Dialogue Régional. L Agriculture Ouest Africaine à l épreuve de la Libéralisation des Echanges. Situation, Défis et Opportunités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dialogue Régional. L Agriculture Ouest Africaine à l épreuve de la Libéralisation des Echanges. Situation, Défis et Opportunités"

Transcription

1 Dialogue Régional L Agriculture Ouest Africaine à l épreuve de la Libéralisation des Echanges Situation, Défis et Opportunités Mercredi 9 et Jeudi 10 Mars 2005 Ouagadougou Burkina Faso Produits spéciaux et Mesures de sauvegarde Spéciale : Régime et Opportunités des Mesures de défense Commerciale Isabelle Mamaty, Responsable des produits FIPA, Paris Dialogue Organisé par ICTSD, le Bureau de la Coopération Suisse au Burkina Faso, le ROPPA et l UNPCB

2 Produits Spéciaux et Mesures de Sauvegarde Spéciale : Régime et Opportunités des Mesures de Défense Commerciale 1 Introduction Le paragraphe 13 sur l Agriculture de la Déclaration Ministérielle de Doha reconnaît que le Traitement spécial et différencié (TSD) est partie intégrante de tous les éléments du nouvel accord à venir 1. Surtout, ce paragraphe reconnaît que les mesures de TSD doivent permettre aux PVD de poursuivre leur politique de développement rural ainsi que de sécurité alimentaire. En effet, en se basant sur l expérience de la mise en œuvre des Accords de Marrakech et de l utilisation des provisions de TSD qui en faisaient partie, il faudrait au cours de ce cycle de Doha que les provisions de TSD ne représentent pas uniquement des déclarations de bonne intention comme ce fut le cas de la plupart d entre eux mais soient opérationnelles. Il s agit donc maintenant pour les pays en développement de négocier des mesures qui répondent effectivement à leurs besoins. Parmi ces mesures, dans le cadre de l accès au marché, le Paquet de juillet (WT/L/579) fait référence à des provisions TSD relatives aux produits spéciaux (PS) et au mécanisme de sauvegarde spéciale (MSS) respectivement dans les paragraphes 41 et 42 de l Annexe A (concernant le cadre pour l établissement de modalités concernant l agriculture). Ces provisions ont pour objectif principal de donner plus de flexibilité aux pays en développement (PVD) en matière d accès aux marchés. Ces deux paragraphes restent très ouverts car ils n énoncent que des principes généraux qui restent donc à négocier. Une chose dont on sait est que ces mesures concernent uniquement l accès aux marchés. Pour les PVD, il s agit maintenant de confronter leurs objectifs de sécurité alimentaire et de développement rural aux règles multilatérales du commerce afin d identifier les mesures appropriées. Le principal objectif de cette note est de mieux comprendre la nature et l étendue de ces deux flexibilités liées à ces deux mesures de défense commerciale accordées dans le Paquet de Juillet et au-delà. 2 Quels sont les fondements et les justifications des notions de produits spéciaux et de Mesure de Sauvegarde spéciale? La mise en œuvre des Accords de Marrakech a aboutit à plusieurs constats : Les engagements à prendre dans le cadre de ces accords n ont pas été trop contraignants pour la plupart des PVD car ils étaient sous politique d ajustement ou avaient déjà entrepris des processus de libéralisation de manière unilatérale 1 Le paragraphe 13 sur l agriculture de la Déclaration Ministérielle de Doha : Nous convenons que le traitement spécial et différencié pour les pays en développement fera partie intégrante de tous les éléments des négociations et sera incorporé dans les Listes de concessions et d'engagements et selon qu'il sera approprié dans les règles et disciplines à négocier, de manière à être effectif d'un point de vue opérationnel et à permettre aux pays en développement de tenir effectivement compte de leurs besoins de développement, y compris en matière de sécurité alimentaire et de développement rural. 2

3 Des déséquilibres ont apparut dans la structure même de l AsA entre d une part les pays pouvant utiliser les soutiens internes et les subventions à l exportation parce qu ils les avaient notifiés et les autres L utilisation du mécanisme de sauvegarde spéciale (SGS) très simple pour faire face à la baisse des prix et l augmentation massive des importations est accessible que pour un nombre limité de pays Ces déséquilibres sont d autant plus ressentis comme des injustices par les PVD et en particulier les plus pauvres d entre eux car La plupart des PVD n ont pas les moyens financiers de soutenir leur agriculture Certains d entre eux ont souffert de la concurrence de plus en plus grande des produits importés souvent subventionnés et les instruments disponibles à l OMC pour y faire face sont difficiles à utiliser contrairement à la SGS (voir encadre 2) Exemples (bases sur des études de cas prépares par la FAO) Tomate concentrée au Sénégal, produits laitiers et volaille et riz en Jamaïque et produits laitiers au Kenya L évaluation de la mise en œuvre des accords était très demandée par les PVD qui voulaient corriger les déséquilibres constatés avant de commencer un nouveau cycle de négociation. Le fait que les questions relatives à la mise en œuvre fassent partie de l engagement unique donne à certains pays le sentiment de devoir payer deux fois. Les PVD craignent que le secteur agricole soit davantage marginalisé au cours de ce nouveau processus de libéralisation, et que leurs efforts actuels ou futurs de mise en œuvre des politiques de sécurité alimentaire et de développement rural soient réduits à néant. Encadre 1 : Provisions TSD dans l AsA Dans l Accord sur l Agriculture (AsA) de l OMC, les dispositions relatives au Traitement spécial et différencié (TSD) ont pris plusieurs formes. Les dispositions qui reconnaissent de manière générale (i) que le TSD fait partie intégrante de l accord; (ii) que les pays développés doivent s efforcer d améliorer les possibilités d accès aux marchés pour les produits agricoles présentant un intérêt particulier pour les PVD: et (iii) la mise en œuvre du programme de réforme du cycle d Uruguay peut avoir des effets négatifs qui sont abordés dans la Décision ministérielle de Marrakech. Ces dispositions ne sont pas véritablement contraignantes et n ont pas impliqué d engagements concrets de la part des pays développés. En terme d accès au marché par exemple, mis à part les produis tropicaux, de nombreux produits d exportation, pour lesquels les ays en développement ont un intérêt particulier, n ont pas bénéficié que d un taux de réduction très bas sur plusieurs marchés importants (ex.le sucre, les fruits et légumes, les produits de l élevage). Les dispositions prévoyant des réductions inférieures aux pays développés et des périodes de transition plus longues: ces dispositions se sont montrées peu utiles en pratique d autant plus que les pays africains n avaient rien à réduire (soutien interne, subvention à l exportation...) et par conséquent rien à mettre en œuvre. En ce qui concerne les mesures sanitaires et phytosanitaires ainsi que les obstacles techniques au commerce, les dispositions en matière de TDS prévoient essentiellement des périodes de transition plus longues et de l assistance technique. Ces dispositions n ont cependant pas été opérationnalisées. En revanche, d autres dispositions se sont avérées plus utiles, notamment celles concernant les exemptions en matière de réduction des subventions à l investissement et des subventions aux intrants agricoles généralement disponibles pour les producteurs à faibles revenus ou dotés de ressources limitées. 70 pour cent des pays en développement les ont invoquées dans leurs notifications à l OMC entre 1995 et Quant aux exemptions en matière de subventions octroyées pour réduire les coûts de commercialisation, de transport interne et de frêt des exportations de produits agricoles, elles ont été mentionnées dans 13 pour cent des notifications des pays en développement entre 1995 et

4 lien entre commerce international et la sécurité alimentaire, les moyens d existence et le développement rural En effet, pour la plupart des PVD, l augmentation de la production afin de satisfaire les besoins nationaux de manière soutenue, la promotion de l investissement et le commerce des produits agricoles sont les politiques nécessaires pour un développement durable. Pour cela, il faut des mesures incitatives (accès au crédit, à la terre, aux intrants) et un environnement économique et institutionnel sain (stabilité des prix, infrastructures adéquat, recherche et développement, promotion des services d extension). Pour atteindre ces objectifs, les expériences montrent qu il faudrait une combinaison judicieuse de subventions (aux intrants et à la gestion de l eau), de politiques des prix, de mesures à la frontière, et d autres mesures institutionnelles et infrastructurelles (crédits à l agriculture, services d extension, réforme foncière, transport et routes, système de marché et de distribution). Les règles de l OMC telles quelles sont actuellement ne permettent pas toujours la mise en place de certaines de ces mesures. En général, les règles du commerce international affectent la sécurité alimentaire et les besoins en subsistance : De manière directe, en établissant de nouvelles règles sur les politiques de sécurité alimentaire déjà en place ou à mettre en oeuvre De manière indirecte en changeant les prix absolus et relatifs des produits agricoles Exemples érosion des préférences et utilisation des subventions dans les pays développés. Pourquoi des produits spéciaux et un mécanisme de sauvegarde spéciale. En se basant sur l expérience de la mise en œuvre des Accords de Marrakech et des effets de la libéralisation sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance de leurs populations les plus vulnérables, de nombreux PVD étaient très réticents à envisager une nouvelle ouverture de leur secteur agricole. Ainsi, tout au long des négociations, ils ont donc demandé une plus grande flexibilité dans le cadre du traitement spécial et différencié dans les engagements à prendre pour le nouvel accord afin d assurer leur sécurité alimentaire et le développement rural, surtout pour les plus pauvres d entre eux. La boite de développement a été une des options proposées par les PVD. Les mesures proposées dans la boîte de développement touchaient cinq secteurs clés : La nécessité de protéger et de promouvoir la production alimentaire domestique, en particulier pour les aliments de base La nécessité de protéger les moyens de subsistance des pauvres ruraux La nécessité de protéger les producteurs locaux des importations sujettes au dumping et des fluctuations excessives des importations en terme de volumes que de prix La nécessité d améliorer les systèmes de distribution des productions locales et 4

5 La nécessité d augmenter la flexibilité dans les règles de commerce existant pour permettre aux PVD de gérer la libéralisation de manière prudente. Finalement l idée de la boite a été abandonnée avec comme argument pour les non partisans de ne pas avoir un accord à deux vitesses entre les PVD et les autres. A la place, l introduction des mesures de traitement spécial et différencié au niveau de chaque pilier de l accord agricole a finalement été adoptée: les produits spéciaux et le mécanisme de sauvegarde font partie de ces instruments au niveau de l accès aux marchés. 3 Que recouvrent précisément ces deux notions? Quels sont les liens entre produits spéciaux et Mesure de sauvegarde spéciale? Produits spéciaux (PS) La notion de produits spéciaux a été introduite pour la première fois par le groupe africain à l OMC en Il s agit principalement de permettre aux PVD une réduction moins importante (voir pas de réduction du tout) sur certains produits dits sensibles, afin d assurer leur sécurité alimentaire, de garantir les moyens de subsistance des plus démunis et d assurer un développement rural. Pour les PVD, le concept de produits spéciaux est un moyen de défense vis à vis des importations moins chères pour les produits qui auraient du mal à s ajuster rapidement au nouvel environnement commercial. La rationalité est que face à la vulnérabilité de leurs économies et l importance de l agriculture en tant que moyen de subsistance pour plus de 70% de la population, un processus de libéralisation sans aucun filet de sécurité pourrait compromettre leurs efforts de développement. Contrairement aux politiques d ajustement structurel, l AsA est négocié sur une base permanente et à long terme. Le concept de produits spéciaux représente une garantie politique pour les pays africains afin de poursuivre le processus de libéralisation des échanges. Para 41: Les pays en développement Membres auront la flexibilité de désigner un nombre approprié de produits en tant que produits spéciaux (PS), sur la base des critères des besoins en matière de sécurité alimentaire, de garantie des moyens d existence et de développement rural. Ces produits seront admis à bénéficier d un traitement plus flexible. Les critères et le traitement de ces produits seront spécifiés plus avant pendant la phase de négociation et reconnaîtront l importance fondamentale des produits spéciaux pour les pays en développement. D après ce paragraphe, le seul accord est l existence des produits spéciaux tout le reste est à négocier. L idée est qu une fois que les produits auraient été sélectionnés, ils pourraient bénéficier d un taux de réduction plus faible que les autres produits (ou pourraient être exemptés de réduction). 5

6 Encadré 2 : la liste des sauvegardes du GATT et de l OMC Antidumping : mesures de lutte contre le dumping fixation par une entreprise privée d un prix à l exportation inférieur à celui pratiqué sur le marché d origine qui cause un dommage important à une branche de production nationale (Article VI du GATT et Accord sur la mise en œuvre de l Article VI du GATT de 1994) Droits compensateurs: mesures visant à neutraliser l effet des subventions instituées par le gouvernement d un pays exportateur qui causent ou sont susceptibles de causer un dommage important à une branche de production nationale (Articles VI et XVI du GATT et Accord sur les subventions et les mesures compensatoires) Mesures d urgence : protection temporaire s appliquant dans les cas où l importation d un produit cause ou est susceptible de causer un dommage grave aux producteurs nationaux de produits directement concurrents (Article XIX). Clause de sauvegarde spéciale : prévue par l Accord sur l Agriculture (Article 5) uniquement pour les produits agricoles ayant fait l objet d une tarification durant le Cycle d Uruguay, désignées dans les listes des pays par le symbole «SGS, qui donne le droit d invoquer cette clause. La disposition reste en vigueur pendant la durée du processus de reforme vise par l Article 20 de ce même Accord, qui reste à déterminer. Balance des paiements : restrictions à l importation visant à sauvegarder la position financière extérieure d un pays (Article XII) Industries naissantes : aide publique au développement économique, autorisant les restrictions à l importation pour protéger les industries naissantes (Articles XVII : a et Article XVIII : c). Dérogations générales : autorisent les membres à demander d être relevés d une obligation (Article XXV et Accord de l OMC). A la différence d autres mécanismes, ces dérogations nécessitent l approbation officielle du Conseil de l OMC Dispositions prévoyant des exemptions permanentes des obligations Exceptions générales : mesures nécessaires a la protection de la moralité publique, de la santé, des lois et des ressources naturelles, sous réserve que ces mesures me soient pas discriminatoires et ne constituent pas une restriction déguisée au commerce (Article XX). Modifications des Listes et Renégociations tarifaires : permet le retrait de certaines concessions (par exemple le relèvement des tarifs consolides) sous réserve d offrir une compensation aux Membres affectés (Article XXVIII, Article XXVIII bis). Source : Données compilées par Hoekman et Kostecki (1996) Dans Les négociations commerciales multilatérales sur l Agriculture, Manuel de référence, volume II, l Accord sur l agriculture FAO,

7 Mécanisme de sauvegarde spécial (MSS) La plupart des PVD n ont pas de législation nationale de dispositions de sauvegarde, antidumping et droits compensateurs. Avant la mise en place des accords de Marrakech, les droits additionnels spécifiques et les quotas d importation étaient utilisés sur certains produits (viande; Produits laitiers) afin de compenser les effets négatifs des subventions que les pays de l OCDE octroyaient à leurs exportations. Depuis, certains pays ont entrepris des réformes en se basant sur le modèle de l Accord de sauvegarde du cycle de l Uruguay (ex. Ouganda). En attendant, la plupart des PVD ne possèdent pas d instrument facile à utiliser et ce qui justifie ainsi leur besoin d un mécanisme de sauvegarde spéciale à l instar de la SSG actuelle. En effet, cette dernière simple à manier, n est utilisable que par les pays qui ont eu recours au système de tarification pour consolider leurs tarifs (voir encadré 3) Para 42: Un mécanisme de sauvegarde spéciale (MSS) sera établi pour utilisation par les pays en développement Membres. D après ce paragraphe, l idée du mécanisme de sauvegarde spéciale pour les pays en développement est acquise. Mais rien n est dit sur sa nature. Si on se base sur le fonctionnement de la SGS actuelle, une mesure de sauvegarde spéciale consisterait à appliquer des tarifs de Encadre 3:Le fonctionnement actuel de la clause de sauvegarde spéciale La clause de sauvegarde spéciale pour l agriculture peut être invoquée uniquement pour des produits pour lesquels il a été procédé à une tarification soit moins de 20 pour cent de tous les produits agricoles (définis par ligne tarifaire ) et à condition que le gouvernement se soit réservé le droit de le faire dans sa liste d engagements relatifs à l agriculture. Elle ne peut pas être invoquée pour des importations entrant dans le cadre de contingents tarifaires. Clause de sauvegarde spéciale: qui s est réservé le droit de l invoquer? Actuellement, 39 Membres se sont réservé le droit d appliquer un total de mesures de sauvegarde spéciale sur des produits agricoles. Afrique du Sud (166) Australie (10) Barbade (37) Botswana (161) Bulgarie (21) Canada (150) Colombie (56) Corée (111) Costa Rica (87) El Salvador (84) Équateur (7) États-Unis (189) Guatemala (107) Hongrie (117) Indonésie (13) Islande (462) Israël (41) Japon (121) Malaisie (72) Maroc (374) Mexique (293) Namibie (166) Nicaragua (21) Norvège (581) Nouvelle-Zélande (4) Panama (6) Philippines (118) Pologne (144) République slovaque (114) République tchèque (236) Roumanie (175) Suisse- Liechtenstein (961) Swaziland (166) Taipei chinois ( 84) Thaïlande (52) Tunisie (32) UE (539) Uruguay (2) Venezuela (76) Source : WTO(2004) : Historique des négociations sur l agriculture : les questions et où nous en sommes, 1 décembre 2004.Le nombre de produits visés dans chaque cas est indiqué entre parenthèses, mais la définition donnée pour un produit peut varier. Pour plus de précisions, reportez-vous à la note d information du Secrétariat de l OMC intitulée Sauvegarde spéciale pour l agriculture G/AG/NG/S/9/Rev.1. sauvegarde plus élevés qui seraient automatiquement déclenchés lorsque - le volume des importations excède un certain niveau - ou que les prix tombent en deçà d un certain niveau; En outre, il n est pas nécessaire de démontrer qu un dommage grave est causé à la branche de production nationale. C est cette dernière disposition que réclame les PVD et dont tout 7

8 système de sauvegarde devrait se munir. Par ailleurs, on pourrait également utiliser le système existant en ajoutant des dispositions de TSD plus favorables pour les PVD sur les quantités et les prix de déclenchement et les tarifs de sauvegarde par exemple. Lien entre PS et SSM Les deux concepts ne répondent pas aux mêmes objectifs. Le concept de produits spéciaux est un concept à long terme tandis que celui du mécanisme de sauvegarde spéciale répond à des problèmes spécifiques et temporaires, à savoir l augmentation massive des importations ou la baisse soudaine des prix à l import. Les produits spéciaux sont les produits qui sont le plus vulnérables au changement dans l environnement commercial et auraient besoin d une plus longue période pour s ajuster. Cependant, dans le cas d une augmentation massive des importations, ou des réductions de prix, les produits spéciaux souffriraient le plus et pour cette raison auraient également besoin d un instrument adéquat pour répondre à ce cas particulier. Ainsi les PS pourraient également être éligibles au SSM. 4 Sur quels critères sont choisis les produits spéciaux? Produits couverts - Auto désignation sans limitation : cette option a la faveur des pays africains car elle donne une totale flexibilité de choix aux pays. Mais pour les autres membres réticents au concept cela signifie de signer un chèque en blanc sans garantie que les produits sélectionnés répondent aux besoins des pays en matière de développement rural et de sécurité alimentaire. -Auto désignation avec limitation: une autre alternative serait de sélectionner les produits spéciaux sur la base des stratégies nationales de développement (DSRP: document stratégique de réduction de la pauvreté) pourraient être limités par: - pourcentage du nombre de lignes tarifaires et/ou - totalité de tous les PS pourraient représenter moins de A% de la totalité des importations (importations agricoles). - Sélection avec un nombre limité de produits sous les chapitres HS 4 ou HS 6 Cette option a le mérite d être simple et équitable pour tous. Mais cela peut poser des problèmes dans un même secteur entre produits spéciaux et produits non spéciaux. Mais il n est pas certain que les autres membres de l OMC puissent accepter cette option car elle est également déconnectée de la préoccupation première a savoir la sécurité alimentaire et le développement rural. -Sélection avec des critères numériques et quantitatifs Un des avantages de cette sélection est son objectivité. Une fois que l on s est mis d accord sur les critères, le système a le mérite d être transparent. Mais la grande difficulté reste le choix même des différents critères qui mesurent la sécurité alimentaire. 8

9 Critères possibles Importance du produit dans l économie production en % de la production agricole totale Surface cultivée Contribution à l emploi - nombre de personnes travaillant dans le secteur et en % de la population active agricole Contribution du produit dans le régime alimentaire de la population Pays couverts le choix des pays pourrait être : 1) tous les pays en développement 2) tous les PMAs et les pays importateurs nets de produits alimentaires 3) tous les pays à faible revenu et déficitaires au niveau alimentaire (selon la classification de la FAO) 4) les pays présentant une insécurité alimentaire définie par des critères numériques à négocier Les principaux indicateurs seraient PNB par tête en dessous d une certaine limite... Grande proportion de la population dépendant de l agriculture (population agricole en % de la population totale) Grande proportion de la population dépendant de l agriculture et vivant avec moins de 2 dollars Une grande concentration des exportations sur 1 à 3 produits Autres considérations Intégration régionale Pour les pays ayant un tarif extérieur commun, il s agit de se coordonner pour choisir les mêmes produits spéciaux. Commerce Sud/Sud Le concept de produits spéciaux est de permettre aux pays de poursuivre une politique de développement tout en libéralisant davantage les autres secteurs afin de ne pas être marginalisés. 5 Quelques précautions à prendre - l introduction du concept de produits sensibles éligibles pour tous les membres pourrait compliquer quelque peu le concept de produits spéciaux car ils sont la même finalité 9

10 - la flexibilité accordée dans le cadre de l accès au marché pour les produits spéciaux dépendra de la formule tarifaire négociée; - Par ailleurs, la sélection des produits spéciaux aurait des effets sur les produits de substitution, les produits transformés ainsi que les intrants utilisés dans la production des dits produits. - Enfin l efficacité de cette mesure ne peut être réelle si et seulement si d autres mesures sont prises afin de réduire les distorsions sur les marchés mondiaux des produits agricoles. 10

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

Sustainable Development and Trade Issues. ICTSD Resource Paper No. 3. Isabelle Mamaty Economiste du développement, Congo

Sustainable Development and Trade Issues. ICTSD Resource Paper No. 3. Isabelle Mamaty Economiste du développement, Congo Sustainable Development and Trade Issues ICTSD Resource Paper No. 3 Les pays africains et l Accord sur l agriculture Quelle place pour le développement durable? Isabelle Mamaty Economiste du développement,

Plus en détail

LES ACCORDS. L OMC est fondée sur des règles ; ses règles sont des accords négociés. 1. Aperçu général: un guide pour la navigation.

LES ACCORDS. L OMC est fondée sur des règles ; ses règles sont des accords négociés. 1. Aperçu général: un guide pour la navigation. Chapitre 2 LES ACCORDS L OMC est fondée sur des règles ; ses règles sont des accords négociés 1. Aperçu général: un guide pour la navigation Les accords de l OMC régissent les marchandises, les services

Plus en détail

LES MESURES DE DEFENSE COMMERCIALE DE L APE UE/AO. Par M. Fallou Mbow FALL, Chef de la Division des Politiques Commerciales Sectorielles/DCE.

LES MESURES DE DEFENSE COMMERCIALE DE L APE UE/AO. Par M. Fallou Mbow FALL, Chef de la Division des Politiques Commerciales Sectorielles/DCE. LES MESURES DE DEFENSE COMMERCIALE DE L APE UE/AO. Par M. Fallou Mbow FALL, Chef de la Division des Politiques Commerciales Sectorielles/DCE. PLAN DE LA PRESENTATION I. Introduction II. Rappel des dispositifs

Plus en détail

Politique économique extérieure:

Politique économique extérieure: Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche / DEFR Secrétairiat d état à l économie Direction des affaires économiques extérieures Politique économique extérieure: Chances et

Plus en détail

Qu est-ce que le commerce équitable?

Qu est-ce que le commerce équitable? FAIR TRADE RULES! Position du mouvement international du commerce équitable en vue de la VI e Conférence Ministérielle de l OMC à Hong Kong Octobre 2005 «Nous, les membres du mouvement international du

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Présentation de l OMC

Présentation de l OMC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L ECONOMIE ET COMMERCE Programme Hub&Spokes II Atelier de Vulgarisation sur l Accord sur la Facilitation des Echanges de l OMC, à l attention de la Presse

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE FINAL RAPPORT FINAL

RAPPORT D ETUDE FINAL RAPPORT FINAL Groupe de recherche et d échanges technologiques RAPPORT D ETUDE FINAL Etude prospective sur les mesures de protection nécessaires pour le développement du secteur agricole en Afrique de l Ouest (illustration

Plus en détail

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED L/7162/Add.l8 6 mai 1994 Distribution limitée (94-0829) Original: anglais SUBVENTIONS Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général L atome pour la paix Conseil des gouverneurs Conférence générale GOV/2015/46-GC(59)/16 19 août 2015 Réservé à l usage officiel Point 8 b) i) de l ordre du jour provisoire du Conseil des gouverneurs (GOV/2015/43)

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Circulaire intérieure du GATT n

Circulaire intérieure du GATT n Un exemplaire par 11 août 1964 membre du personnel Circulaire intérieure du GATT n 12k/kù5..Z "DIX-HUITIÈME STAGE Etudes à la Division générale du Département de la politique et de la documentation commerciales

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Les Règles Contraignantes d Entreprise francophones (RCEF) Foire aux questions (FAQ) Version pour les entreprises décembre 2014

Les Règles Contraignantes d Entreprise francophones (RCEF) Foire aux questions (FAQ) Version pour les entreprises décembre 2014 Les Règles Contraignantes d Entreprise francophones (RCEF) Foire aux questions (FAQ) Version pour les entreprises décembre 2014 Résumé Ce document a été rédigé à l attention des entreprises candidates

Plus en détail

COMMERCE et ENVIRONNEMENT. Ouvrir la voie au développement durable

COMMERCE et ENVIRONNEMENT. Ouvrir la voie au développement durable COMMERCE et ENVIRONNEMENT Ouvrir la voie au développement durable Le saviez vous? La création de l OMC en 1995 a marqué une étape cruciale dans l histoire du commerce multilatéral, offrant de nouvelles

Plus en détail

L Organisation mondiale du commerce...

L Organisation mondiale du commerce... L Organisation mondiale du commerce......en quelques mots, l Organisation mondiale du commerce (OMC) est la seule organisation internationale qui s occupe des règles régissant le commerce entre les pays.

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Page 153 ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Les Membres, Considérant que les Ministres sont convenus, dans la Déclaration de Punta del Este, que "à la suite d'un

Plus en détail

Convention sur la protection des enfants et la coopération en matière d adoption internationale

Convention sur la protection des enfants et la coopération en matière d adoption internationale Texte original Convention sur la protection des enfants et la coopération en matière d adoption internationale 0.211.221.311 Conclue à La Haye le 29 mai 1993 Approuvée par l Assemblée fédérale le 22 juin

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs Information concernant l état de la Convention, de l'accord relatif à l'application de la Partie XI de la Convention et de l Accord aux fins de l'application des dispositions de la Convention relatives

Plus en détail

ÉQUIPE DE COMMERCE DES BIENS ET DES PRODUITS DE BASE

ÉQUIPE DE COMMERCE DES BIENS ET DES PRODUITS DE BASE Original: anglais PROGRAMME POUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT ÉQUIPE DE COMMERCE DES BIENS ET DES PRODUITS DE BASE QUELQUES CONSIDÉRATIONS RELIÉES À L ADHÉSION À L ACCORD DU SGPC ET À LA PARTICIPATION

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits

Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits Appels nationaux (États-Unis, Canada et Guam): 1. Composez le 888-236-7527 Appels internationaux: 1. Pour appeler EthicsPoint

Plus en détail

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier Loi n 13-89 relative au commerce extérieur promulguée par le dahir n 1-91-261 du 13 joumada I 1413 (9 novembre 1992), telle quelle a été modifiée et complétée par la loi n 37-93 promulguée par le dahir

Plus en détail

Un étudiant d un groupe pourra être déplacé à un autre groupe différent dans le cas où ce dernier s adapte plus à son niveau.

Un étudiant d un groupe pourra être déplacé à un autre groupe différent dans le cas où ce dernier s adapte plus à son niveau. Termes et Conditions Généraux La régularisation de l inscription pour un cours de langues de Route 66 langues (dorénavant, l Académie ) implique l acceptation de toutes et chacune des conditions générales

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

NEGOCIATIONS COMMERCIALES DE L OMC SUR L ACCES AUX MARCHES POUR LES PRODUITS NON AGRICOLES ET LES PAYS ACP

NEGOCIATIONS COMMERCIALES DE L OMC SUR L ACCES AUX MARCHES POUR LES PRODUITS NON AGRICOLES ET LES PAYS ACP NEGOCIATIONS COMMERCIALES DE L OMC SUR L ACCES AUX MARCHES POUR LES PRODUITS NON AGRICOLES ET LES PAYS ACP Par A. LIONTAS Mandaté par FRIEDRICH EBERT STIFTUNG Bureau de Genève Pour Le Bureau des ACP à

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

ACCORD SUR L'AGRICULTURE

ACCORD SUR L'AGRICULTURE Page 47 ACCORD SUR L'AGRICULTURE Les Membres, Ayant décidé d'établir une base pour entreprendre un processus de réforme du commerce des produits agricoles conformément aux objectifs des négociations énoncés

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Le Tarif Extérieur Commun de la CEDEAO (ECOTrade) Questions à résoudre

Le Tarif Extérieur Commun de la CEDEAO (ECOTrade) Questions à résoudre Le Tarif Extérieur Commun de la CEDEAO (ECOTrade) Questions à résoudre J. Dirck Stryker, AIRD 4 mars 2005 Le Communiqué final du vingt-huitième sommet des Chefs d États et de gouvernements de la CEDEAO

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT Article 15.1 : Droit et politique en matière de concurrence 1. Chacune des Parties adopte ou maintient des mesures prohibant les

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN Compagnie de Saint-Gobain Les Miroirs 18, avenue d'alsace (92400) Courbevoie France S.A. au capital de 2 220 707 160 542 039 532 R.C.S. Nanterre Le 21 mars 2014 Communiqué AUGMENTATION DE CAPITAL 2014

Plus en détail

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre WP Board No. 934/03 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 7 mai 2003 Original : anglais Comité exécutif

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

Réunion d experts Financement du développement en Afrique du Nord Rabat, Maroc, 19-21 octobre 2010

Réunion d experts Financement du développement en Afrique du Nord Rabat, Maroc, 19-21 octobre 2010 CEA-AN/AH/FD/10/3 Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Réunion d experts Financement du développement en Afrique du Nord Rabat, Maroc, 19-21 octobre 2010 LE

Plus en détail

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Luis Frota, Programme STEP Département de la Sécurité Sociale BIT Turin, 26 Novembre 2007 Campagne mondiale sur l extension de la sécurité

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

statut de l office du haut commissaire des nations unies pour les réfugiés

statut de l office du haut commissaire des nations unies pour les réfugiés statut de l office du haut commissaire des nations unies pour les réfugiés Résolution n o 428 (V) de l Assemblée générale du 14 décembre 1950 s t a t u t d u h a u t c o m m i s s a r i a t d e s n a

Plus en détail

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences FRANCE PISA 2012 : Faits marquants Performance en mathématiques La performance des élèves de 15 ans en mathématiques se situe en France au niveau de la moyenne des pays de l OCDE, avec un score de 495

Plus en détail

b la flexibilité au sein des accords commerciaux

b la flexibilité au sein des accords commerciaux II B LA flexibilité AU SEIN DES ACCORDS COMMERCIAUx b la flexibilité au sein des accords commerciaux Le but de cette section est : a) de préciser ce qui justifie l inclusion de mesures contingentes dans

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Commission des finances

Commission des finances Autorité internationale des fonds marins ISBA/21/FC/5 Commission des finances Distr. limitée 4 juin 2015 Français Original : anglais Vingt et unième session Kingston (Jamaïque) 13-24 juillet 2015 État

Plus en détail

Synthèse. Loyauté et réciprocité des échanges entre l Union Européenne et les pays tiers. Propositions et axes de réflexion des IEEC

Synthèse. Loyauté et réciprocité des échanges entre l Union Européenne et les pays tiers. Propositions et axes de réflexion des IEEC Synthèse Loyauté et réciprocité des échanges entre l Union Européenne et les pays tiers Propositions et axes de réflexion des IEEC Introduction Alors que les marchés internationaux ont toujours été un

Plus en détail

Pourquoi est-il important pour une banque de sécuriser le chiffre d affaires des entreprises agricoles?

Pourquoi est-il important pour une banque de sécuriser le chiffre d affaires des entreprises agricoles? Pourquoi est-il important pour une banque de sécuriser le chiffre d affaires des entreprises agricoles? Pourquoi est-il important pour une banque de sécuriser le chiffre d affaires des entreprises agricoles?

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

RPM International Inc. Instructions relatives à la ligne d assistance

RPM International Inc. Instructions relatives à la ligne d assistance RPM International Inc. Instructions relatives à la ligne d assistance Bien que les difficultés relatives à la conformité puissent souvent être résolues au niveau local, la ligne d assistance de RPM International

Plus en détail

Service d assistance matérielle HP destiné aux voyageurs intervention le jour ouvrable suivant Amériques

Service d assistance matérielle HP destiné aux voyageurs intervention le jour ouvrable suivant Amériques Service d assistance matérielle HP destiné aux voyageurs intervention le jour ouvrable suivant Amériques Services Care Pack HP Données techniques Le Service d assistance matérielle HP destiné aux voyageurs

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

Conférence-débats sur le TEC CEDEAO: menaces et opportunités pour l économie du Bénin

Conférence-débats sur le TEC CEDEAO: menaces et opportunités pour l économie du Bénin Conférence-débats sur le TEC CEDEAO: menaces et opportunités pour l économie du Bénin Cotonou 27 aout 2013 Salifou TIEMTORE Directeur des Douanes pi RAPPELS L article 3 du Traité Révisé fait de la création

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI»

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» La SOPARFI n'est pas régie par une loi spécifique, mais se définit comme une société de capitaux luxembourgeoise soumise à une fiscalité tant directe

Plus en détail

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE STR DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE Directives pour l Amérique du Nord et les Caraïbes Nombre minimum de propriétés Les groupes de compétiteurs doivent inclure

Plus en détail

La profession d architecte à l international, synthèse de l étude du Collège des architectes de Catalogne

La profession d architecte à l international, synthèse de l étude du Collège des architectes de Catalogne La profession d architecte à l international, synthèse de l étude du Collège des architectes de Catalogne En 1999, à l occasion de son congrès de Pékin, l UIA adoptait un accord international pour la recommandation

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

Les Tarifs Extérieurs Communs de la CEDEAO et leurs conséquences sur APE. Bio Goura SOULE LARES Cotonou

Les Tarifs Extérieurs Communs de la CEDEAO et leurs conséquences sur APE. Bio Goura SOULE LARES Cotonou Les Tarifs Extérieurs Communs de la CEDEAO et leurs conséquences sur l intégration régionale r et la négociation n des APE Bio Goura SOULE LARES Cotonou Plan de la présentation Le contexte généralg La

Plus en détail

Rabat, le 30 décembre 2005 CIRCULAIRE 4976/222

Rabat, le 30 décembre 2005 CIRCULAIRE 4976/222 Rabat, le 30 décembre 2005 CIRCULAIRE 4976/222 OBJET : - Entrée en vigueur de l'accord de Libre Echange conclu entre le Royaume du Maroc et la République de Turquie. REFER : - Correspondance n 18094/003008

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 Site de L'Ambassade Modalités d obtention d un visa Si vous êtes de nationalité française ou ressortissant

Plus en détail

Tarif des paiements internationaux, des opérations de change et des opérations documentaires

Tarif des paiements internationaux, des opérations de change et des opérations documentaires Tarif des paiements internationaux, des opérations de change et des opérations documentaires Vous trouverez dans cette brochure un aperçu des tarifs concernant: 1. Paiements internationaux 2 2. Opérations

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production 2004-2005 - Tous droits de reproduction réservés. Par les mêmes organisateurs : 40 ateliers gratuits sur

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN Groupe de recherche en économie et politique agricoles, Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation, Université Laval SOMMAIRE PRÉAMBULE Daniel-Mercier Gouin est directeur

Plus en détail

Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell. Guide de démarrage de votre nouveau service de Bell

Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell. Guide de démarrage de votre nouveau service de Bell Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell Guide de démarrage de votre nouveau service de Bell Table des matières Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell...

Plus en détail

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international.

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international. DES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. REUTERS/ANDY GAO Registre international Registre international Amérique du Nord Bermudes Canada Mexique États-Unis : Marques fédérales, Marques d État Amérique

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Tarif Douanier Commun. Jean-Michel GRAVE Octobre 2014 Présentation 4.1.1

Tarif Douanier Commun. Jean-Michel GRAVE Octobre 2014 Présentation 4.1.1 Tarif Douanier Commun 1 Jean-Michel GRAVE Octobre 2014 Présentation 4.1.1 Plan I. Tarif Douanier Commun II. Nomenclature combinée III. Classement tarifaire IV. Droits du tarif douanier commun 2 I. Tarif

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

La dynamique des négociations sur la multifonctionnalité à l OMC. Anthony Aumand (Iddri) N 20/2004 LIBERALISATION DU COMMERCE

La dynamique des négociations sur la multifonctionnalité à l OMC. Anthony Aumand (Iddri) N 20/2004 LIBERALISATION DU COMMERCE institut du développement durable et des relations internationales 6, rue du Général Clergerie 75116 Paris France Tél. : 01 53 70 22 35 iddri@iddri.org www.iddri.org N 20/2004 LIBERALISATION DU COMMERCE

Plus en détail

L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014

L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014 L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014 Introduction L économie canadienne est tributaire des exportations, en particulier dans les secteurs agricoles et

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

Le système de préférences généralisées de l Union européenne SPG

Le système de préférences généralisées de l Union européenne SPG Le système de préférences généralisées de l Union européenne SPG Commission européenne Direction générale du Commerce Sven Torfinn/Panos Pictures Table des matières 2 Qu'est-ce que le SPG? 3 Historique

Plus en détail

de résultat opérationnel courant (3) en hausse de 20,7 % (4) Ratings AA-, perspective stable par Fitch Ratings et A2, perspective stable par Moody s

de résultat opérationnel courant (3) en hausse de 20,7 % (4) Ratings AA-, perspective stable par Fitch Ratings et A2, perspective stable par Moody s REGARD SUR COFACE / Le Groupe Coface est un leader mondial de l assurance-crédit et un expert reconnu des risques commerciaux. Il propose aux entreprises du monde entier des solutions pour les protéger

Plus en détail