SOMMAIRE. Le mot du Président Le petit train de la vallée du Sausseron (Bernard Gaudinot)... 4

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE. Le mot du Président... 3. Le petit train de la vallée du Sausseron (Bernard Gaudinot)... 4"

Transcription

1 SOMMAIRE Le mot du Président... 3 Le petit train de la vallée du Sausseron (Bernard Gaudinot)... 4 Les énergies renouvelables? Mythes et réalités Biocarburants et agrocarburants (Daniel Amiot) Et si autant en emportait le vent? (Humbert Fusco-Vigné) Un port fluvial en face d Auvers-sur-Oise Un modèle d incohérences (Claire Houbert) La Tour-du-Lay Renaissance de la fontaine Saint-Robert Une belle entreprise collective Que fait renaître la réhabilitation de la fontaine du prieuré de La Tour-du-Lay (Jean-Jacques Munier) Quel avenir pour les grandes fermes In memoriam (Micheline Lanoote) Assemblée Générale Nesles-la-Vallée In memoriam Jeu Concours... 52

2 DEPUIS 30 ANS LA SVS LUTTE POUR SAUVEGARDER NOTRE RÉGION MENACÉE PAR L EXTENSION DES VILLES NOUVELLES, L URBANISATION, LA POLLUTION DES EAUX, L ABANDON DE LA FORET, LA DÉGRADATION D UN PATRIMOINE ARCHITECTURAL EXCEPTIONNEL, L AGRICULTURE PRODUCTIVISTE, LA DESTRUCTION DE LA FLORE ET DE LA FAUNE POUR QUE NOS VILLAGES NE DEVIENNENT PAS UNE BANLIEUE ET S INSCRIVENT DANS LA RURALITE VENEZ RENFORCER NOTRE ACTION EN RENOUVELANT VOTRE ADHÉSION ET EN FAISANT ADHÉRER VOS AMIS Cotisation 2006 * individuelle * couple * collectivités et associations * jumelée Amis du Vexin : individuelle 37 - couple 43 collectivités et associations 50 EN NOUS AIDANT A DIFFUSER NOS RÉALISATIONS «le sausseron et ses abords vus du ciel» DVD de 30 minutes Sur les traces des premiers aéronautes, Charles et Robert, contemplez «La vallée du Sausseron et ses abords vus du ciel». La variété et la richesse des paysages, l intégration harmonieuse des villages, la noblesse des architectures, grandes fermes, église, châteaux, filmées par Patrick F. Joy, à l occasion de plusieurs heures de vol d hélicoptère, vous sont présentées dans ce DVD de 30 minutes, édité par la SVS. Découvrez, depuis ce poste d observation privilégié, la beauté d un territoire, partie du Parc Naturel Régional du Vexin Français, dont on comprend plus que jamais, la nécessité de le sauvegarder. Le DVD, disponible au prix de 10 (tarif adhérent) ou de 12 (prix public), peut être obtenu directement auprès d un membre du bureau de l association (Tél ou ) ou par voie postale, frais d expédition en sus, 12 (tarif adhérent), 14 (tarif public) «CAHIER DE RECOMMANDATIONS POUR RESTAURER OU CONSTRUIRE DANS LE RESPECT DE L ARCHITECTURE RÉGIONALE DU VEXIN FRANÇAIS» Album de 72 pages, illustré de 162 photographies en couleur et 15 dessins, format 21 29,7 Prix : 10 Port en sus Didactique, simple, pratique ce cahier de recommandation, complété par 6 fiches techniques, est consacré à l illustration et la défense de l architecture de notre région. Il est destiné aux maires, artisans et particuliers pour entretenir, réhabiliter, rénover ou construire dans le respect des usages traditionnels éprouvés par le temps. Paiement par chèque bancaire ou CCP : Z Paris à l ordre de : «Sauvegarde de la Vallée du Sausseron» à retourner à S.V.S. Mairie Nesles-la-Vallée N oubliez pas de visiter régulièrement notre site http ://sv.sausseron.monclocher.com 2

3 LE MOT DU PRéSIDeNT 2007, année riche en événements où l on trouvera, suivant son humeur, des raisons d espérer ou de douter. Dans le registre de la tristesse, le décès de Mireille Samson, fondatrice et animatrice de notre association, marque douloureusement l année, comme celui récent d Yves de Kerveguen. Tous deux à des titres divers, l une issue de la société civile et du mouvement associatif, l autre, responsable politique, ont défendu avec une énergie sans faille, ce Vexin rural qui nous tient tant à cœur. La décision de Jacques Dupâquier de quitter, pour raison de santé, la présidence des Amis du Vexin, après quarante années consacrées à l identité vexinoise et la défense d un territoire, objet des convoitises urbaines, a été accueillie par tous avec beaucoup d émotion. Heureusement, Jacques Dupâquier demeure proche de nos associations, toujours prêt à participer et à nous transmettre son savoir. L élection présidentielle a eu le mérite, merci Nicolas Hulot, de populariser les préoccupations écologiques et d obliger les candidats à s engager. Espérons que le Grenelle de l environnement, dont le travail sérieux est indiscutable, aura une suite. Ça et là des voix discordantes et réservées commencent à s élever. On saura au moment des choix si l exécutif et le pouvoir législatif se contentent de «mesurettes». La volonté politique d économiser l énergie, au plan des transports et de l urbanisme, en sera un bon test. La France n est pas le bon élève de l Europe. Elle peine à appliquer Natura 2000 et ne parvient pas, malgré de récents efforts, à se mettre en conformité avec la législation européenne sur le traitement des eaux résiduaires et des rejets d azote et de phosphore dans les rivières. L urbanisation menace et il faudra à nos élus une grande détermination pour tenir l objectif d évolution démographique de 0,75 % reconduit dans la nouvelle charte du PNR. Des communes, et pas des moindres, hésiteraient à renouveler leur adhésion. La conception actuelle du lotissement n est pas une réponse satisfaisante au besoin de logements tant au plan de la consommation de l espace que d une architecture conciliant intégration au bâti rural et traitement en Haute Qualité Environnementale. On peut attendre du PNR qui dispose d urbanistes et de paysagistes de qualité, sensibilisés à ces problèmes, qu il apporte dans le cadre de la nouvelle charte les impulsions indispensables. Notre association entretient avec eux ainsi qu avec les responsables de l urbanisme et des paysages du Vexin, Bâtiments de France, Conseil général, Préfecture, DIREN, d encourageantes relations constructives et amicales. Leur participation à nos colloques, dont ils assurent en partie le succès, en témoigne. N attendons pas tout de l Etat. La prise de conscience de chacun d entre nous, à condition d accéder à des informations dénuées d idéologie et d essayer d en tenir compte dans notre quotidien, est essentielle pour la protection de notre environnement. C est une raison d exister de nos associations Daniel AMIOT Président de la SVS 3

4 PATRIMOINE LE PETIT TRAIN DE LA VALLÉE DU SAUSSERON ( ) Bernard Gaudinot CRÉATION DE LA LIGNE DE VALMONDOIS A ÉPIAIS-RHUS En 1875, MM Hippolyte de Baère, ingénieur et Letellier, entrepreneur de travaux publics, établissent un projet de chemin de fer d intérêt local à voie normale, reliant Valmondois à Méru en passant par Rhus et Theuville, selon les règles prévues par la loi de 1865 sur les établissements des chemins de fer vicinaux. Dès 1879 le conseiller général de l Isle-Adam, M. Léon Say, demande l étude d une ligne d intérêt local desservant les exploitations agricoles et les carrières de la vallée du Sausseron. Il fallut onze années de conflits interdépartementaux, de procès et de multiples procédures, pour qu une ligne à voie étroite entre Valmondois et Épiais-Rhus, construite en un an et demi par la Société Générale des Chemins de fer Économiques (SE), soit enfin inaugurée le dimanche 13 juin L INAUGURATION DU 13 JUIN 1886 L inauguration de la ligne est une fête pour toute la vallée. Le temps, déplorable depuis quelques jours, se montre clément. Deux wagons salons, ajoutés par la Compagnie du Nord au train de Paris, sont arrivés à Valmondois à 8 heures 48, amenant les invités de la Compagnie des Chemins de fer économiques. La locomotive du train du Sausseron, ornée de faisceaux de drapeaux tricolores, est attelée à quatre voitures. Dans la première, à ciel ouvert, décorée de feuillages et de drapeaux, la musique de Nesles-la-Vallée a pris place. Trois élégants wagons de voyageurs suivent. D un modèle nouveau et des plus confortables, ils accueillent les personnalités : le conseiller général Léon Say, un grand nombre d ingénieurs et de personnages politiques et presque tous les maires du canton. À l heure prévue, au son d une Marseillaise brillamment enlevée, le train se met en marche, applaudi par une foule curieuse et enthousiaste. Les stations sont pavoisées et celle de Vallangoujard, décorée avec goût par la municipalité, est remarquée. Les arrêts sont brefs, car les invités doivent regagner Paris. Le train parvient sans trop de retard à Épiais-Rhus, où par les soins de la Compagnie, le hangar aux machines a été transformé en une magnifique salle de banquet. Après le dessert, agrémenté de discours vigoureusement applaudis, les convives, ravis d une fête d où la politique a été bannie, remontent gaiement dans le train du retour. PROLONGEMENT DE LA LIGNE D ÉPIAIS-RHUS A MARINES En 1885, M. Peyron, conseiller général et maire de Marines, demande la prolongation de la ligne jusqu à sa commune. La SE propose le 16 juin 1885 un avant-projet mis en enquête le 26 août Les communes de Marines, Grisy et Bréançon sont consultées en octobre et novembre de la même année et la concession accordée le 12 juillet 1886 par le préfet de Seine-et-Oise. 4

5 PATRIMOINE Les travaux débutent après la déclaration d utilité publique de prolongement d août Mais une polémique concernant l implantation de la gare de Marines, qui entraînerait la suppression de la rue des Bœufs, cause un retard. Les riverains exigent le report de la station de 100 m. Après décision d établir un passage à niveau, la construction de la plate-forme de la gare peut reprendre et le 7 novembre 1891, circule le premier train de Valmondois à Marines. LE TRACE VALMONDOIS - MARINES La ligne longue de 22,3 km n emprunte aucune voie publique. Grâce aux propriétés de la voie étroite, autorisant des courbes à petit rayon (180 m minimum), la ligne suit le Sausseron de Valmondois à Vallangoujard, le ru de Theuville jusqu à Rhus puis le ru de Laire pour gravir ensuite le plateau vers Marines. Sur la première partie de Valmondois à Épiais-Rhus, la rampe maximale ne dépasse pas 15 mm par mètre. Sur la seconde portion d Épiais-Rhus à Marines, une rampe de 20 mm par mètre sur 1,3 km est nécessaire pour accéder au plateau du Vexin entre Épiais-Rhus et Bréançon. Les rails, d une longueur de 9 mètres, pèsent 20 kg par mètre et reposent sur 11 traverses en chêne. Le ballast d une épaisseur de 30 à 40 cm est en gravier de l Oise. Les rus trop sinueux sont redressés. Des fossés collecteurs d eaux sont créés et des marais, partiellement asséchés, à Vallangoujard et Rhus. Des ponts et des aqueducs sont construits pour le franchissement des rus, ainsi que quatre ponts pour le passage de routes ou de chemins : pont du chemin du Bois Thibault à Valmondois et pont de Labbeville menant au hameau de Biard (aujourd hui détruit et dont la tranchée est comblée). Deux ponts, maintenant supprimés, entre Bréançon et Marines, enjambent la route. GARES, HALTES ET EMBRANCHEMENTS Valmondois, gare terminus de cette ligne est le point de liaison avec la Compagnie du Nord. Sans halle à marchandises, la gare comporte, devant le bâtiment, deux voies en cul-de-sac destinées à l embarquement des voyageurs. Un faisceau de trois voies dessert une remise à machines et un atelier contigu. Le tout est complété par deux voies de garage et trois voies de transbordement, une en fosse, une en estacade et une à niveau. Une remise pour deux locomotives est implantée au dépôt de Butry avec un petit atelier accolé. En 1928, elle est prolongée de 8 m lors de la suppression de celle d Épiais-Rhus. 5

6 PATRIMOINE Au deuxième plan, on remarque le car qui assura un service régulier éphémère entre Valmondois et epiais-rhus de février à octobre 1936 Les gares de passage Les gares de Nesles-la-Vallée, Labbeville, Vallangoujard, Épiais-Rhus et Bréançon-Grisy, comportent au rezde-chaussée : un bureau avec guichet, une cuisine, une salle d attente, une halle à marchandises et à l étage : deux pièces et un grenier au-dessus de la salle d attente. Le tout est de dimensions modestes. Les stations de Labbeville, de Vallangoujard et de Bréançon-Grisy ne comportent qu une voie d évitement raccordée, à ses deux extrémités, à la voie principale. Celles de Nesles-la- Vallée et d Epiais-Rhus-Theuville en comportent deux. Nesles possède, en outre, une voie de débord côté cour des voyageurs. La remise à machines en gare d Épiais-Rhus aménagée, lors de la construction de la première partie de la ligne, est utilisée comme atelier de peinture jusqu à sa démolition en Des remises sont construites, peu de temps avant la guerre de 1940, à Vallangoujard, et pendant la guerre à Nesles-la-Vallée, pour le stationnement nocturne des automotrices, assurant le dernier train du soir. Elles comportent à partir de 1940 une plaque tournante desservant les remises. 6

7 PATRIMOINE Les installations de Valmondois et de Marines comportent d origine une plaque tournante pour le retournement des machines. Les stations de Valmondois, Épiais-Rhus et Marines sont équipées de châteaux d eau. Celui d Épiais-Rhus est rempli au moyen d un pulsomètre actionné par la vapeur de la locomotive. La halte de La Naze, bâtiment sans halle marchandises ni salle d attente, n aura jamais d abri pour les voyageurs. Lors de la création de la ligne, les arrêts fixes ne sont pas équipés d abris. Sur la demande de la commune de Berville, une petite construction en maçonnerie, avec un auvent en bois, est réalisée en 1898 à l arrêt de Grisy-les-Plâtres. L abri de Verville n est érigé qu en 1899 à la demande de la commune de Nesles, dont le maire, en 1932, sollicite l autorisation de bâtir une remise pour la pompe à incendie dans le prolongement de l abri voyageurs. L arrêt de Menouville, au passage à niveau sur le chemin vicinal de Vallangoujard à Theuville, est créé en mai 1905, suite au vœu de la commune. M. Méry, propriétaire du moulin de Vallangoujard, situé, sur le même chemin à une centaine de mètres de la voie, s engage à construire, à ses frais, l abri «voyageurs» et à l éclairer à l électricité, sur un terrain fourni gratuitement par M. Boudin. La commune participera financièrement au nivellement du terrain. Une simple plaque émaillée signale les arrêts facultatifs de Brécourt et Berval. Celui de Brécourt, situé au passage à niveau du chemin rural dit de Ramponne, dessert les hameaux de Brécourt et de Mesnil à partir de septembre Un abri et un accès privés sont réservés au château de Brécourt 1. Marines, gare terminus, comporte un bâtiment principal, de dimension plus importante que dans les autres gares. Il comprend à l étage le logement du chef de station, une aile avec halle à marchandises et une autre servant de salle d attente, plus grande que dans les autres gares. Cette station est dotée de quatre voies dont deux pour les marchandises et une de débord. Une cinquième dessert la remise à machines. En 1910, lors de la mise en service de la ligne de la Compagnie de l Ouest Chars Marines, une voie supplémentaire est posée, reliée aux deux voies principales. Elle assurera entre les deux réseaux un trafic très restreint. Comme dans chaque gare, la lampisterie et les latrines sont regroupées dans une petite construction indépendante située à quelques mètres de la salle d attente pour des raisons de sécurité et de salubrité. Des embranchements particuliers desservent des lieux d intérêt économique. À Berval, commune de Grisy, un embranchement desservant la ferme Maigniel est autorisé par arrêté du 26 avril Voir Bulletin SVS n 22 & 23, p 44-45, Une si jolie petite gare. 7

8 PATRIMOINE Un embranchement est créé en 1914 pour la distillerie de Nesles-la-Vallée 2. À la même époque est construit pour la même Société, une plate-forme avec un embranchement à l arrêt de Grisy, au passage à niveau, route d Haravilliers, destinée au chargement des betteraves. Le dernier embranchement fait en 1942 à Épiais-Rhus, dessert le moulin remis en état en 1938 et le silo à grains de Rhus appartenant à la société JAP, fabricant d aliments pour animaux. Il comporte à mi-parcours une voie d évitement. PASSAGES A NIVEAU ET CLÔTURES La ligne comporte à l origine dix passages à niveau gardés aux endroits où la circulation est la plus importante. Munis de barrières métalliques roulantes, remplacées pour certains, par des chaînes, ils seront équipés plus tard de barrières levantes. Ils sont fermés la nuit au début de la ligne. Les autres sont libres, et à leur approche le train doit ralentir ou s arrêter, siffler longuement avant de reprendre sa course. En 1887, le gardiennage du passage à niveau de Verville est supprimé. En 1939, celui de la route de Grisy à Bréançon devient un passage non gardé, compte tenu de sa visibilité. L administration ayant jugé inutile de la clôturer, la voie devient un chemin prisé des piétons, désireux de raccourcir leur parcours, malgré l interdiction d y circuler. Des laissez-passer sont délivrés aux riverains dont la propriété est coupée par la voie ou quand ils sont obligés à un détour important pour accéder à un chemin ou à un point d eau. LA SIGNALISATION La signalisation destinée aux trains est sommaire. Un disque vert cerclé de blanc de 35 cm, fixé sur un poteau à 1 m 50 de hauteur, signale l approche des stations. Jusqu en 1936, au croisement des routes et des chemins avec la voie ferrée et aux passages à niveau, des panneaux portent l inscription : «Attention défense de traverser la voie avant de s assurer que l on n entend ni ne voit ni train ni machine». En 1936 une croix de Saint-André est substituée aux plaques «halte-attention au train». Elle indique aux conducteurs de véhicules ou d animaux qu ils doivent, à l approche d un véhicule sur rails, dégager immédiatement la voie ferrée et s en écarter. À partir de 1937, sur les barrières des passages à niveau gardés, sont posés des panneaux cataphotés équipés de catadioptres. Pour compléter cette signalisation immédiate, des panneaux routiers sont mis en place pour annoncer les passages à niveau. Ce sont des triangles portant la silhouette d une locomotive et munis de cataphotes. LE MATÉRIEL ROULANT les locomotives a vapeur La Valmondois SE Société anonyme du Syndicat de la distillerie agricole coopérative de la vallée du Sausseron. 8

9 PATRIMOINE La première locomotive autorisée qui fait l inauguration, le 4 juin 1886, est La Valmondois n SE 3501 construite par la Société de Constructions Mécaniques de Belfort (SACM). C est une machine à trois essieux moteurs et un porteur (031T) d un poids de 18 tonnes à vide. Deux locomotives, à trois essieux couplés (030T) d un poids de 12,5 tonnes, construites par la Société des Batignolles, sont autorisées à circuler le 27 août Elles sont rapidement envoyées sur une ligne de l Allier appartenant à la SE Deux locomotives identiques à La Valmondois, les remplacent le 4 avril 1887 : L Épiais-Rhus n 3541 et La Nesles N Ces trois locomotives seront seules pendant vingt-cinq ans. En 1923, est transférée du dépôt de Toul une locomotive Mallet SACM originaire du réseau du Cher. Sous le nom de Saint-Jeanvrin N 4503, elle permettra la remise en état des trois locomotives d origine, bien fatiguées. Début 1939, les révisions de nos trois locomotives, retardées dans la perspective de la mise en service d autorails-voyageurs, s avèrent indispensables. Une machine, La Crécy N 3534, sortant de révision des ateliers d Albert dans la Somme, est transférée à Valmondois pour une période de six mois. Elle y restera sept ans à cause des multiples avaries des autres locomotives et ne sera restituée qu en 1947, à son réseau d origine. le fourgon automoteur Vers 1923, pour faire face à la concurrence routière naissante et diminuer les frais d exploitation aux heures creuses la SE recherche un engin de traction locotracteur ou un fourgon automoteur capable d assurer les trains légers et de remorquer deux voitures de voyageurs. En 1924, elle loue pour un an, à la Société du matériel Naval et Industriel, un tracteur fourgon Polar-Deva de 80 chevaux. Mis en service le 1 er août, il accumule avaries et détresses et est retiré du service dès le 23 septembre. De nouveaux essais ont lieu à partir de janvier 1925, mais en novembre, l autorisation de circuler lui est définitivement retirée. les automotrices En 1939, les locomotives à vapeur sont bien usées et la SE décide de muter sur la ligne trois automotrices de Dion type NJ rendues disponibles par la fermeture en 1938 du réseau ferré de la Nièvre. Ces trois autorails et leurs remorques, sont transférés au dépôt de Butry en janvier 1940, ce qui nécessite dès mars la création, dans les gares de Nesles et de Vallangoujard, de plaques tournantes car ils ne possèdent qu un poste de conduite. Une remise en bois est construite en gare de Nesles pour les abriter. Attention au train! pas de barrières Attention au train! barrières levantes Interdit de marcher sur les voies Train et promotion immobilière 9

10 PATRIMOINE 10

11 PATRIMOINE 11

12 PATRIMOINE Les autorails ne sont pas d un grand confort et leur faible capacité, à peine suffisante en semaine, nécessite la mise en service de rames, tractées par les locomotives à vapeur, les samedis, dimanches et jours de fêtes, ainsi que le lundi matin. En raison du manque de carburant, les trains à vapeur reprennent du service en février En 1943, les autorails sont remis en fonction entre Valmondois et Nesles-la-Vallée, devant l augmentation du nombre de voyageurs. les voitures de voyageurs. À l ouverture de la ligne trois voitures sont mises en service : une voiture de 2 e classe d un seul compartiment de 56 places assises et deux voitures voyageurs mixtes. Les voitures mixtes sont divisées en trois parties : un compartiment de 12 places pour la 1 re classe au centre, un autre de 19 places pour la 2 e classe et un troisième, destiné aux bagages, au service postal et à un chenil. Ces voitures sont recouvertes à l intérieur comme à l extérieur de teck verni. Les banquettes sont de même bois. Dans le compartiment de 1 re classe, un tapis couvre le sol, les parois sont tapissées d étoffe jusqu aux baies et les sièges munis d accoudoirs, sont garnis de coussins. Chacune est munie d un frein Stilmant actionné par une manivelle située sur l une des plates-formes d extrémité. Elles suffisent pour l exploitation du premier tronçon de Valmondois à Épiais-Rhus et pour l ouverture du prolongement de la ligne jusqu à Marines. Mais en 1892, pour les fêtes de Pâques, les places manquent. Il en est de même à la Pentecôte malgré l ajout d un wagon couvert. La décision est alors prise d ajouter une nouvelle voiture de 2 e classe de 40 places, avec une partie bagages. Elle est autorisée à circuler en juillet En 1901, les quatre voitures sont devenues insuffisantes. La SE a recours à des wagons de marchandises couverts aménagés avec des bancs pour acheminer les voyageurs, ce qui nécessite, pendant plusieurs années, la présence d un agent d accompagnement par wagon. Vers 1905, la voiture de 1893 est augmentée de 16 places grâce à la suppression de la partie bagages. Les deux voitures mixtes subissent le même sort, ce qui fait passer le nombre de places de 2 e classe de 19 à 35 par voiture. Dans le même temps, un wagon couvert est aménagé en fourgon à bagages. En juillet 1909, la SE est autorisée à faire circuler des voitures de la Compagnie des Tramways «Vanves Champs de Mars». D une largeur de 2 mètres, avec des portes d accès latérales, leur capacité est de 38 places (22 assises et 16 debout). En 1931, pour remplacer la voiture de 1893 dont la caisse est en très mauvais état, l achat au réseau du Nord d une voiture construite en 1907, (donc beaucoup plus moderne!) est autorisé. Elle comprend 52 places (36 assises et 16 debout) avec un chauffage par thermosiphon et une meilleure suspension. Le 19 janvier 1933, après délibération du conseil général, le préfet de Seine-et-Oise autorise l acquisition d une voiture de la ligne de Toul-Thiaucourt ainsi Voitures de la Compagnie des Tramways 12 Le wagon de première classe vu par Daumier

13 PATRIMOINE que l équipement du fourgon à bagages et des quatre voitures avec l éclairage électrique. Le courant est fourni par une dynamo de 24 volts placée dans le fourgon à bagages. En 1938, le conseil général de Seine-et-Oise étant toujours favorable au maintien de la ligne, le chef d exploitation suggère à sa direction l acquisition de 6 grandes voitures en bon état. Il propose l acquisition de 4 nouvelles unités pour remplacer les premières voitures mixtes, en fort mauvais état, et celles de la Compagnie des Tramways Vanves-Champ de Mars trop lourdes pour leur faible capacité. La SE estime que ces dernières peuvent encore servir et que seules les autres doivent être remplacées. Ces changements sont toutefois conditionnés par l arrivée de trois automotrices et de deux remorques du réseau de la Nièvre. Ces dernières, mutées en janvier 1940, vont se révéler incapables de transporter les nombreux voyageurs des samedis après-midi, dimanches et lundis matins et c est seulement en février 1941 que le préfet autorise l achat de deux voitures du réseau de l Allier. Elles sont expédiées en juin, mais une seule est mise en service, la deuxième ayant besoin d une remise en état, ce qui, en ces temps de guerre, n est pas facile. Il semble qu elle n ait jamais été rénovée. Dans l attente de la réparation, une voiture louée en avril 1942 au réseau de la Somme, restera jusqu à la fermeture de la ligne! En 1942, le train du soir ramène plus de 500 voyageurs vers Valmondois. Il y en a plus de 1000 les jours fériés dans un train qui comprend les 7 voitures disponibles et quelques wagons couverts. Pour augmenter leur capacité, on entreprend le démontage des sièges d un côté du couloir central. En 1943, une voiture mixte, délabrée, doit être retirée du service. Comme la deuxième voiture du réseau de l Allier n est toujours pas remise en état, la SE recherche d urgence deux voitures. Prélevées sur la ligne Orange-Buis-les- Baronnies, elles sont louées à la SNCF. Ces voitures de première et de deuxième classe arrivent en novembre. Elles sont entièrement équipées de sièges de 2 e classe pour porter leur capacité respective à 52 et 49 places assises plus 14 debout. Leur location se terminera le 1 er janvier les wagons de marchandises À l ouverture de la ligne la SE, qui voit grand, équipe la ligne de 86 wagons de marchandises. On compte 5 wagons couverts avec frein à main et 5 wagons avec frein à vis, 8 wagons tombereaux avec frein à main et 2 avec frein à vis, 18 wagons plats avec frein à main, 6 avec frein à vis et 4 à traverses mobiles avec frein à main, enfin 30 wagons à pierres avec frein à main et 10 wagons avec frein à vis. Ce nombre apparaît rapidement excessif, surtout pour les transports de pierres. Les carrières des environs de Rhus et de Vallangoujard n ont pas pris l ampleur escomptée et sont reconverties en champignonnières vers wagons plats, dont 30 à pierres, seront réaffectés au réseau de l Allier. Quatre wagons à pierres restants sont transformés pour le transport de la paille. 13

14 PATRIMOINE essais de materiels divers La ligne se trouvant proche des constructeurs de la région parisienne, ces derniers l utilisent pour leurs essais de matériel pour voie étroite : trucks transporteurs, automotrice Decauville, locomotive 021T Turgan, Foy et compagnie, Draisines Campagne, locotracteur de la société Crochat, Micheline et châssis d automotrices de Dion-Bouton. LE PERSONNEL Les effectifs, maximums en 1939, oscillent entre 29 et 40 personnes. Le personnel de l atelier de Valmondois effectue l entretien courant mais les gros travaux de réparation sont confiés aux ateliers d autres réseaux de la SE Le gardiennage des passages à niveau et la gérance des stations de moindre importance, ainsi que celle des haltes, sont assurés par des femmes dont les époux assurent les travaux sur les voies. Dans chaque train se tiennent un chef de train, un mécanicien et un chauffeur. Les automotrices ne nécessitent qu une seule personne. Ce sont des journaliers qui assurent le transbordement des marchandises. FRÉQUENCE ET HORAIRES DES TRAINS Pour assurer la régularité et le bon fonctionnement du service, les stations sont reliées entre elles, dès l origine, par une ligne téléphonique à la place du télégraphe initialement prévu. trois trains par jour font l aller-retour Valmondois-Epiais Rhus. Un train supplémentaire est ajouté en soirée les dimanches et les jours fériés. Les horaires sont calés sur la correspondance des trains pour Paris, au détriment de celle vers Pontoise. Ces trains sont mixtes : voyageurs et marchandises. En milieu de journée, aux heures creuses, le temps de parcours du train est plus long à cause des marchandises. Dès l ouverture de la ligne vers Marines, le service passe à 5 trains aller et retour. Quelque temps après, un train supplémentaire de Nesles à Valmondois est ajouté les samedis, dimanches et fêtes. Des trains spéciaux sont mis en service pour les fêtes locales et pour les Expositions Universelles et Coloniales de Paris. Pendant la guerre de 1914 le service est réduit à deux allers et retours journaliers. Il reprend de 1918 à 1934, année où les autocars font leur apparition entre Valmondois et Épiais-Rhus. Le trafic tombe alors à 4 allers et retours entre Valmondois et Marines. En 1933, la SE essaie, pendant 5 mois entre Valmondois et Épiais-Rhus, un service d autobus de 22 places. Les années suivantes, suite aux doléances de parents d enfants fréquentant les établissements d enseignement supérieur et secondaire de Pontoise, la SE associe un service d autocars, matin et soir entre Valmondois et Vallangoujard, afin que les élèves puissent rentrer plus tôt. La guerre de fait chuter le nombre de trains à un par jour avant de revenir à trois. Le service est ensuite assuré par les automotrices avec le recours aux trains à vapeur les dimanches et jours de fêtes, afin d absorber l afflux de voyageurs. Le voyage Valmondois-Marines dure 55 minutes à l aller comme au retour, sauf pour le train du milieu de journée qui met une dizaine de minutes supplémentaires. En 1919, le temps de parcours s allonge d une vingtaine de minutes, en raison des temps d arrêt à certaines stations, du nouvel arrêt à Menouville et de la suppression du train de marchandises. Ce temps augmente ensuite sensiblement à cause des nouveaux arrêts, de haltes imposées, comme à Verville lors de la suppression des barrières du passage à niveau, et d arrêts plus longs aux stations. 14

15 PATRIMOINE Pendant toute l exploitation de la ligne, la SE ajuste les horaires et le nombre de trains en fonction du nombre de voyageurs et de la demande des communes. Les écarts d horaire, de quelques minutes à une heure, sont dus aux défaillances des machines, au transbordement d un wagon de marchandises dans une station intermédiaire, à la prise de voyageurs aux arrêts facultatifs. INCIDENTS ET ACCIDENTS Comme pour toutes lignes de chemin de fer, petites ou grandes, la ligne connaît en soixante-trois ans des accidents matériels et humains. Dans le cas d avaries de machines, le retard peut dépasser l heure, temps nécessaire pour dépêcher sur place la locomotive de secours, qui doit toujours être sous pression. Les déraillements, environ une quinzaine, surviennent soit en pleine voie à cause de l état des rails et des traverses, soit aux aiguillages. Leurs conséquences, sans gravité, sont toujours matérielles et le plus grand retard est de douze heures. M a l g r é l e nombre important des passages à niveau on ne relève que cinq accidents connus, dont un seul mortel. Les mécaniciens sont très prudents. Ces accidents sont souvent dus à l imprudence de ceux, fort nombreux, qui font de la voie ferrée un chemin. Sur la dizaine de personnes heurtées par le train, la plupart sont en état d ébriété! En avril 1895, une ferme de Labbeville, comprenant trois corps de bâtiments et une maison d habitation, est entièrement détruite par un violent incendie. Les étincelles d une machine auraient embrasé le toit de l étable située à quelques mètres de la voie. LA GUERRE DE À la veille de la guerre, le matériel roulant comprend 4 locomotives, 7 voitures voyageurs, 1 fourgon à bagages et 41 wagons de marchandises. Le service voyageur est assuré par les automotrices diesel de Valmondois à Vallangoujard ou, les jours d affluence, par locomotives à vapeur, et celui des marchandises par locomotives à vapeur entre Valmondois et Marines. En juin 1940, la ligne ne subit que des dommages d approvisionnement, des dégâts et des enlèvements liés à l Occupation. En juillet 1940, la SE propose la remise en exploitation d un train quotidien voyageurs et marchandises dans chaque sens, de Vallangoujard à Valmondois. La gare de Valmondois subit les 11 mai et 18 août 1944 les bombardements des avions alliés qui visent le pont de l Oise. Le bombardement du 11 mai occasionne la destruction complète du bâtiment principal de la gare, du magasin, de la lampisterie et des WC. Le magasin aux huiles, la remise à locomotives et l atelier ne subissent que des destructions partielles. Le réservoir à eau et des puits sont endommagés ainsi que des voies de garage, la voie en cul-de-sac, la voie principale, le fossé latéral, des murs de soutènement, des clôtures et des lignes téléphoniques et électriques. La maison ouvrière de la SE (maison pour les agents de service) subit aussi des dégâts (vitres et fenêtres brisées, cuisine endommagée), tout comme le matériel roulant. Cinq voitures voyageurs ont leur toiture, leurs panneaux extérieurs, leurs 15

16 PATRIMOINE glaces ainsi que leurs châssis vitrés détériorés, et cinq wagons marchandises sont endommagés. Un des deux autorails a des dégâts de toiture. Les autres matériels roulants se trouvent soit à Marines soit dans les autres gares. Le chef d exploitation, entendant le bruit des avions, a fait partir, quelques minutes avant l heure, le train qui stationnait en gare. Le 8 août 1944, la voie est coupée en trois endroits par un bombardement au bois Thierry, près de l arrêt de Grisyles-Plâtres. Le 18 août, c est la voie et le quai voyageurs qui sont détruits. La plupart des dommages occasionnés aux voies sont réparés sans délai, afin de réduire au minimum la durée d interruption de la circulation des trains. Les bâtiments endommagés nécessaires à l exploitation et au logement des agents sont d abord remis hors d eau, puis suivent des réparations partielles aussi rapidement que possible. La reconstruction de la gare de Valmondois, complètement détruite, ne présente pas un caractère de première urgence. Toutefois, un petit bâtiment à l usage d abri et de bureau, sans logement, est édifié. En juin 1948, le matériel roulant n est toujours pas remis en état, en raison du manque de matières premières et de main-d œuvre. Seuls le mobilier, l outillage et les approvisionnements tels que l huile, la graisse, le combustible, etc., sont remplacés rapidement. L EXPLOITATION DE LA LIGNE ET SA FERMETURE La ligne de Valmondois à Épiais-Rhus, de son ouverture en 1886 à 1900, connaît de grandes difficultés à capter le transport, essentiellement agricole, des marchandises de la vallée, alors que le trafic voyageur progresse plus rapidement. Les tarifs relativement élevés et les frais de transbordement des produits volumineux (paille, foin, fumier, betteraves etc.) en sont, en partie, la cause. Le trafic voyageurs se développe beaucoup plus vite, car l automobile en est encore à ses premiers tours de roues. La SE doit multiplier les trains, jusqu à six allers et retours, pour satisfaire la demande croissante et offrir un service plus important les samedis, dimanches et jours de fêtes. La convention la liant au département fixe le service minimum à trois trains, afin de répondre à l engouement des habitants de la vallée mais aussi des Parisiens venus profiter de la campagne le temps d un week-end ou même d une journée. Ce trafic, en progression jusqu en 1913, est réduit considérablement par la guerre de , avec un seul aller et retour par jour, en raison des problèmes d approvisionnement en charbon et en personnel. La ligne, construite par la SE et exploitée à ses risques et périls, est bénéficiaire jusqu en De 1923 à sa fermeture, elle va alterner déficits et bénéfices insuffisants. Le département de Seine-et-Oise assure la charge d une garantie d intérêt en cas d insuffisance du produit brut, impôts déduits, pour couvrir l intérêt de 5 % du capital de construction et les frais d exploitation déterminés par les conventions. Il s est engagé à subvenir au paiement de l insuffisance jusqu à concurrence d une somme de F par km. Un délai de garantie est fixé à 25 ans après la date de la mise en exploitation de la ligne. Jusqu en 1922, celle-ci est bénéficiaire. Pendant la guerre, les dépenses restent du même ordre de grandeur qu en 1913, mais les recettes, d abord plus faibles, progressent régulièrement. En 1919, les bénéfices diminuent et la SE demande un relèvement des tarifs. En 1923, pour la première fois, l exploitation est déficitaire ce qui se solde en 1925 par une nouvelle augmentation des tarifs. Un avenant à la convention, établi en 1926, permet à la SE de bénéficier de subventions en cas de déficit. En 1925, une demande de passage à voie normale est refusée au vu des résultats d exploitation. De 1927 à 1931, le nombre de voyageurs et le trafic marchandises se stabilisent autour de voyageurs et de tonnes de marchandises par an. Mais à partir de 1932, le trafic baisse graduellement, pour atteindre en 1938 les chiffres de voyageurs et de tonnes de fret par an, proches de ceux d avant De 1923 à sa fermeture, la ligne va alterner déficits et bénéfices insuffisants. Les dépenses les plus importantes sont les frais de personnel, qui s élèvent à la moitié des dépenses totales, et le prix des combustibles, pour un sixième. Le déficit augmente régulièrement. Les services d autocars qui ouvrent de nouvelles liaisons plus directes entre les villages et les villes de la région, 16

17 PATRIMOINE font envisager en 1938, la fermeture de cette ligne à voie étroite, comme d autres le furent à la même époque. Elle a un sursis en réduisant son trafic et en adaptant son matériel avec l arrivée en janvier 1940 des automotrices du réseau de la Nièvre. Pendant la guerre de , la ligne conserve un service réduit utilisé au maximum par la population faute d autres moyens de transport. Le nombre de voyageurs transportés et le tonnage de marchandises égalent ceux des meilleures années pour un kilométrage moindre. De ce fait, la SE parvient en 1943 à équilibrer ses comptes au prix d énormes difficultés. Après la guerre, le retour des autocars, des voitures particulières et des camions contribue à faire chuter le trafic de moitié et le déficit ne fait que croître. En 1948, le conseil général demande à la SE de supprimer le service marchandises et d étudier un transport par autocars en remplacement du service voyageurs. Le trafic marchandises est donc supprimé cette année-là. Il faut attendre janvier 1949 pour que les élus votent après bien des hésitations, la suppression totale de la ligne. Le 4 juillet 1949, après quelques essais, les autocars remplacent définitivement les trains et les automotrices. C est la fin de la première ligne à voie métrique construite par la SE. Dans les années qui suivent, le matériel roulant est détruit ou muté, comme les automotrices de Dion qui partent sur le réseau breton. Les rails sont retirés vers les années Aujourd hui, ne restent que les bâtiments des gares, transformés en habitations, et l emprise des voies devenues chemins agricoles, piétonniers ou même remis en culture, ainsi que quelques ouvrages d art comme les ponts sur le Sausseron et un château d eau. Une seule gare avec son château d eau, n a subi depuis sa fermeture, aucune autre modification que les outrages du temps : Epiais-Rhus-Theuville, construite en La voie sera rétablie à Valmondois, sur 1 km 500, pour la circulation du matériel du Musée des Trains Secondaires à Voie Étroite (MTVS). Bi b l i o g r a p h i e. Le Pétillon : A pied, à cheval, en voiture et en train en Vexin-Thelle.. Wagner Claude : Les petits trains et les tramways du Val-d Oise, éditions du Valhermeil, Rif fa u d J.-C. et Re n a u d J. : Magazines des Tramways à Vapeur et des Secondaires 1977, N 01 et 1984, n 31.. Archives Départementales du Val-d Oise : 9S 161 à 9S 176, 9S 244, 1199W Journaux locaux : Le Progrès de Seine et Oise et l Écho Pontoisien. Illustrations. Collection Bernard Gaudinot.. Le code Dubout de la route. Reproduction avec l aimable autorisation des éditions Michèle Trinckvel.. R.M.N. Daumier. p

18 énergies LES ÉNERGIES RENOUVELABLES? MYTHES ET RÉALITÉS BIOCARBURANTS ET AGROCARBURANTS Daniel Amiot Le biocarburant est un combustible liquide obtenu, après des traitements divers, à partir de cultures ou de végétaux. Le terme d agrocarburant, qui souligne la nécessité et la primauté des cultures agricoles intensives aux dépens des cultures à visée alimentaire est préférable. Il en existe trois filières : LES COMBUSTIBLES D ORIGINE OLÉAGINEUSE Ce sont les huiles extraites du colza, du tournesol, du soja, de palmiers : - «huile pure» produit direct du pressurage de la graine (colza ou tournesol) qui peut s utiliser directement dans un moteur diesel; - ester Méthylique d Huile Végétale (EMHV), obtenu en estérifiant l huile avec de l alcool méthylique. Cette réaction crée un sous-produit : le glycérol ou glycérine. L EMHV n est pas utilisé pur mais sous forme de diester ou biodiésel (mélange avec le diesel dans des proportions de 5 à 30 %). LES COMBUSTIBLES A PARTIR DE VÉGÉTAUX DONT LA FERMENTATION PRODUIT DE L ALCOOL (ÉTHANOL, MÉTHANOL). Ce sont toutes les cultures sucrières (betterave, canne à sucre) et celles qui donnent de l amidon (blé, maïs) dont l hydrolyse produit du sucre : - alcools utilisés purs (comme au Brésil). Ils imposent une modification des moteurs des voitures (flexfuel ou véhicules à carburant modulable : VCM). Le mélange avec15 % d essence (Éthanol 85 ou E85), disponible en France, devrait être généralisé à l horizon Ethyl Tertio Butyl Ether (ETBE), et Méthyl Tertio Butyl Ether (MTBE), obtenus par réaction avec l isobutène ou isobutylène (C4H8), produit pétrolier obtenu en raffinerie. L ETBE doit être mélangé à l essence. LES COMBUSTIBLES OBTENUS A PARTIR DU MÉTHANE CONTENU DANS LE BIOGAZ. Le biogaz résulte de la fermentation anaérobie de matériaux organiques : déchets alimentaires, déchets de bois, produits et résidus de culture (paille). Le biogaz est obtenu à partir de matériaux organiques placés dans une enceinte à l abri de l air et en présence de bactéries qui vont les décomposer. Le méthane, qui représente 50 % à 90 % du gaz dégagé par la fermentation, en est extrait. Le reste gazeux est essentiellement du CO 2 et de la vapeur d eau. Le méthane peut provenir de gisements de gaz naturel et être utilisé pur (GNV, gaz naturel véhicule) ou transformé industriellement en combustible liquide. Ces diverses filières fournissent des «co-produits» ou «sous-produits», inévitables mais utilisables dans certains cas. Ils devront être pris en compte dans le calcul de la valeur énergétique du produit noble. - tourteaux, source de protéines, par broyage des graines de colza ou de tournesol, qui servent à l alimentation animale; - glycérine, utilisée en chimie ; - pulpes et vinasses après fermentation du jus de betterave ;. - drèches, résidus solides du blé dont les formes séchées, riches en protéines, servent à l alimentation du bétail. 18

19 énergies Les biocarburants peuvent-ils remplacer le pétrole? Substituer aux 92,1 millions de tonnes de pétrole 1, dont 48,9 millions de tonnes pour les transports 2, consommés dans notre pays, par des biocarburants écologiquement et économiquement justifiés, appelle plusieurs remarques. LES SURFACES DE TERRE ARABLE CULTIVÉES DOIVENT ÊTRE CONSIDERABLES Des océans de colza Sur la base des rendements bruts des cultures utilisées pour les diverses filières, il faudrait, pour remplacer l intégralité du pétrole utilisé pour les transports environ 50 Mtep 3, étendre de manière considérable les cultures concernées. Par exemple, pour produire à partir du Colza l énergie équivalente à l intégralité du pétrole utilisé pour les transports, il faudrait plus que tripler la surface d exploitation consacrée à cette culture. Filière Culture initiale Poids brut de carburant obtenu par hectare (tonnes) Tonnes équivalent pétrole par tonne de carburant Énergie brute produite par Ha (tonnes équivalent pétrole) Nombre minimum de km 2 mobilisés pour produire 50 Mtep En % du territoire français En % des superficies cultivées 1997 Huile Colza 1, , % 232 % Huile Tournesol 1, , % 300 % Éthanol Betterave 5,78 0,69 3, % 80 % Éthanol Blé 2,55 0,69 1, % 183 % Tableau n 1 (rapport DIREM/ADEME sur les biocarburants, 2003) On constate que les huiles, utilisables pures, ont le plus mauvais rendement brut et que les pourcentages des surfaces cultivées nécessaires, pour une production brute de colza ou tournesol, sont considérables et irréalistes. LES ÉTAPES QUI PERMETTENT DE PASSER DE LA PLANTE AU CARBURANT EXIGEnt UNE CONSOMMATION INTERMÉDIAIRE D ÉNERGIE. Cette énergie est indispensable à la production d engrais, utilisation d engins agricoles, traitements après la récolte, transports etc. L intérêt de la betterave, dont le rendement est meilleur dans la consommation de surfaces agricoles, doit aussi être relativisé. LES BIOCARBURANTS, SAUF LES HUILES, SONT DES ADDITIFS AUX PRODUITS PÉTROLIERS QU ILS NE REMPLACENT PAS. L ALCOOL PUR, NÉCESSITE UNE MODIFICATION DES MOTEURS ET UN REMPLACEMENT DU PARC AUTOMOBILE. 1.- Consommation 2005, à peu près équivalente en Les transports dévorent plus de la moitié de notre consommation de pétrole totale millions de tonnes. 19

20 énergies LES «COPRODUITS» OU «SOUS-PRODUITS» SONT INÉVITABLES. Tant que les élevages bovins ou porcins hors sol sont importants, ces produits sont utilisables dans leur alimentation. Il en ira différemment si la limitation des émissions de gaz à effet de serre impose parallèlement au développement des biocarburants, la diminution de la taille des cheptels et des élevages industriels! Les «sous-produits» deviendront alors des déchets onéreux. L évaluation du rendement, du coût et du bénéfice énergétique des biocarburants est délicate, étant donné la complexité et la diversité d appréciation des paramètres écologiques, économiques et politiques. LE COÛT ET LE RENDEMENT DES BIOCARBURANTS, DENRÉE ÉMINEMMENT POLITIQUE, SONT LIES AUX ALÉAS RÉGLEMENTAIRES ET FISCAUX. L aménagement des dispositifs fiscaux (TIPP et TGAP), qui permet aux biocarburants, plus chers à produire que le pétrole, d être concurrentiels, crée, en fonction du prix du pétrole, une rente indue pour leur filière, ce qui fausse les appréciations. Le calcul du rendement d un biocarburant doit prendre en compte le «poids» des sous-produits. pour le colza et le tourteau, le sous-produit représente plus de 50 % du poids de la graine 4. Il conviendrait donc d affecter à l huile, un peu moins de 50 % de l énergie nécessaire à la fabrication des engrais et à l utilisation des engins agricoles; pour les betteraves, les pulpes représentent environ la moitié de la matière sèche totale, l autre moitié étant du sucre. Après la fermentation, les vinasses déshydratées et autres sous-produits représentent, encore, quelques dizaines de pour-cent du poids de ce qui est obtenu après la distillation qui consomme énormément d énergie. Si on affecte au biocarburant l ensemble des consommations intermédiaires d énergie, on aboutit à des productions nettes très inférieures, quasi-nulles, pour l éthanol à base de blé. Pour la betterave, les procédés intermédiaires exigent beaucoup d énergie. La distillation, faite avec des combustibles fossiles (gaz ou fioul) est gourmande en énergie. On doit y ajouter l énergie nécessaire à la fabrication des engrais et au fonctionnement des engins agricoles. Filière Culture initiale Énergie brute produite par Ha (tonnes équivalent pétrole) Énergie nécessaire pour les engrais, la culture et la distillation (tonnes équivalent pétrole par ha) Énergie nette produite par Ha (tonnes équivalent pétrole) Tableau n 2. Consommation intermédiaire d énergie. Nombre minimum de km 2 mobilisés pour produire 50 Mtep En % du territoire français En % des superficies cultivées 1997 Huile Colza 1,37 0,50 0, % 365 % Huile Tournesol 1,06 0,29 0, % 413 % Éthanol Betterave 3,98 3,22 0, % 420 % Éthanol Blé 1,76 1,72 0, % % Il paraît donc évident que les filières actuelles des biocarburants ne peuvent être substituées significativement à notre consommation actuelle de pétrole. 4.- Source Prolea (La filière française) 5.- Cette affectation est logique si on admet que l élevage industriel des animaux ne devrait pas croître dans un monde qui devra se passer de pétrole et ou les sous-produits seraient de peu de valeur face à une production de biocarburants multipliée par 10 ou

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques.

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques. La Principauté de Monaco a signé, à Rio de Janeiro, la Convention Cadre sur les Changements Climatiques ; cette Convention est entrée en vigueur par la publication de l Ordonnance Souveraine n 11.260 du

Plus en détail

Le bioéthanol. Le bioéthanol

Le bioéthanol. Le bioéthanol Le bioéthanol Le bioéthanol À VOS PLEINS, PRÊTS, ROULEZ!!! À VOS PLEINS, PRÊTS, ROULEZ!!! www.bioethanolcarburant.com Dossier de presse FÉVRIER 2015 Le bioéthanol en quelques mots De l énergie végétale

Plus en détail

FBI? Les agrocarburants. (Fausse Bonne Idée)

FBI? Les agrocarburants. (Fausse Bonne Idée) Les agrocarburants FBI? (Fausse Bonne Idée) Le déclin annoncé des énergies fossiles comme le pétrole et le gaz, la lutte contre les émissions de CO 2, le développement des sources d énergies renouvelables,

Plus en détail

La biomasse, source d énergie?

La biomasse, source d énergie? Paul MATHIS mathis.paul@orange.fr Editions Quae Dijon Le 11 octobre 2012 L énergie, c est quoi? L énergie, c est ce qui permet : de se chauffer, de cuire les aliments, de se déplacer, de faire marcher

Plus en détail

Chapitre 1 : Energie solaire, énergies renouvelables. Constat: Partout il y a des besoins en énergie. L homme doit faire face à un problème d énergie

Chapitre 1 : Energie solaire, énergies renouvelables. Constat: Partout il y a des besoins en énergie. L homme doit faire face à un problème d énergie Chapitre 1 : Energie solaire, énergies renouvelables Constat: Partout il y a des besoins en énergie. L homme doit faire face à un problème d énergie PROBLEME:Comment trouver ou produire TOUTE l énergie

Plus en détail

Panorama des carburants fossiles et alternatifs et des véhicules en France

Panorama des carburants fossiles et alternatifs et des véhicules en France Panorama des carburants fossiles et alternatifs et des véhicules en France Rhônalpénergie-Environnement est l un des 14 partenaires du projet européen Altermotive (www.alter-motive.org) qui vise à recenser

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.6/AC.4/2008/1/Add.2 19 août 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS

Plus en détail

CONVENTION POUR LA SALLE DES FÊTES

CONVENTION POUR LA SALLE DES FÊTES CONVENTION POUR LA SALLE DES FÊTES ENTRE La ville de BREUIL-LE-SEC représentée par son Maire Monsieur DUPUIS Denis en application de la délibération du Conseil Municipal du 30 novembre 2010. ET Monsieur

Plus en détail

Qu est-ce que les biocarburants?

Qu est-ce que les biocarburants? Qu est-ce que les biocarburants? Les biocarburants sont des carburants produits à partir de matières premières d origine agricole, ils proviennent donc de ressources renouvelables. Il existe 2 grands types

Plus en détail

Direction des affaires économiques : agriculture et énergie

Direction des affaires économiques : agriculture et énergie Direction des affaires économiques : agriculture et énergie 1. LE CONTEXTE NATIONAL. Augmentation des agréments de production des biocarburants défiscalisés pour atteindre le taux de 5,75% dans les essences

Plus en détail

LE SP95 E10: LA NOUVELLE ESSENCE EUROPEENNE

LE SP95 E10: LA NOUVELLE ESSENCE EUROPEENNE LE SP95 E10: LA NOUVELLE ESSENCE EUROPEENNE 0 Mars 2009 EN BREF Les raffineurs et les distributeurs français lancent en avril 2009 la future essence européenne: elle répond aux objectifs d incorporation

Plus en détail

Circulation des véhicules et matériels agricoles ou forestiers

Circulation des véhicules et matériels agricoles ou forestiers Circulation des véhicules et matériels agricoles ou forestiers «Le présent document est libre de droit à l'usage et à la reproduction à la condition de ne pas y apporter de modification, de ne l'utiliser

Plus en détail

Vu le Code général des collectivités territoriales, notamment ses articles L. 2213-2, L. 2213-3, L. 2512-13 et L. 2512-14 ;

Vu le Code général des collectivités territoriales, notamment ses articles L. 2213-2, L. 2213-3, L. 2512-13 et L. 2512-14 ; Arrêté n 2006-21575 réglementant la circulation, l arrêt et le stationnement des véhicules de distribution ou d enlèvement de marchandises à Paris sur les voies de compétence préfectorale, annexé à l ordonnance

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR SALLE ASSOCIATIVE DE SAINT GEORGES DU BOIS

REGLEMENT INTERIEUR SALLE ASSOCIATIVE DE SAINT GEORGES DU BOIS REGLEMENT INTERIEUR SALLE ASSOCIATIVE DE SAINT GEORGES DU BOIS TITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article 1 Objet Le présent règlement a pour objet de déterminer les conditions dans lesquelles doit être utilisée

Plus en détail

Dossier de presse Filière bioéthanol

Dossier de presse Filière bioéthanol Dossier de presse Filière bioéthanol Pour plus d informations : France Betteraves Passions céréales Cécile Duval Tel : +33 1 44 69 41 36 Olivia Ruch Tél : + 33 1 44 31 10 36 cduval@cgb-france.fr o.ruch@passsioncereales.fr

Plus en détail

Les biocarburants chez TOTAL. Olivier Alexandre Directeur Recherche

Les biocarburants chez TOTAL. Olivier Alexandre Directeur Recherche Les biocarburants chez TOTAL Olivier Alexandre Directeur Recherche IFP, Panorama - 8 février 2007 2 IFP, Panorama Le contexte actuel Une demande européenne gravement déséquilibrée Doublement de la consommation

Plus en détail

Éducation à la sécurité routière

Éducation à la sécurité routière Éducation à la sécurité routière www.reseaumillepattes.org À vélo, pour tourner à gauche à un croisement, que dois-je faire? Bien regarder des deux côtés si des voitures arrivent, puis signaler avec mon

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE

RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE Conseil municipal du 30 juin 2010 RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE Délibération Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, Considérant qu il y a lieu de mettre

Plus en détail

Partie A : Le superéthanol E85

Partie A : Le superéthanol E85 BTS AA 2011 Pour répondre aux différentes contraintes en terme de disponibilité des ressources énergétiques d origine fossile et pour contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, de

Plus en détail

Rébus : Question : Quel est le principe de fonctionnement d une pile à combustible? Question : On dit que l hydrogène est un énergétique.

Rébus : Question : Quel est le principe de fonctionnement d une pile à combustible? Question : On dit que l hydrogène est un énergétique. ompléter la définition. Un accumulateur c est : Une pile électrique rechargeable, qui accumule de l énergie... sous forme... pour la restituer sous forme de... On dit que l hydrogène est un énergétique.

Plus en détail

CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE

CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE Caractère de la zone : Cette zone correspond aux secteurs destinés à l accueil d activités, touristiques, commerciales, de services et d équipements

Plus en détail

Quelle place pour les biocarburants parmi les carburants fossiles?

Quelle place pour les biocarburants parmi les carburants fossiles? Quelle place pour les biocarburants parmi les carburants fossiles? Journée Biocarburants 22 Janvier 2008 Benoit Engelen 3 objectifs majeurs Renforcer l indépendance énergétique du pays Réduire les gaz

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

Le portail automobile de référence!

Le portail automobile de référence! Article Premier. - La route et ses dépendances. «Agglomération» : Toute surface sur laquelle ont été bâtis des immeubles rapprochés et dont l entrée et la sortie sont annoncées par une signalisation verticale

Plus en détail

2. Conclusions des investigations complémentaires.

2. Conclusions des investigations complémentaires. - cas n 3, la protection des personnes peut être obtenue par la réalisation de travaux nécessitant au préalable un diagnostic «sommaire» par un bureau d études «structures» généralistes ; - cas n 4, la

Plus en détail

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires Energie Panorama Flux énergétique Dans la nature, l énergie se présente sous forme de pétrole brut, de gaz naturel, d énergie hydraulique, d uranium, de rayonnement solaire, d énergie éolienne, etc. Avant

Plus en détail

La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013

La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013 La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013 Sommaire 1- Les enjeux de la transition énergétique 2- Etat des lieux des consommations et des modes de production

Plus en détail

ANIMATION DE LA CHARTE GARRIGUE. Gestion des conflits d usages liés à la pratique des sports motorisés en garrigue

ANIMATION DE LA CHARTE GARRIGUE. Gestion des conflits d usages liés à la pratique des sports motorisés en garrigue ANIMATION DE LA CHARTE GARRIGUE Gestion des conflits d usages liés à la pratique des sports motorisés en garrigue Circulation des engins motorisés dans les espaces naturels Synthèse règlementation Sommaire

Plus en détail

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A 105 CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL Article 1 A - Occupations et utilisations du sol interdites 1. Les bâtiments à usage d habitation,

Plus en détail

Transfert d énergie sous forme thermique

Transfert d énergie sous forme thermique Chapitre 10 Transfert d énergie sous forme thermique Découvrir Activité documentaire n 1 Générations de carburants 1. Il existe trois catégories de carburants : les carburants issus de la pétrochimie,

Plus en détail

La zone correspond à la partie centrale du Carré.

La zone correspond à la partie centrale du Carré. La zone correspond à la partie centrale du Carré. Il s agit d une zone en cours d urbanisation, destinée à recevoir des équipements publics ou privés, des activités tertiaires ou de bureaux ainsi que des

Plus en détail

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture?

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? Jean-Christophe Debar Fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde Les mercredis du Pavillon

Plus en détail

CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N

CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N CARACTERISTIQUES GENERALES La zone N est une zone de protection stricte, motivée par la qualité des sites, espaces ou milieux naturels et les paysages. Toute

Plus en détail

SE DEPLACER. Reportez vous au Livret des Enjeux, objectifs 9 et 11.

SE DEPLACER. Reportez vous au Livret des Enjeux, objectifs 9 et 11. SE DEPLACER Les déplacements, sont liés aux activités, à notre lieu de vie principal, à nos besoins d approvisionnement, à nos relations sociales. Ils sont un moyen et non une fin. Pour autant: - La mobilité

Plus en détail

Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur

Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur 1 1 Réglementation pour la commune de Montfleur L attribution annuelle sera faite par demande écrite

Plus en détail

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET Composition du dossier (Arrêté Ministériel du 21 août 2009) Transmis en douze exemplaires ou par voie électronique, plus deux exemplaires supplémentaires par département limitrophe concerné par le projet

Plus en détail

Ligne Paris Granville

Ligne Paris Granville Ligne Paris Granville Travaux entre Dreux et Surdon 11/06/2015 Frédéric Davanture Ingénieur Consultant Table des matières 1. Introduction... 3 2. Travaux prévus en Dreux et Surdon... 3 2.1. Description

Plus en détail

Conditions d accès. Plan du site. Par les transports en communs. Par la route

Conditions d accès. Plan du site. Par les transports en communs. Par la route Conditions d accès Plan du site Par les transports en communs Métro : Ligne 12, station Porte de Versailles Ligne 8, station Balard Bus : Ligne 39, Porte de la Plaine Ligne 42, Balard Ligne 80, Porte de

Plus en détail

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX CARACTERE ET VOCATION DE LA ZONE UX Il s agit d une zone d activité créée à l Est de l agglomération, sous la forme d un lotissement dont les règles

Plus en détail

ÉNERGIES RENOUVELABLES

ÉNERGIES RENOUVELABLES ÉNERGIE HYDRAULIQUE ÉNERGIE ÉOLIENNE ÉNERGIE SOLAIRE LA BIOMASSE LA GÉOTHERMIE ÉNERGIES MARINES ÉNERGIE HYDRAULIQUE L énergie hydraulique provient de la force de l eau en mouvement, c est-à-dire l énergie

Plus en détail

Communiqué de Presse 1 Juillet 2010

Communiqué de Presse 1 Juillet 2010 Communiqué de Presse 1 Juillet 2010 A.S.T Groupe développe la maison ossature bois Natilia en promotion immobilière www.maison-natilia.fr Contact Presse: Laure GONTARD communication@ast-groupe.fr 04 72

Plus en détail

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Contexte et enjeux Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Afin de lutter contre le changement climatique et s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1 CONDITIONS GENERALES DE VENTE TRANSPORT VOYAGEURS SOMMAIRE CHAPITRE PREMIER VOYAGEURS Article 1 - Objet Article 2 - Voyageurs ordinaires Article 3 - Enfants de moins de

Plus en détail

La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles.

La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles. DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UJ CARACTERE DE LA ZONE. La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles. Les constructions à usage d habitation ne sont autorisées que

Plus en détail

Référence : code de la route articles R412-36 et R412-42

Référence : code de la route articles R412-36 et R412-42 1/ Lorsque nous marchons le long d une route avec un groupe d enfants, devons-nous le faire à gauche ou à droite de la chaussée? Quelles précautions particulières devons-nous prendre lors des déplacements

Plus en détail

Qu est-ce que la biomasse

Qu est-ce que la biomasse Introduction Exploitation de la biomasse forestière Photo Colloque biomasse énergie Canada Qu est-ce que la biomasse Serge Degueil La biomasse est l ensemble des matières organiques non fossiles, issues

Plus en détail

Terminale STL Sciences physiques et chimiques de laboratoire Terminale STI2D Evaluation

Terminale STL Sciences physiques et chimiques de laboratoire Terminale STI2D Evaluation Terminale STL Sciences physiques et chimiques de laboratoire Terminale STI2D Evaluation Classe : Terminale Enseignement : Physique-chimie tronc commun STL/STI2D THEME du programme : Les Transports Résumé

Plus en détail

le Brésil et les biocarburants

le Brésil et les biocarburants le Brésil et les biocarburants Le Brésil est le 1 er exportateur au monde de biocarburants et le 2 e producteur. Si l'éthanol brésilien a un bon bilan écologique par rapport à un carburant fossile, il

Plus en détail

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050.

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. OBJECTIF FACTEUR /4 Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. Transition énergétique Le scénario GrDF GrDF exploite le réseau de distribution de

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Mieux sécuriser les passages à niveau : les mesures concrètes de Frédéric Cuvillier. Dossier de presse 24 septembre 2013

Mieux sécuriser les passages à niveau : les mesures concrètes de Frédéric Cuvillier. Dossier de presse 24 septembre 2013 Mieux sécuriser les passages à niveau : les mesures concrètes de Frédéric Cuvillier Dossier de presse 24 septembre 2013 1 Quelques chiffres - On dénombre 15 000 passages à niveau sur des lignes ouvertes

Plus en détail

RAPPORT DE M. Jean GRENIER BIOCARBURANTS - PERSPECTIVES

RAPPORT DE M. Jean GRENIER BIOCARBURANTS - PERSPECTIVES CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE CHALONS EN CHAMPAGNE DECEMBRE 2007 RAPPORT DE M. Jean GRENIER BIOCARBURANTS - PERSPECTIVES Après avoir rappelé quelques données actuelles concernant l émergence des

Plus en détail

Les travaux. Comment vont se dérouler les travaux du prolongement du Métro ligne 1?

Les travaux. Comment vont se dérouler les travaux du prolongement du Métro ligne 1? Les travaux Il est important de rappeler que la nature des nuisances liées aux travaux du projet sera précisée dans l étude d impact produite en vue de l enquête publique, dans une phase d études ultérieures

Plus en détail

Énergies renouvelables

Énergies renouvelables REFERENCES : 7 QUALEADER 92, Rue René Coty 85000 La Roche sur Yon Tél. : 02 51 47 96 98 Fax : 02 51 47 71 26 Email : jean-philippe.leger@qualeader.com Effectif : 7 salariés Activité : Audit, Conseil, Formation,

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME 2- PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE

PLAN LOCAL D URBANISME 2- PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE Département de la Saône et Loire Commune de CIEL PLAN LOCAL D URBANISME 2- PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE PREAMBULE LES TEXTES Article L110 du Code de l Urbanisme Le territoire français

Plus en détail

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Concours Gastounet Morbihan 2007 1 La vitesse : 1 er facteur d accident et de gravité? la preuve : Evolution en France de 1970

Plus en détail

LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS. Assurances dommages. Protégez vos biens professionnels et privés

LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS. Assurances dommages. Protégez vos biens professionnels et privés LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS Assurances dommages Protégez vos biens professionnels et privés Faire vivre votre contrat En choisissant de vous assurer au Crédit Agricole, vous bénéficiez

Plus en détail

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CHAPITRE II : APPLICABLES A LA ZONE N Caractère de la zone : Il s agit d une zone naturelle et forestière protégée en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur

Plus en détail

Les permissions de voirie directes. V. Aménagements provisoires en relation avec un chantier de construction.

Les permissions de voirie directes. V. Aménagements provisoires en relation avec un chantier de construction. 28 V. Aménagements provisoires en relation avec un chantier de construction. A. Résumé. 1. Domaine de la permission de voirie directe. (a) mise en place sur la chaussée d un conteneur pour matériaux de

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

1S20 Classe énergétique d un véhicule

1S20 Classe énergétique d un véhicule FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S20 Classe énergétique d un véhicule Type d'activité Exercice/évaluation Notions et contenus Énergie libérée lors de la combustion d un hydrocarbure ou d un

Plus en détail

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse?

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? 1 Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation,

Plus en détail

Exercice d entraînement

Exercice d entraînement Exercice d entraînement En cas de difficulté, ne restez pas bloqué. Gérez votre temps. Plus de 5 min sur une question, c est du temps perdu et un stress qui s installe et qui vous fera perdre des moyens

Plus en détail

TABLEAU 6.2 : Paramètre B (suite)

TABLEAU 6.2 : Paramètre B (suite) 197 TABLEAU 6.2 : Paramètre B (suite) 198 TABLEAU 6.3 : Paramètre B (suite) 199 TABLEAU 6.4 : Paramètre B (suite) 200 TABLEAU 6.5 : Paramètre B (suite) 201 240. PARAMÈTRE C : CHARGE D ODEUR Le paramètre

Plus en détail

Dossier d autorisation du droit des sols

Dossier d autorisation du droit des sols Dossier d autorisation du droit des sols» Permis de Construire» Permis de Démolir» Déclaration Préalable L imprimé CERFA Il existe plusieurs imprimés CERFA selon le type de demande d autorisation : Édito

Plus en détail

Dans tous les autres cas, les tarifs fixés dans la délibération n 4.15 du 16 mars 2007 sont applicables.

Dans tous les autres cas, les tarifs fixés dans la délibération n 4.15 du 16 mars 2007 sont applicables. Direction du cinéma Tourner à Nice Les personnes morales ou physiques s engageant à mentionner le nom de la Ville de Nice au générique de leur film ou sur leur prise de vue photographique peuvent, sous

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES À LA ZONE ND

DISPOSITIONS APPLICABLES À LA ZONE ND DISPOSITIONS APPLICABLES À LA ZONE ND CARACTÈRE ET VOCATION DE LA ZONE La zone ND : Il s agit d une zone équipée, constituant un espace naturel qu il convient de protéger en raison du caractère des éléments

Plus en détail

MAIRIE DE SAINT GERVAIS LA FORÊT Espace Jean Claude DERET CONDITIONS DE LOCATION

MAIRIE DE SAINT GERVAIS LA FORÊT Espace Jean Claude DERET CONDITIONS DE LOCATION MAIRIE DE SAINT GERVAIS LA FORÊT Espace Jean Claude DERET CONDITIONS DE LOCATION Afin de respecter le calendrier des festivités des Associations Gervaisiennes, les demandes des particuliers ne seront prises

Plus en détail

La problématique climat-énergie

La problématique climat-énergie La problématique climat-énergie 80 % de l énergie qu utilise l humanité provient des fossiles Si l effet de serre n existait pas l humanité pourrait disposer de plus de 150 ans d énergie fossiles. 80 %

Plus en détail

La méthanisation dans la problématique énergétique et environnementale

La méthanisation dans la problématique énergétique et environnementale Chapitre 1 La méthanisation dans la problématique énergétique et environnementale René Moletta, Willy Verstraete 1. La méthanisation La méthanisation (encore appelée «digestion anaérobie») est la transformation

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

Fiche d activité : Les énergies appliquées aux transports

Fiche d activité : Les énergies appliquées aux transports Fiche d activité : Les énergies appliquées aux transports PREAMBULE Liaison avec le programme de technologie 6 ème : 6 heures environ doivent être consacrées à la partie «Energies». Ce questionnaire associé

Plus en détail

Énergie : quelles orientations stratégiques pour assurer l avenir. Organisées par Claude Gatignol, Député de la Manche le 3 octobre 2006

Énergie : quelles orientations stratégiques pour assurer l avenir. Organisées par Claude Gatignol, Député de la Manche le 3 octobre 2006 L énergie nucléaire : une source incontournable du panachage énergétique Christian Ngô ECRIN 1 Toujours plus Nous vivons dans un monde dominé par les combustibles fossiles puisqu ils représentent environ

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

Découverte du patrimoine ferroviaire et industriel sur le site de la Transvap à Beillé (Sarthe)

Découverte du patrimoine ferroviaire et industriel sur le site de la Transvap à Beillé (Sarthe) Découverte du patrimoine ferroviaire et industriel sur le site de la Transvap à Beillé (Sarthe) 1. Présentation du site de la Transvap à Beillé. 2. Documentation. 3. Préparation de la visite. 4. Prolongements

Plus en détail

Mars 2012. Les biocarburants, ou agrocarburants, sont des carburants liquides produits à partir de matières premières végétales.

Mars 2012. Les biocarburants, ou agrocarburants, sont des carburants liquides produits à partir de matières premières végétales. LES BIOCARBURANTS Définition Les biocarburants, ou agrocarburants, sont des carburants liquides produits à partir de matières premières végétales. Il existe deux types de biocarburants : L'Union Européenne

Plus en détail

Des véhicules au bioéthanol à Namur

Des véhicules au bioéthanol à Namur il y a de la nouveauté dans l air. Des véhicules au bioéthanol à Namur La mise en service de trois autobus circulant au bioéthanol, produit en Belgique, s inscrit dans la perspective, pour le Groupe TEC,

Plus en détail

Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique

Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique Fabien Leurent, Elisabeth Windisch Laboratoire Ville Mobilité Transport (LVMT) Ecole des Ponts, ParisTech Journée

Plus en détail

Le nouvel Atelier Central

Le nouvel Atelier Central Luxembourg, le 11 mai 2015 Le nouvel Atelier Central Sa raison d être Pour les CFL, les dernières années étaient surtout marquées par le renouvellement de la majeure partie de notre parc de matériel roulant.

Plus en détail

ETUDE POUR LA RÉALISATION D UN LOTISSEMENT DURABLE À MONTAIGNAC-SAINT-HIPPOLYTE (19)

ETUDE POUR LA RÉALISATION D UN LOTISSEMENT DURABLE À MONTAIGNAC-SAINT-HIPPOLYTE (19) ETUDE POUR LA RÉALISATION D UN LOTISSEMENT DURABLE À MONTAIGNAC-SAINT-HIPPOLYTE (19) Le projet s inscrit dans une démarche durable prenant largement en compte le contexte du projet (économique, social

Plus en détail

Chapitre 8 Normes relatives aux constructions

Chapitre 8 Normes relatives aux constructions CHAPITRE 8 NORMES RELATIVES AUX CONSTRUCTIONS ET AUX USAGES TEMPORAIRES 8.1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Les constructions et usages temporaires sont des constructions et usages autorisés pour une période de

Plus en détail

Cette fiche a pour but de vous indiquer les principales informations concernant la norme RT2012.

Cette fiche a pour but de vous indiquer les principales informations concernant la norme RT2012. Cette fiche a pour but de vous indiquer les principales informations concernant la norme RT2012. Dans le but de diviser par deux la consommation énergétique des bâtiments à l horizon 2020, la France a

Plus en détail

Éthanol cellulosique: Développements au Québec. Conférence CanBio

Éthanol cellulosique: Développements au Québec. Conférence CanBio Éthanol cellulosique: Développements au Québec Conférence CanBio Mai 2011 Confidentiel Enerkem 2011. Tous droits réservés. Répond aux enjeux économiques, énergétiques et environnementaux du Québec Confidentiel

Plus en détail

101. CHAMP D APPLICATION ET RÈGLE GÉNÉRALE Les dispositions du présent chapitre : 1 o s appliquent à toutes les zones;

101. CHAMP D APPLICATION ET RÈGLE GÉNÉRALE Les dispositions du présent chapitre : 1 o s appliquent à toutes les zones; CHAPITRE XI : STATIONNEMENT HORS-RUE 101. CHAMP D APPLICATION ET RÈGLE GÉNÉRALE Les dispositions du présent chapitre : 1 o s appliquent à toutes les zones; 2 o s appliquent à toute nouvelle construction

Plus en détail

Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Standing Committee on Finance 2011 Pre-Budget Consultations

Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Standing Committee on Finance 2011 Pre-Budget Consultations Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Standing Committee on Finance 2011 Pre-Budget Consultations Août 2011 Alliance canadienne du camionnage : Fédération regroupant

Plus en détail

Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive

Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive Forum d ouverture du Plan Climat 4 décembre 2012 Enjeux Climat Energie La demande mondiale en énergie ne cesse d augmenter pas de solution «miracle»

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis?

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis? GUIDE PRATIQUES GUIDE PRATIQUE AUTORISATION TRAVAUX avez-vous le permis? Vous envisagez de faire réaliser des travaux? Attention, de la construction d une maison à la rénovation des combles en passant

Plus en détail

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7.1. Méthodologie 7.1.1. Calcul des coûts socio-économiques L intérêt du projet de prolongement de la ligne T1 vers Val de Fontenay est évalué

Plus en détail

BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE

BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE Je fais un don à la Fondation de France / Fondation des promoteurs immobiliers de France de : 1.500 5.000 Engagement de soutien :

Plus en détail

La vidange de votre installation septique

La vidange de votre installation septique La vidange de votre installation septique Guide du Propriétaire SAISON 2012-2013 «La vidange de votre installation septique un geste important pour l environnement» NOUVEAU SERVICE La municipalité de Saint-Aubert

Plus en détail

Information du public sur la pollution générée par chaque moyen de transport de passagers.

Information du public sur la pollution générée par chaque moyen de transport de passagers. JeanFrançois Wolffhugel 18 Rue du Docteur Marius Pélissier 11480 La Palme Tel : 04 68 48 15 39 wolffhugeljf@cegetel.net La Palme, le 14 juillet 2006 Politique des transports dans la vallée du Rhône, arc

Plus en détail

Un objectif prioritaire : désaturer la ligne

Un objectif prioritaire : désaturer la ligne Un objectif prioritaire : désaturer la ligne UNE LIGNE 13 AUJOURD HUI SURCHARGÉE La ligne 13 est aujourd hui une ligne surchargée qui accueille près de 610 000 voyageurs par jour. C est la 3 ème ligne

Plus en détail

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL 2 Sommaire Le développement des EnR en France enregistre un ralentissement, imputable à des causes multiples,

Plus en détail

Zone d aménagement concerté du Parc d Activité Economique Haute Lande

Zone d aménagement concerté du Parc d Activité Economique Haute Lande DEPARTEMENT DES LANDES Commune de LABOUHEYRE COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA HAUTE LANDE Zone d aménagement concerté du Parc d Activité Economique Haute Lande REGLEMENT D AMENAGEMENT DE ZONE 75 Rue du Tuc

Plus en détail

FOIRE D AUTOMNE Du 23 octobre au 1er novembre 2015 Paris Porte de Versailles

FOIRE D AUTOMNE Du 23 octobre au 1er novembre 2015 Paris Porte de Versailles 7 8 Condition d accès Montage Ouverture - Démontage Planning Horaires exposants En dehors des horaires indiqués, le travail dans le pavillon est interdit pour des raisons de sécurité. Dates de MONTAGE

Plus en détail

DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION CIVILE

DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION CIVILE Arrêté Préfectoral du 31.12.1979 DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION CIVILE CALAMITES PUBLIQUES Le Préfet de l Oise, Officier de la Légion d Honneur,. Arrête : ARTICLE PREMIER. - L arrêté préfectoral

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION DU «55»

CONTRAT DE LOCATION DU «55» Association Culturelle Juive 55, rue des Ponts F-54000 Nancy téléphone : 03 83 35 26 97 télécopie : 03 83 37 33 04 courriel : acj55@free.fr CONTRAT DE LOCATION DU «55» NOM DU LOCATAIRE N TÉL.. ADRESSE

Plus en détail

Charte de Qualité. Les Plus Beaux Villages de Wallonie. Association sans but lucratif

Charte de Qualité. Les Plus Beaux Villages de Wallonie. Association sans but lucratif Charte de Qualité Les Plus Beaux Villages de Wallonie Association sans but lucratif L appellation «Les Plus Beaux Villages de Wallonie» est une marque déposée que seules les communes ou Association locales

Plus en détail

CONVENTION OCCUPATION DES LOCAUX ECOLE TERRE DE LEGENDES

CONVENTION OCCUPATION DES LOCAUX ECOLE TERRE DE LEGENDES Mairie, 14 Grande Rue 88130 AVRAINVILLE Mairie-avrainville@wanadoo.fr 06 43 92 81 32 Savigny le 20 r février 2013. CONVENTION OCCUPATION DES LOCAUX ECOLE TERRE DE LEGENDES ENTRE D une part, Michel FORTERRE,

Plus en détail