L impact de l économie numérique. Président du comité économie numérique du Medef,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L impact de l économie numérique. Président du comité économie numérique du Medef,"

Transcription

1 L impact de l économie numérique ENTREPRISE Philippe Lemoine Président du comité économie numérique du Medef, Benoît Lavigne Direction recherche innovation et nouvelles technologies (Medef), Michal Zajac Direction des études (Medef) La croissance de demain repose sur le développement de l économie numérique. Tout le monde est d accord avec cette assertion, mais celle-ci mérite un diagnostic plus précis pour ouvrir de nouvelles perspectives aux entreprises. Les pouvoirs publics ont érigé l économie numérique en priorité nationale. Mais pourquoi l ont-ils fait? Lorsqu on lit l exposé des motifs des différents plans d action gouvernementaux qui se sont succédé sur ce sujet depuis quelques années, se trouve en bonne place un argumentaire sur le poids du numérique dans les gains de productivité de tous les secteurs économiques et sur son rôle majeur dans la croissance. Il est ainsi souvent indiqué que le numérique contribuerait en France au quart de la croissance du PIB et que plus de la moitié de l écart de croissance entre la France et les États-Unis dans la décennie proviendrait d un écart d investissement dans les technologies d information et de communication. 1 er trimestre

2 Entreprise Ce constat, le Medef le connaît bien puisqu il a contribué à le faire connaître, à travers ses publications. Mais, outre le fait que ces estimations macroéconomiques sont aujourd hui datées, il faut aller plus loin dans la connaissance des chiffres pour identifier les conclusions pour l action que les pouvoirs publics doivent tirer de ce constat. Sinon, il se produit systématiquement le même tour de passe-passe, qu il s agisse des publications administratives françaises ou européennes. En effet, après avoir argumenté sur les phénomènes économiques de productivité et de croissance, les programmes d action publics se concentrent sur des sujets d action qui n ont rien à voir : en général, les plans visant l équipement du grand public en ordinateurs et en liaisons à très haut débit ainsi qu un certain nombre d enjeux Le numérique contribuerait au quart de la croissance du PIB en France. Mais rien n est dit sur l enjeu de l entreprise informatisée. applicatifs dans le domaine de l éducation, de la santé et de la culture. Il s y ajoute parfois des mesures sur les jeux électroniques, sur les transports ou sur l environnement. À la rigueur, quelques moyens sont consacrés à l évangélisation informatique de l artisanat et des très petites entreprises. Mais sur l enjeu de l entreprise informatisée, il n y a généralement rien ou presque rien. Cette rupture de logique entre un argumentaire général fondé sur la productivité et des catalogues d action qui s intéressent peu à l entreprise provient en grande partie d un défaut de connaissance. Comme beaucoup d innovations technologiques dont on parle concernant le grand public, il y a un tropisme facile à comprendre qui est de s intéresser à cette partie apparente de l iceberg. Pourtant, un moment de transformation important accompagne l informatisation des entreprises et de l économie : c est le fait de piloter en mouvement qui devrait être une priorité nationale. Si nous voulons diffuser les technologies de l information dans l économie, nous devons au préalable disposer d une vision objective de la situation du numérique, à commencer par son périmètre. Ce diagnostic est primordial pour cibler, mesurer, évaluer les politiques publiques dans ce domaine. Or, s il existe une profusion de données sur les technologies de l information et de la communication (TIC), il est difficile d en extraire les éléments permettant d apprécier leur impact réel. 108 Sociétal n 71

3 L impact de l économie numérique Usage des TIC, augmentation de la productivité et opportunités de marchés pour les entreprises Les contours de l économie numérique sont flous pour la plupart des gens. Cette expression couvre des réalités très différentes. D autant que cette dénomination a évolué selon les années : technologies de l information et de la communication, nouvelles technologies, NTIC, économie électronique, nouvelle économie Dans le cadre de la statistique publique, on constate un premier raccourci : l économie numérique est assimilée aux TIC, et en particulier aux secteurs producteurs. Le secteur des TIC regroupe, selon l OCDE et l Insee, les entreprises qui produisent des biens et services supportant le processus de numérisation de l économie, c est-àdire la transformation des informations utilisées ou fournies en informations numériques. (Informatique, télécommunications, électronique.) Cette assimilation n est pas sans incidence sur la mesure de l impact du numérique sur la croissance. Car l économie numérique ne se limite pas à un secteur d activité en particulier. On devrait plutôt parler de «numérique dans l économie» pour qualifier l ensemble des secteurs qui s appuient sur les TIC, producteurs et utilisateurs. De plus, certains secteurs ne recouvrent pas simplement des activités qui utilisent les nouvelles technologies dans le seul but d accroître leur productivité. Ainsi, dans l inconscient collectif, le commerce électronique, les services en ligne sont des acteurs centraux de l économie numérique. Et pourtant ces acteurs (Google par exemple) ne sont pas systématiquement comptabilisés dans les secteurs TIC. L économie numérique recouvre les Technologies de l information et de la communication (TIC), les secteurs qui les utilisent et ceux qui ne pourraient pas exister sans ces technologies. Pour prendre en compte cette réalité multiple, nous proposons de distinguer trois catégories d acteurs : Le secteur TIC au sens de l OCDE (matériel et composants électroniques, télécommunications, services informatiques et logiciels ). Les secteurs utilisateurs de TIC, qui utilisent ces technologies et gagnent en productivité grâce à elles mais dont l activité préexiste à l émergence des TIC (banques, tourisme, automobile ). 1 er trimestre

4 Entreprise Si la démonstration de la contribution des TIC à la croissance n est plus à faire, il subsiste de nombreuses interrogations sur le poids de l économie numérique et sur les politiques publiques capables de développer son potentiel. Deux éléments en particulier sont à préciser : l impact réel du secteur TIC, la mesure de la création de valeur ajoutée due au TIC dans les autres secteurs, et ce, à l échelle nationale et à l échelle de l entreprise. La contribution du secteur producteur de TIC : prendre en compte la multiplicité des canaux Le secteur des TIC comprend les entreprises de l industrie, des services et du commerce de gros exerçant leur activité dans les domaines de l informatique, des télécommunications et de l électronique. C est un secteur totalisant en France près de emplois, dégageant un chiffre d affaires de 190 milliards d euros en 2005 et réalisant 6,2 % de la valeur ajoutée marchande. Pour mesurer la contribution des TIC à la croissance, il faut prendre en compte les multiples domaines qu elles remodèlent. Mais ces indicateurs, aussi impressionnants soient-ils, se limitent à un constat statique, au poids direct du secteur TIC, et ne reflètent pas l interaction de ce dernier avec le reste de l économie. Or, si l on considère par exemple la part du secteur TIC dans la R&D nationale, on comprend son rôle moteur dans la compétitivité des pays développés. 114 Sociétal n 71

5 Entreprise Les activités dont l existence est liée à l émergence des TIC (services en ligne, jeux vidéo, E-commerce ). Ce schéma n a qu une vocation pédagogique. Son objectif est de mettre en lumière certaines interrogations sur le périmètre de l économie numérique. Par exemple, dans quelle catégorie se situent des acteurs impliqués dans plusieurs activités comme Google ou Microsoft? Secteurs Utilisateurs des TIC Pas de croissance sans numérique Contenu numérique Pas d existence sans numérique Secteurs Producteurs (délimitation OCDE, INSEE) Pas de numérique sans infrastructure Agriculture E-commerce Transport Automobile Matériel, composants Distribution Services en ligne Logiciels et services informatiques Jeux vidéos Télécommunications Banque Musique en ligne Santé Tourisme 110 Sociétal n 71

6 L impact de l économie numérique Les méthodes classiques de mesure de la contribution du numérique à la croissance Depuis le milieu des années 1990, les États-Unis ont vu le rythme de leurs gains de productivité doubler, alors même que la croissance de la productivité en Europe a été amputée de moitié, en particulier dans les pays d Europe continentale (France, Allemagne, Italie et Espagne). La plupart des analystes s accordent pour expliquer cette divergence entre les deux continents par un relatif surinvestissement des pays européens dans les secteurs traditionnels, au détriment de ceux à forte productivité. Il ne fait maintenant plus de doute que les nouvelles technologies ont joué un rôle majeur dans ce différentiel de croissance (Bart van Ark and Robert Inklaar, 2005). La contribution globale des TIC à la croissance est issue de la méthode de la décomposition comptable de la croissance. C est cette méthode qui a notamment permis de comparer les différentiels de croissance entre l Europe et les États-Unis et d en imputer une large part aux TIC. Depuis le milieu des années 90, les nouvelles technologies ont joué un rôle majeur dans le différentiel de croissance entre les Etats-Unis et l Europe. La difficulté réside dans la mesure précise de la contribution de l économie numérique. Selon la méthode de la décomposition comptable, les TIC améliorent la productivité à travers trois mécanismes : M1 La contribution des secteurs producteurs de TIC : les secteurs producteurs de TIC connaissent des gains rapides de productivité globale des facteurs (PGF), grâce au progrès technique rapide dans la production de biens et de services TIC. M2 L utilisation des TIC par tous les secteurs : M2a Les investissements en TIC dans l ensemble des secteurs, qui entraînent une augmentation de l intensité capitalistique, c est-à-dire le stock de capital par heure travaillée. M2b Les gains d efficacité (PGF) réalisés par l ensemble de l économie grâce aux TIC. Aujourd hui, la mesure du rôle des TIC se limite souvent aux deux premiers éléments : les gains de productivité du secteur TIC et l investissement en TIC des 1 er trimestre

7 Entreprise autres secteurs. En revanche, cette méthode ne permet pas de mesurer la contribution des TIC à l amélioration de l efficacité dans les secteurs utilisateurs (i.e. la PGF). En effet, il n est pas possible de mesurer dans la PGF ce qui relève des TIC parmi les autres facteurs de productivité (management, flexibilité du marché, innovation ). L analyse macroéconomique a donc tendance à sous-estimer l impact des TIC. En d autres termes, cette méthode ne permet pas de distinguer entre deux entreprises qui investissent autant dans leur parc informatique, mais dont l une utilise son matériel pour améliorer sa compétitivité et l autre laisse ses ordinateurs éteints dans un hangar! DÉCOMPOSITION COMPTABLE DE LA CROISSANCE : LA LOGIQUE GÉNÉRALE CROISSANCE PRODUCTIVITE DU TRAVAIL P HEURES TRAVAILLEES H PGF PGF= P-K INTENSITE CAPITALISTIQUE K PGF dans les PGF dans les secteurs TIC autres secteurs M1 M2b M2a Intensité K en capital TIC 0.6 Intensité K en capital non TIC 0.4 PRODUCTIVITE DUE AUX TIC Lecture : Entre 1995 et 2000, la croissance de la productivité du travail dans l UE a été de 1,8 % par an (dont 0,4 au titre de la PGF dans les secteurs TIC, 0,4 pour la PGF dans les autres secteurs, 0,6 d investissements en TIC et 0,4 d investissements non TIC). 112 Sociétal n 71

8 L impact de l économie numérique LE SECTEUR TIC SOUS ESTIMÉ CROISSANCE PRODUCTIVITE DU TRAVAIL P HEURES TRAVAILLEES H PGF PGF= P-K INTENSITE CAPITALISTIQUE K La contribution du secteur TIC ne se limite pas à la PGF dans ce secteur. PGF dans les secteurs TIC PGF dans les autres secteurs Intensité K en capital TIC Intensité K en capital non TIC Pour mesurer la contribution exacte du secteur TIC, il faut ajouter la contribution de ce secteur en intensité capitalistique et en heures travaillées PRODUCTIVITE DUE AUX TIC L IMPACT DES TIC SUR LA PGF DES SECTEURS UTILISATEURS N EST PAS PRIS EN COMPTE CROISSANCE PRODUCTIVITE DU TRAVAIL P HEURES TRAVAILLEES H PGF dans les secteurs TIC 0.4 PGF PGF= P-K PGF dans les autres secteurs 0.4 INTENSITE CAPITALISTIQUE Intensité K en capital TIC 0.6 K Intensité K en capital non TIC 0.4 On peut raisonnablement penser qu'une part de la PGF des secteurs utilisateurs est due aux gains d efficacité apporté s par les TIC dans les entreprises. PRODUCTIVITE DUE AUX TIC 1 er trimestre

9 L impact de l économie numérique PART DU SECTEUR TIC DANS LA R&D Irlande Finlande Corée Canada Pays-Bas Etats-Unis Japon Suède Danemark France Norvège Australie Royaume-Uni Italie Belgique Espagne Allemagne République Tchèque Pologne 14,4 12,1 70,2 64,3 55,1 38,5 36,3 35,5 34,4 32,8 31,5 30,6 28,3 26,8 24,2 22,5 22,4 21,8 21,7 Dépense R&D dans l'industrie TIC Dépense R&D dasn les secteurs TIC % Source OCDE Le graphique ci-aprés, consacré au pourcentage des citations liées aux TIC dans les brevets est encore plus frappant : l innovation numérique alimente la dynamique d innovation dans tous les autres secteurs. On voit là le potentiel formidable que recèlent les TIC, en particulier pour les pays proches de la frontière technologique, qui misent justement sur la recherche et l innovation pour doper leur croissance. L innovation numérique alimente l innovation dans tous les autres secteurs. 1 er trimestre

10 Entreprise POURCENTAGE DES CITATIONS LIÉES AUX TIC DANS LES BREVETS 50 % 45 % 40 % 35 % 30 % 25 % 20 % 15 % 10 % 5 % 0 % Part des citations liées aux TIC dans toutes les citations enregistrées à l'office Européen des Brevets (en%) Luxembourg Slovaquie Turquie Portugal République tchèque Pologne Italie Mexique Union européenne Grèce Espagne Autriche Belgique Suisse Allemagne Nouvelle-Zelande Danemark Hongrie France Norvège Australie OCDE Canada Islande Suède Etats-Unis Irlande Japon Pays-Bas Corée Finlande Source : Spiezia (2008) La contribution des TIC dans le reste de l économie : l importance des actifs immatériels complémentaires Dans les années 1990, la France investissait, proportionnellement à son PIB, deux fois moins dans le matériel informatique que les États-Unis, en partie en raison d un probable surinvestissement outre-atlantique, et n a toujours pas rattrapé son retard, comme la plupart de ses homologues européens. Dans la seconde moitié des années 1990, les TIC constituaient l élément principal de la différence de croissance entre les États-Unis et l Europe. Mais, entre 2000 et 2004, les causes du différentiel se sont déplacées vers la PGF. En effet, celle-ci explique 50 % de la croissance de la productivité aux États-Unis sur la période, alors qu en Europe sa contribution a été quasiment nulle. 116 Sociétal n 71

11 L impact de l économie numérique Croissance de la productivité du travail (en %), Effet des TIC Comptabilisé PGF du reste de l'economie Investissement non TIC PGF du secteur producteur TIC Investissement en TIC Effet des TIC Comptabilisé 0 UE à 15 USA Croissance de la productivité du travail (en%), 2.8 PGF du reste de l'economie Investissement non TIC PGF du secteur producteur TIC Investissement en TIC UE à 15 Effet des TIC Comptabilisé USA Effet des TIC Comptabilisé Une analyse approfondie montre qu une part importante de ces gains de PGF peut être imputée à l investissement massif des États-Unis dans les TIC à la fin des années En effet, avant l éclatement de la bulle Internet, en dehors du secteur TIC lui-même, les secteurs qui contribuaient le plus à la croissance étaient également les principaux utilisateurs de nouvelles technologies : distribution, banques, services Le constat d un lien fort mais encore mal établi entre les TIC et les gains de productivité dans les secteurs utilisateurs a conduit ces dernières années les principaux 1 er trimestre

12 Entreprise instituts de statistique à mieux étudier l interaction entre les TIC et la PGF. Des études, menées notamment par l OCDE, ont mis en évidence l importance de l investissement immatériel dans cette relation cruciale pour la croissance. L investissement massif des États-Unis dans les TIC explique les formidables gains de productivité des entreprises américaines dans les années Les travaux en question partent du principe qu on ne peut séparer les TIC du processus d innovation qui les accompagne. De ce point de vue, les analyses macroéconomiques rejoignent les enseignements des travaux menés à l échelle de l entreprise : les nouvelles technologies ne sont que des outils. Elles ne produisent pleinement leurs effets que si elles s accompagnent d investissements dans des actifs immatériels complémentaires. L IMMATÉRIEL DANS L ENTREPRISE Type d investissement immatériel Information numérisée Actifs Innovants Compétences économiques Comprend : Logiciels Bases de Données 1 R&D 2 Recherche de minerai 3 Droits d auteur et licences 4 Développement de produits financiers nouveaux 5 Plans d architectes et d ingénieurs 6 Recherche en sciences humaines La marque Capital humain spécifique à la firme Organisation Traitement dans le cadre de la comptabilité nationale Inclus dans l investissement (depuis peu) Seulement 2 et 3 sont inclus dans l investissement Non pris en compte Source : OCDE, Marrano, Haskel et Wallis d après Corrado, Hulten et Sichel Mais le constat de l importance de l immatériel pour la croissance ne suffit pas à en généraliser la mesure, en raison d une couverture statistique insuffisante des éléments qui le composent : la marque, le capital humain spécifique à la firme, l organisation, etc. Faute d être explicitement pris en compte, ces facteurs immatériels bien que cruciaux se retrouvent de façon indifférenciée dans le chiffre de la PGF, un résidu qui regroupe tout ce que la statistique ne sait pas mesurer. 118 Sociétal n 71

13 L impact de l économie numérique Par exemple, pendant longtemps, les logiciels n étaient pas considérés comme des investissements mais comme des consommations intermédiaires, ce qui revenait à les exclure mécaniquement des mesures des contributions à la croissance. Aujourd hui, cette insuffisance a été corrigée et les logiciels sont intégrés aux investissements. Mais ce n est toujours pas le cas pour la quasi-totalité des autres investissements immatériels. Les TIC ne produisent leurs effets que si elles s inscrivent dans un processus global d innovation. Selon la méthode exposée par Corrado, Hulten et Sichel, les investissements immatériels peuvent être répartis en trois catégories (voir le tableau) : Information numérisée (logiciels, bases de données). Innovation (R&D, brevets, licences, design ). Compétences économiques (marque, capital humain spécifique, structure organisationnelle). Pour le moment, l hétérogénéité des sources et la nature de certaines activités rendent délicates les comparaisons internationales. Mais certains pays ont déjà engagé des études dans ce sens (Finlande, États-Unis, Royaume-Uni, Japon). Aujourd hui les investissements immatériels représentent une part très importante du PIB dans les pays industriels. INVESTISSEMENTS IMMATÉRIELS EN FRANCE Investissement en milliards de $ US, 2004 Investissement immatériel Investissement matériel Finlande Pays-Bas Espagne Italie Allemagne France RU USA Source : Hao, Manole (2008), Conference Board 1 er trimestre

14 Entreprise Compléter la mesure des équipements TIC par des indicateurs d usage des technologies Il ne sert à rien d investir dans du matériel sans démarche d organisation visant à l usage efficace du numérique. Pour résumer, il ne suffit pas d investir massivement dans du matériel et du logiciel, si en parallèle on n investit pas dans les actifs immatériels (formation, organisation du travail) qui permettent un usage efficient du numérique. Or, jusqu à présent, les principaux indicateurs du numérique correspondaient à l investissement matériel, comme l équipement des entreprises en ordinateurs, et non à leur usage. Certes, on peut considérer le taux de connexion à Internet comme un indicateur d usage, mais à l heure actuelle même l accès au haut débit n est plus pertinent pour différencier le degré de diffusion des nouvelles technologies. En effet, dans les pays proches de la frontière technologique, l équipement et l accès à internet sont largement déployés dans les entreprises de plus de dix salariés. Mais ces indicateurs ne permettent pas de connaître l usage réel de ces équipements au sein des entreprises. CONNEXION DES ENTREPRISES À L INTERNET HAUT DÉBIT EN 2008, PAR PAYS (EN %) France Finlande Espagne Suède 89 UE 15 Pays-Bas Allemagne Italie Source : tableau de bord des TIC et du commerce électronique DGCIS 2009-Eurostat 2008 Plusieurs organismes proposent de compléter cette lacune en élaborant des indicateurs synthétiques visant à comparer le développement des nouvelles technologies selon les pays. Dans ceux consacrés au e-business, il n est pas surprenant de retrouver 120 Sociétal n 71

15 L impact de l économie numérique en tête du palmarès les pays du nord de l Europe. Mais, pour séduisant que soient ces agrégats, ils comportent certaines limites. Notamment, au-delà des grandes tendances (Nord/Sud), les différences de niveau sont assez faibles entre chaque pays, si bien que certains progressent parfois de manière spectaculaire d une année à l autre. DE L ADOPTION DES TECHNOLOGIES À L USAGE EFFICIENT PAR LES ENTREPRISES Panorama des indicateurs synthétiques Classement Pénétration haut débit ICT opportunity index e-business readiness : adoption Source OCDE ITU EC Networked readiness : business readiness WEF and INSEAD e-business readiness : use EC Networked readiness : business usage WEF and INSEAD Business competitivenes index WEF and Porter DK SE FI CH DK JP US 2 NL LU SE FI NL SE DE 3 CH HK DK DE EI DE FI 4 KO NL NL US DE CH SE 5 NO DK BE JP FI IS DK 6 IS CH DE EI AT FI CH 7 FI SG FR DK SE DK NL 8 SE UK UK BE FR IS AT 9 CA IS AT AT BE NL SG 10 BE NO EI NL UK UK JP 11 UK CA ES SE IT KO UK 12 AU BE IT IL ES NO HK 13 FR US ES HK AT SG NO 14 LU AU EI UK PO US CA 15 US AT EE SG UK AT BE Il ne s agit pas des dernières données disponibles mais d une photographie comparative à un instant t. Si les indicateurs d équipement et les indicateurs synthétiques peinent à mesurer le degré de diffusion des TIC dans les pays industriels, la statistique européenne a largement progressé dans la prise en compte des usages des TIC : 1 er trimestre

16 Entreprise Les entreprises françaises restent notoirement en retard en termes d utilisation d Internet dans leur politique d achats ou de formation comme dans leurs relations avec l administration. En 2008, sur les 27 pays de l Union européenne, la France figurait dans le trio de tête pour l accès à Internet haut débit. Mais elle est très largement en retard dans l usage : 19 e rang pour les entreprises ayant créé un site web. 18 e rang pour les entreprises utilisant l Internet dans leur relation avec l administration. 18 e rang pour les entreprises effectuant des achats par Internet. 17 e rang pour les entreprises ayant organisé des formations pour développer les compétences en TIC de leur personnel. ENTREPRISES AYANT ORGANISÉ DES FORMATIONS POUR DÉVELOPPER/AMÉLIORER LES COMPÉTENCES EN TIC DE LEUR PERSONNEL (EN %) Norvège Danemark Finlande Royaume-Uni Autriche Suède Irlande Slovénie Belgique Allemagne Rép. tchèque Pays-Bas UE (15) Slovaquie France Portugal Grèce Espagne Pologne Italie Source : enquête Eurostat 2008 Les entreprises françaises forment deux fois moins leurs employés aux TIC qu en Norvège ou au Danemark. 122 Sociétal n 71

17 L impact de l économie numérique Reste à renforcer, pérenniser, développer ces indicateurs sur le long terme. Cela passe notamment par une plus forte mobilisation de notre appareil statistique au service de l économie numérique, levier de croissance majeur pour notre économie. En France, la force d une industrie se mesure aussi par les ressources administratives qui lui sont consacrées. Certaines filières traditionnelles, eu égard à leur poids historique dans notre économie, font ainsi l objet d une attention toute particulière de l administration et disposent de véritables services statistiques, dont certains regroupent plusieurs centaines de collaborateurs. Il est grand temps de doter l économie numérique d un outil statistique qui à la fois reflète son importance et contribue à sa diffusion. SERVICES STATISTIQUES MINISTÉRIELS (EFFECTIFS) Ensemble des services statistiques des ministères (SSM) Total dont Insee Agriculture Collectivités locales 13 6 Culture 20 4 Défense 9 4 Développement durable Douanes Éducation, recherche Fonction publique 15 7 Immigration, intégration 14 4 Jeunesse, sports 7 5 Justice Pêche maritime, aquaculture 6 4 Source : site Insee Il est grand temps de doter l économie numérique d un véritable outil statistique. Santé, solidarité Travail, emploi Total SSM er trimestre

18 Entreprise Bibliographie Indicative Janet Hao, Vlad Manole et Bart van Ark, Intangible Capital and Growth an International Comparison, Article rédigé pour la 30ème conference générale de l Association internationale pour la recherche sur les revenus et la richesse (International Association for Research in Income and Wealth). Bart van Ark et Inklaar Robert, Catching Up or Getting Stuck? Europe s Problems to Exploit ICT s Productivity Potential, EU Klems, Working Paper n 7, Carol Corrado, Charles Hulten, Daniel Sichel, Intangible Capital and Economic Growth, National Bureau of Economic Research, Working Paper n 11948, Vincenzo Spiezia, Using Patent Citations to Measure the Contribution of ICT Inventions to Inventive Activities In Manufacturing : an Exploration, OCDE, groupe de travail sur les indicateurs pour la société de l information, DSTI/ICCP/ IIS(2008)4, Sociétal n 71

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Le tableau de bord de l Union de l innovation pour la recherche et l innovation Synthèse Version FR Entreprises et industrie Synthèse Tableau de bord de

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Neuchâtel, 2005 Doctorats Les nouveaux docteurs en sciences exactes et naturelles et sciences techniques représentent des ressources humaines hautement

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Coût des systèmes de santé

Coût des systèmes de santé santé publique Santé publique Comparaison internationale et positionnement de la Suisse Coût des systèmes de santé Depuis plus de quarante ans, l Organisation de coopération et de développement économiques

Plus en détail

Caractéristiques des ménages immigrés

Caractéristiques des ménages immigrés Les indicateurs de l intégration des immigrés 2015 Trouver ses marques OCDE/Union européenne 2015 Chapitre 4 Caractéristiques des ménages immigrés La structure du ménage et de la famille est déterminante

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Rendement des fonds de pension et des fonds de

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

Comparaison internationale des Charges fiscales

Comparaison internationale des Charges fiscales Comparaison internationale des Charges fiscales Taux et quotes-parts d'impôts dans différents pays de l'ocde Janvier 2014 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

PARTIE III L espace mondial

PARTIE III L espace mondial PARTIE III L espace mondial SOUS-PARTIE I LE MONDE : LES GRANDES ZONES GÉOGRAPHIQUES 370 CHAPITRE 1 LES DÉPENSES DE R&D 371 CHAPITRE 2 LES COMPÉTENCES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 374 CHAPITRE 3 LA PRODUCTION

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères Mahmoud Jlassi et Xavier Niel* En 26, 29 % des entreprises d au moins dix salariés confient à des

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 1/ Les quatre types d organisations du travail Les organisations à structure simple Elles caractérisent souvent les PME, avec une faible autonomie

Plus en détail

Les politiques climatique et énergétique de la France

Les politiques climatique et énergétique de la France Les politiques climatique et énergétique de la France Rouen, le 11 avril 2011 Domitille BONNEFOI Domitille.bonnefoi@developpement-durable.gouv.fr DGEC Ministère de l'écologie, du Développement durable

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est D O S S I E R Comparaison des systèmes de santé des pays développés S. CHAMBARETAUD Enseignante associée au CNAM PARIS. Le financement des systèmes de santé dans les pays développés : analyse comparative

Plus en détail

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande?

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? FR J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? A Informations sur le règlement de Dublin pour les demandeurs d une protection internationale en vertu

Plus en détail

La zone euro et la crise des dettes publiques

La zone euro et la crise des dettes publiques La zone euro et la crise des dettes publiques Charles Wyplosz Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement, Genève Conférence SYZQUANT Genève le 23 novembre 2010 Dettes en 2010 (% PIB)

Plus en détail

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE Introduction L investissement direct étranger a des effets bénéfiques sur l économie L investissement direct étranger (encadré

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0 L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47. Résumé La question de la position des consommateurs vis-à-vis du commerce international a été abordée en particulier par deux

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010

Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010 International Migration Outlook: SOPEMI 2010 Summary in French Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010 Résumé en français Les migrations internationales restent au cœur des préoccupations

Plus en détail

Le système d'indicateurs de performance de l'infrastructure scolaire en Afrique du Sud

Le système d'indicateurs de performance de l'infrastructure scolaire en Afrique du Sud Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : Gibberd, J. (2007), «Le système d'indicateurs de performance de l'infrastructure scolaire en Afrique du Sud», PEB Échanges, Programme

Plus en détail

Innover à l'ère du numérique : ramener l'europe sur la bonne voie Présentation de J.M. Barroso,

Innover à l'ère du numérique : ramener l'europe sur la bonne voie Présentation de J.M. Barroso, Innover à l'ère du numérique : ramener l'europe sur la bonne voie Présentation de J.M. Barroso, Président de la Commission européenne, au Conseil européen des 24 et 25 octobre 213 Indice de compétitivité

Plus en détail

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Alors que la France tend à élargir la complémentaire santé à une partie d autant plus large de sa population, il est intéressant d'apprécier en quoi les autres

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI Général au développement durable n 683 Octobre 2015 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2014 OBRVION ET STISTIQU énergie En 2014, le prix du gaz a baissé

Plus en détail

Quel est le niveau de salaire des enseignants?

Quel est le niveau de salaire des enseignants? Quel est le niveau de salaire des enseignants? Indicateur Le salaire statutaire des enseignants ayant au moins 15 ans d exercice à leur actif s établit, en moyenne, à 38 914 USD dans l enseignement primaire,

Plus en détail

Paiements transfrontaliers

Paiements transfrontaliers Paiements transfrontaliers Transférer rapidement et facilement des fonds à partir de et vers un compte à l étranger Valable à partir du 1 e janvier 2007 Valable à partir du 1 e janvier 2007 La vie actuelle

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

La croissance économique

La croissance économique Insee en bref Pour comprendre... La croissance économique Qu est-ce que la croissance? Comment l Insee calcule-t-il le PIB? À quoi sert le PIB? Comment compléter le PIB? Qu est-ce que la croissance? La

Plus en détail

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE DONNÉES DE BASE SUR L ÉNERGIE DANS LE MONDE Les réserves La production La consommation Les prix du pétrole Les routes de l énergie LES RESERVES Région du monde LES RÉSERVES ÉNERGÉTIQUES

Plus en détail

D Environnement pédagogique

D Environnement pédagogique Chapitre D Environnement pédagogique et organisation scolaire Regards sur l éducation OCDE 2011 407 Combien de temps les élèves passent-ils en classe? Dans les pays de l OCDE, les élèves sont censés suivre

Plus en détail

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays?

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Le but de ce dossier pédagogique est de mieux comprendre les écarts constatés entre pays en matière d effort

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Belgique

Le commerce extérieur de la Belgique Le commerce extérieur de la Belgique janvier-septembre 2010 Le commerce extérieur de la Belgique à l issue des 9 premiers mois de 2010 (Source: BNB concept communautaire*) Analyse des chiffres des 9 premiers

Plus en détail

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings Summary in French Systèmes de santé : efficacité et politiques Résumé en français L état de santé de la population des pays de l OCDE n a cessé de s

Plus en détail

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.3.2015 COM(2015) 130 final EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION des rapports d activité annuels des États membres en matière de crédits à l exportation au sens du règlement

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGCIS-Banque de France auprès des visiteurs venant de l étranger

Plus en détail

du numérique Édition 2015

du numérique Édition 2015 ÉTUDES ÉCONOMIQUES CHIFFRES CLÉS du numérique Édition 2015 DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES Secteur producteur - Emploi Nombre d entreprises dans le secteur des TIC* Nombre d unités légales en 2013 Industrie

Plus en détail

L ATTITUDE DES EUROPEENS A L EGARD DE LA SECURITE ALIMENTAIRE, DE LA QUALITE DE L ALIMENTATION ET DE L ENVIRONNEMENT RURAL

L ATTITUDE DES EUROPEENS A L EGARD DE LA SECURITE ALIMENTAIRE, DE LA QUALITE DE L ALIMENTATION ET DE L ENVIRONNEMENT RURAL Eurobaromètre spécial 389 L ATTITUDE DES EUROPEENS A L EGARD DE LA SECURITE ALIMENTAIRE, DE LA QUALITE DE L ALIMENTATION ET DE L ENVIRONNEMENT RURAL RAPPORT Terrain : mars 202 Publication : juillet 202

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION

2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION 2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION 2.1. Méthode et outils d analyse 2.1.1. Méthode générale L'étude a été organisée en quatre phases, structuration de l'étude, observation, analyse et évaluation, décrites

Plus en détail

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Antoine SAINT-DENIS, Commission européenne, DG Emploi, Affaires sociales, Egalité des chances 2 Antoine SAINT-DENIS

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Pallier la pénurie d entrepreneurs 2014 OCDE/UNION EUROPÉENNE 2015 Chapitre 4 Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Ce chapitre traite des activités d indépendant et d entrepreneuriat

Plus en détail

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange Sous thème 1.2 : La dimension internationale de l échange Chapitre 4 : L ouverture des économies Problématique(s) du sous thème : Les conséquences

Plus en détail

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT note d informationdécembre 13.30 En 2012, 5 700 élèves de 15 ans scolarisés dans les collèges et lycées français ont participé à l enquête internationale PISA visant à évaluer principalement la culture

Plus en détail

VAIO en toute sérénité

VAIO en toute sérénité VAIO en toute sérénité Les garanties VAIO et leurs Extensions Modèles VAIO grand public Garantie standard 1 an* Extensions de Garantie Modèles VAIO Professionnels Garantie standard 2 ans* internationale

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

Portrait pays. Juin 2015

Portrait pays. Juin 2015 Portrait pays Juin 2015 Pays participants en 2014 MÉTHODOLOGIE Nouveaux pays en 2015 13 600 salariés européens interrogés en janvier 2015, dans 14 pays : Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Suède,

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

En France, le redoublement fait

En France, le redoublement fait Comparaisons internationales Que nous apprennent les évaluations internationales sur le fonctionnement des systèmes éducatifs? Une illustration avec la question du redoublement Thierry Rocher Bureau des

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Bruxelles, le 14 avril 2014 En 2013, les autorités nationales chargées des questions de consommation

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus En termes absolus, les dépenses des administrations publiques (administration centrale, communes, sécurité sociale) sont très élevées au Luxembourg, 34 4 par habitant contre 14 dans la zone euro en moyenne

Plus en détail

noms de domaine.be & agents d enregistrement

noms de domaine.be & agents d enregistrement noms de domaine.be & agents d enregistrement 2014 2 Nombre de nouveaux enregistrements.be 193.659 222.919 232.746 257.637 267.780 306.341 299.846 264.930 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Evolution

Plus en détail

Quels facteurs incitent la société à investir dans l'éducation?

Quels facteurs incitent la société à investir dans l'éducation? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Quels facteurs incitent la société à investir dans l'éducation? Merci de citer

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

FriedlandPapers. Lettre de prospective n 35 - Janvier 2012

FriedlandPapers. Lettre de prospective n 35 - Janvier 2012 Petya Petrova - Fotolia.com FriedlandPapers Lettre de prospective n 3 - Janvier 12 Par Jean-Gilles Cahn * jgcahn@ccip.fr L INVESTISSEMENT IMMATÉRIEL, NOUVELLE «MAIN INVISIBLE»? * Jean-Gilles Cahn Économiste

Plus en détail

LA RENAISSANCE PARTIELLE DE L'EMPLOI INDÉPENDANT

LA RENAISSANCE PARTIELLE DE L'EMPLOI INDÉPENDANT Chapitre 5 LA RENAISSANCE PARTIELLE DE L'EMPLOI INDÉPENDANT Résumé Pendant les années 9, le travail indépendant a progressé plus rapidement que la population active civile occupée dans la plupart des pays

Plus en détail