Les marchés du crédit dans les PVD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les marchés du crédit dans les PVD"

Transcription

1 Les marchés du crédit dans les PVD 1. Introduction Partout, les marchés du crédit sont au centre de la caacité des économies à croître, uisqu ils financent l investissement. Le Taleau 1 montre ar exemle que la liéralisation financière contriue à la croissance (mais cette corrélation a été contestée dans de nomreux autres aiers). Taleau 1 Effet de la liéralisation financière sur la croissance Source : Bekaert, Geert; C. R. Harvey and C. Lundladd (004), Does financial lieralization sur growth? mimeo. En même tems, ces marchés sont très fragiles : o Les anques ne conservent en réserves qu une infime fraction de leurs assifs (déôts) ; elles sont donc toujours vulnérales aux aniques («ank run») o Affectés encore lus que les autres marchés ar des «déficiences de marché» otentielles : anti-selection («adverse selection»), alea moral («moral hazard») 1

2 o Souvent eu concurrentiels, cartellisés et soumis à l interférence olitique Ils sont donc souvent dysfonctionnels, caractérisés ar le rationnement et soumis à des crises récurrentes, en articulier dans les PVD.. Anti-sélection et risque de défaut Cette section décrit un syndrome commun aux marchés du crédit, l anti-sélection. Le risque de défaut, quand il n est as comlètement couvert ar des garanties, interfère avec le rôle normal du taux d intérêt qui serait simlement d égaliser l offre et la demande de crédit..1 Le risque de défaut r F r B L Proailité de défaut sur un rêt donné Taux d intérêt ayé ar l emrunteur Taux d intérêt ayé ar la anque (le coût des fonds) Taille du rêt Proortion du rêt couverte ar la garantie Suosons que le secteur ancaire est concurrentiel ; on va déterminer le taux d intérêt qui donne une esérance de rofits nulle : E 1 r L 1 1 r L L 0 (1) ce qui imlique ou B B F 1 1 r 1 r 1r () F F 1rB 1 B 1 r 1 B 1 rb rf r,, r E B 0 B Le taux d intérêt de zéro rofits est croissant dans le coût des fonds ; c est comme cela que la olitique monétaire se transmet à l économie réelle. Relation entre r et la roailité de défaut : (3) (4) drf d dr d F 1 r 1 B 0 1 r 1 B 3 0 (5)

3 Les dérivées remière et seconde sont ositives ; r F est donc une fonction croissante et convexe du risque de défaut. drf 0 d 1 La dérivée remière ar raort à β est négative : lus les garanties sont solides, moins le rêt est risqué, ce qui réduit le taux d intérêt de zéro rofits. Quantitativement, l effet d une dégradation de la qualité des risques liée aux conditions macroéconomiques ou de la caacité des anques à otenir la liquidation des actifs des emrunteurs en défaut liée à l état de droit eut avoir un effet massif sur les taux d intérêt d équilire, comme le montre l exemle numérique du Taleau 1, dans lequel le aramètre β, en colonne, rerésente la roortion des garanties récuérale et le aramètre, en ligne, rerésente la roailité de défaut. (6) Taleau 1 Taux d intérêt en fonction du risque de défaut et des garanties β Bien entendu, comme le montre la Figure 1, la difficulté de résolution des cas de défaut est directement liée au niveau de revenu du ays : les ays à faile revenu sont aussi ceux où il est le lus difficile de résoudre les cas de défaut, ce qui rend les anques articulièrement frileuses dans ces ays. Figure 1 Classement en termes de difficulté de résolution des faillites et revenu ar haitant 3

4 0 50 Resolving Insolvency ln GDP er caita Note : L axe vertical mesure le classement en termes de facilité de résolution des cas de défaut de aiement ; un classement élevé indique une grande difficulté (mauvais). Plusieurs ays ont le classement 189 our une raison inconnue. Source : World Bank, World Develoment Indicators (revenu) et Doing Business (resolving insolvency ranking). Risque de défaut et instailité du marché: Un exemle simle Jusqu à résent, on n a as discuté de la nature des garanties. Foellmi et Oechslin (011) considèrent une situation où les ventes des entrerises forment le collatéral des rêts, qui donne lieu à un rationnement du crédit. Considérons ici une variante caractérisée dans laquelle les anques ne euvent as oserver les ersectives de ventes de chaque entrerise individuelle. Quand ces ersectives se dégradent au niveau macro-économique, les anques augmentent le coût des fonds au lieu de rationner le crédit, mais le résultat est le même : un feedack négatif entre la dégradation du climat des affaires et la aralysie du marché du crédit. On considère un environnement avec seulement deux tyes d emrunteurs : Tye sûr Tye risqué Proailité de remoursement 1 1 Proortion dans la oulation 1 Les entrerises n ont as d actifs revendales et la seule garantie est constituée ar leur roduction (c est l ingrédient crucial de l histoire). On dérive d aord la demande de fonds our un taux d intérêt donné, uis on dérive l offre de fonds. Demande de fonds Suosons que les entrerises n utilisent que du caital et un facteur fixe du tye «entrereneuriat» (générant des rendements décroissants sur le caital) et que tout le caital soit emrunté à un taux r F, le même our tous les emrunteurs. 4

5 Pour un tye sûr (tye S), la fonction de rofit est S 1 f L r L (7) ou f(.) est la fonction de roduction (croissante et concave, ce qui imlique f > 0 et f < 0). Le taux d intérêt ( r F ) est le même our les deux tyes d emrunteur si la anque ne eut as les distinguer au moment du rêt. La maximisation du rofit ar choix de la taille de l emrunt, donne la condition de remier ordre F max f L 1 r L (8) L f ' L 1 rf. (9) La différentielle dotale de cette exression est f '' dl drf ou dl / drf 1/ f '' 0, c est-à-dire une demande de crédit décroissante dans le taux d intérêt (c est logique). Ce qui nous intéresse, c est la dérivée de l activité de l entrerise, Y S, ar raort au taux d intérêt. En assant ar la taille de l emrunt, on a : dys dys dl 1 f ' 0 drf dl dr F f '' (10) Ce qui donne une coure de demande de fond à ente négative dans un esace YS, r F. Un taux d intérêt lus élevé est associé avec une activité réduite de l entrerise, ce qui réduit la garantie qu elle eut offrir à la anque. C est l essence du cercle vicieux que je veux illustrer ici. Pour un tye risqué (tye R), suosons que la fonction de roduction soit Y R L F f L avec roailité 1 (11) g L avec roailité et que les fonctions f et g soient comme dans la Figure, c est-à-dire que si l investissement marche, il génère assez our remourser le rêt au à la taille otimale L * (coure leue du haut), alors que s il ne marche as, il ne génère jamais assez our remourser le rêt, quel que soit la taille de celui-ci et le taux d intérêt (coure rouge du as). L entrerise est alors en défaut et la anque saisit sa roduction. Figure Fonctions de roduction du tye risqué 5

6 tangente à f(l) avec ente (1+r F ) Y f(l) (1+r F ) L L (ligne à 45 o ) g(l) L* L (Taille du rêt) La fonction de rofit est alors R 1 1 F 1 f L 1 r L E f L r L g L g L. (1) F uisque l entrerise est en défaut avec roailité et dans ce cas erd toute sa roduction qui est confisquée ar la anque (le deuxième terme). Par comaraison avec (7), on voit que la condition du remier ordre va être la même que our le tye sûr, ce qui donne de nouveau une demande de crédit à ente négative. La demande de crédit (la taille du rêt en fonction du taux d intérêt) est la même our les deux segments du marché. Arès linéarisation (ne vous renez as la tête avec cela) et en exrimant le taux d intérêt comme une fonction du niveau d activité de l entrerise (c est lutôt l activité de l entrerise qui est une fonction du taux d intérêt, mais on veut mettre l offre et la demande sur le même grahique avec le taux d intérêt sur l axe vertical), cette demande de crédit eut être exrimée comme où Y R r (13) 0 1 F f ' 1 0. f '' On aellera la fonction (13) la «demande de fonds» des entrerises de tye R. Offre de fonds La garantie des rêts est constitué ar la roduction des entrerises en défaut (et donc de tye risqué). Soit Y R le niveau d activité d une entrerise risquée. Le long de la coure de demande de crédit, ce niveau déend de r F comme on l a vu dans le aragrahe récédent, mais ici on veut caractériser la coure d offre de crédit, donc on le rend comme aramétrique. Le taux d intérêt à rofits nuls our la anque est : 6

7 E 1 r L r L Y 1 B B F R r r L Y 0 F B R La solution est une équation exrimant le taux d intérêt d équilire en fonction du niveau d activité des entrerises risquées: où r E 0 rb YR 1 1 L risk-adjusted cost of funds Y 0 1 R risk-adjusted collateral value On aellera la fonction (15) l offre de fonds. 1 L 0 1 La solution (l équilire) est otenue en sustituant (13) à la lace de YR et L dans (15), mais ce n est as ce qui nous intéresse ici il suffit de noter que les deux coures, l offre et la demande, se croisent quelque art et que l équilire est stale. La stailité du système (15)-(13) requiert f ' f '' 1 L où λ est la roortion de «mauvais risques» sur le marché et leur roailité de défaut. Statique comarée : Effet d un choc négatif Considérons maintenant l effet d un choc négatif sur la rofitailité des entrerises dans un environnement «sain» où λ est roche de zéro vs. dans un environnement malsain dans lequel il est élevé. Dans la Figure 3, le anneau (a) illustre ce qui se roduit quand les conditions initiales sont onnes. La ente de la coure d offre de fonds est relativement late ; le choc sur les taux d intérêt est donc failement amlifié. Par contre, dans le anneau (), la coure d offre est lus entue, étant élevé ; le choc sur les taux d intérêt est alors fortement amlifié, ce qui amlifie aussi le choc négatif sur le chiffre d affaire des entrerises, ar feedack. Ainsi, un système ancaire malsain (dans lequel les anques ont déjà une roortion sustantielle de rêts non erformants ou otentiellement à rolème) est aussi un système vulnérale aux chocs. (14) (15) (16) (17) Figure 3 Effet d un choc de rofit négatif sur le marché du crédit, en fonction de la condition initiale (a) marché «sain» () marché «malsain» 7

8 Taux d intérêt de marché Taux d intérêt de marché Demande de fonds (CPO des entrerises) Demande de fonds (CPO des entrerises) Offre de fonds (zerorofit des anques) Offre de fonds (zerorofit des anques) Chiffre d affaire des entrerises Chiffre d affaire des entrerises Ceendant, il ne faudrait as en conclure que les crises ancaires sont l aanage des ays en déveloement. Elles se roduisent à tous les niveaux de revenus et il n y a as de relation claire entre leur sévérité, leur longueur, ou leur fréquence et le niveau de revenu du ays (see Laeven et Valencia 010 our une ase de données sur les crises ancaires)..3 L anti-sélection Une situation d anti-sélection est caractérisée ar les ingrédients suivants o Hétérogénéité de l un des côtés du marché, offre ou demande (e.g. qualité variale) o Information disymétrique (l autre côté du marché ne eut as distinguer les «ons» tyes des mauvais) Dans ce tye de marché, il se eut que le rix joue lusieurs rôles à la fois o Clearing de l offre et de la demande o Sélection en fonction du tye Cette deuxième fonction joue en général un rôle ervers, c est-à-dire qu en artant d une situation où le marché n est as équiliré (e.g. arès un choc) la variation du rix qui ourrait rétalir l égalité de l offre et de la demande va en fait dégrader la qualité moyenne du ool d agents sur le marché, de telle façon qu à la fin le marché s écroule (je sais, c est comliqué). Oservation de ase : Plus un investisseur a un on rojet, lus il est énalisé ar une hausse du taux d intérêt. Pour le comrendre, suosons que le rojet d investissement, our lequel un emrunt de taille L est nécessaire, ait un rendement aléatoire X tiré d une distriution uniforme sur [o, ] avec > (1+r)L. Donc our x 0, 1 f x (18). La roailité de défaut sur le rêt est 8

9 1 et la roailité de non-défaut est Pr X 1 r L 0 1rL 1rL 0 f x dx (19) 1 r L 1r L 1 (0) Soit C le collatéral (la garantie) sur le rêt. Le rendement eséré du rojet our l investisseur est la suite arrive E C E X X r L r L xf xdx 1 rl C 1 1 r L 1 1rL 1rL 1 1 C xf x dx r L x C dx 1 1 r L 1 rl x C 1 1 r L 1r L C 1 1 r L 1 r LC 1 1r L E C 1 1 r L 1 r L 1 r L 1 r L C 1 r L 1 r LC 1 r L 1 r L 1 r L 1 r L 1 r LC 1 r L 1 r L 1 r L 1 r LC 1 r L 1 r L r L (1) 9

10 Voilà. Un eu laorieux, mais on eut maintenant rendre la dérivée ar raort au taux d intérêt : 1 r LL E LC r L C 1 r L () + 0. Un taux d intérêt lus élevé réduit la rofitailité nette de l investissement. So far so good. Maintenant, on rend la dérivée croisée ar raort à. Comme est la orne suérieure du rendement de l investissement, on eut le rendre comme une mesure de la qualité du rojet. E L L C 1 r L r L C 1 r L 1 L C 1r L 0 Donc l effet d une hausse du taux d intérêt est «lus négatif» our un on rojet ( élevé) que our un mauvais. Ce qui est la cause de rincie fondamental de l anti-sélection : une hausse du taux d intérêt chasse les ons emrunteurs du marché et «anti-sélectionne» les mauvais. A artir de là, la «sirale de la mort» qui caractérise l anti-sélection est la suivante : 1. Une artie des risques sont mauvais. Le taux d intérêt assurant des rofits nuls est donc suérieur à celui que les meilleurs risques (les les lus élevés) sont rêts à acceter ; donc ils sortent du marché 3. Le taux d intérêt doit donc monter our comenser cette détérioration du risque moyen 4. Cette nouvelle hausse chasse encore les meilleurs qui étaient restés sur le marché Et ainsi de suite, ossilement jusqu à écroulement total du marché. Qu est ce qui est articulièrement rerésentatif des PVD dans ce scénario? Le meilleur moyen de voir est de réfléchir aux institutions qui ermettent de réduire les ingrédients de l anti-sélection : o Interaction réétée ermettant aux rêteurs de mieux connaître les emrunteurs o Transarence dans la comtailité o Meilleures garanties o Présence de toutes les entrerises, onnes et mauvaises, sur le marché o Solidité financière des anques et règlementation rudentielle Tous ces ingrédients sont affailis dans les PVD, et en articulier our les etits emrunteurs, ce qui mène au déveloement de marchés arallèles (voir discussion ci-dessous). A noter : l anti-sélection est résente et imortante aussi sur les marchés de la santé et du travail, avec le même mécanisme de ase. Sur le marché de la santé, la résence d anti-sélection est la justification de ase our les systèmes d assurance-santé oligatoires. (3) 10

11 3 Le micro-crédit 3.1 Le aradoxe des cycles de crédit En l asence d accès au crédit formel, les auvres emruntent aurès de réseaux informels. Une enquête à Hyderaad (Duflo et al. 009) donne 49% d emrunts aurès de rêteurs locaux, 13% de la famille de l emrunteur, et 8% de connnaissances et voisins. Les taux sont incroyalement élevés. On oserve couramment des taux d intérêt de 5% ar jour, et jusqu à 10%. A 4.69% ar jour, un emrunt de $5.10 (Rs100) deviendrait, au out d un an, $93 millions (Banerjee Duflo 011). Selon une enquête de 006 à Chennai, Inde, la luart des rêts de ce tye sont our du caital circulant de etits vendeurs de rue (Ananth, Karlan, Mullainathan 007). Tyiquement ils emruntent le matin en moyenne $ et remoursent à la fin de la journée. 50% des réondants affirment avoir emrunté régulièrement endant les 10 ans récédents (66% dans un sondage similaire aux Philiines). Ce cycle d emrunt est un aradoxe. D un côté, l intérêt ne se comose as uisque le rêt est remoursé tous les jours. Donc il ne coûte à l emrunteur «que» 10% de son revenu. Mais il rerésente un danger constant uisque tout arriéré de aiement ar exemle si l emrunteur tome malade le fait entrer dans une sirale infernale dont il n a aucune chance de sortir, ce qui est l avantage du système our l usurier uisque le déiteur en défaut devient de facto un esclave. Par contre, Ananth et al. (007) montrent qu une aisse temoraire et très limitée de la consommation ermettrait à l emrunteur de sortir des griffes de l usurier assez raidement, si le déiteur arrivait à rêter son éargne au taux usuraire en vigueur, car les intérêts se comoseraient alors et feraient augmenter le stock d éargne très raidement. Qu est-ce qui emêche tous les marchands des quatre saisons de faire cette transition, au rix d un li à eine ercetile dans le revenu? Parmi les conjectures ossiles, ils suggèrent le désir de maintenir de onnes relations avec l usurier our le cas où on aurait esoin de lui ; l asence de «véhicule d éargne» (as de anque et le mari oit tout). La lus lausile est que le «métier» d usurier est réservé à un groue ien défini et que toute tentative d entrée (et donc de concurrence) serait unie de rerésailles dissuasives. L idée que n imorte qui uisse imunément commencer à rêter à son voisin en faisant de la concurrence aux usuriers existants est roalement naïve de ar leur métier, les usuriers ont généralement accès aux services de etits cogneurs locaux our faire ayer les récalcitrants, et euvent donc ar la même dissuader les velléités de concurrence. 3. Garanties et droits de roriété: Une exérience naturelle Un rolème sous-jacent au dysfonctionnement des marchés du crédit dans les ays en voie de déveloement : la garantie la lus solide our les anques, c est un titre de roriété immoilière (terre ou âtiments) ; mais eaucou de auvres n ont as de titre foncier. Le manque de titres fonciers est fréquemment cité à la fois comme «désincitant» à l amélioration de l haitat et comme contrainte our l accès au crédit. Le rolème our estimer l effet des droits de roriété foncière sur des variales comme l accès au crédit est que la roriété foncière eut difficilement être considérée comme exogène, car elle risque d être corrélée avec des variales individuelles non oservales également corrélées avec l accès au crédit (esrit d entrerise, diligence etc). 11

12 Il faut donc une «exérience naturelle» our avoir une chance d identifier l effet voulu. Galiani et Schargrodsky (006) en décrivent une magnifique : We exloit a natural exeriment in the allocation of land titles to overcome this identification rolem. More than twenty years ago, a grou of squatters occuied a iece of land in a oor suuran area of Buenos Aires. When the Congress assed a law exroriating the land from the former owners with the urose of entitling it to the occuants, some of the original owners acceted the government comensation, while others are still disuting the comensation ayment in the slow Argentine courts. These different decisions y the former owners generated an allocation of roerty rights that is exogenous in equations descriing the ehavior of the squatters. (. 1) Galiani et Schargrodsky utilisent leur exérience naturelle our comarer les investissement en amlioration de l haitat our les tyes d haitant d un idonville de Buenos Aires : ceux qui ont un titre de roriété et ceux qui n en ont as, et surtout our comarer leur accès au crédit. L équation estimée est yi 01T i Xiβ ui (4) où X i est un vecteur de variales de contrôle concernant les squatters et 1 si i est dans un lot vendu ar le roriétaire Ti 0 si i est dans un lot en litige avec le roriétaire Les résultats sont dans le Taleau et le Taleau 3. Taleau Titre de roriété et investissement dans le logement (5) Source : Galiani et Schargrodsky (005) Taleau 3 Titre de roriété et accès au crédit 1

13 Source : Galiani et Schargrodsky (005) 4 Le micro-crédit fait-il des miracles? Le micro-crédit touche aujourd hui 150 millions de ersonnes, dont /3 de femmes (Duflo et al. 009). Le rincie de ase est la resonsailité collective : tant qu un memre du groue n a as remoursé son emrunt, ersonne dans le groue ne eut contracter de nouveau rêt. Le taux d intérêt sur le micro-crédit est très élevé ar raort au système ancaire commercial (jusqu à 50% ar an), ien que très au-dessous des taux ratiqués ar les usuriers locaux. 4.1 Micro crédit et caital social Une exérience (Feigenerg, Field, Pande 010) suggère que le micro-crédit ne joue as seulement sur le caital social local : Il contriue à le renforcer. L exérience est la suivante : Pendant dix mois, our le groue de traitement, l IMC exige des réunions toutes les semaines. Pour le groue de contrôle, c est seulement tous les mois. Les contacts sociaux augmentent : arès 5 mois, la roailité de visite mutuelle était 90% lus élevée our les memres du GT, et arès 10 mois, la roailité d assister ensemle à des événements était 40% lus élevée Conséquences économiques : o Proailité de transaction économique avec un artenaire hors du cercle familial lus élevée de 19% our les memres du GT o Proailité de demander l aide d un autre memre du groue en cas d urgence lus élevée de 9% o Proailité de défaut divisée ar quatre our les memres du GT (toujours ar raort au groue de contrôle) Autre exerience dans laquelle o Les individus reçoivent des tickets de loterie avec la ossiilité d en donner d autres à d autres memres du groue, ce qui (i) réduit la roailité individuelle de gain, (ii) augmente la roailité de gain totale du groue. o Les individus sont assignés au hasard dans des groues à réunion mensuelle ou hedomadaire (i) au déut de l exérience, et (ii) dans un deuxième cycle de crédit. 13

14 La roailité de donner des tickets à d autre memres du groue est lus élevée chez les individus tenus de se réunir toutes les semaines dans le deuxième cycle, dans lequel ils se connaissaient déjà, ce qui suggère que le fait de se réunir souvent augmente le caital social indéendamment du fait qu il ermet aux gens de se connaître. 4. Micro-crédit et rogrès social Les arguments sur la erformance du micro-crédit ont jusqu à récemment étaient fondés sur des techniques économétriques traditionnelles, avec les rolèmes d identification haituels la sélection dans le micro-crédit n est as aléatoire. Par exemle, Pitt et Khandker (1998) utilisent le seuil d éligiilité au micro-crédit our faire du regression discontinuity design. Mais Morduch (1998) argumente qu il n y a as de discontinuité dans la roailité de traitement (voir discussion dans Banerjee, Duflo, Glennerster, Kinnan 009,. 1-) Banerjee et al. (009) ont réalisé en 005 une exérience avec Sandana, une grande organisation de microcrédit indienne, dans laquelle 53 quartiers de idonvilles sur 104 ont été sélectionnés (au hasard) our y offrir du microcrédit. Une enquête aseline a été réalisée, uis arès 18 mois une nouvelle enquête sur 6'850 ménages. Entre tems, d autres systèmes de microcrédit ont été mis en lace indéendamment de Sandana (et de l exérience) donc l exérience n était as arfaite ; mais la roailité de recevoir un rêt de microcrédit était malgré tout 44% (8.3 oints de ourcentage) lus élevée dans les quartiers de traitement que dans les quartiers de contrôle. Le microcrédit était offert sans conditionnalité (rincie différent de la grameen ank, qui a une charte de onne conduite) sur une ase de resonsailité de groue à des groues de 6 à 10 femmes formés ar les femmes elles-mêmes, avec des rêts assez conséquents ($00 au taux de change courant, $1'000 à la PPP), avec une échéance de 50 mois et un taux d intérêt de 1% non déclinant, équivalent à un taux effectif de 0%). Les emrunteurs n étaient as armi les lus auvres, avec un revenu moyen de $550 ar mois à la PPP our une taille moyenne de 5. 69% des ménages avaient déjà des emrunts avec des taux moyens de 3.85% ar mois. Un tiers avaient une microentrerise individuelle, et un tiers déclaraient vouloir utiliser le rêt our démarrer une nouvelle entrerise, % our augmenter les stocks dans une entrerise existante, 30% our remourser un rêt existant, et 15% our lisser la consommation. Sous réserve de conditions que l on discutera lus tard, l équation à estimer est d une grande simlicité : où y T u (6) i 0 1 i i 1 si i aartient au groue de traitement Ti (7) 0 sinon Les résultats sont dans les taleaux suivants. 14

15 Source : Banerjee et al. (009) Source : Banerjee et al. (009) 15

16 Source : Banerjee et al. (009) 3.4 Et d ailleurs L accès au crédit est-il vraiment une énédiction? Fulford (011) a utilisé l augmentation du nomre de succursales ancaires en Inde entre 1970 et 1990 our estimer l effet de l accès au crédit sur la auvreté à long terme, à artir de données d enquêtes de ménages réalisées ar l Indian National Samle Survey sur lus de 600'000 ersonnes en 83, 87-88, 93-94, et Source : Fulford (011). Fulford utilise seulement les données rurales, là où il y a le lus de variation temorelle, et estime l équation suivante : 16

17 15 it i t k1 t k i, t k it (8) y u où i est une région, t une année, y it est une variale d intérêt oservée en moyenne our la région (le overty headcount il en utilise d autres, comme le niveau de consommation) et i,t-1 est le nomre de succursales ancaires dans la région l année t - 1. Que sont les effets tems (δ t ) et les effets fixes (δ i )? Les effets tems sont des variales muettes qui «marquent» chaque année (une égale à un our 1970 et zéro our toutes les autres années, une égale à un our 1971, etc.). Ils contrôlent les chocs qui affectent tous les «individus» du anel (ici des régions) la même année, comme des chocs macroéconomiques ; Les effets fixes sont des variales muettes qui «marquent» chaque individu du anel (ici des régions ; une égale à un our la région A et zéro our toutes les autres régions, une égale à un our la région B, etc.). Ils contrôlent les différences de constante entre les régions (une région ayant en moyenne sur toute la ériode d échantillonnage un faile taux de auvreté aura un coefficient négatif sur son effet fixe, et vice versa). A savoir : o Dans un anel avec 0 «individus» (e.g. régions) et 10 années, on a 00 oservations ; mais seulement 10 effets tems et 0 effets fixes ; donc on n éuise as tous les degrés de lierté o L estimateur à effets fixes (aelé «within») est très uissant : Il n utilise comme information que la corrélation entre la variale d intérêt et les régresseurs dans le tems, our chaque individu. Donc : Si une région a de lus en lus de succursales ancaires et de moins en moins de auvreté, cette information est utilisée Si une région a, en moyenne sur toute la ériode d échantillonnage, eaucou de succursales et eu de auvreté, cette information n est as utilisée (elle est asorée ar les coefficients des effets fixes). Les résultats sont dans le taleau ci-dessous 17

18 Source : Fulford (011). Références Ananth, Bindu; D. Karlan, and S. Mullainathan (007), Microentrereneurs and Their Money: Three Anomalies ; mimeo. Banerjee, Ahijit; E. Duflo, R. Glennerster, et Cynthia Kinnan (009), The miracle of micro.nance? Evidence from a randomized evaluation ; mimeo, MIT. Fulford, Scott (011), The effects of financial Develoment in the short and long run ; mimeo, Boston University. Galiani, Seastiano, et E. Schargrodsky (005), Proerty Rights for the Poor: Effects of Land Titling ; Universidad Torcuato di Tella Documento de Traajo 06/005 Laeven, Luc, and F. Valencia (010), "Resolution of Banking Crises: The Good, the Bad, and the Ugly", IMF working aer. 18

19 19

dénombrement, loi binomiale

dénombrement, loi binomiale dénombrement, loi binomiale Table des matières I) Introduction au dénombrement 1 1. Problème ouvert....................................... 2 2. Jeux et dénombrements...................................

Plus en détail

prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1

prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1 3- LE MONOOLE DISCRIMINANT Le monoole eut vendre ertaines unités de roduit à des rix différents. On arle de disrimination ar les rix. Selon une terminologie due à igou (The Eonomis of Welfare, 1920), on

Plus en détail

PUBLICATIONS L OBSERVATOIRE D E L É C O N O M I E S O C I A L E E T S O L I D A I R E L Économie Sociale et Solidaire est multiforme,

PUBLICATIONS L OBSERVATOIRE D E L É C O N O M I E S O C I A L E E T S O L I D A I R E L Économie Sociale et Solidaire est multiforme, L Économie Sociale et Solidaire est multiforme, et rofondément ancrée dans son territoire. C est ourquoi le travail réalisé ar le laboratoire Carta, Unité mixte du CNRS et de l Université d Angers a retenu

Plus en détail

Des familles de deux enfants

Des familles de deux enfants Des familles de deux enfants Claudine Schwartz, IREM de Grenoble Professeur, Université Joseh Fourier Les questions et sont osées dans le dernier numéro de «Pour la Science» (n 336, octobre 2005, article

Plus en détail

Module 6: Chaînes de Markov à temps discret

Module 6: Chaînes de Markov à temps discret Module 6: Chaînes de Markov à tems discret Patrick Thiran 1 Définition Un rocessus stochastique est dit markovien (d ordre 1) si l évolution future du rocessus ne déend que de sa valeur actuelle et non

Plus en détail

Découvrez les bâtiments* modulaires démontables

Découvrez les bâtiments* modulaires démontables Découvrez les bâtiments* modulaires démontables w Industrie w Distribution * le terme «bâtiment» est utilisé our la bonne comréhension de l activité de Locabri. Il s agit de structures modulaires démontables

Plus en détail

Module : réponse d un système linéaire

Module : réponse d un système linéaire BSEL - Physique aliquée Module : réonse d un système linéaire Diaoramas () : diagrammes de Bode, réonse Résumé de cours - Caractérisation d un système hysique - Calcul de la réonse our une entrée donnée

Plus en détail

Xavier Renoux / Région Picardie. Développement culturel. Règlement d intervention

Xavier Renoux / Région Picardie. Développement culturel. Règlement d intervention Xavier Renoux / Région Picardie Déveloement culturel Règlement d intervention Adoté ar délibération du Conseil régional de Picardie du 29 mars 2013 Sommaire 2 Proos liminaires CONDITIONS GENERALES D INSTRUCTION

Plus en détail

DIVERSIFICATION DES ACTIVITES ET PRIVATISATION DES ENTREPRISES DE CHEMIN DE FER : ENSEIGNEMENTS DES EXEMPLES JAPONAIS

DIVERSIFICATION DES ACTIVITES ET PRIVATISATION DES ENTREPRISES DE CHEMIN DE FER : ENSEIGNEMENTS DES EXEMPLES JAPONAIS Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Laboratoire Paris-Jourdan Sciences Economiques DIVERSIFICATION DES ACTIVITES ET PRIVATISATION DES ENTREPRISES DE CHEMIN DE FER : ENSEIGNEMENTS DES EXEMPLES JAPONAIS

Plus en détail

Accès optiques : la nouvelle montée en débit

Accès optiques : la nouvelle montée en débit Internet FTR&D Dossier du mois d'octobre 2005 Accès otiques : la nouvelle montée en débit Dans le domaine du haut débit, les accès en France sont our le moment très majoritairement basés sur les technologies

Plus en détail

Y A T-IL UN SACRIFICE À ÊTRE ÉTHIQUE? UNE ÉTUDE DE PERFORMANCE DES FONDS SOCIALEMENT RESPONSABLES AMÉRICAINS

Y A T-IL UN SACRIFICE À ÊTRE ÉTHIQUE? UNE ÉTUDE DE PERFORMANCE DES FONDS SOCIALEMENT RESPONSABLES AMÉRICAINS Y A T-IL UN SACRIFICE À ÊTRE ÉTHIQUE? UNE ÉTUDE DE PERFORMANCE DES FONDS SOCIALEMENT RESPONSABLES AMÉRICAINS Radu Burlacu, Isabelle Girerd-Potin, Denis Duré ESA CERAG Université Grenoble 2 Mars 2003 Résumé

Plus en détail

Santé et hygiène bucco-dentaire des salariés de la RATP

Santé et hygiène bucco-dentaire des salariés de la RATP Santé et hygiène bucco-dentaire des salariés de la RATP Percetion des salariés et examen clinique du raticien Période 2006-2009 14 juin 2012 Dominique MANE-VALETTE, Docteur en Chirurgie dentaire dominique.mane-valette@rat.fr

Plus en détail

L information sera transmise selon des signaux de nature et de fréquences différentes (sons, ultrasons, électromagnétiques, électriques).

L information sera transmise selon des signaux de nature et de fréquences différentes (sons, ultrasons, électromagnétiques, électriques). CHAINE DE TRANSMISSION Nous avons une information que nous voulons transmettre (signal, images, sons ). Nous avons besoin d une chaîne de transmission comosée de trois éléments rinciaux : 1. L émetteur

Plus en détail

H + 0.5O H O + 286860 kj. CH + 2O CO + 2 H O + 892520 kj. 4 2 2 2 vap. 4 2 2 2 liq. CH + 5O 3CO + 4HO + 2224640 kj. 3 8 2 2 2 vap.

H + 0.5O H O + 286860 kj. CH + 2O CO + 2 H O + 892520 kj. 4 2 2 2 vap. 4 2 2 2 liq. CH + 5O 3CO + 4HO + 2224640 kj. 3 8 2 2 2 vap. CHAPIRE III : LES BILANS D'ENERGIE 1. Les chaleurs de réaction La combustion est la réaction exothermique des éléments constituant les combustibles avec de l'oxygène ris dans l'air, dans le but de roduire

Plus en détail

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER 1. Euclide, relation de Bézout, gcd Exercice 1. [DKM94,.14] Montrer que 6 n 3 n our tout entier n ositif. Exercice 2. [DKM94,.15]

Plus en détail

S2I 1. quartz circuit de commande. Figure 1. Engrenage

S2I 1. quartz circuit de commande. Figure 1. Engrenage TSI 4 heures Calculatrices autorisées 214 S2I 1 L essor de l électronique nomade s accomagne d un besoin accru de sources d énergies miniaturisées. Les contraintes imosées à ces objets nomades sont multiles

Plus en détail

Notions générales d acoustique (Deuxième version)

Notions générales d acoustique (Deuxième version) Coriandre Vilain le 8 mars 1 ICP-INPG 46, av. Felix Viallet 3831 Grenoble cedex 1 tel : 4-76-57-47-13 email : cvilain@ic.ing.fr Notions générales d acoustique (Deuxième version) Notations : Les vecteurs

Plus en détail

Sous le feu des questions

Sous le feu des questions ARTICLE PRINCIPAL Assureurs Protection juridique Sous le feu des questions Comment les assureurs Protection juridique vont-ils désormais romouvoir leurs roduits? Seraient-ils artisans d une assurance Protection

Plus en détail

NFE107 Urbanisation et architecture des systèmes d information. Juin 2009. «La virtualisation» CNAM Lille. Auditeur BAULE.L 1

NFE107 Urbanisation et architecture des systèmes d information. Juin 2009. «La virtualisation» CNAM Lille. Auditeur BAULE.L 1 Juin 2009 NFE107 Urbanisation et architecture des systèmes d information CNAM Lille «La virtualisation» Auditeur BAULE.L 1 Plan INTRODUCTION I. PRINCIPES DE LA VIRTUALISATION II. DIFFÉRENTES TECHNIQUES

Plus en détail

Bois. P.21 Bois-béton à Paris. Carrefour du Bois. Saturateurs. Usinage fenêtres. Bardages P.25 P.34 P.31 P.37. La revue de l activité Bois en France

Bois. P.21 Bois-béton à Paris. Carrefour du Bois. Saturateurs. Usinage fenêtres. Bardages P.25 P.34 P.31 P.37. La revue de l activité Bois en France CMP Bois n 19-12 avril - mai 2010 P.25 Carrefour du Bois P.34 cm La revue de l activité Bois en France Bois Saturateurs P.31 Usinage fenêtres P.37 Bardages Tout our l usinage du bois massif. Tout d un

Plus en détail

Un modèle de composition automatique et distribuée de services web par planification

Un modèle de composition automatique et distribuée de services web par planification Un modèle de comosition automatique et distribuée de services web ar lanification Damien Pellier * Humbert Fiorino ** * Centre de Recherche en Informatique de Paris 5 Université Paris Descartes 45, rue

Plus en détail

Existe-t-il un univers de benchmarks pour les Hedge Funds? Kamel. Cahier du FARGO n 1110701 Juillet 2011

Existe-t-il un univers de benchmarks pour les Hedge Funds? Kamel. Cahier du FARGO n 1110701 Juillet 2011 Existe-t-il un univers de benchmarks our les Hedge Funds? Kamel LAARADH Maître de conférences en sciences de gestion Université de Bourgogne FARGO - Centre de recherche en Finance, ARchitecture et Gouvernance

Plus en détail

ASSERVISSEMENT DES SYSTEMES D ORDRE 2.

ASSERVISSEMENT DES SYSTEMES D ORDRE 2. Lycée Louis ARMAND : 45 4 8 8 73 Bd de Strasbourg : 48 73 63 5 ASSERVISSEMENT DES SYSTEMES D ORDRE. Asservissement de vitesse et de coule d'une machine à courant continu. Objectif Connaître les rincies

Plus en détail

REGIE DES EAUX DU CANAL BELLETRUD. Demande d'installation ou de Réhabilitation d'un dispositif d'assainissement Non Collectif

REGIE DES EAUX DU CANAL BELLETRUD. Demande d'installation ou de Réhabilitation d'un dispositif d'assainissement Non Collectif Demande d'installation ou de Réhabilitation d'un disositif d'assainissement Non Collectif Les renseignements demandés dans ce document ermettront au Service Public d'assainissement Non Collectif de donner

Plus en détail

Compression scalable d'images vidéo par ondelettes 2D+t

Compression scalable d'images vidéo par ondelettes 2D+t Comression scalable d'images vidéo ar ondelettes 2D+t Madji Samia, Serir Amina et Ouanane Abdelhak Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene, Laboratoire de traitement d images et

Plus en détail

TRACTEURS PORTE-OUTILS Systèmes de travail polyvalents

TRACTEURS PORTE-OUTILS Systèmes de travail polyvalents Technologie Tre Emme Srl une société du Groue Merlo 3M RANGE - R TRACTEURS ORTE-OUTILS Systèmes de travail olyvalents Constructeur de confiance. orte-outils Série B quand le travail se fait dur. our ceux

Plus en détail

Procès - Verbal du Conseil Municipal Du lundi 15 décembre 2014

Procès - Verbal du Conseil Municipal Du lundi 15 décembre 2014 Procès - Verbal du Conseil Municial Du lundi 15 décembre 2014 Nombre de membres comosant le Conseil Municial : 15 Nombre de membres en exercice : 15 Nombre de Conseillers résents : 14 Nombre de Conseillers

Plus en détail

VOIP. Pr MOUGHIT Mohamed m.moughit@gmail.com. Cours VOIP Pr MOUGHIT Mohamed 1

VOIP. Pr MOUGHIT Mohamed m.moughit@gmail.com. Cours VOIP Pr MOUGHIT Mohamed 1 VOIP Pr MOUGHIT Mohamed m.moughit@gmail.com Cours VOIP Pr MOUGHIT Mohamed 1 Connexion fixe, rédictible Connexion établie avant la numérotation user Centre de commutation La Radio est le suort imrédictible

Plus en détail

TP : Outils de simulation. March 13, 2015

TP : Outils de simulation. March 13, 2015 TP : Outils de simulation March 13, 2015 Chater 1 Initialisation Scilab Calculatrice matricielle Exercice 1. Système Unix Créer sous Unix un réertoire de travail outil_simulation dans votre home réertoire.

Plus en détail

Chambre Régionale de Métiers et de l Artisanat. Région Auvergne. Région Auvergne

Chambre Régionale de Métiers et de l Artisanat. Région Auvergne. Région Auvergne Chambre Régionale de Métiers et de l Artisanat L Artisanat en Auvergne, l Energie du Déveloement Région Auvergne Région Auvergne Edito Edito Valoriser la formation des jeunes et des actifs : un enjeu

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 août 2015 Enoncés 1 Proailités sur un univers fini Evènements et langage ensemliste A quelle condition sur (a,, c, d) ]0, 1[ 4 existe-t-il une proailité P sur

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Philippe NERISSON Le 5 février 2009

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Philippe NERISSON Le 5 février 2009 THÈSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré ar l Institut National Polytechnique de Toulouse Disciline ou sécialité : Dynamique des Fluides Présentée et soutenue ar Philie

Plus en détail

Vous êtes un prestataire touristique dans les Monts de Guéret? L Office de Tourisme du Grand Guéret peut vous accompagner!

Vous êtes un prestataire touristique dans les Monts de Guéret? L Office de Tourisme du Grand Guéret peut vous accompagner! Le guide 2015 e u q i t s i r u o t e r i du artena Vous êtes un restataire touristique dans les Monts de Guéret? L Office de Tourisme du Grand Guéret eut vous accomagner! Qui sommes nous? 2 Edito Nouveau

Plus en détail

«INVESTIR SUR LE MARCHE INERNATIONAL DES ACTIONS A-T-IL PLUS D EFFET SUR LA PERSISTANCE DE LA PERFORMANCE DES FONDS? ILLUSTRATION BRITANNIQUE»

«INVESTIR SUR LE MARCHE INERNATIONAL DES ACTIONS A-T-IL PLUS D EFFET SUR LA PERSISTANCE DE LA PERFORMANCE DES FONDS? ILLUSTRATION BRITANNIQUE» Manuscrit auteur, ublié dans "«COMPTABILITE ET ENVIRONNEMENT», France (007)" «INVESTIR SUR LE MARCHE INERNATIONAL DES ACTIONS A-T-IL PLUS D EFFET SUR LA PERSISTANCE DE LA PERFORMANCE DES FONDS? ILLUSTRATION

Plus en détail

Guide d utilisation (Version canadienne) Téléphone sans fil DECT 6.0/ avec répondeur et afficheur/ afficheur de l appel en attente CL83101/CL83201/

Guide d utilisation (Version canadienne) Téléphone sans fil DECT 6.0/ avec répondeur et afficheur/ afficheur de l appel en attente CL83101/CL83201/ Guide d utilisation (Version canadienne) Téléhone sans fil DECT 6.0/ avec réondeur et afficheur/ afficheur de l ael en attente CL83101/CL83201/ CL83301/CL83351/ CL83401/CL83451 Félicitations our votre

Plus en détail

Catalogue 3 Chaine sur Mesure

Catalogue 3 Chaine sur Mesure Catalogue 3 Chaine sur Mesure SUBAKI Les Chaines 2009 CAALGUE 3 Classification chaine sur mesure sériés de chaîne ye de chaîne subaki Caractéristiques RUNNER BS Performance suérieure Général Chaînes à

Plus en détail

Économétrie des Marchés Financiers - Stratégies d'investissement

Économétrie des Marchés Financiers - Stratégies d'investissement Économétrie des Marchés Financiers - Stratégies d'investissement 1 Utilité esérée L'utilité est censée mesurer la satisfaction de l agent, fonction d'un revenu aléatoire Agent risquohobe: réfère un revenu

Plus en détail

ort L ORT, premier groupe juif d enseignement supérieur Éducation et formation REVUE ANNUELLE D ORT FRANCE ORT FRANCE DOSSIERS DE L ANNÉE ORT MONDIAL

ort L ORT, premier groupe juif d enseignement supérieur Éducation et formation REVUE ANNUELLE D ORT FRANCE ORT FRANCE DOSSIERS DE L ANNÉE ORT MONDIAL ort NUMÉRO 5 / ANNÉE 2007-2008 Éducation et formation REVUE ANNUELLE D ORT FRANCE ORT FRANCE L Éditorial de Marcel Bénichou, Président d Ort France «L intégration asse ar l éducation», un entretien avec

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Commande prédictive des systèmes non linéaires dynamiques

Commande prédictive des systèmes non linéaires dynamiques Rébliqe Algérienne Démocratiqe et olaire Ministère de l Enseignement Sérier et de la Recherche Scientifiqe Université Molod Mammeri de Tizi-Ozo Faclté de Génie Electriqe et Informatiqe Déartement Atomatiqe

Plus en détail

.NET remoting. Plan. Principes de.net Remoting

.NET remoting. Plan. Principes de.net Remoting Plan.NET remoting Clémentine Nebut LIRMM / Université de Montellier 2 de.net Remoting côté serveur côté client.net Remoting en ratique Les canaux de communication L'activation L'invocation Les aramètres

Plus en détail

Moyennes de fonctions arithmétiques de formes binaires

Moyennes de fonctions arithmétiques de formes binaires Mathematika 58 2012 290 304 Moyennes de fonctions arithmétiques de formes binaires R de la Bretèche & G Tenenbaum Abstract Extending classical results of Nair and Tenenbaum we rovide general shar uer bounds

Plus en détail

Nombres fractionnaires en BINAIRE

Nombres fractionnaires en BINAIRE Nomres Fractionnaires inaires Nomres fractionnaires en BINAIRE Nomres fractionnaires en virgule fixe. Généralités Un nomre fractionnaire comporte deux parties :!"Une valeur entière,!"suivie d une valeur

Plus en détail

«Nous vous aidons à actualiser vos compétences et à prévenir les litiges»

«Nous vous aidons à actualiser vos compétences et à prévenir les litiges» Formations Formations Formations Formations droit droit droit droit immobilier immobilier immobilier immobilier «Nous vous aidons à actualiser vos cométences et à révenir les litiges» Renseignements www.alveaformation-ifac.com

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

Manuel de l'utilisateur

Manuel de l'utilisateur 0 Manuel de l'utilisateur Mise en route... 4 Votre Rider 0... 4 Réinitialiser le Rider 0... 5 Accessoires... 5 Icônes d'état... 5 Connexion, synchro et chargement... 6 Allumer/éteindre le Rider 0... 6

Plus en détail

Discussion on the paper Measuring Systemic Risk in a Post-Crisis World by Olivier de Bandt, Jean-Cyprien Héam, Claire Labonne and Santiago Tavolaro

Discussion on the paper Measuring Systemic Risk in a Post-Crisis World by Olivier de Bandt, Jean-Cyprien Héam, Claire Labonne and Santiago Tavolaro Discussion on the paper Measuring Systemic Risk in a Post-Crisis World by Olivier de Bandt, Jean-Cyprien Héam, Claire Labonne and Santiago Tavolaro ISFA, Université Lyon 1 Aterlier risque systémique et

Plus en détail

Les emprunts indivis. Administration Économique et Sociale. Mathématiques XA100M

Les emprunts indivis. Administration Économique et Sociale. Mathématiques XA100M Les emprunts indivis Administration Économique et Sociale Mathématiques XA100M Les emprunts indivis sont les emprunts faits auprès d un seul prêteur. On va étudier le cas où le prêteur met à disposition

Plus en détail

Choix sous incertitude

Choix sous incertitude 1/38 à l analyse microéconomique - Monitorat ENS (2014-2015) Janvier 2015 2/38 Plan du cours 1 2 3 4 5 3/38 Dans les chapitres précédents, hypothèse implicite de situations certaines et d information parfaite

Plus en détail

par R. de la Bretèche & T.D. Browning

par R. de la Bretèche & T.D. Browning LE PROBLÈME DES DIVISEURS POUR DES FORMES BINAIRES DE DEGRÉ 4 ar R. de la Bretèche & T.D. Browning À la mémoire affectueuse de George Greaves Résumé. Nous étudions l ordre moyen du nombre de diviseurs

Plus en détail

Annuités. Administration Économique et Sociale. Mathématiques XA100M

Annuités. Administration Économique et Sociale. Mathématiques XA100M Annuités Administration Économique et Sociale Mathématiques XA100M En général, un prêt n est pas remboursé en une seule fois. Les remboursements sont étalés sur plusieurs périodes. De même, un capital

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

PRÉSENTATION DU GROUPE TF1

PRÉSENTATION DU GROUPE TF1 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2008 SOMMAIRE 1 2 3 PRÉSENTATION DU GROUPE TF1 3 1.1 Attestation du resonsable du Document de référence 4 1.2 L équie dirigeante 5 1.3 Organigramme simlifi é 6 1.4 Faits marquants

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Retrouvez-nous sur esg.fr. Diplôme Bac+5 visé par l État / Grade Master Membre de la Conférence des Grandes Écoles

Retrouvez-nous sur esg.fr. Diplôme Bac+5 visé par l État / Grade Master Membre de la Conférence des Grandes Écoles Retrouvez-nous sur esg.fr Savoir être our agir avec sens Dilôme Bac+5 visé ar l État / Grade Master Membre de la Conférence des Grandes Écoles SOMMAIRE Avec 5 500 élèves, 27 500 dilômés et 5 camus au cœur

Plus en détail

Documents et lieux de mémoire de la persécution et de la déportation des Juifs à Nîmes. Pistes d'intervention auprès des classes de 3e et de 1ère.

Documents et lieux de mémoire de la persécution et de la déportation des Juifs à Nîmes. Pistes d'intervention auprès des classes de 3e et de 1ère. Documents et lieux de mémoire de la ersécution et de la déortation des Juifs à Nîmes. Pistes d'intervention aurès des classes de 3e et de 1ère. L'enseignement du génocide des Juifs est inscrite à trois

Plus en détail

Évaluer l impact des instruments financiers en faveur des entreprises

Évaluer l impact des instruments financiers en faveur des entreprises Document de travail (Docweb) nº 1408 Évaluer l impact des instruments financiers en faveur des entreprises Olivier Cadot Anne-Célia Disdier Julien Gourdon Jérôme Héricourt Akiko Suwa-Eisenmann Mai 2014

Plus en détail

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Attitude des ménages face au risque - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Plan du cours 1. Introduction : demande de couverture et comportements induits pa 2. Représentations

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Evaluation de l'impact du microcrédit en zone rurale au Maroc

Evaluation de l'impact du microcrédit en zone rurale au Maroc N 07 Mars2012 SérieAnalysesd impact expost ExPost Evaluation de l'impact du microcrédit en zone rurale au Maroc Bruno Crépon, CREST et J-PAL Europe Florencia Devoto, PSE et J-PAL Europe Esther Duflo, MIT

Plus en détail

Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions.

Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions. Annexes sur l économie grecque Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions. 1. L endettement des ménages 2. Le poids

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Eercice 1 (5 points) pour les candidats n ayant pas choisi la spécialité MATH Le tableau suivant donne l évolution du chiffre

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Le planimètre polaire

Le planimètre polaire Le planimètre polaire Document d accompagnement des transparents. Bruno eischer Introduction Dans mon exposé à La Rochelle, ou au séminaire de l IREM de Besançon, j ai volontairement consacré une longue

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 6 le Rôle de l Information - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 Plan du cours 1. Probabilités subjectives 2. Arrivée symétrique de l information 3. Information asymétrique

Plus en détail

La Transparence des Coûts en Microfinance Mise en oeuvre de la Transparence en Afrique de L Ouest

La Transparence des Coûts en Microfinance Mise en oeuvre de la Transparence en Afrique de L Ouest La Transparence des Coûts en Microfinance Mise en oeuvre de la Transparence en Afrique de L Ouest MicroFinance Transparency Initiative sur la Transparence des Coûts en Afrique de l Ouest Juillet 2010 Plan

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

La récente décision judiciaire en Alberta sur la limitation des dommages non pécuniaires

La récente décision judiciaire en Alberta sur la limitation des dommages non pécuniaires La récente décision judiciaire en Alberta sur la limitation des dommages non pécuniaires Présenté par Marco Royer Assurance automobile en Alberta : les réformes de 2004 Bill 53 Introduction d une limitation

Plus en détail

ARBRE DE PERFORMANCE GOUVERNANCE INTEGREE ET FEDERATRICE DE LA PERFORMANCE (Version 10)

ARBRE DE PERFORMANCE GOUVERNANCE INTEGREE ET FEDERATRICE DE LA PERFORMANCE (Version 10) MANAGEMENT & ERFORMANCE ARBRE DE ERFORMANCE GOUVERNANCE INTEGREE ET FEDERATRICE DE LA ERFORMANCE (Version 10) Ancrer l Architecture d Entreprise dans un modèle métier stable de génération de valeur HILOSOHIE

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision.

United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision. SOURCES SOURCE Data Sources Population : Labour Force: Production: Social Indicators: United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision. International Labour Organisation (ILO). LaborStat

Plus en détail

demande! Bureaux de la CSST Vous désirez faire une Critères d exclusion Indemnisation des victimes d actes criminels

demande! Bureaux de la CSST Vous désirez faire une Critères d exclusion Indemnisation des victimes d actes criminels Ne eut être indemnisée ar le régime la ersonne qui : a contribué ar sa faute lourde (rovocation, négligence grossière, articiation à des activités illégales, c.) à ses blessures ou à son décès; donnant

Plus en détail

Question from Gabriel Bernardino (Session I)

Question from Gabriel Bernardino (Session I) /06/204 Question from Gabriel Bernardino (Session I) Do you believe that harmonised EU regulation will indeed lead to less national regulatory details? Croyez-vous que l harmonisation des lois européennes

Plus en détail

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014 Correction du baccalauréat ES/L Métropole 0 juin 014 Exercice 1 1. c.. c. 3. c. 4. d. 5. a. P A (B)=1 P A (B)=1 0,3=0,7 D après la formule des probabilités totales : P(B)=P(A B)+P(A B)=0,6 0,3+(1 0,6)

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la MS Project 1- Créer un nouveau projet définir la date du déclenchement (début) ou de la fin : File New 2- Définir les détails du projet : File Properties (permet aussi de voir les détails : coûts, suivi,

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Les effets positifs de la gestion de l information

Les effets positifs de la gestion de l information Une seule solution Les effets positifs de la gestion de l information Conseils pratiques pour savoir comment réduire vos couts, renforcer votre niveau de conformité et accroitre votre efficacité Les données

Plus en détail

CATALOGUE 2. Chaine avec attachements

CATALOGUE 2. Chaine avec attachements CAALGUE 2 Chaine avec attachements SUBAKI LES CAIES 2010 CAALGUE 2 CAIE AVEC AACEMES Anti-corrosion Classification Sériés de ye de SUBAKI Caractéristiques RUER BS Performance suérieure Général Chaînes

Plus en détail

LA CERTIFICATION DES ARMATURES

LA CERTIFICATION DES ARMATURES LA CERTIFICATION DES ARMATURES NF - Aciers our béton armé NF - Armatures AFCAB - Disositifs de raboutage ou d ancrage des armatures du béton AFCAB - Pose des armatures du béton LE CYCLE DES ARMATURES :

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Objectifs. Clustering. Principe. Applications. Applications. Cartes de crédits. Remarques. Biologie, Génomique

Objectifs. Clustering. Principe. Applications. Applications. Cartes de crédits. Remarques. Biologie, Génomique Objectifs Clustering On ne sait pas ce qu on veut trouver : on laisse l algorithme nous proposer un modèle. On pense qu il existe des similarités entre les exemples. Qui se ressemble s assemble p. /55

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

Hedging delta et gamma neutre d un option digitale

Hedging delta et gamma neutre d un option digitale Hedging delta et gamma neutre d un option digitale Daniel Herlemont 1 Introduction L objectif de ce projet est d examiner la couverture delta-gamma neutre d un portefeuille d options digitales Asset-Or-Nothing

Plus en détail

Correction de l exercice 2 du quiz final du cours Gestion financière (2010-2011 T2) : «Augmentation de capital de Carbone Lorraine»

Correction de l exercice 2 du quiz final du cours Gestion financière (2010-2011 T2) : «Augmentation de capital de Carbone Lorraine» Correction de l exercice 2 du quiz final du cours Gestion financière (2010 2011 T2) : «Augmentation de capital de Carone Lorraine» Question 1 : déterminer formellement la valeur du droit préférentiel de

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

Théorie Financière 8 P. rod i u t its dé dérivés

Théorie Financière 8 P. rod i u t its dé dérivés Théorie Financière 8P 8. Produits dit dérivés déié Objectifsdelasession session 1. Définir les produits dérivés (forward, futures et options (calls et puts) 2. Analyser les flux financiers terminaux 3.

Plus en détail