Politiques publiques Leçon 7 : La question de la temporalité

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Politiques publiques Leçon 7 : La question de la temporalité"

Transcription

1 Politiques publiques Leçon 7 : La question de la temporalité Laurie BOUSSAGUET Table des matières Section 1: Les trois temps de l'action publique... p. 2 Section 2 : Les temporalités du changement... p. 4 Section 3 : L'importance de la longue durée... p Pourquoi est-il nécessaire de prendre en compte le temps long?...p Typologie du changement en fonction de la temporalité (des causes et des effets du changement)... p Application aux PP :... p. 6 1

2 La dimension temporelle est centrale dans l'analyse des politiques publiques. Cf. séquences de l'action publique ; changement lent et changement rapide ; inertie des institutions ; le changement suppose un avant et un après (comparaison diachronique, dans le temps) ; ouverture de «fenêtres d'opportunité» sur le temps court ; etc. Le temps est partout. : la mise à l'agenda : à l'instant «t-1», l'enjeu n'existe pas comme problème politique ; et à l'instant «t», il a émergé sur l'agenda des autorités politiques. Mais si cette dimension est très présente, elle ne fait pas l'objet d'un traitement explicite ou systématique par les analystes des politiques publiques. Il n'existe pas de théorie consacrée à la question du temps dans les politiques publiques. L'objectif de cette séance, c'est de montrer que «time matters» (Cf. Bonoli). Plusieurs dimensions peuvent être abordées (plan de la leçon) : Les 3 temps de l'action publique (les principales variables d'analyse entretiennent des rapports différents au temps) ; Les temporalités du changement ; L'importance de la longue durée. Section 1: Les trois temps de l'action publique Remarque Catégories empruntées à l'historien F. Braudel : il existe trois types de temporalités, le temps long, le temps moyen et le temps court. Les dynamiques qui s'inscrivent dans le temps court sont celles des jeux d'acteurs et des interactions stratégiques. Cf. une action ponctuelle, jusqu'à une législature, en passant par le cycle d'un projet de loi, depuis son élaboration jusqu'à son adoption. Théoriquement, c'est le cadre temporel qui est privilégié par les approches du choix rationnel. La variable dominante est celle des intérêts (celle des acteurs). De l'autre côté, le temps long fait référence à des dynamiques structurelles (comme des changements socio-démographiques) mais aussi intellectuelles (exemple : émergence de nouvelles représentations sociales, évolution des valeurs, etc.). Cela va de quelques décennies à plus d'un siècle. C'est le cadre temporel privilégié dans les approches cognitives. La variable dominante est celle des idées. Entre les deux, on trouve des dynamiques qui s'inscrivent dans une temporalité moyenne ou intermédiaire (c'est-à-dire une ou deux décennies), comme celle qui concerne les changements institutionnels. C'est donc le cadre temporel privilégié par le néo-institutionnalisme historique qui rend compte des inerties institutionnelles liées aux choix du passé (Cf. séance 5 sur le changement et la notion de «path dependence»). La variable qui domine est celle des institutions. >>> L'action publique est donc traversée par des logiques temporelles différentes, plus ou moins longues. Illustrations : Les politiques de lutte contre la pédophilie : on trouve des évolutions de très long terme (vision de l'enfant dans la société et paradigme scientifique du traitement des délinquants sexuels et des enfants victimes) ; de moyen terme (des institutions internationales comme des textes internationaux sur les droits de l'enfant qui structurent le champ des possibles en matière de protection de l'enfance) ; et de court terme (les mobilisations d'acteurs et une fenêtre d'opportunité qui s'ouvre dans la seconde moitié des années 1990). Les politiques énergétiques dans le secteur de l'électricité et l'intégration des énergies renouvelables (Cf. travaux d'a. Evrard) : des changements de court terme (arrivée de partis verts au pouvoir) ; de moyen terme (introduction progressive de nouveaux dispositifs autour des énergies renouvelables dans les systèmes existants) ; et de plus long terme (nouveau cadrage cognitif autour de la protection de l'environnement, du développement durable, du changement climatique, etc.). 2

3 Les politiques de lutte contre l'obésité : idem. Voir le texte de la séance sur le sujet (texte de Thibault Bossy). 3

4 Section 2 : Les temporalités du changement Cf. séances 5 et 6 sur ces problématiques. Les deux grands types de changement généralement identifiés en analyse des politiques publiques (changements lents, à la marge et longues périodes d'inertie vs changements de grande ampleur, brutaux et rapides) renvoient à deux grands types de temporalité dans les études du changement : le temps long et le temps court. Toutefois, les approches plus récentes qui tentent de dépasser cette opposition, cherchent à davantage articuler les deux types de temporalité : Baumgartner et Jones avec le modèle des équilibres ponctués : on assiste à de longues périodes de stabilité, ponctuées de changements soudains, comme l'illustre le cas de la politique américaine du nucléaire civil. Kingdon et la fenêtre d'opportunité : les trois courants qui structurent l'action publique (celui des problèmes, celui des solutions et celui de la politique) possèdent leur propre calendrier sur le temps long. Et c'est leur conjonction dans le temps court qui permet l'ouverture d'une fenêtre et l'inscription d'un nouveau problème à l'agenda. Streeck et Thelen sur les changements graduels mais transformateurs. Cf. 5 mécanismes mentionnés dans la séance 6 (displacement, drift, layering, conversion, exhaustion). >>> En prenant en compte les différentes temporalités du changement, et notamment la longue durée, on peut ainsi dépasser les visions classiques du changement de PP et expliquer notamment comment des causes s'étalant dans la longue durée peuvent être à l'origine de changements rapides. D'où la nécessité de prendre en compte la longue durée dans l'analyse. 4

5 Section 3 : L'importance de la longue durée C'est quoi la longue durée? Comment la délimiter? = l'espace temporel qui dépasse celui encadrant l'action humaine individuelle pouvant exister dans une institution publique. Cette durée dépasse souvent 30 ans (il est difficile pour une seule personne de suivre un même dossier plus de 30 ans). La longue durée renvoie donc à 30 ans et plus (de façon conventionnelle). 1. Pourquoi est-il nécessaire de prendre en compte le temps long? Deux grandes raisons peuvent être mentionnées : Les causes «adéquates» (Cf. Max Weber) du changement de l'action publique ne peuvent pas se limiter au temps court. Si on s'était arrêté à la dernière décennie, on n'aurait pas pu montrer le rôle joué par la transformation de la vision de l'enfant dans l'émergence de la pédophilie comme problème public. La rencontre entre les chaines causales peut plus ou moins s'étaler dans le temps par exemple, des changements rapides peuvent en fait résulter de causes à la temporalité longue. Ainsi, il a fallu plusieurs réformes successives et diffuses pour que le gouvernement central britannique de Thatcher réalise des coupes importantes dans les budgets de la politique de l'habitat. Seule une attention à la longue durée permet au chercheur de prendre conscience du caractère systématique et progressif de ce retrait de l'etat providence. 2. Typologie du changement en fonction de la temporalité (des causes et des effets du changement) Cf. Travaux de Pierson (qui s'appuie sur le cas du changement climatique issu des sciences naturelles pour illustrer son propos) : 5

6 3. Application aux PP : (1) : Les causes de long-terme ne produisent des effets de court-terme qu'à partir du moment où un seuil a été franchi. Déficits publics ou nombre de chômeurs (2) : Ce sont des processus de changement très graduels comme le changement démographique ou culturel (impact seulement sur la longue durée). Changement progressif de la place de l'enfant dans nos sociétés, jusqu'au développement de la protection de l'enfance. (3) : A court-terme, il ne se passe rien mais les effets se font sentir à long-terme (processus lent). A court-terme, si on regarde le contenu des politiques sociales dans les années 1980 en Grande- Bretagne et aux Etats-Unis, on pourrait conclure que le retrait de l'etat n'a pas eu lieu. En fait, en modifiant le contexte de la prise de décision (Cf. «cadre d'interaction» dans les dimensions du changement de Hassenteufel) pour affaiblir les défenseurs du système en place, Reagan et Thatcher ont ouvert, à plus long-terme (donc à retardement), la voie à des changements de programme de grande ampleur. Il n'y a donc pas eu de démantèlement (retrenchment) de l'etat providence comme ils l'avaient annoncé, en termes de contenu de PP, mais ils ont posé les bases d'un démantèlement possible dans les décisions futures, en affaiblissant les groupes d'intérêt prenant la défense du welfare state (c'est-àdire retrenchment systémique et non pas programmatique). >>> Il y a donc un intérêt à insister sur la conjonction de temporalités différentes et sur leurs interactions pour mieux saisir les mécanismes complexes de l'action publique. 6

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

POL 705-01 Campus de Sherbrooke et POL 705-10 Campus de Longueuil Processus décisionnels en politique intérieure (3 crédits) Hiver 2016 PLAN DE COURS

POL 705-01 Campus de Sherbrooke et POL 705-10 Campus de Longueuil Processus décisionnels en politique intérieure (3 crédits) Hiver 2016 PLAN DE COURS ÉCOLE DE POLITIQUE APPLIQUÉE Faculté des lettres et sciences humaines POL 705-01 Campus de Sherbrooke et POL 705-10 Campus de Longueuil Processus décisionnels en politique intérieure (3 crédits) Hiver

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Dossier de demande de formation 2014 de Surveillants de nuit qualifiés Maîtresses de maison

Dossier de demande de formation 2014 de Surveillants de nuit qualifiés Maîtresses de maison Dossier de demande de formation 2014 de Surveillants de nuit qualifiés Maîtresses de maison 1 Vous sollicitez une formation de surveillant de nuit ou de maîtresse de maison et vous avez besoin de plusieurs

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé Thomas LE LUDEC Directeur délégué, Directeur de l'amélioration de la qualité

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Préparez votre débat

Préparez votre débat Préparez votre débat L enjeu éducatif d un débat sur des questions portant sur le changement climatique est principalement de permettre : - d éveiller l intérêt des élèves sur le sujet en laissant la pensée,

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

SOCA-D-544 : Diagnostic et gestion de projets

SOCA-D-544 : Diagnostic et gestion de projets SOCA-D-544 : Diagnostic et gestion de projets Secteur non-marchand Professeure : Síle O Dorchai Année académique 2014-2015 1 Qu est-ce qu un projet? Comment le concevoir? Comment l organiser et le réaliser?

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI L OCPAH S ENGAGE Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah Introduction Capacité de mobilisation de ressources financières et Réussite d un modèle de développement

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise?

Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise? 1 Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise? Réfaat Chaabouni Salon de la création d entreprises Tunis 17-18 Octobre 2008 2 L innovation est synonyme de changement C est au sens large du

Plus en détail

De la carrière à l employabilité

De la carrière à l employabilité De la carrière à l employabilité 1. Définitions 2. Outils de la gestion des carrières et des mobilités 3. Évolutions récentes de la gestion des carrières eleonor.marbot@cnam.fr/eme 104 1 1. Définitions

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Conseil National du Commerce Extérieur La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Anticiper Partager Agir 2000 www.cnce.org.ma Sommaire INTRODUCTION 1. LE NOUVEAU CONTEXTE

Plus en détail

Partage de données: opinions, usages et besoins

Partage de données: opinions, usages et besoins Partage de données: opinions, usages et besoins Enquête DARIS auprès des chercheuses et chercheurs en sciences sociales en Suisse Eliane Ferrez et Martina Bichsel Lausanne, mars 2012 Introduction Le Service

Plus en détail

Les partenaires sont les autorités locales et régionales qui s engagent à mettre en oeuvre des activités dans le cadre de la SEDL.

Les partenaires sont les autorités locales et régionales qui s engagent à mettre en oeuvre des activités dans le cadre de la SEDL. Quel statut choisir? es partenaires sont les autorités locales et régionales qui s engagent à mettre en oeuvre des activités dans le cadre de la SED. es associations des pouvoirs locaux et régionaux, ainsi

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

M 1428-A. Secrétariat du Grand Conseil

M 1428-A. Secrétariat du Grand Conseil Secrétariat du Grand Conseil M 1428-A Date de dépôt: 9 janvier 2002 Messagerie Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la motion de MM. Thomas Büchi, Hervé Dessimoz et Roger Beer pour la création

Plus en détail

Management par mode projet : une conduite efficace du changement organisationnel?

Management par mode projet : une conduite efficace du changement organisationnel? Management par mode projet : une conduite efficace du changement organisationnel? DEA 128 Formation Continue «Management du changement et TIC» Années 2003-2004 Michel Hoang Ngassa Youmby Khai Uy Pham Agenda

Plus en détail

École Nationale de Protection judiciaire de la jeunesse

École Nationale de Protection judiciaire de la jeunesse École Nationale de Protection judiciaire de la jeunesse Formation préparatoire à la prise de fonction RUE 7ème promotion Présentation du dispositif de formation ENPJJ 16, rue du Curoir-BP 90114 59052 ROUBAIX

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

Un exemple : Du développement au développement durable à Madagascar

Un exemple : Du développement au développement durable à Madagascar Un exemple : Du développement au développement durable à Madagascar Pré-requis : Thème introductif du programme de 5ème : «Les enjeux du développement durable» «Les enjeux économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Introduction Terminale STMG Sciences de gestion Gestion et finance L évolution de STG vers STMG, du programme de Comptabilité et Finance d Entreprise

Plus en détail

Coaching. 90/92, rue Baudin. 92300 Levallois-Perret. contact@performance-career-center.com. M Pont de Levallois - Gare Clichy-Levallois - Bus 165

Coaching. 90/92, rue Baudin. 92300 Levallois-Perret. contact@performance-career-center.com. M Pont de Levallois - Gare Clichy-Levallois - Bus 165 Coaching 90/92, rue Baudin 92300 Levallois-Perret contact@performance-career-center.com M Pont de Levallois - Gare Clichy-Levallois - Bus 165 Présentation Ensemble pour développer vos talents Performance

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1

Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1 Table des matières Préface.............................................................................. XV Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1 1.1 Force de Vente (F.D.V.)

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

Maroc. Plan d amélioration. Fenêtre Thématique: Égalité des sexes et autonomisation des femmes

Maroc. Plan d amélioration. Fenêtre Thématique: Égalité des sexes et autonomisation des femmes Maroc Plan d amélioration Fenêtre Thématique: Égalité des sexes et autonomisation des femmes Titre du Programme: Programme Multisectoriel de Lutte Contre les Violences Fondées sur le Genre par l Autonomisation

Plus en détail

Communication stratégique

Communication stratégique Programme de formation pour les étudiants de DEESCOM de l IEC Pau Communication stratégique Objectif pédagogique : Acquérir une démarche stratégique et rigoureuse en vue d occuper un poste à responsabilité

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

Présenté par Monsieur Souleymane SENE, Inspecteur du Trésor,

Présenté par Monsieur Souleymane SENE, Inspecteur du Trésor, Présenté par Monsieur Souleymane SENE, Inspecteur du Trésor, Chef de la Division de la Politique d Endettement et de la Stratégie d Intervention sur les marchés Direction de la Dette Publique SENEGAL Plan

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la méthode d analyse en groupe PAGE 1 Responsables et contact : Raphaël Darquenne (Réseau MAG) Tel : 0479 76 17 82 e-mail

Plus en détail

Outils de travail: Analyser l interaction du programme avec le contexte et identifier la contribution pour un changement positif

Outils de travail: Analyser l interaction du programme avec le contexte et identifier la contribution pour un changement positif Outils de travail: Analyser l interaction du programme avec le contexte et identifier la contribution pour un changement positif Exercice 1 : Identification des besoins de la fragilité et réponses programmatiques

Plus en détail

Programme PNF EPS-Santé Jeudi 13 et vendredi 14 novembre 2014

Programme PNF EPS-Santé Jeudi 13 et vendredi 14 novembre 2014 Programme PNF EPS-Santé Jeudi 13 et vendredi 14 novembre 2014 Synthèse des synthèses des ateliers du jeudi 13 novembre 2014 Pia HENAFF-PINEAU pour les «amis critiques» des ateliers Liliane Giordano, Sophie

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

Présentation du manuel

Présentation du manuel Présentation du manuel > COMMENT UTILISER LE MANUEL Le manuel est divisé en trois chapitres : Chapitre 1 : Introduction Le chapitre présente le SIS. Il indique l'objectif de la collecte de données, le

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

MODÉLISATION DES STRATÉGIES DES ACTEURS DU MARCHÉ DE L ASSURANCE DIRECTE

MODÉLISATION DES STRATÉGIES DES ACTEURS DU MARCHÉ DE L ASSURANCE DIRECTE MODÉLISATION DES STRATÉGIES DES ACTEURS DU MARCHÉ DE L ASSURANCE DIRECTE Thèse CIFRE en collaboration avec DIRECT ASSURANCE Claire Mouminoux Directeur de thèse: Stéphane Loisel Co-directeur: Christophe

Plus en détail

APPUI INSTITUTIONNEL POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES DU MINISTERE D ETAT, MINISTERE DU PLAN ET DU DEVELOPPEMENT

APPUI INSTITUTIONNEL POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES DU MINISTERE D ETAT, MINISTERE DU PLAN ET DU DEVELOPPEMENT Cellule d Analyse de Politiques Economiques du CIRES APPUI INSTITUTIONNEL POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES DU MINISTERE D ETAT, MINISTERE DU PLAN ET DU DEVELOPPEMENT RAPPORT DE FORMATION THEME : INTELLIGENCE

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Présentation presse. Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants

Présentation presse. Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants Présentation presse Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants Le pourquoi de l étude Contexte Un marché du conseil en profonde mutation Une décroissance du chiffre d affaire en 2002 et

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Axe1. Les axes et volume horaire. Les Contenus Démarche en Centre Démarche en Entreprise

Axe1. Les axes et volume horaire. Les Contenus Démarche en Centre Démarche en Entreprise Les axes et volume horaire Les Contenus Démarche en Centre Démarche en Entreprise Axe1 Se situer et communiquer dans les réseaux professionnels de l'animation, de la culture, du et du tourisme 147h00 Les

Plus en détail

Géovisualisation des espace-temps quotidiens Propositions d outils d aide à la réflexion Olivier Klein

Géovisualisation des espace-temps quotidiens Propositions d outils d aide à la réflexion Olivier Klein Géovisualisation des espace-temps quotidiens Propositions d outils d aide à la réflexion Olivier Klein Chargé de Recherche CEPS/INSTEAD Pôle Géographie et Développement Esch-Belval, Luxembourg 2 Préambule

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Les défaillances des rapports entre l hôpital public et l assurance maladie

Les défaillances des rapports entre l hôpital public et l assurance maladie Les défaillances des rapports entre l hôpital public et l assurance maladie Karim CHAYATA Maître-assistant Université de Sousse Introduction Cadre global des rapports entre l assurance maladie et l hôpital

Plus en détail

Projets soutenus par la MSH Paris Nord à l'issue de son appel à projets 2011

Projets soutenus par la MSH Paris Nord à l'issue de son appel à projets 2011 There are no translations available. Projets soutenus par l'axe 3 en 2011 l en 2010 l en 2009 l en 2008 à l'issue de son appel à projets 2011 La valorisation de l'immatériel : un dialogue entre théories

Plus en détail

OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT

OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT Angèle Bilodeau, Ph.D. 1, 2 Marilène Galarneau, M.Sc. 2 Michel Fournier, M.Sc. 1 Louise Potvin, Ph.D. 2 Gilles Sénécal, Ph.D. 2, 3 Jocelyne Bernier, M.Sc.

Plus en détail

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a Vérification de la gestion des risques V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C J u i n 2 0 1 0 Juin 2010 i 1.0 Sommaire

Plus en détail

Alternatives Économiques Numéro 344 - mars 2015

Alternatives Économiques Numéro 344 - mars 2015 Alternatives Économiques Numéro 344 - mars 2015 Pages 14 à 16. Comment réduire les dettes publiques? - présente cinq options permettant de réduire les dettes publiques, en indiquant en quoi elles consistent,

Plus en détail

Les concepts et bonnes pratiques dans les finances publiques

Les concepts et bonnes pratiques dans les finances publiques Atelier Régional HHA pour le renforcement des capacités dans l analyse des budgets et le plaidoyer pour la santé de la mère et de l enfant 6-8 mai 2014 Dakar, Sénégal Les concepts et bonnes pratiques dans

Plus en détail

Le management des entreprises en STS. Formation du 2 avril 2008

Le management des entreprises en STS. Formation du 2 avril 2008 Le management des entreprises en STS Formation du 2 avril 2008 1 Programme de la matinée Accueil/Présentation Présentation générale Pourquoi le nouveau référentiel? Le contenu de la nouvelle épreuve. Précisions

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Entrer dans l activité balle ovale par un jeu traditionnel en cycle 3. Construire les règles

Entrer dans l activité balle ovale par un jeu traditionnel en cycle 3. Construire les règles Entrer dans l activité balle ovale par un jeu traditionnel en cycle 3 Construire les règles Avec l aimable contribution de Daniel Gally (Adaptation du dvd réalisé par la circonscription de Semur-en-Auxois)

Plus en détail

Comment assurer la prise en compte de l'environnement dans le cadre d'une ZAC?

Comment assurer la prise en compte de l'environnement dans le cadre d'une ZAC? Comment assurer la prise en compte de l'environnement dans le cadre d'une ZAC? Septembre 2010 centre d Études techniques de l Équipement de Lyon Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement

Plus en détail

L'ELECTRICITE DU FUTUR: UN DÉFI MONDIAL

L'ELECTRICITE DU FUTUR: UN DÉFI MONDIAL sous la direction de Philippe de LADOUCETTE Président de la Commission de régulation de l'énergie Jean-Marie CHEVALIER Professeur à l'université Paris-Dauphine Directeur du Centre de Géopolitique de l'énergie

Plus en détail

Expert workshop. 9h-16h 14 septembre 2011

Expert workshop. 9h-16h 14 septembre 2011 Expert workshop 9h-16h 14 septembre 2011 Effets de la convergence d industries sur le choix stratégique associé à l organisation du processus d innovation : Le cas du jeu vidéo et du cinéma d animation

Plus en détail

catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel

catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel L IFccac

Plus en détail

La Mutualité Française Limousin

La Mutualité Française Limousin La Mutualité Française Limousin Les formations pour les élus 87 Haute-Vienne 23 Creuse 19 Corrèze 2013 Mise à jour 05.06.13 Sommaire 1. Initiation aux mécanismes comptables des états financiers d'une mutuelle

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION SOLUTION PACKS KALITISS PROGRAMME DE FORMATION in&co, 3 avenue Marie Reynoard 38100 Grenoble Tél/Fax 04 76 22 23 85 contact@inandco.com SOMMAIRE 1 - PACKS DE FORMATION... 3 1.1 - Pack Sécurité...3 1.2

Plus en détail

Banques coopératives et territoires : quelles capacités d innovations?

Banques coopératives et territoires : quelles capacités d innovations? Banques coopératives et territoires : quelles capacités d innovations? Nadine Richez-Battesti LEST-CNRS et Université de la Méditerranée Paris- 23 Novembre 2007 Données de Cadrage Quelle contribution des

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

Gouvernance et communication financière

Gouvernance et communication financière COLLECTION QUESTIONS DE GOUVERNANCE Gouvernance et communication financière Yves Brissy Didier Guigou Alain Mourot Préface Alain Viandier Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54204-2 Sommaire Les auteurs...

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Naples et Barcelone, villes durables? Une comparaison des démarches.

Naples et Barcelone, villes durables? Une comparaison des démarches. Naples et Barcelone, villes durables? Une comparaison des démarches. Floridea Di Ciommo Chercheur au Laboratoire MUST du CSTB et à l Université Polytechnique de Madrid fdiciommo@caminos.upm.es Le développement

Plus en détail

Communiqué de presse. Mercredi 17 septembre 2014 Mieux et Autrement : la juste place de la voiture dans la mobilité de demain

Communiqué de presse. Mercredi 17 septembre 2014 Mieux et Autrement : la juste place de la voiture dans la mobilité de demain Communiqué de presse Mercredi 17 septembre 2014 Mieux et Autrement : la juste place de la voiture dans la mobilité de demain A l occasion de la semaine européenne de la mobilité qui se déroule du 16 au

Plus en détail

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France)

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France) IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007 ENFA de Toulouse-Auzeville (France) Notre projet général Les pratiques d enseignement, centre de nos recherches

Plus en détail

Dossier numérique et évaluation des compétences.

Dossier numérique et évaluation des compétences. Dossier numérique et évaluation des compétences. Les usages du DNC pour la formation, l évaluation, la validation et la certification de compétences Emmanuel LE CLAINCHE Responsable de formation à Isfec

Plus en détail

L expérience de la Cour des comptes en matière d évaluation des projets publics. Rapporteur général à la Cour des comptes

L expérience de la Cour des comptes en matière d évaluation des projets publics. Rapporteur général à la Cour des comptes L expérience de la Cour des comptes en matière d évaluation des projets publics Par: Saïd MOURABIT Rapporteur général à la Cour des comptes Introduction Rappel des missions de la Cour des comptes: jugement

Plus en détail

Télémédecine, télésanté :

Télémédecine, télésanté : Télémédecine, télésanté : vision prospective Table ronde du Collège des Economistes de la Santé, 15 mai 2014. «État des lieux et perspectives de latélémédecine»? Robert PICARD Référent Santé, CGEiet Plan

Plus en détail

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES ET SCIENCES SOCIALES 2000 TABLE DES MATIÈRES Sciences économiques Compétences Objets pour l'enseignement

Plus en détail

AtlantACT : Guichet unique / Plateforme d accompagnement

AtlantACT : Guichet unique / Plateforme d accompagnement Commission Arc Atlantique La plateforme de mise en œuvre de la Stratégie Atlantique: un InterACT + Atlantique «AtlantACT» Système: partir sur la base du programme européen «INTERACT» 1 et élargir à toutes

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Certification professionnelle Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Professionnels concernés et modalités de vérification Mai 2013 Sommaire

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise Public concerné Assistant(e) RH débutant dans le poste ou personne chargée de la

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

La fiscalité internationale et le numérique. Jacques Sasseville Unité des Convention fiscales, OCDE

La fiscalité internationale et le numérique. Jacques Sasseville Unité des Convention fiscales, OCDE La fiscalité internationale et le numérique Jacques Sasseville Unité des Convention fiscales, OCDE 1 Fiscalité internationale Les impôts sont déterminés et perçus par les États La coordination est assurée

Plus en détail

Dès qu'une action atteint un certain degré de complexité ou qu'il s'agit d'actions collectives il est nécessaire d'organiser, c'est-à-dire de diviser et coordonner. L'organisation suppose donc division

Plus en détail

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : Baccalauréat professionnel «Conduite et gestion de l'entreprise hippique» Module : MP3 : Gestion de

Plus en détail

CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE

CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE CHAPITRE VI : UN ESSAI DE SYNTHESE Introduction 1) La relation dialectique entre dynamiques démographiques et développement 2) Les dynamiques démographiques et les théories

Plus en détail

FICHE DE PROFIL DE POSTE

FICHE DE PROFIL DE POSTE FICHE DE PROFIL DE POSTE POSTE : Agent de développement sportif et/ou socio-sportif de secteur ou de bassin d activité CONVENTION COLLECTIVE : CCNS GROUPE : 1 METIER : Agent de développement Comité STRUCTURE

Plus en détail

CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite. Action collective inter-entreprises

CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite. Action collective inter-entreprises CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite Action collective inter-entreprises Fiche méthodologique du groupe de ARACT Bourgogne -2009 1 Étapes

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

curité publique pour les établissements recevant du public

curité publique pour les établissements recevant du public Les études de sûrets reté et de sécurits curité publique pour les établissements recevant du public 1 De quelle sûreté parle t on? Le terme «sûreté» concerne ici la prévention des actes de malveillance

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail