C est en 2007 qu a été établie la première réglementation thermique sur l existant.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "C est en 2007 qu a été établie la première réglementation thermique sur l existant."

Transcription

1 Aide à la cnceptin C est en 2007 qu a été établie la première réglementatin sur l existant. Objectif principal : Faire diminuer les dépenses énergétiques et les émissins de gaz à effet de serre. Respnsabilité Seul le maître d uvrage est respnsable de l applicatin de la réglementatin «existant». Les prfessinnels (maître d œuvre, entreprise générale, artisan) nt un rôle d infrmatin et de cnseil auprès des maîtres d uvrage sur l existence de cette réglementatin et les exigences qui en déculent, afin qu elles sient respectées. Bâtiments cncernés Les bâtiments peuvent être classés suivant leur date de cnstructin, il y aura 3 catégries : - Avant 1948 Ces uvrages snt représentés par des cnstructins anciennes, bâties seln des méthdes traditinnelles et prpres à chaque régin. Elles snt suvent en pierre u matériaux dispnibles lcalement et nt pur la plupart une très frte inertie. Il est très difficile de mdéliser le cmprtement hygr de ce type d uvrage, c est purqui la méthde Th-CEex ne s applique pas sur ces bâtiments. Il est préférable de réaliser une étude plus cmplète en se basant sur le cmprtement dynamique du bâtiment. - Entre 1948 et 1975 Après la guerre, une plitique de recnstructin est engagée, il faut recnstruire vite. Ainsi, les premières maisns en parpaings apparaissent, seulement le cnfrt d été et les perfrmances énergétiques ne snt pas une pririté dans la cnstructin. Vient ensuite l épque des HLM (Habitatin à Lyer Mdéré) et des ZUP (Zne à Urbaniser en Pririté), mais là encre, les perfrmances énergétiques ne snt pas prises en cnsidératin. - Entre 1975 et 2010 Les deux chcs pétrliers de 1973 et 1979, fnt prendre cnscience à la France qu il faut amélirer le cnfrt des cnstructins. Ainsi, la première réglementatin vit le jur en De nuvelles nrmes de cnstructins snt établies et permettent de prendre en cnsidératin l efficacité énergétique. Depuis la réglementatin ne cesse d évluer et l islatin devient un enjeu cnsidérable pur l améliratin des perfrmances du bâtiment. Editin du 02/10/ page 1 / 7

2 Aide à la cnceptin DPE (Diagnstic des Perfrmances Energétiques) - Présentatin Instauré en 2002, ce diagnstic permet d évaluer les perfrmances énergétiques d un bâtiment. Le DPE présente une descriptin du bâtiment et des pstes de cnsmmatin énergétiques (chauffage, eau chaude sanitaire, éclairage, refridissement et ventilatin). A partir des factures, u d une estimatin (méthde de calcul 3CL), la cnsmmatin d énergie et l émissin de gaz à effet de serre snt estimées. Les résultats snt présentés snt frme de nte : A étant la meilleure et G la mins bnne. Méthde 3CL Calcul des Cnsmmatins Cnventinnelles des Lgements. Plusieurs méthdes peuvent être utilisées pur réaliser le DPE, elles snt décrites dans l arrêté du 15 septembre 2006 relatif aux méthdes et prcédures applicables au diagnstic de perfrmance énergétique pur les bâtiments existants prpsés à la vente en France métrplitaine. 3 méthdes nt été élabrées : - 3CL-DPE - DEL6-DPE - Cmfie-DPE Leurs algrithmes snt définis dans l'arrêté du 9 nvembre 2006 prtant apprbatin de diverses méthdes de calcul pur le diagnstic de perfrmance énergétique en France métrplitaine. Tus les uvrages snt traités avec la même méthde, il est dnc pssible de les cmparer entre eux. Le DPE est établi par un prfessinnel indépendant, et il est bligatire pur tute vente u lcatin de lgement. - Les pints négatifs Le DPE est basé sur une méthde de calcul très simplifiée, et les prfessinnels qui réalisent ces diagnstics n nt eu une frmatin que de 3 jurs ; il arrive que pur un même uvrage les DPE ne présentent pas les mêmes résultats d un prfessinnel à un autre. C est purqui il est imprtant de faire réaliser une étude plus apprfndie afin de mieux cerner les enjeux de la rénvatin. Les DPE divent être utilisés cmme une surce d infrmatin et de sensibilisatin mais en aucun cas être cnsidérés cmme une étude. Editin du 02/10/ page 2 / 7

3 Aide à la cnceptin Les 8 pints de la La s applique sur 8 pints à amélirer lrs de la rénvatin : - La ventilatin - Les paris paques - Les paris vitrées - L eau chaude sanitaire - Le refridissement - L éclairage - Le chauffage - Les énergies renuvelables. La réglementatin existant s applique dnc «élément par élément» Pur le cas d immeubles de lgements cnstruits après le 1 er janvier 1948, dnt la SHON (Surface Hrs Œuvre Nette) ttale dépasse m² et qui subissent des travaux de rénvatin d un cût supérieur à 25% de la valeur du bâtiment hrs fncier, il faut appliquer le RT glbale (prche de la RT 2005) cmme définit par l arrêté du 13 juin SHON > m² SHON < m² Cût des travaux de rénvatin > 25% de la valeur du bâtiment Cût des travaux de rénvatin < 25% de la valeur du bâtiment >1948 <1948 RT Glbale RT élément par élément Dans cette fiche, seul le thème des paris paques sera abrdé. Les exigences Lrsqu un maître d uvrage entreprend de rénver sn bâtiment, il s engage à en amélirer les perfrmances. C est-à-dire, qu il dit installer des prduits de perfrmances supérieures aux caractéristiques minimales mentinnées dans l arrêté du 3 mai Ces exigences nt pur ambitin de cibler les techniques perfrmantes tut en tenant cmpte des cntraintes de l'ccupant, ce qui permettra, en intervenant sur suffisamment d'éléments, d'amélirer significativement la perfrmance énergétique du bâtiment dans sn ensemble. Pur chaque élément susceptible d'être installé u changé, l'arrêté du 3 mai 2007 dnne le critère de perfrmance exigé pur le prduit. Editin du 02/10/ page 3 / 7

4 Aide à la cnceptin Envelppe du bâtiment, paris paques Paris cncernées - Paris verticales dnnant sur l extérieur Bétn banché Blcs bétn u briques industriels Bardages métalliques - Planchers bas Terre cuite Bétn - Titures Tus types On cnstate que le bis ne figure pas dans les champs d applicatin de la. Résistances s minimales Vici les valeurs cibles pur les paris paques et suivant les znes climatiques, après rénvatin. «Lrsque des travaux d installatin u de remplacement de l islatin snt entrepris sur une pari, ceux-ci divent être réalisés de telle srte que la pari islée dit avir une résistance ttale, ( ), exprimée en mètres carrés. Kelvin par Watt (m2.k/w), supérieure u égale à la valeur minimale dnnée dans le tableau suivant en fnctin du type de pari cncernée.» Article 3 de l arrêté du 3 mai 2007 Résistance (m².k/m²) Mur dnnant sur l extérieur 2.3 pur les zne H1 et H2 2 pur la zne H3 Plancher sur vide sanitaire * 2 Titure inclinée (rampants sup à 60 ) 2.3 Titure inclinée (rampants inf à 60 ) 4 Titure terrasse 2.5 Plancher cmbles perdus 4.5 * : Le cas d un plancher sur terre-plein n est pas abrdé. Editin du 02/10/ page 4 / 7

5 Aide à la cnceptin Etudes de cas Avant de cmmencer des travaux de rénvatin, il est imprtant de diagnstiquer le bâtiment afin de ne pas nuire à sn équilibre hygr. Les changements de destinatin impliquent un changement des cnditins intérieures (température et humidité relative) et peuvent buleverser cet équilibre. Par exemple, les anciennes fermes destinées aux animaux, ne snt pas islées, et dnc ne snt pas cnçues pur accueillir une habitatin avec salle de bain, cuisine, etc., pièces dans lesquelles beaucup de vapeur d eau est prduite. Ajuter une islatin peut nuire aux perfrmances énergétiques et engendrer des dégradatins telles que : - La dégradatin de la structure prteuse par assèchement et fragilisatin du mrtier - L enfermement de l humidité dans le mur, entrainant une dégradatin de l islant et des finitins intérieures. En revanche dans certains cas, c est le phénmène inverse qui se prduit. C est le cas pur les cnstructins datant de la péride En règle générale, ces uvrages présentent un risque élevé de cndensatin dans la masse dû à leur manque d islatin u au mauvais agencement des matériaux (ITI par exemple). En travaillant sur l envelppent du bâtiment, ces anmalies peuvent être supprimées. Exemple : Pari initiale Enduit plâtre 1 cm Brique plâtrière 3.5 cm Laine de verre (ρ = 27, λ = 0.032) avec pare-vapeur intégré 12 cm Parpaings creux 20 cm Enduit ciment (µ = 55) 2.3 cm Cnditin de l étude Pari verticale dnnant sur l extérieur Zne climatique H1b Altitude 35 m Température intérieure 19 C Humidité relative intérieure 67.5% Péride de calcul : jurnalier Résultats pari initiale Pari initiale Déperditin (W/m².K) Résistance (m².k/w) Risque de cndensatin Déphasage (h) Facteur d amrtissement (%) Elevé Editin du 02/10/ page 5 / 7

6 Aide à la cnceptin Prpsitin de rénvatin ITE ssature bis, laine de chanvre-bis Ossature bis entraxe 60 cm sectin 45x12 Islatin laine chanvre bis (ρ = 55, λ = 0.038) 12 cm Panneau fibres de bis (pare-pluie et cntreventement) 1.8 cm Lame d air ventilée 4,5 cm Bardage bis 2.1 cm ITE plystyrène Plystyrène expansé ITE sur maçnnerie (λ = 0.038) 12 cm Enduit ciment (µ = 20) 1.3 cm Résultats rénvatin Déperditin (W/m².K) Résistance (m².k/w) Risque de cndensatin Déphasage (h) Facteur d amrtissement (%) Pari OB Inexistant Pari Plystyrène Myen Interprétatin L exigence pur un mur dnnant sur l extérieur est de 2.3 m².k/w, la pari initiale était déjà au-dessus de cette exigence. En apprtant de l islatin supplèmentaire, n amélirer encre cette perfrmance. Risque de cndensatin La slutin prpsée avec le plystyrène n est pas adaptée puisque le prblème de cndensatin est encre présent. Le cefficient élevé de résistance à la diffusin de vapeur d eau du plystyrène ne favrise pas la migratin de vapeur d eau. En revanche, avec des matèriaux hygrrégulateurs, cmme la laine de bis-chanvre, la vapeur d eau peut ciculer librement dans la pari sans causer de risque de cndensatin et dnc de dégradatins de la pari. Déphasage Dans la pari initiale, le déphasage était d envirn 9h. Avec la rénvatin, celui-ci est augmenté de 3 à 5h. Cela permet de favrier le cnfrt d été. Editin du 02/10/ page 6 / 7

7 Aide à la cnceptin Facteur d amrtissement Dans la pari initiale, le facteur d amrtissement était de 37%, ce qui signifie que 37% du flux de chaleur pénètre à l intérieur du bâtiment. Après rénvatin, le flux est abaissé à mis de 3%. Ce qui, là encre, est un pint psitif pur le cnfrt d été. En cnclusin, la rénvatin permet de réaliser de nmbreuses écnmies d énergie et favrise le cnfrt des ccupants. Cependant, il est indispensable de réaliser une étude de simulatin sur les cmprtements hygrs des paris paques afin de chisir la slutin la plus adaptée à l uvrage que l n suhaite rénver. Surce : Ouvrage RT 2012 et RT Existant, Réglementatin et efficacité énergétique de Dimittri Mlle et Pierre-Manuel Patry Site internet Editin du 02/10/ page 7 / 7

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 3 juin 2014)

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 3 juin 2014) 1. Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie (Validées par le CA du 3 juin 2014) Les présentes Règles Techniques établies par l assciatin

Plus en détail

Coalition énergie et construction durable

Coalition énergie et construction durable RÉALISATION D UN CONCEPT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS UN CADRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR LE BÂTIMENT DE MOISSON MONTRÉAL CONCEPT PRÉPARÉ PAR L ENSEMBLE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DU COMITÉ EXPERTS

Plus en détail

Atelier : la maitrise des charges de chauffage

Atelier : la maitrise des charges de chauffage Atelier : la maitrise des charges de chauffage Thibaut Debeauvais, chargé de prjets «eau, énergie et rénvatin», ARC 19/10/2015 1 L Assciatin des Respnsables de Cprpriété 14 000 cprpriétés adhérentes Une

Plus en détail

Diviser par 3 la consommation énergétique d un bâtiment

Diviser par 3 la consommation énergétique d un bâtiment RT : Nuveauté Diviser par 3 la cnsmmatin énergétique d un bâtiment RT 2005 : 150 kwh/m².an RT : 50 kwh/m².an 3 exigences Cnceptin biclimatique Faible cnsmmatin d énergie Bn cnfrt d été Le maître d uvrage

Plus en détail

LIMITER LES PONTS THERMIQUES

LIMITER LES PONTS THERMIQUES - - LIMITER LES PONTS THERMIQUES Cncevir des détails assurant la cntinuité de l islatin thermique, assurer leur mise en œuvre crrecte sur chantier et remédier aux pnts thermiques existants PRINCIPES DEMARCHE

Plus en détail

Energie et bâtiments (3)

Energie et bâtiments (3) Energie et bâtiments (3) L islatin des paris une rentabilité surprenante! Dans le précédent article des NUG (le dernier numér mis à part puisque exceptinnellement cnsacré à un sujet d actualité le certificat

Plus en détail

Propriétés acoustiques des matériaux & travaux de réhabilitation. Ricardo Atienza Suzel Balez L5C. 2007-2008

Propriétés acoustiques des matériaux & travaux de réhabilitation. Ricardo Atienza Suzel Balez L5C. 2007-2008 Prpriétés acustiques des matériaux & travaux de réhabilitatin Ricard Atienza Suzel Balez L5C. 2007-2008 Rappel des principes de base de l islatin acustique Réduire à la surce Ne pas cnfndre islatin et

Plus en détail

Règlementation incendie : des évolutions pour le bois

Règlementation incendie : des évolutions pour le bois Deux nuveaux arrêtés prtant sur la sécurité incendie dans les établissements recevant du public, l un sur les aménagements intérieurs, l autre sur la prpagatin du feu par les façades, nt quelque peu mdifié

Plus en détail

Présentation des outils de maitrise de l énergie à disposition des DSG CONSEIL INGENIERIE ENERGIE

Présentation des outils de maitrise de l énergie à disposition des DSG CONSEIL INGENIERIE ENERGIE Présentatin des utils de maitrise de l énergie à dispsitin des DSG CONSEIL INGENIERIE ENERGIE Immbilier Durable Energie Carbne Frmatin Sinte Statut Sinte est un cabinet de cnseil et d ingénierie spécialisé

Plus en détail

travaux de réhabilitation Suzel Balez L5C 2007-2008

travaux de réhabilitation Suzel Balez L5C 2007-2008 Prpriétés s acustiques des matériaux & travaux de réhabilitatin Suzel Balez L5C 2007-2008 Rappel des principes de base de l islatin acustique Réduire à la surce Ne pas cnfndre islatin et crrectin acustique

Plus en détail

ASSURER UNE GRANDE INERTIE THERMIQUE

ASSURER UNE GRANDE INERTIE THERMIQUE - - ASSURER UNE GRANDE INERTIE THERMIQUE Chisir des matériaux lurds et les laisser en cntact direct avec l ambiance du lcal, pur dispser d un tampn thermique imprtant. PRINCIPES DEMARCHE Pur assurer le

Plus en détail

PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE

PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE Pur décuvrir la nuvelle versin 2016 du Guide Bâtiment Durable en ligne, Rendez-vus sur: http://www.guidebatimentdurable.brussels - - PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE Impact énergétique du secteur de

Plus en détail

2013 : LES 30 ANS D ACERMI

2013 : LES 30 ANS D ACERMI ACERMI BATIMAT 2013 2013 : LES 30 ANS D ACERMI LA MARQUE DE CERTIFICATION DES ISOLANTS AU SERVICE DES PROFESSIONNELS ACERMI BATIMAT 2013 ACERMI, UNE CERTIFICATION QUI S ADAPTE AUX ÉVOLUTIONS ET TENDANCES

Plus en détail

Rapport d expertise. Immeuble XXX, à 5555 YYY, Appartements xxx, yyy, ooo, rrr. Düdingen, 4 mars 2013

Rapport d expertise. Immeuble XXX, à 5555 YYY, Appartements xxx, yyy, ooo, rrr. Düdingen, 4 mars 2013 Rapprt d expertise Immeuble XXX, à 5555 YYY, Appartements xxx, yyy,, rrr. Mandants : XXX SA Auteur du rapprt : Gilbert Bielmann, Architecte SIA/UTS-SE Expert judiciaire certifié SEC, ISO17024/ SEC 01.1

Plus en détail

Eco-conditionnalité des aides publiques : Formation obligatoire pour accéder aux marchés de la rénovation énergétique

Eco-conditionnalité des aides publiques : Formation obligatoire pour accéder aux marchés de la rénovation énergétique Circulaire N 3 0007/2014 du 20/06/2014 Ec-cnditinnalité des aides publiques : Frmatin bligatire pur accéder aux marchés de la rénvatin énergétique Dès lrs que l éc-cnditinnalité entrera en vigueur, les

Plus en détail

OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE

OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS BATIMENTS - - OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE Amélirer le rendement glbal de l installatin de chauffage en assurant

Plus en détail

Cabinet LUTZ. Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY. La Chaufferie

Cabinet LUTZ. Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY. La Chaufferie Cabinet LUTZ Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY La Chaufferie La résidence de Lattre de Tassigny 200 lgements «haut de gamme» cnstruits en 1972 Une cnversin fiul / gaz en 1987 Depuis une demande de cnfrt

Plus en détail

HERMIQUE SOMMAIRE 3. CONFORT D ETE... 12

HERMIQUE SOMMAIRE 3. CONFORT D ETE... 12 HERMIQUE SOMMAIRE 1. PRINCIPES GENERAUX... 2 A. CONTEXTE ET OBJECTIF GENERAL... 2 B. GRANDEURS THERMIQUES... 2 C. LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE POUR LA CONSTRUCTION NEUVE... 6 2. REGLEMENTATION EN

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE

GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE Qui smmes nus? Nus smmes une petite sciété artisanale implantée sur Cuers. Ntre démarche est de prmuvir les énergies renuvelables. Nus essayns à travers ce guide de

Plus en détail

Règlementation Thermique des Bâtiments Neufs 1 2

Règlementation Thermique des Bâtiments Neufs 1 2 Fiche d applicatin : Systèmes saisnniers de prductin d eau chaude sanitaire Date Mdificatin Versin 1 er mars 2013 Versin initiale 1 1/7 Préambule Cette fiche d applicatin présente la méthde de prise en

Plus en détail

FORMATIONS A LA MAITRISE DE L ENERGIE

FORMATIONS A LA MAITRISE DE L ENERGIE FORMATIONS A LA MAITRISE DE L ENERGIE Frmatin «Référent Energie» PACK 1 : «Efficacité énergétique liée au prcess» PACK 2 : «Efficacité énergétique liée au bâti» 4 Jurs 3 Jurs 3 Jurs PACK 3 : «Efficacité

Plus en détail

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT - - CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT PRINCIPES DEMARCHE Chisir un mde d émissin de chaleur efficace et écnme. Avec le mde de prductin de chaleur, la qualité de la distributin et l efficacité de la régulatin,

Plus en détail

Recommandation n 2009-131/PG. relative à la saisine de Monsieur D. du 29 septembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X

Recommandation n 2009-131/PG. relative à la saisine de Monsieur D. du 29 septembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X Réf. 480718-265507592/FF Recmmandatin n 2009-131/PG relative à la saisine de Mnsieur D du 29 septembre 2008 cncernant un litige avec le furnisseur X Thème : / Mts clefs : * * * * La saisine Le médiateur

Plus en détail

Certification de bâtiments passifs à usage d habitation FFCP

Certification de bâtiments passifs à usage d habitation FFCP Certificatin de bâtiments passifs à usage d habitatin FFCP La certificatin est destinée aux entreprises : adhérentes à la Fédératin Française de la Cnstructin Passive à jur de ctisatin frmées à la cnstructin

Plus en détail

RESPECTS DES EXIGENCES

RESPECTS DES EXIGENCES RESPECTS DES EXIGENCES DE LA RT 2012 Les perfrmances de L envelppe SOMMAIRE Cntexte réglementaire Perfrmances de l envelppe Les enjeux réglementaires de demain 2 CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE Evlutin de la réglementatin

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE POUR LES PARTICULIERS CAHIER DES CHARGES 2014

AUDIT ÉNERGÉTIQUE POUR LES PARTICULIERS CAHIER DES CHARGES 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE POUR LES PARTICULIERS CAHIER DES CHARGES 2014 Versin en date du 27 mars 2014 Smmaire SOMMAIRE... 2 INTRODUCTION... 3 1. Objectifs... 4 2. Descriptin de l Audit énergétique... 4 3. Mdalités

Plus en détail

KDJHU HQHUJ\ manuel de l'xwlolvdteur tebis

KDJHU HQHUJ\ manuel de l'xwlolvdteur tebis manuel de l' teur tebis SOMMAIRE SOMMAIRE Page 1. PRESENTATION GENERALE DU SITE HAGER-ENERGY... 2 2. CONNEXION AU SITE... 3 3.... 4 3.1 COMPTE... 4 3.2 PAGE D ACCUEIL... 5 3.3 APPAREILS... 5 3.4 MON LOGEMENT...

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE»

GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE» - - GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE» Savir quand et cmbien de temps aérer les lcaux en l abscence de ventilatin hygiénique rganisée. PRINCIPES CONTEXTE La qualité de l air dépend de la cncentratin

Plus en détail

EN RENOVATION : ISOLER LES PAROIS

EN RENOVATION : ISOLER LES PAROIS - - EN RENOVATION : ISOLER LES PAROIS Lrs d une rénvatin, déterminer la meilleure façn de renfrcer l islatin des paris PRINCIPES DEMARCHE Lrs d une rénvatin, les interventins permettant de réduire la demande

Plus en détail

DESCRIPTION DES TECHNIQUES PARTICULIERES CQFD H2CO. 1 - Façade "Bois"

DESCRIPTION DES TECHNIQUES PARTICULIERES CQFD H2CO. 1 - Façade Bois DESCRIPTION DES TECHNIQUES PARTICULIERES 1 - Façade "Bis" Les façades et pignns snt réalisés en ssature bis : ssature bis pin classe 2 épaisseur 145 mm fixée sur sablière entre dalle côté extérieur : vile

Plus en détail

LIMITER LES PONTS THERMIQUES

LIMITER LES PONTS THERMIQUES - - LIMITER LES PONTS THERMIQUES Cncevir des détails assurant la cntinuité de l islatin thermique, assurer leur mise en œuvre crrecte sur chantier et remédier aux pnts thermiques existants PRINCIPES DEMARCHE

Plus en détail

Tous droits strictement réservés. Reproduction ou communication à des tiers interdite sous quelque forme que ce soit sans autorisation écrite du

Tous droits strictement réservés. Reproduction ou communication à des tiers interdite sous quelque forme que ce soit sans autorisation écrite du SOMMAIRE 1 - VOLET TECHNIQUE... 3 1.1 - LES GRANDS AXES DE RENOVATION ENERGETIQUE DANS L EXISTANT ANCIEN... 3 1.2 - DEFINITION INSTALLATION PRODUCTION COLLECTIVE BIOMASSE GRANULES... 4 1.3 - LE COMBUSTIBLE...

Plus en détail

Une cheminée est un conduit vertical pouvant être installé dans différents types de bâtiments.

Une cheminée est un conduit vertical pouvant être installé dans différents types de bâtiments. Une cheminée est un cnduit vertical puvant être installé dans différents types de bâtiments. Sa fnctin est d évacuer les gaz et fumées txiques prvqués par le feu brulant à l intérieur de la cheminée, dans

Plus en détail

Les Français et l autopartage

Les Français et l autopartage Les Français et l autpartage Sndage réalisé par pur LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Cntact BVA : Julie Catilln Directrice d études de BVA Opinin 01.71.16.88.34 Méthdlgie Recueil Enquête réalisée auprès d un

Plus en détail

l aspect purement technique de la pose de vitrages dans des feuillures :

l aspect purement technique de la pose de vitrages dans des feuillures : Envirnnement réglementaire Intrductin Dans le cadre des réglementatins relatives à l applicatin de prduits verriers dans le bâtiment, il faut principalement tenir cmpte de deux éléments: l aspect purement

Plus en détail

Le livret des aides à la rénovation des immeubles de Lille Lomme Hellemmes pour les propriétaires occupants ou bailleurs

Le livret des aides à la rénovation des immeubles de Lille Lomme Hellemmes pour les propriétaires occupants ou bailleurs Le livret des aides à la rénvatin des immeubles de Lille Lmme Hellemmes pur les prpriétaires ccupants u bailleurs SOMMAIRE De très nmbreuses aides peuvent financer une partie des frais liés à vs travaux

Plus en détail

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE - - INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE Chauffer une partie de l eau chaude au myen d une installatin slaire thermique. PRINCIPES DEMARCHE La cnsmmatin d énergie pur le chauffage de l eau peut être réduite

Plus en détail

Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE»

Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE» Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE» SOMMAIRE Dans le cadre de la mise en œuvre du PRERURE, la Régin Guadelupe et l ADEME lancent un appel à prjets prtant sur des bâtiments à perfrmances exemplaires.

Plus en détail

Le CAHIER NORMATIF pour les travaux de construction. 4. Mécanique 4.4 Ventilation

Le CAHIER NORMATIF pour les travaux de construction. 4. Mécanique 4.4 Ventilation Le CAHIER NORMATIF pur les travaux de cnstructin 4. Mécanique 4.4 Ventilatin Le 18 nvembre 2013 TABLE DES MATIÈRES 4. Mécanique... 1 4.4 Ventilatin... 1 4.4.1 Prescriptins générales... 1 4.4.2 Salle de

Plus en détail

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

Appel à Projets BPFI-PACA «Bâtiments performants ou exemplaires pour des filières innovantes en Provence-Alpes-Côte d Azur»

Appel à Projets BPFI-PACA «Bâtiments performants ou exemplaires pour des filières innovantes en Provence-Alpes-Côte d Azur» Appel à Prjets BPFI-PACA «Bâtiments perfrmants u exemplaires pur des filières innvantes en Prvence-Alpes-Côte d Azur» Année 2015-2016 Cet appel à prjets est lancé dans le cadre des pératins exemplaires

Plus en détail

Évaluation des logiciels DPE Règlement

Évaluation des logiciels DPE Règlement Évaluatin des lgiciels DPE - Règlement Évaluatin des lgiciels DPE Règlement 1 Présentatin La prcédure d évaluatin des lgiciels de Diagnstics Perfrmance Énergétique (DPE) a pur bjectif de dnner aux éditeurs

Plus en détail

Madame A. XXXX XXXX XXXX

Madame A. XXXX XXXX XXXX Madame A. Paris, le 21 février 2013 Dssier suivi par : Tél. : Curriel : recmmandatins@energie-mediateur.fr N de saisine : N de recmmandatin : 2013-0207 Objet : Recmmandatin du médiateur sur vtre saisine

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES ACTIONS ENVIRONNEMENTALES

ACTIONS GLOBALES ACTIONS ENVIRONNEMENTALES FICHE ACTIONS CRUARD Charpente-Cnstructin bis ACTIONS GLOBALES Maintien et prgrès de la démarche du dévelppement durable par la réductin des impacts envirnnementaux, le respect des enjeux techniques, écnmiques

Plus en détail

Crédit Habitation Souple

Crédit Habitation Souple Crédit Habitatin Suple Annexe Syllabus crédit habitatin BNP Paribas Frtis Last update : 12/08/2014 Erik Haezebruck 1 Cntenu Table des matières Page Descriptin 3 I. Suplesse au début du crédit 1. Le taux

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

VEILLE REGLEMENTAIRE

VEILLE REGLEMENTAIRE VEILLE REGLEMENTAIRE Préambule La maîtrise de l énergie est essentielle en raisn de la raréfactin des ressurces fssiles, de l augmentatin du prix de l énergie, de la lutte cntre le changement climatique.

Plus en détail

VALLAT Patrick MACONNERIE RENOVATION CONSTRUCTION CHANVRE 23. Avenir Rénovation Brivadoise. Zone Artisanale - 43100 Vieille-Brioude HAUTE LOIRE

VALLAT Patrick MACONNERIE RENOVATION CONSTRUCTION CHANVRE 23. Avenir Rénovation Brivadoise. Zone Artisanale - 43100 Vieille-Brioude HAUTE LOIRE VALLAT Patrick MACONNERIE RENOVATION CONSTRUCTION CHANVRE 23 1. CONTACT Nm cmmercial Nm / prénm du prpriétaire VALLAT Patrick Avenir Rénvatin Brivadise Adresse / Ville / cmmune Département / Pays Zne Artisanale

Plus en détail

ZAC METAIRIE COUËRON (44)

ZAC METAIRIE COUËRON (44) ZAC METAIRIE COUËRON (44) CAHIER DES RECOMMANDATIONS ENERGETIQUES Nvembre 2014 Aménageur Urbaniste de la ZAC Bureau d études énergétique LOIRE OCEAN DEVELOPPEMENT, 1, Bd du Zénith 44821 ST HERBLAIN Cedex

Plus en détail

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment Dérulement de la certificatin énergétique PEB de vtre bâtiment La certificatin énergétique de vtre habitatin se dérulera en 2 étapes : visite de vtre habitatin et relevé de ses caractéristiques ensuite,

Plus en détail

Qualité de vie au travail

Qualité de vie au travail Qualité de vie au travail Définitin, méthde et calendrier Les agents de la fnctin publique nt cnnu depuis plusieurs années des vagues de réfrmes successives dans un cntexte de cntraintes cntinues. Il en

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

La rénovation énergétique en copropriété. La démarche de rénovation énergétique Mardi 16 février 2016

La rénovation énergétique en copropriété. La démarche de rénovation énergétique Mardi 16 février 2016 La rénvatin énergétique en cprpriété La démarche de rénvatin énergétique Mardi 16 février 2016 Maîtrisez Vtre Energie (MVE) Agence Lcale de l Energie et du Climat : Accmpagnement des cllectivités Sensibilisatin

Plus en détail

CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE. Concerne : Nom du Bâtiment Adresse : Entre : Nom Client Adresse :

CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE. Concerne : Nom du Bâtiment Adresse : Entre : Nom Client Adresse : CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE Cncerne : Nm du Bâtiment Entre : Nm Client Ci-après dénmmé «CLIENT» ET : Nm sciété Ci-après dénmmé «EXPLOITANT» Il a été

Plus en détail

Financement des investissements Page 1 sur 6

Financement des investissements Page 1 sur 6 Financement des investissements Page 1 sur 6 Une UC a tujurs besin d investir que ce sit pur : - Remplacer du matériel bslète (ex : investir dans l util infrmatique) - Augmenter sa capacité de vente (ex

Plus en détail

Performance énergétique et réglementation

Performance énergétique et réglementation Perfrmance énergétique et réglementatin Sihem TASCA-GUERNOUTI CETE de l uest Rencntre ARCAD Simulatin thermique dynamique 23 mars 2012 Centre d'etudes Techniques de l'equipement de l'ouest www.cete-uest.develppement-durable.guv.fr

Plus en détail

Appel à projets régional. «100 rénovations de logements basse énergie 2009 2010» MODALITES

Appel à projets régional. «100 rénovations de logements basse énergie 2009 2010» MODALITES 1/ Cntexte et bjectif Appel à prjets réginal «100 rénvatins de lgements basse énergie 2009 2010» MODALITES En matière de lgement, le gisement d écnmies d énergies étant principalement dans l habitat existant,

Plus en détail

Qualité de vie au travail

Qualité de vie au travail Qualité de vie au travail Définitin, méthde et calendrier Les cnditins d exercice des missins des agents publics, leurs métiers et l rganisatin des services nt beaucup évlué en l espace d une décennie.

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

Choisir un coach-mentor

Choisir un coach-mentor Ce texte est une traductin d un dcument prduit par Assciatin f Cach Training Organizatins (ACTO)( www.actnline.cm), et endssé par Internatinal Cach Federatin (ICF). Dans ce texte le masculin inclut le

Plus en détail

Municipalité de La Pêche Procédure de municipalisation d un chemin privé PMCP 04-07-2012

Municipalité de La Pêche Procédure de municipalisation d un chemin privé PMCP 04-07-2012 PMCP 04-07-2012 Aût 2012 Réslutin 12-425 Table des matières 1. Faire signer une pétitin-requête par des prpriétaires, résidents et bénéficiaires des travaux... 1 2. Dépôt de la pétitin au cnseil... 2 3.

Plus en détail

A. DETERMINATION DE L ACTION... 2 B. NATURE DES VERIFICATIONS... 2

A. DETERMINATION DE L ACTION... 2 B. NATURE DES VERIFICATIONS... 2 OLIDITE FACADE OSSATURE BOIS SOMMAIRE 1. PRINCIPES GENERAUX DE LA JUSTIFICATION DE LA RESISTANCE MECANIQUE ET DE LA STABILITE... 2 2. ACTIONS DES CHARGES PERMANENTES... 2... 2... 2 3. ACTIONS DU VENT...

Plus en détail

Orientations de la Réglementation Thermique 2012 et risques liés à la performance énergétique des bâtiments. Paris 21 mai 2013

Orientations de la Réglementation Thermique 2012 et risques liés à la performance énergétique des bâtiments. Paris 21 mai 2013 Orientatins de la Réglementatin Thermique 2012 et risques liés à la perfrmance énergétique des bâtiments Paris 21 mai 2013 1 l La Réglementatin Thermique 2012 RT 2012 : une étape imprtante dans l évlutin

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien Cohorte 2012-2013

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien Cohorte 2012-2013 PLAN DE FORMATION Frmatin : Le rôle du superviseur au qutidien Chrte 2012-2013 1. Prblématiques ayant engendré le besin de frmatin Dans le passé, n recherchait des superviseurs cmpétents au plan technique.

Plus en détail

COMPTE RENDU DE REUNION Réunion du 21 septembre 2012

COMPTE RENDU DE REUNION Réunion du 21 septembre 2012 Chantier Financements Innvants de l efficacité énergétique Présents : Mme Gantier Shift Capital M Suchn Delitte M Garrel Acfi M Estienne Lb-p M Darrel Gdf Suez ( call cnférence) Melle Buhalassa Green Prperty

Plus en détail

Audits énergétiques Entreprises Règlementation et perspectives Méthodologie Février15

Audits énergétiques Entreprises Règlementation et perspectives Méthodologie Février15 Audits énergétiques Entreprises Règlementatin et perspectives Méthdlgie Février15 Présentatin générale Qui smmes-nus? Bureau d études techniques Energies renuvelables et Maitrise de l Energie Actinnariat

Plus en détail

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel TÉLÉMÉDECINE Dcteur Xavier DEAU Cnseiller Natinal de l Ordre des Médecins Exercice Prfessinnel TÉLÉMÉDECINE DÉONTOLOGIE DR DEAU CNOM INTRODUCTION La télémédecine est un myen exceptinnel d ptimiser la qualité

Plus en détail

Travaux de maintenance

Travaux de maintenance Travaux de maintenance La cmmunicatin cncernant la campagne Des cntacts nt été pris avec BEMAS qui regrupe de nmbreuses entreprises de la maintenance, mais sans succès. L annnce de la campagne s est faite

Plus en détail

ENVISAGER UNE CONSTRUCTION PASSIVE

ENVISAGER UNE CONSTRUCTION PASSIVE - - ENVISAGER UNE CONSTRUCTION PASSIVE Pusser les mesures d écnmie d énergie jusqu à ne plus avir besin d un système de chauffage cnventinnel. PRINCIPES DEMARCHE La qualité de l envelppe des bâtiments

Plus en détail

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION Cntenu 1. Origine... 2 2. Apprche... 2 3. Dmaine... 2 4. Pints de départ... 3 4.1. Cnventin sectrielle... 3 4.2. De Service Level Agreement vers Cnventin... 3 4.3. Seln le mdèle «cnsensus»... 3 4.4. Basées

Plus en détail

LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS

LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS Présentatin de l'rganisme de frmatin «l écle de la micrfinance» L Ecle de la Micrfinance est un rganisme de frmatin français [1] qui entend répndre à la demande de bénévles

Plus en détail

Sur la fiche de poste de travail vous reprenez au moins les informations suivantes sur base de l analyse des risques :

Sur la fiche de poste de travail vous reprenez au moins les informations suivantes sur base de l analyse des risques : Manuel de rédactin de la fiche de pste de travail En exécutin de l AR du 15/12/2010 fixant des mesures relatives au bien-être au travail des intérimaires Objectif de la fiche de pste de travail : En tant

Plus en détail

Enquête "Évaluation des besoins d'accueil extra-familial des enfants de moins de 16 ans" Présentation des résultats

Enquête Évaluation des besoins d'accueil extra-familial des enfants de moins de 16 ans Présentation des résultats Enquête "Évaluatin des besins d'accueil extra-familial des enfants de mins de 16 ans" Présentatin des résultats Pur faciliter la cmpréhensin Rappel : Accueil présclaire : C'est l'accueil des enfants nn

Plus en détail

LES CHARGES ACTIVABLES. Inscription à l'actif du bilan de charges par décision de gestion.

LES CHARGES ACTIVABLES. Inscription à l'actif du bilan de charges par décision de gestion. LES CHARGES ACTIVABLES Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Inscriptin à l'actif du bilan de charges par décisin de gestin. Distinguer les frais accessires et les frais d'acquisitin lrs de l'acquisitin

Plus en détail

Détail des qualifications OPQIBI bénéficiant de la reconnaissance «RGE»

Détail des qualifications OPQIBI bénéficiant de la reconnaissance «RGE» Détail des qualificatins OPQIBI bénéficiant de la recnnaissance «RGE» (01/01/15) 1. Qualificatins liées à la perfrmance énergétique des bâtiments 1.1. Qualificatins existantes mises à jur 1.1.1. Qualificatin

Plus en détail

Directive relative au concept énergétique de bâtiment

Directive relative au concept énergétique de bâtiment RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE Département de la sécurité, de la plice et de l'envirnnement Service de l'énergie Versin n 1 Validée le 5 aût 2010 Directive relative au cncept énergétique de bâtiment Cntenu

Plus en détail

Table des matières. Liste des figures. Figure 1 : Localisation potentielle de grilles de ventilation du parking du bloc C... 8.6. Liste des tableaux

Table des matières. Liste des figures. Figure 1 : Localisation potentielle de grilles de ventilation du parking du bloc C... 8.6. Liste des tableaux Table des matières 8. Qualité de l air... 8.1 8.1. Aire gégraphique... 8.1 8.2. Situatin existante et future (sans prjet)... 8.1 8.3. Situatin prjetée : analyse des incidences du prjet... 8.2 8.3.1. Estimatin

Plus en détail

REGULER EFFICACEMENT L INSTALLATION DE CHAUFFAGE

REGULER EFFICACEMENT L INSTALLATION DE CHAUFFAGE - - REGULER EFFICACEMENT L INSTALLATION DE CHAUFFAGE La régulatin du système de chauffage dit permettre une crrespndance idéale entre le besin d énergie et la quantité de chaleur effectivement prduite.

Plus en détail

Document d information

Document d information Dcument d infrmatin Dépôt du rapprt du Bureau du vérificateur général sur la vérificatin de gestin de l Administratin de la Chambre Au sujet de la vérificatin Prtée La vérificatin avait pur but d examiner

Plus en détail

Contribution au groupe de travail Rénovation des logements : du diagnostic à l usage. Créons ensemble la «carte vitale du logement»

Contribution au groupe de travail Rénovation des logements : du diagnostic à l usage. Créons ensemble la «carte vitale du logement» Siège scial 12, rue des Crdelières 75013 PARIS T: 01 53 91 03 03 F: 01 53 91 04 44 citemetrie@citemetrie.fr S.A.R.L. au capital de 14 300 Siret n 350 662 862 00043 Cde NAF 7112B Cntributin au grupe de

Plus en détail

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre Fiche pratique N 5 «Elabratin des utils d évaluatin des cmpétences» De qui s agit-il? 1 Evaluer des cmpétences cnsiste, en un instant T, à apprécier le niveau d acquisitin u de maîtrise des cmpétences

Plus en détail

FORMATION INNOVATION MANAGEMENT

FORMATION INNOVATION MANAGEMENT FORMATION INNOVATION MANAGEMENT Atelier de 3 jurs «Réinventer sn activité» à destinatin de chefs d entreprises Dates : 24/11, 08/12 et 09/12 Lieu : Chambre de Cmmerce du Luxemburg Frais d'inscriptin :

Plus en détail

BILAN DES ÉVÈNEMENTS DU 27 JANVIER 2014 ENTRAINANT LA FERMETURE DES CÔTES IMPORTANTES DE LA VILLE DE QUÉBEC

BILAN DES ÉVÈNEMENTS DU 27 JANVIER 2014 ENTRAINANT LA FERMETURE DES CÔTES IMPORTANTES DE LA VILLE DE QUÉBEC BILAN DES ÉVÈNEMENTS DU 27 JANVIER 2014 ENTRAINANT LA FERMETURE DES CÔTES IMPORTANTES DE LA VILLE DE QUÉBEC Par Éric Langlis Ingénieur Divisin aqueduc-égut-virie Service des travaux publics Ville de Québec

Plus en détail

DEDELIBERATION N CR 06-15

DEDELIBERATION N CR 06-15 1 CR 06-15 DEDELIBERATION N CR 06-15 DU 13 FEVRIER 2015 Plitique culturelle Evlutin du sutien réginal à la restauratin du patrimine bâti. LE CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE VU le règlement (UE) n 651/2014

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES Fnctin : Chef de Divisin Cntrôle des pératins Financières Versin : 3 Nvembre 2014 FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DÉPARTEMENT : Département Opérateurs DIVISION : Divisin

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

La Communauté d agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe La Commune

La Communauté d agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe La Commune Cnventin entre la CREA et la Cmmune de.. pur la valrisatin des Certificats d Ecnmies d Energie durant le prlngement de la 2 ème péride du dispsitif La Cmmunauté d agglmératin Ruen Elbeuf Austreberthe La

Plus en détail

Notre métier: réalisateur d économies

Notre métier: réalisateur d économies Ntre métier: réalisateur d écnmies 1 L énergie est un des 3 premiers pstes de cûts pur les industriels et sn prix est en cnstante augmentatin Okavang Energy identifie et met cncrètement en œuvre 15 à 30%

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 17 janvier 2012)

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 17 janvier 2012) 1. Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie (Validées par le CA du 17 janvier 2012) Les présentes Règles Techniques établies par l assciatin

Plus en détail

VERS UN ECO-QUARTIER : CHARTE DE DEVELOPPEMENT DURABLE ET GRILLE D EVALUATION DES PROJETS POUR L ECO-QUARTIER BAUDENS A BOURGES

VERS UN ECO-QUARTIER : CHARTE DE DEVELOPPEMENT DURABLE ET GRILLE D EVALUATION DES PROJETS POUR L ECO-QUARTIER BAUDENS A BOURGES VERS UN ECO-QUARTIER : CHARTE DE DEVELOPPEMENT DURABLE ET GRILLE D EVALUATION DES PROJETS POUR L ECO-QUARTIER BAUDENS A BOURGES PIERRE BALLAIRE, CONSEIL GENERAL DU CHER, CATHERINE CHARLOT-VALDIEU, ASSOCIATION

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE

CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE INTRODUCTION Dans le cadre de la relance de la plitique de maîtrise de l énergie, l ADEME suhaite inciter les acteurs industriels à

Plus en détail

Comment suivre mes informations RSE?

Comment suivre mes informations RSE? Cmment suivre mes infrmatins RSE? Intervenant : sarah GUEREAU 21 nvembre 2014 Smmaire Définitin de la Respnsabilité Sciétale des Entreprises Purqui se lancer? Analyse du marché Rapprt RSE et publicatins

Plus en détail

Présentation de la SCHL Canada

Présentation de la SCHL Canada Habitatin Présentatin de la SCHL Canada André Asselin Habitatin Habitatin Crissance cntinue du crédit hypthécaire à l habitatin $1 400 $1 200 Sciétés de titrisatin spécialisées TH. LNH Autres cies. sans

Plus en détail

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital Résumé du mdule 6 : Cût et structure du capital Ce mdule explique tut d abrd cmment une sciété établit sn cût du capital. Vus apprenez cmment calculer la pndératin des cmpsantes et les cûts du capital

Plus en détail

FROID EFFICACE EN LR. FROID et AGROALIMENTAIRE. en Languedoc-Roussillon. Paul Rivet AF Consulting

FROID EFFICACE EN LR. FROID et AGROALIMENTAIRE. en Languedoc-Roussillon. Paul Rivet AF Consulting FROID EFFICACE EN LR FROID et AGROALIMENTAIRE en Languedc-Russilln Paul Rivet AF Cnsulting FROID et AGROALIMENTAIRE en LANGUEDOC-ROUSSILLON Réunin du 2 ctbre 2009 - Mntpellier Rappel des bjectifs de l

Plus en détail

Pourquoi évaluer? Besoin d'éléments de preuve sur ce qui fonctionne

Pourquoi évaluer? Besoin d'éléments de preuve sur ce qui fonctionne 2 3 Purqui évaluer? Besin d'éléments de preuve sur ce qui fnctinne Restrictin budgétaire et mauvaises plitiques purraient nuires Amélirer l'exécutin des prgrammes / plitiques Cnceptin (critères d'éligibilité,

Plus en détail

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES Prgramme pératinnel FEDER/FSE Franche-Cmté et Massif du Jura 2014-2020 Axe 1 Objectif spécifique 1.3 (OT3, Ip 3a) Ouverture de l appel à prjets

Plus en détail

COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES

COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES Mars 2011 COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES Prtcle relatif aux cndminiums et aux cpératives de lgement en Ontari Les étapes suivantes ne snt que

Plus en détail