!"#$% &$ % &'$ (#)( &$ $"*

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "!"#$% &$ % &'$ (#)( &$ $"*"

Transcription

1 !"#$% &$ % &'$ (#)( &$ $"* % " +, " % $ -" #" &! &" & (( (($ & $ (&%." /0012/00

2 2. Mes remerciements s adressent à toutes les personnes qui ont contribué de près ou de loin à la réalisation de cet ouvrage. Je voudrais tout particulièrement remercier Monsieur Paul Belleflamme, promoteur de ce mémoire, pour l ensemble de ses conseils avisés et ses directives concernant l élaboration de ce travail et pour bien d autres éléments qu il m a apportés durant ces deux années académiques. Je voudrais également remercier André-Marie Uon, étudiant en Ingéniorat à Bruxelles, qui m a aidé au développement du site Internet contenant le questionnaire que j ai administré dans le cadre de ce présent mémoire. Je remercie également les personnes de mon entourage pour leurs recommandations pertinentes durant l élaboration de ce mémoire.

3 !!... 5 "" # #!!... 8 CC HHAAPPI IITTRREE 11 :: : DD EESSCCRRI IIPPTTI OONN DDUU MMAARRCCHHÉÉ DDEESS TTÉÉLLÉÉCCOOMM MMUUNNI IICCAATTI IIOONNSS EEvvool lluut tti iioonn dduu maar rcchhéé dd ee sseess ddéébbuut tss àà nnooss jjj oouur rss TTeecchhnnool lloogg iieess i eenn ppr réésseennccee EEt taat tt ss dduu maar rcchhéé ddeess téél t lléé ccoommuunni iiccaat tti iioonnss LLee maar rcchhéé eenn qquueel llqquueess cchhi iif ffr reess EEnn BBeel llggi iiqquuee EEnn EEuur rrooppee LLeess ppeer rssppeecct ti iivvee ss dduu maar rcchhéé CCHHAAPPI IITTRREE 22 :: : DD UUNNEE SSTTRRUUCCTTUURREE MMOONNOOPPOOLLI IISSTTI IIQQUUEE VVEERRSS UUNNEE SSTTRRUUCCTTUURREE LLI II BBÉÉRRAALLI IISSÉÉEE RRaai iissoonnss ddee llaa l ccr rééaat tti iioonn ddee moonnoo ppoo llee l RReemi iisseess eenn ccaa uussee dd uu moonnoo ppool llee nnaat ttuur reel ll IInnt I ttr roodduucct tti iioonn II Innsst ttr ruummeennt ttss ddee llaa l ddéér rr ééggl ll eemmeennt ttaat tti iioonn eet tt lli liibbéér rraal lli iissaat tti iioonn dduu mmaar rrcchhéé OOr rr ggaannee réégguul r llaat tteeuur r eenn BBeel llggi iiqquuee :: : ll l I IIBBPPTT CCoonnssééqquueenncc eess éécc oonnoomm ii iqquueess dduu ppr roocceessssuuss ddee lli liibbéér rraal lli iissaat tti iioonn CCHHAAPPI IITTRREE 33 :: : DDÉÉFFI IINNI IITTI IIOONN EETT CCAARRAACCTTÉÉRRI IISSTTI QQUUEESS DDEE LLAA TTÉÉLLÉÉPPHHOONNI IIEE PPAARR INNTTEERRNNEETT I DDééf ffi iinni iit tti iioonn dduu VVooI IPP DDi iisst ti iinncct ti iioonn eennt tree ««VVooI IIPP»» eet tt ««TTooI IPP»» EEmeer rggeenn ccee eet tt ttyyppeess t ddee ttéél t ll éépphhoonni iiee ppaar r IInnt I teer rnneet tt SSt taannddaar rddss eet t ppr root tooccool lleess AAvvaannt taaggeess eet tt dd ééssaavvaannt ttaaggeess lli liiééss aauu VVooI IPP LLeess ccoonnccuur rreennt ttss PPeer rssppeecct ti iivveess $$ # # %% &&!! CCHHAAPPI IITTRREE 11 :: : AANNAALLYYSSEE ÉÉCCOONNOOMM IIQQUUEE I DDUU MMAARRCCHHÉÉ DDEESS TTÉÉLLÉÉCCOOMMMMUUNNI IICCAATTI IIOONNSS AAppeer rççuu ggéé nnéér raal ll ddee llaa l sst ttr ruucct ttuur ree ddee maar rcchhéé eet tt ddee llaa l rééggl r lleemeenn ttaat t tti iioonn LLaa ddeemaannddee ddee sseer rvvi iicceess ddee ttéél t lléé ccoommuu nni ii ccaat tti iioonn IInnt I ttr roodduucct tti iioonn CCaar rr aacct ttéér rri iisst tti iiqquueess ddee llaa l ddeemmaannddee LL oof fff free ddee sseer rvvi iicceess ddee téél t lléé ccoommuu nni ii ccaat tti iioonn IInnt I ttr roodduucct tti iioonn LLeess ccooûût ttss ddee rréésseeaauu r Innt I teer raa cct ti iioonn eennt tree oof ffree eet tt ddeemaann ddee :: : eef ffeet tt ddee réét r troo aacct ti iioonn DDyynnaammi ii qquuee dd oof fff ffr rree eet tt ddee ddeemmaannddee... 57

4 PPhhaasseess ddee ddi iif fff ffuuss iioonn i ddeess sseer rrvvi iicceess eenn réésseeaauu r SSt traat tééggi iiee ddee taar t ri iif fi iiccaat ti iioonn ddaannss llee l ss sseer rvvi iicceess ddee téél t llééccoommuunni iiccaa tti tiioonn SSt ttr raat ttééggi iieess ddee ttaar t rri iif ffi iiccaat tti iioonn AAuut ttr rreess sst ttr rraat ttééggi iieess CCHHAAPPI IITTRREE 22 :: : AANNAALLYYSSEE ÉÉCCOONNOOMM IIQQUUEE I DDEE LLAA CCOOMMPPAATTI IIBBI IILLI TTÉÉ EETT DDEE LLAA SSTTAANNDDAARRDDI IISSAATTI IIOONN Innt I troodd uucct ti iioonn DDééf ffi iinni iit tti iioonn eet tt eexxeemm ppl lleess CCoomppaat ti iibbi iil lli iit ttéé ddeess sseer rvvi ii cceess eet t gguueer rree ddee sst taannddaar rddss SSt ttr raat ttééggi iieess eet tt eexxeemmppl llee tthhééoor t rri iiqquuee AAnnaal ll yyssee ddeess sst ttr raat ttééggi iieess EExxeemmppl llee # # %% '' CCHHAAPPI IITTRREE 11 :: : AANNAALLYYSSEE ÉÉCCOONNOOMM IIQQUUEE I DDUU MMAARRCCHHÉÉ DDUU VVOOI IIPP AAnnaal llyyssee aappppr roof foonnddi iiee dd uu maar rcchhéé ddee llaa l téél t lléépphh oonni iiee ppaar r Innt I tteer rnneet tt TTyyppool ll ooggi iiee ddeess aacct tt eeuur rss BBaar rrr ri iièèr reess àà ll l eennt ttr rrééee CCoonnccuur rreennccee ddeess ppr roodduui iit ttss eet tt sseer rrvvi ii cceess ddee ssuubbss tti tiit ttuut tti iioonn Imppaa I cct tt ssuur r llee l maar rcchhéé ddee llaa l téél t lléépp hhoonni iiee ffi fiixxee eet tt moobbi iil llee :: : lleess l rééaal r lli iit ttééss ddee llaa l ccoo nnvveer rggeennccee VVeer rr ss uunn mmooddèèl llee ddee ccoonnvveer rggeenncc ee ffi fii xxee- -mmoobbi iil llee OOuut tti iil ll ppoouur r ppeer rrmmeet ttt ttr ree llaa l ccoonnvveer rggeennccee :: : llaa l sst ttaannddaar rrddi iissaat tti iioonn CC HHAAPPI IITTRREE 22 :: : TT ÉÉLLÉÉPPHHOONNI IIEE IPP I EETT EENNTTRREEPPRRI IISSEESS IInnt I ttr roodduu cct tti iioonn SSi iit tt uuaat tti ii oonn aacct ttuueel lll llee FFr reei iinnss àà llaa l mi iiggr raat tti iioonn DDi iif fff fféér r eenncceess cc uul llt ttuur rreel lll lleess eet tt iinndduuss i ttr trri iieel lll lleess PPr roobbl llèèmm eess ddee qquuaal lli iit ttéé,,, ddee ssééccuur rri iit ttéé eet tt ddee ddi iissppoonni iibbi iil lli iit ttéé LLeess ffaacct f tee uur rss ff faavvoor raabb lleess l àà llaa l mi iiggr raat ti iioonn RRéédduucct tti iioonn ddeess ccooûût ttss IInnt I ttééggr raat tti ii oonn ddeess aappppl lli iiccaat tti iioonnss II Inncci ii ddeenncceess ddeess oof fff ffr reess ggr r aanndd ppuubbl lli iicc EExxi ii ggeenncceess lli liiééeess àà llaa l mmoobbi iil lli iit ttéé eet tt àà llaa l ffl flleexxi iibbi iil lli iit ttéé CC HHAAPPI IITTRREE 33 :: : PP RRÉÉSSEENNTTAATTI IIOONN DDEE LL EENNQQUUÊÊTTEE PPEERRSSOONNNNEELLLLEE MMEENNÉÉEE AAUUPPRRÈÈSS DD EENNTTRREEPPRRI IISSEESS WW AALLLLOONNNNEESS Méét thhooddool lloo ggi iiee eet t oobbj jjeecct ti iif ffss ddee ll l eennqquu êêt ttee ppeer rssoonnnn eel lll llee CChhooi iixx ddeess sseecct tteeuur rss dd aacct ti iivvi iit téé Quueel llqquueess cchhi iif ffr reess ddee ll l eennqquuêêt ttee ppeer r ssoonn nneel lll llee AAppppoor rt tss eesssseennt ti iieel llss ddee ll l eennqquuêêt tee ppeer r ssoonn nneel lll llee EEnnqquuêêt ttee aauuppr rèèss ddee PPMEE eenn maat tti iièèr ree ddee TTI ICC CCoonnccl lluussi iioonn ssuui iit ttee aauuxx ddeeuuxx éét ttuuddeess... 91!! (( ((!!'' $$... 98

5 5. ) * Depuis l apparition de la téléphonie au 19 ème siècle, ce secteur n a cessé d évoluer. Les débuts ont été marqués par la simple possibilité de transférer la voix, grâce à l utilisation d un téléphone fixe. Plus tard, il fut possible de transférer des données que ce soit à l aide d un fax, minitel ou le précurseur de l Internet, le réseau Arpanet. Depuis les années jusqu à nos jours, le monde des télécommunications et, plus particulièrement, celui de la téléphonie n a cessé d'innover. A travers ce mémoire, nous décrirons les principaux faits marquants qui font, qu actuellement, le secteur des télécommunications est devenu un élément incontournable dans notre société de communication. Sans celui-ci, développements économique, social et culturel n auraient connu un tel essor. Ce travail a pour finalité d étudier les différents éléments inhérents à la compréhension du secteur grâce à l élaboration d une brève description mais également grâce au développement d éléments d analyse économique pertinents. Un deuxième objectif est de présenter un exposé détaillé de la téléphonie par Internet. La démarche que nous avons suivie se déroule en deux temps. Nous avons tout d abord effectué de nombreuses recherches bibliographiques afin de cerner au mieux le sujet mais aussi tirer de premières conclusions. Ceci nous a permis de réaliser les parties descriptives et théoriques de ce mémoire. Dans un deuxième temps, nous avons réalisé une enquête auprès d entreprises wallonnes. Celle-ci semblait primordiale afin de compléter, confirmer, voire infirmer les apports que nous avons obtenus grâce à la littérature. De plus, le stage effectué durant ce premier quadrimestre au sein de la société «Phonext» a permis d obtenir de précieux conseils et informations. Ces apports furent très appréciables. Ce mémoire se divise en trois parties distinctes mais néanmoins complémentaires.

6 6. Sur base d articles, de livres et de revues spécialisées, nous commencerons la première partie par une présentation générale du secteur. Nous décrirons les éléments permettant d illustrer au mieux le marché, notamment en retraçant l évolution du marché ainsi qu en identifiant les différentes technologies présentes. Subséquemment, nous étudierons les causes qui ont favorisé la création de monopole, pour, par la suite, remettre en question ce même modèle. Ceci nous mènera à l étude des principaux instruments de déréglementation et ainsi en dégager leurs conséquences. Nous terminerons cette première partie par la présentation de la téléphonie par Internet, ses avantages et ses désavantages, les différences qu elle offre par rapport à la téléphonie traditionnelle, ses normes et ses standards. Les principaux protagonistes en présence sur le marché seront également abordés. L avènement de la téléphonie par Internet (VoIP 1 ) annonce une modification des modèles économiques présents. Outre la modification des structures tarifaires engendrées par la téléphonie par Internet, le secteur traditionnel fixe et mobile se voit dans l obligation de modifier ses stratégies et, ce, dans un avenir proche. Suite à la lecture de la première partie, plusieurs questions élémentaires restent en suspens : Quelles sont les conséquences (positives ou négatives) sur les acteurs fixes et mobiles? Quels sont les scénarios envisagés en matière de télécommunication (stratégie de convergence ou de substitution)? Vers quelle standardisation se dirige-t-on? Quelles stratégies seront mises en place? Quelles en seront les conséquences? La deuxième partie de ce mémoire présentera les concepts économiques liés au phénomène de demande et d offre. Nous aborderons longuement les effets de réseau attachés à la demande et les coûts de réseau, caractéristiques dominantes en terme d offre. L interaction entre ces deux concepts illustrera leurs effets mais permettra également de découvrir le phénomène de phases de diffusion, propre à l industrie des réseaux. L analyse de diverses stratégies de tarification fera également l objet d un développement. Nous approfondirons par la suite notre étude grâce aux principales caractéristiques liées à la standardisation et à la compatibilité. Le processus de standardisation peut prendre diverses formes. Celles-ci auront un impact direct sur les stratégies menées par les acteurs (sur la compatibilité et l interopérabilité). 1 Voice over IP, terme anglais décrivant le transport de la voix sur un réseau utilisant le protocole Internet

7 7. Enfin, dans la troisième partie de ce travail, nous proposerons au lecteur de découvrir la typologie des acteurs, les barrières à l entrée du marché ainsi que l étude des principaux concurrents sur le marché de la téléphonie par Internet. Une fois l analyse du secteur terminée, nous nous interrogerons sur les répercussions de cette nouvelle technologie dans les entreprises. Nous concentrerons notre analyse sur les facteurs favorables à une migration, mais également sur les éventuels freins liés à celle-ci. Nous terminerons ce mémoire par une partie beaucoup plus pratique. Elle consistera principalement en l analyse d une enquête personnelle menée auprès d un échantillon réduit d entreprises wallonnes. Pour investiguer ces dernières, nous avons utilisé la technique du questionnaire administré par Internet. Cette enquête sera mise en relation et analysée conjointement avec une récente enquête de l Agence Wallonne des Télécommunications (AWT) portant sur l usage et la diffusion des technologies de l information et de la communication. Afin de rendre le travail plus attrayant et le lecteur plus vigilant, nous insérons à différents moments des graphiques et tableaux susceptibles d augmenter la compréhension de celui-ci. L objet de ce travail est de rapprocher le lecteur de l importance croissante de la technologie VoIP ainsi que des conséquences que cela engendrera sur le marché mondial.

8 8. + # * ) ) ) La première partie de ce travail consiste à présenter le marché des télécommunications de façon générale et d y expliquer tous les facteurs à prendre en considération lorsque l on parle de téléphonie. Nous rapprocherons le lecteur du sujet à l aide, dans un premier temps, d éléments descriptifs et par la suite théoriques. Voici le mode de décomposition de la première partie. Dans le premier chapitre, nous présenterons le plus précisément possible le marché des télécommunications, de ses débuts à nos jours. Au cours d un bref historique, nous apporterons quelques éléments de terminologie en vue d en retirer les éléments utiles pour comprendre ce présent mémoire. Ce premier chapitre a donc pour objectif d initier le lecteur à travers la description du marché, de ses acteurs, de sa structure. Le chapitre subséquent, expliquera les raisons de la création des monopoles publiques dans le secteur des télécommunications. L analyse portera aussi sur les éléments qui ont été en faveur d une libéralisation du secteur. L intérêt du troisième chapitre sera l élaboration d une définition de la téléphonie par Internet (VoIP). Par la suite, nous décrirons les différentes caractéristiques importantes de celle-ci. Cette analyse se composera, en outre, de définitions, d explications des normes en vigueur, des avantages et désavantages liés à cette technologie. Pour conclure, ce même chapitre fournira les différentes perspectives de marché ainsi que les questions pertinentes que relève ce sujet.

9 9. Chapiittre 1 :: Desscriipttiion du marché dess ttéllécommuniicattiionss Evvool lutti ioon du maarrcchéé dee sseess déébuttss àà nooss jjoourrss 22 A titre d introduction, nous décrirons brièvement les principales évolutions du marché des télécommunications de sa naissance à nos jours. Le télégraphe optique a marqué le début de l ère des télécommunications au milieu du XIXème siècle. C est au physicien Claude Chappe 3 que l on doit cette invention. Le code utilisé peut être considéré comme l ancêtre du morse et de codes numériques utilisés aujourd hui. A l époque, l intérêt de ce système était purement utilitaire ; en d autres termes de permettre l envoi, grâce à un signal codé, d un message. Quelques années plus tard, différents projets de télégraphe électrique apparaissent. Dès ce moment, ce modèle est développé dans un souci d exploitation commerciale. Le but recherché par les scientifiques, entre autre Samuel Morse 4, est de réaliser un système simple et pratique. Celui-ci est également constitué d un code composé de signaux courts et longs. Leur combinaison permet alors de reconstituer les lettres de l alphabet. La diffusion et l utilisation du morse seront instaurées à peine quinze ans après l invention du télégraphe dans l ensemble des pays utilisant cette nouvelle technologie. Suite aux diverses études réalisées sur la technique de transmission de vibrations sonores par l électricité, plusieurs scientifiques déposent des brevets dans le secteur de la téléphonie. Un des premiers brevets fut accordé à Graham Bell. Il est le premier à commercialiser des liaisons téléphoniques d un point à un autre. C est à partir de 1860 que les premières conversations sont apparues. Les premiers clients intéressés sont des professionnels dans le secteur des affaires (banques, avocats, ). Il faut cependant attendre le début du XX ème siècle pour que le téléphone fasse son entrée dans les ménages. 2 Site d information : Site d information : Site d information : 3 Site d information : 4 Site d information :

10 10. Le siècle dernier fut donc marqué par une succession d innovations et d inventions. Le système a, depuis son lancement, été victime de son succès. Ce n est qu à partir des années 1930 que la téléphonie se démocratise. On voit également l élargissement du réseau qui, au début, ne permettait que des conversations locales et de pauvre qualité. Afin d améliorer les communications internationales qui, jusqu alors, étaient difficiles, il a fallu développer une technique nouvelle et alternative au système de câble. Plusieurs projets sont alors avancés dans le domaine des satellites de télécommunication. Ceux-ci ont permis de transmettre avec une plus grande capacité, des données sur une plus longue distance. Suite à l association de plusieurs techniques, la téléphonie mobile fit son apparition dans le courant des années 70. Toutes les technologies et les découvertes étaient déjà réunies depuis de nombreuses années (grâce aux découvertes de Maxwell 5, Hertz, ) pour permettre la téléphonie sans fil. Seul inconvénient : le problème de la «mobilité». En effet, les techniques en vigueur ne permettaient pas encore le transport ainsi que l autonomie nécessaire. C est à ce moment que le téléphone de voiture apparaît. A partir de cet instant, on voit la mise en place de réseaux sans fil cellulaires (analogiques). Ceux-ci recouvrent un territoire en diverses cellules géographiques délimitées par l intermédiaire de relais et de centres de commutation. Toutes ces évolutions techniques permettent de créer rapidement le premier téléphone portable. Cependant il existe plusieurs inconvénients : la faible couverture, le coût élevé des communications, le prix d acquisition du téléphone portable ainsi que la multiplication et la diversification des normes. Malgré ces désagréments, la téléphonie mobile rencontre un grand succès et ce, partout en Europe (dès le début des années 90). Les problèmes mentionnés ci-dessus ne persistent pas longtemps. En effet, outre la diminution des coût inhérents à la production et à l utilisation de services mobiles, plusieurs consortiums entre opérateurs ont permis la mise en place d une norme européenne : GSM 6. Cette norme entraîne une standardisation du système. Cette standardisation est voulue afin d obtenir une compatibilité, quel que soit le pays, et une reconnaissance des terminaux grâce à 5 Site d information : 6 Global System for Mobile communications

11 11. une carte d identification (carte SIM 7 ), un mode de transmission numérique, une compression des données vocales ainsi qu une capacité à transmettre des données numériques et messages courts (SMS de 160 caractères 8 ). L un des avantages incontournables du GSM est son usage international rendu possible grâce à cette standardisation. 7 Subscriber Identification Module 8 Short Message Service 9 Site d information :

12 Teecchnool looggi ieess een prréésseenccee 10 "Wireless Fidelity" ou Ethernet sans fil

13 Site d information : 12 Code Division Multiple Access 13 Time Division Multiple Access 14 General Packet Radio Service

14 Internet Protocol 16 Enhanced Data Rates for Global Evolution 17 Universal Mobile Telecommunications System 18 Wide-Code Division Muliple Access 19 Code Division Multiple Access

15 15. En Belgique, les trois opérateurs disposent d une licence d exploitation pour la mise en place de réseaux et services 3G. Chacun de ceux-ci s est vu dans l obligation de débourser plus de 150 millions d euros afin d entrer sur le marché. Ceux-ci ont été également obligés de 20 Time Division Synchronous Code Division Multiple Access

16 16. couvrir le territoire selon un certain nombre d échéances. En effet, un cadre réglementaire a été fixé par le législateur belge dans un Arrêté Royal du 18 janvier Celui-ci mentionne que : «La condition du déploiement du réseau propre obligeant l opérateur à atteindre un niveau de couverture de la population de 30 % après trois ans, de 40 % après quatre ans, de 50 % après cinq ans est essentielle. A la fin de la 6 ème année, l objectif à atteindre sera un niveau de couverture de 85 %. 21» Ettaattss du maarrcchéé deess ttéél lééccoommuni iccaatti ioonss 21 MONITEUR BELGE (Arrêté Royal), Cahier des charges et la procédure relative à l octroi d autorisations pour les systèmes de télécommunications mobiles de la troisième génération. Ministère des communications et de l infrastructure, Bruxelles, janvier ARTHUR D.LITTLE, Opérateurs mobiles européens : l'effort paiera. Arthur D.Little, France, février 2005.

17 Site officiel Journal «Le Soir» :

18 Site officiel Proximus : 25 Site officiel Mobistar : 26 Site officiel Base : 27 CUVELLIEZ C., Les opérateurs virtuels mobiles sont pris en tenaille entre les opérateurs et le marché. L Echo, lundi 15 mai 2006, pp IBPT (Institut Belge des services Postaux et des Télécommunication), 12 ème rapport annuel d activités Bruxelles, Site d information :

19 Site officiel AWT : 31 Site officiel Actions collectives françaises :

20 Lee maarrcchéé een queel lqueess cchi iffffrreess Enn Beel lggi iqquuee! "#$&%#' (%*)%+,%#-/.,! 0 %1324 5#"768%#$)4%#+:9#' 90,2#;<;="#! 0>5#! LLM#I NOKP#PQR S T3UKV N WYXZWYN [7\]C^^ _4`#-"a6b%' ' 33 OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economique), Perspectives de communications de l OCDE 2001, Service des Publications de l OCDE, Paris, Site officiel de la Direction générale Statistique et Information économique :

21 Direction générale Statistique et Information économique Ibid. (Site Internet) 36 Site d information : 37 Direction générale Statistique et Information économique Op.Cit. (Site Internet) 38 IBPT Op. Cit.

22 Enn Euurrooppee 3399 La croissance globale du secteur était estimée à 4.6% en 2004 (en termes nominaux). Il existe plusieurs raisons pour expliquer cette croissance 40. Tout d abord, tout comme en Belgique, la téléphonie traditionnelle fixe a décliné en valeur étant donné la concurrence accrue qui fait diminuer les prix. Ensuite, le taux de pénétration de l Internet haut débit a également augmenté. Celui-ci a été stimulé par des prix bas et une concurrence intensive. Enfin, le secteur de la téléphonie mobile continue à croître. La voix continue à dominer le marché, mais la preuve a été faite en ce qui concerne le développement des services de données mobiles. Le taux de pénétration moyen de l UE 25 continue à croître et se situe aujourd hui à 83% (UE 15 : à 87%). 39 Direction générale Statistique et Information économique Op.Cit. (Site Internet) 40 Source EITO (European Information Technology Observatory : et IDATE (Institut de l'audiovisuel et des Télécommunications en Europe :

23 Leess peerrsspeecctti ivveess du maarrcchéé 41 Graphique réalisé sur base des pays mondiaux les plus industrialisés (www.itu.int) 42 Communication de la commission au conseil, au parlement européen, au comité économiques et social européen, Réglementation et marchés des communications électroniques en Europe Bruxelles, 2004.

24 Communication de la commission au conseil Ibid.

25 25. Au sujet des perspectives relatives au marché mondial des services de télécommunications 44, celles-ci établissent une croissance de 4,9% par an en valeur entre 2004 et (voir graphique ci-dessous). Cette croissance serait surtout tirée par les pays émergents et en développement. La croissance européenne est quant à elle contrastée : si la téléphone mobile et Internet promettent une croissance accrue (respectivement de 4% et de 8% par an), la téléphonie fixe devrait continuer à perdre du terrain (diminution de 2% dû principalement au déclin du nombre de lignes et à une accentuation de la concurrence). Par ailleurs, la croissance est nettement plus forte dans les pays d Europe centrale et orientale (où l on constate le développement du marché mobile ainsi que l émergence d Internet) qu en Europe du nord et de l ouest. Md$ 1400 constaté prévu Amérique du Nord Europe Ouest Asie Pacif. Pacifique Reste du monde Toutefois les chiffres de croissance en valeur des services de télécommunications peuvent paraître relativement peu importants pour un secteur caractérisé d innovant et en plein développement. La raison de ce phénomène réside dans le fait que les tarifs n ont cessé de baisser depuis une dizaine d années, ce qui par conséquent, implique que la croissance en volume du secteur est plus forte que la croissance du chiffre d affaires. 44 Ministère de l économie des finances et de l industrie, Impact microéconomique et macroéconomique des Technologies de l Information et de la Communication. Paris, 15 septembre Source IDATE (www.idate.fr)

26 26. Chapiittre 2 :: D une ssttructture monopolliissttiique verss une ssttructture lliibéralliissée Raai issoonss dee laa l ccrrééaatti ioon dee moonoopool lee 4466 fgih! %<)j! kg2-;=5#! 2#<l monporq spt h vuwtyx M4P#M#}=WYR T R7\~N # #` 47 Goulvestre Ibid. (pp 70-82)

27 27. ƒ 48 Goulvestre Op. Cit. (pp 65-82)

28 28. ƒ 49 Goulvestre Op. Cit. (pp 65-82) 50 Goulvestre Op. Cit. (pp 65-82)

29 29. #ˆ 51 Goulvestre Op. Cit. (pp 65-82)

30 Reemi isseess een ccaaussee du moonoopool lee naatturreel l IInnttrroodduucctti ioonn impnporq spt h :uštyx,z3 Œ{pVZM#PM#}<WR T R7\~N [ S[#V M#}=\ 4w%#-;<%4 # #`

31 LEVEQUE F., Economie de la réglementation. La découverte, Paris, 1998.

32 IInnssttrruumeennttss ddee laa l ddéérrééggl leemeennttaatti ioonn eett lil ibbéérraal lissaatti ioonn dduu maarrcchhéé Levèque Op. Cit. (pp 56) 55 Goulvestre Op. Cit. (pp 87) 56 CURIEN N., GENSOLLEN M, Économie des télécommunications : ouverture et réglementation. Economica, 1992.

33 COUNE E., DE LA VALLEE F., LECOCQ L., Ouverture à la concurrence sur le marché des télécommunications : l'importance d'une réglementation de l'interconnexion. Bruylant. Bruxelles, 1999.

34 Goulvestre Op. Cit. (pp 91)

35 Goulvestre Op. Cit. (pp 91) 60 Goulvestre Op. Cit. (pp 92)

36 Orrggaannee rréégguul laatteeuurr eenn Beel lggi iqquuee :: l IIBPT l 61 Site officiel IBPT : 62 IBPT (Institut Belge des services Postaux et des Télécommunication), 12 ème rapport annuel d activités Bruxelles, 2006.

37 37.

38 Coonnssééqquueenncceess ééccoonnoomi iqquueess dduu pprroocceessssuuss ddee lil ibbéérraal lissaatti ioonn Changements de la structure de marché Le processus de libéralisation des services de télécommunications a donc produit une certaine concurrence entre les opérateurs. Les consommateurs ont ainsi la possibilité de choisir librement leurs opérateurs de télécommunications. Concernant les structures du marché pour l Union Européenne, on a vu une démultiplication des opérateurs autorisés à proposer des services de téléphonie vocale au public 64. D un point de vue plus dynamique, selon les mêmes sources, le nombre d opérateurs autorisés à exploiter un réseau public a augmenté d environ 50 % par an entre 1998 et 2001 (période sous-jacente au processus de libéralisation). En dépit de la date relativement précoce de la libéralisation dans le secteur de la téléphonie fixe, les parts de marché des opérateurs historiques restent considérablement élevées (en Belgique, Belgacom possédait fin 2005, 63.3% 65 de part de marché pour la téléphonie fixe). On a pu constater que depuis la fin 2000 et jusqu à la fin 2001, les opérateurs historiques de téléphonie fixe ont perdu en moyenne environ 9 % et 11 % de leur part de marché, respectivement pour les appels longue distance et les appels internationaux, tandis que la part de marché pour les appels locaux est restée plus ou moins stable (-0,5 %). Une étude complémentaire vient montrer que seuls les opérateurs alternatifs qui ont été capables d entrer sur le marché dans les premières étapes du processus de libéralisation, ont effectivement 63 RASTETTER Y., La fusion de la téléphonie dans l Internet. Hermes-Lavoisier, Paris, Commission européenne, Eighth report from the Commission on the Implementation of the Telecommunications Regulatory Package. Bruxelles, décembre Site officiel Belgacom :

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR)

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Enjeux et Réglementation de la VoIP Abossé AKUE-KPAKPO Telecom Manager Chair SG3RG-AFR +226

Plus en détail

13 ème réunion annuelle de FRATEL Bâle, 30 novembre - 1 er décembre 2015

13 ème réunion annuelle de FRATEL Bâle, 30 novembre - 1 er décembre 2015 Office fédéral de la Communication - OFCOM Commission de la Communication - ComCom 13 ème réunion annuelle de FRATEL Bâle, 30 novembre - 1 er décembre 2015 «Quel impact des convergences entre réseaux sur

Plus en détail

Téléphonie fixe Europe : en 2012, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus

Téléphonie fixe Europe : en 2012, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus Vision La newsletter de l Omsyc Téléphonie fixe Europe : en 212, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus Les données utilisées pour la rédaction de cette lettre sont issues de la Database

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire 1. INTRODUCTION Avant de nous intéresser aux technologies des réseaux actuelles, il est important de retracer en quelques points l évolution de l outil informatique afin de nous permettre d appréhender

Plus en détail

Le Cisco Smart Business Communications System

Le Cisco Smart Business Communications System Le Cisco Smart Business Communications System Smart Business Brochure Le Cisco Smart Business Communications System Aujourd hui, les petites entreprises sont confrontées à une concurrence accrue. Une

Plus en détail

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Association Loi de 1901-18 Rue Irénée Blanc 75020 Paris SIRET 520 224 734 00019 APE 9499Z http://www.open-ipvideo.org Page 2 sur 13 Sommaire 1. PREAMBULE...

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives RÉSUMÉ Mars 2010 Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives de l UE TERA Consultants L étude a été réalisée par TERA Consultants, un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA VOIX SUR IP?

QU EST-CE QUE LA VOIX SUR IP? QU EST-CE QUE LA VOIX SUR IP? Lorraine A côté du réseau téléphonique traditionnel et des réseaux de téléphonie mobile (GSM, GPRS, UMTS, EDGE ), il existe, depuis quelques années, une troisième possibilité

Plus en détail

Fax sur IP. Panorama

Fax sur IP. Panorama Fax sur IP Panorama Mars 2012 IMECOM Groupe prologue - Z.A. Courtaboeuf II - 12, avenue des Tropiques - B.P. 73-91943 LES ULIS CEDEX - France Phone : + 33 1 69 29 39 39 - Fax : + 33 1 69 28 89 55 - http://www.prologue.fr

Plus en détail

La Voix Sur IP (VoIP)

La Voix Sur IP (VoIP) La Voix Sur IP (VoIP) Sommaire 1. INTRODUCTION 2. DÉFINITION 3. POURQUOI LA TÉLÉPHONIE IP? 4. COMMENT ÇA MARCHE? 5. LES PRINCIPAUX PROTOCOLES 6. QU'EST-CE QU'UN IPBX? 7. PASSER À LA TÉLÉPHONIE SUR IP 8.

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ERNI1408943D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la mise à disposition du public, pour un usage de réutilisation, d informations publiques

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique Fiche Technique Cisco Secure Access Control Server Solution Engine Cisco Secure Access Control Server (ACS) est une solution réseau d identification complète qui offre à l utilisateur une expérience sécurisée

Plus en détail

Support de Cours NGN. 1 ère année Master de recherche. Najjar M. 1

Support de Cours NGN. 1 ère année Master de recherche. Najjar M. 1 Support de Cours NGN 1 ère année Master de recherche Najjar M. 1 Chapitre 1 INTRODUCTION AUX RESEAUX NGN 1.1 Les exigences de tourner vers NGN 1.2 Caractéristiques du réseau NGN 1.3 Principaux équipements

Plus en détail

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2 sur la région Bourgogne Etude initiale 06.06.2013 V1.2 Contenu 1. Contexte...3 1.1. Objectifs...3 1.2. Descriptif de l existant...3 2. Etude des solutions...3 2.1. Solution n 1 : uniformisation du système

Plus en détail

L Internet des objets

L Internet des objets L Internet des objets L économie numérique entame une nouvelle phase de son évolution notamment avec le développement de l Internet des objets et la future 5G. Ces avancées ouvrent la voie à l avènement

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AW-IS/BG

FICHE D INFORMATION AW-IS/BG SY DONIA FICHE D INFORMATION AW-IS/BG PRESENTATION DU PROGRAMME SYDONIA Le programme SYDONIA de la CNUCED a été fondé au début des années 80 pour automatiser les opérations de dédouanement. Il est rapidement

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : INTB1404278A Intitulé du texte : Arrêté actualisant pour 2015 les tarifs maximaux de la taxe locale sur la publicité extérieure Ministère à l origine

Plus en détail

Rapport statistique des télécommunications au Luxembourg pour l année 2009

Rapport statistique des télécommunications au Luxembourg pour l année 2009 Rapport statistique des télécommunications au Luxembourg pour l année 29 Le rapport statistique des télécommunications pour l'année 29 se base sur des informations statistiques fournies par les opérateurs

Plus en détail

Communiqué de Presse. Boulogne-Billancourt, Septembre 2003

Communiqué de Presse. Boulogne-Billancourt, Septembre 2003 Communiqué de Presse AudioSmartCard annonce son nouveau serveur d authentification Secured Sound Pro Server compatible LDAP et Radius et la disponibilité de son Software Developement Kit SDK Boulogne-Billancourt,

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Ce Livre Blanc vise ainsi à vous expliquer concrètement tous les bénéfices d un standard téléphonique pour votre entreprise et vos collaborateurs :

Ce Livre Blanc vise ainsi à vous expliquer concrètement tous les bénéfices d un standard téléphonique pour votre entreprise et vos collaborateurs : AVANT-PROPOS Dans un marché des Télécoms en constante évolution, il est important pour les petites et moyennes entreprises de bénéficier de solutions télécoms qui répondent parfaitement à leurs besoins

Plus en détail

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Rapport d analyse au niveau des entreprises, Juin 2015 RESUME Droits de propriété intellectuelle et résultats

Plus en détail

La Belgique se numérise encore en 2010

La Belgique se numérise encore en 2010 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 23 février 2011 La Belgique se numérise encore en 2010 La révolution numérique ne cesse de gagner du terrain en Belgique :

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

Destination entreprise numérique. Enquête sur les équipements et usages des entreprises dans le domaine des TIC dans les Alpes de Haute-Provence

Destination entreprise numérique. Enquête sur les équipements et usages des entreprises dans le domaine des TIC dans les Alpes de Haute-Provence Destination entreprise numérique Enquête sur les équipements et usages des entreprises dans le domaine des TIC dans les Alpes de Haute-Provence La maîtrise des Technologies de l Information et de la Communication

Plus en détail

Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications. Direction de l Interconnexion et des Nouvelles Technologies.

Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications. Direction de l Interconnexion et des Nouvelles Technologies. Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications Direction de l Interconnexion et des Nouvelles Technologies La voix sur IP Présentée par : M elle CHERID Leila Département Veille Technologique

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE

DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE (CDPDJ) OCTOBRE 2005 LLee ppr réésseennt

Plus en détail

Pour réserver une salle, merci de bien vouloir nous retourner par fax, ou par email le formulaire «Bon de Réservation» dûment complété

Pour réserver une salle, merci de bien vouloir nous retourner par fax, ou par email le formulaire «Bon de Réservation» dûment complété Date : Destinataire(s) : Société : Nombre de pages : Locations et Prestations du Business Center Madame, Monsieur, Pour faire suite à votre demande, vous voudrez bien trouver ci-jointes les informations

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

ACCEDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE

ACCEDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE Pour garder le contact avec leur entreprise, de plus en plus de collaborateurs ont besoin d accéder à leurs emails lorsqu ils sont en déplacement ou à domicile. Cet accès distant est facilité si la messagerie

Plus en détail

1 / Comment ça marche

1 / Comment ça marche 1 / Comment ça marche? Les technologies évoluent en permanence et ouvrent la voie à de nouveaux usages de communication. En parallèle, les offres des opérateurs se diversifient. Je peux aujourd hui, à

Plus en détail

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIE MOBILE. UPDATE ASBL Michaël Barchy 21 mai 2014

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIE MOBILE. UPDATE ASBL Michaël Barchy 21 mai 2014 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIE MOBILE UPDATE ASBL Michaël Barchy 21 mai 2014 POINTS ABORDÉS Introduction Evolution de la téléphonie mobile Mobilité Appareils Technologies Smartphones et «feature» phones Connexions

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

ACCÉDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE

ACCÉDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE ACCÉDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE Lorraine Pour garder le contact avec leur entreprise, de plus en plus de collaborateurs ont besoin d accéder à leurs emails lorsqu ils sont en déplacement ou à domicile.

Plus en détail

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME le 18 novembre 2004)

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

CONVERGENCE IP EN AFRIQUE : IMPACT SUR LES SERVICES VOIX ET SMS

CONVERGENCE IP EN AFRIQUE : IMPACT SUR LES SERVICES VOIX ET SMS CONVERGENCE IP EN AFRIQUE : IMPACT SUR LES SERVICES VOIX ET SMS SESSION 1 : L IMPACT DU DÉVELOPPEMENT DE L INTERNET ET DES OTT SUR LA VOIX (DÉCLIN DE LA VOIX? NOUVEAUX SERVICES?) PRÉSENTÉ PAR GLOBAL VOICE

Plus en détail

Chronique Télécommunications

Chronique Télécommunications INSTITUT DE RECHERCHE ET D'ETUDES EN DROIT DE L 'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION Chronique Télécommunications 14 novembre 2006 Le processus legislatif ayant permis l arrivée des MVNO en France Par Gilles

Plus en détail

LA VoIP LES PRINCIPES

LA VoIP LES PRINCIPES LA VoIP LES PRINCIPES 1 PLAN La VoIP Définition VoIP & ToIP Concepts de la VoIP Les principaux protocoles de la VoIP Transport Signalisation La sécurité dans la VoIP 2 Définition VoIP est l abréviation

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

En toute logique. designed for Lotus Notes

En toute logique. designed for Lotus Notes En toute logique. Téléphoner avec e-phone. e-phone dans Lotus Notes ajoute la communication vocale au duo courrier électronique/télécopie, avec toutes les fonctions d une installation téléphonique. Purement

Plus en détail

Veille Technologique : la VoIP

Veille Technologique : la VoIP Veille Technologique : la VoIP CESI LA Vatine Intervenant : FACORAT Fabrice Sommaire Présentation de la VoIP Histoire Terminologie et Protocoles Enjeux de la VoIP H323 SIP Usages actuels de la VoIP Les

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE CH : 3 EVOLUTION DES SYSTEMES DE VIDEOSURVEILLANCE 3.1 Systèmes de vidéosurveillance classique CCTV : 3.2 Systèmes de vidéosurveillance analogique avec magnétoscopes traditionnels

Plus en détail

Virtualiser un serveur de fax

Virtualiser un serveur de fax Virtualiser un serveur de fax Mars 2012 IMECOM Groupe prologue - Z.A. Courtaboeuf II - 12, avenue des Tropiques - B.P. 73-91943 LES ULIS CEDEX - France Phone : + 33 1 69 29 39 39 - Fax : + 33 1 69 28 89

Plus en détail

entreprendre à la puissance cisco

entreprendre à la puissance cisco entreprendre à la puissance cisco À un moment donné, vous avez vu quelque chose que personne d autre n avait vu. Il s agissait peut-être d une idée ou d une opportunité. Ce «quelque chose» vous a fait

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-61 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 31 juillet

Plus en détail

Power over Ethernet Plus. James Withey Ingénieur R&D senior chez Nexans

Power over Ethernet Plus. James Withey Ingénieur R&D senior chez Nexans Power over Ethernet Plus James Withey Ingénieur R&D senior chez Nexans Livre blanc Nexans Cabling Solutions Mai 2011 Power over Ethernet Plus La promesse de PoE+ pour la gestion des réseaux d entreprise

Plus en détail

Chapitre 3 : Les technologies de la communication. I- Les TIC de la PME

Chapitre 3 : Les technologies de la communication. I- Les TIC de la PME Chapitre 3 : Les technologies de la communication I- Les TIC de la PME La PME est soumise a deux grandes évolutions du domaine des TIC. D une part la nomadisation des outils et d autres part le développement

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE PROFITEZ DU RÉSEAU. maintenant. Glossaire Glossaire de la technologie mobile 3G Accès distant Adaptateur Client sans fil ADSL AVVID Carte réseau Convergence GPRS Haut

Plus en détail

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1418083D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable Ministère à l origine de la mesure : Ministère

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1501409A Intitulé du texte : - Arrêté relatif à la rémunération du plan épargne-logement et à la commission de gestion du prêt d épargne-logement

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

UNE SOLUTION DE TÉLÉPHONIE HÉBERGÉ DANS LE NUAGE

UNE SOLUTION DE TÉLÉPHONIE HÉBERGÉ DANS LE NUAGE UNE SOLUTION DE TÉLÉPHONIE HÉBERGÉ DANS LE NUAGE VoxSun Télécom Bureau VoxSun Télécom Bureau s adresse tout particulièrement aux entreprises et aux professionnels mobiles. En prenant le service VoxSun

Plus en détail

LES RÉSEAUX INFORMATIQUES

LES RÉSEAUX INFORMATIQUES LES RÉSEAUX INFORMATIQUES Lorraine Le développement d Internet et de la messagerie électronique dans les entreprises a été, ces dernières années, le principal moteur de la mise en place de réseau informatique

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

Pourquoi Immoweb est-il le 1 er portail immobilier belge?

Pourquoi Immoweb est-il le 1 er portail immobilier belge? Pourquoi Immoweb est-il le 1 er portail immobilier belge? PLAN 1 La preuve du leadership! 2 Les 4 clés du succès La Stratégie Le Marketing La Technologie La Politique Commerciale 3 Conclusion 4 Question(s)

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Une infrastructure de réseau de pointe pour l univers multimédia de demain

Une infrastructure de réseau de pointe pour l univers multimédia de demain Une infrastructure de réseau de pointe pour l univers multimédia de demain Patrice Haldemann, Swisscom Fixnet SA 31 octobre 2006 1 La structure Triple Play: 3 domaines Client Maison Infrastructure de réseau

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles

PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles RESEAUX ET SERVICES TELECOM PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles PROGRAMME TOTAL : 29 h Sur 6 mois ½ environ En Alternance Présentiel,

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles

PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles RESEAUX ET SERVICES TELECOM PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles PROGRAMME TOTAL : 279 h Sur 6 mois ½ environ En Alternance Présentiel,

Plus en détail

Séminaire ACSEL / Baker & McKenzie Les Objets Connectés : enjeux et confiance. L environnement réglementaire des objets connectés

Séminaire ACSEL / Baker & McKenzie Les Objets Connectés : enjeux et confiance. L environnement réglementaire des objets connectés Séminaire ACSEL / Baker & McKenzie Les Objets Connectés : enjeux et confiance L environnement réglementaire des objets connectés 19 mai 2015 Christian Blomet Avocat Groupe ITC Baker & McKenzie SCP est

Plus en détail

Intervention en entreprise

Intervention en entreprise Intervention en entreprise ADM-170 Séance 6 - Informatique Semaine du 16 juin 2008 Ordre du jour Les données et l information Distinction entre données et information L évaluation de la valeur de l information

Plus en détail

SERDALAB - INFORMATION NUMERIQUE B2B - SOMMAIRE

SERDALAB - INFORMATION NUMERIQUE B2B - SOMMAIRE SERDALAB - INFORMATION NUMERIQUE B2B - SOMMAIRE REMERCIEMENTS... DATAPUBLICA... GFII... ABSTRACT... INTRODUCTION... 1... CONTEXTE... 1. Contexte économique... 2. Le marché de l information B2B et grand

Plus en détail

Olfeo a choisi, depuis sa création, de distribuer ses produits et les services qui leur sont associés à travers un réseau de partenaires.

Olfeo a choisi, depuis sa création, de distribuer ses produits et les services qui leur sont associés à travers un réseau de partenaires. Sécuriser / Optimiser / Analyser l utilisation d internet Alliance opérateur Olfeo Business Transparence Compétence Dynamisme Olfeo a choisi, depuis sa création, de distribuer ses produits et les services

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Bonnes performances TIC pour la Belgique selon le Baromètre de la société de l information 2014

Bonnes performances TIC pour la Belgique selon le Baromètre de la société de l information 2014 Bonnes performances TIC pour la Belgique selon le Baromètre de la société de l information 2014 Bruxelles, le 10 septembre 2014 Le SPF Economie publie l édition 2014 de son Baromètre annuel de la société

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

L ABC du Cloud Computing

L ABC du Cloud Computing L ABC du Cloud Computing Apprendre à démystifier le Cloud Computing Bien en saisir les avantages Comment aide-t-il votre entreprise? Le Cloud Computing démystifié L infonuagique, plus connue sous le nom

Plus en détail

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ;

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ; ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION DE

Plus en détail

CHAMBRE D AGRICULTURE DE REGION ALSACE

CHAMBRE D AGRICULTURE DE REGION ALSACE CHAMBRE D AGRICULTURE DE REGION ALSACE Cahier des Clauses Particulières FOURNITURE DE SERVICES DE TELEPHONIE MOBILE PAGE 2 SUR 10 TABLE DES MATIERES 1 Objet du marché 1.1 Objet du document 1.2 Objet du

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : PRMX1427006D Intitulé du texte : Décret relatif aux modalités d organisation des délibérations à distance des instances administratives à caractère collégial

Plus en détail

Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière?

Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière? Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière? Dans le secteur de la téléphonie mobile, les frontières européennes ne sont pas encore

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

MEMOIRE DE SPÉCIALISATION

MEMOIRE DE SPÉCIALISATION COUGARD Cécile GRIJOL Bénédicte MARTINEZ Céline Mai 2011 Promotion 2010-2011 MEMOIRE DE SPÉCIALISATION «L e-merchandising, les meilleures recettes pour vendre mieux et plus en ligne» Dans quelle mesure

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Bruxelles, le 25 juin 2013 Le SPF Economie publie annuellement un baromètre global de la société de l information. Les résultats

Plus en détail

Liste de vérification des exigences Flexfone

Liste de vérification des exigences Flexfone Liste de vérification des exigences Flexfone Introduction Avant de déployer un service de voix par le protocole de l Internet (VoIP) ou un PBX hébergé dans votre entreprise, vous devriez prendre certaines

Plus en détail

Stéphanie Lacerte. Document technique. Connextek. 31 mai 2013. Cloudtel

Stéphanie Lacerte. Document technique. Connextek. 31 mai 2013. Cloudtel Stéphanie Lacerte Document technique Connextek 31 mai 2013 Cloudtel Introduction Le logiciel Cloudtel a été conçu dans le langage de programmation Java. Ce logiciel utilisant la voix sur IP, communique

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Veille Technologique. Cloud-Computing. Jérémy chevalier

Veille Technologique. Cloud-Computing. Jérémy chevalier E6 Veille Technologique Cloud-Computing Jérémy chevalier Table des matières DESCRIPTION :...2 Introduction :...2 Définition du Cloud :...2 Exemple de serveur proposant la solution de Cloud :...2 Les spécificités

Plus en détail

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP PRESENTATION DE LA PROBLEMATIQUE Dans le cadre de la dérégulation des télécommunications d un pays Africain, un industriel Européen s appuyant sur sa filiale basée dans ce pays, souhaite devenir «ISP»

Plus en détail

LA QUALITE DE SERVICE. Fondamentaux techniques Contrôle & Régulation FORMATION

LA QUALITE DE SERVICE. Fondamentaux techniques Contrôle & Régulation FORMATION LA QUALITE DE SERVICE Fondamentaux techniques Contrôle & Régulation FORMATION Durée : 4 jours PARIS Du 7 au 10 septembre 2015 CLARITY, société de conseil en télécommunication, réalise principalement des

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS SYNTHÈSE DES RÉPONSES À LA CONSULTATION ORGANISÉE À LA DEMANDE DU CONSEIL DE L IBPT DU 11 OCTOBRE 2006 CONCERNANT LES OPÉRATEURS QUI OFFRENT

Plus en détail

Les RPV (Réseaux Privés Virtuels) ou VPN (Virtual Private Networks)

Les RPV (Réseaux Privés Virtuels) ou VPN (Virtual Private Networks) Les RPV (Réseaux Privés Virtuels) ou VPN (Virtual Private Networks) TODARO Cédric Table des matières 1 De quoi s agit-il? 3 1.1 Introduction........................................... 3 1.2 Avantages............................................

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

MARCHE DE TELEPHONIE MOBILE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP)

MARCHE DE TELEPHONIE MOBILE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) MARCHE DE TELEPHONIE MOBILE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) SOMMAIRE 1 LA CONSULTATION...2 2 LE PARC ACTUEL...2 3 LES BESOINS EN TELEPHONIE MOBILE...3 3.1 Fourniture d abonnements téléphoniques...3

Plus en détail