DC (APU) => B&S consommés et payés par les APU => CE! => B&S consommés non payés par les ménages => CE! DC Ménages => B&S consommés payés => CE!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DC (APU) => B&S consommés et payés par les APU => CE! => B&S consommés non payés par les ménages => CE! DC Ménages => B&S consommés payés => CE!"

Transcription

1 SI = SECTEUR INSTITUTIONNEL Exemple : Classer Crédit Agricol => SF Peugeot => SNF Resto du coeur => institutions sans but lucratifs Artisan boulanger : EI Mutuelle des artisans => SF creche municipale => APU ecole => APU ; Si école privée => SNF agriculteur => Ménage - APU => +50% ressources => PO - SNF => +50% Ressources => Vente de production - Lorsqu'une entreprise privée est subventionnée de plus de 50% par l'état, on la classe dans SNF car cest une entreprise privée, on ne peut pas la compter comme une administration. Les emplois sont calculés, comme le PIB, au prix du marché. Les ressources sont calculées au prix de base. On doit donc ajouter à la production aux prix de base l'impôt sur le produit (TVA,TIPP), on enlève les subventions sur produit et on aura le prix du marché. Ex : Stylo au prix de marché à 1e, TVA (10%) = 0,10 donc prix de base = 0,9. Si SP= 20%, prix de base = 1-0,1+0,2= 1,10 Remarques : - L'équilibre Emploi-Ressource est un équilibre comptable, pas macro, ne veut pas dire que l'offre = Demande (car il reste des VS). Ces stockss peuvent venir d'une mauvaise anticipation ou anticipation d'une forte demande pour l'année suivante donc on produit plus à l'année N pour la vendre en N+1. - Il faut faire la distinction entre dépenses de consommation finale et la consommation effective finale. Les DC sont l'ensemble des B&S payés par les ménages. Tout ce qui est consommé est compté comme consommation effective des ménages. La CE > DC. CE contient la consommation des DC et les autres consommations (Services des APU) DC (APU) => B&S consommés et payés par les APU => CE => B&S consommés non payés par les ménages => CE DC Ménages => B&S consommés payés => CE b) Opérations de répartition Les opérations de formation, circulation et de redistribution des revenus des différents agents économiques. Elles ne modifient pas le revenu national. - C'est la formation du revenu des différents agents, pas du revenu national. Certains des transferts sont des contre-partis (salaires-facteurs travai) d'autre sans contrepartis (RMI). 1 - La répartition primaire ou distribution des revenus Il s'agit du revenu qui vient d'être dégagé par la production.

2 - La rémunération des salariés : Comprends les salaires, les primes, les avantages en nature reçu par les travailleurs et les cotisations qui sont payées par les employeurs. (Ex : salaire net du travailleur de 2000e + l'employeur donne 1000e de cotisations à la sécurité sociale. Ces cotisations sont comptabilisées dans la rémunération des salariés) - Les revenus de la propriété : Comporte l'ensemble des revenus qui sont tirés de la possession d'un actif qui peut être corporel (terrains, immeubles), incorporels (brevets, license), et financiers (actions, obligations). - Les impôts sur la production et les importations : Ils excluent les impôts sur le revenu ou la fortune - Les subventions : Ce sont les aides versées par les administrations publiques ou les institutions de l'ue à l'occasion des opérations liés à la production - L'impôt sur le revenu et le patrimoine : Impôt sur le revenu, sur le bénéfice, sur la fortune. - Transfert de capital : Opérations de répartition de l'épargne et non du revenu. c) Les Opérations Financières Toutes les opérations non financières et sur produit vont engendrer des transferts de moyen de paiement entre les agents. La fonction principales des OF est de permettre aux un d'employer leurs capacités de financement et aux autres de combler leurs besoins de financement. Ces OF donnent lieu à des créances et des dettes (toute créance pour quelqu'un donne lieu à une dette pour quelqu'un d'autre.) Un agent qui a des capacités de financement à 4 options pour employer ses capacités de financement : - Détenir cette capacité de financement sous forme monétaire ou quasi-monétaire en la déposant sur un compte bancaire ou un compte épargne. (+ intérêts) - Acquérir un titre sur le marché financier (action, obligation, part d'un fond de placement). - Prêter directement à un autre agent - Rembourser ses dettes Pour un agent à besoin de financement, il a 4 options pour combler ces besoins de financement : - Il peut emettre des titres sur le marché financier - Directement emprunter de l'argent à un autre agent - Il peut puiser dans ses avoirs - Recouvrer une créance ancienne (recouvrement de dette) II - Les Comptes TES : Tableau Entrés-sorties. Il permet d'enregistrer l'ensemble des opérations sur produits détaillées par branches d'activité et il permet aussi d'enregistrer les relations entre branches. Il se place en économie ouverte, donc on tient compte des opérations de commerce extérieure. Le TES, comprends 38 branches et dans chaque branche, on a l'ensemble des unités de productions qui produisent un même bien. On va considérer 4 branches dans le cours : La branche Agriculture, Industrie, Construction et Service.

3 CF Tableaux P17 de TES Total Ressources en produit = Total échanges interbranches + Total emplois finals Le tableau entrée-sortie est un tableau de représentation emploi-ressource, permet d'enregistrer toutes les - Tableau des ressources en produit : Il contient la production de chacune des branches, et les éléments qui permettent de passer du prix de base au prix de marché. (P + IP - SP) - Le compte de production des branches : Contient les consommations intermédiaires, la production qui permet de calculer la valeur ajoutée sur le prix de base. (ex : Industrie et Services sont très inter-dépendents) - Echanges interbranches : Lorsqu'on a 2 branches qui sont fort dépendantes, si il y a une baisse de la demande dans une branche, on aura un impact sur l'activité de l'autre branche. Le tableau des échanges interbranches permet de simuler un choc ou d'un changement prévisible dans un secteur donné sur l'ensemble de l'économie.

4 En 1;1 : Consommation intra-branche : Consommation intermédiaire par une unité d'une branche donnée de produits issus d'une autre unité de la même branche. - Compte de production des branches : Consommation intermédiaire + Valeur ajoutée au prix de base = Production des branches Tableau des échanges interbranches : Ce tableau permet de calculer des coefficients techniques : Pour calculer l'interdépendance on calcule les coefficients techniques. On va transformer le tableau des échanges interbranches en une matrice de coefficients techniques Cij : exemple de C23 : Consommation intermédiaire de produits issus de la branche 2 par la branche 3(=29) Coefficient Techniques : C23 = CI de produits issus de la branche 2 par la Branche 3 / production de la branche 3. Le coefficient technique = 29/111 = 0,26. b) Séquence des comptes PERRUC Les opérations entre agents économiques sont retracées dans un ensemble de compte qui sont au nombre de 7+1, on les classe en 3 séries. - 1è Série : Les comptes courants : Il s'agit des 5 premiers comptes. Ils décrivent la formation et la redistribution du revenu entre les agents au cours d'une année donnée. Ils sont établis en emplois et ressources. - 2è Série : Compte d'accumulation (compte 6 et 7) : Ils décrivent la variation de la richesse accumulée par les agents au cours d'une année donnée. Ils sont établis en variation d'actif et de passif. Ils décrivent l'ensemble des opérations ayant un effet sur le niveau et sur la structure du patrimoine des différents unités institutionnels (SI) - 3è Série : Le compte de patrimoine (Compte 7) décrit la composition de l'ensemble de avoirs et des dettes des différents agents au 31 décembre. C'est en quelque sorte le bilan actif-passif de chaque SI. 1) Le compte de production (P) : (Compte 1) Il décrit la création de valeur ajoutée par un SI. On enregistre la production en ressource, et après déduction de la Consommation Intermédiaire en emploi, on obtient le salve qui s'appelle la Valeur Ajoutée Brut. Emplois CF TABLEAU P18 CI VAB Production Ressources 2) Le compte d'exploitation (E)

5 On a la valeur ajoutée brut qu'on met en ressource et on cherche à savoir comment elle sera répartie entre le facteur travail (rémunération salariée) et l'etat. On ajoute en Emploi les rémunérations salariées, les autres impôts (Production + SP) L'EBE (solde du compte d'exploitation) sert à calculer le taux de marge, c'est un taux de profit, c'est un indicateur de rentabilité. ( = EBE/VA) 3) Le compte d'affectation des revenus primaires (R) Les revenus de la propriété versés sont en emploi. La rémunération des salariés se place en ressource (ménages) ainsi que les EBE De la même façon les impôts et subventions deviennent une ressource pour les APU. Les revenus de la propriété reçus vont dans less ressources. 4) Compte de distribution secondaire des revenus (R) On ajoute les prestations sociales (APU), les impôts courants, et les autres transferts dans les emplois Les cotisations sociales sont ajoutées dans les emplois et les ressources On met dans les ressources le solde brut des revenus primaires, les prestations sociales (ménages), et les impôts courants (APU) Le solde est le Revenu Disponible Brut (RDB) 5) Compte d'utilisation du revenu On met la dépense de consommation finale (DC) en emploi et le RDB en ressource. Ce qui reste disponible est l'épargne brute (EB). Les SNF n'ont pas de DC, le RDB = EB. 6) Compte de Capital On change, et on classe en fonction des variations d'actifs et variations de passif. Actif : FBCF; Acquisition d'actifs non financiers non produit (ANFNP); Variation de Stock Passif : EB; Transferts en capital reçus-versés 7) Compte financier Il décrit par types d'instruments financier, les variations d'actif ou de passif financiers qui composent la capacité ou le besoin de financement. Il montre par quels moyens certains agents économiques vont satisfaire leurs besoins de financements (emprunt, émission d'actions ou obligations) et comment certains autres placent leurs financements ou capacité de financement (souscription de titres, ou en accordant des prêts). C'est à travers ce compte que sont retracés les différentes opérations financières. Remarques : On met la VAB car on a pas tenu compte de l'amortissement (Consommation en Capital Fixe ou CCF)

6 VAB-CCF=Valeur Ajoutée Nette. Le compte PERRUC se fait en brut et pas en net La rémunération salariée pour un ménage est en ressource, sauf si elle emploi quelqu'un, elle sera dans les deux. Pour un APU, c'est en emploi. S'il s'agissait des comptes des ménages, Le poste de production : - production marchande : c'est la production des B&S des EI; et la production de services de logements (loyers réels) - la production non-marchande : production agricole auto-consommée évaluée au prix du marché; Services domestiques; Services de Logements (loyers imputés, on le compte pour pas que le PIB chute) Définition de Production non marchande : - PEFP (production d'emploi final propre) - Autres Production non-marchande : Services non-marchands produit par les APU Pour les ménages, les biens immobiliers font parti de la FBCF. Modification du compte PERRUC Pour les ménages par rapport aux SNF : - La rémunération des salariés apparait dans le compte 3 en ressources - La dépense de consommation apparaît dans le compte 5 TEE : Tableau Economique d'ensemble Pour décrire l'équilibre global de l'économie nationale, il faut tenir compte simultanément des opérations de tous les agents économiques. Le TEE est une juxtaposition des comptes des différents agents. On a deux dans grandes colonnes Emplois et Ressources subdivisées en plusieurs colonnes qui correspondent aux différents SI. En ligne, on a toutes les opérations dans l'ordre de succession de la séquence des comptes PERRUC, c'est la lecture en ligne qui permet de voir la contribution de chaque SI aux différentes opérations. Permet de savoir comment est distribué le revenu, comment il est affecté à la consommation et à l'épargne Il permet : Quels sont les agents à besoin et à capacité de financement Comment les agents utilisent leurs capacités de financement et comment d'autres comblent leurs besoins de financement En resumé il permet d'étudier le rôle de chaque agent dans le fonctionnement de l'économie nationale. III - Outil d'analyse, agrégat, grandeur et ratio A - Les outils d'analyses de la croissance 1 - La Valeur Ajoutée La prodution marchande et non marchande est la ressource de base de l'économie. Pour réaliser cette production, il faut utiliser en emplois une serie de biens, c'est ce qu'on appelle la consommaton intermédiaire (CI).

7 La production - CI est appelé Valeur Ajoutée Brute (VAB) et représente la valeur nouvelle crée par chaque branche au cours du processus de production 2 - Les différentes approches du PIB La valeur ajoutée totale de l'économie permet de mesurer a production agrégée de tous les secteurs et branches : C'est ce qu'on appelle le PIB. 3 moyens de calculer le PIB : - Approche sous l'angle de la production : On part de l'équilibre emploi-ressource (P+IM+IP-SP=CI+VS+FBCF+DC+EXP). Le PIB ne prend pas en compte l'extérieur, donc <=> P+(IP-SP) = FBCF + DC + CI + VS + (EX - IM) <=> (P - CI) + (IP - SP) = FBCF + DC + VS + (EX - IM) <=> VA + (IP - SP) = FBCF + DC + VS + (EX - IM) VA + (IP - SP) => Permet de calculer le PIB au prix du marché - Sous l'angle des emplois finals : FBCF + DC + VS + (EX - IM) => PIB au prix du marché également. FBCF + DC + VS => Emplois finals intérieurs EX - IM => Solde du Commerce Extérieur - Sous l'angle des revenus : On l'obtient à partir de l'analyse des comptes d'exploitations. PIB = RS + EBE + (IPprod - SPprod) L'approche sous l'angle des emplois final permet de savoir quelle est la part du PIB qui est liée au commerce extérieure, à la consommation ou à l'investissement. Si une forte part du PIB est liée au commerce extérieure, il faudra eviter les politiques de relance Keynesienne. B - Autres outils d'analyse 1 - Pour l'analyse des Sociétés Non Financières 2 ratios permettent de calculer le partage primaire de la valeur ajoutée : - EBE / VA => Taux de marge. Ce qu'il reste aux entreprises après le coup de production, c'est un indicateur de profit brut avant impôts sur les bénéfice. - RS / VA => Part qui reviens au travailleurs Ils permettent de voir comment la valeur ajoutée est partagée entre profit et rémunération des salariés. Taux d'epargne : EB / VAB = Propension à Epargne L'importance de ce ratio dépend beaucoup des charges fiscales, le taux d'épargne sera plus faible si les charges fiscales et les taux d'intérêts sont élevés. L'épargne des ménages peut etre financière (placements en actifs financiers) ou nonfinancière (biens immobiliers). Taux d'investissement : FBCF / VAB Taux d'auto-financement : EB / FBCF

8 Pour les APU : Taux de prélèvement obligatoire = P.O / PIB Plus le ratio est fort, et plus les impôts sont importants. Ratio de déficit publique = Déficit Publique / PIB. S'il est supérieur à 3%, sanctions Ratio de dette publique = Dette publique / PIB Sanction s'il est supérieur à 60% Déficit Publique si : Recettes(APU) - Dépenses(APU) < 0 3 types d'apu : Etat central, sécurité sociale, collectivités locales. C - Valeur, Volume, Indice Différence entre valeur et volume.pour calculer le PIB : - Valeur = Quantité x Prix courant Prix change d'une année à l'autre, il faut pouvoir enlever l'effet d'augmentation des prix. - Volume = Q x Prix constant On prend une année de référence, et on prend les prix pendant cette année de référence, et on multiplie par les prix de l'année en cours. Ex : Année de référence : 2012 PIB de 2012 Pib 2012 en volume = Q2012 x P2011 Pour isoler les seuls effets de variation de quantité, on effectue un calcul à prix constant en volume. On a 3 types d'indices : On cherche a calculer l'indice entre l'année 0 (de référence) et l'année t (année en cours) - Indices de Valeur = (Pt x Qt) / (P0 x Q0) Prix courant et quantité courants - Indices de Volume = (P0 x Qt) / (P0 x Q0) Prix constants et quantité courante - Indices de Prix = (Pt x Q0) / (P0 x Q0) Prix courants et quantité constante IPC (Indice des Prix à la Consommation ) : On prend un panier de B&S d'un consommateur urbain et on regarde ce qu'il y a dans ce panier de B&S. Ex : On regarde la différence de prix entre le même panier de B&S d'une année à l'autre, ce qui permet de calculer le taux d'inflation ou l'évolution des prix Critique de l'indice des prix : - Un panier de B&S peut changer très rapidement, le comportement de consommation d'une personne peut changer, donc il faudrait mettre à jour le panier regulièrement pour prendre en compte les changements de consommation. Certains biens ne peuvent plus être vendu d'une année à l'autre, ou il peut y avoir une consommation massive (smartphones)

9 La production se calcule normalement sur le prix du marché, mais pour les APU, ce n'est pas possible, on doit donc considérer le coût de revient : CI + RS + IP - SP + CCF TEE de ménages Emplois Ressources 1) CI (EI) VAB 2) RS Autre IP - SP (EI) EBE 3) Intérêts versés SBRP 4) Impôts courants Cotisations sociales Autres transferts courants RDB 5) DC finale EB Variation d'actifs 1) Production (EI (services logements ménages), et PEFP (hors EI)) 2) VAB 3) EBE Intérêt et dividendes reçus RS 4) SBRP Prestations sociales (chômeur, etc...) Autres transferts 5) RDB Variation de Passif Chapitre II - Monnaie, Financement et Politique Monétaire I - Monnaie, Masse Monétaire, Création Monétaire et Devise A - Monnaie, définitions et concepts 1 - Définition de la Monnaie La monnaie est un actif liquide qui sert à l'évaluation et au règlement des échanges dans une économie. 3 éléments sont nécessaires pour l'existence d'une monnaie : - Le support : C'est un bien matériel divisible doté d'une valeur intrasèque (pièce d'or) ou un bien matériel ne possédant pas de valeur intrasèque (billet) - Le signe numérique : Le chiffre ou nombre qui indique la quantité que la monnaie peut acquérir. - L'unité de compte : C'est le nom de la monnaie (Euro, Dollar) 6) FBCF VS (EI) ac-ces ANFNP EB Transferts en capitals Reçus-Versés

10 2 - Les fonctions de la monnaie - Intermédiaire aux Echanges - Unité de Compte - Réserve de valeur a) Intermédiaire aux Echanges Possibilité d'échange : - Le troc : Echanger 2 biens que les partis considèrent de même valeur. On est dans une économie de troc. Le problème : - Il faut pouvoir se rendre sur le lieu - Il faut avoir un bien à échanger - Il faut que ça soit à un moment particulier - Double coincidence des besoins rare - Introduire la Monnaie : On a une marchandise qu'on échange contre de l'argent, qui sert à acheter une autre marchandise. On est dans une économie monétaire. Règle de problème de simultanéité car on peut acheter un autre jour, et règle le problème de double coincidence des besoins. Il faut que la monnaie soit reconnue comme telle par tous les individus de la société. La monnaie remplit ses 3 fonctions simultanément. b) Fonction d'unité de compte La monnaie permet de mesurer la valeur des biens, c'est un étalon des valeurs. c) La fonction de reserve de valeur Elle permet de différer dans le temps le pouvoir d'achat qu'elle représente. 3 - Le formes de monnaies Elles ont evolués dans l'espace et dans le temps au gré des besoins. a) La monnaie marchandise Premiere forme de monnaie qu'on avait, premier type de système monétaire. Il repose sur cette monnaie marchandise. Il s'agit éventuellement d'or et d'argent. (A partir de la découverte de l'amérique). b) la monnaie fiduciaire ce sont les billets et les pièces de monnaie. On fait confiance à un bout de papier garanti par la banque centrale que ce papier permet l'acquisition de B&S. Les pièces d'or détenu par les marchands en quantité de plus en plus importante etaient deposés dans des coffres forts de banque afin d'éviter les vols et les déposants recevaient en échange un certificat de dépôt qui commencait à jouer le rôle petit à petit de billet de

11 banque. Progressivement, les billets émis par la banque sont devenus anonymes au porteur. La banque se doit de donner l'équivalent en or à toute personne qui les détient. La condition nécessaire pour que ce système fonctionne est qu'il faut que ces billets soient bien déténu comme intermédiaire des échanges et que tous les agents aient confiance en ces billets. Les banques ont commencé à prêter l'or qui etait chez eux, ce qui coincide avec les débuts de la révolution industrielle où on a un besoin de la part des entrepreneurs de financer leurs projets. Banque Deuxième compte Crédit Billets émis Monnaie en circulation = 200 La banque essaie d'utiliser l'agent déposé pour octroyer un crédit En tout on de la monnaie en circulation à hauteur de 200 (Il peut réclamer à tout moment). Le risque est que tous les déposants viennent récuperer en meme temps, la banque ne pourra pas rembourser. c) La monnaie scripturale Tout ce qui est dépôts à vue dans les banques (DAV), lorsqu'une personne ouvre un compte en banque. Sur ce compte on écrit l'ensemble des opérations faites par les client (d'où scripturale) : retraits, paiements et virements entre comptes. Les paiements et virements peuvent se faire sans circulation physique de la monnaie, donc les banques ne sont pas obligés de faire passer de l'argent physique. La monnaie fiduciaire (billets et pièces) + la monnaie scripturale (DAV) = Monnaie au sens strict (liquidité absolue). Actif Passif Or Billets émis Actif Actif Passif Passif Crédit 100 Dépot 100 B - La masse monétaire et sa mesure La masse monétaire est constitué de l'ensemble des actifs liquides.

12 Liquidité : - quand on peut utiliser directement l'actif comme moyen de paiement pour l'achat de B&S - Cette utilisation se fait sans perte de valeur On a un degré de liquidité en fonction des actifs financiers. On compte dans ces actifs que les actifs liquides détenus par les agents non financiers. 1) Distinction entre actif liquide et non-liquide a) Les actifs liquides Ils sont composés de la monnaie au sens strict qu'on appelle liquidité absolue Autres actifs liquides, ce sont les dépôts à terme de 2 ans ou moins et les dépôs avec préavis de 3 mois ou moins (il faut prévenir la banque du retrait) Dans les autres actifs liquides, on a les actifs liquides négociables et non-négociables. Négociables : Placements à court terme en titres négociables sur le marché. Ils ont des rendements supérieurs. Ces types de titres ont un risque plus faible. On peut les convertir en moyen de paiement après négociation sur le marché. (Ex : Titres de créance négociable, titre d'opcvm monétaire Non-négociables : Placements à vue et à court terme auprès d'intermédiaires financiers sous forme de dépôts ou de comptes rémunérés, les taux d'intérêts sont fixés. Leurs rémunération est à taux d'intérêt réglementé. b) les actifs non-liquides 2) Les agrégats monétaires Pas de disponibilité rapide et risque de perte de valeur. (ex : les actions). On a les dépôts de long-terme (plans d'épargne retraite) et les actions et obligations (Titres d'opcvm nonmonétaires).

13 C'est une unité de mesure pour la masse monétaire. Ils sont importants car c'est sur ça que les banques centrales se basent. On a 3 agrégats : M1, M2 et M3 a) les agrégats de la zone Euro M1 = Monnaie au sens strict : pièces, biens en circulations (billets) et DAV. M2 = Agrégat intermédiaire. Il comprends M1 + les titres à court terme négociables (élis par les institutions financières) M3 = Agrégat le plus large qui comprends M2 (donc M1 également) + les titres négociables b) L'utilisation des agrégats Sert de base à adopter une politique monétaire, la banque centrale s'en sert pour calculer la masse monétaire en circulation. Peut être utilisé pour calculer la vitesse de circulation de la monnaie (MV=PT). C - La création monétaire 1) Les principes a) la création monétaire Par convention la création monétaire suppose une opérationn ente un agent non financier et une banque (pas de banques entre elles) et c'est la transformation d'une créance nonmonétaire en moyent de paiement. (ex : attribution d'un crédit par une banque à un agent non financier) Si une banque achète un titre détenu par un agent non financier, c'est une création monétire car la banque met en circulation des billets à l'entreprise, en échange elle a un titre qu'elle pourra vendre mai en attendant c'est de la création monétaire (augmentation de la masse monétaire) 3 opération : lorsqu'une banque achète des devises étrangères qui lui sont vendus par un ANF. (elle achète des dollar qu'elle garde contre des euros. Ces billets en euros vont être des billets suplémentaires dans la masse monétaire en circulation) Il s'agit de l'opération inverse. b) la destruction monétaire - Première opération de destruction monétaire : Si une banque donne des devises à une ANF, elle reçoit en échange de la monnaie nationale de sa part. Cela annule l'opération de création monétaire donc il y a destruction monétaire. - 2è Opération : Si une ANF rembourse un crédit. On a destruction monétaire lorsqu'elle le rembourse. - 3è Opération : Soit la banque qui détient un titre le vend à un ANF ou si une obligation arrive à échéance. A l'échéance de l'obligation (c'est un titre et une dette. elle a une date à laquelle elle arrive à échéance, un montant et un taux d'intérêt.) On effectue l'opération suivante : Création - destruction = Création monétaire Nette 2) le pouvoir de création monétaire

14 les banques commerciales et la banque centrale font parti des agents financiers (AF) et des intermédiaires financiers (IF). Deux types d'intermédiaires financiers : - les intermédiaires financiers bancaires (ceux qui ont le pouvoir de création monétaire). Ce sont les banques commerciales, banque centrale, les services bancaires de la poste et le trésor public. - les intermédiaires financiers non bancaires (n'ont pas le pouvoir de création monétaire) Pour un AF et IF, le fonctionnement principal est le financement de l'économie, ils distribuent les financements et recoivent les placements. Les ANF detiennent les placements et bénéficient des financements ou 3) Les sources de la création monétaire C'est les contre-parties de la création. C'est ce qu'on place à l'actif des intermédiaires financiers. Au passif on aura la masse monétaire. Il y a 3 sources : - Les créances sur l'extérieur : il s'agit des devises déposés par les ANF et qu'on met à l'actif des banques et en même temps le DAV du client est crédité de l'équivalent en monnaie nationale. L'importance de devises étrangères dans une banque reflète les échanges avec l'étranger. cette créance c'est de la devise étrangère. - Les créances sur l'état : C'est la création monétaire induite de l'endettement de l'état. Ce sont des titres émis par le trésor public. Quand ce sont des banques qui achètent des titres émis par le trésor public, on a un état qui s'endette et l'argent vient de la création monétaire par les banques. On peut avoir aussi des crédits aux APU et donc création monétaire - Il y a également création monétaire lorsque les banques achètent les titres émis par les entreprises. De même lorsque les banques octroient des crédits à des ménages ou à des SNF. Page 14, le tableau qui résume tout les actifs et passif 4 - La circulation de la monnaie a) La circulation des moyens de paiement Les banques doivent obligatoirement détenir un compte à la banque centrale. Ce compte est obligatoirement créditeur. La monnaie détenue sur ces compte est la monnaie centrale. La monnaie centrale est la monnaie directement émise par la banque centrale. On la trouve dans la monnaie billet/pièces. Les réserves obligatoires sont les dépôts obligatoires que les banques doivent avoir sur leurs compte auprès de la banque centrale. Ce montant est calculé en pourcentage des dépôts. Cela limite la création monétaire et les créations à la chaîne que la banque octroie. Une banque peut décider de déposer plus d'argent sur son compte à la banque centrale. Les réserves obligatoires sont peu ou pas rémunérés. Les banques ont donc intérêt à déposer que les réserves obligatoire à la BC car c'est un manque à gagner pour les banques, et elle doit faire le plus possible de crédits (car intérêts).

15 La banque centrale a plusieurs rôles : - Elle a le monopole de l'émission des billets et des pièces b) la monnaie centrale et le rôle de la banque centrale - Elle assure le refinancement des banques. Quand une banque a des problème. elle est aussi prêteur en dernier ressort : Si une banque va faire faillite, la banque centrale peut prêter à cette banque. - Elle gère les réserves de change et intervient sur le marché des changes - C'est la banque de l'état. Elle gère le compte du trésor public - Mettre en oeuvre la politique monétaire. La banque centrale européenne est indépendante des gouvernements. Après le traité de Maastricht, elle demeure indépendante. Quand on a de la création monétaire, les crédits sont octroyés plus facilement, donc augmentation de la conso, de l'emploi, etc.. donc c'est en faveur du pays. On a également de l'inflation(moyen/long terme). Les gouvernements ont intérêt à faire de l'inflation pour avoir à rembourser quand cela n'aura plus de valeur. La banque centrale doit lutter contre l'inflation (but n 1). Si on laisse l'état avoir la politique monétaire, il a intérêt à faire de l'inflation, et on entre dans une spirale inflationniste, donc il faut le freiner. La monnaie centrale comprends les dépôts des intermédiaires financiers auprès de la banque centrale, on l'appelle base monétaire ou liquidité centrale. lorsque les banques ont besoin de liquidités, elles ont plusieurs possibilités : - Elle peut emprunter sur les marchés inter-bancaires. Il y a un taux inter-bancaire. Il est ouvert uniquement aux banques - La banque centrale peut prêter aux banques. On a de la création de monnaie centrale. Lorsque les banques se prêtent entre elles, il n'y a pas de création monétaire. Elle prête a un taux, le taux de refinancement, actuellement à 0,75%. Donc il faut distinguer la monnaie centrale émise par la banque centrale et qui sert entre les intermediaires financiers et la monnaie utilisée par les ANF D - La dimension internationale de la monnaie Les devises sont les moyens de paiement libérés en unités monétaires étrangères Le taux de change c'est le prix auquel s'échange les monnaies sur le marché d'échange. La parité c'est lorsque les banques centrales définissent la valeur d'une monnaie, c'est un taux de change fixe. Le marché des changes est le marché où s'échangent les devises. L'Euro devise ou xéno-devise sont les dépôts qui sont détennus dans une monnaie qui est différente de la monnaie du territoire. (ex: dépot en dollar au Japon) 2) Les régimes de change On a 2 grands types de régime de changes : (P19 à 23) - taux de change fixe : definition de la parité. Une limitation des fluctuations du taux de change - taux de change flexible ou flottant : abscence de parité. Flottement pur : abscence d'intervention des autorités monetaire pour limiter les fluctuation du taux de change Flottement regulé : intervention

16 Taux de change depend de : - echanges exterieurs de B&S - investissements fait. Si beaucoup d'investissements fait sur son pays> investissements fait par ce pays, monnaie monte, - mouvements speculatifs obligation : feuille où l'état (l'emprunteur) s'engage à rembourser le prêt qu'il a fait avec les intérêts au pourcentage donné. La crise des subprimes a commencé sur le marché du crédit immobilier américain. Dans le marché des crédits, 2 types de crédits : - "prime" : Tous les crédits qui sont octroyés à des emprunteurs qui sont considérés comme "sains", ou sûr - "subprime" : les emprunteurs risqués. Un système est mis en place. 2 caractéristiques dans les crédits subprimes : - reset : un prêt immobilier est sur une longue durée. le taux d'intérêt est fixe les 2 premières années puis la 3è année il est renégocié chaque année. Les taux d'intérêts sont plutôt faibles les 2 premières années mais plus important que les taux des crédits "primes". Ils étaient indéxés sur les taux directeurs de la fed. - Hypothèque : Garantie pour la banque, si on est pas capable de rembourser le crédit, la banque prend le bien immobilier pour le rembourser. On accepte de mettre le bien qui est acheté par le crédit en hypothèque. Dans le cas d'un non-remboursement, le bien est saisi, revendu, ce qui permet de rembourser le prêt. Contexte de bulle immobilière : Les prix des biens immobiliers étaient en augmentation. Les banques etaient intéréssées car avec les taux d'intérêts et possibilité de saisir un bien immobilier avec les prix à la hausse, possibilité de les revendre plus cher. Dans 1/3 des cas aucun contrôle des banques sur la capacité de financement des ménages. Beaucoup de crédits octroyés sans apport (100% du prix du bien). Tant que les prix étaient à la hausse, lors de la négociation les taux d'intérêts étaient faibles, on a toujours des biens immobiliers en hypothèque. (Quand la fed augmente les taux directeurs, augmentation des taux d'intérêts à la hausse, donc la crise va alors se déclencher.) Les banques, pour octroyer beaucoup de crédit, vont créer des Fonds Communs de Créance (FCC) et vont les vendre à des entités. Titrisation : Transformation des bloc de créances en titres revendus sur le marché financier acheté par d'autres banque, OPCVM,... Les crédits ne sont donc plus sur le bilan de la banque, ils sont détenu par les FCC qui les vendent aux banques, OPCVM,... Les ménages, lorsqu'elles paient les taux d'intérêts, les rendent aux détenteurs des titres. 1) Les différents acteurs - Les IF : intermédiaires financiers ou agents financiers. On a les IF bancaires (IFB) et les IF non-bancaires (IFNB). Les IF bancaires ont 2 spécificités : Pouvoir de création monétaire Transformation de capacité de financement en besoin de financement.

17 Les crédits octroyés viennent des dépôts et de la création monétaire en majorité. Les IF non-bancaires : Ils n'ont pas le pouvoir de création monétaire. A travers des titres sur les marchés financiers, cette épargne sert à distribuer les crédits. Ce sont les organismes de crédits conso et on a des institutions spécialisées (crédits agricol, caisse de financement de projets.) Crédit consommation : acheter du mobilier,... IFNB Hors EC : 3 types IES : Sont tous des établissements de crédits - On a également les ANF : Ménages, SNF, APU. OPCVM (Organismes de placement communs en valeur mobilières) SICAV : Sociétés d'investissements à capital vairable FCP : Fonds communs de placement Si des ménages ont une épargne et ne savent pas quel est le meilleur choix à faire pour les gains, ils vont demander conseil : Soit aux banques soit aux OPCVM (ils ont des clients : épargnants qui ont une capacité de financement, le rôle sera de gérer le portefeuille du client, veut connaitre combien il veut gagner et quel est le risque qu'il est prêt à prendre) Les OPCVM gèrent les portefeuilles de titres financiers pour leurs clients, et les clients recoivent des rémunérations. Ils sont payés par leurs clients pour gérer leurs portefeuilles Les fonds de pension : - Système de Répartition : les actifs d'aujourd'hui cotisent pour financer les pensions des retraités d'aujourd'hui. - Système de capitalisation : Les actifs d'aujourd'hui ouvrent un compte et versent de l'argent qui servira une fois à la retraite. Problème d'inflation, donc de perte de valeur. Le compte individuel doit être supérieur à l'inflation pour ne pas avoir une perte de valeur. Les comptes individuels sont gérés par les fonds de pensions, ils gèrent donc les comptes des personnes qui sont dans un système de capitalisation. Les fonds de pensions constituent des portefeuilles avec l'argent déposé sur le compte en achetant des titres, et au moment de partir à la retraite, la personne part à la retraite avec une somme supérieure ou inférieure à la somme déposée. Le risque est financier (dépend si crise, marché à la baisse). Sociétés d'assurances : Pari que tel évènement ne va pas survenir. Deux types d'assurance vie : - On verse de l'argent jusqu'à un certain âge, si on meurt avant, l'assurance reverse aux proches - Pari de vivre un certain nombre d'années. L'assurance verse de l'argent après l'age estimé OPCVM, Fond de pension et Assurances sont les investisseurs institutionnels "zinzins". On a aussi les IF spéculatifs parmis les IFNB hors EC :

18 - Les Hedge Funds (fonds spéculatifs) : Peut être des devises, actions,titres financiers, et matières premières. - Les fond private equity (sociétés de capital investissement) : spécialité est de racheter des firmes d'entreprises et les revendre quelques années plus tard pour avoir une meilleure plus-value. L'achat peut se faire soit par les fonds de private equity ou par endettement. Si elle s'endette, c'est une opération de LBO (leverage buy out) - Les fonds souverains : fonds qui appartiennent à des états qui ont de l'argent et qui l'utilisent pour spéculer (et investir). Les IF spéculatifs cherchent un gain financier important. Ils veulent gagner beaucoup d'argent rapidement, donc leur stratégie est centrée sur la spéculation. Cette spéculation est faite à la fois avec leurs comptes propres et ceux de leurs clients. L'objectif des IF spéculatif et d'acheter titres et de les revendre au plus haut prix de marché. (plus-value max) La spéculation : Acheter des actifs dans le but de les revendre plus chers (actifs financiers ou immobiliers). Le but est uniquement la plus-value. Même système pour les actions. Le but est qu'elle soit revendue plus cher plus tard. 2) Instruments financiers - Le premier type est la devise : moyen de paiement dans un autre pays, sert pour l'achat de B&S. Elle peut etre utilisée comme instrument financier (instrument de spéculation). Instruments financiers qu'on échange sur le marché des capitaux : - Les TCN (titres de créance négociables) : Titres qui sont émis par des établissements de crédit pour lever les capitaux directement sur le marché. Ils peuvent être égalements émis par des ANF (entreprises ou état). On les reconnaît en fonction de leur durée et du montant. TCN de court terme de durée d'un jour à 1 an et d'un montant supérieur ou égal a TCN a bon à moyen terme négociable (BMTN) avec le même montant ais avec une durée supérieur à un an Les bons du Trésor pour une durée de 3 à 5 ans - Actions et Obligations : Action = Part d'une entreprise. titre de propriété qui donne droit à des dividendes (pourcentage des bénéfices de l'entreprise) et à partir d'une certaine part, de voter et de prendre part aux décisions stratégiques de l'entreprise. La valeur réelle correspond à la part des bénéfices qu'on obtient. La valeur d'échange dépend de l'offre et de la demande et non seulement de la valeur réelle. Obligation : C'est de l'endettement (on prête de l'argent à l'agent, il nous rémuunère avec des intérêts et à la fin de la date préscrite, il doit rembourser ce prêt). C'est un titre de créance. La rémunération se fait grâce à un taux d'intérêt, mais elle ne donne pas le droit au vote. Ces titres sont émis sur un marché primaire (directement les agents qui l'émettent et qui la donne à des agents). On peut revendre ces titres sur le marché secondaire. En cas de faillite, l'entreprise doit rembourser tout ses créanciers donc les détenteurs d'obligations avant ceux d'actions - Les titres d'opcvm : Ce sont des organismes qui gèrent des portefeuilles d'actif. L'OPCVM va constituer un portefeuille diversifiés avec la somme d'argent qu'il va vendre

19 aux épargnants. La diversification du portefeuille consiste à diversifier les titres afin de prendre moins de risque. Ex : Portefeuille de l'opcvm : 1 obligation française, 1 bon du trésor USA, 15 devises, 2 TCN. Chaque année ce PF aura une certaine rémunération et elle sera redistribuée entre les épargnants selon l'apport de ces derniers - Les produits dérivés : C'est une promesse d'achat de la part d'un agent afin de se prémunir contre les fluctuations du marché. Il s'agit du produit dérivé classique appelé "les futures" où il y a une obligation d'acheter. Il y a également "les options" : dans ce cas, on est pas obligé d'acheter. << Une entreprise est productrice de céréales.a Chicago, on aura le marché des matières premières. Elle anticipe que le prix des céréales va augmenter. Elle a besoin d'acheter des céréales à hauteur de 1million et anticipe qu'elle en vaudra 1,2million dans un an. Elle va se mettre d'accord avec un financier pour fixer le prix à la date actuelle afin de n'acheter ue la quantité de céréale qu'elle aura besoin dans un an, qu'elle sera livrée dans un an mais au prix actuel. Si à l'année N+1 elle a raison, elle aura gagnée de l'argent, mais si c'est le contraire, elle aura perdu de l'argent. La personne en face doit anticiper le contraire de l'entreprise. Crise : Augmentation des taux directeurs de la FED (banque centrale des USA) ( de 1% à 5,25%) pour limiter la création monétaire car elle sent que l'inflation monte. Les taux d'intérêts augmentent, donc ils doivent rembourser plus que le montant prévu à la base, donc les ménages font défaut. Le taux de défaut est passé de 6% en 2005 à 20% en 2007 (1/5 ménages n'est plus capable de rembourser son crédit subprime). Le bien hypothéqué est donc saisi est revendu aux enchères. Si le prix du bien immobilier a baissé (lié au fait que l'offre est devenu supérieure à la demande car il y a plus de biens vendus, et comme il y a une hausse des taux, la demande baisse car plus dur d'avoir des crédits). Ce retournement du marché immobillier fait qu'on a une baisse des prix immobiliers, donc

20 lors de la revente, il y a une perte. Ces pertes seront repercutés sur ceux qui ont acquis ses titres (car les créances ont été titrisés) (OPCVM, banques, entreprises,..). Les agences de notation revoient leurs notes (notes qu'elles donnent aux titres) et elles les revoient à la baisse, donc plus personne ne veut les acheter et ceux qui les détiennent veulent les revendre, mais ils ont perdu. Plus difficile d'avoir des crédits pour les ménages et entreprises => impact de la sphère monétaire vers la sphère réelle. Crédit Crunch : Réduction drastique de l'offre de crédit à l'économie (- La titrisation concerne tous les types de creances, pas seulement les credits subprimes. - Les intermediaires financiers ont racheté ces titres, et certains geraient des portefeuilles de menages, ce qui a eu pour consequence de toucher ces menages. - l'hypotheque est faite au debut du credit. Lorsque les menages ne peuvent plus rembourser, le bien est saisi. - certains blocs de titres etaient notés AAA, pas tous. Les titres ont eté surnotés par rapport a la valeur et au risque auquel ils etaient adossés) Lire P27-29 IMPORTANT 3) Les différentes modalités de financement Modalités qui s'offrent à une SNF qui a besoin de financement : - recours à l'auto-financement - Emettre des obligations - Emettre des actions - Emettre des TCN - Faire un crédit à la Banque - Faire un crédit inter-entreprise On différencie financement interne (dans l'entreprise) et externe. On différencie également financement intérieur (pays où réside l'entreprise) et financement extérieur. Financement Interne - Autofinancement Financement indirect : Un intermédiaire financier entre en jeu et fait un lien entre agent à capacité de financement et agent à besoin de financement. Financement indirect monétaire (création monétaire) - IFB ( crédit octroyé par une banque Financement Externe - Direct (Actions, obligations et autres titres, crédits inter-entreprise) - Indirect (intermédiaire financiers) Financement indirect non-monétaire (pas de création monétaire) - IFNB Lorsq'un IF achète une obligation d'une SNF, il y a création monétaire.

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France I. Les acteurs du circuit monétaire A) Les détenteurs de monnaie : les ANFR AIF ANFR = agents non financiers résidents AIF = autres intermédiaires

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Annexe C. Éléments d'analyse financière 143 ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Résumé Cette annexe présente quelques éléments comptables qui peuvent servir à l'analyse financière des entreprises.

Plus en détail

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques La Bourse Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques Le Marché Financier a un double rôle : apporter les capitaux nécessaires au financement des investissements des agents économiques et assurer

Plus en détail

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE Section 1. Les marchés de capitaux I. Le marché financier Dans un sens plus étroit, c'est le marché où s'échangent les titres à moyen et long terme (valeurs mobilières) contre

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

SO00BM24 Introduction aux politiques économiques

SO00BM24 Introduction aux politiques économiques SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

GLOSSAIRE VALEURS MOBILIERES

GLOSSAIRE VALEURS MOBILIERES GLOSSAIRE VALEURS MOBILIERES Action Valeur mobilière représentant une part du capital d'une société. Le détenteur d'une action bénéficie d'une rémunération sous forme de dividendes et a normalement un

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN : FR0000983348 Dénomination : CAAM MONE ETAT Forme juridique : F.C.P. de droit français. Compartiments / nourricier : l OPCVM est

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Comment aborder l Investment Challenge dans les meilleures conditions?

Comment aborder l Investment Challenge dans les meilleures conditions? en collaboration avec Comment aborder l Investment Challenge dans les meilleures conditions? Vous participez au concours organisé par l association Transaction l Investment Challenge, et vous avez bien

Plus en détail

La théorie keynésienne : le rôle du système bancaire

La théorie keynésienne : le rôle du système bancaire La théorie keynésienne : le rôle du système bancaire Le rôle du système bancaire Un rôle fondamental Dans une économie moderne, les banques ont pour principale fonction de créer la monnaie. Aristote définissait

Plus en détail

Monnaie et financement de l économie

Monnaie et financement de l économie Monnaie et financement de l économie I. Monnaie, masse monétaire création monétaire, devises A. Les différents aspects de la monnaie Monnaie = Instrument d échanges qui permet ds une éco donnée l achat

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne L 68/54 DÉCISION (UE) 2015/425 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 15 décembre 2014 modifiant la décision BCE/2010/21 concernant les comptes annuels de la Banque centrale européenne (BCE/2014/55) LE CONSEIL

Plus en détail

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques :

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques : LES BANQUES I. Les différents services proposés par les banques : Les services bancaires représentent l ensemble des produits proposés par une banque. Les services bancaires les plus connus sont : Epargne

Plus en détail

La séquence des comptes

La séquence des comptes La séquence des comptes Comptes des institutions sans but lucratif au service des ménages I: Compte de production P.2 Consommation intermédiaire B.1b Valeur ajoutée brute P.51c Consommation de capital

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

BNP PARIBAS GARANTIE INFLATION 2019

BNP PARIBAS GARANTIE INFLATION 2019 BNP PARIBAS GARANTIE INFLATION 219 Code ISIN : FR 6913 Notice d'information Fonds Commun de Placement Forme juridique de l'opcvm : Promoteurs : Société de Gestion : Dépositaire : Commissaire aux comptes

Plus en détail

Chap 2 : MARCHE DES CAPITAUX, LEURS PRODUITS ET LEURS ACTEURS

Chap 2 : MARCHE DES CAPITAUX, LEURS PRODUITS ET LEURS ACTEURS Chap 2 : MARCHE DES CAPITAUX, LEURS PRODUITS ET LEURS ACTEURS Marché : lieu de rencontre, mode de transaction entre les vendeurs et les acheteurs afin d'échanger une vaste gamme d'actifs appelés produits

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière?

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 mars 2015 à 13:47 Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? Introduction La globalisation financière est à la fois la condition d un système financier

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

2 - Le financement de l'économie

2 - Le financement de l'économie 1 2 - Le financement de l'économie Cette fiche explique le fonctionnement de la monnaie, des institutions financières et des marchés financiers. Elle montre en quoi les innovations des années 80, soutenues

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

L'argent-dette de Paul Grignon

L'argent-dette de Paul Grignon Formation des 1 et 3 avril 2014 au LAG Préalable : 3 fonctions de la monnaie une unité d'échange [ équivalence ] une unité de mesure un moyen de réserve [valeur qu'on peut stocker] introduction L'argent-dette

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE. BNP PARIBAS INDICE FRANCE Fonds commun de placement de droit français

PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE. BNP PARIBAS INDICE FRANCE Fonds commun de placement de droit français OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE 1 - PRESENTATION SUCCINCTE

Plus en détail

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION Totalité des produits = Totalité des Revenus = Totalité des Dépenses DEPENSE Achats de biens et services Revenus primaires REVENU PRODUCTION redistribution des

Plus en détail

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES LES ACQUISITIONS DE TITRES Objectif(s) : o Classification des titres. Pré-requis : o Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). Modalités : o Immobilisations financières :

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

S informer sur. Capital investissement:

S informer sur. Capital investissement: S informer sur Capital investissement: les fonds communs de placement à risques destinés au grand public Qu est-ce que le capital investissement? Quels sont les segments d intervention du capital investissement?

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : Conforme aux normes européennes DENOMINATION :

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : Conforme aux normes européennes DENOMINATION : SOGEMONE CREDIT PROSPECTUS SIMPLIFIE Conforme aux normes européennes PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : DENOMINATION : SOGEMONE CREDIT FORME JURIDIQUE : FCP de droit français COMPARTIMENTS/NOURRICIER

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 1 : ORGANISATION DU MARCHÉ FINANCIER PAR LA COSUMAF

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 1 : ORGANISATION DU MARCHÉ FINANCIER PAR LA COSUMAF FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 1 : ORGANISATION DU MARCHÉ FINANCIER PAR LA COSUMAF SOMMAIRE DU THEME 1 I LES ACTEURS DU MARCHE / ARCHITECTURE ORGANISATIONNELLE DU MARCHE 1- L ORGANE DE REGULATION : LA

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Les opérations et autres flux

Les opérations et autres flux Les opérations et autres flux Les nomenclatures présentées ici sont celles du Système européen des comptes 2010 (SEC 2010). Nomenclature des opérations Opérations sur produits (biens et services) (P) P.1

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

Bulletin Economique CIRCUIT ET AGENTS ECONOMIQUES APPLIQUES A LA HAUSSE DES SALAIRES. «Théorie & Analyse économique» - 15 Juin 2015 -

Bulletin Economique CIRCUIT ET AGENTS ECONOMIQUES APPLIQUES A LA HAUSSE DES SALAIRES. «Théorie & Analyse économique» - 15 Juin 2015 - Bulletin Economique CIRCUIT ET AGENTS ECONOMIQUES APPLIQUES A LA HAUSSE DES SALAIRES «Théorie & Analyse économique» - 15 Juin 2015 - L'ECONOMISTE France Tel: +33.(6).98.70.49.15 - Fax: +33.(8).26.99.74.01

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

Chapitre 12. Les modes de financement. 1 Exercice 12.07

Chapitre 12. Les modes de financement. 1 Exercice 12.07 Chapitre 12 Les modes de financement 1 Exercice 12.07 Augmentation de capital Début janvier N, les dirigeants de la SA VIDEOCOM décident deux opérations : - la création d'une filiale, la société anonyme

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe :

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe : L'AVIS DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES SUR LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE Hervé Stolowy, Professeur au Groupe HEC, diplômé d'expertise comptable L'avis n xx de l'oec "Le tableau des flux de trésorerie",

Plus en détail

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020 4,50 % par an (1) pendant 8 ans Souscrivez du 30 janvier au 24 février 2012 (2) La durée conseillée de l investissement est de 8 ans. Le capital est garanti à l

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION FCP A FORMULE PULPAVIE NOTICE D INFORMATION Forme Juridique de l'opcvm : F.C.P. Etablissements désignés pour recevoir les souscriptions et les rachats : Agences des CAISSES REGIONALES de CREDIT AGRICOLE,

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013

LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013 1 LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013 2 Sommaire Contexte et objectifs 3 Les Principales Caractéristiques des SCPI 4 Les SCPI dans un contrat Spirica 13 Exemple de calculs

Plus en détail

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/1

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/1 26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/1 INTRODUCTION CHAPITRE 19 LES COMPTES EUROPÉENS 19.1 Le processus d'intégration européenne a dicté la nécessité d'établir une séquence complète

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS

RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, une information générale relative aux caractéristiques des

Plus en détail

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-5 Politiques

Plus en détail

ECONOMIE POLITIQUE Robert PLASMAN 26 MAI 2014 NOM... PRENOM N MATRICULE...

ECONOMIE POLITIQUE Robert PLASMAN 26 MAI 2014 NOM... PRENOM N MATRICULE... ECONOMIE POLITIQUE Robert PLASMAN 26 MAI 2014 NOM... PRENOM N MATRICULE... POLI2 COMM2 SOCA2 Autre (précisez) L examen est coté sur 48 points : 25 pour les questions 1 à 5, 8 pts pour les questions 6 à

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 - 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 Objectif(s) : o Pré-requis : Relation de la variation de la Trésorerie d'exploitation avec l'excédent Brut d'exploitation (E.B.E.) et la variation

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

INSTRUCTION N 2006-04 DU 24 JANVIER 2006

INSTRUCTION N 2006-04 DU 24 JANVIER 2006 1 INSTRUCTION N 2006-04 DU 24 JANVIER 2006 RELATIVE AUX MODALITÉS DE CALCUL DE L ENGAGEMENT DES OPCVM SUR INSTRUMENTS FINANCIERS À TERME Prise en application des articles 411-44-1 à 411-44-5 du règlement

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers du premier exercice de neuf mois Accompagnés du rapport des vérificateurs

Plus en détail

FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE. Notice d Information

FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE. Notice d Information FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) - Code valeur : 990000097559 Compartiment oui non Nourricier oui non Notice d Information Un Fonds Commun de Placement d Entreprise

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail