De manière générale, quelle définition donnez vous à la Maladie d Alzheimer? Peut on parler d une ou de plusieurs maladies d Alzheimer?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De manière générale, quelle définition donnez vous à la Maladie d Alzheimer? Peut on parler d une ou de plusieurs maladies d Alzheimer?"

Transcription

1 BonjourMonsieurHannequin,alorspourcommencercetentretien,peut êtreserait il opportundevousprésenter,vousetvotreéquipe,etdenousdireenquelquesmotsla naturedevosrecherchesfondamentalessurlamaladied Alzheimer? Notre équipe de recherche est spécialisée essentiellement sur les facteurs de risques génétiques de la maladie d Alzheimer, divisée en une équipe clinique dans le service de neurologie du CHU de Rouen et un laboratoire de biologie moléculaire. L objectif est de répondreauxgrandesquestionsquiseposentdansledomainedelagénétiquedelamaladie d Alzheimer.Nousnousconcentronssurdeuxtypesd études:identifierlesfacteursderisque génétiquesenpopulationgénérale,cequidemandeuneméthodologieparticulièreconsistant à recueillir un grand nombre de patients et de sujets témoins. Ces études se font donc en collaboration avec d autres équipes au niveau national mais aussi à l échelle internationale puisqu ilfautavoirénormémentdesujetspourcontrôlertouteslesvariables,l âge,leniveau culturel, la répartition régionale pour espérer mettre en évidence ces facteurs de risque. Le deuxièmepointderechercheestunethématiquepropreànotreéquipeenfrance,ils agitde s intéresser aux familles touchées par une maladie autosomique dominante dont le déterminisme est fixé par une anomalie sur un gène qu il suffit d avoir pour développer la maladieetlatransmettre. Demanièregénérale,quelledéfinitiondonnez vousàlamaladied Alzheimer?Peut on parlerd uneoudeplusieursmaladiesd Alzheimer? La question de la définition de la maladie est une bonne question car il faut savoir si l on s intéresseaumécanismedelamaladie,etàcemoment làonvaappelerlamaladieparson nomquellesquesoientlesexpressions,oubiensil onparledesesexpressionselles mêmes, comme par exemple la tuberculose qui peut affecter un os, un poumon et bien d autres organes. Ainsi ce qui définit une maladie ce sont soit ses causes, soit un moyen d objectiver précisémentleslésionsencause. Pour ce qui nous intéresse ici, ce qui définit la maladie d Alzheimer, ce sont des lésions, l existence de deux différentes lésions et leur répartition dans le cerveau : la meilleure définitionàl heureactuelleestdoncunedéfinitionanatomopathologique. Il existe différentes voies menant au développement de la maladie d Alzheimer, commentpeut onexpliquercelaetlescausessont ellestoujourslesmêmes? Le problème est que l on peut distinguer différents niveaux de causes. Il y a des causes de certitude. Par exemple les causes conduisant à la maladie sous sa forme autosomique dominante:unepersonnequiaunemutationsurlegènedeprésilinne1vaobligatoirement développerlamaladie.lesautrescausessontdesfacteursderisque,l âge,lesexe Iln yena qu unaujourd huiquirésisteàl analyseetquijouepourtantunrôlemajeur:legèneapoeet notamment l allèle e4 surtout à l état homozygote. En effet dans ce cas là, la probabilité de

2 développer la maladie est de l ordre 12 fois supérieure aux personnes qui n ont pas ce génotype. Qu entendez vousprécisémentparcechiffrede12foissupérieur? Quandjevousdis12foissupérieur,jemeplaceaupicd analyseàl âgede70ans.onpeut l exprimerautrementsivouslevoulez.sil onprenddeuxpopulationsséparéeségalementpar sexeetpartanched âge,etquel unepossèdeungénotypeapoe3/apoe3etl autrepossédant ungénotypeapoe4/apoe4,cettedernièrepopulationtrouvera12foisplusdemaladieatteint delamaladiequel autregroupe. Vous avez parlé des deux lésions permettant de définir la maladie d Alzheimer. Pourriez vous m'en dire un peu plus quant aux mécanismes à l origine de ces deux lésions.l hypothèsedelacascadeamyloïdeestaujourd huitenue,cettehypothèseestellepartagéepartous? Alors,ilyadeuxtypesdelésions.Leslésionsintracellulaires,quisontl atteintedesprotéines Tau,desprotéinesconstitutives,etl onvaalorstrouverdesinclusionstauparticulièresque l on va appeler des dégénérescence neurofibrillaires. Ce qu il faut savoir c est que ces dégénérescences neurofibrillaires obéissent à une distribution anatomique au fil du temps danslecerveauquiesttrèsbiencodifiée,l équipedelilled AndréDelacourteaparfaitement objectivé cela sur des centaines de cerveaux. De l autre côté, on trouve des plaques séniles extracellulaires,quisontdesdépôtsdepeptidesaß. Leparadoxeestlesuivant:actuellementlacascadeamyloïdemontrequel onaidentifiéles mécanismes conduisant aux dépôts de ces peptides Aß qui vont s agréger pour donner des plaques séniles puis des plaques neuritiques. Mais ce qui est le mieux corrélé au déficit cognitifdespersonnescesontlesdégénérescencesneurofibrillaires.lelienentreledépôtdu peptideaßetlesdégénérescencesneurofibrillaires,laphysiopathologiedulienentrelesdeux lésions est encore un gros challenge, n est pas encore établi, et suscite encore de nombreux débatsethypothèses.autrementdit,onexpliquetrèsbienl agrégationdespeptideaßd une partetlesdégénérescencesneurofibrillairesd autrepart,onsaitqu ilexisteunlienentreces deuxphénomènesmaiscelui ciresteaujourd huiencoreinconnu. Etvous,qu enpensez vousdecedébatsurlelienentrelesdeuxlésions? Je n ai rien à y penser à proprement parler. Il y a des données qui sont contradictoires et encorebeaucoupàchercher.onresteencoreàl étatd hypothèses. Ya t ilunconsensusaujourd huisurlescausesgénétiquesdelamaladied Alzheimer?

3 Il n y a pas de discussion, les données sont extrêmement robustes et validées par de nombreuses équipes. Sur les formes autosomiques dominantes, le mécanisme est très clair puisqu uneanomaliesurungèneestresponsabledudéveloppementdelamaladie.ledébat aujourd hui se porte sur les gènes et la présence ou non de certains allèles en tant que facteurs de risque du développement de la maladie. Sur ce point de nombreuses équipes réalisent de multiples recherches par confrontation de populations. Le problème arrive lorsque l on découvre par exemple qu un certain allèle pour un gène augmente le risque de développer la maladie de 1% à 2%, ce qui ne signifie pas grand chose en termes de quantification. Surlediagnostic,quelleestlaprocéduremiseenplace? Lorsqu un patient souffre d un déficit cognitif, une multitude de batteries de tests et d examens est réalisée auprès de ce patient. En dessous de 5% des normes statistiques, les genssontconsidéréscommeayantuntroubledemémoireauthentifié.ensuiteonréalisedes imageriespoursavoirlescausesdesestroubles.onpeutalorsparfoistrouverunetumeurou unepathologievasculairequel onnesuspectaitpasauparavant.ilfautbiencomprendreque l imagerieneréalisepasundiagnosticdelamaladied Alzheimer,carleslésionsresponsables delamaladiesontàl échellemicroscopiqueetnesontdoncpasdétectables.actuellementon acependantmisaupointdesmarqueursditspibquiestunmarqueurparticulierdesplaques amyloïdes,quiestutiliséàmaconnaissancedansunoudeuxcentresfrançais,maisquireste del ordredelarechercheetnonpasdudiagnostic. Certainsdiagnosticssesontretrouvésinfondésàl autopsie,qu enest ilexactement? Danslesbonneséquipes,letauxd erreurestde5%entreàl avisdescliniciensetl autopsie. Cette marge d erreur, liée à des maladies rares et aux difficultés normales d un diagnostic neurologique, est relativement tolérable aujourd hui. Ce taux est admissible notamment par rapport au risque que l on ferait prendre au patient en réalisant par exemple une biopsie cérébrale. Par contre il est nécessaire que les gens prennent des recommandations très précisespouraméliorerleurtauxdecertitude. N ya t ilunproblèmedemoyensderrièretoutcela? Non,lesprécédentsPlansAlzheimerontpermisraisonnablementunmaillageduterritoireen consultation mémoire ainsi qu une accessibilité relativement bonne, bien meilleure qu il y a dixans. Pourtant,seulement20%desgensconsultent

4 C estvrai,onvoitencoredesgensconsulterunpeutard.ceproblèmeestidentiqueàd autres maladiesliéesàl âgeetilyaunsérieuxbesoind informationdupublicetdeformationdes médecins qui sont en première ligne. Certaines personnes ont tendance à considérer que perdrelamémoirefaitpartieduvieillissementnaturel.effectivement,quandonvieillitilest normald avoircertainesaltérationsdecertainescomposantesdelamémoiremaisilfautbien savoir faire la différence entre ces altérités et les symptômes de la maladie d Alzheimer. Aujourd hui c est assez simple de différencier: à partir du moment où l on dispose de tests avecdesnormesenfonctionduniveaucultureletdel âge,jusqu à80à85ans audelà,ilest vraiquel onaunpeumoinsdenormes sivousvoyezqu unindividuestendessousduseuil 5%desnormesquel onapoursatranched âge,ilestclairementendehorsdelacourbede Gauss. Quifixecesnormes? Despersonnesréuniesdansdifférentscentrespourcollecterdessujetstémoins,fairepasser des tests et voir comment les résultats se distribuaient dans les populations. En règle générale,leseuilimposéestceluide5%. Quelleestlaplacedestestsgénétiquesdansledépistagedelamaladied Alzheimer? Pourlaformeautosomiquedominante,ilestévidentquel onutiliselestestsgénétiques.une personne vient vous voir et possède des troubles de mémoire, des signes de la maladie d Alzheimer,etelleestapparentéeàunefamilleoùaétéidentifiéeunemaladied Alzheimer autosomiquedominantedueàunemutationdeprésilinne1oudugènedel APP.Danscecaslà,vousêtesenfacedequelqu undemaladequiauneprobabilitétrèshauted êtreporteur héritier de l anomalie génétique. Vous allez alors rechercher la présence de cette anomalie génétique. Il se peut par ailleurs que l on n ait pas identifié l anomalie génétique parce que c étaitilyaplusieursannéesmaisonaunecertitudedudiagnosticchezl ascendant(pèreou mère) et l on sait que à chaque génération, il y a des personnes malades et des personnes jeunesengénéral.danscecasprécis,onfaitsignerunconsentementinforméexpliquantque l on va rechercher au titre du diagnostic cette anomalie et l on va alors pouvoir dire à la personnequ elleauneanomaliesurtelgène. Mais il existe une autre situation tout à fait différente, celle des descendants ou des apparentésfrèresousœursdequelqu unchezquil onamontrélaprésenced uneanomalie génétique. Cette personne va bien, elle est jeune et veut connaître son statut. Là on rentre dans un cadre légal très codifié que l on appelle la consultation de diagnostic pré symptomatiquequialieudansdescentresdegénétiqueagréésoùunavisseradonnéparun neurologue, un psychologue, et des généticiens dans un processus de plusieurs semaines voire de plusieurs mois, à l issue duquel, avec toujours le consentement et la volonté de la personne,unrésultatluiseratransmis.ilestévidentquecettepratiquenepeutsefairequ au casparcasdansdessituationsàchaquefoisparticulières.

5 Pourquoi n utilise t on pas les tests génétiques pour détecter la présence de l allèle APOEe4afindespécifierlamaladie(diagnosticdedifférenciation)? Laprésencedecetallèlen estqu unfacteurderisque.aussiilnes agitqued uneprobabilité augmentéededévelopperlamaladieetnonuntestdiagnostic.vousavezdespersonnesqui sontapoe4homozygoteetquinecontracterontpaslamaladie,certescespersonnessonttrès peunombreuses.eneffet,onpensetoutdemêmequesilesgensapoee4homozygotevivent suffisammentvieux,ilsvontfinirparcontracterlamaladied Alzheimer,maisvousn avezpas ce caractère de certitude que l on trouve pour les formes autosomiques dominantes. Ainsi, danstouslespays,lesrecommandationssontclaires:onnefaitpasdetestsgénétiquespour cegène. Biensur:cesrecommandationssontcellesde2008.Siunjourondisposedetraitementsqui interviennent en amont du processus, bien avant les premiers symptômes, on pourra alors utiliser les statistiques des recherches fondamentales pour pouvoir prévenir ce facteur de risque.aujourd huilasituationnepermetpascetypedepréventionsurunfacteurderisque, lesrecommandationschangerontlorsquel onpourraintervenir. Pourtantaujourd huil objectifn est ilpasunepréventionlaplusprécocequisoit,alors mêmequelestraitementssemblentinsuffisants? Actuellement, en population générale, la priorité sont les facteurs de risques vasculaires associés,làoùl onpeutvraimentfaireinfluencerleschoses,maisonnepeutpasactuellement fairedelapréventiondelamaladied Alzheimerentantquetelle. Quepensez vousdudiagnosticaustadeprécoce? Quand on parle de diagnostic au stade précoce, il y a derrière cela l idée que la personne ressent déjà des troubles de la mémoire. Actuellement, les personnes qui ont ce que l on appelle un déficit cognitif léger ont une probabilité de 15% par an de voir leurs troubles se poursuivre en maladie d Alzheimer. Au bout de 5 ans, la moitié de ces personnes souffrent donc de la maladie d Alzheimer. Plusieurs prédicteurs sont utilisés pour contrôler ces évolutions:lestestsdelamémoire,maisaussilesimageriesvolumétriquesdel hippocampe. Surlestraitements,quelleestlastratégiemiseenplaceactuellement?Lapsychologue de France Alzheimer (Interviews Judith Mollard) a parlé d effet placebo pour les traitements médicamenteux de la maladie d Alzheimer : quelle est l efficacité de ces traitements?

6 Toutd abord,lapolitiquedestraitementssefaitsurtoutauniveaunationalcarcelle cireste trèstributairedesremboursementsdesmédicaments. Pourcequiconcernel efficacitédestraitements,lapersonnedefrancealzheimerasûrement beaucoupdedonnéesscientifiquesavecelle,maisjepensequ ilestunpeuindélicatdeparler d effet placebo dans la mesure où toutes les recherches scientifiques se font «contre effet placebo», on ne peut pas parler d essais thérapeutiques sans placebo, mais je ne veux pas polémiquer. Les essais thérapeutiques ont montré des effets très faibles sur des courtes durées,deunàsixmois.maislagrandedifficultévientdecequelesrésultatssefontsurdes populations,orl onnepeutpasdutoutprévoirsitelouteltraitementfonctionnerasurtelou tel patient. Tout le monde est d accord pour dire que les effets sont relativement limités, et que l on ne sait pas du tout prédire l évolution de la maladie pour chaque cas. Certaines personnes sont «déclineurs rapides» d autres «déclineurs lents» et on a des différences d évolutionsdeplusieursannéesentreelles. De quel ordre sont ces différences d évolutions? J ai lu par exemple que deux vrais jumeauxquiavaientcontractélamaladieavaientconnudesévolutionsdifférentesavec desécartsdedéclenchementd unedizained années,sait onpourquoi? Non, on ne sait pas, s il s agit de vrais jumeaux, on peut penser qu il ne s agisse que d effets d environnement. Onabeaucoupparléd unvaccincontrelamaladied Alzheimer?Est cepossibleetdans combiendetemps? Ilfautfaireattentionaumotvaccinquiadanslepublicuneconnotationparticulière,liéeàla prévention. Là, il s agit de l utilisation d anticorps qui ont pour but d empêcher en quelque sortelaformationd agrégationd Aß.Plusieursessaisontétémenésquiontétédélétèresmais actuellement des essais sont en cours, certains viennent d être finalisés et un grand essai à l échelleinternationaledémarreaujourd hui. Quepensez vousdurôledel actionpubliqueetdesdifférentsplansalzheimermisen placeenfrance? LespremiersplansAlzheimeronteuplusieursavantages:faireaccéderplusdepatientsau diagnostic, définir des recommandations, mailler le territoire de consultations mémoire, former des professionnels, par exemple, des psychologues de la neuropsychologie de la démence, en clair, mettre les professionnels en ordre de marche et de bonne pratique. L intérêt des accueils de jour et du renforcement des structures se sont faits sentir notamment pour lutter contre l augmentation permanente du nombre de malades. Aujourd hui, le dernier Plan Alzheimer a plusieurs facettes, notamment la recherche, la

7 gestiondesmaladesetl aideauxfamillesdespatientsquisontdespointsimportants.l APA (Allocation Personnalisée d Autonomie) joue un rôle fondamental pour payer à ceux qui en ont besoin des auxiliaires de vie, des passages de personnes pour garder les malades. La grande partie de l APA passe chez ces personnes qui ont la maladie d Alzheimer ou des maladies apparentées. De nombreuses allocations se sont développées progressivement au coursdesannées(andph,lesmaisonsdeshandicaps ).Dansnotrepays,lapriseencharge sociale de la maladie est heureusement importante si l on compare à d autres pays, et d ailleursc estlecoûtquecelagénèrequiposeleplusproblème. Peut on admettre le raisonnement selon lequel les solutions scientifiques n arrivant pas, les traitementsayantpeud efficacité,ilvaudraitmieuxchercheràaccompagnerlemaladeetaller versunepriseenchargepsychologique. Lamaladied Alzheimerestunevraiemaladie.Lesgensquipensentquedebonnesparoleset beaucoup d affection vont guérir la maladie d Alzheimer n ont jamais observé un cerveau humaindequelqu unatteintdecettemaladie.ilfautdoncavoirunedémarcheraisonnableet double:s attaquerauxcausesdelamaladie,ets occuperdespatientsetdeleurentourage.ce n estpasunemaladiedupsychismenidelarelationàl autre. AuRoyaume Uni,onaaxél actionpubliquesurlapriseenchargesociale Cesontdesdécisionspolitiques.Onprendlechoixdecréerplusdeplaceseninstitutionsou l on prend le choix de rembourser les médicaments du moment. En France la politique est doublesachantquelecoûtsocialoccupeuneplacetrèsimportante. Entantquechercheursetcliniciens,qu enpensez vous? Jepensequel onnepeutpasfairel unsansl autre.soit,onpeutattendrequelesautrespays fassentlarechercheetl onappliqueracequ ilsonttrouvé,soitonestimequel onestdansun paysdéveloppé,cequejecrois,avecdeschercheursdequalité,cequejecrois,etcomptetenu des problèmes posés par cette maladie, je suis persuadé qu il faut une politique de santé et recherchedansnotrepays.onn apasàopposerleschoses,maisc estvraiqu ilestnécessaire defairedeschoixd unpointdevuefinancier.quandondécided investirsucespathologies lourdes, il faut également prendre soin de distribuer les moyens financiers à de bonnes équipesdechercheurs,productives,pourfaireunerecherchedebonnequalitésansperdreni detempsnid argent. Commentsepasselarechercheauniveauinternational?

8 Larecherchesurlamaladied Alzheimernepeutsefairequ àl échelleinternationale.toute hypothèse et recherche de bon niveau sont validées par les instances internationales. Les publicationssontàchaquefoisréaliséessurdesjournauxinternationaux. Selon vous quelles sont les controverses scientifiques autour d Alzheimer, les points quifontdébatentrelesdifférentsacteurs? Surlestraitements,ceux cisontgérésparlesfirmespharmaceutiquesessentiellement,pour des raisons de moyens financiers, et il y a des options différentes. On peut distinguer deux grandes voies : certains vont s attaquer aux causes de la maladie, intervenir sur les mécanismesmoléculairesenamontdelaformationdupeptideaß,cetteprotéinequirésulte d unclivaged uneplusgrandeprotéine,l APP,cesgenspensentqu ilfautmettredel énergie pouressayerdeperturberceclivagelorsqu ilestd ordrepathologique.d autrespensentque l onpeutraisonnablements attaqueràlaconséquence,c est à direàl agrégationdupeptide Abàpartirdumomentoùilestgénéréetclivé.Rienn empêcheradansl avenird associerces deuxgrandesvoies,sousformed uncocktailquiattaquelesdeuxniveauxduproblème. Lerestedudébatestundébatdesociétécomplexeetquisefocaliseauniveaud unenation. Qu est cequec estdevieillir?queveut onpournospersonnesâgées?ledébatdesociétéest différent selon les maladies d Alzheimer. Il est évident que par une forme autosomique dominante,ilestclairementinacceptabled observerunedémencechezdespersonnesjeunes. Pourleresteils agitd undébatdesociétéavectouslesproblèmeséthiquesquecelapose. L annoncedelamaladieauxpatientssefait ellesystématiquement? Celafaitpartiedesrecommandationsextrêmementexplicitesàcesujet.Onditàlapersonne en face de soi la raison pour laquelle elle a ce trouble et on doit nommer ce trouble. La rétentiond informationdissocieraitlepatientdeschoixthérapeutiquesengagés.ilfautbien admettrequecommecesontdespatientsquioublientouquiontdestroublesdujugement, ondoitconsidérerqu ilsneprennentpastoutelamesuredecequ onleurdit.enrevanche, commel onvoitdespersonnesdeplusenplusjeunesquiseplaignentdeleurmémoiremais quinesontpasencoreaustadedeladémence,cespersonnessontdeplusenplusavertieset informées.d oùégalementtouslesélémentsdelaloisurladésignationparlemaladed une personne de confiance par anticipation des pertes de facultés, ou des recommandations sur sondevenir. Pourtantl annoncenes est ellepasfaitependantlongtemps? Voussavezilya15ans,dansnotrepaysonnedisaitpasauxpatientsqu ilsavaientuncancer dupoumonouuncancerdusein.c estunequestiond évolutiondesmentalités.aujourd hui, siunepersonneseplaintdesamémoireetqu onluiditqu ils agitdelamaladied Alzheimer,

9 le patient va l entendre et en plus il va ouvrir son poste de télévision ou la radio et va en entendreparler.enfin,ilpossèdeuneboitesdemédicamentsoùlemotalzheimeryestinscrit cequiestunpointimportantauquotidien. Quellessontvosrelationsavecleslobbiespharmaceutiques? Concernant les praticiens, ce sont eux qui décident pour leurs patients des traitements à suivre.auniveaudelarechercheilyadespartenariatsinstitutionnelscontractuelsentrele publicetleprivésurdesobjectifsderecherchetoujoursexaminéspardesinstances,toutcela étant très contrôlé. Comme le challenge est important en termes financiers, il faut que des partenariatsavecleprivésedéveloppentcarlepublicnepeutpasassureràluiseullaprisede risque. Mais la recherche fondamentale est complètement dissociée de la pratique de distribution des boites de médicaments. Ce n est pas parce qu un laboratoire développera avecvousunpartenariatscientifiquequevousallezdevoirprescriresesmédicaments. Ilyaplusieursgroupesdetravailsurlamaladied Alzheimer,commentcesgroupesse parlent ilsentreeux? LePlanMénardréférencetouslesgroupesderecherche.LaFranceestuntoutpetitpaysetil est inimaginable que l on puisse faire une recherche sans la faire en collaboration. Mais ce qu il faut c est probablement mettre davantage de cohérence et éviter que les groupes ne travaillent en parallèle sur des problématiques similaires. Il est extrêmement important de garantirunecomplémentaritéetunesynergieentrelesgroupesdetravail.c estnotamment l undesobjectifsdunouveauplanalzheimerquiviseàunepolitiquederestructurationdans ce domaine. Par exemple, il y a un déficit en analyse de cerveaux en France par rapport à d autres pays, et il faut que les cerveaux puissent être collectés, analysés et mis à la dispositiondeschercheursetquechacunycontribue. Unmotpourconclure Cequ ilfautcomprendrec estqu ilyadesgensquis intéressentàdeschosesdifférentes,des facettesdifférentes,desapprochescomplémentairesavecdesmétierstotalementdifférents: certains s intéressent aux cascades amyloïdes sur la drosophile, d autres à comment fonctionne la mémoire dans le cerveau en imagerie fonctionnelle ou à comment débute la maladie.cen estpasuneoppositiond approches,cesontdesquestionsdifférentesàchaque foisetcesontdesoppositionspragmatiquesd intérêts. Ilpeutyavoirdesdifférencesd approchesentermessocio économiques,ilfautpeut êtreplus d auxiliaires pour s occuper des conjoints que de chercheurs : ce sont là des décisions idéologiques.pourmapart,jen aipasdutoutcettevisiondichotomiquedeschoses.

10 Enfin,ilnefautpasoublierquec estunemaladieorganique,carsinononneparleplusdutout de la même chose. Après avoir dit cela, il faut bien sur s occuper des patients et les médicaments ne sont pas la seule solution loin de là. J ai assisté à un débat où l on essaie d opposerdeschosesquinesontpasdumêmeordre. Vous avez rencontré des gens qui pensaient que la maladie était avant tout psychologique? OUI. Vousavezdesnoms? Non,maisilyadesouvragesentierslà dessusquisontdemoinsenmoinscrédiblesàmesure quelascienceprogresse.celaestvraidansd autresdomaines:onentenddemoinsenmoins depersonnesdirequel autismeestunemaladiedel éducationdelamère. Celafaitpartiedudébat? Oui,maisilnefautpasqu ilyaitdefauxdébats,desdébatsd arrièregarde.etilnefautpas restreindreledébatàlafranceetàsaculturelatine,parrapportàcequinefaitplusdébatde l autrecôtédelafrontièrebelge. Merci.

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

Les tests génétiques à des fins médicales

Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Nous avons tous hérité d une combinaison unique de gènes de la part de nos parents. Cette constitution originale et l

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques.

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. I.B.AHC 1. DESCRIPTION DE L ETUDE Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. Auteurs : Elisa De Grandis MD PhD, G Gaslini Institute, University of Genoa Melania Giannotta MD,

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

Sport et traumatisme crânien

Sport et traumatisme crânien Sport et traumatisme crânien Sylma M Pamara DIABIRA Neurochirurgie, CHU Rennes Commotion cérébrale «Perturbation physiologique, en général transitoire, de la fonction cérébrale à la suite d'un traumatisme

Plus en détail

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale V E R S I O N A V R I L 2 0 1 2 C E N T R E D E R E C H E R C H E C L I N I Q U E É T I E N N E - L E B E L D U C H U S Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à l intention des chercheurs

Plus en détail

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy A.A. MOUSSA D. SCHWOB Institut de cancérologie Gustave-Roussy 94805 Villejuif cedex - FRANCE Plan

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice : Pour qui : o patient majeur ayant besoin d une représentation temporaire

Plus en détail

Conduire. Mark Tant et Guido Baten

Conduire. Mark Tant et Guido Baten Conduire Mark Tant et Guido Baten A juste titre ou non, la voiture est parfois un signe extérieur de richesse. L utilisation de la voiture, en tant que conducteur, n implique cependant pas que le fait

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

Annoncer une mauvaise nouvelle

Annoncer une mauvaise nouvelle Annoncer une mauvaise nouvelle Ce texte a pour objectif d aider les professionnels à améliorer leurs pratiques pour mieux répondre aux attentes des patients. Sommaire Sommaire... 2 Introduction... 3 Points

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

À l écoute des personnes touchées par la SP. Sondage à l intention des personnes en attente d un diagnostic probable de SP

À l écoute des personnes touchées par la SP. Sondage à l intention des personnes en attente d un diagnostic probable de SP À l écoute des personnes touchées par la SP Sondage à l intention des personnes en attente d un diagnostic probable de SP Notre mission : «Être un chef de file dans la recherche sur le remède de la sclérose

Plus en détail

Etude nationale sur l audition Résultats

Etude nationale sur l audition Résultats Etude nationale sur l audition Résultats 18 février 2013 Partenaires de l étude: Contenu Résumé Introduction Objectif Méthodologie de l étude Raisons pour lesquelles aucun appareil auditif n a été porté

Plus en détail

des banques pour la recherche

des banques pour la recherche ADN, cellules, tissus... des banques pour la recherche FÉVRIER 2009 Les banques d échantillons de matériel biologique (tissus, cellules, ADN ), appelées biobanques, mettent à disposition des chercheurs

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique. Plan:

Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique. Plan: Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique CMRR Nice Emmanuel Mulin mulin.e@chu-nice.fr Plan: Préambule Apathie et maladie d Alzheimer Sommeil et maladie d Alzheimer Données

Plus en détail

Gene Predictis parce que je suis unique

Gene Predictis parce que je suis unique Gene Predictis parce que je suis unique Route de Chantemerle 64 - CP 160 - CH-1763 Granges-Paccot Téléphone: +41 26 466 15 45 Fax: +41 26 466 15 46 info@genepredictis.com www.genepredictis.com Gene Predictis

Plus en détail

palliatifs accompagnement

palliatifs accompagnement palliatifs & accompagnement Sommaire PAGE 4 PAGE 5 PAGE 8 PAGE 11 PAGE 12 Définition des soins palliatifs En pratique, que sont les soins palliatifs? À qui s adressent les soins palliatifs? Quelles aides

Plus en détail

IMMED Monitoring vidéo porté

IMMED Monitoring vidéo porté IMMED Monitoring vidéo porté L indexation vidéo au service du soin des personnes Projet financé par PEPS S2TI CNRS et des bourses BQR de l Université Bordeaux 1 1 Contexte Maladies et dépendances liées

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions

Plus en détail

L agénésie isolée du corps calleux

L agénésie isolée du corps calleux L agénésie isolée du corps calleux Agénésie calleuse Dysgénésie du corps calleux La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Pol Grosjean, infirmier chef des Soins Intensifs Virginie Libert, infirmière Sisu 2 ième Colloque Liégeois

Plus en détail

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux.

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux. Pr Anne-Marie Ergis le vieillissement entraîne le déclin d un certain nombre de fonctions cognitives, comme la vitesse de traitement, les ressources attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire épisodique

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

LES APPROCHES THERAPEUTIQUES NON MEDICAMENTEUSES

LES APPROCHES THERAPEUTIQUES NON MEDICAMENTEUSES LES APPROCHES THERAPEUTIQUES NON MEDICAMENTEUSES DE QUOI PARLE-T-ON? A l heure actuelle, la maladie d Alzheimer est une pathologie dont on ne guérit pas! Mais absence de traitement curatif ne veut pas

Plus en détail

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@...

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@... MàJour le 12 01 2015 BULLETIN D ENGAGEMENT INDIVIDUEL AU RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE ONCO Nord Pas-de-Calais Document à retourner à l adresse suivante : Réseau Régional de Cancérologie Onco Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

l «Or? Gris» pourquoi et comment? CONNAISSEZ-VOUS LES TISSUS HUMAINS POUR LA RECHERCHE :

l «Or? Gris» pourquoi et comment? CONNAISSEZ-VOUS LES TISSUS HUMAINS POUR LA RECHERCHE : CONNAISSEZ-VOUS l «Or? Gris» LES TISSUS HUMAINS POUR LA RECHERCHE : pourquoi et comment? Renseignements préalables au consentement de don de cerveau à la Banque de cerveaux du Centre de recherche de l

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Assurance maladie grave

Assurance maladie grave ASSURANCE COLLECTIVE Le complément idéal à votre assurance collective Assurance maladie grave Votre partenaire de confiance. Assurance maladie grave La tranquillité d esprit à votre portée Les progrès

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

MG/ BB N 18520 Contacts Ifop : Marie Gariazzo / Beltrande Bakoula POUR

MG/ BB N 18520 Contacts Ifop : Marie Gariazzo / Beltrande Bakoula POUR MG/ BB N 18520 Contacts Ifop : Marie Gariazzo / Beltrande Bakoula POUR Les pratiques et les perceptions des aidants professionnels dans la prise en charge à domicile des patients atteints de la maladie

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades PEMPHIGUS Deuxième fiche d information pour les malades Les fiches d'informations ont été rédigées en collaboration par les 2 centres de référence des maladies bulleuses auto-immunes et l'association de

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

Compte-rendu de la Réunion CMRR Du 21 Octobre 2004 Les présentations des intervenants sont disponibles sur le site : www.cmrr.vermeil.

Compte-rendu de la Réunion CMRR Du 21 Octobre 2004 Les présentations des intervenants sont disponibles sur le site : www.cmrr.vermeil. Compte-rendu de la Réunion CMRR Du 21 Octobre 2004 Les présentations des intervenants sont disponibles sur le site : www.cmrr.vermeil.org I. Informations diverses présentées par AS. Rigaud & B. Dubois

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

MA DIRECTIVE ANTICIPEE

MA DIRECTIVE ANTICIPEE MA DIRECTIVE ANTICIPEE Préambule Dans votre directive anticipée ( Patientenverfügung ), vous pouvez consigner vos volontés pour votre fin de vie. La loi du 16 mars 2009 relative aux soins palliatifs, à

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial)

Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) F Portet CMRR CHU de Montpellier (J Touchon) et Inserm U 888 Promoteur : CHU Toulouse (B Vellas) MAPT : objectif principal évaluer l efficacité d une

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Centre universitaire de santé McGill (CUSM) Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General Hospital ADRESSOGRAPHE Département

Plus en détail

L INSUFFISANCE CARDIAQUE

L INSUFFISANCE CARDIAQUE L INSUFFISANCE CARDIAQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance cardiaque n ait encore

Plus en détail

Permis de conduire et maladie d Alzheimer. Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes

Permis de conduire et maladie d Alzheimer. Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Permis de conduire et maladie d Alzheimer Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Introduction Conduite automobile : Tâche complexe à forte exigence cognitive Liberté

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie de Parkinson

La prise en charge de votre maladie de Parkinson G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie de Parkinson Vivre avec une maladie de Parkinson Octobre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous

Plus en détail

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle GASTRO-ENTEROLOGIE Variabilité A des entrées B des sites anatomiques 2 l externe + 2 l interne 15 litres sécrétion-absorption entrée 2 l duodénum 4 l grêle 3 l côlon 0,3 l anus 0,3 l œsophage 10" estomac

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Réduit la douleur articulaire et améliore la fonction Solution stérile d hyaluronate de sodium à 1,0 %

Réduit la douleur articulaire et améliore la fonction Solution stérile d hyaluronate de sodium à 1,0 % DOULEUR AUX GENOUX? Réduit la douleur articulaire et améliore la fonction Solution stérile d hyaluronate de sodium à 1,0 % La douleur articulaire est souvent reliée à l arthrose L arthrose ne touche pas

Plus en détail

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE Programmes et services 1 2 Bienvenue Le Centre de rééducation professionnelle appartient à Travail sécuritaire NB, lequel en assure la gestion. Il offre des services

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Ontologie des instruments pour le partage du résultat d'explorations cognitives et comportementales en neuroimagerie

Ontologie des instruments pour le partage du résultat d'explorations cognitives et comportementales en neuroimagerie Software technologies for integration of process and data in medical imaging Ontologie des instruments pour le partage du résultat d'explorations cognitives et comportementales en neuroimagerie Bénédicte

Plus en détail

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement n Professeur Michel Broyer. Hôpital Necker Enfants malades, Paris Membre du

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Exercices de génétique classique partie II

Exercices de génétique classique partie II Exercices de génétique classique partie II 1. L idiotie phénylpyruvique est une maladie héréditaire dont sont atteints plusieurs membres d une famille, dont voici l arbre généalogique : 3 4 5 6 7 8 9 10

Plus en détail

La finance comportementale

La finance comportementale La Finance Comportementale va-t-elle détrôner l Homo Oeconomicus? Pascal Pineau Coach et formateur Introduction Jeté de pièces avec les résultats suivants (Pile/Face) PPPFFF PPFPFP Question : Quelle est

Plus en détail

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire :

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire : La physiologie neuro-musculaire : Introduction : Le neurone possède 3 propriétés indispensables pour assurer sa fonction au sein de l organisme : -l excitabilité : capacité à répondre à un stimulus -la

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC)

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) Comprendre, prévenir et prendre en charge la clinique du mouvement et de l agir de l enfant Pierre Delion 1. Actualité Les enfants sont préoccupants sur ce point

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Hôpital Royal Victoria Hospital Hôpital général de Montreal General Hospital Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General

Plus en détail

QUEL MEILLEUR INVESTISSEMENT D AVENIR QU UNE ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES JEUNES ADULTES?

QUEL MEILLEUR INVESTISSEMENT D AVENIR QU UNE ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES JEUNES ADULTES? QUEL MEILLEUR INVESTISSEMENT D AVENIR QU UNE ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES JEUNES ADULTES? I-SHARE SUIVRA L ÉTAT DE SANTÉ DE 30 000 JEUNES PENDANT 10 ANS «Les grandes cohortes doivent contribuer à éclairer les

Plus en détail

Quand faut-il adresser une personne âgée à un neuropsychologue?

Quand faut-il adresser une personne âgée à un neuropsychologue? Quand faut-il adresser une personne âgée à un neuropsychologue? fournissent une approche systématique, factuelle et globale pour évaluer le fonctionnement cognitif et émotionnel d une personne, en plus

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Un danger vous guette Soyez vigilant

Un danger vous guette Soyez vigilant Un danger vous guette Soyez vigilant Vous prenez un sédatif-hypnotique Alprazolam (Xanax ) Chlorazépate Chlordiazépoxide Chlordiazépoxideamitriptyline Clidinium- Chlordiazépoxide Clobazam Clonazépam (Rivotril,

Plus en détail

La médecine personnalisée

La médecine personnalisée La médecine personnalisée Clément Cousin Notes de l atelier s étant tenu à Science Po le 20 mai 2014 dans le cadre de la Semaine doctorale intensive clement.cousin@riseup.net Table des matières 1 Définition

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR SOMMAIRE COMMENT SE FAIT LA RECHERCHE SUR UN NOUVEAU MÉDICAMENT?...p. 3 À QUOI SERT LA RECHERCHE?...p. 4 QUELLES SONT LES GARANTIES?...p.

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Les mécanismes de la récupération neurologique PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Introduction Plasticité cérébrale / Récupération après lésion cérébrale Récupération spontanée

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

COMMISSION DE LA SANTÉ PUBLIQUE, DE L'ENVIRONNEMENT ET DU RENOUVEAU DE LA SOCIÉTÉ du 10 mars 2015

COMMISSION DE LA SANTÉ PUBLIQUE, DE L'ENVIRONNEMENT ET DU RENOUVEAU DE LA SOCIÉTÉ du 10 mars 2015 COMMISSION DE LA SANTÉ PUBLIQUE, DE L'ENVIRONNEMENT ET DU RENOUVEAU DE LA SOCIÉTÉ du 10 mars 2015 Questions jointes de - M. Willy Demeyer à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur

Plus en détail