De manière générale, quelle définition donnez vous à la Maladie d Alzheimer? Peut on parler d une ou de plusieurs maladies d Alzheimer?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De manière générale, quelle définition donnez vous à la Maladie d Alzheimer? Peut on parler d une ou de plusieurs maladies d Alzheimer?"

Transcription

1 BonjourMonsieurHannequin,alorspourcommencercetentretien,peut êtreserait il opportundevousprésenter,vousetvotreéquipe,etdenousdireenquelquesmotsla naturedevosrecherchesfondamentalessurlamaladied Alzheimer? Notre équipe de recherche est spécialisée essentiellement sur les facteurs de risques génétiques de la maladie d Alzheimer, divisée en une équipe clinique dans le service de neurologie du CHU de Rouen et un laboratoire de biologie moléculaire. L objectif est de répondreauxgrandesquestionsquiseposentdansledomainedelagénétiquedelamaladie d Alzheimer.Nousnousconcentronssurdeuxtypesd études:identifierlesfacteursderisque génétiquesenpopulationgénérale,cequidemandeuneméthodologieparticulièreconsistant à recueillir un grand nombre de patients et de sujets témoins. Ces études se font donc en collaboration avec d autres équipes au niveau national mais aussi à l échelle internationale puisqu ilfautavoirénormémentdesujetspourcontrôlertouteslesvariables,l âge,leniveau culturel, la répartition régionale pour espérer mettre en évidence ces facteurs de risque. Le deuxièmepointderechercheestunethématiquepropreànotreéquipeenfrance,ils agitde s intéresser aux familles touchées par une maladie autosomique dominante dont le déterminisme est fixé par une anomalie sur un gène qu il suffit d avoir pour développer la maladieetlatransmettre. Demanièregénérale,quelledéfinitiondonnez vousàlamaladied Alzheimer?Peut on parlerd uneoudeplusieursmaladiesd Alzheimer? La question de la définition de la maladie est une bonne question car il faut savoir si l on s intéresseaumécanismedelamaladie,etàcemoment làonvaappelerlamaladieparson nomquellesquesoientlesexpressions,oubiensil onparledesesexpressionselles mêmes, comme par exemple la tuberculose qui peut affecter un os, un poumon et bien d autres organes. Ainsi ce qui définit une maladie ce sont soit ses causes, soit un moyen d objectiver précisémentleslésionsencause. Pour ce qui nous intéresse ici, ce qui définit la maladie d Alzheimer, ce sont des lésions, l existence de deux différentes lésions et leur répartition dans le cerveau : la meilleure définitionàl heureactuelleestdoncunedéfinitionanatomopathologique. Il existe différentes voies menant au développement de la maladie d Alzheimer, commentpeut onexpliquercelaetlescausessont ellestoujourslesmêmes? Le problème est que l on peut distinguer différents niveaux de causes. Il y a des causes de certitude. Par exemple les causes conduisant à la maladie sous sa forme autosomique dominante:unepersonnequiaunemutationsurlegènedeprésilinne1vaobligatoirement développerlamaladie.lesautrescausessontdesfacteursderisque,l âge,lesexe Iln yena qu unaujourd huiquirésisteàl analyseetquijouepourtantunrôlemajeur:legèneapoeet notamment l allèle e4 surtout à l état homozygote. En effet dans ce cas là, la probabilité de

2 développer la maladie est de l ordre 12 fois supérieure aux personnes qui n ont pas ce génotype. Qu entendez vousprécisémentparcechiffrede12foissupérieur? Quandjevousdis12foissupérieur,jemeplaceaupicd analyseàl âgede70ans.onpeut l exprimerautrementsivouslevoulez.sil onprenddeuxpopulationsséparéeségalementpar sexeetpartanched âge,etquel unepossèdeungénotypeapoe3/apoe3etl autrepossédant ungénotypeapoe4/apoe4,cettedernièrepopulationtrouvera12foisplusdemaladieatteint delamaladiequel autregroupe. Vous avez parlé des deux lésions permettant de définir la maladie d Alzheimer. Pourriez vous m'en dire un peu plus quant aux mécanismes à l origine de ces deux lésions.l hypothèsedelacascadeamyloïdeestaujourd huitenue,cettehypothèseestellepartagéepartous? Alors,ilyadeuxtypesdelésions.Leslésionsintracellulaires,quisontl atteintedesprotéines Tau,desprotéinesconstitutives,etl onvaalorstrouverdesinclusionstauparticulièresque l on va appeler des dégénérescence neurofibrillaires. Ce qu il faut savoir c est que ces dégénérescences neurofibrillaires obéissent à une distribution anatomique au fil du temps danslecerveauquiesttrèsbiencodifiée,l équipedelilled AndréDelacourteaparfaitement objectivé cela sur des centaines de cerveaux. De l autre côté, on trouve des plaques séniles extracellulaires,quisontdesdépôtsdepeptidesaß. Leparadoxeestlesuivant:actuellementlacascadeamyloïdemontrequel onaidentifiéles mécanismes conduisant aux dépôts de ces peptides Aß qui vont s agréger pour donner des plaques séniles puis des plaques neuritiques. Mais ce qui est le mieux corrélé au déficit cognitifdespersonnescesontlesdégénérescencesneurofibrillaires.lelienentreledépôtdu peptideaßetlesdégénérescencesneurofibrillaires,laphysiopathologiedulienentrelesdeux lésions est encore un gros challenge, n est pas encore établi, et suscite encore de nombreux débatsethypothèses.autrementdit,onexpliquetrèsbienl agrégationdespeptideaßd une partetlesdégénérescencesneurofibrillairesd autrepart,onsaitqu ilexisteunlienentreces deuxphénomènesmaiscelui ciresteaujourd huiencoreinconnu. Etvous,qu enpensez vousdecedébatsurlelienentrelesdeuxlésions? Je n ai rien à y penser à proprement parler. Il y a des données qui sont contradictoires et encorebeaucoupàchercher.onresteencoreàl étatd hypothèses. Ya t ilunconsensusaujourd huisurlescausesgénétiquesdelamaladied Alzheimer?

3 Il n y a pas de discussion, les données sont extrêmement robustes et validées par de nombreuses équipes. Sur les formes autosomiques dominantes, le mécanisme est très clair puisqu uneanomaliesurungèneestresponsabledudéveloppementdelamaladie.ledébat aujourd hui se porte sur les gènes et la présence ou non de certains allèles en tant que facteurs de risque du développement de la maladie. Sur ce point de nombreuses équipes réalisent de multiples recherches par confrontation de populations. Le problème arrive lorsque l on découvre par exemple qu un certain allèle pour un gène augmente le risque de développer la maladie de 1% à 2%, ce qui ne signifie pas grand chose en termes de quantification. Surlediagnostic,quelleestlaprocéduremiseenplace? Lorsqu un patient souffre d un déficit cognitif, une multitude de batteries de tests et d examens est réalisée auprès de ce patient. En dessous de 5% des normes statistiques, les genssontconsidéréscommeayantuntroubledemémoireauthentifié.ensuiteonréalisedes imageriespoursavoirlescausesdesestroubles.onpeutalorsparfoistrouverunetumeurou unepathologievasculairequel onnesuspectaitpasauparavant.ilfautbiencomprendreque l imagerieneréalisepasundiagnosticdelamaladied Alzheimer,carleslésionsresponsables delamaladiesontàl échellemicroscopiqueetnesontdoncpasdétectables.actuellementon acependantmisaupointdesmarqueursditspibquiestunmarqueurparticulierdesplaques amyloïdes,quiestutiliséàmaconnaissancedansunoudeuxcentresfrançais,maisquireste del ordredelarechercheetnonpasdudiagnostic. Certainsdiagnosticssesontretrouvésinfondésàl autopsie,qu enest ilexactement? Danslesbonneséquipes,letauxd erreurestde5%entreàl avisdescliniciensetl autopsie. Cette marge d erreur, liée à des maladies rares et aux difficultés normales d un diagnostic neurologique, est relativement tolérable aujourd hui. Ce taux est admissible notamment par rapport au risque que l on ferait prendre au patient en réalisant par exemple une biopsie cérébrale. Par contre il est nécessaire que les gens prennent des recommandations très précisespouraméliorerleurtauxdecertitude. N ya t ilunproblèmedemoyensderrièretoutcela? Non,lesprécédentsPlansAlzheimerontpermisraisonnablementunmaillageduterritoireen consultation mémoire ainsi qu une accessibilité relativement bonne, bien meilleure qu il y a dixans. Pourtant,seulement20%desgensconsultent

4 C estvrai,onvoitencoredesgensconsulterunpeutard.ceproblèmeestidentiqueàd autres maladiesliéesàl âgeetilyaunsérieuxbesoind informationdupublicetdeformationdes médecins qui sont en première ligne. Certaines personnes ont tendance à considérer que perdrelamémoirefaitpartieduvieillissementnaturel.effectivement,quandonvieillitilest normald avoircertainesaltérationsdecertainescomposantesdelamémoiremaisilfautbien savoir faire la différence entre ces altérités et les symptômes de la maladie d Alzheimer. Aujourd hui c est assez simple de différencier: à partir du moment où l on dispose de tests avecdesnormesenfonctionduniveaucultureletdel âge,jusqu à80à85ans audelà,ilest vraiquel onaunpeumoinsdenormes sivousvoyezqu unindividuestendessousduseuil 5%desnormesquel onapoursatranched âge,ilestclairementendehorsdelacourbede Gauss. Quifixecesnormes? Despersonnesréuniesdansdifférentscentrespourcollecterdessujetstémoins,fairepasser des tests et voir comment les résultats se distribuaient dans les populations. En règle générale,leseuilimposéestceluide5%. Quelleestlaplacedestestsgénétiquesdansledépistagedelamaladied Alzheimer? Pourlaformeautosomiquedominante,ilestévidentquel onutiliselestestsgénétiques.une personne vient vous voir et possède des troubles de mémoire, des signes de la maladie d Alzheimer,etelleestapparentéeàunefamilleoùaétéidentifiéeunemaladied Alzheimer autosomiquedominantedueàunemutationdeprésilinne1oudugènedel APP.Danscecaslà,vousêtesenfacedequelqu undemaladequiauneprobabilitétrèshauted êtreporteur héritier de l anomalie génétique. Vous allez alors rechercher la présence de cette anomalie génétique. Il se peut par ailleurs que l on n ait pas identifié l anomalie génétique parce que c étaitilyaplusieursannéesmaisonaunecertitudedudiagnosticchezl ascendant(pèreou mère) et l on sait que à chaque génération, il y a des personnes malades et des personnes jeunesengénéral.danscecasprécis,onfaitsignerunconsentementinforméexpliquantque l on va rechercher au titre du diagnostic cette anomalie et l on va alors pouvoir dire à la personnequ elleauneanomaliesurtelgène. Mais il existe une autre situation tout à fait différente, celle des descendants ou des apparentésfrèresousœursdequelqu unchezquil onamontrélaprésenced uneanomalie génétique. Cette personne va bien, elle est jeune et veut connaître son statut. Là on rentre dans un cadre légal très codifié que l on appelle la consultation de diagnostic pré symptomatiquequialieudansdescentresdegénétiqueagréésoùunavisseradonnéparun neurologue, un psychologue, et des généticiens dans un processus de plusieurs semaines voire de plusieurs mois, à l issue duquel, avec toujours le consentement et la volonté de la personne,unrésultatluiseratransmis.ilestévidentquecettepratiquenepeutsefairequ au casparcasdansdessituationsàchaquefoisparticulières.

5 Pourquoi n utilise t on pas les tests génétiques pour détecter la présence de l allèle APOEe4afindespécifierlamaladie(diagnosticdedifférenciation)? Laprésencedecetallèlen estqu unfacteurderisque.aussiilnes agitqued uneprobabilité augmentéededévelopperlamaladieetnonuntestdiagnostic.vousavezdespersonnesqui sontapoe4homozygoteetquinecontracterontpaslamaladie,certescespersonnessonttrès peunombreuses.eneffet,onpensetoutdemêmequesilesgensapoee4homozygotevivent suffisammentvieux,ilsvontfinirparcontracterlamaladied Alzheimer,maisvousn avezpas ce caractère de certitude que l on trouve pour les formes autosomiques dominantes. Ainsi, danstouslespays,lesrecommandationssontclaires:onnefaitpasdetestsgénétiquespour cegène. Biensur:cesrecommandationssontcellesde2008.Siunjourondisposedetraitementsqui interviennent en amont du processus, bien avant les premiers symptômes, on pourra alors utiliser les statistiques des recherches fondamentales pour pouvoir prévenir ce facteur de risque.aujourd huilasituationnepermetpascetypedepréventionsurunfacteurderisque, lesrecommandationschangerontlorsquel onpourraintervenir. Pourtantaujourd huil objectifn est ilpasunepréventionlaplusprécocequisoit,alors mêmequelestraitementssemblentinsuffisants? Actuellement, en population générale, la priorité sont les facteurs de risques vasculaires associés,làoùl onpeutvraimentfaireinfluencerleschoses,maisonnepeutpasactuellement fairedelapréventiondelamaladied Alzheimerentantquetelle. Quepensez vousdudiagnosticaustadeprécoce? Quand on parle de diagnostic au stade précoce, il y a derrière cela l idée que la personne ressent déjà des troubles de la mémoire. Actuellement, les personnes qui ont ce que l on appelle un déficit cognitif léger ont une probabilité de 15% par an de voir leurs troubles se poursuivre en maladie d Alzheimer. Au bout de 5 ans, la moitié de ces personnes souffrent donc de la maladie d Alzheimer. Plusieurs prédicteurs sont utilisés pour contrôler ces évolutions:lestestsdelamémoire,maisaussilesimageriesvolumétriquesdel hippocampe. Surlestraitements,quelleestlastratégiemiseenplaceactuellement?Lapsychologue de France Alzheimer (Interviews Judith Mollard) a parlé d effet placebo pour les traitements médicamenteux de la maladie d Alzheimer : quelle est l efficacité de ces traitements?

6 Toutd abord,lapolitiquedestraitementssefaitsurtoutauniveaunationalcarcelle cireste trèstributairedesremboursementsdesmédicaments. Pourcequiconcernel efficacitédestraitements,lapersonnedefrancealzheimerasûrement beaucoupdedonnéesscientifiquesavecelle,maisjepensequ ilestunpeuindélicatdeparler d effet placebo dans la mesure où toutes les recherches scientifiques se font «contre effet placebo», on ne peut pas parler d essais thérapeutiques sans placebo, mais je ne veux pas polémiquer. Les essais thérapeutiques ont montré des effets très faibles sur des courtes durées,deunàsixmois.maislagrandedifficultévientdecequelesrésultatssefontsurdes populations,orl onnepeutpasdutoutprévoirsitelouteltraitementfonctionnerasurtelou tel patient. Tout le monde est d accord pour dire que les effets sont relativement limités, et que l on ne sait pas du tout prédire l évolution de la maladie pour chaque cas. Certaines personnes sont «déclineurs rapides» d autres «déclineurs lents» et on a des différences d évolutionsdeplusieursannéesentreelles. De quel ordre sont ces différences d évolutions? J ai lu par exemple que deux vrais jumeauxquiavaientcontractélamaladieavaientconnudesévolutionsdifférentesavec desécartsdedéclenchementd unedizained années,sait onpourquoi? Non, on ne sait pas, s il s agit de vrais jumeaux, on peut penser qu il ne s agisse que d effets d environnement. Onabeaucoupparléd unvaccincontrelamaladied Alzheimer?Est cepossibleetdans combiendetemps? Ilfautfaireattentionaumotvaccinquiadanslepublicuneconnotationparticulière,liéeàla prévention. Là, il s agit de l utilisation d anticorps qui ont pour but d empêcher en quelque sortelaformationd agrégationd Aß.Plusieursessaisontétémenésquiontétédélétèresmais actuellement des essais sont en cours, certains viennent d être finalisés et un grand essai à l échelleinternationaledémarreaujourd hui. Quepensez vousdurôledel actionpubliqueetdesdifférentsplansalzheimermisen placeenfrance? LespremiersplansAlzheimeronteuplusieursavantages:faireaccéderplusdepatientsau diagnostic, définir des recommandations, mailler le territoire de consultations mémoire, former des professionnels, par exemple, des psychologues de la neuropsychologie de la démence, en clair, mettre les professionnels en ordre de marche et de bonne pratique. L intérêt des accueils de jour et du renforcement des structures se sont faits sentir notamment pour lutter contre l augmentation permanente du nombre de malades. Aujourd hui, le dernier Plan Alzheimer a plusieurs facettes, notamment la recherche, la

7 gestiondesmaladesetl aideauxfamillesdespatientsquisontdespointsimportants.l APA (Allocation Personnalisée d Autonomie) joue un rôle fondamental pour payer à ceux qui en ont besoin des auxiliaires de vie, des passages de personnes pour garder les malades. La grande partie de l APA passe chez ces personnes qui ont la maladie d Alzheimer ou des maladies apparentées. De nombreuses allocations se sont développées progressivement au coursdesannées(andph,lesmaisonsdeshandicaps ).Dansnotrepays,lapriseencharge sociale de la maladie est heureusement importante si l on compare à d autres pays, et d ailleursc estlecoûtquecelagénèrequiposeleplusproblème. Peut on admettre le raisonnement selon lequel les solutions scientifiques n arrivant pas, les traitementsayantpeud efficacité,ilvaudraitmieuxchercheràaccompagnerlemaladeetaller versunepriseenchargepsychologique. Lamaladied Alzheimerestunevraiemaladie.Lesgensquipensentquedebonnesparoleset beaucoup d affection vont guérir la maladie d Alzheimer n ont jamais observé un cerveau humaindequelqu unatteintdecettemaladie.ilfautdoncavoirunedémarcheraisonnableet double:s attaquerauxcausesdelamaladie,ets occuperdespatientsetdeleurentourage.ce n estpasunemaladiedupsychismenidelarelationàl autre. AuRoyaume Uni,onaaxél actionpubliquesurlapriseenchargesociale Cesontdesdécisionspolitiques.Onprendlechoixdecréerplusdeplaceseninstitutionsou l on prend le choix de rembourser les médicaments du moment. En France la politique est doublesachantquelecoûtsocialoccupeuneplacetrèsimportante. Entantquechercheursetcliniciens,qu enpensez vous? Jepensequel onnepeutpasfairel unsansl autre.soit,onpeutattendrequelesautrespays fassentlarechercheetl onappliqueracequ ilsonttrouvé,soitonestimequel onestdansun paysdéveloppé,cequejecrois,avecdeschercheursdequalité,cequejecrois,etcomptetenu des problèmes posés par cette maladie, je suis persuadé qu il faut une politique de santé et recherchedansnotrepays.onn apasàopposerleschoses,maisc estvraiqu ilestnécessaire defairedeschoixd unpointdevuefinancier.quandondécided investirsucespathologies lourdes, il faut également prendre soin de distribuer les moyens financiers à de bonnes équipesdechercheurs,productives,pourfaireunerecherchedebonnequalitésansperdreni detempsnid argent. Commentsepasselarechercheauniveauinternational?

8 Larecherchesurlamaladied Alzheimernepeutsefairequ àl échelleinternationale.toute hypothèse et recherche de bon niveau sont validées par les instances internationales. Les publicationssontàchaquefoisréaliséessurdesjournauxinternationaux. Selon vous quelles sont les controverses scientifiques autour d Alzheimer, les points quifontdébatentrelesdifférentsacteurs? Surlestraitements,ceux cisontgérésparlesfirmespharmaceutiquesessentiellement,pour des raisons de moyens financiers, et il y a des options différentes. On peut distinguer deux grandes voies : certains vont s attaquer aux causes de la maladie, intervenir sur les mécanismesmoléculairesenamontdelaformationdupeptideaß,cetteprotéinequirésulte d unclivaged uneplusgrandeprotéine,l APP,cesgenspensentqu ilfautmettredel énergie pouressayerdeperturberceclivagelorsqu ilestd ordrepathologique.d autrespensentque l onpeutraisonnablements attaqueràlaconséquence,c est à direàl agrégationdupeptide Abàpartirdumomentoùilestgénéréetclivé.Rienn empêcheradansl avenird associerces deuxgrandesvoies,sousformed uncocktailquiattaquelesdeuxniveauxduproblème. Lerestedudébatestundébatdesociétécomplexeetquisefocaliseauniveaud unenation. Qu est cequec estdevieillir?queveut onpournospersonnesâgées?ledébatdesociétéest différent selon les maladies d Alzheimer. Il est évident que par une forme autosomique dominante,ilestclairementinacceptabled observerunedémencechezdespersonnesjeunes. Pourleresteils agitd undébatdesociétéavectouslesproblèmeséthiquesquecelapose. L annoncedelamaladieauxpatientssefait ellesystématiquement? Celafaitpartiedesrecommandationsextrêmementexplicitesàcesujet.Onditàlapersonne en face de soi la raison pour laquelle elle a ce trouble et on doit nommer ce trouble. La rétentiond informationdissocieraitlepatientdeschoixthérapeutiquesengagés.ilfautbien admettrequecommecesontdespatientsquioublientouquiontdestroublesdujugement, ondoitconsidérerqu ilsneprennentpastoutelamesuredecequ onleurdit.enrevanche, commel onvoitdespersonnesdeplusenplusjeunesquiseplaignentdeleurmémoiremais quinesontpasencoreaustadedeladémence,cespersonnessontdeplusenplusavertieset informées.d oùégalementtouslesélémentsdelaloisurladésignationparlemaladed une personne de confiance par anticipation des pertes de facultés, ou des recommandations sur sondevenir. Pourtantl annoncenes est ellepasfaitependantlongtemps? Voussavezilya15ans,dansnotrepaysonnedisaitpasauxpatientsqu ilsavaientuncancer dupoumonouuncancerdusein.c estunequestiond évolutiondesmentalités.aujourd hui, siunepersonneseplaintdesamémoireetqu onluiditqu ils agitdelamaladied Alzheimer,

9 le patient va l entendre et en plus il va ouvrir son poste de télévision ou la radio et va en entendreparler.enfin,ilpossèdeuneboitesdemédicamentsoùlemotalzheimeryestinscrit cequiestunpointimportantauquotidien. Quellessontvosrelationsavecleslobbiespharmaceutiques? Concernant les praticiens, ce sont eux qui décident pour leurs patients des traitements à suivre.auniveaudelarechercheilyadespartenariatsinstitutionnelscontractuelsentrele publicetleprivésurdesobjectifsderecherchetoujoursexaminéspardesinstances,toutcela étant très contrôlé. Comme le challenge est important en termes financiers, il faut que des partenariatsavecleprivésedéveloppentcarlepublicnepeutpasassureràluiseullaprisede risque. Mais la recherche fondamentale est complètement dissociée de la pratique de distribution des boites de médicaments. Ce n est pas parce qu un laboratoire développera avecvousunpartenariatscientifiquequevousallezdevoirprescriresesmédicaments. Ilyaplusieursgroupesdetravailsurlamaladied Alzheimer,commentcesgroupesse parlent ilsentreeux? LePlanMénardréférencetouslesgroupesderecherche.LaFranceestuntoutpetitpaysetil est inimaginable que l on puisse faire une recherche sans la faire en collaboration. Mais ce qu il faut c est probablement mettre davantage de cohérence et éviter que les groupes ne travaillent en parallèle sur des problématiques similaires. Il est extrêmement important de garantirunecomplémentaritéetunesynergieentrelesgroupesdetravail.c estnotamment l undesobjectifsdunouveauplanalzheimerquiviseàunepolitiquederestructurationdans ce domaine. Par exemple, il y a un déficit en analyse de cerveaux en France par rapport à d autres pays, et il faut que les cerveaux puissent être collectés, analysés et mis à la dispositiondeschercheursetquechacunycontribue. Unmotpourconclure Cequ ilfautcomprendrec estqu ilyadesgensquis intéressentàdeschosesdifférentes,des facettesdifférentes,desapprochescomplémentairesavecdesmétierstotalementdifférents: certains s intéressent aux cascades amyloïdes sur la drosophile, d autres à comment fonctionne la mémoire dans le cerveau en imagerie fonctionnelle ou à comment débute la maladie.cen estpasuneoppositiond approches,cesontdesquestionsdifférentesàchaque foisetcesontdesoppositionspragmatiquesd intérêts. Ilpeutyavoirdesdifférencesd approchesentermessocio économiques,ilfautpeut êtreplus d auxiliaires pour s occuper des conjoints que de chercheurs : ce sont là des décisions idéologiques.pourmapart,jen aipasdutoutcettevisiondichotomiquedeschoses.

10 Enfin,ilnefautpasoublierquec estunemaladieorganique,carsinononneparleplusdutout de la même chose. Après avoir dit cela, il faut bien sur s occuper des patients et les médicaments ne sont pas la seule solution loin de là. J ai assisté à un débat où l on essaie d opposerdeschosesquinesontpasdumêmeordre. Vous avez rencontré des gens qui pensaient que la maladie était avant tout psychologique? OUI. Vousavezdesnoms? Non,maisilyadesouvragesentierslà dessusquisontdemoinsenmoinscrédiblesàmesure quelascienceprogresse.celaestvraidansd autresdomaines:onentenddemoinsenmoins depersonnesdirequel autismeestunemaladiedel éducationdelamère. Celafaitpartiedudébat? Oui,maisilnefautpasqu ilyaitdefauxdébats,desdébatsd arrièregarde.etilnefautpas restreindreledébatàlafranceetàsaculturelatine,parrapportàcequinefaitplusdébatde l autrecôtédelafrontièrebelge. Merci.

s installent les lésions cérébrales?

s installent les lésions cérébrales? 1 Comment s installent les lésions cérébrales? E Beaufi ls, K Mondon, C Hommet La maladie d Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative caractérisée sur le plan microscopique par la coexistence de

Plus en détail

La Recherche Clinique à l

La Recherche Clinique à l La Recherche Clinique à l Centre des Maladies Cognitives et Comportementales Pôle des Maladies du Système Nerveux HÔPITAUX UNIVERSITAIRES PITIÉ SALPÊTRIЀRE - CHARLES FOIX «Vous détenez un secret qu il

Plus en détail

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE Annick Alpérovitch DR Emérite Inserm Université Pierre et Marie Curie - Inserm U708 «Neuroépidémiologie» LES GRANDES LIGNES DE CE TOUR D HORIZON

Plus en détail

CERVEAU: PROTÉINES TAU "NORMALE" ET "PATHOLOGIQUE"

CERVEAU: PROTÉINES TAU NORMALE ET PATHOLOGIQUE CERVEAU: PROTÉINES TAU "NORMALE" ET "PATHOLOGIQUE" Dr. Sébastien FEUILLETTE Laboratoire de Génétique Moléculaire CHU Rouen 19 mars 2009 LE NEURONE SAIN LA PROTÉINE TAU EN QUELQUES DATES 1975 Découverte

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

1 re PARTIE. Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention

1 re PARTIE. Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention 1 re PARTIE Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention Table ronde N 1 Les réponses de l état : quelles politiques publiques pour la recherche? Ont pris part aux débats : Pr Mathieu

Plus en détail

Dossier médico-social en ligne

Dossier médico-social en ligne Réseau d Aide au diagnostic, à la Prise en charge des Détériorations cognitives et de Maladies neurologiques chroniques en Franche-Comté et au niveau National Dossier médico-social en ligne Une équité

Plus en détail

Conclusions diabète, déclin cognitif, démences, maladie d'alzheimer et bénéfice expérimental des anticalciques et clinique des glitazones: 11-12

Conclusions diabète, déclin cognitif, démences, maladie d'alzheimer et bénéfice expérimental des anticalciques et clinique des glitazones: 11-12 Diabète et démences Plan: diabète et démences - données anatomo-pathologiques: 3 - diabète et troubles cognitifs: 4 - risque de démences et maladie d'alzheimer: 5-7 - prédiabète, HTA du diabétique et démences:

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

25ème colloque CORATA-IBS La Rochelle 21 au 23 mai 2008

25ème colloque CORATA-IBS La Rochelle 21 au 23 mai 2008 25ème colloque CORATA-IBS La Rochelle 21 au 23 mai 2008 Session : Nouveaux marqueurs Marqueurs biologiques de la maladie d Alzheimer Partie 1 : Partie 2 : Partie 3 : Partie 4 : Généralités sur la maladie

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

Analyses dans les essais thérapeutiques :

Analyses dans les essais thérapeutiques : 6ème Université d été Recherche et Evaluation en Cancérologie Analyses dans les essais thérapeutiques : analyses intermédiaires, finale et cross-over. M. Bouziani (Oran) 1 Laboratoire de biostatistique

Plus en détail

Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger

Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger Réunion du 19/11/2010 Équipe de Neuropsychologie Service de Neurologie CHU Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Historique du MCI 1837 : Pritchard

Plus en détail

GUIDE DES BONNES PRATIQUES. Fédération Nationale des Centres Mémoire de Ressources et de Recherche F CMRR

GUIDE DES BONNES PRATIQUES. Fédération Nationale des Centres Mémoire de Ressources et de Recherche F CMRR GUIDE DES BONNES PRATIQUES Fédération Nationale des Centres Mémoire de Ressources et de Recherche F CMRR Ce guide répond à l information mentionnée dans le paragraphe 1 de la circulaire du 20 octobre 2011

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Maladie d'alzheimer : comment prévenir?

Maladie d'alzheimer : comment prévenir? Maladie d'alzheimer : comment prévenir? Yuri Arcurs Tous concernés! De quoi s agit-il? Dans la maladie d Alzheimer, les nouveaux souvenirs n ont pas le temps d être enregistrés : ils sont effacés au fur

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

LES AVANCÉES DE LA RECHERCHE SAMEDI 22 NOV. 2014. 9h > 12h

LES AVANCÉES DE LA RECHERCHE SAMEDI 22 NOV. 2014. 9h > 12h CITÉ DOSSIER DES CONGRÈS DE PRESSE NANTES CLINIQUE BRETÉCHÉ NOVEMBRE 2014 SOMMAIRE 1. La maladie d Alzheimer, état des lieux 2. La stimulation magnétique transcrânienne : un espoir pour les malades 3.

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

Règles de bonnes pratiques en génétique constitutionnelle à des fins médicales (Hors diagnostic prénatal)

Règles de bonnes pratiques en génétique constitutionnelle à des fins médicales (Hors diagnostic prénatal) Règles de bonnes pratiques en génétique constitutionnelle à des fins médicales (Hors diagnostic prénatal) Sommaire Introduction... 3 A - Prise en charge des personnes... 5 1- Préambule... 5 2- La prescription...

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

La maladie de Huntington

La maladie de Huntington La maladie de Huntington Chorée de Huntington La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est

Plus en détail

Première année, 1 er semestre : 14 semaines Semestre commun avec la Licence fondamentale de psychologie 1

Première année, 1 er semestre : 14 semaines Semestre commun avec la Licence fondamentale de psychologie 1 Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis (9 avril Licence Appliquée en Psychomotricité (LAP) Domaine de formation : Sciences Humaines et sociales Mention : Psychomotricité / Parcours : Psychomotricité

Plus en détail

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy A.A. MOUSSA D. SCHWOB Institut de cancérologie Gustave-Roussy 94805 Villejuif cedex - FRANCE Plan

Plus en détail

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX ANNEXE 9 Objectifs spécifiques du stage en Clinique spécialisée : Sclérose en plaques Programme de neurologie Université de Montréal Au terme de

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien?

Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien? Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien? Dr. Sébastien FEUILLETTE Laboratoire de Génétique Moléculaire CHU Rouen 10 décembre 2009 Cholestérol et Alzheimer: des arguments Facteurs de risque

Plus en détail

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen Monsieur TC Réunion du 19/11/2010 Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Consultation M0 Homme 71 ans, niveau D Retraité depuis 16 ans Venu

Plus en détail

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale V E R S I O N A V R I L 2 0 1 2 C E N T R E D E R E C H E R C H E C L I N I Q U E É T I E N N E - L E B E L D U C H U S Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à l intention des chercheurs

Plus en détail

GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013

GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013 dvvxcvcxvdfvcs GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013 Le projet GLOBAL CARE Initiative (The Global Partnering Research Initiative of the Carnot Human Health

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSION. 3. Médecin traitant :...

DEMANDE D ADMISSION. 3. Médecin traitant :... Date: DEMANDE D ADMISSION Mme M-J Servais Tél. : 085/519289 1 Fax : 085/410315 Email : mj.servais@cnrf.be Mise à jour doc : 01/12/2013 Données administratives 1. Identification du patient : Nom :... Prénom

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

DÉPISTAGE NEONATAL DES TROUBLES DE L AUDITION EN LANGUEDOC ROUSSILLON PRÉSENTATION INSTITUT-SAINT-PIERRE INSTITUT SAINT PIERRE

DÉPISTAGE NEONATAL DES TROUBLES DE L AUDITION EN LANGUEDOC ROUSSILLON PRÉSENTATION INSTITUT-SAINT-PIERRE INSTITUT SAINT PIERRE INSTITUT SAINT PIERRE DÉPISTAGE NEONATAL DES TROUBLES DE L AUDITION EN LANGUEDOC ROUSSILLON PRÉSENTATION INSTITUT-SAINT-PIERRE SERVICE AUDIOPHONOLOGIE INSTITUT SAINT PIERRE PALAVAS 5 juin 2015 Françoise

Plus en détail

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile Pædiatric Rheumatology InterNational Trials Organisation Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile De quoi s agit-il? Le syndrome de Blau est une maladie génétique. Les patients souffrent d une combinaison entre

Plus en détail

Plan. une banque de cerveaux... Pourquoi? Comment? Qui? Donner son cerveau pour la recherche :

Plan. une banque de cerveaux... Pourquoi? Comment? Qui? Donner son cerveau pour la recherche : Le GIE Neuro-CEB : Plan une banque de cerveaux... Pourquoi? Comment? Qui? Donner son cerveau pour la recherche : Comment cela fonctionne? Aspects pratiques et légaux Qui peut donner? Bilan des activités

Plus en détail

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012 Belfort, le 30 janvier 2012 Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer La Ville de Belfort inaugure le Domicile Protégé, un lieu de vie spécifiquement adapté aux personnes atteintes

Plus en détail

Pré-programme Matin : Séance plénière. Matinée animée par Bruno Rougier, journaliste santé France Info.

Pré-programme Matin : Séance plénière. Matinée animée par Bruno Rougier, journaliste santé France Info. Matin : Séance plénière Matinée animée par Bruno Rougier, journaliste santé France Info. 9h30 à 10h mot d accueil Marie-Odile Desana, présidente de Introduction Etude nationale sur les thérapies non médicamenteuses

Plus en détail

Approches Statistiques et Visuelles de l analyse de la Sécurité du Médicament et Médecine Personnalisée. Dr. Valérie Nedbal

Approches Statistiques et Visuelles de l analyse de la Sécurité du Médicament et Médecine Personnalisée. Dr. Valérie Nedbal Approches Statistiques et Visuelles de l analyse de la Sécurité du Médicament et Médecine Personnalisée Dr. Valérie Nedbal Le challenge de la revue des essais cliniques est l inefficacité de l analyse

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Enoncé Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Vous recevez en consultation Mme D., âgée de 75 ans, accompagnée de son fils. Celui-ci vous explique qu il craint que sa mère n ait la maladie

Plus en détail

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8 SOMMAIRE Préface Page 3 La maladie en quelques mots Page 4 à 5 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7 2 - Le diagnostic. Page 8 3 - Les aides Page 9 à 11 3.1 - Le soutien à domicile (ménage, courses,

Plus en détail

6 La maladie d Alzheimer

6 La maladie d Alzheimer 6 La maladie d Alzheimer Maladie neurodégénérative du tissu cérébral, la maladie d Alzheimer entraîne de manière progressive et irréversible la perte des fonctions mentales, dont la mémoire. C est une

Plus en détail

Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE

Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE Février 20 CONFÉRENCE DE PRESSE LECMA / Vaincre Alzheimer ALZHEIMER : QUE CONNAÎT-ON DES MÉCANISMES DE LA MALADIE? OÙ EN EST LA RECHERCHE? QUELS SONT LES NOUVEAUX AXES

Plus en détail

APPROCHES DES SYNDROMES DEMENTIELS Docteur DA SILVA Sofia Gériatrie CHAMPMAILLOT CHU DIJON Introduction Epidémiologie Problème majeur de santé publique Une des pathologies les plus fréquentes en gériatrie

Plus en détail

Les tests génétiques à des fins médicales

Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Nous avons tous hérité d une combinaison unique de gènes de la part de nos parents. Cette constitution originale et l

Plus en détail

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner Le télé AVC Aspects règlementaires Rappels: L AVC est un déficit brutal d une fonction cérébrale sans autre cause apparente qu une cause vasculaire Tout AVC comporte : - une lésion cérébrale responsable

Plus en détail

Un commentaire de texte (subjectif?)

Un commentaire de texte (subjectif?) Un commentaire de texte (subjectif?) Par Virginie MATTIO Psychologue spécialiste des troubles cognitifs Présidente de l APOC (Association de Psychologues à Orientation Cognitive) a demande de Nicolas SARKOSY

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques.

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. I.B.AHC 1. DESCRIPTION DE L ETUDE Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. Auteurs : Elisa De Grandis MD PhD, G Gaslini Institute, University of Genoa Melania Giannotta MD,

Plus en détail

Un événement organisé par :

Un événement organisé par : Le samedi 13 mars 2010 Place Antonin Poncet Lyon (2 ème ) Un événement organisé par : 1 Contexte général 2 Nos objectifs 3 L événement 4 Les thématiques 2010 5 Les organisateurs 6 Les associations contactées

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

Un centre sur les neurosciences

Un centre sur les neurosciences Sommaire Un centre sur les neurosciences Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Le 6 août 2014 Centre des sciences de la santé Sunnybrook L incidence des maladies du système

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

Cas clinique N 2. II. Doit-on prescrire des examens complémentaires? Justifiez votre réponse.

Cas clinique N 2. II. Doit-on prescrire des examens complémentaires? Justifiez votre réponse. Cas clinique N 2 Une jeune femme de 18 ans, M. L., vous est amenée aux urgences par ses parents dans un état d'agitation anxieuse importante. A l'interrogatoire, M. L. raconte qu'elle est harcelée de messages

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

Centre National de Référence

Centre National de Référence Centre National de Référence pour les Malades Jeunes atteints de Maladies d Alzheimer ou maladies apparentées Florence Pasquier, Bruno Dubois, Didier Hannequin 1 Mesure 19 et 18 du Plan Alzheimer 2008-2012

Plus en détail

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital CORRECTION du TP3: Exemples de troubles de la vision Méthodologie pour ce travail : Faire le lien entre la modification du champ visuel et la lésion constatée. Conclure sur le traitement de l information

Plus en détail

Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy

Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy ATELIER 5 Du dépistage en milieu scolaire à l accès aux soins SYNTHÈSE Du dépistage en milieu scolaire

Plus en détail

CONTACT PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr

CONTACT PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Regards portés sur la maladie d Alzheimer par les malades et leurs aidants proches Dossier de presse Septembre 2010 CONTACT PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Opinion de la Société Parkinson du Québec Accessibilité du médicament «Le NEUPRO» Adoptée par le conseil d administration le 26 septembre 2013

Opinion de la Société Parkinson du Québec Accessibilité du médicament «Le NEUPRO» Adoptée par le conseil d administration le 26 septembre 2013 Adoptée par le conseil d administration le 26 septembre 2013 La mission de la Société Parkinson du Québec (SPQ) est d apporter un appui immédiat aux personnes atteintes de la maladie et à leurs proches

Plus en détail

Gene Predictis parce que je suis unique

Gene Predictis parce que je suis unique Gene Predictis parce que je suis unique Route de Chantemerle 64 - CP 160 - CH-1763 Granges-Paccot Téléphone: +41 26 466 15 45 Fax: +41 26 466 15 46 info@genepredictis.com www.genepredictis.com Gene Predictis

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Première table ronde : Définition, épidémiologie, physiopathologie

Première table ronde : Définition, épidémiologie, physiopathologie Première table ronde : Commotion cérébrale, définitions et généralités Pr. Philippe DECQ, Professeur des universités, praticien hospitalier, service neurochirurgie, Groupe hospitalier Henri Mondor de Créteil;

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Société gérontologique de Normandie Société gérontologique de Normandie 1 Projet Régional de Santé Un ensemble coordonné et structuré

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation Traitements futurs Dr François Grand Maison, neurologue et directeur, clinique Neuro Rive Sud Traitements de la SP I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Plus en détail

Médicaments et Psychologie de la santé

Médicaments et Psychologie de la santé Médicaments et Psychologie de la santé Kerry Chamberlain Massey University Auckland New Zealand / Aotearoa 29 Novembre 2006 Survol Pourquoi les psychologues de la santé devraientils s intéresser aux médicaments?

Plus en détail

ATELIERS REMÉDIATION COGNITIVE: DÉPISTAGE PRISE EN CHARGE - HDJ

ATELIERS REMÉDIATION COGNITIVE: DÉPISTAGE PRISE EN CHARGE - HDJ ATELIERS REMÉDIATION COGNITIVE: DÉPISTAGE PRISE EN CHARGE - HDJ Clinique de la Mitterie le Sablier (addictologie polyvalente) Florence GUIDEZ Infirmière Gaëlle COOL - Neuropsychologue Christian MATTON

Plus en détail

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Centre du sein Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Présentation Situé à la Maternité, le Centre du sein regroupe au même endroit toutes les expertises et tous les équipements nécessaires

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

Maladie d Alzheimer. Gina Devau. U1198 Mécanismes moléculaires dans les démences neurodégénératives www.mmdn.univ-montp2.fr

Maladie d Alzheimer. Gina Devau. U1198 Mécanismes moléculaires dans les démences neurodégénératives www.mmdn.univ-montp2.fr Maladie d Alzheimer Gina Devau U1198 Mécanismes moléculaires dans les démences neurodégénératives www.mmdn.univ-montp2.fr Espérance de vie 2006 Femmes Hommes France 83 ans 76 ans Education Alimentation

Plus en détail

Organiser sa vie professionnelle dès les premiers symptômes

Organiser sa vie professionnelle dès les premiers symptômes Organiser sa vie professionnelle dès les premiers symptômes Dr Estelle Charpy, médecin coordonnateur MDPH Dr Valérie Chipier, médecin du travail, Réseau Rhône-Alpes SEP Mlle Annabelle Bouammari, psychologue

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

Maladies communes (multifactorielles)

Maladies communes (multifactorielles) Maladies communes (multifactorielles) Des variations individuelles (polymorphismes) au niveau de certains gènes peuvent prédisposer (ou protéger) à une maladie en interaction avec des facteurs de l environnement

Plus en détail

CONCOURS DE COURTS METRAGES

CONCOURS DE COURTS METRAGES CONCOURS DE COURTS METRAGES Représentations attachées aux personnes atteintes d une maladie d Alzheimer ou d une maladie apparentée REGLEMENT ET INSCRIPTION Sommaire Présentation générale Objet du concours

Plus en détail

Médecine Nucléaire et démences : TEMP de perfusion et TEP au FDG. Mathieu Chastan

Médecine Nucléaire et démences : TEMP de perfusion et TEP au FDG. Mathieu Chastan Médecine Nucléaire et démences : TEMP de perfusion et TEP au FDG Mathieu Chastan Démence OMS : Syndrome associant dégradation de la mémoire, du raisonnement, du comportement et de l aptitude à réaliser

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

La maladie d Alzheimer

La maladie d Alzheimer La maladie d Alzheimer Pr Armelle Gentric Fédération de gériatrie CHRU Brest OMS : définition de la maladie d Alzheimer (MA) Maladie cérébrale dégénérative primaire Etiologie inconnue Altérations neuropathologiques

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants YOUCEF K. Pr. TEBBOUNE C.B. Service de Médecine du Travail CHU Oran INTRODUCTION Le cancer est une

Plus en détail

Alzheimer : Dossier parrainé par P r Philippe Amouyel,

Alzheimer : Dossier parrainé par P r Philippe Amouyel, dossier 13 Alzheimer : lutter contre la fatalité Longtemps négligée, la maladie d Alzheimer fait aujourd hui l objet de toutes les attentions et de toutes les préoccupations. Elle représente en effet un

Plus en détail

Sport et traumatisme crânien

Sport et traumatisme crânien Sport et traumatisme crânien Sylma M Pamara DIABIRA Neurochirurgie, CHU Rennes Commotion cérébrale «Perturbation physiologique, en général transitoire, de la fonction cérébrale à la suite d'un traumatisme

Plus en détail

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien 2014 Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien Grand témoin Natalie Dessay Invités plateau Hervé Platel (Le cerveau transparent la révolution des techniques de neuroimagerie cérébrale) Emmanuel Bigand (Historique

Plus en détail

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie?

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? 6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? Sans doute NON car la chronicisation des symptômes n est pas vécue de façon identique selon que le malade a en lui les ressources nécessaires

Plus en détail

La recherche a besoin de cerveaux! 76. Pourquoi donner son cerveau pour la recherche? 77. Les dons post mortem et la recherche d un traitement 78

La recherche a besoin de cerveaux! 76. Pourquoi donner son cerveau pour la recherche? 77. Les dons post mortem et la recherche d un traitement 78 Le don de cerveaux La recherche a besoin de cerveaux! 76 Pourquoi donner son cerveau pour la recherche? 77 Les dons post mortem et la recherche d un traitement 78 Le rôle des associations 78 En pratique,

Plus en détail

Congrès OIIQ 2012. La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers

Congrès OIIQ 2012. La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers CSSS Laval Présentation modélisation et simulation, cliniques externes Congrès OIIQ 2012 La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers Le cas du bloc d endoscopie du CSSS du

Plus en détail

Enjeux (qualitatifs, sécuritaires, économiques, ) de l implication du pharmacien en EMS

Enjeux (qualitatifs, sécuritaires, économiques, ) de l implication du pharmacien en EMS Enjeux (qualitatifs, sécuritaires, économiques, ) de l implication du pharmacien en EMS Cindy Widmer pharmacienne pharmasuisse 2 Qu attendre du pharmacien dans un EMS? «On n en sait rien! Il s agit en

Plus en détail

Qu'est-ce que nukleo?

Qu'est-ce que nukleo? Qu'est-ce que nukleo? nukleo est un test prénatal non invasif qui permet de dépister la trisomie 21 et d autres anomalies chromosomiques chez le fœtus. nukleo est réalisé à partir d'une simple prise de

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées Éducation pour la santé du patient FORMATION DE SOIGNANTS

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées Éducation pour la santé du patient FORMATION DE SOIGNANTS Maladie d Alzheimer et maladies apparentées Éducation pour la santé du patient FORMATION DE SOIGNANTS 0_Presentation generale 10p.indd1 1 4/12/07 12:10:12 Sommaire Présentation générale...1 Des ressources

Plus en détail