BELLES SOUMISES. Page 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BELLES SOUMISES. Page 1"

Transcription

1 Page 1

2 (1) L'Education d'aude (2) Rasage et Lavement pour ma Copine Eve (3) Maître G (4) La Révélation (5) Orane (6) Saba (7) Gynéco Hard (8) La Prostitution (9) Natasha (10) Partie de Chasse (11) La Course (12) Histoire de Julie (excla) (13) Louise et les Aiguilles (Letoga) Page 2

3 (1) L'Education d'aude par Aude Aude redoutait de plus en plus la venue de Marie. Cette très belle femme blonde de 40 ans sentait qu'elle ne pourrait plus résister aux assauts de la jeune femme qui avait jeté son dévolu sur elle. Marie savait à quel point Aude la trouvait jolie et désirable. Elle avait aussi compris que le vieux fond de salope soumise de Aude ne demandait qu'à se réveiller. Elle était très sensuelle mais sa vie sexuelle était calme depuis plusieurs années. Elle n'avait jamais eu d'expérience bisexuelle mais il lui était arrivé de se masturber en regardant de très jolies filles dans les magazines. Elle imaginait alors qu'elle devait se soumettre à toutes les fantaisies sexuelles de ces topmodels et elle appréciait par dessus tout ce rôle de salope. Marie sentait ce trouble et avait décidé de l'exploiter au maximum. Elle avait commencé par de discrets effleurements sur les jambes de sa future belle-mère lorsqu'elle s'asseyait près d'elle, de petits coups d'oeil dans le décolleté de son corsage. Marie posait systématiquement une main sur l'épaule d'aude quand elle l'embrassait pour lui dire bonjour, chaque jour sa main se rapprochait du cou pour toucher la peau nue et la griffer légèrement du bout de l'ongle. Ce qui avait convaincu Marie qu'aude était prête à être dressée avait été l'accueil que cette dernière avait réservé à son cadeau d'anniversaire. Elle lui avait acheté une ravissante parure en dentelle blanche très Page 3

4 transparente et s'était arrangé pour pouvoir la lui offrir une après-midi où Aude était seule chez elle. Elle regardait la télévision dans sa chambre quand Marie arriva. Cette dernière monta dans la chambre et offrit son superbe cadeau. Elle embrassa Aude tout près de la bouche. Elle avait pris le soin d'humidifier ses lèvres pour que le baiser soit très chaud. Aude la remercia chaleureusement. Câline, Marie passa un bras autour de sa taille et lui demanda de l'essayer tout de suite. Elle s'adossa à la porte de la salle de bains comme pour suggérer qu'il était exclu qu'elle puisse s'isoler pour se changer. Aude hésita un instant, elle rougit un peu et se retourna pour déboutonner son chemisier qu'elle fit glisser sur ses hanches. Elle offrit le spectacle de son dos nu et bronzé au regard attentif de Marie. - Cette chienne ne porte pas de soutiengorge, pensa Marie, elle aime avoir les seins nus et libres, c'est bon signe. Elle a conservé une grosse poitrine pour une femme de son âge et elle tient plutôt bien. Ses tétons sont très proéminents comme ceux de sa fille, ils doivent être terriblement sensibles... Aude ôta sa ceinture et fit glisser son pantalon, le regard de Marie caressa ses longues cuisses bronzées, bien musclées. Ses fesses étaient très bien dessinées, fermes et rondes, Aude avait un cul d'adolescente. Elle se redressa, elle n'avait qu'une petite culotte noire qui remontait haut sur ses hanches. Elle rentrait un peu le ventre et n'osait pas Page 4

5 regarder Marie dans les yeux. Marie par contre détaillait avec intérêt la chatte qui s'offrait à ses regards à travers le tissu. Le pubis était gonflé de façon très impudique, Marie devinait le dessin des grandes lèvres comprimées par le tissu, il semblait bien que la toison était complètement épilée. Aude glissa les doigts sous les bords de sa culotte, Marie eut un frisson d'heureuse surprise lorsqu'elle comprit que Aude allait ôter son slip devant elle. - Tu as envie de l'enlever devant moi, ma petite pute, tu as envie de te mettre nue devant ta maîtresse pour lui montrer comme tu es bien faite, tu as un tempérament d'esclave, tu es motivée, d'ailleurs la preuve tu es épilée, c'est parfait jubila Marie en ellemême. Aude laissa glisser la culotte sur ses chevilles et l'écarta du pied. Elle était complètement nue et elle se sentait bien. Elle se retourna et se pencha en avant pour ramasser ses vêtements, elle offrit alors une vue magnifique sur ses fesses cambrées. Marie suivit du regard le sillon très haut et parfaitement glabre, même autour de l'anus. - Elle a le cul bien ouvert, son anus est très accessible, elle va très bien supporter le fistage. Et elle aime se montrer. Il faudrait qu'elle écarte un peu les jambes, voilà comme ça, pas de doute, elle s'exhibe, elle a une très grosse chatte, je la ferai défoncer par toutes mes copines! Marie se leva et apporta la culotte blanche à Aude. Elle posa une main sur son ventre et la glissa sur le pubis, rapidement et légèrement. Page 5

6 La peau était parfaitement lisse. Aude ne dit rien. - Essayez cette petite culotte, elle vous ira très bien. Aude l'enfila. Marie tournait autour d'elle. Elle mourait d'envie de glisser les mains dans le slip pour saisir ces belles fesses à pleines mains. Elle aida Aude à mettre le soutien-gorge en glissant les doigts sous les bonnets pour positionner les tétons dans la dentelle; Aude se laissa faire encore. Alors Marie prit Aude aux épaules, la retourna et posa ses lèvres sur les siennes, elle glissa sa langue dans la bouche de Aude puis s'écarta. - Je veux que tu deviennes ma pute et tu vas le devenir lui murmura-t-elle... N'est-ce pas? Puis elle partit. Aude s'effondra tremblante et balbutiante. Quelque chose venait d'exploser dans sa tête, quelque chose de doux et de nouveau, comme un sentiment amoureux, doucereux et malsain. Depuis elle n'avait pas revu Marie, elle attendait sa visite, elle mourait d'envie de la revoir et elle en avait peur en même temps. La peur n'évite pas le danger, pas vrai Aude? Cette après-midi là, Aude préparait un repas dans la cuisine. Elle portait un tailleur car elle devait sortir le soir même. Marie avait pris son après-midi, elle savait Aude seule chez elle. Mari parti en voyage d'affaires, qui va à la chasse perd sa place. Elle se glissa dans la cuisine sans qu'aude l'entende. Elle s'arrêta derrière elle et posa les mains sur Page 6

7 ses hanches. Elle remonta sous la veste ouverte et empoigna les seins d'aude qui ferma les yeux en gémissant. Elle savait qui était derrière elle, elle était prête. Elle n'avait pas de soutien-gorge et Marie put prendre ses outres à pleines mains à travers le tissu. Elles étaient bien fermes et lourdes, Marie sentait les mamelons durcis. - Tu as envie que je continue? - Oui, je t'aime, je suis si heureuse que tu sois là... Elle les étira aussi fort qu'elle put en plantant ses ongles dans la chair tendre, Aude eut un long gémissement de douleur, Marie relâcha son étreinte et recommença, Aude posa ses mains sur les siennes. - Je t'en prie, c'est très douloureux... - Evidemment c'est douloureux! Mais c'est ce que tu veux non? Je veux que tu acceptes de suivre un stage de dressage avec moi, pour que tu deviennes ma chienne, une bonne esclavepute, mon urinoir favori, un bel objet docile, tu acceptes... - Tu es folle, laisse-moi... Marie agaça les pointes des mamelles d'aude, elle étaient rigides et dardaient entre ses doigts. Elle reprit les seins gonflés et les étira jusqu'à la limite du supportable, elle les fit rouler contre ses paumes, elle les comprima comme de vulgaires éponges. Aude n'en pouvait plus. Elle avait mal et en même temps, elle avait envie que Marie continue. Page 7

8 - Je suis à toi. Tu peux me faire ce que tu veux. J'obéirai... - Tu seras une jolie chienne en chaleur? - Oui, pour toi. - Ta bouche et ton cul seront gourmands de tout ce que je leur donnerai? Tu seras mon petit urinoir personnel, je pourrai me servir de ta chatte comme j'en ai envie? Aude ne savait plus ce qu'elle devait dire, les images tournaient dans sa tête, Marie caressait son ventre et détachait sa jupe pour glisser une main sur son mont-de-vénus lisse et doux... - Tu es trempée, tu coules comme une fontaine, tu adores ça, tu es faite pour être dressée. Je veux que tu te mettes torse nu et que tu m'offres humblement tes gros pis de vache, en me priant de les traiter comme je veux... Allez vas-y dépêche-toi, je veux bien voir tes seins nus et offerts, je veux que tu les prennes dans tes mains et que tu me les offres. Aude se retourna, elle haletait et Marie admira son ventre plat qui se soulevait à un rythme rapide laissant glisser à chaque fois un peu plus la jupe dégrafée. - Mais, quelqu'un pourrait arriver... Marie la gifla à toute volée. Puis elle tendit sa main à Aude. - Tu n'as pas à répondre mais à obéir... Embrasse mes doigts puis suce-les pour me remercier de t'avoir frappée, et mets-toi torse Page 8

9 nu, tu es une pute, tu dois apprendre à vivre nue, même chez toi, même ici. Aude, les larmes aux yeux se mit à embrasser avec ferveur les doigts fins de Marie, puis elle les suça un par un, ils sentaient bon la vanille, Marie lui fit ensuite lécher la paume de sa main, comme si elle était un jeune animal. - Bien, tu lèches bien, tu as une grosse langue douce, je vais t'apprendre à aimer lécher mon corps, même dans ses parties les plus intimes. Alors montre-moi bien comme tu es faite. Aude à demi-nue se redressa devant Marie, elle voulait que sa maîtresse soit fière de sa poitrine. Marie prit les pointes entre ses ongles et les pinça jusqu'à ce qu'ils deviennent très pâle, Aude rentra les épaules tant la douleur était vive. - Je peux les travailler comme je veux? - Oui, ils sont à toi... - J'ai déjà deux esclaves, elles ont les seins complètement étirés, ce sont de vrais gants de toilette, comme j'ai moi de petits seins, je ne supporte pas que mes esclaves aient une grosse poitrine ferme. Toi comme les autres, je vais travailler tes seins pour les déformer, pour qu'ils deviennent très souples, très malléables. Tu acceptes cette transformation. - Oui maîtresse, je vous offre mes seins pour que vous puissiez les modeler comme vous le souhaitez. Page 9

10 - Je vais sans doute te faire percer les mamelons pour les anneler. Tu acceptes d'être annelée? Tu as de très grosses pointes, tu pourras porter plusieurs anneaux à chaque téton, ça dilatera tes corolles, et le poids des anneaux facilitera la dilatation de tes mamelles. Aude frissonna. Elle imagina ses seins nus offerts aux aiguilles de sa maîtresse. Mais elle ne dit rien. Marie finit de dégrafer la jupe d'aude, elle tomba sur le sol. - Tu vas ôter ta culotte et tu vas me l'offrir comme signe de soumission, je ne veux plus que tu portes de culotte en ma présence. C'est très bien que tu sois épilée, toutes mes esclaves le sont, pour être bien nues quand le le veux. Je veux savoir que ta chatte est nue lorsque nous sommes ensemble, c'est bien compris. Si je te rencontre par hasard, même dans un lieu public, tu dois immédiatement chercher un moyen de te mettre vulve nue devant moi en me facilitant l'accès à ta chatte. Montre-moi tes grandes lèvres maintenant, je veux que ton intimité n'ait plus aucun secret pour moi. Aude se pencha en avant ce qui permit à Marie de saisir ses seins libres dans le vide. Aude gémit de bonheur, elle adorait que Marie la caresse. Depuis quelques minutes, elle se rendait qu'elle avait terriblement envie de faire l'amour avec cette jeune femme à laquelle elle sacrifiait son intimité. En enlevant sa culotte, elle réalisa qu'elle était trempée et que son pubis bombé était luisant d'humidité. Page 10

11 Elle se redressa les cuisses légèrement écartées. Marie glissa une main sur le bas de son ventre et se mit à fourrager dans les chairs tièdes, elle suivit le dessin des grandes lèvres, chercha leur point le plus sensible et enfonça durement deux doigts dans le vagin d'aude. Cette dernière poussa un petit gémissement de douleur, son vagin était assez étroit et les doigts de Marie le distendaient trop vite, elle sentit que sa maîtresse cherchait son clitoris, elle avança ses hanches pour mieux s'offrir et elle sentit les doigts qui s'approchaient de la protubérance sensible nichée au fond d'elle. Marie la masturba posément, régulièrement pendant prés d'une minute puis elle présenta ses doigts mouillés à Aude. - Regarde dans quel état tu es... L'intérieur de tes cuisses est trempé. Tu es une bonne esclave. Je vais te récompenser. Agenouille-toi, et écarte bien les cuisses, tiens les lèvres de ta chatte bien ouvertes et cambre-toi, c'est une posture d'offrande que tu dois adopter à chaque fois que je te le demande. Aude s'exécuta, elle saisit ses grandes lèvres et les ouvrit largement pour offrir à Marie le spectacle des replis nacrés de son vagin. Marie releva doucement sa jupe sur ses cuisses. Aude se mordit la lèvre en voyant apparaître les jambes magnifiques de la jeune femme. Elles étaient fines, musclées et galbées. Sa peau semblait très douce. Marie remonta encore sa jupe pour découvrir sa culotte bleue pâle finement ouvragée, la dentelle dissimulait à peine une toison coupée très courte. Elle montra enfin son ventre plat et son nombril Page 11

12 bronzé. Elle écarta les cuisses et appela son esclave. - Viens coller ton visage sur ma chatte, respire à fond très lentement, sens, apprends mon odeur, tu dois adorer cette odeur, tu dois être excitée par cette odeur, elle doit te rendre complètement folle de désir, tu dois être prête à faire n'importe quoi pour pouvoir coller ton nez entre mes cuisses. Aude, la vulve toujours ouverte fourra son nez contre le tissu et aspira longuement. L'odeur était délicieuse, très musquée et mêlée au parfum de la jeune femme. Un frisson parcourut le dos nu de Aude. Cette odeur éveillait en elle un désir de soumission qu'elle n'imaginait pas. Elle posa quelques baisers humbles mais passionnés sur le renflement du pubis et caressa l'intérieur des cuisses de Marie avec sa joue. Celle-ci baissa son slip de façon à découvrir sa toison, elle attira le visage d'aude contre elle. - Vas-y ma chérie, fourre ton nez dans mes poils, régale toi, mais contente toi de sentir, aspire à fond comme une jeune chienne, renifle... Marie se tourna tout doucement et fit encore glisser sa culotte pour libérer ses petites fesses rondes. Le nez de Aude remonta dans le sillon fessier. L'odeur était beaucoup plus forte mais tellement excitante. Aude flaira la petite corolle rose de Marie avec adoration. - Tu vas aimer cette odeur ma chérie, tu vas aimer tout ce que je te donnerai, tu ne peux encore imaginer ce que tu vas devenir. Page 12

13 Elle fit glisser sa culotte bleue sur ses chevilles et elle la roula en boule, elle la plaça sous le nez de Aude, comme on le ferait pour un jeune chien. - Tiens, sens encore, ma culotte porte bien mon odeur, je l'ai portée cette nuit pour toi. Elle sent fort, apprends mon odeur par coeur, elle est toute ta vie. Maintenant, prends la dans ta bouche. Elle fourra sa culotte entre les lèvres d'aude et l'enfonça en entier dans sa gorge. Le spectacle était ravissant. Le tissu bleu émergeait entre les lèvres d'aude qui sentait l'odeur de la chatte de sa maîtresse qui prenait possession de sa bouche et de sa gorge. Marie sortit la pièce de tissu bleu de la bouche de son esclave et la frotta entre ses cuisses, elle contracta légèrement son ventre et Aude vit distinctement le jet clair qui mouillait la dentelle. Marie lui caressa à nouveau la joue et lui ouvrit la bouche. - Goûte, il y a un peu de moi sur cette culotte, un peu de l'odeur de ma vulve et surtout un peu d'urine tiède. Avale mon urine et surtout garde bien ma culotte en bouche, j'y tiens beaucoup, je veux que tu aies une bouche très gourmande. Marie, joignant le geste à la parole glissa à nouveau le slip humide entre les lèvres de son esclave. Aude sentit avec terreur qu'un peu de liquide coulait dans sa bouche, elle avala en pleurant et garda la culotte sur sa langue. Elle savait qu'elle aurait chaque jour cette saveur âcre et piquante entre les lèvres. - Comment trouves-tu mes bottines? Page 13

14 - Elles sont très belles Marie, vraiment ravissantes. - Eh bien, ôte mon slip de ta bouche, penche toi et baise-les. Ce sont les bottines de ta maîtresse, elles sont très précieuses, elle mérite tes baisers passionnés... Aude se pencha en avant et ses lèvres effleurèrent le cuir craquant, elle frissonna et quelque chose explosa dans sa tête quand elle appuya plus fortement sa bouche contre le pied de Marie, elle ne savait pas qu'elle était capable de se comporter comme une chienne docile, cette révélation la troublait beaucoup. Marie admirait le spectacle de cette belle bourgeoise entièrement nue, prosternée devant elle, ses belles fesses rondes offertes qui embrassaient ses bottines avec ferveur. - Lèche-les maintenant, nettoie-les bien pour qu'elles brillent, je veux que ta langue n'oublie rien, lèche ma salope, lèche aussi la semelle, je veux qu'elles soient impeccablement propres, ensuite tu les sécheras avec tes mamelles, oui avec tes jolis seins fermes et doux, tu vas frotter tes seins nus contre le cuir de mes bottes et tu vas adorer ça en plus! Aude rougit d'humiliation, elle se mit à lécher les bottines avec application en s'efforçant de nettoyer la plus grande surface possible comme une bonne ménagère consciencieuse, elle insista sur les petites taches de boue, jusqu'à les dissoudre complètement. Marie appréciait le travail avec satisfaction. Elle se pencha pour flatter le cul de son esclave, Aude tressaillit de plaisir sous la caresse. Quand elle eut Page 14

15 terminé, elle se redressa pour prendre chaque pied de Marie sur sa poitrine, elle comprima ses outres pendant que sa jeune maîtresse faisait aller et venir la chaussure contre la peau douce, les boucles éraflaient les mamelons déjà endoloris. - Il faut maintenant les lustrer, écarte les cuisses, tu as une chatte bien lisse qui fera l'affaire. Ouvre bien tes lèvres pour qu'elles soient en contact direct avec le cuir. Bien ouvre-toi au maximum et place l'entrée de ta vulve sur le bout de ma bottine. Aude saisit ses grandes lèvres et les écarta largement, elle se cambra pour que sa maîtresse puisse apercevoir les replis de son vagin, Marie glissa son pied entre les cuisses nues et glissa contre la vulve ouverte, les boucles accrochèrent les lèvres puis glissèrent contre les muqueuses intérieures. - A toi maintenant, remue ton cul de chienne pour faire briller mes chaussures. Aude commença un mouvement de va et vient avec son bassin pour cirer la bottine de sa maîtresse, sa position était très obscène car il lui semblait qu'elle s'enfonçait sur la chaussure elle-même, elle eut l'impression d'ailleurs que son vagin se dilatait sous la pression du pied. Les boucles griffaient ses lèvres et elle se rendit compte qu'elle mouillait abondamment, sans doute pour atténuer la douleur procurée par la course des boucles. Elle trempa le bout des bottines de Marie et les mouvements de son bassin étalèrent ses sécrétions sur le cuir, sa peau épilée jouait le rôle d'un chiffon à chaussures souple et très doux. Aude se mit à jouir une première Page 15

16 fois sur le pied de Marie. Elle ne pouvait contenir les contractions de son vagin, elle sentit qu'elle coulait comme une fontaine, Marie en profita pour changer de pied, lequel accueillit le précieux liquide. Les mains posées sur les cuisses, Aude se remit au travail tandis que Marie passait doucement la main dans ses cheveux. - Je ne pensais pas que tu serais d'emblée aussi docile. Tu te souviens du jour où tu es devenue une femme? Aujourd'hui tu es devenue une esclave et c'est un jour aussi important dans ta vie... Marie releva largement son pull et découvrit ses seins libres. Ils étaient assez petits mais merveilleusement galbés, les pointes étaient plutôt pâles et soulignées chacun par un grain de beauté. Marie se redressa fièrement. - Alors comment les trouves-tu? - Ils sont magnifiques, ils ont l'air bien fermes. Marie gifla à nouveau Aude à plusieurs reprises, elle se laissa faire docilement puis se mit, comme la première fois à lécher les doigts de sa maîtresse pendant qu'elle parlait. - Tu dois t'extasier sur mes seins, tu dois les diviniser, tu dois rêver de les toucher de les embrasser. Tu dois être beaucoup plus humble et comparer tes mamelles pendantes à ma poitrine, vas-y, je t'écoute... - Tu as des seins magnifiques, les plus beaux que j'ai jamais vus, je voudrais pouvoir les toucher, les aimer. Mes seins sont des Page 16

17 outres tombantes qui t'appartiennent et que tu peux travailler comme tu le désires. - Bravo, c'est beaucoup mieux. Je te laisse. C'est assez pour aujourd'hui. Avant de partir, je vais te laisser un peu de mon goût dans la bouche, regarde. Marie releva sa jupe jusqu'au nombril, Aude put à nouveau voir la jeune chatte à laquelle elle avait goûté, elle perçut l'odeur musquée et son ventre se creusa, elle allait à nouveau avoir cette odeur délicieuse dans la bouche mais Marie se retourna et lui présenta un fessier d'une beauté à couper le souffle, elle glissa une main dans le sillon et enfonça profondément son majeur dans la corolle rose de son anus, elle poussa un soupir de plaisir en se masturbant pendant quelques secondes puis elle sortit un doigt légèrement bruni. - Sors ta langue ma chérie et sois bien gourmande. Aude détourna la tête et ses yeux s'emplirent à nouveau de larmes. - Ne me déçois pas, le goût est un peu fort mais il est bon. Il vient de moi. Tu dois aimer tout ce qui vient de moi, donne-moi ta langue. Aude sortit sa langue et commença à lécher le doigt souillé, puis elle s'enhardit et le prit dans sa bouche, elle le suça longuement jusqu'à ce qu'il soit parfaitement propre. - Tu aimes ça n'est-ce pas? Page 17

18 Aude opina. Marie baissa sa jupe, ramassa sa petite culotte et s'en alla, laissant son esclave nue et frissonnante dans la cuisine. Page 18

19 (2) Rasage et Lavement pour ma Copine Eve par Cécile Je m'appelle Cécile, j'ai 27 ans, je suis blonde et fille de médecin. Adolescente, j'étais très salope malgré mes airs de Sainte Nitouche. Un jour, J'ai profité de l'absence de mes parents pour jouer au docteur avec Eve, ma copine. Nous avons tiré au sort. C'est elle qui a perdu. J'ai enfilé une blouse pendant qu'elle se déshabillait. Eve était mince et menue, mais avec des touffes brunes sous les aisselles, des mamelons poilus et une grosse chatte velue. Moi qui m'épilais tous les poils du corps depuis longtemps je trouvais ça gênant. J'ai décidé de la raser intégralement. Docilement, elle s'est installée sur la table médicale de mon père et j'ai ligoté ses chevilles aux étriers. Après lui avoir rasé le dessous des bras je me suis attaquée aux poils de ses bourgeons qui, du coup, ont grossi. J'ai tété ces belles fraises charnues, puis j'ai rasé la ligne de poils qui reliait son nombril à la fourrure épaisse de son pubis. Alors Eve a écarté les cuisses et j'ai aperçu ses grandes lèvres luisantes de sécrétions. J'ai rasé sa chatte intégralement. J'ai écarté son beau cul ferme pour raser aussi les poils de son mignon petit trou plissé. A ce stade de notre jeu, Eve ruisselait de mouille. J'ai léché sa chair rougie par le feu du rasoir. Elle a gémi en collant sa fente toute lisse sur mes lèvres. J'ai lapé ses chairs sirupeuses qui sentaient la femme. J'adorais ma petite copine et son minou tout luisant! Page 19

20 J'ai fait une pause, le temps d'ôter ma blouse, mon slip, et de me caresser. Ma fente douce et lisse a donné du bon jus de femme. J'ai fait lécher mes doigts à cette gentille petite salope d'eve. Elle les a goulûment sucés comme des sucres d'orge puis m'a suppliée de lui lécher l'abricot. Alors je me suis couchée sur elle, en soixante-neuf, et j'ai pressé ma craquette engluée de sécrétions sur ses lèvres. Elle s'est mise à pomper mon jus et mes chairs brûlantes pendant que je léchais son clito, son vagin et son trou du cul dilaté de plaisir. Nous nous sommes gouinées un bon moment, et puis je me suis levée afin de reprendre mon rôle de docteur, cette fois entièrement nue. J'avais préparé un spéculum, des pinces chromées et une énorme poire à lavement dont la canule s'enflait au milieu comme un gros oignon. Eve a soupiré quand j'ai tenaillé ses pointes de seins avec ma pince. Je m'amusais à les écraser vicieusement, puis à caresser du bout de l'instrument ses mamelons granuleux. Ensuite j'ai pincé ses petites lèvres, je les ai écartées, et j'ai jeté un coup d'oeil dans son vagin. Cette salope n'était plus vierge! Jalouse, j'ai demandé: - Raconte-moi tout, cochonne! Tu t'es fait baiser par devant et aussi par derrière? Tu l'as bien sentie sa grosse queue? Eve m'a tout raconté en rougissant: le garçon l'avait obligée à le sucer avant de la baiser. Ensuite, elle avait dû nettoyer sa pine gluante jusqu'à ce qu'elle reluise! Moi, ça m'excitait d'entendre ma copine dire des cochonneries. J'ai pris le spéculum et je l'ai enfoncé dans son vagin au pubis rasé. Après j'ai examiné sa vulve toute rose qui avait plein de replis Page 20

21 humides: c'était très beau! Je lui décrivais ses organes intimes! Elle a crié: - Fais-moi jouir, Cécile, je n'en peux plus! Branle-moi le con, par pitié! En riant, j'ai fait aller et venir l'instrument dans son manchon, puis je l'ai retiré et j'ai posé une noisette de vaseline dans les replis de son anus. Une poussée, et hop! Le spéculum lui entrait dans le boyau. Eve s'est mise à jouir pendant que je lui travaillais le minou des doigts. Après j'ai approché ma chatte de sa bouche et elle m'a sucé le clito. J'ai joui au moins deux fois tellement elle me gouinait bien. Pour la récompenser, j'ai rempli la poire à lavement d'eau tiède et je lui ai infligé trois remplissages intestinaux d'affilée. Puis je l'ai déliée pour qu'elle aille se vider sur une cuvette. Pendant que ses entrailles rendaient tout, je lui massais la vulve en branlant son clitoris allongé. Elle gémissait et me disait d'arrêter. Mais j'ai insisté, jusqu'à ce que ma salope pisse d'excitation entre mes doigts! Alors, tout en titillant son méat urinaire, j'ai joui sans même me toucher et nous sommes allées prendre une bonne douche en amoureuses... Page 21

22 (3) Maître G De lui, je ne savais pas grand chose. Seulement son prénom: Georges. Qu'il me faudrait l'appeler Maître Georges et accepter ses exigences! Les plus insensées, les plus folles. Ne jamais me refuser à lui, telle une soumise parfaitement éduquée. Une rencontre d'autant plus étrange que ce partenaire, imposé par mon mari, resterait un inconnu pour moi. Il m'était rigoureusement interdit d'ôter le bandeau qui me couvrirait les yeux, je ne devais pas pourvoir le reconnaître, ni lui ni son corps si, par hasard, je venais à être confrontée à lui dans la vie normale. Tel était le contrat. Le scénario avait été établi à l'avance et, comme d'habitude, il était hors de questions que je ne respecte pas à la lettre toutes les consignes données. Je me suis préparée comme convenu et j'ai soigneusement épilé mon sexe et mon anus pour être parfaitement lisse entre mes cuisses. Mon mari m'a choisi une de mes tenues cuir les plus sexy et les plus provocantes: un serre taille à lacets ornés de chaînes dorées, un string, un soutien-gorge semi-ouvert laissant entrevoir mes mamelons sombres et l'anneau d'or percé sur mon téton droit, des bas résille et des chaussures à talons aiguille. C'est mon mari qui m'a conduite jusqu'à lui. Un bel immeuble bourgeois, une cour intérieure... J'ai gravi les quelques marches d'un perron et j'ai sonné. Dès que j'ai entendu le grésillement de l'interphone, je me suis présentée: "Votre soumise, Maître. Je suis Sarah. " C'était ainsi que cela devait se passer. Page 22

23 Aucune réponse, rien, le silence, puis, le déclic qui commande le système de déverrouillage électrique de la porte. Je suis déjà toute frissonnante d'excitation et d'anxiété mêlées. Je me suis avancée jusqu'au guéridon qui se dans un coin du hall. Le foulard de soie était posé sur la table de marbre. J'ai retiré ma veste et je me suis déshabillée. Mon coeur battait. J'ai ôté ma jupe, mon chemisier, je me suis approchée de la fameuse porte à deux battants. C'est dans cette pièce qu'il se trouvait, je le savais. Avant de frapper, j'ai bandé mes yeux avec le foulard de soie. Une voix sourde m'a ordonné d'entrer. Je me suis présentée. Sans rien y voir, j'ai avancé lentement avant de m'arrêter, désorientée. Je sentais sa présence à quelques pas seulement. Sans doute mon Maître de la soirée était-il confortablement installé dans un profond sofa, d'où sans un mot, il me regardait avancer vers lui. Il devait détailler mes formes. Etais-je à sa convenance? Quant à lui, je ne pouvais que l'imaginer. Etait-il plous âgé que moi? Etait-il grand? Plantureux? Etait-ce un affreux petit bonhomme rondouillard? Pourquoi ne devais-je absolument pas pouvoir le reconnaître? Qui était-il? Soudain, j'ai senti le bout d'un objet remonter lentement le long de ma cuisse et venir caresser ma fente à travers mon string. Certainement une cravache et ce seul contact sur ma peau m'a donné la chair de poule. - Allons! Tourne-toi! Présente-moi tes fesses! Troublée par ces ordres lancés d'une voix sèche, j'ai obéi. Je me suis tournée, j'ai posé mes mains sur mes hanches et je lui ai exhibé Page 23

24 mes fesses. Il y a eu de nouveau un long moment de silence puis le bout de la cravache qui vient glisser entre mes fesses jusqu'à ma vulve et qui remonte sur mes reins. Il se lève et s'approche, je le sens qui tourne autour de moi. Le manche de la cravache vient flirter délicatement avec la pointe de mes seins, puis il la promène, caressante, le long de mon dos, entre mes cuisses, et quelquefois sur mes lèvres. Ma respiration se fait courte, rapide, tandis que j'inonde mon string. Je devine sans peine que les pointes de mes seins se sont tendues en avant au passage de la cravache. Je sais que cette douceur et cette quiétude vont disparaître et que mon nouveau Maître va bientôt révéler sa véritable nature. Alors que je commence à me relâcher, soudain, c'est un coup de cravache cinglant sur les fesses qui me rappelle sèchement à l'ordre: - A quatre pattes, sale chienne! Et cambre bien ton cul! A partir de là, tout s'est accéléré. J'ai serré les dents pendant qu'il me fouettait le cul et m'insultait. J'imaginais sans peine combien la peau claire de mes fesses se zébrait de rouge au passage de la cravache. Il a ajusté quelques coups encore plus cinglants sur ma vulve. Malgré le string en cuir qui la protège, j'ai très mal. Il s'excite de plus en plus, et m'insulte. Je ne suis plus qu'une sale putain, une chienne, un cul de salope... Page 24

25 Je dois, sur-le-champ, retirer mon string et lui écarter mes fesses avec mes mains pour être mieux corrigée. Je m'exécute. Les coups tombaient, sec et violent, cinglant ma fente et mon anus. J'étais à lui, toute à lui, je ne lui refusais plus rien. J'ai marché à quatre pattes autour d'une table, je me suis placé à genoux à ses pieds pour le sucer, prendre à fond sa queue dans ma bouche et la pomper, lécher ses couilles, frotter son gland humide sur la pointe de mes seins. Suivant ses ordres à la lettre. Il voulait une "bonne pute" et je me suis transformée en fille de bordel, soumise à sa queue et à son désir. Pendant que je m'appliquais sur sa verge, il travaillait mes seins, tirait sur les bouts, les faisaient rouler durement entre ses doigts. Je devais me taire, ne rien dire, juste sucer sa queue. Quand il en a eu assez de ma bouche, il s'est intéressé à mon cul, m'obligeant à prendre place, à cheval sur les accoudoirs d'un fauteuil, le corps vers l'avant et les fesses tendues vers l'arrière. Il m'a enfoncé toutes sortes d'objets dans la chatte et dans le cul. Il a fini avec un spéculum pour bien me dilater et il m'a enculée tout en me fessant ou en me travaillant les seins. J'ai joui avec sa grosse bite entre les fesses. J'ai joui très fort. Puis, il m'a fallu le prendre dans ma bouche et le sucer encore, avant que fatigué de moi il ne me renvoie. J'ai retrouvé le hall de son hôtel particulier. J'ai pu retirer mon bandeau de soie et le déposer Page 25

26 sur le guéridon avant de me rhabiller. Il ne m'a pas accompagnée. Qui pouvait bien être ce personnage énigmatique qui désirait tant garder l'anonymat? Cela continue de m'intriguer... Page 26

27 (4) La Révélation par Delphine Il y a un an environ, grace à mon patron, j'ai découvert que je prenais du plaisir dans la souffrance et l'humiliation. Voici le récit de cette découverte. Je m'appelle Delphine, j'ai 22 ans. Je suis châtain clair, cheveux longs, yeux verts, je mesure 1m68 pour 55kg. Plutôt mince, mon côté juvénile est accentué par ma poitrine très menue (85B) qui de plus est pointue, comme celle naissante des adolescentes. En général, on ne me donne pas mon age et souvent je suis obligée de le prouver en montrant ma carte d'identité car je ne fais pas plus de 18 ans. A la suite, du divorce de mes parents, je me suis retrouvée seule pour m'assumer. J'ai du arrêter mes études pour chercher un emploi et me loger. J'ai réussi à décrocher un petit job de secrétariat dans une société. Il n'était pas très gratifiant et me permettait tout juste de boucler mes fins de mois. Cependant, la secrétaire de direction a du s'absenter pour un congé maternité. Quand j'ai appris que mon patron recherchait quelqu'un pour la remplacer, j'ai décidé de tenter ma chance, en lui proposant ma candidature. Cette démarche n'a pas été immédiate, car cet homme m'a toujours impressionné. Il a une autorité naturelle et il est très sévère. De travailler en direct avec lui, me faisait vraiment peur. De plus, je me sentais très mal à l'aise, car les rares fois où je l'avais croisé, il avait parlé de moi en me nommant: "la gamine", "la stagiaire" et même une fois "le bébé". Malgré mes appréhensions, il m'accorda un entretien le jour même de ma demande, pour le lendemain matin à 9h00. Page 27

28 Voulant l'impressionner, je me préparais pour cet entretien, en abandonnant mes tenues habituelles. Je m'habille, généralement, d'un jean et d'un tee-shirt sous un pull. J'optais pour une tenue qui me ferait plus femme. Je choisissais une jupe, mi-cuisses, noire et un chemisier blanc sous une veste cintrée noire. J'habillais mes jambes d'un collant beige clair, fin et j'oubliais mes baskets pour des escarpins à talons fins et hauts d'environ 6 cm. C'est avec une certaine angoisse que je me suis présentée, le lendemain, devant son bureau. Je me suis assise, devant lui, après qu'il m'y ait invitée. Je tirais, sans cesse, sur ma jupe qui remontait. Je laissais mes jambes, bien parallèles, serrées l'une contre l'autre et un peu sur le côté. Je ne me sentais pas du tout à l'aise, car il me déshabillait du regard. - Alors comme ça, la petite fille de la société, veut devenir une grande et travailler directement avec moi! - Vous savez, monsieur, je suis plus âgée que je n'en parais. Et je pense avoir les qualifications et les aptitudes pour tenir le poste. Il me demanda alors de lui présenter mon cursus scolaire. Il m'écouta attentivement, mais sans que son regard ne quitte mes cuisses, dévoilées par ma jupe courte ou ma poitrine menue mise en valeur par un soutien-gorge balconnet, sous mon chemisier fin. Je sentais que je rougissais de plus en plus au fur et à mesure de l'entretien. Page 28

29 - Vous semblez être suffisamment qualifiée pour le poste, il ne nous reste plus qu'à évaluer vos aptitudes. Pour travailler avec moi, une assistante doit être entièrement dévouée. Elle ne dois jamais contredire un de mes ordres. Etes-vous prête à l'accepter? Je bafouillais quelque chose qui du ressembler à un "oui, monsieur". - Mais, ce n'est pas suffisant. Cependant, avant de continuer, je vais vous présenter les avantages, liés au poste. Pour commencer, votre rémunération devrait être portée à Euro net par mois. De plus, mon actuelle assistante devrait demander un congé parental d'éducation et son poste devrait être vacant pour les trois années à venir. En contre partie, vous devrez être disponible, à n'importe quel moment de la journée, même tard le soir, voir le week-end. Vous devrez parfois m'accompagner, lors de mes déplacements, en province. Il vaut mieux que vous n'aillez pas de petit ami car vous devrez vous consacrer presque exclusivement à moi les trois années prochaînes... Depuis que j'avais abandonné mes études, j'avais rompu avec mon cercle d'amis et aussi avec mon petit ami car j'étais passée par une phase un peu dépressive de mon existence. J'étais, donc, seule et prête à accepter ce sacrifice pour me permettre d'évoluer. - Je suis prête à acquiescer ces conditions, monsieur. - Attendez, ce n'est pas tout. Mon travail m'accapare énormément. Je n'ai pas le temps de mener une vie personnelle et intime en parallèle. Je n'en suis pas moins un homme. Page 29

30 Aussi, si vous acceptez le poste, vous acceptez également de devenir ma maîtresse. Comme cette relation est issue de nos rapports professionnels, vous devrez, de même, accepter sans condition, de vous transformer à l'image de la femme que je souhaite. C'est pour cela, aussi que je vous rémunère, tous vos frais annexes, habillement, esthétique, coiffure étant directement choisis et payés par moi. Je ne m'attendais pas à cette perspective dans nos rapports. Bien qu'âgé d'une quinzaine d'année de plus que moi, mon patron était séduisant. Je ne savais plus ce que je devais faire, m'enfuir au risque de tout perdre, même mon poste actuel ou me laisser glisser dans cette vie qui m'effrayait autant qu'elle m'attirait. Sans plus réfléchir et plus pousser par une pulsion incontrôlée, rouge écarlate, en le regardant les yeux baissés, je prononçais d'une petite voix: - Si vous le désirez. Moi je suis prête à accepter tout cela. - Et bien, voilà une bonne chose. J'accepte de vous prendre, immédiatement, à l'essai pour ce poste. Je vais, maintenant, tester votre réelle volonté de me satisfaire. Je serai très dur avec vous et je ne vous pardonnerai rien. Toutes vos fautes et désobéissances seront sanctionnées. Pendant la période d'essai, au bout de trois sanctions, vous serrez irrémédiablement licenciée, sans même avoir la possibilité de reprendre votre poste précédent. Etes-vous prête, pour commencer, à répondre à certaines questions? - Oui, monsieur. Page 30

31 - Depuis que vous travaillez dans la société, c'est la première fois que je vous vois en jupe. Etes-vous prête à ne plus porter de pantalon mais uniquement des jupes ou des robes pas plus longues que mi-cuisses, voir plus courtes si je le désire? - Je ne suis pas toujours très à l'aise en jupe ou en robe, je ne sais jamais comment me tenir, mais si c'est votre souhait je l'accepte dès aujourd'hui. - Très bien, très bien. Pour la façon de vous tenir, ne vous inquiétez pas je vous l'apprendrai. Mais sous votre jupe vous porter un collant ou des bas? Bien que gênée par la question, en rougissant de nouveau je répondis: - Des collants, monsieur. - Je déteste les collants, vous en portez pour la dernière fois aujourd'hui. A partir de demain, vous serez toujours en bas. Et pas des bas qui tiennent tout seul, je veux des vrais bas retenus par un porte-jarretelles. Vous porter des culottes ou des strings? - Souvent des culottes mais il m'arrive parfois de porter un string. - Et aujourd'hui? - Un string, monsieur. - Bien, mettez-vous debout et relevez votre jupe, au-dessus de votre taille, en tournant lentement sur vous-même. Page 31

32 Au point où, j'en étais arrivée maintenant, je me suis levée et exécutée. - Plus haut, la jupe. Vos fesses sont rondes et fermes comme celles des adolescentes. Il serait dommage qu'elles ne soient pas immédiatement accessibles. Sauf, pendant vos périodes de règles, où j'accepterai quelles soient un peu masquées par la finesse d'un string... vous ne porterez plus rien, ni culotte, ni string. - Vous, vous, v... voulez que je sois nue sous mes jupes ou mes robes. Mais je ne pourrai jamais sortir, travailler ainsi. - Taisez-vous! Vous avez déjà oublié vos résolutions. Vous contestez un de mes ordres! Je vais vous punir pour ça. Sans retirer votre collant, vous allez tirer sur votre string en le remontant. Vous tirerez dessus, jusqu'à ce qu'il craque à l'entrejambes, pour que vous puissiez ensuite, le redescendre au-dessus de votre collant et ainsi le retirer. Ceci, est une première sanction, n'oubliez pas qu'au bout de trois ce sera le licenciement immédiat et sans même la possibilité de retrouver votre ancien poste. Vaincue par ces paroles, j'ai glissé mes mains sous mon collant pour saisir le haut de mon string. J'ai commencé à tirer dessus. Au début, je l'ai d'abord senti rentrer pour disparaître entre mes fesses. Puis, la pression s'est accentuée sur ma vulve, jusqu'au moment ou mes lèvres se sont écartées. A partir de cet instant, le fond de mon string écrasa douloureusement mes petites lèvres mais aussi douloureusement mon clitoris. Je me sentais honteuse, ainsi exhibée devant mon patron, la Page 32

33 vulve, torturée, visible à travers mon collant fin. Ce sentiment était encore accentué par le fait, que malgré moi, mon corps réagissait. Je sentais mes tétons se dresser et mon entrecuisse se poisser de mouille, au point de former une auréole sur mon collant. Il remarqua également mon trouble: - Je vois que tu commence à bien réagir. Tu vas sûrement aimer devenir ma petite secrétaire docile, ma petite perverse. (il s'était mis à me tutoyer) Alors et brusquement, mon string céda. Je pus le dégager, complètement et le redescendre sur mon collant autour de mes jambes. - Tu vas ramasser ce qu'il reste de ton string. Tu vas le mettre en boule dans ta bouche. Tu vas ensuite te remettre debout, face à moi et tu vas relever ton collant comme ton string, pour que la couture disparaisse entre tes fesses et les lèvres de ta vulve. Mon string était imprégné de mes sécrétions et c'est avec un léger haut de coeur que je l'introduisis dans ma bouche. Je relevais ensuite mon collant comme il me l'avait ordonné. - Bien, tu vas rester debout et écarter tes jambes. Tu relèveras, ensuite, ta jupe à la taille. Ecarte plus les jambes. Encore plus. Voilà c'est bien. - Je vois que ton sexe est glabre, ta toison est absente. Elle est ainsi naturellement ou bien c'est toi qui l'entretiens ainsi? Page 33

34 - Ch'est moi, monchieur. Ch'est parche que je fais de la danche et de la natachion. (ce n'était pas facile de parler avec mon string en boule dans ma bouche) - C'est très bien et cela me convient. Avec moi tu n'auras plus de problème avec tes tenues de sports. Car dès demain, je veux que tous les jours, en te douchant, tu rases, intégralement, ton pubis, ta vulve et ton anus. Tu porteras cette marque permanente de ta soumission. En plus, elle accentuera ton côté petite fille. Je t'imagine, déjà, avec les petites jupes de petite, que je vais te choisir, déambulant dans les bureaux de la société. Dessous, je penserai à tes petites fesses rondes et nues, à ton sexe imberbe de gamine, accessible immédiatement, encadré par les jarretelles retenant tes bas. De m'imaginer, ainsi, fit naître en moi un malaise, mélange de gêne, de honte mais aussi d'excitation. - Pour compléter, tes tenues de petite vicieuse, tu ne porteras plus, non plus, de soutien-gorge. Tu vas, d'ailleurs, retirer celui que tu portes maintenant, en le faisant passer par les manches de ton chemisier. Alors que je dégrafais mon soutien-gorge, il sortit de son porte feuille deux cartes. Il m'indiqua que c'était les adresses de boutiques de vêtements et de sous-vêtements qu'il connaissait. Il les appellerait, tout à l'heure, pour leurs donner ses goûts, pour me vêtir. Je n'aurai rien à payer. Ils lui feraient parvenir les factures. - Quand j'en aurai fini avec toi ce matin, je te donnerai le reste de ta journée. Tu iras Page 34

35 constituer ta nouvelle garde robe. Le marchand de vêtement vend aussi des chaussures, il te chaussera également. J'étais debout devant lui, mon soutien-gorge à la main, les yeux baisés. - Tu peux le jeter dans la corbeille, il t'est inutile maintenant. Par contre, tu vas dégrafer deux boutons de ton chemisier et l'écarter un peu. Mon chemisier ainsi ouvert arrivait entre mes seins nus... Il sortit, de son tiroir, deux petites pinces. Celles qui servent habituellement à relier des documents entre eux. Pendant qu'il les forçait en les écartant largement il me dit: - Ta poitrine m'inspire, mais tu n'es pas encore habituée à ces traitements. Alors, tu vois, je les assouplie pour qu'elles pincent moins. Tu vas, toi-même, en poser une sur chacun de tes tétons. Tu vas voir, au début, la douleur est terrible. Même, si au bout d'un moment, elle s'atténue, elle reste tout de même insupportable. On ne peut jamais oublier qu'on les porte. C'est une épreuve très difficile, mais je suis sûr que tu vas la réussir. Tu les garderas tout l'après-midi pendant que tu feras tes courses. Ne t'inquiète pas, les magasins ou je t'ai envoyée sont habitués. Tu pourras les retirer en arrivant chez toi. Attention, à ce moment là, la douleur sera encore peut être plus forte. Mais si tu as complètement accepté ta nouvelle condition, demain pour venir travailler, tu les reposeras avant de sortir de chez toi en respectant bien entendu toutes les autres consignes. Page 35

36 Il me tendit d'abord une pince. En tremblant légèrement, je l'ouvrais puis en écartant mon chemisier, je dégageais un de mes seins. D'abord, le froid de l'acier me fit frissonner. Elle était maintenant ouverte, prête à emprisonner mon téton. Ce dernier, malgré moi, se tendait au bout de mon sein pointu, comme pour mieux se prêter à la torture qu'elle allait lui infliger. Brusquement, je la lâchais. Elle se referma sur mon téton, me foudroyant comme une décharge électrique. Heureusement le string, dans ma bouche, atténua le cri que je poussais alors et m'empêcha de me mordre la langue tant la douleur fut fulgurante. Alors que je trépignais des pieds pour essayer de supporter la douleur mon patron exigea que je reprenne la position debout devant lui cuisses écartées. Lorsqu'il me tendit la deuxième, mon visage était noyé sous les larmes. Je recommençais, alors, la même expérience douloureuse sur mon autre sein mais cette fois ci, je réussis à ne pas bouger. La douleur, fulgurante au début, se transformait en une souffrance sourde et pesante. - Che ne pourrais pas chupporter ce chupplice juchqu'à che choir, monchieur. - Tu vas devoir petite vicieuse. Cette épreuve va devenir quotidienne pour toi. Tu vas apprendre à la supporter mais je t'avertis, jamais tu ne t'y habitueras. Sous mon chemisier, les pinces étaient à peine visible, sauf en me penchant, car le cône de mes petits seins nus devenait totalement visible et semblait terminé par un drôle de téton métallique. Par contre j'avais l'impression que ma poitrine allait exploser et Page 36

37 les sensations irradiaient jusqu'à mon sexe qui, contre toute attente, continuait à couler d'excitation. - Bien, nous allons continuer l'interrogatoire. Combien d'hommes as-tu connus jusqu'à maintenant? - Trois, monchieur. - Quand as-tu fait l'amour, la dernière fois? - Il y a environ chix mois, monchieur. - Te masturbes-tu parfois? - Oui, monchieur. - Souvent? - Plus chouvent ches derniers temps. Depuis que je chuis seule, monchieur. - Plus souvent, c'est à dire? Une fois par semaine, tous les des jours, tous les jours? - Presque tous les chours, monsieur. - Plusieurs fois par jours? - Quelquefois, monchieur. - Tu t'es déjà masturbée au bureau? - Oui, monchieur. - Où? - Dans les toilettes, monchieur. Page 37

38 - A partir de maintenant, je t'interdis de te masturber sans en avoir obtenu mon autorisation. Ici, chez toi ou ailleurs. - Oui, monchieur. - Si tu as été bien obéissante toute la journée, aujourd'hui, je te téléphonerai cette nuit chez toi pour te demander de te masturber. En attendant, il t'est interdit de te faire jouir. Tu vas devoir apprendre à vivre avec ce sentiment d'excitation permanente, même sous la torture comme actuellement, mais en plus avec un sentiment de frustration incessant. Tu es là pour travailler, me donner du plaisir et ton plaisir sera ta récompense mais seulement quand je le déciderais. Je pourrai t'imposer des périodes d'abstinence de plusieurs jours voir même de semaines. Par contre, certaines fois je pourrai t'obliger à jouir jusqu'à 20 fois en 24heures afin de te laisser épuisée d'orgasmes et de plaisirs. As-tu déjà pratiqué des fellations? - Oui, monchieur. - As-tu déjà avalé? - Oh, non, monchieur! - Avec moi, ce sera obligatoire et jusqu'à la dernière goutte. Je pourrai même t'obliger à boire mon sperme froid, que j'aurai collecté pour toi. Je pourrai, ainsi conserver ma semence de plusieurs jours, pour en remplir un verre que tu devras avaler avec délectation devant moi. Ces jours là, ce mets consistera en ton unique nourriture. J'aimerai m'imaginer te voir travailler toute la journée devant moi en Page 38

39 sachant ton estomac uniquement rempli de mon sperme. As-tu déjà été sodomisée? - Non, monchieur. - Ton petit trou est encore vierge alors? - Oui, monchieur. - Cela va changer rapidement. La petite fille perverse que tu vas devenir sera enculée régulièrement. Son petit trou servira plus que tous les autres. Il sera même forcé en permanence par des accessoires que je te ferai découvrir. Tu vas être une vraie petite dévergondée au petit trou toujours ouvert et irrité. Bien, avant que je te lâche, en signe d'acceptation de ta nouvelle condition tu vas m'offrir quelques chose. - Quoi, monchieur. - Tu ne vois pas... quelque chose que tu n'as jamais donné. - Mon anus... monchieur. - Oui, mais tu vas le demander mieux que ça. - Oui, monchieur. Monchieur, voulez-vous me sodomiser? - J'ai dit mieux que ça. - Monchieur, auriez-vous la bonté de bien vouloir m'enculer. - C'est mieux, mais fais un effort. Tu n'es plus qu'une petite putain. Page 39

40 - Monsieur, ch'il vous plait, enfilez-moi par mon petit trou de petite fille vierge. Défonchez moi mon trou de salope. Enculez votre petite perverse. - Voilà, c'est mieux. approche-toi du bureau. Ecartes les cuisses. penche-toi en avant, les bras écartés, ta poitrine sur le bureau. Cette position me rappela douloureusement mes tétons meurtris par les pinces. Pourtant je sentais que mon entrecuisses était inondé par mes ruissellements sexuels. C'était plus que moi, plus fort que mon humiliation, plus fort que ma douleur. Mon patron ouvrit un de ses tiroirs d'où il sortit un tube de vaseline. Il passa derrière moi et troussa ma jupe découvrant mes fesses nues sous mon collant. Il baissa mon collant à mi-cuisses et saisit une grosse noix de vaseline sur son index. D'une main, il écarta mes fesses et déposa la noix de vaseline sur mon anus. Je frémis, alors autant de honte, de surprise que de peur de ce qui allait suivre. Pour commencer, il massa doucement, en tournant mon anus. Puis, il introduit, son doigt, dans mon sphincter. Il le ressortit, repris de la vaseline et recommença. Pendant quelques instant me força en entrant et sortant son doigt. Il reprit encore de la vaseline, mais cette fois il recommença avec deux doigts. Au bout de 5 minutes, j'avais de nouveau le visage en pleur et trois doigts profondément fichés dans mon petit trou. Je souffrais, autant du forçage de mon anus que de mes tétons qui frottaient sur le bureau. Seulement, et ça il le voyait aussi, mon sexe bâillait exhibant mes nymphes ruisselantes de mouille et mon clitoris exacerbé, pointant outrageusement entre mes lèvres. Il retira ses Page 40

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez.

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez. TEXTE 1 Jules et Julie étaient voisins. Chaque matin, ils traversaient la forêt pour aller à l école. ça rassurait leurs parents de les savoir ensemble. Mais jamais Julie n adressait la parole à Jules

Plus en détail

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent.

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. «Je ne veux plus être un violeur» Mise en garde Trigger warning Contient plusieurs récits

Plus en détail

Lili et le nouveau cirque

Lili et le nouveau cirque PROGRAMNR 51458/ra5 Lili et le nouveau cirque Programlängd : 14 30 Producent : Anna Trenning-Himmelsbach Sändningsdatum : 2006-02-14 - T'as déjà été au cirque? - Oui - Et c'était quoi le cirque? - Ben

Plus en détail

L'AMANT de Harold PINTER (montage de scènes)

L'AMANT de Harold PINTER (montage de scènes) L'AMANT de Harold PINTER (montage de scènes) 1 Bonjour, Max. (Richard entre. Il porte une veste en daim sur une chemise ouverte. Il entre dans le séjour et attend. Sarah referme la porte d'entrée et passe

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

Qu'est-ce qu'on gagne?

Qu'est-ce qu'on gagne? Qu'est-ce qu'on gagne? Un couple au train de vie aisé rencontre un homme travailleur précaire et une femme plombier qui vie en marge et travaille seulement quand elle a besoin d'un peu d'argent. Durée

Plus en détail

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

Depuis quelque temps ça ne va plus, car je suis seule, je n ai plus d homme à la maison. C est dur, très dur surtout la nuit quand je me retrouve

Depuis quelque temps ça ne va plus, car je suis seule, je n ai plus d homme à la maison. C est dur, très dur surtout la nuit quand je me retrouve Préface Lise n en peut plus, depuis que son ami l a quitté, pour une autre. Elle pleure et ne dort plus la nuit. Elle n en peut plus, elle déprime. Elle consulte son médecin, qui lui prescrit des antidépresseurs,

Plus en détail

Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents

Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents L.LHOIR 10/10/2010 Alors voila; aujourd hui je vais vous raconter l histoire de Johnny le crocodile. Johnny était un petit crocodile qui venait

Plus en détail

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT LA BARBE BLEUE Charles PERRAULT Il y avait autrefois un homme qui était très riche. Il avait des maisons magnifiquement meublées à la ville et à la campagne, sa table était toujours couverte de vaisselle

Plus en détail

CENDRILLON. Charles PERRAULT

CENDRILLON. Charles PERRAULT CENDRILLON Charles PERRAULT Un gentilhomme avait une fille qui était très douce et très jolie. Ayant perdu sa femme, il épousa une veuve très orgueilleuse qui avait deux grandes filles encore plus orgueilleuses

Plus en détail

Je m appelle Jérôme, j habite une petite ville de province. Je mentirais si je disais que j ai atteint m a vingt et unième année sans rien connaître

Je m appelle Jérôme, j habite une petite ville de province. Je mentirais si je disais que j ai atteint m a vingt et unième année sans rien connaître 1 Je m appelle Jérôme, j habite une petite ville de province. Je mentirais si je disais que j ai atteint m a vingt et unième année sans rien connaître au sexe, mais je n avais des aventures qu avec des

Plus en détail

DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH. Etirement spécifique à la pratique du basket

DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH. Etirement spécifique à la pratique du basket DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH Etirement spécifique à la pratique du basket 1 : Tension du cou.2 Durée : 14 minutes Penchez la tête d un côté. Gardez les épaules relâchées. Laissez

Plus en détail

C est beau la vie Jean Ferrat

C est beau la vie Jean Ferrat C est beau la vie Jean Ferrat Le vent dans tes cheveux blonds Le soleil à l'horizon Quelques mots d'une chanson Que c'est beau, c'est beau la vie Un oiseau qui fait la roue Sur un arbre déjà roux Et son

Plus en détail

Exercices pour le cou Faites ces exercices 5 fois, de chaque côté

Exercices pour le cou Faites ces exercices 5 fois, de chaque côté Exercices pour le cou Faites ces exercices 5 fois, de chaque côté 1. Dire NON Tournez lentement la tête vers la gauche, de façon à regarder par dessus votre épaule gauche. Ramenez votre tête au centre.

Plus en détail

PERSILLETTE D après «les contes populaires italiens», présentés par Italo Calvino Adaptation de Sarah Pèpe www.compagnie-adae.fr.

PERSILLETTE D après «les contes populaires italiens», présentés par Italo Calvino Adaptation de Sarah Pèpe www.compagnie-adae.fr. PERSILLETTE D après «les contes populaires italiens», présentés par Italo Calvino Adaptation de Sarah Pèpe www.compagnie-adae.fr.st Nous vous présentons ici à peu près la moitié de la pièce. Si vous êtes

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

LEARNING BY EAR EPISODE

LEARNING BY EAR EPISODE LEARNING BY EAR Filles 10ème épisode Beauté Texte : Zainab Aziz Rédaction : Andrea Schmidt/Christine Harjes/Guy Degen Adaptation : Aude Gensbittel Personnages : Présentateur pour Intro/Outro Bibiy : personnage

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

«Amis pour la vie» Une comédie de la vie.

«Amis pour la vie» Une comédie de la vie. 1 «Amis pour la vie» Une comédie de la vie. Célia Sam Alexia Amandine Élisa Simon Maureen Distribution modulable Scène I Deux enfants chargés de grands sacs à dos traversent la salle en chantant. Célia,

Plus en détail

Fiches de travail à photocopier

Fiches de travail à photocopier Education International Internationale de l Education Internacional de la Educación Internationale de l Education - Education Development Center - Organisation mondiale de la Santé Apprendre pour la vie:

Plus en détail

Laurence Beynié. 7 kg d amour pour ton anorexie

Laurence Beynié. 7 kg d amour pour ton anorexie Laurence Beynié 7 kg d amour pour ton anorexie 2 2 Samedi 26 mai 2012 : Tout a commencé ce samedi 26 mai. Jamais je n oublierai ce jour-là, où j ai dû, une fois de plus, t amener à l hôpital pour un contrôle

Plus en détail

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur.

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur. Hansel et Gretel Première scène Il était une fois, dans un petit village, un bûcheron et ses deux enfants, Hansel et Gretel. Un jour, il n'y avait plus de manger dans la maison alors le bûcheron demandait

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

4- Départ : idem Exercice: Dessinez des cercles jambes serrées et jambes écartées. 2 x 10 cercles

4- Départ : idem Exercice: Dessinez des cercles jambes serrées et jambes écartées. 2 x 10 cercles ABDOMINAUX (Entretien) 1- Départ: Allongé sur le dos, jambes fléchies, bras le long du corps. Exercice: Ramener les genoux sur la poitrine en soufflant et en rentrant le ventre. Revenez à la position initiale

Plus en détail

On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau,

On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau, 1 On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau, c est celui d à côté. Ancien, d une belle couleur

Plus en détail

1 an et demi plus tard

1 an et demi plus tard 1 an et demi plus tard Alors, les filles? Vous en pensez quoi? Je me tenais bien droite sur la petite estrade au milieu de la salle d essayage, simulant un bouquet entre mes mains et souriant de toutes

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas?

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas? Première scène Il est assis sur le bord du lit. En boxer-short et en tee-shirt. Il fait visiblement de grands efforts pour se réveiller. Elle est dans la cuisine. On ne la voit pas encore. Quel temps fait-il?

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

Poème n 9. Poème n 10

Poème n 9. Poème n 10 Poème n 9 Quand je t ai vu, je savais que t avais un bon jus. Je t ai goutté, tu étais sucré Je ne pouvais plus me passer de toi Mais un jour, tu m as fait grossir Merci coca-cola pour tout ce plaisir

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

Ce parfum, que Lui porte habituellement, me chavire. L homme est un peu plus grand que moi. Une

Ce parfum, que Lui porte habituellement, me chavire. L homme est un peu plus grand que moi. Une d DÉPART EN WEEK-END Jeudi soir, dix-huit heures trente-cinq. Tandis que le train démarre, je me mets en quête d un compartiment. J ai envie d être seule, pour mieux imaginer les retrouvailles avec Lui.

Plus en détail

French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon

French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. Est-ce que tu beaucoup? A. court B. cours C. courez -Est-ce qu'il aime courir? -Oui, il fait du tous les jours. A.

Plus en détail

La danse et le corps chez les Petits

La danse et le corps chez les Petits La danse et le corps chez les Petits Domaine d activité : Agir et s exprimer avec son corps : Activité d'expression à visées artistiques : Compétence : S exprimer sur un rythme musical : danser en concordance

Plus en détail

Le premier hiver de Max

Le premier hiver de Max Une histoire sur la prématurité Le premier hiver de Max Sylvie Louis Illustrations de Romi Caron Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Louis, Sylvie Le premier hiver de Max

Plus en détail

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction 1. Bonjour, je m appelle et je suis un(e) policier(ière). (Présentez toute autre personne présente dans la pièce; idéalement, personne d

Plus en détail

Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel

Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel Nom : Prénom : Date : Mode d emploi Des situations en contexte professionnel ont été élaborées sous forme de questions à choix multiples.

Plus en détail

Alors comme ça, tu vas à une soirée de speed dating? La question surprit Lucy alors qu elle était sur le point d entrer dans la salle de réunion pour

Alors comme ça, tu vas à une soirée de speed dating? La question surprit Lucy alors qu elle était sur le point d entrer dans la salle de réunion pour 1. Alors comme ça, tu vas à une soirée de speed dating? La question surprit Lucy alors qu elle était sur le point d entrer dans la salle de réunion pour présenter l un des exposés les plus importants de

Plus en détail

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook Yuliana Fransani Une aventure à Paris Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour,

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, Le loup et les sept chevreaux Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, comme elle voulait aller chercher de quoi manger dans la forêt, elle les appela tous

Plus en détail

LA PERTE DE CONSCIENCE

LA PERTE DE CONSCIENCE CES QUELQUES NOTIONS PEUVENT SAUVER DES VIES. PENSEZ Y SV D URGENCES Pompiers et service médical urgent : 100 Police : 101 L'HEMORRAGIE Comment reconnaître une hémorragie? Le sang s'écoule abondamment

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Expliquer le corps humain aux enfants

Expliquer le corps humain aux enfants Expliquer le corps humain aux enfants Découvrir l organisation globale du corps, Connaître les principaux organes et savoir les localiser, a. Le cœur, les poumons, les intestins, les yeux Découvrir les

Plus en détail

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi!

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi! 1 Lecture : Ephésiens 4 : 17-32 N attristez pas le St Esprit. Bonjour Cher Saint Esprit J ai décidé de prendre ma plus belle plume, plus exactement le clavier de mon ordinateur, pour t écrire une lettre,

Plus en détail

d équipements sportifs. A vingt-cinq ans, pour tenter de me remettre en selle, je suivais une deuxième année de droit. J avais l ambition d intégrer

d équipements sportifs. A vingt-cinq ans, pour tenter de me remettre en selle, je suivais une deuxième année de droit. J avais l ambition d intégrer CHAPITRE I On passe à côté de l essentiel, des années durant, sans s en rendre compte. Le pire est que cet essentiel se trouve souvent à portée de main, derrière une barrière invisible qu il suffit de

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

LA MACHINE A TRICOTER (2)

LA MACHINE A TRICOTER (2) LA MACHINE A TRICOTER (2) TEXTE DEPOSE A LA SACD Son utilisation est soumise à l autorisation de l auteur via la SACD Pour plus de précisions et pour obtenir la suite de cet extrait: christian.moriat@orange.fr

Plus en détail

Recueil 1. Mise en page par le groupe informatique

Recueil 1. Mise en page par le groupe informatique Recueil 1 Mise en page par le groupe informatique Les enfants de la terre. Les mots te prennent par la main Te conduisent sur le chemin, Tu marches dans l oubli Que tes pas effacent. Demain est ton destin,

Plus en détail

Une belle rencontre. Chapitre 1. Je m'appelle Elise Delamarre, j'ai douze ans et je vais rentrer en 4ème car j'ai sauté une classe.

Une belle rencontre. Chapitre 1. Je m'appelle Elise Delamarre, j'ai douze ans et je vais rentrer en 4ème car j'ai sauté une classe. Une belle rencontre La vie d'elise Chapitre 1 Je m'appelle Elise Delamarre, j'ai douze ans et je vais rentrer en 4ème car j'ai sauté une classe. J'habite à Lyon dans un appartement à deux kilomètres du

Plus en détail

LE SIGNE La petite marquise de Rennedon dormait encore, dans sa chambre close et parfumée, dans son grand lit doux et bas, dans ses draps de batiste légère, fine comme une dentelle, caressants comme un

Plus en détail

Le TEST pour le surpoids :

Le TEST pour le surpoids : Le TEST pour le surpoids : Ce test initial va permettre de repérer les phrases qui vous concernent, et qui sont liées à un conflit spécifique. Ainsi on pourra retrouver rapidement et facilement les conflits

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

Les langues d oiseaux moulus

Les langues d oiseaux moulus Les langues d oiseaux moulus «Le dire, c est déjà l infirmer» était la phrase préférée de l homme qui me servait de père. Elle résonnait en moi comme une sentence. Il me la répétait à chaque fois que je

Plus en détail

Pour vous Mesdames «M. 50 Nuances»

Pour vous Mesdames «M. 50 Nuances» Pour vous Mesdames «M. 50 Nuances» L histoire que je vais vous raconter est arrivée au début du mois d avril. Nous sommes un couple uni depuis une quinzaine d années. Physiquement, je ne suis pas très

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Les trois petits cochons

Les trois petits cochons Les trois petits cochons Les trois petits cochons Une histoire illustrée par Leonard Leslie Brooke Deux illustrations sont d Arthur Rackam Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour Le Cartable Fantastique

Plus en détail

Le relooking de Sabrina

Le relooking de Sabrina Le relooking de Sabrina 29/01/2008 16:45 Sabrina a 27 ans, habite Genk avec son mari et ses 3 enfants (7 ans, 6 ans et 18 mois) et travaille pour les Magasins du monde. Physiquement, elle a les yeux verts,

Plus en détail

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET)

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET) ELMO DES ENFANTS... EN PARLENT Nous incitons de mille manières nos enfants à lire. Nous tentons de nous montrer psychologues en tenant compte de leurs manières de choisir, de leur goût, des aides dont

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Ça avait été le plus dur à lui faire accepter. Qu elle soit absente toutes les semaines du lundi au vendredi, à se baguenauder sur les routes comme

Ça avait été le plus dur à lui faire accepter. Qu elle soit absente toutes les semaines du lundi au vendredi, à se baguenauder sur les routes comme CHAPITRE PREMIER Faubert laissa Audrey devant chez elle. Dites à Pierre que je lui téléphone un de ces jours... et ne vous inquiétez pas, vous vous êtes débrouillée comme un chef! Elle le remercia avec

Plus en détail

Etranges disparitions

Etranges disparitions Etranges disparitions Nina était une lycéenne de quinze ans qui vivait dans un appartement à Paris avec sa mère et son chien Médor. Sa mère était avocate et elle rentrait très tard le soir. Nina était

Plus en détail

En forme sur le lieu de travail! Un programme d exercices simples pour bouger davantage sur le lieu de travail.

En forme sur le lieu de travail! Un programme d exercices simples pour bouger davantage sur le lieu de travail. En forme sur le lieu de travail! Un programme d exercices simples pour bouger davantage sur le lieu de travail. Introduction Chers lectrices et chers lecteurs, Adopter toujours les mêmes positions, notamment

Plus en détail

Journal de fabrication de la plus haute tour

Journal de fabrication de la plus haute tour Journal de fabrication de la plus haute tour Classe de CE2-CM1 et classe annexée de l INJS Ecole du Château Cognin Nos essais à la carte Tour des ponts On n arrive pas à la faire tenir, car ça penche d

Plus en détail

Le Portable. Xavier Boissaye

Le Portable. Xavier Boissaye Le Portable Xavier Boissaye L acteur entre en scène s appuyant sur une béquille, la jambe plâtrée. «Quand je pense qu il y en a.» (bruit de portable) L acteur prend son appareil dans sa poche et se tourne

Plus en détail

De toutes les couleurs d Alex Sanders

De toutes les couleurs d Alex Sanders De toutes les couleurs d Alex Sanders Objectifs : créer son cahier des couleurs à partir de l histoire de Lulu, apprendre à nommer et à reconnaitre le vert, marron, jaune, rouge et bleu. Toutes les activités

Plus en détail

Chantal Lauret. Parfum de Violette. Chanchan la plume

Chantal Lauret. Parfum de Violette. Chanchan la plume Parfum de Violette Chantal Lauret Parfum de Violette Chanchan la plume La fenêtre, ouverte sur le parc, Sur le rebord, un pot en terre cuite, Une violette. Je suis là, assise, le regard dans le vide,

Plus en détail

1ère séance : Jésus m'invite! - samedi 22 septembre 2012

1ère séance : Jésus m'invite! - samedi 22 septembre 2012 1ère séance : Jésus m'invite! - samedi 22 septembre 2012 Samedi 22 septembre 2012 10h15 à 12h00 Rencontre d'éveil à la foi pour l'enfant avec un de ses parents. Avant la séance : préparer la salle : 1

Plus en détail

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU!

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU! INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. Un membre de l équipe doit réfléchir à une façon de résoudre le problème. Les autres membres de l équipe

Plus en détail

Petit Guide de Fitness (pour gens motivés)!

Petit Guide de Fitness (pour gens motivés)! Petit Guide de Fitness (pour gens motivés)! Pour rester mince, tu peux te contenter de faire très attention à ta nutrition et le tour est joué, mais seul l exercice physique te donneras un corps ferme

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

SESSION 2011. Brevet d Études Professionnelles. «rénové» FRANÇAIS

SESSION 2011. Brevet d Études Professionnelles. «rénové» FRANÇAIS SESSION 2011 Brevet d Études Professionnelles «rénové» FRANÇAIS L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Le sujet comporte 5 pages numérotées de 1 à 5. Examen : BEP «rénové» Spécialité : toutes spécialités

Plus en détail

Les jours de la semaine

Les jours de la semaine Les jours de la semaine Les jours de la semaine S enfilent un à un Comme les billes d un grand collier Dans un ordre, ils se suivent Chaque jour se ressemble Chaque jour est différent Mais on ne peut les

Plus en détail

Marie-P te propose une mission!

Marie-P te propose une mission! Marie-P te propose une mission! D éveloppe tes qualités d observation pour devenir détective, comme Marie-P! Six lettres mystérieuses se sont glissées dans certaines illustrations du roman marquées par

Plus en détail

Réalisé par : Mélanie Inkel, Intervenante en psychomotricité Jézabel Auger, Intervenante en psychomotricité. Reproduction autorisée

Réalisé par : Mélanie Inkel, Intervenante en psychomotricité Jézabel Auger, Intervenante en psychomotricité. Reproduction autorisée Réalisé par : Mélanie Inkel, Intervenante en psychomotricité Jézabel Auger, Intervenante en psychomotricité Reproduction autorisée Cette catégorie regroupe les jeux communs et tant aimés de tous ainsi

Plus en détail

Crocky le crocodile a mal aux dents

Crocky le crocodile a mal aux dents EPISODE 1 Crocky Ledur est une vraie «star». Quand il chante, tous les animaux de la jungle se rassemblent pour l écouter. Son sourire éclatant est célèbre dans le monde entier et les photographes se bousculent

Plus en détail

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures.

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. REVEIL Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. Simone : Rabattre les couvertures Le Chef de gare : Madame votre fille La mère : Que dit-elle?

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements

Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements pour faciliter le relâchement et l ouverture du bassin Lors d une séance d étirements, beaucoup de coureurs à pied auront tendance à privilégier surtout certaines

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

John Bonhomme 2, rue de paris 50010 Austerlitz Royaume-Uni. Mr le gardien du zoo d Amazonie Au fond de la jungle 01010 Animalia Brésil

John Bonhomme 2, rue de paris 50010 Austerlitz Royaume-Uni. Mr le gardien du zoo d Amazonie Au fond de la jungle 01010 Animalia Brésil John Bonhomme 2, rue de paris 50010 Austerlitz Royaume-Uni Austerlitz, Mercredi 26 Novembre Mr le gardien du zoo d Amazonie Au fond de la jungle 01010 Animalia Brésil Bonjour, J ai trouvé un après-midi

Plus en détail

Mettre votre bébé au sein FEUILLET 04 DE LA LECHE LEAGUE FRANCE

Mettre votre bébé au sein FEUILLET 04 DE LA LECHE LEAGUE FRANCE Mettre votre bébé au sein FEUILLET 04 DE LA LECHE LEAGUE FRANCE Dans les paragraphes qui suivent, vous trouverez la marche à suivre pour mettre correctement votre bébé au sein. Si vous suivez ces explications,

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade.

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade. Il était une fois un ogre, un vrai géant, qui vivait tout seul. Comme la plupart des ogres, il avait des dents pointues, une barbe piquante, un nez énorme et un grand couteau. Il était toujours de mauvaise

Plus en détail

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE : Heureusement que nous sommes très en avance. Tu as vu cette queue?

Plus en détail

Je risque de naîtreî trop tôt? Le livret regroupant l essentiel nouveau né prématuré

Je risque de naîtreî trop tôt? Le livret regroupant l essentiel nouveau né prématuré Je risque de naîtreî trop tôt? Le livret regroupant l essentiel pour accueillir au mieux votre nouveau né prématuré J ai toujours été dans ton ventre maman, mais aujourd hui je vais voir le jour un peu

Plus en détail

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture Episode : Lecture découverte Episode : Lecture Il était une fois trois ours qui vivaient dans une petite maison au milieu de la forêt. Il y avait Tout Petit Ours, Ours Moyen et Très Grand Ours. Chaque

Plus en détail

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Poèmes École : Polyvalente de Normandin Commission scolaire : Du Pays des Bleuets Même si tu perds, persévère Par Maude-Lanui Baillargeon Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Ne

Plus en détail

Le petit bonhomme en pain d épices

Le petit bonhomme en pain d épices Le petit bonhomme en pain d épices Robert Gaston Herbert Le petit bonhomme en pain d épices Conte anglais Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour «Le Cartable Fantastique» Robert Gaston Herbert

Plus en détail