CAHIER DU PARTICIPANT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAHIER DU PARTICIPANT"

Transcription

1 TÊTE PREMIÈRE DANS L ÈRE NUMÉRIQUE CAHIER DU PARTICIPANT L utilité des stratégies numériques pour faciliter le transfert et la mobilisation des connaissances dans le domaine de l intervention et de la prévention psychosociales Sous le thème Tête première dans l ère numérique, cette nouvelle édition de la Grande Rencontre s intéresse aux stratégies numériques qui facilitent le transfert et la mobilisation des connaissances dans le domaine de l intervention et de la prévention psychosociales. Cet événement réunit chercheurs, étudiants et toutes les personnes qui s intéressent au transfert de connaissances et qui, dans le cadre de leur travail, réfléchissent aux questions suivantes : Pourquoi choisir le numérique dans une démarche de transfert de connaissances? Quels sont les défis de l intégration du numérique? Comment mieux l utiliser pour optimiser, faciliter et accélérer l échange, l utilisation et la circulation des savoirs? Quelles tendances actuelles peuvent être inspirantes pour ceux qui désirent transférer des connaissances de nature psychosociale? DATE MARDI 25 OCTOBRE 2016 HORAIRE 8 H 00 À 17 H 00 LIEU CENTRE MONT-ROYAL. 2200, RUE MANSFIELD, MONTRÉAL PARTAGEZ VOS PHOTOS ET DÉCOUVERTES DE LA JOURNÉE SUR TWITTER : #CLIPPGR16

2 PROGRAMME DE LA JOURNÉE HEURE ACTIVITÉS SALLE 8 H 00 ACCUEIL ET VISITE DES EXPOSANTS FOYER 3E ÉTAGE 8 H 45 MOT DE BIENVENUE GILLES DUPUIS ET CATHERINE LORD (CLIPP) CARTIER 9 H 00 CONFÉRENCE D OUVERTURE JACQUELINE DUBÉ ET MAUDE BONENFANT CARTIER 9 H 30 ENTREVUES-VARIÉTÉ LE DUO DE PANÉLISTES : CATHERINE BRIAND ET JUDITH GAUDET CARTIER 10 H 00 PAUSE-CAFÉ ET RÉSEAUTAGE FOYER 3E ÉTAGE 10 H 20 ENTREVUES-VARIÉTÉ LES DUOS DE PANÉLISTES : MAUDE BONENFANT ET SHAWN YOUNG PATRICK ARCHAMBAULT ET MARC-OLIVIER SCHÜLE CARTIER 11 H 25 PÉRIODE DE QUESTIONS 12 H 00 DÎNER-RÉSEAUTAGE ET VISITE DES EXPOSANTS FOYER 3E ÉTAGE 13 H 30 ATELIERS (1 CHOIX PAR PARTICIPANT) CATHY BAZINET TWITTER : UN OUTIL INDISPENSABLE POUR LA VEILLE D INFORMATION LISE RENAUD L ENVIRONNEMENT TECHNOLOGIQUE EN APPUI AU PARTAGE DES E-CONNAISSANCES SYLVAIN ETHIER ET GENEVIÈVE MORIN LA PLACE DU SITE WEB EN TRANSFERT DE CONNAISSANCES PATRICK PLANTE LE JEU SÉRIEUX : UN OUTIL ACCESSIBLE ET LUDIQUE POUR AMÉLIORER LA QUALITÉ DE VIE MICHEL LAFORTUNE ET ÉLIZABETH BROSSEAU LE NUMÉRIQUE: L INNOVATION EN INTERVENTION MANSFIELD 2 INTERNATIONAL 1 INTERNATIONAL 2 MANSFIELD 6 MANSFIELD 5 14 H 45 PAUSE-CAFÉ, RÉSEAUTAGE ET VISITE DES EXPOSANTS FOYER 3E ÉTAGE 15 H 05 ATELIERS (1 CHOIX PAR PARTICIPANT PARMI LES ATELIERS PRÉSENTÉS À 13 H 30) 16 H 30 CONFÉRENCE DE CLÔTURE MARIE-CLAUDE LAGACÉ (CLIPP) CARTIER 16 H 45 COCKTAIL FOYER 3E ÉTAGE

3 MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL (DE JANVIER 2014 À DÉCEMBRE 2016) Le numérique et l utilisation que nous en faisons pour partager et accroître les savoirs n ont pas fini de nous surprendre. Même si nous n en sommes qu aux balbutiements de ce nouveau mode de transfert de connaissances, il peut être intéressant de prendre un peu de recul pour saisir la vitesse de cette transformation. Lorsque j ai commencé ma carrière de professeur à l UQAM en 1989, il n y avait pas d Internet. Mon premier ordinateur portable était un Mac 512 (pour 512 K de mémoire vive!) qui pesait 20 kilos et qui utilisait des disquettes rigides de 800 K. Les étudiants ne m envoyaient pas de courriels : ils me téléphonaient et prenaient rendez-vous! À cette époque, il y avait ordinateurs interconnectés (c.-à-d. qui pouvaient communiquer entre eux) dans le monde. En 1992, il y en avait 1 million. La même année est apparu le «World Wide Web», source de l appellation web d aujourd hui et des trois «www» qui composent maintenant les adresses web. Quelque vingt-deux ans plus tard, soit en 2014, le nombre d ordinateurs interconnectés dépassait le milliard! Nous disposons donc aujourd hui d un outil de communication qui n existait pas il y a de cela une trentaine d années seulement, au même titre que l idée de «transfert de connaissances» (TC). Cette notion était complètement absente à mes débuts en tant que professeur et les chercheurs ne pensaient pas à cet aspect dans le cadre de leur recherche; cela ne faisait tout simplement pas partie de la culture universitaire. En 1979, le Conseil québécois de la recherche sociale (CQRS) a été créé dans le but de contribuer à l amélioration de la santé et du bien-être des Québécois par la recherche en sciences humaines et sociales, par le perfectionnement des chercheurs et des intervenants et par le TC. Le CQRS a mis sur pied, en 1992, un programme pour subventionner des équipes réunissant chercheurs universitaires, chercheurs institutionnels et praticiens. Ce fut le point de départ des initiatives actuelles des fonds de recherche pour encourager le TC. Avec le temps, les chercheurs ont commencé à intégrer le TC à leur demande de subvention ou à la vision d ensemble de leur projet de recherche. Cette volonté de transférer les connaissances étant maintenant davantage intégrée, nous pouvons nous concentrer sur les moyens de le faire. Ayant dorénavant le numérique à notre disposition pour participer à l amélioration des interventions psychosociales, il n en tient qu à nous d en tirer avantage. Puisse cette journée vous aider à mieux respirer dans cet «air» numérique! Gilles Dupuis

4 MOT DE LA PRÉSIDENTE-DIRECTRICE GÉNÉRALE (DEPUIS SEPTEMBRE 2016) Le CLIPP, comme l ensemble des acteurs préoccupés par le transfert de connaissances dans le domaine psychosocial, s interroge vivement sur le rôle du numérique dans son action future. Défis anticipés, enjeux probables, optimisation, questions éthiques, tendances et appréhensions sont autant de matières à réflexion. Les conférenciers de la Grande Rencontre de cette année alimentent cette réflexion à l aide d expériences et de données probantes. Au menu : utilisation de wikis, intervention par texto, intervention ludique, multiplication des plateformes, accélération des collaborations, accroissement des effets et de la portée des connaissances, accès et appropriation des technologies, mais aussi, analyse et compréhension des besoins des populations partenaires et des communautés. Au moment où nos dirigeants s engagent fermement à développer et à maintenir l expertise essentielle pour offrir une prestation contemporaine de services numériques et où chaque citoyen est invité à être partie prenante de la toute première stratégie numérique québécoise, la question n est plus de choisir de se lancer ou non Tête première dans l ère numérique, mais plutôt de savoir comment le faire pour atteindre nos objectifs de transfert et de partage de connaissances. Ensemble, examinons ce nouveau levier qui a le potentiel de faire que la connaissance soit un bien commun, un bien durable et renouvelable, qui compte autant d utilisations, sinon plus, qu il y a d individus sur la planète. Marie Claude Lagacé

5 COMITÉ ORGANISATEUR PRÉSIDENT DU COMITÉ GILLES DUPUIS Président-directeur général, Centre de liaison sur l intervention et la prévention psychosociales (CLIPP) Professeur titulaire, Université du Québec à Montréal (UQÀM) MEMBRE DU COMITÉ LAURIE PRUD HOMME, Directrice des communications et du marketing, CLIPP MARIE-EVE GINGRAS, Directrice de projets, CLIPP CATHERINE LORD, Directrice scientifique, CLIPP NADIA SAIF, Directrice du service de la gestion de l information et des connaissances, CLIPP JOSÉE BEAUDOIN, Vice-présidente innovation et transfert, CEFRIO SYLVAIN ÉTHIER, Fondateur Fun and Gains et consultant en ludification chez Overture Project LOUISE SAUVÉ, Professeure en technologie éducative au Département Éducation de la Télé-université et directrice du Centre d expertise et de recherche sur l apprentissage à vie (SAVIE) CATHERINE BRIAND, Professeure agrégée à l École de réadaptation, Faculté de médecine de l UdeM, chercheuse au Centre de recherche de l Institut universitaire en santé de Montréal, fondatrice et directrice du Centre d études sur la réadaptation, le rétablissement et la réinsertion sociale (CERRIS) PATRICK PLANTE, Directeur R&D au centre de recherche public SAVIE et chercheur postdoctoral à la TÉLUQ

6 DESCRIPTION DES ACTIVITÉS CONFÉRENCE D OUVERTURE USAGE DU NUMÉRIQUE AU QUÉBEC : PRATIQUES ET ENJEUX ACTUELS JOSÉE BEAUDOIN ET MAUDE BONENFANT Où en sont les Québécois dans leur usage du numérique? Quelles sont leurs attentes? Où en sont les institutions du domaine de l intervention et de la prévention psychosociales face au virage numérique? En recherche et en transfert de connaissances, quels sont les enjeux à considérer dans l utilisation du numérique? Pour fournir des réponses à ces interrogations, Josée Beaudoin dressera, dans un premier temps, un portrait des habitudes des individus et des organisations du Québec en regard de leur usage du numérique. Son allocution permettra aussi de bien cerner les défis liés à l appropriation et à l utilisation du numérique. Dans un deuxième temps, la présentation de Maude Bonenfant démystifiera un certain nombre de craintes associées au numérique. Elle fera état des pratiques actuelles en plus de discuter de certains enjeux éthiques dans l utilisation des technologies numériques. ENTREVUES-VARIÉTÉS Le panel du matin se renouvelle! Cette année, la Grande Rencontre du CLIPP vous présente des entrevues-variétés qui mettront en vedette trois duos de professionnels ayant en commun l utilisation de stratégies numériques pour transférer des connaissances et favoriser les meilleures pratiques psychosociales. À la barre de l animation, Catherine Mathys questionnera les invités sur les facteurs d influence dans le choix du numérique comme stratégie de transfert de connaissances, les défis et les limites rencontrés, les facteurs de succès ainsi que les tendances actuelles dans le domaine social.

7 DESCRIPTION DES ACTIVITÉS - LES DUOS DE PANÉLISTES - CATHERINE BRIAND ET JUDITH GAUDET Actives en recherche et évaluation dans le secteur de la santé et des services sociaux, Catherine Briand et Judith Gaudet discuteront des outils utilisés ainsi que des spécificités de l usage du numérique dans le cadre de leurs projets respectifs. En santé, quelle est la plus-value du numérique comme outil de TC? Dans le réseau de la santé, quels sont les défis à anticiper lorsque l on choisit de faire du transfert de connaissances via le numérique? Quels sont les impacts du choix du numérique sur l utilisation des connaissances transférées? MAUDE BONENFANT ET SHAWN YOUNG Tous deux issus du secteur du jeu, Maude Bonenfant et Shawn Young aborderont les effets des technologies numériques sur nos comportements. Cette discussion a pour objectif de mettre en lumière les éléments théoriques et pratiques de l apprentissage par le jeu ainsi que les aspects positifs et négatifs des stratégies de ludification. Quels publics sont visés par les jeux sérieux? Quelle intégration faire avec les données probantes dans le développement des jeux? Ces questions, ainsi que les considérations éthiques à entrevoir dans l utilisation du numérique, seront traitées. PATRICK ARCHAMBAULT ET MARC-OLIVIER SCHÜLE L accessibilité des données probantes concernant les meilleures pratiques en santé, en psychiatrie et en psychoéducation constitue un défi important pour les professionnels et les chercheurs du domaine. Les deux intervenants, à l origine du développement de plateformes d échange sur les pratiques et connaissances en santé, discuteront des aspects techniques liés à la gestion de ces outils. Ils aborderont aussi les processus d utilisation et de bonification du contenu ainsi que les aspects collaboratifs à considérer dans le développement de telles plateformes.

8 DESCRIPTION DES ACTIVITÉS LES 5 ATELIERS (2 CHOIX AU TOTAL PAR PARTICIPANT) TWITTER : UN OUTIL INDISPENSABLE POUR LA VEILLE D INFORMATION CATHY BAZINET Twitter est aujourd hui devenu un outil indispensable pour la veille d information pour plusieurs professionnels. Cet atelier s adresse aux chercheurs, intervenants et professionnels qui désirent en apprendre davantage sur les fonctionnalités de Twitter. Il propose un tour d horizon des spécificités de la plateforme ainsi que des conseils pratiques pour créer ou améliorer votre veille d information. Les aspects suivants seront abordés : Identité numérique Anatomie de Twitter Création de listes pour optimiser sa veille Tweetdeck : un outil de gestion performant Flipboard : transformer sa veille en magazines! Outils complémentaires de veille et d édition de contenus L ENVIRONNEMENT TECHNOLOGIQUE EN APPUI AU PARTAGE DES E-CONNAISSANCES LISE RENAUD Comment pouvons-nous utiliser les outils numériques efficacement au sein des équipes qui rassemblent des professeurs, des chercheurs, des partenaires et des étudiants? Comment se former sur ces outils afin de maximiser la circulation des connaissances, et éventuellement, favoriser le travail collaboratif dans un contexte où les membres sont géographiquement dispersés? Cet atelier s adresse aux professionnels qui travaillent en partenariat. L atelier vise à vous familiariser avec diverses formes de partage et cerner celles qui répondent le mieux à vos besoins afin que vous puissiez les utiliser dans votre environnement de travail. Les aspects suivants seront abordés : Communication simultanée Gestion de contenu Partage de contenu Captation de l information

9 DESCRIPTION DES ACTIVITÉS LA PLACE DU SITE WEB EN TRANSFERT DE CONNAISSANCES SYLVAIN ETHIER ET GENEVIÈVE MORIN Que vous soyez en train de construire un site web, désireux de le faire ou simplement curieux, l atelier vous permettra d abord de découvrir s il s agit du bon outil pour répondre à vos besoins. Vous verrez ensuite les meilleures pratiques de la conception web en explorant, entre autres, la psychologie des visiteurs. Assistez à l atelier pour en apprendre davantage sur WordPress et ses impacts sur les processus de conception de sites web. Enfin, vous pourrez aussi évaluer la qualité de quelques sites choisis en appliquant vos nouvelles connaissances. LE JEU SÉRIEUX : UN OUTIL ACCESSIBLE ET LUDIQUE POUR AMÉLIORER LA QUALITÉ DE VIE PATRICK PLANTE Plusieurs recherches indiquent que les jeux numériques peuvent améliorer la qualité de vie, le développement cognitif ainsi que faciliter les interactions sociales. Qu est-ce que le jeu sérieux? Le jeu sérieux peut-il servir de médium pour transférer des connaissances scientifiques et si oui, comment pouvons-nous adapter et ludifier ces contenus? Tout en considérant les enjeux éthiques, Patrick Plante nous présentera les étapes de conception d un jeu sérieux ainsi que plusieurs exemples de projets réalisés en collaboration avec des aînés. Vous pourrez expérimenter une plateforme de développement. Cet atelier vous démontrera que la conception de jeu est bien plus simple qu il n y parait! LE NUMÉRIQUE : L INNOVATION EN INTERVENTION MICHEL LAFORTUNE ET ÉLIZABETH BROSSEAU Comment chercheurs et praticiens peuvent-ils collaborer pour coconstruire des outils numériques tout en tenant compte des aspects techniques, des dimensions éthiques et des impacts sur l organisation et les individus? Quelles stratégies de communication privilégier pour maximiser l impact d une campagne numérique? En plus d aborder ces questions à travers une étude de cas portant sur l implantation d un service d intervention par texto auprès des jeunes, l atelier vous permettra d en apprendre davantage sur les processus qui sous-tendent l élaboration d une plateforme numérique d intervention et abordera la pertinence de certains outils en regard des publics ciblés.

10 CONFÉRENCIERS Visitez le pour la biographie complète des conférenciers. CATHERINE MATHYS JOURNALISTE CHARGÉE DE COURS, UQAM Catherine Mathys est journaliste, chroniqueuse et animatrice depuis plus d une douzaine d années. Elle se spécialise dans la couverture et l analyse des transformations technologiques, et aime particulièrement observer notre rapport à la technologie et son impact sur notre quotidien. On peut l entendre le samedi à ICI Radio-Canada Première à l émission La sphère. Catherine Mathys est également chargée de cours à l UQAM. PATRICK ARCHAMBAULT CHERCHEUR BOURSIER CLINICIEN PROFESSEUR ADJOINT, UNIVERSITÉ LAVAL Patrick Archambault travaille depuis 2008 comme urgentologue, intensiviste et chercheur clinicien au sein du CISSS Chaudière-Appalaches (Hôtel-Dieu de Lévis). En 2012, il a obtenu une bourse de carrière chercheur boursier clinicien junior 1 du FRQS. L objectif principal de sa recherche est d évaluer l impact d un wiki utilisé comme outil de transfert de connaissances sur la qualité des soins administrés à l urgence et en soins critiques. Il mène actuellement différents projets correspondant au potentiel de cette technologie innovatrice basée sur le partage et l accès libre de l information. CATHY BAZINET FONDATRICE ET ÉDITRICE, E-SANTÉ COMMUNICATION Fondatrice et éditrice du site e-santé communication, Cathy Bazinet est journaliste de formation. Elle travaille en communication santé depuis près de 20 ans et étudie à la maîtrise sur l autopathographie et le web social à l UQAM. Cathy Bazinet a publié des articles et un chapitre de livre sur différents enjeux liés à la e-santé. Elle a présenté des conférences sur les usages de l Internet en santé et offert des formations sur l utilisation de Twitter dans un contexte professionnel.

11 CONFÉRENCIERS MAUDE BONENFANT PROFESSEURE, UQAM DIRECTRICE DU GROUPE DE RECHERCHE HOMO LUDENS Les recherches de Maude Bonenfant sont orientées vers les dimensions sociales des technologies de communication et des réseaux numériques, les communautés en ligne ainsi que les pratiques des jeux vidéo et outils de communication informatique. Elle est codirectrice du Laboratoire de recherche en médias socionumériques et ludification, directrice du groupe de recherche Homo Ludens sur les pratiques de jeu et la communication dans les mondes numériques et codirectrice du Groupe de recherche sur l information et la surveillance au quotidien (GRISQ). Maude Bonenfant a coédité cinq livres. CATHERINE BRIAND ERGOTHÉRAPEUTE PROFESSEURE AGRÉGÉE, UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL Catherine Briand est la fondatrice et directrice du Centre d études sur la réadaptation, le rétablissement et la réinsertion sociale (CERRIS). Ses expertises sont le transfert de connaissances, l utilisation des technologies, l évaluation de programmes et l analyse de services de santé et d implantation de nouvelles connaissances et approches. ÉLIZABETH BROSSEAU VICE-PRÉSIDENTE, HUMÉRIK Élizabeth Brosseau est diplômée en sexologie, en intervention psychosociale et en gestion des ressources humaines. Comme gestionnaire d un service d aide de première ligne pour les jeunes durant 15 ans, elle a géré des équipes d intervention, coordonné les opérations d un service 24/7 et supervisé l intervention clinique. Elle a collaboré à l implantation du premier service d aide pour les jeunes par texto au Canada et a cofondé Humérik afin d aider les organisations à adapter leur service.

12 CONFÉRENCIERS JOSÉE BEAUDOIN VICE-PRÉSIDENTE INNOVATION ET TRANSFERT, CEFRIO Responsable du développement du portefeuille de projets d innovation du CEFRIO, ainsi que de l équipe de gestionnaires de projet, Josée Beaudoin soutient la conception, l élaboration, la gouvernance, la mise en œuvre et le transfert de projets menés en partenariat avec des organisations privées, publiques, académiques et institutionnelles. Son expertise porte sur les usages du numérique dans plusieurs secteurs d activités : grandes et petites entreprises, milieux de l éducation et de la santé, ministères et organismes publics, etc. Elle a également développé des compétences de pointe en matière de développement socio-économique, de transfert de connaissances et de modes de collaboration avec les milieux universitaires. SYLVAIN ÉTHIER CONCEPTEUR D INTERACTION, SPÉCIALISÉ EN LUDIFICATION Biologiste moléculaire de formation, Sylvain lance en 2014 la compagnie Fun And Gains dont l objectif est d accompagner les organisations à concevoir des expériences interactives centrées sur les besoins des employés et des utilisateurs tout en respectant les objectifs des investisseurs. Sylvain est également spécialisé en ludification, une discipline utilisant les mécaniques de jeu pour augmenter l engagement et la motivation des participants. JUDITH GAUDET CONSULTANTE EN ÉVALUATION ET DÉVELOPPEMENT D INTERVENTIONS Judith Gaudet est spécialisée en psychologie communautaire/évaluation de programmes. Elle s intéresse particulièrement à la promotion du bien-être des jeunes et de leurs familles. Depuis plus de dix ans, elle accompagne à titre de consultante, des équipes de secteurs variés afin de développer ou d évaluer différents types d interventions : transfert de connaissances, promotion/éducation, mobilisation communautaire, intervention clinique, télévision jeunesse, etc. Elle est également chercheuse contractuelle et professeure associée au département de communication sociale et publique de l UQAM.

13 CONFÉRENCIERS MICHEL LAFORTUNE COFONDATEUR ET PRÉSIDENT, HUMÉRIK Psychologue et formateur possédant une vaste expérience en développement de programmes novateurs en intervention sociale, Michel Lafortune et aussi un entrepreneur social. Il a cofondé trois entreprises et a enseigné plusieurs années au niveau universitaire. Son expérience à l échelle locale et internationale l a convaincu que l évolution en intervention sociale sera liée au développement du numérique. C est pourquoi il a cofondé Humérik, dans un souci de faciliter l appropriation de ces nouveaux outils par les utilisateurs tout en préservant la dimension humaine des interventions. GENEVIÈVE MORIN CONSEILLÈRE EN TRANSFERT DE CONNAISSANCES, INSTITUT EN SANTÉ MENTALE DOUGLAS Geneviève est une professionnelle du transfert de connaissances qui a développé son expertise, entre autres, à l Institut universitaire en santé mentale Douglas, où s entremêlent soins, recherche et enseignement dans le domaine de la santé et des services sociaux. Impliquée à toutes les étapes d une démarche de transfert de connaissances, Geneviève connaît bien l importance de l analyse des besoins des utilisateurs, tout particulièrement pour des projets aussi demandant que les sites web! PATRICK PLANTE PROFESSEUR, TÉLUQ DIRECTEUR DE LA RECHERCHE, CENTRE DE RECHERCHE PUBLIQUE SAVIE Patrick Plante est professeur en formation à distance et technologie éducative à la TÉLUQ. Il est aussi directeur de la recherche au Centre de recherche public SAVIE. Ses champs d intérêt portent sur les théories de la technologie, la formation en ligne et les jeux sérieux. LISE RENAUD PROFESSEURE, UQAM VICE-DOYENNE À LA RECHERCHE ET CRÉATION, FACULTÉ DE COMMUNICATIONS, UQAM Lise Renaud est fondatrice du Centre de recherche sur la communication et la santé (Com- Santé). Son champ d expertise porte sur des recherches permettant d élaborer et d évaluer des stratégies engendrant des changements individuels, organisationnels, communautaires et sociétaux, en partenariat avec la population, les gestionnaires et les intervenants de première ligne, et créant un impact sur la qualité de vie des populations visées.

14 CONFÉRENCIERS MARC-OLIVIER SCHÜLE COFONDATEUR ET PRÉSIDENT D UNIPSED ET DES ÉDITIONS POLYVALENCE Marc-Olivier Schüle s intéresse au transfert de connaissances et à l application des pratiques basées sur les données probantes dans le cadre de son doctorat en psychoéducation. Il est le fondateur de deux organismes qui ont pour objectif de favoriser le TC dans le domaine psychosocial. Le premier, Unipsed, est un site web qui permet la diffusion gratuite de documents concernant l intervention psychosociale. Ce projet diffuse actuellement plus de 1500 documents et a été récompensé d un AVENIR en 2015, dans la catégorie «société, communication et éducation». Le deuxième, Polyvalence, est une maison d édition qui développe un système modulable de fiches en soutien à l intervention psychosociale. SHAWN YOUNG COFONDATEUR ET PDG DE CLASSCRAFT Shawn Young a créé, une plateforme qui aide les enseignants à gérer, à motiver leurs élèves ainsi qu à retenir leur attention, en transformant leur classe en jeu de rôle. Cette plateforme est utilisée dans plus de écoles et 75 pays. Avec une expérience unique en physique, éducation, ludification et développement web, Shawn Young s intéresse aux moyens permettant la création de communautés dans la classe, ainsi qu aux effets des jeux en classe.

15 le fonds de recherche du québec société et culture est fier de s associer à la Grande rencontre du Centre de liaison sur l intervention et la prévention psychosociales

16 Découvrez les programmes d études du Centre Urbanisation Culture Société de l INRS Plusieurs programmes d études offerts en : Programmes courts Démographie Diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) Études urbaines Mobilisation des connaissances Maîtrises professionnelles Maîtrises Doctorats Plus d information L INRS est une université de 2e et 3e cycles composée de quatre centres de recherche situés dans différentes villes du Québec. L'INRS joue un rôle clé dans l'avancement des connaissances et la formation d'une relève scientifique hautement qualifiée dans des secteurs stratégiques de la recherche, tant au Québec que dans le reste du monde. 385, rue Sherbrooke Est Montréal (Québec) H2X 1E3 Tél. : , rue de la Couronne Québec (Québec) G1K 9A9 Tél. :

17 APPEL DE PROPOSITIONS Soumettez dès maintenant une proposition dans l un des deux volets scientifiques du congrès : COLLOQUES SCIENTIFIQUES ET ENJEUX DE LA RECHERCHE Date limite de dépôt des propositions : 1 er novembre 2016 COMMUNICATIONS LIBRES Date limite de dépôt des propositions : 28 novembre 2016 RÈGLEMENTS ET FORMULAIRES SUR acfas.ca/congres Organisatrices Partenaires

18

19 STOPPER UN RÉCHAUFFEMENT PLANÉTAIRE QUI NOUS GÂCHE LA PARTIE CONCEVOIR UN PROCESSUS INDUSTRIEL RENOUVELABLE ET DURABLE CONCORDIA OPÉRER LE CŒUR PLUS EN DOUCEUR GRÂCE À LA NANOTECHNOLOGIE TECHNOLOGIE D AVANT-GARDE PRÊTE À PORTER POUR ORCHESTRE EN TOURNÉE ENSEMBLE, REPENSONS LE MONDE T

20 LA CONNAISSANCE ETS NOTRE CARBURANT.

21 inspirée par la collaboration Partager le savoir : depuis 1969, l UQAM bâtit des ponts avec la communauté #uqam NOS CERVEAUX SORTENT DES SENTIERS BATTUS ulaval.ca #FiertéUL

22

23

24

25 PARTAGEZ VOS PHOTOS ET DÉCOUVERTES DE LA JOURNÉE SUR TWITTER : #CLIPPGR16