Système endomembranaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Système endomembranaire"

Transcription

1 Système endomembranaire A- Introduction : C est un système présent uniquement chez les eucaryotes. Ses éléments constitutifs sont : un ensemble de cavités, vésicules, tubules, canalicules.. Simplifié sous le terme de «compartiments intracellulaires délimités par une membrane, sauf les mitochondries et peroxysomes» Il est spécialisé, entre autres, dans les échanges avec le cytosol, la MP, le milieu extracellulaire. Figure 1 : Les éléments constitutifs du système endomembranaire comprennent tous une membrane d enveloppe, et une lumière. Dans la membrane d enveloppe, on retrouve des protéines TMR, aux niveaux des versants luminal et périphérique et des perméases qui assurent le transport du cytosol au système endomembranaire. Dans la lumière : protéine soluble, représentée aussi dans la vésicule d endocytose et dans le milieu extracellulaire : La LUMIERE du SYSTÈME ENDOMEMBRANAIRE interagit avec le MILIEU EXTRACELLULAIRE Partie haute du schéma : relations du système endomembranaire avec le cytosol (via des cavités ou par des constituants membranaires). Le contenu des cavités interagit avec le milieu extracellulaire. Le contenant (vésicules,...) interagit avec la MP. Figure 2 : - Étapes 1 & 2 : Bourgeonnement et détachement de la vésicule, à partir d un compartiment donneur + facteurs cytosoliques (+ protéines spécialisées). - Étape 3 : La vésicule recouverte d un revêtement protéique, pour le transport, doit perdre son revêtement (indispensable, sinon le transport ne se fait pas), influence de facteurs cytosoliques + recyclage des protéines. - Étape 4 : Transport avec énergie + intervention du cytosquelette - Étape 5 : Fusion des membranes de la vésicule et de la membrane du receveur : nécessite des facteurs cytosoliques. Vésicules recouvertes de clathrine, COP ou FAPP puis déshabillage pour l interaction avec le cytosquelette Les 5 étapes se font pour tous les transports vésiculaires sauf pour celui avec revêtement de cavéoline qui ne subit pas l'étape 3. (car elle n'interagit pas de façon gênante avec le cytosquelette). Remarque les cavéolines n'ont pas besoin d'être déshabillées. Si une molécule n'est pas déshabillée, il n'y aura pas de relation avec S.E. Car ces molécules vont gêner le contact. 1 sur 23

2 Les compartiments du système endomembranaire : - RE : constitué de REG et REL, constitue l enveloppe nucléaire - Golgi - Endosomes (phagosomes) - Lysosomes + vésicules, canalicules, tubules, vacuoles... Spécialisés dans le transit entre les compartiments, transit entre les compartiments et la membrane plasmique. Le transport se fait selon les flux (Le principal est le flux membranaire vectoriel permanent ainsi que flux de retour vers Golgi et RE). Il faudra bloquer le flux membranaire permanent pour voir les autres flux. Il faut des signaux d'adressage ou de rétention pour guider les protéines. Elles peuvent en avoir plusieurs. En fonction de l'endroit où se situe la protéine, le signal pourra être masqué ou démasqué par le ph (mais il existe aussi d autre moyens). B. Le Reticulum Endoplasmique (RE) : I- Définition : RE : Réseau de canalicules et de vésicules, en continuité avec l enveloppe nucléaire. Il existe sous 2 formes : Réticulum endoplasmique granulaire (REG) : Avec ribosomes sur face cytosolique Réticulum endoplasmique lisse (REL) : Sans ribosome Pour une cellule donnée, la proportion REG/REL est variable : - Selon la cellule : une cellule avec beaucoup de synthèse protéique aura beaucoup de REG - Selon le moment de la vie cellulaire (Si synthèse protéique importante, plus(+) de REG ; si détoxification, plus(+) de REL). II - Les fonctions du RE communes aux cellules eucaryotes : 1- Translocation des protéines solubles (pendant leur synthèse) Destination des protéines solubles : Membrane plasmique (protéines périphériques externes) Milieu extra cellulaire (sécrétion) Autres compartiments du SEM 2 sur 23

3 Chapitre 4 Figure 2 : Début de synthèse de protéine : cytosol, puis éventuellement signal d adressage au RE. On s'intéresse aux protéines qui ont un signal d adressage au réticulum : poursuivent dans le système endomembranaire. Entrée dans le RE par le translocon puis adressage au reste du SEM. Figure 4 : Le signal d adressage (ou signal d entrée dans le RE) = signal de traversée de la membrane d enveloppe du RE = peptide signal. Il comprend une séquence consensus de AA hydrophobe située sur l extrémité N- terminale. Ils vont constituer le Peptide Signal. Cette séquence est reconnue dès le début de la synthèse protéique : - Essentiellement par la SRP (particule cytosolique de reconnaissance du signal), (RNP qui fixe GTP) - Autres facteurs cytosoliques (Hsp). SRP: ribonucléoprotéine qui fixe le GTP et a une activité GTPasique Peptidases de signal et SPP qui clivent le signal aux sites de coupures. Figure 3 : le début de la synthèse d une protéine destinée à entrer dans le RE Figure 5 : - SRP (fixé au GTP) reconnait la séquence consensus, et se fixe : fixation de SRP au RE. - Interaction SRP avec le récepteur de la SRP (qui a aussi une activité GTPasique) : - Rapprochement de la grosse sous-unité du ribosome - Interaction du ribosome avec le translocon (qui a 2 orifices dont un bouché par BiP puis l'autre qui sera obturé par la grosse sous-unité du ribosome au bout d un certain nombre d AA synthétisés : - Ouverture au niveau cytosolique du translocon, Bip - Entrée de la protéine en cours de synthèse dans le translocon BiP va partir, permettant à la protéine de s engager dans la membrane jusqu à ce que l on ait la totalité du peptide dans la membrane. - Détachement de la SRP avec hydrolyse GTP Quand la protéine arrive dans le RE : glycosylation, formation de ponts disulfures (au fil de l eau : pas définitifs), repliement (structure) Finalement, les ribosomes se détachent de la membrane du RE. La partie N-term de la protéine sera cytosolique (enchâssé dans la membrane du RE) et le reste de la protéine sera à l'intérieur du RE 3 sur 23

4 Figure 4: 2 clivages à la fin de la synthèse : Clivage du signal par la peptidase du signal - La protéine est soluble dans la lumière du RE, elle poursuit sa glycosylation et son repliement - La protéine a une nouvelle extrémité N terminale (en ayant perdu environ 20 AA) Le peptide signal sera coupé dans la membrane du RE par une signal peptide peptidase. Les fragments du peptide signal peuvent passer dans la lumière du RE (former liaisons avec CMH I) ou dans le cytosol (destruction dans le protéasome ou liaison à la calmoduline et inhibition). 2- Insertion des protéines transmembranaires (pendant la synthèse de la protéine) : Figure 6 : Les différents modes d insertion : HC Les modes d insertion varient selon : - Le nombre de domaines TMR - La localisation cytosolique/luminale des extrémités N et C terminales Une même protéine peut présenter plusieurs modes d insertion (dont on ne connait pas le mécanisme) Toutes les protéines TM, à 1 ou n segments TM, sont destinées à la membrane plasmique ou au SEM. 2 types de signaux d adressage au RE pour les protéines transmembranaires : Le 1 er : Le peptide signal (idem que pour des protéines solubles) Courte séquence AA hydrophobes sur l extrémité N terminale, reconnue par la SRP Il est clivé en fin de synthèse (différents segments transmembranaire) Pour des protéines avec plusieurs domaines transmembranaire, il est facultatif! le 2 ème type : ce n est pas un peptide signal mais un futur domaine transmembranaire. C est une courte séquence d AA hydrophobes (N terminale ou non). Reconnue par SRP Mais non clivée après la synthèse : segments transmembranaire Si la protéine n a qu un domaine TMR : pas de situation B possible! Entrés dans le RE : soit grâce au peptide signal, soit grâce à un domaine transmembranaire. 4 sur 23

5 Figure 7 : HC La protéine à 3 domaines TMR, dépourvue de peptide signal. Extrémité N terminale cytosolique 2 différences avec protéines ayant 1 TMR : Possibilité d échappement d un des éléments TMR inséré peut s échapper du translocon Le translocon peut se refermer temporairement (conséquence: apparition d une boucle cytosolique) 3- N-glycosylation des protéines solubles ou TM (pendant la synthèse) Figure 8 : - Construction de l arborisation sucrée sur la face cytosolique de la membrane d enveloppe du RE (non montré sur figure). - Arborisation sucrée constituée par un lipide complexe : le dolichol, phosphorylé, et par des précurseurs de sucres. Flip flop du dolichol + 14 résidus sucrées accrochés dessus: arborisation endoluminale. Accrochage de l arborisation sucrée à la protéine sur l azote de l Asn (située dans la séquence consensus de la N-glycosylation) par la N-glycosyl-transférase. Accrochage à la protéine puis raccourcissement (14 à 10 résidus) pendant la synthèse. On enlève un certain nombre de résidus sucrés pour avoir plus que 10 résidus (action de la glycosidase) C-glycosylation : - Plus rare que la N-glycosylation - Fixation de résidus mannose sur le dolichol - Flip-flop - Transfert sur C du tryptophane n 1 de la séquence consensus (Trp-X-X-Trp) 5 sur 23

6 4- Synthèse des protéines liées à la membrane par un GPI : Schéma est HC : Les glycoprotéines adressées aux radeaux lipidiques de la MP GPI : 2 AG ancrés dans la bicouche, 1 oligosaccharide (inositol + autres sucres), éthanolamine, lié à l extrémité C-terminale de la protéine. Le groupement GPI est construit sur la face cytosolique du RE, ancré dans la membrane par 2 acides gras, il subit une bascule pour être transloqué dans la lumière du RE par flip flop puis lié à l extrémité C-term de la protéine. Non HC : Les glycoprotéines adressées aux radeaux lipidiques de la membrane plasmique (microdomaines riches en sphingolipides, cholestérol, cavéoline). 5- Repliement des protéines solubles: Figure 9 : Mêmes mécanismes pour domaine luminal des protéines TM - PDI (en présence de Ca++) établissement des ponts S-S définitifs - BIP (en présence de Ca++ et d'atp) + chaperons du RE (calnexine = TMR) permet acquisition de conformation définitive de la protéine. Ce sont des chaperons cytosoliques qui participent au repliement du domaine cytosolique des protéines TM. 6- contrôle de qualité des protéines néo-synthétisées avant l exportation au Golgi Maturation de la protéine: glycosylation, pont SS, repliement.. (Intervention enzymes et chaperons solubles et membranaires du RE et cytosol) Chapitre 4, Figure 6 : Mécanisme de contrôle de qualité : Phénomène général : même mécanisme pour le renouvellement des protéines membranaires et solubles du RE (normales et anormales). Si la protéine est mal glycosylée ou mal configurée, elle ne sera pas exportée au Golgi Exemple de la protéine CFTR (CF: Chapitre Cytosol.) La protéine est ubiquituinilée sur son niveau trans-membranaire cytosolique. il va y avoir une reconnaissance de la protéine à dégrader. Elle va être rétro-transloquée dans le translocon. On va lui enlever ses sucres et ensuite elle est envoyée dans le protéasome. 6 sur 23

7 7- Le RE envoie des signaux au noyau et au cytosol : Figure 10 : Types de signal : RE vers cytosol Fragments du peptide signal peuvent repasser dans le cytosol (liaison calmoduline/ dégradation protéasome) RE vers noyau Libération de Calcium : Lorsqu il y a une accumulation de protéine (solubles ou membranaires), anormales (ou normales) dans RE Calcium dans le cytosol = activation de FRT (NF-KB) qui va pouvoir aller dans noyau (transcription ) 2 types de signaux : - RE vers cytosol: fragments du peptide signal repassent dans le cytosol - RE vers noyau: libération de Ca++: quand accumulation de protéines (solubles ou membranaires), anormales (ou normales) dans le RE Figure 11 : Le signal émis par le RE entraine une diminution du cholestérol dans la membrane du RE. Ce signal va activer SCAP qui va permettre transport des 2 protéines du RE vers Golgi. Dans la membrane du Golgi : coupure du SREBP (protéases). Fragment de SREBP = FRT! SCAP et SREBP: protéines de la membrane d'enveloppe du RE SCAP et SCREB : protéines de la membrane d enveloppe du RE retenues dans la membrane du RE par des protéines INSIG. La diminution de concentration en cholestérol dans la membrane du RE inhibe la liaison avec INSIG et active/libère SCAP qui permet le transport de SREBP dans le Golgi (transport de protéases inactives dans le RE qui deviennent actives dans le Golgi) où clivage avec libération du fragment cytosolique de SREBP. 8- Translocation de peptides antigéniques : Figure 12 : Les peptides antigéniques sont produit dans la plupart des cellules eucaryotes, par hydrolyse cytosolique de protéines (normales ou non) ou de longs peptides en peptides de 16 à 20 AA. Peptide de AA entrée dans le RE par perméase spécifiques : TAP (protéines ABC) Réduction par peptidase ERAP des petits peptides (8-10 AA) : pris en charge par CMH I. (TAP: Transporter associated with Antigen Processing) Chapitre 4, Figure 8 : Certains virus peuvent inhiber la synthèse de TAP / agir au niveau d ERAP / au niveau du CHM I... 7 sur 23

8 9- Synthèse de phospho-glycérides membranaires ou cytosoliques et du cholestérol : Figures 13 : Synthèse de phospholipides sur le feuillet cytosolique du RE avec participation de la mitochondrie puis : - Soit par le flip flop va passer au niveau luminal du RE, - Soit il va être transporté par des liaison à protéines cytosolique Chapitre 4 Figure 1 Chapitre 6 Figure 4 Le RE fournit au peroxysome la bicouche lipidique Bourgeonnement du RE, grâce à l'apport de protéine du cytosol. Il y a également une importation des phospholipides du réticulum. Ils participent à la fabrication des inclusions lipidiques. Le RE participe, aussi, à la synthèse du cholestérol. 10- Stockage du calcium : Figure 21 chapitre 4: Le RE et le Golgi ont 3 sites de spécialisation pour les ions Ca : - Calcium ATPase (entrée Ca) - Protéines qui fixent Ca (fixation Ca) - Canaux de libération de Ca (sortie Ca) ex : BiP III- Les fonctions du RE dans les cellules spécialisées : 1- Synthèse de lipides à exporter (dans le REL) : Elle se fait à partir des Cytochrome P450, dans la matrice mitochondriale et du REL, À partir du cholestérol, dans la matrice mitochondriale et du REL (coopération) : synthèse des hormones stéroïdes dans les cellules spécialisées. Figure 9 chapitre 5 Le cholestérol est pris en charge par P450, il va être modifié en Hormone Stéroïde. Ces hormones peuvent sortir via des perméases. 2- Détoxification (dans le REL) : par hépatocyte : 2 étapes : Hydroxylation Solubilisation Elle permet de rendre une drogue lipophile plus soluble (plus hydrophile). 8 sur 23

9 Figure 14 : Le Cytochrome P450 utilise NADPH + O2 pour la détoxification de drogues exogènes ou de métabolites endogènes. Possible car cytochromes ont leur site actif sur la face cytosolique 1 ère étape : hydroxylation de la drogue (endogène ou exogène) : peu éliminable car peu soluble. Par P450 : Soit elle rentre dans la lumière de reticulum. Il faut aussi ajouter un acide glucuronique qui provient du cytosol. Puis elle sera exportée par les flux membranaires vectoriels permanents pour être exocytée au niveau de la membrane. Soit elle reste dans cytosol et elle sera sulfater et éliminée par des perméases de type ABC) 2 ème étape : solubilisation - Soit sulfatation (grâce aux cytochromes p450 au niveau cytosolique) : sortie par une perméase ABC - Soit elle sera glucurono-conjuguée dans la lumière du RE (acide glucuronique) : sortie par exocytose (flux membranaire vectoriel). /! \ Ces 2 mécanismes n aboutissent pas à la même façon de sortir. Exemple : Éthanol (avec peroxysomes) intoxication de phénobarbital (= barbyturique) : augmentation surface REL 9 sur 23

10 C- L appareil de Golgi : I- Définition : Localisations : à proximité du noyau et du centre cellulaire. C est un ensemble de vésicules et saccules aplatis (pile d assiettes). Chaque pile de saccules s appelle un dictyosome. Selon l état fonctionnel de la cellule, on aura un ou plusieurs dictyosomes. Figure 15 : Entrée dans le Golgi par le saccule CIS en regard du RE. Dans le sens du flux membranaire vectoriel et permanent: RE, saccule CIS, saccules médians, saccule trans, réseau transgolglien (TGN). Chaque saccule a son marqueur spécifique : Saccules CIS métaux lourds Saccules médians et trans Nucléoside di-phosphatase Réseau transgolgien phosphatase acide (marqueur commun avec les lysosomes). Le dictyosome porte des marqueur spécifique: Plus on s éloigne du réticulum plus son ph diminue (ph est donc variable) II- Fonctions : 1- O-glycosylation des protéines : Figure 16 : - Sur l azote d un résidu asparagine: N glycosylation (REG) Ajout de sucre via N-glycosyl-transférase pendant la synthèse de la protéine - Sur un résidu tryptophane : C-glycosylation (REG) Ajout de sucre via C-glycosyl-transférase - Sur un résidu sérine ou thréonine : O-glycosylation (Golgi médian et trans, cytosol) ajout de sucre via O-glycosyl-transférase pas de séquence consensus : directement sur l oxygène de thréonine ou sérine! 10 sur 23

11 2- Les modifications des sucres : Figure 17 : La diminution du ph permet une spécialisation fonctionnelle des citernes golgiennes/ - La modification de l arborisation sucrée vient de la N et de la O glycosylation, différente selon les enzymes (phosphorylation des mannoses dans le Golgi CIS). Chaque citerne a ses enzymes spécifiques et le ph diminue de CIS vers TGN Pathologie : CDG (congenital disorder of glycosylation). Atteint toutes les modifications qui se font dans le Golgi. 3- La synthèse des sphingolipides : Synthèse des sphingolipides dans le feuillet luminal du Golgi CIS et médian 4- Protéases du Golgi : Elles permettent le clivages des molécules qui sont en transit : - Protéases à ph neutre : Dans les citernes proximales (CIS et début du médian) - Protéases à ph acide : Dans les citernes distales: trans et TGN + fin du médian 5- Stockage Calcium : cf + haut 6- TGN : sous compartiment à ph acide : 7- TGN : face de sortie et de tri du matériel : Figure 18 : TGN = face de sortie et de tri du Golgi TGN ont protéases (solubles ou TM), phosphatase acide, pompe à protons, ATPase à Cuivre. - La sécrétion constitutive assure le renouvellement des constituants de la membrane plasmique et exporte le matériel destiné à la MEC. - Les protéases du TGN membranaires ou solubles participent à la sécrétion régulée et constitutive. - Les protéines membranaires du TGN qui décrivent des cycles entre TGN, membrane plasmique, endosomes (exocytose/endocytose). Matériel qui bourgeonne : - On aura une vésicule à coatomère (qui perd son revêtement) seulement dans le flux de retour! - Dans le flux membranaire vectoriel et permanent : -Vésicules recouvertes de clathrine (perdent leur revêtement), qui vont aller soit vers MP/vers endosomes, lysosomes. - Canalicules recouvertes de FAPP (perdent leur revêtement), vont vers la MP (sécrétion constitutive = Sécrétion qui permet de renouveler la membrane.) - Vésicules recouvertes de cavéoline (ne perdent pas leur revêtement) : sécrétion constitutive : MP - Constitution de la vacuole autophagique - La sécrétion régulé fait appel a des vésicules a clathrine uniquement (départ du Golgi) - La sécrétion constitutive au départ du Golgi, fait appel à 2 types de vésicules : celle recouvertes de FAPP et celle recouverte de cavéoline 11 sur 23

12 - Coatomère uniquement pour le flux de retour Brefeldine A : Inhibe le revêtement et la GEF de certaines ARF, elle inhibe revêtement à clathrine, à FAPP, et coatomère. Par contre, elle n'inhibe pas à la cavéoline. 8- Maturation du matériel exporté du TGN : La maturation intéresse 2 types de matériaux : - Matériel de la sécrétion régulée Exemple : maturation hormonale sécrétion d un précurseur inactif qui sera maturé et coupé au cours de son transport - Matériel de la sécrétion constitutive Exemple : protéines membranaires à destination de la MP, seront coupées pendant leur transport FIN DU COURS 15/10 D- Les endosomes, les phagosomes Définitions : - Morphologie hétérogène - Critères fonctionnels = c est un compartiment carrefour Figure 1 : endosome: carrefour entre la MP, le Golgi trans, les lysosomes et le cytosol L endosome reçoit : - Vésicules d endocytose en provenance de la MP (cavéoles non déshabillées ou vésicules à clathrine déshabillées) : nutrition - Vésicules de transport provenant du TGN et Golgi trans : vésicules à clathrines déshabillées et apportent aussi des enzymes (hydrolases acides) et une pompe H+ ATpase L endosome exporte : - Matériel vers lysosomes (fusion) - Vésicules de recyclage (vers MP) de protéines endocytées - Vésicules de retour vers Golgi (trans et TGN) (clathrine) - Matériel vers le cytosol 2 catégories dans ce compartiment : Endosomes précoces : rapport ++ avec MP : endocytose/exocytose ; ph proche de neutralité possède des marqueurs (ex : rab5) pour maturation du matériel Endosomes tardifs : corps multivésiculaire: MVB (ph plus acide) ph plus acide (intermédiaire entre lysosome et endosomes précoces) possède des marqueurs (ex: rab7), hydrolases acides (du TGN), protéases membranaires, maturation du matériel, contiennent des vésicules: exosomes qui peuvent être exocytés et libérés en extra cellulaire. Hydrolases issues du Golgi (ex vésicules à clathrine): réactions d hydrolyse dans endosome puis lysosome 12 sur 23

13 I- Les endosomes exportent du matériel vers la MP, vers le milieu extracellulaire Recyclage des protéines membranaire endocytées Chapitre 4 - Figure 15 Chapitre 2 - Figure 30 (dissociation complexe LDL récepteur dans les endosomes tardifs car pompe à protons) II- Rôle dans la présentation de l antigène et l activation des LT : Figure 20: Présentation des antigènes aux LT CD8+ par le CMH de type I dans tous les types cellulaires Protéines/peptides peuvent être dégradés dans le protéasome. Entrée par TAP. Dégradation en peptide + petit par ERAP, petits peptides pris en charge par CMH I dans tous les types cellulaires. Le CMH I pris en charge par flux membranaire vectoriel permanent, passe dans le Golgi et compartiment endosomal, puis est exocyté à la MP. CMH I (protéine TMR) va s intégrer à la MP et les peptides antigéniques seront présentés aux lymphocytes T CD8+ Fixation des peptides antigéniques produits dans toutes les cellules (protéasome dans le cytosol puis peptidases ERAP dans le REG) par CMHI dans le REG puis transport Golgi, III- Les endosomes et lysosomes délivrent du matériel au cytosol : Métabolites via des protéases : ex du cholestérol Chapitre 2 Figure 30 : l hydrolyse des LDL se fait dans les endosomes/ lysosomes Sortie du cholestérol par les perméases spécifiques IV- Les endosomes échangent du matériel avec le TGN Figure 19 : - Le TGN fournit des vésicules aux endosomes : ex-vésicules à clathrine apportant des hydrolases acides et H+ ATPase l endosome tardif peut se transformer en lysosomes - Les endosomes fournissent des vésicules au TGN qui transportent des glycoprotéines TMR résidentes du Golgi trans et TGN ( flux de retour). Elles effectuent les cycles endocytose/exocytose (ex: récepteur du mannose-6-p, endoperméase, perméase du Cu++). V. APPORT DE MATERIEL ENDOCYTÉ AUX LYSOSOMES 13 sur 23

14 E- Les lysosomes I- Définition : Morphologie hétérogène ++ Détection cytoenzymologique de la phosphatase acide (elle se trouve aussi dans le Glogi trans et TGN) en MO ou ME. Lysosome = fusion de vésicules ou vacuole qui renferment des matériaux à dégrader avec une ou plusieurs vésicules de transport. Phosphatase acide est un marqueur du Golgi trans et du TGN. Chapitre 1 Figure 5 : Etude en MO : production d un précipité coloré Etude en ME : produit opaque aux électrons II- Composants caractéristiques : Les lysosomes sont comportent : - 4 types de glycoprotéines TMR, - Des glycoprotéines enzymatiques solubles qui fonctionnent à ph acide. - Dégradation de toutes les molécules biologiques: nucléases, protéases, glycosidases, phosphatases, lipases, - Elles sont adressées au lysosome grâce à leur mannose-6-p (M6P) et au récepteur du M6P Mannose-6-P de la protéine soluble synthétisé dans le Golgi CIS (phosphorylation des résidus mannose), interaction avec le récepteur dans le TGN, adressage aux endosomes-lysosomes où dissociation du complexe enzyme-récepteur. Schéma HC. Figure 21 : 1 er type de glycoprotéine transmembranaire : La pompe a proton qui permet l entrée d ions H+ qui acidifie le compartiment 2 : Perméases: 2 types : celles qui permettent l entrée de molécules, et 2 ème : sortie des molécules 3 : glycoprotéines enzymatiques (phosphatase acide) (soluble majoritaire) 4- glycoprotéines non enzymatiques (de structure) Exemple : Lamp (Lysosome associated membrane protein) 1 et 2 marqueur spécifique de la membrane du lysosome + glycoprotéines enzymatiques solubles sont caractérisées par leur adressage au lysosome grâce à leur groupement mannose-6-p. 14 sur 23

15 Protéine lysosomale vient d être synthétisée dans le RE, puis dans le Golgi CIS : elle reçoit le groupement de Mannose-6-P. Le M6P est synthétisé dans le Golgi CIS. La protéine suit flux membranaire vectoriel et permanent jusque dans le Golgi trans. Interaction M6P avec son récepteur. L ensemble sera transporté dans un endosome tardif et un lysosome (via le flux membranaire vectoriel permanent). On aura ensuite, à cause (en partie) du ph : dissociation récepteur-hydrolase acide lysosomale. Récepteurs pris en charge par vésicules de recyclage (récepteur recyclé au niveau du TGN). Mannose-6-P de la protéine soluble est synthétisé dans le Golgi CIS. Il y a une interaction avec le récepteur qui va reconnaitre le mannose 6 P dans le TGN ce qui va entrainer l adressage aux endosomes/lysosomes où se déroule une dissociation du complexe enzyme-récepteur. Figure 22 : Le bourgeonnement se fait au niveau du TGN par des vésicules à clathrine + protéines d adaptation. Vésicule déshabillée pour le transport. Adressage se fait au lysosome/endosome. ph dissociation. Recyclage du récepteurs au TGN. L adressage aux lysosomes n est pas efficace a 100% Erreur possible : adressage incorrect vers la MP. III- Les voies d entrée des matériaux à dégrader : Figure 23 : 4 voies d entrée dans les lysosomes pour les matériaux à dégrader: 1 ère voie d entrée : l endocytose Vésicule à cavéole vont vers cavéosomes : pas concernées par notre blabla Vésicules à clathrine ou sans revêtement compartiment endosomal précoce puis tardif : peuvent alors rejoindre lysosome 2 ème voie: La phagocytose Pour des particules à endocyter + grosses : mise dans le phagosome (vacuole) qui rejoint lysosome après apport de matériel provenant d une vésicule qui vient du Golgi cis et du TGN ( apport enzymes et pompe à H+) Ces 2 voies sont inhibées pendant la mitose! 3 ème voie : entrée directe du le cytosol via perméases Nécessite l intervention de Lamp2A et chaperons : Hsp70, et puis partenaires cytosoliques Fig 18 (!!) : Vacuole formée par citerne spécialisée du TGN entoure l organite avec du cytosol qui contient des hydrolases acides (digestion de la membrane interne de la vacuole, puis digestion de la mitochondrie). 4 ème voie: L autophagie Autophagie : mécanisme de la cellule pour dégrader ses propres organites et molécules (dans le cadre du renouvellement / dans les phénomènes pathologiques exemple : intoxication et élimination du REL en excès,dans le cas de l'intoxication au phénobarbital par exemple 15 sur 23

16 IV- Les voies de sortie des matériaux après l hydrolyse 3 destinées pour le matériel, via :- Perméases : dans le cytosol (Ex : Cholestérol) - Vésicules de retour vers le compartiment en amont dans le flux vectoriel permanent - Vésicules qui vont fusionner avec la MP V- Biogénèse et fonctions des lysosomes : 1 Biogénèse : Lysosomes proviennent de la fusion de vésicule(s) de transport(qui vient du TGN, contient hydrolases acides, pompe à protons + protéines membranaire et protéines luminales venant du TGN) avec une vésicule ou vacuole (endosome, phagosome) contenant des matériaux à dégrader. 2- Fonction de dégradation (de toutes les familles de molécules) en métabolites élémentaires qui pourront faire l objet d une réutilisation par la cellule après la sortie via des perméases spécifiques : nutrition Figure 24 : Remarque : peptides ubiquitinylés partiellement dégradés dans le protéasomes ont une séquence d adressage au lysosome : ils peuvent rentrer directement dans lysosomes (entrée via perméase + Lanp2A + Hsp 70). 3- Le Devenir des lysosomes : Corps résiduels : lysosomes âgées, fonction de stockage, Ils ont perdu leur fonction d hydrolyse. Exocytose du contenu des lysosomes (presque tous les types cellulaires peuvent exocyter contenu de leurs lysosomes) après stimulation (nombreuses cellules épithéliales et fibroblastes), apport à la membrane. Sécrétion du contenu lysosomal en extracellulaire par phagocytose frustrée (fonction spécifique des phagocytes professionnels) qui décrit une fonction de défense (cf fig 25) Phagocytose frustrée : (uniquement pour phagocytes professionnels) si matériel trop volumineux, exocytose du contenu enzymatique lysosomal : fonction de défense. En conclusion : La fonction principale reste la fonction de nutrition; mais ils assure aussi des fonctions de défense et d'exocytose. Figure 25 : Un exemple d exocytose du contenu enzymatique lysosomal par les cellules macrophagiques responsables du remodelage des tissus osseux et cartilagineux Phagocytes professionnels : macrophages et dérivés (ostéoclastes, chondroclastes), polynucléaires 16 sur 23

17 V- Lysosome et pathologie humaine : 2 exemples : Accumulation de molécules non dégradées ou du produit de dégradation : maladies de surcharge (maladies de stockage des phospholipides). LSD Lysosomal Storage Disorder : augmentation du nombre de lysosome Exemple : maladies héréditaires, atteinte des hydrolases des phospholipides: surcharge de phospholipides. Le lysosome ne dégradera pas certains types de molécules ou bien elles seront dégradées mais ne sortent pas du lysosome Hydrolyse impossible pour les macrophages : dû au matériel lui-même - Matériel non biologiques (ex : pneumoconioses : atteinte/surcharge pneumo) - Matériel biologique mais d organisation quasi minérale (cf fig)--> Inatteignable par le macrophage --> Pas Digéré Figure 26: La phagocytose par des macrophages alvéolaires, de particules minérales, a pour conséquence la mort des cellules. Émission des voiles, phagocytose de la particule, apport d enzymes acides, mais impossibilité car le matériel est non biologique. Conséquence: rupture de la membrane d enveloppe libération d acides dans les cellules Destruction macrophage Destruction progressive du tissu pulmonaire insuffisance respiratoire pour le patient. Autres exemples de pathologies pulmonaires : - Asbestose (inhalation de fibres d amiante) - Silicose (inhalation de particules de silice) Matériel biologique d organisation quasi minérale : cristaux d acide urique (organisation proche du minéral : impossibilité de phagocytose pour les macrophages) et goutte (phagocytose frustrée, manifestations douloureuse). 17 sur 23

18 F- Les Flux Membranaires : I- Les étapes : Bourgeonnement, détachement de la vésicule, perte du revêtement. 1- Revêtement de coatomère: Il s agit des protéines cytosoliques COP qui se polymérisent. Figure 27 : ne concerne que le bourgeonnement de COP 1 à partir du Golgi trans ou TGN avec ARF 1 (protéine G monomérique), vers Golgi médian, CIS et RE (cf figure 18 flux de retour) L association des composants cytosoliques (ARF 1 et COP 1) suffit à induire l organisation du revêtement, le bourgeonnement et le détachement de la vésicule. Bréfeldine A inhibe seulement le GEF de ARF 1 (d où la limite posée pour cette figure). Si on n hydrolyse pas le GTP, pas de déshabillage = pas de transport. (Inhibition GTPgammaS) Compartiment receveur : Golgi médian, cis ou RE. /!\ Cas restrictif sur cette figure : La protéine est, ici, ARF 1. C'est une protéine G dont la GEF peut être inhibée par la brefeldine A. Ce modèle ne concerne que le Golgi trans et TGN (PAS LE GOLGI CIS ET MEDIAN --> Ils n'ont pas d'inhibition par la brefeldine car ce n'est pas la même GEF et ARF qui sont impliquées!) car il y a une implication de ARF1. ARF 1 va s'accrocher sur site spécifique d'accrochage de COP 1. C'est l'association entre COP 1 et ARF 1 qui entraine l'organisation du revêtement, le bourgeonnement et le détachement de la vésicule. 2- Revêtement de clathrine Figure 28 : Valable que pour le Golgi trans ou TGN, pas valable pour la MP (intervention de ARF 1 : pas sensible à la bréfeldine A) Revêtement de clathrine (triskélion de clathrine) = clathrine + protéines d'adaptation Pour qu il y ait bourgeonnement, ce réseau doit se déformer : mailles héxagonales devient hexa- et pentagonales. Pour le détachement : hydrolyse GTP par dynamine, Protéine G qui provient de la sécrétion régulée. Pour le déshabillage : Hsp 70 et ATP GOLGI trans ou TGN (pas membrane plasmique) Remarque : on est dans le Golgi trans ou TGN : ARF 1 fait partie du revêtement à coatomère, mais pas du revêtement à clathrine, mais ARF 1 est indispensable pour la constitution des deux revêtements. Bréfeldine A inhibe les 2 revêtements. 18 sur 23

19 Chapitre 4 Figure 20 : si pas d activité GTPasique : élongation de la dynamine ms pas de détachement (valable pour la MP et pour dans le TGN).Si mutée, il n'y pas de détachement de la vésicule car l'hydrolyse du GTP ne ce fait pas. Il y aura seulement une élongation de la dynamine II- Transport & adressage du matériel : 1- Transport : Vésicules déshabillées avec intervention cytosquelette : - Longues distances : MAP motrices (kinésine ou dynéine, selon le sens du transport) et microtubules - Au niveau de la MP : participation du cytosquelette cortical d actine 2- Mécanismes d adressages et de rétention au compartiment receveur On ne parle pas ici du signal d'adressage au RE pour la synthèse protéique (peptide signal) - Ces signaux permettent maintient de la composition spécifique de chaque compartiment. Les signaux sont différents pour les protéines TMR et les protéines solubles : Figure 29 : Les différents types de signaux d adressage et de rétention - Glycoprotéines TMR : 1 seul signal d adressage Ce signal est situé dans la séquence peptidique. Il peut s agir du dom cytosolique (les protéines vont aller au RE ou au cytosol), ou bien du 1 er segment TMR (protéines allant au niveau du Golgi). - Glycoprotéines solubles : 2 signaux d adressage : 1 porté par la glycoprotéine soit dans sa séquence peptidique ou dans arborisation sucrée (hydrolases lysosomes, M6P...), et l autre porté par récepteur TMR (ayant lui-même un signal d adressage TMR...) Si mutation de ces signaux: exocytose de la protéine avec : - Sécrétion dans le milieu extracellulaire (protéine soluble) - Insertion à la membrane plasmique (protéine TMR) 19 sur 23

20 Mécanismes d adressage pour le RE : Figure 30: Protéine TMR : séquence KKXX (2 lysine et 2 acides aminés autres) au niveau de sa séquence cytosolique, proche de l extrémité C-terminale. Séquence reconnue par COP 1, et permet le retour du Golgi au RE Protéines solubles: exemples : protéine résidentes du cytosol : BIP et PDI : séquence KDEL au niveau de C terminale il faut 2 signaux d adressage : celui dans la séquence peptidique et un autre contenu dans le récepteur TMR golgien (appartient à la famille des protéines ERD). Ce récepteur va lui aussi porter un signal. Figure 34 : Adressage/ rétention au Golgi : Protéines famille ERD (protéines golgiennes) : 2 signaux d adressage : 1 : signal adressage au Golgi est porté par TM1 (premier domaine TM) 2 : signal adressage au RE (KKXX du domaine cytosolique) Remarque : complexité avec la spécialisation des citernes du Golgi Adressage aux lysosomes : Exemple du M6P et des récepteurs du M6P pour les protéines solubles Le récepteur du M6P a 2 signaux d adressage : un signal pour aller dans lysosomes, et un pour aller dans le Golgi trans / TGN En fait : 1 signal pour la mol qu il transporte, et 1 autre pour lui (son retour dans le Golgi) Signal d adressage au lysosome est dans le domaine cytosolique, pour le récepteur du M6P et pour les protéines lysosomales membranaire. III- Fusion : vésicule - compartiment receveur : Figure 31 : 1) Vésicule (déshabillée) + protéine G monomérique Rab(GTP : activée) qui va recruter un complexe cytosolique d approche qui va permettre étape 2 2) Rapprochement de la vésicule 3) Amarrage par interaction entre les protéines membranaire des 2 compartiments (vésicule : v-snare, et t-snare : protéine membranaire du compartiment receveur). Nécessite présence d ions Calcium. REMARQUE : V = Vesicular et T = Target 4) Fusion des membranes d'enveloppes et des protéines., hydrolyse GTP par Rab, libération, recyclage. Exemple : si compartiments receveur = MP : sécrétion du contenu de la vésicule dans le milieu extracellulaire A chaque fusion de membrane, il y aura une 'augmentation de surface de la MP, Celle-ci sera compensée par l'endocytose, qui entraînera une perte de membrane. 20 sur 23

21 Spécificité de l'interaction vésicule-compartiment receveur dépend de la nature des complexes d approche, des SNARES, et des Rab impliqués, qui diffèrent selon les compartiments. IV- Le flux membranaire vectoriel et permanent Mise en évidence expérimentale : Figure 32 : marquage dans le pancréas exocrine, après l incorporation de leucine expérience d autoradiographie par l équipe de G. Palade (prix Nobel Médecine en 1974): «pulse chase» - Incubation de coupes de tissu pancréatiques exocrine avec un mélange d AA (dont 1 marqué : leucine tritiée = H 3 (tritium) + Leu) pendant 3 min «pulse» = marquage - puis incubation avec de la Leu non marquée : «chase» = la chasse. Observation du marquage de chaque compartiment. Aux différents temps : 3 min: début de la synthèse protéique dans le REG 20 min: Suite de la synthèse dans le Golgi 90 min: Suite de la synthèse dans grains de sécrétion Cinétique observée : REG puis Golgi puis grains de sécrétion flux membranaire vectoriel permanent. NB : grains d argent ont la même place que la radioactivité. Figure 33 : - RE au Golgi : bourgeonnement de vésicules à COP II, puis ERGIC (compartiment intermédiaire, vésiculo-tubulaire qui se déplace vers le Golgi CIS et qui fusionne avec lui). - Déplacement entre les citernes Golgiennes, 2 mécanismes: transport par tubules/vésicules du Golgi (vésicules par trop grosses) ou maturation des citernes/saccules (pour les molécules plus grosses comme le collagène). - À partir du Golgi trans et TGN : vésicules (clathrine et cavéoline) et tubules/canalicules à FAPP V- Le flux de retour du Golgi vers le RE Permet le retour du Golgi au RE revêtement : toujours des vésicules à COP 1 Permanent mais très minoritaire, donc visible seulement quand le flux membranaire vectoriel permanent est bloqué Blocage expérimental transitoire du flux membranaire vectoriel permanent par Bréfeldine A (inhibe la GEF de certaines ARF 1) Figure 33 (! ) Action de la Bréfeldine A (drogue issue de certains champignons) : 21 sur 23

22 Bloque (GEF de ARF 1) : Tubules à FAPP à partir du Golgi trans et TGN Vésicules à clathrine à partir du Golgi trans et du TGN Vésicules recouvertes de COP 1 à partir du Golgi trans et TGN Fusion de ERGIC et Golgi cis Ne bloque pas : Vésicules recouvertes de COP II à partir du RE (flux membranaire vectoriel et permanent) Tubules ou vésicules recouvertes de COP I à partir du Golgi cis/médian vers le RE (flux de retour) Vésicules recouvertes de COP I à partir du ERGIC vers le RE (flux de retour) NB : la Bréfeldine A ne bloque pas TOUT le flux membranaire vectoriel et permanent, mais suffisamment pour que l on puisse voir le flux de retour. Figure 34: Le mécanisme de retour des protéines solubles du Golgi au RE BiP a sa séquence d adressage qui n est reconnue que dans le Golgi trans, par le récepteur ERD. ERD a lui-même un signal d adressage et de rétention pour le RE (au niveau du domaine cytosolique) et le signal d adressage au Golgi est au niveau du segment TMR. La dissociation (PH) inactive le signal d adressage au RE des récepteurs ERD qui repartent vers le Golgi La séquence d adressage et de rétention des protéines ERD pour le RE n est active qu après la fixation de la protéine soluble résidente du RE L'association se fait à ph Acide. Quand il est basique, le ph inactive le signal d'adressage au RE des récepteurs ERD qui repartent vers le Golgi. Prix Nobel de Médecine 2013 : régulation du trafic vésiculaire 22 sur 23

23 Exemple QCM : L endocytose des LDL et de leurs récepteurs : A Le détachement de la vésicule d endocytose nécessite le remaniement des mailles de son réseau de revêtement. B- Le récepteur libre n est pas recyclé. C - Le récepteur libre est transporté par le flux membranaire vectoriel permanent. D- Le récepteur libre traverse la membrane plasmique par une perméase. E - C est l acidification du compartiment qui provoque la désagrégation des LDL. QCM1: C, E A: faux, c est la dynamine B: faux D: faux, exocytose Lamp 2 : A- Est une hydrolase acide B - Est une glycoprotéine de la membrane d enveloppe du lysosome. C- Est présente dans le TGN et le lysosome. D - Possède une séquence d adressage au lysosome dans son domaine transmembranaire. E - A été transporté à partir du TGN par des vésicules recouvertes de coatomère COP 1. QCM2 : Réponse juste : B 23 sur 23

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne ULBI 101 Biologie Cellulaire L1 Le Système Membranaire Interne De la nécessité d un SMI Le volume augmente comme le cube de la dimension linéaire, alors que la surface n'est augmentée que du carré Une

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année)

Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année) Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année) Equipe pédagogique Université Bordeaux-1 Didier Morin, Michel Moenner, Sophie North, Gérard Tramu et IJsbrand Kramer Contact : i.kramer@iecb.u-bordeaux.fr

Plus en détail

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek I) Les cellules procaryotes II) Les cellules eucaryotes o 1) Caractéristiques générales des cellules eucaryotes o 2) Organisation des cellules eucaryotes

Plus en détail

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

- pellicule de fruits qui a un rôle de prévention contre l'évaporation, le développement de moisissures et l'infection par des parasites

- pellicule de fruits qui a un rôle de prévention contre l'évaporation, le développement de moisissures et l'infection par des parasites LES LIPIDES Quelles Sont les Idées Clés? Les lipides sont les huiles et les graisses de la vie courante. Ils sont insolubles dans l eau. Pour les synthétiser, une réaction : l Estérification. Pour les

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles 19 octobre 2007 Inhibition des défenses de l hôte par les bactéries pathogènes Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux Gwennola ERMEL I Détection

Plus en détail

Le trajet des aliments dans l appareil digestif.

Le trajet des aliments dans l appareil digestif. La digestion. La digestion, c est la transformation des aliments en nutriments assimilables par l organisme. Dans le tube digestif, les aliments subissent une série de dégradations mécaniques et chimiques

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés Molécules et matériaux organiques Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés bjectifs du chapitre Notions à connaître

Plus en détail

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE Les enzymes sont des macromolécules spécialisées qui - catalysent les réactions biologiques - transforment différentes formes d'énergie. Les enzymes diffèrent des catalyseurs

Plus en détail

Utilisation des substrats énergétiques

Utilisation des substrats énergétiques Utilisation des substrats énergétiques Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Les organes et les substrats... 3 I.1 Les substrats énergétiques...

Plus en détail

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION Mardi 24 janvier 2012 au Centre de Formation Multimétiers de REIGNAC L objectif de cet atelier sur la santé est de guider chacun vers une alimentation plus

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Biologie LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Février 2006 I. L'INTRODUCTION Chaque cellule d'un organisme supérieur provient de la multiplication d'une cellule préexistante (cellule

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Ministère de la santé et des sports CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Valeurs biologiques usuelles Edition de Novembre 2009 (6 pages) Conseil

Plus en détail

ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE

ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE Épreuve commune aux ENS de Cachan, Lyon, Paris et de l ENPC Durée

Plus en détail

La Présentation Antigénique

La Présentation Antigénique La Présentation Antigénique Dr Frédérique FORQUET Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Connaître les mécanismes de la présentation antigénique permet : - de mieux appréhender les épitopes antigéniques

Plus en détail

BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES SUJET

BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES SUJET SESSION 2010 France métropolitaine Option : élevage canin et félin BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES ÉPREUVE E DU DEUXIÈME GROUPE Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Calculatrice

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

Contrôle et modulation de la réponse immunitaire par Brucella abortus

Contrôle et modulation de la réponse immunitaire par Brucella abortus AIX-MARSEILLE UNIVERSITE Faculté des sciences de Luminy Ecole Doctorale des Sciences de la Vie et de la Santé THESE DE DOCTORAT Biologie - Spécialité : Immunologie En vue d'obtenir le titre de DOCTEUR

Plus en détail

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine AMINES BIOGENIQUES Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine Effets physiologiques des bioamines via le systeme nerveux autonome Cardiovasculaire: Augmentation du

Plus en détail

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes?

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? Alfa Arzate, ing., Ph.D. Journées Acéricoles Hiver 2010 OBJECTIF DE LA PRÉSENTATION L objectif premier de cette présentation

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Séquence 2. L expression du patrimoine génétique. Sommaire

Séquence 2. L expression du patrimoine génétique. Sommaire Séquence 2 L expression du patrimoine génétique Sommaire 1. La synthèse des protéines 2. Phénotypes, génotypes et environnement Synthèse de la séquence 2 Exercices de la séquence 2 Glossaire des séquences

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

Le grand écart de la recherche fondamentale vers l application biomédicale

Le grand écart de la recherche fondamentale vers l application biomédicale Le grand écart de la recherche fondamentale vers l application biomédicale Ludger Johannes «Chemical Biology of Membranes and Therapeutic Delivery» unit U1143 INSERM UMR3666 CNRS «Endocytic Trafficking

Plus en détail

DES de Pathologie AFIAP

DES de Pathologie AFIAP DES de athologie AFIA 21 novembre 2009 J. Audouin,, S. ain IMMUNOHISTOCHIMIE Introduction I - Différentes méthodes AC conjugués Enzyme - anti-enzyme : A, AAA rotéine conjuguée : avidine, streptavidine

Plus en détail

La filtration glomérulaire et sa régulation

La filtration glomérulaire et sa régulation UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 4 : La filtration glomérulaire et sa régulation Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

TUTORAT UE spé MCF CORRECTION Concours 2012-2013

TUTORAT UE spé MCF CORRECTION Concours 2012-2013 TUTORAT UE spé MCF CORRECTION Concours 2012-2013 réalisée par les tuteurs, non contrôlée par les professeurs de l'ue NON OFFICIELLE QCM n 1 : A, B, D, E L homéocode odontogénique regroupe 4 principaux

Plus en détail

SKW. Les enzymes dans la technologie des détergents. Schweizerischer Kosmetikund Waschmittelverband

SKW. Les enzymes dans la technologie des détergents. Schweizerischer Kosmetikund Waschmittelverband SKW Schweizerischer Kosmetikund Waschmittelverband Association suisse des cosmétiques et des détergents The Swiss Cosmetic and Detergent Association Les enzymes dans la technologie des détergents Les enzymes

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Fonction de conduction de la moelle épinière. Dr F. TOUMI

Fonction de conduction de la moelle épinière. Dr F. TOUMI Fonction de conduction de la moelle épinière Dr F. TOUMI I. GENERALITES : Communication Moelle avec les centres supra spinaux Communication Intra segmentaire (ipsilatérale / controlatérale) Communication

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Compléments - Chapitre 5 Spectroscopie

Compléments - Chapitre 5 Spectroscopie ompléments - hapitre 5 Spectroscopie Spectroscopie par résonance magnétique nucléaire (RMN 13 ) Tandis que la spectroscopie RMN 1 H fournit des données sur la disposition des atomes d'hydrogène dans une

Plus en détail

Respiration Mitochondriale

Respiration Mitochondriale Université Pierre et Marie Curie Respiration Mitochondriale Objectifs au cours de Révisions Biochimie PCEM2 Révisions Biochimie Métabolique 2004-2005 Pr. A. Raisonnier (alain.raisonnier@upmc.fr) Mise à

Plus en détail

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE CNCURS SUR ÉPREUVES UVERT AUX CANDIDATS TITULAIRES D UN DIPLÔME U TITRE CNFÉRANT LE GRADE DE MASTER U D'UN DIPLÔME U TITRE HMLGUÉ U ENREGISTRÉ AU RÉPERTIRE NATINAL DES CERTIFICATINS PRFESSINNELLES AU NIVEAU

Plus en détail

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire :

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire : La physiologie neuro-musculaire : Introduction : Le neurone possède 3 propriétés indispensables pour assurer sa fonction au sein de l organisme : -l excitabilité : capacité à répondre à un stimulus -la

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

Avancées dans la maladie de Pompe

Avancées dans la maladie de Pompe AVANCÉES DE LA RECHERCHE Avancées dans la maladie de Pompe > Glycogénose musculaire de type II > Déficit en alpha-glucosidase acide > Déficit en maltase acide > Maladie de Pompe à début tardif > Pompe

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

2 C est quoi la chimie?

2 C est quoi la chimie? PARTIE 1 AVANT LA CHIMIE VERTE... 2 C est quoi la chimie? L inconnu étant source d angoisse, nous allons essayer de définir les grands domaines de la chimie pour mieux la connaître, l appréhender et donc

Plus en détail

Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015

Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015 Andrew Tolonen atolonen@genoscope.cns.fr Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015 A- Généralités I- La vie sur terre telle que nous la connaissons ne

Plus en détail

Insulinothérapie et diabète de type 1

Insulinothérapie et diabète de type 1 Insulinothérapie et diabète de type 1 Introduction: la molécule d insuline L instauration de l insulinothérapie Dispositif d administration de l insuline Les propriétés de l insuline Insuline et schémas

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage I) Qu'est-ce qu'un savon et comment le fabrique-t-on? D'après épreuve BAC Liban 2005 Physique-Chimie dans la cuisine Chapitre 3 1/6 1- En vous

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006 La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel En 1890 Emil Fisher a proposé le modèle "serrure et clé" pour expliquer la façon de fonctionner des systèmes biologiques. Un substrat rentre et

Plus en détail

Défi 1 Qu est-ce que l électricité statique?

Défi 1 Qu est-ce que l électricité statique? Défi 1 Qu estce que l électricité statique? Frotte un ballon de baudruche contre la laine ou tes cheveux et approchele des morceaux de papier. Décris ce que tu constates : Fiche professeur Après avoir

Plus en détail

Commentaires sur les épreuves de Sciences de la Vie et de la Terre

Commentaires sur les épreuves de Sciences de la Vie et de la Terre Commentaires sur les épreuves de Sciences de la Vie et de la Terre Épreuve ÉCRITE de BIOLOGIE A...2 Épreuve ÉCRITE de BIOLOGIE B...9 Épreuve ORALE de BIOLOGIE...13 ANNEXE 1 : LISTE DES SUJETS D ORAL PROPOSÉS

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

92% d ingrédients biologiques * 21 tests cliniques INFINIMENT PURE, INFINIMENT BELLE, COLOR CARE.

92% d ingrédients biologiques * 21 tests cliniques INFINIMENT PURE, INFINIMENT BELLE, COLOR CARE. INFINIMENT PURE, INFINIMENT BELLE, COLOR CARE. *Moyenne de tous les composants du kit de coloration ÆQUO COLOR 92% d ingrédients biologiques * 21 tests cliniques ÆQUO, toute la philosophie de la marque

Plus en détail

Séquence 1. Glycémie et diabète. Sommaire

Séquence 1. Glycémie et diabète. Sommaire Séquence 1 Glycémie et diabète Sommaire 1. Prérequis 2. La régulation de la glycémie 3. Le diabète 4. Synthè se 5. Glossaire 6. Exercices Exercices d apprentissage du chapitre 2 Exercices d apprentissage

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

Table des matières Introduction Chapitre*1*:*De*la*matière*sérieuse Chapitre*2*:*Clair*comme*de*l eau*de*roche

Table des matières Introduction Chapitre*1*:*De*la*matière*sérieuse Chapitre*2*:*Clair*comme*de*l eau*de*roche Table des matières Introduction! *! Chapitre*1*:*De*la*matière*sérieuse! 1.1!Les!matériaux! 1.2!Solides,!liquides!et!gaz 1.3!Gaspiller!de!l énergie! 1.4!Le!carburant!du!corps! Chapitre*2*:*Clair*comme*de*l

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

Morphogènes et endocytose

Morphogènes et endocytose MEDECINE/SCIENCES 2003 ; 19 : 351-7 > Les protéines signalisatrices des familles Wingless/Wnt, Hedgehog et Decapentaplegic (Dpp)/Bone morphogenic protein (BMP) agissent comme des morphogènes au cours du

Plus en détail

(72) Inventeur: Baijot, Bruno Faculté des Se. Agronom. de l'etat Dép. de Technol. agro-alimentaire et forestière groupe Ceteder B5800 Gembloux(BE)

(72) Inventeur: Baijot, Bruno Faculté des Se. Agronom. de l'etat Dép. de Technol. agro-alimentaire et forestière groupe Ceteder B5800 Gembloux(BE) Patentamt à JEuropâisches European Patent Office Numéro de publication: 0 039 1 04 Office européen des brevets A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 81200405.9 Int. Cl.3: C 12 N 11/00 Date de

Plus en détail

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc.

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Le ph, c est c pas compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Conseiller en serriculture Des réponses r aux questions C est quoi et pourquoi c est c important? Conséquences d un d débalancementd? Comment

Plus en détail

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30 Terminales S1, S2, S3 2010 Vendredi 29 janvier BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES Durée : 3 heures 30 Toutes les réponses doivent être correctement rédigées et justifiées. Chaque exercice sera traité sur une

Plus en détail

Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale"

Stage : Développer les compétences de la 5ème à la Terminale Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale" Session 2014-2015 Documents produits pendant le stage, les 06 et 07 novembre 2014 à FLERS Adapté par Christian AYMA et Vanessa YEQUEL d après

Plus en détail

École secondaire Mont-Bleu Biologie générale 035-534

École secondaire Mont-Bleu Biologie générale 035-534 École secondaire Mont-Bleu Biologie générale 035-534 I. Rappel sur anatomie du système digestif Unité 3 La vie une question d adaptation 2 Unité 3 La vie une question d adaptation 3 Unité 3 La vie une

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

1. Principes de biochimie générale. A. Bioénergétique et dynamique. a) Intro: Les mitochondries passent leur temps à fabriquer de l énergie.

1. Principes de biochimie générale. A. Bioénergétique et dynamique. a) Intro: Les mitochondries passent leur temps à fabriquer de l énergie. RESPIRATION MITOCHONDRIALE 1. Principes de biochimie générale. A. Bioénergétique et dynamique. a) Intro: Les mitochondries passent leur temps à fabriquer de l énergie. b) Rappels: L énergie chimique sert

Plus en détail

2015-2016. Médecine Pharmacie Dentaire Sage-femme ANNÉE UNIVERSIT AIRE

2015-2016. Médecine Pharmacie Dentaire Sage-femme ANNÉE UNIVERSIT AIRE Médecine Pharmacie Dentaire Sage-femme ANNÉE UNIVERSIT AIRE 2015-2016 SudMédical Montpellier-Nîmes Établissement d Enseignement Supérieur Privé Espace Saint-Charles - 300, rue Auguste Broussonnet - 34090

Plus en détail

La Plateforme GALA. Un projet régional structurant. avec le pôle Cancer-Bio-Santé pour la recherche et l'innovation en galénique CPER 2007-2013

La Plateforme GALA. Un projet régional structurant. avec le pôle Cancer-Bio-Santé pour la recherche et l'innovation en galénique CPER 2007-2013 La Plateforme GALA Un projet régional structurant CPER 2007-2013 avec le pôle Cancer-Bio-Santé pour la recherche et l'innovation en galénique Labellisé en avril 2009 Plateforme GALA : quel rôle? Principe

Plus en détail

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES Plan de cours STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES 101-FYA-PT Pondération 3-1-2 Gilles Bourbonnais (C360) gilles.bourbonnais@dgpc.ulaval.ca Sciences de la Nature / PASC@L http://ici.cegep-ste-foy.qc.ca/profs/gbourbonnais/

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

PROJET D INVERSION DE LA CANALISATION 9B ET D ACCROISSEMENT DE LA CAPACITÉ DE LA CANALISATION 9

PROJET D INVERSION DE LA CANALISATION 9B ET D ACCROISSEMENT DE LA CAPACITÉ DE LA CANALISATION 9 Page 1 of 7 PROJET D INVERSION DE LA CANALISATION 9B ET D ACCROISSEMENT DE LA CAPACITÉ DE LA CANALISATION 9 RAPPORT SOMMAIRE DE L ANALYSE DES TRANSITOIRES SUR LE RÉSEAU PRINCIPAL Préparé par : Enbridge

Plus en détail

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012 Présentation du programme de physique-chimie de Terminale S applicable en septembre 2012 Nicolas Coppens nicolas.coppens@iufm.unistra.fr Comme en Seconde et en Première, le programme mélange la physique

Plus en détail

Des molécules hydrophobes dans l eau

Des molécules hydrophobes dans l eau Des molécules hydrophobes dans l eau B. Cabane PMMH, ESPCI, Paris bcabane@pmmh.espci.fr Je remercie pour leurs contributions: D. Durand, B. Guillot, H. Lannibois-Drean, C. Pascal, C. Poncet-Legrand, A.

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture? Thème 2 La sécurité Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?! Il faut deux informations Le temps écoulé La distance parcourue Vitesse= distance temps > Activité

Plus en détail

Informations produits. Massepain

Informations produits. Massepain Informations produits Massepain BASE RÉGLEMENTAIRE POUR LES PRODUITS ALIMENTAIRES (principes pour les graines oléagineuses) : «La pâte d amandes brute est une masse fabriquée à partir d amandes mondées.

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

Déshydratation, Inclusions, Coupes, et microscopie électronique à transmission

Déshydratation, Inclusions, Coupes, et microscopie électronique à transmission Déshydratation, Inclusions, Coupes, et microscopie électronique à transmission Valérie Messent Lobservation de tissus vivants en microscopie électronique à transmission impose des techniques de préparations

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail