Développement durable. Entretien avec Céline Fremault. International : à la découverte de l Inde et de l Éthiopie. BECI partenaire de MonStage.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développement durable. Entretien avec Céline Fremault. International : à la découverte de l Inde et de l Éthiopie. BECI partenaire de MonStage."

Transcription

1 p Septembre 2013 n 07 Magazine mensuel de Beci Brussels Enterprises Commerce & Industry Entretien avec Céline Fremault International : à la découverte de l Inde et de l Éthiopie BECI partenaire de MonStage.be Développement durable

2 Pour protéger vos employés, nous avons mieux. Ethias EmPloyEE CarE solutions Une entreprise n est rien sans ses employés. C est pourquoi vous voulez leur garantir la meilleure des protections. Avec Ethias, vous profitez de solutions sur mesure en accidents du travail, soins de santé et assurances de groupe, ainsi que d un traitement rapide de vos dossiers et de conseils en prévention. Pas étonnant que nos courtiers partenaires recommandent Ethias! Pour en savoir plus: ou Ethias SA, rue des Croisiers 24, 4000 Liège. RPM Liège TVA BE

3 édito Jean-Claude Daoust, Président de BECI Reporters Vaincre l'immobilisme «En matière de mobilité, nous n avons pas été assez bons.» Cet aveu obligé de Charles Picqué est le commentaire minimum que l'on pourrait apporter au constat d'inrix 1, le principal acteur américain d'info-trafic : la Belgique est championne du monde des embouteillages, avec Bruxelles en tête de classement, suivie de près par Anvers. La saturation des transports publics fait l'objet d'une seconde liste où l'on occupe aussi la plus mauvaise place. A new-york, les chauffeurs de taxi disent que "Death, taxes and traffic are the three certainties of life" ; c'est hélas le navetteur bruxellois qui passe 82 heures par an dans des files qui a le plus de certitudes Notons au passage que 30 % des déplacements à Bruxelles sont liés à la recherche d un parking. Selon l'ocde, la congestion du trafic dans les grandes villes a un impact de presque 2 % sur notre produit intérieur ; BECI a chiffré le coût astronomique de la saturation de Bruxelles et fait régulièrement état de la pénibilité extrême d'une telle situation et de son impact négatif sur son économie. Les citoyens et les entreprises exigent aujourd'hui des solutions concrètes. BECI en propose dans son Livre Blanc réalisé avec les entreprises membres du hub mobilité, taclant au passage une approche inappropriée déplacée même du problème : «Le plan IRIS II n est mis en œuvre que pour la partie qui plaît le plus à un certain public, sans chronologie réaliste, sans coordination avec les autres entités locales, régionales et fédérales, et certainement sans vision cohérente». Les mots sont durs sans doute, mais l'urgence ne peut s'embarrasser de la langue de bois. 1 En effet, quand sept entreprises sur dix déclarent envisager de quitter la Région à cause de ses problèmes irrésolus de mobilité, on ne peut plus se permettre cet amateurisme et le parti-pris réducteur de considérer le navetteur comme un ennemi. Lorsqu'on entend débattre aujourd'hui d'un possible péage urbain, force est de constater que l'on est toujours dans cette optique stigmatisante et étroite. Plutôt que de débuter précipitamment un nouveau projet de cet ampleur, finalisons les chantiers en cours (RER, parkings de dissuasion, pistes cyclables, accroissement significatif et amélioration de l'offre de transports publics régionaux et interrégionaux ) qui sont de toute façon les conditions essentielles de son éventuel succès, et prenons des décisions rapides sur des aspects de la question moins visibles, mais qui seraient indéniablement efficaces, comme repenser la gestion du temps et du lieu de travail ou promouvoir la diversification des outils de rémunération. Plus de travailleurs se déplacent quotidiennement dans notre capitale et les besoins de mobilité s'accroissent tous les jours, évoluant avec le développement économique de la Région et la forte croissance démographique : si un statu quo est déjà impensable, que dire de la politique actuelle de restriction d'accès à la voiture sans offre compensatoire? Le problème de la mobilité doit être la priorité première du gouvernement bruxellois et nous voulons qu'il soit attaqué de façon enfin cohérente avant qu'il soit définitivement ingérable. 1.

4 sommaire Septembre 13 BECI 4 L'actualité économique en un clin d'œil 5 Le mois politique 6 Interview : Céline Fremault, la foi dans l entrepreneuriat 12 Céline Fremault en visite chez BECI 13 L Éthiopie, le secret le mieux gardé d Afrique 16 L Inde, le géant des pays émergents 19 Franc succès pour les Business Days à Luxembourg 20 Ecole : un état des lieux qui doit alarmer 24 BECI s engage pour le développement des stages DOSSIER GREEN 30 Développement durable : un concept qui évolue 34 Technologies vertes, la clé du succès pour Siemens 38 R&D verte : l Institut von Karman 39 R&D verte : des compétences de pointe à Bruxelles 40 Les bureaux durables en plein essor 44 Interview : Grégoire Clerfayt, «Monsieur Énergie» de Bruxelles-Environnement 46 Focus «énergie» : le prix (caché) du renouvelable 51 Focus «énergie» : énergie bleue en mer du Nord L'ENTREPRISE AU QUOTIDIEN 54 Microsoft mouille sa chemise 56 Comptables-fiscalistes : une profession sous pression 57 Convertir les emplois indépendants en salariés 58 Europcar : quel rôle pour les loueurs de voitures? 59 Info PwC : nouveaux critères sectoriels pour les relations de travail 60 Actualité en matière de précompte mobilier 61 Start-up : Qustomer 62 Conseil resto 63 Impression of a Brit 64 L immobilier autrement 65 Semaine de la PME : «action santé» pour les indépendants Entreprendre est le mensuel de Beci (Chambre de Commerce & Union des Entreprises de Bruxelles) Editeur responsable Olivier Willocx Avenue Louise Bruxelles t f Rédaction Media Coordinator : Emmanuel Robert Production & Abonnements Administration : Emmanuel Robert Graphisme Impression: DB Print Traduction: Litteris Tous droits réservés Reproductions interdites sans autorisation écrite de l éditeur Abonnements Prix : 80 pour 10 numéros Infos : t Publicité Entreprendre/Dynamiek est lu chaque mois par plus de décideurs. Tirage moyen par numéro : ex. Infos et réservations : Geneviève N. Juste T F Véronique Legein T F Membership: Catherine Mertens T 0032 (2) Notre prochain dossier Octobre 2013 Dossier Transport et Logistique BECI & CO 67 Espace réservé aux membres BECI 69 Agenda 70 En photos : les derniers événements BECI 72 Demandes d'admission Printed on TCF paper

5 Adhérer à vous apporte la sérénité Entreprenez durablement tout en mettant votre entreprise en ordre avec la loi : adhérez à Fost Plus Toute entreprise qui met des produits emballés sur le marché belge a l obligation de recycler ses emballages. Fost Plus propose une solution à la fois simple, efficace et durable. Aujourd hui déjà, Fost Plus recycle 88 % des déchets d emballages ménagers, si bien que la Belgique occupe depuis des années la première place mondiale dans ce domaine. Apportez la sérénité dans votre entreprise : affiliez-vous à Fost Plus et participez vous aussi à ce succès. Surfez sur pour plus d informations.

6 Beci Psychanalyse de l actualité : le moi(s) économique De quoi a-t-on parlé cet été? D argent bien sûr. Du bel été boursier, du budget, du chômage des jeunes et des coûts salariaux. Rien que du bonheur. Rien que du bonheur? Faut croire. Le Belge a-do-re. Il ne parle que de ça. Même pendant les vacances. Dommage toutefois que ces questions d argent soient déconnectées du réel, de ce que l argent permet de faire. 4 Prenons le budget. Important, le budget. La terminologie désormais désuète de «voies et moyens» avait le mérite de montrer que le budget, c était la concrétisation des choix politiques de la majorité au pouvoir. On entretenait au moins l illusion que ces choix avaient pour objectif de faire avancer la société. Dans le monde transparent d aujourd hui, on ne met plus de gants. On chercherait vainement dans les débats de l été la moindre allusion à l avenir. Nos gouvernants prétendent le contraire évidemment : «ce budget consolide l avenir». Comme si l avenir existait (déjà). Il existera! Nuance. Et il sera ce que... le budget en fera! Malheureusement, le budget de l État, en ce compris ses œuvres régionales et ses pompes communautaires, n a pas d autre ambition que de répondre aux exigences de l Europe. Un euphémisme pour dire qu il faut boucher les trous. Nous sommes gérés par des comptables, pas par des visionnaires. Tant qu à parler d argent, le Belge, qui a réduit ses dépenses, lui, ferait bien d en exiger autant de ses gouvernants. N importe quel cours d introduction à l économie politique nous apprend que l État est un des trois (ou des quatre) agents économiques de base et qu en plus, en tant qu émanation de la collectivité, il est le régulateur de l ensemble alors que les autres ne sont obsédés que par la maximalisation de leurs revenus. Désolé, mais l État aujourd hui ne vaut guère mieux: il ne songe plus qu à maximaliser ses revenus alors qu il «pèse» déjà plus de 50 % du produit intérieur brut. Il ne régule pas, il domine. Il est donc le premier responsable de tout ce qui nous arrive. Question : où est le projet de société? Quels sont ces «voies et moyens» qui vont nous permettre de relever les défis de demain, notamment celui de la qualification professionnelle, le seul vrai problème de notre société? Tout le reste peut être résolu par la technique. Nous en sommes à chômeurs, LE chiffre record de cet été. Hélas, les cabinets ministériels sont infestés de «scouts» dont le seul souci est de débusquer la matière taxable. Réduire les dépenses? Vous n y pensez pas. Tant qu à parler d argent, le Belge, qui a réduit ses dépenses, lui, ferait bien d en exiger autant de ses gouvernants. Dommage que «la mère de toutes les élections», la nouvelle expression à la mode pour évoquer le triple scrutin de 2014, ne tourne pas autour de ce débat-là. Si vous avez regardé le ciel cet été, vous y avez vu le jour un soleil généreux et la nuit une conjonction stellaire à laquelle les analystes financiers, ces astrologues de l économie, attribuent les exceptionnelles performances des marchés boursiers. A Bruxelles, l indice phare qu est le Bel 20 a gagné 12 % sur les huit semaines de juillet et d août. Va-t-il continuer? La question a déjà été posée au printemps. Le Belge y a répondu oui... avant de voir avec consternation les cours refluer. Heureusement, ils se sont repris entre-temps et le «oui» massif des mois précédents s est reproduit sans trop d hésitations. La Bourse est comme le chien qui accompagne le promeneur. Une fois devant, une fois derrière, mais tout le monde se retrouve à la maison. Combien de faillites depuis le début de l année? Combien de PME ont fait la culbute? Je vous épargne ces autres chiffres record. Sauf un : emplois ont été perdus, rien que dans les PME, depuis le 1 er janvier. C est gra-vis-si-me. Et on fait quoi? Rien. Si, on pleure. Mais on n agit pas. Et lorsque le patronat, par la voix d Agoria, la fédération professionnelle du secteur technologique, crie au casse-gueule, on envoie les équipes de télé, ça fait le sujet du soir et puis plus rien. Votre serviteur, qui a toujours l oreille tendue, vous rapporte ce commentaire entendu sur une terrasse ensoleillée : «Y a les pensions, la dette publique, les infrastructures, le double pécule et le 13 e mois. On n arrivera jamais à payer tout ça. Y a forcément un truc qui va sauter». Vous voyez Le Belge parle tout le temps d argent. Jean Blavier

7 Beci Psychanalyse de l actualité : le moi(s) politique Septembre : vive la rentrée, vive les nouveaux défis. Et vive les élections? J ai toujours aimé la rentrée. Même lorsque j étais encore un étudiant rêveur, j avais hâte de reprendre. Pas uniquement pour revoir les copains. Plutôt pour l ambiance générale. Le choix du plumier neuf, celui des cahiers La découverte aussi de l un ou l autre nouveau cours en option ou de tel professeur dont j avais entendu parler par les camarades plus âgés. Au final, tout cela donnait au mois de septembre des airs de nouveau départ. Je suis d ailleurs convaincu que c est toujours le cas aujourd hui, y compris dans le monde de l entreprise. La rentrée agit sur nous tous telle une madeleine de Proust et nous pousse à prendre quelques bonnes résolutions, que nous tiendrons ou non mais qui garantissent un monde au moins intentionnellement meilleur pour les mois à venir. Gageons que cet esprit positif sera aussi celui affiché par nos dirigeants. Tous ont en tête depuis des mois que cette année académique sera triplement électorale : Régions (Provinces, même en Wallonie)-Fédéral-Europe. L échec est interdit aux partis politiques. Sachons-le : absolument tout ce qui se fera, dira, préparera d ici au soir du 25 mai 2014 ne le sera que dans l idée de récolter un maximum de sièges dans chacune des assemblées recomposées ce jour-là. Et qu on ne s y trompe pas, certes c est vers la Flandre et les résultats de la NVA que beaucoup de regards seront tournés, mais c est bien à Bruxelles (et singulièrement à la Chambre des Représentants) que se disputera le combats des chefs. 5 Poids lourds La meilleure preuve de l enjeu stratégique que représente Bruxelles prête d ailleurs à sourire : si l on en croit les sondages et habitudes de votes, la place de Numéro Un dans la capitale devrait se jouer en 2014 entre les socialistes de Laurette Onkelinx et les libéraux de Didier Reynders. Deux purs produits... liégeois! Mais qu importe, après tout Bruxelles est une terre d accueil et tout le monde y est le bienvenu. Par ailleurs, au-delà du rapport de forces entre partis au lendemain des élections, c est surtout le jeu des alliances qui déterminera la répartition du pouvoir. FDF, Ecolo et CDH auront également de belles cartes à jouer, raison pour laquelle ils présenteront eux aussi des poids lourds dans la capitale : Joëlle Milquet pour les centristes, Olivier Maingain pour les FDF. Reste évidemment à savoir si cela sera un plus pour la capitale ou un inconvénient. En clair, au-delà du prestige de voir trois vice-premiers ministres et un président de parti (deux même si l on compte que l Ecolo Olivier Deleuze devrait lui aussi s investir dans la campagne) battre le pavé de la capitale, que restera-t-il vraiment aux Bruxellois? Pour être carrément franc : les enjeux de la capitale tels son développement économique, sa mobilité intérieure, sa cohésion sociale, son manque de logement et de places en crèche ou dans certaines écoles, la sécurité de ses rues seront-ils mieux analysés par des cadors habitués aux débats nationaux que par des élus ayant consacré toute leur carrière à Bruxelles? Si Bruxelles est gérable Il y a, derrière cet investissement bruxellois de figures nationales, plus qu un enjeu local ou de principe. La capitale d un état est sa carte de visite, sa vitrine et son arrière-boutique à la fois. Or, ce qui mine aujourd hui Bruxelles, ce sont les divisions : celles entre partis, entre clans, entre communautés. Pour aller de l avant et tirer le pays derrière elle, Bruxelles doit coûte que coûte faire briller son modèle de coexistence. Ces communautés à faire coexister sont nombreuses : Flamands et francophones, mais aussi travailleurs et sans emplois, riches et moins riches, jeunes et vieux, athées, chrétiens et musulmans, bruxellois de souche et néo-arrivants, habitants et navetteurs Il y va de l intérêt général car le tableau à terme sera celui-ci : la Belgique est à l image de sa capitale. Si Bruxelles est gérable, alors la Belgique doit forcément l être. Mais si par malheur elle ne l était pas Michel Geyer

8 Beci Hommes et femmes du pouvoir Céline Fremault : la foi dans l entrepreneuriat Céline Fremault est dynamique et ça se voit : présence assurée, voix puissante, grands éclats de rire Un cocktail de punch et de bonne humeur qui fait plaisir. Mais cela se remarque aussi professionnellement : à peine a-t-elle repris les rênes de l'économie bruxelloise qu'on l'entend sur tous les dossiers. D'évidence, elle ne se contentera pas de gérer un ensemble d'institutions publiques mais entend utiliser ce qui est le plus important outil de développement économique de la Région. 6 Fils rouges de son action, sa foi en l'entrepreneuriat et ses préoccupations sociales ne font sans doute qu'un dans cet esprit généreux. A l'aube de sa carrière politique, qui se lève hélas en fin de législature, elle nous parle des actions en cours et du développement de projets qui lui tiennent à cœur. La maison de l'entrepreneuriat, du commerce et de l'innovation E/D: Reprendre la fonction qui est la vôtre en fin de législature, c'est presque devoir se limiter à la gestion des affaires courantes. Mais vous semblez visiblement vouloir apporter votre valeur ajoutée. Quelles sont vos priorités? «En effet, le temps m'est compté de facto mais je veux avancer et non pas me contenter de gérer. Après avoir pris connaissance des dossiers en cours, après m'être imprégnée des problématiques spécifiques de la Région et avoir participé aux accords d'ostende, j'ai axé mon action sur 3 points: le soutien à entrepreneuriat, l'emploi (celui des jeunes en particulier) et l'ensemble des projets qui peuvent/doivent animer Bruxelles dans l'optique Bruxelles Je veux clairement faire de Bruxelles une ville d entrepreneuriat et d'innovation, tant comme capitale de la Belgique que comme capitale de l'europe, ce qui est un atout majeur. Bruxelles est une terre d'implantation attrayante : nous constatons que la création de starters est en augmentation : depuis le 1 er semestre 2013, starters créées contre «Je veux clairement faire de Bruxelles une ville d entrepreneuriat et d'innovation, tant comme capitale de la Belgique que comme capitale de l'europe, ce qui est un atout majeur.» pour la même période en 2012, soit 1,8% de plus. Bien sûr, c'est à mettre en rapport avec le nombre de faillites, mais nous avons identifié précisément les difficultés récurrentes des starters (plan de gestion, financement et pérennisation au-delà des trois ans) et nous voulons agir à ce niveaulà. A cet effet, j'ai créé la Maison de l'entrepreneuriat, du Commerce et de l'innova-

9 Colors are forever JUSQU À 110,- CASHBACK * SUR LES MODÈLES SÉLECTIONNÉS * Action valable pour les achats effectués entre le 1 er septembre et le 31 décembre 2013 dans les points de vente autorisés. Infos et conditions sur A partir de 399 TVA incl. La couleur change tout. Les documents ont plus d impact, les présentations sont plus mémorables et les factures sont payées plus vite. Un avantage de taille pour votre entreprise! Les imprimantes et multifonctions laser couleur de Brother peuvent imprimer parfaitement jusqu à 28 ppm, en couleur ou en noir et blanc. De plus, elles sont compatibles réseau, extrêmement fiables et couvertes par une garantie sur site de 2 ans. Et tous ces atouts sont loin d être impayables, car elles peuvent être équipées de toners de haute capacité qui vous feront économiser pas mal d argent.

10 Beci 8 tion. Il s'agissait de rassembler des acteurs économiques importants de la Région, trop dispersés aujourd'hui : l'abe (Agence Bruxelloise pour l'entreprise), Atrium (organisme spécialisé dans la création d'activités dans les quartiers), Innoviris (Institut Bruxellois pour la Recherche et l Innovation) et RIB (Research in Brussels). D'autres pourraient encore les rejoindre. Ces outils performants, je tenais à les regrouper afin que l'entrepreneur, pour qui ils sont faits, puisse trouver dorénavant, en un même lieu, toutes les expertises, toutes les aides et tous les acteurs dédiés à son activité. Ce regroupement favorisera aussi les synergies dans un lieu d'échanges d'idées, de connaissances et d'expériences relatives à entrepreneuriat. Il s'agit, en quelque sorte, d'un incubateur où pourront être mises en œuvre directement ces idées et initiatives. C'est, je crois, la vision que l'on doit avoir du soutien à l'économie à Bruxelles aujourd'hui : «Je tenais à regrouper les outils afin que l'entrepreneur, pour qui ils sont faits, puisse trouver dorénavant, en un même lieu, toutes les expertises, toutes les aides et tous les acteurs dédiés à son activité.» un soutien performant sur tous les plans pour donner toutes les chances aux starters de se lancer et surtout de pérenniser leurs activités. Début octobre, ceci sera en place.» ZEUS Benoît Cerexhe vous a légué le projet des zones franches. Qu'en pensezvous et où en est-on? «Nous sommes en phase de concrétisation. C'est une excellente initiative pour redynamiser économiquement mais aussi socialement certains quartiers de Bruxelles. Car au-delà de l'objectif de créer de l'emploi local, en particulier pour les demandeurs d'emploi peu qualifiés, il y a le vaste projet de l'amélioration du cadre de vie dans une zone qui couvrira la moitié de la zone de développement actuelle, qui va de Tour & Taxis à la zone d'industrie Sud. L'enjeu est de taille car personnes y habitent, soit 6 % de la population bruxelloise, dont 39 % sont au chômage et vivent avec un revenu annuel inférieur à ! Cette zone représente un lieu majeur de développement économique pour la Région : elle bénéficie d'espaces disponibles, il y a déjà beaucoup de PME et de TPE présentes et, selon les projections, le port de Bruxelles va créer plus de emplois d'ici Le canal retrouve aujourd'hui, on le constate, son attractivité. Cette zone s'appellera ZEUS, pour Zone d'économie Urbaine Stimulée. Trois aides y sont proposées. Une première aide est liée à l'investissement. Les entreprises qui y sont installées ou qui vont s'y installer pourront bénéficier immédiatement d'un taux d'intervention de la Région particulièrement favorable appliqué aux nouveaux investis-

11 Beci sements : 25 % pour les PME et même 35 % pour les micro-entreprises si 30 % des salariés résident dans cette zone. Une deuxième aide est liée à l'embauche, avec la possibilité de récupérer des charges patronales pour tout engagement d'un travailleur local (30 % la 1 re année ; 15 % la seconde) ; une troisième aide, enfin, est liée à la densité d'emplois locaux : toute entreprise dans la zone qui compte sur son payroll au moins trois personnes dont au moins 30 % résident dans la zone pourra récupérer une partie de ses taxes de bureau.» Refonte des aides à l'expansion économique La Région propose beaucoup d'aides à l'entrepreneuriat mais l'offre est assez dispersée et l'accès implique des démarches administratives parfois pesantes. Il semble que vous souhaitez simplifier tout cela. «C'est exact : les aides ont été repensées pour coller au plus près des besoins des entreprises aux différents stades de leur vie. Par exemple, une nouvelle entreprise pourra bénéficier, dès le départ de son activité et non plus x mois après, d'une aide à l'investissement initiale car c'est à ce moment qu'elle est nécessaire. Ce capital peut alors être intégré directement dans le business plan. On répond ainsi à la demande logique des jeunes entrepreneurs d'aujourd'hui, qui est de pouvoir investir dans leur produit ou concept plutôt que dans le seul lancement de leur entreprise. Cette disposition diminue aussi l'effet d'aubaine que pouvaient constituer ces aides pour certains et les positionne comme réel soutien à entrepreneuriat. Après, on veillera à assurer un suivi cohérent, chronologique en quelque sorte, des autres aides : on fera savoir à l'entrepreneur qu'il peut disposer d'une prime au recrutement, d'aides pour des services de consultance, pour d'éventuels travaux de mise aux normes, pour la création d'une crèche, etc. Les étapes du développement des entreprises sont donc comprises et accompagnées. C'est aussi dans cet esprit que je serai particulièrement attentive à la simplification administrative. Le regroupement de divers services au sein de la maison participe à cet effort ; mais dès 2014, la plupart des démarches en tant que telles seront simplifiées et pourront être accomplies en ligne. Le temps de la lenteur et de la longueur des procédures d'octrois d'aides doit être révolu et nous entendons être dorénavant hyper réactifs, deadlines à la clef. Je me permets, à cet égard, de souligner le succès de notre n 1819 qui mobilise 80 opérateurs et apporte une réponse dans les 48 h avec un taux de satisfaction de 90 %!» «Les aides ont été repensées pour coller au plus près des besoins des entreprises aux différents stades de leur vie.» L'entrepreneuriat au féminin En mission économique en Thaïlande avec le Roi encore Prince Philippe. On vous a lu et entendu dans la presse, exprimant des positions volontaristes en matière d'emploi et d'entrepreneuriat pour les femmes. «Oui, cela me tient à cœur car c'est un public cible très dynamique avec ses particularités. Il ressort déjà, selon l'institut pour l'égalité des femmes et des hommes, qu'il y a une demande de structures d'accompagnement axées sur les spécificités de l entrepreneuriat au féminin. J'ai commandé une étude à l'abe sur l entrepreneuriat au féminin qui me fournira des informations jusquelà non étudiées concernant les femmes chefs d'entreprises actives dans la Région : leur nombre, le type de sociétés qu'elles créent, leur statut au sein de leur entreprise, etc. Parallèlement à cela, j'ai assisté à plusieurs tables rondes organisées avec Bruxelles Pionnières, Jump, l'institut pour l'égalité des femmes et des hommes, avec des femmes d'origine étrangère, etc., pour cerner le profil et les attentes de ces femmes qui entreprennent ou veulent entreprendre. L'étude est attendue pour l'automne Elle débouchera sur des actions concrètes relatives à l'emploi des femmes comme la mise en œuvre de coaching spécifique, l'adoption d'initiatives pour répondre à la problématique de conciliation de temps que connaissent les femmes, etc. Nous créerons aussi une plate-forme on line qui rassemblera les initiatives d'entreprises menées par des femmes à Bruxelles. Enfin, une cellule dotée d'un budget de a été créée chez Actiris pour répondre aux demandes nombreuses de femmes qui ont mis leur vie professionnelle entre parenthèses pour élever leurs enfants et veulent à présent réintégrer le marché de l'emploi, notamment en créant leur propre entreprise. Leurs compétences y seront réévaluées. Car, paradoxalement, ces femmes peuvent avoir une image dégradée de leurs compétences professionnelles alors qu'elles ont entre-temps acquis des qualités de leadership, d'organisation, etc. qui sont valorisables.» Emploi L'emploi à Bruxelles est un sujet délicat : on crée de l'emploi mais on a un taux de chômage élevé. Quelle est votre approche? «Fin juin 2013, Bruxelles comptait chômeurs, chiffre en baisse depuis les deux mois précédents. En base mensuelle, le chômage des jeunes (18-25 ans) est en baisse de -4,3 % entre 2012 et 2013 et nous n'enregistrons que 27,6 % de chômeurs jeunes en 2013 contre en 37 % en Ce bon score est 9

12 Beci 10 Céline Fremault en compagnie du président de BECI, Jean-Claude Daoust. dû sans doute aux politiques d'accompagnement spécifiques que la Région a mises en place. Mais la priorité reste néanmoins l'emploi des jeunes : d'ici 2020, 45 % de la population à Bruxelles aura moins de 31 ans! Soit 25 % de moins de 20 ans et 20 % entre 20 et 30 ans. L'enjeu est énorme. Nous veillerons à augmenter les CPP (Contrats de Projet Professionnel, qui aident à trouver un emploi grâce à des formations en stage) car on constate, chiffres à l'appui, qu'ils permettent de décrocher un premier emploi dans la majorité des cas lorsqu'il s'agit de jeunes qualifiés et d'augmenter de 20 % les chances d'en obtenir un pour les infra qualifiés. Fin 2013, un service jeune spécifique sera mis en place, chez Actiris également, doté de de budget. On n'a donc pas attendu l'europe qui, entretemps, a lancé son plan garantie jeunes (soit 8 milliards d' à répartir entre les régions) ; mais nous poursuivons le même objectif, qui est de proposer un emploi, un complément de formation ou un stage dans les six mois de l'inscription chez Actiris pour les jeunes de moins de 30 ans (là où l'europe parle, elle, des moins de 25 ans). De là aussi l'importance de créer une nouvelle relation de confiance entre les employeurs et Actiris. Enfin, l'accent sera mis sur le plan langues «Il y a une demande de structures d'accompagnement axées sur les spécificités de l entrepreneuriat au féminin.» dont beaucoup de personnes ont déjà bénéficié (7.137 modules de 60 h au compteur!). Une plateforme d'apprentissage en ligne est également sur le point de voir le jour (Brulangue).» Mobilité Pour aborder un dernier point, comment réagissez-vous à notre boutade: «Les navetteurs sont-ils les ennemis des Bruxellois?» «Qu'elle est un peu fallacieuse, mais je le prends comme une formule. Gérer les déplacements de la capitale la plus embouteillée d'europe est compliqué et le Gouvernement essaye de développer des solutions. Il faut étudier diverses pistes dans le respect des conditions de vie des Bruxellois mais aussi des navetteurs, tout en tenant compte des contraintes économiques. Il va de soi que les deux autres Régions doivent participer et s'impliquer dans la recherche d'une solution. On a parlé récemment de la problématique du péage urbain : c'est séduisant mais un peu court tel quel. Une telle mise en place ne peut pas se faire uniquement à Bruxelles ; ou que cela précède la mise en fonction d'un RER performant, mise en place dans laquelle les autres Régions ont leur responsabilité. Quelle que soit la mesure adoptée, elle devra être évaluée en fonction de son effet économique. Il est hors de question que cela ait un effet négatif sur l'économie bruxelloise en faisant fuir les entreprises, par exemple, ou en se traduisant par une pression fiscale accrue sur la classe moyenne. Concernant la mobilité, il faut étudier des solutions multimodales et être attentif à des initiatives de type Be-Park, aux premiers essais de navettes d'entreprises, à la création de parkings de dissuasion, à l'augmentation de l'offre de transport en commun, à la nécessité de planifier le développement de la ville, comme nous le faisons pour la zone canal où nous anticipons la hausse d'activité et l'accroissement du besoin de mobilité en prévoyant les parkings nécessaires, etc. Je serai particulièrement attentive à cet aspect des choses, en faveur des entreprises.» Propos recueillis par Didier Dekeyser

13 TITRES-SERVICES JUSQU À 125 DE RÉDUCTION SUR VOS TITRES-SERVICES! * Welcome to the Family! Daoust Titres-Services offre jusqu à 125* de réduction par an à tout le personnel des entreprises membres de BECI! Pionnier des titres-services depuis 2003, Daoust satisfait chaque jour clients, grâce à plus de aide-ménagères. Vous trouverez les détails de cette offre sur Aalst - Antwerpen - Blankenberge - Brugge - Bruxelles - Charleroi - Eupen - Gembloux - Gent - Hasselt - Huy - Knokke - Kortrijk La Louvière - Liège Marche-en-Famenne - Mons - Namur - Nieuwpoort - Nivelles - Oostende - Sint-Niklaas - Verviers - Wavre INTERIM - SELECTION - OUTPLACEMENT - TITRES-SERVICES - PUBLIC SECTOR - JOB ACADEMY * 0,25 de ristourne par heure prestée et en ordre de paiement (maximum 500 titres-services par an (500 x 0,25= 125) ). Offre valable 1 an et limitée aux nouveaux clients. La ristourne sera remboursée à l échéance de l offre et calculée sur base des titres-services collectés au nom du collaborateur. Daoust sa, Galerie de la Porte Louise 203/5, 1050 Bruxelles, tel. 02/ , Agréments pour les 3 régions : Wallonie : W.INT/SO/RS/RE.22, Flandre : VG.163.BUOP, Bruxelles : B-AA Agrément Titres-Services : 40063

14 Beci Good Morning Brussels Céline Fremault en visite chez BECI : renforcer la «marque Bruxelles» Comment renforcer l image internationale de Bruxelles et mieux soutenir les exportations de ses entreprises? Les réponses de Céline Fremault, nouvelle Ministre bruxelloise de l Économie, de l Emploi et du Commerce Extérieur, qui était au mois de juin l invitée d un Good Morning Brussels organisé par BECI. Quelques mois après son entrée au Gouvernement bruxellois et quelques jours après son retour de Californie, en mission économique Céline Fremault (cdh) a soulevé l intérêt des chefs d entreprise : ils n étaient pas moins de 80 à s être déplacés pour l entendre s exprimer sur le commerce international et le rôle de Bruxelles. 12 «J aime rappeler qu une part substantielle de notre bien-être provient de l activité internationale de Bruxelles», a-t-elle entamé. «Sans les exportations, la croissance serait encore inférieure à ce qu elle est.» Et sur ce terrain, Bruxelles n a certainement pas à rougir de ses résultats : en 2012, les exportations de marchandises de la RBC ont encore progressé de 4 %, malgré la crise, alors que la moyenne nationale plafonnait à 0,3 % seulement. Encore ce chiffre n inclut-il pas les services, dont on connaît l importance à Bruxelles. L attractivité de la Région pour les investisseurs ne se dément pas, elle non plus : 37 dossiers ouverts en 2012, 40 en 2011, après trois années plus modestes ; les chiffres sont clairement repartis à la hausse. Des investissements à haute valeur ajoutée : «Chaque dossier crée 5 à 10 emplois directs, pour la plupart hautement qualifiés ; sans compter les emplois induits.» Céline Fremault est revenue sur les résultats de la mission économique californienne et son importance pour l économie de la Région : un tiers des 300 entreprises participantes étaient en effet bruxelloises. «Cela veut dire que nous pesons dans ces missions, ce qui se traduit notamment dans le choix des destinations. Des pays comme la Turquie, les États-Unis ou l Inde sont des priorités pour nos entreprises dans certains secteurs.» La Ministre juge très encourageante la participation bruxelloise en Californie : «Nous avions 28 entreprises du secteur TIC, mais aussi des entreprises du secteur financier, de l industrie et du conseil juridique. Le tourisme, la mode, le design nous ont accompagnés, ainsi que des opérateurs publics, des fédérations et des entreprises spécialisées. L ULB a signé un partenariat avec Berkeley, l une des meilleures universités au monde!» Céline Fremault a mis son intervention à profit pour rappeler ses priorités dans la réforme du commerce extérieur, en cours, dont le redéploiement du réseau d attachés bruxellois : Chennai et San Francisco ont été renforcés, le poste de Vancouver est désormais opérationnel et celui de Rio le sera bientôt. La simplification des règles à l exportation est un autre objectif: elle a déjà permis d augmenter les aides accordées de 48 % en Le commerce extérieur bénéficie par ailleurs d un budget en hausse de 30 % depuis le début de la législature. La Ministre destine encore de nouvelles actions à certains secteurs particuliers, dont les TIC et le conseil juridique, ainsi qu au soutien de la «marque Bruxelles» à l international : «Un produit d appel irremplaçable pour la Belgique, pour lequel beaucoup de pays seraient prêts à payer cher.» Mme Fremault souligne à cet égard que plus de 1400 entreprises ont participé aux actions collectives de Brussels Invest & Export en Céline Fremault souhaite encore renforcer le ciblage géographique : le commerce extérieur ne se limite pas à l Amérique ou l Asie ; à preuve, 65 % des actions de Bruxelles Invest & Export en 2013 sont programmées en Europe, dont le poids reste considérable. En sens opposé, les États-Unis restent le premier investisseur étranger à Bruxelles, mais la Chine et l Inde deviennent significatifs. Enfin, la Ministre se veut plus que jamais à l écoute des entreprises, qualifiées de «parties prenantes». En conclusion, Mme Fremault a tracé trois priorités pour l avenir : continuer à dynamiser les réseaux à l étranger, en fonction des intérêts des entreprises ; soutenir l internationalisation des jeunes entreprises innovantes «pour qui ce besoin intervient de plus en plus tôt» et raisonner au-delà du développement, non seulement en termes d import/export mais aussi de partenariats. Emmanuel Robert

15 Beci Les petits-déjeuners BECI Visite de l'ambassadeur d'éthiopie L'Afrique sera-t-elle la terre promise de demain? Économiquement parlant, cela semble une certitude tant on l'entend souvent; mais bien malin qui peut prédire l'avenir. Il est clair cependant que ce continent a un potentiel de développement extraordinaire et des atouts considérables à faire valoir car il déborde de richesses, la première étant certainement humaine. C'est d'ailleurs l'impression dominante qui ressort de la récente visite chez BECI de Monsieur Kassu Yilala, Ambassadeur d'éthiopie à Bruxelles, qui, par son exposé pragmatique et son sens de l'empathie, a convaincu son public de s'intéresser de près à son pays, trop méconnu encore. La République fédérale démocratique d'éthiopie, constitutionnellement laïque, offre depuis de nombreuses années la stabilité politique nécessaire au bon développement des affaires, ce qu'un PIB en croissance constante depuis 2004 prouve suffisamment. Le pays est au centre de nombreux accords économiques et politiques intra-africains et internationaux mais entend gérer son développement avec un maximum d'efficacité, n'hésitant pas, par exemple, à refuser de libéraliser les secteurs bancaires et des télécommunications ou de céder à l'imposition de réformes structurelles recommandées par les institutions financières internationales, considérant que cela pourrait nuire à son progrès économique dans l'état actuel des choses. Cette marche vers le développement se veut donc avisée et indique qu'une gouvernance critique et responsable gère le pays. Les opportunités d'affaires dans ce grand pays (9 e en superficie du continent africain, 2 e en population avec plus de 80 millions d'habitants) sont multiples, que ce soit en termes d'industrie ou de services. Les ressources naturelles (terres arables, eau, ressources géologiques, pétrole, gaz, café ) sont abondantes. Le développement d'infrastructures et les perspectives du secteur énergétique devraient intéresser les grands groupes mais aussi tous les soustraitants habituels liés à ce domaine. Mais les plus petites entreprises peuvent aussi et avec profit participer à ce développement, comme l'envisage, par exemple, ce spécialiste de la distribution retail en Afrique présent à notre déjeuner. M. Kassu Yilala, Ambassadeur d'éthiopie à Bruxelles. Un guide de l'investissement est disponible auprès de l'ambassade d'éthiopie à Bruxelles. BECI vous fournira bien sûr toute info nécessaire, notamment en ce qui concerne le voyage d'affaire planifié le 24 novembre dans ce pays, qui est une opportunité exceptionnelle de découverte du tissu économique du pays et de rencontres d'affaires. Didier Dekeyser 13 Save the Date Voyage d affaires en Éthiopie Vous voulez découvrir ensemble avec BECI le secret le mieux gardé de l Afrique? Notez dorénavant les dates du 24 au 29 novembre 2013 pour un voyage d affaires à Addis-Abeba. Au programme : rencontres avec des responsables de la Banque Mondiale, Banque Africaine de Développement, le PNUD et l African Union, visites aux projets financés par ces instances, rencontres avec des hommes d affaires belges et européens actifs en Éthiopie, la Chambre de Commerce d Addis, le EU Business Forum Ethiopia, l Ambassadeur belge sur place etc. Le programme définitif sera bientôt publié mais réservez déjà votre place (max. 20 participants!) en envoyant un mail à OU? Addis-Abeba - Ethiopie QUAND? 24 au 29 novembre 2013 PARTICIPATION Environ 2200 pp Possibilité de profiter des aides financières de Bruxelles Invest & Export! PLUS D'INFOS Sabine Soetens

16 Angola En route vers l Angola Interview de F.J. Lourenço Fernandes, représentant commercial de l Angola au Bénélux (photo Pongo Boly) 14 Votre pays, l Angola, vient de créer un Fonds souverain de 5 milliards de dollars, vous êtes le deuxième producteur de pétrole en Afrique, grand producteur de diamants etc. Que cherche l Angola en organisant un salon d affaires en Belgique? FJLF: Le forum d'affaires que nous organisons ce jour à Bruxelles 1 se tient sous la direction du Président de la République d'angola, José Eduardo dos Santos, et vient s inscrire dans le programme de la diversification de l'économie nationale à travers la création de capacités productives compétitives, dans tous les secteurs de l'activité économique où le pays dispose d'avantages comparatifs. Les potentialités sont énormes, mais c est dans l exploitation intelligente de celles-ci que nous arriverons au développement économique et social du pays, à savoir la création de richesses et d'emplois pour les Angolais, dans un climat de paix et de stabilité. Le Fonds souverain est un exemple d'utilisation pertinente des ressources du pays pour assurer le bien-être des générations futures. L'ambassade de l'angola auprès du Royaume de Belgique, qui organise ce forum, se congratule de pouvoir compter sur la collaboration, toujours présente, de la CBL-ACP, ainsi que sur d'autres associations d'entreprises belges, qui ont exprimé leur volonté de contribuer à la réalisation cet événement. Quels sont les secteurs prioritaires et quel genre de partenariats recherchez-vous dans ce Forum? FJLF: Les secteurs prioritaires sont variés : agriculture et agroindustrie, commerce de biens et services, industrie (surtout l industrie de transformation), secteurs de l énergie et de l eau, des transports et de la Logistique, BTP et habitation, etc.

17 Angola L Angola veut mettre en place plusieurs partenariats, soit par l'investissement direct étranger, incarné par des concessions sur l exploitation de ressources (pétrole, diamants, production d'énergie et d'eau à grande échelle), soit par des projets de partenariats public-privé, avec en revanche d'autres possibilités de mettre en place des partenariats entre les PME (par exemple : fourniture d'équipement et d'assistance technique, de transfert de savoir-faire technique et de gestion, sous différentes formes, parmi lesquelles les contrats de franchise, etc.). Aujourd hui, quel est le niveau des relations économiques et commerciales entre la Angola et la Belgique? FJLF : La balance commerciale entre l'angola et la Belgique, qui a toujours été positive pour l'angola par le passé, est négative depuis ces quatre dernières années, c est-à-dire que l'angola importe désormais plus de produits d'origine belge qu'elle n'exporte vers ce marché. Cette situation est principalement due à une diminution de l exportation dans le secteur du diamant. Une des explications de cette diminution peut être le fait que l'angola ait parié sur l exportation de produits transformés, dans ce cas-ci des diamants, à travers la création d une industrie de la taille de diamants. En résumé, nous nous permettons de rappeler que la valeur des exportations de l'angola vers la Belgique en 2011 était d'environ 180 millions d euros. En ce qui concerne les importations de produits d'origine belge, en 2011, elles atteignaient le montant de 260 millions d'euros. S il est vrai que les grandes entreprises, belges ou autres, ont les moyens de prendre des risques à la hauteur des gains espérés, tel n est pas le cas pour les PME/ PMI. Or, il me semble que vous pensez mobiliser des PME/PMI belges pour devenir partenaires en Angola. Avez-vous un programme spécial pour attirer les PME? FJLF : Comme mentionné précédemment, il existe différentes formes de coopération fructueuse entre les PME des deux pays, afin de minimiser les risques inhérents à de tels partenariats. Je me réfère, par exemple, à la conclusion de contrats spécifiques entre les PME (mais pas seulement) ou le simple achat et la vente de biens d équipement, l'assistance technique, le transfert de savoir-faire par franchise, etc. Le gouvernement angolais a mis au point un programme orienté vers le soutien au développement des PME, afin d obtenir du financement pour les investissements nécessaires au développement de leurs activités. Ce programme permet aux PME angolaises d acquérir la technologie venant de l étranger. Luanda, capitale de l Angola : la Banque Nationale Est-il sûr de faire des affaires en Angola? La sécurité juridique et judiciaire des investisseurs est-elle garantie? FJLF: L Angola garantit la protection de l'investisseur privé. L'Angola est signataire de conventions internationales pour la protection des investissements privés, en particulier la MIGA (Agence de la Banque mondiale pour la garantie des investissements multilatéraux) la WIPO (Agence mondiale de la propriété intellectuelle), la PC-PHP (Convention de Paris pour la protection de la propriété industrielle) et continue à signer plusieurs accords bilatéraux de protection mutuels des investissements. Nous sommes heureux de pouvoir dire que l'angola est une destination sûre pour les investissements. Pour conclure, je dirais que l'objectif fondamental que nous entendons mener sur ce forum est de sensibiliser aux opportunités d'affaires en Angola et permettre aux participants de clarifier leurs doutes éventuels auprès des conférenciers. Toutefois, pour obtenir de plus amples informations, vous pouvez prendre contact avec le représentant commercial de l'angola à l'adresse suivante : 161 Boulevard Auguste Reyers, 1030 Bruxelles, Datcha Ribeiro 15 Ambassade d'angola - Rue Franz Merjay Bruxelles - Tel Angola Trade Representative Office - Blv Auguste Reyers Tel Ce forum, qui s est tenu le 17 juin à Bruxelles avec la participation d environ 150 personnes, s est vu gratifier de la présence du secrétaire d Etat à l Industrie de l Angola, Monsieur Gabriel KIALA, du secrétaire d Etat au Commerce de l Angola, Monsieur Alvaro PAIXÃO, des représentants de l ANIP (Agence Nationale pour les Investissements Privés) et d autres institutions angolaises ainsi que l ambassadeur de l Angola auprès du Royaume de Belgique, Madame Elizabeth SIMBRÃO. Une mission économique belge partira en Angola le 20 octobre Publireportage

18 Beci Commerce international L'expertise de Bruxelles Invest & Export L'Inde : le géant des pays émergents 1,25 milliard d'habitants font de l'inde le deuxième pays le plus peuplé au monde. Une croissance démographique vertigineuse qui permet d'anticiper un dépassement de la population chinoise d'ici De cet élan, joint au fait que la moitié de la population a aujourd'hui moins de 25 ans, il en résultera que, d'ici 2030, 1 actif sur 4 dans le monde sera Indien! La seule force des choses fera donc de ce pays un acteur incontournable sur la scène mondiale et, d'une façon ou d'une autre, le partenaire commercial obligé des autres pays. 16 Ceci est d'autant plus probable que l'inde bénéficiera probablement du fameux «dividende démographique» : quand le nombre d'actifs augmente dans une population, la part relative des dépenses consacrées aux enfants et aux gens âgés diminue, ce qui favorise l'épargne et les investissements et donc la croissance. Deux défis de taille (bien qu'ils soient tous de taille dans ce pays gigantesque ) se profilent toutefois à un horizon très proche : la qualification de la population d'une part ; d'autre part l'arrivée annuelle sur le marché de l'emploi de plusieurs millions de nouveaux actifs. Il faudra donc une économie qui permettra d'occuper tout ce monde. Une industrialisation qui nécessitera des investissements massifs, la création d'infrastructures et un approvisionnement en énergie suffisant. Le pays sera donc amené à connaître de profonds bouleversements en quelques années et son économie croîtra. Quelles opportunités l'entrepreneur belge peutil trouver sur ce marché et comment l'aborder? Kathlijn Fruithof, attachée économique et commerciale de BIE, nous apporte quelques éléments de réponse : «L'Inde va poursuivre son développement économique - c'est presque inéluctable - et les opportunités d'affaires sont à la mesure de cette croissance prévue ; c'est-àdire qu'elles peuvent être très importantes. Ce pays mérite donc d'être considéré par toute entreprise qui envisage de se développer via l'export ou qui souhaite investir un nouveau marché. Gardons aussi à l'esprit une caractéristique non négligeable : l'inde est un pays démocratique. L'écrivain Jean Grenier disait : C'est en considérant l'inde comme un pays imaginaire qu'on s'approche le plus de sa réalité». Je relaie cette phrase car il faut souligner que les premières impressions que l'on ressent en débarquant dans cette société peuvent être déroutantes : les sons, les couleurs, le mouvement, la foule, les odeurs vous surprennent. Nos considérations sociologiques occidentales elles-mêmes doivent être nuancées, par exemple eu égard à la pauvreté que l'on rencontre là-bas. Il faut donc y venir avec l'esprit ouvert et un regard neuf. Concernant les usages et attitudes dont il faut certainement tenir compte, je citerais le fait que l'expérience et, corollairement, la hiérarchie y sont très respectées. On peut entrevoir là une des difficultés qu'éprouvent certaines entreprises qui cherchent à s'implanter localement et qui envoient en mission des cadres jeunes (pour la seule raison qu'ils sont plus disponibles pour des séjours à l'étranger). C'est une erreur. Les Indiens s'attendent également à ce que votre attitude vis-à-vis de vos affaires ou des affaires que vous auriez en commun avec eux soit marquée par une passion semblable à celle qu'eux éprouvent habituellement lorsqu'ils se consacrent à un projet. Le sens de l'engagement est fort chez eux (c'est un gage de qualité des relations commerciales) et ils l'attendent de vous. C'est aussi pourquoi les entreprises familiales de nos pays qui cherchent à s'implanter passent bien en Inde car ce sont des entreprises où, généralement, les actionnaires sont très investis ; le tissu économique indien est, en outre, constitué essentiellement d'entreprises familiales. Deux grands traits de culture d'entreprise peuvent être remarqués : la Western Approach qui appartient au chef d'entreprise qui s'est formé en Occident et apprécie l'approche directe, minutée et qui conclut rapidement. Puis il y a l'approche traditionnelle qui privilégie le temps, la construction des relations, etc. Dans cette approche, mais dans la première également, il ne faut pas essayer de s'introduire en solo car les relations humaines comptent beaucoup pour tous. Pour la même raison, pour investir un marché, vous devrez vous trouver un partenaire qui connaîtra la niche où vous souhaitez vous positionner. Notez que les deux approches se rejoignent dans un mode de négociation typiquement indien: le win-win. L'expertise bruxelloise qui pourrait trouver à se valoriser en Inde concerne l'environnement, l'éco-building, les infrastructures (routes, trains toutes voies et moyens de communication), le secteur des soins de santé (l'inde a des spécialistes de premier plan et des réseaux d'hôpitaux privés en forte concurrence, il y a donc une

19 Beci demande pour le matériel de pointe). Le secteur du transport de l'énergie est également prometteur de gros investissements de l'état indien, comme l'indique d'ailleurs le récent succès de cette société belge qui a remporté gagné un marché d'électrification de km de voies de chemin de fer. Les biotechnologies suscitent également leur intérêt. Je ne cite pas le secteur de l'it car les Indiens y sont très forts : soit il faut y occuper une niche, soit c'est leur propre expertise qu'il faut solliciter. En fait, quel que soit le domaine, notre savoirfaire bruxellois, pointu, rigoureux peut intéresser des partenaires locaux. Brussels Invest & Export est présente dans les grands pôles de développement du pays : Chennai, où, notamment, le secteur automobile mondial investit massivement ; Mumbai, centre des services financiers et de l'audio-visuel ; Bangalore avec l'it et le domaine de la santé etc. Les entreprises peuvent compter sur nous pour les accueillir et les aider à approcher le marché, de la préparation d'un séjour de prospection au suivi d'une implantation.» Didier Dekeyser Kathlijn Fruithof, attachée économique et commerciale de BIE. Brussels Invest & Export a également pour mission d'attirer des investisseurs étrangers en Région bruxelloise, tâche assez difficile dans le cas de l'inde, du fait de la concurrence des Pays-Bas et du Royaume-Uni, où les communautés indiennes sont importantes, historiquement installées, et où la langue ne pose aucun problème. Mais les efforts de nos attachés économiques portent leurs fruits grâce à un travail de prospection bien ciblé. Ainsi, des centres de recherches cliniques indiens s'appuient-ils sur notre méthodologie rigoureuse pour mener à bien des essais cliniques dans notre Région. L'incubateur de BIE accueille par ailleurs des entreprises étrangères pendant 3 mois. M. Pramod Kaushik, spécialiste IT, teste actuellement sur notre marché une application informatique conçue pour la gestion des restaurants. La force de conviction de nos attachés économiques est évidemment ce qui l'a poussé à venir chez nous plutôt qu'ailleurs. 17 Mission économique présidée par la Princesse Astrid à New Delhi, Mumbai et Chennai, du 23 au 29 novembre Info Bruxelles Invest & Export est l'agence du commerce extérieur et des investissements étrangers de la Région de Bruxelles-Capitale. Nous aidons nos entreprises à exporter dans le monde entier et assistons les entreprises étrangères à s'implanter à Bruxelles. Le nouveau guide de l exportation de BECI, un condensé d informations pratiques sur la stratégie, le marketing, la législation ou encore la règlementation, accompagné d exemples concrets et de contacts intéressants. Tout ce que vous devez savoir sur l export dans un guide! Commandez votre exemplaire gratuit par auprès de Christine Godts,

20 INTERNATIONAL TRADE 2nd edition EXECUTIVE PROGRAMME Free Android Wifi tablet For: export managers, business developers, sales executives, procurement executives, supply-chain executives, in-house counsels, financial controllers, trade finance officers, business lawyers and consultants, civil servants from specialised public bodies,... Principles of international business Organising your presence abroad Contracting Transport & logistics Administration & formalities of international trade Financing the operation Establishment and international exploitation of IP Risk management & insurance One-year study programme in English One boot camp + 21 Friday afternoons Top level speakers and guest speakers Practical and transversal approach In the heart of Brussels (Central Station) Competitive tuition fees Join the 2 nd edition starting in Oct Sponsors In collaboration with web: phone:

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Le Microcrédit Relance

Le Microcrédit Relance La Ministre Céline Fremault soutient une nouvelle aide pour favoriser la relance des petites entreprises bruxelloises Le Microcrédit Relance Un partenariat CEd Crédal Conférence de presse du 17 décembre

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise CONFERENCE SUR LES OPPORTUNITES D ECHANGES ET D INVESTISSEMENT ALGERIE USA Organisé par le Conseil d Affaires Algérie-USA (USABC) Et le Forum des Chefs d Entreprise (FCE) à Alger, le 2 Mars 2015 **********************************************

Plus en détail

Master Management PME PMI. Situation générale des diplômés 2008/2009 au 1er mars 2010. FemmesHommes Total

Master Management PME PMI. Situation générale des diplômés 2008/2009 au 1er mars 2010. FemmesHommes Total IUP Management et Gestion des Entreprises Master Management PME PMI 008/009 Lieu de formation : Clermont-Ferrand Situation générale des diplômés 008/009 au er mars 00 Taux de réponses Au er décembre 009

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II Bruxelles, le 1 er mars 2011 A propos des conclusions définitives de la mission d information de Didier REYNDERS

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE»

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» Pourquoi l UFC-QUE CHOISIR lance de nouveau la campagne «Gaz moins cher ensemble»?... 2 En quoi la transmission à l ensemble des fournisseurs de

Plus en détail

AXA en Belgique novembre 2009 - www.axa.be. AXA en Belgique

AXA en Belgique novembre 2009 - www.axa.be. AXA en Belgique AXA en Belgique sommaire 1 que pouvons-nous faire pour vous? 3 2 des réponses sur mesure 6 3 un autre regard sur AXA 16 4 une entreprise responsable 24 Les chiffres de cette présentation datent du 31.12.2008

Plus en détail

Animations /Formations

Animations /Formations Animations /Formations DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. Démocratie? La sécu? Institutions? Énergie? Communes? DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. MOC-CIEP Liège -Huy-Waremme

Plus en détail

23 è Salon de l'emploi et de la Création d'activités

23 è Salon de l'emploi et de la Création d'activités 23 è Salon de l'emploi et de la Création d'activités Présentation & Principaux résultats 2014 23 Salon de l'emploi ème et de la Création d'activités Un événement d envergure, unique en son genre. Au cours

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

DOSSIER DE PARTICIPATION

DOSSIER DE PARTICIPATION DOSSIER DE PARTICIPATION " Marquez une page de votre entreprise avec les Trophées de la performance environnementale 2014 " L ENVIRONNEMENT ET MON ENTREPRISE... Vous avez à cœur de développer votre activité

Plus en détail

L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public

L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public Joseph Bradley Christopher Reberger Amitabh Dixit Vishal Gupta L Internet of Everything (IoE) permet

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le Exco. Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable. Sommaire Préambule 11 Présentation du réseau EXCO et de KRESTON INTERNATIONAL LTD 22 Présentation

Plus en détail

La boîte à outils pour des placements avisés

La boîte à outils pour des placements avisés La boîte à outils pour des placements avisés Sommaire 3 4 6 8 10 incomeiq une plateforme intelligente pour réfléchir à vos besoins de revenus futurs Les besoins en revenus n ont jamais été aussi importants

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

FORUM ECONOMIQUE ALGERO-ESPAGNOL. Organisé par la Confédération des Entreprises Espagnoles (CEOE)

FORUM ECONOMIQUE ALGERO-ESPAGNOL. Organisé par la Confédération des Entreprises Espagnoles (CEOE) FORUM ECONOMIQUE ALGERO-ESPAGNOL Organisé par la Confédération des Entreprises Espagnoles (CEOE) Madrid, 20 Juillet 2015 ----------------------------------------- Intervention de Monsieur Ali HADDAD Président

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

1 Portage Salarial p 3. 2 Procédure p 4. 3 Contrat de travail p 5. 4 Complémentaire santé individuelle p 5. 5 Frais professionnels p 5.

1 Portage Salarial p 3. 2 Procédure p 4. 3 Contrat de travail p 5. 4 Complémentaire santé individuelle p 5. 5 Frais professionnels p 5. 1 Portage Salarial p 3 2 Procédure p 4 3 Contrat de travail p 5 4 Complémentaire santé individuelle p 5 5 Frais professionnels p 5 6 Extranet p 6 7 Responsabilité civile professionnelle p 6 8 Garantie

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

Communiqué de Presse Interim Management Projects bouleverse le marché du recrutement.

Communiqué de Presse Interim Management Projects bouleverse le marché du recrutement. Communiqué de Presse Interim Management Projects bouleverse le marché du recrutement. En Belgique, quelques 50.000 à 60.000 personnes, dont de nombreux Seniors, travaillent comme intérimaires à des postes

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Mission commerciale au MAROC portée par la CGPME en collaboration avec Erai Maroc

Mission commerciale au MAROC portée par la CGPME en collaboration avec Erai Maroc Mission commerciale au MAROC portée par la CGPME en collaboration avec Erai Maroc Caractéristiques du marché Cinquième puissance économique d Afrique, le Maroc est un pays émergent dynamique. Au cours

Plus en détail

Les entreprises et le Développement durable. FEDERE 23 mars 2010

Les entreprises et le Développement durable. FEDERE 23 mars 2010 Les entreprises et le Développement durable FEDERE 23 mars 2010 Fiche technique Mode de recueil Échantillon Dates du terrain Enquête par téléphone (sur système CATI) 200 décideurs en entreprises > 500

Plus en détail

Conférence de presse «Stimuler l'éco-construction» 8 février 2007 Intervention d Evelyne Huytebroeck

Conférence de presse «Stimuler l'éco-construction» 8 février 2007 Intervention d Evelyne Huytebroeck Conférence de presse «Stimuler l'éco-construction» 8 février 2007 Intervention d Evelyne Huytebroeck Le potentiel d'amélioration environnementale et énergétique des bâtiments en région bruxelloise est

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 17 ème édition mai 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 17 ème édition mai 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 17 ème édition mai 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Rapport de transparence Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Table des matières Préambule... 1 Présentation de Kreston International LTD... 2 Structure juridique et principaux chiffres...

Plus en détail

FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE

FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE Que vous puissiez voter ou non, vous pouvez contribuer à façonner l avenir de notre pays : Dites aux autres pourquoi il est important de voter. Organisez

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business?

Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business? présente Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business? Vous avez créé récemment votre start-up et vous cherchez des soutiens pour accélérer votre croissance? Vous

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005 Philippe TABOUIS / Niels COURT-PAYEN Contacts TNS Sofres Frédéric CHASSAGNE / Gaspard VERDIER

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Sommaire. La Hongrie, contexte général... 19. Remerciements...5 Information pratique...7 Synthèse...9

Sommaire. La Hongrie, contexte général... 19. Remerciements...5 Information pratique...7 Synthèse...9 Sommaire Remerciements............................................................................................5 Information pratique...................................................................................7

Plus en détail

DEFIS DE LONG TERME POUR LA SOCIETE BELGE

DEFIS DE LONG TERME POUR LA SOCIETE BELGE DEFIS DE LONG TERME POUR LA SOCIETE BELGE Etienne de Callataÿ UWE Liège, le 28 octobre 2010 LES DEFIS 1. La croissance économique durable 2. La cohésion sociale 3. Les finances publiques 4. La structure

Plus en détail

Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance

Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance 1 Introduction À la mi-2014, l économie canadienne demeure robuste. Le gouvernement du Canada est solidement

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

EPOS POUR PARTENAIRES

EPOS POUR PARTENAIRES EPOS POUR PARTENAIRES EPOS POUR PARTENAIRES NOTRE SOLUTION EPOS.UP POUR PARTENAIRES PROPOSE UN SYSTÈME INTÉGRÉ À LA POINTE À UN PRIX ABORDABLE. 02 / 03 SOMMAIRE SOMMAIRE La gestion d une activité Retail

Plus en détail

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739 Séance publique du 21 juin 2005 Délibération n 2005-2739 commission principale : développement économique objet : Démarche Lyon ville de l'entrepreneuriat - Soutien à l'association Action'elles pour son

Plus en détail

Privateimmo.com. Nouveau site. Nouvelles offres... Privateimmo.com s étend sur l Hexagone! le dossier de presse

Privateimmo.com. Nouveau site. Nouvelles offres... Privateimmo.com s étend sur l Hexagone! le dossier de presse le dossier de presse 1 er site de vente privée immobilière sur internet Nouveau site Nouvelles offres... s étend sur l Hexagone! Contact presse : Jean-Marc FERNANDEZ Tel : 04 72 40 09 09 E-Mail : jean-marc@privateimmo.com

Plus en détail

Exposé préparé pour la Conférence de Vaduz. par

Exposé préparé pour la Conférence de Vaduz. par Av.Fiter i Rossell, 71 Escaldes-Engordany www.ada.ad-dona@ada.ad La Formation Continue des Femmes: Un aspect Essentiel de l Égalité Exposé préparé pour la Conférence de Vaduz par Mme. Pilar Triquell-Seró

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives 4 ème édition Paris, le 27 janvier 2012 3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives Les points clés Le régime de l auto-entrepreneur, un potentiel énorme de croissance

Plus en détail

En 10 ans, la valeur de la PME moyenne ne s'est que très légèrement améliorée

En 10 ans, la valeur de la PME moyenne ne s'est que très légèrement améliorée Deloitte Berkenlaan 8B 1831 Diegem Belgium News Release Tel. + 32 2 600 60 00 Fax + 32 2 600 60 01 www.deloitte.be Contact: Evelyne Lekime Press & Communications Tel. + 32 2 600 60 12 Email: elekime@deloitte.com

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE DOSSIER DE PRESSE ADOM'ETHIC MAI 2010 p 1 INTRODUCTION UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE Le secteur des services à la personne a connu une croissance rapide ces quatre dernières années,

Plus en détail

VOYAGE D AFFAIRES EN ANGOLA DU LUANDA PROGRAMME (PROVISOIRE) 7 AU 11 AVRIL 2014

VOYAGE D AFFAIRES EN ANGOLA DU LUANDA PROGRAMME (PROVISOIRE) 7 AU 11 AVRIL 2014 VOYAGE D AFFAIRES EN ANGOLA DU LUANDA PROGRAMME (PROVISOIRE) 7 AU 11 AVRIL 2014 Angola fait partie des marchés en croissance les plus rapides dans le monde. Selon la Banque africaine de développement (BAD),

Plus en détail

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale)

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) Pouvez-vous vous présenter? Je suis Philip English, économiste en chef pour 5 pays, notamment le Sénégal, la Gambie, la Mauritanie,

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

DEVELOPPEMENT COMMERCIAL AUX ETATS-UNIS : 10 ERREURS A NE PAS COMMETTRE. SOMMAIRE

DEVELOPPEMENT COMMERCIAL AUX ETATS-UNIS : 10 ERREURS A NE PAS COMMETTRE. SOMMAIRE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL AUX ETATS-UNIS : 10 ERREURS A NE PAS COMMETTRE. Nous souhaitons, avec ce document, vous faire partager les écueils que nous constatons chez les PME françaises qui abordent le marché

Plus en détail

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS 2015 MODALITÉS PRÉSENTATION DE L APPEL À PROJETS L appel à projets Quartiers Durables Citoyens encourage et soutient les habitants qui s engagent dans leur quartier

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Partie I L Allemagne

Partie I L Allemagne Partie I L Allemagne Avant-propos L Allemagne est le premier partenaire économique de la France, le plus grand marché de consommateurs en Europe et, selon la banque mondiale, c est le pays qui est actuellement

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail