QUALITÉ EN KINÉSITHÉRAPIE QUALITY IN PHYSICAL THERAPY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUALITÉ EN KINÉSITHÉRAPIE QUALITY IN PHYSICAL THERAPY"

Transcription

1 QUALITÉ EN KINÉSITHÉRAPIE QUALITY IN PHYSICAL THERAPY Promotion de la qualité avril mai 2010 La promotion de la qualité en kinésithérapie Le cabinet de groupe, le cabinet de l avenir? Promotion de la qualité: le chemin parcouru par un groupe de kinésithérapeutes Désirez-vous participer à la promotion de la qualité?

2 texte Fons De Schutter Coordinateur projet pilote Promotion de la qualité en kinésithérapie La promotion de la qualité en kinésithérapie Lors du lancement du projet, l INAMI avait posé 4 piliers essentiels comme principe: - Gestion des connaissances et des compétences - Organisation du soin et de la pratique - Qualité du soin - Informatisation En 2008, l AKB et le Cartel des Kinésithérapeutes, les prédécesseurs d Axxon, ont souscrit à un projet de l INAMI. Un système d amélioration de la qualité devrait être mis en place pour le groupe professionnel entier à l aide de sous projets sur le terrain. Telle était l idée de départ. Ce projet pilote se trouve maintenant dans une phase cruciale. Les sous projets réalisés ont transmis leur rapport final à une commission d évaluation qui a formulé des conclusions. Quatorze projets ont été accomplis et un projet est toujours en cours. Les piliers définis au préalable ont largement été traités. La gestion des connaissances et des compétences forme souvent la base pour le développement d améliorations. Ce n était pas le but principal des sous projets d organiser des formations. Pourtant, la formation reste indispensable, ne fût-ce que pour le développement du thème choisi ou encore pour expliquer la méthodologie utilisée. Avant toute formation, le baseline meeting fut souvent appliqué. A cet effet, des questionnaires furent composés et selon la méthode d auto évaluation, les participants pouvaient mesurer leur niveau de compétence. Cette méthode offre la possibilité de refaire par après des évaluations à différents moments. Les kinésithérapeutes n ont pas à craindre les autoévaluations car elles se font de manière anonymes. Plusieurs sous projets furent organisés à partir d un GLEK (Groupe Local d Evaluation en Kinésithérapie). La plupart des sous projets ont fait appel à une expertise externe. La demande concernait l expertise scientifique (demandée aux formations et centres scientifiques) ou l expertise spécifique par rapport à la problématique (p.e. FVIB UNPLIB). Les organisations telles que la WVVK (Wetenschappelijke Vereniging van Vlaamse Kinesitherapeuten) et le CEBAM (Centre pour l Evidence Based Medicine) ont organisé des formations et collaboré aux workshops et peer reviews. L expertise proposée par le projet pilote fut surtout fournie par Karin Van Loon et le prof. André Vyt. Nous constatons que ce soutien est essentiel et que dans le cadre d un futur système de promotion de la qualité, il devra être développé de manière encore plus structurée. Des accords de collaboration entre les structures locales, l institut de la qualité et les partenaires externes doivent être concrétisés. Le soutien est essentiel! Les deux piliers organisation des soins et du cabinet et la qualité des soins furent souvent traités au travers des thèmes tels que les cabinets de groupe, la communication, le dossier kinésithérapique et l enquête auprès des patients. Des recommandations pour une pratique clinique efficace et développées en consensus s imposent. A cette fin, les sous projets offrent certaines opportunités de collaboration aux cercles, via un GLEK de kinésithérapeutes. 02 Promotion de la qualité AvRIL MaI 10 QUALITY IN PHYSICAL THERAPY

3 Un consensus concernant le dossier kinésithérapique et la communication kinésithérapeute/patient sera finalisé au courant de l année Certains sous projets ont utilisé ou développé des directives. A côté des thèmes choisis (distorsion de la cheville, etc ) des questionnaires furent souvent utilisés ainsi que les peer reviews et la recherche d information via internet. Il s avère que concernant le dernier pilier informatisation, un manque de connaissance persiste et surtout un manque d application, ce qui créé des opportunités de développement des aspects tant sur le plan du contenu que sur le plan de la méthodologie. Au sein du projet pilote, un modèle de consensus fut développé par rapport au dossier kinésithérapique et des opportunités ont été créées pour la réalisation d un dossier kinésithérapique électronique (e-dk) qui sera à disposition du kinésithérapeute. Le groupe professionnel des kinésithérapeutes (représentants du terrain professionnel et représentants des formations) désire mettre au point une procédure de validation de directives selon le modèle belge et cela en collaboration avec CEBAM. Il va de soi que ces directives devront être adaptées et disponibles pour le kinésithérapeute sur le terrain. Le système doit être dirigé avec un soutien scientifique et compétent. Les GLEK participants doivent avoir accès à un encadrement logistique et méthodologique. Le 1er avril, nous organisions une rencontre avec les promoteurs des sous projets. A cette occasion, nous leur avons donné un feedback de l évaluation de leur projet ainsi que les éventuelles futures étapes à suivre. Notre but final est d arriver à un système de promotion de la qualité qui sera au point tant au niveau du contenu qu au niveau de la forme et qui sera soutenu et accepté par tous les partenaires. La base en est jetée, mais la construction demande beaucoup de temps et d énergie. Nous devrons travailler en étapes qui conviennent à tous. Ce bulletin d information vous propose déjà deux sous projets: Un projet au Hainaut qui porte sur l anamnèse d un nouveau patient dans un cabinet de kinésithérapie et un projet au Brabant Flamand concernant des directives pour des cabinets de groupe. Les rapports des sous projets nous ont appris que les kinésithérapeutes sur le terrain sont capables d organiser la promotion de la qualité avec enthousiasme et compétence. L auto évaluation, la concertation inter collégial, le peer review, la formation interactive, tous ces systèmes peuvent être maintenus. Le contrôle inter collégial et les indicateurs de la qualité nécessitent une réflexion plus approfondie avant d être mis en application. Promotion de la qualité AvRIL MaI 10 03

4 texte Sabine Verschelde Luc Lemense e cabinet de groupe, le cabinet de l avenir? Quels sont les avantages sur le plan qualité des cabinets de groupe? Un cabinet de groupe est une association d au moins deux prestataires de soins individuels qui partagent un système de dossiers à une même adresse, mais pas nécessairement. Suite à la féminisation de la profession et le désir de pouvoir consacrer plus de temps à la vie privée, cette tendance se manifeste depuis un certain temps déjà chez les médecins. Les jeunes diplômés y voient l avantage de ne pas devoir se lancer dans un investissement financier puisque dans le cabinet de groupe, les frais sont partagés. Pouvoir commencer à travailler dans un cabinet existant représente un gain de temps et de moyens. La collaboration et le partage des services de garde permettent d avoir davantage de soirées libres et il est plus facile de se faire remplacer pendant les congés de maternité. D habitude, les patients voient toujours le même médecin sauf en cas d urgence ou de période de vacances lorsqu ils seront aidés par un autre médecin du cabinet. Pour pouvoir assurer une continuité optimale, la connaissance approfondie des dossiers est indispensable. Les cabinets de groupe ont également droit à une subvention pour leur fonctionnement. Pour le patient, le temps d attente dans un cabinet de groupe est moins long et le rendez-vous est fixé plus facilement en fonction de ses souhaits. Les kinésithérapeutes créent également une telle forme d organisation. Des collègues ayant différentes compétences particulières se réunissent et offrent ainsi une meilleure qualité de soins. Des temps d attente et de début de traitement moins longs répondent aux souhaits des patients. La kinésithérapie en cabinet de groupe nécessite une connaissance approfondie du dossier de patient ainsi qu une concertation continue des différents kinésithérapeutes. Jusqu à présent il n y a toujours pas de subvention pour les cabinets de groupe de kinésithérapeutes. Le travail en cabinet de groupe permet au kinésithérapeute d avoir plus de temps libre puisque la continuité des soins est garantie. Les vacances, congés de maternité ou recyclages sont plus faciles à gérer. En 2008, un projet pilote fut soumis, approuvé et financé par l INAMI afin de développer un Système de promotion de la qualité en kinésithérapie. Les résultats de ce projet sont déterminants pour la forme, la structure et le contenu de la future promotion de la qualité en kinésithérapie en Belgique. Une vingtaine de sous projets ont participé à ce projet pilote. Un de ces projets s est penché sur le développement de directives pour un fonctionnement optimal d un cabinet de groupe et a lancé l évaluation de cabinets de groupe existants: comment fonctionnent-ils aujourd hui? Quels sont les avantages et les inconvénients? Comment organisent-ils les soins? Proposent-ils des compétences particulières? Appliquent-ils l auto évaluation? Dans une première phase, la littérature fut consultée tout comme les sites web des cabinets de groupe existants. L expérience personnelle et l information retrouvée dans la littérature ont mené à deux questionnaires dont un pour le kinésithérapeute et un pour le patient. Suite à l invitation digitale aux membres Axxon du Brabant Flamant, 8 cabinets ont proposé leur collaboration. Ces cabinets présentaient d importantes différences tant au niveau administratif qu au niveau de leur gestion. Ensuite, le questionnaire pour le kinésithérapeute fut envoyé à tous les participants tandis que le questionnaire adapté au patient fut envoyé à 10 patients au hasard par cabinet afin d être complétés de manière anonyme. Selon l enquête menée auprès des patients de cabinets de groupe, ceux-ci semblent être très satisfaits Les patients étaient très satisfaits des soins et de l organisation du cabinet. Après l analyse des questionnaires, il fut demandé à chaque cabinet de formuler des objectifs bien précis pour l amélioration de la qualité. A ce stade-ci, 3 cabinets ont partiellement décroché. 04 Promotion de la qualité AvRIL MaI 10

5 En kinésithérapie, les cabinets de groupe sont une évolution évidente et prometteuse La dernière phase fut consacrée à la rédaction des directives qui peuvent aboutir à un fonctionnement optimal du cabinet de groupe: 1. Recherchez le juste mélange de collègues qui ont une influence positive l un sur l autre. 2. Organisez régulièrement des réunions bien structurées à propos des patients et de leurs traitements, de l organisation et de la gestion de la pratique et recherchez le consensus. Les possibilités d amélioration des différents cabinets furent discutées et s avéraient être forts intéressantes: la création de programmes d exercices d entretien à domicile, le partage des responsabilités Il n était pour autant pas facile d appliquer de grands changements à la structure et à l organisation du cabinet. A ce stade, la FVIB (pendant néerlandophone de l UNPLIB Union Nationale des Professions Libérales et Intellectuelles de Belgique - ndlr) fut impliquée pour son expertise en matière de révision de cabinets. La FVIB a rédigé un questionnaire à remplir de manière anonyme par tous les participants (y compris les cabinets qui avaient décroché). Au total, 21 thérapeutes ont rempli le questionnaire. Lors de deux workshops, un modèle de collaboration optimal fut conçu à l aide des résultats de l enquête. L essentiel était de démontrer la différence entre une collaboration verticale ou intégrale. La plupart des cabinets fonctionnent de façon verticale: 1 titulaire de cabinet paie un pourcentage à ses collaborateurs et se charge de toutes les tâches supplémentaires (entretien, rapports, contacts, facturation, ). Lors d un peer review qui fut soutenu par des experts, les participants ont constaté que tous les cabinets ne connaissent pas les mêmes problèmes et ils étaient tous d accord sur l importance primordiale de la communication. Dans la phase suivante, une secrétaire administrative fut engagée pour 4 cabinets. Une étudiante fut trouvée par le biais d un bureau d intérim et embauchée pour une période de 4 semaines. La secrétaire s occupait principalement des tâches administratives telles que l encodage des données de patients et de prescriptions, répondre au téléphone, L évaluation a démontré que chaque thérapeute gagnait ainsi 3 à 5 heures par semaine. L administration se faisait plus facilement et plus correctement. L engagement permanent d une secrétaire permettrait clairement au kinésithérapeute de consacrer plus de temps au traitement ce qui, finalement, est une bonne chose pour le patient! L embauche d une secrétaire permet au kinésithérapeute de consacrer plus de temps aux traitements, à la concertation, au recyclage, et l administration est à jour. La grande plus-value de la secrétaire représente cependant un investissement important et coûteux. En plus du sens d organisation de l administration, la secrétaire de cabinet doit connaître la nomenclature, l informatique et surtout avoir une faculté de communication. Dans ce sous projet, c est surtout le pilier de la qualité organisation des soins et du cabinet qui fut abordé. 3. Le regroupement de collègues ayant différentes qualifications particulières est une plus-value pour un cabinet. 4. Le traitement du patient effectué par trop de collègues différents ne représente pas une plus-value. 5. La création d un cabinet par plusieurs jeunes diplômés peut être la formule la plus simple et la plus facile mais elle n a pas l avantage des thérapeutes expérimentés. 6. Les cabinets de groupe pourraient devenir plus attrayants s ils pouvaient faire appel à une intervention financière de l état: une tâche pour l association professionnelle? Grâce aux différentes qualifications particulières, une demande de soins peut être traitée de manière plus efficace à partir des différents points de vue et après la concertation qui s en suit. Les cabinets de groupe de kinésithérapie représentent une évolution prometteuse et évidente. De telles formes d organisation peuvent contribuer à la promotion de la qualité des soins. Les directives qui ont été développées dans ce sous projet ont pour but d aider les collègues qui envisagent de démarrer ou de rejoindre un cabinet de groupe. Promotion de la qualité AvRIL MaI 10 05

6 texte Karin Van Loon Membre du groupe directeur de la Promotion de la Qualité Promotion de la qualité: le chemin parcouru par un groupe de kinésithérapeutes Sept kinésithérapeutes de l Association des Kinésithérapeutes du Grand Chatelet (AKGCP) ont participé au projet de Promotion de la Qualité (Pro-Q-Kine) initié par l INAMI en 2008 et Le sujet de réflexion qu ils ont choisi, porte sur l anamnèse d un nouveau patient dans un cabinet de kinésithérapie. Concrètement, ces kinésithérapeutes se sont réunis une à deux fois par mois, en soirée, pour concevoir et mettre en œuvre leur projet. Tout au long de leur travail, ils ont été conseillés et accompagnés par des experts et membres du groupe directeur de la Promotion de la Qualité. Sur base de recherches bibliographiques et en confrontant leurs expériences, ils ont mis au point un modèle d anamnèse pour les kinésithérapeutes exerçant en cabinet. Ils ont choisi de proposer cette anamnèse en versions papier et informatique. Pour construire cette anamnèse, ils l ont dans un premier temps, soumise à dix confrères de la région, y ont apportés quelques modifications et l ont ensuite validée. 06 Promotion de la qualité AvRIL MaI 10 QUALITY IN PHYSICAL THERAPY

7 La version définitive a été envoyée à une centaine de kinésithérapeutes de la région. Le groupe a conçu, avec l aide d un expert un questionnaire d évaluation de cette anamnèse. Ce questionnaire interroge l utilité, la pertinence, la convivialité, la place et l utilisation de cette anamnèse par les confrères de la région. Ils ont reçu douze réponses dont dix sont analysables. Au regard de ce petit échantillon, certains points ont été mis en évidence: - L anamnèse semble très utile pour la majorité des répondants. - Est toutefois mise en évidence, la problématique du temps: il y a une réelle crainte de surcharge de travail liée à l utilisation d une anamnèse fouillée. - Un intérêt certain est marqué pour cette forme d anamnèse mais il y a lieu de l envisager avec des spécificités en fonction du domaine de la kinésithérapie. - L anamnèse proposée dans cette étude ne semble pas avoir apporté de changement auprès des participants, ni dans leur manière de réaliser une anamnèse ni dans le choix des techniques de traitement utilisées. - Il persiste une certaine peur du contrôle et de la centralisation des données qui se manifeste face à l informatisation et le transfert des données entre prestataires. - Les kinésithérapeutes contactés ont marqué leur intérêt pour la participation à ce type de projet et l organisation de la profession, qu ils soient ou non impliqués dans des associations. Mais au-delà de ces considérations propres à l étude, il est intéressant d analyser la dynamique qui s est installée au sein du groupe de l AKGCP. Pour cette première expérience, les participants ont exprimé leurs difficultés par rapport à l administration et la gestion financière du projet. Par contre, la partie plus créative, c est-à-dire réaliser le canevas de l anamnèse s est avéré très intéressante. L équipe est restée soudée jusqu au bout et l ambiance de travail est restée bonne malgré les difficultés rencontrées. Les liens se sont renforcés et le dialogue est devenu plus constructif au fil du temps. Les participants sont disposés à participer à d autres projets de la Promotion de la Qualité et envisagent de se conformer aux normes pour devenir un cercle local de kinésithérapie. En conclusion, malgré les difficultés concrètes rencontrées et celles d intégrer de nouveaux concepts de gestion de la qualité, l expérience est très positive. Ce groupe s est inscrit dans la dynamique cyclique de la roue de Deming, PDCA (plan/do/check/act) et a rencontré certains piliers de la gestion de la qualité soit: L organisation des soins et du cabinet L amélioration de la qualité des soins L informatisation et l automatisation permettant une meilleure transmission des données vers des confrères ou l équipe soignante La remise en question de sa pratique et l autoévaluation Les échanges entre pairs et la confrontation inter collégiale Bon vent pour leurs projets futurs! Promotion de la qualité AvRIL MaI 10 07

8 Désirez-vous participer à la promotion de la qualité? La kinésithérapie a pris à juste titre une place importante au sein des soins de santé. C est donc très important que le kinésithérapeute entretienne ses compétences scientifiques (connaissances, aptitudes et attitudes) et les actualise régulièrement afin d utiliser à tout moment le traitement le plus approprié. C est également indispensable qu il soit sensibilisé aux problèmes de nature éthique, déontologique et de l économie des soins de santé, ainsi qu aux problèmes concernant l exercice de sa profession au sens large du terme. Si vous souhaitez tester ou évaluer vos connaissances, vos aptitudes et vos attitudes avec quelques collègues dans un contrôle inter collégial ou un peer review, alors l organisation d un GLEK (Groupement Local d Evaluation en Kinésithérapie) vous intéressera sûrement! Prenez contact avec Pro-Q-Kiné (secrétariat Axxon, Qualité en Kinésithérapie) Imperiastraat Zaventem Le secrétariat vous aidera à organiser votre concertation locale. Vous trouverez les documents nécessaires sur le site d Axxon sous Pro-Q-Kiné, rubrique Concertation et soutien : Sur le site, vous trouverez également - le Formulaire de demande d installation d un GLEK, - un Manuel pour l organisation pratique d un GLEK, - ainsi que la réglementation du fonctionnement d un GLEK. Le projet pilote Promotion de la qualité en kinésithérapie fait à nouveau appel aux kinésithérapeutes intéressés pour participer à la phase de test de l auto évaluation (AE) et le contrôle inter collégial (CIC) Grâce à l auto réflexion, l auto évaluation permet d obtenir de manière structurée une idée de son propre profil de compétences, la qualité des soins et l organisation de ces soins à l aide de questionnaires standardisés. A partir de cette vision, des lignes d amélioration peuvent être mises en place (activités de formation, réorganisation ) Grâce aux GLEK s, nous voulons rassembler les kinésithérapeutes qui testent l auto évaluation de manière structurée afin de souscrire à des lignes d amélioration. C est ce que nous appelons le contrôle ou l examen inter collégial (CIC/EIC). Si vous êtes intéressé, vous trouverez de plus amples informations sur: ou prenez contact avec (Fabienne Van Dooren) 08 Promotion de la qualité AvRIL MaI 10

évolution vers un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Promotion de la Qualité en Kinésithérapie

évolution vers un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Promotion de la Qualité en Kinésithérapie évolution vers un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Promotion de la Qualité en Kinésithérapie Sommaire Introduction 04 Un système qualité pour notre profession 05 La gestion de la qualité

Plus en détail

promotion de la qualité en kinésithérapie Décembre 2011-janvier 2012 supplément pro-q-kine PE-online

promotion de la qualité en kinésithérapie Décembre 2011-janvier 2012 supplément pro-q-kine PE-online promotion de la qualité en kinésithérapie Décembre 2011-janvier 2012 supplément pro-q-kine PE-online En 2011-2012, Pro-Q-Kine introduit 4 objectifs majeurs: la mise en place et le soutien des GLEK, le

Plus en détail

pour un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Association de l AKB et du Cartel des Kinésithérapeutes

pour un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Association de l AKB et du Cartel des Kinésithérapeutes pour un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Association de l AKB et du Cartel des Kinésithérapeutes L'image sur la page précédente représente les deux pôles dans le système de gestion de

Plus en détail

GLEK Formations & Modérateurs & Responsables Qualité

GLEK Formations & Modérateurs & Responsables Qualité promotion de la qualité en kinésithérapie septembre-octobre-novembre 2011 supplément pro-q-kine GLEK Formations & Peer Reviews PE-Online Modérateurs & Responsables Qualité En 2011-2012, Pro-Q-Kine introduit

Plus en détail

Déclaration finale de la concertation sur l'opportunité et les modalités d'un dépistage du diabète

Déclaration finale de la concertation sur l'opportunité et les modalités d'un dépistage du diabète Cabinet de Mme la Ministre Nicole Maréchal Ministre de l'aide à la Jeunesse et de la Santé Centre de Recherche Opérationnelle en Santé Publique Section d'epidémiologie Institut de Santé Publique Déclaration

Plus en détail

La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes

La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes ETAT DE LA SITUATION 2007 V1.1 Direction générale Soins de Santé primaires et Gestion de Crise Bruxelles, octobre 2008 1. Les Kinésithérapeutes

Plus en détail

COLLABORATIONS POSSIBLES AVEC LES FUTURS ÉTUDIANTS ET LES ÉTUDIANTS (BACHELOR ET MASTER) DU DÉPARTEMENT INFORMATION DOCUMENTAIRE

COLLABORATIONS POSSIBLES AVEC LES FUTURS ÉTUDIANTS ET LES ÉTUDIANTS (BACHELOR ET MASTER) DU DÉPARTEMENT INFORMATION DOCUMENTAIRE COLLABORATIONS POSSIBLES AVEC LES FUTURS ÉTUDIANTS ET LES ÉTUDIANTS (BACHELOR ET MASTER) DU DÉPARTEMENT INFORMATION DOCUMENTAIRE Remarque : L utilisation du masculin pour désigner les personnes ne vise

Plus en détail

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie ProfildeCompétencesProfessionnellesOstéopathie Document Documentdediscussionavecl intentiond obtenirunconsensus approuvée par la Chambre ostéopathie le 12-06-2012 (11 votes pour - pas de votes contre -

Plus en détail

SECRET PROFESSIONNEL ET DEVOIR DE DISCRÉTION : NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS!

SECRET PROFESSIONNEL ET DEVOIR DE DISCRÉTION : NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS! SECRET PROFESSIONNEL ET DEVOIR DE DISCRÉTION : NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS! ET SI LE PATIENT, C ÉTAIT VOUS? Brochure d information Rubrique 1 Secret professionnel et devoir de discrétion : pourquoi? Le

Plus en détail

Répartition des temps des missions

Répartition des temps des missions Le temps alloué au médecin coordonnateur est-il compatible avec ses missions? 1 ère partie : analyse et calcul de sa charge de travail Le décret ministériel du 27 mai 2005 relatif à la qualification aux

Plus en détail

2. Consultations, 3. Médico-techniques, 4. US & Hôp de jour, 6. Para-médicaux, 8. Commission d'ethique Hospitalo-Facultaire (CEHF)

2. Consultations, 3. Médico-techniques, 4. US & Hôp de jour, 6. Para-médicaux, 8. Commission d'ethique Hospitalo-Facultaire (CEHF) de d'un protocole au CEHF (étudiants et paramédicaux) N :CEHF-SOP-005 / REV 004 Date d application : 12/12/2014 Rédigé par : Relu par : Vérifié par : Approuvé par : Pascale [DE PIERPONT], Jean-Marie [MALOTEAU],

Plus en détail

GUIDE DE L'UTILISATEUR

GUIDE DE L'UTILISATEUR GUIDE DE L'UTILISATEUR LE PLAN D AUTOGESTION DU DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU EN CINQ ÉTAPES Pour pouvoir donner des soins de qualité aux patients tout au long de sa carrière professionnelle, le

Plus en détail

Un réseau collectif fiable dans le système de santé publique

Un réseau collectif fiable dans le système de santé publique Un réseau collectif fiable dans le système de santé publique Cabinets médicaux/centres de soins médicaux/réseaux Cliniques/Hôpitaux Réhabilitation/Soins Prestataires de services médicaux Partenaires santé/assurances

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

L essentiel Parcours de personnes âgées :

L essentiel Parcours de personnes âgées : ANTICIPER ET COMPRENDRE L essentiel Parcours de personnes âgées : l animation territoriale MARS 2013 Une réflexion sur l animation territoriale de l offre Les enjeux liés à la démographie et au vieillissement

Plus en détail

3 e symposium international

3 e symposium international 3 e symposium international de l Association internationale des Acheteurs et Approvisionneurs publics et privés de la Santé Bruxelles, les 18 et 19 octobre 2012 Les Achats: Du support à la coordination

Plus en détail

Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive

Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive 6, rue de Flacé - 71018 Mâcon Cedex Tél. 03 85 21 19 19 - Fax 03 85 21 19 10 centredegestion@cdg71.fr SOMMAIRE Propos introductif...p.

Plus en détail

COLLÈGE UNIVERSITAIRE DE MÉDECINE GÉNÉRALE. Charte des Maîtres de Stage Universitaires (MSU)

COLLÈGE UNIVERSITAIRE DE MÉDECINE GÉNÉRALE. Charte des Maîtres de Stage Universitaires (MSU) UFR Faculté de Médecine Lyon Est UFR Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux COLLÈGE UNIVERSITAIRE DE MÉDECINE GÉNÉRALE Charte des Maîtres de Stage Universitaires (MSU) Les maîtres

Plus en détail

Fonctions du dossier médical informatisé du médecin généraliste (1997)

Fonctions du dossier médical informatisé du médecin généraliste (1997) Fonctions du dossier médical informatisé du médecin généraliste (1997) Cadre général A partir de sources diverses, le médecin généraliste centralise les données médicales d'un patient: ces données proviennent

Plus en détail

PROTOCOLE PROTOCOLE PROTOCOLE 15/04/2013. é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement d une étude

PROTOCOLE PROTOCOLE PROTOCOLE 15/04/2013. é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement d une étude Etudes épidémiologiques i i d ETUDE En Recherche Clinique et Epidémiologie 2012 2013 P.Fabbro Peray Définition iti générale é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement

Plus en détail

Que fait UNAMEC pour le secteur? Que font les membres de UNAMEC en faveur des soins de santé?

Que fait UNAMEC pour le secteur? Que font les membres de UNAMEC en faveur des soins de santé? UNAMEC est l association professionnelle belge des fabricants, importateurs et distributeurs de dispositifs médicaux et compte plus de 200 firmes, bon pour 80% du marché concerné. Les membres sont subdivisés

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Bienvenue chez votre pharmacien

Bienvenue chez votre pharmacien Bienvenue chez votre pharmacien En première ligne Le pharmacien Prestataire de soins à part entière, le pharmacien occupe aujourd hui une place centrale au cœur de notre système de santé. Disponible sans

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Coordinateur-trice du personnel de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

ANNEXE V MINISTÈRE CHARGÉ DE LA SANTÉ PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT EN MASSO-KINÉSITHÉRAPIE

ANNEXE V MINISTÈRE CHARGÉ DE LA SANTÉ PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT EN MASSO-KINÉSITHÉRAPIE ANNEXE V MINISTÈRE CHARGÉ DE LA SANTÉ PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT EN MASSO-KINÉSITHÉRAPIE Nom et prénom de l étudiant : Institut de formation en masso-kinésithérapie (tampon de l IFMK) : Nom et prénom du responsable

Plus en détail

Mémoire de fin d études en Sciences dentaires Année académique 2015-2016. Table des matières

Mémoire de fin d études en Sciences dentaires Année académique 2015-2016. Table des matières Mémoire de fin d études en Sciences dentaires Année académique 2015-2016 Table des matières 1. Travail de fin d'études: "Mémoire de fin d'études"...2 1.1. Définition du mémoire... 2 1.2. Mémoires de recherche

Plus en détail

La Propriété Intellectuelle à l Université de Liège. Coordination et valorisation

La Propriété Intellectuelle à l Université de Liège. Coordination et valorisation La Propriété Intellectuelle à l Université de Liège Coordination et valorisation Vade-mecum Octobre 1999 La Propriété Intellectuelle à l Université de Liège Coordination et valorisation Toute université

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Qualité des soins Campagne de sensibilisation

Qualité des soins Campagne de sensibilisation Qualité des soins Campagne de sensibilisation INAMI Service des Soins de Santé Direction Recherche, développement et promotion de la qualité Dr Carl Cauwenbergh et Isabelle Collin Carl.cauwenbergh@inami.fgov.be

Plus en détail

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Le bilan réalisé par l infirmier libéral pour le patient, permet de conduire les actions du suivi à domicile de l insuffisant

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009

RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009 RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009 Conformément à la Charte du Comité d audit, le Comité d audit doit établir chaque année un rapport dans lequel sa composition et ses compétences sont mentionnées et

Plus en détail

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Adoptée à la réunion du Conseil d administration le 21 juin 2011

Plus en détail

qualité DES SOINS ET CONSEILS

qualité DES SOINS ET CONSEILS qualité DES SOINS ET CONSEILS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016 Développer des compétences relatives à la qualité des soins et aux conseils Concept général Le CAS «Qualité des Soins et Conseils»

Plus en détail

Nous avons le choix:

Nous avons le choix: Nous avons le choix: être en exercice illégal ou exercer illégalement! C est l alternative qui s offre aux kinésithérapeutes salariés depuis la publication du code de déontologie. Art. R. 4321-56. - Le

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

A) des dossiers d accidents 2008:

A) des dossiers d accidents 2008: CIRCULAIRE A MESSIEURS LES DIRECTEURS REGIONAUX, MESDAMES LES DIRECTRICES, MESSIEURS LES DIRECTEURS ET REPONSABLES DES INSTITUTIONS ET SERVICES PROVINCIAUX. Mons, le 13 octobre 2008. Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

CREATION D UN SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

CREATION D UN SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Extraits de retours d'expérience présentés par Mme Anne DEBETHUNE, dans le cadre de la Validation des Acquis de l'expérience (VAE), pour l'obtention du Diplôme Master "Sciences et Technologies" de l'utc,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005

PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005 PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005 Service ALD et accords conventionnels - 1 - SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES I. INTRODUCTION Les lombalgies

Plus en détail

Remboursement des médicaments

Remboursement des médicaments REMBOURSEMENT DES MÉDICAMENTS / 5 Remboursement des médicaments En 2011, l État a affecté 2,77 milliards d euros au remboursement des médicaments délivrés en pharmacie. Les dépenses concernaient 111,4

Plus en détail

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste DESCRIPTIF DE VISION SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste Un centre d expertise en tant que balise pour le huissier de justice soucieux

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Soirée Remplacer et s Installer en Ile-de-France QUELQUES REGLES DU REMPLACEMENT

Soirée Remplacer et s Installer en Ile-de-France QUELQUES REGLES DU REMPLACEMENT Soirée Remplacer et s Installer en Ile-de-France QUELQUES REGLES DU REMPLACEMENT Mercredi 24 juin 2015 1 Sommaire Contrat de remplacement Formalités administratives Assurance professionnelle Revenus Compte

Plus en détail

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Introduction Réorganisation profonde nécessaire de l offre de soins Organisation hospitalière

Plus en détail

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Aide et Soins à Domicile, c est Un réseau de professionnels de l aide et des soins qui ont pour objectif de proposer

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

Un réseau collectif fiable dans le système de santé publique

Un réseau collectif fiable dans le système de santé publique Un réseau collectif fiable dans le système de santé publique Cabinets médicaux/centres de soins médicaux/réseaux Cliniques/Hôpitaux Réhabilitation/Soins Prestataires de services médicaux Partenaires santé/assurances

Plus en détail

Rôle et statut du médecin coordinateur et conseiller en MRS.

Rôle et statut du médecin coordinateur et conseiller en MRS. Rôle et statut du médecin coordinateur et conseiller en MRS. Groupe de travail mixte «MCC» 12/2010 : mutualités, médecins, médecins coordinateurs, pharmaciens, INAMI, SPF Santé Publique, MR-MRS 1 Obligations

Plus en détail

RAPPORT TRANSPARENCE. Mise à jour le 15 avril 2014

RAPPORT TRANSPARENCE. Mise à jour le 15 avril 2014 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2013 SOMMAIRE 1. PRESENTATION DU CABINET 1.1 Description du cabinet 1.2 Description du réseau 2. GESTION DES RISQUES DU CABINET 2.1 Indépendance 2.2 Contrôle qualité 3. CLIENTS

Plus en détail

Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires

Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires BIM n - 28 juin & 05 juillet 2005 Cécile LAPENU En novembre 2003, deux BIM avaient présenté

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment identifier ses SAVOIR-FAIRE et ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE Avec le soutien du Fonds social européen Identifier ses savoir-faire et ses qualités, pour quoi faire? Vous ne

Plus en détail

CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES

CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES (Approuvés en novembre 2004) SOMMAIRE Paragraphe Objectif du Conseil des normes comptables internationales du secteur public... 1 3 Nomination

Plus en détail

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux Marc Beaumont, kinésithérapeute - 5ème journée inter régionale GIRCI - Tours, 3 juin 2015 Qu est ce que la recherche clinique? «une

Plus en détail

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) Raquel Partemi rpartemi@logos.uncu.edu.ar María Cristina Azcona sanchere@speedy.com.ar Noemí Jiménez castellotejimenez@yahoo.com.ar

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 5 PFP 6 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «La mobilité internationale des professionnels de santé : quels enjeux pour le système de soins français?

Présentation de la Note d analyse «La mobilité internationale des professionnels de santé : quels enjeux pour le système de soins français? Paris, le 4 décembre 2012 Présentation de la Note d analyse «La mobilité internationale des professionnels de santé : quels enjeux pour le système de soins français?» Mardi 4 décembre 2012 Intervention

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux DOSSIER DE PRESSE Services de change et de gestion des paiements internationaux Janvier 2014 Fiche d identité de FX4Biz Date de création 2012 : FX4Biz Belgique Type de société SA de droit Belge au capital

Plus en détail

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession La qualité n'est pas une notion nouvelle dans le monde de la santé. Depuis un certain temps, des actions ont été engagées pour améliorer la qualité des prestations proposées dans ce domaine. Dans l'environnement

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

9. Adaptation de la réglementation et du financement comme stimulants pour l utilisation

9. Adaptation de la réglementation et du financement comme stimulants pour l utilisation WTS 5 9. Adaptation de la réglementation et du financement comme stimulants pour l utilisation Calendrier : à partir de début 2014. Responsables : SPF, INAMI, Commissions de Convention stakeholders. Mesurer

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE POSTE\Fiche poste IDE.

C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE POSTE\Fiche poste IDE. C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE \Fiche poste IDE.doc Association Diaconale Nord Alsace CSI WOERTH 10, rue de l église 67360 WOERTH

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

4 e escale : Évaluation (ou bilan)

4 e escale : Évaluation (ou bilan) 4 e escale : Évaluation (ou bilan) Dernière escale avant d arriver à bon port : l évaluation! Cette étape peut paraître bien anodine en terme d impact sur votre action (puisque celle-ci est déjà passée!),

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS 2015

CATALOGUE FORMATIONS 2015 CATALOGUE FORMATIONS 2015 alité UNASSI 12, rue des Quatre Vallées 65230 CASTELNAU-MAGNOAC Tel 05.62.39.87.45 - Fax 05 62 39 87 46 contact@unassi.fr - www.unassi.fr Organisme formateur enregistré sous le

Plus en détail

TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS

TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS 7 TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS INFORMATIONS GÉNÉRALES Une fois les données recueillies, celles-ci sont traitées transmises sur support informatique (saisie ), organisées et nettoyées

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

Christel Defever Marie-Rose Broucker. Service de la Politique criminelle

Christel Defever Marie-Rose Broucker. Service de la Politique criminelle Rapport - Analyse des questionnaires relatifs au traitement judiciaire des accidents de la route ayant entraîné la mort et /ou provoqué des blessures graves - Synthèse Christel Defever Marie-Rose Broucker

Plus en détail

[CONSEIL D ADMINISTRATION]

[CONSEIL D ADMINISTRATION] PLAN D ACTIONS 2016 [CONSEIL D ADMINISTRATION] Mardi 15 décembre 2015 L année 2016 s inscrit dans la continuité des défis rencontrés par l InterMire en 2015. Casimire, tout d abord, sera lancé dès les

Plus en détail

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION»

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» Février 2012 1. INTRODUCTION Depuis quelques années, la Justice s interroge sur la qualité de son fonctionnement. En novembre 2010, le

Plus en détail

ASSEMBLÉE 38 e SESSION

ASSEMBLÉE 38 e SESSION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL A38-WP/50 31/7/13 ASSEMBLÉE 38 e SESSION COMMISSION TECHNIQUE Point 29 : Sécurité de l aviation Surveillance et analyse MÉTHODE DE SURVEILLANCE

Plus en détail

L externat en médecine générale L exemple de Paris V

L externat en médecine générale L exemple de Paris V L externat en médecine générale L exemple de Paris V Mémoire DIU Pédagogie Médicale 2010 Dr Olivier Benainous CCA médecine générale Dr Mirna Salloum Urgentiste 1 Sommaire I. Externat en médecine générale

Plus en détail

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE FORMATION EN ACHATS STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE , cabinet conseil spécialisé en stratégie, organisation d entreprise vous assiste dans vos choix stratégiques et vous accompagne dans

Plus en détail

Référentiels interministériels de formation

Référentiels interministériels de formation Livret 4 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Référentiels interministériels de formation OUTILS DE LA GRH p. 2 Référentiels interministériels de formation

Plus en détail

Règlement de la Faculté de médecine et des sciences de la santé. Reconnaissance des acquis

Règlement de la Faculté de médecine et des sciences de la santé. Reconnaissance des acquis Règlement de la Faculté de médecine et des sciences de la santé Mars 2014 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 2 1. CHAMPS D APPLICATION... 2 2. CADRE GÉNÉRAL... 2 3. RECONNAISSANCE D ACQUIS AUX FINS D ADMISSION

Plus en détail

SPF Santé publique Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement. F.A.Q. Maintien du titre professionnel particulier de Médecin généraliste

SPF Santé publique Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement. F.A.Q. Maintien du titre professionnel particulier de Médecin généraliste F.A.Q. Maintien du titre professionnel particulier de Médecin généraliste F.A.Q. Maintien du titre professionnel particulier de Médecin généraliste 1. Quels sont les critères pris en compte pour le contrôle

Plus en détail

Projets libres de Recherche «Biologie et Sciences du Cancer»

Projets libres de Recherche «Biologie et Sciences du Cancer» Appel à projets 2015 Projets libres de Recherche «Biologie et Sciences du Cancer» Action 13.1 Attention sélection des projets en deux étapes : 1. Lettre d intention : 12 novembre 2014 2. Dossier présélectionné

Plus en détail

Rapport de la séance de travail avec les Organisations de la Société Civile (OSC) du Bassin du Congo, du 13 au 15 mars 2012 à Brazzaville

Rapport de la séance de travail avec les Organisations de la Société Civile (OSC) du Bassin du Congo, du 13 au 15 mars 2012 à Brazzaville Projet «Observation Indépendante de l application de la loi forestière et de la gouvernance (OIFLEG) en appui aux APV FLEGT dans le Bassin du Congo» BP 254, Brazzaville, République du Congo Tel (242) 06

Plus en détail

APPLICATION. mode d emploi. Mettre le Guide en application : un mode d emploi. Guide canadien des compétences pour. Pour aller de l avant

APPLICATION. mode d emploi. Mettre le Guide en application : un mode d emploi. Guide canadien des compétences pour. Pour aller de l avant Pour aller de l avant Le Guide canadien des compétences pour les professionnels en développement de carrière Le Guide canadien des compétences pour les professionnels en développement de carrière (le Guide)

Plus en détail

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L Ecole d Auxiliaires de Puériculture de la Fondation LENVAL à Nice assure la formation des auxiliaires de puériculture depuis 2010. A cette

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

CHARTE DE BONNE CONDUITE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

CHARTE DE BONNE CONDUITE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX CHARTE DE BONNE CONDUITE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX Avril 2015 DÉFINITION Le terme «réseaux sociaux» désigne généralement l ensemble des sites internet permettant de se constituer un réseau d amis ou de

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Charte du Médecin-conseil de la CAAMI

Charte du Médecin-conseil de la CAAMI P P P P P Charte Charte du Médecin-conseil de la CAAMI Le médecin-conseil est un médecin assermenté, agissant dans le cadre de la Loi AMI * (Art. 153 de la Loi coordonnée du 14.7.1994). Dans l exercice

Plus en détail

NOMENCLATURE COMMUNE DE CLASSIFICATION DES EMPLOIS DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE

NOMENCLATURE COMMUNE DE CLASSIFICATION DES EMPLOIS DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE LA MODERNISATION DES SECTEURS PUBLICS NOMENCLATURE COMMUNE DE CLASSIFICATION DES EMPLOIS DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE Rapport de la phase 3 Marché N 13/2007/MMSP Nomenclature

Plus en détail

Règlement de l assurance qualité et du development de la qualité des conseillères et conseillers bso

Règlement de l assurance qualité et du development de la qualité des conseillères et conseillers bso Association professionnelle de coaching, de conseil et organisation Règlement de l assurance qualité et du development de la qualité des conseillères et conseillers bso Pages Contenus 2 Introduction et

Plus en détail