Club Savoir- Serre. Forum 2011 Recherche et Innovation en serriculture. Gilles Cadotte agr.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Club Savoir- Serre. Forum 2011 Recherche et Innovation en serriculture. Gilles Cadotte agr."

Transcription

1 OUTIL DE GESTION POUR RÉDUIRE LES REJETS D ENGRAIS DANS L ENVIRONNEMENT ET LEURS COÛTS ASSOCIÉS CHEZ LES PETITES ENTREPRISES DE PRODUCTION DE TOMATES DE SERRE Club Savoir- Serre Gilles Cadotte agr. Forum 2011 Recherche et Innovation en serriculture

2 Introduction Pour la production de tomates de serres, seulement la moitié des fertilisants est utilisée pour la croissance de la culture 50% sont rejetés dans le lessivat. (CIDES mars 2008) Recyclage des eaux lessivées implique des infrastructures et du savoir- faire = ressources humaines. Pour les petites superficies, c est très onéreux en capital investi par m². Importance de la réduction des rejets de fertilisants et des coûts de production

3 Introduction Une salinité adéquate dans l environnement racinaire constitue un élément nécessaire pour le maintien du rendement et de la qualité des tomates. Actuellement, 50% des engrais donnés sont pour la fertilité et l autre pour le maintien de l environnement racinaire. Donc, maintenir la qualité Apport majeur en fertilisant Nécessité d agir sur la façon dont on maintient l environnement racinaire.

4 Objectif Élaborer un procédé et un outil pour la gestion de l irrigation et de la fertilisation en vue de réduire: Les rejets de fertilisants dans l environnement La quantité d engrais utilisée et leurs coûts Outils possibles pour la réduction de rejets : Utilisation du NaCl Gestion de la CE au goutteur Réduction du taux de lessivage

5 Description des traitements Traitement 1: Standard (St) Déclenchement d irrigation par tensiomètre Les volumes et la CE d arrosage selon la saison et caractéristiques du substrat Taux de lessivage requis selon la CE du lessivat Fertilisation basée sur des recettes courantes Traitement 2: réduction des rejets (RR) Déclenchement d irrigation par tensiomètre Taux de lessivage plus petit, soit fixé autour de 15% CE au goutteur réduit de 50% lorsque la CE du lessivage dépasse la CE désirée Fertilisants partiellement substitués par NaCl

6 Outils de contrôle Tensiomètre Bac de mesurage du lessivat (CE en continue et volume cumulé mesuré par ultrasons) Système de contrôle ordiné

7 Station de fertilisation By-pass Acide A B NaCL

8 Rendement selon la période et le traitement Période ST kg/m²/sem. RR Kg/m²/sem. Prétraitement. 2,21 2,28 03 mai- 25 juin 2,23 a 2,12 a 26 juin- 27 août. 1,93 a 1,87 a 28 août- 09 déc.. 1,52 a 1,51a Moyenne hebdomadaire 1,72 1,68 Total en kg/m² 58,6 57,3 ST= Irrigation standard RR= Irrigation pour réduction des rejets Aucune différence significative selon le test de Fisher (5%)

9 Qualité des fruits : tests de degré BRIX et de dégustation Degré Brix dans les fruits selon les traitements et la date. Traitement 21 juil. 09 août 10 sept. ST 4,10 a 4,20 a 4,47 a RR 4,03 a 4,43 a 4,63 b ST= Irrigation standard RR= Irrigation pour réduction des rejets Les valeurs ayant les mêmes lettres n ont pas de différence significative; α=5%. Le test de dégustation du 21 octobre a montré une préférence en faveur du traitement RR

10 Bilan hydrique quotidien par plant et par période (21 juin au 12 sept.) Apport par goutteur Volume Période Traite- - ment L/jour Lessivage Volume Consommé Ratio ECL EC ECL L/jour EC ECL Du 21 juin RR 2,13 2,11 4,49 0,43 4,29 1,82 au 18 juillet St 2,41 2,45 6,05 0,76 4,28 3,25 Du 19 juillet RR 1,92 2,11 4,05 0,34 4,21 1,46 au 15 août St 2,25 2,39 5,38 0,58 4,54 2,63 Du 16 août RR 1,76 2,05 3,61 0,30 4,69 1,43 au 12 sept. St 2,08 2,48 5,15 0,59 4,91 2,89 ST= Irrigation standard RR= Irrigation pour réduction des rejets RR/St 0,56 0,56 0,49 ECL 2,67 2,80 2,59 2,75 2,18 2,26 ECL = EC x Volume

11 Quantité et coût d engrais moyen par semaine et par m2 21 juin au 6 décembre Traitement ST RR Ratio RR/ ST Quantité d'engrais (g/m²/sem.) 83,5 51,9 0,62 Coût moyen ($/m2/sem.) 0,136 0,068 0,50 Coût total ($/m²) 3,25 1,63 0,50 Coût moyen par kg d'engrais ($/kg) 1,62 1,30 0,80 Item

12 Nitrate et phosphore en g/m2/semaine utilisés et rejetés 21 juin au 6 décembre Nitrate g/m²/ sem. Traitement Utilisée Rejetée Phosphore g/m²/ sem. Utilisée Rejetée ST 25,26 7,58 2,35 0,71 RR 15,54 2,80 1,37 0,25 Différence % 38,5 63,1 41,7 64,8

13 Résumé des résultats du projet a) Réduction de 38% des engrais utilisés b) Réduction de 50% des coûts d engrais c) Réduction de 50% des engrais rejetés d) Réduction de 63% des nitrates rejetés et de 65% du phosphore e) Réduction de 17% de l eau utilisée pour l irrigation f) Pas d effet sur le rendement et la qualité C est une performance proche de la recirculation, mais sur le plan du contrôle et du suivi, il faut prendre le temps nécessaire.

14 Implantation chez le producteur Facteurs de réussite Structurels Opérationnels Apprentissage et compréhension Rythme d implantation et adaptation aux conditions de l entreprise

15 Facteurs structurels de réussite 1. Validation annuelle de l uniformité de la distribution de l eau 2. Choix d un substrat avec un pouvoir tampon (type et volume) 3. Validation de l uniformité des sacs de culture (Poids, répartition des fibres) 4. Installation et planification dans le temps des zones où des goutteurs supplémentaires sont requis

16 Facteurs opérationnels de réussite 1. Ressources à l interne: intérêt, discipline et suivi

17 Facteurs opérationnels de réussite 2. Détermination du taux de lessivage minimum par la validation régulière de l uniformité du début de lessivage et de la CE des sacs 3. Validation régulière de la fertilité des sacs et de la culture 4. Maîtriser la notion ECL = EC X volume (L): ECLfert ECLless = ECL cons ECLcons < 83% ECLfert (p.30 rapport 17/02/2011 =1,0/1,2) Pas de by- pass ou de NaCl si faible consommation en eau. Pas de NaCl en même temps que le by- pass.

18 Facteurs opérationnels de réussite Abaque décisionnelle pour la gestion de la fertilité et de la CE Effet Augmentation Fertilité CE NaCl - 0 By- pass Lessivage

19 Effets d'inclure 25 % de NaCl chez 2 producteurs 27/06/2011 au 10 /07/2011 Item Densité plants / m2 Densité tiges / m2 EC au goutteur Substitution par NaCl % Lessivage % ECL Consommé/plant/jour ECL Consommé/m2/jour ECL Consommé/ECL Fert. Phosphore irrigation ppm Phosphore lessivage ppm Manganèse irrigation ppm Manganèse lessivage ppm Producteur 1 2,9 2,9 2, ,2 11,76 82% ,75 0,18 2 1,8 2,7 2, ,3 7,74 56% ,62 0,57

20 Avantages de la méthode de gestion pour la réduction des rejets Plus simple d opération que la recirculation des solutions nutritives (récupération- désinfection- rééquilibrage et réutilisation) Adaptée à toutes les superficies Stratégie de pas- à- pas possible (application graduelle)

21 Avantages de la méthode de gestion pour la réduction des rejets Coûts d infrastructures plus faibles que la recirculation Rentabilité à court terme Performance environnementale intéressante Amélioration potentielle du goût avec le NaCl

22 OUTIL DE GESTION POUR RÉDUIRE LES REJETS D ENGRAIS DANS L ENVIRONNEMENT ET LEURS COÛTS ASSOCIÉS CHEZ LES PETITES ENTREPRISES DE PRODUCTION DE TOMATES DE SERRE???? QUESTIONS RAPPORT DISPONIBLE

La boîte à outils des serriculteurs

La boîte à outils des serriculteurs Produit par le Syndicat des producteurs en serre du Québec Vol. 1 nº 5c Système de recyclage des eaux de lessivage Aspect rééquilibrage des solutions nutritives Modèle pour entreprises de production de

Plus en détail

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Daniel IZARD, Chambre d Agriculture de Vaucluse (84) Catherine TAUSSIG, APREL. Essai rattaché à l action n 04.2015.07 : Fraise,

Plus en détail

Cultiver les plantes hors-sol

Cultiver les plantes hors-sol Cultiver les plantes hors-sol Pour appréhender la culture des plantes horssol, il faut avoir à l esprit que l on a affaire à un milieu qui n a pas la capacité de se régénérer spontanément. Il est cependant

Plus en détail

Présentation des priorités soussectorielles. recherche et innovation. Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ

Présentation des priorités soussectorielles. recherche et innovation. Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ Présentation des priorités soussectorielles québécoises en recherche et innovation Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ Mise en contexte Rencontres préalables des

Plus en détail

Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012

Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012 Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012 Le chauffage à la biomasse, une question d économie? Chaque entreprise possède des caractéristiques qui lui sont propres. De fait, le

Plus en détail

Outils de gestion de l irrigation

Outils de gestion de l irrigation L EAU, SOURCE DE QUALITÉ ET DE RENDEMENT Le vendredi 10 février 2006, Hôtel Mortagne, Boucherville Outils de gestion de l irrigation Jean CARON, professeur Physique et hydrodynamique des sols Université

Plus en détail

COMMENT CHOISIR SES ENGRAIS EN PRODUCTION D ANNUELLES JULIE MONETTE, AGR. PLANTPRODUCTS

COMMENT CHOISIR SES ENGRAIS EN PRODUCTION D ANNUELLES JULIE MONETTE, AGR. PLANTPRODUCTS COMMENT CHOISIR SES ENGRAIS EN PRODUCTION D ANNUELLES JULIE MONETTE, AGR. PLANTPRODUCTS PRINCIPAUX OBJECTIFS DANS LE CHOIX DES ENGRAIS Maintient du ph du substrat Apport adéquat d éléments Ajuster selon

Plus en détail

ENGRAIS AVEC REGULATEUR DE NITRIFICATION

ENGRAIS AVEC REGULATEUR DE NITRIFICATION ENGRAIS AVEC REGULATEUR DE NITRIFICATION EUROCHEM AGRO FRANCE SAS 49, av. Georges Pompidou 92593 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. : 01 49 64 54 10 Fax : 01 49 64 52 52 Web : www.eurochemagro.com = marque déposée

Plus en détail

A l'origine, une source unique

A l'origine, une source unique A l'origine, une source unique PeKacid 0-60-20 est une nouvelle source innovante de P205 pour les sols calcaires et les eaux dures Acide phosphorique solide en sacs Produit cristallisé acidifiant PH 2.2

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre.

La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre. Contexte / Objectifs La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre. A titre d exemple, pour compenser les émissions

Plus en détail

PERFORMANCE DE L IRRIGATION AU GOUTTE A GOUTTE, UN PROCESSUS DYNAMIQUE. CAS DE LA PLASTICULTURE AU ZIBAN. ALGÉRIE. LAIB Khalil kalilo_agr@hotmail.

PERFORMANCE DE L IRRIGATION AU GOUTTE A GOUTTE, UN PROCESSUS DYNAMIQUE. CAS DE LA PLASTICULTURE AU ZIBAN. ALGÉRIE. LAIB Khalil kalilo_agr@hotmail. PERFORMANCE DE L IRRIGATION AU GOUTTE A GOUTTE, UN PROCESSUS DYNAMIQUE. CAS DE LA PLASTICULTURE AU ZIBAN. ALGÉRIE LAIB Khalil kalilo_agr@hotmail.fr 1 Plan de la Présentation 1. Contexte de l étude 2. Questions

Plus en détail

perspectives en économie de l agroenvironnement

perspectives en économie de l agroenvironnement perspectives en économie de l agroenvironnement un outil d aide à la décision auteur LUC BELZILE, agronome, économiste, M. Sc. Chercheur en économie de l agroenvironnement Volume 1, numéro 1, nov. 2014

Plus en détail

DLF-TRIFOLIUM SEED & SCIENCES

DLF-TRIFOLIUM SEED & SCIENCES Le bon choix Turfline le bon choix CONTENU le BON choix 2 un nouveau design 4 les compositions 5 un choix judicieux 7 Le bon choix Nous sommes fiers de vous présenter le nouveau design de l emballage Turfline.

Plus en détail

Journée «Serres modiques et tunnels»

Journée «Serres modiques et tunnels» Journée «Serres modiques et tunnels» Autres problèmes rencontrés dans les serres de tomates Par : ANDRÉ CARRIER, agr., M. Sc. Direction régionale r de la Chaudière re- Appalaches Novembre 2010 Pourriture

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

DÉMONSTRATION DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE LIÉES À L INSTALLATION D ÉCRANS THERMIQUES

DÉMONSTRATION DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE LIÉES À L INSTALLATION D ÉCRANS THERMIQUES DÉMONSTRATION DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE LIÉES À L INSTALLATION D ÉCRANS THERMIQUES DÉMARCHES & RÉSULTATS L IMPACT DU VENT RENTABILITÉ DES ÉCRANS THERMIQUES GUILLAUME PROULX-GOBEIL MARCO GIROUARD GILLES CADOTTE

Plus en détail

VVF Villages, pour des vacances durables

VVF Villages, pour des vacances durables VVF Villages, pour des vacances durables Depuis plus de 50 ans, VVF Villages a une double vocation Être acteur du développement local des territoires, Proposer des vacances de qualité pour un plus grand

Plus en détail

REFFRENTIEL TECHNICO -ECONOMIQUE DES DÉMONSTRATIONS EN IRRIGATION

REFFRENTIEL TECHNICO -ECONOMIQUE DES DÉMONSTRATIONS EN IRRIGATION MINISTERE DE L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU MALI PROGRAMME COMPETITIVITE Un Peuple un But une Foi ET DIVERSIFICATION AGRICOLES (PCDA) COORDINATION REGIONALE DE SEGOU GROUPEMENT AGRERGID BP : 327 Ségou Tel

Plus en détail

Système de culture horticole Pépinière

Système de culture horticole Pépinière Système de culture horticole Pépinière Code DEPHY : HOF28740 Identification générale Production simultanée sur une année Photinia, Cuppressocyparis, Elaeagnus, Abelia, Autres arbustes Type de sol Hors-sol

Plus en détail

GROSENS Rend possible l arrosage de précision

GROSENS Rend possible l arrosage de précision Le groupe GRODAN fournit des substrats de laine de roche durables et novateurs au secteur production sous serre. S appuyant sur les principes de la Precision Growing, ces solutions sont notamment appliquées

Plus en détail

MEILLEUR CONTROLE PLUS DE VALEURS AJOUTÉES PRESENTATION DE LA NUTRIGATION

MEILLEUR CONTROLE PLUS DE VALEURS AJOUTÉES PRESENTATION DE LA NUTRIGATION MEILLEUR CONTROLE PLUS DE VALEURS AJOUTÉES PRESENTATION DE LA NUTRIGATION PRODUIRE PLUS ET MIEUX AVEC MOINS COMME LA POPULATION MONDIALE NE CESSE DE S'ACCROITRE ET QUE LES RESSOURCES NATURELLES DEVIENNENT

Plus en détail

CHANGEMENT CLIMATIQUE GLOBAL ET PRODUCTION DE TOMATE SOUS SERRE : COMPARAISON DES PERIODES (1960-1980) & (2070-2100) POUR LA RÉGION D AVIGNON

CHANGEMENT CLIMATIQUE GLOBAL ET PRODUCTION DE TOMATE SOUS SERRE : COMPARAISON DES PERIODES (1960-1980) & (2070-2100) POUR LA RÉGION D AVIGNON CHANGEMENT CLIMATIQUE GLOBAL ET PRODUCTION DE TOMATE SOUS SERRE : COMPARAISON DES PERIODES (196-198) & (27-21) POUR LA RÉGION D AVIGNON T. BOULARD, H. FATNASSI, M. TCHAMITCHIAN Financement par la mission

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

Il s agit de raisonner et piloter ensemble deux techniques culturales majeures : l irrigation et la fertilisation.

Il s agit de raisonner et piloter ensemble deux techniques culturales majeures : l irrigation et la fertilisation. Conduite de l irrigation fertilisante mars 2007 Cette pratique consiste à utiliser le réseau d irrigation pour apporter en solution dans l eau tout ou partie de la fertilisation. Elle est accessible à

Plus en détail

Clinique Le bouturage en pépinière

Clinique Le bouturage en pépinière Clinique Le bouturage en pépinière 2 e édition 3230, rue Sicotte, E-307, Saint-Hyacinthe (Québec) CANADA J2S 2M2 Téléphone : (450) 778-6514 Télécopieur : (450) 778-6537 Courriel : info@iqdho.com Toute

Plus en détail

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI L OCPAH S ENGAGE Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah Introduction Capacité de mobilisation de ressources financières et Réussite d un modèle de développement

Plus en détail

Les différentes opérations culturales en production sous serre : Les attentes en termes d automatisation

Les différentes opérations culturales en production sous serre : Les attentes en termes d automatisation Les différentes opérations culturales en production sous serre : Les attentes en termes d automatisation E. Brajeul, B. Hennion Ctifl 1 Serres verre chauffées en France (tomate et concombre) : 1100 ha

Plus en détail

Enquête et retour d expériences de gestionnaires de murs végétalisés

Enquête et retour d expériences de gestionnaires de murs végétalisés Enquête et retour d expériences de gestionnaires de murs végétalisés Extrait de l étude Avertissement Ce document est un extrait d une étude approfondie réalisée en 2012. Pour connaître les modalités d

Plus en détail

Stade 5...24 4. Le choix des contenants...25 Le volume de la cellule...25 La profondeur de la cellule...28 La forme de la cellule...

Stade 5...24 4. Le choix des contenants...25 Le volume de la cellule...25 La profondeur de la cellule...28 La forme de la cellule... 1. Structures et équipements de serre adaptés à la production en multicellules...1 Structure de la serre...1 Principaux critères à considérer...1 Dimensions et formes...1 Équipements de la serre...2 Tables

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 24 février 2005, Drummondville Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu

Plus en détail

BILAN ENVIRONNEMENTAL DU PROCEDE DE TRAITEMENT DES DECHETS D AMIANTE PAR VITRIFICATION ECO-PROFIL

BILAN ENVIRONNEMENTAL DU PROCEDE DE TRAITEMENT DES DECHETS D AMIANTE PAR VITRIFICATION ECO-PROFIL ECO-PROFIL BILAN ENVIRONNEMENTAL DU PROCEDE DE TRAITEMENT DES DECHETS D AMIANTE PAR VITRIFICATION «Acteur d un développement plus durable, Inertam souhaite présenter à ses clients des informations fiables

Plus en détail

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production Sucrerie du Gol, TEREOS OCEAN INDIEN jygonthier@tereos.com Gonthier Jean-Yves Résumé La multiplication de la canne se fait traditionnellement à

Plus en détail

Économies d énergie apportées par les recommandations des 2007-2008. Gilles Cadotte,, agr. Marco Girouard, ing.

Économies d énergie apportées par les recommandations des 2007-2008. Gilles Cadotte,, agr. Marco Girouard, ing. Économies d énergie apportées par les recommandations des audits dit 2007-2008 g Gilles Cadotte,, agr. Marco Girouard, ing. 1 sur 22 Ce document a été présenté par M. Gilles Cadotte, agr. et M. Marco Girouard,

Plus en détail

ETUDE DE FAISABILITE D UNE UNITE DE METHANISATION A LA FERME

ETUDE DE FAISABILITE D UNE UNITE DE METHANISATION A LA FERME Schéma guide pour établir un cahier des charges d étude ETUDE DE FAISABILITE D UNE UNITE DE METHANISATION A LA FERME DENOMINATION DE L'OPERATION Précisez Objet - Lieu Maître d ouvrage : Personne à contacter

Plus en détail

Pilotage de l'irrigation en culture hors sol du fraisier 2007/2008. J. Longuesserre HORTIS Aquitaine

Pilotage de l'irrigation en culture hors sol du fraisier 2007/2008. J. Longuesserre HORTIS Aquitaine Pilotage de l'irrigation en culture hors sol du fraisier 2007/2008 J. Longuesserre HORTIS Aquitaine Objectifs Acquérir des références plus précises sur la consommation hydrique des fraisiers en conduite

Plus en détail

LES AUTRES FERTILISANTS

LES AUTRES FERTILISANTS FICHE PEDAGOGIQUE N 4 LES AUTRES FERTILISANTS L'utilisation de fertilisants complémentaires est souvent recommandée pour répondre aux besoins ponctuels de la plante. Ils complètent l'effet fertilisant

Plus en détail

GUIDE DE MAINTENANCE TOITS VERTS ST M, M O N T R E A L, 2 013

GUIDE DE MAINTENANCE TOITS VERTS ST M, M O N T R E A L, 2 013 GUIDE DE MAINTENANCE TOITS VERTS ST M, M O N T R E A L, 2 013 2 015 / 0 5 / FR TOITS VERTS 101 A. CRITÈRES DE RÉUSSITE D UN TOIT VERT B. SOLUTIONS TECHNIQUES C. AVANTAGES DES TOITS VERTS D. CRÉDITS LEED

Plus en détail

Fiche outils n 9 Management environnemental

Fiche outils n 9 Management environnemental Fiche outils n 9 Management environnemental Organisation du tableau de bord Évaluation Tableau de bord Le Tableau de Bord comporte : l Un volet relatif à la zone industrielle, l Un volet relatif aux entreprises

Plus en détail

LES CULTURES SOUS SERRE

LES CULTURES SOUS SERRE LES CULTURES SOUS SERRE Chiffres clés du secteur des cultures légumières Les cultures légumières ce sont : - plus de 35 espèces (à l exception des pommes de terre) - une surface totale d environ 329 000

Plus en détail

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016)

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Toutes filières PCAE INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Thème Critères Types d investissements concernés Observations Diagnostics

Plus en détail

Contribution à la conduite de l irrigation de l l Asperge Hortis Aquitaine jacques POISSONNIER CTIFL/ HORTIS louis LABUSSIERE IUT PERIGUEUX objectifs Evaluation de la consommation en eau dans des aspergeraies

Plus en détail

Effets du chlorure de potassium sur le niveau de salinité des sols sableux et sur les plants de canneberges

Effets du chlorure de potassium sur le niveau de salinité des sols sableux et sur les plants de canneberges Effets du chlorure de potassium sur le niveau de salinité des sols sableux et sur les plants de canneberges Sébastien Marchand, agr. M.Sc Jean Caron, agr. PhD., Josée e Fortin, PhD. Université Laval Plan

Plus en détail

Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux

Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux Billy Troy, Fondation FARM Partage du savoir en Méditerranée (7) Tunis, 19 mai 2012 Sécurité hydrique et sécurité alimentaire

Plus en détail

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque.

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. Cette action de diffusion est cofinancée par l Union européenne avec les Fonds Européen Agricole pour le Développement

Plus en détail

L irrigation de la betterave à sucre au Maroc : comparaison des systèmes à économies d eau. Mme Naima BOUCH, COSUMAR

L irrigation de la betterave à sucre au Maroc : comparaison des systèmes à économies d eau. Mme Naima BOUCH, COSUMAR L irrigation de la betterave à sucre au Maroc : comparaison des systèmes à économies d eau Mme Naima BOUCH, COSUMAR 05 Juin 2013 Plan 1. Problématique des ressources en eau au Maroc 2. Programme National

Plus en détail

Comment optimiser son progiciel de gestion?

Comment optimiser son progiciel de gestion? Comment optimiser son progiciel de gestion? «Gérer son informatique, quelles sont les questions que doit se poser chaque entrepreneur?» Centre patronal de Paudex, 27 octobre 2006 Gérard Chessex / NJM NJM

Plus en détail

Le recyclage du verre. Les bonnes pratiques pour un recyclage réussi

Le recyclage du verre. Les bonnes pratiques pour un recyclage réussi Le recyclage du verre Les bonnes pratiques pour un recyclage réussi Novembre 2012 L INTÉRÊT DU RECYCLAGE DU VERRE Le recyclage des emballages en verre se fait en boucle fermée. Une bouteille redevient

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

Déshumidification de l air

Déshumidification de l air Déshumidification de l air Gérard Chassériaux Institut National d Horticulture - Angers INH De la science du végétal à la culture du paysage Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

Plus en détail

Evaluer, construire et exploiter votre centre informatique

Evaluer, construire et exploiter votre centre informatique engineering Evaluer, construire et exploiter votre centre informatique APIS Engineering est un Bureau d Etudes spécialisé dans les infrastructures techniques des Centres Informatiques de nouvelle génération.

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre TRANSFORMER LES FLUCTUATIONS CLIMATIQUES EN AVANTAGES COMPETITIFS

Cliquez pour modifier le style du titre TRANSFORMER LES FLUCTUATIONS CLIMATIQUES EN AVANTAGES COMPETITIFS Cliquez pour modifier le style du titre TRANSFORMER LES FLUCTUATIONS CLIMATIQUES EN AVANTAGES COMPETITIFS L entreprise CLIMPACT Essaimage de l Institut Pierre Simon Laplace des Sciences de l Environnement

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr

CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr Dossier Presse Univeg 8p V6_Mise en page 1 06/05/11 11:19 Page1 CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr Roger AZOULAY Tél. 01 49

Plus en détail

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES SYSTÈMES D ÉVAPORATION FONCTIONNANT À L HUILE DE CHAUFFAGE : ÉTUDE DE CAS

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES SYSTÈMES D ÉVAPORATION FONCTIONNANT À L HUILE DE CHAUFFAGE : ÉTUDE DE CAS EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES SYSTÈMES D ÉVAPORATION FONCTIONNANT À L HUILE DE CHAUFFAGE : ÉTUDE DE CAS Alfa Arzate, ing., Ph.D. Collaboration de Raymond Bernier, ing. du MAPAQ Assemblée Générale Annuelle

Plus en détail

En quoi le Cloud Computing peut-il réduire vos coûts informatiques?

En quoi le Cloud Computing peut-il réduire vos coûts informatiques? réduire vos coûts informatiques? STAND n 30 Entrez dans l ère du Numérique Très Haut Débit En quoi le Cloud Computing peut-il réduire vos coûts informatiques? 1 Fiche d Identité Network Telecom & Hosting

Plus en détail

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations PDAR Auvergne 2014-2020 Fiche type de description qualitative d une action élémentaire Action élémentaire N 1 Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations Coordinateur d action Contributions

Plus en détail

Solutions pour toitures végétalisées. suivi. arrosage. entretien. Carnet de suivi des toitures végétalisées Sopranature

Solutions pour toitures végétalisées. suivi. arrosage. entretien. Carnet de suivi des toitures végétalisées Sopranature Solutions pour toitures végétalisées Carnet de suivi des toitures végétalisées Sopranature suivi arrosage entretien Solutions pour toitures végétalisées des L expert toits verts Sommaire Fiche d identité

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE PRÉPARÉ PAR ECONALYSIS CONSULTING SERVICES À LA DEMANDE DE OPTION CONSOMMATEURS

RAPPORT D ANALYSE PRÉPARÉ PAR ECONALYSIS CONSULTING SERVICES À LA DEMANDE DE OPTION CONSOMMATEURS RAPPORT D ANALYSE PRÉPARÉ PAR ECONALYSIS CONSULTING SERVICES 34, rue King Est, bureau 1102, Toronto (Ontario) M5C 2X8 À LA DEMANDE DE OPTION CONSOMMATEURS PRÉSENTÉ DANS LE CADRE DE LA DEMANDE RELATIVE

Plus en détail

Les Espaces de Livraison de Proximité

Les Espaces de Livraison de Proximité Les Espaces de Livraison de Proximité L expérience rouennaise Origine du projet Depuis 90 s: différentes études en partenariat CCI- agglomération sur le thème des marchandises en ville un groupe de travail

Plus en détail

Chapitre 1. Commentaire d introduction par la vérificatrice générale

Chapitre 1. Commentaire d introduction par la vérificatrice générale Commentaire d introduction par la vérificatrice générale Chapitre 1 Commentaire d introduction par la vérificatrice générale Contenu Le volume III rend compte de nos audits financiers... 3 Remerciements...

Plus en détail

Mise en place des pains

Mise en place des pains Mise en place des pains Préparation de la nouvelle culture 3/3 Dès la livraison 1 Stocker de préférence à l abri. Stocker dans une zone sèche et propre, à l écart de la vieille culture. 3 Ne pas gerber

Plus en détail

«Quick-Check Asset Management»

«Quick-Check Asset Management» 1 «Quick-Check Asset Management» Audit sur le positionnement des gestionnaires de réseau de distribution en matière de gestion d actifs Septembre 2012 D un régime actuel «Cost +» La plupart des GRD se

Plus en détail

Chapitre 6. Les critères de choix d investissement

Chapitre 6. Les critères de choix d investissement Chapitre 6 Les critères de choix d investissement La VAN : rappel définition Un projet ne doit être mis en œuvre que si sa valeur actuelle nette ou VAN, définie comme la somme actualisée des flux futurs

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

Le gaz naturel : un allié pour le développement économique durable

Le gaz naturel : un allié pour le développement économique durable Le gaz naturel : un allié pour le développement économique durable Présenté par : Sonia Veilleux, Ambioner 28 avril 2014 Introduction Le principe de base dans la gestion des matières 1. Réduire 2. Réutiliser

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil

LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil Aspects réglementaires : RT Eléments par éléments, RT Existant, Décret 2012-111 : Réalisation audit énergétique pour les grandes

Plus en détail

Projet 05-159 Solution énergétique globale pour les producteurs en serre (première étape)

Projet 05-159 Solution énergétique globale pour les producteurs en serre (première étape) Rapport Projet 05-159 Solution énergétique globale pour les producteurs en serre (première étape) Rédigé par : Gilles Cadotte, agr., CIDES Eric Chagnon, agr., SPSQ Marco Girouard, ing., CIDES En partenariat

Plus en détail

Le chauffage aux granules de bois au Québec

Le chauffage aux granules de bois au Québec Le chauffage aux granules de bois au Québec Pierre-Olivier Morency, directeur Groupe granules, QWEB Colloque Agri-Énergie Shawinigan, 25 octobre 2012 Quebec Wood Export Bureau (QWEB) association d affaires

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE -

CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE - CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE - Définition des enjeux - Disposer à la fin des grosses opérations de construction en cours (Tranche 1 et 2 du Plan Directeur MCO-Plateau Technique/Pôle

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment AUDIT ENERGETIQUE Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment Introduction L audit énergétique a pour but d identifier des opportunités

Plus en détail

APPLICATION DE LA TECHNIQUE AEROPONIQUE A CIRCUIT FERME DANS L AGRICULTURE

APPLICATION DE LA TECHNIQUE AEROPONIQUE A CIRCUIT FERME DANS L AGRICULTURE APPLICATION DE LA TECHNIQUE AEROPONIQUE A CIRCUIT FERME DANS L AGRICULTURE Historique des essais de culture hors sol Egypte antique : Culture sur le sable Chine: Cultures sur plateformes flottantes RAFT

Plus en détail

Journée Camerise, Vallée-de-la-Gatineau 24 avril 2014 Par Carlos Baez, M.Sc., Agronome CLD VG

Journée Camerise, Vallée-de-la-Gatineau 24 avril 2014 Par Carlos Baez, M.Sc., Agronome CLD VG Notions de base pour l implantation d un verger de camerisiers Journée Camerise, Vallée-de-la-Gatineau 24 avril 2014 Par Carlos Baez, M.Sc., Agronome CLD VG Planification du projet Prévoir 1 ou 2 années

Plus en détail

L AGRICULTURE HORS SOL. Pour une agriculture saine, rentable et respectueuse de l environnement.

L AGRICULTURE HORS SOL. Pour une agriculture saine, rentable et respectueuse de l environnement. L AGRICULTURE HORS SOL L AGRICULTURE HORS SOL QUI SOMMES-NOUS? COCOSOL est une entreprise privée basée en Côte D ivoire qui développe et fait la promotion de l agriculture hors sol (hydroponie) des cultures

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

Guide de fertilisation pour les pépinières et cultures en conteneurs

Guide de fertilisation pour les pépinières et cultures en conteneurs 24 Guide de fertilisation pour les pépinières et cultures en conteneurs A - Fertilisation complète avec La fertilisation complète avec Osmocote Exact, c est à dire réalisée à 100 % avec un seul apport,

Plus en détail

Approche méthodologique pour la conception d un guide de diagnostic environnemental adapté aux entreprises de l horticulture ornementale.

Approche méthodologique pour la conception d un guide de diagnostic environnemental adapté aux entreprises de l horticulture ornementale. Pierre Dorand, Pascale Guillermin et Rémi Gardet (INH) Juin 2005 Maud Dubois (BHR) Robert Biagi (ESA) Approche méthodologique pour la conception d un guide de diagnostic environnemental adapté aux entreprises

Plus en détail

AVIS PRESENTATION DE LA DEMANDE. Anses - Dossier n 2013-1678 - STOCKOSORB 660

AVIS PRESENTATION DE LA DEMANDE. Anses - Dossier n 2013-1678 - STOCKOSORB 660 Maisons-Alfort, le 23 janvier 2015 LE DIRECTEUR GENERAL AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d extension d usage de

Plus en détail

BURKINA FASO Unité Progrès - Justice. 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin.

BURKINA FASO Unité Progrès - Justice. 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin. BURKINA FASO Unité Progrès - Justice 03 BP 7037 Ouagadougou 03, Burkina Faso Tel. +226 50 32 40 28 Fax. +226 50 31 22 09 Email: mob@cenatrin.bf SOMMAIRE Introduction I. Caractéristiques physiques et potentialités

Plus en détail

Rapport audit interne SOFIBUS

Rapport audit interne SOFIBUS Rapport audit interne SOFIBUS Date d audit : 13 mars 14 Auditeur : Jean- François Vallès, Synopter Personnes présentes : Jean- Marc Costes Didier Charvoz Benjamin Cebreiro Cadre de l audit interne L année

Plus en détail

GROUPE SYNERGIE PME INC. 800, boul. René-Lévesque O., #161, Stn B, Montréal, QC, H3B 3J5 Tél. : 514.805.8448

GROUPE SYNERGIE PME INC. 800, boul. René-Lévesque O., #161, Stn B, Montréal, QC, H3B 3J5 Tél. : 514.805.8448 GROUPE SYNERGIE PME INC. Société spécialisée en développement des affaires AUGMENTATION DES VENTES 800, boul. René-Lévesque O., #161, Stn B, Montréal, QC, H3B 3J5 Tél. : 514.805.8448 AUGMENTATION DES VENTES

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

Que faut-il, Pour réaliser son projet de production hors-sol?

Que faut-il, Pour réaliser son projet de production hors-sol? . M. GOERTZ Jean-Pierre HyCoForm 144 Route du Vieux Flamboyant Le BERNICA 97435 Saint Gilles les hauts. Que faut-il, Pour réaliser son projet de production hors-sol? Cher Internaute, Avant de se lancer

Plus en détail

Nous préservons l essentiel

Nous préservons l essentiel Nous préservons l essentiel Sommaire I. INTRODUCTION II. Les fondements de ISO 14001 III. La norme et son application dans la gestion du service d assainissement : cas de l office national de l assainissement

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Le 14 janvier 2003 N o de dossier : R-3504-2002 Demande de renseignement no 1 de la Régie à Hydro Québec (le Transporteur) Page 1 de 5

Le 14 janvier 2003 N o de dossier : R-3504-2002 Demande de renseignement no 1 de la Régie à Hydro Québec (le Transporteur) Page 1 de 5 Page 1 de 5 DEMANDE DE RENSEIGNEMENT NO 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE («LA RÉGIE») SUITE À LA DEMANDE D AUTORISATION DU BUDGET DES INVESTISSEMENTS 2003 POUR LES PROJETS DU TRANSPORTEUR DONT LE COÛT INDIVIDUEL

Plus en détail

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Analyse de qualité de l eau 212 Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Entre août et octobre 212, l OBVNEBSL a procédé a des

Plus en détail

MISE AU POINT DE PORTOIRS POUR LA CROISSANCE DE PLANTULES

MISE AU POINT DE PORTOIRS POUR LA CROISSANCE DE PLANTULES Cah.Techn. I.N.R.A., 2004 53, 15-20 MISE AU POINT DE PORTOIRS POUR LA CROISSANCE DE PLANTULES EN SYSTEME DE CULTURE HYDROPONIQUE Jean-Pierre Desbien 1, Michel Mensch 2 et Renaud Brouquisse 1 RESUME Cet

Plus en détail

LES 10 INVESTISSEMENTS LES PLUS RENTABLES EN PRODUCTION EN SERRE Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc., conseiller en serriculture, IQDHO

LES 10 INVESTISSEMENTS LES PLUS RENTABLES EN PRODUCTION EN SERRE Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc., conseiller en serriculture, IQDHO LES 10 INVESTISSEMENTS LES PLUS RENTABLES EN PRODUCTION EN SERRE Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc., conseiller en serriculture, IQDHO Peu importe le domaine d activité, les entreprises les plus florissantes

Plus en détail

Bulletin d information

Bulletin d information Bulletin d information CULTURES EN SERRES No 11 20 juillet 2010 IL FAIT CHAUD, TRÈS CHAUD! PRISE 3 PROBLÈMES ASSOCIÉS AUX EXCÈS DE CHALEUR DANS LES SERRES État de la situation Les températures très chaudes

Plus en détail

Forum Développement Durable 2015. Ayez le réflexe CCI!

Forum Développement Durable 2015. Ayez le réflexe CCI! Forum Développement Durable 2015 Ayez le réflexe CCI! Nouvelles normes Comment se préparer à la mise en oeuvre des nouvelles normes ISO 9001 et 14001? Nouvelles normes Des évolutions majeures, sans pour

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

AUTOSUFFISANCE ÉNERGÉTIQUE EN MATIÈRE DE CHAUFFAGE AU BOIS

AUTOSUFFISANCE ÉNERGÉTIQUE EN MATIÈRE DE CHAUFFAGE AU BOIS AUTOSUFFISANCE ÉNERGÉTIQUE EN MATIÈRE DE CHAUFFAGE AU BOIS DANS LA PRODUCTION EN SERRE PROJET DE VITRINE TECHNOLOGIQUE OBJECTIFS DU PROJET DÉMONTRER L AUTOSUFFISANCE ÉNERGÉTIQUE DANS LA PRODUCTION EN SERRE

Plus en détail

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Annexe 4 à la délibération n 3 du 28 juillet 2008 Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Traditionnellement implantée dans le Vallespir et sur le piémont des Albères, la cerise,

Plus en détail