Maladies diarrhéiques. K. Alberti, Epicentre Réponse aux Epidémies Paris, décembre 2009

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maladies diarrhéiques. K. Alberti, Epicentre Réponse aux Epidémies Paris, décembre 2009"

Transcription

1 Maladies diarrhéiques K. Alberti, Epicentre Réponse aux Epidémies Paris, décembre 2009

2 Introduction aux maladies diarrhéiques Causes: diverses bactéries, virus et parasites Facile à éviter - en théorie - Corrélation avec développement / hygiène général Epidémies fréquentes dans plusieurs de pays Flambées d épidémie potentielles Nombre de cas précis inconnu (recueil de données) Choléra 1 à 1,5 million de cas par an?

3 Mode de transmission Oro-fécal Par le contact avec une personne infectée Par la consommation d eau ou de nourriture contaminée Le corps des malades et leurs rejets (selles, vomissements) = source considérable d infection Les centres de traitement peuvent devenir des lieux de transmission (désorganisation, manque d hygiène)

4 Vibrio cholerae (1) Bactérie Multiples sérogroupes Sérogroupes O1 et O139 des sources d épidémies connues O139 est apparu en 1992 en Inde et au Bangladesh, jusqu à nos jours, pas de circulation hors de l Asie de sud-est D autres sérogroupes peuvent aussi provoquer des diarrhées Non-invasifs Les enterotoxin sont responsables de la diarrhée

5 Vibrio cholerae (2) Conditions de survie: large plage de températures et ph Inactivés par: ph < 4.5 Température < 70 C La sécheresse Réservoir naturel: probablement aquatique Les êtres humains constituent aussi des réservoirs potentiels (infection asymptomatique ) Charge infectante > 10 5 Vibrio

6 Surveillance Définition de cas standard: Choléra = généralement tout cas de diarrhée aiguë aqueuse, avec ou sans vomissement chez un patient agé de 2ans ou plus Confirmation de laboratoire cultures de selles Test diagnostique rapide également disponible Registres des centres de santé et des hôpitaux Rapport journalier ou hebdomadaire (cas agrégés) Nombre de cas et décès Par origine géographique

7 Caractéristiques importantes des épidémies de choléra Caractéristiques Situation ouverte" Rurale Contexte urbain Bidonvilles Camps de refugiés / déplacés Retard jusqu au pic épidémique 1.5 à 3 mois 1 à 2 mois 2 à 4 semaines Durée 3 à 6 mois 2 à 4 mois 1 à 3 mois Taux d attaque 0.1 % à 2 % 1 à 5 % 1 à 5 % Létalité < 5% 2 à 5% < 1%

8 Choléra présentation Incubation courte (quelques heures à 5 jours) 80% des cas asymptomatiques Quand symptomatique alors évolution rapide Diarrhée profuse brusque ( rice water stools ) vomissement déshydratation 75% des cas arrivant aux CTC présentent potentiellement une déshydratation sévère Diagnostic clinique (surveillance laboratoire)

9 Progression clinique Létalité < 1% si traitement approprié Patients avec ou sans déshydratation modérée observation Patients avec déshydratation sévère hospitalisés Durée de séjour moyen 2 à 4 jours Si le patient survit, guérison spontanée en 4 à 6 jours Immunité Anticorps «vibrocidal» pour 2 à 7 mois Immunité locale (IgA, IgG, IgM dans la muqueuse intestinale) probablement pour une période plus importante)

10 Prise en charge Réhydratation (remplacement des fluides) Réhydratation orale SRO +++ Réhydratation intraveineuse seulement pour les patients présentant une déshydratation sévère Ringer s Lactate (ou solution physiologique) Introduction de SRO le plus vite possible Permettre rapidement la reprise de nourriture Antibiotiques pour les cas sévères Réduction de la durée et de la sévérité des symptômes

11 Principes de prise en charge Traiter tous les cas rapidement développer l accès Sélectionner les patients présentant des diarrhées aigues Pas d isolation (comme le SRAS par exemple) Développer des lieux d accueil et de soins spécifiques (Au sein des dispositifs de santé habituels pour développer l accès Ou en dehors) «Centre de traitement du choléra» (CTC) «Unité de traitement du choléra» (UTC) = hospitalier Points de réhydratation orale = structures de santé Alimenter les malades

12 "Centre de traitement de choléra" : 4 zones 1. Observation 2. Isolation (réhydratation intraveineuse) 3. Convalescence (réhydratation orale) 4. Zone neutre (réserve, pharmacie, vestiaire) + latrines + douches + incinérateur + chambre mortuaire + lavage + cuisine

13 Centre de traitement du choléra Mortuaire Puit Inc O REHYDRATATION SRO ZONE d OBSERVATION EAU D D Sprayage des pieds Lav STOCK Trou REHYDRATATION INTRAVENEUSE + PERSONNEL L L L

14 Mesures de contrôle dans les centres de traitement Limite des entrées et des mouvements au sein des centres Provision d eau et de savon pour laver des mains Lavage des mains avec du savon ou une solution de chlore (à 0.05%) avant et après l examen clinique de chaque patient Les soignants (y compris les familles) ne doivent pas préparer la nourriture Un membre de la famille peut aider le patient Les selles des patients doivent être désinfectées (2%) et jeter, dans les latrines Désinfection (0.2%) et lavages séparés fréquents des vêtements et des draps des malades

15 Autres mesures de contrôles Funérailles Respecter les coutumes locales dans toute la mesure du possible Favoriser des mesures d hygiène et de désinfection pendant les funérailles Eviter le lavage du corps du défunt Eviter la préparation et la distribution de nourriture S assurer de la disponibilité en eau potable et de savon Rassemblements de personnes Pourvoir à un accès en eau chlorée dans des quantités suffisantes Mettre en place un dispositif de collecte des déchets humains sans risque Désinfecter les latrines régulièrement

16 Eau et assainissement dans la communauté Eau Provision d un minimum de 20 litres d eau potable par personne et par jour Camions d eau si nécessaire Surveillance bactériologique de la qualité de l eau et du résidu de chlore A la maison, mettre du chlore ou faire bouillir l eau à boire, veiller à ne pas contaminer l eau Latrines Accélérer la construction de latrines si nécessaire Construction de latrines collectives et/ou temporaires (Réponse possible pendant des urgences bien spécifiques) Désinfections journalières avec une solution de chlore 0.2%

17 Education pour la santé et mobilisation communautaire Diffuser des messages simples et ciblés sur: Un usage sans risque de l eau, l hygiène personnel (les latrines, le lavage des mains, les contacts sociaux), les bonnes pratiques de désinfection La conduite à tenir en cas de diarrhées aigues Identifier des personnes ressources et les conduire à s engager Mobiliser des équipes Messages d éducation pour la santé Recherche active des malades pour une prise en charge précoce

18 Epidémies des maladies diarrhéiques : objectifs de la réponse Réduction de la mortalité Détection précoce des cas Améliorer l accès aux soins Soins et provisions de nourriture en quantités suffisantes Réduction de l étendue de l épidémie Provision en eau potable Sensibilisation communautaire Contrôle de l infection dans les centres de soins et lors des rassemblements Vaccination??

http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs107/fr/# Choléra Aide-mémoire N 107 Mis à jour en octobre 2016 Principaux faits Le choléra est une maladie diarrhéique aiguë, dont on peut mourir en quelques

Plus en détail

Choléra en Haïti : bilan des interventions de l InVS (GOARN et Epicentre) - Novembre Mars 2011

Choléra en Haïti : bilan des interventions de l InVS (GOARN et Epicentre) - Novembre Mars 2011 Choléra en Haïti : bilan des interventions de l InVS (GOARN et Epicentre) - Novembre 2010 - Mars 2011 3ièmes Journées Interrégionales de Veille Sanitaire - Antilles Guyane 26 au 27 Octobre 2012 Sophie

Plus en détail

LE CHOLERA. Vibrio cholerae

LE CHOLERA. Vibrio cholerae LE CHOLERA Vibrio cholerae Sommaire 1. Présentation 2. Historique de la maladie 3. Contamination et transmission 4. Description de la maladie 5. Description du microbe 6. Traitements de la maladie 7.

Plus en détail

mardi 26 octobre :00 heures, UTC-4 RAPPORT DE SITUATION #5 du COU Flambée de choléra en Haïti Récapitulatif

mardi 26 octobre :00 heures, UTC-4 RAPPORT DE SITUATION #5 du COU Flambée de choléra en Haïti Récapitulatif mardi 26 octobre 2010 18:00 heures, UTC-4 RAPPORT DE SITUATION #5 du COU Flambée de choléra en Haïti Récapitulatif Le MSPP (Ministère de la Santé publique et de la Population) dirige la réponse à la flambée

Plus en détail

Les maladies diarrheiques aiguës dans les situations d urgence complexes :

Les maladies diarrheiques aiguës dans les situations d urgence complexes : OMS GROUPE SPÉCIAL MONDIAL DE LUTTE CONTRE LE CHOLÉRA Les maladies diarrheiques aiguës dans les situations d urgence complexes : MESURES ESSENTIELLES La prise de décision durant les phases de préparation

Plus en détail

VIRUS DE L HEPATITE A (VHA)

VIRUS DE L HEPATITE A (VHA) VIRUS DE L HEPATITE A (VHA) 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE... 2 1.2 RESERVOIRE, SOURCE... 2 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.5 MODE DE TRANSMISSION

Plus en détail

HISTOIRE D UNE INONDATION A DJIBOUTI (Assemblée Mondiale de la Santé Genève, mai 2004)

HISTOIRE D UNE INONDATION A DJIBOUTI (Assemblée Mondiale de la Santé Genève, mai 2004) HISTOIRE D UNE INONDATION A DJIBOUTI (Assemblée Mondiale de la Santé Genève, mai 2004) INTRODUCTION dans la Corne de l Afrique, de réfugiés et de personnes déplacées, des variations extrêmes du climat

Plus en détail

RÉSURGENCE DU CHOLÉRA DANS LA RÉGION AFRICAINE DE L OMS : SITUATION ACTUELLE ET PERSPECTIVES INTRODUCTION SITUATION ACTUELLE..

RÉSURGENCE DU CHOLÉRA DANS LA RÉGION AFRICAINE DE L OMS : SITUATION ACTUELLE ET PERSPECTIVES INTRODUCTION SITUATION ACTUELLE.. 16 juillet 2007 COMITÉ REGIONAL DE L AFRIQUE ORIGINAL : ANGLAIS Cinquante-septième session Brazzaville, République du Congo, 27 31 août 2007 Point 7.1 de l ordre du jour provisoire RÉSURGENCE DU CHOLÉRA

Plus en détail

Ebola aux urgences. Dr Xavier Holemans

Ebola aux urgences. Dr Xavier Holemans Ebola aux urgences Dr Xavier Holemans Ebola : une maladie qui fait peur Infographie courrier international n 1250 du 16 au 22 octobre 2014 WHO Situation Report, 5 nov. 2014 Ebola, un virus fragile Eau-savon

Plus en détail

Région avec présence de choléra endémo-épidémique Réponses principalement orientées sur la réponse aux épidémies

Région avec présence de choléra endémo-épidémique Réponses principalement orientées sur la réponse aux épidémies Région avec présence de choléra endémo-épidémique Réponses principalement orientées sur la réponse aux épidémies Projets pilotes d approche intégrée (2006-2011) Ateliers régionaux intégrés (Mai 2008, Avril

Plus en détail

Clostridium difficile

Clostridium difficile Il est décrit en 1935 par Hall et O Toole Son nom «difficile» provient des grandes difficultés qu ils éprouvèrent à l isoler et de sa croissance très lente en milieu de culture. Clostridium difficile C

Plus en détail

Infection à virus Ebola Notions générales et conduite à tenir en phase initiale

Infection à virus Ebola Notions générales et conduite à tenir en phase initiale Infection à virus Ebola Notions générales et conduite à tenir en phase initiale XX/XX/XX Qu est-ce que la maladie à virus Ebola?. Le virus Ebola provoque l une des infections virales les plus graves connue

Plus en détail

! " #! $ # % & " # # ' ( % $ " $ ( ) * " +, - + ' ) + $$. / & 0 1 & 0 & $ 2

!  #! $ # % &  # # ' ( % $  $ ( ) *  +, - + ' ) + $$. / & 0 1 & 0 & $ 2 ! " #! $ # %&" # # ' ( % $ "$ ( ) * " +, -+ ')+ $$. / &01 &0&$ 2 ," " " $ $ " $ /$ %$ 23 " % $ ) 4 $ " )" $ 5" $ 67'8' /$ " $ " 4 / " "$ " $& 9 $ $ :44 4#4(4*; 9 4 3 & 4$"

Plus en détail

Augmentation des cas de gastroentérite d allure virale (Norovirus)

Augmentation des cas de gastroentérite d allure virale (Norovirus) Appel à la vigilance Le 23 janvier 2017 - Pour diffusion Cet appel à la vigilance est destiné aux médecins et infirmières des urgences, officiers et infirmières PCI, microbiologistes-infectiologues, cliniques

Plus en détail

Compréhension de l épidémie de choléra en Haïti

Compréhension de l épidémie de choléra en Haïti V ème Congrès international d épidémiologie ADELF/EPITER, 12 au 14 septembre 2012 Compréhension de l épidémie de choléra en Haïti 2010-2011 Rachel Haus - Cheymol 1, Jean Gaudart 2, Robert Barrais 3, Benoît

Plus en détail

Rapport de la Situation des flambées de Diarrhée aiguë aqueuse et de Grippe humaine en RCA

Rapport de la Situation des flambées de Diarrhée aiguë aqueuse et de Grippe humaine en RCA POINTS SAILLANTS Du 27 juillet au 05 août 2016, environ 36 cas de diarrhée aiguë aqueuse et déshydratation sévère dont 8 décès ont été enregistrés dans le village Mourou-fleuve, sous-préfecture de Ndjoukou

Plus en détail

Suspicions d infection à virus Ebola : Point de situation au 11 septembre 2014

Suspicions d infection à virus Ebola : Point de situation au 11 septembre 2014 Suspicions d infection à virus Ebola : Point de situation au 11 septembre 2014 Cellule de l InVS en Ile-de-France Champagne-Ardenne, Dr Ibrahim MOUNCHETROU NJOYA Qu est-ce que le virus Ebola? famille des

Plus en détail

Rencontre annuelle AQIA 8 septembre 2011

Rencontre annuelle AQIA 8 septembre 2011 Rencontre annuelle AQIA 8 septembre 2011 Les pathogènes dans les aliments: une préoccupation réelle! 9,4 millions de maladies d origine alimentaire 56 000 hospitalisations 1350 morts Scallan et al., 2011

Plus en détail

PLAN NATIONAL DE RIPOSTE A L EPIDEMIE DE CHOLERA

PLAN NATIONAL DE RIPOSTE A L EPIDEMIE DE CHOLERA 1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DE LUTTE CONTRE LA MALADIE PLAN NATIONAL DE RIPOSTE A L EPIDEMIE DE CHOLERA Juillet 2011 2 I. INTRODUCTION

Plus en détail

PERIL FECAL PREVENTION DES EPIDEMIES EN SITUATION DE CRISE HUMANITAIRE

PERIL FECAL PREVENTION DES EPIDEMIES EN SITUATION DE CRISE HUMANITAIRE CCO Méd. Huma. Cours 2 Cours du 30/01/2013 à 18h30 Pr. Jérôme LEGLISE (Référent Eau et Assainissement - Médecins Sans Frontières) Ronéotypeuse : Margaux Riant CCO MEDECINE HUMANITAIRE COURS 2 PERIL FECAL

Plus en détail

Clostridium difficile : quand y penser et comment le traiter en 2018? Quoi de neuf en Hépato-Gastroentérologie 2018

Clostridium difficile : quand y penser et comment le traiter en 2018? Quoi de neuf en Hépato-Gastroentérologie 2018 Clostridium difficile : quand y penser et comment le traiter en 2018? Quoi de neuf en Hépato-Gastroentérologie 2018 Clostridium difficile : qui est-ce? Bactérie anaérobie sporulée présente dans l eau,

Plus en détail

Adenovirus. Salmonelloses(non typhiques) Escherichia coli entéropathogènes (EPEC) Escherichia colientéro-hémorragiques (EHEC)

Adenovirus. Salmonelloses(non typhiques) Escherichia coli entéropathogènes (EPEC) Escherichia colientéro-hémorragiques (EHEC) GASTRO-ENTERITES VIRALES Affections fréquentes, de courte durée Troubles digestifs aigus Multiplication virale au niveau des entérocytesde l intestin grêle Baisse de l activité enzymatique des cellules

Plus en détail

Risque Legionella dans les établissements de santé

Risque Legionella dans les établissements de santé Risque Legionella dans les établissements de santé * Surveillance de l environnement hospitalier : - une priorité nationale en matière de lutte contre les infections nosocomiales (100 recommandations )

Plus en détail

SRAS. 1- Généralités. Historique. Historique. Historique. 1a- historique 1b- le virus 1c- pathogénicité

SRAS. 1- Généralités. Historique. Historique. Historique. 1a- historique 1b- le virus 1c- pathogénicité SRAS 1- Généralités 1a- historique 1b- le virus 1c- pathogénicité S.Nguyen 04/2005 La province de Guangdong 85 millions d habitants 14 villes principales 11% PNB de la Chine 76 millions ont un rapport

Plus en détail

COMMENT IDENTIFIER LE CHOLERA SIGNES ET SYMPTOMES

COMMENT IDENTIFIER LE CHOLERA SIGNES ET SYMPTOMES Comment prévenir le CHOLERA Le Cholera peut être empêche à travers l hygiène, en traitant l eau avant de la boire ou de faire cuire des aliments et en faisant attention avec la nourriture. SANITATION Disposer

Plus en détail

GROUPEMENT BELGE DES PEDIATRES DE LANGUE FRANCAISE (GBPF) Du diagnostic à la prise en charge et bientôt à la prévention

GROUPEMENT BELGE DES PEDIATRES DE LANGUE FRANCAISE (GBPF) Du diagnostic à la prise en charge et bientôt à la prévention GROUPEMENT BELGE DES PEDIATRES DE LANGUE FRANCAISE (GBPF) DIARRHEES AIGUES A ROTAVIRUS Du diagnostic à la prise en charge et bientôt à la prévention Prochainement Vacciner contre le rotavirus? Qu en pensez-vous?

Plus en détail

REPUBLIQUE DU TCHAD MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE. Délégation Sanitaire Régionale du Salamat

REPUBLIQUE DU TCHAD MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE. Délégation Sanitaire Régionale du Salamat REPUBLIQUE DU TCHAD MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Délégation Sanitaire Régionale du Salamat SITREP CHOLERA 05/11/2017 1. Points saillants Réduction du nombre de personnel au CTC d Am-Timan et affectation

Plus en détail

En pratique? Contexte

En pratique? Contexte En pratique? journée régionale de formation en hygiene hospitalière Lorient 27.03.2013 Contexte INSTRUCTION N DGS/RI1/DGCS/2012/433 du 21 décembre 2012 relative aux conduites à tenir devant des infections

Plus en détail

HYGIÈNE EN RÉANIMATION

HYGIÈNE EN RÉANIMATION HYGIÈNE EN RÉANIMATION Que faire pour les infections à Clostridium difficile? Gabriel BIRGAND Bichat Claude Bernard SRLF 2012 Mme DUP, âgée de 69 ans a été hospitalisée en urgence il y a 5 jours en provenance

Plus en détail

Shigellose. CIM ; CIM-10 A03 (Dysenterie bactérienne)

Shigellose. CIM ; CIM-10 A03 (Dysenterie bactérienne) Shigellose CIM-9 004 ; CIM-10 A03 (Dysenterie bactérienne) CCDM19: E. Mintz CCDM19 : E. Mintz, S. Sodha, CCDM18 : C. Chaignat 1. Identification Une infection bactérienne aiguë de l'intestin grêle distal

Plus en détail

Cas groupés de diarrhées aqueuses suspectes d être du choléra parmi des Français en mission en Haïti, Décembre 2010

Cas groupés de diarrhées aqueuses suspectes d être du choléra parmi des Français en mission en Haïti, Décembre 2010 Cas groupés de diarrhées aqueuses suspectes d être du choléra parmi des Français en mission en Haïti, Décembre 2010 R. Haus-Cheymol 1, R. Theodose 2, ML. Quilici 3, G. Chevallier 4, B. Liautaud 5, F. Ktari

Plus en détail

Gestion d une épidémie à Clostridium difficile au CHIC des ANDAINES

Gestion d une épidémie à Clostridium difficile au CHIC des ANDAINES Gestion d une épidémie à Clostridium difficile au CHIC des ANDAINES 17 e journée Caennaise de prévention des IAS Le mardi 10 octobre 2017 JM de Champs / D Ollivier Le centre Hospitalier Intercommunal des

Plus en détail

Gestion d épidémie : exemple de la gastroentérite

Gestion d épidémie : exemple de la gastroentérite Gestion d épidémie : exemple de la gastroentérite Dr Élodie BECLIN Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Nord Pas de Calais 1 Généralités Infections digestives le plus souvent bénignes,

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT Ne s appliquent pas aux BMR responsables de traitements antibiotiques difficiles (ERG, C.Difficile, Staph aureus GISA/VISA ) pour lesquelles des recommandations spécifiques

Plus en détail

RAPPORT DE SITUATION N 06 SUR LA FLAMBEE DE CHOLERA AU BURUNDI 08 janvier 2019 (données du 08 janvier 2019 à 08h00)

RAPPORT DE SITUATION N 06 SUR LA FLAMBEE DE CHOLERA AU BURUNDI 08 janvier 2019 (données du 08 janvier 2019 à 08h00) RAPPORT DE SITUATION N 06 SUR LA FLAMBEE DE CHOLERA AU BURUNDI 08 janvier 2019 (données du 08 janvier 2019 à 08h00) POINTS SAILLANTS A la date du 07 janvier 2019, 01 nouveau cas a été notifiés ramenant

Plus en détail

Semaine (du 26/11/2018 au 02/12/2018) Surveillance épidémiologique en région Normandie

Semaine (du 26/11/2018 au 02/12/2018) Surveillance épidémiologique en région Normandie Semaine 48-2018 (du 26/11/2018 au 02/12/2018) Surveillance épidémiologique en région Normandie CIRE Normandie BRONCHIOLITE (MOINS DE 2 ANS) Surveillance des épidémies hivernales GRIPPE ET SYNDROME GRIPPAL

Plus en détail

Lundi 8 novembre heures (heure de Washington) Rapport de situation du COU n 12 Flambée de choléra en Haïti

Lundi 8 novembre heures (heure de Washington) Rapport de situation du COU n 12 Flambée de choléra en Haïti Lundi 8 novembre 2010 18 heures (heure de Washington) Rapport de situation du COU n 12 Flambée de choléra en Haïti Récapitulatif Tomas est passé sur le Nord-Ouest d Haïti en ouragan de catégorie 1, avec

Plus en détail

Gastroentérites virales Infections à Norovirus. Pr BM Imbert-Marcille Service de Virologie, CHU de Nantes Journée Hygiène 29/11/2016

Gastroentérites virales Infections à Norovirus. Pr BM Imbert-Marcille Service de Virologie, CHU de Nantes Journée Hygiène 29/11/2016 Gastroentérites virales Infections à Norovirus Pr BM Imbert-Marcille Service de Virologie, CHU de Nantes Journée Hygiène 29/11/2016 1 Gastro-entérites Les agents responsables des gastro-entérites peuvent

Plus en détail

Retour d expérience Epidémie de Gastro Entérite Aigue. Centre Hospitalier du Rouvray 04 mai 2017

Retour d expérience Epidémie de Gastro Entérite Aigue. Centre Hospitalier du Rouvray 04 mai 2017 Retour d expérience Epidémie de Gastro Entérite Aigue Centre Hospitalier du Rouvray 04 mai 2017 Présentation de l établissement - 1 Le Centre Hospitalier du Rouvray est un Etablissement Public de Santé

Plus en détail

Epidémie communautaire d hépatite A Déscription d une épidémie Région Centre, France,

Epidémie communautaire d hépatite A Déscription d une épidémie Région Centre, France, Epidémie communautaire d hépatite A Déscription d une épidémie Région Centre, France, 2011-2012 Esra Morvan, InVS-Cire Centre pour l équipe de la Cire Centre et l équipe de la CVGAS de l ARS du Centre

Plus en détail

dans une crèche Présentation Dr F.Robberecht, Pédiatre Etude réalisée par le Dr O.Vandeberg, Service de Microbiologie CHU St-Pierre

dans une crèche Présentation Dr F.Robberecht, Pédiatre Etude réalisée par le Dr O.Vandeberg, Service de Microbiologie CHU St-Pierre : : : : : : : : : : : : : : Epidémie : : : de Cryptosporidium : dans une crèche Présentation Dr F.Robberecht, Pédiatre Etude réalisée par le Dr O.Vandeberg, Service de Microbiologie CHU St-Pierre En collaboration

Plus en détail

Prévention et prise en charge des épisodes épidémiques de gastroentérites

Prévention et prise en charge des épisodes épidémiques de gastroentérites Prévention et prise en charge des épisodes épidémiques de gastroentérites aiguës en EHPAD Dr F. Bureau Chalot EOH CHU de Reims Journée régionale de formation ARLIN Champagne Ardenne le 18/04/14 1 Le cadre

Plus en détail

Communiquer- Informer-Appliquer

Communiquer- Informer-Appliquer Communiquer- Informer-Appliquer Gastro-entérite Aigue en EHPAD Journée Interprofessionnelle 2012 Nathalie Armand - Équipe EHPAD Centre Hospitalier de Valence 1 Gastro-entérites Infections associées aux

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2008 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 161 La vaccination contre le choléra Le choléra est une maladie infectieuse aiguë strictement humaine,

Plus en détail

Prévention et traitement de la diarrhée des veaux

Prévention et traitement de la diarrhée des veaux Prévention et traitement de la diarrhée des veaux Les 5 étapes du succès Les 5 étapes du succès Dans l élevage des veaux, la diarrhée des nouveau-nés est un problème largement répandu. Aux soins constants

Plus en détail

Réunion régionale des EOH-28février 2013

Réunion régionale des EOH-28février 2013 INSTRUCTION N DGS/RI1/DGCS/2012/433 du 21 décembre 2012 relative aux conduites à tenir devant des infections respiratoires aiguës ou des gastroentérites aiguës dans les collectivités de personnes âgées.

Plus en détail

«GRIPPE AVIAIRE» REUNION D INFORMATION. Informations à jour au 13 avril 2006

«GRIPPE AVIAIRE» REUNION D INFORMATION. Informations à jour au 13 avril 2006 «GRIPPE AVIAIRE» REUNION D INFORMATION Informations à jour au 13 avril 2006 «de l épizootie» «à la pandémie» le plan gouvernemental de prévention et de lutte les questions diverses «DE L ÉPIZOOTIE... À

Plus en détail

L hépatite A est une infection contagieuse de foie causée par le VHA.

L hépatite A est une infection contagieuse de foie causée par le VHA. CHAPITRE 7 MALADIES INFECTIEUSES L hépatite A est une MADO. INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L hépatite A est une infection contagieuse de foie causée par le VHA. Épidémiologie Le réservoir de l infection

Plus en détail

ATTENTION AU CHOLÉRA!!!

ATTENTION AU CHOLÉRA!!! CHOLÉRA : PRÉVENTION ET LUTTE ATTENTION AU CHOLÉRA!!! Le choléra est une maladie qui se manifeste par : Une diarrhée abondante, diffuse et fréquente (plus de trois selles liquides par jour) Avec ou sans

Plus en détail

Gestion des excréta. Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS. 20 mars 2015

Gestion des excréta. Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS. 20 mars 2015 Gestion des excréta Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS 20 mars 2015 Les excréta : c est quoi? Les excréta : (Mot latin n. m. pl.xixème siècle. participe passé de excernere (voir Excrément) excrementum)

Plus en détail

Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé

Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé JNI Dijon 13 au 15 juin 2007 I. Bonmarin, I. Poujol (Département des maladies infectieuses) Quelques clés sur le nosocomial Procédure

Plus en détail

SITUATION INTERNATIONALE Chikungunya Dengue Zika Fièvre jaune

SITUATION INTERNATIONALE Chikungunya Dengue Zika Fièvre jaune SITUATION INTERNATIONALE Chikungunya Dengue Zika Fièvre jaune COPIL ARBOVIROSES DU 1 ER JUIN 2017 FLORIAN FRANKE CIRE PACA-CORSE PARTIE 1 SITUATION INTERNATIONALE CHIKUNGUNYA DENGUE ZIKA CHIKUNGUNYA 2017

Plus en détail

HYGIENE ET SECURITE PROTOCOLE DE LAVAGE DES MAINS

HYGIENE ET SECURITE PROTOCOLE DE LAVAGE DES MAINS HYGIENE ET SECURITE PROTOCOLE DE LAVAGE DES MAINS TRAITEMENT HYGIENIQUE DES MAINS PAR FRICTIONS ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG OU A DES PRODUITS BIOLOGIQUES Définition L accident avec exposition au sang

Plus en détail

Note d'information mise à jour de l'oms sur les vaccins anticholériques

Note d'information mise à jour de l'oms sur les vaccins anticholériques Note d'information mise à jour de l'oms sur les vaccins anticholériques Genève, Suisse Mars 2010 Publiée dans le REH le Épidémiologie Le choléra se propage principalement par contamination fécale de l'eau

Plus en détail

PROCEDURE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN OU PLUSIEURS CAS DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PROCEDURE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN OU PLUSIEURS CAS DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE I - Objet : PROCEDURE : Page 1/6 Cette procédure a pour objet de décrire les règles à suivre lors d un ou plusieurs cas de Clostridium difficile. II - Diffusion : Service Action / Info Date TOUS LES SERVICES

Plus en détail

Introduction à la fièvre de Lassa

Introduction à la fièvre de Lassa Introduction à la fièvre de Lassa Contrôle des risques infectieux Entreposer la nourriture dans des contenants avec un couvercle OpenWHO.org WHO2017 1 Décrire les signes, symptômes et modes de transmission

Plus en détail

Objectif «EBOLA» Table des Matières

Objectif «EBOLA» Table des Matières PROCEDURES OPERATIONNELLES POUR LE CONTROLE SANITAIRE AU DEPART DE L AEROPORT DANS LE CADRE DU PLAN DE PREPARATION ET DE RIPOSTE CONTRE L EPIDEMIE DE FIEVRE HEMORRAGIQUE «EBOLA» Table des Matières I. Description

Plus en détail

Mesures préventions. Avant. Pendant. Après

Mesures préventions. Avant. Pendant. Après Module 3 Mesures préventions Avant Pendant Après AVANT: Vaccination Immunité acquise soit soit Active Passive est De longue durée S effectue Par intervention du système immunitaire C est à dire que Lymphocyte

Plus en détail

La légionellose Agent infectieux, épidémiologie. Coclinor 16 juin 2015

La légionellose Agent infectieux, épidémiologie. Coclinor 16 juin 2015 La légionellose Agent infectieux, épidémiologie Coclinor 16 juin 2015 1 LA LEGIONELLOSE Historique 1976 Philadelphie réunion de 4 500 anciens combattants 149 participants et 72 spectateurs du défilé atteints

Plus en détail

Continuité de la stratégie nationale de lutte contre le cholera. Eléments pour l opérationnalisation des plans départementaux

Continuité de la stratégie nationale de lutte contre le cholera. Eléments pour l opérationnalisation des plans départementaux Continuité de la stratégie nationale de lutte contre le cholera Eléments pour l opérationnalisation des plans départementaux Considérations générales Selon le rapport du MSPP du 28 Janvier, trois mois

Plus en détail

Proposition d un mécanisme de réponse d urgence en zone urbaine

Proposition d un mécanisme de réponse d urgence en zone urbaine Proposition d un mécanisme de réponse d urgence en zone urbaine Application de la stratégie du bouclier et du coup de poing Cas de la ville de Conakry Présentation de la ville de Conakry République de

Plus en détail

La lutte contre les maladies infectieuses Un exemple d action de Santé Publique. Bakary TOUMANION Ph.D / Consultant et Formateur EHESP MALI

La lutte contre les maladies infectieuses Un exemple d action de Santé Publique. Bakary TOUMANION Ph.D / Consultant et Formateur EHESP MALI La lutte contre les maladies infectieuses Un exemple d action de Santé Publique 1 Notre démarche scientifique Observer les faits Analyser et Agir pour changer 2 Introduction Au début du xxè siécle, même

Plus en détail

D. Andriamanantena, C. Rapp HIA Bégin, Saint Mandé JNI 2011

D. Andriamanantena, C. Rapp HIA Bégin, Saint Mandé JNI 2011 D. Andriamanantena, C. Rapp HIA Bégin, Saint Mandé JNI 2011 Fièvres hémorragiques virales (FHV) à transmission interhumaine = Ebola, Marburg, Lassa, CCHF rares mais parfois épidémies avec : mortalité élevée

Plus en détail

Ce qu on dit sur Ebola Questions/reponses Rouge-jaune-vert Partie 2 Version commentée pour les formateurs uniquement!

Ce qu on dit sur Ebola Questions/reponses Rouge-jaune-vert Partie 2 Version commentée pour les formateurs uniquement! Ce qu on dit sur Ebola Questions/reponses Rouge-jaune-vert Partie 2 Version commentée pour les formateurs uniquement! Les questions-réponses sont destinées à la révision des messages-clés. Vous pouvez

Plus en détail

GUIDE DE PREPARATION ET DE REPONSE «WASH» AUX EPIDEMIES DE CHOLERA

GUIDE DE PREPARATION ET DE REPONSE «WASH» AUX EPIDEMIES DE CHOLERA GUIDE DE PREPARATION ET DE REPONSE «WASH» AUX EPIDEMIES DE CHOLERA 1. PHASE DE PREPARATION Problèmes Catégorie Activités Sous-activités Actions à entreprendre identifiés 1.1 ORGANISATION 1.1.1 place et/ou

Plus en détail

mercredi 27 octobre :00 heures, UTC-4 RAPPORT DE SITUATION #6 du COU Flambée de choléra en Haïti Récapitulatif

mercredi 27 octobre :00 heures, UTC-4 RAPPORT DE SITUATION #6 du COU Flambée de choléra en Haïti Récapitulatif mercredi 27 octobre 2010 18:00 heures, UTC-4 RAPPORT DE SITUATION #6 du COU Flambée de choléra en Haïti Récapitulatif La stratégie nationale de réponse à l épidémie de choléra a été présentée par le MSPP

Plus en détail

Gale. Service des maladies infectieuses Institut central Hôpital du Valais

Gale. Service des maladies infectieuses Institut central Hôpital du Valais Gale Service des maladies infectieuses Institut central Hôpital du Valais Sarcoptes scabiei var hominis Un parasite Vit dans la couche cornée de la peau dans des tunnels Cycle 30-60 jours Femelle: pond

Plus en détail

A(H1N1)2009 : Irlande, Belgique Point épidémiologique 06 Décembre 2009

A(H1N1)2009 : Irlande, Belgique Point épidémiologique 06 Décembre 2009 Grippe A(H1N1) Irlande et Belgique 06 décembre 2009 A(H1N1)2009 : Irlande, Belgique Point épidémiologique 06 Décembre 2009 Département International & Tropical Cette note décrit la situation épidémiologique

Plus en détail

VIRUS DE L HEPATITE A (VHA)

VIRUS DE L HEPATITE A (VHA) VIRUS DE L HEPATITE A (VHA) Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du

Plus en détail

SensPERT TM Kit CoronaVirus Canin (CCV Ag) / ParvoVirus (CPV Ag)

SensPERT TM Kit CoronaVirus Canin (CCV Ag) / ParvoVirus (CPV Ag) SensPERT TM Kit CoronaVirus Canin (CCV Ag) / ParvoVirus (CPV Ag) Distribution exclusive en France: BIOLYS ZA de la Ronze 69440 TALUYERS Tel : 04.78.48.26.80 fax : 04.78.48.24.30 www.biolys.net contact@biolys.net

Plus en détail

Epidémiologie des infections à Clostridium difficile en Belgique Rapport Résumé

Epidémiologie des infections à Clostridium difficile en Belgique Rapport Résumé Epidémiologie des infections à Clostridium difficile en Belgique Rapport 2015 - Résumé Données de surveillance 2007-2014 Résumés Hospitaliers Minima 1999-2012 Registres des décès 1998-2012 Fiona Neely,

Plus en détail

Les gastro-entérites aigues (GEA) Comment prévenir? Comment s en sortir rapidement?

Les gastro-entérites aigues (GEA) Comment prévenir? Comment s en sortir rapidement? Les gastro-entérites aigues (GEA) Comment prévenir? Comment s en sortir rapidement? Vendredi 17 mai 2013 21èmes Journées Régionales d Hygiène Hospitalière - Nancy Les GEA : définition (1) Infections digestives,

Plus en détail

RAPPORT DE SITUATION N 07 SUR LA FLAMBEE DE CHOLERA AU BURUNDI 12 janvier 2019 (données du 11 janvier 2019 à 08h00)

RAPPORT DE SITUATION N 07 SUR LA FLAMBEE DE CHOLERA AU BURUNDI 12 janvier 2019 (données du 11 janvier 2019 à 08h00) RAPPORT DE SITUATION N 07 SUR LA FLAMBEE DE CHOLERA AU BURUNDI 12 janvier 2019 (données du 11 janvier 2019 à 08h00) POINTS SAILLANTS A la date du 11 janvier 2019, 01 nouveau cas a été notifiés ramenant

Plus en détail

Fièvre Hémorragique à virus Ébola

Fièvre Hémorragique à virus Ébola Conférence Publique au Lycée Privée Daroul Hikmah (LPDH) 18 décembre 2014 à 15h00mns Fièvre Hémorragique à virus Ébola Présenté par : Abdou Azaque ZOURE, Chercheur au CNRST/CHU-YO 1 I- Informations générales

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DE LUTTE CONTRE LA MALADIE

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DE LUTTE CONTRE LA MALADIE REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DE LUTTE CONTRE LA MALADIE Module de formation sur la surveillance intégrée et la riposte pour les équipes de santé de la Zone de Santé

Plus en détail

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Accident d exposition au sang Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 1 - GÉNÉRALITÉS : MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG Tout microbe présent

Plus en détail

RAPPORT DE SITUATION N 01 SUR LA FLAMBEE DE CHOLERA AU BURUNDI 30 décembre 2018

RAPPORT DE SITUATION N 01 SUR LA FLAMBEE DE CHOLERA AU BURUNDI 30 décembre 2018 RAPPORT DE SITUATION N 01 SUR LA FLAMBEE DE CHOLERA AU BURUNDI 30 décembre 2018 POINTS SAILLANTS Son Excellence Monsieur le Ministre de la Santé et de la lutte contre le Sida a déclaré une épidémie de

Plus en détail

Gestion des épidémies. Olivier Baud

Gestion des épidémies. Olivier Baud Gestion des épidémies Olivier Baud Télécommande utilisateur Allumer le boîtier en appuyant une fois sur Le boîtier est allumé quand apparaît (en haut à gauche de l écran) Taper le chiffre de votre choix

Plus en détail

QUE DIT LA CONVENTION INTERNATIONALE DES DROITS DE L ENFANT?

QUE DIT LA CONVENTION INTERNATIONALE DES DROITS DE L ENFANT? 15 minutes pour comprendre LES ENFANTS ET L EAU UNICEF/UNI181540/McKeever - Sud Soudan, 2015 1 QU EST-CE QUE L EAU POTABLE ET L ASSAINISSEMENT? L eau potable* est une eau propre à la consommation c est-à-dire

Plus en détail

RAPPORT DE SITUATION N 04 SUR LA FLAMBEE DE CHOLERA AU BURUNDI 03 janvier 2019 (données du 03 janvier 2019 à 08h00)

RAPPORT DE SITUATION N 04 SUR LA FLAMBEE DE CHOLERA AU BURUNDI 03 janvier 2019 (données du 03 janvier 2019 à 08h00) RAPPORT DE SITUATION N 04 SUR LA FLAMBEE DE CHOLERA AU BURUNDI 03 janvier 2019 (données du 03 janvier 2019 à 08h00) POINTS SAILLANTS Selon les données de la DSNIS, à la date du 03 janvier 2019, 11 nouveaux

Plus en détail

I- CE QU EST LE VIRUS EBOLA II- PRISE EN CHARGE DU PATIENT III- MODALITES DE TRANSFERT IV- ENTRETIEN DE LA CHAMBRE

I- CE QU EST LE VIRUS EBOLA II- PRISE EN CHARGE DU PATIENT III- MODALITES DE TRANSFERT IV- ENTRETIEN DE LA CHAMBRE I- CE QU EST LE VIRUS EBOLA II- PRISE EN CHARGE DU PATIENT III- MODALITES DE TRANSFERT IV- ENTRETIEN DE LA CHAMBRE 2 A 21 JOURS D INCUBATION DES SIGNES CLINIQUES PEU SPECIFIQUES HT 38 C, MYALGIES, CEPHALEES,

Plus en détail

DIRECTION DE LA PREVENTION AIDE-MEMOIRE. sur la Surveillance Communautaire au Sénégal. Novembre Un catalyseur pour la santé mondiale

DIRECTION DE LA PREVENTION AIDE-MEMOIRE. sur la Surveillance Communautaire au Sénégal. Novembre Un catalyseur pour la santé mondiale DIRECTION DE LA PREVENTION AIDE-MEMOIRE sur la Surveillance Communautaire au Sénégal Novembre 2016 Un catalyseur pour la santé mondiale Le Tétanos néonatal 2 Tout nouveau-né qui décède entre le 3 e et

Plus en détail

RAPPORT DE SITUATION N 02 SUR LA FLAMBEE DE CHOLERA AU BURUNDI 02 janvier 2019 (données du 02 janvier 2019 à 08h00)

RAPPORT DE SITUATION N 02 SUR LA FLAMBEE DE CHOLERA AU BURUNDI 02 janvier 2019 (données du 02 janvier 2019 à 08h00) RAPPORT DE SITUATION N 02 SUR LA FLAMBEE DE CHOLERA AU BURUNDI 02 janvier 2019 (données du 02 janvier 2019 à 08h00) POINTS SAILLANTS Selon les données de la DSNIS, à la date du 02 janvier 2019, 09 nouveaux

Plus en détail

Gestion des excréta. Réunion annuelle des Professionnels des SSIAD. Vendredi 20 mai Mireille FANON

Gestion des excréta. Réunion annuelle des Professionnels des SSIAD. Vendredi 20 mai Mireille FANON Gestion des excréta Réunion annuelle des Professionnels des SSIAD Vendredi 20 mai 2016 Mireille FANON Programme national d actions de prévention des infections associées aux soins / PROPIAS, juin 2015

Plus en détail

Epidémiologie et Prévention des maladies transmissibles : méthodes de surveillance. Item n 75

Epidémiologie et Prévention des maladies transmissibles : méthodes de surveillance. Item n 75 Epidémiologie et Prévention des maladies transmissibles : méthodes de surveillance Item n 75 Objectifs - préciser les bases de l épidémiologie des maladies transmissibles et les mesures de prévention -

Plus en détail

Vaccin contre l hépatite A : Deux stratégies selon l environnement. Vacciner les sujets à risque Vaccination de masse

Vaccin contre l hépatite A : Deux stratégies selon l environnement. Vacciner les sujets à risque Vaccination de masse Vaccin contre l hépatite A : Deux stratégies selon l environnement Vacciner les sujets à risque Vaccination de masse Dominique GENDREL Professeur émérite Paris Descartes Virus de l Hépatite A Picornavirus

Plus en détail

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Cours PCEM 2 Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Anne-Laure Michon, AHU Laboratoire de Bactériologie, CHU de Montpellier, Université Montpellier I Objectifs

Plus en détail

Point sur l é pidé mié dé cholé ra én Haïti ét propositions pour l é limination.

Point sur l é pidé mié dé cholé ra én Haïti ét propositions pour l é limination. Point sur l é pidé mié dé cholé ra én Haïti ét propositions pour l é limination. Pr Renaud PIARROUX Assistance Publique Hôpitaux de Paris (AP-HP) Dr Stanislas REBAUDET Assistance Publique Hôpitaux de Marseille

Plus en détail

De l influenza à la pandémie d influenza. Dre Jocelyne Sauvé Directrice santé publique

De l influenza à la pandémie d influenza. Dre Jocelyne Sauvé Directrice santé publique De l influenza à la pandémie d influenza Dre Jocelyne Sauvé Directrice santé publique Objectifs Définir les caractéristiques d une pandémie d influenza, connaître le risque et ses impacts Connaître les

Plus en détail

Entérite à campylobacter

Entérite à campylobacter Entérite à campylobacter (entérite à vibrions) CCDM19: M. Patrick, J. Schlundt CCDM18: H. P. Braam 1. Identification Une entérite bactérienne zoonotique aigüe de gravité variable se caractérisant par une

Plus en détail

Définition. Fièvre hémorragique virale très grave Tauxdelétalité 90% Cause:virusEBOLA Premiercas:1976(RDCongo) PrèsdelarivièreEbola,nomdelamaladie.

Définition. Fièvre hémorragique virale très grave Tauxdelétalité 90% Cause:virusEBOLA Premiercas:1976(RDCongo) PrèsdelarivièreEbola,nomdelamaladie. FIEVRE EBOLA Définition Fièvre hémorragique virale très grave Tauxdelétalité 90% Cause:virusEBOLA Premiercas:1976(RDCongo) PrèsdelarivièreEbola,nomdelamaladie. Les virus Ebola Virus Ebola Famille Filoviridæ

Plus en détail

La coqueluche de l adulte

La coqueluche de l adulte La coqueluche de l adulte Est-elle un marqueur d épidémie? Dominique GENDREL La coqueluche a longtemps été considérée comme une maladie uniquement infantile Elle a été cliniquement identifiée au XVIe siècle

Plus en détail

Risque d importation du chikungunya et de la dengue cet été en France métropolitaine

Risque d importation du chikungunya et de la dengue cet été en France métropolitaine Risque d importation du chikungunya et de la dengue cet été en France métropolitaine PRSE - CSP Connaissance - Mardi 24 juin 2014 Florian FRANKE Cire Sud Chikungunya Période d incubation De 4 à 7 jours

Plus en détail

GESTION DES ÉCLOSIONS DE GASTRO-ENTÉRITE DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS

GESTION DES ÉCLOSIONS DE GASTRO-ENTÉRITE DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches Formation s adressant aux responsables et travailleurs des RPA GASTRO-ENTÉRITE DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS Direction de

Plus en détail

Une épidémie dans un hôpital général

Une épidémie dans un hôpital général Une épidémie dans un hôpital général Au CHIC, après 3 cas groupés de coqueluche parmi des membres du personnel soignant (MPS), examen de tous les «tousseurs» Procédures diagnostiques Examen clinique et

Plus en détail

Dr D. Sosthène ZOMBRE OMS/Mauritanie

Dr D. Sosthène ZOMBRE OMS/Mauritanie Dr D. Sosthène ZOMBRE OMS/Mauritanie PLAN DE PRESENTATION INTRODUCTION MODES DE TRANSMISSION MANIFESTATIONS TRAITEMENT RECOMMANDATIONS DE L OMS INTRODUCTION une vaste famille de virus pathogènes pour l

Plus en détail

PROTECTION DES SOIGNANTS POUR LA PROTECTION DES PATIENTS: Résumé des échanges du colloque du GERES à Casablanca,10 et 11 Novembre2016

PROTECTION DES SOIGNANTS POUR LA PROTECTION DES PATIENTS: Résumé des échanges du colloque du GERES à Casablanca,10 et 11 Novembre2016 PROTECTION DES SOIGNANTS POUR LA PROTECTION DES PATIENTS: Résumé des échanges du colloque du GERES à Casablanca,10 et 11 Novembre2016 02 jours 05 sessions plénières 06 ateliers 120 participants 17 pays

Plus en détail

Dr J.P. Rasigade Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Septembre 2016

Dr J.P. Rasigade Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Septembre 2016 Dr J.P. Rasigade Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Septembre 2016 Clinique et grands syndromes Pathogènes et physiopathologie : syndrome cholériforme syndrome dysentérique Principes de prise

Plus en détail

Récolte de selles pour examen microbiologique

Récolte de selles pour examen microbiologique 1 OBJET... 1 2 CHAMP D APPLICATION... 2 2.1 A QUI EST-ELLE DESTINÉE?...2 2.2 A QUEL MOMENT?...2 2.3 LES COMPÉTENCES/CONNAISSANCES SPÉCIFIQUES (FACULTATIF)...2 3 PROCÉDURE/MODE OPÉRATOIRE...2 3.1 RÉSUMÉ

Plus en détail

Rôle du Médecin Généraliste Face à un Risque de Grippe Pandémique

Rôle du Médecin Généraliste Face à un Risque de Grippe Pandémique Rôle du Médecin Généraliste Face à un Risque de Grippe Pandémique Professeur Dominique PEYRAMOND CHU de LYON Les moyens de lutte : Plan gouvernemental Ses objectifs Mise en place d un dispositif de prévention

Plus en détail