NOM DATE INTERVENANT MOTIF DE LA RÉFÉRENCE, VU EN ERGOTHÉRAPIE POUR : DÉSIRS ET ATTENTES DU MILIEU :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOM DATE INTERVENANT MOTIF DE LA RÉFÉRENCE, VU EN ERGOTHÉRAPIE POUR : DÉSIRS ET ATTENTES DU MILIEU :"

Transcription

1 FACTTEEURS DU REENDEEMEENTT OCCUPATTIIONNEELL IINFFLLUEENÇANTT LL IINTTEERVEENTTIION EERGOTTHÉÉRAPIIQUEE DANS LLA PRÉÉVEENTTIION EETT LLEE TTRAIITTEEMEENTT DEES PLLAIIEES DEE PREESSIION NOM DATE INTERVENANT MOTIF DE LA RÉFÉRENCE, VU EN ERGOTHÉRAPIE POUR : DÉSIRS ET ATTENTES DU CLIENT : DÉSIRS ET ATTENTES DU MILIEU : ÉCHELLE DE BRADEN NORTON Données de base Environnement : physique, social, et culturel Occupations Domaines du rendement occupationnel Diagnostic Pronostic Âge Environnement humain Heures-services disponibles Présence et implication des proches aidants Déplacement et aides à la locomotion Éléments de posture au fauteuil roulant et au lit surfaces sur lesquelles la personne est assise Type et dimensions du lit (sommier) Type et dimensions du matelas Housse, literie, poids des couvertures Qualité de l'air et salubrité Coût et valorisation : Temps passé au lit Temps au fauteuil roulant habitudes de vie Réalisation des activités personnelles (AVQ) et autres activités au lit. Principales conditions associées Maladie évolutive Disponibilité, santé, risque d épuisement, implication dans les soins de plaies et pour la mobilisation au lit Coussins, utilisation d oreillers ou modules de positionnement au lit et au fauteuil roulant Fauteuil d'aisance, de transfert, auto Longueur, largeur, hauteur minimum, hauteur maximum Longueur, largeur, épaisseur Source de financement Considérer les 3 types d activités : personne, productions et loisirs Considérer les 3 types d activités : personne, productions et loisirs Considérer les 3 types d activités : personne, productions et loisirs Niveau de participation, fréquence et durée, position au lit ÉCAT : Démarche ergothérapique, surfaces thérapeutiques : Grille avec facteurs et indicateurs (Déc. 2008) 12

2 Dimension de la personne Sommeil et repos au lit Soins médicaux effectués au lit Mobilité au lit et transferts divers Alimentation et hydratation Conscience corporelle Hygiène posturale Physique : Morphologie Histoire de plaies Origine des plaies Stade des plaies Emplacement et taille des plaies Qualité de la peau Humidité Sensibilité/confort/douleur Tonus musculaire Contractures Posture Qualité de mouvement/force musculaire Déplacements Capacité respiratoire Cognitive Mémoire et orientation Communication Émotive Comportement Qualité, durée, positions durant périodes éveillées Tête de lit relevée : (angle) Durée pour : (raisons) Pour plaie, soins respiratoires Autonomie, fréquence, aides techniques pour transfert, respect PDSB Équilibrée, dysphagie Conscience corporelle : capacité ou habileté à percevoir la position des différents segments corporels et l impact de l environnement sur le corps. Hygiène posturale : Ensemble des habitudes d une personne visant à assurer l adoption de positions saines pour elle et à varier ces positions, de façon autonome ou avec aide, afin de maintenir son intégrité corporelle. Taille, poids, stabilité du poids, obésité, maigreur, déformations Récurrence, modalités de traitement (médical, réadaptation, habitudes de vie) Alimentation, hydratation, condition médicale, diminution mobilité Actuelles et antérieures Transpiration/continence/incontinence Localisation et intensité de la douleur Amplitude de mouvement Capacité à la marche Compréhension des consignes, capacité à suivre les consignes Contact avec la réalité, persévérance, désir de vivre, responsabilisation et collaboration Qualité de contact avec intervenants et famille ÉCAT : Démarche ergothérapique, surfaces thérapeutiques : Grille avec facteurs et indicateurs (Déc. 2008) 13

3 DIVERS 1) IDENTIFICATION DES PROBLÈMES PRIORITÉ DU PROBLÈME ANALYSE ET CONCORDANCE AVEC LES INTERVENTIONS EN ERGOTHÉRAPIE. 2) 3) 4) 5) FACILITANTS 1) 2) 3) 4) 5) OBJECTIFS RECOMMANDATIONS ET MODALITÉS ÉCAT : Démarche ergothérapique, surfaces thérapeutiques : Grille avec facteurs et indicateurs (Déc. 2008) 14

4 GRILLE VIERGE LA GRILLE VIERGE EST UN OUTIL DE TRAVAIL CONÇU À L'INTENTION DES ERGOTHÉRAPEUTES ET EST TÉCHARGEABLE EN MODE FORMULAIRE À PARTIR DU SITE INTERNET DE L'ÉCAT

5 FACTTEEURS DU REENDEEMEENTT OCCUPATTIIONNEELL IINFFLLUEENÇANTT LL IINTTEERVEENTTIION EERGOTTHÉÉRAPIIQUEE DANS LLA PRÉÉVEENTTIION EETT LLEE TTRAIITTEEMEENTT DEES PLLAIIEES DEE PREESSIION NOM DATE INTERVENANT MOTIF DE LA RÉFÉRENCE, VU EN ERGOTHÉRAPIE POUR : DÉSIRS ET ATTENTES DU CLIENT : DÉSIRS ET ATTENTES DU MILIEU : ÉCHELLE DE BRADEN NORTON Données de base Environnement : physique, social, et culturel Diagnostic Pronostic Âge Environnement humain Heures-services disponibles Présence et implication des proches aidants Déplacement et aides à la locomotion Éléments de posture au fauteuil roulant et au lit surfaces sur lesquelles la personne est assise Type et dimensions du lit (sommier) Type et dimensions du matelas Housse, literie, poids des couvertures Qualité de l'air et salubrité Coût et valorisation : Au fauteuil roulant : Au lit :

6 Occupations Domaines du rendement occupationnel Dimension de la personne Temps passé au lit Temps au fauteuil roulant habitudes de vie Réalisation des activités personnelles (AVQ) et autres activités au lit Sommeil et repos au lit Angle de la tête de lit : Raisons : Durée du sommeil : Soins médicaux effectués au lit Mobilité au lit et transferts Alimentation et hydratation Conscience corporelle et hygiène posturale Physique : Morphologie Histoire de plaies Origine des plaies Stade des plaies Emplacement et taille des plaies Qualité de la peau Humidité Sensibilité/confort/douleur Tonus musculaire Contractures Posture Qualité de mouvement/force musculaire Déplacements Capacité respiratoire Cognitive Mémoire et orientation

7 DIVERS Communication Émotive Comportement : 1) IDENTIFICATION DES PROBLÈMES PRIORITÉ DU PROBLÈME ANALYSE ET CONCORDANCE AVEC LES INTERVENTIONS EN ERGOTHÉRAPIE. 2) 3) 4) 5) FACILITANTS

8 1) 2) 3) 4) 5) OBJECTIFS RECOMMANDATIONS ET MODALITÉS DONNÉES D'EXPÉRIENCE CLINIQUE

Équipe de consultation sur les aides techniques

Équipe de consultation sur les aides techniques DÉMARCHE ERGOTHÉRAPIQUE DANS LA RECOMMANDATION D UNE SURFACE THÉRAPEUTIQUE DE TYPE MATELAS DE MOUSSE Équipe de consultation sur les aides techniques ÉCAT Octobre 2007 CEE DOCUMEENTT A ÉÉTTÉÉ PRODUIITT

Plus en détail

L'ATTRIBUTION DES LITS ELECTRIQUES 3 FONCTIONS : LES DIMENSIONS, UN ÉLÉMENT ESSENTIEL À CONSIDÉRER

L'ATTRIBUTION DES LITS ELECTRIQUES 3 FONCTIONS : LES DIMENSIONS, UN ÉLÉMENT ESSENTIEL À CONSIDÉRER L'ATTRIBUTION DES LITS ELECTRIQUES 3 FONCTIONS : LES DIMENSIONS, UN ÉLÉMENT ESSENTIEL À CONSIDÉRER Nicole O'Dowd, erg. (2006) ; Mise à jour par les ergothérapeutes de l ÉCAT, février 2011 Selon le guide

Plus en détail

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Présentation des formateurs Cheminement de l usager à l IRDPQ Équipe et rôles des intervenants Plans d intervention Ergothérapie

Plus en détail

La prévention des plaies au talon: le rôle de l ergothérapeute

La prévention des plaies au talon: le rôle de l ergothérapeute La prévention des plaies au talon: le rôle de l ergothérapeute Nicole O Dowd Ergothérapeute Mai 2009 Au service des personnes ayant une déficience physique ÉQUIPE DE CONSULTATION SUR LES AIDES TECHNIQUES

Plus en détail

Tableau de matelas d air

Tableau de matelas d air Tableau de matelas d air Ce tableau, produit par les ergothérapeutes de l Équipe de consultation sur les aides techniques (ÉCAT), décrit les caractéristiques d un grand nombre de matelas d air utilisés

Plus en détail

Attestation du besoin d une aide à la locomotion ou à la posture

Attestation du besoin d une aide à la locomotion ou à la posture Attestation du besoin d une aide à la locomotion ou à la posture 1. Année ois 2. TYPE D AIDE TECHNIQUE auteuil roulant manuel 3. NATURE DE LA DEANDE auteuil roulant motorisé Poussette Base de positionnement

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

LE CHIEN DE RÉADAPTATION UNE VALEUR AJOUTÉE NON TRADITIONNELLE À LA PRATIQUE EN RÉADAPTATION

LE CHIEN DE RÉADAPTATION UNE VALEUR AJOUTÉE NON TRADITIONNELLE À LA PRATIQUE EN RÉADAPTATION Mardi 17 avril 2012 LE CHIEN DE RÉADAPTATION UNE VALEUR AJOUTÉE NON TRADITIONNELLE À LA PRATIQUE EN RÉADAPTATION Gaspard, chien de réadaptation Julie Fournier, ergothérapeute Julie P atenaude, ergothérapeute,

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSION. 3. Médecin traitant :...

DEMANDE D ADMISSION. 3. Médecin traitant :... Date: DEMANDE D ADMISSION Mme M-J Servais Tél. : 085/519289 1 Fax : 085/410315 Email : mj.servais@cnrf.be Mise à jour doc : 01/12/2013 Données administratives 1. Identification du patient : Nom :... Prénom

Plus en détail

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie TABLE S MATIÈRES L ARTICLE 39.4 DU CO S PROFESSIONS PRINCIPALES DÉFINITIONS

Plus en détail

FICHES PDSB - MANŒUVRES AU LIT

FICHES PDSB - MANŒUVRES AU LIT FICHES PDSB - MANŒUVRES AU LIT Asseoir sur le bord du lit Supervision S'asseoir sur le bord d'un lit o plat 1-111a o électrique 1-111b o électrique en se tournant sur le côté 1-111c Assistance partielle

Plus en détail

Solutions de positionnement et de mobilité

Solutions de positionnement et de mobilité Solutions de positionnement et de mobilité Pour la mobilité au quotidien Information destinée aux médecins, aux thérapeutes et aux utilisateurs Mobilité et indépendance Les troubles neurologiques peuvent

Plus en détail

PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI

PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI PROFIL DE DIRECTION : POSTE : PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI CONNAISSANCES (SAVOIRS) LIÉES À L ORGANISATION LIÉES À LA DIRECTION LIÉES AU POSTE Population et territoire

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Formation initiale des bénévoles

Formation initiale des bénévoles Formation initiale des bénévoles Le vieillissement normal et pathologique Les bénévoles vont découvrir / renforcer leurs connaissances liées au vieillissement des personnes en situation normale (manifestations

Plus en détail

L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement.

L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement. L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement. Présenté par: Lyne Roberge, chef en réadaptation Rina Dupont, coordonnatrice clinique

Plus en détail

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008 Caroline GILBERT Infirmière Le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 DEFINITION C Gilbert - le 19 Novembre 2008 Un malade grabataire est incapable de façon temporaire

Plus en détail

Le corps à l école. Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET. Isabelle Legros, CP EPS Anglet

Le corps à l école. Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET. Isabelle Legros, CP EPS Anglet Le corps à l école Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET Isabelle Legros, CP EPS Anglet SCHEMA CORPOREL Pas de définition qui fasse l unanimité, varie selon l angle d approche, De manière générale,

Plus en détail

Atelier cuisine thérapeutique. Hôpital de Jour

Atelier cuisine thérapeutique. Hôpital de Jour Atelier cuisine thérapeutique Hôpital de Jour Présentation Présentation du service Atelier cuisine thérapeutique Logistique Commande des produits Réception des produits Respect des règles d hygiène Profil

Plus en détail

Quand une équipe profite de sa participation à un projet de recherche pour rendre ses interventions plus efficientes

Quand une équipe profite de sa participation à un projet de recherche pour rendre ses interventions plus efficientes Quand une équipe profite de sa participation à un projet de recherche pour rendre ses interventions plus efficientes Mylène Lévesque, psychologue Caroline Beaulieu, ergothérapeute Projet de recherche printemps

Plus en détail

Prévention des escarres

Prévention des escarres Prévention des escarres MOBILISATION ET POSITIONNEMENT Historique 1848 : Robert Graves Ecrivait qu il était possible de prévenir les escarres par une mobilisation régulière. 1961 : Kosiak Etude sur les

Plus en détail

Référentiel d activités professionnelles

Référentiel d activités professionnelles Bac pro de la 20éme CPC Référentiel d activités professionnelles Les titulaires de ce baccalauréat professionnel 20 ème CPC exercent leurs activités : - dans le souci constant de la bientraitance des personnes,

Plus en détail

SERVICE DE PREVOYANCE ET D'AIDE SOCIALES Section APHAGI Cellule Prestations et Surveillance

SERVICE DE PREVOYANCE ET D'AIDE SOCIALES Section APHAGI Cellule Prestations et Surveillance SERVICE DE PREVOYANCE ET D'AIDE SOCIALES Section APHAGI Cellule Prestations et Surveillance 26 novembre 2010 3 ème Journée clinique et scientifique vaudoise au sujet du handicap mental Projet individualisé:

Plus en détail

L ERGOTHERAPIE EN GERIATRIE Dr S.FARDJAD, Praticien Hospitalier Service de MPR du Professeur J-M.GRACIES CHU Mondor-Chenevier DEFINITION Thérapie utilisant comme moyen l activité (du grec «ergon»): - l

Plus en détail

CONDITIONS POUR LE PRÊT D ÉQUIPEMENT AU SERVICE DES AIDES TECHNIQUES

CONDITIONS POUR LE PRÊT D ÉQUIPEMENT AU SERVICE DES AIDES TECHNIQUES CONDITIONS POUR LE PRÊT D ÉQUIPEMENT AU SERVICE DES AIDES TECHNIQUES Publication initiale mise en vigueur : 9 septembre 2014 Destinataires : Clientèle, intervenants du Service des aides techniques, intervenants

Plus en détail

LES FAUTEUILS ROULANTS choix et prescription

LES FAUTEUILS ROULANTS choix et prescription DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Appareillage Nancy : 5-6-7 avril 2006 Coordonnateurs : Pr JM André, J. Paysant, N. Martinet Titre : Auteurs : Les

Plus en détail

L Education à la Santé : quelle intégration au sein de la formation initiale des enseignants?

L Education à la Santé : quelle intégration au sein de la formation initiale des enseignants? L Education à la Santé : quelle intégration au sein de la formation initiale des enseignants? Colloque UNIRèS «Education à la santé et complexité : Recherche, formation, pratiques» Atelier 3 : Pistes pour

Plus en détail

Les domaines de compétences

Les domaines de compétences ACCOMPAGNEMENT ET AIDE individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Associer aux actes essentiels de la vie quotidienne des moments d échange privilégiés. Veiller au respect du rythme

Plus en détail

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Référentiel Fonction / Activités fonctions Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Accompagnement dans la relation à l environnement / Maintien de la vie

Plus en détail

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE Programmes et services 1 2 Bienvenue Le Centre de rééducation professionnelle appartient à Travail sécuritaire NB, lequel en assure la gestion. Il offre des services

Plus en détail

PRÉVENIR LES LÉSIONS CUTANÉES ET LES PLAIES DE PRESSION

PRÉVENIR LES LÉSIONS CUTANÉES ET LES PLAIES DE PRESSION PRÉVENIR LES LÉSIONS CUTANÉES ET LES PLAIES DE PRESSION [this pamphlet is a translation of the original English version into French ] / Preventing Skin Breakdown and Pressure Ulcers [title of the original

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE

DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE Actes d ergothérapie et de psychomotricité susceptibles d être réalisés pour la réadaptation à domicile des personnes souffrant de la maladie d Alzheimer

Plus en détail

FICHE D INFORMATION DES HABITUDES DES ARTISANS

FICHE D INFORMATION DES HABITUDES DES ARTISANS FICHE D INFORMATION DES HABITUDES DES ARTISANS VEUILLEZ COMPLETER L INFORMATION SUIVANTE Nom du (de la) artisan(te) : Prénom du (de la) artisan(te) : Adresse : Code postal : Téléphone : Date de naissance

Plus en détail

La spasticité - quelle prise en charge?

La spasticité - quelle prise en charge? AVC, TCC et maladies neurologiques : Développer et actualiser notre pratique soignante Plan Introduction La spasticité - quelle prise en charge? Présentation clinique et retentissement Traitement Résumé

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BONNE POSTURE?

QU EST-CE QU UNE BONNE POSTURE? QU EST-CE QU UNE BONNE POSTURE? Importance d une bonne posture : Le poids du corps doit être distribué de façon à créer une tension minimale sur les muscles, les ligaments et les surfaces articulaires

Plus en détail

richardlyons-fotolia.com PARTIE 2 Ergonomie et soins

richardlyons-fotolia.com PARTIE 2 Ergonomie et soins richardlyons-fotolia.com 2 Ergonomie et soins Prévention des risques liés à un alitement prolongé Généralités TD 14 OBJECTIFS Présenter les différents risques liés à un alitement prolongé. Énoncer les

Plus en détail

DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Appareillage Lieu : NANCY avril 2011 Auteur : Dr I.

DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Appareillage Lieu : NANCY avril 2011 Auteur : Dr I. DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Appareillage Lieu : NANCY avril 2011 Auteur : Dr I. LOIRET DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine

Plus en détail

Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC. CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE

Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC. CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE Processus de dégradation orthopédique Déséquilibre des forces musculaires Maintient trop prolongé

Plus en détail

Département HÉBERGEMENT PLEIN SOLEIL

Département HÉBERGEMENT PLEIN SOLEIL Département HÉBERGEMENT PLEIN SOLEIL LEIN SOLEIL Plein Soleil Fort d une expérience et d une expertise de plus de 35 ans dans le traitement des atteintes neurologiques, Plein Soleil est un centre unique

Plus en détail

SOMMAIRE. 1/ Définition. Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations

SOMMAIRE. 1/ Définition. Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOMMAIRE Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations MAI 2013 2 1/ Définition o o Zone

Plus en détail

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger «si c est au plan physique que l on ressent la douleur, c est le psychisme qui la supporte». François BOUREAU Quelques définitions

Plus en détail

UE 18 sp Unité d Enseignement ERGOTHERAPIE

UE 18 sp Unité d Enseignement ERGOTHERAPIE UE 18 sp Unité d Enseignement ERGOTHERAPIE Intervenants: Christian Belio, Jean-Michel Caire, Patrick Sureau Marie-Chantal Morel Programme de l UE d ergothérapie Mercredi 4 fév. 2015 : à 14.00 Définition,

Plus en détail

Centre de la petite enfance. Méthode de travail et Organisation de son travail

Centre de la petite enfance. Méthode de travail et Organisation de son travail Centre de la petite enfance Méthode de travail et Organisation de son travail Colloque ASSTSAS 2001 Plan de la présentation Facteurs de risque en CPE Comment réduire ces facteurs de risque Nouvelles façons

Plus en détail

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Pratique de pointe Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Présenté par les Programmes de Soutien à l intégration

Plus en détail

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Introduction Le rôle du médecin MPR : poser les indications Réflexion pluridisciplinaire Définir les objectifs

Plus en détail

M A D A M E Z. C R E T E N E T, D I R E C T R I C E D E S S O I N S H A D S O I N S E T S A N T É M A D A M E I

M A D A M E Z. C R E T E N E T, D I R E C T R I C E D E S S O I N S H A D S O I N S E T S A N T É M A D A M E I LE CHEMIN CLINIQUE 1 M A D A M E Z. C R E T E N E T, D I R E C T R I C E D E S S O I N S H A D S O I N S E T S A N T É M A D A M E I. I M B E R T, C A D R E D E S A N T É H A D S A N T É A D O M I C I

Plus en détail

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour CENTRE HOSPITALIER de BOURG-EN-BRESSE CS 90401 900 route de Paris 01012 BOURG-EN-BRESSE CEDEX 04 74 45 44 08 Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires

Plus en détail

GESTION DE L AGITATION EN PHASE DE RÉADAPTATION INTENSIVE DR JOSÉE FORTIER PHYSIATRE CENTRE DE RÉADAPTATION INTERVAL

GESTION DE L AGITATION EN PHASE DE RÉADAPTATION INTENSIVE DR JOSÉE FORTIER PHYSIATRE CENTRE DE RÉADAPTATION INTERVAL GESTION DE L AGITATION EN PHASE DE RÉADAPTATION INTENSIVE DR JOSÉE FORTIER PHYSIATRE CENTRE DE RÉADAPTATION INTERVAL OBJECTIFS Discuter des différentes options thérapeutiques chez les patients TCC agités.

Plus en détail

8. Lits électriques, Matelas, Fauteuils releveurs, Mobilier de chambre & Tapis d alarme

8. Lits électriques, Matelas, Fauteuils releveurs, Mobilier de chambre & Tapis d alarme Rue A.-Bachelin 11 Ch. de la Thiolaz 6 Av. Pratifori 5 2074 Marin-Epagnier 1038 Bercher 1950 Sion Tel. 032 753 77 53 Tel. 021 887 02 10 Tel. 027 323 91 08 Fax. 032 753 77 54 Fax. 021 887 02 11 Fax. 027

Plus en détail

Aide à domicile. Fiche d analyse des risques pour le dos. Date de l analyse

Aide à domicile. Fiche d analyse des risques pour le dos. Date de l analyse Aide à domicile Fiche d analyse des risques pour le dos Nom de l évaluateur (trice) Nom du bénéficiaire Date de l analyse Adresse Mode d emploi de la fiche d évaluation En collaboration avec le bénéficiaire

Plus en détail

Hygiène de vie et prévention. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 31

Hygiène de vie et prévention. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 31 Hygiène de vie et prévention 2013 31 Gestion du sommeil et récupération chez le soignant de nuit Améliorer la qualité de la vie par une meilleure organisation de la jourée de récupération pour sauvegarder

Plus en détail

Formation. Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants

Formation. Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants Formation Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants A qui s adressent ces formations? Cours de sensibilisation Ces cours s adressent à vous, proches aidants, qui consacrez temps et énergie

Plus en détail

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat Diplôme professionnel d aide-soignant Guide d évaluation par candidat Prénom et nom du candidat (ou identification du candidat) : Date : Dossier n Page 1 / 23 Evaluation de l unité de compétence 1 du DPAS

Plus en détail

La gamme NImBUS SUpportS automatiques pour La prévention et Le traitement des escarres

La gamme NImBUS SUpportS automatiques pour La prévention et Le traitement des escarres La gamme NIMBUS Supports automatiques pour la prévention et le traitement des escarres with people in mind GESTION OPTIMALE DES PRESSIONS D APPUI ET AMELIORATION DU CONFORT Utilisés depuis plus de vingt

Plus en détail

STREAM STREAM LE CONFORT DE SOMMEIL QUI S' AJUSTE PARFAITEMENT L EXPERT DE LITERIE À ST-GALL DEPUIS 1948

STREAM STREAM LE CONFORT DE SOMMEIL QUI S' AJUSTE PARFAITEMENT L EXPERT DE LITERIE À ST-GALL DEPUIS 1948 STREAM STREAM LE CONFORT DE SOMMEIL QUI S' AJUSTE PARFAITEMENT L EXPERT DE LITERIE À ST-GALL DEPUIS 1948 Chaque personne est unique. Le système de literie Stream aussi. FLOATING ZONE SYSTEM AJUSTEMENT

Plus en détail

COMMENT METTRE AU REPOS VOTRE COLONNE VERTÉBRALE AVEC L ORTHÈSE LOMBAIRE OCTOPUSSY GUIDE PRATIQUE

COMMENT METTRE AU REPOS VOTRE COLONNE VERTÉBRALE AVEC L ORTHÈSE LOMBAIRE OCTOPUSSY GUIDE PRATIQUE COMMENT METTRE AU REPOS VOTRE COLONNE VERTÉBRALE AVEC L ORTHÈSE LOMBAIRE OCTOPUSSY GUIDE PRATIQUE METTRE AU R E P O S DE QUELLE FACON? L élongation vertébrale est la première fonction de l orthèse lombaire

Plus en détail

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Historiquement le Centre SSR St Christophe était une Maison de Repos, La Désix, créée en 1958 sur la commune de Sournia.

Plus en détail

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Marie-Josée Béliveau, inf. Gaétane Boucher, inf. B. Sc. Monique Bourque, inf. M.A. Carole Brousseau, inf. B. Sc.

Plus en détail

DEFINITION DE FONCTION : MASSEUR - KINESITHERAPEUTE

DEFINITION DE FONCTION : MASSEUR - KINESITHERAPEUTE RESIDENCE HOSPITALIERE DE LA WEISS Définition validée par : Date et Signature : F18 DEFINITION DE FONCTION : MASSEUR - KINESITHERAPEUTE 1. IDENTIFICATION DE LA FONCTION Intitulé exact de la fonction :

Plus en détail

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Z.OUMLERGUEB L.SEKHRI ZEGGAR A.SEBIA. K.DJERIDA. HOPITAL MILITAIRE REGIONAL UNIVERSITAIRE DE CONSTANTINE 19éme Congrès de la SACOT Oran 2012. Définition:

Plus en détail

Le lit S 582 à hauteur basse Des soins sûrs et efficaces pour les patients à risque de chute

Le lit S 582 à hauteur basse Des soins sûrs et efficaces pour les patients à risque de chute Le lit S 582 à hauteur basse Des soins sûrs et efficaces pour les patients à risque de chute Un lit conçu pour les patients à risque de chutes A l écoute constante des professionnels de santé, il s avère

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

Le bilan diagnostique Kinésithérapique

Le bilan diagnostique Kinésithérapique Le bilan diagnostique Kinésithérapique «La kinésithérapie prévient, réduit, restaure ou compense les mouvements pathologiques au niveau des déficiences, des limitations fonctionnelles, incapacités et des

Plus en détail

Guide pratique : comment choisir sa banquette

Guide pratique : comment choisir sa banquette Guide pratique : comment choisir sa banquette Contenu COMMENT CHOISIR SA BANQUETTE?... 2 1- Critère de choix n 1 : la configuration de la pièce.... 2 2- Critère de choix n 2 : Assise ou couchage, à chacun

Plus en détail

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge.

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. 1- Risque de thrombose veineuse 2- Risque d encombrement bronchique 3- Risque de constipation 4- Risque d escarre 5- Risque

Plus en détail

Hébergement. Outil d aide à la décision pour déterminer si la mesure utilisée est une mesure de contrôle ou une mesure de positionnement

Hébergement. Outil d aide à la décision pour déterminer si la mesure utilisée est une mesure de contrôle ou une mesure de positionnement Hébergement Outil d aide à la décision pour déterminer si la mesure utilisée est une mesure de contrôle ou une mesure de positionnement Novembre 2013 1- Mise en contexte Ce document vise à fournir des

Plus en détail

Utilisation de triple bascule auprès de clientèles dystrophiques. Resi Contardo,erg CRME Louise Pagé,erg IRDPQ

Utilisation de triple bascule auprès de clientèles dystrophiques. Resi Contardo,erg CRME Louise Pagé,erg IRDPQ Utilisation de triple bascule auprès de clientèles dystrophiques Resi Contardo,erg CRME Louise Pagé,erg IRDPQ Présentation de Denis Denis a 18 ans, présente une dystrophie congénitale et a une capacité

Plus en détail

PEC DES PLAIES EN EHPAD

PEC DES PLAIES EN EHPAD PEC DES PLAIES EN EHPAD Dr Géraldine Martin-Gaujard HOSPICES CIVILS DE LYON HEH GENERALITES Plaies aiguës traumatiques Plaies chroniques: Escarres et ulcères Pour les escarres: Prévalence : 9% stable depuis

Plus en détail

Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation.

Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation. 1 Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation. À la fin de cette activité, vous serez en mesure d identifier les indicateurs de

Plus en détail

INTRODUCTION À L ERGONOMIE: VOTRE POSTE DE TRAVAIL LIEU OÙ LE TRAVAIL EST FAIT; DANS UNE JOURNÉE, PLUS D UN POSTE DE TRAVAIL; COMPREND AUSSI LE

INTRODUCTION À L ERGONOMIE: VOTRE POSTE DE TRAVAIL LIEU OÙ LE TRAVAIL EST FAIT; DANS UNE JOURNÉE, PLUS D UN POSTE DE TRAVAIL; COMPREND AUSSI LE INTRODUCTION À L ERGONOMIE: VOTRE POSTE DE TRAVAIL LIEU OÙ LE TRAVAIL EST FAIT; DANS UNE JOURNÉE, PLUS D UN POSTE DE TRAVAIL; COMPREND AUSSI LE MILIEU PHYSIQUE (TEMPÉRATURE, ÉCLAIRAGE, BRUIT). LE BUREAU:

Plus en détail

MATELAS LATTOFLEX Ecoutez votre dos, il mérite l Effet Lattoflex

MATELAS LATTOFLEX Ecoutez votre dos, il mérite l Effet Lattoflex MATELAS LATTOFLEX Ecoutez votre dos, il mérite l Effet Lattoflex Votre corps est sollicité toute la journée. Tout comme votre dos. Il mérite donc un excellent sommeil réparateur. Et c est précisément ce

Plus en détail

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités Annexe IV à l arrêté du 25 janvier 2005 relatif aux modalités d organisation de la validation des acquis de l expérience pour l obtention du diplôme professionnel d aide-soignant Diplôme professionnel

Plus en détail

MIEUX VIVRE AVEC SON HEMIPLEGIE

MIEUX VIVRE AVEC SON HEMIPLEGIE Comment aider un hémiplégique COMMENT AIDER UNE PERSONNE HÉMIPLÉGIQUE... - La sortie du lit - Le transfert - Au fauteuil - La marche en deux temps Chaque personne a gardé des capacités et des possibilités

Plus en détail

PRÉVENTION DES CHUTES. Pour les personnes âgées vivants dans un CHSLD ou une USLD

PRÉVENTION DES CHUTES. Pour les personnes âgées vivants dans un CHSLD ou une USLD PRÉVENTION DES CHUTES Pour les personnes âgées vivants dans un CHSLD ou une USLD Il est nécessaire et possible de prévenir les chutes POURQUOI PRÉVENIR LES CHUTES? 40 % des admissions en centre d hébergement

Plus en détail

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage.

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. L'apprentissage 1 Définitions a. Approche globale La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. Un apprentissage est l acquisition d un nouveau savoir. Dans la

Plus en détail

R4P Réseau Régional de Rééducation et de Réadaptation Pédiatrique en Rhône-Alpes

R4P Réseau Régional de Rééducation et de Réadaptation Pédiatrique en Rhône-Alpes R4P Réseau Régional de Rééducation et de Réadaptation Pédiatrique en Rhône-Alpes La parole à une association : actions et accompagnement des enfants et de leur famille Intervenant : Olivier GROZEL, AFM

Plus en détail

Eléments de problématique 2

Eléments de problématique 2 SOMMAIRE Chapitre introductif... 1 Eléments de problématique 2 Chapitre 1 : La place publique : notion et appropriation.. 10 Introduction.... 11 1. L espace urbain... 12 1.1. La définition de l espace

Plus en détail

Articulations multifonctionnelles de correction

Articulations multifonctionnelles de correction Articulations multifonctionnelles de correction pour enfants et adultes Information produit 2 Ottobock Articulations multifonctionnelles de corrections pour enfants et adultes Articulations de correction

Plus en détail

Le Masseur-kinésithérapeute et le suivi du sportif

Le Masseur-kinésithérapeute et le suivi du sportif Le Masseur-kinésithérapeute et le suivi du sportif Il participe à l évaluation physique Il participe au suivi de la pratique sportive Il participe à la réhabilitation thérapeutique GN PICHARD IFMK REIMS

Plus en détail

MATÉRIEL MÉDICAL ORTHOPÉDIE SANTÉ BIEN-ÊTRE CONFORT

MATÉRIEL MÉDICAL ORTHOPÉDIE SANTÉ BIEN-ÊTRE CONFORT MATÉRIEL MÉDICAL ORTHOPÉDIE SANTÉ BIEN-ÊTRE CONFORT Le meilleur pour votre santé à domicile RETROUVEZ VOTRE MAGASIN : 265 route de La Ciotat - 13400 Aubagne Confort et bien-être RÉÉDUCATION ET DÉTENTE

Plus en détail

Présenté par: François Parent Chargé de projets Projet de l apprentissage en ligne Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches

Présenté par: François Parent Chargé de projets Projet de l apprentissage en ligne Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches Présenté par: François Parent Chargé de projets Projet de l apprentissage en ligne Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches L apprentissage en ligne UNE DÉFINITION Mode d'apprentissage

Plus en détail

La hernie discale Votre dos au jour le jour...

La hernie discale Votre dos au jour le jour... La hernie discale Votre dos au jour le jour... Votre dos est fragile. Ce document va vous aider à le préserver au jour le jour. Si vous venez de vous faire opérer, certaines activités vous sont déconseillées

Plus en détail

Cannabis Clinic. C.H.U. Brugmann-Institut de Psychiatrie Prof. P. Verbanck

Cannabis Clinic. C.H.U. Brugmann-Institut de Psychiatrie Prof. P. Verbanck Cannabis Clinic C.H.U. Brugmann-Institut de Psychiatrie Prof. P. Verbanck Valérie Antoniali- Alexandre Dachet Claire Demoulin Peggy De Voghel Marine Glaesener Anna Papazova Patrick Spapen Kris Van Gerwen

Plus en détail

Optimiser le processus d évaluation pour l octroi d un FR motorisé, un choix qui porte fruit

Optimiser le processus d évaluation pour l octroi d un FR motorisé, un choix qui porte fruit Optimiser le processus d évaluation pour l octroi d un FR motorisé, un choix qui porte fruit Orélie Cloutier, technicienne en éducation spécialisée Élise Jobin, ergothérapeute INTRODUCTION Petit historique

Plus en détail

PLAN D INTERVENTION SPÉCIFIQUE CHALEUR ACCABLANTE

PLAN D INTERVENTION SPÉCIFIQUE CHALEUR ACCABLANTE PLAN D INTERVENTION SPÉCIFIQUE CHALEUR ACCABLANTE NOM DE LA RÉSIDENCE : PROPRIÉTAIRE : DATE DE RÉVISION : NIVEAU D ALERTE DE CHALEUR ACCABLANTE NIVEAU NORMAL : Température normale. NIVEAU DE VEILLE SAISONNIÈRE

Plus en détail

(Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant)

(Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant) CONSULTATION D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR AUTO-QUESTIONNAIRE (vaut courrier du médecin traitant) (Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant)

Plus en détail

LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE

LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE Qu est ce qu une Paraplégie ou Tétraplégie? - Conséquence d une lésion de la moelle épinière ou d une atteinte diffuse des nerfs périphériques. - Évaluation du caractère complet

Plus en détail

DOSSIER DE PRE- ADMISSION * ** NOM et PRENOM de la personne qui complète le dossier :

DOSSIER DE PRE- ADMISSION * ** NOM et PRENOM de la personne qui complète le dossier : Association HANDIVILLAGE 33 Présidente : Mme Odette TRUPIN 1, allée du Lac 33360 CAMBLANES-et-MEYNAC 05.56.92,91,74 contact@handivillage33.org DOSSIER DE PRE- ADMISSION NOM : PRENOM : NOM et PRENOM de

Plus en détail

Segment : Tous segments des IAA Module : Poste de travail et gestion de production TERMES DE RÉFÉRENCE

Segment : Tous segments des IAA Module : Poste de travail et gestion de production TERMES DE RÉFÉRENCE Segment : Tous segments des IAA Module : Poste de travail et gestion de production TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTAT... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 POPULATIONS CONCERNEES... 3 PRE-REQUIS... 3

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région Agenda 21 Île-de-France Le référentiel de l Eco-Région Un Agenda 21 pour renforcer l'eco-région 2008 Forum de lancement de l Agenda 21 Île-de-France Le choix d un agenda 21 interne : périmètre de l institution

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 PLAN DE L INTERVENTION Définition d une CPP Moyens de contention Les risques Problèmes éthiques et juridiques

Plus en détail

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Objectifs 1. Définition des risques psychosociaux 2. La prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN CHARGE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT EN SURPOIDS ET OBÈSES DANS LE CADRE DE L'UNITÉ D'OBÉSITÉ PÉDIATRIQUE HEL - CHUV Alexandra Balz Intervenante en activités

Plus en détail

Situation d apprentissage en éducation physique et à la santé

Situation d apprentissage en éducation physique et à la santé Situation d apprentissage en éducation physique et à la santé Niveau primaire 3e cycle Niveau secondaire 1er à 5e sec. Durée : 4 cours Compétence disciplinaire : -Agir -Adopter un mode de vie sain Auteure

Plus en détail

positive CSSS de Vaudreuil-Soulanges Brigitte Duquette, inf, B.Sc. Conseillère cadre en prévention et contrôle des infections

positive CSSS de Vaudreuil-Soulanges Brigitte Duquette, inf, B.Sc. Conseillère cadre en prévention et contrôle des infections La contamination croisée positive CSSS de Vaudreuil-Soulanges Brigitte Duquette, inf, B.Sc. Conseillère cadre en prévention et contrôle des infections Lina Lauzier, inf., M. Sc. Directrice des soins infirmiers,

Plus en détail

RECAPITULATIF Barème des éco-participations

RECAPITULATIF Barème des éco-participations 2016 RECAPITULATIF Barème des éco-participations 0811 69 68 70 I eco-mobilier.fr BARÈME 2016 RAPPEL L éco-participation est applicable à la vente, lors de la facturation. Ce barème pour 2016 s appliquera

Plus en détail