Itinéraires. Le financement communautaire des services de santé La situation au Mali et dans d autres Etats francophones d Afrique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Itinéraires. Le financement communautaire des services de santé La situation au Mali et dans d autres Etats francophones d Afrique"

Transcription

1 iuédgenève institut universitaire graduate institute d études du développement of development studies Itinéraires Le financement communautaire des services de santé La situation au Mali et dans d autres Etats francophones d Afrique Sculpture en céramique et photos de Claude Albana Presset, Rivière, Sous la direction de Jean-Dominique LAPORTE Notes et travaux n o 73

2

3 ITINÉRAIRES Notes et Travaux nº 73 Le financement communautaire des services de santé La situation au Mali et dans d autres Etats francophones d Afrique Sous la direction de Jean-Dominique LAPORTE iuéd, octobre 2004 CHF 12. INSTITUT UNIVERSITAIRE D ÉTUDES DU DÉVELOPPEMENT Service des publications Case postale 136 CH-1211 GENÈVE 21

4

5 Remerciements Au nom de l iuéd, l auteur tient à remercier tous les participants à cet atelier qui ont généreusement donné de leur temps, de leur enthousiasme et de leur énergie pour mener cette réflexion à bien ; la Direction du développement et de la coopération du Département fédéral des affaires étrangères de la Confédération helvétique, qui a d emblée soutenu le projet en le cofinançant et en faisant des suggestions pour son organisation, en particulier M. Claudio Tognola ; la Fondation Novartis pour le développement durable, qui a participé au financement et aux travaux, en particulier M. Alexander Schulze. 5

6

7 Table des matières Remerciements 5 Sigles et abréviations 8 Introduction 9 Participants 11 Synthèse des travaux. Première partie : Le contexte international Le financement solidaire de la santé Limites de la démarche Financement solidaire et construction sociale Les enseignements du terrain 21 Synthèse des travaux. Seconde partie : La situation au Mali La situation actuelle au Mali Les évolutions prévisibles La politique nationale malienne et le cadre légal Le personnel de santé Hypothèses de travail et objectifs de développement La recherche Le rôle de la coopération internationale 57 Epilogue 65 Annexe. Programme de l atelier 71 7

8 Sigles et abréviations AM AMO AMS AMU AMV ASACO CIDR CMIE CPC CS CSCOM FAM iuéd INPS MEG OMS PASS-MS PIB PMA PPTE PRODESS PVD RAMS UTM Assurance maladie Assurance maladie obligatoire Assurance maladie sociale Assurance maladie universelle Assurance maladie volontaire Association de santé communautaire Centre international de développement et de recherche Centre médical interentreprises Coopérative de producteurs de coton Centre de santé Centre de santé communautaire Fonds d assistance médicale Institut universitaire d études du développement Institut national de prévoyance sociale (Mali) Médicaments essentiels génériques Organisation mondiale de la santé Programme d appui sociosanitaire Mali-Suisse Produit intérieur brut 1. Pays les moins avancés 2. Paquet minimum d activités Pays pauvres très endettés Programme de développement sanitaire et social Pays en voie de développement Réseau d appui aux mutuelles de santé Union technique de la mutualité malienne 8

9 Introduction L initiative de Bamako a été proposée comme moyen de financement palliatif des services de soins de santé aux Etats dont les budgets étaient insuffisants pour assurer le fonctionnement régulier de ces services, en particulier leur approvisionnement en médicaments. Après quinze ans d application, le besoin se fait sentir d un mode de financement à la fois plus équitable pour les usagers, plus performant pour les services de santé et plus viable 1. Différentes expériences montrent qu une assurance maladie sociale est envisageable dans des pays en développement, y compris dans le secteur informel 2. Depuis 1992, le Mali s est engagé dans un processus de décentralisation politique et administrative. Cela s est traduit par l apparition, en 1999, de communes dans tout le pays (elles n existaient que dans les villes jusqu alors), qui constituent de nouveaux acteurs sur la scène locale. Parallèlement, les structures de soins de premier recours ont été transformées en centres de santé communautaires (CSCOM), gérés par des associations de santé communautaires (ASACO), sur la base de conventions passées avec l Etat ; c est ainsi qu est apparu un secteur de soins de santé privé sans but lucratif. En mars 2002 a été promulguée une loi accordant aux hôpitaux un statut autonome dans le but de permettre à leur mode de fonctionnement d évoluer de l administration à la gestion responsable (même subventionnée). Le système de soins est en train de passer, on le voit, d un système pyramidal centralisé, regroupant les fonctions politiques, opérationnelles et financières, vers un réseau d acteurs assurant ces différentes fonctions sur des bases contractuelles. Les règles de fonctionnement de cette nouvelle configuration doivent donc être élaborées et promulguées. Ces règles doivent assurer non seulement le financement pérenne des services de santé, mais un accès universel et équitable de ces services à l ensemble de la population. Estimant que le développement de systèmes de financement communautaire de la santé pouvait contribuer à améliorer l accessibilité et la qualité des services de santé dans les pays les plus pauvres, l iuéd a souhaité jeter les bases d une étude de cette question dans la région de Sikasso, dont il appuie les services de santé depuis plus de vingt ans, dans le cadre d un projet de coopération financé par la Suisse. Il pouvait pour cela s appuyer sur l expérience de nombreuses années de développement des mutuelles au Bénin, où il a également été impliqué dans un programme de coopération. Il fallait donc mener une réflexion qui s ancrerait dans le concret de situations du Mali et du Bénin tout en ayant vocation d être utile dans d autres contextes, la question intéressante pour tous étant la suivante : Comment adapter les principes d une couverture maladie universelle à chaque contexte particulier? C est pourquoi l iuéd a réuni des acteurs de terrain du Mali, du Bénin, du Burkina Faso, de Côte d Ivoire et du Tchad, des enseignants de l iuéd et de l Université de Lausanne et des experts internationaux dans un atelier qui s est déroulé à Genève 1 2 J.-P. Foirry, «L initiative de Bamako : quels bénéfices pour les populations africaines?», in J.-D. Rainhorn, M.-J. Burnier (dir.), La santé au risque du marché. Incertitudes à l aube du XXI e siècle, Nouveaux Cahiers de l iuéd, nº 11, Genève, iuéd ; Paris, Presses Universitaires de France, 2001, pp G. Carrin, «L assurance maladie : un chemin parsemé d obstacles pour les pays en développement», in J.-D. Rainhorn, M.-J. Burnier (dir.), op. cit., pp W. Van Ginneken (dir.), Sécurité sociale pour la majorité exclue. Etudes de cas dans les pays en développement, Genève, Bureau international du travail, 2000, 231 p. 9

10 du 8 au 10 mai Le présent document constitue la synthèse de cet atelier (dont le programme figure en annexe), complétée par un épilogue. Note méthodologique L atelier a été conçu pour favoriser le plus possible la confrontation d idées et d expériences. Il n a pas été demandé de texte écrit aux intervenants, de manière à leur donner plus de souplesse, leur permettant ainsi d adapter leur propos aux interventions précédentes et aux questions soulevées. Toutes les interventions et tous les débats ont été enregistrés, puis transcrits. Le texte des actes est une mise en forme de ces transcriptions qui s efforce de rendre compte de façon complète des idées et des nuances exprimées, en conservant le plus possible le vocabulaire et les expressions de chaque intervenant, ce qui apparaît bien dans la diversité des styles que l on rencontre même à l intérieur d un même chapitre. L ordre de succession des propos a également été respecté autant que possible. Toutefois, le style oral peu soutenu a été transformé en un style écrit de lecture plus aisée. L épilogue a été rédigé en dernier par l auteur de la synthèse. 10

11 Participants Experts invités Fernand Bationo (Réseau d appui aux mutuelles de santé, Burkina Faso) Eric Burnier (Comité international de la Croix-Rouge [CICR], Genève) Guy Carrin (OMS, Genève) Robert Cazal (Caribbean Epidemiology Centre [CAREC], de l Organisation panaméricaine de la santé [OPS/OMS], Trinité-et-Tobago) Issa Cissouma (Union technique des mutuelles, Mali) Bart Criel (Département de santé publique, Institut de médecine tropicale d Anvers [ITG]) Patrick Dauby (Coopération française, République de Côte d Ivoire) Boubakar Dicko (PASS-MS, Mali) David M. Dror (Bureau international du travail [BIT], Genève ; Laboratoire d analyse des systèmes de santé, Université de Lyon 1) Pierre Fournier (Université de Montréal, Canada) Gana Guirou (PASS-MS, Mali) Amina Inoua (Bureau d appui santé environnement, N Djamena, Tchad) Chris James (OMS, Genève) Fouad Kahia-Tani (Handicap International, Togo) Alain Letourmy (Centre de recherche, médecine, sciences, santé et société, France) François-Xavier Merrien (Université de Lausanne) Jean-Baptiste Meillon, Paris (Mutuelle urbaine au Burkin Faso) Ernesto Papa (Département de santé publique, Institut de médecine tropicale d Anvers [ITG]) Alexandre Schulze (Novartis Foundation for Sustainable Development, Bâle) Claudio Tognola (Direction du développement et de la coopération [DDC], Berne) Kaspar Wyss (Institut tropical suisse [ITS], Bâle) Participants de l iuéd (Genève) Pierre Dyens Daniel Fino Marc-Antoine Fournier Françoise Grange Jean-Dominique Laporte Jacques Martin Jean-Luc Maurer 11

12

13 Synthèse des travaux Première partie LE CONTEXTE INTERNATIONAL

14

15 1. Le financement solidaire de la santé Principe du financement solidaire Les systèmes de santé ont pour objectif d améliorer non seulement le niveau de santé d une population, mais aussi la répartition de la santé dans cette population 3. La traduction de cet objectif dans le domaine du financement des services de santé est un financement juste, permettant l accès aux services de santé de tous les groupes de population à un coût supportable. C est dans cette optique que se développent un peu partout dans le monde des réflexions sur les moyens d instaurer une assurance maladie sociale, dite encore «nationale» ou «universelle». Les régimes des 191 pays membres de l OMS sont répartis en trois classes : 4 1. Partage des risques élevé : ce groupe comprend surtout des pays dont le système de soins de santé est financé par l impôt ; une minorité travaille avec une assurance sociale. 2. Partage des risques moyen : le financement par l Etat est combiné avec une assurance maladie pour certains groupes. 3. Partage du risque faible : ce sont tous des PMA. Les questions qui se posent sont les suivantes : Comment réaliser une couverture universelle pour les prestations de santé à partir des éléments existants? Une extension de l assurance maladie (AM) est-elle possible? Quel rôle peuvent jouer les mutuelles? Quel est le rôle de l Etat? L assurance maladie sociale (AMS) est un outil puissant pour atteindre un financement stable, dans la plupart des cas sur une base tripartite ou quadripartite. Son but ultime est bien l accès de toute la population aux soins de santé. Après une décennie où l on pensait que les systèmes d assurance permettraient à l Etat de se retirer, on estime maintenant plutôt que l Etat a un grand rôle à jouer, comme régulateur et comme financeur. Mise en œuvre d un système d assurance maladie Un système de financement a trois fonctions distinctes : 1. Collecte des contributions. 2. Mise en commun de l argent (pooling). 3. Achat, contractualisation avec les fournisseurs de services. La mise en place d un système d assurance nécessite de réfléchir aux facteurs affectant ces fonctions. 3 4 Cadre d analyse de l OMS. Département Administration générale et financement de la santé, Note technique sur le financement de la santé. Régimes d assurance maladie communautaires dans les pays en développement : faits, problèmes et perspectives. 2 e version, OMS/EIP, 2003, 40 p. 15

16 Facteurs affectant ces fonctions Collecte des contributions De nombreux facteurs conditionnent le succès d une assurance maladie : son caractère abordable, l unité d affiliation (cette unité est trop souvent l individu, alors que l intégration des épouses, des coépouses, des enfants est un pas en avant), la distance du lieu de soins, le rythme des collectes (il est important qu il soit adapté au rythme souvent saisonnier de la génération des revenus), la confiance dans les agents qui organisent le système, la qualité des soins (les membres ont des vues précises sur la qualité des soins, du personnel, des médicaments). Deux indicateurs simples permettent de caractériser la collecte des contributions : l affiliation des membres : proportion de la population cible effectivement couverte par une assurance maladie ; le ratio de prépaiement : paiement par l assurance/coût de la prestation. On s accorde de plus en plus à dire que le système de soins peut être cofinancé par plusieurs agents, et non uniquement par les ménages. Les autorités centrales, régionales et locales peuvent participer au financement. Le rôle des donateurs est à préciser : le rapport «macroéconomie et santé» de l OMS 5 calcule que, sur un minimum de 30 dollars/habitant/an que coûtera dans cinq ans le paquet minimum acceptable de prestations dans les PVD, 20 dollars devraient être financés par l aide extérieure dans les PMA, ceux-ci n arrivant qu à 10 à 12 dollars s ils font pour le mieux. Est-ce viable? Regroupement des risques La confiance est primordiale : le pooling n est pas possible si les différents groupes de population n ont pas une confiance suffisante dans le système. S il n y a pas de solidarité entre différents groupes sociaux, il n y a pas de volonté de mettre les fonds en commun. Le risque est donc que la protection financière soit meilleure pour certaines catégories à l intérieur d un village ou d un district (ce qui est contraire aux objectifs d équité et de protection financière). C est une des contraintes principales dans de nombreux pays. Le rôle de la coopération est de conseiller les collègues nationaux pour avancer assez vite tout en respectant certaines pensées de fond sur la solidarité. Achat Dans le cadre de la contractualisation, il existe des instruments qui peuvent aider l agent d assurance à mieux choisir et à mieux acheter les services de santé. Facteurs affectant les acteurs Les assurés L assurance doit être attractive. Si le niveau de copaiement ou les franchises sont trop élevés, les gens ne seront pas intéressés ou, dans une assurance maladie obligatoire 5 Commission on Macroeconomics and Health Cchaired by Jeffrey D. Sachs, Macroeconomics and Health : Investing in Health for Economic Development, WHO,

17 (AMO), vont protester. Il faut trouver un équilibre entre le besoin de financement et les comportements des assurés (cf. la question du niveau de solidarité abordée ci-dessus). Les entreprises Si elles contribuent à une AMS au niveau local du district, les entreprises doivent jouer le jeu. Elles doivent bien comprendre qu un bon financement est nécessaire pour la protection sociale. Beaucoup d entreprises ne déclarent qu une fraction du salaire réel pour payer moins de cotisation, en accord avec les ouvriers pour qui le prélèvement est ainsi moins élevé. D autres entreprises quittent l AMS et créent des caisses séparées (sélection des bons risques). On peut discuter des caisses d entreprise, mais il faut une connexion avec l AMS. Il ne faut pas négliger l aspect législatif. La plupart des systèmes d assurance sont fondés sur des décrets. Or, un décret est moins fort qu une loi. Il n y a donc pas de système de suivi judiciaire pour les entreprises qui fraudent. C est pourquoi il faut encourager le passage d une loi sur l AMS. Les prestataires Il faut un dialogue dès le début avec les prestataires, qui jouent un grand rôle dans le coût des prestations de soins. S ils ne sont pas satisfaits de leur rémunération, ils recourront à la surprescription, aux pourboires, aux dessous-de-table, etc. Il vaut mieux discuter leur demande en matière de rémunération. L administration générale Le rôle de l Etat est de faciliter la réalisation d une couverture universelle, non de se positionner comme concurrent. A ce titre, il doit faciliter le développement des mutuelles, l extension de leurs prestations à d autres groupes, aux membres de la famille. C est un rôle régulateur. Les agents de l Etat doivent avoir cet esprit de régulation, cette volonté de cofinancer l assurance maladie en suivant le processus et en le soutenant. Dans ce système régulé, l assurance maladie communautaire pourrait bien être une étape intermédiaire. 2. Limites de la démarche Un contexte historique différent Le double objectif de couverture universelle et d équité risque d être fort difficile à atteindre dans le contexte actuel. En effet, la construction des systèmes de prévoyance sociale existants s est appuyée sur deux grands mécanismes qui, pour l essentiel, sont absents : 1. L industrialisation-«salarisation» : nos sociétés occidentales ont fait éclater nos cadres locaux, ont fait passer des populations de l artisanat, de l agriculture, du village à l usine et à la ville en grande masse, ce qui a créé des communautés forcées de solidarité. 2. La constitution de ressources étatiques par le prélèvement des impôts et des cotisations sociales. 17

18 En Afrique, on constate que le mécanisme d industrialisation/salarisation est en panne. Il s agit d assurer des populations agricoles à revenu extrêmement faible, des populations dans le secteur informel, qui ne sont pas enregistrées, qui ne sont pas des communautés de travail au sens large ; l étatisation est très limitée ; la mondialisation renforce la balkanisation des sociétés, renforce les conflits, renforce les méfiances, renforce l individualisation et rend très difficiles les mécanismes de solidarité qui se sont créés en Occident dans des périodes historiques bien précises. Une forme moderne d individualisme vient se greffer sur des formes d individualisme restreint de groupe, de petite communauté, et fait qu il devient extrêmement difficile d échanger. L assurance sociale peut donc être une solution en matière d assurance maladie dans un certain nombre de pays. Si on arrive à la mettre en place, elle crée ce lien entre prestations et contributions et renforce le lien social. En plus de ses avantages pour résoudre les problèmes de santé, elle a des avantages sociaux, économiques et politiques. Mais ce n est pas la seule solution. Un système de type beveridgien (système national de santé financé par l impôt) dans un certain nombre de pays, notamment dans les pays qui bénéficient de rentes étatiques (gaz, pétrole, matières premières avec une forte gestion de l Etat), peut être une meilleure solution, à la condition d être bien géré. Il ne faut donc pas aller trop vite. Ce serait extrêmement dangereux, dans le contexte international actuel, de vouloir mettre en place partout, dans n importe quelles conditions, par idéalisme, des systèmes de mutuelles appuyées sur l Etat en faisant croire que cela a tout de suite des effets positifs, que ça marche tout de suite. C est aller vers des déconvenues, et les déconvenues historiques sont gravissimes. Un point auquel il faut prêter attention est que, si tout le monde s accorde aujourd hui sur le fait que, dans les pays développés, l Etat doit être un régulateur et un contrôleur en dernière instance, il n est pas sûr que l Etat soit, dans tous les pays, l acteur dans lequel on doit avoir le plus confiance. Dans un certain nombre de pays, il vaudrait peut-être mieux se reposer sur des communautés (religieuses, professionnelles, ou des collectivités autres que l Etat) si l on veut instaurer une certaine confiance. La répartition des revenus n est pas favorable Pour qu elle fonctionne, deux hypothèses sont sous-jacentes à une assurance maladie universelle obligatoire. Première hypothèse Il y a une dominance statistique de la moyenne sur l ensemble de la société avec des franges relativement atypiques et relativement petites. Cette hypothèse résulte de l étude du rapport de Lord Beveridge, de 1942, qui est considéré comme le père fondateur de cette approche, mais cela ne fait pas référence à un seul système. Plusieurs éléments indiquent que cette hypothèse n est pas vérifiée dans les pays en développement : 18

19 Une analyse de la répartition des revenus dans 20 pays riches et 19 pays pauvres 6 permet de comparer la médiane des revenus à la moyenne : dans les pays pauvres, le rapport médiane/moyenne est de 0,67, contre 0,86 dans les pays riches. Cette différence assez considérable démontre que l importance de la moyenne est plus faible dans les pays plus pauvres. Cette étude de la répartition des revenus montre que les quintiles les plus riches bénéficient d une plus grande part des revenus totaux dans les pays pauvres que dans les pays riches. Dans les pays pauvres, la capacité de l Etat à prélever des impôts est faible et la redistribution est régressive. On voit que la dépense pour le secteur santé est quasi linéairement proportionnelle au PIB et que, dans les pays pauvres, la part qui passe par le système de pooling, donc le système de partage des risques, est très faible. Cela signifie que dans les pays pauvres, la population est beaucoup plus dispersée que dans les pays riches entre les différentes classes de revenu : il y a une proportion plus importante de personnes dans les tranches de revenu les plus hautes et les plus basses. Or, les pauvres ne peuvent pas cotiser et les riches n y trouvent pas d intérêt. Il ne se trouve donc que la classe moyenne pour cotiser, ce qui ne crée pas une masse critique suffisante pour imposer des priorités à l ensemble de la société. Seconde hypothèse Le besoin de la majorité est homogène. Or, il y a des grandes différences entre les individus et entre les groupes de population (par exemple ruraux et urbains) non seulement en termes de problèmes de santé (voir le concept de transition épidémiologique 7 ), mais en termes de disponibilité de services de santé. A ce sujet, il y a un problème majeur à l échelle planétaire : actuellement, 89% des dépenses de santé servent à traiter 7% du fardeau global de la maladie. On ne pourrait donc pas couvrir l ensemble des besoins mondiaux avec la dépense actuelle dans le domaine de la santé. La microassurance Dans tout cela, il faut constater que les pauvres paient. Une étude en Inde montre que les quintiles de revenu les plus bas consacrent 8% de ce revenu à des dépenses de santé. Selon une expérience aux Philippines, un dispositif de microassurance améliore l accès aux soins et réduit même la mortalité parmi les assurés. La microassurance pour les pauvres pourrait donc être une solution permettant une meilleure couverture des populations pauvres. 6 7 Selon les données du World Development Indicators La transition épidémiologique se définit comme l évolution du profil épidémiologique survenue en Europe aux XIX e et XX e siècles : à la transition démographique (une baisse de la mortalité permettant un renouvellement des génération avec une natalité faible) correspond une transition épidémiologique, soit une diminution globale du rôle de l ensemble des maladies infectieuses dans la mortalité, non remplacées par d autres causes. Ce recul des pathologies infectieuses s accompagne d une modification radicale de la structure des âges au décès. (F. Meslé, J. Vallin, «Transition sanitaire : tendances et perspectives», Médecine/Sciences, vol. 16, nº 11, 2000, pp ) On a tendance à considérer que l amélioration des conditions sanitaires des pays en développement se traduit par une transition du même type. 19

20 3. Financement solidaire et construction sociale Un pays ne se caractérise pas tant par la répartition des richesses que par la répartition des groupes sociaux. On peut en distinguer trois : 1. Les groupes vivant au niveau de subsistance, que ce soit dans l agriculture, dans le secteur informel et ailleurs, c est à dire n ayant pas accès aux revenus salariaux ou aux revenus de profits. 2. Les groupes salariaux. 3. Les groupes vivant des revenus des entreprises. Ce qui explique très largement le passage aux systèmes universels dans nos pays industrialisés, ce n est pas directement la répartition des richesses, c est l augmentation de la proportion de salariés, qui représentent aujourd hui 80% de la population. Le développement de l Etat social en Europe est parfaitement lié à la transformation des structures sociales. Les couches salariales sont devenues des classes, des acteurs majeurs de la société. Elles ont su s organiser, par des syndicats, par des groupes d intérêts ; elles ont établi des ponts avec des gouvernements et ont eu énormément d influence sur les législations et sur les capacités à établir une solidarité d abord salariale et ensuite nationale. Evidemment, le gros problème des pays pauvres est que la couche salariale est très faible : elle représente entre 5% et 10% de la population, elle a une capacité d organisation très réduite et donc des capacités extrêmement limitées à établir des solidarités au-delà du groupe restreint. Le défi auquel nous faisons face est d imaginer des systèmes pour des pays dans lesquels la transformation des sociétés sur un modèle salarial ne s est pas produite. Comment procéder à partir du moment où on sait aujourd hui que cette transformation ne se fera vraisemblablement jamais, ou en tout cas pas de la même façon? Il est possible que la microassurance soit une modalité permettant d aller vers une couverture beaucoup plus large ; elle ne se pose pas comme une alternative à la couverture universelle, mais en est une composante possible parmi d autres. L analyse du comportement des acteurs en fonction de leur degré de richesse n est pas la plus pertinente. Il vaut mieux essayer de comprendre le comportement des acteurs et leurs choix pour les mutuelles, pour les systèmes de santé, ou au contraire leur refus d y participer, en fonction de leur intégration à des communautés réelles. L existence d obligations réciproques est fondamentale. On sait très bien que le microcrédit ne marche pas là où il n y a pas de d obligations réciproques : les gens ne remboursent pas. Pour lever le paradoxe du free raider, il faut des communautés d attentes. Toutefois, la logique de solidarité dans l assurance, même si on est en microassurance, est différente de la logique de la solidarité traditionnelle. C est une solidarité qui est plus conditionnelle, une solidarité dans laquelle le rôle du contexte et des rapports sociaux n est pas du tout le même. L obligation réciproque serait en tout cas une variable à aller examiner par des recherches. Enfin se pose la question du financement des services de santé : la couverture universelle est-elle envisageable, ou son coût est-il un obstacle insurmontable? Cela met en jeu d importants problèmes normatifs, de philosophie de la société et de la communauté internationale. Nul doute, en effet, que cela coûte très cher, et que, en raison de la différenciation des besoins, ce soit extrêmement difficile à mettre en œuvre. Que peuvent payer les pauvres? On ne peut pas estimer la volonté ou la capacité des pauvres à s assurer pour les questions de santé à partir de leurs dépenses effectives pour la santé dans les contextes actuels. Ce sont en effet souvent des contextes de grande insécurité à tous les points de vue, et les dépenses se font dans des situations assez catastrophiques. On ne peut donc pas a posteriori transformer ces 20

21 dépenses en choix. Mais quelle que soit la capacité des populations des pays en développement à payer, la «Commission macroéconomie et santé» 8 de l OMS a établi la nécessité que les pays plus favorisés participent au financement des systèmes de santé. Le fait que le défi soit énorme permet-il de dire que c est trop difficile et qu on abandonne? Si essayer de répondre aux besoins de santé coûte extrêmement cher, ne pas le faire coûte encore plus cher. Il faut garder à l esprit les coûts engendrés par les problèmes de santé, en termes de travail, de difficultés financières et de conséquences économiques. C est là le point essentiel, et la communauté internationale devrait réfléchir davantage à l importance ne serait-ce qu économique de ce défi santé. A l évidence, l attitude de la communauté internationale n est pas pro-poor. Mais il faut se rappeler qu à l intérieur des pays européens aussi, quand on a commencé à penser à la sécurité sociale à la fin du XIX e et au début du XX e siècle, il y a eu des conflits énormes. On entendait dire que c était impossible, que cela allait coûter trop cher. Il n empêche qu elle a été réalisée dans un certain nombre de pays. 4. Les enseignements du terrain Burkina Faso Au Burkina Faso, la couverture du risque maladie est constituée d un régime d assurance maladie couvrant les salariés du secteur privé (et les ayants droit), et prenant en charge les médicaments et, pour certaines entreprises, une partie des hospitalisations ; d un régime d assurance maladie couvrant les salariés du secteur public (et les ayants droit) mis qui n assure en fait pas le risque maladie ; il ne prend en charge que les frais de séjour hospitalier, c est-à-dire l hôtellerie, et non les soins ; des assurances commerciales dont la couverture est variable et vise principalement les catégories professionnelles nanties ; de mutuelles de santé couvrant les ménages membres en prenant en charge le «paquet minimum d activités» (PMA), c est-à-dire les prestations de soins délivrées par le niveau primaire, et 80% à 100% du prix des médicaments essentiels sous forme générique (MEG) ; de systèmes de prépaiement couvrant les ménages membres et prenant en charge le PMA, les médicaments et les évacuations ; de fonds constitués par un regroupement des bénéfices des comités de gestion des services de santé dans un district sanitaire ; ils couvrent les ménages de ce district en finançant la prise en charge des urgences obstétricales et chirurgicales à hauteur de 60% ; de caisses de solidarité de groupements prenant en charge les événements de la vie sociale, assurant des prêts et couvrant forfaitairement les hospitalisations ; de mutuelles corporatistes, qui constituent une variante des caisses de solidarité de groupements. 8 Commission on Macroeconomics and Health Chaired by Jeffrey D. Sachs, op. cit. Voir plus bas «Financement, efficience et éthique de la coopération» (p. 59). 21

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

L expérience de la Mutuelle de santé régionale de Sikasso

L expérience de la Mutuelle de santé régionale de Sikasso L expérience de la p Mutuelle de santé régionale de Sikasso La MUSARS La MUSARS (Mutuelle de santé régionale de Sikasso) offre des produits d assurance maladie: basés sur un mécanisme d entraide, de solidarité

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

- 41 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants

- 41 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants - 41 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants Code de la

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Mutuelles de santé L approche du CIDR

Mutuelles de santé L approche du CIDR 1 SYNTHESE DE LA SESSION DE FORMATION SUR «LE DEVELOPPEMENT ET LA VIABILITE DES MUTUELLES DE SANTE EN AFRIQUE» Centre de Formation et d appui Sanitaire (CEFA) Kinshasa, du 2 au 6 juin 2003 Depuis un certain

Plus en détail

Le rôle de la société civile

Le rôle de la société civile Le rôle de la société civile Bruxelles 15 décembre 2011 Les mutuelles de santé au Burkina Faso Inégalité d accès aux soins de santé au Burkina Faso La majorité de la population vit en dessous du seuil

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

La place de la micro-assurance santé dans les dispositifs de couverture universelle en santé des PVD

La place de la micro-assurance santé dans les dispositifs de couverture universelle en santé des PVD La place de la micro-assurance santé dans les dispositifs de couverture universelle en santé des PVD SANOFI / AFD 29 Octobre 2015 www.cidr.org RETOUR DE 20 ANS D EXPÉRIENCES DU CIDR DANS 14 PAYS D AFRIQUE

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

Activité n 8.2.5 du PAA 2014

Activité n 8.2.5 du PAA 2014 République du Niger Fraternité Travail Progrès MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Secrétariat Général DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION DIVISION DES ETUDES, RECHERCHES Termes de références pour la

Plus en détail

Promotion de Mutuelles de Santé dans les départements du Sud Borgou des Collines au Bénin

Promotion de Mutuelles de Santé dans les départements du Sud Borgou des Collines au Bénin Promotion de Mutuelles de Santé dans les départements du Sud Borgou des Collines au Bénin Programme initié et réalisé par le Centre International de Développement et de Recherche Financement : DDC Suisse

Plus en détail

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 1 Programme Présentation du contexte dans lequel s insère le projet Présentation de la mutuelle

Plus en détail

Partage des coûts vs gratuité

Partage des coûts vs gratuité Assurance maladie et gratuité des soins en Afrique subsaharienne : quelles bases pour une couverture universelle? Alain Letourmy (CNRS et animateur du réseau RAMUS (Réseau d appui aux mutuelles de santé))

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU 1 FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE Prof DIE-KAKOU 2 PLAN INTRODUCTION I- SITUATION II- FINANCEMENT IV- COUVERTURE MALADIE V- DEFIS CMU CONCLUSION 3 INTRODUCTION Services de santé offerts avec

Plus en détail

débat carité : Constats»

débat carité : Constats» MUTUALITE FRANCAISE CÔTE-D OR YONNE Dr Nathalie Arnould Conférence débat «Santé Précarit carité : Constats» Samedi 18 octobre 2008 La Mutualité Française aise? Elle fédère la quasi-totalité des mutuelles

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

Les défaillances des rapports entre l hôpital public et l assurance maladie

Les défaillances des rapports entre l hôpital public et l assurance maladie Les défaillances des rapports entre l hôpital public et l assurance maladie Karim CHAYATA Maître-assistant Université de Sousse Introduction Cadre global des rapports entre l assurance maladie et l hôpital

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts.

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts. Hospitalisation L information sur l offre en hospitalisation d un pays (nombre de lits par habitant, répartition géographique ou par spécialité médicale) est utile pour déterminer la différence entre l

Plus en détail

Planification familiale et. Cheickna TOURE Directeur Général Adjoint Union Technique de la Mutualité Malienne UTM

Planification familiale et. Cheickna TOURE Directeur Général Adjoint Union Technique de la Mutualité Malienne UTM Planification familiale et assurance santé Cheickna TOURE Directeur Général Adjoint Union Technique de la Mutualité Malienne UTM - Situation sanitaire Plan de présentation -Description des régimes d assurance

Plus en détail

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient.

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient. Le développement des programmes d éducation thérapeutique du patient 2 ans après la loi Hôpital, patients, santé, territoire : quel bilan? Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique

Plus en détail

PLANIFICATION DU SYSTEME DE COUVERTURE DU RISQUE MALADIE AU MALI : CAS DES PERSONNES INDIGENTES. Luc TOGO, DNPSES Mali

PLANIFICATION DU SYSTEME DE COUVERTURE DU RISQUE MALADIE AU MALI : CAS DES PERSONNES INDIGENTES. Luc TOGO, DNPSES Mali PLANIFICATION DU SYSTEME DE COUVERTURE DU RISQUE MALADIE AU MALI : CAS DES PERSONNES INDIGENTES Luc TOGO, DNPSES Mali Introduction La politique nationale en matière de protection sociale prévoit à terme,

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA766 CIDR Tous droits de reproduction réservés Présentation méthodologique pour le calcul des cotisations dans les mutuelles de santé

Plus en détail

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives République du Sénégal Un Peuple- Un But- Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives Symposium sur la Protection

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2016 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2013 2014 Prévisions 2015 0,7 0,6-0,6-3,2-2,7-1,6-4,6-6

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base EVALUATION FINALE MLI/016 Programme d Appui à la Santé de Base FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Mali Programme d Appui à la Santé de Base PASAB MLI/016 Version

Plus en détail

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Bureau de la coopération suisse au Bénin Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Selon l Organisation Mondiale de la Santé «la santé est un état complet

Plus en détail

LES CONSEQUENCES DE L ANI

LES CONSEQUENCES DE L ANI LES CONSEQUENCES DE L ANI Chantier : connaissance des conséquences de l ANI sur les mutuelles Les conséquences de l ANI sur chaque mutuelle seront différentes selon son marché ou son positionnement. Il

Plus en détail

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre Abidjan, le 02 Février 2015 MUGEFCI - TOURE Laciné MUTREPCI - SERY Jean-Pierre PASS - HUCHET Jean-Philippe [LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] 1 Des mutuelles pour participer à la réussite

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE Plan de présentation Constat d ensemble sur l assurance santé Secteur formel Secteur privé Primes assurances non-vie

Plus en détail

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité La Direction de la sécurité sociale DSS Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité 1, Place de Fontenoy 75350 Paris cedex Tél : 01 40 56 60 00 Fax : 01 40 56 72 88

Plus en détail

VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013

VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013 VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013 Thème: Accessibilité et financement des services de santé en Afrique Subsaharienne: le cas de la Côte d Ivoire Proposé par FOFANA MEMON, Doctorant en

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Rencontres du 2 et 3 mai 2012 1 CDG 42 Mai 2012 Plan I. Protection sociale complémentaire

Plus en détail

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION OBJET : Participation à la protection sociale des agents municipaux Rapporteur : Philippe Laurent Suite à la loi du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique, le décret

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes IPRES_SENEGAL Responsabilité d un administrateur Les évaluations

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif

Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif CONTEXTE - EPIDEMIOLOGIQUE Pires paramètres épidémiologiques de l hémisphère occidental Mortalité infantile 0-5ans: 73 décès /1000 naissances vivantes

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

PASSAGE. Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique

PASSAGE. Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique EuropeAid/120804/C/G/Multi Compte rendu de l assemblée générale de la mutuelle de santé communautaire de Meskine (MuSaCoM) Maroua, Cameroun 27 mai

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN Publié en novembre 2014 Afin de bien former des interventions, évaluer les progrès, et selon le cas, raffiner leurs stratégies, les décideurs ont

Plus en détail

COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU).

COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU). www.coopami.org COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU). Abidjan 15 juillet 2014 Michel Vigneul Cellule Expertise&COOPAMI Mutuelle

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management LES SYSTEMES DE SANTE Objectif du cours Il s agit: De définir un système de santé De connaître les objectifs d un système de santé D étudier les moyens et qualités d un système de santé De savoir les différents

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 652 CIDR Tous droits de reproduction réservés Eléments de réflexion pour la contractualisation entre une mutuelle de santé et un

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Préambule Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Conformément aux termes de la Charte Lausannoise de l animation, la Ville de Lausanne donne mandat

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 760 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche Conception d un produit d assurance maladie Bruno Galland Juin 2009 Thème 2-2 La conception

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

UNIVERSAL HEALTH COVERAGE DAY JOURNEE MONDIALE DE LA COUVERTURE SANTE UNIVERSELLE 12 décembre 2014 Abidjan, INADES-Formation, Côte d Ivoire

UNIVERSAL HEALTH COVERAGE DAY JOURNEE MONDIALE DE LA COUVERTURE SANTE UNIVERSELLE 12 décembre 2014 Abidjan, INADES-Formation, Côte d Ivoire UNIVERSAL HEALTH COVERAGE DAY JOURNEE MONDIALE DE LA COUVERTURE SANTE UNIVERSELLE 12 décembre 2014 Abidjan, INADES-Formation, Côte d Ivoire Photos de famille des participants à la journée mondiale de la

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT 1.L a.s.b.l. FVS/AMADE Burundi désire recruter un consultant pour faire une étude de faisabilité pour la création des mutualités de santé pour les groupements

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 3 octobre 2013 Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 29 3 octobre 2013 Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère: Santé Publique et lutte contre le SIDA Agence nationale d exécution : Cellule Technique Nationale FBP Accès financier aux soins de santé pour la couverture universelle

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Crises agricoles : la MSA Grand Sud à vos côtés

Crises agricoles : la MSA Grand Sud à vos côtés Crises agricoles : la MSA Grand Sud à vos côtés Organisme de sécurité sociale chargé de la mission de service public d encaisser les cotisations et d assurer le service des prestations au regard de la

Plus en détail

Radiance Humanis Vie

Radiance Humanis Vie ÉPARGNE Radiance Humanis Vie Et votre avenir prend des forces Taux du fonds en euros de Radiance Humanis Vie : 3,50 %* * Taux de rémunération 2013 du fonds en euros Apicil Euro Garanti. Taux net de frais

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

PBF et Mutuelles de Santé

PBF et Mutuelles de Santé PBF et Mutuelles de Santé Par Dr NIMPAGARITSE Manassé MD,MPH HNTPO Introduction De nombreux pays Africains sont en train d adopter le FBP pour redynamiser leurs secteurs de santé Au Burundi, cette stratégie

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail