Glossaire. attribut de clé Voir clé primaire. base de données géographiques Voir géodatabase (GBD).

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Glossaire. attribut de clé Voir clé primaire. base de données géographiques Voir géodatabase (GBD)."

Transcription

1 !"#$%&'! #&$ (&(')*#+, $-) #- './0 12&,-#'

2 2

3 Glossaire analyse Processus d identification d une question ou d un problème à résoudre, de modélisation de ce problème, de recherche des résultats de modélisation, d interprétation des résultats, assorti éventuellement d une recommandation. annotation Dans ArcGIS, texte ou graphiques sur une carte pouvant être sélectionnés, positionnés et modifiés individuellement par l utilisateur du logiciel. Le texte peut représenter des attributs d entités ou des informations supplémentaires. Les annotations peuvent être saisies manuellement par l utilisateur ou créées à partir d étiquettes. Elles sont stockées dans un document ArcMap sous forme de texte ou d éléments graphiques, ou dans une géodatabase sous forme d une classe d entités. ArcIMS Le logiciel ESRI permet l hébergement et la diffusion centralisés de cartes SIG, de données et d applications de cartographie sous forme de services Web. L infrastructure administrative permet aux utilisateurs de créer des fichiers de configuration, de publier des services, de concevoir des pages Web et de gérer des serveurs spatiaux ArcIMS. Personnalisable à de nombreux niveaux, ArcIMS prend en charge les plates-formes Windows, Linux et UNIX. ArcSDE Logiciel serveur fournissant une passerelle de stockage, de gestion et d utilisation des données spatiales dans l un des systèmes de gestion de bases de données commerciaux suivants : IBM DB2 UDB, IBM Informix, Microsoft SQL Server et Oracle. Applications client ArcSDE communes incluant ArcGIS Desktop, ArcGIS Server et ArcIMS. ArcToolbox Interface utilisateur dans ArcGIS permettant d accéder et d organiser un ensemble d outils de géotraitement, de modèles et de scripts. ArcToolbox et ModelBuilder sont utilisés conjointement pour effectuer le géotraitement. attribut 1. Information caractéristique d une entité géographique d un SIG, généralement stockée dans une table et liée à l entité par un identifiant unique. Les attributs d un fleuve, par exemple, peuvent être son nom, sa longueur, sa profondeur moyenne, etc. 2. Dans les jeux de données raster, information associée à chaque valeur unique des cellules. 3. Information cartographique qui définit la manière dont les entités sont affichées et étiquetées sur une carte. Les attributs cartographiques d un fleuve peuvent être, par exemple, l épaisseur de ligne, la longueur de ligne, la couleur et la police de caractères. attribut de clé Voir clé primaire. base de données géographiques Voir géodatabase (GBD). carte 1. Représentation graphique, sur une surface plane, des entités physiques d une partie ou de la totalité de la Terre ou d autres étendues, ou encore du ciel, à l aide de formes représentant les objets et de symboles décrivant leur nature, à une échelle dont la fraction représentative est inférieure à 1:1. Les cartes utilisent généralement une projection déterminée et indiquent la direction d orientation. 2. Représentation graphique d informations géographiques ou spatiales. 3. Document utilisé dans ArcMap permettant d afficher et de travailler sur des données géographiques. Dans ArcMap, une carte comporte une ou plusieurs couches de données géographiques, contenues dans des blocs de données, ainsi que divers éléments cartographiques complémentaires tels qu une barre d échelle.

4 cartographie Art et science permettant d exprimer graphiquement, en général à l aide de cartes, les entités naturelles et sociales de la Terre. catalogue d images Ensemble de jeux de données raster définis dans une table de format quelconque, dans laquelle les enregistrements définissent les jeux de données raster qui figurent dans le catalogue. Un catalogue d images permet d afficher des jeux de données raster contigus ou superposés sans avoir à les mosaïquer dans un seul grand fichier. classe d entités Ensemble d entités géographiques ayant le même type de géométrie (point, ligne ou polygone, par exemple), les mêmes attributs et la même référence spatiale. Les classes d entités peuvent être autonomes dans une géodatabase ou être intégrées à des fichiers de formes, des couvertures ou d autres jeux de classes d entités. Elles permettent de grouper des entités homogènes dans une seule unité à des fins de stockage. Les autoroutes, routes nationales et routes départementales, par exemple, peuvent être regroupées au sein d une classe d entités linéaires nommée routes. Dans une géodatabase, les classes d entités peuvent également servir à stocker des annotations et des cotes. classe d entités VPF Voir classe d entités. classe de relations Elément de la géodatabase, qui stocke des informations sur une relation. Une classe de relations apparaît en tant qu élément de l arborescence ou de la fenêtre de détails d ArcCatalog. clé Voir clé primaire. clé attributaire Voir clé primaire. clé primaire Colonne ou ensemble de colonnes d une base de données identifiant de façon unique chaque enregistrement. La clé primaire interdit toute valeur dupliquée et ne peut pas être nulle. couche 1. Dans ArcGIS, référence à une source de données, telles qu une couverture, une classe d entités de géodatabase, un raster, etc., qui définit la manière dont les données doivent être symbolisées sur une carte. Les couches peuvent également définir d autres propriétés (exemple : les entités de la source de données à inclure). Les couches peuvent être stockées dans des documents ArcMap (.mxd) ou enregistrées sous forme de fichiers de couche individuels (.lyr). Le concept des couches correspond à celui des thèmes dans ArcView GIS 3.x. 2. Classe d entités autonome d une géodatabase gérée avec SDE 3 ou ArcSDE. couverture Modèle de données permettant le stockage d entités géographiques. Une couverture contient un ensemble de données associées par thème, considéré comme une unité. Elle représente habituellement une seule couche, telle que des sols, des cours d eau, des routes ou l occupation des sols. Dans une couverture, les entités sont conservées à la fois sous forme d entités principales (points, arcs, polygones) et d entités secondaires (tics, liens et annotation). Les attributs des entités sont décrits et stockés séparément, dans des tables d attributs d entités. Les couvertures ne peuvent pas être modifiées dans ArcGIS 8.3 et les versions ultérieures. domaine Groupe d ordinateurs et de périphériques d un réseau, gérés comme une seule unité avec des règles et des procédures communes. Sur Internet, un domaine est défini par une adresse IP (Internet Protocol). Tous les périphériques qui partagent une partie de l adresse IP appartiennent au même domaine. données Ensemble de faits liés disposés dans un format particulier. Il s agit souvent des éléments d information de base produits, stockés ou traités par un ordinateur. données géographiques Informations relatives aux entités réelles, notamment leur forme, leur emplacement et leur description. Les données géographiques sont composées de données spatiales et de données attributaires. 118 Qu est-ce que ArcGIS 9.1?

5 données spatiales 1. Informations sur la position et la forme des entités géographiques et sur les relations entre ces entités, généralement stockées sous forme de coordonnées et de topologie. 2. Toute donnée pouvant être représentée sur une carte. entité linéaire Voir ligne. entité polygone Dans le logiciel ESRI, représentation numérique d un lieu ou d un objet dont la zone s affiche à une échelle particulière, comme un pays sur une carte mondiale ou une parcelle sur une carte des parcelles. Les entités polygones comportent une géométrie de polygone. Voir aussi polygone. entité polylinéaire Dans ArcGIS, représentation numérique d un lieu ou d un objet dont la longueur s affiche à une échelle particulière (et pas la zone), comme une rivière sur une carte mondiale ou une rue sur un plan de ville. Les entités polylinéaires comportent une géométrie de polyligne. Voir aussi polyligne. entité ponctuelle Dans le logiciel ESRI, représentation numérique d un lieu ou d un objet trop petit pour afficher une zone ou une longueur à une échelle donnée comme une ville sur une carte mondiale ou un bâtiment sur un plan de ville. Une entité ponctuelle peut également servir à représenter un lieu ou un objet dont la nature ne comporte aucune longueur comme un sommet de montagne ou un foudroiement. Les entités ponctuelles comportent une géométrie ponctuelle. Voir aussi point. extensible Markup Language (XML) Créé par le World Wide Web Consortium (W3C), le langage XML est une norme destinée à la création de formats de texte conçus pour faciliter l échange de données entre applications informatiques. Le langage XML est un ensemble de règles permettant de créer des formats d information normalisés à l aide de balises personnalisées, et de partager format et données entre différentes applications. extraction Procédure qui enregistre la duplication des données d une géodatabase dans une autre et désactive les données d origine afin qu il ne soit pas possible d accéder aux deux versions (ou de les enregistrer) en même temps. fichier de formes Format de stockage des données vectorielles permettant d archiver l emplacement, la forme et les attributs des entités géographiques. Un fichier de formes est stocké dans un jeu de fichiers associés et contient une classe d entités. GBD Voir géodatabase (GBD). géocodage Processus de recherche d une adresse sur une carte. L adresse peut être représentée par des coordonnées x,y ou une entité telle qu un segment de rue, une adresse de distribution postale ou un bâtiment. Dans SIG, le géocodage nécessite un jeu de données de référence contenant des attributs d adresse pour les entités géographiques de la zone qui vous intéresse. géocodage d adresses Voir géocodage. géodatabase (GBD) Ensemble de jeux de données géographiques à utiliser dans ArcGIS. Il existe différents types de jeux de données géographiques, notamment des classes d entités, des tables attributaires, des jeux de données raster, des jeux de données réseau, des topologies, etc. géodatabase d entreprise Voir géodatabase multi-utilisateurs. géodatabase d extraction Géodatabase personnelle ou ArcSDE contenant des données extraites d une géodatabase principale. géodatabase multi-utilisateurs Géodatabase gérée dans un serveur SGBDR par ArcSDE. Les géodatabases multi-utilisateurs sont parfois très volumineuses et prennent en charge de nombreux éditeurs concurrents. Elles sont prises en charge par les différents SGBDR du marché, notamment par Oracle, Microsoft SQL Server, IBM DB2 et Informix. Glossaire 119

6 géodatabase personnelle Géodatabase stockant les données dans un système de gestion de bases de données relationnelle (SGBDR) mono-utilisateur. Une géodatabase personnelle peut être consultée simultanément par plusieurs utilisateurs, mais l enregistrement de données ne peut être effectué que par un seul utilisateur à la fois. géométrie Mesures et propriétés de points, de lignes et de surfaces. Dans un SIG, la géométrie permet de représenter le composant spatial d entités géographiques. Une classe de géométrie ArcGIS est dérivée de la classe abstraite Geometry pour représenter une forme telle qu un polygone ou un point. géoréférencement Attribution des coordonnées d un système de référence connu, par exemple, latitude/longitude, transversale universelle de mercator (UTM) ou State Plane aux coordonnées de page d une carte raster (image) ou planaire. Le géoréférencement de données raster permet de les visualiser, de les interroger et de les analyser avec d autres données géographiques. géotraitement Opération SIG permettant de manipuler des données SIG. Généralement, une opération de géotraitement consiste à prendre un jeu de données en entrée, à effectuer une opération sur ce jeu de données, puis à renvoyer le résultat de l opération dans un jeu de données en sortie. Les opérations de géotraitement les plus couramment utilisées sont la superposition d entités géographiques, la sélection et l analyse d entités, le traitement topologique, le traitement raster et la conversion de données. Le géotraitement permet de définir, de gérer et d analyser les informations utilisées lors de la prise de décision. Global Positioning System (GPS) Constellation de 24 satellites d émission radio déployés par le ministère de la défense des Etats-Unis et utilisés pour des localisations sur la surface de la Terre. Ces satellites en orbite émettent des signaux qui permettent à un récepteur GPS situé n importe où sur la Terre de calculer sa propre position par triangulation. Ce système est utilisé dans la navigation, la cartographie, l arpentage et d autres applications dans lesquelles un positionnement précis est nécessaire. GPS Voir Global Positioning System (GPS). image Représentation raster ou description d une scène, généralement créée à l aide d un dispositif optique ou électronique tel qu une caméra ou un radiomètre à balayage. Les exemples les plus courants sont les données détectées à distance (les données satellite, par exemple), les données scannées et les photographies. Les images sont stockées en tant que jeu de données raster de valeurs binaires ou entières représentant l intensité de la lumière réfléchie, de la chaleur, du son et d autres plages de valeurs contenues dans le spectre électromagnétique. Une image peut contenir un ou plusieurs canaux. insertion Procédure permettant de transférer une copie des données dans la géodatabase principale, en remplaçant la copie d origine et en l activant, afin qu elle soit accessible (et puisse être enregistrée) à partir de cet emplacement. jeu de classes d entités Ensemble de classes d entités stockées ensemble et qui partagent la même référence spatiale. Autrement dit, elles ont le même système de coordonnées et leurs entités se situent au sein d une même zone géographique. Les classes d entités possédant des types de géométrie différents peuvent être stockées dans un jeu de classes d entités. jeu de classes d entités DAO Représentation des entités d un fichier DAO dans la structure d une géodatabase. Un jeu de classes d entités DAO se compose de cinq classes d entités en lecture seule : points, lignes, polygones, annotation et tables Les formats pris en charge par ArcGIS sont les suivants : DWG (AutoCAD), DXF (AutoDesk Drawing Exchange Format) et DGN (format de fichier Microstation par défaut). jeu de données Ensemble structuré de données quelconques avec un thème commun. jeu de données DAO Voir jeu de classe d entités DAO. jeu de données géographiques Ensemble structuré de données d une géodatabase ayant un thème commun. 120 Qu est-ce que ArcGIS 9.1?

7 jeu de données VPF Voir vector product format (VPF). jointure relationnelle Opération par laquelle deux tables de données sont définitivement fusionnées par un champ commun, appelé clé primaire. ligne Forme qui possède une longueur et une direction mais pas de superficie, et qui connecte au moins deux coordonnées x,y. Les lignes représentent des entités géographiques trop étroites pour pouvoir être représentées par une surface à une échelle donnée ; il peut s agir de contours, d axes de rues, de cours d eau ou d entités sans superficie qui constituent les contours de polygones (des frontières entre pays, par exemple). métadonnées Informations décrivant le contenu, la qualité, la condition, l origine et d autres caractéristiques des données ou informations. Les métadonnées de données spatiales peuvent renseigner sur leur sujet, le mode, la date, le lieu et l auteur de leur collecte, leur précision, leur disponibilité et leur diffusion, leur projection, leur échelle, leur résolution ainsi que leur fiabilité par rapport à la norme applicable. Les métadonnées fournissent des propriétés et une documentation. Les propriétés proviennent de la source de données (par exemple, le système de coordonnées et la projection des données), tandis que la documentation est saisie manuellement (mots-clés utilisés pour décrire les données). mise à jour en mode déconnecté Processus de copie des données vers une autre géodatabase, de mise à jour de ces données puis de fusion des mouvements avec les données de la géodatabase source ou principale. MNA Voir modèle numérique d altitude (MNA). mode continu Technique permettant de transférer des données, généralement via Internet, dans un flux en temps réel au lieu de les stocker d abord dans un fichier local. Le mode continu permet d afficher des fichiers multimédia volumineux avant que la totalité du fichier ne soit téléchargée sur l ordinateur d un client. Lorsque le client (ordinateur local) reçoit les données, un logiciel les décompresse pour les interpréter et les afficher rapidement. ModelBuilder Application de géotraitement d ArcGIS utilisée dans ArcToolbox pour créer graphiquement un modèle ou un script de géotraitement. modèle 1. Abstraction et description de la réalité utilisées pour représenter des objets des processus ou des événements. 2. Ensemble de procédures analytiques clairement définies utilisé pour déduire de nouvelles informations à partir de données en entrée. 3. Ensemble de règles et de procédures destinées à représenter un phénomène ou à prévoir un résultat. En géotraitement, un modèle est constitué d un processus ou d une séquence de processus reliés les uns aux autres. Il est créé dans ModelBuilder ou à l aide d un script utilisant Python et d autres langages de script. 4. Représentation de données de la réalité, par exemple le modèle de données vectorielles. modèle de données 1. Dans SIG, paradigme mathématique permettant de représenter des objets géographiques ou des surfaces sous forme de données. Le modèle de données vectorielles représente la géographie sous forme d ensembles de points, de lignes et de polygones, le modèle de données raster sous forme de matrices de cellules stockant des valeurs numériques et le modèle de données TIN sous forme d ensembles de triangles contigus non superposés. 2. Dans ArcGIS, ensemble de spécifications de conception de base de données pour les objets d une application SIG. Un modèle de données décrit les couches thématiques utilisées dans l application (par exemple, des pays, des routes et des restaurants), leur représentation spatiale (par exemple, un point, une ligne ou un polygone), leurs attributs, leurs règles d intégrité et relations (par exemple, les rues ne peuvent pas être auto-sécantes, ou les pays doivent être inclus dans des états) ; leur présentation cartographique et la configuration requise pour les métadonnées. Glossaire 121

8 3. En théorie, description des règles selon lesquelles les données sont définies, organisées, recherchées et mises à jour dans un système d information (généralement un logiciel de gestion de base de données). modèle de données de géodatabase Structure des différents jeux de données géographiques et tables d une instance de géodatabase. La structure définit les objets, les règles et les relations SIG permettant d ajouter un comportement SIG et une intégrité aux jeux de données d un ensemble. modèle numérique d altitude (MNA) Représentation de valeurs d altitudes continues sur une surface topographique à l aide d un tableau de valeurs Z référencées par rapport à un datum commun. Il est généralement utilisé pour représenter le relief d un terrain. modèle numérique de terrain (MNT) Voir modèle numérique d altitude (MNA). modificateur de texte Voir attribut. multipatch Type de géométrie permettant de représenter la surface extérieure (l enveloppe) d entités qui occupent une zone discrète ou un volume dans l espace en trois dimensions. Il s agit de triangles et d anneaux 3D utilisés en combinaison pour modéliser une entité. Les multipatchs peuvent représenter tout objet, simple ou complexe, notamment les sphères, les cubes, les isosurfaces et les bâtiments. multipatch 3D Voir multipatch. National Spatial Data Infrastructure (NSDI) Infrastructure de données spatiales appartenant à l Etat fédéral et faisant référence à des sites aux Etats-Unis et aux moyens de distribuer et d utiliser ces données de façon efficace. Elle inclut les technologies, stratégies, normes et ressources humaines destinées à acquérir, traiter, stocker, diffuser et améliorer l utilisation des données géospatiales aux Etats-Unis. Développé et coordonné par le Federal Geographic Data Committee (FGDC), la NSDI regroupe des stratégies, des normes et des procédures en vue de permettre aux organisations de collaborer pour créer et partager des données géographiques. La NSDI est développée en coopération avec des organismes issus de gouvernements nationaux, locaux et tribaux, du milieu universitaire et du secteur privé. NSDI Voir National Spatial Data Infrastructure (NSDI). Oracle Fournisseur de bases de données qui propose un système de gestion de bases de données relationnelles (SGBDR) permettant de stocker des données et des objets dans des tables. Oracle fournit un accès client/serveur aux données et utilise des index, des séquences et d autres objets de bases de données afin de simplifier et accélérer la création des données, leur modification et leur disponibilité. ESRI gère un SGBDR Oracle pour stocker les données vecteur et raster utilisées par ArcSDE. outil 1. Dans ArcGIS, opérateur de géotraitement qui exécute des tâches de géotraitement spécifiques, telles que le découpage, le fractionnement, l effacement ou la création de zone tampon. Un outil peut appartenir à plusieurs jeux d outils et/ou boîtes à outils. 2. Commande qui nécessite une interaction avec l interface utilisateur pour exécuter une opération. Par exemple, avec l outil Zoom avant, un utilisateur doit cliquer ou délimiter une zone autour des données géographiques ou de la carte avant qu elle ne soit redessinée à plus grande échelle. Les outils peuvent être ajoutés à n importe quelle barre d outils. point Dans le logiciel ESRI, type de géométrie permettant de représenter des entités ponctuelles. Un point est défini par une paire unique de coordonnées x,y. Voir aussi entité ponctuelle. polygone Dans le logiciel ESRI, type de géométrie permettant de représenter des entités surfaciques. Un polygone est défini par un ou plusieurs anneaux, un anneau représentant un chemin commençant et se terminant au même point. Un polygone à plusieurs anneaux représente un polygone multi-parties. Les polygones multi-parties peuvent être séparés ou imbriqués, mais ils ne peuvent pas se chevaucher. Voir aussi entité polygone 122 Qu est-ce que ArcGIS 9.1?

9 polyligne Dans ArcGIS, type de géométrie permettant de représenter des entités polylinéaires. Une polyligne est définie par un ensemble de trajets (un ou plusieurs segments de ligne). Si les trajets sont réunis ou distincts, la polyligne est de type multi-parties. Voir aussi entité polylinéaire. quadrillage Voir raster. raster Modèle de données spatiales définissant l espace comme un tableau de cellules de taille égale disposées en lignes et colonnes. Chaque cellule contient une valeur attributaire et des coordonnées de position. A la différence d une structure vectorielle, qui stocke explicitement les coordonnées, les coordonnées raster sont conservées dans l ordre de la matrice. Des groupes de cellules qui partagent la même valeur représentent le même type d entités géographiques. Voir aussi vecteur. requête Interrogation permettant de sélectionner des entités ou des enregistrements dans une base de données. Les requêtes apparaissent souvent sous la forme d instructions ou d expressions logiques. réseau Ensemble de liens interconnectés constituant des trajets possibles d un emplacement à un autre. Pour les réseaux géométriques, cet ensemble comprend les tronçons, les jonctions et la connectivité entre elles. Pour les jeux de données réseau, il est constitué de tronçons, de jonctions, de courbes et d éléments d interconnexion. Un ensemble de liens interconnectés représentant une couche de rues d une ville constitue un exemple de réseau. SDTS Voir Spatial Data Transfer Standard (SDTS). SGBD Voir système de gestion de bases de données (SGBD). SGBDR Système de gestion de bases de données relationnelles. Type de base de données dans lequel les données sont organisées sur plusieurs tables. Les tables sont associées les unes aux autres via des champs communs. Les éléments de données peuvent être recombinés à partir de différents fichiers. Contrairement à d autres structures de bases de données, un SGBDR travaille à partir d hypothèses sur la manière dont les données sont reliées ou doivent être extraites de la base de données. SIG Voir système d information géographique (SIG). SOAP Simple Object Access Protocol. Protocole XML développé par Microsoft, Lotus et IBM permettant d échanger des informations entre des points dans un environnement distribué centralisé. Le protocole SOAP permet à des programmes sur différents ordinateurs de communiquer quel que soit le système d exploitation en utilisant les langages HTTP et XML d Internet pour échanger des informations. SOAP est désormais une spécification W3C. Spatial Data Transfer Standard (SDTS) Format d échange de données permettant de transférer différentes bases de données d un système informatique à un autre, en conservant le contexte et en réduisant le volume d informations externes nécessaires pour décrire les données. Toutes les agences fédérales doivent être en mesure de pouvoir mettre à disposition leurs données cartographiques numériques au format SDTS ; cette norme est largement utilisée dans de nombreux secteurs. SQL Voir SQL (Structured Query Language). Structured Query Language (SQL) Syntaxe permettant de définir et de manipuler des données d une base de données relationnelle. Conçu par IBM dans les années 70, le SQL est devenu une norme industrielle pour les langages d interrogation dans la plupart des systèmes de gestion de bases de données relationnelles. système d information géographique (SIG) Ensemble des matériels et logiciels informatiques ainsi que des données géographiques avec lesquels les utilisateurs interagissent pour intégrer, analyser et visualiser les Glossaire 123

10 données, identifier les relations, les schémas et les tendances et apporter des solutions aux problèmes. Ce système est destiné à la saisie, au stockage, à la mise à jour, à la manipulation, à l analyse et à l affichage des informations géographiques. Un SIG sert habituellement à représenter des cartes sous forme de couches de données qui peuvent être étudiées et utilisées à des fins d analyse. système de gestion de bases de données (SGBD) Ensemble de programmes informatiques organisant les informations contenues dans une base de données selon une structure conceptuelle et fournissant des outils destinés à la saisie, la vérification, le stockage, la modification et la récupération des données. système de gestion de bases de données relationnelles (SGBDR) Voir SGBDR. table 1. Ensemble d éléments de données organisés en lignes et colonnes. Chaque ligne représente une entité, ou un enregistrement, tandis que chaque colonne représente un champ ou une valeur attributaire unique. Une table comporte un nombre précis de colonnes tandis que le nombre de lignes peut varier. 2. Dans ArcView GIS 3.x, un des cinq types de documents que peut contenir un fichier de projet. Une table contient des données attributaires. topologie Dans les géodatabases, disposition forçant les entités ponctuelles, linéaires et surfaciques à partager une géométrie. Par exemple, les axes médians de rues et les îlots de recensement partagent une géométrie, tout comme les polygones de sol adjacents. La topologie définit et applique des règles d intégrité concernant les données (par exemple, il ne doit y avoir aucun espace entre les polygones). Elle prend en charge les requêtes de relations topologiques et la navigation (par exemple, la contiguïté et la connectivité des entités), les outils de mise à jour avancés et permet d élaborer des entités à partir de géométries non structurées (par exemple, l élaboration de polygones à partir de lignes). transaction 1. Groupe d opérations constituant une tâche opérationnelle complète, telle que l insertion d une ligne dans une table. 2. Unité logique de travail telle que définie par un utilisateur. Les transactions peuvent être des définitions de données (création d un objet), des manipulations de données (mise à jour d un objet) ou des lectures de données (sélection à partir d un objet). vecteur 1. Modèle de données basé sur des coordonnées, représentant des entités géographiques sous forme de points, de lignes et de polygones. Chaque point est représenté sous forme de paire de coordonnées unique, alors que les polygones et les lignes sont représentés sous forme de listes ordonnées de sommets. Des attributs sont associés à chaque entité, à la différence du modèle de données raster, qui associe les attributs à des cellules de grille. 2. Quantité dotée à la fois d une grandeur et d une direction. Voir aussi raster. vector product format (VPF) Format, structure et organisation standard pour les grandes bases de données géographiques s appuyant sur le modèle de données géorelationnel. version Dans les géodatabases, état supplémentaire de la base de données ; cette autre version a un propriétaire, une description, une autorisation (privée, protégée ou publique) et une version parent. Les versions ne sont pas affectées par les modifications apportées à d autres versions de la base de données. version d extraction Version créée dans une géodatabase d extraction lors de l extraction des données de cette base de données. La version créée est une copie de la version de synchronisation. Seules les modifications apportées à la version extraite peuvent être réinscrites dans la géodatabase principale. Voir aussi géodatabase d extraction. VPF Voir vector product format (VPF). XML Voir extensible Markup Language (XML). 124 Qu est-ce que ArcGIS 9.1?

11 Création de données avec ARCGIS - information vectorielle- J.Boulier UMR Géographie-cités CNRS Université Paris 1 Université Paris 7 Fichiers de formes (rappels) Les fichiers de formes sont stockés dans des dossiers. Un fichier de formes se compose d un ensemble de fichiers : de données vectorielles et d un fichier *.dbf (attributs des entités). Chaque fichier constitutif partage le même nom de fichier de formes Création d'une nouvelle source (vectorielle) vide Ouvrir ARCCATALOG Dans VOTRE REPERTOIRE CONNECTE : Bouton droite de la souris (menu contextuel) Nouveau / Fichier de formes 3 1

12 2 Source Nom du shape Nommer correctement le ShapeFile Ce fichier de formes sera vide au départ C est prêt : lancer ArcMap TYPE Détails de la description Informations pour réseau ou 3D 4 C est prêt : lancer ArcMap La source vide est prêt pour être peuplée Ce sera fait avec les outils de saisie d ArcMap Il suffira de la reprendre et de l éditer La nouvelle source vectorielle sera placée dans un projet (document.mxd), dans un Bloc de données (ou couche) 5 Nouveau blocs de données (couches) : affichage 6 2

13 Ajouter le fichier VIDE dans le projet (arcmap) vide et sans projection (shp) La source vide «essai» ne possède pas d information de référence spatiale Par défaut, les coordonnées retenues seront celles (par exemple) de l image en dessous ou du réseau routier, ou Les informations déjà projetées ne peuvent pas l être de nouveau à l affichage 7 Le «shapefile» est vide et à sélectionner Source à modifier ou remplir Jusque là, aucun champ attributaire n est rempli 8 Lancer la barre d outil de l éditeur, puis ouvrir une session et au travail!!! Menu déroulant Pour la session d édition Une session d édition fait appel à une source à modifier (Cible), des outils, des règles de capture, déplacement, des tâches particulières,.. 9 3

14 Autres outils de mise à jour 10 Outils d édition : interchangeables (si construction non Terminée ) Point= Intersection de Deux segments Saisie libre des points Point=centre d un segment Sur tracés existants (sélection entités au préalable) Point= Convention Intersection Universités 2 distances Paris 7 Denis Diderot et Yaoundé I, UMR Géographie-cités 11 Menu contextuel de la saisie Menu contextuel apparaissant en cours de digitalisation (clic droit) 12 4

15 Liste de tâches Un certain nombre de tâches, plus ou moins automatisées, sont accessibles depuis la barre d outils 13 Changer les projections? Uniquement à l affichage : - régler les propriétés des «COUCHES» ou encore des «BLOCS DE DONNEES» - si les données sont déjà projetées (c est-à-dire en dur dans un des fichiers du bloc), il ne faut pas tenter de le (re)projeter à l affichage : il faudra changer la projection via un outil d ArcToolBox 14 Affecter une projection à un bloc (pour l affichage) Menu contextuel des blocs de données 15 5

16 Reprojeter des données dans un autre sytème ARC TOOL BOX Outils de cartographie (ou cartography tools) Ajouter (si besoin les outils de projection) Lancer l outil ad-hoc. Ici, il s agit bien de changer les coordonnées des entités spatiales 16 6

17 Les bases de l Analyse des données existantes : relations, jointure et sélections J.Boulier UMR Géographie-cités CNRS Université Paris 1 Université Paris Positionnement du problème 2 Positionnement du problème Deux choses fondamentales apparaissent dans l analyse des IG : Les mises en relation de plusieurs tables : - Comment récupérer des données extérieures et les rendre cohérente avec la géométrie ou la table utilisée? - Comment alléger le schéma de la base de données en affectant une partie sémantique qu au moment voulu? Sélection : - Sélectionner les informations (géométriques ou attributaires) selon des critères sémantiques ou spatiaux 3 1

18 Association de deux tables (au moins) deux méthodes d association des données stockées dans des tables aux entités géographiques : les jointures les relations Relations et jointures 5 Relation ou jointure? relation relation : il est possible d'explorer les attributs reliés, mais pas de les utiliser pour définir les propriétés de la couche (symboles). Dans le cas de rapports (1-m) ou (m-n), il est nécessaire de passer par une relation. * (exemple : canton / communes : quelles sont toutes les communes dans un département observé? ) La mise en relation de tables : définit un rapport entre deux tables (également en fonction d un champ commun) Mais n annexe pas les attributs de l une à l autre 6 2

19 Les jointures Les jointures permettent d'établir un rapport (1-1) ou (m-1) entre la destination (qui veut on renseigner) et la source (quelles infos veut on récupérer). (exemple : canton / communes : dans quel département se trouve la commune dont j observe l enregistrement? ) En joignant deux tables, les attributs d une table sont annexés à l autre en fonction d un champ commun aux deux tables les données jointes apparaissent dans la table aux côtés des données d'origine. 7 (les jointures suite) Jointures dynamiques "à la volée" en n'enregistrant que la façon dont les tables sont liées et non pas les données elles-mêmes. («logique») Pour faire une copie permanente («physique») il faut exporter les données 8 Mise en œuvre des relations ou jointures 9 3

20 3 Les sélections 10 Sélections Elles représentent les opérations de base pour l'analyse. Plusieurs méthodes pour y parvenir : 1) Recherche de chaîne de caractères 11 2) Outil de sélection d'entités, en cliquant sur une entité sur la carte. - Si plusieurs entités sont superposées, elles sont toutes sélectionnées. rendre certaines couches non sélectionnables. - sélection par rectangle. Dans la table attributaire de la couche, - en cliquant sur le ou les enregistrements les entités correspondantes sont alors sélectionnées sur la carte. 3) Par requêtes attributaires ou spatiales 12 4

21 1 ) Niveau global Méthodes de sélection : niveaux sélectionner toutes les entités, inverser la sélection ou tout désélectionner sur une couche. tout désélectionner sur toutes les couches en même temps. 13 Sélections emboîtées 2 ) Sélections emboîtées ou non On peut emboîter toute une série de sélections quelque qu en soit l opérateur : Créer une nouvelle sélection (méthode par défaut) Ajouter à la sélection courante Supprimer de la sélection courante Sélectionner dans la sélection courante 14 Les niveaux de sélection sont appelés «Méthode» dans ArcGIS : 15 5

22 4 - Requêtes sémantiques, attributaires 16 Il existe déjà un module de recherche simple permettant de rechercher toutes les entités (de n'importe quelle couche) dont un champ contient une chaîne de caractère donnée. De manière similaire, la fonction "rechercher/remplacer" permet de rechercher les enregistrements d'une table attributaire donnée. Tout ceci offre des possibilités assez restreintes d interroger les données sémantiques 17 Requêtes attributaires Aussi, un module de requête selon les attributs : permet de sélectionner des entités selon des critères beaucoup plus complexes qu une simple comparaison à une chaîne de caractères en écrivant une requête de type SQL (Structured Query Language). «select (quoi) from (source) where (conditions)» Par exemple : SELECT * FROM reseau_l2 WHERE nbchaussées>2 18 6

23 Opérateurs de sélection Définir les couches sur lesquelles porteront les requêtes 19 Rédaction d une requête attributaire Définition des paramètres de la requête attributaires : «sélectionner par attributs» (ArcGis) : couche source (from) Méthode (*, ) Champ Opérateur «critère» valeur Requêtes spatiales 21 7

24 Ce sont également des requêtes répondant à des critères Mais ici, les critères portent sur la position des objets et leurs relations spatiales avec d'autres objets Le logiciel permet de choisir une ou plusieurs couches à sélectionner, un "opérateur spatial" et une couche de référence : 22 Mise en œuvre des requêtes spatiales Définir les couches sur lesquelles porteront les requêtes 23 Syntaxe d une requête spatiale : - source - opérateur spatial (inhérent au type de source) - couche de condition (critère) - tolérance (unités) 24 8

25 Opérateurs spatiaux des requêtes spatiales Quelques exemples dont la formalisation reprend ce principe graphique : 25 Intersection Quelles routes intersectent telle rivière? Quelles lignes électriques passent en partie dans un département? Quelles chefferies sont présentes au moins en partie dans un département? etc 26 Contiennent complètement Quels communes possèdent un terrain de sport? Quels villages possèdent au moins une antenne GSM? etc 27 9

26 Partagent un segment de ligne avec Quelles routes bordent telle rivière? Quelles lignes électriques suivent la route départementale 32? etc Devenir des sélections Les objets sélectionnés apparaissent avec un symbole spécifique (par couche ou table) On peut à partir de cette sélection : ne faire apparaître que les enregistrements sélectionnés dans une table. zoomer sur la sélection, pour une couche donnée. Créer une nouvelle couche, à partir des entités sélectionnées, Calculer une valeur de champ, et bien d autres choses encore 29 10

27 Systèmes d Information Géographique Cohérences géométriques J.Boulier UMR Géographie-cités CNRS Université Paris 1 Université Paris 7 1- Pourquoi en parler? 2 Quel contexte nécessite cette réflexion? Cohérence entre des informations de sources différentes,(géologie, foresterie, infrastructures routières, ) De temporalités différentes, ( ,..) De supports différents (papier, photos, ) Définition de «cohérence géométrique»? En se basant sur l exemple d images géométriquement cohérentes, le problème est facile à comprendre : - Les images se superposent et un point représente la même chose sur l autre image Cela sous entend un certain nombre de conditions : Nombre de Lignes et colonnes, Unité de mesure Projection, coordonnées du premier pixel 3 1

28 Géoréférencer ou rectifier? géoréfèrencer : on attribue des coordonnées cartographiques à une couche sans en modifier la forme rectifier (redresser, ) : on déforme les objets à l'aide de fonctions mathématiques «warp», «déformation», Projections, coordonnées : quelques rappels de définitions 5 Systèmes de coordonnées Un système de coordonnées comprend plusieurs éléments: la projection utilisée (UTM par ex.) le système d unités (mètres, pieds) l ellipsoïde de référence la position d origine (fausse origine, coordonnée arbitraire) X = Méridien central du fuseau Y = Équateur les caractéristiques du réseau géodésique 6 2

29 Coordonnées géographiques «globales et universelles» longitude - latitude Géoréférences continues de base. Elles sont universelles, donc tout point situé à la surface de la Terre a une paire de coordonnées unique. appel à des calculs d'angles dans un espace à trois dimensions. implique des calculs de trigonométrie sphérique relativement complexes. D'où l'intérêt de travailler avec des coordonnées planes dans un système cartésien (coordonnées x, y dans le plan). 7 Coordonnées planes cartographiques ou projetées permettent d'établir une correspondance mathématique entre les coordonnées géographiques et divers systèmes de coordonnées planes Coordonnées utilisées pour traduire en «mètres» les coordonnées géographiques, - à partir d un point de référence qui est l origine de la projection que l on utilise. 8 Coordonnées planes (2) les coordonnées planes ou cartographiques relatives : coordonnées locales chaque lieu peut avoir des coordonnées différentes si l'on change la projection plusieurs lieux sur la planète peuvent avoir les mêmes coordonnées, sauf si l'on utilise un système de repérage global. projection 9 3

30 Coordonnées planes (3) Projection : - projections pour représenter les coordonnées sphériques dans un espace à deux dimensions. - passage des coordonnées géographiques aux coordonnées planes (ex : coordonnées UTM). «Déprojection» : - passage des coordonnées planes aux coordonnées géographiques. Attention, dans ces aller-retour entre projections, aucune projection n est tout à fait satisfaisante, 10 Coordonnées cartésiennes géocentriques (X,Y,Z) relatives aux 3 axes d'un repère ayant son origine au centre des masses de la Terre. utilisées, par exemple, comme intermédiaire lors de calculs de changements de systèmes géodésiques de références Géoréférencer 12 4

31 géoréfèrencer une image raster «tif» (par exemple) attribuer des informations qui permettent de localiser tout pixels de l image dans un référentiel choisi Fichiers «worldfile» : *.tifw ou *.bmpw» 20.00» 0.00» 0.00» » » Géoréférencement : exemple des projections sous ArcGIS Déterminer le système de projection des données (ou changer de projection) 2 cas de figure : Les données sont en degrés décimaux Les données sont dans une autre unité que les degrés décimaux 14 Les données en degrés décimaux définir le système de projection d'une vue que si les unités de mesure des données spatiales sont des degrés décimaux système de coordonnées sphérique non projeté par définition Ces données peuvent par conséquent être représentées selon n'importe quelle projection dans Arcmap. Le système de projection utilisé par une vue est défini dans la boîte de dialogue Propriétés du bloc de données. 15 5

32 16 Les données ne sont pas en degrés décimaux exprimées dans d'autres unités de mesure cartographique?? appartiennent à un système de coordonnées déjà projetées. reflètent encore la projection source (numérisation), ou ont été transformées en une nouvelle projection?? On ne peut plus choisir d'autre système de projection simplement (bloc de données/propriétés) Conseil : Un BLOC = une projection!! 17 Définir un système de projection personnalisé Possibilité de Création d un fichier de projections personnalisé (default.prj personnalisé) Où chaque ligne = un paramètre d une projection. - (Tous les paramètres ne sont pas nécessaires pour toutes les projections) Name Description Ellipsoid FalseEasting FalseNorthing Lambda0 : indique la longitude de référence Phi0 : méridien central Phi1, Phi2 : seconds parallèles standards PhiS : le parallèle standard etc. 18 6

33 4 - Transformations géométriques globales - principes- 19 Positionnement du problème chaque couche d information spatiale a une géométrie particulière liée au mode d acquisition de la donnée nécessaire lors de distorsions géométriques ou plus simplement de projection et d'orientation sont indispensables. souples, donc adaptables aux modifications désirées, et performantes. 20 Rectification des couches vectorielles La rectification d'une couche vecteur comporte les étapes suivantes : choix de la projection, des unités définition des paramètres géométriques de déformation (fonction polynomiale, projection, ), densification des arcs (éventuellement), projection des objets (points, lignes, surfaces) reconstruction de la topologie 21 7

34 Rectification des couches raster Pourquoi distinguer le mode matriciel? complexité supérieure Pour une image raster, la procédure est similaire: choix de la projection, du référentiel géodésique, des unités, définition des paramètres géométriques (fonction polynomiale) définition de la nouvelle grille (résolution, nombre de lignes/colonnes, étendue) + calcul des nouvelles valeurs (rééchantillonnage) 22 Exemple de déformations en imagerie satellitaire Modélisation des déformations déterminer une relation mathématique (modèles de déformation) entre les coordonnées brutes (source, «FROM») et les coordonnées dans le système de référence utilisé (cible, «TO») reconstruire la grille résultante pixel par pixel à partir : - des valeurs de la grille originelle, - des caractéristiques de positionnement et - de taille des pixels, à l'aide d'une double fonction de transformation. Effet de ces corrections géométriques = déformation sur une surface malléable, (représentant la grille originelle), - par pression ou élongation, telle que étirement, rotation, déformations de la surface en différents endroits, etc. 24 8

35 Etapes de la (re)construction des images La transformation géométrique s'effectue en deux étapes bien distinctes: l'estimation de la double fonction de transformation à partir d'une série de points de contrôle (amers) ; ie. Prise en compte des X et Y des amers de manière concomitante la construction de la grille résultante pixel par pixel (étape de rééchantillonnage). 25 Étape 1 : Estimation de la double fonction de transformation T : transformation à obtenir Idée = Si on peut localiser à la fois dans le système de coordonnées de la grille originelle et de la grille de référence une série d'objets ponctuels, alors il est possible d'exprimer numériquement la transformation qui convertit la position de ces objets d'un système de coordonnées dans l'autre. décrit la position des centres des pixels de l'image originelle en fonction de celle des centres des pixels de l'image résultante. 26 définie par la paire de fonctions suivantes (relation entre la position en x et en y des pixels) : - x'= f1 (x, Y) - y'= f2 (x, y) - où x'et y' sont les coordonnées colonne et ligne des pixels dans l'image originelle, x et y les coordonnées colonne et ligne des pixels dans l'image de référence, L'estimation des coefficients habituellement réalisée par les moindres carrés et appliquée sur une série de points de contrôle ou amers localisés dans les deux grilles. 27 9

36 Pourquoi une estimation statistique? par la difficulté de localiser précisément des objets ponctuels dans les deux images, difficulté liée à la résolution spatiale des pixels et à l'identification incertaine de certains objets, ainsi que par la volonté de modéliser aussi simplement que possible la transformation à opérer. 28 Complexité du modèle de transformation lié à la fois : - à la précision de la restitution spatiale désirée (cf.. taille des pixels), - à la nature de la transformation à opérer. Le niveau de complexité est défini par le degré du polynôme des fonctions f1 et f2. 29 Distorsions géométriques irrégulières : degrés supérieurs! fonction du deuxième, troisième degré (ou supérieur) Ainsi, une transformation non linéaire du deuxième degré a la forme suivante : x'= a0 + a1x + a2y + a3xy a4x 2 + a5y2 y'= b0 + b1x + b2y + b3xy b4x 2 + b5y2 deuxième degré => six coefficients, dix au troisième degré, etc L'accroissement du degré des polynômes => augmentation rapide du nombre de coefficients ai et bi à estimer

37 Nombre d'amers supérieur à celui des coefficients, afin de réduire les imprécisions de localisation de ces points de contrôle. Si le nombre de points est juste suffisant, les polynômes estimés passeront par les points utilisés mais que se passera-t-il entre ces points??? 31 Choix des amers (points d appui) nécessaires au calcul du modèle de déformation Un point d appui est défini par ses coordonnées images (p,q) et ses coordonnées «terrain» (X,Y,Z). Si on ne connaît pas Z, le point sera défini par les couples (p,q ; X,Y). suivre un certain nombre de règles 32 Pour garantir l obtention de polynômes valables sur toute l image et peu sensibles aux erreurs : Double de points que celui nécessaire Répartition homogène dans l image brute ; La qualité du modèle et de la correction dépendent du choix des points d appui 33 11

38 La vérification de la qualité d'ajustement du modèle analyse de la transformation effectuée sur les amers, (seuls éléments de contrôle), étude des résidus ou des erreurs. GLOBALEMENT (différence moyenne sur l'ensemble des points de contrôle satisfaisante, différences entre position mesurée et estimée des amers suffisamment faibles alors on peut procéder à la transformation de la grille originelle. 34 Étape 2 : Construction de la grille numérique résultante Résumé de l épisode précédent : la localisation des pixels dans le nouveau système est calculée (ajustement statistique) et appliquée à chacun des pixels ) 35 par affectation de valeurs thématiques à ces pixels; appelée étape de rééchantillonnage (augmentation ou la réduction de la taille des pixels) possible de produire une variété de grilles dont la taille des pixels est différente. Les équations de transformation sont appliquées systématiquement à tous les pixels de cette grille

39 Construction de la grille (3) Les coordonnées estimées = rarement des valeurs entières, 37 problème de la valeur thématique à assigner à ces nouveaux pixels : rééchantillonnage Différentes techniques sont proposées pour estimer la valeur thématique à affecter, elles sont dépendantes de la nature de la distribution spatiale du phénomène. 38 Distribution spatiale discrète Les valeurs thématiques exprimant des catégories celles affectées aux pixels de la grille à produire ne pourront qu'appartenir à l'ensemble des valeurs entières existantes dans la grille originelle. La règle la plus raisonnable : assigner au nouveau pixel considéré la valeur thématique du pixel le plus proche dans la grille originelle. plus proche voisin, 39 13

40 Distribution spatiale continue Pour ce type de distribution, un nombre plus important de techniques de rééchantillonnage est à disposition. Outre la technique du plus proche voisin, la valeur du nouveau pixel peut être fonction des pixels voisins. Deux techniques plus particulièrement utilisées : l'interpolation linéaire et l'interpolation cubique.. 40 Interpolation linéaire Le voisinage considéré dans cette technique est composé de quatre pixels Vi à V4 les plus proches de P. estimation = basée sur celle de ces quatre pixels voisins pondérée par leur proximité respective à P. 41 Interpolation cubique fait intervenir une fonction cubique dans le processus d'estimation de la valeur des nouveaux pixels P. Voisinage composé des 16 pixels les plus proches de P

41 illustration 43 Le choix d'une méthode de rééchantillonnage sur le niveau de qualité de l'image à produire La technique du plus proche voisin est : la moins gourmande en temps de traitement, mais précision de localisation variable (plus ou moins la moitié de la taille du pixel). Toutefois, dans certains cas, cette technique de rééchantillonnage est la seule adéquate = n'altère pas les valeurs originelles. 44 Cubique : ajoute un certain contraste à l'image originelle. objets linéaires = continuité beaucoup plus grande.(pas «d escalier») caractéristiques importantes : lignes de crête, talwegs, qualités MAIS temps de calcul!! - calcul de cinq expressions -plus complexes-, contre une seule dans les deux autres techniques 45 15

42 C est bien beau tout ça, mais sous ArcGIS alors??? 46 OUTILS nécessaires? ArcMAp Affichage / Barre d outils Géoréférencement 47 Préparer la «VUE» de référence (exemple routes) et la couche à modifier (ici SCAN50) 48 16

43 Placement approximatif de l image non recalée.. 49 on peut toujours revenir à l état initial de la «vue» 50 D20, N566, A36 : un premier repère sur l image 51 17

44 idem sur le vecteur de référence 52 mise en correspondance des points amers Par ajustement automatique des couches au fur et à mesure des choix des amers : 53 Visualisation de la table des amers 54 18

45 55 identifier, zoomer pour mieux repérer 56 ou ajout de thèmes pour favoriser le choix des amers..et toujours Commencer par saisir les Références («TO») 57 19

46 Fusion d entités, agrégations : selon une valeur d attribut Exemple : reconstituer des cantons à partir des communes Attention au devenir des champs existants - Clé? - Champs conservés? Si oui - Opérateurs? (dernier, premier, moyenne, somme) attention aux stocks/ ratios Exemple 3 : densités de population et infrastructures 27 9

Glossaire. base de données géographiques Voir géodatabase (GDB).

Glossaire. base de données géographiques Voir géodatabase (GDB). Glossaire analyse Processus d identification d une question ou d un problème à résoudre, de modélisation de ce problème, de recherche des résultats de modélisation, d interprétation des résultats, d élaboration

Plus en détail

ArcGIS Manuel de formation

ArcGIS Manuel de formation ArcGIS Manuel de formation Présentation générale de la gamme ArcGIS V1.1 avril 2004 Sommaire Introduction Le système ArcGIS Les données utilisables ArcGIS desktop Les modules complémentaires Introduction

Plus en détail

Qu est-ce que ArcGIS?

Qu est-ce que ArcGIS? 2 Qu est-ce que ArcGIS? LE SIG ÉVOLUE Depuis de nombreuses années, la technologie SIG améliore la communication, la collaboration et la prise de décision, la gestion des ressources et des infrastructures,

Plus en détail

Rapport de mission de formation SIG Au Niger du 03 au 14 novembre 2008

Rapport de mission de formation SIG Au Niger du 03 au 14 novembre 2008 COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL SECRETARIAT EXECUTIF ------------------ PROGRAMME REGIONAL D APPUI

Plus en détail

Gérer les représentations dans ArcGIS. Copyright 2007 ESRI France Tous droits réservés

Gérer les représentations dans ArcGIS. Copyright 2007 ESRI France Tous droits réservés Gérer les représentations dans ArcGIS 10-2 Résumé du chapitre Qu est ce qu une représentation? Que pouvez vous faire avec les représentations? Intérêt des représentations Pré requis Eléments d une représentation

Plus en détail

Les Géodatabases en 9.2

Les Géodatabases en 9.2 Les Géodatabases en 9.2 Session Technique Géodatabase 9.2 Versailles SIG 2007 Nouveautés dans les Géodatabases Géodatabase adaptée À la taille de l entreprise À l architecture déployée Aux processus de

Plus en détail

Réaliser un atlas cartographique

Réaliser un atlas cartographique Réaliser un atlas cartographique Salle de classe SIG 2011 Exercice : Création d un atlas cartographique Temps estimé: 30 minutes La mise en page des cartes est un élément essentiel des SIG, la version

Plus en détail

Support de cours ARGIS 9.xx

Support de cours ARGIS 9.xx Support de cours ARGIS 9.xx Emmanuel Bonnet Université de Lille1 1 Découverte du logiciel et appropriation du vocabulaire ESRI Quelques mots sur le logiciel et ses versions antérieures! " #!!!!!! $%&!'!!

Plus en détail

Support de TD ArcGIS 10.1. Introduction à l automatisation et au développement avec ArcGIS 10.1 JEAN-MARC GILLIOT 2014-2015. 3 e année ingénieur

Support de TD ArcGIS 10.1. Introduction à l automatisation et au développement avec ArcGIS 10.1 JEAN-MARC GILLIOT 2014-2015. 3 e année ingénieur JEAN-MARC GILLIOT 2014-2015 Durée 1,5 heures Introduction à l automatisation et au développement avec ArcGIS 10.1 3 e année ingénieur Support de TD ArcGIS 10.1 Grande école européenne d'ingénieurs et de

Plus en détail

«SIG et archéologie, Initiation» Master Pro 2 d archéologie, 2008 Logiciel ArcView

«SIG et archéologie, Initiation» Master Pro 2 d archéologie, 2008 Logiciel ArcView «SIG et archéologie, Initiation» Master Pro 2 d archéologie, 2008 Logiciel ArcView Olivier Barge, Emmanuelle Régagnon, Séverine Sanz Maison de l Orient et de la Méditerranée Que sont les SIG? Les SIG sont

Plus en détail

Dossier I Découverte de Base d Open Office

Dossier I Découverte de Base d Open Office ETUDE D UN SYSTEME DE GESTION DE BASE DE DONNEES RELATIONNELLES Définition : Un SGBD est un logiciel de gestion des données fournissant des méthodes d accès aux informations. Un SGBDR permet de décrire

Plus en détail

1 - Procédure pour géoréférencer une image dans un Système de Coordonnées de Référence, mise en projection

1 - Procédure pour géoréférencer une image dans un Système de Coordonnées de Référence, mise en projection 1 - Procédure pour géoréférencer une image dans un Système de Coordonnées de Référence, mise en projection Utilisation du projet Portel georef fotos.rvc Lancement de la procédure d édition d un géoréférencement

Plus en détail

Création d un catalogue en ligne

Création d un catalogue en ligne 5 Création d un catalogue en ligne Au sommaire de ce chapitre Fonctionnement théorique Définition de jeux d enregistrements Insertion de contenu dynamique Aperçu des données Finalisation de la page de

Plus en détail

Découverte de l ordinateur. Explorer l ordinateur et gérer ses fichiers

Découverte de l ordinateur. Explorer l ordinateur et gérer ses fichiers Découverte de l ordinateur Explorer l ordinateur et gérer ses fichiers SOMMAIRE I L ORDINATEUR ET L EXPLORATEUR... 3 1.1 : PRESENTATION ET GENERALITES... 3 1.2 : CONNAÎTRE LES PROPRIETES D UN ELEMENT...

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X

Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X 3 Création de pages dynamiques courantes Dans le chapitre précédent, nous avons installé et configuré tous les éléments indispensables à la mise en œuvre d une

Plus en détail

Poitou-Charentes. Qu est-ce qu une carte dynamique? Quels outils autour de la carte dynamique? Consulter une carte dynamique

Poitou-Charentes. Qu est-ce qu une carte dynamique? Quels outils autour de la carte dynamique? Consulter une carte dynamique A la source de l information géographique Consulter une carte dynamique Pour les conseils et astuces : Suivez le guide Qu est-ce qu une carte dynamique? C est un module cartographique qui permet de visualiser

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

TD : Géoréférencer une image (QGIS) Thématique parcellaire agricole

TD : Géoréférencer une image (QGIS) Thématique parcellaire agricole http://www.sigea.educagri.fr http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ TD : Géoréférencer une image (QGIS) Thématique parcellaire agricole Temps de réalisation : 1 heure. Pré-requis : Environnement

Plus en détail

ArcGIS Engine. ArcGIS Explorer. ArcGIS Server

ArcGIS Engine. ArcGIS Explorer. ArcGIS Server SALLE DE CLASSE - SIG 2008 Présentation du versionnement, mises à jour multimulti-utilisateurs et gestion de l historique dans ArcGIS Server (ArcSDE) Objectif de cette salle de Classe Décrire l utilisation

Plus en détail

La géodatabase pour les nuls

La géodatabase pour les nuls La géodatabase pour les nuls Salle de classe SIG 2011 2 Exercice 1 : Construire une Géodatabase et intégrer des données Temps estimé: 40 minutes Dans cet exercice, vous allez construire une Géodatabase

Plus en détail

Mise en œuvre d un Site Sharepoint-V1

Mise en œuvre d un Site Sharepoint-V1 Mise en œuvre d un Site Sharepoint- MAJ 20/01/2015 Ce document décrit le paramétrage pour la mise en œuvre des fonctionnalités standard de Microsoft SharePoint 2013 NADAP et SharePoint NADAP ( Nouvelle

Plus en détail

https://iga.ujf-grenoble.fr/presentation/cermosem/formation/formations-sig

https://iga.ujf-grenoble.fr/presentation/cermosem/formation/formations-sig Formations aux Systèmes d Information Géographique (SIG) Initiation et perfectionnement Mise en application sur les logiciels ArcGIS, MapInfo et QGis Màj. : sept. 2014. È Objectifs : acquérir les connaissances

Plus en détail

Génie logiciel Configuration et déploiement

Génie logiciel Configuration et déploiement Génie logiciel Configuration et déploiement SPE4 - ESI 1 Configuration et déploiement Rôle Logiciel d installation d application Importance Critique : doit accompagner tout développement Outils de développement

Plus en détail

Didacticiel d'exécution d'outils avec ModelBuilder

Didacticiel d'exécution d'outils avec ModelBuilder Didacticiel d'exécution d'outils avec ModelBuilder Copyright 1995-2012 Esri All rights reserved. Table of Contents Didacticiel : exécution d'outils dans ModelBuilder...................... 0 Copyright 1995-2012

Plus en détail

SIG : définition. L information géographique contient : - la forme et la localisation de l objet localisé, sous forme graphique.

SIG : définition. L information géographique contient : - la forme et la localisation de l objet localisé, sous forme graphique. I- Qu est ce qu un SIG? SIG : Système d Information Géographique Un SIG est un outil informatisé capable de créer, transformer, afficher, analyser et stocker de l information géographique. Il permet d'organiser

Plus en détail

Explorer Google Earth: Données GPS, cartographie KML des données du recensement, géocodage et géoréférencement d images.

Explorer Google Earth: Données GPS, cartographie KML des données du recensement, géocodage et géoréférencement d images. Explorer Google Earth: Données GPS, cartographie KML des données du recensement, géocodage et géoréférencement d images. Partie 1: Intégrer des relevés GPS dans Google Earth ( ~12 min) Dans cette section,

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION DES OUTILS DU «Gis Portal»

MANUEL D UTILISATION DES OUTILS DU «Gis Portal» MANUEL D UTILISATION DES OUTILS DU «Gis Portal» Information Site et Patrimoine Novembre 2014 Table of Contents 1 Introduction... 3 2 Aide... 3 3 Interface... 3 4 Navigation... 5 5 Recherche... 5 6 Ajout

Plus en détail

ArcGIS. for Mobile. Comprendre notre monde

ArcGIS. for Mobile. Comprendre notre monde ArcGIS for Mobile Comprendre notre monde Accroître l efficacité des équipes mobiles Qu est-ce qu un SIG nomade? La technologie SIG (système d information géographique) mobile étend le SIG au-delà de l

Plus en détail

Découverte du logiciel ordinateur TI-n spire / TI-n spire CAS

Découverte du logiciel ordinateur TI-n spire / TI-n spire CAS Découverte du logiciel ordinateur TI-n spire / TI-n spire CAS Mémento Ouvrir TI-Nspire CAS. Voici la barre d outils : L insertion d une page, d une activité, d une page où l application est choisie, pourra

Plus en détail

Module d échange de données INTERLIS v1.0 GeoConcept Manuel d'utilisation

Module d échange de données INTERLIS v1.0 GeoConcept Manuel d'utilisation Module d échange de données INTERLIS v1.0 GeoConcept Manuel d'utilisation Interlis V1.0 - GC version 5.0 Table des matières TABLE DES MATIERES...1 1. INTRODUCTION...2 1.1 OBJECTIF...2 1.2 PRINCIPE...2

Plus en détail

Infogéo68 : Guide utilisateur

Infogéo68 : Guide utilisateur Infogéo68 : Guide utilisateur V3 Juillet 2015 1 Organisation d Infogéo68... 2 2 Le portail... 2 2.1 Accueil... 2 2.2 Cartothèque... 3 2.3 Métadonnées... 6 3 L application cartographique... 7 3.1 Organisation...

Plus en détail

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés L IFN vient de mettre en ligne une nouvelle version de son site Internet contenant encore plus d informations, disponibles en téléchargement gratuit. Nouveautés Le site Internet de l IFN : une mine de

Plus en détail

Tutoriel ActivInspire

Tutoriel ActivInspire Le logiciel ActivInspire est un logiciel pour Tableau Blanc Interactif (TBI) de la marque Promethean. Le logiciel peut être installé dans la salle de classe et sur le poste personnel de l enseignant lorsque

Plus en détail

SOUMISSION WEB MANUEL D UTILISATION

SOUMISSION WEB MANUEL D UTILISATION 11/03/11 Version 3 SOUMISSION WEB MANUEL D UTILISATION Conventions utilisées dans le manuel... 1 Introduction... 3 Rôle de l application... 3 Accès à l application... 4 Accès à partir de l imprimante Print2C...

Plus en détail

Your Detecting Connection. Manuel de l utilisateur. support@xchange2.net

Your Detecting Connection. Manuel de l utilisateur. support@xchange2.net Your Detecting Connection Manuel de l utilisateur support@xchange2.net 4901-0128-5 ii Table des matières Table des matières Installation... 4 Conditions d utilisation de XChange 2...4 Définir vos Préférences

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

LR3 Module Bibliothèque

LR3 Module Bibliothèque Panneau gauche Concernant la Gestion des Catalogues,les Préférences,les fonctions d Importation, voir les documents dédiés Barre de progression : Lors d une opération effectuée par le logiciel, une barre

Plus en détail

MANUEL DE FORMATION DE CONVERSION EN BASES DE DONNÉES

MANUEL DE FORMATION DE CONVERSION EN BASES DE DONNÉES MANUEL DE FORMATION DE CONVERSION EN BASES DE DONNÉES VERSION 6.03 1, rue de la Martinerie 78610 LE PERRAY EN YVELINES SUPPORT TECHNIQUE Tél. : +33-(02).99.73.52.06 Adresse e-mail : support@euroid.fr Site

Plus en détail

Je sais utiliser. Logiciel gratuit de gestion des photos. Étude en 5 parties

Je sais utiliser. Logiciel gratuit de gestion des photos. Étude en 5 parties Je sais utiliser Logiciel gratuit de gestion des photos Les modules ci-contre ont été élaborés lors de la sortie de Picasa 3,6 (avril 2010) Des modifications ont été apportées par les versions suivantes

Plus en détail

GEOLOCALISATION DES PRODUITS PANORAMA DES ENVIRONS

GEOLOCALISATION DES PRODUITS PANORAMA DES ENVIRONS GEOLOCALISATION DES PRODUITS PANORAMA DES ENVIRONS Cette extension du programme «VisualQie Entreprise» vous permet des visualisations graphiques immédiates de la situation géographique de tous vos produits

Plus en détail

Réalisation d une Interface Utilisateur

Réalisation d une Interface Utilisateur Réalisation d une Interface Utilisateur Pour manipuler facilement les données enregistrées dans une base de données, il est nécessaire de cacher leur implantation technique dans les tables et d offrir

Plus en détail

Une ergonomie intuitive

Une ergonomie intuitive Une ergonomie intuitive Les solutions de la ligne PME offrent une interface de travail proche des usages quotidiens en informatique. Leur ergonomie intuitive facilite la prise en main du logiciel. Une

Plus en détail

Mode d emploi pour l extracteur de données du CRAE

Mode d emploi pour l extracteur de données du CRAE Mode d emploi pour l extracteur de données du CRAE L extracteur de données est accessible au-travers du guichet cartographique EauInfo, à l adresse http://etat.geneve.ch/geoportail/eauinfo/ Ce guichet

Plus en détail

Access et Org.Base : mêmes objectifs? Description du thème : Création de grilles d écran pour une école de conduite.

Access et Org.Base : mêmes objectifs? Description du thème : Création de grilles d écran pour une école de conduite. Access et Org.Base : mêmes objectifs? Description du thème : Création de grilles d écran pour une école de conduite. Mots-clés : Niveau : Bases de données relationnelles, Open Office, champs, relations,

Plus en détail

Publier des données sur le Web

Publier des données sur le Web Publier des données sur le Web Introduction Microsoft Excel fournit les outils dont vous avez besoin pour créer et enregistrer votre classeur sous forme d une page web et le publier sur le Web. La commande

Plus en détail

LE TRAITEMENT DE TEXTE

LE TRAITEMENT DE TEXTE LE TRAITEMENT DE TEXTE A partir de la version 5 de spaiectacle, le traitement de texte est totalement intégré à l application. Au-delà de la simplification quant à la manipulation de ce module, c est également

Plus en détail

GED MARKETING. Page 1 sur 18

GED MARKETING. Page 1 sur 18 GED MARKETING I. Présentation du produit... 2 II. Page principale de l application... 3 L arbre... 3 Le menu... 4 La fenêtre de navigation... 4 III. La recherche de documents... 4 Rechercher tous les documents...

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire La Clé informatique Formation Access XP Aide-mémoire Septembre 2003 Définitions de termes Base de données : Se compare à un énorme classeur ayant plusieurs tiroirs où chacun d eux contient des informations

Plus en détail

Fiches Outil Acces Sommaire

Fiches Outil Acces Sommaire Fiches Outil Acces Sommaire Fiche Outil Access n 1 :... 2 Le vocabulaire d Access... 2 Fiche Outil Access n 2 :... 4 Créer une table dans la base... 4 Fiche Outil Access n 3 :... 6 Saisir et modifier des

Plus en détail

Tutoriel GéoIDE Carto avancé

Tutoriel GéoIDE Carto avancé Tutoriel GéoIDE Carto avancé Vue générale d une carte dynamique élaborée avec GéoIDE Carto : Visualiser l emprise de la carte. Outil personnalisé de localisation. Centre et zoom sur la sélection. Les critères

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

L. Granjon, E. Le Goff, A. Millereux, L. Saligny MSH Dijon

L. Granjon, E. Le Goff, A. Millereux, L. Saligny MSH Dijon Le projet d un GeoCatalogue CArGOS CAtalogue de données GéOgraphiques pour les Sciences humaines et sociales http://cargos.tge-adonis.fr GeoSource.7 Présentation de l application Qu est-ce que CArGOS?

Plus en détail

Figure 6.3: Possibilité d exprimer son talent

Figure 6.3: Possibilité d exprimer son talent SÉANCE 6 Création de schémas 6.1 Présentation du logiciel «Draw» est un logiciel de dessin vectoriel et de PAO (Publication Assistée par Ordinateur). Avec ce logiciel, il vous est possible de créer divers

Plus en détail

Le langage PHP permet donc de construire des sites web dynamiques, contrairement au langage HTML, qui donnera toujours la même page web.

Le langage PHP permet donc de construire des sites web dynamiques, contrairement au langage HTML, qui donnera toujours la même page web. Document 1 : client et serveur Les ordinateurs sur lesquels sont stockés les sites web sont appelés des serveurs. Ce sont des machines qui sont dédiées à cet effet : elles sont souvent sans écran et sans

Plus en détail

Quoi de neuf dans Optymo 5.0

Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Notes de lecture : dans ce document, les textes soulignés font référence aux libellés des fenêtres ou aux libellés associés à des boutons d Optymo, les textes en caractères

Plus en détail

SUGARCRM MODULE RAPPORTS

SUGARCRM MODULE RAPPORTS SUGARCRM MODULE RAPPORTS Référence document : SYNOLIA_Support_SugarCRM_Module_Rapports_v1.0.docx Version document : 1.0 Date version : 2 octobre 2012 Etat du document : En cours de rédaction Emetteur/Rédacteur

Plus en détail

Documentation utilisateur FReg.NET

Documentation utilisateur FReg.NET Epitech Documentation utilisateur FReg.NET Document réservé aux utilisateurs souhaitant comprendre rapidement le fonctionnement du logiciel FReg.NET Lago_a, schehl_c, narcis_m, clique_x, tran-p_n 5/14/2010

Plus en détail

Maitriser Cegid Business En situation de formation

Maitriser Cegid Business En situation de formation Maitriser Cegid Business En situation de formation Livret professeur Claude Terrier Edition Casteilla Sommaire Sommaire livret... 1 1. Organisation et méthodologie... 2 11. Préparation de la formation...

Plus en détail

Gesrisk. Tableau de bord de gestion. Logiciel édité par Optimum Conseil. Version 1.4 pour Microsoft Excel

Gesrisk. Tableau de bord de gestion. Logiciel édité par Optimum Conseil. Version 1.4 pour Microsoft Excel Logiciel édité par Optimum Conseil Gesrisk Tableau de bord de gestion Version 1.4 pour Microsoft Excel Copyright 2008-2014 Optimum Conseil page 1 / 14 Introduction Ce document est destiné aux utilisateurs

Plus en détail

ArcGIS Network Analyst :

ArcGIS Network Analyst : ArcGIS Network Analyst : Un exemple d analyse de déplacement sur un réseau routier Salle de classe SIG 2011 Copyright 2011 ESRI WNET- 1 ArcGis Network Analyst: Un exemple d analyse ArcGis Network Analyst:

Plus en détail

Utiliser un tableau de données

Utiliser un tableau de données Utiliser un tableau de données OBJECTIFS : - Définir une Base de Données. - Présentation : tableau de données. - Création d un tableau de données - Gestion d un tableau de données. - Trier et Filtrer des

Plus en détail

Sommaire : I. Introduction

Sommaire : I. Introduction Sommaire : I. Introduction... 1 II. Lancement de PcGalileo :... 2 III. Envoie demande de localisation :... 3 A. Geolocalisation ponctuelle :... 4 B. Géolocalisation séquentielle :... 4 C. Géolocalisation

Plus en détail

CREER ET FORMATER UNE PARTITION DE DISQUE DUR 1 QUE SONT LES PARTITIONS ET LES LECTEURS LOGIQUES? 6

CREER ET FORMATER UNE PARTITION DE DISQUE DUR 1 QUE SONT LES PARTITIONS ET LES LECTEURS LOGIQUES? 6 Table des matières. CREER ET FORMATER UNE PARTITION DE DISQUE DUR 1 QUE SONT LES PARTITIONS ET LES LECTEURS LOGIQUES? 6 QUE SONT LES DISQUES DE BASE ET LES DISQUES DYNAMIQUES? 6 FORMATAGE DES DISQUES ET

Plus en détail

Aide-mémoire: outil d'évaluation en ligne NET-Metrix-Profile

Aide-mémoire: outil d'évaluation en ligne NET-Metrix-Profile Avant-colonne Aide-mémoire: outil d'évaluation en ligne NET-Metrix-Profile Module d'évaluation Tabulation Cet aide-mémoire présente brièvement les différentes possibilités d évaluation proposées pour le

Plus en détail

ArcGIS. Le Système d Information Géographique Complet

ArcGIS. Le Système d Information Géographique Complet ArcGIS Le Système d Information Géographique Complet ArcGIS Le système d information géographique complet ESRI ArcGIS constitue une suite intégrée de logiciels destinés à la conception du système d information

Plus en détail

1ère année LMD informatique/mathématique, UHL Batna. Module Bureautique. TD n 2 Windows XP

1ère année LMD informatique/mathématique, UHL Batna. Module Bureautique. TD n 2 Windows XP 1 TD n 2 Windows XP 1. Définition Windows est le système d'exploitation fourni par la compagnie Microsoft. Windows XP est un système multiutilisateur et multitâche qui fonctionne sur les micro-ordinateurs

Plus en détail

Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi?

Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi? Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi? Guillaume Fantino CNRS-ENS / Environnement, Villes, Société Observatoire des Sédiments du Rhône Plan: Informations

Plus en détail

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description I. Bases de données Exemples classiques d'applications BD Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Gestion des personnels, étudiants, cours, inscriptions,...

Plus en détail

de survie du chef de projet

de survie du chef de projet KIT de survie du chef de projet 01 1 2 3 4 5 6 04 03 07 07 03 03 LE SERVEUR LE CLIENT TECHNOLOGIE WEB CLIENT LE SERVEUR WEB TECHNIQUES & CADRE DE TRAVAIL APPLICATIONS 101 LE SERVEUR Un serveur informatique

Plus en détail

Fiche descriptive d une unité d enseignement (UE) et de ses éléments constitutifs (ECUE)

Fiche descriptive d une unité d enseignement (UE) et de ses éléments constitutifs (ECUE) Fiche descriptive d une unité d enseignement (UE) et de ses éléments constitutifs (ECUE) Intitulé de l UE Informatique Générale et SIG 2 Nombre des crédits:.. 6.. Code UE : GEOIDE2F1. Université : Mannouba.

Plus en détail

LINQ to SQL. Version 1.1

LINQ to SQL. Version 1.1 LINQ to SQL Version 1.1 2 Chapitre 03 - LINQ to SQL Sommaire 1 Introduction... 3 1.1 Rappels à propos de LINQ... 3 1.2 LINQ to SQL... 3 2 LINQ to SQL... 3 2.1 Importer des tables... 3 2.1.1 Le concepteur

Plus en détail

Tutoriel première utilisation ICEM-CFD. Couche limite et modification du maillage en 2D

Tutoriel première utilisation ICEM-CFD. Couche limite et modification du maillage en 2D Tutoriel première utilisation ICEM-CFD Couche limite et modification du maillage en 2D Création de points, lignes, surfaces, ajout d un trou à la surface pour simuler le comportement de l écoulement autour

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DE LA PLATEFORME D ENVOI DE COURRIELS

GUIDE D UTILISATION DE LA PLATEFORME D ENVOI DE COURRIELS GUIDE D UTILISATION DE LA PLATEFORME D ENVOI DE COURRIELS Table des matières Présentation de la plateforme d envoi de courriels... 4 1- Gestion des contacts... 5 1.1. Base de données... 5 1.1.1- Création

Plus en détail

C2 ATOM Guide de démarrage

C2 ATOM Guide de démarrage C2 ATOM Guide de démarrage Créé par : C2 Innovations Version : 1.0 Dernière modification : 30/03/2015 FOURNISSEUR DE SOLUTIONS COMPLÈTES DE GESTION DE SERVICES FOURNISSEUR DE SOLUTIONS COMPLÈTES DE GESTION

Plus en détail

Matérialiser les données d une BdD : créer une carte de densité de points par maillage

Matérialiser les données d une BdD : créer une carte de densité de points par maillage Matérialiser les données d une BdD : créer une carte de densité de points par maillage «Cet outil permet de créer un maillage régulier de polygones (carrés, rectangles ou nids d'abeille) à partir des entités

Plus en détail

MODE OPERATOIRE OPENOFFICE BASE

MODE OPERATOIRE OPENOFFICE BASE MODE OPERATOIRE OPENOFFICE BASE Openoffice Base est un SGBDR : Système de Gestion de Base de Données Relationnelle. L un des principaux atouts de ce logiciel est de pouvoir gérer de façon efficace et rapide

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 30 mars 2010 Français Original: anglais ECE/CES/2010/15 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Cinquante-huitième

Plus en détail

Manuel d utilisateur BilanKine Version 1.5

Manuel d utilisateur BilanKine Version 1.5 Manuel d utilisateur BilanKine Version 1.5 Manuel d utilisateur BilanKine 2 Table des matières 1 Introduction 3 2 Installation 3 2.1 Sous Windows................................... 3 2.2 Sous Macintosh..................................

Plus en détail

Guide de démarrage rapide avec DataStudio Online Edition

Guide de démarrage rapide avec DataStudio Online Edition Guide de démarrage rapide avec DataStudio Online Edition Introduction Ce document vient en complément des films de démonstration disponibles sur le site web de data. L ETL ETL est un sigle qui signifie

Plus en détail

Saisir et publier les notes

Saisir et publier les notes Saisir et publier les notes Contenu Enregistrement automatique des résultats... 3 Récupération des données non enregistrées... 3 Grille des résultats par évaluation... 5 Saisir les résultats... 6 Télécharger/Imprimer

Plus en détail

Application Gestion de Projets Manuel utilisateur

Application Gestion de Projets Manuel utilisateur Application Gestion de Projets Manuel utilisateur Version 3 - SCE-MEMORIS 2006 1 / 41 SOMMAIRE 1 Introduction 3 1.1 Présentation de l application 3 1.2 Présentation des profils utilisateurs et de leurs

Plus en détail

5.1 Responsabilités du Centre de traitement des demandes de localisation

5.1 Responsabilités du Centre de traitement des demandes de localisation 5 CARTOGRAPHIE 5.1 Responsabilités du Centre de traitement des demandes de localisation Le Centre de traitement des demandes de localisation exploite un système d information utilisant des bases de données

Plus en détail

Mise en place d une politique de gestion des dépendances vertes départementales. SIG 2006 1 Cabinet Pierre GRILLET cabinetpierregrillet@orange.

Mise en place d une politique de gestion des dépendances vertes départementales. SIG 2006 1 Cabinet Pierre GRILLET cabinetpierregrillet@orange. Mise en place d une politique de gestion des dépendances vertes départementales SIG 2006 1 Cabinet Pierre GRILLET Sommaire Introduction : présentation du Cabinet Pierre GRILLET 1. Définition de l étude

Plus en détail

FCA SI2 GUIDE RAPIDE DE L UTILISATEUR

FCA SI2 GUIDE RAPIDE DE L UTILISATEUR FCA SI2 GUIDE RAPIDE DE L UTILISATEUR Introduction...2 1 Démarrage...3 1.1 Se connecter...3 1.2 Mettre à jour son Profil...3 1.3 Fonctionnalités du Système...4 2 Comment faire pour...5 2.1 Naviguer d un

Plus en détail

GUIDE Word (version intermédiaire) Version 2013

GUIDE Word (version intermédiaire) Version 2013 GUIDE Word (version intermédiaire) Version 2013 Table des matières 1. Les rubans... 2 2. Pagination... 4 3. En-tête et pied de page... 4 4. Note de bas de page ou des notes de fin de document... 6 5. Table

Plus en détail

Mise en scène d un modèle dans l espace 3D

Mise en scène d un modèle dans l espace 3D CHAPITRE 3 Mise en scène d un modèle dans l espace 3D Blender permet de construire des espaces à la manière d une scène de théâtre. Pour cela, il présente dès l ouverture tout ce dont on a besoin : un

Plus en détail

ENRICHIR LES DONNEES DE DETAILS ACCEDEES A TRAVERS UN RAPPORT OLAP

ENRICHIR LES DONNEES DE DETAILS ACCEDEES A TRAVERS UN RAPPORT OLAP ENRICHIR LES DONNEES DE DETAILS ACCEDEES A TRAVERS UN RAPPORT OLAP SAS Web Report Studio offre depuis de nombreuses versions la possibilité de visualiser les observations spécifiques à partir des données

Plus en détail

Comment utiliser Votre site web» Table des matières Tableau de bord de Votre site web»...2 Ajouter un fichier média : Images»...6 Guide de démarrage

Comment utiliser Votre site web» Table des matières Tableau de bord de Votre site web»...2 Ajouter un fichier média : Images»...6 Guide de démarrage Comment utiliser Votre site web» Table des matières Tableau de bord de Votre site web»...2 Ajouter un fichier média : Images»...6 Guide de démarrage rapide. Rédiger une page ou un article,»...3 Ajouter

Plus en détail

INITIATION A POWERPOINT

INITIATION A POWERPOINT INITIATION A POWERPOINT P. BESSON OCTOBRE 2000 SOMMAIRE Chap. 1 Découverte de POWERPOINT I. Démarrer Powerpoint 1. Lancement de l application 2. Boite de dialogue de démarrage de Powerpoint II. Structure

Plus en détail

SEANCE 2 : REQUETES DE SELECTION & FORMULAIRES DE CONSULTATION

SEANCE 2 : REQUETES DE SELECTION & FORMULAIRES DE CONSULTATION SEANCE 2 : REQUETES DE SELECTION & FORMULAIRES DE CONSULTATION Année universitaire 20015-2016 Masters Économie Société - Finances Informatique appliquée SGBD Pierre-Henri GOUTTE La requête de sélection

Plus en détail

Présentation du logiciel WiseImage

Présentation du logiciel WiseImage Présentation du logiciel WiseImage Les compétences RasterTech 25 années d expérience dans la numérisation des plans, l archivage numérique et la visualisation, les Armoires à plans et les Planothèques,

Plus en détail

ARCGIS DESKTOP. Qu est-ce que ArcGIS Desktop?

ARCGIS DESKTOP. Qu est-ce que ArcGIS Desktop? ARCGIS DESKTOP Qu est-ce que ArcGIS Desktop? ArcGIS Desktop comprend une suite d applications intégrées : ArcMap, ArcCatalog et ArcToolbox. A l aide de ces trois applications, vous pouvez effectuer toutes

Plus en détail

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE Atelier «pour débuter» La gestion des photos avec Windows 10 1 Généralités sur le jargon de l image numérique Les différents formats d image : une image enregistrée

Plus en détail

DOSSIER D'ACTIVITES SUR LE PHP N 03 Créer une base de données MySQL avec PHPMyAdmin

DOSSIER D'ACTIVITES SUR LE PHP N 03 Créer une base de données MySQL avec PHPMyAdmin DOSSIER D'ACTIVITES SUR LE PHP N 03 Créer une base de données MySQL avec PHPMyAdmin Objectifs : Apprendre à l apprenant à lancer un serveur local «Apache» Apprendre à l'apprenant à lancer un serveur MySQL

Plus en détail

Protéger. Faire découvrir Gérer

Protéger. Faire découvrir Gérer Protéger Faire découvrir Gérer Tutoriel N 1 Les bases pour bien débuter Étape N 1 Créer une base de donnée Étape N 1 Etape N 1 Créer une nouvelle base Voici l interface d accueil du logiciel SERENA. Cette

Plus en détail

1 INTRODUCTION... 3 2 PROCÉDURES D INSTALLATION... 4 3 CONFIGURATION DE CHAMPS... 8 4 CRÉATION DE PLACETTES... 9

1 INTRODUCTION... 3 2 PROCÉDURES D INSTALLATION... 4 3 CONFIGURATION DE CHAMPS... 8 4 CRÉATION DE PLACETTES... 9 GSF SONDAGE VERSION 9.1.6 OUTILS DE CRÉATION DE PLACETTES ET VIRÉES D INVENTAIRES POUR ARCGIS TM SEPTEMBRE 2007 TABLE DES MATIÈRES 1 INTRODUCTION... 3 2 PROCÉDURES D INSTALLATION... 4 2.1 Logiciel et données

Plus en détail

Le modèle de données

Le modèle de données Le modèle de données Introduction : Une fois que l étude des besoins est complétée, deux points importants sont à retenir : Les données du système étudié Les traitements effectués par le système documentaire.

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Analyse Les données contenues dans un système d information géographique décrivent un terrain, et donc permettent d appréhender les

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail