L'IMPOSITION DES PERSONNES MORALES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'IMPOSITION DES PERSONNES MORALES"

Transcription

1 D Impôts divers Imposition personnes morales APERCU DE L'IMPOSITION DES PERSONNES MORALES GÉNÉRALITES Les personnes morales sont des sociétés, corporations ou établissements auxquels le droit civil ou le droit public confèrent une personnalité juridique propre et, partant, la capacité d'exercer des droits de manière autonome et de contracter des obligations (il s'agit surtout des sociétés de capitaux, sociétés coopératives, associations et fondations). Le droit fiscal considère et traite les personnes morales en tant que sujets fiscaux indépendants de leurs membres ou participants. Si les personnes morales sont considérées en droit comme sujets fiscaux, c'est non seulement parce qu'elles sont indépendantes juridiquement, mais aussi parce qu'elles le sont également du point de vue économique. Par conséquent, sur le plan fiscal, leur capacité financière propre ne peut être ignorée, cela d'autant moins que les personnes morales peuvent elles aussi bénéficier de prestations de l'etat. Il suffit de penser, en l'occurrence, à la sécurité publique, à la justice, aux transports et moyens de communication publics, etc., autant de domaines entraînant des frais importants pour l'etat. En ce qui concerne les personnes physiques, l'impôt frappe le revenu et la fortune. S'agissant toutefois des personnes morales, on ne parle en général pas de revenu ou de fortune, mais de leur bénéfice et de leur capital. ASSUJETTISSEMENT Comme pour les personnes physiques, on distingue également, s'agissant des personnes morales, deux sortes d'assujettissement, à savoir l'assujettissement illimité et l'assujettissement limité :

2 D Impôts divers Imposition personnes morales Sont assujetties à l'impôt de manière illimitée les personnes morales dont le siège ou l administration effective se trouve en Suisse, respectivement dans le canton qui prélève l'impôt (= circonstances de rattachement personnel). Elles sont alors imposées sur l'ensemble de leur bénéfice et de leur capital. L'assujettissement illimité des personnes morales commence en règle générale avec leur fondation selon le droit civil et/ou avec la constitution de leur siège en Suisse ou dans le canton en question ainsi que lors du transfert en Suisse de leur siège ou de leur administration effective depuis l étranger. Il prend normalement fin avec leur dissolution ou le transfert du siège hors du canton ou à l'étranger. En cas de transfert du siège ou de l administration effective d un canton à un autre au cours d une période fiscale, la personne morale est taxée par le canton où se trouve son siège ou son administration effective à la fin de la période fiscale. Sont en revanche assujetties à l'impôt de manière limitée les personnes morales ayant leur siège ou leur administration effective à l'étranger (ou hors du canton), mais qui disposent en Suisse (ou dans le canton considéré) de certains éléments de capital ou de certaines sources de revenu, pour lesquels elles sont assujetties (= circonstances de rattachement économique). L'assujettissement limité des personnes morales ayant leur siège à l'étranger (dans un autre canton) prend naissance lorsqu'un état de fait fiscal est réalisé en Suisse (dans le canton), par exemple avec l'acquisition d'immeubles sis en Suisse (dans le canton), ou avec l'ouverture d'un établissement stable. Il cesse le jour où les conditions nécessaires ne sont plus remplies, donc au moment où disparaît l'élément imposable en Suisse (dans le canton). Tant l impôt fédéral direct que les impôts cantonaux et communaux prévoient l exonération des personnes morales de droit public (= la Confédération, les cantons, les communes, les paroisses et leurs établissements). Il en va de même des entreprises de transport concessionnaires, des institutions de prévoyance sociale et professionnelle, des institutions d utilité publique, des partis politiques, etc. SOUVERAINETÉ FISCALE Les personnes morales sont imposées en règle générale aussi bien par la Confédération (impôt fédéral direct) que par les cantons et les communes. Dans la plupart des cantons, les personnes morales doivent également acquitter une contribution ecclésiastique (= impôt d Eglise). METHODES D'IMPOSITION La méthode d'imposition n'est pas identique pour tous les genres de personnes morales. En droit fiscal, on distingue trois groupes principaux : les sociétés de capitaux (sociétés anonymes, sociétés en commandites par actions, sociétés à responsabilité limitée), les sociétés coopératives, les autres personnes morales (associations, fondations, de même que les corporations de droit public ou ecclésiastique et leurs établissements).

3 D Impôts divers Imposition personnes morales Sociétés de capitaux Les sociétés de capitaux doivent en principe acquitter un impôt sur le bénéfice ainsi que - à titre complémentaire mais uniquement dans les cantons - un impôt sur le capital. En ce qui concerne l'impôt sur le bénéfice, la loi fédérale sur l'impôt fédéral direct (= LIFD) prévoit un taux proportionnel de 8,5 %. Les cantons possèdent en revanche des systèmes d imposition assez largement différents, qui peuvent être présentés comme suit : Impôt proportionnel (= taux fixe, exprimé en pour cent du bénéfice imposable) : ZH, LU, UR, OW, NW, FR, SH, AR, AI, SG, TG, TI, VD, NE, GE et JU ; Systèmes mixtes (barèmes à deux ou trois paliers, en fonction de l intensité de rendement ou du montant absolu du bénéfice) : BE, SZ, GL, ZG, SO, BS, BL, AG et VS ; Barèmes progressifs en fonction du montant absolu du bénéfice: GR. L impôt sur le capital a été aboli au niveau fédéral pour toutes les personnes morales à partir du 1er janvier Le canton de UR vient également de supprimer l impôt cantonal sur le capital des sociétés de capitaux imposées de manière ordinaire. Ses communes continuent cependant à percevoir un impôt sur le capital. Tous les autres cantons continuent à prélever un impôt sur le capital, dont le taux est presque toujours proportionnel et s exprime en pour mille du capital imposable. Une récente révision de la Loi d harmonisation (LHID) vient de donner la possibilité aux cantons d imputer l impôt sur le bénéfice à l impôt sur le capital, c.-à-d. de renoncer à l impôt sur le capital à condition qu ils perçoivent un impôt sur les bénéfices (en d autres termes, les cantons doivent pouvoir renoncer s ils le désirent à prélever tout ou partie de l impôt sur le capital jusqu à concurrence du montant d impôt dû sur le bénéfice). Pour l heure, seuls les cantons de AI et TG appliquent déjà ce système. Le canton de AG a d ores et déjà prévu de l introduire dès le 1 er janvier Sociétés coopératives Les sociétés coopératives acquittent un impôt sur le bénéfice net restant après déduction des ristournes et rabais, ainsi que - uniquement au niveau cantonal - un impôt sur le capital. Le taux proportionnel appliqué en matière d'impôt fédéral direct pour imposer le bénéfice est identique à celui des sociétés anonymes. Dans tous les cantons également, les sociétés coopératives sont imposées selon les mêmes taux et barèmes que pour les sociétés de capitaux. Seuls les cantons de SH et AG présentent une exception concernant l impôt minimum, qui est inférieur à celui des sociétés de capitaux. Contrairement à la Confédération, tous les cantons imposent en revanche le capital des sociétés coopératives, selon les mêmes règles et les même taux que celui des sociétés de capitaux. Les ristournes, rabais, escomptes et autres bonifications sont entièrement déductibles du bénéfice et sont donc exonérés tant en matière d impôt fédéral direct que dans tous les cantons.

4 D Impôts divers Imposition personnes morales Sociétés de participation Les sociétés dites de participation, à savoir les sociétés qui participent de façon déterminante au capital d'autres sociétés, bénéficient d'allégements fiscaux en matière d'impôt sur le bénéfice, et cela aussi bien en ce qui concerne l'impôt fédéral direct que tous les cantons (= réduction pour participations). On évite ainsi la double voire triple imposition économique, impositions successives en cascade (société mère => société fille => actionnaire), qui ne manqueraient pas de se produire si la société participant à une autre société devait acquitter elle aussi l'impôt sur les dividendes distribuées par cette dernière. En ce qui concerne l'impôt sur le capital, qui n est prélevé que dans les cantons, la majorité des lois cantonales ne prévoit pas de réduction de ce type (excepté les cantons de LU, SH, AR, SG et AG). Sociétés holding Les sociétés holdings, soit des sociétés dont le but consiste exclusivement ou en tout cas principalement à administrer durablement des participations dans d'autres entreprises, bénéficient elles aussi d'allégements fiscaux. Au niveau fédéral, elles bénéficient également de la réduction pour participations, qui peut se monter jusqu à 100 % lorsque le rendement net de leurs participations est égal au montant de leur bénéfice net. Cette mesure permet à nouveau d éviter la triple imposition économique (société mère => société fille => actionnaires). Sur le plan cantonal, elles sont en revanche exonérées de tout impôt sur le bénéfice dès que les participations ou leur rendement représentent au moins deux tiers du total des actifs ou des recettes, à l exception toutefois de leurs rendements et gains immobiliers, qui sont imposés de manière ordinaire. En outre, auprès de ce type de sociétés, les cantons ne perçoivent qu'un impôt réduit sur le capital. Leurs propriétés immobilières ainsi que leurs éventuels rendements et gains immobiliers en découlant sont en règle générale imposés normalement. Sociétés d administration (sociétés de domicile et sociétés mixtes) Les sociétés qui n'ont dans le canton que leur siège mais n'y exercent pas d'activité commerciale proprement dite du fait que la majeure partie de leurs opérations s effectue presque exclusivement à l étranger, sont considérées comme des sociétés d administration (qualifiées parfois de sociétés de domicile, de sociétés auxiliaires ou encore de sociétés mixtes). Elles ne bénéficient d'aucun allégement en matière d'impôt fédéral direct; elles sont soumises aux dispositions en vigueur pour les autres sociétés de capitaux. En revanche, ces sociétés font l'objet d'un traitement particulier dans tous les cantons, en ce sens que les rendements de leurs participations sont exonérés, alors que les autres recettes de source suisse sont entièrement imposées de façon ordinaire. Quant aux autres recettes de source étrangère, elles sont imposées de façon ordinaire en fonction de l'importance de l'activité administrative (pour les sociétés de domicile) ou commerciale (pour les sociétés «mixtes») exercée en Suisse. En matière d impôt sur le capital, tous les cantons leurs accordent un traitement de faveur, semblable à celui octroyé aux holdings. Seul le canton de GE possède des règles plus strictes. Ces sociétés sont également imposées normalement sur leurs propriétés immobilières ainsi que leurs éventuels rendements et gains immobiliers.

5 D Impôts divers Imposition personnes morales Autres personnes morales Les associations, les fondations ainsi que les corporations et établissements de droit public ou ecclésiastique de même que les fonds de placement acquittent en règle générale un impôt sur le bénéfice/revenu ainsi que - à titre complémentaire et uniquement au niveau cantonal - un impôt sur leur capital/fortune, et cela dans la mesure où elles ne sont pas déjà expressément exonérées en raison du caractère d'utilité publique, social, culturel, etc., de leur genre activité ou de la modicité de leur revenu et/ou de leur fortune. En matière d'impôt fédéral direct, leur bénéfice est imposé selon les règles générales applicables aux personnes morales mais avec un taux préférentiel de 4,25 %, avec un minimum exonéré. Presque tous les cantons accordent des minimums exonérés aux «autres personnes morales». Tous les cantons, à l exception de BL, imposent leur bénéfice selon les principes valables pour les personnes morales, parfois avec le tarif applicable aux sociétés de capitaux, le plus souvent avec des tarifs qui leur sont propres, et aussi mais plus rarement selon le barème de l impôt sur le revenu des personnes physiques. Quant au canton de BL, il impose leur bénéfice selon les règles et barèmes applicables aux personnes physiques. Contrairement à la Confédération qui n impose plus le capital des «autres personnes morales», tous les cantons les soumettent un impôt sur leur fortune nette, déterminée conformément aux dispositions applicables aux personnes physiques, le plus souvent avec un autre barème. Quelques cantons font en outre la distinction entre les associations et fondations poursuivant des buts économiques et celles sans but lucratif oeuvrant à des fins idéales, et les traitent différemment au point de vue fiscal (taux et barèmes préférentiels, octroi de déductions spéciales). ALLÉGEMENTS POUR LES NOUVELLES ENTREPRISES Toutes les lois cantonales prévoient que le Gouvernement cantonal a la possibilité d'accorder des exonérations fiscales, totales ou partielles, voire simplement des allégements, aux entreprises nouvellement créées, dont le canton est économiquement intéressé à promouvoir le développement économique et/ou dont l'implantation sert les intérêts économiques du canton ou de l'une de ses régions. Ces allégements sont toujours limités dans le temps, et ne peuvent en aucun cas excéder 10 ans La Loi fédérale sur l impôt fédéral direct (LIFD) ne contient aucune disposition semblable, mais le Secrétariat d Etat à l Economie du Département fédéral de l économie a tout de même la possibilité d octroyer lui aussi des allégements fiscaux aux nouvelles entreprises. Ces mesures ne peuvent toutefois excéder, quant à leurs modalités, leur importance et leur durée, les allégements accordés à l entreprise par le canton.

6 D Impôts divers Imposition personnes morales IMPÔT MINIMUM Afin de pouvoir imposer des entreprises ne cherchant pas à réaliser des bénéfices mais ayant une certaine importance au point de vue économique, 12 cantons (LU, OW, NW, FR, BS, SH, AR, SG, TG, TI, VD et VS) soumettent certaines personnes morales à un impôt minimum calculé sur la propriété foncière, les recettes brutes ou le capital investi. Cet impôt minimum est perçu en lieu et place de l'impôt ordinaire et dans la mesure où il est plus élevé que ce dernier. Les autres cantons et la Confédération ne possèdent pas un tel impôt. Les cantons de OW, NW, SH et AG connaissent même une charge fiscale minimum pour les sociétés de capitaux et les coopératives (à l exception toutefois des holdings et des sociétés d administration, qui peuvent faire l objet de règles particulières) lorsque le total de leurs prestations fiscales (impôts sur le bénéfice et le capital) n atteint pas la limite prévue par la loi. OBJET DE L'IMPÔT En matière de personnes morales, les objets de l'impôt sont constitués par le bénéfice et le capital. Le bénéfice net d'une entreprise est constitué par l'ensemble des recettes, diminué des dépenses autorisées par l'usage commercial, y compris les bénéfices en capital, de liquidation et de revalorisation. Le bénéfice effectif d'une entreprise ressort du compte de résultats. Cependant, ce bénéfice comptable ne peut être considéré sans autre comme étant le bénéfice imposable. Selon les lois fiscales, entrent en effet en considération pour le calcul du bénéfice net imposable, outre le solde du compte de pertes et profits, tous les prélèvements opérés avant le calcul du solde du compte de résultats qui ne servent pas à couvrir des frais généraux autorisés par l'usage commercial, ainsi que les amortissements et provisions non autorisés par l'usage commercial, de même que les distributions dissimulées de bénéfice. Il convient également de relever que tant la Confédération que tous les cantons admettent la déduction intégrale des impôts directs et indirects payés pendant la période de calcul. La Confédération et tous les cantons admettent également le report des pertes commerciales. Ainsi, les pertes des sept exercices qui précèdent la période fiscale peuvent être déduites du bénéfice net. Tant au niveau fédéral que cantonal, les versements bénévoles (= libéralités) faits en espèces à des personnes morales qui ont leur siège en Suisse et qui sont exonérées des impôts en raison de leur but de service public ou d utilité publique, sont également déductibles dans une certaine mesure (Confédération et la majorité des cantons : jusqu à concurrence de 20 % du bénéfice net imposable ; pour les autres cantons : jusqu à concurrence de 10 %). Selon toutes les lois fiscales cantonales, le capital imposable est constitué par la partie versée du capital-actions ou du capital social inscrit dans le Registre du commerce. Il comprend en outre les réserves ouvertes et les réserves latentes qui ont été imposées comme bénéfice.

7 D Impôts divers Imposition personnes morales IMPOSITION DANS LE TEMPS Tout comme les impôts sur le revenu et la fortune, l'impôt frappant le bénéfice et celui perçu sur le capital sont prélevés périodiquement, et cela chaque fois pour un exercice commercial ou une période correspondant à l'année civile que l'on appelle alors l'«année fiscale». Tant en matière d'impôt fédéral direct que dans tous les cantons, ces impôts sont donc calculés et prélevés chaque année, selon le système dit «postnumerando» (taxation annuelle sur la base du bénéfice effectivement acquis). L'impôt sur le bénéfice est calculé sur la base du résultat obtenu au cours de la période de calcul, laquelle coïncide avec l année fiscale, et correspond à l exercice commercial. Pour déterminer le capital imposable, on se fonde sur sa valeur déterminante à la fin de l exercice commercial ou de l année fiscale. DÉTERMINATION DE L'IMPÔT La LIFD contient les taux d'impôt applicables concernant l'impôt sur le bénéfice. Cela permet donc de déterminer directement l'impôt dû. Il en va différemment dans la plupart des cantons, où - à l'exception de OW, NW, BS, BL ; AR (uniquement l impôt sur le bénéfice) ; AI, TI, VS et NE - le montant effectif de l'impôt résulte en effet de l'application de deux éléments, à savoir le «taux simple» fixé dans la loi et un multiple de celui-ci (appelé aussi «coefficient d'impôt») fixé périodiquement. Si l'on multiplie la base de calcul de l'impôt (bénéfice imposable, par exemple) par le taux simple, on obtient le montant de l'impôt d'etat simple. En multipliant ensuite ce dernier par le coefficient cantonal et/ou communal, on obtient l'impôt d'etat effectif (= impôt cantonal), respectivement l'impôt communal effectif. Ces coefficients sont exprimés le plus souvent en pour cent de l'impôt d'etat simple. En règle générale, ils sont fixés chaque année par le législateur.

8 D Impôts divers Imposition personnes morales IMPORTANCE DU POINT DE VUE FISCAL Les impôts frappant le bénéfice et le capital des personnes morales représentent une source relativement importante de recettes pour les pouvoirs publics. En 2006, les impôts sur le bénéfice et le capital des personnes morales ont en effet rapporté : Confédération (IFD) = impôt sur le bénéfice millions de francs = impôt sur le capital --- millions de francs (aboli depuis 1998) Cantons = impôt sur le bénéfice millions de francs = impôt sur le capital millions de francs Communes (estimation) = impôt sur le bénéfice millions de francs = impôt sur le capital 595 millions de francs soit au total millions de francs Par rapport à un total des recettes fiscales des pouvoirs publics en Suisse (Confédération + cantons + communes) qui se montaient en 2006 à millions (109 milliards de francs), cela représente donc une part de 15 %. * * * * *

APERÇU DE L' IMPÔT SUR LA FORTUNE DES PERSONNES PHYSIQUES GÉNÉRALITÉS ASSUJETTISSEMENT

APERÇU DE L' IMPÔT SUR LA FORTUNE DES PERSONNES PHYSIQUES GÉNÉRALITÉS ASSUJETTISSEMENT D Impôts divers Impôt sur la fortune APERÇU DE L' IMPÔT SUR LA FORTUNE DES PERSONNES PHYSIQUES GÉNÉRALITÉS Outre l'impôt sur le revenu perçu en tant qu'impôt principal, tous les cantons et leurs communes

Plus en détail

APERÇU DE L'IMPOT SUR LES GAINS IMMOBILIERS

APERÇU DE L'IMPOT SUR LES GAINS IMMOBILIERS D Impôts divers Impôt sur les APERÇU DE L'IMPOT SUR LES GAINS IMMOBILIERS GENERALITES Les immeubles sont le plus souvent vendus avec un bénéfice. En effet, le produit de la vente d'un bien-fonds est en

Plus en détail

APERÇU DE L'IMPOT SUR LES GAINS IMMOBILIERS

APERÇU DE L'IMPOT SUR LES GAINS IMMOBILIERS D Impôts divers Impôt sur les APERÇU DE L'IMPOT SUR LES GAINS IMMOBILIERS GENERALITES Les immeubles sont le plus souvent vendus avec un bénéfice. En effet, le produit de la vente d'un bien-fonds est en

Plus en détail

Imposition personnes morales. Résumé Septembre Aperçu de

Imposition personnes morales. Résumé Septembre Aperçu de D Impôts divers Imposition personnes morales Aperçu de l imposition des personnes morales Documentation et Information fiscale / AFC Berne, 2016 D Impôts divers -1- Imposition personnes morales 1 GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

COFIDA. 1. La réforme de l'imposition des entreprises II et son impact dans l'agriculture et la viticulture

COFIDA. 1. La réforme de l'imposition des entreprises II et son impact dans l'agriculture et la viticulture 1. La réforme de l'imposition des entreprises II et son impact dans l'agriculture et la viticulture 1.1 Deux volets distincts Allégements pour les entreprises de personnes. Principe de l apport en capital.

Plus en détail

Loi (9863) modifiant différentes lois fiscales (fiscalité des donations)

Loi (9863) modifiant différentes lois fiscales (fiscalité des donations) Loi (9863) modifiant différentes lois fiscales (fiscalité des donations) Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Article 1 Modifications 1 La loi sur l imposition des

Plus en détail

Calcul des coûts complets de la formation professionnelle cantonale en 2007

Calcul des coûts complets de la formation professionnelle cantonale en 2007 Calcul des coûts complets de la formation professionnelle cantonale en 2007 Novembre 2008 Sommaire Récapitulatif des coûts (page 3) Coûts nets des cantons (page 4) Différences des coûts nets par rapport

Plus en détail

L imposition des personnes morales

L imposition des personnes morales D Impôts divers Imposition des L imposition des (Etat de la législation : 1 er janvier 2014) Division Etudes et supports / AFC Berne, 2014 D Impôts divers -I- Imposition des TABLE DES MATIÈRES 1 REMARQUES

Plus en détail

Conférence suisse des impôts Cl 16

Conférence suisse des impôts Cl 16 Conférence suisse des impôts Cl 16 L Ordonnance du Conseil fédéral du 9 mars 2001 sur l application de la loi fédérale sur l harmonisation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

Retraite et conséquences fiscales Office

Retraite et conséquences fiscales Office Département Retraite et conséquences fiscales Office Administration fiscale cantonale Direction de la taxation des personnes physiques Bertrand BANDOLLIER Directeur adjoint Novembre 2009 Page 1 système

Plus en détail

D Impôts divers Imposition des personnes morales Avril 2008. des. (Etat de la législation : 1er janvier 2008)

D Impôts divers Imposition des personnes morales Avril 2008. des. (Etat de la législation : 1er janvier 2008) D Impôts divers Imposition des L'imposition des (Etat de la législation : 1er janvier 2008) Bureau d information fiscale Berne, 2008 D Impôts divers - I - Imposition des T A B L E D E S M A T I E R E S

Plus en détail

Double imposition intercantonale élimination des pertes de répartition en droit intercantonal

Double imposition intercantonale élimination des pertes de répartition en droit intercantonal Double imposition intercantonale élimination des pertes de répartition en droit intercantonal Circulaire 27 - du 15 mars 2007 1. Pratique antérieure Selon les principes tendant à éliminer la double imposition

Plus en détail

11.043 é L'imposition d'après la dépense. Loi

11.043 é L'imposition d'après la dépense. Loi Session de printemps 01 e-parl 06.03.01 1:9-1 - 11.043 é L'imposition d'après la dépense. Loi Projet du du 9 juin 011 Décision du du 6 mars 01 Adhésion au projet, sauf observation Loi fédérale sur l imposition

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 10218

Secrétariat du Grand Conseil PL 10218 Secrétariat du Grand Conseil PL 10218 Projet présenté par les députés: M me et MM. Olivier Jornot, Jean-Michel Gros, Ivan Slatkine, Michèle Ducret, Jacques Jeannerat, Guillaume Barazzone, Alain Meylan

Plus en détail

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS D Impôts divers Impôts sur les successions APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS GÉNÉRALITES Presque tous les pays industrialisés prélèvent un impôt sur les successions. Leur aménagement

Plus en détail

Ordonnance sur le financement de l assurance-chômage

Ordonnance sur le financement de l assurance-chômage Ordonnance sur le financement de l assurance-chômage (OFAC) 837.141 du 31 janvier 1996 (Etat le 12 mars 2002) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 109 de la loi du 25 juin 1982 sur l assurance-chômage

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014

Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014 Les primes d assurance-maladie 2015 Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014 25 20 Prime moyenne

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique

3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique 3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique Financement du système de santé, aujourd'hui et en cas d'acceptation de l'initiative sur la caisse unique: exemple d'une famille avec

Plus en détail

Loi fédérale sur le changement du système d imposition de la propriété du logement

Loi fédérale sur le changement du système d imposition de la propriété du logement B Loi fédérale sur le changement du système d imposition de la propriété du logement Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 28 février 2001 1, arrête:

Plus en détail

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1 Fiche d informations financières assurance vie Argenta-Flexx 1 Type d assurance vie Assurance vie (branche 21) avec rendement garanti par Argenta Assurances SA (dénommée ci-après l Assureur ). Depuis le

Plus en détail

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)»

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» INITIATIVE POPULAIRE FÉDÉRALE «IMPOSER LES SUCCESSIONS DE PLUSIEURS MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» DENIS BOIVIN Partner Avocat Expert fiscal diplômé Responsable

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

Imposition directe des PME en droit federai

Imposition directe des PME en droit federai Pierre-Alain Loosli Avocat, Chargé d'enseignement à l'université de Genève Imposition directe des PME en droit federai (avec référence au droit genevois) Staempfli Editions SA Berne 2005 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS D Impôts divers Impôts sur les successions APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS GÉNÉRALITES Presque tous les pays industrialisés prélèvent un impôt sur les successions. Leur aménagement

Plus en détail

Formes juridiques fév. 2013

Formes juridiques fév. 2013 Formes juridiques fév. 2013 Source APCE Quel est le nombre d'associés requis? Elle se compose uniquement de l'entrepreneur individuel (Celui-ci peut embaucher des salariés). 1 seul associé (personne physique

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Réduction d'impôt sur les rendements de participations à des sociétés de capitaux et sociétés coopératives

Réduction d'impôt sur les rendements de participations à des sociétés de capitaux et sociétés coopératives 5 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Berne,

Plus en détail

Quelques aspects fiscaux du financement

Quelques aspects fiscaux du financement Petit-déjeuner des PME 28 septembre 2012 Quelques aspects fiscaux du financement Vincent Thalmann Agenda Capital propre dissimulé (I à V) Structure simplifiée du bilan Exemple d endettement admis Détermination

Plus en détail

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1 Page 1 of 9 Comparaison rapide EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( unipersonnelle) : société à responsabilité limitée SA : société

Plus en détail

L impôt sur les gains immobiliers

L impôt sur les gains immobiliers D Impôts divers Impôt sur les L impôt sur les (Etat de la législation : 1er janvier 2012) Division Etudes et supports / AFC Berne, 2012 D Impôts divers - I - Impôt sur les TABLE DES MATIERES Page 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

Arrêté du Conseil fédéral étendant le champ d application de la convention collective de travail pour la branche privée de la sécurité

Arrêté du Conseil fédéral étendant le champ d application de la convention collective de travail pour la branche privée de la sécurité Arrêté du Conseil fédéral étendant le champ d application de la convention collective de travail pour la branche privée de la sécurité Modification du 2 avril 2013 Le Conseil fédéral suisse arrête: I Le

Plus en détail

Les déductions fiscales. Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009

Les déductions fiscales. Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009 Les déductions fiscales Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009 1 2 lois modifiées En 2007, le Grand Conseil s est prononcé en faveur des baisses fiscales inscrites dans : la Loi sur les impôts

Plus en détail

Explications du conseiller d État Peter Hegglin, président de la CDF, audition CER-E, 25 août 2014, Palais fédéral, Berne

Explications du conseiller d État Peter Hegglin, président de la CDF, audition CER-E, 25 août 2014, Palais fédéral, Berne Seul le texte prononcé fait foi 12.476 Initiative parlementaire Leo Müller, «Imposition des gains immobiliers» et 12.3172 Motion Leo Müller, «Imposition des immeubles agricoles et sylvicoles» Explications

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 6. Loi du 0 mai 96 sur les impôts communaux Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat, du 9 novembre 96 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

Principaux aspects fiscaux questions choisies (impôts directs)

Principaux aspects fiscaux questions choisies (impôts directs) Relève PME Transmission d entreprises Principaux aspects fiscaux questions choisies (impôts directs) 10 décembre 2009 Département Office Diplôme d'études supérieures en droit fiscal Titulaire du brevet

Plus en détail

De l'implantation au rythme de croisière

De l'implantation au rythme de croisière De l'implantation au rythme de croisière Contexte recherché (entreprises et Etat) Conditions cadre ordinaires (sociétés) Octroi et portée des allégements fiscaux Cas des salariés Politique économique Que

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF Décision de l'assemblée plénière de la CDF du 28 septembre 2007 Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF 1. Bases légales La possibilité d'être

Plus en détail

Loi sur les placements collectifs Traitement fiscal de la Société en commandite de placements collectifs (SCPC)

Loi sur les placements collectifs Traitement fiscal de la Société en commandite de placements collectifs (SCPC) Loi sur les placements collectifs Traitement fiscal de la Société en commandite de placements collectifs (SCPC) Petit-déjeuner PME & start-up du 23 mars 2007 Me Marc-Etienne Pache Docteur en droit, Avocat,

Plus en détail

Statistique fiscale Diagrammes et cartes

Statistique fiscale Diagrammes et cartes Statistique fiscale 2013 - Diagrammes et cartes Explications Les cartes et diagrammes suivants illustrent des données de la période fiscale 2013 et complètent la statistique de l'impôt fédéral direct 2013,

Plus en détail

Épreuve n 4 : droit fiscal

Épreuve n 4 : droit fiscal Épreuve n 4 : droit fiscal Nature : épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou le commentaire d un ou plusieurs documents et/ou une ou plusieurs questions. Durée

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons ZEWOinfo Conseils aux donatrices et aux donateurs Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité ZEWO peuvent être déduits de l impôt fédéral

Plus en détail

Aspects fiscaux de l entreprise

Aspects fiscaux de l entreprise Séminaire PME et indépendants Banque Cantonale de Genève Aspects fiscaux de l entreprise questions choisies (impôts directs) Séminaire du 4 septembre 2012 Alexandre Faltin Avocat, diplôme d études supérieures

Plus en détail

Modification du 30 septembre 2015 (première lecture) Le Parlement de la République et Canton du Jura. Article 19, alinéa 1, lettre b (nouvelle teneur)

Modification du 30 septembre 2015 (première lecture) Le Parlement de la République et Canton du Jura. Article 19, alinéa 1, lettre b (nouvelle teneur) Loi d impôt Modification du 0 septembre 015 (première lecture) Le Parlement de la République et Canton du Jura arrête : I. La loi d impôt du 6 mai 1988 1) est modifiée comme il suit : Article 15, alinéa

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 Bisnode Faillites et créations arrêtées au mois de Mai 2013 Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 731b du CO: dissolutions d entreprises aux dépens de la collectivité. Entre janvier

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement

Encouragement à la propriété du logement Encouragement à la propriété du logement Directives de la Caisse de pension (CPS) concernant l acquisition d un logement en propriété Conditions concernant l encouragement à la propriété du logement au

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

DataCard 2015. Impôts Suisse Personnes physiques. Société Fiduciaire Suisse SA

DataCard 2015. Impôts Suisse Personnes physiques. Société Fiduciaire Suisse SA DataCard 2015 Impôts Suisse Personnes physiques Société Fiduciaire Suisse SA Comparaison fiscale intercantonale 2015 Chef-lieu du canton Impôt sur les successions Impôt sur les donations Revenu brut du

Plus en détail

Délimitation entre prestations salariales accessoires/allocations pour frais/salaire

Délimitation entre prestations salariales accessoires/allocations pour frais/salaire Nouveau certificat de salaire (NCS) Le nouveau certificat de salaire est obligatoire dans la plupart des cantons à partir de l'année fiscale 2007 (voir l'aperçu au chiffre 3.1.6). Le nouveau certificat

Plus en détail

Impôt à la source. Simplification administrative et Harmonisation intercantonale. Qui sont concernés?

Impôt à la source. Simplification administrative et Harmonisation intercantonale. Qui sont concernés? Impôt à la source Simplification administrative et Harmonisation intercantonale 1 Impôt à la source Qui sont concernés? Sont concernés : Les «employeurs», personnes physiques ou morales,(plus de 11 000

Plus en détail

Assainir, ça paye. Le Programme Bâtiments Mode d emploi

Assainir, ça paye. Le Programme Bâtiments Mode d emploi Assainir, ça paye. Le Programme Bâtiments Mode d emploi Assainir, c est faire preuve de bon sens. Exemple En cas d assainissement global d une maison individuelle suisse classique, le potentiel d économie

Plus en détail

rsge D 3 14: Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV)

rsge D 3 14: Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV) Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV) D 3 14 du 22 septembre 2000 (Entrée en vigueur : 1 er janvier 2001) Le GRAND CONSEIL de la République et canton

Plus en détail

La Conférence suisse des directrices et des directeurs cantonaux de la santé (CDS) décide:

La Conférence suisse des directrices et des directeurs cantonaux de la santé (CDS) décide: Convention sur les contributions des cantons aux hôpitaux relative au financement de la formation médicale postgrade et sur la compensation intercantonale des charges (Convention sur le financement de

Plus en détail

Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31)-376 04 01 T +41(31)-376 04 04 www.infodrog.ch office@infodrog.ch

Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31)-376 04 01 T +41(31)-376 04 04 www.infodrog.ch office@infodrog.ch Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31)-376 04 01 T +41(31)-376 04 04 www.infodrog.ch office@infodrog.ch Impressum Editeur INFODROG Centrale nationale de coordination des addictions Rédaction Franziska

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance SUPSI Lugano, 12 mai 2014 Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance Vincent Simon Responsable de projets La Suisse est attractive pour les groupes étrangers Quartiers-généraux

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

COMMUNE DE SULLENS MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL. Sullens, le 5 mai 2014 PREAVIS MUNICIPAL N 2/2014

COMMUNE DE SULLENS MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL. Sullens, le 5 mai 2014 PREAVIS MUNICIPAL N 2/2014 COMMUNE DE SULLENS MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL DE SULLENS Sullens, le 5 mai 2014 PREAVIS MUNICIPAL N 2/2014 ARRETE D IMPOSITION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Département fiscal 2003 KPMG

Département fiscal 2003 KPMG Optimisation fiscale de votre implantation Alfred Girod - Expert fiscal diplômé KPMG Genève Thèmes Le système fiscal Suisse Les principaux impôts sur les sociétés Les taux d impôts Les taux effectifs

Plus en détail

Conséquences fiscales

Conséquences fiscales Conséquences fiscales 24 Sommaire 1. Les principales questions fiscales 2. Transmission d une entreprise individuelle 3. Transfert de l immeuble dans la fortune privée 4. Transmission d une entreprise

Plus en détail

S T A T U T S. 6. L association ne poursuit aucun but lucratif ou commercial.

S T A T U T S. 6. L association ne poursuit aucun but lucratif ou commercial. S T A T U T S I. NOM, SIÈGE ET BUT. Art. 1 Dénomination 1. L Association "Secours d'hiver / Canton de Fribourg" est une association à durée illimitée au sens des articles 60 et suivants du Code civil suisse.

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité ZEWO peuv ent être déduits de l impôt fédé ral direct ainsi que des impôts cantonaux et communaux.

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE?

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR En pratique, le régime de la micro-entreprise est un régime fiscal simplifié pouvant s appliquer à tous les exploitants individuels,

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

TAXE D'APPRENTISSAGE

TAXE D'APPRENTISSAGE TAXE D'APPRENTISSAGE La taxe d apprentissage a pour objet de faire participer les employeurs au financement des premières formations technologiques et professionnelles. 27/08/2015 Lorsqu il existe un comité

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Directive de la Direction des finances sur l'imposition complémentaire au titre de l'impôt à la source

Directive de la Direction des finances sur l'imposition complémentaire au titre de l'impôt à la source Directive de la Direction des finances sur l'imposition complémentaire au titre de l'impôt à la source (du 23 novembre 1998) A. Conditions pour l'imposition complémentaire 1 Sont soumis à l'imposition

Plus en détail

République et Canton de Genève Département des finances

République et Canton de Genève Département des finances République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Direction Générale Le directeur général Hôtel des Finances Rue du Stand 26 Case postale 3937 1211 Genève 3 AUX ASSOCIATIONS

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Sommaire. inconvénients. 1. Principes juridiques. 3. Questions fiscales 4. Conclusion. Petit-déjeuner des PME & Start-up, WTC 23 mars 2007

Sommaire. inconvénients. 1. Principes juridiques. 3. Questions fiscales 4. Conclusion. Petit-déjeuner des PME & Start-up, WTC 23 mars 2007 Aperçu des avantages et des inconvénients nients du choix de la forme juridique (raison individuelle / SA ou Sàrl) Petit-déjeuner des PME & Start-up, WTC 23 mars 2007 Nicolas Cottier Avocat Sommaire 1.

Plus en détail

Prévoyance professionnelle

Prévoyance professionnelle 2 e pilier, LPP Prévoyance professionnelle Élément essentiel du 2 e pilier, la prévoyance professionnelle garantit le maintien du niveau de vie. 1. Situation initiale La prévoyance vieillesse, survivants

Plus en détail

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent Bisnode Faillites et créations d Entreprise EN Juillet Étude sur les faillites et créations d entreprises.8. Hausse des faillites de cinq pour cent 8 faillites et 888 créations d entreprise en juillet

Plus en détail

Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne

Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne Taxation of individuals Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne tél. 058 286 52 45, email: michael.hildebrandt@eycom.ch 1 Plan de l exposé I. Introduction II. Prestations en nature III. Règlement

Plus en détail

Date : Août 2015. L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION?

Date : Août 2015. L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION? boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 24 mars 2004 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

CONFÉRENCE SUISSE DES IMPÔTS GUIDE DU FUTUR CONTRIBUABLE

CONFÉRENCE SUISSE DES IMPÔTS GUIDE DU FUTUR CONTRIBUABLE CONFÉRENCE SUISSE DES IMPÔTS GUIDE DU FUTUR CONTRIBUABLE La taxation des impôts sur le revenu et sur la fortune en Suisse Edition 2007 7 e édition, 2007 Editeur: Agence: Illustrations: Impression: Conférence

Plus en détail

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est STATUTS DE L ASSOCIATION DES OFFICES SUISSES DU TRAVAIL (AOST) 1. Nom, siège et but Art. 1 L'association des offices suisses du travail (AOST) est une association constituée au sens des articles 60 et

Plus en détail

Imposition partielle des rendements provenant de participations détenues dans la fortune privée et limitation de la déduction des intérêts passifs

Imposition partielle des rendements provenant de participations détenues dans la fortune privée et limitation de la déduction des intérêts passifs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l'impôt fédéral direct, de l'impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Berne, 16

Plus en détail

Retraite et impact fiscal dans le canton de Genève

Retraite et impact fiscal dans le canton de Genève Retraite et impact fiscal dans le canton de Genève Administration fiscale cantonale Direction de la taxation des personnes physiques Cédric Marti 10.02.2015 - Page 1 Thèmes de la présentation Système fiscal

Plus en détail

Transmission d entreprise

Transmission d entreprise Transmission d entreprise Principaux aspects fiscaux Jean-Marc Vionnet Mazars Coresa SA, Fribourg Plan de l exposé I. Introduction II. Les conséquences fiscales de la transmission d une entreprise III.

Plus en détail

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010 des revenus catégoriels dans la convention fiscale France-Isra Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal,

Plus en détail

REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013

REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013 REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013 Timing de la réunion 1. Tour de table 2. Présentation 3. Questions 4. Une clôture conviviale 2 Sommaire 1. Quels avantages

Plus en détail

L A COMMI SSI ON C O N C O R DAT AI R E CON CE R N AN T L E S E N T R E P R I SE S DE SE CU R I T E ( C E S)

L A COMMI SSI ON C O N C O R DAT AI R E CON CE R N AN T L E S E N T R E P R I SE S DE SE CU R I T E ( C E S) L A COMMI SSI ON C O N C O R DAT AI R E CON CE R N AN T L E S E N T R E P R I SE S DE SE CU R I T E ( C E S) Directives du 30 septembre 2010 concernant la reconnaissance des autorisations délivrées par

Plus en détail

Guide du futur contribuable

Guide du futur contribuable Guide du futur contribuable CONFÉRENCE SUISSE DES IMPÔTS Commission Information Guide du futur contribuable La taxation des impôts sur le revenu et sur la fortune en Suisse 2012 Edition 2012 Editeur :

Plus en détail

Le nouveau droit comptable

Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable Présentation structurée et explication des principales nouveautés pour le 1er janvier 2015 Lausanne, le 1er décembre 2014 Agenda Introduction Comptabilité et présentation des

Plus en détail

Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante

Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante Berne, août 2007 Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante Document de fond sur l initiative parlementaire

Plus en détail

Ordonnance sur l imposition des bénéfices de liquidation en cas de cessation définitive de l activité lucrative indépendante

Ordonnance sur l imposition des bénéfices de liquidation en cas de cessation définitive de l activité lucrative indépendante Ordonnance sur l imposition des bénéfices de liquidation en cas de cessation définitive de l activité lucrative indépendante (OIBL) 642.114 du 17 février 2010 (Etat le 1 er janvier 2011) Le Conseil fédéral

Plus en détail

L AFFECTATION DES RESULTATS. Affecter un résultat selon la forme juridique de l'entreprise (individuelle ou société).

L AFFECTATION DES RESULTATS. Affecter un résultat selon la forme juridique de l'entreprise (individuelle ou société). L AFFECTATION DES RESULTATS Objectif(s) : o Affecter un résultat selon la forme juridique de l'entreprise (individuelle ou société). Pré-requis : o Double détermination du résultat. Modalités : o o o Principes,

Plus en détail

Résumé du cours «droit fiscal II» 1. Du Prof. Henri Torrione. Universitas Friburgensis. Semestre d été 06 (fiscalité d entreprise)

Résumé du cours «droit fiscal II» 1. Du Prof. Henri Torrione. Universitas Friburgensis. Semestre d été 06 (fiscalité d entreprise) Résumé du cours «droit fiscal II» 1 Du Prof. Henri Torrione Universitas Friburgensis Semestre d été 06 (fiscalité d entreprise) Emmanuel Kilchenmann Rte. du Château 1782 Cormagens +41 79 703 68 01 emmanuel.kilchenmann@bluewin.ch

Plus en détail

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (statuts de la SCH) du xx juin 2015 L assemblée générale de la SCH (société), vu l art. 12, al. 1, de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité ZEWO peuv ent être déduits de l impôt fédé ral direct ainsi que des impôts cantonaux et communaux.

Plus en détail

Prévoyance professionnelle obligatoire pour les personnes au chômage

Prévoyance professionnelle obligatoire pour les personnes au chômage Prévoyance professionnelle obligatoire pour les personnes au chômage (Valable à partir du 01.01.2013) 1 Personnes assurées (plan de prévoyance AL) La prévoyance professionnelle obligatoire des personnes

Plus en détail

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES SUCCURSALE SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES et FISCALES CONFERENCE du 13 DECEMBRE 2006 Béatrice COQUEREAU Patrick DONSIMONI Commission Internationale Conférence 13/12/2006 - SUCCURSALE 1 INTRODUCTION

Plus en détail