépécistes, dans lequel les produits commandés sont systématiquement retirés par les internautes, ne peut être satisfaisante pour des livraisons fréquentes et non plus ponctuelles). Deux angles d attaque sont ici privilégiés dans la littérature : 1 -Un angle d attaque par les infrastructures et les équipements matériels et humains. L idée de départ est qu il faut rechercher une solution d acheminement optimisatrice en fonction d un certain nombre de critères objectifs : largeur et profondeur de l assortiment, fenêtre des heures de livraison proposées aux internautes, quantité minimale de commandes, etc. À l aide d un modèle et d outils de simulation informatiques, plusieurs scénarios peuvent être envisagés (Punakivi et Saranen, 2001 ; Yrjölä, 2001). Ils conduisent à réfléchir sur l organisation la plus efficace possible de la préparation des ordres et, par extension, de l endroit où elle devra se réaliser : plutôt à partir d un centre de distribution, ou plutôt à partir d un ensemble de magasins existants, à moins que cela ne s effectue sur la base d un système hybride mixant les deux solutions précédentes. C est le cas de Peapod aux Etats-Unis qui, en fonction de la taille de ses marchés, dispose de deux logistiques différentes : deux entrepôts d environ m 2, à Chicago et à Washington DC, pour les zones à faible densité de population ; cinq mini-dépôts d environ 800 m 2, installés dans les locaux de supermarchés partenaires (Stop & Shop et Giant) en Nouvelle-Angleterre et Long Island (New York), pour les zones à forte densité de population. 2 - Un angle d attaque par les flux. Etre capable de livrer les internautes à domicile (ou sur leur lieu de travail) suppose de passer d une vision en termes d infrastructures, ou de nœuds logistiques, à une vision en termes de transfert. Il faut en effet pouvoir assurer la synchronisation des approvisionnements entre les diverses entités de la chaîne logistique (fournisseurs, usines d assemblage, entrepôts régionaux et locaux, etc.), sous peine de ruptures récurrentes et, donc, de dégradation du service rendu. L approche technologique privilégie aujourd hui, certainement à tort, le maillon le plus sensible de la chaîne, à savoir la gestion du dernier kilomètre, voire des derniers mètres, pour atteindre le client final. Notons que ce thème n est pas en soi révolutionnaire, puisqu il a été traité de longue date par les vépécistes pour l acheminement de colis de petite taille. Mais le problème est exacerbé dans le cadre du commerce électronique, notamment alimentaire, compte tenu des volumes potentiels en jeu et de la répétition des livraisons : la 93

4 A D E T E M gestion du dernier kilomètre repose sur une rigoureuse planification des tournées, dépendant elle-même d éventuels investissements consentis par les internautes pour faciliter la réception des produits en leur absence, par exemple avec la construction de boxs (Browne et al., 2001 ; Punakivi et al., 2001). S y ajoute la lancinante question des impacts de la saturation des axes routiers avec la multiplication des véhicules en circulation dans les aires urbaines (Erber et al., 2001). Qu il s agisse de l angle d attaque par les infrastructures ou de l angle d attaque par les flux, la réflexion dominante reste celle d une vision optimisatrice recourant aux outils de la recherche opérationnelle. Les travaux récents de Netessine et Rudi (2000, 2001), démontrant mathématiquement que les distributeurs en ligne ont intérêt à déléguer la propriété et la gestion des stocks, puis les livraisons terminales, à des grossistes spécialisés (technique du «drop-shipping»), en constitue une sorte d archétype. Archétype qui renvoie d ailleurs, assez paradoxalement, aux travaux fondateurs de la logistique d entreprise, juste après la Seconde Guerre mondiale (Colin et Paché, 1988). Cette recherche d un mythique «one best way» minimise l importance des stratégies d acteurs, et passe sous silence l interrogation fondamentale : quels sont ceux qui seront les mieux placés pour gérer la distribution physique du commerce électronique en fonction de compétences accumulées, de capacités d innovation et d opportunités de mise en œuvre de synergies logistiques? Abandonnant l approche technologique, tout en l invoquant directement, quelques travaux essaient de construire un pont avec une approche plus stratégique. Vers une prise en compte des enjeux stratégiques Malgré la relative nouveauté du champ, la distribution physique du commerce électronique B2C fait l objet d un certain nombre de questionnements de nature stratégique, entre autres afin d appréhender les compétences nécessaires pour mener à bien le double objectif de maîtrise des coûts et de maximisation de la qualité de service rendue aux clients finaux. S agit-il de compétences aisément imitables, sans véritable barrière à l entrée? Au contraire, réclament-elles des ressources spécifiques, voire idiosyncrasiques, sur les plans matériel et humain? Il est symptomatique de remarquer que les manuels les plus récents intègrent désormais cette dimension stratégique (Dornier et Fender, 2001). Tour à tour y sont évoqués les acteurs jugés les plus aptes à piloter et/ou exploiter les flux dans la chaîne logistique en s appuyant, le cas échéant, sur des logiques d apprentissage organisationnel. On peut prendre comme exemple Easydis, filiale logistique du groupe Casino, dont la compétence en matière de distribution alimentaire traditionnelle la conduit à se diversifier vers le commerce électronique B2C, en étant notamment depuis 2001 le prestataire de services logistiques du site Web ChateauOnLine.com (vins). D ores et déjà quatre types de canaux de distribution électronique sont opérationnels en Europe, et impliquent dans leur gestion un ou plusieurs opérateurs complémentaires ou concurrents (Hultkrantz et Lumsden, 2001). Le premier canal, déjà évoqué, est celui des détaillants qui utilisent les infrastructures antérieurement mises en place pour approvisionner les magasins afin de livrer les internautes à domicile (ou sur le lieu de travail). Mais trois autres canaux, en partie aux mains des expéditeurs de produits, industriels et/ou grossistes, existent également : - l expéditeur construit un ou plusieurs entrepôts collecteurs, par exemple pour des produits importés, puis confie leur acheminement aux différents services postaux nationaux ; - l expéditeur construit un entrepôt collecteur, puis confie les livraisons terminales à un prestataire de services logistiques, disposant de ses propres infrastructures d éclatement ; - l expéditeur confie l intégralité de sa logistique de distribution à un ou plusieurs «integrators», comme UPS ou FedEx, qui livrent à l échelle de la planète à partir d un point d enlèvement unique. Question de recherche n 1 Quels sont aujourd hui les opérateurs les plus légitimes pour gérer la distribution physique du commerce électronique B2C, et les sources de leur avantage concurrentiel sont-elles durables? 94

5 L internaute face au package de services proposé par les sites marchands du commerce électronique : une dimension logistique sur-estimée? Gilles Paché Dans un ouvrage récent, Crespo de Carvalho (2001) synthétise les modèles alternatifs envisageables, en croisant une dimension technique (modes d organisation du réseau de logistique physique) et une dimension managériale (acteurs pouvant potentiellement gérer les infrastructures et les flux). Il en conclut à la diversité des configurations potentielles sans qu il soit possible, pour l instant, de repérer celle qui présente la plus forte probabilité de généralisation dans les prochaines années. Leur point commun est, certes, d intégrer l internaute dans les schémas logistiques, mais comme une sorte d agent «passif» dont les décisions de réapprovisionnement, à partir d un simple clic de souris, conditionnent la mise en marche technique des processus. L un des exemples les plus illustratifs est donné par la recherche de Smaros et al. (2000). Les auteurs identifient trois segments de demande : une demande répétitive continue (segment 1) ou occasionnelle (segment 2) et un achat ponctuel (segment 3). À partir de là sont proposés des modes optimaux de réapprovisionnement s appuyant, par exemple, sur un déclenchement automatique de commande en sortie de réfrigérateur grâce à un système de radiofréquence détectant des produits équipés d une puce électronique. Bref, une sorte d ECR à domicile, d ailleurs revendiqué comme tel! Si l approche présente un intérêt évident pour mieux gérer les livraisons sur un plan opérationnel, elle ne prend finalement pas en compte les attentes réelles de l internaute sur un plan plus comportemental. S INTERROGER SUR LES ATTENTES DE L INTERNAUTE EN MATIÈRE DE PERFORMANCE DU SERVICE LOGISTIQUE Etant connectées directement aux clients finaux, les entreprises sur la «toile» sont capables d observer et d analyser en temps réel des comportements d achat. Elles sont par conséquent en position d accroître leur vitesse de réaction (Rao, 1999), par exemple en ajustant quasi-instantanément la gamme de produits au profil réel des commandes, alors qu un industriel et/ou un distributeur conventionnel, avec ou sans magasin, devront supporter un temps de latence et d adaptation. Sur un registre proche, ces mêmes entreprises sur la «toile» pourront réaliser, dans des délais très brefs, des enquêtes de satisfaction en ligne permettant, le cas échéant, de modifier un ou plusieurs éléments de leur offre (Fernandes et White, 2000). En revanche, il est parfois oublié que les ventes en ligne s insèrent dans une logique de service au client qui oblige, comme le rappelle Jallat (2001), à faire référence aux différentes étapes du processus de création et de fabrication d une prestation,d un côté, et au résultat de ce processus (la prestation en elle-même), de l autre. Or, l internaute est-il fortement sensible à la performance logistique entendu comme l une des étapes du processus serviciel et, si oui, contribue-t-elle à sa fidélité à un site marchand? Il faut admettre que, dans le contexte du commerce électronique B2C, la valeur perceptuelle de la performance logistique ou plutôt d une éventuelle non-performance (retards de livraison, erreurs de préparation de commande, etc.) reste pour l instant une inconnue. Un vide relatif au niveau de la littérature Aurifeille et al. (1997) ont souligné le paradoxe fondamental de la performance logistique lorsqu on adopte la perspective du comportement du consommateur. Ce dernier n éprouve pas de satisfaction particulière lorsqu un produit est mis à sa disposition dans de bonnes conditions de coût et de qualité de service. En revanche, une dissatisfaction, voire une frustration, naîtront d une non-performance logistique relative découlant, par exemple, d une rupture d approvisionnement. Dans ce cas, l effet pourra être funeste pour l industriel (changement de marque) comme pour l intermédiaire distributeur (changement d enseigne). En d autres termes, la performance logistique se présente comme un «réducteur de freins», et non comme un inducteur de consommation. L objectif d une entreprise industrielle, commerciale ou de services sera, dès l instant, de se situer à l intérieur d une zone de tolérance entre le service maximum désiré et le service minimum adéquat : «À l intérieur de cette zone, le client n est pas explicitement attentif à la performance ; au-dessous, (il) est frustré et insatisfait ; au-dessus, il est agréablement surpris» (Samii, 2001, p. 133). 95

6 A D E T E M Assez timidement, un courant de recherche se développe sur ce thème, mettant en lumière les variables déterminantes de la sensibilité du consommateur à la performance du service logistique (Lichtlé et al., 2000). L idée est de faire émerger un cadre d analyse qui distinguerait variables individuelles et variables d environnement (Tableau 1). Toutefois, pour l instant, peu de résultats directement opérationnels sont à la disposition de la communauté scientifique pour en inférer, entre autres, une éventuelle relation entre la sensibilité à la logistique et l implication envers une catégorie de produits ou le degré d urgence dans la satisfaction du besoin. Il n est donc pas possible de dire si la performance logistique se présente (ou non) comme l une des composantes majeures du «système de préférences» du client, pour reprendre l analyse de Kostecki (1994). Tableau 1 Variables individuelles et variables d environnement influençant la sensibilité du consommateur à la performance du service logistique Variables individuelles Variables d environnement Source : d après Lichtlé et al. (2000). Implication, durable ou temporaire, envers la catégorie de produit Degré de fidélité ou d attachement à la marque Expérience du consommateur à l égard d un produit ou d un magasin Réaction face à une non-disponibilité d un produit ou d une marque Caractéristiques du produit recherché et du lieu d achat Degré de différenciation perçue entre les marques en présence Facteurs situationnels liés à certaines caractéristiques de l environnement physique, social, etc. moduler ses attentes en matière de performance logistique. S inspirant des travaux conduits sur les attitudes à l égard de l acte d achat, Filser (2001) émet l idée que les internautes se caractériseront, pour certains, par un profil apathique et, pour d autres, par un profil économique. L acheteur apathique appréciera des réapprovisionnements automatisés en produits de base, là où l acheteur économique comparera systématiquement l offre en ligne pour trouver la meilleure combinaison prix / qualité. Le respect d un niveau minimal de performance logistique n aura évidemment pas la même importance dans les deux cas, sans que l on puisse vraiment en dire plus. Par exemple, si l internaute adopte un modèle compensatoire, une défaillance logistique sera peut-être effacée par une remarquable performance de l offre produits, alors que s il adopte un modèle disjonctif, rien ne pourra rattraper une telle défaillance, jugée par lui rédhibitoire lorsque l attribut déterminant est la performance du service logistique (2). Bref, nous n avons aujourd hui aucune connaissance solide de la sensibilité de l internaute à la logistique. Plus grave encore, on ne sait pas avec certitude si la performance (ou non-performance) logistique influence directement le processus de prise de décision, sûrement parce que l internaute se réfère à un ensemble complexe d attributs (dont la logistique) pour évaluer ex post sa satisfaction lors d un achat en ligne. Ainsi, une étude conduite à un an d intervalle à partir de données recueillies auprès de internautes américains constate que 14 % d entre eux ont décidé de ne plus passer par l Internet marchand, en se Ce type de questionnement est très présent dans l Internet marchand, même si les modèles d analyse construits pour la vente en magasin, entre autres en matière de «tactiques de choix» (Kahn et McAlister, 1997), ne s appliquent pas mécaniquement à la vente sans magasin. Filser (2001) indique notamment que les orientations d achat du consommateur pèsent d un poids tout particulier dans le commerce électronique B2C ; ceci va sans doute (2) Comme le rappelle Filser (1994) dans son analyse des modèles multi-attributs, le consommateur qui évalue le produit (ou le service) d une entreprise se réfère à une règle compensatoire lorsqu il juge que certains attributs positifs compensent certains attributs négatifs : sera retenu le produit (ou le service) ayant obtenu le meilleur «score» global d attitude. À l opposé, quand le consommateur se réfère à une règle disjonctive, il considère qu un attribut est plus important que les autres : sera retenu le produit (ou le service) le mieux évalué sur le critère en question. Ces règles ne s opposent pas, elles peuvent au contraire être utilisées simultanément ou successivement, mais dans des circonstances différentes. 96

7 L internaute face au package de services proposé par les sites marchands du commerce électronique : une dimension logistique sur-estimée? Gilles Paché retournant à nouveau vers les vépécistes traditionnels (Lohse et al., 2000). Les auteurs concluent simplement que les internautes ayant fait défection ont sans doute eu une mauvaise expérience avec un site Web! Or, rien ne permet de dire que des dysfonctionnements logistiques en sont pour partie (ou totalement?) à l origine : et s il s agissait d une défection aux multiples raisons, en relation avec un «package de services» jugé défaillant dans sa globalité? Question de recherche n 2 Quel poids accorde l internaute aux performances logistiques dans le jugement qu il porte sur un site marchand et à quelle règle, de type compensatoire ou disjonctif, se réfère-t-il lors de sa décision d un éventuel ré-achat? Performance logistique et environnement serviciel Écrire que la logistique est une composante d un «package de services» n apparaît pas d une grande originalité en regard de travaux anciens conduits en marketing. Il y est entendu que le consommateur acquiert non pas un produit ou un service, mais un produit-service plus ou moins complexe : tout service repose sur un support matériel qui rend possible le déroulement du processus de servuction (Eiglier et Langeard, 1987 ; Lovelock et Lapert, 1999 ; Samii, 2001), et tout produit est finalement jugé à l aune du service qu il rend. Voilà pour- quoi il semble pertinent de raisonner au final en référence au concept de services autour des produits : «Les services autour des produits sont des services fournis complémentairement à un produit en vue d en optimiser l utilisation et d en augmenter la valeur pour les clients (...). Attendus par les clients, ils sont inducteurs de la demande des produits et sources de différenciation de l offre de l entreprise» (Furrer, 1997, p. 99). L intérêt de l analyse de Furrer (1997) est de clairement décomposer les services autour des produits en deux catégories. La première catégorie regroupe les services à valeur ajoutée, relativement indépendants des produits qu ils entourent et qui constituent une sorte de «plus». La seconde catégorie, quant à elle, regroupe les services fonctionnant comme barrières à l entrée, partie intégrante de l offre de base et qui doivent absolument être offerts sous peine de pertes de clientèle. La démarche est tout à fait applicable, selon nous, aux achats en ligne sur l Internet marchand. Au-delà du simple produit en tant que bien tangible, l internaute va sûrement s intéresser à un environnement serviciel que Kotzab et Madlberger (2001) appréhendent selon trois dimensions (ou fonctions) complémentaires : - une fonction d assortiment ; - une fonction logistique ; - une fonction de conseil, de communication et de financement. 97

8 A D E T E M Tableau 2 Éléments du «package de services» pouvant être offert par un site marchand Assortiment Logistique Conseil Paiement Interactivité Publicité Nombre de produits proposés sur le site Web Différences entre assortiment en magasin et assortiment sur le site Web Quantité minimale de commande pour déclencher une livraison Montant des frais de livraison facturés Fenêtre (amplitude horaire) et délais de livraison Indication du magasin le plus proche pour trouver le(s) produit(s) Présence de moteurs de recherche interne et externe Alternatives de paiement, traditionnelles ou via Internet Sécurisation des modes de paiement (et des données personnelles) Informations commerciales par courrier électronique Accès à des forums d échange et de discussion Facilité de repérage et d accès du site Web Offres promotionnelles régulières ou ponctuelles Source : d après Kotzab et Madlberger (2001). Le Tableau 2 synthétise un certain nombre d éléments clés du «package de services» envisageable, éléments dont le poids relatif sera d ailleurs différencié en fonction du positionnement stratégique retenu par le site Web. Il rappelle que si les dimensions logistiques constituent bien l un des services autour des produits, reste à savoir s il s agit d un service à valeur ajoutée ou d un service fonctionnant comme barrière à l entrée. Ceci sous-entend qu il est indispensable de repérer les activités critiques dans l amélioration du service rendu aux internautes, d établir une série d indicateurs de suivi (sous l angle marketing et logistique), puis de contrôler, grâce à eux, l exécution des activités. Cette démarche rigoureuse, loin d être exclusive au commerce électronique B2C (Tchokogué et al., 2001), doit permettre de relativiser l importance de services que la presse professionnelle présente souvent comme étant à valeur ajoutée alors qu ils fonctionnent peut-être comme des barrières à l entrée. Une lecture attentive de récents travaux sur le commerce électronique B2C indique que le poids réel de la performance logistique dans le processus de prise de décision de l internaute, en matière de respect des délais notamment, peut ainsi être réévalué à la baisse. Certes, en un premier temps, tandis que le marché se structure petit à petit, une bonne performance logistique se présente comme une source d avantage concurrentiel. Cela risque de devenir de moins en moins vrai avec l alignement rapide des performances logistiques offertes par chacun des sites Web sur un standard coût / service. Ainsi, Li et al. (1999) ont pu montrer que plus les achats en ligne de l internaute sont fréquents, plus ce dernier va rechercher des utilités importantes en termes de communication (disponibilité des informations pour réduire le risque lors de la prise de décision), de distribution (facilités offertes au niveau du transfert de titres de propriété, notamment en matière de sécurité des paiements, d échange des produits défectueux, de logistique, etc.), et d accessibilité (usage aisé d un site marchand). Et c est, au final, la composition globale du «bouquet d utilités» qui génère un différentiel dans la qualité perçue du service. Dans sa recherche conduite en Finlande, Raijas (2002) parvient à une conclusion proche, mais à partir d une analyse des «blocages» du commerce électronique. Étudiant les raisons de la dissatisfaction 98

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

L ATTRIBUTION EN MARKETING DIGITAL

L ATTRIBUTION EN MARKETING DIGITAL Online Intelligence Solutions L ATTRIBUTION EN MARKETING DIGITAL Par Jacques Warren WHITE PAPER WHITE PAPER A Propos de Jacques Warren Jacques Warren évolue en marketing digital depuis 1996, se concentrant

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples. Philippe-Pierre Dornier Michel Fender. Deuxième édition 2007

LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples. Philippe-Pierre Dornier Michel Fender. Deuxième édition 2007 Philippe-Pierre Dornier Michel Fender LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples Deuxième édition 2007, 2007 ISBN : 978-2-7081-3384-6 Sommaire Remerciements... V Préface...

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs

Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs Corinne Blanquart (Inrets-Splot) 1 et Valentina Carbone (Esce et Escp-Eap) 2 L utilisation des modes alternatifs de transport

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Table des matières. Partie I Concevoir le commerce électronique 7. Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5

Table des matières. Partie I Concevoir le commerce électronique 7. Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5 Table des matières Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9 1. Chiffres-clés et tendances

Plus en détail

n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé?

n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé? n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé? Le tunnel de commande, correspond aux différentes étapes que suit l acheteur, de son arrivée sur le site e-commerçant à la

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Etat de l'art de la GPA

Etat de l'art de la GPA Etat de l'art de la GPA Descriptif article La Gestion Partagée des Approvisionnements est une pratique courante. Comment le faire efficacement et avec quelles solutions? Le Mardi 13 Février 2007 de 14h00

Plus en détail

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Distribution. Baromètre du Commerce/ Quels investissements informatiques pour faire face aux enjeux métiers? 24 octobre 2008

Distribution. Baromètre du Commerce/ Quels investissements informatiques pour faire face aux enjeux métiers? 24 octobre 2008 Baromètre du Commerce/ Distribution Quels investissements informatiques pour faire face aux enjeux métiers? 24 octobre 2008 Copyright 2007 IDC. Reproduction is forbidden unless authorized. All rights reserved.

Plus en détail

Marketing 1 to 1. Gilles Enguehard. DG société Atenys - Conseil & Management. genguehard@atenys.com

Marketing 1 to 1. Gilles Enguehard. DG société Atenys - Conseil & Management. genguehard@atenys.com Marketing 1 to 1 Gilles Enguehard DG société Atenys - Conseil & Management genguehard@atenys.com Le marketing one to one 1. Bref historique 2. Les différentes formes de personnalisation 3. Internet : un

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Leçon 11. les tâches de gestion du magasin

Leçon 11. les tâches de gestion du magasin CANEGE Leçon 11 les tâches de gestion du magasin Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : d'appréhender la différence entre gestion dynamique des stocks et gestion des magasins d

Plus en détail

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight» Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.935.4400 F.508.988.7881 www.idc-ri.com S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

Plus en détail

La mise en place du Lean Supply Chain chez Schneider Electric

La mise en place du Lean Supply Chain chez Schneider Electric La mise en place du Lean Supply Chain chez Schneider Electric Gérard JORGE Directeur de la division Ibérique & Internationale, Schneider Electric Revoir complètement la chaîne d approvisionnement, assurer

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

BusinessHIGHLIGHT L EXPÉRIENCE CLIENT : Inspirer. n 1022011 .../... UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER SOMMAIRE L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT

BusinessHIGHLIGHT L EXPÉRIENCE CLIENT : Inspirer. n 1022011 .../... UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER SOMMAIRE L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT BusinessHIGHLIGHT Inspirer L EXPÉRIENCE CLIENT : UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT SOMMAIRE L apparition de l expérience client Notre définition de l expérience

Plus en détail

Les clés pour bâtir une stratégie gagnante avec le channel

Les clés pour bâtir une stratégie gagnante avec le channel CONTENT SYNDICATION E-COMMERCE INTEGRATION business integration BUSINESS INTELLIGENCE Les clés pour bâtir une stratégie gagnante avec le channel Automatiser la génération de leads, simplifier vos processus

Plus en détail

Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle

Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle LIVRE BLANC Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle Quels sont les avantages d adopter uneapproche intégrée à la gestion de service. INTRODUCTION Lorsque vous pensez CRM,

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

ecrm : Multiplicité des données clients D où proviennent les informations et quelles sont-elles?

ecrm : Multiplicité des données clients D où proviennent les informations et quelles sont-elles? ecrm : Multiplicité des données clients D où proviennent les informations et quelles sont-elles? Livre Blanc Cabestan Des sources de données disparates Il existe autant d'approches pour reconnaître un

Plus en détail

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Vos besoins au centre Credit Suisse Invest Mandate Expert Partner Compact 2 / 20 4 Des arguments qui font la différence Profitez d un conseil en placement

Plus en détail

systèmes d information Objectifs de la séance

systèmes d information Objectifs de la séance Le lien entre stratégie et systèmes d information Wal-mart Marie-Hélène Delmond delmond@hec.fr Objectifs de la séance Comprendre le lien entre stratégie et systèmes d information La structure d un secteur

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

STRATEGIES INTERNET INTRODUCTION AUX. Vers une approche globale de la présence sur Internet

STRATEGIES INTERNET INTRODUCTION AUX. Vers une approche globale de la présence sur Internet INTRODUCTION AUX STRATEGIES INTERNET Vers une approche globale de la présence sur Internet 2008 Philippe FLOC H Strategic Consulting Tous droits réservés Introduction aux Strategies Internet 22/02/2008

Plus en détail

Le e-business (ou e-commerce)

Le e-business (ou e-commerce) Le e-business (ou e-commerce) Introduction : 2004 est une année exceptionnelle pour le commerce électronique. Depuis un an, le chiffre d affaires des sites de vente en ligne (B2C uniquement) a augmenté

Plus en détail

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES NOUVELLES COMPÉTENCES POUR LE DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES Le quotidien du responsable informatique d une entreprise s apparente à un combat de tous les instants. Le département informatique

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Le e-commerce

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Le e-commerce ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Le e-commerce Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain, Christian

Plus en détail

Gulliver.com by mobeo 1

Gulliver.com by mobeo 1 Gulliver.com by mobeo 1 Sommaire Introduction A quoi sert une CRM ecommerce? Le point de vue CRM La Segmentation Les Contacts Les Visiteurs Cycle de vente Segmentation des visiteurs Ajustement Regroupements

Plus en détail

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT MARKETING MIX POLITIQUE PRODUIT Sandrine Monfort Politique Produit! Les composantes d un produit! Les classifications produit! Lancement produit! Politique de gamme! Politique de marque Les composantes

Plus en détail

PARTIE 1 LA CONNAISSANCE DU MARCHÉ ET DU CYBER CONSOMMATEUR

PARTIE 1 LA CONNAISSANCE DU MARCHÉ ET DU CYBER CONSOMMATEUR AVANT-PROPOS Introduction au e-marketing Section 1 La maturité du commerce en ligne Section 2 Le phénomène web2.0 Section 3 Le plan de l ouvrage PARTIE 1 LA CONNAISSANCE DU MARCHÉ ET DU CYBER CONSOMMATEUR

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Table des matières. Partie I Les enjeux 1. Avant-propos Préface Introduction. Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3

Table des matières. Partie I Les enjeux 1. Avant-propos Préface Introduction. Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3 Avant-propos Préface Introduction XV XVII XXI Partie I Les enjeux 1 Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3 1. Une nouvelle ère du développement économique 3 1.1. La digitalisation de l économie

Plus en détail

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM.

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM. LIVRE BLANC ACXIOM LE DISPLAY EN PLEINE RÉVOLUTION De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Janvier 2012 Frédéric GRELIER Directeur Europe développement produits Acxiom

Plus en détail

Le Display En Pleine Révolution

Le Display En Pleine Révolution Le Display En Pleine Révolution De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Display En Pleine Révolution De l achat

Plus en détail

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable I PRESENTATION DES THEORIES 1 La chaîne logistique traditionnelle 2 Supply chain 3 Supply chain in reverse logistics La gestion globale de la chaîne logistique dans la logistique inversée (verte) II L

Plus en détail

PROGRAMMES FORMATIONS

PROGRAMMES FORMATIONS PROGRAMMES FORMATIONS LES FORMATIONS INSTRUCTEURS 26 LES MILLS EST LA SEULE SOCIÉTÉ AU MONDE QUI MESURE LA QUALITÉ D ENSEIGNEMENT DES COURS EN INVESTISSANT DANS LA FORMATION DES INSTRUCTEURS PAGE _05 Modules

Plus en détail

Comment réussir son projet de Master Data Management?

Comment réussir son projet de Master Data Management? Comment réussir son projet MDM? Table des matières Comment réussir son projet de Master Data Management?...... 2 Un marché en croissance..... 2 Les démarches qui réussissent... 2 A quels projets métiers

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

3 minutes. relation client. avec Orange Consulting. pour tout savoir sur la. construisez et pilotez votre relation client

3 minutes. relation client. avec Orange Consulting. pour tout savoir sur la. construisez et pilotez votre relation client 3 minutes pour tout savoir sur la relation client construisez et pilotez votre relation client avec Orange Consulting 1 la relation client au coeur de la transformation digitale de l entreprise Aujourd

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

La Poste votre partenaire en matière d e-commerce

La Poste votre partenaire en matière d e-commerce La Poste votre partenaire en matière d e-commerce De plus en plus de personnes commandent leurs achats en ligne. C est pourquoi la Poste vous soutient tout au long de la chaîne de valeur du commerce électronique.

Plus en détail

Distribution en Europe : l ebusiness, enfin, réintégré

Distribution en Europe : l ebusiness, enfin, réintégré Article paru en Décembre 2002 dans «CPA Management», revue de l association des CPA (Executive MBA d HEC) Distribution en Europe : l ebusiness, enfin, réintégré En 2006, 200 millions d Européens seront

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

Pole Formation Catalogue 2013-2014

Pole Formation Catalogue 2013-2014 Pole Formation Catalogue 2013-2014 Mise à jour Octobre 2013 Page 1 de 13 Nos valeurs Respect : de nos partenaires clients et fournisseurs, de nos engagements Performance : par l exigence que s imposent

Plus en détail

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE La logistique représentait traditionnellement l activité allant de la mise à disposition des produits finis par l usine ou le négociant jusqu à la

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 7 : Customer Relationship Management (CRM) Supply Chain Management (SCM) Sommaire

Plus en détail

Poussées par la croissance

Poussées par la croissance Le Cross-Canal, une étape de la transformation des modèles logistiques L ouverture d un site web pour les enseignes traditionnelles tout comme celle de magasins pour certains «Pure Players» sont les signes

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation

Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation Thomas H. Abbot Vice President Operations Planning, LUCENT TECHNOLOGIES, États-Unis. Lucent Technologies, un des leaders des

Plus en détail

Livre Blanc. L'utilisation. Transforming Passion into Excellence

Livre Blanc. L'utilisation. Transforming Passion into Excellence Livre Blanc L'utilisation du Chat Une popularité croissante Le développement d'internet a connu une croissance exponentielle ces dix dernières années au point d être aujourd'hui accessible à plus de 3

Plus en détail

Affinitaire. adressé et ciblé. LA POSTE GLOBAL MAIL MEDIAPOST COMMUNICATION VIAPOST DOCAPOST

Affinitaire. adressé et ciblé. LA POSTE GLOBAL MAIL MEDIAPOST COMMUNICATION VIAPOST DOCAPOST DOCAPOST MEDIAPOST COMMUNICATION VIAPOST LA POSTE GLOBAL MAIL DOCAPOST DPS (Document Process Solutions), répond aux problématiques d édition et de gestion de document (éditique on demand et industrielle,

Plus en détail

La gestion de la relation client. Le terme de la Gestion de la Relation Client ou de marketing "One to one"

La gestion de la relation client. Le terme de la Gestion de la Relation Client ou de marketing One to one La gestion de la relation client Introduction Le terme de la Gestion de la Relation Client ou de marketing "One to one" apparaît en France en 1997. Mais le concept est né au début des années 1990, pour

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets

Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets Programme Ministériel 2015 de la GSMA : compte-rendu de session Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets Lundi 2 mars 2015 Session animée par

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI)

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Fiche Synthètique Consumer Journey Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Juillet 2013 1 Le secteur des télécommunications a subi des modifications qui ont permis

Plus en détail

Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012

Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012 Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012 Tour de table d une dizaine d indépendants et gérants de P.M.E.

Plus en détail

Master de Recherche : Stratégie STRATEGIE. Table des matières

Master de Recherche : Stratégie STRATEGIE. Table des matières STRATEGIE Table des matières 1 INTRODUCTION : l impact de l environnement sur la performance S appuyer sur une étude 1970 dans une entreprise Générale Electrice avec le thème : «performance driven» en

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

Christophe BEZES. Formation. Parcours professionnel. Docteur en Sciences de Gestion Professeur-chercheur en marketing Consultant en marketing

Christophe BEZES. Formation. Parcours professionnel. Docteur en Sciences de Gestion Professeur-chercheur en marketing Consultant en marketing Christophe BEZES Docteur en Sciences de Gestion Professeur-chercheur en marketing Consultant en marketing 06.70.94.95.74; cbezes@clickmbrick.net Formation Doctorat en Sciences de Gestion de l Université

Plus en détail

Circulaire du 7 juillet 2009

Circulaire du 7 juillet 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie, de l industrie et de l emploi NOR : ECEC0907743C Circulaire du 7 juillet 2009 concernant les conditions d application de l arrêté du 31 décembre 2008 relatif

Plus en détail

CERTIFICAT E-COMMERCE

CERTIFICAT E-COMMERCE CERTIFICAT E-COMMERCE Maîtriser l évolution de son écosystème de vente en ligne Optimiser l efficacité commerciale de sa présence digitale Construire un plan de promotion adapté à son offre Mesurer la

Plus en détail

LIVRE BLANC. Smart data, scoring et CRM automatisé : Comment acquérir, qualifier et convertir ses prospects en clients

LIVRE BLANC. Smart data, scoring et CRM automatisé : Comment acquérir, qualifier et convertir ses prospects en clients messaging LIVRE BLANC Smart data, scoring et CRM automatisé : Comment acquérir, qualifier et convertir ses prospects en clients SOMMAIRE Smart data, scoring et CRM automatisé : Comment acquérir, qualifier

Plus en détail

Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»:

Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»: Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»: Paris, le 11 juin 2014 Les dernières barrières à l achat

Plus en détail

Country factsheet - Mars 2015. Japon

Country factsheet - Mars 2015. Japon Country factsheet - Mars 2015 Japon Le pays du Soleil-Levant a une économie en ligne des plus attractives et sa maturité ne fait qu accentuer cette attractivité. Les quelques chiffres clés suivants permettent

Plus en détail

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE Ensemble des actions de communication qui visent à promouvoir l image de l entreprise vis-à-vis de ses clients et différents partenaires.

Plus en détail

Point de vue sur le secteur canadien de la vente au détail

Point de vue sur le secteur canadien de la vente au détail sur le secteur canadien de la vente au détail Août 2014 Le commerce électronique : des occasions de croissance dans un environnement changeant Le modèle de vente au détail traditionnel évolue rapidement

Plus en détail

Expérience client. Résumé : Développer une expérience utilisateur cohérente sur plusieurs canaux

Expérience client. Résumé : Développer une expérience utilisateur cohérente sur plusieurs canaux Expérience client Développer une expérience utilisateur cohérente sur plusieurs canaux Comme le confirme l'utilisation grandissante du terme «omni-canal», les distributeurs ne peuvent plus se contenter

Plus en détail

Club Supply Chain et distribution

Club Supply Chain et distribution Club Supply Chain et distribution Fabrice Lajugie de la Renaudie Association des diplômés de Reims Management School 91 rue de Miromesnil 75008 Paris http://www.rms-network.com Sommaire Constats 3 composantes

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

La touche personnelle. Rapport Pitney Bowes sur le degré de personnalisation actuel des communications B2B vers les clients et prospects

La touche personnelle. Rapport Pitney Bowes sur le degré de personnalisation actuel des communications B2B vers les clients et prospects La touche personnelle Rapport Pitney Bowes sur le degré de personnalisation actuel des communications B2B vers les clients et prospects Éléments clé Le degré de personnalisation, même à un niveau élémentaire,

Plus en détail

... et l appliquer à l optimum. Reconnaître la qualité... Solution Partner. Answers for industry.* *Des réponses pour l industrie.

... et l appliquer à l optimum. Reconnaître la qualité... Solution Partner. Answers for industry.* *Des réponses pour l industrie. Reconnaître la qualité...... et l appliquer à l optimum. Solution Partner Answers for industry.* *Des réponses pour l industrie. 2 Le succès par la qualité Un label fiable de qualité optimale Sous le nom

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION Découvrez comment le Social CRM peut travailler pour vous LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION 2 À PROPOS Au cours des dernières années, vous

Plus en détail

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU UNE NOUVELLE VISION POUR DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU Tendances du e-commerce dans le Monde E-Commerce en Tunisie Nouvelle Stratégie de Développement du E- commerce en Tunisie

Plus en détail

Livre blanc. 4 clés pour personnaliser l expérience web des clients

Livre blanc. 4 clés pour personnaliser l expérience web des clients Livre blanc 4 clés pour personnaliser l expérience web des clients Exploiter toute la valeur du site web Par de nombreux aspects, les responsables marketing web d aujourd hui ont les yeux bandés : ils

Plus en détail

PLM et ERP : leurs rôles respectifs dans la fabrication

PLM et ERP : leurs rôles respectifs dans la fabrication Livre blanc PLM et ERP : leurs rôles respectifs dans la fabrication Introduction Deux technologies ont dominé l histoire récente de l informatique dans le domaine de la fabrication. La première est apparue

Plus en détail

La Renaissance de L emailing à la Performance

La Renaissance de L emailing à la Performance La Renaissance de L emailing à la Performance Eviter l essouflement en revenant aux bonnes pratiques marketing Par Mario Roche, Sales Manager Acxiom France Better connections. Better results. Livre Blanc

Plus en détail

I / Un marché planétaire de la devise

I / Un marché planétaire de la devise I / Un marché planétaire de la devise Le marché des changes est le plus important des marchés. Pour beaucoup, il apparaît également comme le plus parfait des marchés, sur lequel l information circule vite

Plus en détail

1 LE SCÉNARIO 1 : L OPTIMISATION DE L ORGANISATION

1 LE SCÉNARIO 1 : L OPTIMISATION DE L ORGANISATION 1 LE SCÉNARIO 1 : L OPTIMISATION DE L ORGANISATION Pour rappel, ce scénario est envisagé face à une conjoncture économique dégradée. Il conduit à renforcer la compétitivité de la fonction traditionnelle

Plus en détail