Les marchés du crédit dans les PVD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les marchés du crédit dans les PVD"

Transcription

1 Les marchés du crédit dans les PVD 1. Introduction Partout, les marchés du crédit sont au centre de la caacité des économies à croître, uisqu ils financent l investissement. Le Taleau 1 montre ar exemle que la liéralisation financière contriue à la croissance (mais cette corrélation a été contestée dans de nomreux autres aiers). Taleau 1 Effet de la liéralisation financière sur la croissance Source : Bekaert, Geert; C. R. Harvey and C. Lundladd (004), Does financial lieralization sur growth? mimeo. En même tems, ces marchés sont très fragiles : o Les anques ne conservent en réserves qu une infime fraction de leurs assifs (déôts) ; elles sont donc toujours vulnérales aux aniques («ank run») o Affectés encore lus que les autres marchés ar des «déficiences de marché» otentielles : anti-selection («adverse selection»), alea moral («moral hazard») 1

2 o Souvent eu concurrentiels, cartellisés et soumis à l interférence olitique Ils sont donc souvent dysfonctionnels, caractérisés ar le rationnement et soumis à des crises récurrentes, en articulier dans les PVD.. Anti-sélection et risque de défaut Cette section décrit un syndrome commun aux marchés du crédit, l anti-sélection. Le risque de défaut, quand il n est as comlètement couvert ar des garanties, interfère avec le rôle normal du taux d intérêt qui serait simlement d égaliser l offre et la demande de crédit..1 Le risque de défaut r F r B L Proailité de défaut sur un rêt donné Taux d intérêt ayé ar l emrunteur Taux d intérêt ayé ar la anque (le coût des fonds) Taille du rêt Proortion du rêt couverte ar la garantie Suosons que le secteur ancaire est concurrentiel ; on va déterminer le taux d intérêt qui donne une esérance de rofits nulle : E 1 r L 1 1 r L L 0 (1) ce qui imlique ou B B F 1 1 r 1 r 1r () F F 1rB 1 B 1 r 1 B 1 rb rf r,, r E B 0 B Le taux d intérêt de zéro rofits est croissant dans le coût des fonds ; c est comme cela que la olitique monétaire se transmet à l économie réelle. Relation entre r et la roailité de défaut : (3) (4) drf d dr d F 1 r 1 B 0 1 r 1 B 3 0 (5)

3 Les dérivées remière et seconde sont ositives ; r F est donc une fonction croissante et convexe du risque de défaut. drf 0 d 1 La dérivée remière ar raort à β est négative : lus les garanties sont solides, moins le rêt est risqué, ce qui réduit le taux d intérêt de zéro rofits. Quantitativement, l effet d une dégradation de la qualité des risques liée aux conditions macroéconomiques ou de la caacité des anques à otenir la liquidation des actifs des emrunteurs en défaut liée à l état de droit eut avoir un effet massif sur les taux d intérêt d équilire, comme le montre l exemle numérique du Taleau 1, dans lequel le aramètre β, en colonne, rerésente la roortion des garanties récuérale et le aramètre, en ligne, rerésente la roailité de défaut. (6) Taleau 1 Taux d intérêt en fonction du risque de défaut et des garanties β Bien entendu, comme le montre la Figure 1, la difficulté de résolution des cas de défaut est directement liée au niveau de revenu du ays : les ays à faile revenu sont aussi ceux où il est le lus difficile de résoudre les cas de défaut, ce qui rend les anques articulièrement frileuses dans ces ays. Figure 1 Classement en termes de difficulté de résolution des faillites et revenu ar haitant 3

4 0 50 Resolving Insolvency ln GDP er caita Note : L axe vertical mesure le classement en termes de facilité de résolution des cas de défaut de aiement ; un classement élevé indique une grande difficulté (mauvais). Plusieurs ays ont le classement 189 our une raison inconnue. Source : World Bank, World Develoment Indicators (revenu) et Doing Business (resolving insolvency ranking). Risque de défaut et instailité du marché: Un exemle simle Jusqu à résent, on n a as discuté de la nature des garanties. Foellmi et Oechslin (011) considèrent une situation où les ventes des entrerises forment le collatéral des rêts, qui donne lieu à un rationnement du crédit. Considérons ici une variante caractérisée dans laquelle les anques ne euvent as oserver les ersectives de ventes de chaque entrerise individuelle. Quand ces ersectives se dégradent au niveau macro-économique, les anques augmentent le coût des fonds au lieu de rationner le crédit, mais le résultat est le même : un feedack négatif entre la dégradation du climat des affaires et la aralysie du marché du crédit. On considère un environnement avec seulement deux tyes d emrunteurs : Tye sûr Tye risqué Proailité de remoursement 1 1 Proortion dans la oulation 1 Les entrerises n ont as d actifs revendales et la seule garantie est constituée ar leur roduction (c est l ingrédient crucial de l histoire). On dérive d aord la demande de fonds our un taux d intérêt donné, uis on dérive l offre de fonds. Demande de fonds Suosons que les entrerises n utilisent que du caital et un facteur fixe du tye «entrereneuriat» (générant des rendements décroissants sur le caital) et que tout le caital soit emrunté à un taux r F, le même our tous les emrunteurs. 4

5 Pour un tye sûr (tye S), la fonction de rofit est S 1 f L r L (7) ou f(.) est la fonction de roduction (croissante et concave, ce qui imlique f > 0 et f < 0). Le taux d intérêt ( r F ) est le même our les deux tyes d emrunteur si la anque ne eut as les distinguer au moment du rêt. La maximisation du rofit ar choix de la taille de l emrunt, donne la condition de remier ordre F max f L 1 r L (8) L f ' L 1 rf. (9) La différentielle dotale de cette exression est f '' dl drf ou dl / drf 1/ f '' 0, c est-à-dire une demande de crédit décroissante dans le taux d intérêt (c est logique). Ce qui nous intéresse, c est la dérivée de l activité de l entrerise, Y S, ar raort au taux d intérêt. En assant ar la taille de l emrunt, on a : dys dys dl 1 f ' 0 drf dl dr F f '' (10) Ce qui donne une coure de demande de fond à ente négative dans un esace YS, r F. Un taux d intérêt lus élevé est associé avec une activité réduite de l entrerise, ce qui réduit la garantie qu elle eut offrir à la anque. C est l essence du cercle vicieux que je veux illustrer ici. Pour un tye risqué (tye R), suosons que la fonction de roduction soit Y R L F f L avec roailité 1 (11) g L avec roailité et que les fonctions f et g soient comme dans la Figure, c est-à-dire que si l investissement marche, il génère assez our remourser le rêt au à la taille otimale L * (coure leue du haut), alors que s il ne marche as, il ne génère jamais assez our remourser le rêt, quel que soit la taille de celui-ci et le taux d intérêt (coure rouge du as). L entrerise est alors en défaut et la anque saisit sa roduction. Figure Fonctions de roduction du tye risqué 5

6 tangente à f(l) avec ente (1+r F ) Y f(l) (1+r F ) L L (ligne à 45 o ) g(l) L* L (Taille du rêt) La fonction de rofit est alors R 1 1 F 1 f L 1 r L E f L r L g L g L. (1) F uisque l entrerise est en défaut avec roailité et dans ce cas erd toute sa roduction qui est confisquée ar la anque (le deuxième terme). Par comaraison avec (7), on voit que la condition du remier ordre va être la même que our le tye sûr, ce qui donne de nouveau une demande de crédit à ente négative. La demande de crédit (la taille du rêt en fonction du taux d intérêt) est la même our les deux segments du marché. Arès linéarisation (ne vous renez as la tête avec cela) et en exrimant le taux d intérêt comme une fonction du niveau d activité de l entrerise (c est lutôt l activité de l entrerise qui est une fonction du taux d intérêt, mais on veut mettre l offre et la demande sur le même grahique avec le taux d intérêt sur l axe vertical), cette demande de crédit eut être exrimée comme où Y R r (13) 0 1 F f ' 1 0. f '' On aellera la fonction (13) la «demande de fonds» des entrerises de tye R. Offre de fonds La garantie des rêts est constitué ar la roduction des entrerises en défaut (et donc de tye risqué). Soit Y R le niveau d activité d une entrerise risquée. Le long de la coure de demande de crédit, ce niveau déend de r F comme on l a vu dans le aragrahe récédent, mais ici on veut caractériser la coure d offre de crédit, donc on le rend comme aramétrique. Le taux d intérêt à rofits nuls our la anque est : 6

7 E 1 r L r L Y 1 B B F R r r L Y 0 F B R La solution est une équation exrimant le taux d intérêt d équilire en fonction du niveau d activité des entrerises risquées: où r E 0 rb YR 1 1 L risk-adjusted cost of funds Y 0 1 R risk-adjusted collateral value On aellera la fonction (15) l offre de fonds. 1 L 0 1 La solution (l équilire) est otenue en sustituant (13) à la lace de YR et L dans (15), mais ce n est as ce qui nous intéresse ici il suffit de noter que les deux coures, l offre et la demande, se croisent quelque art et que l équilire est stale. La stailité du système (15)-(13) requiert f ' f '' 1 L où λ est la roortion de «mauvais risques» sur le marché et leur roailité de défaut. Statique comarée : Effet d un choc négatif Considérons maintenant l effet d un choc négatif sur la rofitailité des entrerises dans un environnement «sain» où λ est roche de zéro vs. dans un environnement malsain dans lequel il est élevé. Dans la Figure 3, le anneau (a) illustre ce qui se roduit quand les conditions initiales sont onnes. La ente de la coure d offre de fonds est relativement late ; le choc sur les taux d intérêt est donc failement amlifié. Par contre, dans le anneau (), la coure d offre est lus entue, étant élevé ; le choc sur les taux d intérêt est alors fortement amlifié, ce qui amlifie aussi le choc négatif sur le chiffre d affaire des entrerises, ar feedack. Ainsi, un système ancaire malsain (dans lequel les anques ont déjà une roortion sustantielle de rêts non erformants ou otentiellement à rolème) est aussi un système vulnérale aux chocs. (14) (15) (16) (17) Figure 3 Effet d un choc de rofit négatif sur le marché du crédit, en fonction de la condition initiale (a) marché «sain» () marché «malsain» 7

8 Taux d intérêt de marché Taux d intérêt de marché Demande de fonds (CPO des entrerises) Demande de fonds (CPO des entrerises) Offre de fonds (zerorofit des anques) Offre de fonds (zerorofit des anques) Chiffre d affaire des entrerises Chiffre d affaire des entrerises Ceendant, il ne faudrait as en conclure que les crises ancaires sont l aanage des ays en déveloement. Elles se roduisent à tous les niveaux de revenus et il n y a as de relation claire entre leur sévérité, leur longueur, ou leur fréquence et le niveau de revenu du ays (see Laeven et Valencia 010 our une ase de données sur les crises ancaires)..3 L anti-sélection Une situation d anti-sélection est caractérisée ar les ingrédients suivants o Hétérogénéité de l un des côtés du marché, offre ou demande (e.g. qualité variale) o Information disymétrique (l autre côté du marché ne eut as distinguer les «ons» tyes des mauvais) Dans ce tye de marché, il se eut que le rix joue lusieurs rôles à la fois o Clearing de l offre et de la demande o Sélection en fonction du tye Cette deuxième fonction joue en général un rôle ervers, c est-à-dire qu en artant d une situation où le marché n est as équiliré (e.g. arès un choc) la variation du rix qui ourrait rétalir l égalité de l offre et de la demande va en fait dégrader la qualité moyenne du ool d agents sur le marché, de telle façon qu à la fin le marché s écroule (je sais, c est comliqué). Oservation de ase : Plus un investisseur a un on rojet, lus il est énalisé ar une hausse du taux d intérêt. Pour le comrendre, suosons que le rojet d investissement, our lequel un emrunt de taille L est nécessaire, ait un rendement aléatoire X tiré d une distriution uniforme sur [o, ] avec > (1+r)L. Donc our x 0, 1 f x (18). La roailité de défaut sur le rêt est 8

9 1 et la roailité de non-défaut est Pr X 1 r L 0 1rL 1rL 0 f x dx (19) 1 r L 1r L 1 (0) Soit C le collatéral (la garantie) sur le rêt. Le rendement eséré du rojet our l investisseur est la suite arrive E C E X X r L r L xf xdx 1 rl C 1 1 r L 1 1rL 1rL 1 1 C xf x dx r L x C dx 1 1 r L 1 rl x C 1 1 r L 1r L C 1 1 r L 1 r LC 1 1r L E C 1 1 r L 1 r L 1 r L 1 r L C 1 r L 1 r LC 1 r L 1 r L 1 r L 1 r L 1 r LC 1 r L 1 r L 1 r L 1 r LC 1 r L 1 r L r L (1) 9

10 Voilà. Un eu laorieux, mais on eut maintenant rendre la dérivée ar raort au taux d intérêt : 1 r LL E LC r L C 1 r L () + 0. Un taux d intérêt lus élevé réduit la rofitailité nette de l investissement. So far so good. Maintenant, on rend la dérivée croisée ar raort à. Comme est la orne suérieure du rendement de l investissement, on eut le rendre comme une mesure de la qualité du rojet. E L L C 1 r L r L C 1 r L 1 L C 1r L 0 Donc l effet d une hausse du taux d intérêt est «lus négatif» our un on rojet ( élevé) que our un mauvais. Ce qui est la cause de rincie fondamental de l anti-sélection : une hausse du taux d intérêt chasse les ons emrunteurs du marché et «anti-sélectionne» les mauvais. A artir de là, la «sirale de la mort» qui caractérise l anti-sélection est la suivante : 1. Une artie des risques sont mauvais. Le taux d intérêt assurant des rofits nuls est donc suérieur à celui que les meilleurs risques (les les lus élevés) sont rêts à acceter ; donc ils sortent du marché 3. Le taux d intérêt doit donc monter our comenser cette détérioration du risque moyen 4. Cette nouvelle hausse chasse encore les meilleurs qui étaient restés sur le marché Et ainsi de suite, ossilement jusqu à écroulement total du marché. Qu est ce qui est articulièrement rerésentatif des PVD dans ce scénario? Le meilleur moyen de voir est de réfléchir aux institutions qui ermettent de réduire les ingrédients de l anti-sélection : o Interaction réétée ermettant aux rêteurs de mieux connaître les emrunteurs o Transarence dans la comtailité o Meilleures garanties o Présence de toutes les entrerises, onnes et mauvaises, sur le marché o Solidité financière des anques et règlementation rudentielle Tous ces ingrédients sont affailis dans les PVD, et en articulier our les etits emrunteurs, ce qui mène au déveloement de marchés arallèles (voir discussion ci-dessous). A noter : l anti-sélection est résente et imortante aussi sur les marchés de la santé et du travail, avec le même mécanisme de ase. Sur le marché de la santé, la résence d anti-sélection est la justification de ase our les systèmes d assurance-santé oligatoires. (3) 10

11 3 Le micro-crédit 3.1 Le aradoxe des cycles de crédit En l asence d accès au crédit formel, les auvres emruntent aurès de réseaux informels. Une enquête à Hyderaad (Duflo et al. 009) donne 49% d emrunts aurès de rêteurs locaux, 13% de la famille de l emrunteur, et 8% de connnaissances et voisins. Les taux sont incroyalement élevés. On oserve couramment des taux d intérêt de 5% ar jour, et jusqu à 10%. A 4.69% ar jour, un emrunt de $5.10 (Rs100) deviendrait, au out d un an, $93 millions (Banerjee Duflo 011). Selon une enquête de 006 à Chennai, Inde, la luart des rêts de ce tye sont our du caital circulant de etits vendeurs de rue (Ananth, Karlan, Mullainathan 007). Tyiquement ils emruntent le matin en moyenne $ et remoursent à la fin de la journée. 50% des réondants affirment avoir emrunté régulièrement endant les 10 ans récédents (66% dans un sondage similaire aux Philiines). Ce cycle d emrunt est un aradoxe. D un côté, l intérêt ne se comose as uisque le rêt est remoursé tous les jours. Donc il ne coûte à l emrunteur «que» 10% de son revenu. Mais il rerésente un danger constant uisque tout arriéré de aiement ar exemle si l emrunteur tome malade le fait entrer dans une sirale infernale dont il n a aucune chance de sortir, ce qui est l avantage du système our l usurier uisque le déiteur en défaut devient de facto un esclave. Par contre, Ananth et al. (007) montrent qu une aisse temoraire et très limitée de la consommation ermettrait à l emrunteur de sortir des griffes de l usurier assez raidement, si le déiteur arrivait à rêter son éargne au taux usuraire en vigueur, car les intérêts se comoseraient alors et feraient augmenter le stock d éargne très raidement. Qu est-ce qui emêche tous les marchands des quatre saisons de faire cette transition, au rix d un li à eine ercetile dans le revenu? Parmi les conjectures ossiles, ils suggèrent le désir de maintenir de onnes relations avec l usurier our le cas où on aurait esoin de lui ; l asence de «véhicule d éargne» (as de anque et le mari oit tout). La lus lausile est que le «métier» d usurier est réservé à un groue ien défini et que toute tentative d entrée (et donc de concurrence) serait unie de rerésailles dissuasives. L idée que n imorte qui uisse imunément commencer à rêter à son voisin en faisant de la concurrence aux usuriers existants est roalement naïve de ar leur métier, les usuriers ont généralement accès aux services de etits cogneurs locaux our faire ayer les récalcitrants, et euvent donc ar la même dissuader les velléités de concurrence. 3. Garanties et droits de roriété: Une exérience naturelle Un rolème sous-jacent au dysfonctionnement des marchés du crédit dans les ays en voie de déveloement : la garantie la lus solide our les anques, c est un titre de roriété immoilière (terre ou âtiments) ; mais eaucou de auvres n ont as de titre foncier. Le manque de titres fonciers est fréquemment cité à la fois comme «désincitant» à l amélioration de l haitat et comme contrainte our l accès au crédit. Le rolème our estimer l effet des droits de roriété foncière sur des variales comme l accès au crédit est que la roriété foncière eut difficilement être considérée comme exogène, car elle risque d être corrélée avec des variales individuelles non oservales également corrélées avec l accès au crédit (esrit d entrerise, diligence etc). 11

12 Il faut donc une «exérience naturelle» our avoir une chance d identifier l effet voulu. Galiani et Schargrodsky (006) en décrivent une magnifique : We exloit a natural exeriment in the allocation of land titles to overcome this identification rolem. More than twenty years ago, a grou of squatters occuied a iece of land in a oor suuran area of Buenos Aires. When the Congress assed a law exroriating the land from the former owners with the urose of entitling it to the occuants, some of the original owners acceted the government comensation, while others are still disuting the comensation ayment in the slow Argentine courts. These different decisions y the former owners generated an allocation of roerty rights that is exogenous in equations descriing the ehavior of the squatters. (. 1) Galiani et Schargrodsky utilisent leur exérience naturelle our comarer les investissement en amlioration de l haitat our les tyes d haitant d un idonville de Buenos Aires : ceux qui ont un titre de roriété et ceux qui n en ont as, et surtout our comarer leur accès au crédit. L équation estimée est yi 01T i Xiβ ui (4) où X i est un vecteur de variales de contrôle concernant les squatters et 1 si i est dans un lot vendu ar le roriétaire Ti 0 si i est dans un lot en litige avec le roriétaire Les résultats sont dans le Taleau et le Taleau 3. Taleau Titre de roriété et investissement dans le logement (5) Source : Galiani et Schargrodsky (005) Taleau 3 Titre de roriété et accès au crédit 1

13 Source : Galiani et Schargrodsky (005) 4 Le micro-crédit fait-il des miracles? Le micro-crédit touche aujourd hui 150 millions de ersonnes, dont /3 de femmes (Duflo et al. 009). Le rincie de ase est la resonsailité collective : tant qu un memre du groue n a as remoursé son emrunt, ersonne dans le groue ne eut contracter de nouveau rêt. Le taux d intérêt sur le micro-crédit est très élevé ar raort au système ancaire commercial (jusqu à 50% ar an), ien que très au-dessous des taux ratiqués ar les usuriers locaux. 4.1 Micro crédit et caital social Une exérience (Feigenerg, Field, Pande 010) suggère que le micro-crédit ne joue as seulement sur le caital social local : Il contriue à le renforcer. L exérience est la suivante : Pendant dix mois, our le groue de traitement, l IMC exige des réunions toutes les semaines. Pour le groue de contrôle, c est seulement tous les mois. Les contacts sociaux augmentent : arès 5 mois, la roailité de visite mutuelle était 90% lus élevée our les memres du GT, et arès 10 mois, la roailité d assister ensemle à des événements était 40% lus élevée Conséquences économiques : o Proailité de transaction économique avec un artenaire hors du cercle familial lus élevée de 19% our les memres du GT o Proailité de demander l aide d un autre memre du groue en cas d urgence lus élevée de 9% o Proailité de défaut divisée ar quatre our les memres du GT (toujours ar raort au groue de contrôle) Autre exerience dans laquelle o Les individus reçoivent des tickets de loterie avec la ossiilité d en donner d autres à d autres memres du groue, ce qui (i) réduit la roailité individuelle de gain, (ii) augmente la roailité de gain totale du groue. o Les individus sont assignés au hasard dans des groues à réunion mensuelle ou hedomadaire (i) au déut de l exérience, et (ii) dans un deuxième cycle de crédit. 13

14 La roailité de donner des tickets à d autre memres du groue est lus élevée chez les individus tenus de se réunir toutes les semaines dans le deuxième cycle, dans lequel ils se connaissaient déjà, ce qui suggère que le fait de se réunir souvent augmente le caital social indéendamment du fait qu il ermet aux gens de se connaître. 4. Micro-crédit et rogrès social Les arguments sur la erformance du micro-crédit ont jusqu à récemment étaient fondés sur des techniques économétriques traditionnelles, avec les rolèmes d identification haituels la sélection dans le micro-crédit n est as aléatoire. Par exemle, Pitt et Khandker (1998) utilisent le seuil d éligiilité au micro-crédit our faire du regression discontinuity design. Mais Morduch (1998) argumente qu il n y a as de discontinuité dans la roailité de traitement (voir discussion dans Banerjee, Duflo, Glennerster, Kinnan 009,. 1-) Banerjee et al. (009) ont réalisé en 005 une exérience avec Sandana, une grande organisation de microcrédit indienne, dans laquelle 53 quartiers de idonvilles sur 104 ont été sélectionnés (au hasard) our y offrir du microcrédit. Une enquête aseline a été réalisée, uis arès 18 mois une nouvelle enquête sur 6'850 ménages. Entre tems, d autres systèmes de microcrédit ont été mis en lace indéendamment de Sandana (et de l exérience) donc l exérience n était as arfaite ; mais la roailité de recevoir un rêt de microcrédit était malgré tout 44% (8.3 oints de ourcentage) lus élevée dans les quartiers de traitement que dans les quartiers de contrôle. Le microcrédit était offert sans conditionnalité (rincie différent de la grameen ank, qui a une charte de onne conduite) sur une ase de resonsailité de groue à des groues de 6 à 10 femmes formés ar les femmes elles-mêmes, avec des rêts assez conséquents ($00 au taux de change courant, $1'000 à la PPP), avec une échéance de 50 mois et un taux d intérêt de 1% non déclinant, équivalent à un taux effectif de 0%). Les emrunteurs n étaient as armi les lus auvres, avec un revenu moyen de $550 ar mois à la PPP our une taille moyenne de 5. 69% des ménages avaient déjà des emrunts avec des taux moyens de 3.85% ar mois. Un tiers avaient une microentrerise individuelle, et un tiers déclaraient vouloir utiliser le rêt our démarrer une nouvelle entrerise, % our augmenter les stocks dans une entrerise existante, 30% our remourser un rêt existant, et 15% our lisser la consommation. Sous réserve de conditions que l on discutera lus tard, l équation à estimer est d une grande simlicité : où y T u (6) i 0 1 i i 1 si i aartient au groue de traitement Ti (7) 0 sinon Les résultats sont dans les taleaux suivants. 14

15 Source : Banerjee et al. (009) Source : Banerjee et al. (009) 15

16 Source : Banerjee et al. (009) 3.4 Et d ailleurs L accès au crédit est-il vraiment une énédiction? Fulford (011) a utilisé l augmentation du nomre de succursales ancaires en Inde entre 1970 et 1990 our estimer l effet de l accès au crédit sur la auvreté à long terme, à artir de données d enquêtes de ménages réalisées ar l Indian National Samle Survey sur lus de 600'000 ersonnes en 83, 87-88, 93-94, et Source : Fulford (011). Fulford utilise seulement les données rurales, là où il y a le lus de variation temorelle, et estime l équation suivante : 16

17 15 it i t k1 t k i, t k it (8) y u où i est une région, t une année, y it est une variale d intérêt oservée en moyenne our la région (le overty headcount il en utilise d autres, comme le niveau de consommation) et i,t-1 est le nomre de succursales ancaires dans la région l année t - 1. Que sont les effets tems (δ t ) et les effets fixes (δ i )? Les effets tems sont des variales muettes qui «marquent» chaque année (une égale à un our 1970 et zéro our toutes les autres années, une égale à un our 1971, etc.). Ils contrôlent les chocs qui affectent tous les «individus» du anel (ici des régions) la même année, comme des chocs macroéconomiques ; Les effets fixes sont des variales muettes qui «marquent» chaque individu du anel (ici des régions ; une égale à un our la région A et zéro our toutes les autres régions, une égale à un our la région B, etc.). Ils contrôlent les différences de constante entre les régions (une région ayant en moyenne sur toute la ériode d échantillonnage un faile taux de auvreté aura un coefficient négatif sur son effet fixe, et vice versa). A savoir : o Dans un anel avec 0 «individus» (e.g. régions) et 10 années, on a 00 oservations ; mais seulement 10 effets tems et 0 effets fixes ; donc on n éuise as tous les degrés de lierté o L estimateur à effets fixes (aelé «within») est très uissant : Il n utilise comme information que la corrélation entre la variale d intérêt et les régresseurs dans le tems, our chaque individu. Donc : Si une région a de lus en lus de succursales ancaires et de moins en moins de auvreté, cette information est utilisée Si une région a, en moyenne sur toute la ériode d échantillonnage, eaucou de succursales et eu de auvreté, cette information n est as utilisée (elle est asorée ar les coefficients des effets fixes). Les résultats sont dans le taleau ci-dessous 17

18 Source : Fulford (011). Références Ananth, Bindu; D. Karlan, and S. Mullainathan (007), Microentrereneurs and Their Money: Three Anomalies ; mimeo. Banerjee, Ahijit; E. Duflo, R. Glennerster, et Cynthia Kinnan (009), The miracle of micro.nance? Evidence from a randomized evaluation ; mimeo, MIT. Fulford, Scott (011), The effects of financial Develoment in the short and long run ; mimeo, Boston University. Galiani, Seastiano, et E. Schargrodsky (005), Proerty Rights for the Poor: Effects of Land Titling ; Universidad Torcuato di Tella Documento de Traajo 06/005 Laeven, Luc, and F. Valencia (010), "Resolution of Banking Crises: The Good, the Bad, and the Ugly", IMF working aer. 18

19 19

Chapitre 6. La demande d assurance

Chapitre 6. La demande d assurance Chaitre 6 Introduction Réduire le risque Plusieurs manière de réduire le risque: a diversification Une firme eut réduire son risque en diversifiant ses activités dans des domaines eu liés entre eux Ventes

Plus en détail

Pédaler en danseuse P2 P1

Pédaler en danseuse P2 P1 Pédaler en danseuse Pédaler en danseuse consiste à ne as s asseoir sur la selle et à se dresser sur les édales. Le mouvement de édalage s écarte alors notablement du édalage assis. Notre roos est d analyser

Plus en détail

1 Le marché du travail néoclassique

1 Le marché du travail néoclassique Paris Ouest Nanterre a Défense Année universitaire 2012-2013 icence Economie-Gestion 1 Macroéconomie A Enseignants : Alain Ayong e Kama, Michel Mouillart et Aurélien Saïdi Travaux dirigés n 4 : CORRECTION

Plus en détail

35 personnes 40,0% 360 jours 18 jours 150 80. 270 personnes 18,0%

35 personnes 40,0% 360 jours 18 jours 150 80. 270 personnes 18,0% POURCENTAGES Exercice n. Comléter ce tableau, en indiquant dans chaque case l'oération effectuée et son résultat (arrondir à décimale en cas de besoin) Ensemble de référence Part en nombre en ourcentage

Plus en détail

1 heure Épreuve scientifique et Technique Coef. 1 Page 1/6 Sous-épreuve E1C : Mathématiques Unité 13

1 heure Épreuve scientifique et Technique Coef. 1 Page 1/6 Sous-épreuve E1C : Mathématiques Unité 13 EXAMEN : BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Session 009 Éreuve scientifique et Technique Coef. 1 Page 1/6 Ce sujet comorte 6 ages numérotées de 1 à 6. Assurez-vous que cet exemlaire est comlet. S il est incomlet,

Plus en détail

Cahier de Vacances: de la Tes à la ece1...

Cahier de Vacances: de la Tes à la ece1... Cahier de Vacances: de la Tes à la ece... Recommandations Vous venez de terminer votre terminale et d obtenir le Baccalauréat (bravo!) et vous avez choisi de oursuivre vos études ar la voie des classes

Plus en détail

La part des salaires dans la valeur ajoutée en France : une approche macroéconomique

La part des salaires dans la valeur ajoutée en France : une approche macroéconomique PARTAGE DU REVENU La art des salaires dans la valeur ajoutée en France : une aroche macroéconomique Céline Prigent * * Céline Prigent aartient à la division Croissance et olitiques macroéconomiques de

Plus en détail

Titre : Quels indicateurs optimaux pour cibler les pauvres? : une approche basée sur la

Titre : Quels indicateurs optimaux pour cibler les pauvres? : une approche basée sur la Titre : Quels indicateurs otimaux our cibler les auvres? : une aroche basée sur la minimisation des erreurs de ciblage au Burina Faso. Tambi Samuel KABORE UFR-SEG, CEDRES, 01 BP 6693 Ouaga 01 Université

Plus en détail

Loi binomiale-cours. La loi binomiale

Loi binomiale-cours. La loi binomiale 1 La loi binomiale Les robabilités en général - et la loi binomiale en articulier - doivent beaucou à la famille Bernoulli. Cette dynastie de scientifiques comte, entre autres, dans ses rangs, Jacob (165-175)

Plus en détail

CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS

CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CHAPITRE 2 MODÉLISATION DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS TRANSFORMÉE DE LAPLACE TRAVAIL DIRIGÉ Robot Ericc Le robot

Plus en détail

Session 2010 Examen : BEP Tertiaire 1 Spécialités du Secteur 6 : Métiers de la comptabilité. Durée : 1 heure Epreuve : Mathématiques Page : 1/5

Session 2010 Examen : BEP Tertiaire 1 Spécialités du Secteur 6 : Métiers de la comptabilité. Durée : 1 heure Epreuve : Mathématiques Page : 1/5 SUJET 2010 Examen : BEP Tertiaire 1 Sécialités du Secteur 6 : Métiers de la comtabilité Coeff : Selon sécialité Logistique et commercialisation Vente action marchande Durée : 1 heure Ereuve : Mathématiques

Plus en détail

Boucle à verrouillage de phase

Boucle à verrouillage de phase Chaitre 2 Boucle à verrouillage de hase Introduction La boucle à verrouillage de hase, que l on désignera ar la suite ar l acronyme anglais PLL (Phase Locked Loo), est un disositif largement utilisé dans

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 17 février 2015 Enoncés 1. On pose. Vérifier que T est une tribu sur Ω.

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 17 février 2015 Enoncés 1. On pose. Vérifier que T est une tribu sur Ω. [htt://m.cgeduuydelome.fr] édité le 17 février 2015 Enoncés 1 Probabilités Tribu Exercice 5 [ 04006 ] [correction] Soit Ω un ensemble infini et une famille de arties de Ω vérifiant n m A m = et = Ω Exercice

Plus en détail

CH1 : Introduction à l Analyse Des Données (ADD) B- Les données et leurs caractéristiques C- Grandeurs associées aux données

CH1 : Introduction à l Analyse Des Données (ADD) B- Les données et leurs caractéristiques C- Grandeurs associées aux données CH1 : Introduction à l Analyse Des Données (ADD) A- Introduction A- Introduction B- Les données et leurs caractéristiques C- Grandeurs associées aux données A-1 Les méthodes Lors de toute étude statistique,

Plus en détail

PROBABILITÉS. I Épreuve de Bernoulli - Loi binomiale. Exemple. Exercice 01 (voir réponses et correction) Exercice 02 (voir réponses et correction)

PROBABILITÉS. I Épreuve de Bernoulli - Loi binomiale. Exemple. Exercice 01 (voir réponses et correction) Exercice 02 (voir réponses et correction) PRBABILITÉ Loi binomiale - Échantillonnage I Éreuve de Bernoulli - Loi binomiale xemle n lance deux fois une ièce de monnaie arfaitement équilibrée. Les deux lancers sont indéendants (c'est-à-dire que

Plus en détail

Des familles de deux enfants

Des familles de deux enfants Des familles de deux enfants Claudine Schwartz, IREM de Grenoble Professeur, Université Joseh Fourier Les questions et sont osées dans le dernier numéro de «Pour la Science» (n 336, octobre 2005, article

Plus en détail

MODE D EMPLOI DE «L ESPACE ADHERENTS» p SITE INTERNET ARIA MIDI-PYRENEES

MODE D EMPLOI DE «L ESPACE ADHERENTS» p SITE INTERNET ARIA MIDI-PYRENEES MODE D EMPLOI DE «L ESPACE ADHERENTS» SITE INTERNET ARIA MIDI-PYRENEES Table des matières : 1- Mon Esace 2- Mon Comte 3- Mes Actualités 4- Ma Fiche Entrerise 4.1- Imorter votre logo 4.2- Imorter une image

Plus en détail

Plan du chapitre. La relation de préférence. Chapitre I : Le consommateur et la fonction de demande. L axiomatique des préférences (1/2)

Plan du chapitre. La relation de préférence. Chapitre I : Le consommateur et la fonction de demande. L axiomatique des préférences (1/2) Plan du chaitre Chaitre I : Le consommateur et la fonction de demande Microéconomie - ère année Gif Voie Cours de Sébastien Bréville Suort : S. Bréville D. Namur Les références, les courbes d indifférence,

Plus en détail

La probabilité conditionnelle de l évènement B sachant que l évènement A est réalisé se note p A (B) et on a :

La probabilité conditionnelle de l évènement B sachant que l évènement A est réalisé se note p A (B) et on a : Lycée JANON DE AILLY 21 janvier 2014 PROBABILITÉ DICRÈTE T le E I PROBABILITÉ CONDITIONNELLE La notion de robabilité conditionnelle intervient uand endant le déroulement d une exérience aléatoire, une

Plus en détail

A. Notion d intégrale double

A. Notion d intégrale double UT ORSAY Mesures Physiques ntégrales doubles Calcul d aires et de volumes Cours du ème semestre A Notion d intégrale double A- omaine quarrable On suose que le lan est muni d un reère orthonormé ( O; i;

Plus en détail

MICRO-ECONOMIE. Concepteur du cours: Ridha saâdallah. Université Virtuelle de Tunis

MICRO-ECONOMIE. Concepteur du cours: Ridha saâdallah. Université Virtuelle de Tunis MICR-ECNMIE Conceteur du cours: Ridha saâdallah Université Virtuelle de Tunis 006 Introduction Générale Dans l'attente d'une définition formelle et récise à laquelle nous aboutirons à la fin de cette artie

Plus en détail

Théorie des ensembles et combinatoire

Théorie des ensembles et combinatoire Théorie des ensembles et combinatoire Valentin Vinoles 24 janvier 2012 Table des matières 1 Introduction 2 2 Théorie des ensembles 3 2.1 Définition............................................ 3 2.2 Aartenance

Plus en détail

L2-S4 : 2014-2015. Support de cours. Statistique & Probabilités Chapitre 1 : Analyse combinatoire

L2-S4 : 2014-2015. Support de cours. Statistique & Probabilités Chapitre 1 : Analyse combinatoire L2-S4 : 2014-2015 Suort de cours Statistique & Probabilités Chaitre 1 : Analyse combinatoire R. Abdesselam UFR de Sciences Economiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2, Camus Berges du Rhône Rafik.abdesselam@univ-lyon2.fr

Plus en détail

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER 1. Euclide, relation de Bézout, gcd Exercice 1. [DKM94,.14] Montrer que 6 n 3 n our tout entier n ositif. Exercice 2. [DKM94,.15]

Plus en détail

LOGICIEL D AIDE A LA PLANIFICATION POUR L ELECTRIFICATION RURALE (LAPER)

LOGICIEL D AIDE A LA PLANIFICATION POUR L ELECTRIFICATION RURALE (LAPER) LOGICIEL D AIDE A LA PLANIFICATION POUR L ELECTRIFICATION RURALE (LAPER) FRANCE Valérie Lévy Franck Thomas - Rainer Fronius Marc Gratton Electricité de France Recherche et Déveloement Résumé Les bienfaits

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chaitre 5 : Les lentilles et les instruments d otique E. (a) On a n,33, n 2,0cm et R 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient,33 0 cm + q,33 20 cm q 8,58 cm Le chat voit le oisson à 8,58

Plus en détail

Introduction à la microéconomie

Introduction à la microéconomie Introduction à la microéconomie Une illustration de la théorie des avantages comaratifs de Ricardo: le commerce bilatéral entre les USA et le Mexique Mexique 100 millions d habitant PIB: ~10.000 USD/hab

Plus en détail

L information sera transmise selon des signaux de nature et de fréquences différentes (sons, ultrasons, électromagnétiques, électriques).

L information sera transmise selon des signaux de nature et de fréquences différentes (sons, ultrasons, électromagnétiques, électriques). CHAINE DE TRANSMISSION Nous avons une information que nous voulons transmettre (signal, images, sons ). Nous avons besoin d une chaîne de transmission comosée de trois éléments rinciaux : 1. L émetteur

Plus en détail

prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1

prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1 3- LE MONOOLE DISCRIMINANT Le monoole eut vendre ertaines unités de roduit à des rix différents. On arle de disrimination ar les rix. Selon une terminologie due à igou (The Eonomis of Welfare, 1920), on

Plus en détail

Cours d introduction à la micro-économie corrigé de l examen

Cours d introduction à la micro-économie corrigé de l examen Annexe A Cours d introduction à la micro-économie corrigé de l examen 1. Consommation avec des bons d'achat Cet exercice roose une version modifiée du modèle standard du consommateur en considérant des

Plus en détail

Exercices Chapitre 1 3-851-84 Microéconomie

Exercices Chapitre 1 3-851-84 Microéconomie Eercices Chaitre 3-85-84 Microéconomie QUESTION Soit trois consommateurs aant les fonctions d'utilité suivantes: 3 4 u (, )= 8 3 u (, )= (, ) = 3 /6 u3 Chacun d'eu disose d'un revenu R et fait face au

Plus en détail

STATISTIQUES = N. = n i N. On a : p f i Caractéristiques de position de tendance centrale

STATISTIQUES = N. = n i N. On a : p f i Caractéristiques de position de tendance centrale STATISTIQUES 1. Vocabulaire et notations Dans ce chaitre, on considère des séries à caractères quantitatifs discrètes (sous forme «onctuelle») ou continues (sous forme d intervalles) (avec, dans le cas

Plus en détail

Corporate Compliance Policy

Corporate Compliance Policy Cororate Comliance Policy Edition française AVANT-PROPOS Chers collaborateurs, Bayer est une entrerise oérant au lan mondial et, de ce fait, nos ac tivités sont soumises à un très grand nombre de normes

Plus en détail

dénombrement, loi binomiale

dénombrement, loi binomiale dénombrement, loi binomiale Table des matières I) Introduction au dénombrement 1 1. Problème ouvert....................................... 2 2. Jeux et dénombrements...................................

Plus en détail

1 Raisonnement. Vocabulaire ensembliste CHAPITRE

1 Raisonnement. Vocabulaire ensembliste CHAPITRE CHAPITRE 1 Raisonnement Vocabulaire ensembliste A. Éléments de logique.......................... 12 1. Construction de roositions....................... 12 2. Quantificateurs.............................

Plus en détail

Découvrez les bâtiments* modulaires démontables

Découvrez les bâtiments* modulaires démontables Découvrez les bâtiments* modulaires démontables w Industrie w Distribution * le terme «bâtiment» est utilisé our la bonne comréhension de l activité de Locabri. Il s agit de structures modulaires démontables

Plus en détail

PUBLICATIONS L OBSERVATOIRE D E L É C O N O M I E S O C I A L E E T S O L I D A I R E L Économie Sociale et Solidaire est multiforme,

PUBLICATIONS L OBSERVATOIRE D E L É C O N O M I E S O C I A L E E T S O L I D A I R E L Économie Sociale et Solidaire est multiforme, L Économie Sociale et Solidaire est multiforme, et rofondément ancrée dans son territoire. C est ourquoi le travail réalisé ar le laboratoire Carta, Unité mixte du CNRS et de l Université d Angers a retenu

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL. «Traitements de surfaces»

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL. «Traitements de surfaces» BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL «Traitements de surfaces» Éreuve E1B1-U1 SOUS-ÉPREUVE ÉCRITE Sujet Mathématiques et Sciences Physiques Durée : heures Coefficient : 1,5 Le sujet comorte 5 ages numérotées de

Plus en détail

Module : réponse d un système linéaire

Module : réponse d un système linéaire BSEL - Physique aliquée Module : réonse d un système linéaire Diaoramas () : diagrammes de Bode, réonse Résumé de cours - Caractérisation d un système hysique - Calcul de la réonse our une entrée donnée

Plus en détail

1-p. 1-p. 1-p. 1-p. On se propose d'utiliser ce canal pour transmettre le contenu d'une source binaire S.

1-p. 1-p. 1-p. 1-p. On se propose d'utiliser ce canal pour transmettre le contenu d'une source binaire S. EXERCICES EXERCICE On considère le canal à uatre entrées et cin sorties: A B C D - - - - A B E C D. Montrer ue ce canal est symétriue. 2. Calculer sa caacité. On se roose d'utiliser ce canal our transmettre

Plus en détail

Théorèmes d échange de limites

Théorèmes d échange de limites Théorèmes d échange de limites ) Convergence uniforme et limites Théorème de continuité our les suites de fonctions. Pour E et F deux esaces vectoriels normés, on considère une suite d alications f n :

Plus en détail

I/ LES CODEURS OPTIQUES

I/ LES CODEURS OPTIQUES Sciences Industrielles our l Ingénieur Centre d Intérêt 2 : ACQUERIR l'information Cométences : ANALYSER, CONCEVOIR CAPTEURS NUMERIQUES DE POSITION Les codeurs otiques Comment choisir le bon cateur our

Plus en détail

Mécanique des fluides compressibles

Mécanique des fluides compressibles écanique des fluides comressibles I Raels Nous restreindrons l étude au cas du fluide idéal, non visqueux, en écoulement ermanent unidimensionnel. Précisons : - Fluide idéal gaz arfait (vr) à constant

Plus en détail

1. Traduire les données de l'énoncé sur un arbre de probabilité.

1. Traduire les données de l'énoncé sur un arbre de probabilité. Pondichéry Avril 2008 - Exercice Une agence de voyages roose exclusivement trois destinations : la destination A, la destination G et la destination M. 50 % des clients choisissent la destination A. 0

Plus en détail

Analyse de comportements de la clientèle de particuliers et leur impact sur le risque actif-passif bancaire

Analyse de comportements de la clientèle de particuliers et leur impact sur le risque actif-passif bancaire International Journal of Innovation and Scientific Research ISSN 2351-8014 Vol. 23 No. 1 May 2016,. 64-77 2015 Innovative Sace of Scientific Research Journals htt://www.ijisr.issr-journals.org/ Analyse

Plus en détail

MICROÉCONOMIE B.A.A. Professeure : Marie Allard Automne 2003 EXAMEN FINAL

MICROÉCONOMIE B.A.A. Professeure : Marie Allard Automne 2003 EXAMEN FINAL -85-84 MICROÉCONOMIE B.A.A. Professeure : Marie Allard Automne 00 EXAMEN FINAL QUESTION ( oints) Les affirmations suivantes sont-elles VRAIES, FAUSSES ou INCERTAINES? Justifiez brièvement chacune de vos

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé ar le CRDP de Montellier our la Base Nationale des Sujets d Eamens de l enseignement rofessionnel Ce fichier numérique ne eut être reroduit, rerésenté, adaté ou traduit sans

Plus en détail

DATA MINING Arbres de décision

DATA MINING Arbres de décision DATA MINING Arbres de décision Juan Manuel Torres juan-manuel.torres@univ-avignon.fr www.lia.univ-avignon.fr/chercheurs/torres/cours/dm LIA / Université d'avignon Octobre 2006 Généralités Arbres de décision

Plus en détail

Module 6: Chaînes de Markov à temps discret

Module 6: Chaînes de Markov à temps discret Module 6: Chaînes de Markov à tems discret Patrick Thiran 1 Définition Un rocessus stochastique est dit markovien (d ordre 1) si l évolution future du rocessus ne déend que de sa valeur actuelle et non

Plus en détail

Licence Science de la Mer et de l Environnement. Physique Générale

Licence Science de la Mer et de l Environnement. Physique Générale icence Science de la Mer et de l Environnement Pysiue Générale Caitre 3 :entilles et Instruments d Otiue - es diérentes lentilles Nous traiterons ici de lentilles mines, c est à dire d éaisseur négligeable.

Plus en détail

Une introduction à la Microfinance

Une introduction à la Microfinance Une introduction à la Microfinance Présentation ENSAE Mathias ANDRÉ ENSAE Solidaire, pôle Microfinance 10 mars 2010 Mathias ANDRÉ (ENSAE Solidaire) Une introduction à la Microfinance 10 mars 2010 1 / 20

Plus en détail

UNE MODELISATION MATHEMATIQUE DU PROBLEME DE LA DECISION DE «FAIRE OU FAIRE-FAIRE»

UNE MODELISATION MATHEMATIQUE DU PROBLEME DE LA DECISION DE «FAIRE OU FAIRE-FAIRE» 3 e Conférence Francohone de Modélisation et SIMulation «Concetion, Analyse et Gestion des Systèmes Industriels» MOSIM 01 - du 25 au 27 avril 200 - Troyes (France) UNE MODELISATION MATHEMATIQUE DU PROBLEME

Plus en détail

Automatismes et SED. Simulation - Validation

Automatismes et SED. Simulation - Validation Automatismes et SED Simulation - Validation Validation Pourquoi? Validation, roriétés OK Cahier des charges Modélisation Modèle du système Nécessité de validation our : Détecter les erreurs éventuelles

Plus en détail

SORTIE NATIONALE LE 27 NOVEMBRE www.lesmaths-lefilm.com. #WTFmaths

SORTIE NATIONALE LE 27 NOVEMBRE www.lesmaths-lefilm.com. #WTFmaths SORTIE NATIONALE LE 27 NOVEMBRE www.lesmaths-lefilm.com #WTFmaths Les maths vous ont toujours barbé, vous avez toujours ensé qu être nul en maths était une fatalité, bref vous les avez toujours détestées!

Plus en détail

Chapitre 2: Algorithmes de tris par comparaisons

Chapitre 2: Algorithmes de tris par comparaisons MP{931, 93}, PC{933, 934} Chaitre : Algorithmes de tris ar comaraisons Introduction Dans ce chaitre, on étudie les algorithmes de tris ar comaraisons. Un algorithme de tri est un algorithme qui ermet d

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne) ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES

Université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne) ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES Université Paris (Panthéon-Sorbonne) MASTER D ECONOMIE ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES * * * * * * * Travaux dirigés : Exercices Cours : Pierre Ko TD : Miléna Sach Année 05-06 ÉVALUATION DES POLITIQUES

Plus en détail

Les objectifs des étapes Situations proposées Num? Page

Les objectifs des étapes Situations proposées Num? Page Par étae et ar objectifs ou thèmes : LIST DS SITUATIONS v 4.0 Nécessité de raeler l utilisation cohérente des situations d ael avec les situations d arentissage Les objectifs des étaes Situations roosées

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Session B2: Assurance

Session B2: Assurance 33 èmes Journées des Économistes de la Santé Français 1 er et 2 décembre 2011 Session B2: Assurance Auteurs: Sophie Guthmuller et Jérôme Wittwer, Université Paris-Dauphine Référé: Aurore Pélissier, CERDI,

Plus en détail

Portrait des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) en Mauricie et Centre-du-Québec. Années 1990-2011 avec projection 2012

Portrait des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) en Mauricie et Centre-du-Québec. Années 1990-2011 avec projection 2012 Portrait des infections transmissibles sexuellement et ar le sang (ITSS) en Mauricie et Centre-du-Québec Octobre 2012 Préaré ar : Nicholas Brousseau, médecin-conseil, Équie maladies infectieuses, Direction

Plus en détail

Laser hélium néon. Source spectrale lumière blanche

Laser hélium néon. Source spectrale lumière blanche ITERFÉRECE LUMIEUE ETRE ODE MUTUELLEMET COHÉRETE ITRODUCTIO AUX ITERFÉRECE LUMIEUE ETRE ODE MUTUELLEMET COHÉRETE I Raels sur le modèle ondulatoire de la lumière ) Les idées de base du modèle ondulatoire

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Gregory Mankiw, David Romer, David Weil Quarterly Journal of Economics, Mai 1992 Résumé Cet article cherche à savoir si le modèle de

Plus en détail

Etude des capteurs magnétiques

Etude des capteurs magnétiques Etude des cateurs magnétiques A. Effet all...3 1. Effet all dans un échantillon long...3. Constructions des cateurs à effet all...5 3. Imerfections des cateurs à effet all...6 3.1 Limitation en fréquence...7

Plus en détail

Une certaine idée du métier d assureur

Une certaine idée du métier d assureur Une certaine idée du métier d assureur Gérer les risques des clients du Groue En comlément d une gestion active des risques (évoquée dans le chaitre la gestion des risques ), la révention, l innovation

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Métropole La Réunion - Mayotte SESSION 2008

Métropole La Réunion - Mayotte SESSION 2008 Ereuve : Mathématiques Sciences Physiques Durée : 2 heures age 1/9 BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES SECTEUR 4 : Mathématiques - Sciences hysiques Sont concernées les sécialités suivantes : Bioservice Dominante

Plus en détail

Chapitre 2 Les fonctions de demande Licence 1 Droit Economie

Chapitre 2 Les fonctions de demande Licence 1 Droit Economie Chaitre 2 Les fonctions de demande Licence 1 Droit Economie Saïd SOUAM Professeur Université de Paris Ouest Nanterre La Défense March 19, 2013 1 Les fonctions de demande et leurs roriétés On a vu que le

Plus en détail

OFFICE REGIONAL CULTUREL DE CHAMPAGNE-ARDENNE. les guides de l'orcca / 2007 Concevoir, organiser et animer une programmation d'expositions

OFFICE REGIONAL CULTUREL DE CHAMPAGNE-ARDENNE. les guides de l'orcca / 2007 Concevoir, organiser et animer une programmation d'expositions OFFICE REGIONAL CULTUREL DE CHAMPAGNE-ARDENNE les guides de l'orcca / 2007 Concevoir, organiser et animer une rogrammation d'exositions Lancée en 2006, la collection des guides ratiques de l Orcca entend

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. Analyse multivariée ou multifactorielle. Rappel facteurs de confusion Exemple

Objectifs pédagogiques. Analyse multivariée ou multifactorielle. Rappel facteurs de confusion Exemple Objectifs édagogiques Analyse multivariée ou multifactorielle Exliquer le rincie des modèles multivariés Exliquer le rincie de la régression logistique Exliquer le rincie de la régression linéaire multile

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 Tous les documents et les calculatrices sont interdits. PARTIE 1 : QUESTIONS DE COURS Précisez la ou les

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé ar le CRDP de Montellier our la Base Nationale des Sujets d Eamens de l enseignement rofessionnel Ce fichier numérique ne eut être reroduit, rerésenté, adaté ou traduit sans

Plus en détail

Accès optiques : la nouvelle montée en débit

Accès optiques : la nouvelle montée en débit Internet FTR&D Dossier du mois d'octobre 2005 Accès otiques : la nouvelle montée en débit Dans le domaine du haut débit, les accès en France sont our le moment très majoritairement basés sur les technologies

Plus en détail

Les fonds de pension protègent-ils les investisseurs des évolutions du marché? Fabrice HERVÉ *

Les fonds de pension protègent-ils les investisseurs des évolutions du marché? Fabrice HERVÉ * Les fonds de ension rotègent-ils les investisseurs des évolutions du marché? Fabrice HERVÉ * Cahier du FARGO n 1060101 LEG FARGO (Centre de recherche en Finance, Architecture et Gouvernance des Organisations)

Plus en détail

DIVERSIFICATION DES ACTIVITES ET PRIVATISATION DES ENTREPRISES DE CHEMIN DE FER : ENSEIGNEMENTS DES EXEMPLES JAPONAIS

DIVERSIFICATION DES ACTIVITES ET PRIVATISATION DES ENTREPRISES DE CHEMIN DE FER : ENSEIGNEMENTS DES EXEMPLES JAPONAIS Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Laboratoire Paris-Jourdan Sciences Economiques DIVERSIFICATION DES ACTIVITES ET PRIVATISATION DES ENTREPRISES DE CHEMIN DE FER : ENSEIGNEMENTS DES EXEMPLES JAPONAIS

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Taux d utilisation des capacités de production : une mesure de la performance globale d'une économie en développement

Taux d utilisation des capacités de production : une mesure de la performance globale d'une économie en développement Taux d utilisation des caacités de roduction : une mesure de la erformance globale d'une économie en déveloement Helali A * (Version rovisoire) Résumé n courte ériode, les décisions de roduction s avèrent,

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

Chapitre II La théorie de la production et des coûts

Chapitre II La théorie de la production et des coûts Chaitre II La théorie de la roduction et des coûts . Asects techniques. Concets de base Notation Soit y = (y,..., y l ) un vecteur de roduction nette où y h = b h -a h b h, a h 0 y h < 0 : inut si : b

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points)

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points) Université Paris Ouest-Nanterre La Défense Master Economie U.F.R. SEGMI Premier Semestre 2009-2010 Macroéconomie Ouverte Chargé de T.D. : Romain Restout Cours de Olivier Musy Contrôle Continu (14/12/2009)

Plus en détail

Synthèse de cours PanaMaths (CPGE) Arcs paramétrés

Synthèse de cours PanaMaths (CPGE) Arcs paramétrés Synthèse de cors PanaMaths (CPG Arcs aramétrés Préamble Certains aters réfèrent à «arc aramétré» la dénomination de «corbe aramétrée» ans ce docment, nos tiliserons la remière dénomination éfinitions Arc

Plus en détail

Obligation : transfert dans le temps

Obligation : transfert dans le temps Obligation : transfert dans le temps Dans ce premier chapitre nous introduirons les principales notions concernant les obligations. Les principes élémentaires de la notion d arbitrage y sont décrits. Une

Plus en détail

MODÉLISATION DES STRATÉGIES DES ACTEURS DU MARCHÉ DE L ASSURANCE DIRECTE

MODÉLISATION DES STRATÉGIES DES ACTEURS DU MARCHÉ DE L ASSURANCE DIRECTE MODÉLISATION DES STRATÉGIES DES ACTEURS DU MARCHÉ DE L ASSURANCE DIRECTE Thèse CIFRE en collaboration avec DIRECT ASSURANCE Claire Mouminoux Directeur de thèse: Stéphane Loisel Co-directeur: Christophe

Plus en détail

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement.

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement. Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement Xavier Reille Responsable département "Accès aux Services Financiers" de

Plus en détail

ANALYSE DE DONNEES DE PRECIPITATIONS PAR APPROCHE MARKOVIENNE

ANALYSE DE DONNEES DE PRECIPITATIONS PAR APPROCHE MARKOVIENNE Larhyss Journal, ISSN 1112-3680, n 06, Décembre 2007,. 7-20 2007 Tous droits réservés ANALYSE DE DONNEES DE PRECIPITATIONS PAR APPROCHE MARKOVIENNE LAZRI M. 1, AMEUR S. 1, HADDAD B. 2 1 laboratoire d analyse

Plus en détail

Chapitre 6. Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 6. Les lentilles et les instruments d optique Objecti intermédiaire 3.2 Caitre 6 Les lentilles les instruments d otiue Décrire les caractéristiues d'une image ormée ar des systèmes otiues dont notamment la loue, le microscoe, le télescoe l'œil. Lentille

Plus en détail

Comment Randomiser (II)

Comment Randomiser (II) Comment Randomiser (II) William Parienté J-PAL povertyactionlab.org Plan du cours Méthodes de randomisation (récapitulatif) Unités de randomisation et d observation Stratification Comment randomiser en

Plus en détail

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation THEME 7 Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation Concepts et définitions essentiels Risque et incertitude Théorie de l utilité espérée Aversion au risque Loterie

Plus en détail

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux petites associations

Plus en détail

Corrigé du TD n 1 L'origine de la microéconomie

Corrigé du TD n 1 L'origine de la microéconomie Corrigé du TD n L'origine de la microéconomie Question : Qui était Robert Anne Turgot? Robert Anne Jacques Turgot est né le 0 mai 77 à Paris où il mourra le 0 mars 78. Turgot est d'abord connu comme un

Plus en détail

Le premier principe de la thermodynamique

Le premier principe de la thermodynamique Chaitre 3 Le remier rincie de la thermodynamique Sommaire 3.1 Le 1 er rincie our les systèmes fermés.................. 56 3. Caacités thermiques - Enthalie....................... 59 3.3 Etude des rinciales

Plus en détail

L équation. y = y x. Pierre Abbrugiati

L équation. y = y x. Pierre Abbrugiati { x L équation y = y x x < y Pierre Arugiati I Tale des matières 1 Introduction 1 1.1 Lemmes préliminaires........................ 1 2 Résolution dans N 2 3 3 Résolution dans Z 2 5 4 Résolutions dans Q

Plus en détail

AUCUN DOCUMENT N EST AUTORISE

AUCUN DOCUMENT N EST AUTORISE Ereuve Sécifique de Sciences Industrielles (Filière PCSI - Otion PSI) Mardi 9 mai 2009 de 8H00 à 2H00 Instructions générales : ENONCE DU SUJET Vous devez vérifier que les documents remis comrennent : Un

Plus en détail

Atradius Buyer Ratings

Atradius Buyer Ratings Atradius Buyer Ratings Le pouvoir de prévoir FAQ A. Questions générales 1. Que signifie le Buyer Rating? Le Buyer Rating d Atradius est un score statistique sur une échelle de 1 à 100 qui a été développé

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail