NATURE DU PROBLÈME (1) NATURE DU PROBLÈME (2) NATURE DU PROBLÈME (3) LA LOMBALGIE : Compilation diverses études internationales: EVOLUTION NATURELLE:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NATURE DU PROBLÈME (1) NATURE DU PROBLÈME (2) NATURE DU PROBLÈME (3) LA LOMBALGIE : Compilation diverses études internationales: EVOLUTION NATURELLE:"

Transcription

1 Comment devenir un lombalgique chronique? Dr Pierre de Goumoëns Médecin associé, Unité Rachis, CHUV, Lausanne NATURE DU PROBLÈME (1) LA LOMBALGIE : Compilation diverses études internationales: prévalence ponctuelle: 15-30% mensuelle: 19-43% générale : 60-70% Statistiques suédoises, 1996: ans: 5% ans: 11-12% lombalgies chroniques ans: 9-11% 2 NATURE DU PROBLÈME (2) SCIATIQUE (SYNDROME RADICULAIRE VRAI) ENVIRON 5% DE TOUTES LES DOULEURS RACHIDIENNES (Waddell, 1998) SUR CES 5%, 1-4% ENVIRON SONT CHIRURGICALES (Nachemson, Waddell, 2000) La lombalgie et un problème de santé fréquent mais la sciatique chirurgicale au sens strict est très rare 3 NATURE DU PROBLÈME (3) EVOLUTION NATURELLE: 1er épisode aigu (</= 4 semaines): A 14 semaines: 80% reprise activité antérieure 68% perte fonctionnelle rachidienne persistante (rachimétrie) 70% récidives (réf. 45) Ferguson SA. Marras WS. Gupta P. Longitudinal quantitative measures of the natural course of low back pain recovery. Spine. 25(15):1950-6, 2000 Aug 1(prospective, suivi de 28 semaines, 32 patients, symptomato. prof. /non-prof.) 4 Dans la majorité des cas, la symptomatologie s amende en moins de 4 semaines. Ceci se reflète dans la durée d absence du travail pour cause de lombalgie 5

2 NATURE DU PROBLÈME (4) LA LOMBALGIE EST UN SYMPTOME ET NON UNE MALADIE C EST UNE INCAPACITÉ 6 DÉFINITIONS (1) AIGUËS : < 4 SEMAINES SUBAIGUËS: 4 à 12 SEMAINES CHRONIQUES : > 12 SEMAINES Abenhaim et al, Paris TaskForce, Spine 25 (4), 1S- 7 DÉFINITIONS (2) NON SPÉCIFIQUES: origine impossible à définir avec certitude» musculo-ligamentaire?» discale?» ostéoarticulaire? 8 DÉFINITIONS (3) LOMBALGIES SPÉCIFIQUES: inflammatoires ~ 1% infectieuses ~ 1% traumatologiques tumorales ~ 1% métaboliques (malformatives) 9 LOMBALGIES SPECIFIQUES : RED FLAGS (signes d alerte) CORRELATION LÉSIONS STRUCTURELLES ET SYMPTOMATOLOGIE < 20 ans - > 50 ans AP de néoplasie poids inexpliquée significatif douleur progressive pas de modification au repos douleur nocturne périodique en decubitus dorsal raideur matinale > 60 toxicomanie i/v corticothérapie au long cours infection urinaire infection cutanée DEGÉNÉRESCENCE DISCALE MODÉRÉMENT POSITIVE MALADIE DE SCHEUERMANN PEU CLAIRE SPONDYLOSE NÉGATIVE SPONDYLOLYSE ET SPONDYLOLISTHÉSIS NÉGATIVE SPINA BIFIDA NÉGATIVE ANOMALIE TRANSITIONNELLE NÉGATIVE Nachemson A L, Jonsson E Neck and back pain. The scientific evidence of causes, diagnosis and treatment. Tab 9.7 Lippincott Williams & Wilkins 2000 Le tableau illustre le manque de corrélation entre les trouvailles radiologiques et la symptomatologie 5

3 Table 4. Ability of different techniques to identify and define pathology TECHNIQUE IDENTIFY PHYSIOLOGIC DEFINE ANATOMIC INSULT DEFECT HISTORY + + PHYSICAL EXAMINATION: CIRCUMFERENCE MEASUREMENTS + + REFLEXES STRAIGHT LEG RAISING (SLR) ++ + CROSSED SLR MOTOR SENSORY LABORATORY STUDIES: (ESR, CBC, UA) ++ 0 BONE SCAN[1] EMG/SEP X-RAY[1] 0 + CT[1] [2] MRI [2] MYELO-CT[1] [2] MYELOGRAPHY[1] [2] FACTEURS DE RISQUES (1) LOMBALGIE AIGUË POSTURES STATIQUES,, EN TORSION, INCLINAISON, ROTATION OU EXTENSION-FLEXION DU TRONC, ASSIS, DEBOUT ET/OU PIÉTINEMENT BIPODAL. MOUVEMENTS,, AVEC OU SANS CHARGE, RÉPÉTITIFS, R EN TORSION, INCLINAISON, ROTATION OU EXTENSION- FLEXION DU TRONC VIBRATIONS DE 5HZ (VHC AUTOMOBILE) CHARGES ACTIVITÉS MONOTONES 12 RENDEMENT IMPOSÉ (TRAVAIL À LA CHAÎNE) 14 Capacité d identification et de définition des pathologies par les différentes techniques à disposition POIDS QUI PEUVENT ÊTRE RAISONNABLEMENT LEVÉS, OCCASIONNELLEMENT, SANS TECHNIQUE DE LEVAGE PARTICULIÈRE ÂGE FACTEURS DE RISQUES (2) LOMBALGIE AIGUË > 50 HOMMES (KG) FEMMES (KG) FACTEURS DE RISQUES DE CHRONICISATION (Rev Rhum 1998, 65 (3bis), 1S - 92S ) Somatiques PSYCHOLOGIQUES FAMILIAUX Professionnels biomécaniques PROFESSIONNELS PSYCHOSOCIAUX non déterminants déterminants déterminants non déterminants déterminants Suva (CNA) SBA 132, chap.10 (reprises par l OFIAMT en 1995 (Commentaires des Ordonnances relatives à la loi sur le travail) 16 YELLOW FLAGS É L É MENTS EXT É RIEURS ET NON BIOLOGIQUES INTERVENANT DANS L É VOLUTION D UN PROCESSUS DOULOUREUX DE L APPAREIL LOCO-MOTEUR: STRESS INSATISFACTION CRAINTE CONVICTIONS PERSONNELLES CONFLITS ASS É CUROLOGIQUES CAN (= Child Abuse and Neglect)MALTRAITANCE INFANTILE), ETC (51 ITEMS) YELLOW FLAGS (psychosocial risk factors) évaluation clinique rapide par mise en évidence: certitude de la gravité de la lombalgie comportement d esquive diminution du niveau d activité tendance dépressive et retrait social confiance en traitement passifs et défiance vis-à-vis de la kinésithérapie New Zealand Guide 1997 Accident Rehabilitation & Compensation Insurance Corporation of New Zealand and the National Health Comitee, Wellington, New Zealand

4 DÉTRESSE PSYCHOLOGIQUE LOMBALGIES : - Ø TROUBLES DE LA PERSONNALITÉ - Ø TROUBLES PSYCHOLOGIQUES - Ø SIMULATION STRESS VS DÉTRESSE BIO-PSYCHO-SOCIAL = CONCEPT HOLISTIQUE DU PROBLÈME AU SENS DE LA CIF 10 ICF International Classification of Functioning, Disability and Health MODÈLE BIO-PSYCHO-SOCIAL MODÈLE DYNAMIQUE IMPORTANCE DES ENGRAMMES SOUVENT PRÉCOCES DÉVELOPPENT MAINTIENNENT APPRENTISSAGE MODIFICATIONS DU COMPORTEMENT MODIFICA- TIONS PHYSIOLOGIQUES Engramme : Trace laissée en mémoire, par tout événement, 21 dans le fonctionnement bioélectrique du cerveau. MODÈLE BIO-PSYCHO-SOCIAL crainte du mouvement/de récidive niveau d activité comportement d esquive précaution gestuelle déconditionnement douleur chronique incapacité invalidité NOTION DE CRISE RUPTURE ÉQUILIBRE INSTABLE NOTION DE RÉSILIENCE FACTEURS PROFESSIONNELS FACTEURS FAMILIAUX FACTEURS SOCIAUX 22 CROYANCES/VÉCU («BELIEFS») Ø RELATION LINÉAIRE AVEC DOULEUR ENTRAÎNE COMPORTEMENT D ESQUIVE («FEAR AVOIDANCE» «ÉVITANT VS CONFRONTANT») qui renforce la douleur qui renforce les convictions IMPORTANCE DU LIEU DE CONTRÔLE EXTERNE INTERNE 23 INTERACTIONS SOCIALES CULTURELLES SOCIO-ÉCONOMIQUES SOCIALISATION ÉTAYAGE SOCIAL IMPACT FAMILIAL DE L ATTEINTE RÔLE DE MALADE DROITS DEVOIRS DU PATIENT ÉTAYAGE PROFESSIONNEL 24 7

5 Sur le plan social: La douleur qui persiste: Pousse le patient à restreindre ses activités. Limite ou suspend l engagement social et professionnel. Ce qui peut entraîner: une perte de l identité, un retrait social, une régression, une passivité marquée. Par conséquent de la tristesse, de l anxiété, ou une symptomatologie dépressive. 25 Modèle global de gestion de la maladie Variables socioculturelles Symptômes physiques Variables sociales et relationnelles S Krenz, psychiatrie de liaison, CHUV Représentations Émotions Stratégies de coping Mécanismes de défense Mécanisme de Défense Stratégies de coping Temps Comportement Variables biologiques 26 Aspects associés à la situation sociale du patient: Précarité socio-économique Paupérisme Chômage Accessibilité aux systèmes de soins Solidarité vis à vis des plus démunis Environnement socio-culturel Facteurs exogènes de stress Approche de type intégrative Environnement social Comportement malade Détresse psychologique Attitudes et croyances Douleur 27 Modèle de Waddel et al NOUVEAU PARADIGME Concept de l «Abnormal Illness Behaviour» Correspond au langage corporel inconscient du sujet ne se sentant pas compris par les différents intervenants de son problème. N est en aucun cas une forme de simulation. Représente probablement une forme de trouble de conversion (au sens de la ICD-CIM10) In fine, peut-être un trouble de la relation médecinmalade SIGNES COMPORTEMENTAUX Discriminants stéréotypés atteinte structurelle vs non structurelle Orientent la thérapie Evoluent parallèlement aux tests psychométriques ou à l état du patient Représentatifs de la relation entre l individu et le système de santé

6 CAUSES DE LA LOMBALGIE PERTE DE LA CONDITION PHYSIQUE + ACTIVITÉS PEU ERGONOMIQUES + STRESS (PSYCHIQUE & PHYSIQUE) LE CONCEPT RFR : rééducation fonctionnelle du rachis MOBILITÉ ENDURANCE COORDINATION CONDITION PHYSIQUE 31 VITESSE FORCE LE CONCEPT RFR : COMMENT DEVENIR UN LOMBALGIQUE CHRONIQUE (Réeducation fonctionnelle du rachis) POURQUOI L UNITÉ RACHIS? Chang-Yu J. Hsieh, Alan H. Adams et al Effectiveness of Four Conservative Treatments for Subacute Low Back Pain A Randomized Clinical Trial SPINE 2002;27: : back school = acupuncture ou médecine manuelle ou acupuncturemédecine manuelle dans atteintes sub-aiguës Naoto Sato, Shinichi Kikuchi et al Quantifying the Stress Induced by Distress in Patients With Lumbar Disc Herniation in Terms of Natural Killer Cell Activity Measurements: Chromium Release Assay Versus Multiparameter Flow Cytometric Assay SPINE 2002; 27(19): importance de la détresse psychologique. Kermit G. Davis, William S. Marras et al The Impact of Mental Processing and Pacing on Spine Loading: 2002 Volvo Award in Biomechanics SPINE 2002; 27(23): stress mental augmente la charge spinale tridimensionnelle Melinda C. Cairns, Nadine E. Foster et al Level of Distress in a Recurrent Low Back Pain Population Referred for Physical Therapy SPINE 2003; 28(9): % des LBP envoyés en physiothérapie montrent un niveau de détresse psychologique significatif POURQUOI L UNITÉ RACHIS? A. F. Mannion, M. Müntener et al Comparison of three active therapies for chronic low back pain: results of a randomized clinical trial with one-year follow-up RHEUMATOLOGY : : Importance des activités d endurance Tamar Pincus, A. Kim Burton et al A Systematic Review of Psychological Factors as Predictors of Chronicity / Disability in Prospective Cohorts of Low Back Pain SPINE 2002;27:E109-E120 : Rôle du vécu psychologique (détresse) Heikki M. Hemmilä, Quality of Life and Cost of Care of Back Pain Patients in Finnish General Practice. SPINE 2002;27: importance de l accompagnement proche du patient. Jan S. Skouen, MD, PhD*; Astrid L. Grasdal et al Relative Cost-Effectiveness of Extensive and Light Multidisciplinary Treatment Programs Versus Treatment as Usual for Patients With Chronic Low Back Pain on Long-Term Sick Leave SPINE 2002;27: : importance de la multidisciplinarité. LE CONCEPT RFR (Réeducation fonctionnelle du rachis) NO 8, DÉCEMBRE 2002: RECHERCHE JUSQU À 0CTOBRE 2001 LOMBALGIES ET SCIATIQUES CHRONIQUES EFFICACITÉ INCONNUE: ANTIDÉPRESSEURS, MYORELAXANTS STÉROÏDES ÉPIDURAUX BIOFEEDBACK ÉLECTROMYOGRAPHIQUE ORTHÈSES LOMBAIRES MEDECINE MANUELLE TENS, ACUPUNCTURE INEFFICACES, VOIRE NUISIBLES: INFILTRATIONS FACETTAIRES TRACTIONS

7 LE CONCEPT RFR (Réeducation fonctionnelle du rachis) NO 8, DÉCEMBRE 2002: RECHERCHE JUSQU À 0CTOBRE 2001 LOMBALGIES ET SCIATIQUES CHRONIQUES BÉNÉFIQUES EXERCICE TTT INTENSIF MULTIDISCIPLINAIRE PROBABLEMENT BÉNÉFIQUES ANALGÉSIQUES, AINS INFILTRATIONS TRIGGER POINTS ET LIG. INTERÉPINEUX ÉCOLE DU DOS DANS CADRE PROFESSIONNEL TTT COGNITIVO-COMPORTEMENTAL MASSAGES...! 156 patients EVOLUTION à 1 AN (PATIENTS ACTIFS OU INACTIFS AU DÉPART) j0 actifs à J0 N=81 inactifs à J0 N=75 j360 actifs N = 66 81% actifs N= 25 33% inactifs N= 15 19% inactifs N= 50 67% FACTEUR Actif à J0 Eval. subj. PATIENTS ACTIFS À J360 FACTEURS DÉTERMINANTS ODDS RATIO (COTE) 7.6 P << Intervalle de confiance à 95% < RÉGRESSION LOGISTIQUE MULTIVARIÉE CONCLUSIONS I IMPORTANCE SUR LA REPRISE PROFESSION- NELLE : DES ASPECTS PSYCHOSOCIAUX DE LA DURÉE DE LA DOULEUR LOMBAIRE DU TAUX D ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE EN DÉBUT D OBSERVATION DU DEGRÉ DE SATISFACTION DU PATIENT VIS-À-VIS DU TRAITEMENT CONCLUSIONS II INFLUENCE SUR LA REPRISE PROFESSIONNELLE DE L INFORMATION (Cf R Buchbinder, Population based intervention to change back belief: three year follow up population survey, BMJ fév , p 321) DES FACTEURS CULTURELS (COMPRÉHENSION DE LA LANGUE) DES CHARGES PROFESSIONNELLES (TRAVAUX LOURDS ET SOUS QUALIFIÉS RÉSERVÉS AUX ÉTRANGERS) Conclusion - synthèse: Pour comprendre les lombalgies et prévenir leur chronicisation, il faut: Adopter une logique de la complexité. Renoncer au réductionnisme biomédical. Valoriser les ressources thérapeutiques. Comprendre la constellation unique et particulière de la souffrance du patient.: aménager une relation thérapeutique de qualité = réceptivité et empathie

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

La lombalgie du sujet jeune. Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges

La lombalgie du sujet jeune. Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges La lombalgie du sujet jeune Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges Pré-test 1- quel(s) symptôme(s) vous font suspecter une lombalgie symptomatique? a- douleur importante b- perte de

Plus en détail

Qu avez-vous appris pendant cet exposé?

Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Karl VINCENT, DC IFEC 2010 Diplôme Universitaire de Méthodes en Recherche Clinique Institut de Santé Publique d Epidémiologie et de développement ISPED Bordeaux

Plus en détail

Pr Philippe Mairiaux Santé au travail et Education pour la santé Université de Liège

Pr Philippe Mairiaux Santé au travail et Education pour la santé Université de Liège Pr Philippe Mairiaux Santé au travail et Education pour la santé Université de Liège 6 e congrès UOAD, Ciney, 19 mars 2011 Comment éviter les incapacités de longue durée? Des métiers à risque? Les facteurs

Plus en détail

Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue" Xavier Dufour" Gilles Barette "

Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue Xavier Dufour Gilles Barette Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue" Xavier Dufour" Gilles Barette " Définition" # Société Française de Rhumatologie! # Douleur allant de la charnière dorsolombaire au bassin pouvant irradier jusqu$au

Plus en détail

80 % 20 % 40 % 60 % 25 % Les plus lourds ont le moins d arthrose ou de discopathie!

80 % 20 % 40 % 60 % 25 % Les plus lourds ont le moins d arthrose ou de discopathie! http://prodige.hug-ge.ch/ Définition : Syndrome lombo-vertébral +/- irradiation dans le(s) membre(s) inférieur(s) Persistant depuis «un certain temps» ou récurrent Dr Stéphane Genevay Consultation du rachis

Plus en détail

ANALYSE CRITIQUE DES CONCEPTS DES ECOLES DU DOS: QUELLES SONT LES LIMITES? QUELLES SONT LES ALTERNATIVES?

ANALYSE CRITIQUE DES CONCEPTS DES ECOLES DU DOS: QUELLES SONT LES LIMITES? QUELLES SONT LES ALTERNATIVES? ANALYSE CRITIQUE DES CONCEPTS DES ECOLES DU DOS: QUELLES SONT LES LIMITES? QUELLES SONT LES ALTERNATIVES? M. VANDERTHOMMEN, C. DEMOULIN et J.M. CRIELAARD Département des Sciences de la motricité, CHU,

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

Outils d évaluation : Questionnaire sur la douleur et les activités

Outils d évaluation : Questionnaire sur la douleur et les activités L insatisfaction au travail (Bigos, Battie et coll., 1991; Papageorgiou, Macfarlane et coll., 1997; Thomas, Silman et coll., 1999; Linton, 2001), les comportements d évitement / de peur et les réactions

Plus en détail

Approche de reconstruction des capacités de travail Expérience au Québec. Marie-José Durand, PhD

Approche de reconstruction des capacités de travail Expérience au Québec. Marie-José Durand, PhD Approche de reconstruction des capacités de travail Expérience au Québec Marie-José Durand, PhD Quebec task force (Spitzer & al., 1987) Modèle de Sherbrooke 1991-1995 Appliquer les recommendations du Quebec

Plus en détail

Réflexions sur l intérêt d une prise en charge de type école du dos

Réflexions sur l intérêt d une prise en charge de type école du dos Réflexions sur l intérêt d une prise en charge de type école du dos et après si ça devient chronique? E_Pendeville Cliniques Universitaires Saint luc Crédo : mal de dos handicap Kinésiophobie reclassement

Plus en détail

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Hôpital Cochin Samedi 1 er avril 2006 Forum Saint Jacques La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Dr Jean-Baptiste Fassier 1,2 Centre d Etude et

Plus en détail

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Pierre MARY Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l enfant Pr G. Filipe Hôpital d enfants A. Trousseau 100 enfants lombalgiques 1/3 =

Plus en détail

Comment intégrer les données de la littérature scientifique en pratique courante?

Comment intégrer les données de la littérature scientifique en pratique courante? Comment intégrer les données de la littérature scientifique en pratique courante? Présentation Karl VINCENT, DC IFEC 2010 Diplôme Universitaire de Méthodes en Recherche Clinique Institut de Santé Publique

Plus en détail

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat rappeler l examen clinique du rachis Reconnaître les signes d alertes(red flags) Distinguer la lombalgie commune d une lombalgie

Plus en détail

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES?

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? Marc Marty MD Service rhumatologie Hôpital H Mondor 94 000 Créteil France Section

Plus en détail

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques France MARCHAND Nagi MIMASSI Psychologue clinicienne stagiaire doctorante Praticien hospitalier Consultation des douleurs chroniques

Plus en détail

49 e CONGRES DE L A.M.U.B.

49 e CONGRES DE L A.M.U.B. 49 e CONGRES DE L A.M.U.B. ALGORITHME THÉRAPEUTIQUE DE LA LOMBALGIE Dr. T.S. ILLÉS Chirurgien orthopédiste Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologie C.H.U. Brugmann Session Osteo Articulaire Modérateurs

Plus en détail

La lombalgie et les évaluations cliniques. Jérôme Pauls, PT CHL-Clinique d Eich

La lombalgie et les évaluations cliniques. Jérôme Pauls, PT CHL-Clinique d Eich La lombalgie et les évaluations cliniques Jérôme Pauls, PT CHL-Clinique d Eich Introduction Anamnèse Bilan clinique Traitement SOUS-GROUPES Nombreuses études démontrent: Effets trait > si Classification

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

RACHIALGIES : DOULEURS DU RACHIS : POURQUOI L ACTIVITÉ EST-ELLE THÉRAPEUTIQUE?

RACHIALGIES : DOULEURS DU RACHIS : POURQUOI L ACTIVITÉ EST-ELLE THÉRAPEUTIQUE? RACHIALGIES : DOULEURS DU RACHIS : POURQUOI L ACTIVITÉ EST-ELLE THÉRAPEUTIQUE? Dr S. Genevay, CC Responsable Consultation multidisciplinaire du dos Service de rhumatologie EBM 1 Garder l activité = règle

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE GENERALITES Douleur chronique = douleur qui évolue depuis plus de 6 Mois. Douleur «maladie» qui évolue par elle même Douleur «traumatisme»:

Plus en détail

L usage du questionnaire ÖMPQ afin de réduire le risque d invalidité prolongée chez les travailleurs blessés

L usage du questionnaire ÖMPQ afin de réduire le risque d invalidité prolongée chez les travailleurs blessés L usage du questionnaire ÖMPQ afin de réduire le risque d invalidité prolongée chez les travailleurs blessés International Forum on Disability Management Section de la santé mentale Le 21 septembre 2010

Plus en détail

Le bilan diagnostique Kinésithérapique

Le bilan diagnostique Kinésithérapique Le bilan diagnostique Kinésithérapique «La kinésithérapie prévient, réduit, restaure ou compense les mouvements pathologiques au niveau des déficiences, des limitations fonctionnelles, incapacités et des

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005

PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005 PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005 Service ALD et accords conventionnels - 1 - SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES I. INTRODUCTION Les lombalgies

Plus en détail

23/10/2012. Enoncé. Enoncé

23/10/2012. Enoncé. Enoncé Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Cas clinique ED MT4/7.2 Items 49-50-51-53 Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs

Plus en détail

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine in ONE DAY Blocs facettaires Péridurales Lombaires Cervicales

Plus en détail

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Objectifs 1. Définition des risques psychosociaux 2. La prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique

Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique Françoise LAROCHE Centre Evaluation et Traitement de la Douleur Hôpital Saint-Antoine Paris 43 Rationnel dans la douleur chronique nécessité

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Dr Patrick KALFON Dr F. Zonens-Hirszowski PR B.Laurent DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014

Dr Patrick KALFON Dr F. Zonens-Hirszowski PR B.Laurent DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014 Dr Patrick KALFON Dr F. Zonens-Hirszowski PR B.Laurent DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014 Sommaire Généralités Définitions Épidémiologie qqs chiffres Rappel anatomique Physiopathologie Facteurs

Plus en détail

7. MOYENS NON MÉDICAMENTEUX

7. MOYENS NON MÉDICAMENTEUX 7. Divers moyens physiques et psychologiques peuvent induire un effet analgésique. Certains peuvent être facilement appliqués par un infirmier. Leur indication ne doit pas pour autant faire dispenser le

Plus en détail

Scoliose lombaire dégénérative et déformations adultes: Balance spino-pelvienne, le normal et le pathologique

Scoliose lombaire dégénérative et déformations adultes: Balance spino-pelvienne, le normal et le pathologique Faculté de Médecine PARIS V- René Descartes Centre Hospitalier SAINTE-ANNE Scoliose lombaire dégénérative et déformations adultes: Balance spino-pelvienne, le normal et le pathologique G. Abi Lahoud M.D.,

Plus en détail

L'évaluation du patient lombalgique

L'évaluation du patient lombalgique p r o j e t Module Clinique des Lombalgies Interdisciplinaire en Première ligne 1 L'évaluation du patient lombalgique Les principes de prise en charge du module 1 «Évaluation» 1.1 Sur le type de lombalgie.

Plus en détail

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES Le mal de dos OBJECTIFS Connaître les différentes pathologies liées aux accidents dorso-lombaires Déterminer les facteurs de risques Identifier et appliquer les techniques

Plus en détail

Mais où est donc passée l équipe mobile?

Mais où est donc passée l équipe mobile? 12e journée genevoise d addictologie 26 septembre 2013 Mais où est donc passée l équipe mobile? Dr Stéphane Morandi Unité de psychiatrie mobile Service de psychiatrie communautaire D OU VIENT-ELLE? Contexte

Plus en détail

Les stratégies d intervention face à la douleur chronique en réadaptation: Quoi de neuf?

Les stratégies d intervention face à la douleur chronique en réadaptation: Quoi de neuf? Les stratégies d intervention face à la douleur chronique en réadaptation: Quoi de neuf? Yannick Tousignant-Laflamme, pht, Ph.D Le 24 novembre 2010 Objectifs spécifiques À la fin de cette activité de formation,

Plus en détail

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet!

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet! FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP 2015 DU Page 1 sur 14 Avant toute chose, rappelez ici : 1 - Le titre principal (anciennement titre long) de votre projet [90 caractères] Lombalgies

Plus en détail

Lombalgies et Sciatiques - La prise en charge médicale

Lombalgies et Sciatiques - La prise en charge médicale 4 ème Rencontre Médico-Chirurgicale LE RACHIS Lombalgies et Sciatiques - La prise en charge médicale S.A. Amouzougan, Rhumatologue CHU de St Etienne & Hôpital Emile Roux, Le puy Quelques rappels anatomiques

Plus en détail

CAS CLINIQUE n 1. CAS CLINIQUE n 1 EXAMEN CLINIQUE. CAS CLINIQUE n 1 ANAMNESE 22/06/2011

CAS CLINIQUE n 1. CAS CLINIQUE n 1 EXAMEN CLINIQUE. CAS CLINIQUE n 1 ANAMNESE 22/06/2011 T. Sacroug L. Brulhart D. Nguyen Lombalgie, syndrome radiculaire: quelle imagerie pour qui et à quel moment? Patient de 67 ans En vacances à Genève, retour à Moscou prévu 15 jours après notre 1 ère consultation.

Plus en détail

La Pubalgie du Sportif Stratégie Thérapeutique

La Pubalgie du Sportif Stratégie Thérapeutique La Pubalgie du Sportif Stratégie Thérapeutique Marc Bouvard 6 avril 2010 une seule pathologie s exprimant par un syndrome douloureux fréquemment récurrent du carrefour pubien, lié à l effort sportif (Durey

Plus en détail

23/10/2012. Mme B. 72 ans, vient vous voir en consultation pour une gonalgie droite.

23/10/2012. Mme B. 72 ans, vient vous voir en consultation pour une gonalgie droite. Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Cas clinique ED MT4/7.2 Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs Christian Hérisson

Plus en détail

La souffrance totale des personnes en fin de vie.

La souffrance totale des personnes en fin de vie. LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale En Soins Palliatifs, on parle de souffrance totale, «total pain», c'est-à-dire qu il s agit d une approche globale de

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

Une approche médicale naturelle

Une approche médicale naturelle Publications des chiropraticiens suisses: La chiropratique - une approche médicale naturelle La chiropratique et la hernie discale La chiropratique et la sciatique La chiropratique et le mal de tête La

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

Predisposing factors of burn out among Parisian General Practitioners Trainees. A longitudinal study

Predisposing factors of burn out among Parisian General Practitioners Trainees. A longitudinal study Predisposing factors of burn out among Parisian General Practitioners Trainees. A longitudinal study Pr Eric GALAM ; Dr Camille VAULOUP-SOUPAULT EAPH Barcelona April 21th, 2015 egalam@hotmail.com 1 Burn

Plus en détail

TMS les données belges relatives à la lombalgie

TMS les données belges relatives à la lombalgie TMS les données belges relatives à la lombalgie Pr Philippe Mairiaux Université de Liège «Comment prévenir les TMS?», Bruxelles, 22 octobre 2007 Epidémiologie de la lombalgie en population générale (Inserm

Plus en détail

Troubles somatoformes et douleur. Dr Cailliez Patricia Service de psychiatrie du Pr Hardy CHU du Kremlin-Bicêtre

Troubles somatoformes et douleur. Dr Cailliez Patricia Service de psychiatrie du Pr Hardy CHU du Kremlin-Bicêtre Troubles somatoformes et douleur Dr Cailliez Patricia Service de psychiatrie du Pr Hardy CHU du Kremlin-Bicêtre Plan Définitions et généralités sur les troubles somatoformes Place de la douleur dans les

Plus en détail

THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DOCTEUR EN MEDECINE

THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DOCTEUR EN MEDECINE UNIVERSITE PARIS-EST CRETEIL VAL DE MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ANNEE 2013 N 1053 THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Rhumatologie ------------

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE DIAGNOSTIC ET DE TRAITEMENT DES LOMBALGIES

LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE DIAGNOSTIC ET DE TRAITEMENT DES LOMBALGIES LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE DIAGNOSTIC ET DE TRAITEMENT DES LOMBALGIES Document préparé pour la Commission de la santé, de la sécurité et de l indemnisation des accidents au travail du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE La Marche dans les Affections Neurologiques gq Centrales S Injeyan JL Isambert Y Bebin S Le Doze M Cano P Fages W Loisel La Marche Fonction complexe Organisée hiérarchiquement au niveau spinal Contrôlée

Plus en détail

Dr Christophe Pasche Médecin agréé PMU Médecin du trafic SSML Président du CREACA

Dr Christophe Pasche Médecin agréé PMU Médecin du trafic SSML Président du CREACA Dr Christophe Pasche Médecin agréé PMU Médecin du trafic SSML Président du CREACA Drapeaux rouges Troubles visuels Troubles cognitifs Épilepsie Diabète Médicaments Troubles moteurs/sensitifs Dépendances

Plus en détail

Faits sur la chiropratique Efficacité, coûts des soins, satisfaction des patients

Faits sur la chiropratique Efficacité, coûts des soins, satisfaction des patients Faits sur la chiropratique Efficacité, coûts des soins, satisfaction des patients Quelle est l efficacité des traitements chiropratiques. Sont-ils onéreux? Dans ces dernières décennies, une grande quantité

Plus en détail

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão LES PSYCHOTHÉRAPIES Filipe Galvão PLAN Introduction / définitions Psychothérapie de soutien Thérapies comportementales et cognitives Psychanalyse Hypnose Thérapies à médiation corporelle Thérapies collectives

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

Le concept Mulligan Preuves cliniques et formation

Le concept Mulligan Preuves cliniques et formation Le concept Mulligan Preuves cliniques et formation CLAUS BEYERLEIN En Allemagne, et plus généralement en Europe, de plus en plus de thérapeutes apprécient le concept Mulligan comme complément de leurs

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE Dr Jean-Marc SENE médecin du sport praticien-attaché au CHU Pitié-Salpétrière INTRODUCTION Indication Évaluation initiale

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie 4 Item 53 Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie et l orthophonie Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Argumenter les principes d'utilisation

Plus en détail

Traumatismes du rachis. Module «médecine préparation physique et opérationnelle» Année 2014-2015

Traumatismes du rachis. Module «médecine préparation physique et opérationnelle» Année 2014-2015 Traumatismes du rachis Module «médecine préparation physique et opérationnelle» Année 2014-2015 Plan Epidémiologie - physiopathologie Rachis cervical supérieur Rachis cervical inférieur Rachis thoracolombaire

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Les lombalgies : Un aperçu Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Cas No 1: Homme, mécanicien, 52 ans, 3 ans de douleur stable, sans irradiation, pire en fin de journée, réponse

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Sara Vaillancourt, travailleuse sociale en oncologie CHU de Québec Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Cancer du sein - Mise à jour

Plus en détail

LA CHUTE DE LA PERSONNE AGEE. Vinciane PARDESSUS Hôpital gériatrique les Bateliers Service de médecine physique et de réadaptation CHRU Lille

LA CHUTE DE LA PERSONNE AGEE. Vinciane PARDESSUS Hôpital gériatrique les Bateliers Service de médecine physique et de réadaptation CHRU Lille LA CHUTE DE LA PERSONNE AGEE Vinciane PARDESSUS Hôpital gériatrique les Bateliers Service de médecine physique et de réadaptation CHRU Lille Signal d alarme : un événement à ne pas négliger Indicateur

Plus en détail

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire)

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire) Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés (Pr Ph. Meire) 1 Face aux malentendus et confusions, priorité à la clinique! Changement de personnalité ou de comportement = signal d alarme en gériatrie

Plus en détail

LE MAL AU DOS "mal du siècle" Christian BABY. Kinésithérapeute. Moniteur Cadre de Santé. Copyright, 1996 Dale Carnegie & Associates,

LE MAL AU DOS mal du siècle Christian BABY. Kinésithérapeute. Moniteur Cadre de Santé. Copyright, 1996 Dale Carnegie & Associates, LE MAL AU DOS "mal du siècle" Christian BABY Kinésithérapeute Moniteur Cadre de Santé Copyright, 1996 Dale Carnegie & Associates, Le mal de dos: le mal du siècle. Personne ou presque n'y échappe D'après:

Plus en détail

Dr. Laatiq M. Dr F. Zonens-Hirszowski DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014

Dr. Laatiq M. Dr F. Zonens-Hirszowski DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014 Dr. Laatiq M. Dr F. Zonens-Hirszowski DU douleur Pointe à Pitre 17-21 février 2014 Introduction La lombalgie se définit comme «une douleur lombosacrée médiane ou latéralisée avec possibilité d irradiation

Plus en détail

LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX comprendre pour agir. Docteur Patrick LÉGERON

LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX comprendre pour agir. Docteur Patrick LÉGERON LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX comprendre pour agir Docteur Patrick LÉGERON LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX 1 LA RÉALITÉ ET LES ENJEUX 2 LES MODÈLES THÉORIQUES 3 - LES DÉMARCHES DIAGNOSTIQUES 4 LES ACTIONS DE PRÉVENTION

Plus en détail

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie?

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? 6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? Sans doute NON car la chronicisation des symptômes n est pas vécue de façon identique selon que le malade a en lui les ressources nécessaires

Plus en détail

Prise en charge rééducative du sportif lombalgique. Luc Sénégas Décembre 05

Prise en charge rééducative du sportif lombalgique. Luc Sénégas Décembre 05 Prise en charge rééducative du sportif lombalgique Luc Sénégas Décembre 05 Les pathologies lombaires se développent le plus souvent chez les personnes non adaptées physiquement Actif Sédentaire Exemple

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Conflits d intérêt Pour la communication présentée: Bénéfice d un des auteurs par une firme : - Soit directement

Plus en détail

Démarche d évaluation médicale et histoire professionnelle

Démarche d évaluation médicale et histoire professionnelle révention Comment évaluer les troubles musculosquelettiques (TMS) reliés au travail? L histoire professionnelle est le meilleur outil pour dépister les TMS et les prévenir Ce questionnaire de dépistage

Plus en détail

Études et recherches. Dépistage précoce de l incapacité chronique liée aux lombalgies RAPPORT R-639. Élaboration et validation d un questionnaire

Études et recherches. Dépistage précoce de l incapacité chronique liée aux lombalgies RAPPORT R-639. Élaboration et validation d un questionnaire Réadaptation au travail Études et recherches RAPPORT R-639 Dépistage précoce de l incapacité chronique liée aux lombalgies Élaboration et validation d un questionnaire Manon Truchon Michel Rossignol Michel

Plus en détail

La psychologie médicale. sa place en médecine et dans l enseignement médical

La psychologie médicale. sa place en médecine et dans l enseignement médical La psychologie médicale sa place en médecine et dans l enseignement médical La psychologie médicale! Tout médecin qui soigne perçoit que des liens particuliers se nouent entre les patients et lui.! Ces

Plus en détail

Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement

Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement TITRE DU CONSORTIUM : Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement RESPONSABLES : Alexis Descatha, UMS 011, Villejuif ; Yves Roquelaure, LEEST, Angers ; Bradley Evanoff,

Plus en détail

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Névroses Q266 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Hystérie Névrose d angoisse Phobies TOC PTSD Diagnostic d une conversion hystérique Diagnostic

Plus en détail

Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie en vue de la récupération fonctionnelle des tissus mous de la colonne vertébrale

Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie en vue de la récupération fonctionnelle des tissus mous de la colonne vertébrale Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie en vue de la récupération fonctionnelle des tissus mous de la colonne vertébrale Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie

Plus en détail

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Informations à l intention des patients souffrant de lombosciatique AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Pour toute information complémentaire, consultez le site www.douleurnonidentifiee.com Vous êtes peut-être

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES PRÉAMBULE La description des activités et des compétences du métier d ostéopathe ne se substitue pas au cadre réglementaire. En effet, la plate-forme

Plus en détail

Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil

Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil LA LOMBALGIE Docteur Yann Philippe CHARLES, Professeur Jean-Paul STEIB, Service de Chirurgie du Rachis, Hôpital Civil 1. INTRODUCTION La pathologie dégénérative du rachis lombaire est fréquente : la majorité

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2 Quel est le profil d utilisation de services de santé par les jeunes qui se sont suicidés? Johanne Renaud M.D. M.Sc. FRCPC Université McGill, Groupe McGill d études sur le suicide Directrice médicale Programme

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Dr Aoui Mourad LES FRACTURES T-L APPLICATION DE L EQUILIBRE SAGITTAL

Dr Aoui Mourad LES FRACTURES T-L APPLICATION DE L EQUILIBRE SAGITTAL Dr Aoui Mourad LES FRACTURES T-L APPLICATION DE L EQUILIBRE SAGITTAL SERVICE ORTHOPEDIE DE SFAX Keskes hassib Le rachis traumatique: Sfax Période de 28 ans ( 1987 2015 ) > 1000 fractures TL 570 Chirurgie:

Plus en détail

Lombalgies non spécifiques - recommandations thérapeutiques fondées sur la médecine factuelle

Lombalgies non spécifiques - recommandations thérapeutiques fondées sur la médecine factuelle University of Zurich Zurich Open Repository and Archive Winterthurerstr. 190 CH-8057 Zurich http://www.zora.uzh.ch Year: 2008 Lombalgies non spécifiques - recommandations thérapeutiques fondées sur la

Plus en détail