Maraîchage biologique Pays de Caux (Austreberthe)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maraîchage biologique Pays de Caux (Austreberthe)"

Transcription

1 Réseau de Fermes de Démonstration du GRAB de Haute- Normandie Mise à jour : mars 2010 Laurent DELAPORTE EMANVILLE Maraîchage biologique Pays de Caux (Austreberthe) Caractéristiques de l exploitation 2,5 UTH SAU de 6,5 Ha en Agriculture Biologique : - 4,5 Ha de maraîchage - 1 Ha de céréales - 0,5 Ha de verger cidricole - 0,5 Ha de jachère - dont : 5 Ha en propriété Le parcellaire : - parcellaire éclaté en quatre îlots - chaque parcelle se situe en bout de vallée sur des terres argilo limoneuses plus ou moins caillouteuses. Un bref historique Un parcours programmé : - BAC STAE puis BTS ACSE - stage de 6 mois en biodynamie au Québec - le premier EPI en Les choses se compliquent : 2001 : sans terres, Laurent crée une micro entreprise de maraîchage bio chez ses parents (0,5 Ha) et travaille à mitemps chez un maraîcher voisin : location de 0,5 Ha à un voisin. Le dénouement: 2006 : quatrième EPI et acquisition de 2,7 Ha d herbages en pente près de chez lui et de 1 Ha à 5 km : achat de 1,7 Ha. «Le maraîchage est un moyen de s installer avec une surface réduite et un capital moindre par rapport à un système Lait ou Grandes Cultures. Ceci dit, le travail à fournir pour avoir un système efficace est très important. Par conséquent, le temps de travail hebdomadaire nécessaire à la mise en place d un système maraîcher laisse peu voire pas de temps libre. Un tel développement demande un autofinancement important ce qui ampute nettement le revenu. D autre part, il faut savoir que la conduite d une culture en maraîchage Bio est complexe ; le temps de commercialisation d un légume à maturité est souvent très réduit. Les facteurs d échec sont nombreux en maraîchage Bio. Et, comme la production dépend d un marché totalement libre, l engagement des banques demande de nombreuses garanties. Un taux d endettement immodéré entraîne un risque trop important pour une structure maraîchère. Pour s installer en maraîchage Bio, il faut être convaincu et intensément motivé.» Laurent DELAPORTE

2 Techniques de production Rotations Rotation plein champ : deux principes sont respectés Les légumes d une même famille ou sensibles aux mêmes maladies ne se succèdent pas et ne se côtoient pas. Quatre ans minimum s écoulent entre deux cultures de légumes racines sensibles au rhizoctone. La succession des plantes se réalise en fonction de leurs besoins en azote : Année 1 : légume exigent, avec apport d engrais Année 2 : légume peu exigent, sans apport Année 3 : légumineuse autonome en azote Année 4 : légume moyennement exigent (apport d engrais selon les besoins). Rotation sous serre : Matériel 2 tracteurs, 1 désherbeur thermique, 1 herse étrille, 2 bineuses poussées, 1 motteuse et 1 semoir de précision. Objectif : disposer du moins d outils manuels possible (pas de motoculteur). Gestion des adventices Paillage biodégradable Préfère le repiquage en mottes au semis direct. Faux semis et cultures sur buttes. Désherbage mécanique (binage). Désherbage thermique. La part consacrée au désherbage manuel est de 400 h/ an. Gestion des maladies Rotation des cultures. Bouillie bordelaise : si mildiou (sur tomates et pommes de terre). Soufre : si besoin pour oïdium précoce. Contans : champignon parasite du Sclérotinia (sur endives). Deux ans minimum s écoulent entre deux cultures d une même famille. Répartition des surfaces maraîchères m² de serres - 4 Ha de cultures plein champ - 0,5 Ha de jachère Gestion des ravageurs Mouches : Laurent Delaporte éloigne les cultures à risque d une année sur l autre et place les planches en zones ventées. Araignées rouges : utilisation de l acarien Phytoseiulus persimilis. Pour le reste : il s agit de favoriser les auxiliaires endémiques. Diversité de production 80 variétés différentes 60 espèces de légumes Rendements moyens à l année Pommes de terre : 17 T/ Ha Navets : 5 à 6 Kg/ m² Carottes (botte) : 20 Kg/ m² Radis : 4 à 5 bottes/ m² Tomates : 8 Kg/ m² Concombres : 60 pièces/ m² Salades : 10/ m² Épinards : 2 à 3 Kg/ m² Haricots : 2 Kg/ m² Choux : 5/ m² Fertilisation Fumure de fond : - Patenkali et Lithothamne : 1 fois par an, 600 Kg/ Ha - fumier de bovin composté : 50 T/ Ha tous les 3 ans Engrais organique : selon les besoins des cultures. Bilan apparent : 70 Kg N/ Ha.

3 Valorisation des produits Débouchés 2 marchés par semaine : - Petit Quevilly le samedi matin - Rouen St Marc le dimanche matin 2 AMAP : - Rouen rive gauche (1 semaine sur 2) : 40 paniers - Yvetot : 20 paniers Vente de plants de légumes à des maraîchers. Les AMAP Prix de vente du panier : semaines de distribution par an. La composition du panier est basée sur le prix de vente des légumes au marché. Composition d un panier : Les marchés - Les prix de vente sont fixés en fonction des tarifs pratiqués par les autres producteurs de légumes sur le marché. - Un surcoût est appliqué si la culture a nécessité plus de main d œuvre qu en conventionnel (désherbage manuel). Novembre 1 kg potimarron 2 kg pommes de terre 1 kg carottes 1 kg poireaux 1 scarole 500 g échalotes Mai 1 botte carottes 1 botte radis 600 g courgettes 1 botte navets 500 g épinards 1 salade 1 botte oignons 500 g blettes Les plants de légumes Bio - Tomates, concombres, choux, céleris, fenouil, aubergines, poivrons, salades, mâches, épinards. - La surface consacrée à la production de plants est de 270m² (sous serres). Ces plants sont vendus aux maraîchers bio de la région. Résultats économiques 2007 Le revenu brut est faible mais il s agit du revenu de l entreprise et non de celui de l exploitant. Les prélèvements privés sont de l ordre de a été l année d installation de Laurent Delaporte. Par suite, il est difficile de tirer des conclusions quant au revenu qui est logiquement plus faible. Excédent Brut d Exploitation : (année 2007) (année 2006)

4 Atouts et contraintes, perspectives d avenir ATOUTS CONTRAINTES Environnement physique et social - Contact privilégié avec les consommateurs. - Proximité de la ville de Rouen. - Bonne gestion des salariés. TEMPS DE TRAVAIL : L. Delaporte consacre en moyenne 70 h par semaine à son exploitation et ne s accorde qu une seule semaine de vacances par an. Périodes de pointe > avril/mai/juin : semis et désherbage et octobre/novembre : stockage des légumes d hiver. Moyens de production - Exploitation bien mécanisée. L. Delaporte entretient lui même son matériel. - Bonne gestion du planning des cultures. - Bonne maîtrise des techniques de production biologique. - Auto- construction des unités de production (serres, bâtiments). - L exploitation est encore jeune : 2010 est la 5e année d activité pour L. Delaporte. - Pas d engrais verts. - Volonté d inclure davantage de cultures non maraîchères dans les rotations (céréales, luzerne). - Moins de 10% de la SAU couverte. - Terrain difficile à travailler. Efficience économique - Autofinancement important. - Pas d emprunt à court terme. - Indépendance par rapport aux acheteurs. - Revenu faible. Quels sont vos projets à venir? «Je souhaite pratiquer une agriculture plus extensive en intégrant des jachères et des cultures non maraîchères dans mes rotations et en augmentant l utilisation de compost pour diminuer les engrais complets. Intensifier l extensification, tel est mon souhait!» «Sur la parcelle achetée en 2006, j envisage de construire ma maison, d aménager un bâtiment de stockage et une cave et d implanter d autres serres et un bassin de rétention.» «Je souhaite développer la vente à la ferme (actuellement pratiquée 2 soirs par semaine) et aménager un bâtiment pour vendre, tâche que j ai déjà commencée.» «A terme, j aimerais favoriser l installation d autres maraîchers dans mon secteur, pour pouvoir disposer de matériel en CUMA et pourquoi pas créer une coopérative...» Que diriez vous à un jeune qui envisage l installation en maraîchage Bio? «Le projet doit être mûrement réfléchi. Il faut en priorité définir ses objectifs puis les moyens d y parvenir. Il faut bien prendre en compte le facteur temps de travail. Il faut essayer de conserver un maximum d indépendance face à ses partenaires (fournisseurs et acheteurs).»

5 LA DURABILITE DU SYSTEME DE LAURENT DELAPORTE Données issues du diagnostic IDEA : cette méthode des indicateurs de durabilité propose une approche globale de la durabilité des exploitations agricoles par auto- évaluation. Il s agit d apprécier à l aide d indicateurs chiffrés les forces et faiblesses du système de production et identifier des voies d amélioration vers plus de durabilité. DURABILITE ECONOMIQUE Efficience Diversité Organisation de l espace DURABILITE AGRO ECOLOGIQUE Transmissibilité Pratiques agricoles Indépendance Qualité des produits et du territoire Viabilité Ethique et développement humain Emplois et services DURABILITE SOCIO TERRITORIALE Durabilité socio territoriale Ethique et développement humain : Intensité de travail : Laurent Delaporte travaille jusqu à 90 heures par semaine. Il note sa qualité de vie à 4 sur 6 du fait de son temps de travail important. Emplois et services : Le critère «autonomie et valorisation des ressources locales» est pénalisé par l absence d atelier animal sur l exploitation. Retenons les points positifs suivants : valorisation par filières courtes = 100% du chiffre d affaires, récupération/ valorisation de l eau de pluie, semences et plants en partie autoproduits. Durabilité économique Bonne durabilité économique : Viabilité importante Efficience et transmissibilité élevées Forte indépendance : faible sensibilité aux aides, faible dépendance financière. Durabilité agro écologique Bonne durabilité agro- écologique : Système Bio avec production de qualité Bonne gestion des matières organiques, bonne gestion de la ressource en eau,...

6 VERS MOINS D ENERGIE Données issues du diagnostic Planète : à partir de la réalisation d un bilan énergétique précis de l exploitation, ce diagnostic étudie le potentiel de réduction des dépenses énergétiques et conclut par des pistes d actions concrètes (économies d énergies, substitutions d énergies avec des énergies renouvelables). Le diagnostic Planète permet le calcul de l efficacité énergétique de l exploitation et de la quantité de gaz à effet de serre émis par l activité de l exploitation. CONSOMMATION GLOBALE D'ENERGIE En équivalent litres fioul/ Ha SAU POUVOIR DE RECHAUFFEMENT GLOBAL En équivalent tonnes CO 2 / Ha SAU Faible surface : SAU de 6,5 Ha Représentant 42% de la consommation énergétique globale, la consommation de gazole (et de gaz) est importante puis vient celle de fioul avec 32%. La comparaison avec des exploitations «grandes cultures» n est pas des plus adaptées mais il n y a pas de groupes en maraîchage au niveau SOLAGRO. EFFICACITE ENERGETIQUE = sorties d énergie/ entrées d énergie Les sources de production de gaz à effet de serre : 86% provient du CO 2 issu pour 57% des moteurs et pour 29% de la fabrication des intrants : bâtiments, matériels. 14% provient de l azote issu de la fixation par les légumineuses. En maraîchage, la consommation énergétique est élevée. En effet, avec de faibles SAU, sur une même parcelle se succèdent plusieurs cultures par an et la mécanisation est importante. Combustion énergies fossiles, fabrication des intrants > émissions de CO 2 Fertilisation azotée organique et minérale y compris fixation par l é gu mine u s e s e t f a b r i c a t i o n > émissions de N 2 O R u m i n a t i o n, d é j e c t i o n s > émissions de CH 4 * Références utilisées : groupes nationaux SOLAGRO > «cultures biologiques» : 7 fermes et «cultures conventionnelles» : 65 fermes Groupement Régional des Agriculteurs Biologiques de Haute-Normandie Tél : Fax :

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS 1 DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN MARC THIZY JUSTINE LAGREVOL Journée ARRA Eau et Agriculture 5 Novembre 2013 Le Bassin

Plus en détail

FERME MARAICHERE CHERCHE AMAP

FERME MARAICHERE CHERCHE AMAP FERME MARAICHERE CHERCHE AMAP Annick BRIAND & Thibault CHAMPIN Nous sommes un couple reconvertis à l agriculture et fraîchement formés au BPREA Maraîchage Bio. Nous sommes en cours d installation sur la

Plus en détail

Maintenir le revenu des céréaliers et diminuer leur contribution au réchauffement climatique : Deux objectifs conciliables? Étude de cas dans l Eure

Maintenir le revenu des céréaliers et diminuer leur contribution au réchauffement climatique : Deux objectifs conciliables? Étude de cas dans l Eure Maintenir le revenu des céréaliers et diminuer leur contribution au réchauffement climatique : Deux objectifs conciliables? Étude de cas dans l Eure PERRIN O. ; MERLE F. Contexte sociétal et économique

Plus en détail

Catalogue de formations - Printemps 2014

Catalogue de formations - Printemps 2014 Groupement des Agriculteurs Biologiques des Alpes de Haute Provence Catalogue de formations - Printemps 2014 9 Production de petits fruits rouges en AB. 9 Itinéraire technique du blé bio : du semis au

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

Agnès Gedda Le potager bio

Agnès Gedda Le potager bio Agnès Gedda Le potager bio Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3544-9 Table des matières Introduction...................................................... 7 Chapitre 1 : Ce qu il faut avoir, ce qu il faut

Plus en détail

Les rendez-vous 2015 du jardinage écologique janvier 2015. La rotation et la planification des cultures au jardin

Les rendez-vous 2015 du jardinage écologique janvier 2015. La rotation et la planification des cultures au jardin Les rendez-vous 2015 du jardinage écologique janvier 2015 La rotation et la planification des cultures au jardin La rotation et la planification des cultures au jardin Succession secondaire (reprise de

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air. Bilan et perspectives

Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air. Bilan et perspectives Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air Bilan et perspectives Les missions Sensibilisation, communication, formation Acquisition de références Olivier THIERCY Conseillers en maîtrise de l énergie

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

Régie municipale agricole et agriculture urbaine 24 novembre 2014 Gilles PEROLE Maire Adjoint Mouans-Sartoux Mouans-Sartoux 2014 Population : Surface : Espaces naturels (N +A) : Gestion des services :

Plus en détail

nourrir, employer, préserver

nourrir, employer, préserver nourrir, employer, préserver Historique du projet Une ferme, un projet La Corbière est le nom d une ferme située au Sud du Maine-et-Loire, dans le pays des Mauges, où la terre à été transmise de père à

Plus en détail

Rendez-vous Pro Énergie

Rendez-vous Pro Énergie Rendez-vous Pro Énergie La performance énergétique dans les exploitations du Tarn Julien NEDELLEC Conseiller énergie Siège Social 96 rue des agriculteurs BP 89 81003 ALBI Cedex Tél : 05 63 48 83 83 Fax

Plus en détail

LE MARAÎCHAGE POUR LA VENTE DIRECTE C EST. Trouver un équilibre main d œuvre /travail. Approvisionner toute l année. Proposer des produits.

LE MARAÎCHAGE POUR LA VENTE DIRECTE C EST. Trouver un équilibre main d œuvre /travail. Approvisionner toute l année. Proposer des produits. LE MARAÎCHAGE POUR LA VENTE DIRECTE C EST. Réussir ses cultures Produire de manière diversifiée Efficacité du travail Trouver un équilibre main d œuvre /travail Approvisionner toute l année Proposer des

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

Historique. GAEC Jardin du Pesquier Alain Leloup et Pascale Cavalier Causseran, 12 580 CAMPUAC. Choix de la Bio

Historique. GAEC Jardin du Pesquier Alain Leloup et Pascale Cavalier Causseran, 12 580 CAMPUAC. Choix de la Bio GAEC Jardin du Pesquier Alain Leloup et Pascale Cavalier Causseran, 12 580 CAMPUAC Alain et Pascale gèrent une exploitation de 3 hectares sur la commune de Campuac. Ils y cultivent une grande diversité

Plus en détail

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Animateur : Sylvie Dulenc - Chambre d agriculture de l Hérault Intervenants

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Diagnostics de l exploitation Dans cette partie, vous devez réaliser un diagnostic, c est-à-dire que vous devez expliquer ce qui est bien et ce qui ne l

Plus en détail

Quelques conseils avant de réaliser son plan de potager

Quelques conseils avant de réaliser son plan de potager Quelques conseils avant de réaliser son plan de potager Avant de passer au plan de jardin, voici quelques éléments importants à prendre en compte Le choix du sol Le sol a un rôle important pour les plantes.

Plus en détail

I. Analyse globale de l exploitation

I. Analyse globale de l exploitation LE PAUL Sophie I. Analyse globale de l exploitation Localisation Historique Activités de l exploitation Interactions entre les productions Mode de conduite Commercialisation Atouts et contraintes II. III.

Plus en détail

Bilan Carbone des interventions viticoles

Bilan Carbone des interventions viticoles Chambre d agriculture de Vaucluse Bilan Carbone des interventions viticoles Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse Tél : 04.90.23.65.65 fax : 04.90.23.65.40 email : accueil@vaucluse.chambagri.fr

Plus en détail

PANIERS BIO (FONCTIONNEMENT)

PANIERS BIO (FONCTIONNEMENT) PANIERS BIO (FONCTIONNEMENT) 1. QU EST-CE QUE LE RÉSEAU DES FERMIERS DE FAMILLE D ÉQUITERRE? Le réseau des Fermiers de famille, coordonné par Équiterre depuis 1995, permet aux citoyens de s abonner à une

Plus en détail

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques Proposition d un cadre méthodologique innovant Présentation par Céline Cresson, ACTA et Catherine xperton, ITAB Préparée avec

Plus en détail

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU»

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» «FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» ETUDE SUR LA GESTION DU RISQUE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Etude réalisée par PERI G et CERFRANCE juin

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL Séminaire de partage "Nourrir les villes par une agriculture familiale durable" du samedi 7 au lundi 9 décembre 2013 à Dakar, Sénégal ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Atelier maraichage diversifié. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Atelier maraichage diversifié. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Septembre 2008 Atelier maraichage diversifié Rédigée par : Christophe BONNEMORT Chambre d Agriculture de l Aude Définition

Plus en détail

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ).

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). 1 Philippe VIAUX Correspondant de l Académie d Agriculture de France. 27/11/2012 Séminaire AB Angers

Plus en détail

Plan de Professionnalisation Personnalisé AUTODIAGNOSTIC

Plan de Professionnalisation Personnalisé AUTODIAGNOSTIC Plan de Professionnalisation Personnalisé AUTODIAGNOSTIC Nom : Prénom :. Ce document est destiné à vous présenter et à organiser votre réflexion autour du projet d installation. Il sera transmis aux organismes

Plus en détail

Tech Infos Grandes Cultures Bio

Tech Infos Grandes Cultures Bio Tech Infos Grandes Cultures Bio N 9 / janvier 2015 Evaluer les systèmes en grandes cultures biologiques Résultats de 4 années d essais à La Saussaye L ESSAI EN BREF Afin d évaluer la faisabilité technique,

Plus en détail

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE Septembre 2013 CONSEILS DE SAISON Après un mois de juillet et d août chaud et sec, septembre a vu le retour de températures fraîches pendant deux semaines, en dessous des normales saisonnières. Cela a

Plus en détail

15 MARS 2007 : UN BON JOUR POUR INFORMER LE CONSOMMATEUR

15 MARS 2007 : UN BON JOUR POUR INFORMER LE CONSOMMATEUR 15 MARS 2007 : UN BON JOUR POUR INFORMER LE CONSOMMATEUR SUR L'OFFRE LOCALE ET DE SAISON EN FRUITS ET LÉGUMES Tableau des prix des fruits et légumes OBSERVATOIRE BRUXELLOIS DE LA CONSOMMATION DURABLE Un

Plus en détail

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Objectif. Il y a 4 ans je m installait dans une ferme de 100Ha. Apres 2 ans observant l'état si pauvre et usé de la terre, j ai devenu

Plus en détail

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme exploitant agricole Une ferme céréalière 100% bio diversifiée dans la production de légumes de plein champ 12 OrléansLoiret 8 13 Loiret [45] Centre Blois 9 (45) Chartres Loir-et-Cher et-cher [41] (41)

Plus en détail

FICHES PRATIQUES ETUDE DE CAS LA MARE DES RUFAUX

FICHES PRATIQUES ETUDE DE CAS LA MARE DES RUFAUX Un site déjà bénéficiaire à l année 1 10 keuros d excédent brut d exploitation pour un chiffre d affaires de 40 keuros o Production réussie de 50 paniers, et de quelques volumes complémentaires (semigros,

Plus en détail

De Rochefort. La famille

De Rochefort. La famille La famille EARL de la Ferme céréalière diversifiée en légumes de plein champ. Situation de la ferme dans son environnement le site principal à Coinces fabrication de la farine Tours Eure-et-Loir Eure-et-Loir

Plus en détail

FRAB Midi-Pyrénées- Fédération Régionale des Agriculteurs Biologiques

FRAB Midi-Pyrénées- Fédération Régionale des Agriculteurs Biologiques Patrice Bounet Grandes cultures, légumes plein champs et sous serre Située au nord du département du Gers, près de Lectoure, la ferme de Patrice Bounet compte 135 ha dont 127 ha de grandes cultures (céréales

Plus en détail

Tableau des calibres

Tableau des calibres Tableau des calibres Légumes Frais À votre service, un outil d expertise qui vous donne, pour tous les calibres de légumes, le poids moyen et le nombre de légumes par kilogramme. FRUITS FRAIS Légumes frais

Plus en détail

Plan d Action Territorial «Hers-Mort/ Girou»

Plan d Action Territorial «Hers-Mort/ Girou» Plan d Action Territorial «Hers-Mort/ Girou» Journée Arbres, Eau et Cours d eau 26 avril 2012 Aurin Avec le concours financier de Présentation de la zone d étude Superficie : 1555 km² Population : 250

Plus en détail

Visite de Denise et Daniel Vuillon à St-Jory chez Véronique et Alain Gatti le 21 août 2008

Visite de Denise et Daniel Vuillon à St-Jory chez Véronique et Alain Gatti le 21 août 2008 Visite de Denise et Daniel Vuillon à St-Jory chez Véronique et Alain Gatti le 21 août 2008 Cet été, Denise et Daniel Vuillon ont pris quelques jours de «vacances» dans le sud-ouest. Mais fidèles à leur

Plus en détail

BTS Amartey Président, Ghana Agri-Input Dealer Association (l Association des distributeurs d intrants agricoles du Ghana)

BTS Amartey Président, Ghana Agri-Input Dealer Association (l Association des distributeurs d intrants agricoles du Ghana) Statut actuel des petites et moyennes entreprises qui se lancent dans l'agroalimentaire et questions que les gouvernements africains doivent aborder pour promouvoir les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST Références 2010 Réseaux d Élevage Ovins Allaitants Aquitaine et Midi Pyrénées Face à l épuisement progressif des réserves d énergies

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

1 000 ** 4 000 4 000 30 000,00

1 000 ** 4 000 4 000 30 000,00 PVE 2014 Investissements matériels éligibles Zonage Enjeux Tout département Enjeux "ressource en eau" En démarche PAT Roucarié* Enjeux phytosanitaires fertilisation et érosion Hors PAT et en ZEP Taux d'aide

Plus en détail

La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013

La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013 La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013 Sommaire 1- Les enjeux de la transition énergétique 2- Etat des lieux des consommations et des modes de production

Plus en détail

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme exploitant agricole De l'endive aux légumes de plein champ bio 12 OrléansLoiret 8 13 Loiret [45] Centre Blois 9 (45) Chartres Loir-et-Cher et-cher [41] (41) Indre-et-Loire Cher Indre-et-Loire [37] Centre

Plus en détail

Bio et local : c est l ideal

Bio et local : c est l ideal 01 Bio et local : c est l ideal Bio π Les produits vendus localement nécessitent moins d emballages. π En consommant bio et local, vous contribuez à la réduction des transports et à la préservation de

Plus en détail

L AGRICULTURE HORS SOL. Pour une agriculture saine, rentable et respectueuse de l environnement.

L AGRICULTURE HORS SOL. Pour une agriculture saine, rentable et respectueuse de l environnement. L AGRICULTURE HORS SOL L AGRICULTURE HORS SOL QUI SOMMES-NOUS? COCOSOL est une entreprise privée basée en Côte D ivoire qui développe et fait la promotion de l agriculture hors sol (hydroponie) des cultures

Plus en détail

Olivier REBOUL Le Fidelaire Cultures, Viande ovine Pays d Ouche

Olivier REBOUL Le Fidelaire Cultures, Viande ovine Pays d Ouche Réseau de Fermes de Démonstration du GRAB de Haute-Normandie Mise à jour : mars 2010 Olivier REBOUL Le Fidelaire Cultures, Viande ovine Pays d Ouche Caractéristiques de l exploitation 1 UTH 65,82 Ha de

Plus en détail

ROTATION DES CULTURES & ASSOCIATIONS DES PLANTES

ROTATION DES CULTURES & ASSOCIATIONS DES PLANTES JARDINONS NATURE FICHE N 12 ROTATION DES CULTURES & ASSOCIATIONS DES PLANTES .01 La rotation des cultures et l utilisation de la complémentarité des plantes sont des moyens naturels qui permettent de réduire

Plus en détail

GAEC LES JARDINS DU TEMPLE

GAEC LES JARDINS DU TEMPLE GAEC LES JARDINS DU TEMPLE Présentation 01 UNE AGRICULTURE DE GROUPE IMPLIQUÉE DANS LE DÉVELOPPEMENT LOCAL Présentation 01 RIGUEUR ET COMPLEMENTARITÉ POUR QUELQUES RÉSULTATS Présentation 01 MAIS AUSSI

Plus en détail

ANNEXE 2 : liste des matériels à portée environnementale éligibles

ANNEXE 2 : liste des matériels à portée environnementale éligibles ANNEXE 2 : liste des matériels à portée environnementale éligibles Opération 4-1 D & 4-4 I Investissements productifs et non productifs environnementaux 2015-2020 liste des matériels à portée environnementale

Plus en détail

JOURNEES TECHNIQUES ITAB/GRAB/ GRAB BASSE NORMANDIE EN FRUITS ET LEGUMES BIOLOGIQUES : 4 ET 5 DECEMBRE 2007 A CAEN

JOURNEES TECHNIQUES ITAB/GRAB/ GRAB BASSE NORMANDIE EN FRUITS ET LEGUMES BIOLOGIQUES : 4 ET 5 DECEMBRE 2007 A CAEN 2 JOURNEES TECHNIQUES ITAB/GRAB/ GRAB BASSE NORMANDIE EN FRUITS ET LEGUMES BIOLOGIQUES : 4 ET 5 DECEMBRE 2007 A CAEN Lors de ces journées techniques ITAB/GRAB/ GRAB Basse Normandie, des conférences communes

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Mise en évidence des facteurs de consommation énergétique de l agriculture : application à la production céréalière de l'eure

Mise en évidence des facteurs de consommation énergétique de l agriculture : application à la production céréalière de l'eure Mise en évidence des facteurs de consommation énergétique de l agriculture : application à la production céréalière de l'eure Olivier PERRIN Enseignant-chercheur en économie rurale Laboratoire LECOR Esitpa

Plus en détail

Assolement et rotation des légumes sur 4 ans

Assolement et rotation des légumes sur 4 ans Assolement et rotation des légumes sur 4 ans Classification des légumes en 4 catégories : Les légumes sont classés par besoins spécifiques en nutriments dans le sol. Chaque catégorie porte un numéro chronologique.

Plus en détail

Programme Régional «Enseigner à Produire Autrement» En Provence-Alpes-Côte d Azur (PREPA)

Programme Régional «Enseigner à Produire Autrement» En Provence-Alpes-Côte d Azur (PREPA) Programme Régional «Enseigner à Produire Autrement» En Provence-Alpes-Côte d Azur (PREPA) 5 ème conférence annuelle de l'agriculture régionale Lundi 16 février 2015 L'enseignement agricole en Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

Mangez moins de CO 2

Mangez moins de CO 2 Mangez moins de CO 2 Layout : Kurasaw Productions - wwwkurasawbe Brochure d accompagnement du label CO 2 pour les produits fermiers, élaboré par l Association nationale des producteurs fermiers Septembre

Plus en détail

LE CHAUFFAGE DE BÂTIMENTS AU BOIS ÉNERGIE DE SAULE : LA SOLUTION DURABLE À VOS BESOINS ÉNERGÉTIQUES

LE CHAUFFAGE DE BÂTIMENTS AU BOIS ÉNERGIE DE SAULE : LA SOLUTION DURABLE À VOS BESOINS ÉNERGÉTIQUES LE CHAUFFAGE DE BÂTIMENTS AU BOIS ÉNERGIE DE SAULE : LA SOLUTION DURABLE À VOS BESOINS ÉNERGÉTIQUES CULTIVER AUJOURD HUI L ÉNERGIE DE DEMAIN Chauffer à la biomasse : une solution économique, propre et

Plus en détail

FRAB Midi-Pyrénées- Fédération Régionale des Agriculteurs Biologiques

FRAB Midi-Pyrénées- Fédération Régionale des Agriculteurs Biologiques 32 300 ESTIPOUY Grandes cultures, volailles, agroforesterie Située dans le Sud-Ouest du Gers près de Mirande, au cœur du Haut Armagnac, la ferme de Simon Graf, s étend sur 65 ha. Les poules pondeuses,

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411 Annexe au dossier de demande d aide pour les investissements productifs Nombre de points attendus pour le projet présenté pour les différents critères : Critère Définition INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

Plus en détail

Légumes Biologiques Sous Abris

Légumes Biologiques Sous Abris Journée Filières et Techniques Légumes Biologiques Sous Abris Mercredi 10 septembre 2014 Organisée par Initiative Bio Bretagne (IBB) en partenariat avec les Chambres d Agriculture de Bretagne IBB organisait

Plus en détail

Les améliorations. Contraintes de départ. Contraintes actuelles

Les améliorations. Contraintes de départ. Contraintes actuelles Les cultures 42 ha froment 13 ha betterave sucrière 15 ha pommes de terre sur terres louées à l année 20 ha de légumes 11 ha potirons comestibles 1,5 ha coloquintes 1,5 ha brocolis 1 ha chou-fleur 0,2

Plus en détail

Approvisionnement énergétique 2011

Approvisionnement énergétique 2011 Approvisionnement énergétique 211 approvisionnement énergétique 211 Combustibles solides Combustibles solides Gaz naturel (en PCS) Gaz naturel (en pcs) Énergie électrique Énergie électrique Produits pétroliers

Plus en détail

Avez vous pensé à votre mise en marché?

Avez vous pensé à votre mise en marché? Avez vous pensé à votre mise en marché? Plan de la présentation Mise en marché? Potentiel et contexte régional Les options en Outaouais Frais vs transformation Stratégie de prix Planification et stratégie

Plus en détail

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides Les enjeux énergétique de l industrie du Limousin L industrie : 21 % des consommations régionales Baisse

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

DAAF La Réunion. La production maraîchère à La Réunion. Hectare. dont : 1989. Source : DAAF La Réunion - Agreste - Recensement Agricole

DAAF La Réunion. La production maraîchère à La Réunion. Hectare. dont : 1989. Source : DAAF La Réunion - Agreste - Recensement Agricole Agreste La Réunion - n 81 - Janvier 2013 Numéro 81 - Janvier 2013 DAAF La Réunion La production maraîchère à La Réunion Des exploitations maraîchères dynamiques et diversifiées qui produisent tout l éventail

Plus en détail

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016)

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Toutes filières PCAE INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Thème Critères Types d investissements concernés Observations Diagnostics

Plus en détail

Freins et opportunités du développement d une filière pleine d avenir. 20/11/2014 Midi de la Biomasse - Valbiom / Jérôme BRETON

Freins et opportunités du développement d une filière pleine d avenir. 20/11/2014 Midi de la Biomasse - Valbiom / Jérôme BRETON Freins et opportunités du développement d une filière pleine d avenir OPPORTUNITÉS Efficience et chaleur Cogénération 30 à 40 % élec. et 60 à 70 % chaleur et pertes Chaleur difficile à valoriser : efficience

Plus en détail

POTAGERS POUR ESPACES RESTREINTS

POTAGERS POUR ESPACES RESTREINTS POTAGERS POUR ESPACES RESTREINTS POTAGER EN CARRÉS POTAGER EN CARRÉS VS POTAGER TRADITIONNEL. AVANTAGES D UN POTAGER EN CARRÉS Demande peu d espace; Sol existant n est pas important; Utilise jusqu à 80%

Plus en détail

Consommation d énergie et émissions de GES des exploitations en agriculture biologique : synthèse des résultats PLANETE 2006

Consommation d énergie et émissions de GES des exploitations en agriculture biologique : synthèse des résultats PLANETE 2006 Colloque international Agriculture biologique et changement climatique, Enita Clermont, France, 17-18 avril 28 International conference Organic agriculture and climate change, Enita of Clermont, France,

Plus en détail

Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action pour faire face au nouveau contexte énergétique

Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action pour faire face au nouveau contexte énergétique Colloque sur la pomme de terre LA POMME DE TERRE : NOURRIR SON MONDE Le vendredi 14 novembre 2008, Hôtel Québec Inn, Québec Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action

Plus en détail

L État veut donner un nouvel élan aux énergies renouvelables et vient de lancer le Plan

L État veut donner un nouvel élan aux énergies renouvelables et vient de lancer le Plan PRÉFET DE L ORNE L ORNE La méthanisation à la ferme Editorial L État veut donner un nouvel élan aux énergies renouvelables et vient de lancer le Plan Énergie Méthanisation Autonomie Azote (EMAA) qui développe

Plus en détail

Un projet Bois Energie Citoyen?

Un projet Bois Energie Citoyen? Un projet Bois Energie Citoyen? Filière bois énergie : les attendus les entrants Filière usuelle : circuit long Filière d avenir : circuit court Chaîne de production d énergie thermique HQE : Analyse systèmique

Plus en détail

Nouveau portrait de l agriculture québécoise?

Nouveau portrait de l agriculture québécoise? Nouveau portrait de l agriculture québécoise? Colloque Établissement et retrait de l agriculture Comment s établir autrement Jean Philippe Perrier Traget Laval Université laval Drummondville 8 mai 2013

Plus en détail

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse?

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? 1 Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation,

Plus en détail

Analyse compara.ve transfrontalière des coûts de produc.on des légumes bio

Analyse compara.ve transfrontalière des coûts de produc.on des légumes bio Dépasser les frontières : projet après projet Der Oberrhein wächst zusammen : mit jedem Projekt Analyse compara.ve transfrontalière des coûts de produc.on des légumes bio Forum de clôture 04 Décembre 2014

Plus en détail

Coût des fourrages du sol à l auge

Coût des fourrages du sol à l auge Coût des fourrages du sol à l auge Plan de l intervention Introduction Méthode de calcul Résultats et repères sur quelques cultures fourragères : - Maïs - Luzerne - Mélanges céréaliers Conclusion Introduction

Plus en détail

Guide de conservation des fruits et légumes. «Les fruits et légumes sont vivants et continuent à évoluer, il faut donc en prendre soin!

Guide de conservation des fruits et légumes. «Les fruits et légumes sont vivants et continuent à évoluer, il faut donc en prendre soin! Guide de conservation des fruits et légumes «Les fruits et légumes sont vivants et continuent à évoluer, il faut donc en prendre soin!» Lieux de conservation FRAGILES, ils nécessitent d'être manipulés

Plus en détail

CHARVET et l Environnement

CHARVET et l Environnement CHARVET et l Environnement L entreprise Charvet est située au bord du lac de Paladru, à deux pas du massif de la Chartreuse. Dans un territoire protégé, au milieu d une commune rurale, Charvet a depuis

Plus en détail

Marchés s chinois et japonais pour Les Journées Horticoles 2005

Marchés s chinois et japonais pour Les Journées Horticoles 2005 Marchés s chinois et japonais pour Les Journées Horticoles 2005 2 Information générale g sur la Chine 3 e pays du monde en superficie, 7 % de terres arables 1,3 milliard d habitants, d 21,3 % de la population

Plus en détail

DOCUMENT D AUTODIAGNOSTIC SUR LE PRE-PROJET DU CANDIDAT

DOCUMENT D AUTODIAGNOSTIC SUR LE PRE-PROJET DU CANDIDAT DOCUMENT D AUTODIAGNOSTIC SUR LE PRE-PROJET DU CANDIDAT Ce document est destiné à vous présenter et à organiser votre réflexion autour du projet d installation. Si vous poursuivez la démarche d installation,

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

CHEVRERIE DU VIEUX MANOIR Elisabeth ANTHORE. Lait de chèvre Pays de Caux GR AB

CHEVRERIE DU VIEUX MANOIR Elisabeth ANTHORE. Lait de chèvre Pays de Caux GR AB Réseau de Fermes de Démonstration du GRAB de Haute-Normandie Mise à jour : mars 2010 CHEVRERIE DU VIEUX MANOIR Elisabeth ANTHORE Lait de chèvre Pays de Caux Caractéristiques de l exploitation 1,8 UTH 10

Plus en détail

DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes

DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes 14 ème journée d étude des productions porcines et avicoles,

Plus en détail

Rencontre SENAT 31 Mai 2011

Rencontre SENAT 31 Mai 2011 Rencontre SENAT 31 Mai 2011 QUI NOUS SOMMES 1 ER RESEAU ASSOCIATIF DE CONSEIL ET D EXPERTISE COMPTABLE NOTRE METIER SPECIALISTE DU CONSEIL PLURIDISCIPLINAIRE AU CHEF D ENTREPRISE OU SOMMES-NOUS? 700 AGENCES

Plus en détail

L pionnier dans le Bade-Wurtemberg,

L pionnier dans le Bade-Wurtemberg, RENCONTRE Rencontre avec Peter Berg LAURENT DREYFUS Peter Berg vient de publier son deuxième livre, traduit et édité par le Mouvement de l Agriculture BioDynamique. Nous avons voulu voir de quelle expérience

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

Maraîchage bio diversifié en circuits courts

Maraîchage bio diversifié en circuits courts fiche Repères 2014 Maraîchage bio diversifié en circuits courts Ces fiches repères ont été réalisées en 2014 par des techniciens spécialisés en maraîchage bio en Poitou-Charentes, sur la base de chiffres

Plus en détail

Energie: quels enjeux pour l agriculture?

Energie: quels enjeux pour l agriculture? Energie: quels enjeux pour l agriculture? Journée Energie 20 novembre 2012 Charlotte BORDET - SOLAGRO 1 Les réserves énergétiques fossiles 2 Consommation de pétrole par habitant 3 La crise énergétique

Plus en détail

Sommaire. Système sec 60 ha double actif. Système sec 100 ha fort potentiel. Système sec 150 ha fort potentiel. Système sec 150 ha moyen potentiel

Sommaire. Système sec 60 ha double actif. Système sec 100 ha fort potentiel. Système sec 150 ha fort potentiel. Système sec 150 ha moyen potentiel Sommaire Système sec 60 ha double actif Système sec 100 ha fort potentiel Système sec 150 ha fort potentiel Système sec 150 ha moyen potentiel Système sec 200 ha moyen potentiel Edition 2015 : campagne

Plus en détail

La conservation des légumes d hiver

La conservation des légumes d hiver La conservation des légumes d hiver L optimisation de la conservation des légumes d hiver est importante afin de limiter les pertes, étaler la commercialisation et proposer une diversité de légumes jusqu

Plus en détail

Mangez frais, mangez près! Comment les initiatives de circuits courts contribuent aux saines habitudes de vie

Mangez frais, mangez près! Comment les initiatives de circuits courts contribuent aux saines habitudes de vie Mangez frais, mangez près! Comment les initiatives de circuits courts contribuent aux saines habitudes de vie Mangez frais, mangez près! Dans quelle mesure les circuits courts ont-ils une incidence sur

Plus en détail