DC (APU) => B&S consommés et payés par les APU => CE! => B&S consommés non payés par les ménages => CE! DC Ménages => B&S consommés payés => CE!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DC (APU) => B&S consommés et payés par les APU => CE! => B&S consommés non payés par les ménages => CE! DC Ménages => B&S consommés payés => CE!"

Transcription

1 SI = SECTEUR INSTITUTIONNEL Exemple : Classer Crédit Agricol => SF Peugeot => SNF Resto du coeur => institutions sans but lucratifs Artisan boulanger : EI Mutuelle des artisans => SF creche municipale => APU ecole => APU ; Si école privée => SNF agriculteur => Ménage - APU => +50% ressources => PO - SNF => +50% Ressources => Vente de production - Lorsqu'une entreprise privée est subventionnée de plus de 50% par l'état, on la classe dans SNF car cest une entreprise privée, on ne peut pas la compter comme une administration. Les emplois sont calculés, comme le PIB, au prix du marché. Les ressources sont calculées au prix de base. On doit donc ajouter à la production aux prix de base l'impôt sur le produit (TVA,TIPP), on enlève les subventions sur produit et on aura le prix du marché. Ex : Stylo au prix de marché à 1e, TVA (10%) = 0,10 donc prix de base = 0,9. Si SP= 20%, prix de base = 1-0,1+0,2= 1,10 Remarques : - L'équilibre Emploi-Ressource est un équilibre comptable, pas macro, ne veut pas dire que l'offre = Demande (car il reste des VS). Ces stockss peuvent venir d'une mauvaise anticipation ou anticipation d'une forte demande pour l'année suivante donc on produit plus à l'année N pour la vendre en N+1. - Il faut faire la distinction entre dépenses de consommation finale et la consommation effective finale. Les DC sont l'ensemble des B&S payés par les ménages. Tout ce qui est consommé est compté comme consommation effective des ménages. La CE > DC. CE contient la consommation des DC et les autres consommations (Services des APU) DC (APU) => B&S consommés et payés par les APU => CE => B&S consommés non payés par les ménages => CE DC Ménages => B&S consommés payés => CE b) Opérations de répartition Les opérations de formation, circulation et de redistribution des revenus des différents agents économiques. Elles ne modifient pas le revenu national. - C'est la formation du revenu des différents agents, pas du revenu national. Certains des transferts sont des contre-partis (salaires-facteurs travai) d'autre sans contrepartis (RMI). 1 - La répartition primaire ou distribution des revenus Il s'agit du revenu qui vient d'être dégagé par la production.

2 - La rémunération des salariés : Comprends les salaires, les primes, les avantages en nature reçu par les travailleurs et les cotisations qui sont payées par les employeurs. (Ex : salaire net du travailleur de 2000e + l'employeur donne 1000e de cotisations à la sécurité sociale. Ces cotisations sont comptabilisées dans la rémunération des salariés) - Les revenus de la propriété : Comporte l'ensemble des revenus qui sont tirés de la possession d'un actif qui peut être corporel (terrains, immeubles), incorporels (brevets, license), et financiers (actions, obligations). - Les impôts sur la production et les importations : Ils excluent les impôts sur le revenu ou la fortune - Les subventions : Ce sont les aides versées par les administrations publiques ou les institutions de l'ue à l'occasion des opérations liés à la production - L'impôt sur le revenu et le patrimoine : Impôt sur le revenu, sur le bénéfice, sur la fortune. - Transfert de capital : Opérations de répartition de l'épargne et non du revenu. c) Les Opérations Financières Toutes les opérations non financières et sur produit vont engendrer des transferts de moyen de paiement entre les agents. La fonction principales des OF est de permettre aux un d'employer leurs capacités de financement et aux autres de combler leurs besoins de financement. Ces OF donnent lieu à des créances et des dettes (toute créance pour quelqu'un donne lieu à une dette pour quelqu'un d'autre.) Un agent qui a des capacités de financement à 4 options pour employer ses capacités de financement : - Détenir cette capacité de financement sous forme monétaire ou quasi-monétaire en la déposant sur un compte bancaire ou un compte épargne. (+ intérêts) - Acquérir un titre sur le marché financier (action, obligation, part d'un fond de placement). - Prêter directement à un autre agent - Rembourser ses dettes Pour un agent à besoin de financement, il a 4 options pour combler ces besoins de financement : - Il peut emettre des titres sur le marché financier - Directement emprunter de l'argent à un autre agent - Il peut puiser dans ses avoirs - Recouvrer une créance ancienne (recouvrement de dette) II - Les Comptes TES : Tableau Entrés-sorties. Il permet d'enregistrer l'ensemble des opérations sur produits détaillées par branches d'activité et il permet aussi d'enregistrer les relations entre branches. Il se place en économie ouverte, donc on tient compte des opérations de commerce extérieure. Le TES, comprends 38 branches et dans chaque branche, on a l'ensemble des unités de productions qui produisent un même bien. On va considérer 4 branches dans le cours : La branche Agriculture, Industrie, Construction et Service.

3 CF Tableaux P17 de TES Total Ressources en produit = Total échanges interbranches + Total emplois finals Le tableau entrée-sortie est un tableau de représentation emploi-ressource, permet d'enregistrer toutes les - Tableau des ressources en produit : Il contient la production de chacune des branches, et les éléments qui permettent de passer du prix de base au prix de marché. (P + IP - SP) - Le compte de production des branches : Contient les consommations intermédiaires, la production qui permet de calculer la valeur ajoutée sur le prix de base. (ex : Industrie et Services sont très inter-dépendents) - Echanges interbranches : Lorsqu'on a 2 branches qui sont fort dépendantes, si il y a une baisse de la demande dans une branche, on aura un impact sur l'activité de l'autre branche. Le tableau des échanges interbranches permet de simuler un choc ou d'un changement prévisible dans un secteur donné sur l'ensemble de l'économie.

4 En 1;1 : Consommation intra-branche : Consommation intermédiaire par une unité d'une branche donnée de produits issus d'une autre unité de la même branche. - Compte de production des branches : Consommation intermédiaire + Valeur ajoutée au prix de base = Production des branches Tableau des échanges interbranches : Ce tableau permet de calculer des coefficients techniques : Pour calculer l'interdépendance on calcule les coefficients techniques. On va transformer le tableau des échanges interbranches en une matrice de coefficients techniques Cij : exemple de C23 : Consommation intermédiaire de produits issus de la branche 2 par la branche 3(=29) Coefficient Techniques : C23 = CI de produits issus de la branche 2 par la Branche 3 / production de la branche 3. Le coefficient technique = 29/111 = 0,26. b) Séquence des comptes PERRUC Les opérations entre agents économiques sont retracées dans un ensemble de compte qui sont au nombre de 7+1, on les classe en 3 séries. - 1è Série : Les comptes courants : Il s'agit des 5 premiers comptes. Ils décrivent la formation et la redistribution du revenu entre les agents au cours d'une année donnée. Ils sont établis en emplois et ressources. - 2è Série : Compte d'accumulation (compte 6 et 7) : Ils décrivent la variation de la richesse accumulée par les agents au cours d'une année donnée. Ils sont établis en variation d'actif et de passif. Ils décrivent l'ensemble des opérations ayant un effet sur le niveau et sur la structure du patrimoine des différents unités institutionnels (SI) - 3è Série : Le compte de patrimoine (Compte 7) décrit la composition de l'ensemble de avoirs et des dettes des différents agents au 31 décembre. C'est en quelque sorte le bilan actif-passif de chaque SI. 1) Le compte de production (P) : (Compte 1) Il décrit la création de valeur ajoutée par un SI. On enregistre la production en ressource, et après déduction de la Consommation Intermédiaire en emploi, on obtient le salve qui s'appelle la Valeur Ajoutée Brut. Emplois CF TABLEAU P18 CI VAB Production Ressources 2) Le compte d'exploitation (E)

5 On a la valeur ajoutée brut qu'on met en ressource et on cherche à savoir comment elle sera répartie entre le facteur travail (rémunération salariée) et l'etat. On ajoute en Emploi les rémunérations salariées, les autres impôts (Production + SP) L'EBE (solde du compte d'exploitation) sert à calculer le taux de marge, c'est un taux de profit, c'est un indicateur de rentabilité. ( = EBE/VA) 3) Le compte d'affectation des revenus primaires (R) Les revenus de la propriété versés sont en emploi. La rémunération des salariés se place en ressource (ménages) ainsi que les EBE De la même façon les impôts et subventions deviennent une ressource pour les APU. Les revenus de la propriété reçus vont dans less ressources. 4) Compte de distribution secondaire des revenus (R) On ajoute les prestations sociales (APU), les impôts courants, et les autres transferts dans les emplois Les cotisations sociales sont ajoutées dans les emplois et les ressources On met dans les ressources le solde brut des revenus primaires, les prestations sociales (ménages), et les impôts courants (APU) Le solde est le Revenu Disponible Brut (RDB) 5) Compte d'utilisation du revenu On met la dépense de consommation finale (DC) en emploi et le RDB en ressource. Ce qui reste disponible est l'épargne brute (EB). Les SNF n'ont pas de DC, le RDB = EB. 6) Compte de Capital On change, et on classe en fonction des variations d'actifs et variations de passif. Actif : FBCF; Acquisition d'actifs non financiers non produit (ANFNP); Variation de Stock Passif : EB; Transferts en capital reçus-versés 7) Compte financier Il décrit par types d'instruments financier, les variations d'actif ou de passif financiers qui composent la capacité ou le besoin de financement. Il montre par quels moyens certains agents économiques vont satisfaire leurs besoins de financements (emprunt, émission d'actions ou obligations) et comment certains autres placent leurs financements ou capacité de financement (souscription de titres, ou en accordant des prêts). C'est à travers ce compte que sont retracés les différentes opérations financières. Remarques : On met la VAB car on a pas tenu compte de l'amortissement (Consommation en Capital Fixe ou CCF)

6 VAB-CCF=Valeur Ajoutée Nette. Le compte PERRUC se fait en brut et pas en net La rémunération salariée pour un ménage est en ressource, sauf si elle emploi quelqu'un, elle sera dans les deux. Pour un APU, c'est en emploi. S'il s'agissait des comptes des ménages, Le poste de production : - production marchande : c'est la production des B&S des EI; et la production de services de logements (loyers réels) - la production non-marchande : production agricole auto-consommée évaluée au prix du marché; Services domestiques; Services de Logements (loyers imputés, on le compte pour pas que le PIB chute) Définition de Production non marchande : - PEFP (production d'emploi final propre) - Autres Production non-marchande : Services non-marchands produit par les APU Pour les ménages, les biens immobiliers font parti de la FBCF. Modification du compte PERRUC Pour les ménages par rapport aux SNF : - La rémunération des salariés apparait dans le compte 3 en ressources - La dépense de consommation apparaît dans le compte 5 TEE : Tableau Economique d'ensemble Pour décrire l'équilibre global de l'économie nationale, il faut tenir compte simultanément des opérations de tous les agents économiques. Le TEE est une juxtaposition des comptes des différents agents. On a deux dans grandes colonnes Emplois et Ressources subdivisées en plusieurs colonnes qui correspondent aux différents SI. En ligne, on a toutes les opérations dans l'ordre de succession de la séquence des comptes PERRUC, c'est la lecture en ligne qui permet de voir la contribution de chaque SI aux différentes opérations. Permet de savoir comment est distribué le revenu, comment il est affecté à la consommation et à l'épargne Il permet : Quels sont les agents à besoin et à capacité de financement Comment les agents utilisent leurs capacités de financement et comment d'autres comblent leurs besoins de financement En resumé il permet d'étudier le rôle de chaque agent dans le fonctionnement de l'économie nationale. III - Outil d'analyse, agrégat, grandeur et ratio A - Les outils d'analyses de la croissance 1 - La Valeur Ajoutée La prodution marchande et non marchande est la ressource de base de l'économie. Pour réaliser cette production, il faut utiliser en emplois une serie de biens, c'est ce qu'on appelle la consommaton intermédiaire (CI).

7 La production - CI est appelé Valeur Ajoutée Brute (VAB) et représente la valeur nouvelle crée par chaque branche au cours du processus de production 2 - Les différentes approches du PIB La valeur ajoutée totale de l'économie permet de mesurer a production agrégée de tous les secteurs et branches : C'est ce qu'on appelle le PIB. 3 moyens de calculer le PIB : - Approche sous l'angle de la production : On part de l'équilibre emploi-ressource (P+IM+IP-SP=CI+VS+FBCF+DC+EXP). Le PIB ne prend pas en compte l'extérieur, donc <=> P+(IP-SP) = FBCF + DC + CI + VS + (EX - IM) <=> (P - CI) + (IP - SP) = FBCF + DC + VS + (EX - IM) <=> VA + (IP - SP) = FBCF + DC + VS + (EX - IM) VA + (IP - SP) => Permet de calculer le PIB au prix du marché - Sous l'angle des emplois finals : FBCF + DC + VS + (EX - IM) => PIB au prix du marché également. FBCF + DC + VS => Emplois finals intérieurs EX - IM => Solde du Commerce Extérieur - Sous l'angle des revenus : On l'obtient à partir de l'analyse des comptes d'exploitations. PIB = RS + EBE + (IPprod - SPprod) L'approche sous l'angle des emplois final permet de savoir quelle est la part du PIB qui est liée au commerce extérieure, à la consommation ou à l'investissement. Si une forte part du PIB est liée au commerce extérieure, il faudra eviter les politiques de relance Keynesienne. B - Autres outils d'analyse 1 - Pour l'analyse des Sociétés Non Financières 2 ratios permettent de calculer le partage primaire de la valeur ajoutée : - EBE / VA => Taux de marge. Ce qu'il reste aux entreprises après le coup de production, c'est un indicateur de profit brut avant impôts sur les bénéfice. - RS / VA => Part qui reviens au travailleurs Ils permettent de voir comment la valeur ajoutée est partagée entre profit et rémunération des salariés. Taux d'epargne : EB / VAB = Propension à Epargne L'importance de ce ratio dépend beaucoup des charges fiscales, le taux d'épargne sera plus faible si les charges fiscales et les taux d'intérêts sont élevés. L'épargne des ménages peut etre financière (placements en actifs financiers) ou nonfinancière (biens immobiliers). Taux d'investissement : FBCF / VAB Taux d'auto-financement : EB / FBCF

8 Pour les APU : Taux de prélèvement obligatoire = P.O / PIB Plus le ratio est fort, et plus les impôts sont importants. Ratio de déficit publique = Déficit Publique / PIB. S'il est supérieur à 3%, sanctions Ratio de dette publique = Dette publique / PIB Sanction s'il est supérieur à 60% Déficit Publique si : Recettes(APU) - Dépenses(APU) < 0 3 types d'apu : Etat central, sécurité sociale, collectivités locales. C - Valeur, Volume, Indice Différence entre valeur et volume.pour calculer le PIB : - Valeur = Quantité x Prix courant Prix change d'une année à l'autre, il faut pouvoir enlever l'effet d'augmentation des prix. - Volume = Q x Prix constant On prend une année de référence, et on prend les prix pendant cette année de référence, et on multiplie par les prix de l'année en cours. Ex : Année de référence : 2012 PIB de 2012 Pib 2012 en volume = Q2012 x P2011 Pour isoler les seuls effets de variation de quantité, on effectue un calcul à prix constant en volume. On a 3 types d'indices : On cherche a calculer l'indice entre l'année 0 (de référence) et l'année t (année en cours) - Indices de Valeur = (Pt x Qt) / (P0 x Q0) Prix courant et quantité courants - Indices de Volume = (P0 x Qt) / (P0 x Q0) Prix constants et quantité courante - Indices de Prix = (Pt x Q0) / (P0 x Q0) Prix courants et quantité constante IPC (Indice des Prix à la Consommation ) : On prend un panier de B&S d'un consommateur urbain et on regarde ce qu'il y a dans ce panier de B&S. Ex : On regarde la différence de prix entre le même panier de B&S d'une année à l'autre, ce qui permet de calculer le taux d'inflation ou l'évolution des prix Critique de l'indice des prix : - Un panier de B&S peut changer très rapidement, le comportement de consommation d'une personne peut changer, donc il faudrait mettre à jour le panier regulièrement pour prendre en compte les changements de consommation. Certains biens ne peuvent plus être vendu d'une année à l'autre, ou il peut y avoir une consommation massive (smartphones)

9 La production se calcule normalement sur le prix du marché, mais pour les APU, ce n'est pas possible, on doit donc considérer le coût de revient : CI + RS + IP - SP + CCF TEE de ménages Emplois Ressources 1) CI (EI) VAB 2) RS Autre IP - SP (EI) EBE 3) Intérêts versés SBRP 4) Impôts courants Cotisations sociales Autres transferts courants RDB 5) DC finale EB Variation d'actifs 1) Production (EI (services logements ménages), et PEFP (hors EI)) 2) VAB 3) EBE Intérêt et dividendes reçus RS 4) SBRP Prestations sociales (chômeur, etc...) Autres transferts 5) RDB Variation de Passif Chapitre II - Monnaie, Financement et Politique Monétaire I - Monnaie, Masse Monétaire, Création Monétaire et Devise A - Monnaie, définitions et concepts 1 - Définition de la Monnaie La monnaie est un actif liquide qui sert à l'évaluation et au règlement des échanges dans une économie. 3 éléments sont nécessaires pour l'existence d'une monnaie : - Le support : C'est un bien matériel divisible doté d'une valeur intrasèque (pièce d'or) ou un bien matériel ne possédant pas de valeur intrasèque (billet) - Le signe numérique : Le chiffre ou nombre qui indique la quantité que la monnaie peut acquérir. - L'unité de compte : C'est le nom de la monnaie (Euro, Dollar) 6) FBCF VS (EI) ac-ces ANFNP EB Transferts en capitals Reçus-Versés

10 2 - Les fonctions de la monnaie - Intermédiaire aux Echanges - Unité de Compte - Réserve de valeur a) Intermédiaire aux Echanges Possibilité d'échange : - Le troc : Echanger 2 biens que les partis considèrent de même valeur. On est dans une économie de troc. Le problème : - Il faut pouvoir se rendre sur le lieu - Il faut avoir un bien à échanger - Il faut que ça soit à un moment particulier - Double coincidence des besoins rare - Introduire la Monnaie : On a une marchandise qu'on échange contre de l'argent, qui sert à acheter une autre marchandise. On est dans une économie monétaire. Règle de problème de simultanéité car on peut acheter un autre jour, et règle le problème de double coincidence des besoins. Il faut que la monnaie soit reconnue comme telle par tous les individus de la société. La monnaie remplit ses 3 fonctions simultanément. b) Fonction d'unité de compte La monnaie permet de mesurer la valeur des biens, c'est un étalon des valeurs. c) La fonction de reserve de valeur Elle permet de différer dans le temps le pouvoir d'achat qu'elle représente. 3 - Le formes de monnaies Elles ont evolués dans l'espace et dans le temps au gré des besoins. a) La monnaie marchandise Premiere forme de monnaie qu'on avait, premier type de système monétaire. Il repose sur cette monnaie marchandise. Il s'agit éventuellement d'or et d'argent. (A partir de la découverte de l'amérique). b) la monnaie fiduciaire ce sont les billets et les pièces de monnaie. On fait confiance à un bout de papier garanti par la banque centrale que ce papier permet l'acquisition de B&S. Les pièces d'or détenu par les marchands en quantité de plus en plus importante etaient deposés dans des coffres forts de banque afin d'éviter les vols et les déposants recevaient en échange un certificat de dépôt qui commencait à jouer le rôle petit à petit de billet de

11 banque. Progressivement, les billets émis par la banque sont devenus anonymes au porteur. La banque se doit de donner l'équivalent en or à toute personne qui les détient. La condition nécessaire pour que ce système fonctionne est qu'il faut que ces billets soient bien déténu comme intermédiaire des échanges et que tous les agents aient confiance en ces billets. Les banques ont commencé à prêter l'or qui etait chez eux, ce qui coincide avec les débuts de la révolution industrielle où on a un besoin de la part des entrepreneurs de financer leurs projets. Banque Deuxième compte Crédit Billets émis Monnaie en circulation = 200 La banque essaie d'utiliser l'agent déposé pour octroyer un crédit En tout on de la monnaie en circulation à hauteur de 200 (Il peut réclamer à tout moment). Le risque est que tous les déposants viennent récuperer en meme temps, la banque ne pourra pas rembourser. c) La monnaie scripturale Tout ce qui est dépôts à vue dans les banques (DAV), lorsqu'une personne ouvre un compte en banque. Sur ce compte on écrit l'ensemble des opérations faites par les client (d'où scripturale) : retraits, paiements et virements entre comptes. Les paiements et virements peuvent se faire sans circulation physique de la monnaie, donc les banques ne sont pas obligés de faire passer de l'argent physique. La monnaie fiduciaire (billets et pièces) + la monnaie scripturale (DAV) = Monnaie au sens strict (liquidité absolue). Actif Passif Or Billets émis Actif Actif Passif Passif Crédit 100 Dépot 100 B - La masse monétaire et sa mesure La masse monétaire est constitué de l'ensemble des actifs liquides.

12 Liquidité : - quand on peut utiliser directement l'actif comme moyen de paiement pour l'achat de B&S - Cette utilisation se fait sans perte de valeur On a un degré de liquidité en fonction des actifs financiers. On compte dans ces actifs que les actifs liquides détenus par les agents non financiers. 1) Distinction entre actif liquide et non-liquide a) Les actifs liquides Ils sont composés de la monnaie au sens strict qu'on appelle liquidité absolue Autres actifs liquides, ce sont les dépôts à terme de 2 ans ou moins et les dépôs avec préavis de 3 mois ou moins (il faut prévenir la banque du retrait) Dans les autres actifs liquides, on a les actifs liquides négociables et non-négociables. Négociables : Placements à court terme en titres négociables sur le marché. Ils ont des rendements supérieurs. Ces types de titres ont un risque plus faible. On peut les convertir en moyen de paiement après négociation sur le marché. (Ex : Titres de créance négociable, titre d'opcvm monétaire Non-négociables : Placements à vue et à court terme auprès d'intermédiaires financiers sous forme de dépôts ou de comptes rémunérés, les taux d'intérêts sont fixés. Leurs rémunération est à taux d'intérêt réglementé. b) les actifs non-liquides 2) Les agrégats monétaires Pas de disponibilité rapide et risque de perte de valeur. (ex : les actions). On a les dépôts de long-terme (plans d'épargne retraite) et les actions et obligations (Titres d'opcvm nonmonétaires).

13 C'est une unité de mesure pour la masse monétaire. Ils sont importants car c'est sur ça que les banques centrales se basent. On a 3 agrégats : M1, M2 et M3 a) les agrégats de la zone Euro M1 = Monnaie au sens strict : pièces, biens en circulations (billets) et DAV. M2 = Agrégat intermédiaire. Il comprends M1 + les titres à court terme négociables (élis par les institutions financières) M3 = Agrégat le plus large qui comprends M2 (donc M1 également) + les titres négociables b) L'utilisation des agrégats Sert de base à adopter une politique monétaire, la banque centrale s'en sert pour calculer la masse monétaire en circulation. Peut être utilisé pour calculer la vitesse de circulation de la monnaie (MV=PT). C - La création monétaire 1) Les principes a) la création monétaire Par convention la création monétaire suppose une opérationn ente un agent non financier et une banque (pas de banques entre elles) et c'est la transformation d'une créance nonmonétaire en moyent de paiement. (ex : attribution d'un crédit par une banque à un agent non financier) Si une banque achète un titre détenu par un agent non financier, c'est une création monétire car la banque met en circulation des billets à l'entreprise, en échange elle a un titre qu'elle pourra vendre mai en attendant c'est de la création monétaire (augmentation de la masse monétaire) 3 opération : lorsqu'une banque achète des devises étrangères qui lui sont vendus par un ANF. (elle achète des dollar qu'elle garde contre des euros. Ces billets en euros vont être des billets suplémentaires dans la masse monétaire en circulation) Il s'agit de l'opération inverse. b) la destruction monétaire - Première opération de destruction monétaire : Si une banque donne des devises à une ANF, elle reçoit en échange de la monnaie nationale de sa part. Cela annule l'opération de création monétaire donc il y a destruction monétaire. - 2è Opération : Si une ANF rembourse un crédit. On a destruction monétaire lorsqu'elle le rembourse. - 3è Opération : Soit la banque qui détient un titre le vend à un ANF ou si une obligation arrive à échéance. A l'échéance de l'obligation (c'est un titre et une dette. elle a une date à laquelle elle arrive à échéance, un montant et un taux d'intérêt.) On effectue l'opération suivante : Création - destruction = Création monétaire Nette 2) le pouvoir de création monétaire

14 les banques commerciales et la banque centrale font parti des agents financiers (AF) et des intermédiaires financiers (IF). Deux types d'intermédiaires financiers : - les intermédiaires financiers bancaires (ceux qui ont le pouvoir de création monétaire). Ce sont les banques commerciales, banque centrale, les services bancaires de la poste et le trésor public. - les intermédiaires financiers non bancaires (n'ont pas le pouvoir de création monétaire) Pour un AF et IF, le fonctionnement principal est le financement de l'économie, ils distribuent les financements et recoivent les placements. Les ANF detiennent les placements et bénéficient des financements ou 3) Les sources de la création monétaire C'est les contre-parties de la création. C'est ce qu'on place à l'actif des intermédiaires financiers. Au passif on aura la masse monétaire. Il y a 3 sources : - Les créances sur l'extérieur : il s'agit des devises déposés par les ANF et qu'on met à l'actif des banques et en même temps le DAV du client est crédité de l'équivalent en monnaie nationale. L'importance de devises étrangères dans une banque reflète les échanges avec l'étranger. cette créance c'est de la devise étrangère. - Les créances sur l'état : C'est la création monétaire induite de l'endettement de l'état. Ce sont des titres émis par le trésor public. Quand ce sont des banques qui achètent des titres émis par le trésor public, on a un état qui s'endette et l'argent vient de la création monétaire par les banques. On peut avoir aussi des crédits aux APU et donc création monétaire - Il y a également création monétaire lorsque les banques achètent les titres émis par les entreprises. De même lorsque les banques octroient des crédits à des ménages ou à des SNF. Page 14, le tableau qui résume tout les actifs et passif 4 - La circulation de la monnaie a) La circulation des moyens de paiement Les banques doivent obligatoirement détenir un compte à la banque centrale. Ce compte est obligatoirement créditeur. La monnaie détenue sur ces compte est la monnaie centrale. La monnaie centrale est la monnaie directement émise par la banque centrale. On la trouve dans la monnaie billet/pièces. Les réserves obligatoires sont les dépôts obligatoires que les banques doivent avoir sur leurs compte auprès de la banque centrale. Ce montant est calculé en pourcentage des dépôts. Cela limite la création monétaire et les créations à la chaîne que la banque octroie. Une banque peut décider de déposer plus d'argent sur son compte à la banque centrale. Les réserves obligatoires sont peu ou pas rémunérés. Les banques ont donc intérêt à déposer que les réserves obligatoire à la BC car c'est un manque à gagner pour les banques, et elle doit faire le plus possible de crédits (car intérêts).

15 La banque centrale a plusieurs rôles : - Elle a le monopole de l'émission des billets et des pièces b) la monnaie centrale et le rôle de la banque centrale - Elle assure le refinancement des banques. Quand une banque a des problème. elle est aussi prêteur en dernier ressort : Si une banque va faire faillite, la banque centrale peut prêter à cette banque. - Elle gère les réserves de change et intervient sur le marché des changes - C'est la banque de l'état. Elle gère le compte du trésor public - Mettre en oeuvre la politique monétaire. La banque centrale européenne est indépendante des gouvernements. Après le traité de Maastricht, elle demeure indépendante. Quand on a de la création monétaire, les crédits sont octroyés plus facilement, donc augmentation de la conso, de l'emploi, etc.. donc c'est en faveur du pays. On a également de l'inflation(moyen/long terme). Les gouvernements ont intérêt à faire de l'inflation pour avoir à rembourser quand cela n'aura plus de valeur. La banque centrale doit lutter contre l'inflation (but n 1). Si on laisse l'état avoir la politique monétaire, il a intérêt à faire de l'inflation, et on entre dans une spirale inflationniste, donc il faut le freiner. La monnaie centrale comprends les dépôts des intermédiaires financiers auprès de la banque centrale, on l'appelle base monétaire ou liquidité centrale. lorsque les banques ont besoin de liquidités, elles ont plusieurs possibilités : - Elle peut emprunter sur les marchés inter-bancaires. Il y a un taux inter-bancaire. Il est ouvert uniquement aux banques - La banque centrale peut prêter aux banques. On a de la création de monnaie centrale. Lorsque les banques se prêtent entre elles, il n'y a pas de création monétaire. Elle prête a un taux, le taux de refinancement, actuellement à 0,75%. Donc il faut distinguer la monnaie centrale émise par la banque centrale et qui sert entre les intermediaires financiers et la monnaie utilisée par les ANF D - La dimension internationale de la monnaie Les devises sont les moyens de paiement libérés en unités monétaires étrangères Le taux de change c'est le prix auquel s'échange les monnaies sur le marché d'échange. La parité c'est lorsque les banques centrales définissent la valeur d'une monnaie, c'est un taux de change fixe. Le marché des changes est le marché où s'échangent les devises. L'Euro devise ou xéno-devise sont les dépôts qui sont détennus dans une monnaie qui est différente de la monnaie du territoire. (ex: dépot en dollar au Japon) 2) Les régimes de change On a 2 grands types de régime de changes : (P19 à 23) - taux de change fixe : definition de la parité. Une limitation des fluctuations du taux de change - taux de change flexible ou flottant : abscence de parité. Flottement pur : abscence d'intervention des autorités monetaire pour limiter les fluctuation du taux de change Flottement regulé : intervention

16 Taux de change depend de : - echanges exterieurs de B&S - investissements fait. Si beaucoup d'investissements fait sur son pays> investissements fait par ce pays, monnaie monte, - mouvements speculatifs obligation : feuille où l'état (l'emprunteur) s'engage à rembourser le prêt qu'il a fait avec les intérêts au pourcentage donné. La crise des subprimes a commencé sur le marché du crédit immobilier américain. Dans le marché des crédits, 2 types de crédits : - "prime" : Tous les crédits qui sont octroyés à des emprunteurs qui sont considérés comme "sains", ou sûr - "subprime" : les emprunteurs risqués. Un système est mis en place. 2 caractéristiques dans les crédits subprimes : - reset : un prêt immobilier est sur une longue durée. le taux d'intérêt est fixe les 2 premières années puis la 3è année il est renégocié chaque année. Les taux d'intérêts sont plutôt faibles les 2 premières années mais plus important que les taux des crédits "primes". Ils étaient indéxés sur les taux directeurs de la fed. - Hypothèque : Garantie pour la banque, si on est pas capable de rembourser le crédit, la banque prend le bien immobilier pour le rembourser. On accepte de mettre le bien qui est acheté par le crédit en hypothèque. Dans le cas d'un non-remboursement, le bien est saisi, revendu, ce qui permet de rembourser le prêt. Contexte de bulle immobilière : Les prix des biens immobiliers étaient en augmentation. Les banques etaient intéréssées car avec les taux d'intérêts et possibilité de saisir un bien immobilier avec les prix à la hausse, possibilité de les revendre plus cher. Dans 1/3 des cas aucun contrôle des banques sur la capacité de financement des ménages. Beaucoup de crédits octroyés sans apport (100% du prix du bien). Tant que les prix étaient à la hausse, lors de la négociation les taux d'intérêts étaient faibles, on a toujours des biens immobiliers en hypothèque. (Quand la fed augmente les taux directeurs, augmentation des taux d'intérêts à la hausse, donc la crise va alors se déclencher.) Les banques, pour octroyer beaucoup de crédit, vont créer des Fonds Communs de Créance (FCC) et vont les vendre à des entités. Titrisation : Transformation des bloc de créances en titres revendus sur le marché financier acheté par d'autres banque, OPCVM,... Les crédits ne sont donc plus sur le bilan de la banque, ils sont détenu par les FCC qui les vendent aux banques, OPCVM,... Les ménages, lorsqu'elles paient les taux d'intérêts, les rendent aux détenteurs des titres. 1) Les différents acteurs - Les IF : intermédiaires financiers ou agents financiers. On a les IF bancaires (IFB) et les IF non-bancaires (IFNB). Les IF bancaires ont 2 spécificités : Pouvoir de création monétaire Transformation de capacité de financement en besoin de financement.

17 Les crédits octroyés viennent des dépôts et de la création monétaire en majorité. Les IF non-bancaires : Ils n'ont pas le pouvoir de création monétaire. A travers des titres sur les marchés financiers, cette épargne sert à distribuer les crédits. Ce sont les organismes de crédits conso et on a des institutions spécialisées (crédits agricol, caisse de financement de projets.) Crédit consommation : acheter du mobilier,... IFNB Hors EC : 3 types IES : Sont tous des établissements de crédits - On a également les ANF : Ménages, SNF, APU. OPCVM (Organismes de placement communs en valeur mobilières) SICAV : Sociétés d'investissements à capital vairable FCP : Fonds communs de placement Si des ménages ont une épargne et ne savent pas quel est le meilleur choix à faire pour les gains, ils vont demander conseil : Soit aux banques soit aux OPCVM (ils ont des clients : épargnants qui ont une capacité de financement, le rôle sera de gérer le portefeuille du client, veut connaitre combien il veut gagner et quel est le risque qu'il est prêt à prendre) Les OPCVM gèrent les portefeuilles de titres financiers pour leurs clients, et les clients recoivent des rémunérations. Ils sont payés par leurs clients pour gérer leurs portefeuilles Les fonds de pension : - Système de Répartition : les actifs d'aujourd'hui cotisent pour financer les pensions des retraités d'aujourd'hui. - Système de capitalisation : Les actifs d'aujourd'hui ouvrent un compte et versent de l'argent qui servira une fois à la retraite. Problème d'inflation, donc de perte de valeur. Le compte individuel doit être supérieur à l'inflation pour ne pas avoir une perte de valeur. Les comptes individuels sont gérés par les fonds de pensions, ils gèrent donc les comptes des personnes qui sont dans un système de capitalisation. Les fonds de pensions constituent des portefeuilles avec l'argent déposé sur le compte en achetant des titres, et au moment de partir à la retraite, la personne part à la retraite avec une somme supérieure ou inférieure à la somme déposée. Le risque est financier (dépend si crise, marché à la baisse). Sociétés d'assurances : Pari que tel évènement ne va pas survenir. Deux types d'assurance vie : - On verse de l'argent jusqu'à un certain âge, si on meurt avant, l'assurance reverse aux proches - Pari de vivre un certain nombre d'années. L'assurance verse de l'argent après l'age estimé OPCVM, Fond de pension et Assurances sont les investisseurs institutionnels "zinzins". On a aussi les IF spéculatifs parmis les IFNB hors EC :

18 - Les Hedge Funds (fonds spéculatifs) : Peut être des devises, actions,titres financiers, et matières premières. - Les fond private equity (sociétés de capital investissement) : spécialité est de racheter des firmes d'entreprises et les revendre quelques années plus tard pour avoir une meilleure plus-value. L'achat peut se faire soit par les fonds de private equity ou par endettement. Si elle s'endette, c'est une opération de LBO (leverage buy out) - Les fonds souverains : fonds qui appartiennent à des états qui ont de l'argent et qui l'utilisent pour spéculer (et investir). Les IF spéculatifs cherchent un gain financier important. Ils veulent gagner beaucoup d'argent rapidement, donc leur stratégie est centrée sur la spéculation. Cette spéculation est faite à la fois avec leurs comptes propres et ceux de leurs clients. L'objectif des IF spéculatif et d'acheter titres et de les revendre au plus haut prix de marché. (plus-value max) La spéculation : Acheter des actifs dans le but de les revendre plus chers (actifs financiers ou immobiliers). Le but est uniquement la plus-value. Même système pour les actions. Le but est qu'elle soit revendue plus cher plus tard. 2) Instruments financiers - Le premier type est la devise : moyen de paiement dans un autre pays, sert pour l'achat de B&S. Elle peut etre utilisée comme instrument financier (instrument de spéculation). Instruments financiers qu'on échange sur le marché des capitaux : - Les TCN (titres de créance négociables) : Titres qui sont émis par des établissements de crédit pour lever les capitaux directement sur le marché. Ils peuvent être égalements émis par des ANF (entreprises ou état). On les reconnaît en fonction de leur durée et du montant. TCN de court terme de durée d'un jour à 1 an et d'un montant supérieur ou égal a TCN a bon à moyen terme négociable (BMTN) avec le même montant ais avec une durée supérieur à un an Les bons du Trésor pour une durée de 3 à 5 ans - Actions et Obligations : Action = Part d'une entreprise. titre de propriété qui donne droit à des dividendes (pourcentage des bénéfices de l'entreprise) et à partir d'une certaine part, de voter et de prendre part aux décisions stratégiques de l'entreprise. La valeur réelle correspond à la part des bénéfices qu'on obtient. La valeur d'échange dépend de l'offre et de la demande et non seulement de la valeur réelle. Obligation : C'est de l'endettement (on prête de l'argent à l'agent, il nous rémuunère avec des intérêts et à la fin de la date préscrite, il doit rembourser ce prêt). C'est un titre de créance. La rémunération se fait grâce à un taux d'intérêt, mais elle ne donne pas le droit au vote. Ces titres sont émis sur un marché primaire (directement les agents qui l'émettent et qui la donne à des agents). On peut revendre ces titres sur le marché secondaire. En cas de faillite, l'entreprise doit rembourser tout ses créanciers donc les détenteurs d'obligations avant ceux d'actions - Les titres d'opcvm : Ce sont des organismes qui gèrent des portefeuilles d'actif. L'OPCVM va constituer un portefeuille diversifiés avec la somme d'argent qu'il va vendre

19 aux épargnants. La diversification du portefeuille consiste à diversifier les titres afin de prendre moins de risque. Ex : Portefeuille de l'opcvm : 1 obligation française, 1 bon du trésor USA, 15 devises, 2 TCN. Chaque année ce PF aura une certaine rémunération et elle sera redistribuée entre les épargnants selon l'apport de ces derniers - Les produits dérivés : C'est une promesse d'achat de la part d'un agent afin de se prémunir contre les fluctuations du marché. Il s'agit du produit dérivé classique appelé "les futures" où il y a une obligation d'acheter. Il y a également "les options" : dans ce cas, on est pas obligé d'acheter. << Une entreprise est productrice de céréales.a Chicago, on aura le marché des matières premières. Elle anticipe que le prix des céréales va augmenter. Elle a besoin d'acheter des céréales à hauteur de 1million et anticipe qu'elle en vaudra 1,2million dans un an. Elle va se mettre d'accord avec un financier pour fixer le prix à la date actuelle afin de n'acheter ue la quantité de céréale qu'elle aura besoin dans un an, qu'elle sera livrée dans un an mais au prix actuel. Si à l'année N+1 elle a raison, elle aura gagnée de l'argent, mais si c'est le contraire, elle aura perdu de l'argent. La personne en face doit anticiper le contraire de l'entreprise. Crise : Augmentation des taux directeurs de la FED (banque centrale des USA) ( de 1% à 5,25%) pour limiter la création monétaire car elle sent que l'inflation monte. Les taux d'intérêts augmentent, donc ils doivent rembourser plus que le montant prévu à la base, donc les ménages font défaut. Le taux de défaut est passé de 6% en 2005 à 20% en 2007 (1/5 ménages n'est plus capable de rembourser son crédit subprime). Le bien hypothéqué est donc saisi est revendu aux enchères. Si le prix du bien immobilier a baissé (lié au fait que l'offre est devenu supérieure à la demande car il y a plus de biens vendus, et comme il y a une hausse des taux, la demande baisse car plus dur d'avoir des crédits). Ce retournement du marché immobillier fait qu'on a une baisse des prix immobiliers, donc

20 lors de la revente, il y a une perte. Ces pertes seront repercutés sur ceux qui ont acquis ses titres (car les créances ont été titrisés) (OPCVM, banques, entreprises,..). Les agences de notation revoient leurs notes (notes qu'elles donnent aux titres) et elles les revoient à la baisse, donc plus personne ne veut les acheter et ceux qui les détiennent veulent les revendre, mais ils ont perdu. Plus difficile d'avoir des crédits pour les ménages et entreprises => impact de la sphère monétaire vers la sphère réelle. Crédit Crunch : Réduction drastique de l'offre de crédit à l'économie (- La titrisation concerne tous les types de creances, pas seulement les credits subprimes. - Les intermediaires financiers ont racheté ces titres, et certains geraient des portefeuilles de menages, ce qui a eu pour consequence de toucher ces menages. - l'hypotheque est faite au debut du credit. Lorsque les menages ne peuvent plus rembourser, le bien est saisi. - certains blocs de titres etaient notés AAA, pas tous. Les titres ont eté surnotés par rapport a la valeur et au risque auquel ils etaient adossés) Lire P27-29 IMPORTANT 3) Les différentes modalités de financement Modalités qui s'offrent à une SNF qui a besoin de financement : - recours à l'auto-financement - Emettre des obligations - Emettre des actions - Emettre des TCN - Faire un crédit à la Banque - Faire un crédit inter-entreprise On différencie financement interne (dans l'entreprise) et externe. On différencie également financement intérieur (pays où réside l'entreprise) et financement extérieur. Financement Interne - Autofinancement Financement indirect : Un intermédiaire financier entre en jeu et fait un lien entre agent à capacité de financement et agent à besoin de financement. Financement indirect monétaire (création monétaire) - IFB ( crédit octroyé par une banque Financement Externe - Direct (Actions, obligations et autres titres, crédits inter-entreprise) - Indirect (intermédiaire financiers) Financement indirect non-monétaire (pas de création monétaire) - IFNB Lorsq'un IF achète une obligation d'une SNF, il y a création monétaire.

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie.

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Cours Page 1 Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. mardi 14 septembre 2010 13:02 Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Chapitre 2 : La création monétaire. Chapitre 3 :

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France I. Les acteurs du circuit monétaire A) Les détenteurs de monnaie : les ANFR AIF ANFR = agents non financiers résidents AIF = autres intermédiaires

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits.

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits. Thème : Monnaie et création monétaire Le troc Pour que l échange se réalise, il faut une convention acceptée par tout le monde. Ce fut tout d abord le troc qui, devant la multiplication des biens et des

Plus en détail

Observation et conjoncture économique

Observation et conjoncture économique Observation et conjoncture économique Les Comptes d Accumulations L accumulation de la richesse des SI est retracée dans les comptes d accumulations - Le compte de capital: la richesse non financière -

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Chapitre 1 : L économie financière

Chapitre 1 : L économie financière Chapitre 1 : L économie financière Quels sont les causes de l augmentation des mouvements de capitaux : Augmentation des besoins de financement (état, entreprise) Surpression des obstacles aux mouvements

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 CHAPITRE 14 LES SERVICES D'INTERMÉDIATION FINANCIÈRE INDIRECTEMENT MESURÉS (SIFIM) LE CONCEPT DE SIFIM ET L'INCIDENCE SUR LES PRINCIPAUX AGRÉGATS

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

Partie II. Economie monétaire

Partie II. Economie monétaire Partie II Economie monétaire Partie II - Chapitre 3 L offre de monnaie II-3.a) Introduction Structure d économie monétaire hiérarchisée II-3.a) Introduction Modes de création monétaire Modes de création

Plus en détail

Les Banques Cours N 2. B - Les titres financiers

Les Banques Cours N 2. B - Les titres financiers Les Banques Cours N 2 B - Les titres financiers Vocabulaire : action, obligation, Bons du Trésor. Titres financiers et de manière plus générale «les créances». Un titre financier c'est une créance non

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE Section 1. Les marchés de capitaux I. Le marché financier Dans un sens plus étroit, c'est le marché où s'échangent les titres à moyen et long terme (valeurs mobilières) contre

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer un courriel expliquant le motif ou les points que vous

Plus en détail

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés.

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. I] Les intermédiaires Les intermédiaires sont des personnes physiques ou morales qui interviennent

Plus en détail

Les opérations et autres flux

Les opérations et autres flux Les opérations et autres flux Les nomenclatures présentées ici sont celles du Système européen des comptes 2010 (SEC 2010). Nomenclature des opérations Opérations sur produits (biens et services) (P) P.1

Plus en détail

La séquence des comptes

La séquence des comptes La séquence des comptes Comptes des institutions sans but lucratif au service des ménages I: Compte de production P.2 Consommation intermédiaire B.1b Valeur ajoutée brute P.51c Consommation de capital

Plus en détail

Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie :

Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie : Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie : -Une fonction d unité de compte, elle permet de comparer la valeur des différents biens, -Une fonction de

Plus en détail

Fiche de synthèse : entreprises et ménages

Fiche de synthèse : entreprises et ménages Fiche de synthèse : entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition

Plus en détail

Compte de résultat simplifié de l'entreprise "Image et son" au 31/12/2013. Produits. Produits exceptionnels

Compte de résultat simplifié de l'entreprise Image et son au 31/12/2013. Produits. Produits exceptionnels Première STMG Sciences de gestion Thème 3 : Gestion et création de Valeur Chapitre 2 : Les différentes formes de valeur Séquence 1 : La valeur financière COMMENT LA GESTION D UNE ORGANISATION CONTRIBUE-T-ELLE

Plus en détail

EPREUVE DU TEST DE PRE-REQUIS

EPREUVE DU TEST DE PRE-REQUIS Direction de la Formation Centre Ouest Africain de Formation et d'etudes Bancaires (COFEB) EPREUVE DU TEST DE PRE-REQUIS 30 ème PROMOTION DU COFEB Durée : 4 heures Aucun document n est autorisé Avenue

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

CHAPITRE 5 : LA MONNAIE ET LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE

CHAPITRE 5 : LA MONNAIE ET LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE CHAPITRE 5 : LA MONNAIE ET LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE I. Comment l'activité économique est-elle financée? A. Rôle et évolution du système financier 1. Il permet la circulation du capital financier entre

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 64

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 64 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section K Division 64 64 ACTIVITÉS DES SERVICES FINANCIERS, HORS ASSURANCE ET CAISSES DE RETRAITE Cette division comprend les activités de collecte et de redistribution

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Les institutions financières : Première partie : La monnaie

Les institutions financières : Première partie : La monnaie Les institutions financières : Première partie : La monnaie 1. La monnaie : Définition. La monnaie (ou la masse monétaire) est l ensemble des moyens de payements dont disposent les agents économiques pour

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE Une économie nationale est confrontée en permanence au problème du financement de l activité de tous les agents qui la composent. Son fonctionnement

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

La fonction macroéconomique d'investissement

La fonction macroéconomique d'investissement La fonction macroéconomique d'investissement Plan : Introduction I Le principe d'accélération 1) Accélérateur simple 2) Accélérateur flexible II Le coût de financement et la structure du financement Sa.19/01

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 7 : La Relation Banque - Particuliers I)- Les Comptes et Les Placements Bancaires

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Aide Memoire Economie

Aide Memoire Economie Aide Memoire Economie Pour entreprendre seul : Entreprise individuelle, pas de capital à apporter donc il peut utiliser son matériel personnel. Chaque associé à le droit de participer aux bénéfices, à

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002

FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002 FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002 Exercice 1 Le 13 octobre (N), votre responsable financier vous donne l ordre de vendre au SRD 50 actions ZZZ au cours limite de 180. a- Expliquer en quoi consiste

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Les opérations sur biens et services

Les opérations sur biens et services Les opérations sur biens et services Le compte de biens et services Lorsque l'on considère l'économie globalement, les principales opérations sont : la production qui correspond à la création de biens

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

La monnaie et le financement

La monnaie et le financement La monnaie et le financement Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance

Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance Dominique Plihon Alternatives Economiques Hors-série n 105 - avril 2015 Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance Depuis trois décennies, les marchés financiers connaissent une montée en

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour les deux premiers

Plus en détail

Chapitre 2 : l économie monétaire

Chapitre 2 : l économie monétaire Chapitre 2 : l économie monétaire Controverse sur la monnaie entre courants de pensée : neutre ou active Peut-on se servir de la monnaie pour absorber les déséquilibres de l économie réelle? Dématérialisation

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN

Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN Monnaie et Inflation YVES GUILLOTIN Table des matières Introduction 5 I - La monnaie 7 A. Qu'est ce que la monnaie?...7 B. La quantité de monnaie en France en 2013...7 C. La création de monnaie...8 II

Plus en détail

La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets

La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets La monnaie scripturale (deposit money) est la monnaie qui a une existence totalement immatérielle, c est-à-dire qu elle n a pas de

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine Investir en SCPI Une SCPI ou Société Civile de Placement Immobilier est un produit d investissement collectif non coté investi en immobilier. L acquisition de parts de SCPI permet à l investisseur d effectuer

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

MASTER MGT FINANCE MK

MASTER MGT FINANCE MK MASTER MGT FINANCE MK Le marche monétaire peut être défini comme le marché des capitaux à court et à moyen terme par opposition au marché financier sur le quel s effectuent les emprunts et placements

Plus en détail

Rapport Analyse Financière

Rapport Analyse Financière BLANC Michaël DEBYSER Antoine L3 Promo 2008 Groupe C Rapport Analyse Financière 1. Bilan de la société LAFIN : Le bilan décrit l état et la répartition du patrimoine de l entreprise à une date donnée.

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat L'information comptable de synthèse prend la forme d'un bilan (Section 1) et d'un état de résultat (Section 2), deux états de synthèse

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail