Le choix du tout-électrique. pour une résidence étudiante basse consommation. Les échos du grenelle 4. Dossier technique 5-8

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le choix du tout-électrique. pour une résidence étudiante basse consommation. Les échos du grenelle 4. Dossier technique 5-8"

Transcription

1 numéro 56 - septembre 2011 FILPILOTE Le journal de l association promotelec pour les professionnels du bâtiment et de l électricité Le choix du tout-électrique pour une résidence étudiante basse consommation Actualité > Les Journées Nationales de la Domotique : Et si vos clients devenaient vos meilleurs prescripteurs! > Se former à la perméabilité dans un container > Premières Assises Électricité & Habitat > La qualification Bâtiment Communicant > Le Label Promotelec Rénovation Énergétique évolue! > L association en région : encore plus de proximité > Du BBC à la RT 2012 : le succès des réunions d information Les échos du grenelle 4 > Et si nous parlions CO 2? Dossier technique 5-8 > Sécurité incendie : l avancée remarquable des câbles de protection au feu (CPF) Question/Réponse 9 > Section des conducteurs avec un dispositif de protection réglable en courant Réglementation 9 > DEO : entrée en vigueur de la nouvelle norme XP C Réalisation > Le choix du tout-électrique pour une résidence étudiante basse consommation Infos Pratiques 12 > Agenda > Nouvelles publications

2 Actualité Les Journées Nationales de la Domotique : Et si vos clients devenaient vos meilleurs prescripteurs! Professionnels, l association Promotelec vous donne rendez-vous du 15 au 30 novembre 2011 pour la deuxième édition des Journées Nationales de la Domotique. Un événement à ne pas manquer pour valoriser votre savoir-faire! Partout en France, les particuliers visiteront des logements intégrant des installations domotique réalisées. Les professionnels, prescripteurs et institutionnels découvriront, quant à eux, des solutions domotique à travers des visites de showrooms et de bâtiments tertiaires. Participer aux Journées Nationales de la Domotique, c est pour vous l occasion de : l Montrer vos plus belles réalisations au grand public. l Créer de nouveaux contacts. l Faire connaître les bénéfices de la domotique. Comment être acteur des Journées Nationales de la Domotique? Si vous souhaitez faire découvrir vos réalisations aux particuliers, rien de plus simple : l Demandez un dossier de participation JND 2011 auprès de l association Promotelec. l Identifiez les chantiers réalisés (en neuf ou en rénovation) qui pourront être visités par les particuliers. l Contactez les clients pour obtenir leur accord de participation. l Enregistrez votre dossier complet avant le 30 septembre Alors, n hésitez plus : demandez votre dossier de participation à Vous recevrez les modalités d inscription ainsi que des fiches projets des logements à visiter. Par ailleurs, si vous souhaitez faire découvrir les solutions domotique aux professionnels non initiés et/ou au corps enseignant, transmettez à l association les coordonnées des showrooms et/ou des bâtiments tertiaires intégrant des installations domotique, dans lesquels peuvent être organisées des visites. Avec quels outils? Pour vous accompagner, Promotelec met en place un vaste dispositif : l Une campagne nationale de publicité dans les quotidiens régionaux et sur le web. l Des dépliants, affiches et invitations JND 2011 personnalisables, des bannières web, disponibles depuis le 8 juillet sur une plateforme Internet dédiée. l Un site Internet pour le référencement des habitations domotique et le suivi des inscriptions de visiteurs. Se former à la per Réussir une perméabilité à l air du bâti optimale, c est l enjeu de la formation originale que propose la Fédération française du bâtiment Alsace (FFB Alsace) à ses adhérents, dans un container maritime réaménagé. Conçu par des spécialistes de l étanchéité, le container offre un espace inédit de formation, destiné aux professionnels du bâtiment. Imaginé par Franck Soccio, animateur métier et chargé de mission Efficacité Énergétique au sein de FFB Alsace, le container vise un seul objectif : former les artisans sur les gestes à adopter et les produits à mettre en œuvre pour une perméabilité à l air optimale. «Jusqu ici, les formations théoriques sont essentiellement dispensées par les fabricants de matériaux et les bureaux d études. Or, nos adhérents souhaitant manipuler les matériaux ont besoin d apprendre les bonnes pratiques, de mener seuls des tests d étanchéité (autocontrôle) et de se forger une opinion objective sur les matériaux, explique Franck Soccio. Par ailleurs, le container est mobile et nous permet d aller à la rencontre des artisans, directement sur les chantiers.» Démonstration et mise en situation À l intérieur du container, deux espaces distincts : une zone de démonstration où sont traités des points sensibles (isolation de conduits électriques, de poutres traversantes Premières Assises Un autre regard sur les usages de l électricité en soulignant les services rendus et les réponses apportées aux enjeux de société, tel est l objectif des premières Assises Électricité & Habitat, auxquelles sont associés deux ministères, des élus, les professionnels du bâtiment, de l électricité, et les associations de consommateurs. Elles se tiendront le 11 octobre prochain à Paris, dans les salons de la Maison des Arts et Métiers. 2

3 Actualité méabilité dans un container Au centre des débats de cet événement, initié par l association Promotelec, trois enjeux sont clairement identifiés : Un habitat sûr pour tous, La domotique au service des aînés à risque et Électricité, enjeux environnementaux et performance énergétique. Des tables rondes seront ainsi organisées autour des thèmes suivants : l électricité & habitat : comment relever les nouveaux défis sociaux, économiques et environnementaux? l La sécurité électrique des logements : préalable indispensable à la qualité et à l efficience de l habitat! l Comment adapter le logement aux nouvelles attentes de la société? l Un habitat énergiquement efficace et économiquement accessible : comment passer du rêve à la réalité? ou les fonctions du frein vapeur) ; et une zone de mise en situation où sont abordées toutes les techniques de pose. La partie théorique est assurée par des formateurs extérieurs, la partie pratique par des professionnels du bâtiment. Le container est équipé d un sas à porte soufflante. Ainsi, après la théorie et la pratique, les élèves contrôlent eux-mêmes leur réalisation au sein du caisson en dépression. Ils repèrent les fuites et y remédient. «Les premiers échos sont très positifs : par cette approche conviviale qui leur permet de mesurer eux-mêmes leur performance, nous mettons les professionnels en situation pour réussir», conclut Franck Soccio. n Électricité & Habitat l Quel engagement pour un habitat sûr, adapté à chacun, économe? L association Promotelec milite en faveur de l engagement de ses membres pour apporter des réponses à ces questions, convaincue que l évolution de la société, le progrès et notamment la prévention en appui aux questions de la dépendance reposent sur l électricité. L association souligne en particulier que toutes les énergies renouvelables, en dehors de la production d eau chaude, se transforment en électricité. Il faut donc à la fois porter un message de maîtrise des consommations et replacer les usages de l électricité au centre d une société évoluée en affirmant tant sa valeur ajoutée que son utilité en tant que vecteur de sécurité et de progrès social. n Rendez-vous le 11 octobre! La qualification Bâtiment Communicant Ensemble, les associations Promotelec et Qualifelec ont mis en place un partenariat axé sur : l la création de la qualification Qualifelec Bâtiment Communicant l la valorisation et l accompagnement spécifique par l association Promotelec des entreprises qualifiées. À compter du 31 décembre 2011, le dispositif Partenaire Promotelec Domotique va donc disparaître pour laisser la place à la qualification Bâtiment Communicant et son accompagnement. La qualification Bâtiment Communicant. De quoi s agit-il? Cette qualification constitue une reconnaissance du professionnel, de ses compétences techniques et de son savoir-faire en matière d installations en domotique et réseaux de communication, dans les locaux à usage d habitation et le petit tertiaire. Elle contribue également au renforcement du lien de confiance avec le client. Elle est valable pour quatre ans et fait l objet d un suivi annuel. Comment l obtenir? L entreprise devra justifier de sa compétence dans au moins deux des huit domaines suivants : l Gestion des motorisations l Gestion de l éclairage l Détection d intrusion l Contrôle des accès l Gestion Thermique l Multimédia et/ou diffusion sonore l Sécurité des personnes et des biens l Assistance à domicile des personnes à mobilité réduite. Toutes les entreprises répondant à ce référentiel pourront obtenir cette qualification valable quatre ans. Les tarifs? l Frais de dossier : 90,09 euros HT - 107,75 euros TTC l Qualification (inclus les deux domaines de compétence minimum requis) : 244,00 euros HT 291,82 euros TTC l Qualification par domaine de compétence additionnelle : 13,75 euros HT 16,45 euros TTC. Conditions particulières pour les Partenaires Promotelec Domotique l Un processus de qualification simplifié puisque certaines des exigences requises sont déjà satisfaites. l Une tarification préférentielle jusqu au 31 décembre la gratuité du certificat pour les entreprises déjà qualifiées Qualifelec et Partenaire Promotelec Domotique, soit une remise totale de 291,82 euros TTC (les frais de dossier restent à la charge de l entreprise, soit 107,75 euros TTC et 16,45 euros TTC par domaine supplémentaire) % de remise sur le prix du certificat pour les entreprises Partenaire Promotelec Domotique, soit une remise totale de 145,91 euros TTC. Reste à la charge de l entreprise la somme de 253,66 euros TTC (frais de dossier de 107,75 euros TTC et 50 % du coût du certificat, soit 145,91 euros TTC et 16,45 TTC par domaine supplémentaire). Pour bénéficier de ces conditions avantageuses, l entreprise doit en faire la demande auprès de Qualifelec impérativement avant le 31 décembre La valorisation et l accompagnement spécifique par l association Promotelec l Une valorisation sur le site l Une remise de 5 % sur les trois éditions Promotelec suivantes : - Mémento Locaux d habitation - Guide Habitat Communicant - Guide Coexistence des installations d énergie et de communication. l Une mise à disposition, pour adressage à votre clientèle, de 100 exemplaires des brochures d informations génériques grand public éditées par l association. l Une valorisation dans le Fil Pilote et sur le site internet des chantiers innovants que vous pourriez nous remonter. Offre complémentaire Pour remercier les Partenaires Promotelec Domotique : l ayant participé à la première et allant participer à la deuxième édition des Journées Nationales de la Domotique, l à l animation régulière de leur mini-site, l et à l échange d informations avec nos équipes, les associations Promotelec et Qualifelec offriront l intégralité des frais inhérents à la qualification. FilPilote 3

4 Actualité Le Label Promotelec Rénovation Énergétique évolue! Trois ans après son lancement, le LRE évolue pour mieux s adapter aux nouveautés en matière d équipements et de matériaux, ainsi qu au contexte réglementaire. L objectif reste le même : accompagner les maîtres d ouvrage dans leurs travaux de rénovation et leur permettre d atteindre les objectifs fixés par le Grenelle de l Environnement pour le bâti existant. Les principales évolutions portent sur les points suivants : u Les modalités de contrôle de la sécurité électrique sont simplifiées : dans le cas où l installation électrique n a pas subi de modification, seront désormais acceptés : le diagnostic électrique obligatoire ou une attestation de conformité visée par Consuel de moins de trois ans. u Les exigences techniques ont également changé pour s adapter aux évolutions du crédit d impôt et des marquages qualité. Sont notamment concernés les isolants et les pompes à chaleur. Le nouveau référentiel (à télécharger sur www. promotelec.com) sera applicable à compter du 1 er octobre Promotelec, Président d honneur de l AEREF Pour donner aux Experts en Rénovation Énergétique une meilleure visibilité, l Association des Experts en Rénovation Énergétique Français (AEREF) a été créée. Présidée par Claude Ifrah, elle entend faire connaître le métier et ses bénéfices pour le client, le professionnel et l environnement, notamment à travers les Labels Promotelec (certification des logements). n Premier LRE Effinergie Rénovation en secteur individuel en Midi-Pyrénées Le 27 mai dernier, Promotelec Services a attribué le tout premier Label Promotelec Rénovation Énergétique mention Effinergie Rénovation (en secteur individuel) à un pavillon situé à Carmaux (81), en présence de Patrick Liebus, Président confédéral de la CAPEB du Tarn. Le maître d ouvrage, Jacques Alary, est membre de la CAPEB et ECO Artisan, à l image de la majorité des entreprises intervenues sur ce chantier. ECO Artisan est une marque de qualité délivrée aux entreprises artisanales du bâtiment engagées dans l amélioration des performances énergétiques des logements. L association en région : encore plus de proximité Afin de renforcer encore plus la proximité avec ses interlocuteurs en région, l association Promotelec étoffe son réseau de délégués régionaux. Un cinquième secteur a été créé, redessinant ainsi les contours des autres. Il s agit du secteur Nord, qui regroupe les régions Île-de-France, Picardie, Nord-Pasde-Calais, Champagne-Ardenne pour trois départements (08, 10 et 51). Son délégué régional est en cours de recrutement. La région Sud-Est a été confiée à Pascal Carrez, qui a déjà collaboré avec l association Promotelec par le passé en occupant de nombreuses responsabilités. Diplômé en Électricité-Automatisme, Domotique et Thermique Bâtiment, il a également été responsable prescription chez Delta Dore et responsable régional du réseau Synerciel. Les délégués régionaux sont les porte-parole institutionnels de l association Promotelec dans leurs régions auprès des membres, des pouvoirs publics, des décideurs et prescripteurs. Par leurs actions, ils identifient les attentes régionales et proposent des contenus, actions ou services pour y répondre. n Les échos du Grenelle Et si nous parlions CO 2? epuis longtemps, la filière a engagé de gros efforts pour lier D l utilisation de l électricité à une baisse de la consommation de chacun des usages. Dans ce domaine, l éclairage et les produits blancs sont particulièrement remarquables. Mais, en ce qui concerne la réduction des émissions de CO 2, malgré une loi ambitieuse, la nouvelle réglementation thermique se cantonne à bonifier à ce titre l utilisation du bois et de la biomasse dans les réseaux de chaleur. C est pourquoi, par souci de cohérence sur le fond, l association Promotelec se prononce en faveur de futurs Labels liés à la RT 2012 exigeants pour la réduction des émissions de CO 2. Un niveau Haute Performance Énergétique et Environnementale en quelque sorte. Il nous faut aussi nous positionner résolument vers l avenir. Or, les Labels en préparation ont vocation à préparer la RT 2020 qui sera beaucoup plus exigeante en matière de gaz à effet de serre. C est le moment, comme pour les véhicules, de valoriser le comportement des utilisateurs vis-à-vis des émissions de CO 2! À ceux qui objecteraient en argumentant sur les difficultés du calcul, je veux rappeler que le calcul des émissions de CO 2 existe déjà dans le DPE. Alors, soyons donc cohérents, franchissons plus rapidement ce cap en restant dans l esprit de la Loi et intégrons ce paramètre dans les futurs Labels. n Claude Monméjean, Président de l association Promotelec 4

5 Dossier Technique Sécurité incendie : l avancée remarquable des câbles de protection au feu (CPF) Chaque année, des milliers d incendies d immeubles exposent leurs occupants et les services de secours aux émanations nocives et toxiques qui sont à l origine de 50 à 70 % des décès. Des solutions existent pour limiter les fumées et gaz dangereux émis par les câbles impliqués dans un incendie. La nouvelle génération de câbles de protection au feu (CPF) développée par les industriels regroupés au sein du SYCABEL (Syndicat professionnel des fabricants de fils et câbles électriques et de communication), réduit considérablement les risques et participe à l accroissement de la sécurité des personnes et des biens, partout où ces produits innovants sont installés. Une avancée majeure en matière de sécurité incendie. FilPilote 5

6 Dossier Technique Les câbles et le feu Lors d un incendie, la fumée et les gaz de combustion se propagent beaucoup plus rapidement que l incendie lui-même. Très rapidement, ces émissions opaques et nocives envahissent l espace vital et contribuent à créer la panique, rendent difficile l évacuation des personnes et sont un obstacle à la progression des secours. De plus, les fumées corrosives dégagées par la combustion occasionnent des dommages bien au-delà du foyer de l incendie et attaquent les surfaces métalliques, les équipements industriels et les outils informatiques. Bien qu ils ne soient pas directement la cause de l incendie, les câbles le plus couramment utilisés actuellement peuvent contribuer à sa propagation et aux émissions nocives de fumées. Au fil des ans et au gré des avancées technologiques dans l équipement des bâtiments, la quantité de câbles installés n a cessé d augmenter. Ainsi, aujourd hui, 100 m 2 de bureaux contiennent 200 kg de câbles qui assurent le bon fonctionnement et l interconnexion entre tous les organes et équipements participant au bien-être des usagers. Les atouts des CPF : une technologie d avant-garde l des fumées claires à faible densité ; l des fumées non corrosives ; l des gaz à toxicité réduite ; l un faible dégagement de chaleur ; l une propagation de l incendie limitée ; l un allongement du délai d évacuation. Source : SYCABEL Le feu, un constat alarmant l En France, un incendie se déclare toutes les deux minutes, provoquant chaque année environ 700 décès et des dégâts matériels très importants s élevant à près de 2 milliards d euros. l À l origine d importantes pertes humaines, les incendies font victimes par an. l 1/3 des incendies démarrent à l intérieur même des bâtiments. l 70 % des incendies mortels ont lieu la nuit. l La température d une pièce en feu atteint 600 C en trois minutes. l Le coût économique global des incendies représente 1 % du PIB des pays les plus développés. l Un incendie sur quatre est dû à une installation électrique défectueuse. l En 1950, le temps moyen entre l ignition d un feu et l embrasement total était de 15 minutes, alors qu il est maintenant de trois minutes. Ce changement est dû à la présence plus importante dans les bâtiments de matières à plus haut degré d inflammabilité. Un risque majeur humain et matériel Le monoxyde de carbone, non perceptible, provoque des étourdissements et le décès par asphyxie ; les produits halogénés provoquent des irritations allant jusqu à des lésions pulmonaires irréversibles et à la suffocation ; les fumées ont pour conséquence la corrosion et donc l affaiblissement à terme des structures métalliques des bâtiments, la détérioration et la destruction des équipements électriques, électroniques et informatiques dont les circuits et les contacts sont très sensibles, des dégâts sur les outils de production et sur les systèmes d information ; l ensemble des gaz de combustion dégagés lors d un incendie se dépose sur les équipements et les corrode. La fumée n est pas une fatalité Forts de ce constat et très engagés dans une démarche de progrès de la sécurité, les professionnels des fils et câbles électriques et de communication développent depuis de très nombreuses années des solutions novatrices dont le comportement au feu est amélioré. Les grands donneurs d ordre les ont adoptées car elles répondent aux contraintes de leurs spécifications en matière de sécurité. Ces câbles ont prouvé leur efficacité car ils réduisent notablement les émissions de fumées agressives et opaques, augmentant, de ce fait, le temps disponible pour l évacuation et facilitant l intervention des secours. Les câbles de protection au feu, un progrès pour la sécurité La maîtrise technologique de la profession française a en effet permis de mettre sur le marché une gamme de câbles de protection au feu (CPF) aux performances éprouvées. Destinée à l origine aux applications des transports, elle s inscrit désormais dans une démarche de sécurité visant à accompagner les évolutions de la réglementation relative au bâtiment. Les câbles de protection au feu permettent de satisfaire les exigences fondamentales de lutte contre l incendie mises en place par les acteurs de la sécurité et les pouvoirs publics : l évacuer les occupants ; l assurer la solidité de la structure du bâtiment ; EN BREF Les 22 sociétés membres du groupement, dont deux sociétés étrangères associées, rassemblent personnes réparties dans 45 établissements. Leur production atteint annuellement près de tonnes de câbles électriques et à fibres optiques. Leur chiffre d affaires, qui représente près de 90 % de celui de la profession française, s élève à 2,7 milliards d euros, dont 51 % réalisés à l exportation. 6

7 Dossier Technique Vue générale du caisson d expérimentation l faciliter l intervention des secours ; tout en garantissant le bon fonctionnement de l ensemble des systèmes de sécurité incendie. Afin de maîtriser la propagation du feu le long des câbles, les câbles de protection au feu fournis par les industriels ralentissent la propagation de l incendie et réduisent la charge calorifique dégagée. Leurs constituants diminuent la densité des fumées et les émissions dangereuses. Ils assurent une faible opacité de la fumée, donc une meilleure visibilité, et permettent de contrôler son degré d acidité qui est un indicateur pertinent des effets asphyxiants de la combustion. La preuve par l exemple : un vaste programme de tests La Directive Produits de Construction, devenue Règlement en 2011, intègre les câbles dans les produits Les essais préalables au laboratoire du LCPP de construction. À ce titre, elle permet d établir une classification de la performance des câbles face au feu. Les pouvoirs publics en charge de la sécurité incendie adaptent les textes français aux exigences européennes. Afin d informer plus complètement les décideurs, les industriels du SYCABEL ont souhaité confirmer et mettre en évidence les différences de comportement au feu de deux types génériques de câbles dans des conditions d installation aussi proches que possible de la réalité. Ils se sont adressés au Laboratoire central de la préfecture de police (LCPP) qui a effectué un ensemble d essais fin Il s agissait de conduire des études comparatives entre différentes catégories de câbles sur la propagation des flammes et la production de fumées. Les câbles soumis aux essais sont de deux types : des câbles standard et des câbles de nouvelle génération (CPF). Les études réalisées sont de deux types : l d une part, des tests dans le laboratoire du LCPP, l d autre part, des tests in situ à Gurcy Le Châtel, au centre de formation du Service départemental d incendie et de secours de Seine-et-Marne (SDIS 77). Les essais préalables au laboratoire du LCPP 36 dégradations thermiques au four tubulaire en conformité avec la norme NF X ont été menées à 800 C sur un échantillon de 1 g de matières isolantes (gaines interne et externe). L analyse des fumées fait apparaître une fumée très acide pour les câbles standard. Les teneurs en CO et CO 2 sont sensiblement les mêmes, quelle que soit la catégorie de câbles. La teneur en formaldéhyde est plus importante pour les câbles standard. Les essais sur site en feu réel au SDIS 77 C est au Centre de Formation des Sapeurs-Pompiers à Gurcy Le Châtel qu ont été effectués les essais comparatifs en grandeur réelle pour les deux types de câbles, standard et CPF. L objet des essais était d évaluer la propagation des flammes sur un parcours vertical puis horizontal, les températures atteintes dans l environnement proche, la concentration des gaz de combustion émis (CO, CO 2, aldéhydes, oxydes d azote) et de l oxygène, le rayonnement calorifique, l opacité des fumées. FilPilote 7

8 Dossier Technique tant la propagation du feu par l installation électrique. La profession française du câble joue un rôle volontariste dans les travaux menés sur le territoire national pour améliorer la sécurité incendie des bâtiments et recommande particulièrement le choix des CPF dans les hôpitaux et maisons de retraite, les écoles et bâtiments de loisirs, Mesure des températures les musées et bâtiments historiques, les centres commerciaux, les gares et aéroports, les discothèques, les théâtres et cinémas, les hôtels et bureaux, les immeubles de grande hauteur. n Sources : SYCABEL : LCPP : REE (Revue de l Électricité et de l Électronique) : Comparaison séries 1 & 2, à 140 cm du fond du caisson T C à H 220, 190 et 160 cm 4 3,5 3 SERIE 1_H220 SERIE 2_H220 SERIE 1_H190 Feu de câbles : les essais mettent en évidence la destruction pratiquement totale des câbles standard au premier plan, et l état quasi intact des câbles de protection au feu au second plan. Le dispositif expérimental sur site consistait à équiper un caisson, muni d un brûleur à éthanol, de deux séries de câbles fixés sur un chemin de câble coudé : l Série 1 : 10 câbles énergie et 4 câbles LAN standard l Série 2 : 10 câbles énergie verts et 4 câbles LAN CPF. La durée maximum de chaque essai était fixée à 30 minutes après l allumage du brûleur et le lancement des acquisitions. Chaque configuration était testée trois fois. Des résultats probants pour la technologie des CPF Les nombreux tests ainsi effectués ont confirmé les performances incontestables des câbles de protection au feu. La prévention des incendies se complexifie et les CPF apportent une réponse satisfaisante aux prescriptions indispensables de sécurité des personnes et des biens. Les essais attestent que, comparés aux câbles standard, les câbles CPF limitent notablement la propagation de la flamme et la toxicité des fumées de combustion. La longueur, tant verticale qu horizontale, de propagation, associée à des flux radiatifs faibles, montre que ces câbles de nouvelle génération permettent également de circonscrire la propagation éventuelle de l incendie à des éléments combustibles proches. L implantation des CPF dans les zones non visitables ou à proximité des circulations d évacuation peut donc apporter une amélioration substantielle en limi- Température ( C) kw/m 2 2,5 2 1,5 1 0, Temps (minutes) SERIE 2_H190 SERIE 1_H160 SERIE 2_H160 Les résultats des mesures de température permettent de constater une stratification des températures très importante pour les câbles standard qui, en 4 à 6 min, avoisinent 400 C sous une hauteur de 2,20 m, et 150 C sous une hauteur de 1,60 m, tandis que les câbles CPF dépassent à peine 50 C en 6 min. La montée en température est beaucoup plus lente pour les câbles de protection au feu avec des niveaux maximaux très inférieurs à ceux des câbles standard. Rayonnement calorifique 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,5 Mesures de Flux Limite tolérable pour l homme Les résultats des mesures de la densité de flux thermique indiquent qu en 5 min les câbles standard atteignent la limite tolérable pour l homme, à savoir 2,5 kw /m 2, alors que les CPF ne dépassent pas 0,5 kw/m 2 qu ils atteignent au bout de 9 min seulement. t Temps (minutes) SE1_ES1_flux SE1_ES2_flux SE1_ES3_flux SE2_ES1_flux SE2_ES2_flux SE2_ES3_flux 8

9 Actualité Réglementation Du BBC à la RT 2012 : le succès des réunions d information Les réunions d information de Promotelec sur le thème du BBC à la RT 2012 ont réuni plus de 810 prescripteurs et installateurs électriciens, partout en France. Un succès à l image de la mobilisation de l ensemble des acteurs de la filière. professionnels ont participé aux réunions d information 813 du BBC à la RT 2012, organisées par Promotelec de mars à mai De Lille à Marseille, en passant par Dijon, Nantes ou encore Lyon, les délégués régionaux de Promotelec sont allés à la rencontre des acteurs de la filière, un tour de France organisé en partenariat avec les fabricants Schneider, Atlantic, Aldes et Rockwool. Une participation massive qui témoigne de l importance d informer les professionnels de la filière à quelques mois de l entrée en application de la nouvelle réglementation thermique. Comme le souhaite l association Promotelec, les rendez-vous ont réuni un public plus nombreux, certes, mais surtout plus large : bureaux d études, constructeurs, promoteurs, bailleurs sociaux, architectes ou encore distributeurs ont répondu présents à l une des 21 réunions d information. À la fin de chaque journée, les participants se sont vu remettre le Powerpoint de présentation de Promotelec ; ils ont également reçu, fin juillet, le Hors-Série Fil Pilote RT 2012 édité par l association. n BBC : Promotelec intervient en Aquitaine L association CDPEA (Construction Durable et Performance Énergétique en Aquitaine) organise, à la demande de l Ademe Aquitaine, un cycle de quatre conférences autour du bâtiment basse consommation en résidentiel. Dans ce cadre, la CDPEA a demandé à l association Promotelec de s associer à la démarche et d intervenir lors de chacune des conférences. Au programme : 9 juin : le BBC en maison individuelle 21 juin : le BBC en logements collectifs 13 septembre : les modes constructifs en BBC 3 novembre : l instabilité et les problèmes rencontrés autour du BBC. François Chatin, directeur de la communication SONEPAR France «Nous multiplions les rencontres avec nos collaborateurs et clients pour les sensibiliser à la RT 2012 et aux énergies nouvelles, un marché d avenir, certes, mais surtout un acte citoyen. Dans le cadre de nos salons, nous sollicitons systématiquement Promotelec avec qui nous collaborons étroitement. L association apporte une vision claire et objective sur la globalité du bâtiment (performance énergétique, équipements, éco-conseil...) et son approche pédagogique permet à la filière de monter en compétence.» DEO : entrée en vigueur de la nouvelle norme XP C Concernant le diagnostic de l installation électrique en cas de vente, la nouvelle norme XP C , mais aussi le nouvel arrêté récapitulant les points examinés et définissant le modèle de rapport, sont entrés en vigueur depuis le 1 er septembre Quelle est la différence entre un branchement à puissance limitée et un branchement à puissance surveillée? Le branchement à puissance limitée est un branchement pour lequel la puissance appelée au point de livraison est limitée, par un dispositif approprié, à la valeur souscrite par l utilisateur. Dans le cas d un branchement à puissance surveillée, la puissance appelée au point de livraison est surveillée par un appareil de mesure. Les éventuels dépassements de la puissance souscrite par l utilisateur sont enregistrés par le gestionnaire du réseau de distribution. Pour un dispositif de protection réglable en courant, à quoi correspondent les paramètres In et Ir? Ir est le courant de réglage du dispositif, par définition variable. In est le courant assigné du dispositif de protection, plus communément appelé calibre. In correspond au courant de réglage maximal. Dans le cas des branchements à puissance limitée, quelle est la caractéristique en courant de l AGCP L arrêté du 4 avril 2011 (JO du 19 avril 2011) fixe l entrée en vigueur, depuis le 1 er septembre dernier, de la 2 e édition de la norme XP C , publiée par l UTE en février Cette nouvelle édition remplace la précédente version appliquée depuis le 1 er janvier L arrêté du 4 avril 2011 modifie par ailleurs les annexes de l arrêté du 8 juillet 2008 définissant le modèle et la méthode de réalisation de l état de l installation intérieure d électricité dans les immeubles à usage d habitation. Ainsi, les annexes I (points examinés au titre de l état de l installation intérieure d électricité) et II (modèle de rapport de l état de l installation intérieure d électricité) de l arrêté du 8 juillet 2008 sont remplacées par les annexes I et II du nouvel arrêté. Dans le rapport de diagnostic, le chapitre D fixe clairement les limites du domaine d application de l arrêté. Dans la synthèse, les constatations diverses doivent être codifiées et libellées selon l annexe E de la nouvelle norme XP C Enfin, au chapitre F, les anomalies identifiées faisant l objet de mesures compensatoires correctement mises en œuvre sont clairement explicitées. n Question/Réponse Section des conducteurs avec un dispositif de protection réglable en courant à prendre en considération pour le calcul de la section des conducteurs alimentant le tableau de répartition principal? L article de la norme NF C relatif à la protection contre les surcharges stipule que, pour la coordination entre les conducteurs et les dispositifs de protection réglables, le courant à prendre en considération est le courant de réglage choisi Ir du dispositif. Toutefois, la fiche d interprétation F18 à la norme NF C publiée par l UTE en mars 2011 vient compléter cet article en précisant que, dans le cas des branchements à puissance limitée, pour le calcul de la section des conducteurs alimentant le tableau de répartition principal, la valeur à prendre en considération est le courant assigné In de l appareillage général de commande et de protection (AGCP), et non pas son courant de réglage. Pour les locaux d habitation, les sections minimales à mettre en œuvre en fonction du courant assigné de l AGCP sont précisées par la fiche d interprétation F16 publiée en juillet 2010 (voir Fil Pilote n 53 de décembre 2010). n FilPilote 9

10 Réalisation Le choix du tout-électrique pour une résidence étudiante basse consommation Le promoteur Icade a réalisé une résidence étudiante à basse consommation d énergie, à Marseille (13). Avec une consommation d énergie primaire de 35,07 kwh/(m 2.an), les 156 logements répondent aux exigences du Label Promotelec Performance avec mention BBC Effinergie. Visite avec Gaëtan Bouhéret, directeur technique, et Damien Roméro, responsable du programme. Les murs extérieurs en béton banché sont doublés par 100 mm de polystyrène expansé. Trois ballons d eau chaude sanitaire solaires de litres couvrent 50 % des besoins des occupants. Une perméabilité à l air de 0,34 m 3 /(h.m 2 ) seulement Le secret de la performance énergétique des Lauréades réside principalement dans l enveloppe du bâtiment. En effet, pour atteindre le niveau de performance exigé par le Label Promotelec Performance avec mention BBC Effinergie, le maître d ouvrage et le maître d œuvre GFC Constructable, un ratio défavorable dans le calcul du Cep max. Autre challenge relevé par le promoteur : obtenir le Label Promotelec Performance avec mention BBC Effinergie en misant sur le tout-électrique. «Choisir l électricité pour le chauffage et l eau chaude sanitaire lorsque l on vise le niveau BBC Effinergie n est pas une idée excentrique. Bien au contraire : outre sa simplicité et sa rapidité de mise en œuvre, le tout-électrique se révèle être une solution économique lorsque les besoins énergétiques sont optimisés. Comment? Par une enveloppe hautement L immeuble Les Lauréades du promoteur Icade se compose de 156 chambres étudiantes de type T1 réparties sur huit étages. Situé dans le quartier de la Timone, à proximité de la faculté de médecine, il constitue la première résidence étudiante à basse consommation d énergie de France (et la première opération basse consommation du maître d ouvrage). Un défi d autant plus ambitieux que ce type de construction, caractérisé par de vastes parties communes, se singularise par une SHON (surface hors œuvre nette) sensiblement supérieure à la surface habiétanche, des équipements performants et le recours aux énergies renouvelables comme le solaire thermique», explique Gaëtan Bouhéret. 10

11 La ventilation mécanique occupe un local isolé dans les combles. Réalisation L ensemble des canalisations a été calorifugé. La toiture accueille 90 m 2 de capteurs solaires thermiques dédiés à la production d eau chaude sanitaire. tion ont porté une attention particulière à l étanchéité du bâti. L isolation des murs extérieurs, mise en œuvre par 100 mm de polystyrène expansé posé en ITE (isolation thermique par l extérieur) permet d atteindre une résistance thermique R=3,10. Le coefficient de déperdition surfacique de ces murs est de 0,285. Le plancher inférieur sur garage est, quant à lui, isolé par 11,5 cm de fibrastyrène affichant une résistance thermique R=3. Les combles sont également isolés par 200 mm de laine de verre déroulée et toutes les parois opaques intérieures sont doublées par 80 mm d isolant de type prégystyrène élastifié. «Les ponts thermiques en façade sont inexistants, souligne le maître d oumoteur ont effectué régulièrement, pendant les travaux, des tests d étanchéité au moyen d une porte soufflante (blowerdoor), en obturant les ouvertures donnant sur l extérieur (canalisations, VMC, appareils sanitaires...). Au final, l enveloppe de la construction est parfaitement étanche et affiche une perméabilité à l air de 0,34 m 3 / (h.m 2 ) seulement. Conjuguer BBC avec électricité, une réalité L isolation hautement performante n explique pas à elle seule l obtention du Label Promotelec Performance. La toiture est équipée de 90 mètres carrés de capteurs solaires thermiques. Ces derniers alimen- Du double-vitrage argon à faible émissivité pour endiguer les déperditions thermiques. vrage. Les choix architecturaux (absence de balcon) permettent une isolation parfaitement continue jusqu au toit. Le brisis (partie inférieure de la toiture en combles) est, quant à lui, réalisé en structure bois, habillé par du Placo, avec une couverture en bac acier. Nous avons mis en place un film parevapeur avant la pose de l isolant.» Afin d endiguer les ultimes déperditions thermiques, notons que l ensemble des canalisations est calorifugé et les caissons des volets roulants sont isolés. Enfin, pour se prémunir contre les fuites thermiques, le constructeur et le protent trois ballons d eau chaude sanitaire solaires de litres chacun. «L installation couvre approximativement 50 % des besoins en eau chaude sanitaire des occupants de la résidence, trois ballons électriques assurant l appoint, également d une capacité de litres», précise Damien Roméro. Du côté de la solution de chauffage, le constructeur et le promoteur ont fait un choix peu commun. En effet, la performance thermique de la résidence est telle que le «besoin en chauffage est relégué au second plan». En témoigne leur décision d équiper uniquement la pièce principale des studios d un convecteur (à effet joule direct). Les salles de bains, systématiquement confinées entre des volumes chauffés, en sont dépourvues! Pour assurer un confort intérieur optimal aux futurs étudiants, les studios sont équipés d une ventilation mécanique contrôlée simple flux hygroréglable B. Les débits de ventilation sont ainsi modulés en fonction du taux d humidité au niveau des entrées d air et des bouches d extraction liées à un ventilateur à débit variable. Enfin, les éclairages basse consommation et les détecteurs de présence contribuent aussi aux économies d énergie. Combiné à la réflexion bioclimatique dès la phase de conception du projet (orientation, niveau d ensoleillement, emplacement de la végétation, stores occultants, etc.), l ensemble de ces dispositions et de ces équipements permet aux 156 logements d afficher une consommation d énergie primaire de 35,07 kwh/(m 2.an), soit un gain sur l étude thermique supérieur à 82 % par rapport au Cep max RT «L attribution du Label Promotelec Performance couronne de succès cette opération dont la réussite repose à la fois sur l implication du constructeur et de ses artisans et sur la collaboration étroite avec le bureau d études IDEM et Promotelec pour son accompagnement dans cette première aventure basse consommation», conclut Gaëtan Bouhéret. n Contacts Michel Larrue Délégué national de Promotelec Tél. : Gaëtan Bouhéret Directeur technique Icade Promotion Tél. : Fiche d identité Début des travaux : février 2010 Livraison des logements : juillet 2011 Consommation d énergie : 35,07 kwhep/(m 2.an) économie d énergie moyenne par rapport au Cep max RT 2005 : 82 % Taille : 156 chambres de type T1 réparties sur huit étages (SHON : m 2 ) Perméabilité à l air sous 4 pascals : 0,34 m 3 /(h.m 2 ) À chaque étape clé du chantier, l étanchéité a été testée et mesurée au moyen d une porte soufflante. FilPilote 11

12 Infos pratiques NouvelleS publications Guide Coexistence des installations d énergie et de communication Ce nouvel ouvrage, qui fait suite au guide «Compatibilité des installations d énergie et de communication», édité en 2008, porte sur les parties communes des immeubles collectifs d habitation, neufs ou en rénovation. Le développement des systèmes de communication dans les bâtiments résidentiels exige de concilier sécurité électrique et compatibilité électromagnétique (CEM). Ce guide constitue une véritable passerelle entre ces deux champs d expertise, adoptant un ton à la fois original et propice à des questions de plus en plus souvent posées, par les installateurs-électriciens comme par les antennistes. Il s articule autour de six parties : 1 - les exigences fondamentales ; 2 - les adductions aérienne et souterraine ; 3 - les colonnes électriques et de communication ; Guide «Installations électriques dans les espaces extérieurs» Cette nouvelle édition, disponible depuis août, intègre l additif paru en 2009 et prend en compte les différentes fiches d interprétation à la norme NF C parues depuis Véritable bible dédiée au professionnels, cet ouvrage rassemble l essentiel de la réglementation propre aux installations électriques d extérieur : éclairage public, mobilier urbain et installations d illuminations, tant en termes d approche technique de la conception, que de la prise en compte des problèmes de terrain. Prix TTC : 22 euros. Réf. : PRO Cahier pratique Installations solaires photovoltaïques élaboré en collaboration avec la FFIE, la CSEEE, Transénergie, le GIMELEC et ERDF, ce cahier pratique, dédié aux installateurs électriciens, traite des installations photovoltaïques raccordées au réseau de distribution et de puissance inférieure ou égale à 250 kva. L ouvrage s articule autour de quatre axes : les fondamentaux de l énergie solaire photovoltaïque (gisement solaire, principe de la conversion, composants d une installation ) ; le dimensionnement de l installation (choix des matériels, règles de conception, estimation de l énergie récupérable ) ; sa mise en œuvre (travail en hauteur, habilitation électrique, mise en service, maintenance ) ; les démarches administratives nécessaires (aides financières, accès au réseau de distribution, vente de l électricité produite ). Prix TTC : 35 euros. Réf. : PRO la gaine technique logement (GTL) 5 - la valorisation des compétences ; 6 - le contrôle des installations. Prix TTC : 32 euros. Réf. : PRO Agenda 16, 17 et 18 septembre Salon Faire Construire sa Maison : stand Promotelec hall 6, E 20 - Porte de Versailles à Paris. 21 et 22 septembre Salon SIDEC/ SONEPAR : stand Promotelec C04 - Parc Floral de Vincennes. 29 et 30 septembre Salon SIDEC/ SONEPAR : stand Promotelec CS0, espace Partenaires - Bordeaux. Pour commander les ouvrages Promotelec, deux solutions l Le site internet rubrique LA LIBRAIRIE 11 octobre L association Promotelec lance les premières Assises Électricité & Habitat Salons de la Maison des Arts et Métiers, 9bis, avenue d Iéna, à Paris. 15 au 30 novembre Les Journées Nationales de la Domotique en France, organisées par l association Promotelec. l Par correspondance en indiquant les références souhaitées et en adressant votre règlement à l ordre de Promotelec Services Tour Chantecoq 5, rue Chantecoq Puteaux Cedex Frais d envoi Une participation de 5,50 euros TTC est demandée pour les envois en France métropolitaine. Pour les envois hors France, vous pouvez nous contacter pour un devis au ou par fax au Pour toute question ou information, le service Diffusion de la documentation est à votre disposition de 8 h 30 à 13 h 00 et de 14 h 00 à 17 h 30 (16 h 30 le vendredi) - par téléphone : (documentation) - par fax : par FILPILOTE Association PROMOTELEC - Septembre 2011 Tour Chantecoq - 5, rue Chantecoq Puteaux Cedex Tél. : Fax : Directeur de la publication : Claude Descombes Rédactrice en chef : Laurence Rimokh Comité de rédaction : Julien Bardin, Maud Bourcereau, Catherine Bruneteau, Dominique Cottineau, Myriam Dardard, Bruno Gendron, Carole Gomes, Damien Hasbroucq, Michel Larrue, Albert Le Calvez, Pascal Le Goff, Claude Monméjean et Sylvie Rumigny. Crédits photo : Infokom, SYCABEL, DR PVCP, Fotolia. Réalisation : Tél. : Impression : Imprimerie Vincent Dépôt légal : 3 e trimestre 2011 ISSN

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail

Le BBC et son Label ZAC du Centre Ville Ilot Stalingrad Résidence Mosaïque Samedi 22 juin 2013 Le Label BBC - effinergie Pour les constructions neuves : c est concevoir et réaliser des bâtiments dont la

Plus en détail

MAISON INDIVIDUELLE. Portez un nouveau regard sur l Énergie Bois

MAISON INDIVIDUELLE. Portez un nouveau regard sur l Énergie Bois MAISON INDIVIDUELLE Portez un nouveau regard sur l Énergie Bois ÉVOLUTION Une énergie résolument moderne Authentique et d avenir Le bois se présente en France et en Europe comme la première source d énergie

Plus en détail

Newsletter Label Promotelec Performance

Newsletter Label Promotelec Performance OCTOBRE 2013 Certification, visites sur site et écarts récurrents sur les installations de VMC 1. Certification, visites sur site et écarts récurrents Fort de 130000 logements neufs visités à ce jour,

Plus en détail

Isolation et confort thermique

Isolation et confort thermique Réglementation / Isolation et confort thermique Isolation et confort thermique Réglementation Soigner l isolation thermique et hygrothermique d un bâtiment a un double effet : assurer un confort d utilisation

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 Journée Adhérents AIDELEC 18/11/2011 Présentée par : Caroline Dreumont BE thermique EN&CO Jean-Luc Bonnot - BE Fluides RUBIN VARREON 1 Plan de présentation Le bâtiment

Plus en détail

le signe de la qualité

le signe de la qualité MAÎTRES D OUVRAGE COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Pour vos projets de logements, nous avons créé le signe de la qualité Notre approche face aux nouveaux enjeux 2 Des réponses adaptées aux évolutions de l habitat

Plus en détail

le signe de la qualité

le signe de la qualité MAÎTRES D OUVRAGE COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Pour vos projets de logements, nous avons créé le signe de la qualité Notre approche face aux nouveaux enjeux 2 Des réponses adaptées aux évolutions de l habitat

Plus en détail

CHAPITRE 1 : CONNAISSANCES GENERALES ET CONNAISSANCES SIMPLES EN THERMIQUE

CHAPITRE 1 : CONNAISSANCES GENERALES ET CONNAISSANCES SIMPLES EN THERMIQUE Le QCM (questionnaire à choix multiple) a 40 questions piochées au hasard dans un potentiel de 400 questions environ, divisées en 4 chapitres repris ci-après. La liste des connaissances requises correspond

Plus en détail

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE :

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT Date de mise en application : 20/02/2014 QUALIFELEC RE/0010 indice A 1 SOMMAIRE 1. DOMAINE D APPLICATION... 4 1.1 Objet...

Plus en détail

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux En se lançant dans ce projet de rénovation de leur maison des années 1970, les propriétaires ont choisi de faire

Plus en détail

aéraulix 2 Aides ventilez * Financières produit conforme rt 2012 Des économies d énergie en toutes saisons Un confort optimal Une intégration simple

aéraulix 2 Aides ventilez * Financières produit conforme rt 2012 Des économies d énergie en toutes saisons Un confort optimal Une intégration simple chauffe-eau thermodynamique sur air extrait : ventilation et eau chaude aéraulix BÉNÉFICES produit conforme rt 0 Des économies d énergie en toutes saisons Un confort optimal Une intégration simple ventilez

Plus en détail

LE BATIMENT L HABITAT

LE BATIMENT L HABITAT LE BATIMENT L HABITAT L habitat est en France le plus gros consommateur d'énergie parmi tous les secteurs économiques, avec 70 millions de tonnes équivalent pétrole (tep). Soit 43 % de l'énergie finale

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔTS* VMc BBc + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix. les 5 CHAUFFE-EAU

CRÉDIT D IMPÔTS* VMc BBc + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix. les 5 CHAUFFE-EAU VMc BBc + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix les P r o d u i t s 75 % D ÉconoMies sur la consommation liée À l eau chaude chauffage De l eau JusQu À 62 c avec la PoMPe À chaleur 10 %

Plus en détail

Les formations pour le bâtiment en Picardie

Les formations pour le bâtiment en Picardie 2nd semestre 2013 Les formations pour le bâtiment en Picardie ECONOMIE D ENERGIE NOUVELLES ENERGIES CONSTRUIRE DURABLEMENT DIRECTION D ENTREPRISE IFRB PICARDIE 33, Mail Albert 1er - CS 51 111-80011 AMIENS

Plus en détail

Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements. Intégration Chantier

Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements. Intégration Chantier Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements Intégration Chantier Confort et santé Entretien et gestion Consommation Analyse du cycle de vie

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

21èmes Journées d Etudes Professionnelles de la FPI

21èmes Journées d Etudes Professionnelles de la FPI 21èmes Journées d Etudes Professionnelles de la FPI Atelier «Mieux concevoir, exécuter et livrer des logements BBC : points de contrôle et premières réussites» Bellet Christophe (GrDF) Delphine Lepeix

Plus en détail

Complément 5. label promotelec performance évolutions & mises à jour du cahier des prescriptions techniques PRO 1248-10 (septembre 2012)

Complément 5. label promotelec performance évolutions & mises à jour du cahier des prescriptions techniques PRO 1248-10 (septembre 2012) Sommaire des mises à jour Mise à jour du processus d attribution...3 Mise à jour de la surface de référence pour les calculs thermiques en construction...3 Mise à jour pour tous système...4 Mise à jour

Plus en détail

RT 2012, Vous vous la trouvez compliquée... On va vous aider à y voir plus clair!

RT 2012, Vous vous la trouvez compliquée... On va vous aider à y voir plus clair! RT 2012, Vous vous la trouvez compliquée... On va vous aider à y voir plus clair! CH UN EXEMPLE DE MAISON CONFORME À LA RT 2012 ISOLATION ÉQUIPEMENTS Laine de verre entre fermettes λ35 200 mm R = 5,70

Plus en détail

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A ENSAIT Réhabilitation du bâtiment A 1 Préambule Dans le cadre de la réhabilitation du bâtiment A, l ENSAIT a souhaité suivre une démarche HQE, avec des objectifs BBC, qui conditionnait une demande de subvention

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Exigences. Conséquences sur les solutions. Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la FFB

Exigences. Conséquences sur les solutions. Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la FFB Exigences Nouveautés par rapport à la RT2005 Conséquences sur les solutions Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la FFB Contexte réglementaire actuel articulation des réglementations

Plus en détail

La qualité de l'air intérieur... Pourquoi? Comment? Avec Qui? Qualité de l'air : les enjeux

La qualité de l'air intérieur... Pourquoi? Comment? Avec Qui? Qualité de l'air : les enjeux La qualité de l'air intérieur... Pourquoi? Comment? Avec Qui? Nicolas BLONDET, Prescripteur habitat ALDES représentant UNICLIMA Qualité de l'air : les enjeux 4 juillet 2013 Toulouse Attestation acoustique

Plus en détail

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Afin d améliorer le confort thermique de leur maison d après-guerre, un couple

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES GUIDE POUR LA PRESCRIPTION DES ENTRÉES D AIR SUR MENUISERIES PVC DANS L HABITAT SYNDICAT NATIONAL DE LA MENUISERIE PVC COMPOSITES 7-9, rue la Pérouse - 75784 PARIS

Plus en détail

Conception bioclimatique et efficacité énergétique L enveloppe passive et active

Conception bioclimatique et efficacité énergétique L enveloppe passive et active Conception bioclimatique et efficacité énergétique L enveloppe passive et active 20/03/2012 Olivier Servant Saint-Gobain Habitat France Directeur des marchés Les lois Grenelle pour les Bâtiments Neufs

Plus en détail

LABEL RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE

LABEL RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE LABEL PROMOTELEC RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE Retour d expérience LABEL RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE Édition 215 LOGEMENTS COLLECTIFS - MAISONS INDIVIDUELLES Sommaire Préambule 4 1 - ANALYSE DU MARCHÉ DE LA LABELLISATION

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2015

OFFRE DE FORMATIONS 2015 Centre de Ressources, d Accompagnement et de Formations pour la Construction Durable et la Performance Énergétique en Aquitaine 159 Avenue de l alouette 33700 Mérignac OFFRE DE FORMATIONS 2015 LA CDPEA

Plus en détail

SOLUTIONS CONDUITS DE CHEMINÉES EN MAISON INDIVIDUELLE. Conseils établis en application de. En collaboration avec le laboratoire CERIC GUIDE CONSEIL

SOLUTIONS CONDUITS DE CHEMINÉES EN MAISON INDIVIDUELLE. Conseils établis en application de. En collaboration avec le laboratoire CERIC GUIDE CONSEIL SOLUTIONS CONDUITS DE CHEMINÉES EN MAISON INDIVIDUELLE Conseils établis en application de la NF DTU 24.1 En collaboration avec le laboratoire CERIC GUIDE CONSEIL en application de la réglementation thermique

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour décembre 2012 Introduction La règlementation Thermique 2012 est entrée en vigueur en octobre 2011 pour les logements situés en zone ANRU. Elle

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

Conférence de présentation RT 2012

Conférence de présentation RT 2012 Conférence de présentation RT 2012 Les exigences prévues : La concrétisation du Grenelle Marie-Christine ROGER Chef du bureau de la qualité et de la réglementation technique de la construction MEEDDM DGALN

Plus en détail

Tout savoir sur la Réglementation Thermique

Tout savoir sur la Réglementation Thermique Tout savoir sur la Réglementation Thermique 1 La RT pour le neuf La Réglementation Thermique 2005 s applique aux constructions neuves : Pour diminuer leur consommation d énergie Pour améliorer leur confort

Plus en détail

Formation. Logements BBC à ossature métallique

Formation. Logements BBC à ossature métallique Formation Logements BBC à ossature métallique Module 1 La RT2012 Comprendre les enjeux de la nouvelle réglementation thermique, identifier les principales exigences et acquérir des notions de thermique

Plus en détail

L enjeu de la ventilation

L enjeu de la ventilation L enjeu de la ventilation Laurent Cabau France Air L enjeu de la ventilation Sous deux aspects: Réglementaire et Sanitaire Besoins, débits Techniquement et réglementaire Simple flux autoréglable Simple

Plus en détail

Enéides propose, après analyse des besoins du client:

Enéides propose, après analyse des besoins du client: L énergie et le réchauffement climatique sont des enjeux majeurs du 21ème siècle. La disponibilité et le coût respectif des différentes énergies rendent nécessaire la maîtrise de nos consommations et un

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance 1 Contexte et objectif Maitre d ouvrage : Résidences de l Orléanais Architecte : GA Architecture AMO passif : FIABITAT Concept > 5 maisons passives mitoyennes, 3 T4 + 2 T5 508 m² shab > Réalisation Orléans

Plus en détail

Performance Énergétique et Bâtiments Existants

Performance Énergétique et Bâtiments Existants Performance Énergétique et Bâtiments Existants LE CONSTAT??? IL EST FAIT!!! Enjeux Outils Concepts Méthodes Exemples LES SOLUTIONS??? ELLES EXISTENT!!! ALTERÉCO 1 Performance énergétique et patrimoine

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012 Réglementation thermique Avec Maison Hibou Avec Maisons CTVL MAISON HIBOU FOUSSE INDUSTRIES

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous!

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous! Remboursez nous! Marre d avoir froid Énergie trop chère Isolons nous! Isoler plus pour dépenser moins LA RT 2012 OU COMMENT RÉDUIRE MES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES EN CONSTRUISANT MA MAISON DANS LE RESPECT DE

Plus en détail

BILAN ENERGIE FONCIA

BILAN ENERGIE FONCIA BILAN ENERGIE FONCIA (Immeuble collectif) Ce document vous présente le résultat du bilan énergie réalisé sur votre immeuble. Il a pour objectif de vous faire connaître simplement le comportement énergétique

Plus en détail

Construction d un bâtiment industriel/tertiaire plus un logement au standard passif à Schlierbach

Construction d un bâtiment industriel/tertiaire plus un logement au standard passif à Schlierbach > Architecte / Bureau d'études Appel à projets bâtiments économes en énergie Cette fiche a été réalisée dans le cadre du deuxième appel à projets «bâtiments économes en énergie» lancé début 2009 par l

Plus en détail

Extension nouvelle d un bâtiment existant. (extension)

Extension nouvelle d un bâtiment existant. (extension) Fiche d application : Extension nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Modification 8 juillet 2013 1 08 janvier 2015 Mise à jour suite à la parution des arrêtés du 11 décembre 2014 et du 19 décembre

Plus en détail

La RT2012 Présenté par Y.FAGON Constructions durables à la DDTM du Finistère

La RT2012 Présenté par Y.FAGON Constructions durables à la DDTM du Finistère La RT2012 Présenté par Y.FAGON Constructions durables à la DDTM du Finistère Conférence sur le thème 27de septembre 2010 l'étanchéité à l'air des bâtiments Ministère de l'écologie, du Développement Durable,

Plus en détail

RT 2012: Comment optimiser la distribution dans les systèmes de chauffage à eau chaude?

RT 2012: Comment optimiser la distribution dans les systèmes de chauffage à eau chaude? Jeudi 7 novembre 2013 RT 2012: Comment optimiser la distribution dans les systèmes de chauffage à eau chaude? Intervenants: Marie-Hélène HUZE, directeur technique adjoint, COSTIC Jérôme MALDONADO, porte-parole

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour août 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction La règlementation Thermique 2012 s applique à tous les logements

Plus en détail

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES MountEE - Efficacité énergétique et construction durable dans les communes européennes de montagne EIE/11/007/SI2.615937 BONNES PRATIQUES CONCERNANT LA CONSTRUCTION ET LA REHABILITATION DURABLE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension)

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Fiche d application : Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Elaboration de la fiche Version 8 juillet 2013 1 Préambule Cette fiche d application précise les modalités de prise en compte

Plus en détail

Les réglementations thermiques dans les existants. Jacques Faucher - DREAL Limousin

Les réglementations thermiques dans les existants. Jacques Faucher - DREAL Limousin Les réglementations thermiques dans les existants Jacques Faucher - DREAL Limousin 1 RÉGLEMENTER SENSIBILISER INCITER RT existants : les grands principes À quel moment de la vie d un bâtiment? À l occasion

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

Comprendre pour mieux choisir.

Comprendre pour mieux choisir. Comprendre pour mieux choisir. Qu est-ce qu une réglementation thermique? Quels sont les avantages de faire construire un appartement RT2012? Qu est-ce que la réglementation thermique française? De tous

Plus en détail

TRAPPE VERTE INNOVATION & DEMARCHE D ECO-CONCEPTION. Une trappe ouverte sur la nature. Etanche à l air

TRAPPE VERTE INNOVATION & DEMARCHE D ECO-CONCEPTION. Une trappe ouverte sur la nature. Etanche à l air Une trappe ouverte sur la nature Depuis 1952 la société Roux développe, fabrique et commercialise une large gamme de profilés en bois massifs issus des forêts de tous les continents, pour l aménagement

Plus en détail

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur Introduction En Europe, le secteur «bâtiment» consomme plus du tiers de l énergie globale. De ce fait, les logements représentent le plus grand gisement d économies d énergie. Ainsi, l amélioration de

Plus en détail

> Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier

> Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier > Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier Conseil Le conseil auprès : - Des investisseurs - Des installateurs - Des architectes et bâtisseurs Etude Une étude personnalisée pour

Plus en détail

Aide à l isolation de l habitat

Aide à l isolation de l habitat Aide à l isolation de l habitat Dans le cadre de l élaboration du Schéma Régional Climat Air Energie dit SRCAE, l état des lieux énergétique a mis en évidence la part du secteur du bâtiment dans le bilan

Plus en détail

LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT

LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BATIMENTS EXISTANTS et l'innovation Limoges Ester Technopole lundi 13 février 2012 Appel à projets "innovation en éco-réhabilitation

Plus en détail

Formations. Transition énergétique

Formations. Transition énergétique Formations Transition énergétique Se former à la transition énergétique Anticipez les mutations de votre métier et les attentes de vos clients et prospects en vous formant dès aujourd hui aux enjeux de

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

Et la ventilation créa l eau chaude

Et la ventilation créa l eau chaude VENTILATION DOUBLE EFFET VMC BBC + CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE Les P r o d u i t s 75 % D ÉCONOMIES SUR LA CONSOMMATION LIÉE À L EAU CHAUDE CHAUFFAGE DE L EAU JUSQU À 62 C AVEC LA POMPE À CHALEUR 10 %

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Vers la maison positive

Vers la maison positive Ce guide vous est proposé par Vers la maison positive Prenez de l avance, renseignez-vous! Toutes les réponses à vos questions dans un simple guide Anticipez la RT 2020! LA MAISON POSITIVE Un monde en

Plus en détail

La RT 2012... 2. les labels énergétiques

La RT 2012... 2. les labels énergétiques 1.2.2. RT 2012 ChapitRe Règlementation thermique 1 - Réglementation et labels - Volet pratique La RT 2012... La Rt 2012, publiée au Journal Officiel le 27 octobre 2010, intègre les conclusions du Grenelle

Plus en détail

«CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux

«CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux 1 «CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux Dans le cadre de la réhabilitation d une chaufferie d un bâtiment tertiaire

Plus en détail

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Étanchéitéàl air le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Les rencontres du Groupe PROTEC - CONFERENCE Qui sommes nous? Bureau de mesure et contrôle de la perméabilité à l air Formations en Infiltrométrie

Plus en détail

prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements

prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements environnement prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager RENOV LR, le prêt bonifié

Plus en détail

LUMIERE. Ensemble, valorisons la Lumière Naturelle

LUMIERE. Ensemble, valorisons la Lumière Naturelle LUMIERE Ensemble, valorisons la Lumière Naturelle Etude d impact de l installation de lanterneaux sur les consommations et le confort d été d un bâtiment industriel. Sommaire Page 4 Page 4 Page 5 Page

Plus en détail

ÉCO-RÉNOVER EN TOUTE SIMPLICITÉ

ÉCO-RÉNOVER EN TOUTE SIMPLICITÉ ÉCO-RÉNOVER EN TOUTE SIMPLICITÉ Mieux maîtriser les enjeux de la construction et de la rénovation durables Engagé dans une démarche éco-volontaire depuis ses débuts, Raboni lance le programme R+. Son objectif

Plus en détail

«Chèque énergies Haute- Normandie» Audit énergétique des maisons individuelles Cahier des charges

«Chèque énergies Haute- Normandie» Audit énergétique des maisons individuelles Cahier des charges «Chèque énergies Haute- Normandie» Audit énergétique des maisons individuelles Cahier des charges Sommaire Préambule...3 1. Objectifs de l audit...4 2. Les compétences du prestataire...4 3. Description

Plus en détail

La maison basse consommation. Dossier. Guide d information à destination du particulier BBC. Hiver 2009 LEXIQUE

La maison basse consommation. Dossier. Guide d information à destination du particulier BBC. Hiver 2009 LEXIQUE Dossier BBC La maison basse consommation Guide d information à destination du particulier Hiver 2009 LEXIQUE BBC : Bâtiment Basse Consommation PAC : Pompe A Chaleur CV : Compacité Volumétrique PassivHaus

Plus en détail

Evolution de la réglementation thermique dans l ancien et dans le neuf, RT2012

Evolution de la réglementation thermique dans l ancien et dans le neuf, RT2012 Evolution de la réglementation thermique dans l ancien et dans le neuf, RT2012 Jacques FAUCHER Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement du Limousin 1 Sommaire 1. Le contexte

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail

RT 2012 et RT existant

RT 2012 et RT existant RT 2012 et RT existant RéglemenTaTion TheRmique et efficacité énergétique Dimitri molle et Pierre-manuel Patry ÊG roupeêe yrolles,ê2 011,ÊI SBNÊ:Ê9 78-2-212-12979-3 Sommaire Avant-propos... 1 Partie 1

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

CONSTRUIRE SELON LA RT 2012. Les clés pour comprendre la réglementation

CONSTRUIRE SELON LA RT 2012. Les clés pour comprendre la réglementation CONSTRUIRE SELON LA RT 2012 Les clés pour comprendre la réglementation Le Contexte de la réglementation P ortée par les enjeux climatiques et par l engagement de réduire par 4 les émissions de gaz à effet

Plus en détail

RT 2012 / BBC : nos solutions performantes. climat d innovation

RT 2012 / BBC : nos solutions performantes. climat d innovation RT 2012 / BBC : nos solutions performantes climat d innovation Les principales solutions Viessmann pour les Bâtiments Basse Consommation qui préfigurent la nouvelle Règlementation Thermique 2012 Performance

Plus en détail

Vous accompagner vers un habitat plus économe en énergie

Vous accompagner vers un habitat plus économe en énergie Vous accompagner vers un habitat plus économe en énergie Les Services d Efficacité Energétique et Environnementale Leader européen des services en efficacité énergétique et environnementale, Cofely conçoit,

Plus en détail

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé VOUS AVEZ UN PROJET DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 EDITION 2015 avec la mention RGE et le CITE Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé SOMMAIRE ECO PTZ P.2 CREDIT D IMPÔT

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Montreuil, le 10 mars 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Réunion Intermédiaire Florent LOUSSOUARN DES TEXTES RÉGLEMENTAIRES Bâtiments avant 1974 1 er choc pétrolier RT 74 Décret affichage

Plus en détail

Les Vitrages à Isolation Renforcée

Les Vitrages à Isolation Renforcée Les Vitrages à Isolation Renforcée Vitrage à Isolation Renforcée En neuf et en réhabilitation, les VIR s imposent en tant que solutions efficaces et rentables Glasstec : 24 oct 2006 1 Les Vitrages à Isolation

Plus en détail

RTEX La La réglementation pour les bâtiments existants 48

RTEX La La réglementation pour les bâtiments existants 48 La RTEX La réglementation pour les bâtiments existants 48 Les grands principes p À quel moment de la vie d un bâtiment? À l occasion de travaux de rénovation, de remplacement ou d installation ti dans

Plus en détail

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Mercredi de l info du Mercredi 25 Mars 2009 «PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BATIMENT A BASSE CONSOMMATION D ENERGIE» Le point sur les réglementations,

Plus en détail

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie?

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie? Contruire Basse Consommation : on y va? Rénovation des bâtiments communaux Comment mobiliser son gisement d économie? ASDER le 20 mars 2012 Retours d expériences le 14 mars 2012 Côte Rousse : Rénovation

Plus en détail