Maires en Nord. Supplément au n No janvier Conséquences de la fin des tarifs réglementés de vente de l énergie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maires en Nord. Supplément au n 8709 www.gazettenpdc.fr No 8709-16 janvier 2015. Conséquences de la fin des tarifs réglementés de vente de l énergie"

Transcription

1 Maires en Nord Mensuel de l Association des Maires du Nord N 33 Janvier 2015 Tirage moyen exemplaires Supplément au n No janvier 2015 Conséquences de la fin des tarifs réglementés de vente de l énergie Gordon Grand-Fotolia L entrée en vigueur de trois nouvelles interdictions de soumissionner aux marchés publics La Sauvegarde des populations présentée aux Maires La SACEM, une oreille attentive pour les communes

2 Affaire Xynthia : C est à l Etat de reprendre la responsabilité de la protection des personnes face aux risques climatiques édito Sans vouloir commenter la récente décision de justice, pour laquelle il faut attendre la décision de la Cour d appel, nous sommes interpellés sur la question de la responsabilité personnelle des élus et, plus généralement, sur la capacité des Communes et intercommunalités à assurer seules la responsabilité de la protection des personnes face aux risques climatiques. Aussi l AMF, par la voix de son nouveau Président François Baroin, est intervenue pour revenir sur les dispositions de la loi MATPAM relatives à la gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (Gemapi). Ce texte législatif a en effet créé, contre l avis réitéré de l AMF, une nouvelle compétence attribuée d office aux collectivités qui n en étaient pas demandeuses. Cette nouvelle compétence contribue à renforcer la responsabilité des Maires et des Présidents d EPCI alors même que la politique en ce domaine relève d une dimension territoriale bien plus large que celles des Communautés. Elle doit faire appel, pour être réellement efficace, à des moyens techniques et financiers à la hauteur des enjeux, reposant pour partie sur la solidarité nationale. Ce transfert de compétence nécessite par ailleurs une expertise approfondie, tant sur les contours des responsabilités que sur les charges financières attribuées au bloc communal. Pour toutes ces raisons, l AMF souhaite aujourd hui le réexamen complet de l attribution de la compétence GEMAPI et que l Etat revienne au premier rang de la responsabilité dans ce domaine. Patrick Masclet, Président de l Association des Maires du Nord Carnet Donnez à votre collectivité une adresse sur internet : tout ce qu il faut savoir Pour être facilement identifiés par les internautes, les communes et les EPCI doivent apporter une grande attention à la réservation de leur nom de domaine, que ce soit pour leur site internet ou leurs adresses électroniques. Pour les communes, une vigilance toute particulière doit être portée à la réservation de leur nom géographique dont la protection n est pas garantie et je ne peux que les encourager, si elles ne l ont pas déjà fait, à procéder à leur enregistrement en.fr dans les meilleurs délais. Guide disponible sur le site internet de l AMF. Appel à projet Climat Les ministères de l Agriculture (MAAF), de l Ecologie (MEDDE) et des Affaires étrangères (MAEDI) viennent de lancer conjointement l appel à projets «Climat». Cet appel à projets s inscrit dans le cadre de la COP 21, la conférence des parties sur le climat qui se tiendra à Paris en décembre L appel à projets est ouvert à un large éventail de zones géographiques et de secteurs. Il s adresse aux collectivités territoriales françaises et leurs groupements dans le cadre d un partenariat de coopération décentralisée avec des autorités locales étrangères. Ces projets exemplaires des collectivités françaises, acteurs essentiels de l environnement au quotidien, seront l une de leurs contributions majeures au succès de la COP 21. Date de clôture de l appel à projet : 15 février Pour plus d informations : La mise en accessibilité des bâtiments publics : une journée à l AMF le 5 février L évolution de la réglementation s appliquant à l accessibilité des établissements recevant du public (ERP) est dorénavant liée à la mise en place obligatoire d un Agenda d accessibilité programmé (Ad AP), et ce avant le 27 septembre 2015 sous peine de sanctions administratives. Tant les élus que les services techniques vont devoir se mobiliser afin de finaliser les diagnostics puis la programmation technique et financière en fonction des catégories d ERP (de 1 ère à la 5 ème catégorie). L Ad AP pourra constituer d ailleurs la meilleure solution pour répondre aux enjeux d accessibilité universelle sur les territoires. Cette rencontre, co-organisée avec la Délégation ministérielle à l accessibilité (Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie), a pour objectif de faire le point sur la nouvelle réglementation applicable au 1 er janvier 2015, concernant la mise en accessibilité des ERP «bâtiments publics» (mairie, école ), par les élus locaux et les services, pour répondre aux enjeux de solidarité. En présence de Marie Prost-Coletta, déléguée ministérielle à l accessibilité, et des co-présidentes du groupe de travail AMF sur l accessibilité, Elisabeth Lamure, sénateur-maire de Gleizé (69) et Nathalie Nieson, députée-maire de Bourgde-Péage (69) sous réserve. Programme et invitation en ligne sur le site de l AMF.

3 s s s Actualité Les conséquences contractuelles de la fin des tarifs réglementés de vente de l énergie Le processus d ouverture à la concurrence des marchés de l énergie se poursuit avec la fin programmée des tarifs réglementés de vente («TRV») du gaz et de l électricité, qui contraint les collectivités territoriales et leurs établissements publics à sélectionner leurs futurs fournisseurs en offre de marché, dans le respect du code des marchés publics. Dmitry Guzhanin-Fotolia La suppression des TRV entraînera en effet la résiliation automatique des contrats de fourniture liant les collectivités avec les fournisseurs historiques. Aussi, pour éviter tout risque de rupture d approvisionnement, il importe d anticiper ces échéances légales en organisant la procédure de passation des marchés publics appropriée en achetant soit de façon autonome, soit dans le cadre d un groupement de commandes ou d une centrale d achat. 3

4 s s s Actualité L achat public de gaz naturel La loi n du 17 mars 2014 relative à la consommation (modifiant l article L du code de l énergie) a mis fin aux tarifs réglementés de vente du gaz naturel pour les consommateurs finals non domestiques consommant plus de kwh par an, selon un calendrier qui distingue, notamment, deux hypothèses : 1. Les consommateurs dont le niveau de consommation est supérieur à kwh par ne sont plus éligibles aux tarifs réglementés après le 31 décembre En conséquence, les collectivités concernées doivent en principe avoir conclu, avant cette échéance, un contrat de fourniture de gaz naturel après avoir procédé à des mesures de publicité et de mise en concurrence des fournisseurs. Toutefois, à titre dérogatoire, le Conseil d Etat a admis qu elles pouvaient bénéficier d un dispositif transitoire et optionnel avec leur fournisseur de gaz initial, au cas où elles n auraient pas conclu un nouveau contrat au 31 décembre 2014 (Avis du Conseil d Etat du 16 septembre 2014, n ). Cette offre transitoire, d une durée maximale de 6 mois, a été prévue par l article 25 de la loi du 17 mars 2014, mais jusqu à l intervention de cet avis, l opinion majoritaire, notamment celle de la Commission de Régulation de l Energie, considérait qu elle n était pas applicable aux personnes publiques. Le CE a néanmoins justifié son application par un motif d intérêt général lié au principe de continuité du service public afin d éviter une rupture de fourniture d énergie au 1 er janvier 2015, compte tenu du court délai laissé pour passer un nouveau contrat entre la date de publication de la loi et celle de la fin des TRV de gaz. Le fonctionnement de ce dispositif repose sur l envoi par le fournisseur de gaz d une offre transitoire à leurs collectivités clientes trois mois avant la date de suppression des tarifs réglementés (en pratique, fin septembre 2014). En cas de silence gardé par la collectivité sur cette offre, il y a alors acceptation tacite, aboutissant à la conclusion d un marché de fournitures avec le fournisseur initial à compter de la date de suppression des TRV, sans qu il y ait à mettre en place des mesures de publicité et de mise en concurrence : «Le marché passé tacitement par la personne publique n a qu une durée de six mois, n est pas reconductible et peut être dénoncé à tout moment par cette personne sans indemnité à sa charge, notamment si elle a signé entretemps un marché plus avantageux avec le même fournisseur ou un autre fournisseur» (Avis du CE). Cette offre transitoire laisse donc un délai supplémentaire aux collectivités pour lancer une consultation et signer un nouveau de contrat de fourniture de gaz, en respectant l échéance du 30 juin 2015 pour passer en offre de marché. 2. Les consommateurs dont le niveau de consommation est supérieur à kwh par an (mais inférieur à kwh) ne sont plus éligibles aux tarifs réglementés après le 31 décembre Les collectivités concernées par ce niveau de consommation annuel de gaz devront avoir signé un nouveau contrat en suivant les procédures du code des marchés publics, de façon à leur assurer une continuité de fourniture au 1 er janvier En revanche, le CE a précisé qu elles ne bénéficieront pas de l offre transitoire instaurée par la loi du 17 mars 2014 dans la mesure où elles disposent de suffisamment de temps pour mettre en oeuvre les procédures de passation des marchés publics pour conclure leur nouveau contrat de fourniture. Par conséquent, il est indispensable que les collectivités anticipent cette échéance en préparant et lançant la consultation des fournisseurs le plus en amont possible. L achat public d électricité La loi «Nouvelle Organisation du Marché de l Electricité», dite «NOME», du 7 décembre 2010 a prévu la suppression des tarifs réglementés de vente de l électricité pour les contrats de puissance supérieure à 36 kva au 31 décembre A compter du 1 er janvier 2016, les collectivités concernées devront donc avoir conclu un nouveau contrat de fourniture d électricité dans le respect du code des marchés publics, étant précisé que le dispositif transitoire instauré par la loi du 17 mars 2014 ne sera pas applicable aux personnes publiques dans ce secteur. Source : Note de l AMF. Maires en Nord - Périodique de l Association des Maires du Nord 10, rue Alexandre Desrousseaux B.P LILLE Cedex Tél. : FAX : Directeur de Publication : Patrick MASCLET Création, réalisation et impression : Publicité commerciale : Aurore BURNEL au Dépôt légal à parution 100% % Produkt Certifié PEFC certyfikowany przez PEFC Ce Ten produit produkt est pochodzi issu de forêts gérées z lasów durablement zarządzanych et de w trwały sources i zrównoważony contrôlées sposób oraz z kontrolowanych źródeł. 4

5 Cette entreprise a fait certifier sa chaîne de contrôle. pefc-france.org

6 Actualité L entrée en vigueur de trois nouvelles interdictions de soumissionner aux marchés publics Depuis le 1 er décembre 2014, la liste des interdictions de soumissionner aux marchés publics s est enrichie de trois nouveaux cas de figure visant à renforcer l égalité femmes/hommes au sein des entreprises. Thodonal-Fotolia Les marchés publics auservice de l égalité professionnelle femmes/hommes La loi du 04 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes, publiée au JO du 05 août 2014, a créé trois nouvelles interdictions de soumissionner aux marchés publics. Ces exclusions concernent les candidats suivants : 1. Les opérateurs définitivement condamnés depuis moins de 5 ans pour le délit de discrimination prévu par l article du code pénal. Cette infraction sanctionne de trois ans d emprisonnement et d une amende de euros, le fait de subordonner une offre d emploi ou de refuser d embaucher, de sanctionner, de licencier une personne à raison notamment de son sexe, de sa situation de famille et de sa grossesse. Mais ce délit a une portée plus large puisqu il vise aussi toute distinction opérée entre les personnes en raison de leur origine, état de santé ou opinions politiques. 2. Les opérateurs définitivement condamnés pour méconnaissance de l égalité professionnelle. Cette infraction posée par l article L du code du travail, punit d un an d emprisonnement et d une amende de 3750 euros, le fait notamment de prendre en considération le sexe ou la grossesse pour toute mesure liée à la rémunération, la formation, l affectation, la qualification, la classification, la promotion professionnelle ou la mutation des salariées. 3. Les opérateurs qui n ont pas respecté l obligation de négocier en matière d égalité professionnelle l année précédant leur candidature au marché. En application de l article L du code du travail, les employeurs sont tenus d engager chaque année une négociation sur les objectifs d égalité professionnelle et salariale entre les femmes et les hommes dans l entreprise, sur les conditions d accès à l emploi, la formation et la promotion professionnelles, sur le déroulement des carrières, les conditions de travail et d emploi, ainsi que sur l articulation entre la vie professionnelle et la vie personnelle et la mixité des emplois. En l absence d accord, les entreprises ont six mois pour régulariser leur situation à partir de la mise en demeure de l inspection du travail. 6

7 Actualité La mise en œuvre de ce nouveau dispositif 1. Les contrats concernés En ce qui concerne les collectivités territoriales et leurs établissements publics, seule la passation des marchés publics et des concessions de travaux se trouve impactée par ces trois nouvelles interdictions, à l exclusion donc des contrats de partenariat et des délégations de service public pour lesquels le CGCT n a pas été modifié en ce sens. Désormais, les collectivités devront, en application de l article 43 du code des marchés publics relatif aux interdictions de soumissionner, rejeter la candidature des opérateurs qui ne se conforment pas à ces cas d exclusion, quel que soit le montant du marché. Ces interdictions s appliquent également aux sous-traitants proposés par le titulaire du marché (article 114 du code des marchés publics). 2. Les modalités de preuve par les candidats Les acheteurs devront exiger des candidats qu ils produisent une attestation sur l honneur qu ils n entrent pas dans ces motifs d exclusion, conformément à l article 44 du code des marchés publics. Les formulaires DC1 (modèle de lettre de candidature) et DC4 (modèle de déclaration de sous-traitance) ont été mis à jour en ce sens par la Direction des affaires juridiques du ministère de l économie. 3. Le calendrier Cette disposition s applique aux contrats signés à compter du 1er décembre En conséquence, les collectivités devront s assurer, pour tous les marchés publics et concessions de travaux conclus après le 30 novembre 2014, que les candidats ne sont pas interdits de soumissionner sur ce nouveau fondement. Au cas où la procédure de consultation a été lancée avant le 1er décembre, mais le contrat signé après cette date, il conviendra de vérifier que le candidat retenu n est pas concerné par ces exclusions. Source : Note de l AMF. Informations complémentaires La Direction des affaires juridiques de Bercy a publié deux fiches explicatives de ce nouveau dispositif à retrouver sur le site

8 Les infos de l AMF URSSAF : Retraite complémentaire des élus locaux Certaines URSSAF considèrent, depuis peu, la part versée par les communes ou les EPCI aux régimes complémentaires FONPEL et CAREL comme un avantage en nature soumis à toutes les cotisations, et non plus au seules CSG et CRDS, au motif qu ils ne sont ni collectifs ni obligatoires. Ce point est avéré depuis 1992, mais il est inadmissible que, sans information préalable des principaux intéresses, les règles changent ainsi brutalement, engendrant des frais supplémentaires pour les budgets des collectivités locales et EPCI. Aucun texte en ce sens n a d ailleurs été présenté à la CCEN ou au CNEN. L AMF a donc saisi la ministre des Affaires sociales et de la Sante et, dans l attente de sa réponse, elle conseille aux communes et EPCI soumis à d éventuels redressements de faire des recours gracieux puis, au besoin, de saisir les tribunaux de Sécurité sociale. Citoyenneté : Référendum d initiative partagée Dès le 1 er janvier 2015, il sera possible de lancer un référendum d initiative partagée si la proposition de loi référendaire est soutenue par 1/5 e des parlementaires et 1/10 e des électeurs, sur une période maximum de 9 mois (cf. loi constitutionnelle de 2008 et loi organique d application du 6 décembre 2013). Un décret va définir notamment les modalités de recueil, sur un site internet spécifique, et de contrôle des soutiens à ces initiatives référendaires. Il précisera aussi les solutions prévues pour les électeurs privés d un accès à internet ou ne pouvant inscrire leur soutien sur le site faute de disposer d une CNI ou d un passeport. Les communes les plus peuplées de chaque (nouveau) canton devront installer en mairie un point dédié d accès à internet, avec une prise en charge par l Etat, et prévoir du personnel pour enregistrer, sous 48 heures, les soutiens faits sur papier communes seront concernées par cette nouvelle obligation. Richard Vilalon-Fotolia Elaborer le schéma de mutualisation des services En 2010 la loi RCT a introduit l obligation d élaborer un schéma de mutualisation des services. Le président de communauté doit formuler des propositions dans un rapport, élabore l année qui suit le renouvellement général des conseils municipaux. Le document comprend un projet de schéma qui prévoit l impact prévisionnel de la mutualisation sur les effectifs ainsi que sur les dépenses de fonctionnement des communes et de la communauté. Afin d aider les élus, l AMF, en lien avec Mairie 2000, publie une note proposant une méthode d élaboration du schéma. Guide en ligne sur le site de l AMF. 8

9 Actualité La Sauvegarde des populations présentée aux Maires Dans la même approche d aide aux Maires et aux municipalités qui a prévalue lors du lancement du PAVILLON ORANGE, voici 5 ans, le HCFDC propose aux associations départementales des Maires, des séances d information sur la sauvegarde des populations. Le Nord montre la bonne direction L association des Maires du Nord a été la première à concrétiser cette proposition. Les 12 et 19 décembre, environ 70 élus sont venus écouter le général François VERNOUX, fondateur du PAVILLON ORANGE. En 3 heures, ont été abordé l esprit de la loi de 2004, les principes de la sauvegarde des populations et surtout les bonnes pratiques concrètes pouvant être mise en œuvre. Du PCS à la réserve communale, en passant par le DICRIM, le PCC, les points de regroupements, les centres d accueil provisoires, les conventions, la mémoire locale des risques, l ouverture vers les jeunes, le souci des personnes dépendantes et même quelques conseils en communication, tout le domaine a fait l objet de débat. Le général VERNOUX a offert à l auditoire les bonnes pratiques des communes aujourd hui labellisées PAVIL- LON ORANGE, telles qu il les observe lors de ses audits de progrès. M. SILVESTRE, chef du SIRACED PC de la préfecture, en DUO que l on aurait pu croire préparé, a illustré remarquablement chaque item par des exemples locaux et a maintes fois souligné la cohérence globale Lors de la présentation le 12 décembre dernier. entre l organisation régalienne des secours et les actions de sauvegarde (le Maire pouvant être DOS directeur des opérations de secours et étant toujours DOS directeur des opérations de sauvegarde). Après un pot de l amitié où les conversations ont été ouvertes et variées, chaque participant est reparti vers sa commune avec une bonne documentation. Le HCFDC et le PAVILLON ORANGE restent à leur disposition. Avec le site Internet 1, ils connaîtront les nouvelles BONNES PRATIQUES du MOIS et se tiendront informés des dernières nouvelles du domaine. Grâce au questionnaire en ligne, ils pourront soit finaliser la montée en puissance de leur dispositif, soit l évaluer et découvrir ainsi de nombreuses marges de progrès. A titre de conclusion, le général VER- NOUX leur a souhaité bon courage et a rassuré son auditoire en soulignant qu il avait présenté un dispositif idéal. 10% de réalisation par an serait déjà un bon objectif. Certes, la commune ne sera pas labellisable, mais sa population sera déjà un peu sauvegardée. Car, cela mérite d être souligné, toute action de sauvegarde, même la plus modeste est un progrès immédiat qui pourra se révéler fort utile un jour où la commune devra faire face à une catastrophe. Alors, n attendez plus pour progresser pas à pas vers un dispositif de qualité

10 Actualité Entretien avec Vincent Bonvallet, délégué régional de la SACEM à Lille La SACEM, une oreille attentive pour les communes La SACEM, société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, tisse depuis de nombreuses années un partenariat privilégié avec les communes françaises. Renforcée par la signature de plusieurs protocoles, cette entente contribue à la diffusion locale des œuvres musicales et à l animation des territoires, tout en respectant cette invention française : le droit d auteur. Comment est née la SACEM, société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique? «Le droit d auteur a été fondé par Beaumarchais qui voulait créer une entité pour vendre ses droits. La SACEM est née d une anecdote amusante : en 1847, Ernest Bourget, Paul Henrion et Victor Parizot, compositeurs et auteurs reconnus, ont refusé de payer leurs consommations au Café des Ambassadeurs, déclarant qu ils ne devaient rien puisque le propriétaire du café-concert utilisait leurs œuvres à son bénéfice, faisant fi des droits des auteurs et de leur rétribution. Un procès s en est suivi, soutenu par l éditeur Jules Colombier et le législateur a fini par reconnaître ce principe toujours d actualité : seul l auteur a le droit d autoriser ou non la diffusion de ses œuvres, à des conditions qu il détermine. La SACEM naît d abord sous la forme d un syndicat, en 1850, puis devient une société un an plus tard.» Rappelez-nous son fonctionnement «La SACEM est une société civile à capital variable. Nous avons sociétaires, à raison de adhésions par an, un chiffre en hausse constante. Nous faisons application d une loi le Code de la propriété intellectuelle alors que nous sommes une société privée. D ailleurs, c est souvent une source d interrogations pour le public puisqu il n y a aucun autre exemple en France d une société privée qui fasse appliquer une loi. La SACEM gère les droits patrimoniaux des auteurs-compositeurs, autrement dit, le droit d autoriser les diffusions ou les reproductions des œuvres à des conditions déterminées par les auteurs. Il faut rappeler que le droit d auteur est le seul moyen pour l auteur-compositeur d être salarié!» Le Nord-Pas-de-Calais compte quatre délégations, bien plus qu ailleurs. Peut-on parler d une spécificité régionale? «Notre siège social est à Neuilly-sur-Seine et un réseau maille l ensemble du territoire avec 84 délégations en région, soit salariés. C est vrai qu il y a une belle densité régionale avec quatre délégations à Boulogne, Arras, Lille et Valenciennes. Sur la délégation lilloise que je dirige, nous ne comptons pas moins de 600 sociétaires! Il ne faut laisser aucun secteur géographique en jachère. Notre force, c est le contact permanent.» Quels sont les rôles de ces délégations, très présentes sur le terrain auprès des acteurs locaux? Vincent Bonvallet est arrivé à la délégation lilloise il y a un an. «Tout d abord, nous accueillons nos sociétaires, les auteurscompositeurs et les éditeurs. A partir du moment où ils ont créé cinq œuvres et qu au moins l une d entre elles est interprétée en public cinq fois en plus de six mois, ils ont tout intérêt à adhérer à la SACEM, moyennant une part sociale. A partir de là, ils obtiennent une protection mondiale de leurs œuvres. Si la SACEM est bel et bien une invention française, une centaine de sociétés mondiales travaillent les unes pour les autres dans le cadre d accords de réciprocité. Ensuite, nous organisons le contrôle de la diffusion des œuvres ou de leur reproduction et enfin, la gestion de la répartition de ces droits d auteur. Mais surtout, nous sommes très présents sur le terrain auprès des acteurs locaux comme les collectivités ou les associations.» Quand faut-il établir une déclaration auprès de la SACEM? «Dès que la diffusion musicale a lieu dans un contexte qui n est ni gratuit, ni familial et ni privé, il est indispensable de faire une demande d autorisation pour avoir le droit de diffuser l œuvre. Si une commune est organisatrice d un événement musical, une déclaration doit être effectuée pour pouvoir disposer du répertoire de la SACEM» (plus de 80 millions d œuvres mondiales, ndlr). Un protocole entre la SACEM et l Association des Maires de France a été signé en 2011 mais il est le résultat d une relation de longue date avec les communes Amandine Pinot 10

11 Actualité «Compte tenu de leurs activités culturelles très fortes, elles sont très importantes pour nous, que ce soit celles qui disposent d un lieu d accueil permanent avec une saison culturelle forte ou les plus rurales, qui ont, elles-aussi, une vie culturelle intense autour des jeunes, des associations ou des seniors. Nous communiquons énormément avec les services culturels ou sociaux dans le cadre de ce partenariat privilégié avec l AMF. Mais notre accord initial, qui fait toujours loi aujourd hui, date de 1986.» En quoi consiste ce protocole? «Nous voulons simplifier au maximum les démarches. La musique se développant de manière exponentielle, il fallait trouver un système simple pour nous et pour les organisateurs afin de rémunérer les auteurs. Notre volonté? Monter un partenariat qui permette à la SACEM d obtenir des compensations de l AMF qui devient de ce fait, une structure d information et d accueil auprès de ses administrés, et bénéficie, à ce titre, d abattements. En contrepartie, la SACEM reconnaît cette force très importante de communes, lieux de diffusion de son répertoire en masse. Nous signons plusieurs protocoles avec des accords de branche mais celui avec l AMF est vraiment spécifique. Au départ, il émane d une volonté d appliquer la loi. La loi sur la propriété littéraire et artistique de 1957 prévoit en effet que les communes bénéficient d une réduction des redevances pour les fêtes locales et publiques. L accord prévoit des abattements allant de 25% pour les fêtes locales à 30% pour les fêtes nationales. Un effort important est donc fait par les auteurs pour ces fêtes. Il y a également une autorisation gratuite donnée quand le budget artistique engagé ne dépasse pas 305, avec une franchise de 450 euros pour le 14 juillet. Pour les réveillons de fin d année, nous avons proposé une vague de forfaitisation qui permet de se libérer du paiement des droits d auteur. Il existe aussi des barèmes sur des séances occasionnelles : organisation d une foire, d un marché de Noël.» C est donc un protocole en constante évolution? «Au fur et à mesure de discussions avec l AMF, la SACEM a décidé d aller au-delà en accordant des conditions spécifiques d abattement pour les comités d action sociale, par exemple pour le repas des anciens, les actions dans les écoles Nous avons aussi mis en place un forfait spécial pour les communes de moins de habitants : une formule de base à partir de 51,39 TTC/an et un autre forfait multi-séances à partir de 86,33 TTC/an 1. C est très pratique car les mairies obtiennent leur autorisation pour une année complète. Nous allons encore développer cette formule : un nouvel accord va être signé avec l AMF pour les communes qui délèguent l organisation de ces événements. Nous nous rendons donc régulièrement aux réunions d information des associations pour expliquer notre fonctionnement. Les services culturels sont en contact permanent avec nous et savent aisément estimer le montant des droits d auteur. A nous d aller à la rencontre des nouveaux responsables pour les informer. C est un constat : il y a encore un manque d information, les gens savent que la SACEM et les droits d auteur existent mais le fonctionnement n est pas simple à intégrer. Nous ne sommes pas des contrôleurs, notre tâche est noble, il s agit de rémunérer la création! Les services ne doivent pas hésiter à nous contacter car nous sommes avant Les communes, lieux d expression artistique au plus proche des habitants. tout un organisme d information et de formation. Il faut créer un réflexe au sein des structures et faire preuve de pédagogie.» La SACEM informe et conseille, elle est aussi un soutien actif? «En effet, nous soutenons la création avec d importants partenariats avec les salles de musique, les festivals Dans la région, nous avons par exemple attribué une subvention à la mairie de Grande-Synthe pour récompenser sa politique culturelle très forte. La baisse des dotations et des subventions va avoir des conséquences sur la vie culturelle de certaines communes. Nous l entendons déjà auprès des associations que nous rencontrons.» Comme chaque année, la SACEM est présente sur le Congrès des Maires de France. «En effet, et ce, depuis de nombreuses années. Avec le Congrès qui vient de s achever et l arrivée de François Baroin à la présidence, les contacts ont d ores et déjà été pris avec les équipes de l AMF. L année 2015 va être riche en événements et en relations de travail. Nous sommes très attachés à ce partenariat. Et au cours du premier semestre 2015, nous allons d ailleurs ouvrir un portail plus direct qui va permettre à nos clients d effectuer plus facilement leurs déclarations, de régler les droits et d avoir leurs autorisations en ligne.» Propos recueillis par Amandin PINOT 1. Cette formule, «de base», comprend une manifestation musicale sans recettes et dont le budget des dépenses est inférieur à TTC, organisée dans le cadre de la fête de la commune ou de la fête nationale + une manifestation avec fond sonore musical de type cérémonie annuelle de vœux, remise de prix, vernissage etc L autre formule, «multi-séances», comprend une manifestation musicale sans recettes et dont le budget des dépenses est inférieur à TTC + une manifestation avec fond sonore musical + une séance dont le budget des dépenses est inférieur à de type arbre de Noël, repas en musique Informations sur ou www. amf.asso.fr Tomas Skopal-Fotolia 11

12 Démarquez-vous! Abonnez-vous à L abonnement inclut les éditions papier et électronique + le web + les archives - Lille Renvoyez ce bulletin à La Gazette Nord-Pas de Calais, 7 rue Jacquemars Giélée BP Lille Cedex Oui, je m abonne à La Gazette Nord - Pas de Calais o 1 an aux 2 éditions (104 numéros) au prix de 90 TTC o 1 an à l édition Nord (52 numéros) au prix de 45 TTC o 1 an à l édition Pas-de-Calais (52 numéros) au prix de 45 TTC Pour s abonner en ligne, Adresse de réception de votre Journal : o Professionnelle o Privée o Madame o Monsieur flashez! Nom :... Prénom :... Société :... Adresse :... CP :... Ville :... Mail :... Tél :... Fax :... Conformément à la loi «Informatique et Libertés», vous disposez d un droit d accès, de rectification et d opposition à l enregistrement ou la cession des informations vous concernant. En vous,adressant à : SARL LA GAZETTE NORD-PAS DE CALAIS 7, rue Jacquemars Giélée BP Lille Cedex - Tél : Je choisis de régler par : (merci de cocher la case correspondante) o Chèque bancaire ou postal à l ordre de la Gazette Nord - Pas-de-Calais o Virement bancaire à la Gazette Nord - Pas-de-Calais CDN Lille - IBAN : FR Code BIC : NORDFRPP o Carte bancaire N : Expire le : Date et signature : o Je souhaite recevoir une facture

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Aide entreprise. Employeur. Salarié

Aide entreprise. Employeur. Salarié Employeur Entreprise (raison sociale) : Nom du responsable du dossier à contacter : Adresse (numéro et nom de rue) : Commune de l entreprise : Code postal : Tél.: Courriel : N SIRET : Code APE/ NAF : N

Plus en détail

Aide entreprise. Employeur. Salarié

Aide entreprise. Employeur. Salarié Employeur Entreprise (raison sociale) : Nom du responsable du dossier à contacter : Adresse (numéro et nom de rue) : Commune de l entreprise : Code postal : Tél.: Courriel : N SIRET : Code APE/ NAF : N

Plus en détail

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 Fiche obligation légales Entreprises de 50 à 299 salariés Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes Pour rendre plus effective l

Plus en détail

III. FICHE PRATIQUE N 02 : Le financement

III. FICHE PRATIQUE N 02 : Le financement Page 7 sur 21 Entreprises : III. FICHE PRATIQUE N 02 : Le financement A. La cotisation à la formation professionnelle continue Comment, je cotise? : 1- L entreprise de droit privé déclare ses salariés

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL

ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL PREAMBULE Depuis le 1er juillet 2004, le marché du gaz naturel est ouvert à la concurrence. Cette ouverture, d abord

Plus en détail

Processus de décision interne : Quoi? Qui? Quand? Comment?

Processus de décision interne : Quoi? Qui? Quand? Comment? REGLEMENT INTERIEUR de la Fédération Nationale des Organismes de Formation Professionnelle à l Éco construction ECOCONSTRUIRE Mise à jour le 02/07/2014 A GOUVERNANCE 1 Président et vice présidents a. Le

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies PREAMBULE Les tarifs réglementés de vente de gaz naturel et d électricité appliqués en France seront progressivement

Plus en détail

Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation

Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation LETTRE D INFORMATIONS JURIDIQUES N 48 Le 4 juin 2010 REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation Un décret du 20 mai 2010

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

DELIBERATION N CP 14-483. Du 18 juin 2014

DELIBERATION N CP 14-483. Du 18 juin 2014 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 1 CP 14-483 DELIBERATION N CP 14-483 Du 18 juin 2014 PARTICIPATION DE LA REGION ILE DE FRANCE AU SIPPEREC (SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE LA PERIPHERIE DE PARIS POUR L ELECTRICITE

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008 Direction des prestations familiales Circulaire n 2008-002 Paris, le 16 janvier 2008 Mesdames et Messieurs les Directeurs et Agents Comptables des Caf Certi Cnedi Mesdames et Messieurs les Conseillers

Plus en détail

Contacts Georgia JACOBSON 0590 84 79 22/0690 24 56 37 Maïté DORESSAMY 0590 84 79 23

Contacts Georgia JACOBSON 0590 84 79 22/0690 24 56 37 Maïté DORESSAMY 0590 84 79 23 Contacts Georgia JACOBSON 0590 84 79 22/0690 24 56 37 Maïté DORESSAMY 0590 84 79 23 Préambule Construisons ensemble une relation partenariale : c est la volonté de la Ville largement partagée avec les

Plus en détail

DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT DES MUTATIONS ECONOMIQUES ET DEVELOPPEMENT DE L EMPLOI

DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT DES MUTATIONS ECONOMIQUES ET DEVELOPPEMENT DE L EMPLOI MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL APPEL A PROJETS Année 2014 DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT DES MUTATIONS ECONOMIQUES ET DEVELOPPEMENT DE L EMPLOI Convention

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC?

QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC? QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC? - Un marché public est un contrat conclu à titre onéreux entre un pouvoir adjudicateur (collectivité territoriale, Etat ) et un opérateur économique public ou privé pour

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION : Tout savoir sur le Groupement de Commandes Gaz Naturel

DOCUMENT D INFORMATION : Tout savoir sur le Groupement de Commandes Gaz Naturel DOCUMENT D INFORMATION : Tout savoir sur le Groupement de Commandes Gaz Naturel 1. La fin des tarifs réglementés de vente (TRV) a) Qui est concerné? Tous les acheteurs publics sont concernés par la suppression

Plus en détail

FORMATION 2014 5 JOURS POUR ENTREPRENDRE

FORMATION 2014 5 JOURS POUR ENTREPRENDRE DOSSIER D INSCRIPTION FORMATION 2014 5 JOURS POUR ENTREPRENDRE Dossier à nous retourner complété R-SCE-ENR-3-F PUBLIC : FORMATION 5 JOURS POUR ENTREPRENDRE Futurs créateurs ou repreneurs, tous secteurs

Plus en détail

3. Votre dossier concerne

3. Votre dossier concerne Cer f apourpl usi eur sét abl i ssement set / ou pr océdur esl ongues 3. Votre dossier concerne Un seul ERP et votre demande concerne deux périodes de 3 ans soit 6 ans maximum (sous conditions) 1 trois

Plus en détail

Le contrat de licence

Le contrat de licence Le contrat de licence Check-list pour la négociation d un contrat de licence AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez des

Plus en détail

SOUTIEN AUX PROJETS D EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES COLLEGIENS DE LA MARTINIQUE REGLEMENT

SOUTIEN AUX PROJETS D EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES COLLEGIENS DE LA MARTINIQUE REGLEMENT SOUTIEN AUX PROJETS D EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES COLLEGIENS DE LA MARTINIQUE REGLEMENT REGLEMENT APPEL A PROJETS DEPARTEMENT MARTINIQUE 2015 1 CONTEXTE ET ENJEUX Depuis plus de dix ans,

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

Fonds de Participation des Habitants (FPH)

Fonds de Participation des Habitants (FPH) Fonds de Participation des Habitants (FPH) Appel à financement 2016 Le Fonds de Participation des Habitants est un dispositif mis en place par la Région Nord - Pas de Calais en partenariat avec la Ville

Plus en détail

MAIRIE DE LORMONT Rue André Dupin BP n 1 33305 LORMONT Cedex MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES

MAIRIE DE LORMONT Rue André Dupin BP n 1 33305 LORMONT Cedex MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES MAIRIE DE LORMONT Rue André Dupin BP n 1 33305 LORMONT Cedex MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES Acquisition de véhicules neufs ou d occasion pour la Ville de LORMONT Année 2007 CAHIER DES CHARGES Préambule :

Plus en détail

Convention n 2015-C-DGAS-DHV-0005. relative à l attribution d une subvention du Département à l association Progecat

Convention n 2015-C-DGAS-DHV-0005. relative à l attribution d une subvention du Département à l association Progecat Convention n 2015-C-DGAS-DHV-0005 relative à l attribution d une subvention du Département à l association Progecat ENTRE Le Département de la Vienne, Place Aristide Briand, BP 319, 86008 Poitiers Cedex,

Plus en détail

ASSOCIATION DEMANDE DE SUBVENTION de «FONCTIONNEMENT» 2016

ASSOCIATION DEMANDE DE SUBVENTION de «FONCTIONNEMENT» 2016 ASSOCIATION DEMANDE DE SUBVENTION de «FONCTIONNEMENT» 2016 Nom de l Association :... Sigle : Veuillez cocher la case correspondant à votre situation : Première demande : Renouvellement : Dossier à remplir

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION A TITRE ONEREUX

MODELE DE CONVENTION A TITRE ONEREUX Centre de gestion de la fonction publique territoriale des Landes - juillet 2013 MODELE DE CONVENTION A TITRE ONEREUX CONVENTION DE PRESTATION DE SERVICES RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE D ACTIVITES PERISCOLAIRES

Plus en détail

PROCEDURE D INSCRIPTION VILLAGE THEMATIQUE

PROCEDURE D INSCRIPTION VILLAGE THEMATIQUE PROCEDURE D INSCRIPTION VILLAGE THEMATIQUE Etape 1 : Dossier d inscription (A nous renvoyer sous 5 jours maximum à l adresse inscrite au bas de la page) Bulletin d inscription (En annexe) Extrait K-Bis

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention ASSOCIATION Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention Veuillez cochez la case correspondant à votre situation : Première demande Renouvellement d une demande

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

Projet de coproduction artistique portée par un lieu de diffusion

Projet de coproduction artistique portée par un lieu de diffusion DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION Arts vivants Projet de coproduction artistique portée par un lieu de diffusion Année 2015 Le développement durable s impose aujourd hui à tous : il permet de concilier

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX VILLE DE GARDANNE DIRECTION DES SERVICES TECHNIQUES SERVICE Marché REMPLACEMENT DES REVETEMENTS DE SOL Date et heure limites de réception des offres 18 avril 2005 à 16 Heures

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 REGLEMENT INTERIEUR DES PROCEDURES ADAPTEES Article 28 du Code

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. OBJET Le présent document, ci-après «Conditions Générales de Vente», s applique à toutes les offres de formations proposées par la société KOOLYA sur son Internet www.koolya.fr

Plus en détail

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL Les salariés de votre entreprise ont élu leur(s) délégué(s) du personnel. Vous avez pu constater que la loi

Plus en détail

Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et guichet unique

Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et guichet unique Mairie de Pontcharra Service des marchés publics 95 avenue de la Gare BP 49 38530 Pontcharra cedex Tél: 04 76 97 11 65 Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et

Plus en détail

Convention n 2015-C-DGAS-DHV-0006

Convention n 2015-C-DGAS-DHV-0006 Annexe 3 Convention n 2015-C-DGAS-DHV-0006 relative à l attribution d une subvention du Département à la Congrégation «La Province de France des Sœurs des Sacrés Cœurs et de l Adoration» ENTRE Le Département

Plus en détail

Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions

Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions 1. L outplacement de quoi s agit-il? «L outplacement», aussi appelé reclassement professionnel,

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT PACK 15-30 PASS COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

CONVENTION DE PARTENARIAT PACK 15-30 PASS COMPLÉMENTAIRE SANTÉ CONVENTION DE PARTENARIAT PACK 15-30 PASS COMPLÉMENTAIRE SANTÉ Le Président du Conseil régional des Pays de la Loire le code général des collectivités territoriales et notamment les articles L 4211-1 et

Plus en détail

Critères d éligibilité

Critères d éligibilité Ce document vous est proposé à titre d exemple pour vous faciliter la rédaction de votre accord et ne saurait être exhaustif Ce document servira à l EXONÉRATION de la contribution Agefiph Titre de l accord

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

direction régionale des affaires culturelles Champagne-Ardenne Collectivité territoriale demande de subvention 2015

direction régionale des affaires culturelles Champagne-Ardenne Collectivité territoriale demande de subvention 2015 direction régionale des affaires culturelles Champagne-Ardenne Collectivité territoriale demande de subvention 2015 L'exemplaire original est à retourner impérativement avant le 31 janvier 2015 Il doit

Plus en détail

Conditions Générales de Vente pour la souscription et le renouvellement d abonnement «compte

Conditions Générales de Vente pour la souscription et le renouvellement d abonnement «compte Conditions Générales de Vente pour la souscription et le renouvellement d abonnement «compte pro» sur la plateforme ze-questionnaire.com Droit applicable : Français. Langue du contrat faisant foi : Français.

Plus en détail

FISAC Tranche 3 Fiche action N 2. Opération collective de communication et de promotion VISITE VIRTUELLE SUR GOOGLE

FISAC Tranche 3 Fiche action N 2. Opération collective de communication et de promotion VISITE VIRTUELLE SUR GOOGLE Agence du développement Commercial 42, rue Nationale 30300 BEAUCAIRE Tél. : 04.66.59.58.60 Pascale.perelli@beaucaire.fr FISAC Tranche 3 Fiche action N 2 Opération collective de communication et de promotion

Plus en détail

Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors

Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors Le contexte juridique du nouveau dispositif seniors L articulation de la nouvelle obligation avec les obligations préexistantes : La loi Fillon

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE # 1 PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES PAGE 2 POLITQUE # 2 PROTOCOLE D ENTENTE PAGE 3

TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE # 1 PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES PAGE 2 POLITQUE # 2 PROTOCOLE D ENTENTE PAGE 3 Politiques financières ADOPTÉ : MODIFIÉ : 17/10/2010 (A.G.O) 09/12/2012 (A.G.E.) TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE # 1 PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES PAGE 2 POLITQUE # 2 PROTOCOLE D ENTENTE PAGE 3 POLITIQUE # 3 GESTION

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 20..-C-DGAD-DEE-

AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 20..-C-DGAD-DEE- AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 20..-C-DGAD-DEE- ENTRE Le Département de la Vienne, Place Aristide Briand, BP 319, 86008 POITIERS Cedex, représenté par le Président du Conseil Général, Monsieur..,

Plus en détail

Demande de convention Emplois Solidaires

Demande de convention Emplois Solidaires Demande de convention Emplois Solidaires Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour établir votre demande de convention : Des informations pratiques présentant le document à remplir

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES MUTUELLE SANTE Branche HPA

QUESTIONS REPONSES MUTUELLE SANTE Branche HPA QUESTIONS REPONSES Obligation d adhérer à Humanis? Une adhérente souhaite conserver sa mutuelle. Sa mutuelle hésite car pour lui proposer les mêmes garanties précisées dans l'accord de branche, cela coûte

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS

CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS Annexe 2 Entre : Le Département de la Vienne, dont le siège social est situé : place Aristide Briand, BP 319, 86008 Poitiers cedex, représenté par le Président du Conseil

Plus en détail

ce que l UNSA a obtenu

ce que l UNSA a obtenu Agents contractuels de la Fonction publique : ce que l UNSA a obtenu UNSA Fonction publique 21 rue Jules Ferry 93177 BAGNOLET cedex Tél. 01 48 18 88 29 - Fax. 01 48 18 88 95 uff@unsa.org - www.unsa-fp.org

Plus en détail

Formation professionnelle

Formation professionnelle L Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 Pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l emploi et des parcours professionnels

Plus en détail

mois offerts* en santé «Bientôt une mutation, une nouvelle vie commence! Avec la MNT, mon projet est facilité.» Jusqu à

mois offerts* en santé «Bientôt une mutation, une nouvelle vie commence! Avec la MNT, mon projet est facilité.» Jusqu à Offre «Mutation» «Bientôt une mutation, une nouvelle vie commence! Avec la MNT, mon projet est facilité.» Jusqu à 3 en santé mois offerts* * Voir conditions à l intérieur du dépliant. En cas de mutation,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Le présent document vaut également Règlement de Consultation (RC)

CAHIER DES CHARGES Le présent document vaut également Règlement de Consultation (RC) CAHIER DES CHARGES Le présent document vaut également Règlement de Consultation (RC) Objet de la Consultation : PROCÉDURE ADAPTÉE (art. 28 du Code des Marchés Publics) Fourniture de gaz naturel et services

Plus en détail

Recommandation n 2009-164. relative à la saisine de Monsieur L. du 24 novembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X

Recommandation n 2009-164. relative à la saisine de Monsieur L. du 24 novembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X Réf. 480718-335218892/SF Recommandation n 2009-164 relative à la saisine de Monsieur L. du 24 novembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X La saisine Le médiateur national de l énergie a été

Plus en détail

L AUBERGE ESPAGNOL 2 RUE PAUL DEVIOLAINE 02200 SOISSONS

L AUBERGE ESPAGNOL 2 RUE PAUL DEVIOLAINE 02200 SOISSONS PT EVEQUE CEDEX, le 26 août 2010 JA_HP6_CPR015_041 EDF pour les Professionnels Tel : 0 811 360 114 (prix d un appel local) Fax : 0 810 721 017 Site Internet : www.edfpro.fr N Client : 1001088245 N de PDL

Plus en détail

DATE DE DIFFUSION DE L APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE : 12 septembre 2013. DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES OFFRES : 4 octobre 2013 à 12h00

DATE DE DIFFUSION DE L APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE : 12 septembre 2013. DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES OFFRES : 4 octobre 2013 à 12h00 AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE IDENTIFICATION DE L ORGANISME ACHETEUR : Commune de Tournefeuille Place de la Mairie 31170 TOURNEFEUILLE Téléphone : 05.62.13.21.21 Télécopie : 05.62.13.21.00 Adresse

Plus en détail

Règlement 2013 «ados en action» 11 17 ans

Règlement 2013 «ados en action» 11 17 ans Règlement 2013 «ados en action» 11 17 ans Préambule «ados en action» est un dispositif initié par le STAJ en partenariat étroit avec la CAF de Valenciennes. Il a pour objectif de : - Favoriser l autonomisation

Plus en détail

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur 3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur L employeur a l obligation d assurer l adaptation des salariés à leur poste de travail. Il doit veiller au maintien de leur capacité

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 PARIS, le 29/11/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 OBJET : Loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l'économie.

Plus en détail

L achat d électricité

L achat d électricité Bienvenue 1 L achat d électricité Journée d actualité du 17 avril 2014 Christian PONCELET Chargé de mission auprès de la Direction générale Responsable du groupement Achat Electricité (2004/2013) SIPPEREC

Plus en détail

Règlement financier de la FFTA

Règlement financier de la FFTA Règlement financier de la FFTA Préambule : Le règlement financier de la Fédération Française de Tir à l Arc (FFTA) s inscrit dans l ensemble des dispositions législatives et réglementaires s appliquant

Plus en détail

Réglement du concours photo «Votre plus beau paysage»

Réglement du concours photo «Votre plus beau paysage» Réglement du concours photo «Votre plus beau paysage» ARTICLE 1 : Objet du concours La société Phototrend (http://phototrend.fr/) représentée par son directeur de publication Damien ROUE et ci-après dénommé

Plus en détail

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant :

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : BULLETIN DE SALAIRE Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : l employeur (nom, adresse, numéro d immatriculation, code

Plus en détail

ENTRE. Madame, Monsieur, Demeurant à... Coordonnées du projet (adresse, commune, références cadastrales) :

ENTRE. Madame, Monsieur, Demeurant à... Coordonnées du projet (adresse, commune, références cadastrales) : Convention de mandat pour la réhabilitation d une installation d assainissement non collectif confiée à PONTIVY COMMUNAUTÉ et engagement du propriétaire (A renvoyer compétée et signée en 2 exemplaires

Plus en détail

Convention de partenariat pour le dispositif «Eco-chèque logement Midi-Pyrénées»

Convention de partenariat pour le dispositif «Eco-chèque logement Midi-Pyrénées» Convention de partenariat pour le dispositif «Eco-chèque logement Midi-Pyrénées» ENTRE La Région Midi-Pyrénées, Collectivité Territoriale, régie par le Code Général des collectivités territoriales, ayant

Plus en détail

Marché public passé selon l article 27 du code des marchés publics

Marché public passé selon l article 27 du code des marchés publics MAIRIE DE LORMONT Rue André Dupin BP n 1 33305 LORMONT Cedex MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES Acquisition de véhicules neufs ou d occasion pour la Ville de LORMONT Année 2007 CAHIER DES CHARGES Marché public

Plus en détail

Extrait gratuit du guide Formulaire Social BTP commenté

Extrait gratuit du guide Formulaire Social BTP commenté Extrait gratuit du guide Formulaire Social BTP commenté Chap. 03/1 : Élaborer les règles de discipline dans l entreprise N o 03/1-060 Note de service sur la rémunération des temps de trajet Vous gérez

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Disparition des tarifs réglementés de vente pour : - les clients ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité - les clients non

Disparition des tarifs réglementés de vente pour : - les clients ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité - les clients non Disparition des tarifs réglementés de vente pour : - les clients ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité - les clients non domestiques ayant une consommation supérieure à 30 000

Plus en détail

Accessibilité du cabinet infirmier aux personnes handicapées

Accessibilité du cabinet infirmier aux personnes handicapées Métier 6 Accessibilité du cabinet infirmier aux personnes handicapées La loi n 2005-102 du 11 février 2005 «pour l'égalité des droits, des chances, la participation à la citoyenneté des personnes handicapées»

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT COMPÉTITIVITÉ ET EMPLOI (CICE) : BÉNÉFICIEZ D UN AVANTAGE EN TRÉSORERIE! BDO vous accompagne pour préfinancer votre CICE.

CRÉDIT D IMPÔT COMPÉTITIVITÉ ET EMPLOI (CICE) : BÉNÉFICIEZ D UN AVANTAGE EN TRÉSORERIE! BDO vous accompagne pour préfinancer votre CICE. CRÉDIT D IMPÔT COMPÉTITIVITÉ ET EMPLOI (CICE) : BÉNÉFICIEZ D UN AVANTAGE EN TRÉSORERIE! BDO vous accompagne pour préfinancer votre CICE. Tout ce que vous devez savoir sur le CICE et sur son dispositif

Plus en détail

Syndicat National de Banque et du crédit. sécurisation de l'emploi. Mobilités interne et externe

Syndicat National de Banque et du crédit. sécurisation de l'emploi. Mobilités interne et externe Syndicat National de Banque et du crédit sécurisation de l'emploi Mobilités interne et externe fiche technique 2 ANI du 11 Janvier 2013 Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 Journal Officiel du 16 Juin 2013 Des

Plus en détail

SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE ANNEE 2013

SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE ANNEE 2013 SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE ANNEE 2013 1 1. PRESENTATION DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ET EVOLUTION DE SON MODE DE GESTION

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation DELEGATION DE SERVICE PUBLIC Mairie de Baillargues Service de la Commande Publique Place du 14 Juillet B.P. 81 34671 Baillargues Tél: 04.67.87.81.81 DELEGATION DU SERVICE PUBLIC DE LA FOURRIERE AUTOMOBILE

Plus en détail

SOUS- TRAITANCE T TRAVAIL LLEGAL ANS E BTP. Que dit le droit? La charte du BTP DILTI

SOUS- TRAITANCE T TRAVAIL LLEGAL ANS E BTP. Que dit le droit? La charte du BTP DILTI SOUS- TRAITANCE T TRAVAIL LLEGAL ANS E BTP Que dit le droit? La charte du BTP Entrepreneurs Pourquoi et comment renforcer la sécurité juridique de vos contrats de soustraitance DILTI MAÎTRE D OUVRAGE Vous

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 16 MARS 2007 RELATIF

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

L Actualité du Club Social +

L Actualité du Club Social + L Actualité du Club Social + S O M M A I R E : Réforme des retraites N 1 3 La Gazette Sociale de Mont Saint Aignan 2 D E C E M B R E 2 0 1 0 L O I N 2 0 1 0-1 3 3 0 D U 9 N O V E M B R E 2 0 1 0 P O R

Plus en détail

Devenir Assistant maternel

Devenir Assistant maternel Pôle Interdirectionnel Solidarité et Famille Direction Enfance Famille et Insertion Service Protection Maternelle et Infantile Devenir Assistant maternel En choisissant d être assistant maternel, vous

Plus en détail

FICHE THEMATIQUE. n 1 LE COORDONNATEUR SPS 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR SPS

FICHE THEMATIQUE. n 1 LE COORDONNATEUR SPS 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR SPS FICHE THEMATIQUE n 1 LE COORDONNATEUR 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR 1.1. Dans quels cas le recours à un coordonnateur est il obligatoire? 1.1.1. Les dispenses de coordonnateur

Plus en détail

FICHE N 14 Règles et bonnes pratiques de la sous-traitance dans les marchés publics

FICHE N 14 Règles et bonnes pratiques de la sous-traitance dans les marchés publics FICHE N 14 Règles et bonnes pratiques de la sous-traitance dans les marchés publics I. QU EST-CE QUE LA SOUS-TRAITANCE? 1.- Définition : la loi du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance L article

Plus en détail

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Dates Les différentes étapes de l ANI et de la réécriture de l article L. 912-1 du code de la sécurité sociale 9 et 10 juillet 2012 Grande conférence

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE

PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE Annexe Conv GDXX/15 PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE Entre, La Communauté d Agglomération du Grand Dole Dont le siège est fixé Place de L Europe 39100 DOLE Représentée par son Président

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 PARIS, le 15/02/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 OBJET : Bonus exceptionnel d'un montant maximum de 1.000 euros L'article 17 de la loi

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUILLET 2013 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DES AGENTS

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX VILLE DE GARDANNE DIRECTION DES SERVICES TECHNIQUES SERVICE Marché ENTRETIEN, AMENAGEMENT ET REPARATION DU RESEAU TELEPHONIE ET INFORMATIQUE DES BATIMENTS Date et heure limites

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 25 JUILLET 2014 DELIBERATION N CR-14/06.430 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et des

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

COMPTE EPARGNE TEMPS

COMPTE EPARGNE TEMPS CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE Maison des Communes 65, Rue Kepler B.P.239 85006 LA ROCHE-SUR-YON - CEDEX - : 02.51.44.50.60 : 02.51.37.00.66 : www.cdg85.fr : maison.des.communes@cdg85.fr

Plus en détail

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF)

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF) Généralités : Le compte personnel de formation (CPF) est applicable depuis le 1er janvier 2015. Créé par la loi n du 5 mars 2014 sur la réforme de la formation professionnelle, il permet aux salariés et

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX

AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX I. POUVOIR ADJUDICATEUR I.1 Identification Commune de Saint Paul BP 44 97 861 Saint Paul Cedex Contact : Pôle Aménagement

Plus en détail

AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION

AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION Ce document est fourni à titre indicatif et doit être soumis à votre conseiller juridique habituel qui le complètera de toutes les spécificités propres à votre

Plus en détail

CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA

CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA 2 ENTRE, - Le Centre de gestion de la Fonction Publique

Plus en détail