De manière générale, quelle définition donnez vous à la Maladie d Alzheimer? Peut on parler d une ou de plusieurs maladies d Alzheimer?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De manière générale, quelle définition donnez vous à la Maladie d Alzheimer? Peut on parler d une ou de plusieurs maladies d Alzheimer?"

Transcription

1 BonjourMonsieurHannequin,alorspourcommencercetentretien,peut êtreserait il opportundevousprésenter,vousetvotreéquipe,etdenousdireenquelquesmotsla naturedevosrecherchesfondamentalessurlamaladied Alzheimer? Notre équipe de recherche est spécialisée essentiellement sur les facteurs de risques génétiques de la maladie d Alzheimer, divisée en une équipe clinique dans le service de neurologie du CHU de Rouen et un laboratoire de biologie moléculaire. L objectif est de répondreauxgrandesquestionsquiseposentdansledomainedelagénétiquedelamaladie d Alzheimer.Nousnousconcentronssurdeuxtypesd études:identifierlesfacteursderisque génétiquesenpopulationgénérale,cequidemandeuneméthodologieparticulièreconsistant à recueillir un grand nombre de patients et de sujets témoins. Ces études se font donc en collaboration avec d autres équipes au niveau national mais aussi à l échelle internationale puisqu ilfautavoirénormémentdesujetspourcontrôlertouteslesvariables,l âge,leniveau culturel, la répartition régionale pour espérer mettre en évidence ces facteurs de risque. Le deuxièmepointderechercheestunethématiquepropreànotreéquipeenfrance,ils agitde s intéresser aux familles touchées par une maladie autosomique dominante dont le déterminisme est fixé par une anomalie sur un gène qu il suffit d avoir pour développer la maladieetlatransmettre. Demanièregénérale,quelledéfinitiondonnez vousàlamaladied Alzheimer?Peut on parlerd uneoudeplusieursmaladiesd Alzheimer? La question de la définition de la maladie est une bonne question car il faut savoir si l on s intéresseaumécanismedelamaladie,etàcemoment làonvaappelerlamaladieparson nomquellesquesoientlesexpressions,oubiensil onparledesesexpressionselles mêmes, comme par exemple la tuberculose qui peut affecter un os, un poumon et bien d autres organes. Ainsi ce qui définit une maladie ce sont soit ses causes, soit un moyen d objectiver précisémentleslésionsencause. Pour ce qui nous intéresse ici, ce qui définit la maladie d Alzheimer, ce sont des lésions, l existence de deux différentes lésions et leur répartition dans le cerveau : la meilleure définitionàl heureactuelleestdoncunedéfinitionanatomopathologique. Il existe différentes voies menant au développement de la maladie d Alzheimer, commentpeut onexpliquercelaetlescausessont ellestoujourslesmêmes? Le problème est que l on peut distinguer différents niveaux de causes. Il y a des causes de certitude. Par exemple les causes conduisant à la maladie sous sa forme autosomique dominante:unepersonnequiaunemutationsurlegènedeprésilinne1vaobligatoirement développerlamaladie.lesautrescausessontdesfacteursderisque,l âge,lesexe Iln yena qu unaujourd huiquirésisteàl analyseetquijouepourtantunrôlemajeur:legèneapoeet notamment l allèle e4 surtout à l état homozygote. En effet dans ce cas là, la probabilité de

2 développer la maladie est de l ordre 12 fois supérieure aux personnes qui n ont pas ce génotype. Qu entendez vousprécisémentparcechiffrede12foissupérieur? Quandjevousdis12foissupérieur,jemeplaceaupicd analyseàl âgede70ans.onpeut l exprimerautrementsivouslevoulez.sil onprenddeuxpopulationsséparéeségalementpar sexeetpartanched âge,etquel unepossèdeungénotypeapoe3/apoe3etl autrepossédant ungénotypeapoe4/apoe4,cettedernièrepopulationtrouvera12foisplusdemaladieatteint delamaladiequel autregroupe. Vous avez parlé des deux lésions permettant de définir la maladie d Alzheimer. Pourriez vous m'en dire un peu plus quant aux mécanismes à l origine de ces deux lésions.l hypothèsedelacascadeamyloïdeestaujourd huitenue,cettehypothèseestellepartagéepartous? Alors,ilyadeuxtypesdelésions.Leslésionsintracellulaires,quisontl atteintedesprotéines Tau,desprotéinesconstitutives,etl onvaalorstrouverdesinclusionstauparticulièresque l on va appeler des dégénérescence neurofibrillaires. Ce qu il faut savoir c est que ces dégénérescences neurofibrillaires obéissent à une distribution anatomique au fil du temps danslecerveauquiesttrèsbiencodifiée,l équipedelilled AndréDelacourteaparfaitement objectivé cela sur des centaines de cerveaux. De l autre côté, on trouve des plaques séniles extracellulaires,quisontdesdépôtsdepeptidesaß. Leparadoxeestlesuivant:actuellementlacascadeamyloïdemontrequel onaidentifiéles mécanismes conduisant aux dépôts de ces peptides Aß qui vont s agréger pour donner des plaques séniles puis des plaques neuritiques. Mais ce qui est le mieux corrélé au déficit cognitifdespersonnescesontlesdégénérescencesneurofibrillaires.lelienentreledépôtdu peptideaßetlesdégénérescencesneurofibrillaires,laphysiopathologiedulienentrelesdeux lésions est encore un gros challenge, n est pas encore établi, et suscite encore de nombreux débatsethypothèses.autrementdit,onexpliquetrèsbienl agrégationdespeptideaßd une partetlesdégénérescencesneurofibrillairesd autrepart,onsaitqu ilexisteunlienentreces deuxphénomènesmaiscelui ciresteaujourd huiencoreinconnu. Etvous,qu enpensez vousdecedébatsurlelienentrelesdeuxlésions? Je n ai rien à y penser à proprement parler. Il y a des données qui sont contradictoires et encorebeaucoupàchercher.onresteencoreàl étatd hypothèses. Ya t ilunconsensusaujourd huisurlescausesgénétiquesdelamaladied Alzheimer?

3 Il n y a pas de discussion, les données sont extrêmement robustes et validées par de nombreuses équipes. Sur les formes autosomiques dominantes, le mécanisme est très clair puisqu uneanomaliesurungèneestresponsabledudéveloppementdelamaladie.ledébat aujourd hui se porte sur les gènes et la présence ou non de certains allèles en tant que facteurs de risque du développement de la maladie. Sur ce point de nombreuses équipes réalisent de multiples recherches par confrontation de populations. Le problème arrive lorsque l on découvre par exemple qu un certain allèle pour un gène augmente le risque de développer la maladie de 1% à 2%, ce qui ne signifie pas grand chose en termes de quantification. Surlediagnostic,quelleestlaprocéduremiseenplace? Lorsqu un patient souffre d un déficit cognitif, une multitude de batteries de tests et d examens est réalisée auprès de ce patient. En dessous de 5% des normes statistiques, les genssontconsidéréscommeayantuntroubledemémoireauthentifié.ensuiteonréalisedes imageriespoursavoirlescausesdesestroubles.onpeutalorsparfoistrouverunetumeurou unepathologievasculairequel onnesuspectaitpasauparavant.ilfautbiencomprendreque l imagerieneréalisepasundiagnosticdelamaladied Alzheimer,carleslésionsresponsables delamaladiesontàl échellemicroscopiqueetnesontdoncpasdétectables.actuellementon acependantmisaupointdesmarqueursditspibquiestunmarqueurparticulierdesplaques amyloïdes,quiestutiliséàmaconnaissancedansunoudeuxcentresfrançais,maisquireste del ordredelarechercheetnonpasdudiagnostic. Certainsdiagnosticssesontretrouvésinfondésàl autopsie,qu enest ilexactement? Danslesbonneséquipes,letauxd erreurestde5%entreàl avisdescliniciensetl autopsie. Cette marge d erreur, liée à des maladies rares et aux difficultés normales d un diagnostic neurologique, est relativement tolérable aujourd hui. Ce taux est admissible notamment par rapport au risque que l on ferait prendre au patient en réalisant par exemple une biopsie cérébrale. Par contre il est nécessaire que les gens prennent des recommandations très précisespouraméliorerleurtauxdecertitude. N ya t ilunproblèmedemoyensderrièretoutcela? Non,lesprécédentsPlansAlzheimerontpermisraisonnablementunmaillageduterritoireen consultation mémoire ainsi qu une accessibilité relativement bonne, bien meilleure qu il y a dixans. Pourtant,seulement20%desgensconsultent

4 C estvrai,onvoitencoredesgensconsulterunpeutard.ceproblèmeestidentiqueàd autres maladiesliéesàl âgeetilyaunsérieuxbesoind informationdupublicetdeformationdes médecins qui sont en première ligne. Certaines personnes ont tendance à considérer que perdrelamémoirefaitpartieduvieillissementnaturel.effectivement,quandonvieillitilest normald avoircertainesaltérationsdecertainescomposantesdelamémoiremaisilfautbien savoir faire la différence entre ces altérités et les symptômes de la maladie d Alzheimer. Aujourd hui c est assez simple de différencier: à partir du moment où l on dispose de tests avecdesnormesenfonctionduniveaucultureletdel âge,jusqu à80à85ans audelà,ilest vraiquel onaunpeumoinsdenormes sivousvoyezqu unindividuestendessousduseuil 5%desnormesquel onapoursatranched âge,ilestclairementendehorsdelacourbede Gauss. Quifixecesnormes? Despersonnesréuniesdansdifférentscentrespourcollecterdessujetstémoins,fairepasser des tests et voir comment les résultats se distribuaient dans les populations. En règle générale,leseuilimposéestceluide5%. Quelleestlaplacedestestsgénétiquesdansledépistagedelamaladied Alzheimer? Pourlaformeautosomiquedominante,ilestévidentquel onutiliselestestsgénétiques.une personne vient vous voir et possède des troubles de mémoire, des signes de la maladie d Alzheimer,etelleestapparentéeàunefamilleoùaétéidentifiéeunemaladied Alzheimer autosomiquedominantedueàunemutationdeprésilinne1oudugènedel APP.Danscecaslà,vousêtesenfacedequelqu undemaladequiauneprobabilitétrèshauted êtreporteur héritier de l anomalie génétique. Vous allez alors rechercher la présence de cette anomalie génétique. Il se peut par ailleurs que l on n ait pas identifié l anomalie génétique parce que c étaitilyaplusieursannéesmaisonaunecertitudedudiagnosticchezl ascendant(pèreou mère) et l on sait que à chaque génération, il y a des personnes malades et des personnes jeunesengénéral.danscecasprécis,onfaitsignerunconsentementinforméexpliquantque l on va rechercher au titre du diagnostic cette anomalie et l on va alors pouvoir dire à la personnequ elleauneanomaliesurtelgène. Mais il existe une autre situation tout à fait différente, celle des descendants ou des apparentésfrèresousœursdequelqu unchezquil onamontrélaprésenced uneanomalie génétique. Cette personne va bien, elle est jeune et veut connaître son statut. Là on rentre dans un cadre légal très codifié que l on appelle la consultation de diagnostic pré symptomatiquequialieudansdescentresdegénétiqueagréésoùunavisseradonnéparun neurologue, un psychologue, et des généticiens dans un processus de plusieurs semaines voire de plusieurs mois, à l issue duquel, avec toujours le consentement et la volonté de la personne,unrésultatluiseratransmis.ilestévidentquecettepratiquenepeutsefairequ au casparcasdansdessituationsàchaquefoisparticulières.

5 Pourquoi n utilise t on pas les tests génétiques pour détecter la présence de l allèle APOEe4afindespécifierlamaladie(diagnosticdedifférenciation)? Laprésencedecetallèlen estqu unfacteurderisque.aussiilnes agitqued uneprobabilité augmentéededévelopperlamaladieetnonuntestdiagnostic.vousavezdespersonnesqui sontapoe4homozygoteetquinecontracterontpaslamaladie,certescespersonnessonttrès peunombreuses.eneffet,onpensetoutdemêmequesilesgensapoee4homozygotevivent suffisammentvieux,ilsvontfinirparcontracterlamaladied Alzheimer,maisvousn avezpas ce caractère de certitude que l on trouve pour les formes autosomiques dominantes. Ainsi, danstouslespays,lesrecommandationssontclaires:onnefaitpasdetestsgénétiquespour cegène. Biensur:cesrecommandationssontcellesde2008.Siunjourondisposedetraitementsqui interviennent en amont du processus, bien avant les premiers symptômes, on pourra alors utiliser les statistiques des recherches fondamentales pour pouvoir prévenir ce facteur de risque.aujourd huilasituationnepermetpascetypedepréventionsurunfacteurderisque, lesrecommandationschangerontlorsquel onpourraintervenir. Pourtantaujourd huil objectifn est ilpasunepréventionlaplusprécocequisoit,alors mêmequelestraitementssemblentinsuffisants? Actuellement, en population générale, la priorité sont les facteurs de risques vasculaires associés,làoùl onpeutvraimentfaireinfluencerleschoses,maisonnepeutpasactuellement fairedelapréventiondelamaladied Alzheimerentantquetelle. Quepensez vousdudiagnosticaustadeprécoce? Quand on parle de diagnostic au stade précoce, il y a derrière cela l idée que la personne ressent déjà des troubles de la mémoire. Actuellement, les personnes qui ont ce que l on appelle un déficit cognitif léger ont une probabilité de 15% par an de voir leurs troubles se poursuivre en maladie d Alzheimer. Au bout de 5 ans, la moitié de ces personnes souffrent donc de la maladie d Alzheimer. Plusieurs prédicteurs sont utilisés pour contrôler ces évolutions:lestestsdelamémoire,maisaussilesimageriesvolumétriquesdel hippocampe. Surlestraitements,quelleestlastratégiemiseenplaceactuellement?Lapsychologue de France Alzheimer (Interviews Judith Mollard) a parlé d effet placebo pour les traitements médicamenteux de la maladie d Alzheimer : quelle est l efficacité de ces traitements?

6 Toutd abord,lapolitiquedestraitementssefaitsurtoutauniveaunationalcarcelle cireste trèstributairedesremboursementsdesmédicaments. Pourcequiconcernel efficacitédestraitements,lapersonnedefrancealzheimerasûrement beaucoupdedonnéesscientifiquesavecelle,maisjepensequ ilestunpeuindélicatdeparler d effet placebo dans la mesure où toutes les recherches scientifiques se font «contre effet placebo», on ne peut pas parler d essais thérapeutiques sans placebo, mais je ne veux pas polémiquer. Les essais thérapeutiques ont montré des effets très faibles sur des courtes durées,deunàsixmois.maislagrandedifficultévientdecequelesrésultatssefontsurdes populations,orl onnepeutpasdutoutprévoirsitelouteltraitementfonctionnerasurtelou tel patient. Tout le monde est d accord pour dire que les effets sont relativement limités, et que l on ne sait pas du tout prédire l évolution de la maladie pour chaque cas. Certaines personnes sont «déclineurs rapides» d autres «déclineurs lents» et on a des différences d évolutionsdeplusieursannéesentreelles. De quel ordre sont ces différences d évolutions? J ai lu par exemple que deux vrais jumeauxquiavaientcontractélamaladieavaientconnudesévolutionsdifférentesavec desécartsdedéclenchementd unedizained années,sait onpourquoi? Non, on ne sait pas, s il s agit de vrais jumeaux, on peut penser qu il ne s agisse que d effets d environnement. Onabeaucoupparléd unvaccincontrelamaladied Alzheimer?Est cepossibleetdans combiendetemps? Ilfautfaireattentionaumotvaccinquiadanslepublicuneconnotationparticulière,liéeàla prévention. Là, il s agit de l utilisation d anticorps qui ont pour but d empêcher en quelque sortelaformationd agrégationd Aß.Plusieursessaisontétémenésquiontétédélétèresmais actuellement des essais sont en cours, certains viennent d être finalisés et un grand essai à l échelleinternationaledémarreaujourd hui. Quepensez vousdurôledel actionpubliqueetdesdifférentsplansalzheimermisen placeenfrance? LespremiersplansAlzheimeronteuplusieursavantages:faireaccéderplusdepatientsau diagnostic, définir des recommandations, mailler le territoire de consultations mémoire, former des professionnels, par exemple, des psychologues de la neuropsychologie de la démence, en clair, mettre les professionnels en ordre de marche et de bonne pratique. L intérêt des accueils de jour et du renforcement des structures se sont faits sentir notamment pour lutter contre l augmentation permanente du nombre de malades. Aujourd hui, le dernier Plan Alzheimer a plusieurs facettes, notamment la recherche, la

7 gestiondesmaladesetl aideauxfamillesdespatientsquisontdespointsimportants.l APA (Allocation Personnalisée d Autonomie) joue un rôle fondamental pour payer à ceux qui en ont besoin des auxiliaires de vie, des passages de personnes pour garder les malades. La grande partie de l APA passe chez ces personnes qui ont la maladie d Alzheimer ou des maladies apparentées. De nombreuses allocations se sont développées progressivement au coursdesannées(andph,lesmaisonsdeshandicaps ).Dansnotrepays,lapriseencharge sociale de la maladie est heureusement importante si l on compare à d autres pays, et d ailleursc estlecoûtquecelagénèrequiposeleplusproblème. Peut on admettre le raisonnement selon lequel les solutions scientifiques n arrivant pas, les traitementsayantpeud efficacité,ilvaudraitmieuxchercheràaccompagnerlemaladeetaller versunepriseenchargepsychologique. Lamaladied Alzheimerestunevraiemaladie.Lesgensquipensentquedebonnesparoleset beaucoup d affection vont guérir la maladie d Alzheimer n ont jamais observé un cerveau humaindequelqu unatteintdecettemaladie.ilfautdoncavoirunedémarcheraisonnableet double:s attaquerauxcausesdelamaladie,ets occuperdespatientsetdeleurentourage.ce n estpasunemaladiedupsychismenidelarelationàl autre. AuRoyaume Uni,onaaxél actionpubliquesurlapriseenchargesociale Cesontdesdécisionspolitiques.Onprendlechoixdecréerplusdeplaceseninstitutionsou l on prend le choix de rembourser les médicaments du moment. En France la politique est doublesachantquelecoûtsocialoccupeuneplacetrèsimportante. Entantquechercheursetcliniciens,qu enpensez vous? Jepensequel onnepeutpasfairel unsansl autre.soit,onpeutattendrequelesautrespays fassentlarechercheetl onappliqueracequ ilsonttrouvé,soitonestimequel onestdansun paysdéveloppé,cequejecrois,avecdeschercheursdequalité,cequejecrois,etcomptetenu des problèmes posés par cette maladie, je suis persuadé qu il faut une politique de santé et recherchedansnotrepays.onn apasàopposerleschoses,maisc estvraiqu ilestnécessaire defairedeschoixd unpointdevuefinancier.quandondécided investirsucespathologies lourdes, il faut également prendre soin de distribuer les moyens financiers à de bonnes équipesdechercheurs,productives,pourfaireunerecherchedebonnequalitésansperdreni detempsnid argent. Commentsepasselarechercheauniveauinternational?

8 Larecherchesurlamaladied Alzheimernepeutsefairequ àl échelleinternationale.toute hypothèse et recherche de bon niveau sont validées par les instances internationales. Les publicationssontàchaquefoisréaliséessurdesjournauxinternationaux. Selon vous quelles sont les controverses scientifiques autour d Alzheimer, les points quifontdébatentrelesdifférentsacteurs? Surlestraitements,ceux cisontgérésparlesfirmespharmaceutiquesessentiellement,pour des raisons de moyens financiers, et il y a des options différentes. On peut distinguer deux grandes voies : certains vont s attaquer aux causes de la maladie, intervenir sur les mécanismesmoléculairesenamontdelaformationdupeptideaß,cetteprotéinequirésulte d unclivaged uneplusgrandeprotéine,l APP,cesgenspensentqu ilfautmettredel énergie pouressayerdeperturberceclivagelorsqu ilestd ordrepathologique.d autrespensentque l onpeutraisonnablements attaqueràlaconséquence,c est à direàl agrégationdupeptide Abàpartirdumomentoùilestgénéréetclivé.Rienn empêcheradansl avenird associerces deuxgrandesvoies,sousformed uncocktailquiattaquelesdeuxniveauxduproblème. Lerestedudébatestundébatdesociétécomplexeetquisefocaliseauniveaud unenation. Qu est cequec estdevieillir?queveut onpournospersonnesâgées?ledébatdesociétéest différent selon les maladies d Alzheimer. Il est évident que par une forme autosomique dominante,ilestclairementinacceptabled observerunedémencechezdespersonnesjeunes. Pourleresteils agitd undébatdesociétéavectouslesproblèmeséthiquesquecelapose. L annoncedelamaladieauxpatientssefait ellesystématiquement? Celafaitpartiedesrecommandationsextrêmementexplicitesàcesujet.Onditàlapersonne en face de soi la raison pour laquelle elle a ce trouble et on doit nommer ce trouble. La rétentiond informationdissocieraitlepatientdeschoixthérapeutiquesengagés.ilfautbien admettrequecommecesontdespatientsquioublientouquiontdestroublesdujugement, ondoitconsidérerqu ilsneprennentpastoutelamesuredecequ onleurdit.enrevanche, commel onvoitdespersonnesdeplusenplusjeunesquiseplaignentdeleurmémoiremais quinesontpasencoreaustadedeladémence,cespersonnessontdeplusenplusavertieset informées.d oùégalementtouslesélémentsdelaloisurladésignationparlemaladed une personne de confiance par anticipation des pertes de facultés, ou des recommandations sur sondevenir. Pourtantl annoncenes est ellepasfaitependantlongtemps? Voussavezilya15ans,dansnotrepaysonnedisaitpasauxpatientsqu ilsavaientuncancer dupoumonouuncancerdusein.c estunequestiond évolutiondesmentalités.aujourd hui, siunepersonneseplaintdesamémoireetqu onluiditqu ils agitdelamaladied Alzheimer,

9 le patient va l entendre et en plus il va ouvrir son poste de télévision ou la radio et va en entendreparler.enfin,ilpossèdeuneboitesdemédicamentsoùlemotalzheimeryestinscrit cequiestunpointimportantauquotidien. Quellessontvosrelationsavecleslobbiespharmaceutiques? Concernant les praticiens, ce sont eux qui décident pour leurs patients des traitements à suivre.auniveaudelarechercheilyadespartenariatsinstitutionnelscontractuelsentrele publicetleprivésurdesobjectifsderecherchetoujoursexaminéspardesinstances,toutcela étant très contrôlé. Comme le challenge est important en termes financiers, il faut que des partenariatsavecleprivésedéveloppentcarlepublicnepeutpasassureràluiseullaprisede risque. Mais la recherche fondamentale est complètement dissociée de la pratique de distribution des boites de médicaments. Ce n est pas parce qu un laboratoire développera avecvousunpartenariatscientifiquequevousallezdevoirprescriresesmédicaments. Ilyaplusieursgroupesdetravailsurlamaladied Alzheimer,commentcesgroupesse parlent ilsentreeux? LePlanMénardréférencetouslesgroupesderecherche.LaFranceestuntoutpetitpaysetil est inimaginable que l on puisse faire une recherche sans la faire en collaboration. Mais ce qu il faut c est probablement mettre davantage de cohérence et éviter que les groupes ne travaillent en parallèle sur des problématiques similaires. Il est extrêmement important de garantirunecomplémentaritéetunesynergieentrelesgroupesdetravail.c estnotamment l undesobjectifsdunouveauplanalzheimerquiviseàunepolitiquederestructurationdans ce domaine. Par exemple, il y a un déficit en analyse de cerveaux en France par rapport à d autres pays, et il faut que les cerveaux puissent être collectés, analysés et mis à la dispositiondeschercheursetquechacunycontribue. Unmotpourconclure Cequ ilfautcomprendrec estqu ilyadesgensquis intéressentàdeschosesdifférentes,des facettesdifférentes,desapprochescomplémentairesavecdesmétierstotalementdifférents: certains s intéressent aux cascades amyloïdes sur la drosophile, d autres à comment fonctionne la mémoire dans le cerveau en imagerie fonctionnelle ou à comment débute la maladie.cen estpasuneoppositiond approches,cesontdesquestionsdifférentesàchaque foisetcesontdesoppositionspragmatiquesd intérêts. Ilpeutyavoirdesdifférencesd approchesentermessocio économiques,ilfautpeut êtreplus d auxiliaires pour s occuper des conjoints que de chercheurs : ce sont là des décisions idéologiques.pourmapart,jen aipasdutoutcettevisiondichotomiquedeschoses.

10 Enfin,ilnefautpasoublierquec estunemaladieorganique,carsinononneparleplusdutout de la même chose. Après avoir dit cela, il faut bien sur s occuper des patients et les médicaments ne sont pas la seule solution loin de là. J ai assisté à un débat où l on essaie d opposerdeschosesquinesontpasdumêmeordre. Vous avez rencontré des gens qui pensaient que la maladie était avant tout psychologique? OUI. Vousavezdesnoms? Non,maisilyadesouvragesentierslà dessusquisontdemoinsenmoinscrédiblesàmesure quelascienceprogresse.celaestvraidansd autresdomaines:onentenddemoinsenmoins depersonnesdirequel autismeestunemaladiedel éducationdelamère. Celafaitpartiedudébat? Oui,maisilnefautpasqu ilyaitdefauxdébats,desdébatsd arrièregarde.etilnefautpas restreindreledébatàlafranceetàsaculturelatine,parrapportàcequinefaitplusdébatde l autrecôtédelafrontièrebelge. Merci.

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

s installent les lésions cérébrales?

s installent les lésions cérébrales? 1 Comment s installent les lésions cérébrales? E Beaufi ls, K Mondon, C Hommet La maladie d Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative caractérisée sur le plan microscopique par la coexistence de

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Conseil RH Coaching Formation

Conseil RH Coaching Formation 30 ans d'expérience Management, conseil RH, développement des compétences, relation avec les IRP, recrutement Coaching individuel - Accompagnement en développement personnel et professionnel Conseil RH

Plus en détail

Maladie de Parkinson. et prise en charge. La prise en charge à 100 %

Maladie de Parkinson. et prise en charge. La prise en charge à 100 % Actuellement, vous êtes près de 6,5 millions dans le monde et 150 000 en France à être atteints par la maladie de Parkinson. Vous pourrez avoir besoin d informations administratives, pratiques... ou tout

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

D après le rapport sur la douleur, 21 % des personnes souffrant de douleur chronique doivent attendre deux ans ou plus avant de recevoir un diagnostic

D après le rapport sur la douleur, 21 % des personnes souffrant de douleur chronique doivent attendre deux ans ou plus avant de recevoir un diagnostic D après le rapport sur la douleur, 21 % des personnes souffrant de douleur chronique doivent attendre deux ans ou plus avant de recevoir un diagnostic La réussite thérapeutique repose sur la sensibilisation

Plus en détail

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER DROGUES INFO SERVICE 0 800 23 13 13 WWW.DROGUES-INFO-SERVICE.FR 7 jours sur 7. De 8 à 2 heures. Appel anonyme et gratuit d un poste fixe. Appel depuis un portable au coût d un appel ordinaire : 01 70 23

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques,

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques, KCE: c est quoi? Un organisme fédéral d'intérêt public autonome («semi» gouvernemental ) Sous la tutelle du Ministre de la Santé publique et des Affaires sociales Créé en 2002 et actif depuis mi 2003 Une

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012 Professeure Dominique Thouvenin Ecole des Hautes Etudes en santé Publique () Titulaire de la chaire «Droit

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Colloque du mardi 30 septembre 2014

Colloque du mardi 30 septembre 2014 Colloque du mardi 30 septembre 2014 Accueil par Mme LE PIOUFF. Présentation des intervenants : - Mme TRIBBIA, chargée de mission à l ARACT Lorraine - Mme LAVOIVRE, psychologue du travail au CDG 54 - Mme

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Ma banque, mes emprunts et mes intérêts

Ma banque, mes emprunts et mes intérêts Ma banque, mes emprunts et mes intérêts Alexandre Vial 0 janvier 2009 Les intérêts cumulés Je place 00 e à 4% par an pendant un an. Donc au bout d un an, j ai 00 + 00. 4 = 00 00( + 4 ) =04 e. 00 Cependant,

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Un commentaire de texte (subjectif?)

Un commentaire de texte (subjectif?) Un commentaire de texte (subjectif?) Par Virginie MATTIO Psychologue spécialiste des troubles cognitifs Présidente de l APOC (Association de Psychologues à Orientation Cognitive) a demande de Nicolas SARKOSY

Plus en détail

Les 7 compétences du chef de projet efficace

Les 7 compétences du chef de projet efficace Formation Nodesway Les 7 compétences du chef de projet efficace Nodesway Alain Fernandez À ton avis, quelles sont les principales compétences d un chef de projet efficace? C est un organisateur avant tout.

Plus en détail

Quels choix pour les patients assurés?

Quels choix pour les patients assurés? FÉDÉRATION SUISSE DES PATIENTS FSP Quels choix pour les patients assurés? Jean François Steiert, conseiller national, vice président de la Fédération suisse des patients 22e Journée de droit de la santé

Plus en détail

1 re PARTIE. Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention

1 re PARTIE. Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention 1 re PARTIE Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention Table ronde N 1 Les réponses de l état : quelles politiques publiques pour la recherche? Ont pris part aux débats : Pr Mathieu

Plus en détail

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar.

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Page 1 sur 8 Etude réalisée en collaboration avec le service Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Effectuée en 2013-2014 OBJECTIF : mesurer l efficacité l effet thérapeutique de l Eau thermale de

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

COORDINATION & ADMINISTRATIF

COORDINATION & ADMINISTRATIF NUTRITION ARTIFICIELLE GUIDE DES TRANSITIONS VERS L ÂGE ADULTE 1 COORDINATION & ADMINISTRATIF Vous trouvez ci-après de nombreuses informations sur les aspects très pratiques et formalistes du passage vers

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Maladie d'alzheimer : comment prévenir?

Maladie d'alzheimer : comment prévenir? Maladie d'alzheimer : comment prévenir? Yuri Arcurs Tous concernés! De quoi s agit-il? Dans la maladie d Alzheimer, les nouveaux souvenirs n ont pas le temps d être enregistrés : ils sont effacés au fur

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

FACILE A LIRE ET A COMPRENDRE

FACILE A LIRE ET A COMPRENDRE FACILE A LIRE ET A COMPRENDRE faci A propos de l Unapei L Unapei a été créée en 1960. L Unapei regroupe 600 associations en France. Ce sont des associations de parents et d amis de personnes handicapées

Plus en détail

L ASSURANCE MALADIE EN LIGNE

L ASSURANCE MALADIE EN LIGNE BIEN GÉRER MA SANTÉ AVEC L ACS Ce que l Assurance Maladie fait pour moi L Assurance Maladie me permet de bénéficier de l Aide pour une complémentaire santé : l ACS. Des offres et des services pour m accompagner

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied

Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied Table des matières Quoi savoir avant de débuter?... 3 Comment utiliser le plan d entraînement?... 4 Comment éviter

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN»

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» ATELIER 1 FORMATION-ACTION «ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» 20-10 -2014 Formatrice : Myriam GAYOT myriam.gayot@mg-rh.fr MGRH - «être Manager au quotidien» 1 20/10/2014 Objectifs de l atelier 1 Visualiser le

Plus en détail

L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de

L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de l épilepsie M.Generet Pharmacien Hospitalier Clinicien Hôpital Civil Marie curie Bruxelles 13 novembre 2015- Réseau CMP 1 Plan 1. L éducation

Plus en détail

FICHE D INFORMATION POUR LE PATIENT

FICHE D INFORMATION POUR LE PATIENT FICHE D INFORMATION POUR LE PATIENT Bienvenue à la British School of Ostéopathie (BSO). Cette fiche d information va vous donner une vision générale de ce que vous pouvez attendre de votre rendez-vous

Plus en détail

La télésanté clinique au Québec: un regard éthique par la CEST

La télésanté clinique au Québec: un regard éthique par la CEST La télésanté clinique au Québec: un regard éthique par la CEST Dominic Cliche Conseiller en éthique Commission de l éthique en science et en technologie 18 mars 2015 Midi conférence de l Institut d éthique

Plus en détail

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels.

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. RIGUEUR CONFIANCE EXIGENCE ECOUTE EXPERTISE RESPECT ADAPTABILITE Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. Des outils pragmatiques, des Conseils sur mesures pour faire avancer la Santé & Sécurité

Plus en détail

Jennifer REGNIER Educatrice en Activité Physique Adaptée Service Education Diabétique - CHU Michallon de Grenoble - Personnel de recherche

Jennifer REGNIER Educatrice en Activité Physique Adaptée Service Education Diabétique - CHU Michallon de Grenoble - Personnel de recherche Jennifer REGNIER Educatrice en Activité Physique Adaptée Service Education Diabétique - CHU Michallon de Grenoble - - Association ProxYDiab 38 Personnel de recherche - Laboratoire SENS - UFRAPS de Grenoble

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

RECADRER UN COLLABORATEUR

RECADRER UN COLLABORATEUR RECADRER UN COLLABORATEUR Le recadrage du collaborateur s effectue en entretien individuel. Ses objectifs sont nombreux : Il permet au manager d exprimer son désaccord afin de faire évoluer positivement

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT RÉGIONAL CONSEILS PRATIQUES À DESTINATION DES CORRESPONDANTS RÉGIONAUX

CHARTE DU CORRESPONDANT RÉGIONAL CONSEILS PRATIQUES À DESTINATION DES CORRESPONDANTS RÉGIONAUX CHARTE DU CORRESPONDANT RÉGIONAL CONSEILS PRATIQUES À DESTINATION DES CORRESPONDANTS RÉGIONAUX 2 CHARTE DU CORRESPONDANT RÉGIONAL (Correg) Prader-Willi France est une association nationale animée par des

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Table des matières. Introduction

Table des matières. Introduction Table des matières Introduction A la suite de l obtention de mon baccalauréat économique et social mention assez bien, je me suis dirigée vers la formation Gestion des Entreprises et des Administrations

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER Ce guide va vous proposer deux manières de profiter des jeux «Prêts à Parier» disponibles sur le site Promoturf. Ces pronostics sont le résultat d une amélioration majeure

Plus en détail

Projet Addictions sans substance. Questionnaire

Projet Addictions sans substance. Questionnaire Projet Addictions sans substance Questionnaire Ce projet a pour objectif d établir un état des lieux de l accueil et de l accompagnement dans les structures du secteur médico-social, des addictions sans

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Centre universitaire de santé McGill (CUSM) Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General Hospital ADRESSOGRAPHE Département

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale ont souvent un triste état de santé buccodentaire.. Selon certains

Plus en détail

LES CROYANCES LIMITANTES

LES CROYANCES LIMITANTES 1998 Séminaire de Robert DILTS LES CROYANCES LIMITANTES Les 3 domaines les plus courants de croyances limitantes sont ceux qui concernent le manque d espoir (ce n est pas possible), le manque de confiance

Plus en détail

Résumé. Positionnement des sites de l ESNE et du CPLN. Rochat Luc 30/05/2011

Résumé. Positionnement des sites de l ESNE et du CPLN. Rochat Luc 30/05/2011 Résumé Positionnement des sites de l ESNE et du CPLN Rochat Luc 30/05/2011 Réalisé par : Chef de projet : Benjamin Ouvry Luc Rochat Période de réalisation : Mars Juin 2011 1. Situation initiale Le positionnement

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients

L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients 2 Un réseau social pour améliorer la prise en charge des patients. MeltingDoc valorise les compétences des médecins et

Plus en détail

Façonne ton avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom.

Façonne ton avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom. Façonne ton avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom. Prêt pour le marché du travail. Un apprentissage professionnel te permet d accéder directement à la vie professionnelle en sortant

Plus en détail

Pour les personnes atteintes de problèmes de vue et leurs proches.

Pour les personnes atteintes de problèmes de vue et leurs proches. Pour les personnes atteintes de problèmes de vue et leurs proches. Chères patientes, chers patients, chers proches, Vous-même, ou l un de vos proches, avez peut-être suivi un traitement ophtalmologique

Plus en détail

Atelier Finance du 2 mai

Atelier Finance du 2 mai Atelier Finance du 2 mai Les GRT du Québec nous disent toujours qu il y une seule question à laquelle les accompagnants ne doivent jamais répondre : «Combien coûte un projet?» avant qu il ne soit finalisé.

Plus en détail

N 1825 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1825 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1825 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 8 juillet 2009. PROPOSITION DE LOI visant à reconnaître la profession

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques. Questionnaire patients

Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques. Questionnaire patients Registre Suisse du psoriasis traité par médicaments biologiques et systémiques Questionnaire patients Visite 11 Chère Madame, Cher Monsieur, Nous vous souhaitons la bienvenue pour cette première consultation

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

CERVEAU: PROTÉINES TAU "NORMALE" ET "PATHOLOGIQUE"

CERVEAU: PROTÉINES TAU NORMALE ET PATHOLOGIQUE CERVEAU: PROTÉINES TAU "NORMALE" ET "PATHOLOGIQUE" Dr. Sébastien FEUILLETTE Laboratoire de Génétique Moléculaire CHU Rouen 19 mars 2009 LE NEURONE SAIN LA PROTÉINE TAU EN QUELQUES DATES 1975 Découverte

Plus en détail

Version 6.0 du 07/11/06. Comment décloisonner mes services et les faire travailler ensemble vers les mêmes objectifs?

Version 6.0 du 07/11/06. Comment décloisonner mes services et les faire travailler ensemble vers les mêmes objectifs? Version 6.0 du 07/11/06 Comment décloisonner mes services et les faire travailler ensemble vers les mêmes objectifs? Salut Paul Tu as l air relax, ce n est pas ton habitude Oui, c est incroyable! On n

Plus en détail

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012 Belfort, le 30 janvier 2012 Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer La Ville de Belfort inaugure le Domicile Protégé, un lieu de vie spécifiquement adapté aux personnes atteintes

Plus en détail

Evaluation et données de santé

Evaluation et données de santé Evaluation et données de santé Où est l intérêt des usagers? 1 Il est évident, essentiel et tarde à venir 2 Un facteur universel d évolution la croissance exponentielle des savoirs et des techniques Plus

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

MODULE 5 5 ASTUCES _

MODULE 5 5 ASTUCES _ MODULE 5 5 ASTUCES Préambule Ce document reprend un ensemble d astuces que j ai développé au cours de ma pratique photographique. Ces astuces concernent de nombreux aspects allant de la gestion de la lumière

Plus en détail

Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression

Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression Camillo Zacchia, Ph.D. Psychologue Conseiller principal Bureau d éducation en santé mentale Institut Douglas 6 décembre, 2011 À l agenda C est

Plus en détail

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE Annick Alpérovitch DR Emérite Inserm Université Pierre et Marie Curie - Inserm U708 «Neuroépidémiologie» LES GRANDES LIGNES DE CE TOUR D HORIZON

Plus en détail

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 Une enquête réalisée sur la nutrition en médecine générale * pour l montre que la nutrition est un sujet

Plus en détail

Maladie d Alzheimer Ce que la famille peut faire

Maladie d Alzheimer Ce que la famille peut faire Maladie d Alzheimer Ce que la famille peut faire Ce que la famille peut faire La diagnostic de la maladie d Alzheimer peut s avérer bouleversant pour la personne concernée et pour ses proches. Vous vous

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social 3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social Évaluation Externe / Évaluation Interne / Aide Médico - Psychologique / Assistant de soins en gérontologie / Préparation au concours DEAMP / Accompagnement

Plus en détail

Le soutien aux aidants familiaux

Le soutien aux aidants familiaux SEFor, Lyon, 15 novembre 2013 Le soutien aux aidants familiaux Inge CANTEGREIL-KALLEN Docteur en Psychologie Clinique et Psychopathologie Aidants naturels Plaintes +++ Mise en échec de l aide proposée

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Situations à risque. But de la présentation. Qualité de vie. Qualité de vie. Ce que disent les enseignant-e-s qui ont participé à des séminaires

Situations à risque. But de la présentation. Qualité de vie. Qualité de vie. Ce que disent les enseignant-e-s qui ont participé à des séminaires Comment favoriser la qualité de vie des professionnel-le-s dans les établissements scolaires? Marc Thiébaud Jürg Bichsel But de la présentation Présenter les pratiques développées en Suisse romande pour

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Bienvenue à Ton livret d accueil au Conseil général, service de l Aide Sociale à l Enfance (ASE)

Bienvenue à Ton livret d accueil au Conseil général, service de l Aide Sociale à l Enfance (ASE) Bienvenue à Ton livret d accueil au Conseil général, service de l Aide Sociale à l Enfance (ASE) Tu viens d être confié(e) au Conseil général, au service de l Aide Sociale à l Enfance, et tu dois te poser

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

KIT BÉNÉVOLES COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE. l association qui lutte contre la leucémie. www.laurettefugain.org

KIT BÉNÉVOLES COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE. l association qui lutte contre la leucémie. www.laurettefugain.org l association qui lutte contre la leucémie COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE KIT BÉNÉVOLES soutenir mobiliser aider la recherche médicale sur les leucémies et les maladies du sang autour des Dons

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail