CHAPITRE 1 SUITES. 1. On dit plus simplement suite réelle si K = R et complexe si K = C.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE 1 SUITES. 1. On dit plus simplement suite réelle si K = R et complexe si K = C."

Transcription

1 CHAPITRE 1 SUITES Les suites sont un objet fondamental à la fois en mathématiques et dans l application des mathématiques aux autes sciences. Nous veons dans ce cous et les tavaux diigés dives exemples : appoximation d un nombe iationnel pa des décimaux ; suite de Syacuse ; algoithme de Newton pou appoche les acines d un polynôme ; modélisation des pêts bancaies. Ce chapite commence pa des appels. Ce sea le pétexte pou commence à intoduie cetains concepts d algèbe linéaie que nous enconteons souvent ce semeste Suites éelles ou complexes ; opéations su les suites On fixe le cops K = R ou C. Définition Une suite à valeus (1) dans K est une application u : N K. On note u = (u n ) n N ou u = (u 0, u 1,..., u n,...). L ensemble des suites est noté S K ou K N. Le nombe u n est appelé n-ième teme de la suite u. Il aive pafois que la suite ne soit pas définie pou tous les enties de N, mais seulement pou un sous-ensemble d indices I N. Une suite définie su I est une application u : I K. On la note u = (u n ) n I. On peut défini une suite pa : une fomule ; pa exemple la suite définie pa u n = n + cos(n). un pocessus de constuction (suite définie pa écuence) ; dans ce cas, on donne u 0, puis on explique comment constuie u n+1 à pati de u n. Autement dit, la suite véifie une elation de écuence u n+1 = f(u n ). 1. On dit plus simplement suite éelle si K = R et complexe si K = C.

2 10 CHAPITRE 1. SUITES Pa exemple, les suites de Syacuse : on choisit u 0 égal à un entie quelconque et on pose u n+1 = un si u n est pai et u n+1 = 3u n + 1 si u n est impai. Ces suites peuvent ête tès compliquées à étudie. Pa exemple, pou les suites de Syacuse, on conjectue () que pou tout choix de u 0, la suite passea pa 1 (c est-à-die qu il existe n avec u n = 1). Pa exemple, si u 0 = 4, alos la suite est (4,, 1, 4,, 1...). En evanche, si u 0 = 15, alos la suite est (15, 46, 3, 70, 35, 106, 53, 160, 80, 40, 0, 10, 5, 16, 8, 4,, 1, 4,, 1,...). Une écuence étendue : on se donne les p pemies temes, et on explique comment constuie u n+p à pati de u n, u n+1,..., u n+p Somme et poduit pa un scalaie. Définition Soit u et v deux éléments de S K et λ K. On définit : La suite u + v pa u + v = (u n + v n ) n N. La suite λ u pa λ u = (λu n ) n N Remaque Ces opéations véifient un cetains nombes de popiétés. 1. Pou toutes suites u et v, on a u + v = v + u. On dit que la somme + est commutative.. Définissons la suite nulle 0 SK = (0, 0,..., 0,...). Pou toute suite u, on a u+0 SK = 0 SK +u = u. On dit que 0 SK est un élément neute pou l addition. De plus, la suite u = ( u n) n N véifie u + ( u) = ( u) + u = 0 SK. On dit qu elle est le symétique de u. 3. Enfin, pou toutes suites u, v, w, on a (u + v) + w = u + (v + w) : en effet, le n-ième teme de (u + v) + w est (u n + v n) + w n = u n + (v n + w n). Il est donc égal au n-ième teme de u + (v + w). Cette popiété s appelle l associativité. Les popiétés ci-dessus font de S K un goupe abélien. La multiplication pa un scalaie véifie aussi cetaines popiétés : 1. D abod, pou toute suite u, on a 1 u = (u n) n N = u.. Ensuite, pou tous scalaies λ 1 et λ et toute suite u, on a λ 1 (λ u) = λ 1 (λ u n) n N = (λ 1λ u n) n N = (λ 1λ ) u. 3. Enfin une popiété de double distibutivité : pou tous scalaies λ 1 et λ et toutes suites u et w, on a (λ 1 + λ ) (u + v) = λ 1 u + λ u + λ 1 v + λ v. En effet, le n-ième teme de (λ 1 + λ ) (u + v) est (λ 1 + λ )(u n + v n) = λ 1u n + λ u n + λ 1v n + λ v n. C est donc le même que le n-ième teme de la suite λ 1 u + λ u + λ 1 v + λ v. Ces popiétés font de l espace S K un espace vectoiel. Cette notion sea un fil ouge dans ce cous. C est-à-die on pense que c est vai, mais qu on ne sait pas le pouve. Pou ces suites, on l a véifié numéiquement pou tous les u 0 jusqu à au moins 10 18! Le lecteu poua alle voi la suite d aticles consacés à cette suite su le magnifique site Image des mathématiques : pemie aticle, deuxième aticle, toisième aticle.

3 1.. QUELQUES EXEMPLES Poduit de suites. On sait aussi multiplie les suites ente elles. On sot ici du cade des espaces vectoiels pou ente dans celui des K-algèbes. Définition Soient u et v deux suites à valeus dans K. On définit leu poduit uv pa uv = (u n v n ) n N. 1.. Quelques exemples Les suites aithmétiques. Définition Une suite u = (u n ) n N est dite aithmétique de aison K si elle véifie la elation de écuence : On monte alos, pa écuence : u n+1 = u n +. Poposition 1... Soit (u n ) une suite aithmétique de aison. Son teme généal est u n = u 0 + n. La somme de temes consécutifs est donnée pa : n u k = (n p + 1) u p + u n. k=p Exemple La suite définie pa u n = n est aithmétique de aison 1. La somme des n pemies enties est n = n(n+1). Une peuve géométique est aussi donnée en cous Les suites géométiques. Définition Une suite u = (u n ) n N est dite géométique de aison q K si elle véifie la elation de écuence : u n+1 = qu n. Remaque u est géométique de aison q si et seulement si T (u) = q u. On dit que les suites géométiques sont exactement les vecteus popes de l application linéaie T, et la aison q est la valeu pope associée. On monte alos, pa écuence : Poposition Soit (u n ) une suite géométique de aison q. Son teme généal est u n = u 0 q n. Si q = 1, la somme de temes consécutifs est donnée pa : n 1 q n p+1 u k = u p. 1 q k=p

4 1 CHAPITRE 1. SUITES Les suites aithmético-géométiques. Définition Une suite u = (u n ) n N est dite aithmético-géométique de aisons, q K si elle véifie la elation de écuence : u n+1 = qu n +. Poposition On suppose q = 1 (3). Le teme généal d une suite aithmético-géométique de aisons q et est : u n = q n u 0 + (qn 1) q 1. Démonstation. Modifions la suite u de manièe à touve une suite géométique : définissons la suite v pa v n = u n + q 1. Alos on a v n+1 = u n+1 + q 1 = qu n++ q 1 = qu n+ q q 1 = q u n + = qv n. q 1 Donc la suite (v n ) est géométique de aison q et v n = q n v 0 = q n (u 0 + On en déduit que u n = v n q 1 = qn u 0 + (qn 1) q 1. q 1 ). Exemple Un bon exemple de suites aithmético-géométiques est donné pa les pêts bancaies. Imaginons qu on empunte euos au taux annuel de 3% et qu on décide de embouse 100 euos pa mois. On veut savoi combien de mois on va mette à embouse le pêt. Notons u n la somme ("le capital") estant due à la banque apès n mois (u n = 0 si on a fini de embouse). On a u 0 = Pou calcule u n+1 en fonction de u n, la ègle est la suivante : les 100 euos de embousement sevent d abod à paye les intéêts du mois su la somme u n, puis à embouse le capital. Le taux mensuel d intéêt est 3/1 = 0, 5%. Pa exemple, pou le pemie embousement, on doit commence pa paye 0, = 5 euos d intéêts, et on embouse donc 75 euos de capital. Ainsi, u 1 = = 995. Plus généalement, on obtient la elation de écuence : u n+1 = u n + 0, 005u n 100 = 1, 005u n 100. La suite (u n) n N est donc aithmético-géométique, de aison q = 1, 005 et = 100, tant qu on n a pas fini de embouse. La poposition pécédente nous donne la fomule : u n = (1, 005) n u , 005n 1 1, =(1, 005)n (1, 005 n 1) = , 005 n. Le nombe de mois nécessaie au embousement est le plus petit entie n tel que , 005 n 0. Ce nombe est négatif pou n ln(4/3) 115, (execice!). Donc ln(1,005) le nombe de mois nécessaie au embousement est 116 (pesque 10 ans). 3. Sinon, la suite est aithmétique.

5 1.. QUELQUES EXEMPLES 13 On obseve que si on décide de embouse 00 euos pa mois ( = 00), la duée est 54 mois soit moins de la moitié. En evanche, si on ne embouse que 50 euos pa mois, alos la duée est 78 mois soit plus du double. Et on a un poblème si on ne veut embouse que 5 euos pa mois : chaque mois, ces 5 euos patent intégalement pou paye les intéêts et on ne embouse jamais le capital Récuences linéaies d ode. Définition On dit qu une suite u = (u n ) n N véifie une écuence linéaie d ode s il existe a = 0, b et c = 0 dans K tels que pou tout n 0, on a : (RL) au n+ + bu n+1 + cu n = 0. Théoème Soient a = 0, b et c = 0 dans K. Alos : 1. Pou tout couple (x, y) d éléments de K, il existe une unique suite u véifiant l équation (RL) et u 0 = x, u 1 = y.. Si u et v sont deux solutions et λ un scalaie, alos u + v et λ u sont des solutions. 3. Si u et v sont deux solutions avec u 0 v 1 u 1 v 0 = 0, alos toute solution w s écit de manièe unique comme combinaison linéaie de u et v : il existe deux uniques scalaies λ et µ tels que w = λ u + µ v. Un couple de solutions comme dans le toisième point est appelé une base de l espace des solutions. Remaque On vea plus tad une vesion de cet énoncé dans le langage de l algèbe linéaie. Le deuxième point affime que l espace des solutions est un sous-espace vectoiel, le toisième qu il est de dimension. On econnaît dans la condition du toisième point le fait que les deux vecteus (u 0, u 1) et (v 0, v 1) de K sont libes. Démonstation. Le pemie point est intuitif : si on connaît les temes u 0 = x et u 1 = y, alos on peut défini de manièe unique u = bu 1+cu 0 a. On continue pa écuence : si les k pemies temes sont définis, alos le k + 1- ème teme est uniquement défini pa u k+1 = bu k+cu k 1 a. Pou le deuxième point, si u et v sont solutions et λ un scalaie, alos pou tout n 0, on a : a(u n+ + v n+ ) + b(u n+1 + v n+1 ) + c(u n + v n ) = au n+ + bu n+1 + cu n + av n+ + bv n+1 + cv n = 0 a(λu n+ ) + b(λu n+1 ) + c(λu n ) = λ(au n+ + bu n+1 + cu n ) Donc les suites u + v et λ u sont solutions. = 0

6 14 CHAPITRE 1. SUITES Pou le toisième point, commençons pa le cas u 0 = v 1 = 1 et u 1 = v 0 = 0. Ce couple véifie bien la condition donnée. Considéons maintenant une aute solution w. Pouvons nous écie w = λ u + µ v? Regadons l abod le teme 0 : comme u 0 = 1 et v 0 = 0, on doit avoi w 0 = λ. En egadant le teme d ode 1, on doit avoi w 1 = µ. Donc il y a une seule possibilité. Il este à voi qu elle convient. Considéons la suite w 0 u + w 1 v. D apès le deuxième point elle est solution de (RL). De plus ces deux pemies temes sont w 0 et w 1 pa constuction. Le pemie point donne donc l égalité w = λ u + µ v. Revenons maintenant au cas généal : soit (u, v) un couple de solutions véifiant u 0 v 1 u 1 v 0 = 0 et w une aute solution. Pou expime w comme combinaison linéaie de u et v, il faut touve λ et µ tels que : w0 = λu 0 + µv 0 w 1 = λu 1 + µv 1 Autement dit, λ et µ sont solutions d un système linéaie. La condition su u et v dit justement que ce système a une unique solution λ = v 1w 0 v 0 w 1 u 0 v 1 u 1 v 0 et µ = u 1w 0 u 0 w 1 u 1 v 0 u 0 v 1, comme vous l avez déjà vu au pemie semeste. On conclut comme dans le cas pécédent : pou ce choix, λ u + µ v est une solution de (RL), qui a les mêmes pemies temes que w. C est donc la suite w. En patique, la desciption de cet espace se discute suivant les acines d un polynôme : Poposition On suppose ici a = 0, b et c = 0 éels. On note α et β les deux acines (dans C, éventuellement confondues) du polynôme ax + bx + c. Alos 1. Si les acines α et β sont éelles distinctes, une base de cet espace est composée des suites (α n ) n N et (β n ) n N.. Si les acines exp it = α = β sont non éelles distinctes, une base du R- espace vectoiel est composée des suites ( n cos(nt)) n N et ( n sin(nt)) n N. 3. Si les deux acines sont confondues, une base de cet espace est composée des suites (α n ) n N et (nα n ) n N. De plus, tout élément de cette espace est déteminé pa ses deux pemies temes u 0 et u 1. Exemple Chechons la suite w véifiant la écuence w n+ 3w n+1 + w n et w 0 = 0, w 1 = 3. Le polynôme à considée est X 3X +. Ses deux acines sont 1 et, donc éelles et distinctes. On est dans le pemie cas de la poposition pécédente. Une base des solutions est donc composée de la suite u = (1, 1, 1,...) et de la suite v = ( n ) n N. Donc la suite w chechée s écit de manièe unique sous

7 1.. QUELQUES EXEMPLES 15 la fome w = λ u + µ v. Il nous este à détemine λ et µ. Regadons les conditions données pa les deux pemies temes. On doit avoi : w 0 = 0 = λ + µ et w 1 = 3 = λ + µ. On obtient donc µ = 3 et λ = 3. Autement dit, le teme généal de w est w n = 3u n + 3v n = n. Démonstation. Il suffit de véifie que les deux suites poposées véifient bien l équation (RL), et que les deux couples des coodonnées (u 0, u 1 ) sont libes (c est-à-die qu ils véifient la condition donnée dans le toisième point ci-dessus). Pemie cas : On suppose que α = β sont éels. On note u = (α n ) et v = (β n ) les deux suites. Véifions d abod qu elles sont bien solutions. Pou n 0, on a : au n+ + bu n+1 + cu n = aα n+ + bα n+1 + cα n = α n (aα + bα + c = 0. égalité povient de ce que α est une acine. Donc u est bien solution. De même, v est solution. Il este à véifie la condition : u 0 v 1 u 1 v 0 = β α = 0. Le théoème pécédent nous dit bien que u et v foment une base de l espace des solutions. Deuxième cas : Notons à nouveau u = ( n cos(nt)) n N et v = ( n sin(nt)) n N. Remaquons que α n = n e int = n cos(nt) + i n sin(nt). Donc on a, pou tout n, u n = Re(α n ) et v n = Im(α n ). Comme dans le cas pécédent, on a, pou tout entie n, aα n+ + bα n+1 + cα n = 0. En penant la patie éelle et la patie imaginaie, on obtient que u et v sont solutions. De plus, on calcule u 0 v 1 u 1 v 0 = sin(t) = Im(α) = 0. Le théoème pécédent nous dit bien que u et v foment une base de l espace des solutions. Toisième cas : On suppose que α est acine double. Donc α est aussi acine du polynôme déivée et on obtient aα + b = 0. De plus, comme c = 0, 0 n est pas acine du polynôme et α = 0. Soient u = (α n ) n N et v = (nα n ) n N les deux suites. On a déjà vu, dans le pemie cas, que u est solution. De plus, v est aussi solution : av n+ + bv n+1 + cv n = α n (n(aα + bα + c) + aα + b) = 0. De plus, on calcule u 0 v 1 u 1 v 0 = α = 0. Le théoème pécédent nous dit bien que u et v foment une base de l espace des solutions.

8 16 CHAPITRE 1. SUITES 1.3. Suites bonées, convegentes Suites bonés, majoées. On appelle que le module d un nombe complexe z = a+ib est z = a + b. Si z est éel (donc z = a), alos son module est sa valeu absolue. Le module véifie quelques popiétés utiles : on a a z et b z ; on a, si λ est éel, λz = λ z ; on a l inégalité tiangulaie : pou tous z = a + ib, z = a + ib complexes, z + z z + z. Définition Une suite éelle ou complexe u n est dite bonée si M R, n N, u n M. Une suite éelle est majoée si M R, n N, u n M. Une suite éelle est minoée si m R, n N, u n m. Poposition Si u et v sont deux suites à valeus dans K bonées, et λ K, alos u + v est encoe bonées et λ u aussi. Remaque Comme déjà mentionné, ces popiétés s expiment en disant que l espace des suites bonées est un sous-espace vectoiel de S K. Démonstation. Pouvons la pemièe assetion, les autes sont similaies : Soit u et v deux suites complexes bonées et λ C. Soit donc deux éels M et N tels que pou tout n, u n M et v n N. Considéons la suite u + v. Le module de son n-ième teme véifie, gâce à l inégalité tiangulaie : u n + v n u n + v n M + N. La suite u + v est donc bonée pa M + N. De même, la suite λ u est bonée pa λ M. De plus, une suite complexe est bonée si et seulement si sa patie imaginaie et sa patie éelle sont bonées : Poposition Soit u = (u n ) n N une suite complexe, et notons a = (a n = Re(u n )) n N sa patie éelle et b = (b n = Im(u n )) n N sa patie imaginaie. Alos u est bonée si et seulement si a et b le sont. Démonstation. Supposons u bonée, et soit M R tel que pou tout n, u n M. Comme pou tout n on a a n u n M et b n u n M, les suites a et b sont bonées. Récipoquement, supposons a et b bonées. Alos il existe un éel M > 0 tel que pou tout n on a a n M et b n M. O, u n = a n + b n M + M M. Donc u est bonée.

9 1.3. SUITES BORNÉES, CONVERGENTES Suites monotones. Définition Pou une suite éelle u, on dit que : u est coissante si pou tout n 0, u n+1 u n ; u est décoissante si pou tout n 0, u n+1 u n ; u est monotone si elle est coissante ou décoissante. On ajoute l adjectif stictement si les inégalités sont stictes Suites convegentes. Vous connaissez la définition : Définition Une suite éelle ou complexe u est dite convegente si il existe un nombe éel ou complexe l tel que : ε > 0, N N, n N, u n l ε. Le nombe l = lim(u) est appelé la limite de la suite u. On dit aussi que u tend ves l, noté u n l. Quand une suite n est pas convegente ; on dit qu elle est divegente. En niant la définition pécédente, on voit qu une suite est divegente si pou tout l, il existe ε > 0 tel que pou tout N N, il existe n N tel que u n l > ε. Poposition Soit u une suite complexe. Notons a = (a n = Re(u n )) n N et b = (b n = Im(u n )) n N. Alos u tend ves l = + is si et seulement si a tend ves et b tend ves s. Démonstation. Supposons que u n l et soit ε > 0. Utilisons la définition de u n l pou cet ε : il existe un entie N tel que pou tout n N, on a u n l ε. O on a déjà vu que a n u n l et b n s u n l. Donc, pou tout n N, a n ε et b n s ε. Ça monte que a et b convegent, ves et s espectivement. Récipoquement, supposons que a n et b n s. Soit ε > 0. ε Utilisons la définition de la convegence de a et b pou le éel : il existe N N tel que pou tout n N, on a a n ε et b n s ε. On en déduit, pou n N : u n ( + is) = (a n ) + (b n s) ε + ε ε Ça pouve bien que u tend ves l = + is.

CHAPITRE 2 SUITES RÉELLES ET COMPLEXES

CHAPITRE 2 SUITES RÉELLES ET COMPLEXES CHAPITRE SUITES RÉELLES ET COMPLEXES Les suites sont un objet fondamental à la fois en mathématiques et dans l application des mathématiques aux autres sciences. Nous verrons dans ce cours et les travaux

Plus en détail

FINANCE Mathématiques Financières

FINANCE Mathématiques Financières INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entepises 2005/2006 C.M. : M. Godlewski Intéêts Simples Définitions et concepts FINANCE Mathématiques Financièes L intéêt est la émunéation d un pêt.

Plus en détail

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable 3 ème os DYNAMIQUE Théoie Quantité de mouvement Les systèmes de masse vaiable Intoduction À pati du Moyen Âge, on s'est endu compte que la vitesse ne suffisait pas à explique toutes les caactéistiques

Plus en détail

Devoil libre N 5 2ème TSI 1. Correction. a n x n (série de rayon de convergence R). On a alors pour. n=0

Devoil libre N 5 2ème TSI 1. Correction. a n x n (série de rayon de convergence R). On a alors pour. n=0 2ème TSI Coection 26 27 Eecice Soit l équation difféentielle : On cheche y sous la fome y() = tout ] R; R[ : K y () = 2 y + ( + )y y =. n= a n n (séie de ayon de convegence R). On a alos pou na n n et

Plus en détail

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0.

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0. 7- Tests d austement, d indépendance et de coélation - Chapite 7 : Tests d austements, d indépendance et de coélation 7. Test d austement du Khi-deux... 7. Test d austement de Kolmogoov-Sminov... 7.. Test

Plus en détail

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables Leçon Foce nomale L applet Foce nomale simule les foces qui s execent su un bloc qui se déplace veticalement. Péalables L élève devait connaîte les concepts d accéléation et de foce, et le lien qui existe

Plus en détail

Chapitre 6: Moment cinétique

Chapitre 6: Moment cinétique Chapite 6: oment cinétique Intoduction http://www.youtube.com/watch?v=vefd0bltgya consevation du moment cinétique 1 - angula momentum consevation 1 - Collège éici_(360p).mp4 http://www.youtube.com/watch?v=w6qaxdppjae

Plus en détail

L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A302 Chapitre VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques

L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A302 Chapitre VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A3 Chapite VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques I) Expéience de ten et Gelach (9) ) L expéience ) Valeus numéiques 3) Matices de

Plus en détail

Construire une image médicale

Construire une image médicale Vol. 10 hive pintemps 2015 6 Autefois, on passait des adiogaphies. Maintenant, on va aussi passe un examen pa scanne : la technique s appelle la tomodensitométie axiale. Dans les deux cas, ce sont des

Plus en détail

STATIQUE. Actions mécaniques extérieures = Actions Mécaniques de contact + Actions Mécaniques à distance

STATIQUE. Actions mécaniques extérieures = Actions Mécaniques de contact + Actions Mécaniques à distance STTIQUE 1.- Quel est l objectif de la statique? Pou étudie les conditions d équilibe des solides indéfomables. Remaques : - Un solide est considéé indéfomable tant que les défomations estent faibles. -

Plus en détail

Microéconomie B Interrogation du Mercredi 24 Novembre 2010 Durée : 1h30

Microéconomie B Interrogation du Mercredi 24 Novembre 2010 Durée : 1h30 Univesité Pais Ouest Nantee La Défense Année univesitaie 010-011 UFR SEGMI L Economie-Gestion Micoéconomie B Inteogation du Mecedi 4 Novembe 010 Duée : 1h30 Aucun document n est autoisé et les calculatices

Plus en détail

Chapitre 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE

Chapitre 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE Chapite 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE Se epote à la bibliogaphie pou le détail des démonstations et la desciption de l expéience de Sten et Gelach. 3.1 Définitions a- Considéons

Plus en détail

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE Table de smbole Recheche : opéation fondamentale données : éléments avec clés Tpe abstait d une table de smboles (smbol table) ou dictionnaie Objets : ensembles d objets avec

Plus en détail

1 ère S Valeur absolue (2)

1 ère S Valeur absolue (2) 1 èe S Valeu absolue () Objectif : epende la notion de valeu absolue mais sous un aspect algébique. I. Epession de la valeu absolue d un éel suivant son signe 1 ) Démonstation est un éel quelconque. 1

Plus en détail

Chapitre I. Description des milieux continus

Chapitre I. Description des milieux continus Chapite I Desciption des milieu continus OBJET Ce chapite est consacé à la desciption des milieu continus. On intoduia les notions fondamentales de desciption du mouvement au sens de Lagange et d Eule,

Plus en détail

Chapitre 5: Séries entières, fonctions holomorphes

Chapitre 5: Séries entières, fonctions holomorphes Univesité de Bougogne Dépatement de Mathématiques Licence de Mathématiques Compléments d analyse Chapite 5: Séies entièes, fonctions holomophes Dans ce chapite, on tavaille dans C: les fonctions f considéées

Plus en détail

Cours d électromagnétisme EM15-Champ magnétique

Cours d électromagnétisme EM15-Champ magnétique Cous d électomagnétisme EM15-Champ magnétique Table des matièes 1 Intoduction 2 2 Action d un champ électomagnétique su une paticule chagée 2 2.1 Foce de Loentz.................................. 2 2.2

Plus en détail

Exemples d antennes (9)

Exemples d antennes (9) Exemples d antennes (9) II. Le pincipe des images : Pemet de considée le cas de souces placées au dessus d un sol qui peut ête assimilé à un conducteu pafait (en BF : σ >> ωε ). a) Cas d une antenne filaie

Plus en détail

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE Table de smboles Recheche : opéation fondamentale données : éléments avec clés Tpe abstait d une table de smboles (smbol table) ou dictionnaie Objets : ensembles d objets avec

Plus en détail

FIN 201 : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

FIN 201 : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES UNIVERSITÉ DE CERGY-PONTOISE U.F.R. Economie et Gestion Licence d Économie et Finance / Licence de Gestion L2 - S3 FIN 201 : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES TEST - Novembe 2015-1h30 CALCULATRICES SANS MODULE

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE CALCUL TENSORIEL

ÉLÉMENTS DE CALCUL TENSORIEL ÉLÉMENTS DE CALCUL TENSORIEL Roland FORTUNIER Cente Mico-électonique de Povence "Geoges Chapak" Avenue des anémones 13541 - GARDANNE Table des matièes Intoduction.........................................................

Plus en détail

LA DIFFUSION THERMIQUE & LA DIFFUSION de PARTICULES

LA DIFFUSION THERMIQUE & LA DIFFUSION de PARTICULES PSI Bizeux Ch. T4 : Phénomènes de diffusion - 36 - Etude de deux phénomènes de diffusion : LA DIFFUSION THERMIQUE & LA DIFFUSION de PARTICULES 1. LA DIFFUSION : UN MODE DE TRANSFERT SANS MOUVEMENT MACROSCOPIQUE

Plus en détail

CHAPITRE II MAGNETOSTATIQUE

CHAPITRE II MAGNETOSTATIQUE Chapite : Magnétostatique CAPTRE MAGNETOTATQUE Une chage électique immobile cée un champ électique seulement; Une chage en mouvement (un couant) cée un champ électique et un champ magnétique. Définition

Plus en détail

F O R C E C E N T R A L E C O N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I O N A U X O R B I T E S C I R C U L A I R E S

F O R C E C E N T R A L E C O N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I O N A U X O R B I T E S C I R C U L A I R E S MECA NI QUE L yc ée F.B UISS N PTS I MUVEMENT D UNE PARTICULE SUMISE A UNE F R C E C E N T R A L E C N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I N A U X R B I T E S C I R C U L A I R E S PRELUDE Dans ce chapite,

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2004-2005 Devoi n 6 CONVERSION DE PUISSANCE Une alimentation de d odinateu de bueau est assez paticulièe, elle doit founi des tensions de +5, +12, 5 et 12 volts avec une puissance moyenne de quelques

Plus en détail

INITIATION A LA MESURE ----

INITIATION A LA MESURE ---- INITIATION A LA MSUR ---- Le but de ce TP est : - de mesue la foce électomotice et la ésistance intene d'une pile, - d'évalue, en tenant compte des incetitudes de mesue et des caactéistiques de l'appaeil

Plus en détail

Mathématiques appliquées à la topographie - niveau 1

Mathématiques appliquées à la topographie - niveau 1 VILLE DE LIEGE INSTITUT DE TRAVAUX PUBLICS Enseignement de pomotion sociale Mathématiques appliquées à la topogaphie - niveau 1 Notes de cous povisoies Jean-Luc Becke Tigonométie plane Mathématiques appliquées

Plus en détail

Système d ouverture de porte de TGV

Système d ouverture de porte de TGV Le sujet se compose de : TD MP-PSI REVISION CINEMATIQUE Système d ouvetue de pote de TGV 6 pages dactylogaphiées ; 2 pages d annexe ; 2 pages de document éponse Objet de l étude Le tanspot feoviaie, concuencé

Plus en détail

5.1. Introduction. 5. Epargne, investissement et système financier. Introduction (suite) 5.2. Institutions financières

5.1. Introduction. 5. Epargne, investissement et système financier. Introduction (suite) 5.2. Institutions financières 5.1. Intoduction 5. Epagne, investissement et système financie Réalisation : Natacha Gilson! Mankiw, chapite 25 Pêts et empunts sont inexticablement liés : si quelqu un pête, c est qu un aute a décidé

Plus en détail

Université 08 mai 1945 Guelma - Algérie. cours de MODELISATION DE LA PHYSIQUE DES FLUIDES ) par. Hisao FUJITA YASHIMA

Université 08 mai 1945 Guelma - Algérie. cours de MODELISATION DE LA PHYSIQUE DES FLUIDES ) par. Hisao FUJITA YASHIMA Univesité 8 mai 1945 Guelma - Algéie cous de MODELISATION DE LA PHYSIQUE DES FLUIDES pofessé pa Hisao FUJITA YASHIMA 29-21 - Le cous a été dédié à des modèles mathématiques de phénomènes atmosphéiques

Plus en détail

) de ce plan et un nombre réel positif r. Un point P = ( x P

) de ce plan et un nombre réel positif r. Un point P = ( x P Mathématiques e Niv. et Toisième patie : Géométie Théoie chapite 4 HAPITRE 4 ERLES 4. Equation d'un cecle donné pa son cente et son ayon 4.. Equation catésienne d'un cecle Nous savons déjà qu'un cecle

Plus en détail

1M002 - Première partie : Suites Chapitre 2 : Suites réelles et complexes

1M002 - Première partie : Suites Chapitre 2 : Suites réelles et complexes 1M002 - Première partie : Suites Chapitre 2 : Suites réelles et complexes Antonin Guilloux 27 janvier 2017 Antonin Guilloux Suites réelles et complexes 27 janvier 2017 1 / 13 L espace des suites Définitions

Plus en détail

Démarche)Qualité)pour)Améliorer)la)Communication) Pluridisciplinaire)entre)les)Jeunes)Chercheurs)

Démarche)Qualité)pour)Améliorer)la)Communication) Pluridisciplinaire)entre)les)Jeunes)Chercheurs) Démache)Qualité)pou)mélioe)la)Communication) Pluidisciplinaie)ente)les)s)Checheus) Sommaie)! Intoction!...!1! 1.!Desciption!de!la!poblématique!...!1! 1.1.#Contexte#de#la#communication#ente#les#jeunes#s#...#1#

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/04. Elle précise les méthodes de valorisation des titres de capital et des titres de créances contenus dans les actifs de l OPCVM.

CIRCULAIRE N 02/04. Elle précise les méthodes de valorisation des titres de capital et des titres de créances contenus dans les actifs de l OPCVM. Rabat, le 02 juillet 2004 CIRCULIRE N 02/04 RELTIVE UX CONDITIONS D ÉVLUTION DES VLEURS PPORTÉES À UN ORGNISME DE PLCEMENT COLLECTIF EN VLEURS MOBILIÈRES OU DÉTENUES PR LUI La pésente ciculaie vient en

Plus en détail

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions hapite 5 Les condensateus. Définitions a. ondensateu. Si on elie chacune des bones + et - d une pile (ou aute souce de difféence de potentiel) à un conducteu, on obtient un condensateu. Les deux conducteus

Plus en détail

Ecole des Ponts Paris Tech

Ecole des Ponts Paris Tech ECONOMIE GENERALE INITIATION Année scolaie 0-06 CORRIGE DU CONTROLE INTERMEDIAIRE DES CONNAISSANCES Duée : h0 9 novembe 0 Ecole des Ponts Pais Tech Stéhane Gallon - - NOTE TOTALE /0 EXERCICE - Fonction

Plus en détail

Correction du Concours blanc type EDHEC

Correction du Concours blanc type EDHEC Lycée Louis Pegaud DS7 Coection du Concous blanc type EDHEC Eecice (EDHEC 6. (a f est déivable su R + comme quotient de deu fonctions déivables dont le dénominateu ne s annule pas su R +, et on a : f (

Plus en détail

III Enonce du principe fondamental de la statique (ou P.F.S)

III Enonce du principe fondamental de la statique (ou P.F.S) Rèf : st Pincipe fondamental de la statique STI G.E. I Hypothèse de la statique En statique, les solides sont supposés géométiquement pafaits, indéfomables, homogènes et isotopes. Géométie : les aspéités,

Plus en détail

Sébastien Charnoz & Adrian Daerr Université Paris 7 Denis Diderot CEA Saclay

Sébastien Charnoz & Adrian Daerr Université Paris 7 Denis Diderot CEA Saclay Algoithmes de minimisation Sébastien Chanoz & Adian Dae Univesité Pais 7 Denis Dideot CEA Saclay De nombeux poblèmes nécessitent de minimise une onction : -Minimise la distance (HI ente des points de mesues

Plus en détail

L3 Phytem Outils mathématiques Correction du TD n o 7 Distributions

L3 Phytem Outils mathématiques Correction du TD n o 7 Distributions ENS de Cachan 13-14 L3 Phytem Outils mathématiques Coection du TD n o 7 Distibutions Execice 1. Soient p et q deux enties natuels. Calcule la distibution T = x p δ q où δ i est la déivée i ième de la mesue

Plus en détail

Arbres et dérivée d une fonction composée

Arbres et dérivée d une fonction composée Abes et déivée d ue foctio composée Nous allos voi ici commet l o peut epésete les déivées successives d ue foctio composée pa u esemble d abes fiis. f et g désigeot deux foctio idéfiimet déivables, et

Plus en détail

(b) J 0 = lim. x k (x + 1) 2 = 1. ( 1) k 1 I k = k=1 1/5

(b) J 0 = lim. x k (x + 1) 2 = 1. ( 1) k 1 I k = k=1 1/5 ÉCS Un Coigé de l épeuve EDHEC 5 S 5 mai 5 Poposition de coigé pou le seveu de l APHEC, pa Nicolas Maillad (colasmaillad@fee.f. Eecice. n ( + est continue et positive su [ ; [ et n. Comme ( + n+ n +, l

Plus en détail

Monnaie et finance 1 : Les marchés financiers. Sommaire. 1.1. L équilibre financier. Chapitre 1 : Le système financier

Monnaie et finance 1 : Les marchés financiers. Sommaire. 1.1. L équilibre financier. Chapitre 1 : Le système financier Monnaie et finance 1 : Les machés financies Sommaie hapite 1 : Le système financie hapite 2 : Le maché des actions hapite 3 : Le maché obligataie hapite 4 : Le maché des poduits déivés Bibliogaphie : 1.

Plus en détail

PSI Brizeux Ch. DF3 : Dynamique locale des fluides parfaits 29 CHAPITRE DF3 D DYNAMIQUE LOCALE DES FLUIDES PARFAITS

PSI Brizeux Ch. DF3 : Dynamique locale des fluides parfaits 29 CHAPITRE DF3 D DYNAMIQUE LOCALE DES FLUIDES PARFAITS PSI Bizeux Ch. DF3 : Dynamique locale des fluides pafaits 9 CHAPITRE DF3 D DYNAMIQUE LOCALE DES FLUIDES PARFAITS Dans ce chapite, nous allons elie l écoulement d un fluide aux actions qu il subit. Nous

Plus en détail

Analyse Discriminante Décisionnelle

Analyse Discriminante Décisionnelle 1 Anayse Disciminante Décisionnee Anayse Disciminante Décisionnee Résumé Une vaiabe quaitative Y à m modaités est modéisé pa p vaiabes quantitatives X j, j = 1,..., p. L objectif est a pévision de a casse

Plus en détail

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées.

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées. I- PREAMBULE : La mécanique des fluides est l étude du compotement des fluides (liquides et gaz) et des foces intenes associées. Elle se divise en statique des fluides, l étude des fluides au epos, qui

Plus en détail

LPHY 1113 B & D, Physique générale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eric Deleersnijder, www.ericd.be) L4.1. Leçon 4: Frottement

LPHY 1113 B & D, Physique générale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eric Deleersnijder, www.ericd.be) L4.1. Leçon 4: Frottement LPHY 1113 B & D, Physique généale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eic Deleesnijde, www.eicd.be) L4.1 1. Intoduction (Benson 6.1) Leçon 4: Fottement On pose su une table hoizontale un objet de masse m. Si l'objet

Plus en détail

ENONCE SUJET. Usage de la calculatrice interdit

ENONCE SUJET. Usage de la calculatrice interdit CONCOURS COMMUN 2006 DES ECOLES DES MINES D ALBI, ALES, DOUAI, NANTES Epeuve spécifique de Sciences Industielles pou l Ingénieu Filièe PCSI, option PSI Vendedi 12 mai 2006 de 8h00 à 12h00 Instuctions généales

Plus en détail

Statistique descriptive

Statistique descriptive Index 1 page 180 Diagamme en boîte... 1 page 181 Mesue une dispesion... page 181 minimise une dispesion... 5 4 page 181 Le symbole Σ.... 6 TP page 189 Effet de stuctue... 7 10 page 191... 9 16 page 19

Plus en détail

CHAPITRE N 1 : FONCTIONS GÉNÉRALITÉS.

CHAPITRE N 1 : FONCTIONS GÉNÉRALITÉS. CHAPITRE N : FONCTIONS GÉNÉRALITÉS. I) Panoama des fonctions de éféence. Fonctions Ensemble de définition, vaiations Repésentations gaphiques = 3 + Si a > 0 f est stictement coissante su 3 f : a + b Si

Plus en détail

Exercices sur le chapitre «Les combustions» Exercice n 1 : Lire l extrait de texte ci-dessous avant de répondre aux questions posées.

Exercices sur le chapitre «Les combustions» Exercice n 1 : Lire l extrait de texte ci-dessous avant de répondre aux questions posées. Execices su le chapite «Les combustions» Execice n 1 : Lie l extait de texte ci-dessous avant de éponde aux questions posées. Essence et envionnement De nombeuses activités humaines sont susceptibles de

Plus en détail

GESTION DES STOCKS. Plan du cours. 1. Le rôle des stocks en gestion de production. 2. Le problème de Wagner-Whitin

GESTION DES STOCKS. Plan du cours. 1. Le rôle des stocks en gestion de production. 2. Le problème de Wagner-Whitin Cous ADP-CGP2 GESTION DES STOCKS Plan du cous 1. Le ôle des stocs en gestion de poduction 2. Le poblème de Wagne-Witin 3. La quantité économique optimale et les politiques déivées 4. Modèle de gestion

Plus en détail

CIRCUITS COUPLES PAR MUTUELLE INDUCTANCE

CIRCUITS COUPLES PAR MUTUELLE INDUCTANCE CIRCUITS COUPLES PAR UTUELLE INDUCTANCE Philippe ROUX 4 CIRCUITS RLC COUPLES PAR UTUELLE INDUCTANCE PARTIE : PRESENTATION DES CIRCUITS COUPLES ) LES FLUX DES CHAPS AGNETIQUES DANS DEUX BOBINAGES COUPLES

Plus en détail

β est un angle inscrit

β est un angle inscrit HAPITRE 4 : ERLES 4.1 Définitions Un cecle Γ est un ensemble de point situés à une distance donnée d'un point fixe. Le point fixe est le cente et la distance donnée le ayon du cecle. est le cente et un

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Moments partiels crédibilistes et application à l évaluation de la performance de fonds spéculatifs

Moments partiels crédibilistes et application à l évaluation de la performance de fonds spéculatifs Moments patiels cédibilistes et application à l évaluation de la pefomance de fonds spéculatifs Alfed MBAIRADJIM M. 1 & Jules SADEFO K. 2 & Michel TERRAZA 3 1 LAMETA- Univesité Montpellie 1 et moussa alf@yahoo.f

Plus en détail

OPTIQUE ONDULATOIRE. 1. Les équations de propagation de E r et B r en vide: r r. r E (1) t 1

OPTIQUE ONDULATOIRE. 1. Les équations de propagation de E r et B r en vide: r r. r E (1) t 1 OPTIQUE ONDULATOIRE Le caactèe ondulatoie de la luièe a été énoncé pou la peièe fois pa C. Huygens (678). Il a été ensuite lageent développé pa A. Fesnel (8) et elié plus tad, en 876, à l électoagnétise

Plus en détail

Thèse. Docteur de l Université Henri Poincaré, Nancy-I

Thèse. Docteur de l Université Henri Poincaré, Nancy-I FACULTE DES SCIENCES U.F.R Sciences & Techniques : S.T.M.I.A Ecole Doctoale : Infomatique-Automatique-Electotechnique-Electonique-Mathématique Dépatement de Fomation Doctoale : Electotechnique-Electonique

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE M 6

TRAVAUX DIRIGÉS DE M 6 D M 6 Coection PCSI 1 013 014 RVUX DIRIGÉS DE M 6 Execice 1 : Pemie vol habité (pa un homme) Le 1 avil 1961, le commandant soviétique Y Gagaine fut le pemie cosmonaute, le vaisseau spatial satellisé était

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

DS6-2012_Corrigé (concours blanc) Système automatique de distribution d aliments pour chèvres

DS6-2012_Corrigé (concours blanc) Système automatique de distribution d aliments pour chèvres C Gabion / S6-2012_coigé (vesion: 10/03/13) page 1/7 S6-2012_Coigé (concous blanc) Système automatique de distibution d aliments pou chèves 2 Analyse de la fonction FP1 : «déplace la témie le long du ail»

Plus en détail

COURS DE LICENCE 2 SCIENCES ECONOMIQUES COURS D ANNIE CLARET

COURS DE LICENCE 2 SCIENCES ECONOMIQUES COURS D ANNIE CLARET COURS DE LICENCE 2 SCIENCES ECONOMIQUES COURS D ANNIE CLARET MATHEMATIQUES 3 PRISE DE NOTE PAR : PLASMAN SYLVAIN SERIE 7 ANNEE 2010-2011 1 Sommaire et accès aux chapitres/sous-chapitres Cliquez sur le

Plus en détail

Exercices : 19 - Champ électrostatique

Exercices : 19 - Champ électrostatique 1 Execices : 19 - Champ électostatique Sciences Physiques MP 2015-2016 Execices : 19 - Champ électostatique A. Calculs de champ et de potentiel 1. Théoème de supeposition Une sphèe de ayon b pote une chage

Plus en détail

Modélisation des actions mécaniques Statique des solides indéformables Puissance et rendement

Modélisation des actions mécaniques Statique des solides indéformables Puissance et rendement Modélisation des actions mécaniques, statique des solides indéfomables, puissance et endement Les actions mécaniques. Définition On appelle action mécanique toute cause susceptible de : 4modifie le mouvement

Plus en détail

Ch.11 : Suites arithmétiques et géométriques

Ch.11 : Suites arithmétiques et géométriques 1 e S - pogamme 011 mathématiques ch11 cahie élève Page 1 su 10 Ch11 : Suites aithmétiques et géométiques Das tout le chapite, les eties cosidéés sot atuels 1 SUITES ARITHMÉTIQUES DÉFINITION 1 O dit qu'ue

Plus en détail

f y On retrouve une condition «analogue» à une fonction d une variable f (x) = 0

f y On retrouve une condition «analogue» à une fonction d une variable f (x) = 0 Compléments Calcul Difféentiel 1 Recheche d'extema Dans toute la suite on a F : U R n R. ( R est nécessaie pou la notion de...) avec U ouvet de R n. Définition : A U est un maximum (p. minimum) pou F,

Plus en détail

CHAPITRE VI : Le potentiel électrique

CHAPITRE VI : Le potentiel électrique CHPITRE VI : Le potentiel électiue VI. 1 u chapite III, nous avons vu ue losu'une foce est consevative, il est possible de lui associe une énegie potentielle ui conduit à une loi de consevation de l'énegie.

Plus en détail

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE Spé 8-9 Devoi n 8 OPTIQUE ETRALE PSI 8 A Pou que deux ondes poduisent des inteféences, il faut qu elles soient cohéentes, c est-à-die igoueusement synchones Pou obteni expéimentalement cette condition

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

9. Émettre des ondes électromagnétiques

9. Émettre des ondes électromagnétiques 9. Émette des ondes électomagnétiques Le dipôle oscillant est la souce d ondes électomagnétiques la plus simple. Son étude détaillée nous pemetta d abode les caactéistiques essentielles des antennes. Los

Plus en détail

Vous êtes... jeune ou adulte, étudiant ou enseignant, parent, jeune couple, éducateur, animateur, responsable associatif, etc Si vous cherchez...

Vous êtes... jeune ou adulte, étudiant ou enseignant, parent, jeune couple, éducateur, animateur, responsable associatif, etc Si vous cherchez... I N S T I T U T E U R OI NP SE TE IN Se fome autement tout au long de la vie Vous êtes... I N S T I T U T E U R OI NP SE TE IN... jeune ou adulte, étudiant ou enseignant, paent, jeune couple, éducateu,

Plus en détail

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 TSI Sciences Industielles GM DL N 1 COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 1.MISE EN SITUATION : L étude ci-apès pote su un compesseu de climatisation de véhicule automobile de maque SANDEN.

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Contact SCD INPL: mailto:scdinpl@inpl-nancy.fr LIENS

AVERTISSEMENT. Contact SCD INPL: mailto:scdinpl@inpl-nancy.fr LIENS AVERTISSEMENT Ce document est le fuit d un long tavail appouvé pa le juy de soutenance et mis à disposition de l ensemble de la communauté univesitaie élagie. Il est soumis à la popiété intellectuelle

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONDUCTION - - 53 - - [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONDUCTION - - 53 - - [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés INSA de LYON Dép. Génie Civil et Ubanisme 3GCU CONDUCION - - 53 - - [J. Bau], [006], INSA de Lyon, tous doits ésevés INSA de LYON Dép. Génie Civil et Ubanisme 3GCU INRODUCION - 56 CHAPIRE - 57 GENERALIES

Plus en détail

Séance de TP n 2 du jeudi 10 décembre 2009. Manipulation Pré-requis Montages liés. Electrocinétique, modulation d amplitude diagramme de bode

Séance de TP n 2 du jeudi 10 décembre 2009. Manipulation Pré-requis Montages liés. Electrocinétique, modulation d amplitude diagramme de bode Tavaux Patiques Pépaation à l agégation intene de Sciences Physiques 009-010 Séance de TP n du jeudi 10 décembe 009 Manipulation Pé-equis Montages liés Etude d un cicuit passif passe bas application à

Plus en détail

Gestion de versions incertaines de documents XML

Gestion de versions incertaines de documents XML Gestion de vesions incetaines de documents XML Mouhamadou Lamine Ba, Talel Abdessalem, Piee Senellat Institut Mines-Télécom Télécom PaisTech ; CNRS LTCI 46 Rue Baault, 75013 Pais, Fance fist.last@telecom-paistech.f

Plus en détail

MECANIQUE DYNAMIQUE D UN SOLIDE EN ROTATION EQUILIBRAGE. 1 Etude dynamique d un solide en rotation autour d un axe fixe O G

MECANIQUE DYNAMIQUE D UN SOLIDE EN ROTATION EQUILIBRAGE. 1 Etude dynamique d un solide en rotation autour d un axe fixe O G Sciences Indusielles Dynamique d un solide en otation - Equilibage MECANIQUE DYNAMIQUE D UN SLIDE EN RTATIN EQUILIBRAGE Etude dynamique d un solide en otation autou d un axe fixe Paamétage du poblème :

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

La Surveillance Industriel Dynamique par les Systèmes Neuro-Flous Temporels : Application à un système de Production

La Surveillance Industriel Dynamique par les Systèmes Neuro-Flous Temporels : Application à un système de Production SETIT 2009 5 th Intenational Confeence: Sciences of Electonic, Technologies of Infomation and Telecommunications Mach 22-26, 2009 TUNISIA La Suveillance Industiel Dynamique pa les Systèmes Neuo-Flous Tempoels

Plus en détail

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire 11.5 Le moment de foce τ (tau) : Poduction d une accéléation angulaie La tige suivante est soumise à deux foces égales et en sens contaie: elle est en équilibe N La tige suivante est soumise à deux foces

Plus en détail

CHAMP DE GRAVITATION.

CHAMP DE GRAVITATION. CHAMP DE GRAVITATION. Intoduction : Apès avoi monté une analogie ente les champs de gavitation et les champs électostatiques (champs newtoniens), nous allons explicite leus popiétés communes, pemettant

Plus en détail

Chapitre VII : Angle Solide

Chapitre VII : Angle Solide Chapite VII : Angle Solide de : Apès une étude attentive de ce chapite, vous seez capable défini un angle plan et donne l expession de l angle sous lequel on voit un ac de coube défini un angle solide

Plus en détail

2C/a Interrogation de Mathématique n 0 septembre C/b Interrogation de Mathématique n 0 septembre 2016

2C/a Interrogation de Mathématique n 0 septembre C/b Interrogation de Mathématique n 0 septembre 2016 C/a Inteogation de Mathématique n 0 septembe 016 1) Quel est l opposé de 16? Code et justifie! Calcule (indique les étapes!) ) 9 5 6 17 5 3) 1 4 (8 4) Ecis la phase coespondant à ce calcul : 4) 1 8 5)

Plus en détail

M F. F O Unité: [m. N] La norme du moment de force peut se calculer en introduit le bras de levier d

M F. F O Unité: [m. N] La norme du moment de force peut se calculer en introduit le bras de levier d Chapite 2: But: connaîte les lois auxquelles doit obéi un cops solide en équilibe. Ceci pemet de décie la station debout ainsi que les conditions nécessaies pou teni une tasse dans la main, souleve une

Plus en détail

Les bases de la mécanique Newtonienne classique (sous forme de rappel de notions déjà apparues dans ce cours)

Les bases de la mécanique Newtonienne classique (sous forme de rappel de notions déjà apparues dans ce cours) Les bases de la mécanique Newtonienne classique (sous fome de appel de notions déjà appaues dans ce cous) Les 3 lois de Newton. Loi d inetie mouvement ectiligne unifome F = 0. Loi fondamentale de la dynamique

Plus en détail

ANALYSE III. Hiver Calculer les dérivées partielles et le gradient de f pour tout point et le vecteur normal à S en 1 2 (2 2, 1, 1).

ANALYSE III. Hiver Calculer les dérivées partielles et le gradient de f pour tout point et le vecteur normal à S en 1 2 (2 2, 1, 1). Séie 1 ANALYSE III Hive 009-010 infomations: http://cag.epfl.ch sections IN + SC Execice 1. (1) Soit f(x, y, z) = x 4 + y + z 1. Quelle est la fome géométique de la suface S = f 1 (0)? Calcule les déivées

Plus en détail

Mécanique du point : forces Newtoniennes (PCSI)

Mécanique du point : forces Newtoniennes (PCSI) écanique du oint : foces Newtoniennes (PCSI Question de cous On admet que, losqu'il est soumis à une foce Newtonienne F K u, la tajectoie d'un cos est lane et décite a mc K +e cosθ où C θ est une constante

Plus en détail

- 1 - MPSI-PCSI. Mécanique 1ère Période. Cours de Cinématique du Point et du Solide. D.Feautrier

- 1 - MPSI-PCSI. Mécanique 1ère Période. Cours de Cinématique du Point et du Solide. D.Feautrier - 1 - MPSI-PCSI Mécanique 1èe Péiode Cous de Cinématique du Point et du Solide D.Feautie - 2-1 Pésentation Pou compende et amélioe éventuellement un mécanisme éel, il faut d abod le modélise, afin de pouvoi

Plus en détail

CONSTANTES DIELECTRIQUES

CONSTANTES DIELECTRIQUES 9 E7 CONTANTE DIELECTRIQUE I. INTRODUCTION Dans cette expéience, nous étuieons es conensateus et nous éiveons les popiétés e iélectiques tels que l'ai et le plexiglas. II. THEORIE A) Conensateus et iélectiques

Plus en détail

COURANT CONTINU, MULTIMETRES, THEOREME DE THEVENIN... a) On considère le montage ci-dessous. Déterminer les intensités des courants I, I 1 et I 2.

COURANT CONTINU, MULTIMETRES, THEOREME DE THEVENIN... a) On considère le montage ci-dessous. Déterminer les intensités des courants I, I 1 et I 2. OUNT ONTINU, MULTIMETES, THEOEME DE THEVENIN... 1 Execice 1 a) On considèe le montage cidessous. Détemine les intensités des couants I, I 1 et I 2. p I ' I1 I 2 (E, ) 1 2 ' b) Si pou une aison quelconque,

Plus en détail

Cours n 5 Optique géométrique Réfraction

Cours n 5 Optique géométrique Réfraction Cous n 5 Optique géométique Réfaction La tansmission de l infomation dans les fibes optiques à haut débit et le guidage des ayons lumineux dans ces denièes est une conséquence du phénomène de éfaction

Plus en détail

Les Rencontres. Grands témoins. r Louis-Marie Pasquier :

Les Rencontres. Grands témoins. r Louis-Marie Pasquier : Gands témoins Louis-Maie Pasquie : L entepise a aujoud hui 40 ans (céation en 1974). 21% de son CA se fait à l intenational. Elle est divisée en 4 secteus d activité : Bioches, Pâtisseies, Biscottes, Intenational.

Plus en détail

Chapitre 4 : Le potentiel électrique

Chapitre 4 : Le potentiel électrique Chapite 4 : Le potentiel électique Execices E1. On donne q =30Cet V =10 8 V. (a) Dans cet execice, oute la éféence à l éclai, on ne founit aucun détail su la façon de déplace la chage ente le nuage et

Plus en détail

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Poblème 1 Condensateu en égime vaiable (extait de l'examen S3SMPE 2002-2003) On considèe un condensateu plan à amatues ciculaies, de ayon a, distantes de d, alimenté

Plus en détail

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007 ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 27 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES INGÉNIEURS DU CONTRÔLE DE LA NAVIGATION AÉRIENNE Épreuve commune obligatoire de MATHÉMATIQUES Durée : 4 Heures Coefficient

Plus en détail

Calculs préliminaires.

Calculs préliminaires. MINES-PONTS 005. Filière MP. MATHÉMATIQES 1. Corrigé de JL. Lamard jean-louis.lamard@prepas.org) Calculs préliminaires. Notons que si f H alors f)e / est bien intégrable sur R car continue positive et

Plus en détail

Notes de cours. Cours introductif sur la théorie des domaines. Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique

Notes de cours. Cours introductif sur la théorie des domaines. Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique Notes de cours Cours introductif sur la théorie des domaines Paul-André Melliès Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique 1 Ensembles ordonnés Definition 1.1 (ensemble

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail