QUALITÉ EN KINÉSITHÉRAPIE QUALITY IN PHYSICAL THERAPY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUALITÉ EN KINÉSITHÉRAPIE QUALITY IN PHYSICAL THERAPY"

Transcription

1 QUALITÉ EN KINÉSITHÉRAPIE QUALITY IN PHYSICAL THERAPY Promotion de la qualité avril mai 2010 La promotion de la qualité en kinésithérapie Le cabinet de groupe, le cabinet de l avenir? Promotion de la qualité: le chemin parcouru par un groupe de kinésithérapeutes Désirez-vous participer à la promotion de la qualité?

2 texte Fons De Schutter Coordinateur projet pilote Promotion de la qualité en kinésithérapie La promotion de la qualité en kinésithérapie Lors du lancement du projet, l INAMI avait posé 4 piliers essentiels comme principe: - Gestion des connaissances et des compétences - Organisation du soin et de la pratique - Qualité du soin - Informatisation En 2008, l AKB et le Cartel des Kinésithérapeutes, les prédécesseurs d Axxon, ont souscrit à un projet de l INAMI. Un système d amélioration de la qualité devrait être mis en place pour le groupe professionnel entier à l aide de sous projets sur le terrain. Telle était l idée de départ. Ce projet pilote se trouve maintenant dans une phase cruciale. Les sous projets réalisés ont transmis leur rapport final à une commission d évaluation qui a formulé des conclusions. Quatorze projets ont été accomplis et un projet est toujours en cours. Les piliers définis au préalable ont largement été traités. La gestion des connaissances et des compétences forme souvent la base pour le développement d améliorations. Ce n était pas le but principal des sous projets d organiser des formations. Pourtant, la formation reste indispensable, ne fût-ce que pour le développement du thème choisi ou encore pour expliquer la méthodologie utilisée. Avant toute formation, le baseline meeting fut souvent appliqué. A cet effet, des questionnaires furent composés et selon la méthode d auto évaluation, les participants pouvaient mesurer leur niveau de compétence. Cette méthode offre la possibilité de refaire par après des évaluations à différents moments. Les kinésithérapeutes n ont pas à craindre les autoévaluations car elles se font de manière anonymes. Plusieurs sous projets furent organisés à partir d un GLEK (Groupe Local d Evaluation en Kinésithérapie). La plupart des sous projets ont fait appel à une expertise externe. La demande concernait l expertise scientifique (demandée aux formations et centres scientifiques) ou l expertise spécifique par rapport à la problématique (p.e. FVIB UNPLIB). Les organisations telles que la WVVK (Wetenschappelijke Vereniging van Vlaamse Kinesitherapeuten) et le CEBAM (Centre pour l Evidence Based Medicine) ont organisé des formations et collaboré aux workshops et peer reviews. L expertise proposée par le projet pilote fut surtout fournie par Karin Van Loon et le prof. André Vyt. Nous constatons que ce soutien est essentiel et que dans le cadre d un futur système de promotion de la qualité, il devra être développé de manière encore plus structurée. Des accords de collaboration entre les structures locales, l institut de la qualité et les partenaires externes doivent être concrétisés. Le soutien est essentiel! Les deux piliers organisation des soins et du cabinet et la qualité des soins furent souvent traités au travers des thèmes tels que les cabinets de groupe, la communication, le dossier kinésithérapique et l enquête auprès des patients. Des recommandations pour une pratique clinique efficace et développées en consensus s imposent. A cette fin, les sous projets offrent certaines opportunités de collaboration aux cercles, via un GLEK de kinésithérapeutes. 02 Promotion de la qualité AvRIL MaI 10 QUALITY IN PHYSICAL THERAPY

3 Un consensus concernant le dossier kinésithérapique et la communication kinésithérapeute/patient sera finalisé au courant de l année Certains sous projets ont utilisé ou développé des directives. A côté des thèmes choisis (distorsion de la cheville, etc ) des questionnaires furent souvent utilisés ainsi que les peer reviews et la recherche d information via internet. Il s avère que concernant le dernier pilier informatisation, un manque de connaissance persiste et surtout un manque d application, ce qui créé des opportunités de développement des aspects tant sur le plan du contenu que sur le plan de la méthodologie. Au sein du projet pilote, un modèle de consensus fut développé par rapport au dossier kinésithérapique et des opportunités ont été créées pour la réalisation d un dossier kinésithérapique électronique (e-dk) qui sera à disposition du kinésithérapeute. Le groupe professionnel des kinésithérapeutes (représentants du terrain professionnel et représentants des formations) désire mettre au point une procédure de validation de directives selon le modèle belge et cela en collaboration avec CEBAM. Il va de soi que ces directives devront être adaptées et disponibles pour le kinésithérapeute sur le terrain. Le système doit être dirigé avec un soutien scientifique et compétent. Les GLEK participants doivent avoir accès à un encadrement logistique et méthodologique. Le 1er avril, nous organisions une rencontre avec les promoteurs des sous projets. A cette occasion, nous leur avons donné un feedback de l évaluation de leur projet ainsi que les éventuelles futures étapes à suivre. Notre but final est d arriver à un système de promotion de la qualité qui sera au point tant au niveau du contenu qu au niveau de la forme et qui sera soutenu et accepté par tous les partenaires. La base en est jetée, mais la construction demande beaucoup de temps et d énergie. Nous devrons travailler en étapes qui conviennent à tous. Ce bulletin d information vous propose déjà deux sous projets: Un projet au Hainaut qui porte sur l anamnèse d un nouveau patient dans un cabinet de kinésithérapie et un projet au Brabant Flamand concernant des directives pour des cabinets de groupe. Les rapports des sous projets nous ont appris que les kinésithérapeutes sur le terrain sont capables d organiser la promotion de la qualité avec enthousiasme et compétence. L auto évaluation, la concertation inter collégial, le peer review, la formation interactive, tous ces systèmes peuvent être maintenus. Le contrôle inter collégial et les indicateurs de la qualité nécessitent une réflexion plus approfondie avant d être mis en application. Promotion de la qualité AvRIL MaI 10 03

4 texte Sabine Verschelde Luc Lemense e cabinet de groupe, le cabinet de l avenir? Quels sont les avantages sur le plan qualité des cabinets de groupe? Un cabinet de groupe est une association d au moins deux prestataires de soins individuels qui partagent un système de dossiers à une même adresse, mais pas nécessairement. Suite à la féminisation de la profession et le désir de pouvoir consacrer plus de temps à la vie privée, cette tendance se manifeste depuis un certain temps déjà chez les médecins. Les jeunes diplômés y voient l avantage de ne pas devoir se lancer dans un investissement financier puisque dans le cabinet de groupe, les frais sont partagés. Pouvoir commencer à travailler dans un cabinet existant représente un gain de temps et de moyens. La collaboration et le partage des services de garde permettent d avoir davantage de soirées libres et il est plus facile de se faire remplacer pendant les congés de maternité. D habitude, les patients voient toujours le même médecin sauf en cas d urgence ou de période de vacances lorsqu ils seront aidés par un autre médecin du cabinet. Pour pouvoir assurer une continuité optimale, la connaissance approfondie des dossiers est indispensable. Les cabinets de groupe ont également droit à une subvention pour leur fonctionnement. Pour le patient, le temps d attente dans un cabinet de groupe est moins long et le rendez-vous est fixé plus facilement en fonction de ses souhaits. Les kinésithérapeutes créent également une telle forme d organisation. Des collègues ayant différentes compétences particulières se réunissent et offrent ainsi une meilleure qualité de soins. Des temps d attente et de début de traitement moins longs répondent aux souhaits des patients. La kinésithérapie en cabinet de groupe nécessite une connaissance approfondie du dossier de patient ainsi qu une concertation continue des différents kinésithérapeutes. Jusqu à présent il n y a toujours pas de subvention pour les cabinets de groupe de kinésithérapeutes. Le travail en cabinet de groupe permet au kinésithérapeute d avoir plus de temps libre puisque la continuité des soins est garantie. Les vacances, congés de maternité ou recyclages sont plus faciles à gérer. En 2008, un projet pilote fut soumis, approuvé et financé par l INAMI afin de développer un Système de promotion de la qualité en kinésithérapie. Les résultats de ce projet sont déterminants pour la forme, la structure et le contenu de la future promotion de la qualité en kinésithérapie en Belgique. Une vingtaine de sous projets ont participé à ce projet pilote. Un de ces projets s est penché sur le développement de directives pour un fonctionnement optimal d un cabinet de groupe et a lancé l évaluation de cabinets de groupe existants: comment fonctionnent-ils aujourd hui? Quels sont les avantages et les inconvénients? Comment organisent-ils les soins? Proposent-ils des compétences particulières? Appliquent-ils l auto évaluation? Dans une première phase, la littérature fut consultée tout comme les sites web des cabinets de groupe existants. L expérience personnelle et l information retrouvée dans la littérature ont mené à deux questionnaires dont un pour le kinésithérapeute et un pour le patient. Suite à l invitation digitale aux membres Axxon du Brabant Flamant, 8 cabinets ont proposé leur collaboration. Ces cabinets présentaient d importantes différences tant au niveau administratif qu au niveau de leur gestion. Ensuite, le questionnaire pour le kinésithérapeute fut envoyé à tous les participants tandis que le questionnaire adapté au patient fut envoyé à 10 patients au hasard par cabinet afin d être complétés de manière anonyme. Selon l enquête menée auprès des patients de cabinets de groupe, ceux-ci semblent être très satisfaits Les patients étaient très satisfaits des soins et de l organisation du cabinet. Après l analyse des questionnaires, il fut demandé à chaque cabinet de formuler des objectifs bien précis pour l amélioration de la qualité. A ce stade-ci, 3 cabinets ont partiellement décroché. 04 Promotion de la qualité AvRIL MaI 10

5 En kinésithérapie, les cabinets de groupe sont une évolution évidente et prometteuse La dernière phase fut consacrée à la rédaction des directives qui peuvent aboutir à un fonctionnement optimal du cabinet de groupe: 1. Recherchez le juste mélange de collègues qui ont une influence positive l un sur l autre. 2. Organisez régulièrement des réunions bien structurées à propos des patients et de leurs traitements, de l organisation et de la gestion de la pratique et recherchez le consensus. Les possibilités d amélioration des différents cabinets furent discutées et s avéraient être forts intéressantes: la création de programmes d exercices d entretien à domicile, le partage des responsabilités Il n était pour autant pas facile d appliquer de grands changements à la structure et à l organisation du cabinet. A ce stade, la FVIB (pendant néerlandophone de l UNPLIB Union Nationale des Professions Libérales et Intellectuelles de Belgique - ndlr) fut impliquée pour son expertise en matière de révision de cabinets. La FVIB a rédigé un questionnaire à remplir de manière anonyme par tous les participants (y compris les cabinets qui avaient décroché). Au total, 21 thérapeutes ont rempli le questionnaire. Lors de deux workshops, un modèle de collaboration optimal fut conçu à l aide des résultats de l enquête. L essentiel était de démontrer la différence entre une collaboration verticale ou intégrale. La plupart des cabinets fonctionnent de façon verticale: 1 titulaire de cabinet paie un pourcentage à ses collaborateurs et se charge de toutes les tâches supplémentaires (entretien, rapports, contacts, facturation, ). Lors d un peer review qui fut soutenu par des experts, les participants ont constaté que tous les cabinets ne connaissent pas les mêmes problèmes et ils étaient tous d accord sur l importance primordiale de la communication. Dans la phase suivante, une secrétaire administrative fut engagée pour 4 cabinets. Une étudiante fut trouvée par le biais d un bureau d intérim et embauchée pour une période de 4 semaines. La secrétaire s occupait principalement des tâches administratives telles que l encodage des données de patients et de prescriptions, répondre au téléphone, L évaluation a démontré que chaque thérapeute gagnait ainsi 3 à 5 heures par semaine. L administration se faisait plus facilement et plus correctement. L engagement permanent d une secrétaire permettrait clairement au kinésithérapeute de consacrer plus de temps au traitement ce qui, finalement, est une bonne chose pour le patient! L embauche d une secrétaire permet au kinésithérapeute de consacrer plus de temps aux traitements, à la concertation, au recyclage, et l administration est à jour. La grande plus-value de la secrétaire représente cependant un investissement important et coûteux. En plus du sens d organisation de l administration, la secrétaire de cabinet doit connaître la nomenclature, l informatique et surtout avoir une faculté de communication. Dans ce sous projet, c est surtout le pilier de la qualité organisation des soins et du cabinet qui fut abordé. 3. Le regroupement de collègues ayant différentes qualifications particulières est une plus-value pour un cabinet. 4. Le traitement du patient effectué par trop de collègues différents ne représente pas une plus-value. 5. La création d un cabinet par plusieurs jeunes diplômés peut être la formule la plus simple et la plus facile mais elle n a pas l avantage des thérapeutes expérimentés. 6. Les cabinets de groupe pourraient devenir plus attrayants s ils pouvaient faire appel à une intervention financière de l état: une tâche pour l association professionnelle? Grâce aux différentes qualifications particulières, une demande de soins peut être traitée de manière plus efficace à partir des différents points de vue et après la concertation qui s en suit. Les cabinets de groupe de kinésithérapie représentent une évolution prometteuse et évidente. De telles formes d organisation peuvent contribuer à la promotion de la qualité des soins. Les directives qui ont été développées dans ce sous projet ont pour but d aider les collègues qui envisagent de démarrer ou de rejoindre un cabinet de groupe. Promotion de la qualité AvRIL MaI 10 05

6 texte Karin Van Loon Membre du groupe directeur de la Promotion de la Qualité Promotion de la qualité: le chemin parcouru par un groupe de kinésithérapeutes Sept kinésithérapeutes de l Association des Kinésithérapeutes du Grand Chatelet (AKGCP) ont participé au projet de Promotion de la Qualité (Pro-Q-Kine) initié par l INAMI en 2008 et Le sujet de réflexion qu ils ont choisi, porte sur l anamnèse d un nouveau patient dans un cabinet de kinésithérapie. Concrètement, ces kinésithérapeutes se sont réunis une à deux fois par mois, en soirée, pour concevoir et mettre en œuvre leur projet. Tout au long de leur travail, ils ont été conseillés et accompagnés par des experts et membres du groupe directeur de la Promotion de la Qualité. Sur base de recherches bibliographiques et en confrontant leurs expériences, ils ont mis au point un modèle d anamnèse pour les kinésithérapeutes exerçant en cabinet. Ils ont choisi de proposer cette anamnèse en versions papier et informatique. Pour construire cette anamnèse, ils l ont dans un premier temps, soumise à dix confrères de la région, y ont apportés quelques modifications et l ont ensuite validée. 06 Promotion de la qualité AvRIL MaI 10 QUALITY IN PHYSICAL THERAPY

7 La version définitive a été envoyée à une centaine de kinésithérapeutes de la région. Le groupe a conçu, avec l aide d un expert un questionnaire d évaluation de cette anamnèse. Ce questionnaire interroge l utilité, la pertinence, la convivialité, la place et l utilisation de cette anamnèse par les confrères de la région. Ils ont reçu douze réponses dont dix sont analysables. Au regard de ce petit échantillon, certains points ont été mis en évidence: - L anamnèse semble très utile pour la majorité des répondants. - Est toutefois mise en évidence, la problématique du temps: il y a une réelle crainte de surcharge de travail liée à l utilisation d une anamnèse fouillée. - Un intérêt certain est marqué pour cette forme d anamnèse mais il y a lieu de l envisager avec des spécificités en fonction du domaine de la kinésithérapie. - L anamnèse proposée dans cette étude ne semble pas avoir apporté de changement auprès des participants, ni dans leur manière de réaliser une anamnèse ni dans le choix des techniques de traitement utilisées. - Il persiste une certaine peur du contrôle et de la centralisation des données qui se manifeste face à l informatisation et le transfert des données entre prestataires. - Les kinésithérapeutes contactés ont marqué leur intérêt pour la participation à ce type de projet et l organisation de la profession, qu ils soient ou non impliqués dans des associations. Mais au-delà de ces considérations propres à l étude, il est intéressant d analyser la dynamique qui s est installée au sein du groupe de l AKGCP. Pour cette première expérience, les participants ont exprimé leurs difficultés par rapport à l administration et la gestion financière du projet. Par contre, la partie plus créative, c est-à-dire réaliser le canevas de l anamnèse s est avéré très intéressante. L équipe est restée soudée jusqu au bout et l ambiance de travail est restée bonne malgré les difficultés rencontrées. Les liens se sont renforcés et le dialogue est devenu plus constructif au fil du temps. Les participants sont disposés à participer à d autres projets de la Promotion de la Qualité et envisagent de se conformer aux normes pour devenir un cercle local de kinésithérapie. En conclusion, malgré les difficultés concrètes rencontrées et celles d intégrer de nouveaux concepts de gestion de la qualité, l expérience est très positive. Ce groupe s est inscrit dans la dynamique cyclique de la roue de Deming, PDCA (plan/do/check/act) et a rencontré certains piliers de la gestion de la qualité soit: L organisation des soins et du cabinet L amélioration de la qualité des soins L informatisation et l automatisation permettant une meilleure transmission des données vers des confrères ou l équipe soignante La remise en question de sa pratique et l autoévaluation Les échanges entre pairs et la confrontation inter collégiale Bon vent pour leurs projets futurs! Promotion de la qualité AvRIL MaI 10 07

8 Désirez-vous participer à la promotion de la qualité? La kinésithérapie a pris à juste titre une place importante au sein des soins de santé. C est donc très important que le kinésithérapeute entretienne ses compétences scientifiques (connaissances, aptitudes et attitudes) et les actualise régulièrement afin d utiliser à tout moment le traitement le plus approprié. C est également indispensable qu il soit sensibilisé aux problèmes de nature éthique, déontologique et de l économie des soins de santé, ainsi qu aux problèmes concernant l exercice de sa profession au sens large du terme. Si vous souhaitez tester ou évaluer vos connaissances, vos aptitudes et vos attitudes avec quelques collègues dans un contrôle inter collégial ou un peer review, alors l organisation d un GLEK (Groupement Local d Evaluation en Kinésithérapie) vous intéressera sûrement! Prenez contact avec Pro-Q-Kiné (secrétariat Axxon, Qualité en Kinésithérapie) Imperiastraat Zaventem Le secrétariat vous aidera à organiser votre concertation locale. Vous trouverez les documents nécessaires sur le site d Axxon sous Pro-Q-Kiné, rubrique Concertation et soutien : Sur le site, vous trouverez également - le Formulaire de demande d installation d un GLEK, - un Manuel pour l organisation pratique d un GLEK, - ainsi que la réglementation du fonctionnement d un GLEK. Le projet pilote Promotion de la qualité en kinésithérapie fait à nouveau appel aux kinésithérapeutes intéressés pour participer à la phase de test de l auto évaluation (AE) et le contrôle inter collégial (CIC) Grâce à l auto réflexion, l auto évaluation permet d obtenir de manière structurée une idée de son propre profil de compétences, la qualité des soins et l organisation de ces soins à l aide de questionnaires standardisés. A partir de cette vision, des lignes d amélioration peuvent être mises en place (activités de formation, réorganisation ) Grâce aux GLEK s, nous voulons rassembler les kinésithérapeutes qui testent l auto évaluation de manière structurée afin de souscrire à des lignes d amélioration. C est ce que nous appelons le contrôle ou l examen inter collégial (CIC/EIC). Si vous êtes intéressé, vous trouverez de plus amples informations sur: ou prenez contact avec (Fabienne Van Dooren) 08 Promotion de la qualité AvRIL MaI 10

évolution vers un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Promotion de la Qualité en Kinésithérapie

évolution vers un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Promotion de la Qualité en Kinésithérapie évolution vers un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Promotion de la Qualité en Kinésithérapie Sommaire Introduction 04 Un système qualité pour notre profession 05 La gestion de la qualité

Plus en détail

promotion de la qualité en kinésithérapie Décembre 2011-janvier 2012 supplément pro-q-kine PE-online

promotion de la qualité en kinésithérapie Décembre 2011-janvier 2012 supplément pro-q-kine PE-online promotion de la qualité en kinésithérapie Décembre 2011-janvier 2012 supplément pro-q-kine PE-online En 2011-2012, Pro-Q-Kine introduit 4 objectifs majeurs: la mise en place et le soutien des GLEK, le

Plus en détail

GLEK Formations & Modérateurs & Responsables Qualité

GLEK Formations & Modérateurs & Responsables Qualité promotion de la qualité en kinésithérapie septembre-octobre-novembre 2011 supplément pro-q-kine GLEK Formations & Peer Reviews PE-Online Modérateurs & Responsables Qualité En 2011-2012, Pro-Q-Kine introduit

Plus en détail

pour un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Association de l AKB et du Cartel des Kinésithérapeutes

pour un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Association de l AKB et du Cartel des Kinésithérapeutes pour un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Association de l AKB et du Cartel des Kinésithérapeutes L'image sur la page précédente représente les deux pôles dans le système de gestion de

Plus en détail

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie ProfildeCompétencesProfessionnellesOstéopathie Document Documentdediscussionavecl intentiond obtenirunconsensus approuvée par la Chambre ostéopathie le 12-06-2012 (11 votes pour - pas de votes contre -

Plus en détail

Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise?

Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise? De simple divertissement à instrument polyvalent Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise? SOMMAIRE 2 De simple divertissement à instrument polyvalent 2 Dix astuces pour que votre

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

COLLABORATIONS POSSIBLES AVEC LES FUTURS ÉTUDIANTS ET LES ÉTUDIANTS (BACHELOR ET MASTER) DU DÉPARTEMENT INFORMATION DOCUMENTAIRE

COLLABORATIONS POSSIBLES AVEC LES FUTURS ÉTUDIANTS ET LES ÉTUDIANTS (BACHELOR ET MASTER) DU DÉPARTEMENT INFORMATION DOCUMENTAIRE COLLABORATIONS POSSIBLES AVEC LES FUTURS ÉTUDIANTS ET LES ÉTUDIANTS (BACHELOR ET MASTER) DU DÉPARTEMENT INFORMATION DOCUMENTAIRE Remarque : L utilisation du masculin pour désigner les personnes ne vise

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

1.1.2. La durée du stage officinal est légalement de 6 mois.

1.1.2. La durée du stage officinal est légalement de 6 mois. 1. REGLEMENT DU STAGE OFFICINAL 1.1. Du stage et des stagiaires 1.1.1. Le stage est accompli dans une officine ouverte au public ou dans une officine hospitalière, dirigée par un pharmacien comptant au

Plus en détail

ÊTRE OBSERVATEUR. d une épreuve. de Validation

ÊTRE OBSERVATEUR. d une épreuve. de Validation ÊTRE OBSERVATEUR d une épreuve de Validation 1 Rappel du contexte............................................ 3 2 La place de l observateur dans un centre de validation des compétences............... 3

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L Ecole d Auxiliaires de Puériculture de la Fondation LENVAL à Nice assure la formation des auxiliaires de puériculture depuis 2010. A cette

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

SECRET PROFESSIONNEL ET DEVOIR DE DISCRÉTION : NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS!

SECRET PROFESSIONNEL ET DEVOIR DE DISCRÉTION : NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS! SECRET PROFESSIONNEL ET DEVOIR DE DISCRÉTION : NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS! ET SI LE PATIENT, C ÉTAIT VOUS? Brochure d information Rubrique 1 Secret professionnel et devoir de discrétion : pourquoi? Le

Plus en détail

Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 APPEL A COLLABORATION AUX UNIVERSITES POUR UNE EQUIPE DE RECHERCHE- ACTION

Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 APPEL A COLLABORATION AUX UNIVERSITES POUR UNE EQUIPE DE RECHERCHE- ACTION Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 COZ/VDF/E06/458 Muriel Quinet Muriel.quinet@health.fgov.be 02/524.85.78 Valérie De Nef Valerie.denef@health.fgov.be 02/524.85.79 APPEL A COLLABORATION

Plus en détail

Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo)

Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo) www.besafe.be Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo) Mons - Projet Bien-être à l école 1 Eeklo Les écoles pour les jeunes les jeunes pour les écoles (projet JoJo) SPF

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Collecte de données d enquête pour l évaluation d impactd

Collecte de données d enquête pour l évaluation d impactd Collecte de données d enquête pour l évaluation d impactd Sarah Hughes Directeur de sondages sr. Projets internationaux NORC Université de Chicago 15 janvier 2008 Hypothèses de la présentation Nous envisageons

Plus en détail

5 ème SESSION DE LA RÉUNION DES PARTIES CONTRACTANTES

5 ème SESSION DE LA RÉUNION DES PARTIES CONTRACTANTES ACCORD SUR LA CONSERVATION DES OISEAUX D EAU MIGRATEURS D AFRIQUE-EURASIE Doc: AEWA/MOP 5.13 Point 12 de l ordre du jour Original : Anglais 5 ème SESSION DE LA RÉUNION DES PARTIES CONTRACTANTES Date :

Plus en détail

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR Rapport de sondage Présenté à : Monsieur André Lortie Service des communications Office de la protection du consommateur Évaluation de l impact de la brochure «Vos

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

GESTION DU PLAN D INTERVENTION

GESTION DU PLAN D INTERVENTION GESTION DU PLAN D INTERVENTION 1. ENCADREMENTS LÉGAUX ET CADRES DE RÉFÉRENCE - Loi sur l instruction publique (LIP) - Une école adaptée à tous ses élèves : Politique de l adaptation scolaire (MELS) - Organisation

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour reçu le 24 avril 2006 ;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour reçu le 24 avril 2006 ; CSSS/06/068 DÉLIBÉRATION N 06/040 DU 19 SEPTEMBRE 2006 RELATIVE À LA PARTICIPATION DE L INSTITUT NATIONAL D ASSURANCE MALADIE ET INVALIDITÉ AU PROJET DE RECHERCHE «ÉPIDÉMIOLOGIE DE LA PRESCRIPTION D ANTIBIOTIQUES

Plus en détail

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Aide et Soins à Domicile, c est Un réseau de professionnels de l aide et des soins qui ont pour objectif de proposer

Plus en détail

Formation des OSC de niveau 3 sur «Techniques de montage de projets»

Formation des OSC de niveau 3 sur «Techniques de montage de projets» PROGRAMME DE L UNION EUROPEENNE POUR LA SOCIETE CIVILE ET LA CULTURE TERMES DE REFERENCE Formation des OSC de niveau 3 sur «Techniques de montage de projets» Octobre 2015 1 I. Contexte et justification

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA BILAN D ETAPE 1 MATERIEL MEDICAL : UN CHAMP D INTERVENTION QUI SUSCITE DES ATTENTES FORTES RESUME Au printemps 2013, l URPS

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

BULLETIN N 3 /2010 MARS 2010

BULLETIN N 3 /2010 MARS 2010 SANTE MENTALE EUROPE Boulevard Clovis 7, B-1000 Bruxelles Tél.:+ 32 2 280 04 68 Fax: + 32 2 280 16 04 Email : info@mhe-sme.org Site web: http://www.mhe-sme.org SANTE MENTALE EUROPE BULLETIN N 3 /2010 MARS

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes

La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes ETAT DE LA SITUATION 2007 V1.1 Direction générale Soins de Santé primaires et Gestion de Crise Bruxelles, octobre 2008 1. Les Kinésithérapeutes

Plus en détail

The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs

The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs I. Principes directeurs : Soins infirmiers directs 1. Perspectives du patient et de la famille

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE L accès à l information est un droit fondamental de tout apprenant, présentant ou non un handicap et/ou un besoin

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES Actualisée Décembre 2006 Rédigé par RAEE STRATEGIE DE MARKETING POUR

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

LANCEMENT DE LA CONSULTATION DES USAGERS ET AGENTS DE POLE EMPLOI

LANCEMENT DE LA CONSULTATION DES USAGERS ET AGENTS DE POLE EMPLOI LANCEMENT DE LA CONSULTATION DES USAGERS ET AGENTS DE POLE EMPLOI Bercy, le 9 septembre 2010 Contact presse : Cabinet de Laurent WAUQUIEZ : Nicolas DIAT - 01 53 18 43 89 Questionnaire adressé aux demandeurs

Plus en détail

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW 1 Guide utilisateur GUIDE UTILISATEURS : OVERVIEW est une infrastructure conçue par des entrepreneurs, pour les entrepreneurs. C est une plateforme de mise en relation et de collaboration virtuelle au

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

Programme de formation continue de la Société Suisse de Neurochirurgie (SSNC) pour les médecins ayant une activité professionnelle en neurochirurgie

Programme de formation continue de la Société Suisse de Neurochirurgie (SSNC) pour les médecins ayant une activité professionnelle en neurochirurgie Programme de formation continue de la Société Suisse de Neurochirurgie (SSNC) pour les médecins ayant une activité professionnelle en neurochirurgie I. Principes Généraux Ce programme de formation continue

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Centre de Formation Juridique

Centre de Formation Juridique Centre de Formation Juridique Etablissement d enseignement supérieur privé 98 % de réussite* STAGE DE PRÉ-RENTRÉE NANTES Réservé aux étudiants de 1 ère année de Nantes Découvrez notre offre de Formation

Plus en détail

Office de réglementation des maisons de retraite. Conseil consultatif des parties prenantes Mandat

Office de réglementation des maisons de retraite. Conseil consultatif des parties prenantes Mandat Conseil consultatif des parties prenantes Mandat Autorité : L (ORMR) est établi en tant que personne morale sans capital-actions en vertu de la Loi de 2010 sur les maisons de retraite. Le mandat de l ORMR

Plus en détail

elearning LA FORMATION CONTINUE SECIB

elearning LA FORMATION CONTINUE SECIB Optimisez vos outils SECIB! LA FORMATION CONTINUE SECIB gagnez en compétences Depuis plus de 25 ans, SECIB améliore la performance et l organisation des cabinets d avocats au travers de solutions logicielles

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

POUR LA SELECTION D UN CONSULTANT EN VUE DE LA REALISATION

POUR LA SELECTION D UN CONSULTANT EN VUE DE LA REALISATION SSOCIATION ROFESSIONNELLE DES YSTEMES INANCIERS ECENTRALISES DU BURKINA FASO (APSFD-BF) 01 BP 5386 Ouagadougou 01 Burkina Faso Tel.: (00226) 50 36 13 78 Fax: (00226) 50 36 13 78 E-mail: apsfdbf@fasonet.bf

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

Sortez du Lot! Créateur. de valeurs AUDIT ACCOMPAGNEMENT & ASSISTANCE À LA RÉPONSE FORMATION ET EXTERNALISATION DE VOTRE RÉPONSE

Sortez du Lot! Créateur. de valeurs AUDIT ACCOMPAGNEMENT & ASSISTANCE À LA RÉPONSE FORMATION ET EXTERNALISATION DE VOTRE RÉPONSE Sortez du Lot! Créateur de valeurs AUDIT ACCOMPAGNEMENT & ASSISTANCE À LA RÉPONSE FORMATION ET EXTERNALISATION DE VOTRE RÉPONSE Heureusement, un appel d offres n est pas qu une question d offres. Allô

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Relier l apprentissage à la pratique Comment faire un exercice de réflexion sur la pratique pour obtenir des crédits MAINPRO-C

Relier l apprentissage à la pratique Comment faire un exercice de réflexion sur la pratique pour obtenir des crédits MAINPRO-C Lien à la version électronique de le formulaire l Apprentissage à la Pratique : https://www.formrouter.net/forms@cfpc/mainpro_linking_learning_practice_fr.html Relier l apprentissage à la pratique Comment

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

RAPPORT TRANSPARENCE. Mise à jour le 15 avril 2014

RAPPORT TRANSPARENCE. Mise à jour le 15 avril 2014 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2013 SOMMAIRE 1. PRESENTATION DU CABINET 1.1 Description du cabinet 1.2 Description du réseau 2. GESTION DES RISQUES DU CABINET 2.1 Indépendance 2.2 Contrôle qualité 3. CLIENTS

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission -------------------------

NOTE D INFORMATION. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------------------- UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission ORGANISATION DES SESSIONS DE RESEAUTAGE B TO B, A L OCCASION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE DES INVESTISSEURS A DUBAI ------------ Dubaï, 09

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub Politique Déchets de la CUB Cahier des charges de l appel à contributions - Vous êtes une association, un collectif ou un organisme partenaire des politiques communautaires; - Vous êtes intéressé par la

Plus en détail

La stratégie d action

La stratégie d action La Télé-Prospection Michel SOUFIR Directeur Général 0970 407 007 +216 21243787 La stratégie d action La réussite d une opération de téléprospection, réside dans l analyse du contexte de la mission pour

Plus en détail

Bienvenue chez votre pharmacien

Bienvenue chez votre pharmacien Bienvenue chez votre pharmacien En première ligne Le pharmacien Prestataire de soins à part entière, le pharmacien occupe aujourd hui une place centrale au cœur de notre système de santé. Disponible sans

Plus en détail

Règlement de la Faculté de médecine et des sciences de la santé. Reconnaissance des acquis

Règlement de la Faculté de médecine et des sciences de la santé. Reconnaissance des acquis Règlement de la Faculté de médecine et des sciences de la santé Mars 2014 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 2 1. CHAMPS D APPLICATION... 2 2. CADRE GÉNÉRAL... 2 3. RECONNAISSANCE D ACQUIS AUX FINS D ADMISSION

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE Loi sur le droit à l information et la protection de la vie privée Affaire : 2013-1598-AP-852 Le 3 février 2014 «Un Ministère a failli à son obligation

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Formations pour formatrices et formateurs pratiques

Formations pour formatrices et formateurs pratiques Formations pour formatrices et formateurs pratiques Formations pour formatrices et formateurs pratiques Dans le cadre de leur formation diversifiée, les apprenti-e-s login peuvent compter sur un encadrement

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement

À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement Votre assurance protection du revenu RBC Assurances reconnaît qu une maladie ou une blessure invalidante peut poser des défis sur les

Plus en détail

EXFO INC. (l «Entreprise») CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES (LA «CHARTE»)

EXFO INC. (l «Entreprise») CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES (LA «CHARTE») EXFO INC. (l «Entreprise») CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES (LA «CHARTE») La présente Charte du Comité des ressources humaines incorpore la Charte du comité de rémunération et la Charte du comité

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE-14 PRÉSIDENT DE L ÉQUIPE D ÉVALUATION PAR LES PAIRS CONSEILS ET RESPONSABILITÉS

LIGNE DIRECTRICE-14 PRÉSIDENT DE L ÉQUIPE D ÉVALUATION PAR LES PAIRS CONSEILS ET RESPONSABILITÉS LIGNE DIRECTRICE-14 PRÉSIDENT DE L ÉQUIPE D ÉVALUATION PAR LES PAIRS CONSEILS ET RESPONSABILITÉS Préambule L équipe d évaluation par les pairs (EEP) exécute l évaluation sur place aux fins de l agrément

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

Réponse au rapport Accès à la justice en français. Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014

Réponse au rapport Accès à la justice en français. Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014 Réponse au rapport Accès à la justice en français Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014 1 Rapport Accès à la justice en français Les coprésidents du Comité consultatif de la magistrature et du barreau

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

PARRAINAGE DE PROGRAMMES. Optimisez votre lien avec les chercheurs d emploi

PARRAINAGE DE PROGRAMMES. Optimisez votre lien avec les chercheurs d emploi PARRAINAGE DE PROGRAMMES Optimisez votre lien avec les chercheurs d emploi PARRAINAGE DE PROGRAMMES Prenez contact avec la maind œuvre de demain aujourd hui même. Le Conseil RHiM a parrainé des initiatives

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

Valoriser son parcours professionnel

Valoriser son parcours professionnel Module - 1 Valoriser son parcours professionnel Vous devez vous préparez à intégrer le marché du travail. Pour cela, vous allez devoir apprendre à parler de vos études en termes professionnels et non disciplinaires.

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail