La transition énergétique (2)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La transition énergétique (2)"

Transcription

1 La transition énergétique (2) Christophe Defeuilley Chercheur affilié à Sciences Po Paris et à la Chaire Ville, Ecole des Ponts ParisTech Nous présentons ici le second volet de notre analyse consacrée à la transition énergétique et à ses conséquences sur le paysage concurrentiel. Après voir rappelé dans un volet précédent les principales caractéristiques de la transition énergétique, nous traiterons dans ce Portrait d Entreprise des impacts de la transition énergétique allemande (Energiewende) sur les modèles d activités des principaux groupes énergéticiens nationaux RWE et E.On, qui voient leur cadre d action profondément renouvelé par cette nouvelle politique publique. L Allemagne est probablement le pays en Europe le plus en pointe en matière de transition énergétique. Depuis le début des années 2000, plusieurs législations se sont succédées, qui visent à favoriser l essor des énergies nouvelles, prévoient la fermeture anticipée des centrales nucléaires puis organisent un tournant énergétique (Energiewende) dont l objectif est de faire de l Allemagne la première économie décarbonnée à l horizon C est donc une politique publique très ambitieuse, qui dépasse largement les seules frontières de l énergie (des systèmes électriques et gaziers), dans laquelle s est engagée le pays. Elle s appuie sur la conviction que les coûts très élevés induits par ces évolutions organisationnelles et techniques, pourront être plus que compensés par les effets positifs que cela pourra générer sur l économie allemande sur le long-terme : création de nouvelles filières industrielles, développement de nouveaux gisements d emplois à haute valeur ajoutée, amélioration de la sécurité d approvisionnement i. Cette politique est donc avant tout un pari, qui ne peut être engagé que parce qu il bénéficie d un très large soutien à la fois des milieux politiques, des milieux d affaires et de la population. Son objectif principal est de trouver de nouveau relais de croissance à long-terme à une économie avancée, qui cherche à maintenir ses positions sur les marchés mondiaux (le pays compte parmi les principaux exportateurs avec un excédent commercial de près de 200 milliards en 2013) dans un contexte de très forte compétition internationale, d ouverture des frontières et de fortes exigences environnementales. Dans ce contexte en transformation rapide, les entreprises allemandes du secteur énergétique sont en première ligne. Les deux premières d entre elles, E.On et RWE doivent faire face à des mutations profondes, qui affectent aussi bien leurs résultats actuels que leurs perspectives de développement futur. Elles doivent adopter de nouvelles orientations stratégiques et repenser leurs modèles d activités qui étaient auparavant tournés vers la satisfaction d une demande en croissance à l aide d un outil industriel organisé autour de grandes unités de production capable de fournir de manière sûre et continue une électricité à coût raisonnable, transitant par de grands réseaux de transport et de distribution interconnectés. Cette architecture est remise en cause par les évolutions suscitées par la transition énergétique allemande et nécessite une adaptation majeure de la part des grands électriciens allemands, dont l agilité et la capacité d évolution sont entravées à la fois par la taille et par la durée de vie de leurs équipements, qui représente un stock de capital immobilisé très important. Par leur exposition aux changements liés à la transition énergétique, déjà 1

2 très avancée en Allemagne, les situations vécues par les principaux groupes allemands et les orientations stratégiques envisagées peuvent nous éclairer sur ce qui pourrait se passer pour le reste de l industrie électrique européenne, dans des formes et à des rythmes différents selon les contextes nationaux. L Energiewende Le tournant énergétique pris par l Allemagne, formellement consacré par la loi du 30 juin 2011, a été précédé par d autres décisions d ordre politique qui ont joué un rôle important dans la redéfinition progressive du paysage énergétique national. En mars 2000, la loi sur les énergies renouvelables, dite loi EEG (Erneuerbare Energien Gesetz), organise un cadre qui favorise le développement des énergies renouvelables en fixant un tarif d achat très avantageux, dont le coût est répercuté sur l ensemble des clients résidentiels par l entremise d une taxe. Cette loi va servir de point de départ à une expansion très forte de l éolien terrestre et du photovoltaïque (PV) dans le pays. En l espace de moins d une quinzaine d années, l Allemagne va s imposer comme le champion des énergies renouvelables en Europe. Fin 2012, elle compte MW de capacité installée en éolien terrestre, ce qui la place au troisième rang mondial derrière la Chine et les USA (et au premier rang européen) et MW de capacité installée dans le PV (premier rang mondial). Pris ensemble, les énergies renouvelables contribuent à 23 de la production d électricité nationale, dont environ 12 sont attribuables à l éolien terrestre et au PV (le reste est issu de l hydraulique, de la biomasse et autres sources d énergies renouvelables). Mais tout ceci finit par coûter cher : les tarifs d achat font peser sur les ménages allemands une contribution qui se monte à plus de 30 /MWh, et qui représente autour de 20 de la facture moyenne TTC, ce qui contribue à faire de l Allemagne l un des pays les plus chers en matière d électricité pour les clients résidentiels ii. Face à cette situation, et compte tenu de la baisse tendancielle des coûts des énergies renouvelables, les autorités allemandes réfléchissent à une réforme du régime d aide (nous y reviendrons). Composition du mix électrique allemand (2012) Houille 20 Lignite 27 Fioul 1 Gaz 12 Nucléaire 17 ENR 23 Part des énergies primaires dans la production d électricité. Source : BMWI, 2013 L essor des énergies renouvelables est censée partiellement compensée le déclin du nucléaire. Car les allemands, et c est l un des traits caractéristiques de leur politique énergétique, décident en avril 2002 d organiser l arrêt progressif des tranches nucléaires en activité. Cette décision est confirmée et renforcée après l accident de Fukushima en mars 2011 : la chancelière Angela Merkel décide l arrêt immédiat des huit réacteurs les plus anciens et la fermeture des neuf autres en activité d ici 2022 iii. Cela oblige à des re-orientations de politique énergétique. L arrêt de l énergie nucléaire ampute l Allemagne de sources d énergie décarbonnées et la prive de ressources pour mener à bien ses ambitions. Réaffirmant des objectifs déjà 2

3 esquissés en 2010, les autorités publiques vont s engager plus loin dans les réformes et donner une perspective plus vaste à leurs projets avec l Energiewende de Les objectifs de politique publique sont particulièrement ambitieux : il s agit de réduire de 80 à 95 les émissions de CO2 d ici 2050 pour parvenir à développer une économie largement décarbonnée. Pour cela, deux leviers sont privilégiés : d une part, diminuer de manière très significative la consommation d énergie (-50), à la fois dans le secteur électrique et dans le secteur des transports. Compte tenu de l évolution attendue du PIB allemand pendant la période, cela signifie qu il faudra faire des efforts très soutenus pour améliorer l efficacité énergétique et réduire la quantité d énergie incorporée dans la production nationale de richesse. Ce qui suppose de parvenir à exploiter l essentiel des gisements d économies d énergie, en particulier dans les bâtiments, en augmentant considérablement le rythme des rénovations lourdes (qui devrait doubler par rapport au rythme actuel). Il faudra également revoir les politiques de mobilité, la place des transports publics et les formes de motorisation des véhicules individuels (véhicule électrique, filière hydrogène). D autre part, le second levier utilisé vise à faire croître sur un rythme très élevé la pénétration des énergies renouvelables pour parvenir en 2050 à un mix électrique composé à 80 d ENR. Ce qui suppose de poursuivre et d accélérer le mouvement déjà entamé en matière de développement des ENR, tout en pariant sur le fait que ces énergies deviendront compétitives dans un laps de temps pas trop éloigné et pourront former l ossature d un système électrique sûr et performant. Les ENR sont des énergies intermittentes, qui ne produisent que lorsque les conditions de vent ou d ensoleillement le permettent. Pour parvenir à atteindre l objectif de 80 d énergies renouvelables en 2050, il faudra au préalable revoir l architecture d acheminement et multiplier les investissements de transport d électricité, le potentiel éolien étant situé au Nord-Ouest du pays et la consommation plutôt au Sud-Est. Il faudra ensuite disposer des moyens susceptibles de garantir la sécurité d approvisionnement lorsque les ENR produisent peu, ce qui nécessitera de pouvoir procéder à des effacements (gestion active de la demande) et/ou de développer des moyens massifs de stockage, moyens qui ne sont pas encore disponibles actuellement à des coûts raisonnables. Les objectifs de la politique publique allemande Objectifs Réduction de la consommation d énergie (par rapport à 2008) Réduction de la consommation d électricité (par rapport à 2008) Réduction de la consommation d énergie dans les transports (par rapport à 2005) Réduction des émissions de CO2 (par rapport à 1990) Part des énergies renouvelables dans la consommation d énergie finale Part de l électricité d origine renouvelable dans la consommation d électricité Source : Cruciani M., 2013, p. 15 3

4 Tout ceci revient donc à redessiner le paysage énergétique allemand. Il s agit avant tout d accélérer et d accentuer des mouvements qui sont déjà à l œuvre depuis quelques années et qui se sont traduits par une expansion des ENR, une stagnation puis une légère baisse des consommations d électricité et une amélioration significative de l efficacité énergétique. Toutes ces évolutions ont été favorisées par la situation démographique allemande, dont la population stagne depuis le début des années 2000 autour de 82 millions de personnes et qui pourrait passer sous la barre des 65 millions en 2060 si les projections actuelles se confirment. Les investissements à réaliser pour atteindre les objectifs décrits plus haut sont gigantesques. Pour le seul secteur électrique, ils se décomposent de la manière suivante : le développement des ENR nécessitera autour de 18 milliards d investissement par an en moyenne d ici 2020 ; la construction de nouvelles centrales thermiques de pointe pour sécuriser l approvisionnement et compenser les variations des énergies intermittentes devrait coûter 4 milliards par an d ici 2015 puis 2 milliards par an de 2015 à 2020 ; l expansion et les transformations des architectures de transport et de distribution devraient nécessiter 40 milliards d investissements d ici 2030 ; et enfin le développement de solutions massives de stockage pourraient conduire à des dépenses en capital d environ 30 milliards d ici Globalement, ce sont environ 240 milliards d investissements additionnels qu il faudra consentir dans le seul secteur électrique d ici 2030 pour parvenir à suivre la feuille de route donnée par l Energiewende iv. Cette estimation ne tient pas compte, ni des efforts à consentir en matière d efficacité énergétique (rénovation des bâtiments), ni du développement des réseaux de chaleur utilisant des sources renouvelables, ni des manques à gagner supportés par les groupes énergétiques qui ne parviennent plus à rentabiliser certains de leurs équipements existants à cause de l afflux massif d ENR subventionnés sur le marché. Si l on ajoute ces trois nouveaux postes de dépenses à l addition précédente, la facture globale est estimée dans une fourchette allant de 352 à 416 milliards. Mais, a contrario, cette estimation, qui dépend largement des investissements consentis dans les ENR, pourrait être corrigée à la baisse si les coûts des énergies renouvelables, et plus particulièrement le coût du PV, continue à baisser à un rythme soutenu comme ils le font depuis le début des années 2000 v. Qui paiera? La encore, rien n est vraiment tranché. Pour le moment, ce sont les clients finals (essentiellement les ménages) qui supportent l essentiel des surcoûts. A l avenir, certaines des dépenses nouvelles liées à l Energiewende viendront probablement gonfler encore un peu le plus la facture : on pense aux investissements sur les réseaux ou sur les moyens de stockage. Cependant, les autorités publiques allemandes, conscientes de devoir aménager la contrainte et limiter les hausses, sont en train de réduire de manière significative les niveaux des tarifs d achat des énergies renouvelables et de les rendre dégressives, cherchent à atténuer leurs impacts sur le fonctionnement des marchés et tentent de promouvoir l auto-consommation auprès des clients résidentiels. L ensemble de ces mesures, qui demandent à être finalisées, devraient permettre de réduire de manière importante la progression des taxes supportées par les clients finals vi. Enfin, les autorités comptent beaucoup sur la diminution des consommations, en particulier dans le secteur résidentiel et tertiaire, pour amortir la hausse des factures, la réduction des volumes permettant de limiter les augmentations de prix exprimés en termes de MWh 4

5 consommés. Par ailleurs, un soutien massif de la part de la banque publique KfW (Kreditanstalt für Wiederaufbau Bankengruppe, l équivalent de notre Caisse des Dépôts) est attendu, qui annonce vouloir engager 100 milliards d ici 2020 dans la transition énergétique allemande sous forme d aides et de prêts bonifiés, en particulier pour soutenir les projets d éoliennes offshore. Le secteur électrique et gazier allemand Depuis la libéralisation des secteurs de l électricité et du gaz, les groupes allemands ont profondément évolué et se sont radicalement transformés. Avant 1998, le secteur était caractérisé par une certaine complexité, avec la co-existence de grands groupes, plutôt à dimension régionale et de multiples acteurs locaux, essentiellement publics. Il faut souligner que, contrairement à d autres pays en Europe, les collectivités locales restent des acteurs importants dans le domaine de l énergie, aussi bien en tant qu actionnaires de certains des compagnies de production qu en tant qu autorités organisatrices, propriétaires et gestionnaires d entités locales de distribution et de vente via les stadtwerke vii. Petit-à-petit, comme les autres pays membres de l Union Européenne, l Allemagne va progressivement libéraliser ses secteurs électrique et gazier. Elle le fait à partir de 1998, la loi de transposition de la directive européenne de 1996 sur l électricité donnant la première impulsion. Les principales mesures qui vont se succéder à partir de cette date sont les suivantes : ouverture à la concurrence des segments de la production et de la vente (dès 1998 pour l ensemble des clients, y compris résidentiels), séparation comptable, puis juridique et enfin patrimoniale des réseaux de transport, création d une autorité indépendante de régulation, création d un marché de gros de l électricité. Parallèlement, des mouvements de recomposition de la propriété des actifs ont lieu, qui vont être l occasion d une concentration du secteur autour de quatre principaux acteurs, qui au passage se recentrent sur l énergie, et d un retrait, partiel et qui ne sera que provisoire, des collectivités locales. Les huit grandes compagnies électriques en 1998 Nom Production (en Twh) Structure de l actionnariat (actionnaires majoritaires) RWE municipalités Preussen Elektra VEBA Bayernwerk 76 VIAG (40)et Land de Bavière (60) EnBW Land et municipalités VEAG RWE, VEBA, VIAG VEW municipalités HEW ville de Hambourg Bewag ville de Berlin Source : d après Lorrain D., 2000, p. 93 Avant 1998, huit grandes compagnies se partagent, sur une base territoriale, environ 80 de la production d électricité nationale. Elles sont propriétés des collectivités locales ou filiales de grands conglomérats industriels actifs dans de nombreux secteurs d activité. Elles sont également actives dans le transport d électricité et couvrent, grâce à leur réseau, la totalité du territoire allemand. Puis, viennent les compagnies de distribution et de vente, qui se composent, d une part, de quatre-vingt 5

6 compagnies régionales et d environ huit cent cinquante compagnies municipales (stadtwerke) et entreprises privées concessionnaires. Ces trois types d acteurs sont également actifs dans la production, au côté de compagnies indépendantes de production, dont les principales sont alors Steag et VKR. Les huit grandes compagnies précédemment citées vendent leur courant par plusieurs canaux : directement à leurs clients, par les compagnies privées concessionnaires dont elles sont actionnaires ou par les compagnies régionales ou municipales, dans lesquelles elles détiennent parfois, mais pas toujours, des participations viii. Une série de fusions, d acquisitions et de recentrage s opèrent entre 1999 et les premières années de la décennie suivante. RWE fusionne avec VEW en 2000, VIAG s unit avec VEBA pour former E.On toujours en 2000, EDF acquiert une participation de 35 dans EnBW en 2001, puis montera à 45 avant de revendre ses intérêts dans le groupe allemand en 2010 au Land du Bade-Wurtemberg, qui détient actuellement la quasi-totalité du capital. Enfin, Vattenfall, le groupe électrique public suédois s implante en Allemagne en rachetant coup sur coup HEW, VEAG et Bewag entre 2000 et 2002 ix. De huit, les grandes compagnies passent à quatre et vont former l ossature, pour trois d entre elles (RWE, E.On et Vattenfall), de grands groupes énergéticiens de dimension européenne. Nous allons nous intéresser maintenant aux deux principaux groupes énergétiques allemands, RWE et E.On et voir comment ils sont impactés par la transition énergétique allemande. RWE RWE. Chiffres-clé 2012 Création à Essen (Allemagne) en 1898 Activités dans les secteurs électrique et gazier Implantations : Allemagne, Angleterre, Pays-Bas, Europe Centrale et de l Est Chiffre d affaires : 53, 2 milliards Résultat net : 1,3 milliard Employés : La société RWE est créée à Essen en Elle débute par une activité dans la production d électricité, puis élargit ses activités grâce à des rachats successifs de petites sociétés avant de se diversifier en 1906 en acquérant une compagnie de tramway. Les municipalités entrent au capital en 1905 et vont progressivement renforcer leur poids jusqu à détenir 30 des actions, qui leur donnent droit, grâce aux droits de vote multiples qui y sont associées, à 60 des voix lors des assemblées générales x. Dans les années 1920 et 1930, la société poursuit son expansion en Rhénanie, commence à investir dans les mines de charbon et décide d axer sa production d électricité sur l utilisation des ressources locales du bassin de lignite de la Rhénanie, dessine les premiers linéaments de son réseau de transport longue distance, négocie avec les autres compagnies de production d électricité des accords de démarcation qui délimitent les territoires des uns et des autres et organisent de fait des monopoles territoriaux et enfin intervient dans la construction et l exploitation d ouvrages hydro-électriques. Puis la société s engage dans une série d opérations de diversification en dehors du secteur de l énergie : prise de 6

7 participation de 31 dans le groupe de construction Hochtief en 1924 (qui sera renforcée ultérieurement), acquisition d un intérêt majoritaire dans le groupe de matériel d imprimerie Heidelberg en 1940 xi. Ces diversifications ne vont pas s arrêter là puisque le groupe investira aussi, mais bien plus tardivement (dans les années 1980 et 1990) dans la chimie, la distribution de produits pétroliers (réseau de stations essence), l exploration-production de pétrole et de gaz naturel, les télécommunications, et renforcera ses positions dans les équipements d imprimerie jusqu à faire de sa filiale le n 1 mondial du secte ur. Au début des années 1970, le groupe diversifie ses sources de production d énergie et décide d investir dans le nucléaire. Il construit et exploite une première centrale, qui entre en service en 1975 (tranche A de Biblis), d une puissance de 1200 MW. RWE poursuivra sur sa lancée et construira quatre autres tranches (la dernière mise en service en 1988) pour un total de 6295 MW. Il prend donc une part active dans le développement du nucléaire en Allemagne et se trouve à la fin des années 80 à la tête de 31 des capacités installées nucléaires allemandes (6295 MW sur ), ce qui en fait l un des principaux acteurs du nucléaire dans le pays. Parallèlement, le groupe continue à investir dans le développement de ces capacités de production lignite et charbon puis dans les centrales à cycle combiné gaz, essentiellement dans les années 2000 xii. Fort de ses investissements, RWE s affirme comme le principal producteur d électricité (avec 29 de parts de marché), et le deuxième distributeur (18) et commercialisateur (19) en Allemagne, juste derrière E.On. Au milieu des années 1990 RWE prend une nouvelle dimension et adopte une stratégie de multi-utilités / multi-services expérimentée par d autres groupes comme Suez, Enel, Endesa ou Centrica xiii. Il s agit de se développer dans plusieurs infrastructures censées être connexes pour en tirer des bénéfices en termes de mutualisation des coûts et d amélioration des offres commerciales (package de services, gestion unique des factures, etc.). Ainsi, RWE va se développer de manière simultanée dans l énergie (électricité et gaz), l eau, les déchets et les télécommunications. Pour cela le groupe va multiplier les acquisitions, en Allemagne et dans certains pays étrangers (Angleterre, Etats-Unis), en n hésitant pas à payer très cher les entreprises ciblées, espérant ainsi pouvoir rentabiliser ses dépenses en réduisant ses coûts et en augmentant les revenus qu il pourra tirer de sa base clientèle. Désireux de bénéficier des opportunités ouvertes par la libéralisation du marché de l énergie en Europe, le groupe se renforce d abord dans cette activité. Il fusionne en 2000 avec VEW (groupe de taille bien plus modeste), ce qui lui permet de se renforcer dans le domaine de la production d électricité en Allemagne, mais également dans le gaz et dans les déchets. Les positions dans le gaz seront encore renforcées en 2001 avec l acquisition de Transgas, société active en Allemagne et en République Tchèque, pour 4,1 milliards. RWE s attaque ensuite à l international en acquérant en 2002 le groupe de production électrique anglais Innogy pour 8,5 milliards. Innogy servira de base pour créer un groupe énergétique intégré également présent dans la distribution et la vente, qui sera ensuite renommé Npower. Des positions sont également prises dans certains pays d Europe centrale et de l est dans l électricité et le gaz à l occasion des opérations de privatisations effectuées dans cette zone. Puis RWE prend un autre tournant en décidant d investir dans la gestion de l eau. Il rachète le numéro un anglais de l eau, Thames Water, 7

8 pour 11,2 milliards en 2000 puis American Water Works pour 8,4 milliards en 2001 et développe des activités en Allemagne en obtenant des contrats comme celui des eaux Berlin, en association avec le français Vivendi (d autres contrats suivront, notamment en Chine et en Espagne). Cette stratégie multi-utilités/multi-services va se solder par un échec. Les bénéfices attendus ne sont pas au rendez-vous, la base de coûts susceptibles d être mutualisée est trop étroite et les clients n adoptent pas les packages de services qui leur sont proposés. Confronté à une dette qui explose (elle passe de 1 à 25 milliards entre 2000 et 2002), contraint d afficher des résultats financiers peu satisfaisants, malmené par les analystes financiers et certains de ses actionnaires, RWE est obligé de revoir sa stratégie sous la pression des marchés. Le groupe est dans une mauvaise passe, notamment parce qu il a du mal à se donner de l air en cédant à bon prix ses activités devenues «non stratégiques» (la construction, le matériel pour imprimerie). RWE va donc élargir le nombre des filiales qu il est contraint de céder et décide de tirer un trait sur ses diversifications dans l eau, les déchets et les télécommunications. Vont se succéder des années de réorganisation, de cessions et de recentrage : ventes des activités de construction (Hochtief) et de matériel d imprimerie (Heidelberg) en plusieurs étapes entre 2001 et 2004 ; désengagement des activités dans les déchets en 2005 (RWE Umwelt ; 1,4 milliards ) et des activités dans la gestion de l eau avec la cession de Thames Water à Macquarie en 2006 pour 11,9 milliards, mise sur le marché des actions détenues dans American Water Works entre 2007 et 2009 xiv. Parallèlement, RWE se concentre sur ces points forts et renforce ses positions sur les marchés électrique et gazier en Allemagne (son marché historique), en Angleterre (avec sa filiale Npower), aux Pays-Bas (avec l acquisition d Essent en 2009 pour 7,3 milliards ) et dans les pays d Europe de l Est (République Tchèque, Pologne, Slovaquie, Hongrie). A la fin des années 2000, RWE n affiche plus d ambitions de développement international ou de volonté d expansion dans de nouveaux secteurs d activités. Il s affirme comme un groupe énergétique de dimension européenne, s applique à consolider ses positions dans les pays où il est présent et cherche à dégager des résultats financiers plus satisfaisants, en particulier en réduisant son endettement. Evolution des principaux indicateurs financiers de RWE Indicateurs Chiffre 43,8 42,1 39,5 42,5 42,5 48,9 47,7 53,3 51,6 53,2 d affaires EBE 8,5 8,4 7,1 7,1 7,9 8,3 9,1 10,2 8,4 9,3 EBE/CA 19,4 19,9 17,9 16,7 18,5 16, ,1 16,2 17,5 Résultat net 0,9 2,1 2,2 3,8 2,7 2,6 3,6 3,3 1,8 1,3 Dette nette 17,8 12,3 11,5-4,7-2,1-0,6 10,3 11,9 12,2 12,3 *EBE : excédent brut d exploitation. En milliards. Sources : RWE : rapports annuels. Mais cette relative embellie sera de courte durée, car, depuis 2011 environ RWE fait face à de nombreux facteurs défavorables qui découlent d une dégradation générale des conditions d exercice de ses activités dans l électricité et le gaz. Dans l électricité, le groupe énergétique doit faire face à une demande en berne, à un développement très soutenu des énergies renouvelables sur son marché historique qui conduit à une baisse des prix de marché (se traduisant même par des épisodes 8

9 de prix négatifs) et provoque une sous-utilisation des moyens de production thermiques «classiques» ; il doit enfin subir les conséquences de l arrêt des centrales nucléaires encore en activité. Tout ceci amène le groupe a devoir faire face à une diminution sensible de ses profits liés à son activité «cœur» : la production d électricité en Allemagne. Dans le gaz, l exploitation des gaz de schiste aux USA conduit à une baisse sensible des prix en Europe et affecte les positions des acteurs qui, comme RWE, s approvisionnent auprès de fournisseurs par l entremise de contrats long-terme. La situation actuelle n est donc pas favorable, mais les perspectives, telles qu elles se dessinent aujourd hui, sont encore plus sombres. Et c est bien ce qui inquiète analystes financiers et dirigeants du groupe, qui envisagent les prochaines années avec appréhension : baisse tendancielle des revenus et des résultats opérationnels sur les marchés historiques du groupe (Allemagne en tête), réduction des capacités d investissement, dégradation de la structure du bilan, nécessité de trouver des relais de croissance xv. Tout ceci se traduit dans le cours de bourse, qui passe d un plus haut à 93 en novembre 2007 à 29 en mars 2014, pour une capitalisation boursière qui se situe maintenant autour de 18 milliards, après avoir fondue de 35 milliards depuis la fin Face à ces défis, RWE, comme d autres groupes énergéticiens, réfléchit à une refonte complète de son modèle d activité. Pour RWE, cela passe par une remise en cause de la pertinence de son positionnement, la cession attendue de certaines activités (comme l exploration-production de pétrole et de gaz), la réduction drastique des plans d investissement dans la production thermique d électricité (divisé par trois entre 2011 et 2016), la fermeture et la mise sous cocon de certaines unités, rendues déficitaires par l envolée des productions issues des énergies renouvelables. RWE envisage de mettre à l arrêt (provisoire ou définitif) entre 10 et 15 de sa capacité installée de production thermique et a comme objectif d améliorer la performance opérationnelle et financière de sa base d actifs xvi. RWE, capacité installée en 2012 (en GW) Technologies GW Gaz Charbon Lignite ENR (y.c. hydro.) 4 8 Nucléaire 4 8 Autres 5 10 Total Source : RWE, Facts & Figures, november 2013 En outre, RWE entend accentuer ses efforts en matière d ENR (développement des capacités installées, expansion dans l éolien offshore en Angleterre), à la fois en tant qu investisseur, mais également comme ingénieriste et opérateur, de manière à pouvoir valoriser les compétences de ses équipes sans avoir à apporter beaucoup de capital. Par ailleurs, le groupe cherche à développer de nouvelles activités dans le domaine des services énergétiques et dans la relation client, en s appuyant sur sa base clientèle et sur ses réseaux de distribution. Le groupe veut se positionner comme un apporteur de solutions pour ses clients, aussi bien les clients résidentiels que les municipalités, pour les accompagner dans la maitrise de la demande, la gestion de leurs énergies, l efficacité énergétique. RWE considère que ces activités 9

10 pourraient constituer un nouveau relais de croissance et faire entrer de plain pied le groupe dans la transition énergétique xvii. A l heure actuelle, face aux événements qui modifient le paysage énergétique allemand, RWE se cherche un avenir sans que l on sache très bien si les pistes qui sont explorées permettront au groupe de compenser le déclin annoncé de ses activités «historiques». E.On E.0n. Chiffres-clé 2012 Création en 2000 à Düsseldorf, issue de VEBA (1929) et VIAG (1923) Activités dans les secteurs électrique et gazier Implantations : Allemagne, Angleterre, Pays-Bas, Italie, Espagne, Scandinavie, Russie, Turquie, Europe Centrale et de l Est Chiffre d affaires : 132,1 milliards Résultat net : 2,6 milliard Employés : E.On est un groupe issu de la fusion en 2000 de deux conglomérats industriels, VEBA et VIAG. VEBA est une société dont la fondation remonte à 1929 : c est au départ une holding financière qui regroupe les participations détenues par la Prusse dans de nombreuses branches d activité industrielles. Elle absorbe Preussen Elektra AG, une société de production d électricité fondée en 1927 à Berlin et essentiellement active en Basse-Saxe. Preussen Elektra est elle-même issue de la fusion de trois petites sociétés de production d électricité. Preussen Elektra coopérera étroitement avec une autre société de la holding VEBA, Nordwestdeutsche Kraftwerke AG (NWK), qui produit et vend des équipements électriques pour les clients résidentiels et industriels. Preussen Elektra se développera dans les années trente en augmentant progressivement ses capacités de production (usines thermiques utilisant du charbon et de la lignite ; unités hydroélectriques), puis en nouant des collaborations avec de nombreuses collectivités locales autour de sa zone historique de desserte, ce qui donnera lieu à la création de filiales locales communes : SCHLESWAG (Rendsburg) ; EWE, (Oldenburg) ; EAM, (Kassel) ; HASTRA, (Hannover). Après la seconde guerre mondiale, la partition de l Allemagne ampute Preussen Elektra d une une partie de ses activités, le siège de la compagnie passe de Berlin à Hanovre. En 1957, la société participe, avec d autres compagnies électriques allemandes, à la création d un groupe de recherche ayant vocation à travailler sur le développement du nucléaire civil (Studiengesellschaft für Kernkrafte) et elle s engagera activement dans cette filière. La compagnie construit plusieurs unités de production d électricité nucléaire à partir de la fin des années 1960 et sa première tranche nucléaire entre en activité en Son expansion dans cette filière se poursuit et le nucléaire devient la principale source de production d électricité du groupe et finit par représenter 60 de sa capacité installée totale dans les années Preussen Elektra sera la compagnie d électricité allemande la plus engagée dans le nucléaire avec 7182 MW de capacité installée, juste devant RWE. 10

11 En parallèle, VEBA la maison mère de Preussen Elektra affirme ses ambitions dans de nombreuses branches d activités et accompagne l essor économique de l Allemagne avant la seconde guerre mondiale. Elle investit dans la chimie et l industrie lourde et servira activement les visées militaires du troisième Reich. Après la guerre, VEBA est nationalisée et l ensemble des actifs de la compagnie est rétrocédé par les forces alliées au gouvernement fédéral. Le groupe poursuit ses activités dans la chimie et l électricité, se développe dans le transport et la logistique, l exploration-production de pétrole et de gaz naturel, la distribution de carburants et de combustible pour le chauffage, l immobilier et enfin dans les télécommunications. En 1965, VEBA fait partie de la première vague de privatisation qui va toucher certains des fleurons de l industrie allemande comme Volkswagen ou Preussag. Le gouvernement cède 60 de ses parts dans le conglomérat. Le reste de sa participation sera vendu en deux fois, en 1984 et en 1987 xviii. VIAG, le second groupe qui fusionnera pour former E.On, suit un chemin à peu près similaire. VIAG est créée an 1923 à l instigation du gouvernement allemand pour réunir et gérer les intérêts industriels du pays dans un certain nombre de secteurs, comme l aluminium (VAW), la chimie, la banque, l électricité ou l industrie lourde. VIAG concentre ses activités sur ces secteurs et se développe dans l entre-deux guerres essentiellement dans le centre du pays et au nord de la Bavière. Avec l arrivée au pouvoir des Nazis puis la guerre, VIAG se réoriente vers les industries d armement et les produits chimiques et organise l expansion de ses activités dans l électricité. C est à cette époque qu elle se développe en Autriche (annexée en 1938) et acquiert en 1939 la moitié de la propriété de la compagnie électrique de Munich, Bayenwerk (10 des actions seront rétrocédées au land de Bavière après la guerre). Après la victoire alliée, VIAG est démilitarisée et est gérée par un trustee. L électricité devient l un des moteurs de son développement, grâce en particulier à Bayenwerk, dont les activités prennent de l ampleur (investissements dans l hydro-électricité, puis la production thermique issue de la lignite) et visent à soutenir l expansion de l industrie lourde, notamment de l aluminium, qui est un gros consommateur d électricité. Bayenwerk est une compagnie de production d électricité, créée à Munich en 1921 pour assurer le développement d ouvrages hydro-électriques et pour construire un embryon de réseau de transport. Propriété du Land de Bavière à son origine, Bayenwerk étend son influence dans les années 1930 dans toute la Bavière en signant des contrats d approvisionnement avec neuf sociétés locales de distribution et renforce ses capacités de production, en particulier en investissant dans les centrales thermiques. La compagnie fournit également de très grands consommateurs industriels comme la Deutsche Bundesbahn ou des entreprises chimiques, puis va signer des conventions avec certaines des filiales industrielles de VIAG. VIAG donne alors l exemple d un conglomérat intégré, ses filiales industrielles (aluminium, chimie) consommant l électricité produite dans les unités de ses filiales électriques xix. Dans les années d après-guerre, l électricité devient de plus en pus importante pour le groupe, à la fois en termes de profits qu en termes de perspective de développement. Bayenwerk investit elle aussi fortement dans le nucléaire (à partir de 1977), développe encore ses capacités de production thermique classique et ressert ses liens avec les sociétés locales de distribution. De son côté, VIAG complète ses actifs dans l énergie en prenant le contrôle de Thyssengas en 1981 (acquisition de 51 du capital). Après avoir été privatisé entre 1986 et 1988, VIAG entame une autre voie de diversification en s engageant sur le marché des 11

12 télécommunications, alors en voie de libéralisation, avec la création de VIAG Interkom. En 2000, date de la fusion, E.On hérite donc d un ensemble d activités très disparates et fortement hétérogènes. C est un ensemble de grande taille (74 milliards de chiffre d affaires en 2000, employés), aux ramifications complexes, sans réelle colonne vertébrale, de forme conglomérale, qui n a rien de réellement séduisant pour les marchés financiers, qui plaident plutôt pour la spécialisation et la concentration sur un seul secteur d activité. Le groupe va donc s attacher a rationaliser cet ensemble pour en faire, à partir des filiales spécialisées dans l électricité (PreussenElektra et Bayernwerk), un groupe énergéticien de dimension mondiale, capable de tirer partie des opportunités ouvertes par la libéralisation des marchés de l électricité et du gaz. Pour cela, E.On va procéder en deux temps. En premier lieu, il va élaguer dans ses nombreux domaines d activités et procéder à la cession de l ensemble de ces filiales hors énergie, qui représentent en 2001 plus des trois-quarts du chiffre d affaires du groupe. Sont successivement vendues, les activités dans les télécoms (actifs telecoms de VEBA, 5,1 milliards en 2000 ; VIAG Interkom, 7,2 milliards, en 2001), dans l aluminium (3,1 milliards, en 2002), la chimie (3 milliards, en 2001), l exploration-production de pétrole et de gaz et la distribution de carburants (4,7 millards en 2001/2002), la logistique (1,2 milliards, en 2002), l immobilier (7 milliards en 2005). En second lieu, fort des liquidités issues de l ensemble de ces cessions et d un endettement peu important, E.On va multiplier les acquisitions dans le domaine de l énergie, d une part, en développent une stratégie d expansion internationale axée sur l Europe ; d autre part en renforçant ses positions en Allemagne dans le domaine du gaz xx. E.On achète donc successivement Sydkraft et Graninge en Suède (3,8 milliards et 1,8 milliards en 2001 et 2004), Powergen, Midlands et TXU Europe en Angleterre (pour près de 20 milliards entre 2002 et 2003) xxi, OGK-4 en Russie (4,4 milliards en 2007), et de nombreuses acquisitions de plus petite taille aux Pays- Bas, en Turquie, en France, dans les pays d Europe de l Est et du Centre. Dans le gaz, E.On achète l allemand Rhurgas en 2003 et 2004 pour 11,2 milliards, ce qui en fait le principal acteur sur ce marché et lui donne une position-clé dans le transport et la distribution du gaz en Europe. Il complète cet ensemble par d autres actifs dans le gaz (Heingas) et consolide ses positions dans la distribution via EWW et Thüga, qui regroupe des participations dans des sociétés locales de distribution et de vente d électricité. La participation dans Thüga sera revendue aux collectivités locales actionnaires en Depuis lors, les collectivités locales s affirment de plus en plus comme un acteur de poids dans les secteurs publics locaux en Allemagne (rachat d EnBW, reprise du réseau de distribution électrique de Hambourg, municipalisation de l eau à Berlin, etc. En 2006, soucieux de prendre pied dans les marchés du sud de l Europe où il est absent (et pour se ménager une possibilité d expansion en Amérique du Sud), E.On s engage dans une gigantesque bataille boursière (qui durera plus d un an) pour acquérir Endesa, le numéro 1 de l électricité en Espagne. Après plusieurs surenchères, le groupe allemand ira jusqu à proposer plus de 40 milliards pour s offrir son homologue espagnol malgré l hostilité des pouvoirs publics, qui ne voient pas d un bon œil cette alliance et cherche à bloquer la fusion par des moyens légaux et tentent parallèlement de susciter des offres concurrentes. En février 2007, c est 12

13 finalement ENEL, l électricien italien, associé pour l occasion au groupe de BTP espagnol Acciona qui fait tomber Endesa dans son escarcelle en proposant une offre améliorée xxii. E.On ne repart pas les mains vides et récupère pour 10 milliards d actifs en Espagne et en Italie cédés par le nouvel ensemble ENEL-Endesa soucieux de se désendetter et d éviter tout recours de la part du prétendant déçu. Malgré cet échec, à la fin des années 2000, E.On est un groupe énergéticien recentré sur son cœur de métier et disposant de positions particulièrement solides en Allemagne (n 2 dans la production d électricité der nière RWE, n 1 dans la distribution et la vente ; n 1 dans le gaz) et dans de nombreux pays européens. Par sa taille et son expansion géographique, E.On n a pas d équivalent en Europe. Evolution des principaux indicateurs financiers d E.On Indicateurs Chiffre 46,3 49,1 56,1 67,7 68,7 86,7 79,9 92,9 112,9 132,1 d affaires* EBE** 9,4 10,5 10,2 11,3 12,4 13,4 12,9 13,3 9,3 10,8 EBE/CA 20,3 21,4 18,2 16, ,3 16,1 14,3 8,2 8,1 Résultat net 4,6 4,3 7,4 5 7,7 1,6 8,7 6,3-1,8 2,6 Dette nette 7,8 5,4 1,9-0,2 23,4 44,9 44,6 37,7 36,4 35,9 *Suite à une comptabilisation particulière des activités de trading, qui «gonflent» artificiellement le CA du groupe, celui-ci n est pas comparable à celui des autres grandes compagnies électriques et gazières. **EBE : excédent brut d exploitation. En milliards. Sources : E.On : rapports annuels. Mais le groupe est également touché par les évolutions des marchés en Europe : comme RWE, E.On doit faire face à une situation déprimée sur son marché historique, des prix en baisse, des contrats gaziers long-terme qui perdent de l argent, des capacités de production électrique sous-utilisées (voir prématurément stoppées pour le nucléaire), une demande qui fléchit. Les situations sur d autres marchés en Europe ne sont pas plus florissantes (on pense en particulier à l Espagne ou à l Italie) et les perspectives à moyen-terme assez peu encourageantes. Les résultats financiers du groupe s en ressentent, résultat d exploitation et profit baissent de manière régulière depuis 2010 et les anticipations pour les années qui viennent ne sont pas bonnes. La valorisation boursière, qui culmine en octobre 2008 à plus de 100 milliards (51 par action) diminue très sensiblement pour se situer actuellement à moins de 30 milliards (13 par action), sans que les analystes n entrevoient de réelles améliorations à court-terme. Mais, contrairement à RWE, E.On dispose de moyens financiers pour faire face à la situation et bénéficie d atouts pour négocier cette phase difficile. Le groupe adopte en 2013 une nouvelle stratégie qui s appuie sur trois éléments. En premier lieu, E.On réduit la voilure en Europe : cessions attendues de certaines filiales, recentrage sur moins de pays, diminution des investissements, amélioration de l efficacité productive, réduction des coûts (baisse des effectifs), mise à l arrêt provisoire ou définitive de certaines centrales de production. Il renonce implicitement à ses ambitions pan-européennes pour ne garder à terme que quelques bastions hors d Allemagne et en sortant des zones où ses positions sont moins assurées. En 13

14 second lieu, le groupe réoriente ses activités vers des segments à fort potentiel de croissance, comme les ENR en Europe et aux USA, les services énergétiques et la production décentralisée (mini-centrales, réseaux de chaleur en Scandinavie et en Allemagne notamment). Enfin, E.On met le cap sur le grand international en évoquant de nouveaux développements dans des pays émergents (Turquie, Brésil) dont le potentiel de croissance à long-terme semble intéressant. Tout ceci suppose de pouvoir mobiliser de nouveaux capitaux : E.On espère pouvoir les trouver en réorientant ses flux d investissements et en menant à bien un programme de cession de 20 milliards, qui touchera essentiellement les activités en Europe xxiii. E.On et RWE, deux des principaux groupes énergéticiens en Europe, font face à des évolutions majeures qui mettent à mal leur modèle d activités et les plongent dans des situations financières délicates. Ils coupent dans leurs investissements, vendent certains de leurs actifs, se recentrent sur un nombre limité de zones géographiques et tentent de trouver de nouveaux relais de croissance : les ENR, l efficacité énergétique, les services aux clients, le grand international. Les groupes allemands de l énergie ouvrent une nouvelle page de leur histoire et s engagent dans une transition industrielle et stratégique qui vise à accompagner la transition énergétique et à s adapter aux mutations qu elle induit. i Morris C., Pehnt M. (2012), German energy transition. Arguments for a renewable energy future, Heinrich Böll Foundation, Berlin, 75 pages ii Compétitivité oblige, les entreprises allemandes disposent d un régime dérogatoire en matière de taxes et payent moins cher leurs factures d électricité que les clients résidentiels. Ce qui d ailleurs pose des problèmes en matière de droit européen. iii Cruciani M. (2013), «Le tournant énergétique allemand : année n+2», note de l IFRI, Paris, 62 pages iv Deutsche Bank (2012), Germany-s energy turnaround. Challenging for municipalities and municipal utilities, DB Research, Frankfurt am Main, 16 pages v CAS (2012), «La transition énergétique allemande est-elle soutenable?», Conseil d Analyse Stratégique, note d analyse n 281, Paris, 13 pages vi Deutsche Bank (2012), The German feed-in-tariff : recent policy changes, DB Research, Frankfurt am Main, 27 pages. vii Lorrain D. (2002), Le modèle public local fort (les entreprises de réseaux techniques urbains en Allemagne et aux Pays-Bas), rapport pour le Commissariat Général du Plan, 142 pages. Voir aussi Lorrain (2005), «Urban Capitalisms: European Models in Competition», International Journal of Urban and Regional Research, Volume 29.2., pp viii Stoffaës C. (dir.) (1994), Entre monopole et concurrence. La régulation de l énergie en perspective historique, PAU Editions Paris, 521 pages (p. 305) ix Levêque F., Monturus R. (2008), Mergers and acquisitions within the European power and gas sectors. Cases and patterns. CERNA, Ecole des Mines, Paris, 329 pages x Ce régime sera abandonné en Actuellement, les collectivités locales détiennent environ 15 des actions du groupe. Les autres actionnaires principaux sont des fonds de pension (BlackRock pour 5, Mondrian pour 3), puis viennent les employés du groupe, 1. xi Lorrain D. (2000), RWE AG (Rheinisch Westfälisches Elektrizitätswerk AG, Flux, n 39-40, pp Voir également Stoffaës C. (dir.), 1994, p. 306 xii RWE (2012), Facts and figures, RWE, Essen, 216 pages (p. 160). xiii Lorrain D. (2007), «Le marché a dit. Intermédiaires financiers et managers dans le secteur électrique», Sociologie du travail, vol. 49, n 1, p (en particulier p ) 14

15 xiv Financial Times, «Macquarie wins battle for Thames Water», 17 cotobre Bloomberg, «RWE to sell American Water Works unit in IPO by 2007», 24 mars 2006; Reuters, «American Water announces RWE to complete divestiture», 24 novembre xv JP Morgan (2013), «RWE. Downgrade cycle not yet over», Europe Equity Research, London, 16 pages. xvi RWE (2014), Focus on financial strength, Company Presentation, Essen, january xvii Reuters, «Green makeover will be struggle for Germany s RWE», 31 octobre 2013 xviii Vickers J., Wright V. (ed.) (1989), The politics of privatization in Western Europe, Routledge, London 152 pages (p. 64) xix History of VIAG AKTIENGESELLSCHAFT, Reference for Business. Company History Index. xx Ceci vient après que le groupe, fraichement créé, ait un temps envisagé une fusion avec le groupe français Suez (novembre 2000). xxi Le rachat d Innogy donne à E.On la propriété d actifs aux Etats Unis (LG&E Energy) qui seront cédés à une autre utility amméricaine, PPL, en 2010 pour 7,6 milliards $. Financial Times, «PPL to buy E.On supply assets in US», 29 avril xxii Financial Times, «Enel confident surprise move on Endesa will succeed», 1er mars Voir également Lorrain D., Defeuilley C. (2005), «Enel et Scottish Power, les utilities européennes», Flux, n 60-61, pp et Lorrain D. (2007), «Les groupes de construction espagnols (autoroutes 3)», Flux, n 66-67, pp xxiii E.On (2014), Capital market story, Company Présentation, Düsseldorf, feburary 15

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Une analyse de l APERe, rédigée par Jean Cech et Christophe Haveaux Version du 07/03/2013 1. L expérience de l Allemagne 1.1. Quelles leçons tirer de

Plus en détail

Forum de l innovation France Suisse!

Forum de l innovation France Suisse! Forum de l innovation France Suisse!! Nouveaux axes de développement, nouveaux marchés, nouveaux défis pour l innovation! 4 juin 2013! Marc FLORETTE! Directeur R&I! GDF SUEZ! SOMMAIRE 1) Présentation de

Plus en détail

E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés.

E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés. E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés. 2 3 E.ON, une dimension internationale Un grand énergéticien privé Né en 2000, le groupe E.ON est devenu

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL 2 Sommaire Le développement des EnR en France enregistre un ralentissement, imputable à des causes multiples,

Plus en détail

GrDF Un distributeur de gaz au cœur de la transition énergétique

GrDF Un distributeur de gaz au cœur de la transition énergétique GrDF Un distributeur de gaz au cœur de la transition énergétique Ordre du Jour Chiffres clés 2013 GrDF Rappel - Les missions du distributeur GrDF Le modèle GrDF Relation concédant/concessionnaire Autorité

Plus en détail

L'ouverture à la concurrence

L'ouverture à la concurrence [Extrait] CONSOMMATION ET CONCURRENCE RÉGLEMENTATION Services en réseaux L'ouverture à la concurrence Article du bureau Économie des réseaux, de la direction de la Prévision et de l analyse économique.

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

La place des énergies renouvelables dans la transition juste - Le rôle des pouvoirs publics

La place des énergies renouvelables dans la transition juste - Le rôle des pouvoirs publics 29 novembre 2013 COLLOQUE La place des énergies renouvelables dans la transition juste - Le rôle des pouvoirs publics Par David CLARINVAL Député fédéral Bourgmestre de Bièvre Le rôle des pouvoirs publics

Plus en détail

La transition énergétique en France et en Allemagne

La transition énergétique en France et en Allemagne La transition énergétique en France et en Allemagne Regards croisés sur les politiques nationales de transition énergétique 19/03/2013 A. Rüdinger - IDDRI / Dr. C. Hey - SRU 1 Conseil d Experts pour l

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE [R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE Perspectives énergétiques pour un monde plus durable Synthèse du rapport 2015 image : Gemasolar, tour solaire de 15 MW, Espagne. CONTEXTE Cette année, la lutte contre les changements

Plus en détail

La transi)on énergé)que est- elle en échec? Discours et réalités Pierre Veya, journaliste Mars 2015

La transi)on énergé)que est- elle en échec? Discours et réalités Pierre Veya, journaliste Mars 2015 La transi)on énergé)que est- elle en échec? Discours et réalités Pierre Veya, journaliste Mars 2015 vision centrée sur la Suisse La transi)on se limite à l électricité La catastrophe de Fukushima (2011)

Plus en détail

France-Allemagne : Une coopération énergétique nécessaire. Les caractéristiques électriques des deux pays et les défis communs

France-Allemagne : Une coopération énergétique nécessaire. Les caractéristiques électriques des deux pays et les défis communs France-Allemagne : Une coopération énergétique nécessaire Les caractéristiques électriques des deux pays et les défis communs Paris, 19 Juin 2014 1 1 Evolution de la consommation finale d électricité Dans

Plus en détail

LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE 1 LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : «CONSOMMER MOINS - CONSOMMER MIEUX» Évolutions du mix énergétique (Monde / Europe /

Plus en détail

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne La Société Française d Energie Nucléaire (SFEN) est le carrefour français des connaissances

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry L OFAEnR Origines & Objectifs Crée en 2006 par les gouvernements français & allemand Bureau au ministère

Plus en détail

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Lors de son discours du 14 janvier 214 1, le Président de la République Française, François Hollande, a souligné l intérêt d une coopération

Plus en détail

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera?

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co Des options environnementales, énergétiques, économiques majeures La France fait face à cinq options environnementales,

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail

CNR. pionnier de la filière hydrogène renouvelable

CNR. pionnier de la filière hydrogène renouvelable CNR pionnier de la filière hydrogène renouvelable Barrage de retenue de Pierre-Bénite sur le Rhône Perspectives Frédéric Storck, Directeur de l Énergie Les énergies renouvelables sont depuis 80 ans le

Plus en détail

Enel Fiche Entreprise 2009

Enel Fiche Entreprise 2009 Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-conseil.com Paris Bruxelles Roma Milano Zürich Casablanca Enel Fiche Entreprise 2009 Enel, 1 er producteur-distributeur

Plus en détail

Des menaces sur la cogénération gaz

Des menaces sur la cogénération gaz Des menaces sur la cogénération gaz ; Rappel des enjeux : La puissance de 3 EPR 1,7 Mtep/an économisées Près de 10 Mt de CO 2 /an évitées 30 000 emplois industriels concernés Préserver des actifs performants

Plus en détail

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE 2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE Les graphiques ci-dessous illustrent l évolution historique de la facture énergétique régionale et de sa décomposition par acteur, par vecteur

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

Les retombées économiques actuelles et futures de l éolien offshore en Allemagne

Les retombées économiques actuelles et futures de l éolien offshore en Allemagne Les retombées économiques actuelles et futures de l éolien offshore en Allemagne Septembre 2012 Note de synthèse du Bureau de coordination énergies renouvelables Remarques préliminaires Ce document est

Plus en détail

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe «Quelles perspectives pour l investissement de production» Assaad SAAB - EDF RESEAU Buenos-Aires MONDER 23-26 novembre

Plus en détail

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Collectivités : Préparez-vous aux nouvelles conditions d achat de votre électricité MERCREDI 5 NOVEMBRE 2014 - CLERMONT-FERRND 1 Février

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

L éolien en Allemagne, une réalité industrielle. Retour d expérience

L éolien en Allemagne, une réalité industrielle. Retour d expérience L éolien en Allemagne, une réalité industrielle Retour d expérience L éolien en Allemagne Développement 1990-2010 30000 25000 20000 15000 10000 5000 0 Etat des lieux du parc éolien allemand au 30.6.2011:!

Plus en détail

AQPER Février 2013. Groupe énergie renouvelable Brookfield. Investir dans la production et le transport d énergie renouvelable

AQPER Février 2013. Groupe énergie renouvelable Brookfield. Investir dans la production et le transport d énergie renouvelable AQPER Février 2013 Groupe énergie renouvelable Brookfield. Investir dans la production et le transport d énergie renouvelable Ordre du jour 2 Présentation à l intention de l AQPER le 28 février 2013 Profil

Plus en détail

Des investissements massifs dans l outil de production énergétique sont à prévoir dans les prochaines années

Des investissements massifs dans l outil de production énergétique sont à prévoir dans les prochaines années Des investissements massifs dans l outil de production énergétique sont à prévoir dans les prochaines années Un objectif de 25% d énergies renouvelables en 2020(pour mémoire le Grenelle prévoit 23% d EnR)

Plus en détail

Dii Le réseau d entreprises pour l électricité des deserts Faciliter la création de marchés du solaire et de l éolien en Europe, en Afrique du Nord

Dii Le réseau d entreprises pour l électricité des deserts Faciliter la création de marchés du solaire et de l éolien en Europe, en Afrique du Nord Dii Le réseau d entreprises pour l électricité des deserts Faciliter la création de marchés du solaire et de l éolien en Europe, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient Dii Le réseau d entreprises pour l

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050.

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. OBJECTIF FACTEUR /4 Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. Transition énergétique Le scénario GrDF GrDF exploite le réseau de distribution de

Plus en détail

Le gaz et ses réseaux vecteurs de la transition énergétique

Le gaz et ses réseaux vecteurs de la transition énergétique Le gaz et ses réseaux vecteurs de la transition énergétique 1 Le gaz et les réseaux gaziers : des solutions pour => Réduire les émissions de CO 2 liées à la production électrique et thermique -30 %par

Plus en détail

Les cogénérations en Ile-de-France

Les cogénérations en Ile-de-France Les cogénérations en Ile-de-France Hélène SANCHEZ Direction Régionale et Interdépartementale de l Environnement et de l Énergie (DRIEE) Service Energie Climat Véhicules Colloque ATEE/AFG/APC/AICVF/ARENE

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne La Société Française d Energie Nucléaire (SFEN) est le carrefour français des connaissances

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009

SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009 SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009 Nous reprenons dans ce document les principaux messages délivrés lors du séminaire de formation sur les bourses de l électricité

Plus en détail

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction Revue n 425 Dossier : LES BIOCARBURANTS Traduction de l article What Role for Biofuels in the Global Energy Scene? de Claude MANDIL et Fatih BIROL de l Agence Internationale de l Energie (AIE/IEA) Quel

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : UNE BELLE PERFORMANCE Chiffre d affaires supérieur à un milliard d euros, en hausse de 5,6% hors effets de change Marge opérationnelle courante1 : 25,6% du chiffre d'affaires Marge nette2 : 15,4% du

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

ENERGIES RENOUVELABLES Energies Intermittentes Quels défis? Quelles solutions? Fondation : Ecologie d avenir

ENERGIES RENOUVELABLES Energies Intermittentes Quels défis? Quelles solutions? Fondation : Ecologie d avenir ENERGIES RENOUVELABLES Energies Intermittentes Quels défis? Quelles solutions? Fondation : Ecologie d avenir Le 18 avril 2013 Gilles BELLEC Ingénieur général des mines 1 1) Le contexte des Energies renouvelables

Plus en détail

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Daniel Büchel, Vice-directeur, directeur du programme SuisseEnergie Politique énergétique: de quoi s agit-il? Sécurité de l approvisionnement Sécurité technique

Plus en détail

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE INTRODUCTION DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Note au sous groupe gouvernance du groupe d experts. * L URANIUM DANS LE BILAN ENERGETIQUE FRANÇAIS Bernard LAPONCHE 3 avril 2013 * Dans les échanges

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Les approches de la précarité énergétique en Allemagne

Les approches de la précarité énergétique en Allemagne Les approches de la précarité énergétique en Allemagne Ute DUBOIS, ISG Business School, Paris, ute.dubois@isg.fr Ines MAYER, European Institute for Energy Research (EIFER), Karlsruhe mayer@eifer.org Atelier

Plus en détail

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Le marché de l énergie : mode d emploi Le marché de l énergie Un marché concurrentiel avec les garanties du Service Public L énergie

Plus en détail

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE DÉBAT PUBLIC 2005/06 Projet Flamanville 3 Construction d une centrale électronucléaire tête de série EPR sur le site de Flamanville @ SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE EDF, maître d ouvrage du projet

Plus en détail

Part dans la production électrique 2014

Part dans la production électrique 2014 CONTRIBUTION D ISABELLE VISENTIN SECTEUR DE L ENERGIE (ELECTRICITE ET GAZ) REPERCUSSION DE LA SITUATION CONJONCTURELLE REGIONALE SUR LE SECTEUR DE L ENERGIE (ELECTRICITE) Consommation française d électricité

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 22 octobre 2015

Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 22 octobre 2015 Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 22 octobre Amélioration des performances opérationnelles publiées au 3 ème trimestre portée par les performances d Antalis et les premiers impacts positifs

Plus en détail

Statistiques énergétiques France

Statistiques énergétiques France Statistiques énergétiques France Avril 2001 180 160 140 120 Indice base 100 en 1973 Produit intérieur brut en volume Consommation totale d'énergie primaire 100 80 Consommation Émissions de CO2 60 de produits

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

Projet de cogénération de Bécancour

Projet de cogénération de Bécancour Projet de cogénération de Bécancour Mémoire présenté dans le cadre des audiences du Bureau d audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de cogénération de Bécancour par TransCanada Energy

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

EDF, électricien performant et responsable, champion de la croissance bas carbone.

EDF, électricien performant et responsable, champion de la croissance bas carbone. EDF, électricien performant et responsable, champion de la croissance bas carbone. DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 01 40 42 46 37 / service-de-presse@edf.fr EDF, ACTEUR ENGAGÉ DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Plus en détail

La transition énergétique en France et en Allemagne

La transition énergétique en France et en Allemagne La transition énergétique en France et en Allemagne Regards croisés sur les politiques nationales de transition énergétique 19/03/2013 A. Rüdinger -IDDRI / Dr. C. Hey -SRU 1 Les objectifs de la transition

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014 FONCIERE DEVELOPPEMENT LOGEMENTS Société anonyme au capital de 696.110.040 euros 10, avenue Kléber 75116 Paris RCS Paris 552 043 481 («Foncière Développement Logements» ou la «Société») RAPPORT DU CONSEIL

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

Transition énergétique: quels défis pour un service industriel? Smart energy 5 ème édition HES-SO Valais, Sion

Transition énergétique: quels défis pour un service industriel? Smart energy 5 ème édition HES-SO Valais, Sion Transition énergétique: quels défis pour un service industriel? Smart energy 5 ème édition HES-SO Valais, Sion 4 septembre 2015 Gilles Garazi Directeur Transition énergétique, SIG Nécessité de décorréler

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Conseil économique pour le développement durable Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Dominique Bureau Conseil économique pour le développement durable www.developpement-durable.gouv.fr Leçons

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL

LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL Mme Maïmouna SECK NDOYE Expert Economiste Commission de Régulation du Secteur de l Electricité 1 Plan de la présentation Aperçu sur le Sénégal Situation

Plus en détail

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE CONTRIBUTIONS PRÉLIMINAIRES DE LA FF3C AUX RÉFLEXIONS DU GROUPE DE CONTACT DES ENTREPRISES DE L ÉNERGIE Préambule La distribution d énergies hors réseaux (carburants

Plus en détail

EDF investit dans les énergies de demain

EDF investit dans les énergies de demain EDF investit dans les énergies de demain Leader mondial des énergies décarbonées, le Groupe EDF poursuit ses investissements dans les énergies renouvelables et renforce ses positions en Europe comme dans

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

La finance carbone pour les villes

La finance carbone pour les villes 1 La finance carbone pour les villes Source de revenus et levier d action pour des villes plus propres A travers la présentation de trois mécanismes de finance carbone mobilisables par les villes, cette

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Quelles perspectives énergétiques pour la Belgique?

Quelles perspectives énergétiques pour la Belgique? Conférence «L actualité 214 des énergies renouvelables & du stockage énergétique» 26 mars 214 Quelles perspectives énergétiques pour la Belgique? Dominique Gusbin Equipe Energie-Transport Bureau fédéral

Plus en détail

ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES DANS LA TRANSITION VERS L ÉCONOMIE VERTE

ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES DANS LA TRANSITION VERS L ÉCONOMIE VERTE ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES DANS LA TRANSITION VERS L ÉCONOMIE VERTE La transition écologique et énergétique est une nécessité pour les entreprises. Le réchauffement climatique affectera toutes les entreprises

Plus en détail

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle Florence Chapuis et Nicolas Goldberg Souvent présenté comme un modèle, le programme allemand de développement des énergies renouvelables

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

L efficacite e nerge tique

L efficacite e nerge tique L efficacite e nerge tique 1. Principes généraux Une mesure «d efficacité énergétique» désigne toute action mise en œuvre par un agent économique afin de limiter la consommation d énergie liée à un usage

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 --

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Discours de Michel Vandepoorter, Ambassadeur de France à Malte Mesdames et messieurs, La question du financement

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité 1 Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité RTE est le responsable du réseau de transport d électricité français. Opérateur de service public, il a pour mission l exploitation, la maintenance

Plus en détail