Dialogue Régional. L Agriculture Ouest Africaine à l épreuve de la Libéralisation des Echanges. Situation, Défis et Opportunités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dialogue Régional. L Agriculture Ouest Africaine à l épreuve de la Libéralisation des Echanges. Situation, Défis et Opportunités"

Transcription

1 Dialogue Régional L Agriculture Ouest Africaine à l épreuve de la Libéralisation des Echanges Situation, Défis et Opportunités Mercredi 9 et Jeudi 10 Mars 2005 Ouagadougou Burkina Faso Produits spéciaux et Mesures de sauvegarde Spéciale : Régime et Opportunités des Mesures de défense Commerciale Isabelle Mamaty, Responsable des produits FIPA, Paris Dialogue Organisé par ICTSD, le Bureau de la Coopération Suisse au Burkina Faso, le ROPPA et l UNPCB

2 Produits Spéciaux et Mesures de Sauvegarde Spéciale : Régime et Opportunités des Mesures de Défense Commerciale 1 Introduction Le paragraphe 13 sur l Agriculture de la Déclaration Ministérielle de Doha reconnaît que le Traitement spécial et différencié (TSD) est partie intégrante de tous les éléments du nouvel accord à venir 1. Surtout, ce paragraphe reconnaît que les mesures de TSD doivent permettre aux PVD de poursuivre leur politique de développement rural ainsi que de sécurité alimentaire. En effet, en se basant sur l expérience de la mise en œuvre des Accords de Marrakech et de l utilisation des provisions de TSD qui en faisaient partie, il faudrait au cours de ce cycle de Doha que les provisions de TSD ne représentent pas uniquement des déclarations de bonne intention comme ce fut le cas de la plupart d entre eux mais soient opérationnelles. Il s agit donc maintenant pour les pays en développement de négocier des mesures qui répondent effectivement à leurs besoins. Parmi ces mesures, dans le cadre de l accès au marché, le Paquet de juillet (WT/L/579) fait référence à des provisions TSD relatives aux produits spéciaux (PS) et au mécanisme de sauvegarde spéciale (MSS) respectivement dans les paragraphes 41 et 42 de l Annexe A (concernant le cadre pour l établissement de modalités concernant l agriculture). Ces provisions ont pour objectif principal de donner plus de flexibilité aux pays en développement (PVD) en matière d accès aux marchés. Ces deux paragraphes restent très ouverts car ils n énoncent que des principes généraux qui restent donc à négocier. Une chose dont on sait est que ces mesures concernent uniquement l accès aux marchés. Pour les PVD, il s agit maintenant de confronter leurs objectifs de sécurité alimentaire et de développement rural aux règles multilatérales du commerce afin d identifier les mesures appropriées. Le principal objectif de cette note est de mieux comprendre la nature et l étendue de ces deux flexibilités liées à ces deux mesures de défense commerciale accordées dans le Paquet de Juillet et au-delà. 2 Quels sont les fondements et les justifications des notions de produits spéciaux et de Mesure de Sauvegarde spéciale? La mise en œuvre des Accords de Marrakech a aboutit à plusieurs constats : Les engagements à prendre dans le cadre de ces accords n ont pas été trop contraignants pour la plupart des PVD car ils étaient sous politique d ajustement ou avaient déjà entrepris des processus de libéralisation de manière unilatérale 1 Le paragraphe 13 sur l agriculture de la Déclaration Ministérielle de Doha : Nous convenons que le traitement spécial et différencié pour les pays en développement fera partie intégrante de tous les éléments des négociations et sera incorporé dans les Listes de concessions et d'engagements et selon qu'il sera approprié dans les règles et disciplines à négocier, de manière à être effectif d'un point de vue opérationnel et à permettre aux pays en développement de tenir effectivement compte de leurs besoins de développement, y compris en matière de sécurité alimentaire et de développement rural. 2

3 Des déséquilibres ont apparut dans la structure même de l AsA entre d une part les pays pouvant utiliser les soutiens internes et les subventions à l exportation parce qu ils les avaient notifiés et les autres L utilisation du mécanisme de sauvegarde spéciale (SGS) très simple pour faire face à la baisse des prix et l augmentation massive des importations est accessible que pour un nombre limité de pays Ces déséquilibres sont d autant plus ressentis comme des injustices par les PVD et en particulier les plus pauvres d entre eux car La plupart des PVD n ont pas les moyens financiers de soutenir leur agriculture Certains d entre eux ont souffert de la concurrence de plus en plus grande des produits importés souvent subventionnés et les instruments disponibles à l OMC pour y faire face sont difficiles à utiliser contrairement à la SGS (voir encadre 2) Exemples (bases sur des études de cas prépares par la FAO) Tomate concentrée au Sénégal, produits laitiers et volaille et riz en Jamaïque et produits laitiers au Kenya L évaluation de la mise en œuvre des accords était très demandée par les PVD qui voulaient corriger les déséquilibres constatés avant de commencer un nouveau cycle de négociation. Le fait que les questions relatives à la mise en œuvre fassent partie de l engagement unique donne à certains pays le sentiment de devoir payer deux fois. Les PVD craignent que le secteur agricole soit davantage marginalisé au cours de ce nouveau processus de libéralisation, et que leurs efforts actuels ou futurs de mise en œuvre des politiques de sécurité alimentaire et de développement rural soient réduits à néant. Encadre 1 : Provisions TSD dans l AsA Dans l Accord sur l Agriculture (AsA) de l OMC, les dispositions relatives au Traitement spécial et différencié (TSD) ont pris plusieurs formes. Les dispositions qui reconnaissent de manière générale (i) que le TSD fait partie intégrante de l accord; (ii) que les pays développés doivent s efforcer d améliorer les possibilités d accès aux marchés pour les produits agricoles présentant un intérêt particulier pour les PVD: et (iii) la mise en œuvre du programme de réforme du cycle d Uruguay peut avoir des effets négatifs qui sont abordés dans la Décision ministérielle de Marrakech. Ces dispositions ne sont pas véritablement contraignantes et n ont pas impliqué d engagements concrets de la part des pays développés. En terme d accès au marché par exemple, mis à part les produis tropicaux, de nombreux produits d exportation, pour lesquels les ays en développement ont un intérêt particulier, n ont pas bénéficié que d un taux de réduction très bas sur plusieurs marchés importants (ex.le sucre, les fruits et légumes, les produits de l élevage). Les dispositions prévoyant des réductions inférieures aux pays développés et des périodes de transition plus longues: ces dispositions se sont montrées peu utiles en pratique d autant plus que les pays africains n avaient rien à réduire (soutien interne, subvention à l exportation...) et par conséquent rien à mettre en œuvre. En ce qui concerne les mesures sanitaires et phytosanitaires ainsi que les obstacles techniques au commerce, les dispositions en matière de TDS prévoient essentiellement des périodes de transition plus longues et de l assistance technique. Ces dispositions n ont cependant pas été opérationnalisées. En revanche, d autres dispositions se sont avérées plus utiles, notamment celles concernant les exemptions en matière de réduction des subventions à l investissement et des subventions aux intrants agricoles généralement disponibles pour les producteurs à faibles revenus ou dotés de ressources limitées. 70 pour cent des pays en développement les ont invoquées dans leurs notifications à l OMC entre 1995 et Quant aux exemptions en matière de subventions octroyées pour réduire les coûts de commercialisation, de transport interne et de frêt des exportations de produits agricoles, elles ont été mentionnées dans 13 pour cent des notifications des pays en développement entre 1995 et

4 lien entre commerce international et la sécurité alimentaire, les moyens d existence et le développement rural En effet, pour la plupart des PVD, l augmentation de la production afin de satisfaire les besoins nationaux de manière soutenue, la promotion de l investissement et le commerce des produits agricoles sont les politiques nécessaires pour un développement durable. Pour cela, il faut des mesures incitatives (accès au crédit, à la terre, aux intrants) et un environnement économique et institutionnel sain (stabilité des prix, infrastructures adéquat, recherche et développement, promotion des services d extension). Pour atteindre ces objectifs, les expériences montrent qu il faudrait une combinaison judicieuse de subventions (aux intrants et à la gestion de l eau), de politiques des prix, de mesures à la frontière, et d autres mesures institutionnelles et infrastructurelles (crédits à l agriculture, services d extension, réforme foncière, transport et routes, système de marché et de distribution). Les règles de l OMC telles quelles sont actuellement ne permettent pas toujours la mise en place de certaines de ces mesures. En général, les règles du commerce international affectent la sécurité alimentaire et les besoins en subsistance : De manière directe, en établissant de nouvelles règles sur les politiques de sécurité alimentaire déjà en place ou à mettre en oeuvre De manière indirecte en changeant les prix absolus et relatifs des produits agricoles Exemples érosion des préférences et utilisation des subventions dans les pays développés. Pourquoi des produits spéciaux et un mécanisme de sauvegarde spéciale. En se basant sur l expérience de la mise en œuvre des Accords de Marrakech et des effets de la libéralisation sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance de leurs populations les plus vulnérables, de nombreux PVD étaient très réticents à envisager une nouvelle ouverture de leur secteur agricole. Ainsi, tout au long des négociations, ils ont donc demandé une plus grande flexibilité dans le cadre du traitement spécial et différencié dans les engagements à prendre pour le nouvel accord afin d assurer leur sécurité alimentaire et le développement rural, surtout pour les plus pauvres d entre eux. La boite de développement a été une des options proposées par les PVD. Les mesures proposées dans la boîte de développement touchaient cinq secteurs clés : La nécessité de protéger et de promouvoir la production alimentaire domestique, en particulier pour les aliments de base La nécessité de protéger les moyens de subsistance des pauvres ruraux La nécessité de protéger les producteurs locaux des importations sujettes au dumping et des fluctuations excessives des importations en terme de volumes que de prix La nécessité d améliorer les systèmes de distribution des productions locales et 4

5 La nécessité d augmenter la flexibilité dans les règles de commerce existant pour permettre aux PVD de gérer la libéralisation de manière prudente. Finalement l idée de la boite a été abandonnée avec comme argument pour les non partisans de ne pas avoir un accord à deux vitesses entre les PVD et les autres. A la place, l introduction des mesures de traitement spécial et différencié au niveau de chaque pilier de l accord agricole a finalement été adoptée: les produits spéciaux et le mécanisme de sauvegarde font partie de ces instruments au niveau de l accès aux marchés. 3 Que recouvrent précisément ces deux notions? Quels sont les liens entre produits spéciaux et Mesure de sauvegarde spéciale? Produits spéciaux (PS) La notion de produits spéciaux a été introduite pour la première fois par le groupe africain à l OMC en Il s agit principalement de permettre aux PVD une réduction moins importante (voir pas de réduction du tout) sur certains produits dits sensibles, afin d assurer leur sécurité alimentaire, de garantir les moyens de subsistance des plus démunis et d assurer un développement rural. Pour les PVD, le concept de produits spéciaux est un moyen de défense vis à vis des importations moins chères pour les produits qui auraient du mal à s ajuster rapidement au nouvel environnement commercial. La rationalité est que face à la vulnérabilité de leurs économies et l importance de l agriculture en tant que moyen de subsistance pour plus de 70% de la population, un processus de libéralisation sans aucun filet de sécurité pourrait compromettre leurs efforts de développement. Contrairement aux politiques d ajustement structurel, l AsA est négocié sur une base permanente et à long terme. Le concept de produits spéciaux représente une garantie politique pour les pays africains afin de poursuivre le processus de libéralisation des échanges. Para 41: Les pays en développement Membres auront la flexibilité de désigner un nombre approprié de produits en tant que produits spéciaux (PS), sur la base des critères des besoins en matière de sécurité alimentaire, de garantie des moyens d existence et de développement rural. Ces produits seront admis à bénéficier d un traitement plus flexible. Les critères et le traitement de ces produits seront spécifiés plus avant pendant la phase de négociation et reconnaîtront l importance fondamentale des produits spéciaux pour les pays en développement. D après ce paragraphe, le seul accord est l existence des produits spéciaux tout le reste est à négocier. L idée est qu une fois que les produits auraient été sélectionnés, ils pourraient bénéficier d un taux de réduction plus faible que les autres produits (ou pourraient être exemptés de réduction). 5

6 Encadré 2 : la liste des sauvegardes du GATT et de l OMC Antidumping : mesures de lutte contre le dumping fixation par une entreprise privée d un prix à l exportation inférieur à celui pratiqué sur le marché d origine qui cause un dommage important à une branche de production nationale (Article VI du GATT et Accord sur la mise en œuvre de l Article VI du GATT de 1994) Droits compensateurs: mesures visant à neutraliser l effet des subventions instituées par le gouvernement d un pays exportateur qui causent ou sont susceptibles de causer un dommage important à une branche de production nationale (Articles VI et XVI du GATT et Accord sur les subventions et les mesures compensatoires) Mesures d urgence : protection temporaire s appliquant dans les cas où l importation d un produit cause ou est susceptible de causer un dommage grave aux producteurs nationaux de produits directement concurrents (Article XIX). Clause de sauvegarde spéciale : prévue par l Accord sur l Agriculture (Article 5) uniquement pour les produits agricoles ayant fait l objet d une tarification durant le Cycle d Uruguay, désignées dans les listes des pays par le symbole «SGS, qui donne le droit d invoquer cette clause. La disposition reste en vigueur pendant la durée du processus de reforme vise par l Article 20 de ce même Accord, qui reste à déterminer. Balance des paiements : restrictions à l importation visant à sauvegarder la position financière extérieure d un pays (Article XII) Industries naissantes : aide publique au développement économique, autorisant les restrictions à l importation pour protéger les industries naissantes (Articles XVII : a et Article XVIII : c). Dérogations générales : autorisent les membres à demander d être relevés d une obligation (Article XXV et Accord de l OMC). A la différence d autres mécanismes, ces dérogations nécessitent l approbation officielle du Conseil de l OMC Dispositions prévoyant des exemptions permanentes des obligations Exceptions générales : mesures nécessaires a la protection de la moralité publique, de la santé, des lois et des ressources naturelles, sous réserve que ces mesures me soient pas discriminatoires et ne constituent pas une restriction déguisée au commerce (Article XX). Modifications des Listes et Renégociations tarifaires : permet le retrait de certaines concessions (par exemple le relèvement des tarifs consolides) sous réserve d offrir une compensation aux Membres affectés (Article XXVIII, Article XXVIII bis). Source : Données compilées par Hoekman et Kostecki (1996) Dans Les négociations commerciales multilatérales sur l Agriculture, Manuel de référence, volume II, l Accord sur l agriculture FAO,

7 Mécanisme de sauvegarde spécial (MSS) La plupart des PVD n ont pas de législation nationale de dispositions de sauvegarde, antidumping et droits compensateurs. Avant la mise en place des accords de Marrakech, les droits additionnels spécifiques et les quotas d importation étaient utilisés sur certains produits (viande; Produits laitiers) afin de compenser les effets négatifs des subventions que les pays de l OCDE octroyaient à leurs exportations. Depuis, certains pays ont entrepris des réformes en se basant sur le modèle de l Accord de sauvegarde du cycle de l Uruguay (ex. Ouganda). En attendant, la plupart des PVD ne possèdent pas d instrument facile à utiliser et ce qui justifie ainsi leur besoin d un mécanisme de sauvegarde spéciale à l instar de la SSG actuelle. En effet, cette dernière simple à manier, n est utilisable que par les pays qui ont eu recours au système de tarification pour consolider leurs tarifs (voir encadré 3) Para 42: Un mécanisme de sauvegarde spéciale (MSS) sera établi pour utilisation par les pays en développement Membres. D après ce paragraphe, l idée du mécanisme de sauvegarde spéciale pour les pays en développement est acquise. Mais rien n est dit sur sa nature. Si on se base sur le fonctionnement de la SGS actuelle, une mesure de sauvegarde spéciale consisterait à appliquer des tarifs de Encadre 3:Le fonctionnement actuel de la clause de sauvegarde spéciale La clause de sauvegarde spéciale pour l agriculture peut être invoquée uniquement pour des produits pour lesquels il a été procédé à une tarification soit moins de 20 pour cent de tous les produits agricoles (définis par ligne tarifaire ) et à condition que le gouvernement se soit réservé le droit de le faire dans sa liste d engagements relatifs à l agriculture. Elle ne peut pas être invoquée pour des importations entrant dans le cadre de contingents tarifaires. Clause de sauvegarde spéciale: qui s est réservé le droit de l invoquer? Actuellement, 39 Membres se sont réservé le droit d appliquer un total de mesures de sauvegarde spéciale sur des produits agricoles. Afrique du Sud (166) Australie (10) Barbade (37) Botswana (161) Bulgarie (21) Canada (150) Colombie (56) Corée (111) Costa Rica (87) El Salvador (84) Équateur (7) États-Unis (189) Guatemala (107) Hongrie (117) Indonésie (13) Islande (462) Israël (41) Japon (121) Malaisie (72) Maroc (374) Mexique (293) Namibie (166) Nicaragua (21) Norvège (581) Nouvelle-Zélande (4) Panama (6) Philippines (118) Pologne (144) République slovaque (114) République tchèque (236) Roumanie (175) Suisse- Liechtenstein (961) Swaziland (166) Taipei chinois ( 84) Thaïlande (52) Tunisie (32) UE (539) Uruguay (2) Venezuela (76) Source : WTO(2004) : Historique des négociations sur l agriculture : les questions et où nous en sommes, 1 décembre 2004.Le nombre de produits visés dans chaque cas est indiqué entre parenthèses, mais la définition donnée pour un produit peut varier. Pour plus de précisions, reportez-vous à la note d information du Secrétariat de l OMC intitulée Sauvegarde spéciale pour l agriculture G/AG/NG/S/9/Rev.1. sauvegarde plus élevés qui seraient automatiquement déclenchés lorsque - le volume des importations excède un certain niveau - ou que les prix tombent en deçà d un certain niveau; En outre, il n est pas nécessaire de démontrer qu un dommage grave est causé à la branche de production nationale. C est cette dernière disposition que réclame les PVD et dont tout 7

8 système de sauvegarde devrait se munir. Par ailleurs, on pourrait également utiliser le système existant en ajoutant des dispositions de TSD plus favorables pour les PVD sur les quantités et les prix de déclenchement et les tarifs de sauvegarde par exemple. Lien entre PS et SSM Les deux concepts ne répondent pas aux mêmes objectifs. Le concept de produits spéciaux est un concept à long terme tandis que celui du mécanisme de sauvegarde spéciale répond à des problèmes spécifiques et temporaires, à savoir l augmentation massive des importations ou la baisse soudaine des prix à l import. Les produits spéciaux sont les produits qui sont le plus vulnérables au changement dans l environnement commercial et auraient besoin d une plus longue période pour s ajuster. Cependant, dans le cas d une augmentation massive des importations, ou des réductions de prix, les produits spéciaux souffriraient le plus et pour cette raison auraient également besoin d un instrument adéquat pour répondre à ce cas particulier. Ainsi les PS pourraient également être éligibles au SSM. 4 Sur quels critères sont choisis les produits spéciaux? Produits couverts - Auto désignation sans limitation : cette option a la faveur des pays africains car elle donne une totale flexibilité de choix aux pays. Mais pour les autres membres réticents au concept cela signifie de signer un chèque en blanc sans garantie que les produits sélectionnés répondent aux besoins des pays en matière de développement rural et de sécurité alimentaire. -Auto désignation avec limitation: une autre alternative serait de sélectionner les produits spéciaux sur la base des stratégies nationales de développement (DSRP: document stratégique de réduction de la pauvreté) pourraient être limités par: - pourcentage du nombre de lignes tarifaires et/ou - totalité de tous les PS pourraient représenter moins de A% de la totalité des importations (importations agricoles). - Sélection avec un nombre limité de produits sous les chapitres HS 4 ou HS 6 Cette option a le mérite d être simple et équitable pour tous. Mais cela peut poser des problèmes dans un même secteur entre produits spéciaux et produits non spéciaux. Mais il n est pas certain que les autres membres de l OMC puissent accepter cette option car elle est également déconnectée de la préoccupation première a savoir la sécurité alimentaire et le développement rural. -Sélection avec des critères numériques et quantitatifs Un des avantages de cette sélection est son objectivité. Une fois que l on s est mis d accord sur les critères, le système a le mérite d être transparent. Mais la grande difficulté reste le choix même des différents critères qui mesurent la sécurité alimentaire. 8

9 Critères possibles Importance du produit dans l économie production en % de la production agricole totale Surface cultivée Contribution à l emploi - nombre de personnes travaillant dans le secteur et en % de la population active agricole Contribution du produit dans le régime alimentaire de la population Pays couverts le choix des pays pourrait être : 1) tous les pays en développement 2) tous les PMAs et les pays importateurs nets de produits alimentaires 3) tous les pays à faible revenu et déficitaires au niveau alimentaire (selon la classification de la FAO) 4) les pays présentant une insécurité alimentaire définie par des critères numériques à négocier Les principaux indicateurs seraient PNB par tête en dessous d une certaine limite... Grande proportion de la population dépendant de l agriculture (population agricole en % de la population totale) Grande proportion de la population dépendant de l agriculture et vivant avec moins de 2 dollars Une grande concentration des exportations sur 1 à 3 produits Autres considérations Intégration régionale Pour les pays ayant un tarif extérieur commun, il s agit de se coordonner pour choisir les mêmes produits spéciaux. Commerce Sud/Sud Le concept de produits spéciaux est de permettre aux pays de poursuivre une politique de développement tout en libéralisant davantage les autres secteurs afin de ne pas être marginalisés. 5 Quelques précautions à prendre - l introduction du concept de produits sensibles éligibles pour tous les membres pourrait compliquer quelque peu le concept de produits spéciaux car ils sont la même finalité 9

10 - la flexibilité accordée dans le cadre de l accès au marché pour les produits spéciaux dépendra de la formule tarifaire négociée; - Par ailleurs, la sélection des produits spéciaux aurait des effets sur les produits de substitution, les produits transformés ainsi que les intrants utilisés dans la production des dits produits. - Enfin l efficacité de cette mesure ne peut être réelle si et seulement si d autres mesures sont prises afin de réduire les distorsions sur les marchés mondiaux des produits agricoles. 10

L agriculture depuis Bali: où en sont les négociations? Melissa Begag Dakar, 3 novembre 2015

L agriculture depuis Bali: où en sont les négociations? Melissa Begag Dakar, 3 novembre 2015 L agriculture depuis Bali: où en sont les négociations? Melissa Begag Dakar, 3 novembre 2015 Table des matières Le volet agriculture des négociations du cycle de Doha Les principaux résultats de Bali en

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 Organisée conjointement par l'union interparlementaire et le Parlement européen Point 2b) de l'ordre du jour provisoire LE VOLET DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Cours sur le commerce international. Haïti au GATT et à l OMC Hôtel Montana, PétionP 4 juin 2008

Cours sur le commerce international. Haïti au GATT et à l OMC Hôtel Montana, PétionP 4 juin 2008 Cours sur le commerce international Haïti au GATT et à l OMC Hôtel Montana, PétionP tion-ville 4 juin 2008 Le Système commercial multilatéral: définition C est un ensemble de principes et de règles r que

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS. Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance

ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS. Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance Le saviez-vous? Les marchés publics représentent en moyenne au moins 15% du PIB d un pays. L Accord de l OMC sur les

Plus en détail

L agriculture canadienne et les négociations du commerce international. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière

L agriculture canadienne et les négociations du commerce international. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière L agriculture canadienne et les négociations du commerce international Symposium sur les perspectives de l industrie laitière 16 mai 2013 Plan Le secteur agricole canadien et le commerce international

Plus en détail

Sustainable Development and Trade Issues. ICTSD Resource Paper No. 3. Isabelle Mamaty Economiste du développement, Congo

Sustainable Development and Trade Issues. ICTSD Resource Paper No. 3. Isabelle Mamaty Economiste du développement, Congo Sustainable Development and Trade Issues ICTSD Resource Paper No. 3 Les pays africains et l Accord sur l agriculture Quelle place pour le développement durable? Isabelle Mamaty Economiste du développement,

Plus en détail

II LES ENGAGEMENTS EN MATIÈRE DE POLITIQUE COMMERCIALE ET LES MESURES CONTINGENTES A INTRODUCTION... 21

II LES ENGAGEMENTS EN MATIÈRE DE POLITIQUE COMMERCIALE ET LES MESURES CONTINGENTES A INTRODUCTION... 21 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES ABRÉVIATIONS ET SYMBOLES...vii REMERCIEMENTS...ix AVERTISSEMENT...x AVANT-PROPOS DU DIRECTEUR GÉNÉRAL...xi RÉSUMÉ ANALYTIQUE...xiii I SITUATION DU COMMERCE EN 2008-2009...

Plus en détail

Politique économique extérieure:

Politique économique extérieure: Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche / DEFR Secrétairiat d état à l économie Direction des affaires économiques extérieures Politique économique extérieure: Chances et

Plus en détail

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial Liste des tableaux I. Évolution du commerce mondial 1. Aperçu général Tableau I.1 Croissance du volume des exportations et de la production mondiales de marchandises, 2005-2013 21 Tableau I.2 Croissance

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

LES MESURES DE DEFENSE COMMERCIALE DE L APE UE/AO. Par M. Fallou Mbow FALL, Chef de la Division des Politiques Commerciales Sectorielles/DCE.

LES MESURES DE DEFENSE COMMERCIALE DE L APE UE/AO. Par M. Fallou Mbow FALL, Chef de la Division des Politiques Commerciales Sectorielles/DCE. LES MESURES DE DEFENSE COMMERCIALE DE L APE UE/AO. Par M. Fallou Mbow FALL, Chef de la Division des Politiques Commerciales Sectorielles/DCE. PLAN DE LA PRESENTATION I. Introduction II. Rappel des dispositifs

Plus en détail

ACCORD GÉNÉRAL SUR LE COMMERCE DES SERVICES (AGCS) - ÉLÉMENTS PRINCIPAUX -

ACCORD GÉNÉRAL SUR LE COMMERCE DES SERVICES (AGCS) - ÉLÉMENTS PRINCIPAUX - 9056 ACCORD GÉNÉRAL SUR LE COMMERCE DES SERVICES (AGCS) - ÉLÉMENTS PRINCIPAUX - Division du commerce des services OMC 1 Part des services dans la production (PIB - 1999) 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30%

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE»

Groupe de la Banque africaine de développement. Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE» Groupe de la Banque africaine de développement The African Development Bank Group Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE» Présentation de Monsieur

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 12 octobre 2015 Français Original: anglais Conférence générale Seizième session Vienne, 30 novembre-4 décembre 2015 Point

Plus en détail

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU DECEMBRE 2012, N 22 Ce bulletin d information présente les dernières données de l ISU sur la science et la technologie disponibles en octobre

Plus en détail

GATT - 1948 1947 23 (12 11 PVD)

GATT - 1948 1947 23 (12 11 PVD) Le point sur les négociations commerciales et l OMC - historique sur le GATT et l OMC GATT: General Agreement on Tariffs and Trade Origines: négociations après guerre pour créer l organisation Internationale

Plus en détail

LES ACCORDS. L OMC est fondée sur des règles ; ses règles sont des accords négociés. 1. Aperçu général: un guide pour la navigation.

LES ACCORDS. L OMC est fondée sur des règles ; ses règles sont des accords négociés. 1. Aperçu général: un guide pour la navigation. Chapitre 2 LES ACCORDS L OMC est fondée sur des règles ; ses règles sont des accords négociés 1. Aperçu général: un guide pour la navigation Les accords de l OMC régissent les marchandises, les services

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif?

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Les récentes émeutes de la faim à Maputo, au Mozambique, ont servi à rappeler brutalement que les augmentations

Plus en détail

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS)

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) FONDÉ SUR LE VOLUME : ANALYSE DES CONDITIONS PRÉVUES AU TEXTE RÉVISÉ EN DÉCEMBRE 2008 DU PROJET DE MODALITÉS CONCERNANT L AGRICULTURE À L OMC RÉSUMÉ Genève, Suisse

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE E/CN.17/IPF/1995/3 9 octobre 1995 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS RAPPORT DU GROUPE INTERGOUVERNEMENTAL SPÉCIAL À COMPOSITION NON LIMITÉE SUR LES

Plus en détail

Durée du congé de maternité

Durée du congé de maternité Durée du congé de maternité Source: Toutes les données contenues dans les graphiques sont issues de la Base de donnée sur les lois des conditions de travail et d emploi du BIT Protection de la maternité":

Plus en détail

La crise alimentaire n est pas derrière nous

La crise alimentaire n est pas derrière nous La crise alimentaire n est pas derrière nous Antoine BOUET et David LABORDE DEBUCQUET Si le protectionnisme agricole est un frein important au développement de certains pays du Sud, il ne saurait être

Plus en détail

9.2.7.1.2.1 Déséquilibres entre l offre et la demande

9.2.7.1.2.1 Déséquilibres entre l offre et la demande 9.2.7 Message concernant l Accord international de 2001 sur le café du 9 janvier 2002 9.2.7.1 Partie générale 9.2.7.1.1 Condensé L Accord international de 2001 sur le café a été approuvé au cours de la

Plus en détail

Promouvoir les possibilités de production et de commercialisation des produits de l agriculture biologique en Afrique de l Est

Promouvoir les possibilités de production et de commercialisation des produits de l agriculture biologique en Afrique de l Est Numéro 18 Octobre-Décembre 2005 Disponible en ligne à: http://www.unep.ch/etb/publications/etbinforbul.php Sommaire Promouvoir les possibilités de production et de commercialisation des produits de l agriculture

Plus en détail

CHARLES CREVIER ANDRES ACUNA

CHARLES CREVIER ANDRES ACUNA Tendances en matière de systèmes de retraite public, l Organisation internationale du Travail et Quatrain Africa CHARLES CREVIER DÉPARTEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIAL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL CREVIER@ILO.ORG

Plus en détail

Présentation de l OMC

Présentation de l OMC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L ECONOMIE ET COMMERCE Programme Hub&Spokes II Atelier de Vulgarisation sur l Accord sur la Facilitation des Echanges de l OMC, à l attention de la Presse

Plus en détail

ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE ENTRE LE CANADA LES ÉTATS DE L ASSOCIATION EUROPÉENNE DE LIBRE-ÉCHANGE (ISLANDE, LIECHTENSTEIN, NORVÈGE ET SUISSE)

ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE ENTRE LE CANADA LES ÉTATS DE L ASSOCIATION EUROPÉENNE DE LIBRE-ÉCHANGE (ISLANDE, LIECHTENSTEIN, NORVÈGE ET SUISSE) ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE ENTRE LE CANADA ET LES ÉTATS DE L ASSOCIATION EUROPÉENNE DE LIBRE-ÉCHANGE (ISLANDE, LIECHTENSTEIN, NORVÈGE ET SUISSE) Le Canada et la République d Islande, la Principauté de Liechtenstein,

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique 1 ière Édition Agriculture, changement climatique et responsabilité des organisations Dakar, du 25 au 27 Avril 2013 au CICES Communication

Plus en détail

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala.

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala. Le Canada est un pays situé dans l hémisphère Nord. Il fait partie du continent américain. C est le plus grand pays au monde. Son voisin du sud sont les États-Unis. Les États-Unis est un pays situé sur

Plus en détail

Programme de compensation volontaire des gaz à effet de serre (GES)

Programme de compensation volontaire des gaz à effet de serre (GES) Programme de compensation volontaire des gaz à effet de serre (GES) Volet déplacements professionnels L Université et la lutte aux changements climatiques L Université Laval souhaite contribuer à la lutte

Plus en détail

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED L/7162/Add.l8 6 mai 1994 Distribution limitée (94-0829) Original: anglais SUBVENTIONS Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

Plus en détail

Pays dispensés de visa et dérogations à l obligation de visa caraïbe. Pays dont les ressortissants sont dispensés de visa

Pays dispensés de visa et dérogations à l obligation de visa caraïbe. Pays dont les ressortissants sont dispensés de visa Pays dispensés de visa et dérogations à l obligation de visa caraïbe Pour la zone caraïbe du Royaume des Pays-Bas, soit : les éléments territoriaux d Aruba, de Curaçao et de Saint-Martin, et les Pays-Bas

Plus en détail

CNUCED UNCTAD/DITC/TNCD/MISC/2003/2

CNUCED UNCTAD/DITC/TNCD/MISC/2003/2 CNUCED MODULE AVANCE DE FORMATION POUR LES NEGOCIATIONS MULTILATERALES SUR L AGRICULTURE Touttee rreemarrquee eesstt bieenveenuee eett peeutt êêttrree adrreessssééee à ttrradee..neegotti iatti ionss@unccttad..orrg

Plus en détail

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Conseil National du Commerce Extérieur Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Anticiper Partager Agir 2006 www.cnce.org.ma SOMMAIRE A. Vers une importante ouverture du marché marocain des produits

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

CONSOMMATION MONDIALE DE VIANDE : état des lieux, dynamique, défis et perspectives

CONSOMMATION MONDIALE DE VIANDE : état des lieux, dynamique, défis et perspectives > Les synthèses de FranceAgriMer février 2011 numéro5 ÉLEVAGE / VIANDES CONSOMMATION MONDIALE DE VIANDE : état des lieux, dynamique, défis et perspectives 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 20002 / 93555 Montreuil-sous-Bois

Plus en détail

Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010

Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010 International Migration Outlook: SOPEMI 2010 Summary in French Perspectives des migrations internationales: SOPEMI 2010 Résumé en français Les migrations internationales restent au cœur des préoccupations

Plus en détail

Une coopération de paysans à paysans. Projet d appui au développement des compétences de leaders agricoles d Afrique de l Ouest (PADCLA)

Une coopération de paysans à paysans. Projet d appui au développement des compétences de leaders agricoles d Afrique de l Ouest (PADCLA) «La connaissance est comme l oiseau dans la forêt, une personne ne peut jamais l attraper seule» Au plan des enjeux du commerce international, pourquoi l agriculture est-elle si importante pour les pays

Plus en détail

Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le PRIA Niamey, les 27, 28 et 29 Avril 2011. Dr Bio Goura SOULE Soule_goura@yahoo.fr

Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le PRIA Niamey, les 27, 28 et 29 Avril 2011. Dr Bio Goura SOULE Soule_goura@yahoo.fr Revue analytique des stratégies nationales d investissement et de politiques agricoles en vue de la promotion des filières de base en Afrique de l Ouest Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le

Plus en détail

Séminaire AEPO, 6 et 7 Octobre 2003. Dans le cadre de cette contribution, nous exposerons l analyse de l AEPO sur ces deux points.

Séminaire AEPO, 6 et 7 Octobre 2003. Dans le cadre de cette contribution, nous exposerons l analyse de l AEPO sur ces deux points. Les discussions au sein du Comité Permanent du Droit d Auteur et des Droits Connexes (SCCR) de l OMPI sur la protection des organismes de radiodiffusion Séminaire AEPO, 6 et 7 Octobre 2003 Les discussions

Plus en détail

Accord de libre-échange entre les Etats de l AELE et les Etats de la SACU

Accord de libre-échange entre les Etats de l AELE et les Etats de la SACU Traduction 1 Accord de libre-échange entre les Etats de l AELE et les Etats de la SACU 0.632.311.181 Conclu le 7 août 2006 Approuvé par l Assemblée fédérale le 12 mars 2007 2 Instrument de ratification

Plus en détail

Qu est-ce que le commerce équitable?

Qu est-ce que le commerce équitable? FAIR TRADE RULES! Position du mouvement international du commerce équitable en vue de la VI e Conférence Ministérielle de l OMC à Hong Kong Octobre 2005 «Nous, les membres du mouvement international du

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

Atelier sur «Commerce, Investissement et Développement»

Atelier sur «Commerce, Investissement et Développement» Atelier sur «Commerce, Investissement et Développement». Enjeux et perspectives des négociations sur le Commerce et l investissement... Amadou BA Chef de la Division des Négociations Commerciales Internationales

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

Sont également imposables toutes les prestations versées non pas à la personne imposable elle-même, mais à un tiers.

Sont également imposables toutes les prestations versées non pas à la personne imposable elle-même, mais à un tiers. Notice n 29/357 de l'administration fiscale cantonale sur l'imposition à la source des intérêts hypothécaires de personnes qui ne sont ni domiciliées ni en séjour en Suisse (du 19 mars 2013) Valable depuis

Plus en détail

PAYS DISPENSE DE VISA EN MOIS. REGIME DE CIRCULATION TRANSFRONTIERE POUR LA POLYNESIE FRANCAISE (mis à jour le 06/08/2009)

PAYS DISPENSE DE VISA EN MOIS. REGIME DE CIRCULATION TRANSFRONTIERE POUR LA POLYNESIE FRANCAISE (mis à jour le 06/08/2009) PAYS DISPENSE DE VISA EN MOIS non soumis au régime général de l'obligation de visa Franchise 3 mois Franchise 1 mois ALLEMAGNE *** ANDORRE ARGENTINE AUSTRALIE AUTRICHE *** BELGIQUE *** BRESIL BRUNEI BOLIVIE

Plus en détail

Les accords internationaux du Canada en matière de commerce et d investissement : une diversité d options

Les accords internationaux du Canada en matière de commerce et d investissement : une diversité d options Les accords internationaux du Canada en matière de commerce et d investissement : une diversité d options Publication n o 2012-32-F Le 19 juillet 2012 Katie Meredith Alexandre Gauthier Division des affaires

Plus en détail

Accord de libre-échange Suisse-Chine

Accord de libre-échange Suisse-Chine Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à l économie SECO Direction des affaires économiques extérieures Accord de libre-échange Suisse-Chine Christian

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES Voici trois tableaux présentant la concurrence sur les ARV dans les pays pauvres : Tableau 1 : Ratio et taux de concurrence

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

Circulaire intérieure du GATT n

Circulaire intérieure du GATT n Un exemplaire par 11 août 1964 membre du personnel Circulaire intérieure du GATT n 12k/kù5..Z "DIX-HUITIÈME STAGE Etudes à la Division générale du Département de la politique et de la documentation commerciales

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

COMMERCE et ENVIRONNEMENT. Ouvrir la voie au développement durable

COMMERCE et ENVIRONNEMENT. Ouvrir la voie au développement durable COMMERCE et ENVIRONNEMENT Ouvrir la voie au développement durable Le saviez vous? La création de l OMC en 1995 a marqué une étape cruciale dans l histoire du commerce multilatéral, offrant de nouvelles

Plus en détail

Rapport sur le Commerce Mondial 2012. Commerce et politiques publiques: gros plan sur les mesures non tarifaires au XXIe siècle

Rapport sur le Commerce Mondial 2012. Commerce et politiques publiques: gros plan sur les mesures non tarifaires au XXIe siècle Rapport sur le Commerce Mondial 2012 Commerce et politiques publiques: gros plan sur les mesures non tarifaires au XXIe siècle Pourquoi cette présentation? MNTs ont pris de l importance avec la baisse

Plus en détail

Créer un Plan de Développement du Sport Automobile Fédération Internationale de l Automobile

Créer un Plan de Développement du Sport Automobile Fédération Internationale de l Automobile Créer un Plan de Développement du Sport Automobile Fédération Internationale de l Automobile Comment une ASN peut-elle développer et promouvoir le sport automobile? 25 juin, Conférence Annuelle de la FIA,

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise

Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise Le contexte mondial des filières oléagineuses- Principales caractéristiques L analyse du secteur mondial

Plus en détail

Organisation mondiale du commerce. Conférence Rio+20. Conférences précédentes. Développement durable

Organisation mondiale du commerce. Conférence Rio+20. Conférences précédentes. Développement durable Mettre le commerce au service du développement durable et de l économie verte Organisation mondiale du commerce Centre William Rappard Rue de Lausanne 154 CH 1211 Genève 21 Suisse Tél.: +41 (0)22 739 51

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

(13-4875) Page: 1/6 DOCUMENT DE TRAVAIL DE BASE ÉTABLI PAR LE SECRÉTARIAT

(13-4875) Page: 1/6 DOCUMENT DE TRAVAIL DE BASE ÉTABLI PAR LE SECRÉTARIAT 16 septembre 2013 (13-4875) Page: 1/6 Comité de l'évaluation en douane DIX-NEUVIÈME EXAMEN ANNUEL DE LA MISE EN ŒUVRE ET DU FONCTIONNEMENT DE L'ACCORD SUR LA MISE EN ŒUVRE DE L'ARTICLE VII DE L'ACCORD

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE FINAL RAPPORT FINAL

RAPPORT D ETUDE FINAL RAPPORT FINAL Groupe de recherche et d échanges technologiques RAPPORT D ETUDE FINAL Etude prospective sur les mesures de protection nécessaires pour le développement du secteur agricole en Afrique de l Ouest (illustration

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1326111L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l accord ou convention.

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1326111L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l accord ou convention. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord instituant le Consortium des centres internationaux de recherche agricole en qualité d organisation

Plus en détail

- 9-3. Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques

- 9-3. Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques - 9-3. de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques ) Situation le 27 novembre 2015 Date à laquelle l Acte 1 de la le plus récent Afrique du Sud... 3 octobre 1928 Bruxelles: 1 er août

Plus en détail

Examen des politiques agricoles du Mexique

Examen des politiques agricoles du Mexique Examen des politiques agricoles du Série : Note d information sur les travaux de l OCDE ayant un intérêt pour le Canada Contexte et aperçu agriculteurs de subsistance, ainsi que par des enjeux critiques

Plus en détail

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2013

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2013 L atome pour la paix Conférence générale GC(56)/12 25 juillet 2012 Distribution générale Français Original : Anglais Cinquante-cinquième session ordinaire Point 12 de l ordre du jour provisoire (GC(56)/1

Plus en détail

2. Agriculture. Le Mandat de Doha. Contexte. Perspectives pour Cancun

2. Agriculture. Le Mandat de Doha. Contexte. Perspectives pour Cancun 2. Agriculture Le Mandat de Doha "Faisant fond sur les travaux accomplis à ce jour et sans préjudice du résultat des négociations, nous nous engageons à mener des négociations globales visant à : des améliorations

Plus en détail

CAP EXPORT : La réponse gouvernementale aux difficultés en matière d assurance-crédit export court terme

CAP EXPORT : La réponse gouvernementale aux difficultés en matière d assurance-crédit export court terme CAP EXPORT : La réponse gouvernementale aux difficultés en matière d assurance-crédit export court terme Depuis la fin de l été 2008, le Gouvernement a pris de nombreuses mesures pour soutenir les grands

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

DECLARATION MINISTERIELLE

DECLARATION MINISTERIELLE Distr. : LIMITEE NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Novembre 2002 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Trente-cinquième session de la Commission/Conférence des ministres

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO.

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO. U Conférence générale 32e session, Paris 2003 32 C 32 C/19 10 juillet 2003 Original français Point 6.1 de l'ordre du jour provisoire ADAPTATION AUX BESOINS DE L ORGANISATION DU "REGLEMENT RELATIF A LA

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Les Règles Contraignantes d Entreprise francophones (RCEF) Foire aux questions (FAQ) Version pour les entreprises décembre 2014

Les Règles Contraignantes d Entreprise francophones (RCEF) Foire aux questions (FAQ) Version pour les entreprises décembre 2014 Les Règles Contraignantes d Entreprise francophones (RCEF) Foire aux questions (FAQ) Version pour les entreprises décembre 2014 Résumé Ce document a été rédigé à l attention des entreprises candidates

Plus en détail

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance 1. Les lignes directrices de la politique scientifique La Stratégie nationale de développement pour les années 2007-2015 fait voir la Pologne en 2015

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006)

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006) DCC/3 français Fédération Internationale des Producteurs Agricoles Comité de Coopération au Développement (DCC) Afrique, Bamako (Mali), le 27 mars 2003 Document d information Programme du DCC de la FIPA

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES Décret n o 2010-1120 du 22 septembre 2010 portant publication de l accord de coproduction cinématographique

Plus en détail

Initiative pour des denrées alimentaires produites de manière durable (Initiative sur les denrées alimentaires)

Initiative pour des denrées alimentaires produites de manière durable (Initiative sur les denrées alimentaires) Initiative pour des denrées alimentaires produites de manière durable (Initiative sur les denrées alimentaires) Projet à l intention de l examen juridique La version allemande fait foi. Texte de l initiative

Plus en détail

Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures

Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures La Banque asiatique d investissement dans les infrastructures (BAII) résulte d une initiative de la Chine, qui a

Plus en détail

Baromètre Manpower des perspectives d emploi *

Baromètre Manpower des perspectives d emploi * Sous embargo jusqu au 12 mars 00h01 Communiqué de presse Nanterre, le 12 mars 2013 Baromètre Manpower des perspectives d emploi * LES EMPLOYEURS FRANÇAIS S ATTENDENT À DES PERSPECTIVES D EMPLOI STABLES

Plus en détail

AGORA Conférence des directeurs des chambres Actualités internationales

AGORA Conférence des directeurs des chambres Actualités internationales Markus Oettli Praktikant AGORA Conférence des directeurs des chambres Actualités internationales Môtiers-NE 09.07.2015 Quelques thèmes d actualité TTIP EU-USA & CETA EU-Canada Problématique nouveaux accords

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

LES NEGOCIATIONS AGRICOLES A L'OMC : ETAT DES LIEUX

LES NEGOCIATIONS AGRICOLES A L'OMC : ETAT DES LIEUX LES NEGOCIATIONS AGRICOLES A L'OMC : ETAT DES LIEUX Bénédicte Hermelin Karine Tavernier Juin 2003 Document réalisé pour le Séminaire de haut niveau sur les enjeux de la conférence ministérielle de Cancun

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

INSTRUMENTS DE BASE DOCUMENTS DIVERS

INSTRUMENTS DE BASE DOCUMENTS DIVERS ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE INSTRUMENTS DE BASE ET DOCUMENTS DIVERS 1995 Protocoles, Décisions, Rapports GENÈVE, JUIN 2002 La série des Instruments de base et documents divers comprend les titres

Plus en détail

Seventh Multi-year Expert Meeting on Commodities and Development 15-16 April 2015 Geneva

Seventh Multi-year Expert Meeting on Commodities and Development 15-16 April 2015 Geneva Seventh Multi-year Expert Meeting on Commodities and Development 15-16 April 2015 Geneva Instruments et stratégies d intervention de l ARAA/CEDEAO pour atténuer volatilité des prix et assurer la sécurité

Plus en détail

Repenser la politique agricole des Etats-Unis:

Repenser la politique agricole des Etats-Unis: Repenser la politique agricole des Etats-Unis: Daryll E. Ray Daniel G. De La Torre Ugarte Kelly J. Tiller Changer la donne pour assurer des revenus aux agriculteurs du monde entier. Agricultural Policy

Plus en détail

Loi de mise en oeuvre de l'accord sur l'organisation mondiale du commerce

Loi de mise en oeuvre de l'accord sur l'organisation mondiale du commerce Loi de mise en oeuvre de l'accord sur l'organisation mondiale du commerce Dernière mise à jour : avril 2007 W-11.8 [Sanctionnée le 15 décembre 1994] Loi portant mise en oeuvre de l Accord instituant l

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE Cinquième session Cancún, 10-14 septembre 2003 WT/MIN(03)/ST/61 11 septembre 2003 (03-4834) Original: anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR

Plus en détail