L autre raison du succès de Wal-Mart : une rhétorique de l infra-ordinaire 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L autre raison du succès de Wal-Mart : une rhétorique de l infra-ordinaire 1"

Transcription

1 L autre raison du succès de Wal-Mart : une rhétorique de l infra-ordinaire 1 Olivier Badot, ESCP-EAP (CERIDICE), IAE de Caen-Basse Normandie (Vision) et University of Ottawa «Mass culture and mass leisure have given all of us the opportunity to spend far more time absorbing stories than any of our ancestors could» Robert Fulford, The Triumph of Narrative Résumé 1. Bas prix et expérientiel : stratégies opposées ou réconciliables? S inspirant des recherches de Barthes (1957, p. 7) dans Mythologies remises au goût du jour par la récente livraison du numéro spécial du Nouvel Observateur (2004) et notamment, le démontage sémiologique du langage de la culture dite de masse par un traitement des mythes populaires (en tant que représentations collectives et systèmes de signes) afin de rendre compte du processus transformant la culture petite-bourgeoise en nature/économie universelle, cette recherche vise à étudier l image des magasins Wal-Mart. En effet, bien que première entreprise mondiale tout secteur confondu avec un chiffre d affaires d environ 260 milliards de US $ et donc premier distributeur mondial (Fortune, 2004), Wal-Mart voit son succès principalement expliqué par l efficience de son management et, plus généralement, de son «back-office» (gestion de la chaîne logistique, achats optimisés, système d information, data mining, etc.) (Hays, 2003) et quasiment jamais par d autres facteurs, comme son identité visuelle par exemple. A bien y réfléchir, ceci ne semble pas étonnant car, si les travaux empiriques comme scientifiques sur l utilisation du design des espaces commerciaux comme axe de différentiation sont de plus en plus nombreux (Aubert-Gamet, 1996 ; Cova et Cova, 2001 ; Hetzel, 2002 ; Filser, 2002, p. ex.), ils appréhendent dans leur grande majorité le pari sur le design architectural comme une alternative à la baisse des prix, et dans une perspective plutôt de «réenchantement» (Ritzer, 1999 ; Badot et Dupuis, 2001 ; Filser, 2004). L élargissement du cadre d analyse aux travaux des sociologues (Hoggart, 1970 ; Yonnet, 1985 ; Grignon et Passeron, 1989 ; Carroll, 2000, notamment) et des chercheurs en «cultural studies» (Storey, 1996 et 2003 ; Mattelart et Neveu, 2003 ; Betts, 2004, notamment) conduit à poser le problème d une façon sensiblement différente : le design des magasins proposé par Wal-Mart ne serait-il pas une rhétorique au sens de «l art du discours persuasif» (Reggiani, 2001, p. 5) d autant plus persuasive qu apparemment ordinaire, voire «infraordinaire» pour reprendre l heureux mot de Perec (1989)? En d autres termes, l efficacité de 1 Résumé de la version écrite de la communication présentée lors des 9 ème Journées de Recherche en Marketing de Bourgogne, tenue à l Université de Bourgogne, les 4 et 5 novembre Nos plus chaleureux remerciements au Professeur Marc Filser pour sa confiance et sa patience indéfectibles... Merci également à Enrico Colla pour avoir stimulé ce projet de recherche.

2 cette rhétorique ne serait-elle pas due au fait qu au lieu de s opposer à une stratégie de différenciation par les prix, les deux axes se combinent en servant/symbolisant un positionnement-prix très bas (supposé le plus bas du marché «We sell for less everyday»). En outre, l efficience de l entreprise ne viendrait-elle pas alors de sa capacité à produire, par une rhétorique très contrôlée, une image-prix plus basse que les prix réels et donc à combiner élasticité de la demande par les prix et protection des marges? 2. Un instrument d observation sémio-ethnographique Depuis l article originel de Martineau (1958) selon lequel c est la segmentation de la clientèle qui a rendu indispensable l attention portée à l image/personnalité des magasins, différentes personnalités attirant différents types d acheteurs, l image des espaces commerciaux qui selon Martineau (1958) et Oxenfeldt (1974) est une combinaison de matériel factuel et émotionnel, de facteurs fonctionnels et d attributs psychologiques (aura) a été étudiée dans deux directions fort différentes (Mick et al., 2004). La première, dans la lignée des travaux de Arons (1961), Rich et Portis (1964), Kunkel et Berry (1968), Downs (1970) ou Lindquist (1974), analyse à partir de protocoles expérimentaux et d enquêtes par questionnaires ou interviews, les perceptions qu ont les clients des points de vente en termes de prix, de design, d atmosphère, de force de vente, etc. et comment ces perceptions influencent leurs attitudes et comportements d acheteurs. La seconde, d essence plus qualitative et sémiologique, initiée par Holbrook (1978), tente d interpréter l imagerie en tant que système de signes proposée par les magasins (cf. notamment : Kowinski, 1985 ; Mick, 1986 ; Zepp, 1986 ; Floch, 1988 ; Langrehr, 1991 ; Arnold et al., 2001). Beaucoup des travaux récents cherchent à comprendre plus spécifiquement l imagerie des centres commerciaux ou des lieux de divertissement, voire les deux combinés (Goss, 1993 ; Shields, 1994 ; Hetzel, 1997 ; Gottdiener, 1998 ; Sandikci et Holt, 1998 ; Faurholt Csaba, 1999 ; Firat, 2001 ; Graillot, 2001 ; Andrieu et al., 2004). Plus sémiologique au sens «figuratif» suggéré par Eco (1985) et Joly (1994) que sémiotique, cette recherche s inscrit dans la tradition maintenant bien établie de l étude ethnographique inductive propagée par Belk et al. (1989), McGrath (1989), Arnould et Price (1993) et théorisée par Arnould et Wallendorf (1994) et Mariampolski (1999). En effet, le protocole de collecte des données a ici consisté en des séances d observation participante (comme acheteur et comme client-mystère) avec prise de notes sur journal de bord (environ 50 heures de 1999 à 2003) dans des magasins Wal-Mart canadiens (format «Superstore»), principalement à : Edmonton-South Edmonton Commons, Gatineau, Hull-Le Plateau, Ottawa- South Keys. Ces séances d observation ont été complétées par des entretiens informels avec le personnel de front-office (vendeurs, hôtesses de caisse et manutentionnaires), par la collecte de matériel promotionnel, commercial et de balisage et par la prise de photographies (environ 250). L approche sémio-ethnographique a été complétée par une recherche internationale dans la littérature professionnelle et scientifique et par l interrogation d experts de la communauté professionnelle et académique avec qui certaines visites ont été effectuées (M. Paul McElhone, Executive Director, Canadian Institute for Retail and Services, Edmonton ; Professeur Paul Messinger, School of Business, University of Alberta ; M. Christophe Carrier, Directeur Produits, Logistique et MDD, Groupe Leroy Merlin et M. Christian Dessaigne, Directeur des Produits de décoration, Leroy Merlin). L analyse des données a consisté en un processus itératif entre l analyse sémiologique tant des occurrences que des signaux faibles contenus dans le matériel collecté et des tentatives d interprétation (en mots, projections, thèmes et fonctions), enrichi par chaque nouvelle visite

3 d un magasin Wal-Mart, s inscrivant en cela dans la démarche explicitée par Arnould et Wallendorf (1994) et utilisée par Schouten et Mc Alexander (1995). 3. La narration de l «infra-ordinaire» par Wal-Mart dépossession symbolique à la Barthes ou réappropriation socioculturelle à la de Certeau? De l analyse du matériel collecté, interprétée à l aide d un large appareil théorique, le magasin Wal-Mart apparaît comme le reproducteur ad libitum de la narration originelle de la société de consommation cristallisée dans l univers domestique (Bourdieu, 1990 ; Caroll, 2000 ; Betts, 2004) par une rhétorique semblant reposer sur 4 péroraisons au sens strict de formule de récapitulation et d amplification de l argumentation à des fins de persuasion (Reggiani, 2001) ramenant le client dans son ethos du quotidien : 1/la constitution du foyer par accumulation de produits de consommation courante, de petits éléments de décoration et d accessoires de divertissement et de passions ordinaires ; 2/la théâtralisation de l univers domestique ordinaire et vivant vs la mise en scène du monde professionnel sérieux ; 3/la valorisation des «héros du coin de la rue» (tant les clients que le personnel) et 4/la symbolisation par des métaphores simples des principes économiques fondateurs du positionnement (notamment l économie d échelle, la désintermédiation et l absence de service). En outre, le déploiement de cette narration de l ordinaire peu coûteux (appelé ici «infraordinaire») semble faire l objet d un contrôle rigoureux, peu laissé au hasard, parce qu elle colore un retailing-mix parfaitement cohérent avec le positionnement («la grande surface bon marché du coin de la rue»), le ciblage très large et la stratégie de croissance extensive de différenciation par les prix. Cette rhétorique fait l objet d une attention de chaque instant, souvent minutieusement calculée (exemple des vendeurs mettant exprès du désordre dans leur rayon). Le caractère populaire de cette narration peu ostentatoire et son contrôle systématique ouvrent deux débats : le premier à caractère marketing, le second plus philosophique. En termes marketing, l analyse conduit à relativiser la théorie expérientialiste qui, sous l impulsion de Pine et Gilmore (1999) notamment, place l expérience de magasinage sous la quasi seule logique du réenchantement, de l extraordinaire, voire de l ostentatoire. Wal-Mart en Amérique du Nord ou les hard discounters en Europe n offrent-ils pas une forme d expérience hautement rhétorique même si moins visible car fortement empathique à la culture populaire, ordinaire et quotidienne et servant un positionnement radicalement bon marché? Une sorte de réenchantement microscopique, «quasi microbien» aurait dit de Certeau (1990)? Surgit alors le second débat inspiré par Maigret (2002) et Mongin (2002). Cette forme invisible d expérience de magasinage basée sur une rhétorique tautologique de l ethos domestique estelle la forme ultime et la plus pernicieuse de la domination symbolique, processus mythologique de dépossession symbolique et de dépolitisation de la parole si souvent dénoncée par Bourdieu et par Barthes (1957, p. 229 : «Car la fin des mythes, c est d immobiliser le monde : il faut que les mythes suggèrent et miment une économie universelle qui a fixé une fois pour toutes la hiérarchie des possessions»), ou un espace de réappropriation symbolique? En effet, dans une perspective inverse à la de Certeau (1990 et 1994), Wal-Mart et tous ses faux-semblants et ses mises en abîmes apparaîtrait plutôt comme une grammaire-réservoir de codes et d objets à détourner, à braconner, comme source de «créativité dispersée, tactique et bricoleuse», mère d un corps social inventif et d une culture à part entière fondée sur le domestique et le divertissement (Dosse, 2002, p. 217 ; Mongin, 2002, pp ).

4 Mots-clé : Wal-Mart, sémiologie des espaces commerciaux, culture populaire, store design, positionnement Références Andrieu, F., Badot, O. et Macé, S. (2004) «Le West Edmonton Mall : un échafaudage sensoriel au service d une cosmogonie populaire», Revue Française du Marketing, 196 (mars). Arnold, S.J., Kozinets, R.V. & Handelman, J.M. (2001) «Hometown ideology and retailer legitimition: The institutional semiotics of Wal-Mart flyers», Journal of Retailing, 77, Arnould, E.J. & Price, L.L. (1993) «River Magic: Extraordinary Experience and the Extended Service Encounter», Journal of Consumer Research, 20, (June). Arnould, E.J. & Wallendorf, M. (1994) «Ethnography: Interpretation Building and Marketing Strategy Formulation», Journal of Marketing Research, 31, (November). Arons, L. (1961) «Does Television Viewing Influence Store Image and Shopping Frequency», Journal of Retailing, 37, 1-13 (Fall). Aubert-Gamet, V. (1996) Le design d'environnement commercial dans les services : appropriation et détournement par le client, Thèse pour le Doctorat de Sciences de Gestion, sous la direction du Professeur Eric Langeard, IAE d'aix-en-provence, CEROG, Puyricard. Badot, O. et Dupuis, M. (2001) «Le réenchantement de la distribution», Les Echos, L Art du Management, 7, 2-3 (mercredi 18 avril). Barthes, R. (1957) Mythologies, Editions du Seuil, Paris. Belk, R.W., Wallendorf, M. & Sherry, J.F. (1989) «The Sacred and the Profane in Consumer Behavior: Theodicy on the Odyssey», Journal of Consumer Research, 16, 1-38 (June). Betts, R.F. (2004) A History of Popular Culture, Routledge, New York/London. Bourdieu, P. (1990) «Un signe des temps», Actes de la recherche en sciences sociales, 81/82, 2-5 (mars). Carroll, M.T. (2000) Popular Modernity in America. Experience, Technology, Mythohistory, State University of New York Press, Albany. Cova, V. et Cova, B. (2001) Alternatives Marketing : Réponses marketing aux nouveaux consommateurs, Dunod, Paris. De Certeau, M. (1990) L invention du quotidien :I.arts de faire, Coll. Folio Essais, Editions Gallimard, Paris. De Certeau, M. (1994) L invention du quotidien : II.Habiter, cuisiner, Coll. Folio Essais, Editions Gallimard, Paris.

5 Dosse, F. (2002) «L art du détournement. Michel de Certeau entre stratégies et tactiques», Esprit, (Mars-avril). Downs, R.M. (1970) «The Cognitive Structure of an Urban Shopping Center», Environment and Behavior, 2, (June). Eco, U. (1985) La guerre du faux, Grasset et Fasquelle, Paris. Faurholt Csaba, F. (1999) Designs of the Retail Entertainment Complex Marketing, Space and the Mall of America, Doctoral Dissertation, Department of Marketing, University of Southern Denmark, Ondense University (April 29). Filser, M. (2002) «Faut-il des théories pour gérer la distribution?» in Réseau des IAE, Sciences de Gestion et Pratiques Managériales, Coll. Gestion, Série : Production et techniques quantitatives appliquées à la gestion, Economica, Paris, Filser, M. (2004) La stratégie de la distribution : des interrogations managériales aux contributions académiques, Cahier de Recherche 04-01, CERMAB-LEG, IAE de Dijon, Université de Bourgogne, Dijon. Firat, A.F. (2001) «The Meanings and Messages of Las Vegas: The Present of our Future», 4, 3, Floch, J.-M. (1988) «The contribution of structural semiotics to the design of a hypermarket», International Journal of Research in Marketing, 4, Fortune (2004) «Wal-Mart tops Fortune 500 list. Third straight year that retailer has topped U.S. companies», The Associated Press, (March 21). Fulford, R. (1999) The Triumph of Narrative, Anansi, Toronto. Goss, J. (1993) «The Magic of the Mall : An Analysis of Form, Function, and Meaning in the Contemporary Retail Built Environment» in Annals of the Association of American Geographers, 83, 1, Gottdiener, M. (1998) «The semiotics of consumer spaces: the growing importance of themed environments» in Sherry, J. [Ed.] Servicescapes: The Concept of Place in Contemporary Markets, Chicago: NTC, Graillot, L. (2001) «La sémiotique comme analyse des comportements touristiques», Revue Française du Marketing, 181, 1, Grignon, C. et J.-C. Passeron (1989) Le savant et le populaire, Coll. Hautes Etudes, Gallimard/Le Seuil, Paris. Hays, C.L. (2003) «The Wal-Mart Way Becomes Topic A in Business Schools», New York Times, NYTimes.com (Sunday July 27).

6 Hetzel, P. (1997) «When hyperreality, reality, fiction and non-reality are brought together: a fragmented vision of the Mall of America through personal interpretation» in Englis, B. & Olofsson, A. [Eds] European Advances in Consumer Research, 3, Provo, UT: Association for Consumer Research. Hetzel, P. (2002) Planète Conso, Editions d organisation, Paris. Hoggart, R. (1970) La culture du pauvre, Les Editions de Minuit, Paris. Holbrook, M.B. (1978) «Beyond Attitude Structure: Toward the Informational Determinants of Attitude», Journal of Marketing Research, 25, (November). Joly, M. (1994) L Image et les Signes, Nathan Université, Paris. Kowinski, W.S. (1985) The Malling of America, New York: William Morrow and Co. Kunkel, J. & Berry, L. (1968) «A Behavioral Conception of Retail Image», Journal of Marketing, 32, (October). Langrehr, F.W. (1991) «Retail Shopping Mall Semiotics and Hedonic Consumption» in Advances in Consumer Research, 18, Le Nouvel Observateur (2004) Mythologies d aujourd hui. Notre époque est façonnée par des mythes, Le Nouvel Observateur, Hors-Série n 55 (juillet/août). Lindquist, J.D. (1974) «Meaning of Image», Journal of Retailing, 50, (Winter). Maigret, E. (2002) «Pierre Bourdieu, la culture populaire et le long remords de la sociologie de la distinction culturelle», Esprit, (Mars-avril). Mariampolski, H. (1999) «The power of ethnography», Journal of the Market Research Society, London, 41, 1, (January). Martineau, P. (1958) «The Personality of the Retail Store», Harvard Business Review, 36, (January-February). Mattelart A. et Neveu, E. (2003) Introduction aux Cultural Studies, Coll. Repères, La Découverte, Paris. McGrath, M.A. (1989) «An Ethnography of a Gift Store: Wrappings, Trappings and Rapture» in Journal of Retailing, 65, 4, Mick, D.G. (1986) «Consumer Research and Semiotics: Exploring the Morphology of Signs, Symbols, and Significance», Journal of Consumer Research, 13, (September) Mick, D.G., Burroughs, J.E., Hetzel, P. & Brannen M.Y. (2004) «Pursuing the Meaning of Meaning in the Commercial World: An International Review of Marketing and Consumer Research Founded on Semiotics», Semiotica (forthcoming).

7 Mongin, O. (2002) «L envers et l endroit de la culture populaire», Esprit, (Marsavril). Oxenfeldt, A.R. (1974) «Developping a Favorable Price-Quality Image», Journal of Retailing, 50, 8-14 (Winter). Perec, G. (1989) L'Infra-ordinaire, Coll. La librairie du XXe siècle, Editions du Seuil, Paris. Pine, B.J. & Gilmore, J. (1999) The Experience Economy : Work is Theatre and Every Business a Stage, Harvard, Harvard Business School Press. Reggiani, C. (2001) Initiation à la rhétorique, Coll. Ancrages Lettres, Hachette Supérieur, Paris. Rich, S.U. & Portis, B.D. (1964) «The Imageries of Department Stores», Journal of Marketing, 28, Ritzer, G. (1999) Enchanting a Disenchanted World. Revolutionizing the Means of Consumption, Sage Publications, Pine Forge Press, Thousand Oaks, CA. Sandikci, O. & Holt, D. (1998) «Malling America: Mass Consumption Practices and the Future of Public Space» in Sherry, J. [Ed.] Servicescapes: The Concept of Place in Contemporary Markets, Chicago: NTC, Schouten, J.W. & Mc Alexander, J.H. (1995) «Subcultures of Consumption: An Ethnography of the New Bikers», Journal of Consumer Research, 22, (June). Shields, R. (1994) «The Logic of the Mall» in Riggins, S.H. [Ed.] The Socialness of Things: Essays on the Socio-Semiotics of Objects, Berlin: Mouton de Gruyter, Storey, J. (1996) Cultural Studies & the Study of Popular Culture, The University of Georgia Press, Athens, Georgia. Storey, J. (2003) Inventing Popular Culture, Coll. Blackwell Manifestos, Blackwell Publishing, Oxford. Tauber, E. M. (1972) «Why Do People Shop?», Journal of Marketing, 36, (October). Yonnnet, P. (1985) Jeux, Modes et Masses, Coll. NRF, Editions Gallimard, Paris. Zepp, I.G. Jr. (1986) The New Religious Image of Urban America: The Shopping Mall as Ceremonial Center, Westminster, Maryland: Christian Classic Inc. * * *

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

L autre raison du succès de Wal-Mart : une rhétorique de l infra-ordinaire

L autre raison du succès de Wal-Mart : une rhétorique de l infra-ordinaire Caen Innovation Marché Entreprise SRAT M L autre raison du succès de Wal-Mart : une rhétorique de l infra-ordinaire Olivier Badot Année 2005 - Cahier n 34/2005 Olivier Badot ESCP-EAP IAE de Caen-Basse

Plus en détail

Master MPS LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015

Master MPS LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015 Master MPS 1 LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015 Construire une politique qualité dans les services Les différentes définitions de la qualité Une approche globale

Plus en détail

LE MARKETING SENSORIEL DU POINT DE VENTE. Dunod

LE MARKETING SENSORIEL DU POINT DE VENTE. Dunod BRUNO DAUCE DELPHINE DION KARINE GALLOPEL VIRGINIE MAILLE ERIC REMY SOPHIE RIEUNIER BERNARD ROULLET EDOUARD SIEKIERSKI OUVRAGE COORDONNE PAR SOPHIE RIEUNIER LE MARKETING SENSORIEL DU POINT DE VENTE Créer

Plus en détail

UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201

UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201 UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201 Plan de cours Cataldo Zuccaro, MBA, Ph.D. Département

Plus en détail

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Nice, le 16 juin 2014 NOM : JA BARY E-MAIL PRENOM : HALA HALAJABARY@YAHOO.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Page 1 :

Plus en détail

L'image du point de vente

L'image du point de vente L'image du point de vente Introduction : Dans un fort contexte concurrentiel, chaque enseigne de distribution (qu'elle soit spécialisée ou généraliste) s'attache à se construire une image leur permettant

Plus en détail

Petit bréviaire des idées reçues en management

Petit bréviaire des idées reçues en management CriM Sous la direction d Anne Pezet et de Samuel Sponem Petit bréviaire des idées reçues en management Logo 3 Remerciements. Nous aimerions remercier ici tout particulièrement Alain Burlaud et Bernard

Plus en détail

La contribution de l anthropologie au marketing : un état de l art. Un exemple d approche anthropologique : le don en. marketing

La contribution de l anthropologie au marketing : un état de l art. Un exemple d approche anthropologique : le don en. marketing La contribution de l anthropologie au marketing : un état de l art Un exemple d approche anthropologique : le don en marketing Toulouse 1 West Edmonton Hall Andrieu, Badot, Macé : Le West Edmondon Mall

Plus en détail

Présentation 5. Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19

Présentation 5. Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19 S ommaire Présentation 5 Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19 A. Le marketing de l offre 19 B. Le marketing de la demande 20 C. Le marketing de l échange 21 2 Une histoire du marketing

Plus en détail

L ESSENTIEL DU PLAN MARKETING OPÉRATIONNEL

L ESSENTIEL DU PLAN MARKETING OPÉRATIONNEL GUÉNAËLLE BONNAFOUX CORINNE BILLON Sous la direction de NATHALIE VAN LAETHEM L ESSENTIEL DU PLAN MARKETING OPÉRATIONNEL LES ESSENTIELS DU MARKETING L ESSENTIEL DU PLAN MARKETING OPÉRATIONNEL En alternant

Plus en détail

Modes de consommation irresponsables : comment en est-on arrivé là?

Modes de consommation irresponsables : comment en est-on arrivé là? Modes de consommation irresponsables : comment en est-on arrivé là? Benoit Duguay Le 29 novembre 2007 Diapos de la conférence : http://www.deut.uqam.ca/conferences/duguay_benoit/gredicc_29_novembre_2007.pdf

Plus en détail

LE PROJET D ETUDE COMMERCIALE

LE PROJET D ETUDE COMMERCIALE LE PROJET D ETUDE COMMERCIALE 1. Les objectifs de la recherche commerciale 2. Les types d étude en Amont et en Aval 3. Les sources d informations primaires et secondaires 4. Le projet d étude commerciale

Plus en détail

LES MARQUES, CAPITAL DE L ENTREPRISE

LES MARQUES, CAPITAL DE L ENTREPRISE JEAN-NOËL KAPFERER LES MARQUES, CAPITAL DE L ENTREPRISE Créer et développer des marques fortes Quatrième édition, 2007 ISBN : 978-2-212-53908-0 Sommaire Introduction La marque ou le prix 3 PARTIE 1 COMPRENDRE

Plus en détail

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Ce chapitre comporte un quiz de 35 questions de difficulté variable, disponible sur le CD-ROM des

Plus en détail

2008 : Séminaires méthodologiques du CEFAG (Centre Européen de Formation Approfondie à la Gestion).

2008 : Séminaires méthodologiques du CEFAG (Centre Européen de Formation Approfondie à la Gestion). Mail : eric.barquissau@esc-pau.fr Téléphone : 05.59.92.33.31 Professeur Eric BARQUISSAU Formation 2013 : Doctorat en Sciences de Gestion - Marketing. Thèse : «L évaluation de la qualité de la relation

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Dominique BILLON. Associate Dean for Graduate Programs. dominique.billon@kedgebs.com PROFESSIONAL +33 (0) 556 845 525 email@your provider

Dominique BILLON. Associate Dean for Graduate Programs. dominique.billon@kedgebs.com PROFESSIONAL +33 (0) 556 845 525 email@your provider Dominique BILLON Associate Dean for Graduate Programs dominique.billon@kedgebs.com PROFESSIONAL +33 (0) 556 845 525 email@your provider EDUCATION En cours Thèse de doctorat en cours, Université de Rouen,

Plus en détail

ANNEXE I Référentiels du diplôme

ANNEXE I Référentiels du diplôme ANNEXE I Référentiels du diplôme Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Savoirs associés Unités constitutives du référentiel de certification Management des unités commerciales

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

GROUPE IDRAC Bachelor Responsable de Communication 1 ère année

GROUPE IDRAC Bachelor Responsable de Communication 1 ère année GROUPE IDRAC Bachelor Responsable de Communication 1 ère année Mai 2015 PSYCHOSOCIOLOGIE ET SEMIOLOGIE CODE Semestre Nombre heures Nombre crédits MGTB 101 1 20 2 Langue d enseignement Français ou anglais

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

LES FORMATIONS ET WORKSHOPS ECONCEPTS

LES FORMATIONS ET WORKSHOPS ECONCEPTS LES FORMATIONS ET WORKSHOPS ECONCEPTS Des formations et séminaires en éco-marketing et en éco- innovation - 1 Pourquoi choisir une formation econcepts? Les formations s adressent aux managers de l entreprise

Plus en détail

CATALOGUE 2014. Faire grandir les compétences

CATALOGUE 2014. Faire grandir les compétences CATALOGUE 2014 FORMATION Faire grandir les compétences TCO 205 Rue des MOLLIERES 69270 FONTAINES ST MARTIN SARL au capital de 23 000 RC LYON 388 279 929 TVA intracommunautaire FR 70 388 279 929 MODULES

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

DELL ET BUREAU EN GROS ANNOUNCENT UN ACCORD DE VENTE AU DÉTAIL ET UNE COLLABORATION ENVIRONNEMENTALE AU CANADA

DELL ET BUREAU EN GROS ANNOUNCENT UN ACCORD DE VENTE AU DÉTAIL ET UNE COLLABORATION ENVIRONNEMENTALE AU CANADA NEWS DELL ET BUREAU EN GROS ANNOUNCENT UN ACCORD DE VENTE AU DÉTAIL ET UNE COLLABORATION ENVIRONNEMENTALE AU CANADA Les ordinateurs, imprimantes et encres de Dell seront désormais disponibles dans plus

Plus en détail

Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur

Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur Supply Chain: un regard vers le passé et un pas vers le futur Valentina Carbone Professeur en Management de la Supply Chain et des Opérations ESCP Europe mailto: vcarbone@escpeurope.eu Agenda 1. Rôles

Plus en détail

La perception d un cadeau offert par une entreprise au consommateur

La perception d un cadeau offert par une entreprise au consommateur La perception d un cadeau offert par une entreprise au consommateur Regards croisés de l anthropologie et du marketing Jacqueline Winnepenninckx-Kieser 9 décembre 2008 Mise en perspective de la recherche

Plus en détail

Chapitre 5 Le ciblage, l image et les comportements des consommateurs Targeting, image and customer s behavior

Chapitre 5 Le ciblage, l image et les comportements des consommateurs Targeting, image and customer s behavior Chapitre 5 Le ciblage, l image et les comportements des consommateurs Targeting, image and customer s behavior Partie I, Chapitre 5, p. 1 Une fois le concept commercial choisi, Il faut concevoir la stratégie

Plus en détail

Le diplôme de bachelor en Marketing

Le diplôme de bachelor en Marketing Le diplôme de bachelor en Marketing Tu aimes: Bouger Rencontrer Communiquer Dialoguer Négocier Convaincre Calculer Décider Ton profil: Tu es une personne d action qui veut travailler sur le terrain Tu

Plus en détail

La P N L appliquée à la vente

La P N L appliquée à la vente La P N L appliquée à la vente Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Objectifs : Maîtriser les outils de programmation de la démarche commerciale. Programmer les objectifs de la réussite commerciale.

Plus en détail

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences UE 13 Contrôle de gestion Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences www.crefige.dauphine.fr polycopié de TD Ouvrage de référence : Henri BOUQUIN, Comptabilité

Plus en détail

Entreprises touristiques (12/10/11)

Entreprises touristiques (12/10/11) Entreprises touristiques (12/10/11) 7 et 14 décembres 18, 19, 24 janvier 09, 15 février 14 mars 3h, 27 mars 3h, 28 mars soutenance 4h Les acteurs clés Identifications et mécanismes OFFRE DEMANDE Fournisseurs

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

LICENCE LETTRES ET SCIENCES HUMAINES

LICENCE LETTRES ET SCIENCES HUMAINES Année universitaire 14-15 FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES 15, avenue René Cassin 97 715 SAINT DENIS MESSAG CEDEX -------------------------- Tél : 0262.93.85.85 - Télécopie : 0262. 93.85.00 ANNEE

Plus en détail

Licence Professionnelle COMMERCE et DISTRIBUTION en alternance

Licence Professionnelle COMMERCE et DISTRIBUTION en alternance Licence Professionnelle COMMERCE et DISTRIBUTION en alternance Rémunération : 80 % du SMIC Vous avez un BAC +2? L association DistriSup vous propose la Licence COMMERCE et DISTRIBUTION. Une formation évolutive,

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

CURRICULUM VITAE (abrégé) STEPHANE ROUSSEL. École nationale d Administration publique (ENAP), Montréal. Professeur titulaire depuis juin 2012.

CURRICULUM VITAE (abrégé) STEPHANE ROUSSEL. École nationale d Administration publique (ENAP), Montréal. Professeur titulaire depuis juin 2012. CURRICULUM VITAE (abrégé) STEPHANE ROUSSEL POSTE ACTUEL École nationale d Administration publique (ENAP), Montréal. Professeur titulaire depuis juin 2012. EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Université du Québec

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 Présentation 3 Chapitre 1 Le concept de marketing 15 1 Définitions 15 Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 2 Principaux outils du marketing 16 3 Les critiques envers

Plus en détail

Enseignement du droit en école de commerce et conceptions du droit

Enseignement du droit en école de commerce et conceptions du droit Enseignement du droit en école de commerce et conceptions du droit Hugues BOUTHINON-DUMAS ESSEC, Centre Européen de Droit et d Economie 1 ères Assises de l enseignement et de la recherche en droit dans

Plus en détail

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Conduite fin 2009, cette étude porte sur les différents types d organisations des Achats

Plus en détail

BIENVENUE. La mise en scène & Urbangaming expérience

BIENVENUE. La mise en scène & Urbangaming expérience BIENVENUE La mise en scène & Urbangaming expérience Appuis à la parole Cette présentation a été préparée comme appuis à la parole. Elle n est pas conçue pour être comprise sans accompagnement. Si vous

Plus en détail

Commercialisation. Formation

Commercialisation. Formation OPTIMISER SA PRODUCTIVITÉ COMMERCIALE Repérer les axes de développement commerciaux, choisir des actions à mener, optimiser des méthodes et outils de performance commerciale et analyser leur rentabilité.

Plus en détail

Nom, Prénom et grade du directeur de thèse : Mme TOURNOIS Nadine, professeur en science de gestion.

Nom, Prénom et grade du directeur de thèse : Mme TOURNOIS Nadine, professeur en science de gestion. Nice le 19 juin 2013 NOM : IBRAHEEM E-MAIL PRENOM : MANAR MANAR.ADNAN@GMAIL.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse : Mme TOURNOIS Nadine, professeur en science de gestion. Page 1 : Résumé de la

Plus en détail

Méthodes mixtes en évaluation

Méthodes mixtes en évaluation Méthodes mixtes en évaluation Combinaison des méthodes m qualitatives et quantitatives Pierre Pluye MD PhD Département de médecine m familiale Université McGill INPES Paris - 11 avril 2008 Méthodes mixtes

Plus en détail

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France Sebastian Selhorst Consultant TEI Forrester Consulting 29 Mars 2011 1 2011 Forrester Research, Inc. Reproduction 2009 Prohibited Forrester

Plus en détail

20 ans d expertise dans le domaine de la Direction du Développement Marketing & Commercial d entreprises en France et à l étranger

20 ans d expertise dans le domaine de la Direction du Développement Marketing & Commercial d entreprises en France et à l étranger 1 Michel Amossé 20 ans d expertise dans le domaine de la Direction du Développement Marketing & Commercial d entreprises en France et à l étranger Directeur Commercial & Marketing, de sociétés implantées

Plus en détail

GROUPE IDRAC Bachelor 2 ème année

GROUPE IDRAC Bachelor 2 ème année GROUPE IDRAC Bachelor 2 ème année Juin 2015 ANALYSE DES CLIENTS ET DES NOUVEAUX CONSOMMATEURS CODE Semestre Nombre heures Nombre crédits Langue d enseignement MKGA303 S3 20 2 Français Département académique

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

FORMATION. 2001/2002 : Thèse ès sciences de gestion, option marketing, à l IAE de Dijon, Université de Bourgogne :

FORMATION. 2001/2002 : Thèse ès sciences de gestion, option marketing, à l IAE de Dijon, Université de Bourgogne : Nom : DJELASSI Prénom : Souad Fonction : Maître de conférences, Université Lille2 Adresse professionnelle : IUT département TC, Rond-Point de l Europe, BP 557, 59060 Roubaix Cedex 01 Tél. professionnel

Plus en détail

Diplôme d Université «ENTREPRENEURIAT :

Diplôme d Université «ENTREPRENEURIAT : U N I V E R S I T É P A R I S 1 P A N T H É O N - S O R B O N N E Institut d Administration des Entreprises de Paris Diplôme d Université «ENTREPRENEURIAT : DIRIGER, CREER OU REPRENDRE UNE ENTREPRISE»

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Cadre d approche Y. Gillette, 4tivity C. Leloup, consultant www.4tivity.com www.afai.fr Plan Historique Problématique Mesure de la valeur de l entreprise

Plus en détail

Projet Tempus. Présentation de la psychologie économique. 28-30 juin 2010

Projet Tempus. Présentation de la psychologie économique. 28-30 juin 2010 Projet Tempus Présentation de la psychologie économique 28-30 juin 2010 Introduction Qu est est-ce que la psychologie économique? Etude du comportement du consommateur recouvre l ensemble des décisions

Plus en détail

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S8 et 9 : politique de distribution

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S8 et 9 : politique de distribution STRATEGIES MARKETING Licence 3 2010-2011 S8 et 9 : politique de distribution Professeur : Alain Debenedetti Alain.debenedetti@univ-mlv.fr Introduction L importance de la distribution Pour le fabricant

Plus en détail

Présentation de la démarche et méthodologie qualitative Claire Boileau Anthropologue

Présentation de la démarche et méthodologie qualitative Claire Boileau Anthropologue Santé Communautaire et accès aux soins en contexte tropical Présentation de la démarche et méthodologie qualitative Claire Boileau Anthropologue Introduction Principes des recherches qualitatives Les étapes

Plus en détail

CCIFER Executive Master Management. En partenariat avec ESCP Europe

CCIFER Executive Master Management. En partenariat avec ESCP Europe CCIFER Executive Master Management En partenariat avec ESCP Europe Partenaire pédagogique Ecole Supérieure de Commerce de Paris ESCP Europe, un partenaire de premier rang - 5 campus à Paris, Londres, Berlin,

Plus en détail

L ESSENTIEL DU PLAN MARKETING OPÉRATIONNEL

L ESSENTIEL DU PLAN MARKETING OPÉRATIONNEL GUÉNAËLLE BONNAFOUX CORINNE BILLON Sous la direction de NATHALIE VAN LAETHEM L ESSENTIEL DU PLAN MARKETING OPÉRATIONNEL LES ESSENTIELS DU MARKETING, 2013 ISBN : 978-2-212-55553-0 Sommaire Introduction

Plus en détail

25/11/2011. 2011 > IFI 3 2012 > Mastertrack 2013 > MS ou MSc

25/11/2011. 2011 > IFI 3 2012 > Mastertrack 2013 > MS ou MSc 25/11/2011 2011 > IFI 3 2012 > Mastertrack 2013 > MS ou MSc Quel type de fonctions recherchez vous? Rouen Business School vous propose des Mastères Spécialisés et Master of Science dans les domaines suivants

Plus en détail

L influence de la relation fournisseur sur les performances de votre entreprise

L influence de la relation fournisseur sur les performances de votre entreprise L influence de la relation fournisseur sur les performances de votre entreprise John W. Henke, Jr., Ph. D. Professeur de marketing School of Business Administration Université d Oakland Rochester, Michigan,

Plus en détail

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE

STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE CHAPITRE 1 STRATÉGIE MARKETING VO - COMMENT DÉTERMINER LE STOCK IDÉAL DE VOTRE AFFAIRE Ce que vous apprendrez dans ce chapitre Réunir les informations indispensables pour établir votre stratégie marketing

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Assistant professor at Faculté d'ingénierie et Management de la Santé (ILIS), Université Lille 2

Assistant professor at Faculté d'ingénierie et Management de la Santé (ILIS), Université Lille 2 HELENE GORGE MERCUR Research Center, Université de Lille-SKEMA Business School ILIS (Faculté d Ingénierie et Management de la Santé) 42 rue Ambroise Paré, 59120 Loos helene.gorge@univ-lille2.fr ACADEMIC

Plus en détail

Une nouvelle plateforme communautaire de distribution de documents numériques sur internet

Une nouvelle plateforme communautaire de distribution de documents numériques sur internet Une nouvelle plateforme communautaire de distribution de documents numériques sur internet Journée des professionnels de l édition numérique 3 mars 2011 1 1. Présentation du concept 2. L ambition 3. Maquette

Plus en détail

Chapitre 8Innovation technologique et dynamique des industries

Chapitre 8Innovation technologique et dynamique des industries Chapitre 8 Innovation technologique et dynamique des industries Niveau méso-économique : Approche évolutionniste innovations technologiques comme source principale de la dynamique industrielle Vision riche,

Plus en détail

MOI-questionnaire sur le concept de soi

MOI-questionnaire sur le concept de soi MOI-questionnaire sur le concept de soi Wilfrid LAROCHELLE QUEBEC conseiller d'orientation Atelier de pratique :français / Workshop of practices :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance

Plus en détail

Nouveau guide des meilleures pratiques d'affaires en design d'expériences de tourisme d'aventure

Nouveau guide des meilleures pratiques d'affaires en design d'expériences de tourisme d'aventure + Nouveau guide des meilleures pratiques d'affaires en design d'expériences de tourisme d'aventure Maurice Couture GPS Tourisme Inc. Rachel L Abbé Destination Équitable SÉMINAIRE 2013 / 5 ET 6 NOVEMBRE

Plus en détail

Cours de Marketing. Gestion Logistique et Transport. Semestre 1

Cours de Marketing. Gestion Logistique et Transport. Semestre 1 Cours de Marketing Gestion Logistique et Transport Semestre 1 CH I Qu est-ce que le Marketing 1.1/ Un peu d Histoire Fin 19 ème - Début 20 ème : Primauté de la fonction de production. Après la crise de

Plus en détail

Philippe BARBE. Professeur Economie -Finance Kedge Business School

Philippe BARBE. Professeur Economie -Finance Kedge Business School Philippe BARBE Professeur Economie -Finance Kedge Business School FORMATION-DIPLOMES 1997 : Doctorat ès Sciences Economiques. Thèse intitulée : «Ensemble d information de marché et détermination des taux

Plus en détail

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan Alfred ZEYL Ingénieur chimiste (ESCIL) MBA Northwestern University Docteur en Gestion Professeur Émérite à l ESC Dijon-Bourgogne Consultant. Armand DAYAN

Plus en détail

Enseignant-chercheur en sciences de gestion (spécialité marketing)

Enseignant-chercheur en sciences de gestion (spécialité marketing) Christophe BEZES Enseignant Chercheur ISTEC Ecole Supérieure de Commerce et de Marketing 12 rue Alexandre Parodi 75010 Paris c.bezes@istec.fr Enseignant-chercheur en sciences de gestion (spécialité marketing)

Plus en détail

Moteurs de recommandations & pertinence de la conversation. Hervé Mignot herve.mignot@equancy.com 24 Mai 2011

Moteurs de recommandations & pertinence de la conversation. Hervé Mignot herve.mignot@equancy.com 24 Mai 2011 Moteurs de recommandations & pertinence de la conversation Hervé Mignot herve.mignot@equancy.com 24 Mai 2011 Equancy en quelques mots Un cabinet de conseil spécialisé en marketing et communication. Une

Plus en détail

Prior to joining L'Oréal, he spent 11 years working for various Pharmaceutical companies.

Prior to joining L'Oréal, he spent 11 years working for various Pharmaceutical companies. CAILLAUD Frédéric Directeur du Licensing L'ORÉAL Frédéric Caillaud joined L'Oréal in 1994 as Director of the Licensing and Business Development Department in charge of negotiating alliances, licensing

Plus en détail

Mon site Web : thèse, articles et communication en téléchargement

Mon site Web : thèse, articles et communication en téléchargement Yohan BERNARD Maître de conférences à l Université de Franche-Comté IAE de Franche-Comté Chercheur au CREGO EA 7317 Mon site Web : thèse, articles et communication en téléchargement Adresse professionnelle

Plus en détail

CONGRES PARIS-VENISE 2004

CONGRES PARIS-VENISE 2004 CONGRES PARIS-VENISE 2004 26-27 novembre 2004 Universita Ca Foscari Venezia Bulletin-Réponse M. Mme Prénom : Gilles Nom :_ROEHRICH Université/ Ecole : Ecole Supérieure de Affaires de Grenoble Adresse :

Plus en détail

L efficacité d un site Web selon les consommateurs : une question de qualité qui repose avant tout sur la facilité d utilisation

L efficacité d un site Web selon les consommateurs : une question de qualité qui repose avant tout sur la facilité d utilisation L efficacité d un site Web selon les consommateurs : une question de qualité qui repose avant tout sur la facilité d utilisation Par Serey-Bopha Sandrine Prom Tep Étudiante au Ph.D. Marketing, HEC Montréal

Plus en détail

La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique

La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique INFORMATION ET COMMUNICATION THEMES A. LE COMPORTEMENT DES INDIVIDUS Introduction : interaction individu/groupe

Plus en détail

B ETUDES ET VEILLES COMMERCIALES

B ETUDES ET VEILLES COMMERCIALES B ETUDES ET VEILLES COMMERCIALES 1) PRÉSENTATION DU MARKETING INTERNATIONAL APPROCHE STRATÉGIQUE DE L ENTREPRISE À L INTERNATIONAL DÉFINITION Ensemble des actions qui consistent à détecter les besoins

Plus en détail

PAUL NIHOUL. Droit européen, droit européen de la concurrence, droit européen de la consommation

PAUL NIHOUL. Droit européen, droit européen de la concurrence, droit européen de la consommation PAUL NIHOUL FONCTIONS P RINCIPALES - Professeur ordinaire, Université de Louvain, Belgique - Directeur, Institut de recherche en sciences juridiques - President, Academic Society for Competition law (Ascola)

Plus en détail

Partie 1 : Le nouveau rôle du marketing

Partie 1 : Le nouveau rôle du marketing Partie 1 : Le nouveau rôle du marketing Chapitre 1 : Le marketing dans l entreprise et dans l économie Plan du cours - Les fondements idéologiques du marketing. - Le rôle du marketing dans l économie.

Plus en détail

FACULTÉ DES SCIENCES SOCIALES FACULTY OF ARTS SOCIAL SCIENCES

FACULTÉ DES SCIENCES SOCIALES FACULTY OF ARTS SOCIAL SCIENCES FACULTÉ DES SCIENCES SOCIALES FACULTY OF ARTS SOCIAL SCIENCES Please see below for English RESTRICTION DE COURS POUR L ANNÉE ACADÉMIQUE 2014-2015 ÉCOLE SUPÉRIEURE D AFFAIRES PUBLIQUES ET INTERNATIONALES

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Nathalie COMMEIRAS Professeur des Universités en Sciences de Gestion, spécialisée en Gestion des Ressources Humaines

Nathalie COMMEIRAS Professeur des Universités en Sciences de Gestion, spécialisée en Gestion des Ressources Humaines Nathalie COMMEIRAS Professeur des Universités en Sciences de Gestion, spécialisée en Gestion des Ressources Humaines à l Université Pierre Mendès France/Université de Grenoble 2 Chercheur au CERAG-UMR

Plus en détail

numéro 212 mars 2011 Dossier Les relations siège-filiales dans les multinationales Sous la direction de Ulrike Mayrhofer

numéro 212 mars 2011 Dossier Les relations siège-filiales dans les multinationales Sous la direction de Ulrike Mayrhofer numéro 212 mars 2011 SOMMAIRE 9 Ont contribué à ce numéro 13 Le couple DG-DRH à l épreuve des démarches compétences Bruno Henriet, Cathy Krohmer 29 Technologie polyfonctionnelle et compétences des acteurs.

Plus en détail

Sommaire Module téléphone

Sommaire Module téléphone Sommaire Module téléphone I. Programme 1 page 3 II. Programme 2 page5 III. Programme 3 page 7 IV. Programme 4 page 9 1 Exemple de programme de formation Toutes nos informations sont réalisées sur-mesure.

Plus en détail

CURRICULUM VITAE Pierrot DELIENNE 29 rue Pestalozzi apt 25 1202 Genève SUISSE Tél : 4178 674 9394 E-mail : pierrotdelienne@yahoo.

CURRICULUM VITAE Pierrot DELIENNE 29 rue Pestalozzi apt 25 1202 Genève SUISSE Tél : 4178 674 9394 E-mail : pierrotdelienne@yahoo. CURRICULUM VITAE Pierrot DELIENNE 29 rue Pestalozzi apt 25 1202 Genève SUISSE Tél : 4178 674 9394 E-mail : pierrotdelienne@yahoo.fr Curriculum Vitae Pierrot Delienne Renseignements personnels Nom : DELIENNE

Plus en détail

Rapport du stage d observation dans le cadre du cour de Multimédia

Rapport du stage d observation dans le cadre du cour de Multimédia BISSLER Nicolas Licence 6 20301207 Rapport du stage d observation dans le cadre du cour de Multimédia J ai réalisé mon stage d observation à l agence et conseils en publicité Reymann à Illkirch-Graffenstaden

Plus en détail

Le portefeuille TV de Publicitas Présentation des chaînes 2014. Publicitas SA Zurich

Le portefeuille TV de Publicitas Présentation des chaînes 2014. Publicitas SA Zurich Présentation des chaînes 2014 Publicitas SA Zurich Agenda 1. Pourquoi faire de la publicité à la télévision? 2. Aperçu du portefeuille TV de Publicitas 2.1 S1 2.2 CHTV 2.3 Eurosport 2.4 BFMTV 2.5 Escales

Plus en détail

FONCTIONS ACTUELLES. FORMATION et CONCOURS. DOCTORAT en Sciences de Gestion (Marketing) (Thèse soutenue le 01 décembre 2006)

FONCTIONS ACTUELLES. FORMATION et CONCOURS. DOCTORAT en Sciences de Gestion (Marketing) (Thèse soutenue le 01 décembre 2006) Caroline LANCELOT MILTGEN ISSBA, UFR de Pharmacie 16, Bd Daviers 49045 ANGERS Cedex Email : caroline.miltgen@wanadoo.fr FONCTIONS ACTUELLES Maître de Conférences en Sciences de Gestion Gestion et Management

Plus en détail

Club Supply Chain et distribution

Club Supply Chain et distribution Club Supply Chain et distribution Fabrice Lajugie de la Renaudie Association des diplômés de Reims Management School 91 rue de Miromesnil 75008 Paris http://www.rms-network.com Sommaire Constats 3 composantes

Plus en détail

THESE PROFESSIONNELLE. MBA Marketing et Management du Sport

THESE PROFESSIONNELLE. MBA Marketing et Management du Sport THESE PROFESSIONNELLE Présentée devant l Institut Supérieur de Commerce de Paris pour l obtention du MBA Marketing et Management du Sport par Augustin Hodara L hospitalité sportive est-elle un outil de

Plus en détail

Nom et Prénom: Lariani Dorra. Date de naissance: 05/07/1990. Tél: 27420037/55086175. Mail: larianidorra@gmail.com

Nom et Prénom: Lariani Dorra. Date de naissance: 05/07/1990. Tél: 27420037/55086175. Mail: larianidorra@gmail.com Présentation du CV Nom et Prénom: Lariani Dorra Date de naissance: 05/07/1990 Tél: 27420037/55086175 Mail: larianidorra@gmail.com J aimerais obtenir un emploi où mes compétences, ma formations et mes diplômes

Plus en détail

Le pôle 100% business du groupe Territoires Conseil. www.territoires-laboutique.com

Le pôle 100% business du groupe Territoires Conseil. www.territoires-laboutique.com Le pôle 100% business du groupe Territoires Conseil www.territoires-laboutique.com Territoires Conseil, une aventure humaine Des valeurs génétiques, partagées par l ensemble des collaborateurs : solidarité,

Plus en détail

Faire une étude de marché I et II. Michel Grenier, MBA

Faire une étude de marché I et II. Michel Grenier, MBA Faire une étude de marché I et II Michel Grenier, MBA Au menu ce midi Étude de marché Que feriez vous et comment? Environnement PESTEL La segmentation Le marché Son positionnement Le rapport Le Centre

Plus en détail

Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs. Sophie Rieunier

Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs. Sophie Rieunier Chaire Marques & Valeurs Parole d expert Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs Sophie Rieunier Maître de conférences, IAE de Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne N 2012-07

Plus en détail