R E V U E D E P R E S S E

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "R E V U E D E P R E S S E"

Transcription

1 R E V U E D E P R E S S E S P E C I A L E C O N F E R E N C E D E L U A R (13 Novembre 2012)

2 DIRECTION DE LA COMMUNICATION Documentation du CNA Sommaire EL KHABAR ثبلمبئخ من ملفبد التعى ض محبوالد احت بل 20 رئ س اتحبد شركبد التأم ن كشف ECHOUROUK تسق ف تخف ض تأم ن الس براد لألفراد عنذ عتجخ 30 ثبلمئخ EL MOUDJAHID... 5 Assurance automobile : Pas d augmentation des primes... 5 LE TEMPS d ALGERIE... 6 L'UAR demande l'augmentation de l'assurance automobile par Nouara Kribel... 6 EL WATAN... 7 Assurance automobile : la fraude inquiète les assureurs par Hocine Lamriben... 7 LIBERTE... 8 Assurance de personnes Les compagnies affichent leurs ambitions... 8 Par Meziane Rabhi... 8 LE SOIR d ALGERIE... 9 FRAUDE ET ESCROQUERIES À L ASSURANCE Les compagnies nationales comptent agir... 9 LE QUOTIDIEN d ORAN Plaidoyer pour l'augmentation de l'assurance véhicule par M. Aziza ALGERIE FOCUS Le Marché de l assurance veut séduire les algériens ALGERIE FOCUS Assurances de personnes : sept nouvelles companies et beaucoup d ambitions Par Hassan Haddouche LE COURRIER d ALGERIE UN PROTOCOLE D ACCORD SUR LES RÉDUCTIONS VIENT D ÊTRE ÉLABORÉ LA TRIBUNE du Assurance automobileplus de sinistres réglés pour un montant de 4 milliards de dinars ALGERIE SOIR Plaidoyer pour l'augmentation de l'assurance véhicule ASSURLAND.com Les compagnies d assurances veulent la hausse de l assurance auto... 15

3 par Stéphanie Robert L EXPRESSION Un fichier national des conducteurs sera créé EL FADJR : رئ س االتحبد خ الىطن خ لحمب خ مستهلك التأم ن عبدل أم ن قى ذري ل الفجر شركبد التأم ن تىاطأد مع مكبتت الخجرح لنهت أمىال 10 آالف جسائري WAKT EL DJAZAIR تعذ أضعف ث 7 مراد عن المغرة و 5 مراد عن تىنس شركبد التأم ن تع ذ طرح ز بدح أقسبط التأم ن على الس براد MAGHREB EMERGENT du L'Union des Assureurs évoque l'idée de mettre le transporteur Tahkout en quarantaine MAGHREB EMERGENT du % des sinistres déclarés relèvent de la fraude selon les assureurs algériens... 20

4 EL KHABAR سئ ٤ ظ ارؾبد ؽش بد ا زأ ٤ ٣ ؾق عل ٤ ب ث ػ ٢ 20 ثب بئخ لبد ا زؼ ٣ ل ؾب الد اؽز ٤ ب أؽبس سئ ٤ ظ ارؾبد ؽش بد ا زأ ٤ إػبدح ا زأ ٤ ػ بسح ا ؼزش ط إ ٠ أ ثب شؿ اسرلبع سه أػ ب ا وطبع ك ٢ ؽذ د 6 ثب بئخ خال ع خ 2011 إال أ ا ؼ ك ٢ ا زأ ٤ بد ثب غضائش ؽغت ثؼل ا ذساعبد ٣ ق إ ٠ 20 ثب بئخ غ ا لبد ا دػخ. أ مؼ أػنبء زت ارؾبد ؽش بد ا زأ ٤ إػبدح ا زأ ٤ ثأ ا ؼ ك ٢ ا زأ ٤ ث ؾ ؽذ دا ؿ ٤ ش وج خ ؽ ٤ ش رضجذ ثؼل ا ذساعبد أ ٣ وذس ؽب ٤ ب ث 20 ثب بئخ غ ع لبد ا زؼ ٣ ل ا ز ٢ ر دع ػ ٠ غز خز ق ا ؾش بد ؽ ٤ ش أ ذ سئ ٤ ظ االرؾبد ػ بسح ا ؼزش ط أ ا ؼ رلبه ض ٤ شا ب دكغ ثضالس ؤعغبد رأ ٤ إ ٠ إهب خ ؽش خ خبفخ ث ؾبسثخ ا ؼ ٢ ؽش خ ''أ لب'' ا ز ٢ رو ثئػبدح دساعخ ا لبد ا ؾ ى ك ٤ ب ا ز ٢ روذ ب ا ؤعغبد رؾذ ٣ ذ إ ب ذ لبد فؾ ٤ ؾخ أ ٣ ؾب أفؾبث ب ؿؼ ا زأ ٤. ك ٢ زا ا قذد أ مؼ ػن ا زت ا شئ ٤ ظ ا ذ ٣ ش ا ؼب ''أ ٤ ب ظ '' زأ ٤ بد ؽغب خ ٤ لبر ٢ أ ؤعغز ػ ٠ عج ٤ ا ضب هذ ذ 20 لب ؤعغخ أ لب أصجزذ ا ذساعبد ا ؼ وخ ا ز ٢ هب ذ ث ب ز األخ ٤ شح أ 16 لب ب ؾب خ ؼ. ك ٢ ع ٤ بم آخش أؽبس ػ بسح ا ؼزش ط خال ا ذ ح ا قؾل ٤ خ ا ز ٢ ؾط ب أ ظ سكوخ ػذد أػنبء زج ثؾن س ا ذساء ا ؼب ٤ خز ق ؽش بد ا زأ ٤ ا بؽطخ ك ٢ ا غضائش أ سه أػ ب ا وطبع اسرلغ خال ع خ 2011 ث 6 ثب بئخ ؽ ٤ ش ف إ ٠ ٤ بس 87 د ٣ بس ثو ٢ ك ٢ لظ ا غز إ ٠ ؿب ٣ خ ؽ ش ع ا 2012 ؽ ٤ ش هذس ث ٤ بس 52 غ ر هغ ف إ ٠ ٤ بس 100 غ ب ٣ خ ا غ خ ا غبس ٣ خ. ٣ جو ٠ ا زأ ٤ ػ ٠ ا غ ٤ بساد غ ٤ طشا ػ ٠ ا غ م ك ٢ ا غضائش ؽغت راد ا غؤ ا ز ١ أ مؼ ثأ ٣ ض 51 ثب بئخ غ ع ا زأ ٤ بد ك ٢ ؽ ٤ ٣ ض ا زأ ٤ ػ ٠ األمشاس 30 ثب بئخ ا غ ع ثبه ٢ ا غجخ رزوبع ب ا زأ ٤ بد األخش. ك ٤ ب ٣ زؼ ن ثب زؼ ٣ نبد ا ز ٢ هذ ز ب ؽش بد ا زأ ٤ كوذ ث ذ ٤ بس 41 د ٣ بس خال 2011 أ ١ ثبسرلبع هذس ث 21 ثب بئخ وبس خ ث 2010 غ رغغ ٤ اسرلبع ث 15 ثب بئخ زؼ ٣ نبد ا خبفخ ثب غ ٤ بساد. ػ ا لبد ا ؼب وخ ز ع اد ػ ٠ غز خز ق ؽش بد ا زأ ٤ أؽبس ا زؾذس إ ٠ أ هذ ر ع غ 721 ق ر ذ رغ ٣ خ 407 أ ق ب إ ٠ ؿب ٣ خ ؽ ش ع ا 2012 غ روذ ٣ رؼ ٣ نبد هذسد ث ٤ بس,4 5 د ٣ بس '' ز هغ ث ؽ 7 ال ٤٣ ش د ٣ بس رؼ ٣ نبد ك ٢ إهبس ز ا لبد هج ب ٣ خ ا غ خ'' أ مؼ ا ؼزش ط. ب أػبد أػنبء ارؾبد ؽش بد ا زأ ٤ إػبدح ا زأ ٤ ثؼش ا وبػ ط ج ثشكغ رغؼ ٤ شح ا غؤ ٤ خ ا ذ ٤ خ ك ٢ ا زأ ٤ ػ ٠ ا غ ٤ بساد ؾ ٤ ش ٣ إ ٠ أ ا ؤعغبد بصا ذ رخغش ا ض ٤ ش ثغجت ا زغؼ ٤ شح ا لش مخ ؽ ٤ ش أؽبس ا غ ٤ ذ عؼلش ١ ا ذ ٣ ش ا ؼب ؤعغخ ا غضائش ٣ خ زأ ٤ إػبدح ا زأ ٤ إ ٠ أ ا زغؼ ٤ شح ا طجوخ ؽب ٤ ب ال رط ٢ ر لخ ب رذكؼ ا ؾش بد زا الثذ سكؼ ب ف إ ٠ ر اص. ك ٢ زا ا قذد أؽبس ؽغب خ ٤ لبر ٢ إ ٠ أ د ٣ بس ك ٢ إهبس ا غؤ ٤ خ ا ذ ٤ خ 275 ثب بئخ. ب هب ت االرؾبد ثئػبدح ا ظش ك ٢ ا ج د ا زؼ وخ 2, 75 د ٣ بس أ ١ أ ا ؼغض ٣ ق إ ٠ رذكغ ا ؾش بد 5 ال ٤٣ غ 6 ثب بئخ ث ٤ أص ٣ ذ ثئ ضا ٤ خ ا زأ ٤ مذ األخطبس ا اسس ا طج ٤ ؼ ٤ خ ا ز ١ ال رزؼذ غجز ؽب ٤ ب ك ٢ ا غضائش

5 ECHOUROUK 23 شركخ جسائر خ تتفق على المنبفسخ الشر فخ رغو ٤ ق رخل ٤ ل رأ ٤ ا غ ٤ بساد ألكشاد ػ ذ ػزجخ 30 ثب ئخ ػجذ ا بة ث ش ػ هب ت االرؾبد ا غضائش ١ ؾش بد ا زأ ٤ إػبدح ا زأ ٤ ا ؾ خ ثئػبدح ا ظش ك ٢ ثؼل ث د هب ا زأ ٤ بد ا ز ٢ رغب ص ب ا ض خبفخ ا ج د ا زؼ وخ ثبألهغبه ا زؼ وخ ثب غؤ ٤ خ ا ذ ٤ خ ا ز ٢ رؼزجش أه ا ؼذالد ك ٢ طوخ ا جؾش األث ٤ ل ا ز عو إ ٠ عب ت ا ج د ا زؼ وخ ثئ ضا ٤ خ ا زأ ٤ مذ األخطبس ا اسس ا طج ٤ ؼ ٤ خ ا ز ٢ ال رزؼذ ؽب ٤ ب 6 ثب ئخ ث ٤ أص ٣ ذ 5 ال ٤٣ غ ك ٢ ا غضائش. ؾق ػ بسح ا ؼزش ط سئ ٤ ظ االرؾبد أ ؽش بد ا زأ ٤ ا غضائش ٣ خ رز جذ خغبئش ج ٤ شح ثغجت ؾذ د ٣ خ ا وطبع ا ؾش ه ا زؼ وخ ثزؼ ٣ ل ا زنشس ٣ ا ؾ ادس خبفخ ا ؾطش ا زؼ ن ثؾ ادس ا غ ٤ بساد. أمبف ؼزش ط أ ثبإلمبكخ إ ٠ ؾذ د ٣ خ صوبكخ ا زأ ٤ مذ ا اسس ا طج ٤ ؼ ٤ خ بى ؾ خ أخطش رزؼ ن ث ؾذ د ٣ خ ػ ٤ بد ا زأ ٤ مذ األخطبس ا ق بػ ٤ خ ا ز ٢ ال رزؼذ ثؾغت ا زؾذس 10 ثب ئخ كوو غ ع ا ؾش بد ا غضائش ٣ خ ا ز ٢ ٣ ب ض ػذد ب ؽ ا ٢ 800 أ ق ؤعغخ خز ق األؽغب ا ق ٤ شح ا ز عطخ ا ج ٤ شح ؾ ٤ شا إ ٠ أ ص ٣ بدح ا ضوبكخ ا زأ ٤ ٤ خ ذ ا غضائش ٤٣ عزغب ثو ح ك ٢ رط س ف بػخ ا زأ ٤ ا ه ٤ خ عزؼ ػ ٠ ر عغ ا وطبع إ ٠ 5 شاد ب ػ ٤ ا ٤ أ ١ ؽ ا ٢ ٤ بس 1.2 د الس إ ٠ أص ٣ ذ ٤ بس 5 د الس ك ٢ ؽذ د ع خ ؾق ا ؼزش ط ػ ر ه ٤ غ ثش ر ارلبم ث ٤ أػنبء االرؾبد ا 23 ا ؼ ٤٤ ا خ اؿ أع رغو ٤ ق غز ٣ بد ا زخل ٤ نبد ػ ٠ ا زأ ٤ خ اؿ ا ؾش بد ث 30 ثب ئخ ألكشاد 50 ثب ئخ كوو ؾش بد أع ػذ ا ز بد ١ ك ٢ إصوب ب ؽش بد ا زأ ٤ ثب بكغخ ؿ ٤ ش ا ؾش ٣ لخ ك ٢ زا ا غب ا ذكغ ثجؼل ا ؾش بد إ ٠ اإلكالط. أ ذ ا زؾذس خال ؤر ش ك ٢ ا ؼبف خ ا غضائش أ ؼذ ب ٣ لو ا غضائش ١ ػ ٠ ا زأ ٤ ؽب ٤ ب ال ٣ زؼذ 27.5 د السا لشد ك ٢ وبث 199 د الس ك ٢ ر ظ 334 د الس ك ٢ ا شة ؾ ٤ شا إ ٠ أ ا غضائش رط ؼ ج ؽ ز عو ك ٢ ؽذ د 40 د السا ع خ أؽبس ؼزش ط إ ٠ رشاعغ ع م ا زأ ٤ بد ك ٢ ا غ اد األخ ٤ شح ثغجت ا زبػت ا ز ٢ رؼزشك ؽش بد ا زأ ٤ غ ؽش بد ا وطبع االهزقبد ١ ا خذ ٢ ؾ ٤ شا إ ٠ رؼشك ا ؼذ ٣ ذ ؽش بد ا زأ ٤ ا ؼ ٤ خ ا خبفخ إ ٠ ػ ٤ بد اؽز ٤ ب ب ا ق ذ م ا ه ٢ زؼبمذ ا لالؽ ٢ ؽش خ أ ٤ ب ظ هج زؼب خبؿ. ؾق ب ػشثخ سئ ٤ ظ ا ق ذ م ا ه ٢ زؼبمذ ا لالؽ ٢ أ ع ٤ غ ؽش بد ا زأ ٤ ا 23 ا ؼ ٤ خ ا خبفخ أع ؼذ ػ ٠ رجبد ا ؼ بد ا خبفخ ثؼ ٤ بد ا قت االؽز ٤ ب ا ز ٢ رزؼشك ب هج ؽش بد ا وطبع ا خبؿ أع اال ز بع ػ ا زؼب غ أ ١ ؽش خ رج ٤ أ ب هب ذ ثب غ ء إ ٠ ز ا ؼ ٤ بد ؿ ٤ ش األخاله ٤ خ. هب ا ؼزش ط إ ؽش خ ا زأ ٤ هذ رخغش ك ٢ هن ٤ خ ج ٤ شح ك ٢ ؤعغخ اؽذح أ ضش ب رز جذ خغبئش غ آالف ػو د األكشاد ا ز ٢ رط ٢ األكشاد ا بد ٤٣ ز بر خال ا زأ ٤ بد ػ ٠ األؽخبؿ ا زأ ٤ ػ ٠ ا غ ٤ بساد. EL MOUDJAHID Assurance automobile : Pas d augmentation des primes Le président de l Union algérienne des sociétés d assurances et de réassurances (UAR), M. Lamara Latrous a mis fin à la rumeur quant à l augmentation des primes de l'assurance tous risques automobiles. S exprimant lors d une conférence de presse organisée hier, à l hôtel El Aurassi à Alger, il affirmera, en fait que, lors de la dernière réunion entre les treize compagnies d'assurances, publiques et privées, nous avons fixé le taux des remises. Il précisera dans ce contexte «que l on s est mis d accord pour que les remises au niveau des entreprises des assurances d automobile soient à hauteur de 50 % et à 30 % en direction des particuliers. En rassurant que l entreprise à le choix de faire la réduction ou de ne pas le faire». Avant d ajouter «si l entreprise qui envisage de faire une

6 réduction ne doit pas dépasser les 50%». Et de poursuivre «qu il faut que les remises accordées soient acceptables». Allant plus loin dans ses déclarations il a souligné «qu on n a pas interdit la réduction, car cette opération entre dans le cadre de la concurrence qui améliorer la qualité de service». Concernant l investissement des entreprises algériennes dans les pays étrangers, M. Djaafri, président de la CAAT assurance a souligné que «notre premier souci est de développer notre marché d assurance et puis on peut notre aller investir à l étranger». «Les assurances en Algérie est un marché en voie de développement», ce qui nécessite selon lui, d investir davantage en Algérie. «Lorsqu on aura un marché d assurance développé et fort, là on peut penser aller s installer hors du territoire national», a-t-il encore ajouté. S agissant de l assurance des personnes le conférencier a souligné que ce produit n a pas trouve encore un écho favorable. En estimant que «durant l année 2103, le chiffre d affaire de cette branche d assurance augmentera». En terme de communication l orateur a relevé que «les compagnies d assurances doivent être plus agressives», en citant à titre d exemple l organisation des campagnes de proximité dans le but d informer les citoyens sur l importance de ce produit, car les gens ne connaissent pas les mécanismes et l intérêt des assurances de personnes. Ajoutant dans ce sens que «les compagnies d assurances vont ensuite pratiquer les opérations liées à la santé, mais ce travail peut se faire que lorsque la réforme du secteur de la santé aura abouti». Il dira que «dans les prochaines années le rythme de développement de l assurance de personnes sera augmenté à une vitesse accéléré», ce qui demande selon lui, un grand travail à faire dans ce domaine. En outre, le président de Caarama assurance a mis l accent sur les produits commercialisés par les sociétés d assurances en Algérie. Lors de son intervention le conférencier a mis l accent sur l assurance de voyage, il a rappelé que «la plupart des assureurs n ont pas compris les mécanismes de celle-ci» et de préciser alors «les voyageurs croient que cette assurance est utile pour des remboursements qui concernent le traitement de leur maladie. Alors que celle-ci est utile seulement pour les incidents survenant lors de voyages» LE TEMPS d ALGERIE Elle compte saisir le ministère des Finances L'UAR demande l'augmentation de l'assurance automobile par Nouara Kribel Les compagnies d'assurance demandent l'augmentation des tarifs de l'assurance automobile obligatoire. Elles envisagent de déposer un rapport détaillé à ce sujet au niveau du ministère des Finances pour convaincre ce dernier à accepter cette augmentation de manière à atteindre un équilibre entre les coûts d'indemnisation pris en charge par les assureurs et les primes versées par les assurés. «L'assurance automobile obligatoire est en moyenne de 1500 DA par an en Algérie. Ailleurs, elle est 10 fois plus chère», a déclaré hier le président de l'union algérienne des sociétés des assurances, Amara Latrous, lors d'une conférence de presse animée à l'hôtel El Aurassi à Alger. Intervenant lors de cette conférence, Hassan Khelifati, P-DG d'alliance Assurances, a déclaré, de son côté, que «l'union prépare une étude afin que le ministère des Finances aura à étudier la question de l'augmentation des taux d'assurance automobile de façon à prendre la décision appropriée». Selon M. Khelifati «contre 1 DA payé par l'assuré, il reçoit 2,75 dinars d'indemnité, soit 275 % de déficit. En outre, une étude publiée récemment dans un magazine spécialisé montre que les primes d'assurance automobile en Algérie sont les plus faibles au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Pour sa part, le P-DG de la CAAT, Abdelkrim Djaâfri, a déclaré que «l'examen de la tarification actuellement appliquée à l'assurance responsabilité civile obligatoire par les automobiles ne couvre pas le coût payé par les compagnies d'assurance pour les sinistres. L'Union plaide pour une augmentation de tarification pour atteindre l'équilibre entre les coûts et les primes versées par les assurés. «On constate que la tarification applicable en Algérie avec les pays voisins est 7 fois plus faible par rapport au Maroc et 5 fois par rapport à la Tunisie», a ajouté le patron de la CAAT. Par ailleurs, le président de l'union des assureurs et également P-DG de la SAA a tenu à rassurer.

7 «Tous les dossiers d'indemnisation des sinistres matériels et corporels des accidents de la route seront traités d'ici la fin de l'année», a affirmé le président de l'uar. Avant d'ajouter : «Le nombre des dossiers d'indemnisation pour les accidents de la route est de » La période mars-avril derniers, au moins dossiers ont été traités jusqu'au mois de juin dernier, précise-t-il. Au sujet de la fraude, «sur les 20% des dossiersprésentés au moins 16% sont trafiqués», a déclaré M. Djaâfri, soulignant dans ce cadre que «les autorités ont décidé de créer une société de lutte contre la fraude dans le secteur des assurances». EL WATAN Assurance automobile : la fraude inquiète les assureurs par Hocine Lamriben dossiers (4 milliards de dinars) ont été régularisés jusqu à juin 2012 sur un total de dossiers en suspens. En Algérie, le secteur des assurances souffre de la fraude, un phénomène inquiétant, selon Abdelkrim Djaâfri, PDG de la Compagnie algérienne des assurances (CAAT). «La fraude a atteint des proportions incommensurables. Celle enregistrée dans les déclarations de sinistres s élève à 20%, d après certaines études», a estimé le patron de la CAAT lors d une conférence de presse organisée hier à l hôtel El Aurassi en présence des responsables d autres compagnies d assurances, membres de l Union algérienne des sociétés d assurance et de réassurance (UAR). Pour mieux lutter contre ce fléau, des assureurs algériens (CAAR, SAA et CAAT) se sont associées pour créer l Agence de lutte contre la fraude automobile (ALFA). Les nombreux cas de fraude, à l origine d importantes pertes financières, sont liés à des déclarations fictives de sinistres dans l assurance automobile. L assureur «grugé» engage dans la plupart des cas des poursuites judiciaires. Abondant dans le même sens, Hassen Khelifati, PDG de l assureur privé Alliance assurances, a souligné que sa compagnie avait soumis 20 dossiers «douteux» aux enquêteurs d ALFA au premier trimestre «Après vérification, il s est avéré que 16 dossiers étaient frauduleux», dira-t-il. Le président de l UAR, M. Latrous, avait indiqué mercredi dernier que les compagnies d assurances ont «pu récupérer 800 millions de dinars grâce à la détection de cas de fraude» ces dix dernières années. Les membres de l UAR ont évoqué par ailleurs le dossier des indemnisations en souffrance, un sujet qui fait jaser les clients en raison des retards accumulés dans le remboursement. Environ dossiers (4 milliards de dinars) ont été régularisés jusqu à juin 2012 sur un total de dossiers en suspens, selon le porte-voix des assureurs algériens. «Notre objectif est d atteindre 7 milliards de dinars d indemnisation à la fin de l année», a indiqué M. Latrous, également PDG de la SAA, précisant que les sociétés d assurance déploient des efforts considérables pour épurer la situation. En 2012, les 13 sociétés d assurance ont recensé un million de déclarations de sinistre. En matière d indemnisation, les compagnies d assurances ont consacré globalement 36 milliards de dinars en 2012 au titre du règlement des sinistres, la part du lion étant consacrée à la branche auto. Autre sujet abordé, celui de la demande d une hausse du tarif de l assurance automobile obligatoire. Le montant de prime en Algérie est inférieur de 7 fois au Maroc et de 5 fois en Tunisie, a estimé M. Djaâfri. «Les indemnisations sont plus importantes que les primes drainées au titre de l assurance automobile. Les sociétés sont déficitaires», a-t-il poursuivi, insistant sur la nécessité de revoir en hausse le tarif actuel pour que les compagnies d assurances puissent équilibrer leurs recettes et dépenses. L UAR est en train de préparer une étude scientifique minutieuse qu elle soumettra au ministère des Finances, selon M. Khelifati. Le chiffre d affaires du secteur des assurances s élève à 50 milliards de dinars au mois de septembre 2012 d après le président de l UAR qui table sur un montant de 100 milliards de dinars d ici la fin de l année.

8 LIBERTE Assurance de personnes Les compagnies affichent leurs ambitions Par Meziane Rabhi Au-delà de l assurance des personnes, c est tout le secteur qui doit faire sa mue. La progression du chiffre d affaires global du marché national des assurances n a pas permis l amélioration des indicateurs qui restent loin de refléter le potentiel existant. L Union algérienne des sociétés d assurance et de réassurance (UAR) veut booster les assurances des personnes qui, aujourd hui, peinent à décoller. C est, du moins, ce qui ressort de la conférence de presse organisée, hier, à l hôtel El-Aurassi, à Alger, au cours de laquelle les nouvelles compagnies d assurances de personnes ont présenté les produits qu elles commercialisent actuellement. Le potentiel en matière d assurance des personnes est jugé très important et certains analystes l estiment à plusieurs milliards de dollars. Cependant, l entrée en vigueur, en juillet 2011, des nouvelles dispositions réglementaires induisant l obligation de séparation entre les branches dommage et vie n a pas stimulé, comme attendu, la croissance de cette activité. Selon la dernière note de conjoncture du Conseil national des assurances (CNA), le chiffre d affaires réalisé par les sociétés d assurance au 30 juin 2012, en assurance de personnes, est estimé à 2,5 milliards de dinars, contre 4 milliards de dinars à la même période de 2011, soit une baisse de 36,3%, conséquence d un cumul des évolutions négatives enregistrées au premier trimestre 2012 (- 47%) et au deuxième trimestre de la même année (- 24%). Hormis la garantie assistance en cours de déplacement qui marque une évolution de 85%, les autres garanties connaissent des régressions. Les sociétés d assurance de personnes sont en phase de parachèvement de leur organisation, a indiqué le président de l UAR, Amara Latrous, évoquant de bonnes perspectives de croissance en Optimiste, M. Latrous prévoit une année 2013 encore meilleure. Pour l instant, les compagnies concentrent toute leur attention sur les produits de prévoyance. Le directeur général de Caarama Assurance, Mokhtar Nouari, filiale assurance des personnes de la Caar, indique que l offre la plus importante aujourd hui dans le marché des assurances des personnes est la prévoyance collective. Mais M. Mokhtar Nouari cite également, entre autres, les offres assistance individuelle accident, assistance en cours de voyage à l étranger Le DG de Caarama Assurance souligne que l assurance assistance en cours de voyage à l étranger ne couvre pas les maladies antérieures à la date d effet du contrat. La police d assurance ne couvre que les maladies contractées à l étranger après la date d effet du contrat. Au-delà de l assurance des personnes, c est tout le secteur qui doit faire sa mue. La progression régulière du chiffre d affaires global du marché national des assurances n a pas permis l amélioration des indicateurs liés à la pénétration et la densité de l assurance qui restent loin de refléter le potentiel assurable existant. Cette faiblesse des indicateurs de performance introduit une réalité d un marché qui a besoin de se réformer pour prétendre améliorer ses points faibles que constituent la qualité de service et l innovation et jouer ainsi pleinement son rôle économique et social. Selon un rapport du ministère des Finances, la prime d assurance moyenne par habitant (ou densité d assurance) est passée de DA en 2009 à DA/habitant en 2010, soit l équivalant de 31 dollars. Cependant, le taux de pénétration du marché des assurances (production/pib) demeure inférieur à 1%, il est estimé à 0,7%. La qualité de l offre a stagné. On retrouve les mêmes produits génériques. La concurrence s est portée beaucoup plus sur les prix que sur la qualité de services.les assureurs ont signé dans ce cadre un accord multilatéral relatif à la gestion de la branche automobile, dans lequel ils se sont engagés à limiter les réductions tarifaires accordées aux clients, lorsque des considérations commerciales l'exigent, à un maximum de 50% pour les personnes morales et à un maximum de 30% pour les personnes physiques. Par ailleurs, sous l impulsion du ministère des Finances, une opération de liquidation des sinistres automobile a été entamée. Elle a connu des résultats satisfaisants et devrait aboutir d ici la fin de l année à une réduction drastique des dossiers en suspens, indique M. Latrous qui est également P-DG de la SAA. Sur plus de dossiers, les compagnies d assurances dommages ont solutionné quelque dossiers. Mais l UAR souhaite que la RC auto (responsabilité civile automobile), qui coûte en moyenne aujourd hui environ DA/an, soit revue à la hausse. Ailleurs, elle est dix fois plus chère. Selon le patron d Alliance Assurance, toutes les statistiques le prouvent, les sociétés d assurance encaissent 1 DA de prime et décaissent environ 2,75 DA de sinistres au titre de la garantie RC.

9 LE SOIR d ALGERIE FRAUDE ET ESCROQUERIES À L ASSURANCE Les compagnies nationales comptent agir Confrontées à la fraude importante, à des litiges commerciaux et au non-versement des primes d assurance, les compagnies d assurances nationales réagissent, en décidant notamment de ne plus traiter avec les assurés auteurs avérés d escroqueries à l assurance. Chérif Bennaceur - Alger (Le Soir) - La fraude à l assurance notamment automobile prend de l ampleur en Algérie. A l occasion d une rencontre organisée hier à l hôtel El Aurassi sous l égide de l Union des assureurs et réassureurs (UAR), le président-directeur général de la Compagnie algérienne des assurances de transport (CAAT) a estimé que les affaires considérées comme douteuses représentent quelque 20%, des proportions «incommensurables». Selon Abdelkrim Djaâfri, la fraude à l assurance atteint au niveau mondial des proportions de 10 à 25%, notamment en Afrique. Certes, un dispositif de lutte contre la fraude à l assurance existe en Algérie avec l institution depuis plusieurs années de l Agence de lutte contre la fraude automobile (ALFA). Lancée sous l impulsion des pouvoirs publics et l égide de la Société nationale d assurances (SAA), la CAAT et la Compagnie algérienne d assurances et de réassurance (CAAR), cette agence effectue des enquêtes sur la base des dossiers de sinistres soumis par des compagnies d assurances publiques et privées. Un millier de dossiers douteux! Si des assureurs suspectent des cas de fausses déclarations ou de surévaluation du montant des indemnisations et autres dysfonctionnements, elles soumettent les dossiers suspects à l ALFA qui diligente des enquêtes. Informées, les compagnies d assurances prennent des mesures en conséquence, s agissant de la régularisation des dossiers ou le recours à la justice. Dans ce cadre, la compagnie d assurances privée Alliance Assurances a soumis à la société, durant le premier trimestre 2012, une vingtaine de dossiers dits douteux. Sur ce nombre, seize ont été identifiés comme frauduleux selon le président- directeur général d Alliance Assurances, Hassan Khelifati. Un nombre d affaires douteuses important, selon le président de l UAR, Amara Latrous, évoquant l existence d un millier de dossiers suspects recensés depuis des années. Et cela même si le dirigeant de l UAR rappelle que les compagnies nationales ont pu économiser un montant de 500 millions de dinars, durant les cinq dernières années grâce à la vigilance notamment. Le paiement des primes, une obligation! Autre problème auquel sont confrontées les compagnies d assurances, le non-versement des primes lors de la souscription, une pratique assez répandue dans le secteur même si aucune estimation n a été avancée. A ce propos, le premier manager d Alliance Assurances a évoqué l opportunité de légiférer, dans le cadre des réformes engagées dans le secteur. Il s agit fondamentalement de rendre obligatoire le versement des primes lors de la souscription, en adaptant le code CIMA maturé en avril 2011 lors de la Conférence interafricaine des marchés d assurances (CIMA). Ainsi, les assureurs ne pourront pas assurer, souscrire un contrat d assurance dont la prime n est pas payée ou renouveler un contrat d assurance dont la prime n a pas été payée, sous peine de sanctions. Tout auteur d escroquerie, persona non grata De même, les compagnies d assurances sont confrontées à des cas d escroquerie avérée ou potentielle par des tiers. Des affaires de ce type sont traitées par la justice et concernent tant le secteur public que le secteur privé, relève le président-directeur général de la Caisse nationale de la mutualité agricole (CNMA), Kamel Arba, rétif, néanmoins, à se prononcer tant que les instances judiciaires n ont pas encore tranché. Rétif, le P-dg d Alliance Assurances l était également car tenu à la réserve d autant qu une affaire de ce type l opposant à un opérateur économique privé est en cours de procédure judiciaire. Soucieuses de laisser la justice suivre son cours, les compagnies d assurances ne comptent pas rester passives. Certes, la solidarité inter-compagnies a été réputée assez défaillante, relèvent des observateurs. Ce que les assureurs publics et privés réfutent, en arguant que les compagnies échangent des informations et se concertent entre elles, au sein notablement de l UAR. Voire, les compagnies comptent passer à une phase offensive. Ainsi, les assureurs n écartent pas la possibilité de «ne plus traiter avec des assurés auteurs d escroqueries» et autres abus sur lesquels la justice aura tranché, a indiqué le manager principal de la CNMA. En d autres termes, tout assuré qui serait reconnu coupable d escroquerie sera considéré comme persona non grata. Et dans la mesure où les compagnies d assurances ne peuvent, argue-t-on, commettre sciemment des actes frauduleux et escroquer leurs clients, sous peine de faillir à leurs engagements et perdre des parts de marchés dossiers d indemnisation encore en suspens

10 Comme les compagnies d assurances sont confrontées à des difficultés en matière d indemnisation, notamment les retards pris à régulariser les dossiers de sinistres intercompagnies, malgré les efforts déployés en vue d améliorer la qualité de service et provisions développées. En ce sens, le président de l UAR a indiqué lors de cette rencontre que sur les dossiers de sinistres (automobiles) en suspens, un nombre de dossiers, soit 60%, ont été, à la fin juin 2012, déjà traités et réglés, pour un montant d indemnisations de 4,5 milliards de dinars. Les 40% restants, soit plus de dossiers, devraient être réglés, espère-t-on, dès la fin de l année pour aboutir à un montant global de 7 milliards de dinars. Par ailleurs, les assureurs qui devraient recevoir près d un million de déclarations de sinistres à la fin 2012, note M. Latrous, revendiquent toujours la révision à la hausse de la tarification en matière de responsabilité civile obligatoire dans l assurance automobile. Déficit de l ordre de 275% Confrontés à un déficit chronique de la branche automobile, de l ordre de 275% en termes de primes collectées inférieures par rapport aux indemnisations versées, les compagnies veulent revoir la tarification qui leur a été imposée et qui ne couvre pas leurs charges. Et cela même si l assurance automobile représente 51% du chiffre d affaires du secteur (87 milliards de dinars déjà réalisés en 2012), avec 36 milliards de dinars d indemnisations en 2010 et 43 milliards de dinars d indemnisations en Rappelons que la prime moyenne en RC équivaut à DA par an, inférieure de 7 fois par rapport à celle au Maroc et de 5 fois par rapport à la Tunisie. En ce sens, les assureurs comptent relancer le ministère des Finances avec des arguments solides, sur la base d une étude scientifique, relève Hassan Khelifati. Il s agit en fait d une expertise affinée sur les pertes financières subies par les compagnies dans le but de rééquilibrer leur trésorerie et éviter les supputations de dumping. Le plafonnement des remises, en attente Et ce, dans le contexte où le constat à l amiable suscite l absence d engouement des clients, déplore le président de l UAR qui compte pourtant sur la relance de cette procédure. Et dans la mesure où l engagement des compagnies à plafonner les réductions à l assurance facultative (50% de remises pour les sociétés et 30% pour les particuliers), entre autres dispositions du protocole signé depuis quelques mois, n est pas totalement effectif sur le terrain. A ce propos, le P-dg d Alliance Assurances a indiqué que des mécanismes d application de ce protocole sont en train d être mis en place. C. B. LE QUOTIDIEN d ORAN Plaidoyer pour l'augmentation de l'assurance véhicule par M. Aziza Sur 700 dossiers de remboursement cumulés par l'ensemble des compagnies d'assurance au niveau national et qui sont restés en suspens, 400 ont été traités à hauteur de 4,7 milliards et l'ensemble des dossiers seront réglés définitivement d'ici la fin de l'année en cours. C'est ce qu'a annoncé, hier, M. Amara Latrous, président de l'union des établissements d'assurance et de réassurance, lors d'une conférence de presse à l'hôtel Aurassi, au cours de laquelle, les compagnies d'assurance affiliées à l'union ont fait un tour d'horizon sur les produits du secteur des assurances sur le marché national. Le président de l'union a précisé qu'il n'est pas dans l'intérêt des boîtes d'assurance d'augmenter les stocks des dossiers sinistres, sachant que ce cumul influe négativement sur l'équilibre financier des compagnies d'assurance. Pour la CAAT, son responsable a affirmé que sa compagnie est aujourd'hui au point 0 pour le remboursement des dossiers sinistres. Et d'ajouter que les compagnies d'assurance ont traité des dossiers sinistres en 2011, pour un montant de 7 milliards de dinars, «un montant qui sera plus important pour l'année 2012», a-t-il déclaré. Le président de l'union est revenu sur la question de la révision à la hausse de la tarification de la prime obligatoire d'assurance automobile dite à responsabilité civile. Pour le président de l'union, le coût de cette prime est jugée très bas, notamment si on le compare aux prix pratiqués dans le pourtour méditerranéen, et par rapport à nos voisins. «C'est sept fois moins par rapport aux prix pratiqués au Maroc et 5 fois moins par rapport à la tarification tunisienne», dira-t-il. «La prime moyenne de l'assurance automobile obligatoire est actuellement à DA, ce qui crée un véritable déséquilibre entre les recettes et les dépenses», précise Lamara Latrous, en affirmant que les responsables de l'union vont encore une fois faire appel au ministère des Finances pour une éventuelle révision de cette prime.

11 Le président de l'union a également parlé du contrat d'accord pour plafonner ou limiter les réductions, signé par les compagnies d'assurance et le ministère des Finances. Ce contrat prévoit, donc, de limiter les réductions pour éviter le dumping. L'accord prévoit également la mise en place d'un fichier national des conducteurs, liquidation des sinistres. Et ce, avec le plafonnement des remises à hauteur de 50% pour les entreprises et à 30% au profit des particuliers. Interrogé sur les cas de fraude dans la déclaration des sinistres, le président de l'union a fait savoir que ce genre de fraudes n'est pas propre à l'algérie, la moyenne est de 10 à 25% dans le monde, et très importante en Afrique. «Pour le cas de notre pays, elle est de 20%», a-t-il précisé en soulignant que c'est la raison pour laquelle, les autorités algériennes ont jugé nécessaire la création d'une entreprise d'expertise et de lutte contre la fraude. Il s'agit, selon le conférencier, de l'entreprise ALPHA. Cette entreprise effectue des expertises et des enquêtes approfondies pour ceux qui la sollicitent. «Effectivement, au cours des trois premiers mois de l'année 2012, 20 dossiers douteux ont été remis à cette entreprise, 16 d'entre eux étaient bel et bien des tentatives de fraude», conclut le président de l'union. ALGERIE FOCUS Le Marché de l assurance veut séduire les algériens Les professionnels de l assurance ont présenté ce mardi 13 novembre le bilan et les projets de ce secteur en expansion en Algérie. Le marché tend à s améliorer même s il lui reste plusieurs chantiers à entamer. Le secteur de l assurance se porte de mieux en mieux en Algérie. Il a enregistré pour l exercice de 2011 un chiffre d affaires de 87 milliards de dinars et surtout une belle croissance de 6%. L année 2012 s annonce également prometteuse, puisque pour ce premier semestre, la croissance se maintient à 6% et le chiffre d affaire a déjà atteint les 50 milliards de dinars, si le secteur poursuit ses efforts, il pourrait bien le doubler par rapport à l an dernier. Amara Latrous, le président de l Union des sociétés d assurances et de réassurances (UAR) qui présentait le bilan ce matin, a indiqué que les courtiers tentaient d accélérer le traitement des dossiers, «nous ne sommes pas parfaits mais nous tentons de nous améliorer chaque année», a-t-il précisé dossiers ont été traités de mars à juin 2012, pour ce faire, 4 milliards de dinars ont été déboursés par les sociétés d assurance, qui souhaitent atteindre les 7 milliards de dinars d ici décembre L UAR indique que «les indemnisations sont passées de 35 milliards en 2010 à 43 milliards de dinars en 2011.» Le secteur automobile en tête En effet l assurance voiture joue un rôle important en Algérie, la hausse des dépenses est surtout liée à la branche automobile qui enregistre à elle seule, une augmentation de 15 %. «51 % de la production globale concerne l automobile, un tiers de la production est pour les assurances de dommages. 15% représentent l ensemble des autres risques comme le transport, le crédit, et surtout le secteur des assurances de personnes, qui est en régression» a précisé Amara Latrous, le président de l UAR. C est d ailleurs dans ce créneau que les sociétés d assurances souhaitent s activer. Les couvertures personnelles n ont réellement commencé à proposer des services qu à partir du 1er juillet 2011, date à laquelle les assurances de dommages et de personnes ont été séparées. Le réseau envisage de mettre l accent sur ce type d assurance peu connue par les Algériens, car ils ne sont pas obligés d y souscrire, à l inverse de la couverture pour l automobile. Généraliser la culture de l assurance Les courtiers prévoient donc de convaincre le public algérien de la nécessité de s assurer. Pour cela, «les compagnies d assurance doivent faire des efforts. La culture de l assurance ne se gagne qu avec l amélioration des services et la tenue des promesses qu on donne aux clients. Les compagnies doivent faire des efforts en terme d innovation, de qualité des services, c est à ce prix que l on pourra faire l amélioration de l assurance en Algérie» explique Hassen Khelifati, le PDG d Alliance

12 Assurances. L UAR prévoit de renforcer ses services et des pratiques, comme le principe de constat à l amiable ou encore de bonus malus pour les automobilistes. Elle prévoit également l instauration d un fichier des automobilistes, pour recenser les bons et les mauvais automobilistes. Les autres couvertures qui ne sont pas obligatoires seront également réétudiées pour convaincre les Algériens d y souscrire. «Je suis convaincu que l assuré algérien va comprendre son intérêt et les défendre, et va voir les services que rendent les assurances», précise Hassen Khelifati. ALGERIE FOCUS Assurances de personnes : sept nouvelles companies et beaucoup d ambitions Par Hassan Haddouche Un domaine d activité s annonce comme particulièrement prometteur pour les assureurs algériens. Il s agit de la branche des assurances de personnes. Son potentiel est jugé très important et certains analystes n hésitent pas à l estimer à plusieurs milliards de dollars. Une perspective qui reste pour l heure encore très lointaine Ce qui n empêche pas les compagnies présentes sur le marché d afficher leurs ambitions et leurs produits publicitaires d avoir fait, ces derniers mois, une apparition remarquée dans les médias et l espace public. Nacer Aberhouche, le jeune PDG de TALA-assurance, filiale de la CAAT, veut prendre «40% du marché dès 2015». Plus mesurés, les objectifs de la filiale spécialisée du groupe AXA Algérie visent quand même une part de marché de 17% en Quand à Macir-Vie, nouvelle compagnie issue de la scission de la CIAR, elle ambitionne de faire croître au rythme de 10% par an un chiffre d affaire qui était déjà de 400 millions de dinars l année dernière. Des perspectives qui risquent de tarder à se concrétiser. On sait que depuis le 1er juillet 2011, l ensemble des compagnies d assurances algériennes ont été tenues de séparer les assurances de personnes et les assurances de dommages en créant des filiales distinctes. Au moment de la date butoir, en dehors de Cardif, filiale de BNP Paribas qui était active depuis déjà plusieurs années sur le marché algérien, seules les trois compagnies publiques avaient constitué des filiales spécialisées et étaient donc autorisées à souscrire et à commercialiser des produits d assurance de personnes. Elles ont été rejointes tout d abord par la nouvelle compagnie Macir-Vie créée par la CIAR, première compagnie privée algérienne par le chiffre d affaires ainsi que par la filiale assurances de personnes d AXA Algérie. De nouveaux acteurs qui ne sont plus que 7 pour l instant et qui n ont pas pu empêché, dans un premier temps, la chute brutale du chiffre d affaire des assurances de personnes qui n a pas dépassé 1 milliard de dinars au premier trimestre 2012, divisé par deux par rapport à la même période de Heureusement, l activité a redémarré fortement au deuxième trimestre de l année en cours et les chiffres publiés voici quelques jours par le Conseil national des assurances (CNA) indique que pour le premier semestre 2012 le chiffre d affaire des assurances de personnes dépasse déjà 6% de la production du secteur. La machine est donc en route et on devrait dans une première étape retrouver très vite les niveaux de production antérieur à la réorganisation du secteur. De larges alliances internationals Les nouveaux acteurs de la branche des assurances de personnes, désormais spécialisés, se sont donnés les moyens de réussir. La plupart d entre eux s appuient sur de larges alliances souvent ouvertes à des partenaires internationaux et qui privilégient la nouvelle activité de la bancassurance. Le tandem CNEP-Cardif avait ouvert la voie dès Il a depuis été imité par l ensemble des compagnies publiques qui ont formé des attelages associant les banques publiques au capital des nouvelles entités créées en juillet L exemple le plus illustratif de cette démarche est la constitution de la SAPS qui est une filiale commune de la SAA, numéro un du secteur et de la MACIF française qui se sont associés à la Badr et à la BDL. La filiale algérienne d AXA s est également pliée à cette règle en signant avec la BEA. L avantage le plus visible de ces associations réside d abord dans la constitution de vastes réseaux de distribution «multi canal» qui vont utiliser à la fois le réseau propre des compagnies d assurance et les points de vente constitués par les agences bancaires.

13 En attendant les nouveaux produits Pour développer un marché au «potentiel reconnu», les compagnies vont devoir affronter d abord le défi de la diffusion des produits existants et ensuite celui, plus ardu, de la conception de nouveaux produits adaptés aux besoins des algériens. Le PDG de Cardif El Djazair explique : «Pour l instant nous concentrons toute notre attention sur les produits de prévoyance. Nous faisons de l assurance emprunteur. Nous travaillons sur la santé et les produits d assistance. On a également un produit pour le rapatriement des corps». Du coté de la SAPS, on a commencé par récupérer le portefeuille de la SAA. Un portefeuille constitué essentiellement d assurances individuelles accidents ou décès, qui restent pour l heure les produits phares du marché algérien, ainsi que d assurances voyage et rapatriement de corps, et d assurances collectives groupes pour les entreprises souhaitant protéger leurs salariés dans le domaine de la prévoyance santé. Pour l instant, les nouveaux produits se font un peu attendre. Macir-Vie vient de lancer un produit spécial Hadj et Omra. La SAPS lance une assurance emprunteur de prêts immobiliers et annonce que ses projets portent également sur la mise au point de produits d assurance santé ou de produits de prévoyance qui seront adaptés spécifiquement pour les clients algériens. AXA Algérie propose en plus des classiques assurances voyage et décès, des produits plus originaux comme une assurance accidents de la vie et une assurance scolaire. Les assureurs ne manquent pas d idées et on évoque déjà parmi une foule d autres projets, le lancement d une «assurance nuptialité» qui permettra de préparer le mariage des enfants, ou encore d une assurance études qui financera leur passage à l université. Des produits qui n ont plus qu à trouver leur clientèle. LE COURRIER d ALGERIE UN PROTOCOLE D ACCORD SUR LES RÉDUCTIONS VIENT D ÊTRE ÉLABORÉ L UAR veut mettre de l ordre dans le secteur des assurances L'Union des Assureurs et Réassureurs (UAR) considère les tarifs des primes responsabilités civiles automobile appliqués par l autorité de régulation du ministère des Finances comme étant insuffisants. Au nombre de treize, les compagnies d assurances et de réassurance activant sur le marché national estiment qu elles sont lésées. Une étude publiée par le magazine suisse Atlas pourtant sur les tarifs de l assurance automobile pour l année 2010 fait ressortir des disparités entre les pays du même espace géographique ayant un même niveau de vie. À titre illustratif, les disparités qui existaient en 2004 au sein d un même espace géographique et d une population de niveau de vie comparable, subsistent en Au Maghreb, l écart de tarifs entre le Maroc et l Algérie s accroit entre 2004 et De 1 à 10,4 en 2004, cet écart passe de 1 à 12 en La situation est encore plus pénalisante pour l Algérie si l on tient compte de la variation des prix à la consommation de +17,96% pour la période considérée lit-on dans le rapport du magazine Atlas. Lors d une conférence de presse tenue, hier à Alger, les membres de l UAR ont conforté l étude du magazine suisse. Pour y remédier, l UAR a pris un certain nombre de mesures parmi lesquelles figurent en premier lieu le protocole d accord sur les réductions. Le président de l UAR, Amara Latrous a jugé nécessaires, voir urgent, la mise en place de cette mesure, eu égard aux remises par certaines compagnies d assurances à leurs clients, jugées excessives par l orateur. À travers ce protocole d accord, l UAR vise à imposer à toutes les compagnies d assurances et de réassurances un seuil à ne pas franchir. Ainsi, l UAR a proposé des réductions de l ordre de 30% pour l assurance automobile (particulier) et 50% pour les entreprises. À travers cette mesure, Amara Latrous vise à mettre de l ordre dans le secteur des assurances dont les pratiques de certaines compagnies d assurances portent préjudice à tout le marché. Il a estimé que les compagnies d assurances qui font dans le dumping en accordant à tout-va des réductions tarifaires quelques fois à des niveaux jugés très élevés, mettent en péril le secteur des assurances. Pour mieux cerner le préjudice causé par ces pratiques, l UAR a procédé à l évaluation des pertes dans l assurance obligatoire. Une fois ces pertes évaluées, l UAR, tout en maintenant la concurrence, sera en mesure de situer la fourchette de ces remises, a-t-il expliqué. Une autre mesure prise par l Union des Assureurs et Réassureurs concerne la mise en place du fichier national du conducteur. Ce fichier permettra, à moyen terme, de mettre en oeuvre le système de

14 bonusmalus. À noter que l assurance automobile représente 50% du chiffre d affaires du marché des assurances en Algérie alors que l assurance des personne ne représente que 6%. LA TRIBUNE du Assurance automobileplus de sinistres réglés pour un montant de 4 milliards de dinars Par Samira Imadalou Si l assurance des personnes a connu une régression en raison de filialisation du secteur, la branche automobile continue à être majoritaire, représentant 56% du chiffre d affaires des assurances durant le premier semestre de l année en cours. Résultat de l augmentation du parc automobile. Mais l assurance automobile est déficitaire. Et pour cause, les indemnisations versées aux assurés sont beaucoup plus importantes que les besoins exprimés dans une branche où des réformes s imposent pour assurer une meilleure gestion. Dans ce cadre, les assureurs ont conclu un protocole d accord dans lequel plusieurs points ont été proposés, notamment le plafonnement des remises à 50% qui sera appliqué de manière progressive. Les compagnies d assurances ont également demandé la révision à la hausse de la prime de responsabilité civile (RC), dont le taux est le plus bas dans la région, sept fois plus faible par rapport au montant fixé au Maroc par exemple. «Pour chaque dinar de RC, les compagnies versent 2,5 dinars, soit un déficit de 275%», selon Abdelkrim Djaafri, P-dg de la Caat.Actuellement estimé à dinars, cette prime est jugée donc insuffisante dans une branche où des milliers de dossiers de sinistres automobiles sont en attente de prise en charge en plus des dossiers (1 million au total) enregistrés au cours de cette année. D ailleurs, avec l appui du ministère des Finances, les 13 compagnies d assurances regroupées autour de l UAR (l Union des assureurs et réassureurs) ont solutionné entre janvier et juin 2012 pas mois de vieux sinistres, sur un nombre global de Cette opération de liquidation de stocks de sinistres a coûté 4 milliards de dinars et atteindra d ici à la fin de l année 7 milliards de dinars. C est ce qu a indiqué hier le président de l UAR, M. Amar Latrous, dans une conférence de presse consacrée aux nouvelles dispositions du secteur.pour sa part, le P-dg de la Caat a relevé l importance de la fraude qui a atteint, selon lui, des proportions incommensurables ces dernières années avec des taux allant jusqu à 20%. Les dossiers douteux sont, faut-il le noter, soumis à la société Alpha créée en collaboration entre la Caat, la Caar et la SAA pour divulguer les tentatives de fraude. A ce sujet, le P- dg d Alliance Assurance, Hassan Khelifati, a noté que sur les 20 dossiers incertains soumis à Alpha au 1er trismestre 2012, 16 constituent des tentatives de fraude. Pour rappel, sur les dix dernières années, les compagnies d assurance ont récupéré 800 millions de dinars grâce à la détection des cas de fraude. La majorité de ces incidents «ont été réglés à l amiable».concernant l assurance des personnes, qui a vu son chiffre d affaires baisser de 36,3%, passant à 2,5 milliards de dinars contre 4 milliards de dinars durant le 1er semestre 2011, une vaste campagne de sensibilisation sera lancée. L UAR s attend à une reprise de cette activité avec le parachèvement du processus de filialisation conformément à la loi du 20 février Les 7 compagnies versées dans ce créneau utilisent à titre indicatif le réseau des entreprises mères en attendant l ouverture de leurs propres agences. «En 2013, les compagnies d assurances personnes atteindront leur vitesse de croisière», prévoit Amar Latrous, qui reste optimiste sur l avenir de ce secteur nouveau en Algérie où beaucoup de produits sont proposés, que ce soit aux entreprises (à travers les conventions de groupe) qu aux particuliers. L offre collective est la plus iimportante selon le représentant de Caarama assurance, filiale de la Caar, qui a présenté à l occasion les différents produits de la filiale. ALGERIE SOIR Plaidoyer pour l'augmentation de l'assurance véhicule Sur 700 dossiers de remboursement cumulés par l'ensemble des compagnies d'assurance au niveau national et qui sont restés en suspens, 400 ont été traités à hauteur de 4,7 milliards et l'ensemble des dossiers seront réglés définitivement d'ici la fin de l'année en cours. C'est ce qu'a annoncé, hier, M. Amara Latrous, président de l'union des établissements d'assurance et de réassurance, lors d'une conférence de presse à l'hôtel Aurassi, au cours de laquelle, les compagnies d'assurance affiliées à l'union ont fait un tour d'horizon sur les produits du secteur des assurances sur le marché national. Le président de l'union a précisé qu'il n'est pas dans l'intérêt des boîtes d'assurance d'augmenter les

15 stocks des dossiers sinistres, sachant que ce cumul influe négativement sur l'équilibre financier des compagnies d'assurance. Pour la CAAT, son responsable a affirmé que sa compagnie est aujourd'hui au point 0 pour le remboursement des dossiers sinistres. Et d'ajouter que les compagnies d'assurance ont traité des dossiers sinistres en 2011, pour un montant de 7 milliards de dinars, «un montant qui sera plus important pour l'année 2012», a-t-il déclaré. Le président de l'union est revenu sur la question de la révision à la hausse de la tarification de la prime obligatoire d'assurance automobile dite à responsabilité civile. Pour le président de l'union, le coût de cette prime est jugée très bas, notamment si on le compare aux prix pratiqués dans le pourtour méditerranéen, et par rapport à nos voisins. «C'est sept fois moins par rapport aux prix pratiqués au Maroc et 5 fois moins par rapport à la tarification tunisienne», dira-t-il. «La prime moyenne de l'assurance automobile obligatoire est actuellement à DA, ce qui crée un véritable déséquilibre entre les recettes et les dépenses», précise Lamara Latrous, en affirmant que les responsables de l'union vont encore une fois faire appel au ministère des Finances pour une éventuelle révision de cette prime. Le président de l'union a également parlé du contrat d'accord pour plafonner ou limiter les réductions, signé par les compagnies d'assurance et le ministère des Finances. Ce contrat prévoit, donc, de limiter les réductions pour éviter le dumping. L'accord prévoit également la mise en place d'un fichier national des conducteurs, liquidation des sinistres. Et ce, avec le plafonnement des remises à hauteur de 50% pour les entreprises et à 30% au profit des particuliers. Interrogé sur les cas de fraude dans la déclaration des sinistres, le président de l'union a fait savoir que ce genre de fraudes n'est pas propre à l'algérie, la moyenne est de 10 à 25% dans le monde, et très importante en Afrique. «Pour le cas de notre pays, elle est de 20%», a-t-il précisé en soulignant que c'est la raison pour laquelle, les autorités algériennes ont jugé nécessaire la création d'une entreprise d'expertise et de lutte contre la fraude. Il s'agit, selon le conférencier, de l'entreprise ALPHA. Cette entreprise effectue des expertises et des enquêtes approfondies pour ceux qui la sollicitent. «Effectivement, au cours des trois premiers mois de l'année 2012, 20 dossiers douteux ont été remis à cette entreprise, 16 d'entre eux étaient bel et bien des tentatives de fraude», conclut le président de l'union. ASSURLAND.com Les compagnies d assurances veulent la hausse de l assurance auto par Stéphanie Robert Algérie. Les compagnies d assurance regroupées dans l Union algérienne des sociétés d assurance (UAR) réclament au gouvernement l augmentation des tarifs de l assurance voiture afin de permettre l équilibre entre les indemnisations des assureurs et les cotisations des assurés. Le gouvernement devra trancher sur la base d un rapport explique le site letempsdz.com. Hausse des tarifs d assurance auto au nom de l équilibre Selon l UAR, les tarifs d assurance auto algériens sont 10 fois moins élevés que dans d autres pays du Moyen-Orient et d Afrique du Nord. Une situation non pérenne pour les assureurs qui souhaitent augmenter les tarifs dans un objectif d équilibre des comptes. L équilibre des comptes des compagnies d assurance serait en effet en danger. D après le PDG d Alliance Assurances Hassan Khelifati, le rapport cotisation/indemnisation n est pas à l équilibre. Pour reprendre son exemple : «contre 1 DA payé par l'assuré, il reçoit 2,75 dinars d'indemnité, soit 275 % de déficit». Selon l UAR, les assureurs vont proposer un rapport chiffré au ministère des Finances algérien. C est ce dernier qui devra trancher en faveur ou non d augmentations de tarifs pour l assurance automobile. Un chiffre d affaire des assurances algériennes à la hausse Parallèlement à ces revendications, le Conseil national des assurances (CNA) dévoile que le chiffre d affaire des assureurs s affiche à la hausse, lit-on sur le site lexpressiondz.com.

16 + 5,8 % en 2012 par rapport à l année précédente, résultat boosté notamment par la hausse des importations de véhicules. Les assurances dommages jouent un rôle prépondérant dans ce chiffre d affaire puisqu elles représentent 94,8 % du marché. L EXPRESSION LES ASSUREURS EN ONT PRIS LA DÉCISION HIER Un fichier national des conducteurs sera créé Par Amar CHEKAR Les accidents de la route causent, certes, de nombreux morts chaque année mais ils sont aussi la source de pertes financières pour les assureurs. Trois conventions ont été signées, hier à Alger, entre les premiers responsables des sociétés d'assurances privées et publiques, portant sur la réduction des primes d'assurance automobile. Le premier protocole d'accord porte sur la limitation des réductions de 30% pour les particuliers et de 50% pour les entreprises. Le deuxième est lié à la mise en place d'un fichier national des conducteurs ainsi que la création d'un comité de veille qui aura pour mission, le suivi des dossiers relatifs aux dossiers d'indemnisations des accidents de la route enregistrés par le conducteur. La signature des protocoles d'accord est effectuée par les différents représentants des sociétés d'assurances dont la Caat, Ciar, SAA, Alliance Assurances, Trust Assurance, 2A. Ces textes traitent désormais des activités d'assurance en Algérie ainsi que des nouvelles dispositions relatives à la séparation des assurances de dommages des assurances de personnes. Les mesures prises par les sociétés oeuvrent toutes dans le sens de garantir le droit des assurés à l'indemnisation dans les meilleurs délais. Hassan Khelifati, président-directeur général d'alliance Assurances souligne que «si les sociétés d'assurances évoluent, c'est le client lui-même qui bénéficiera davantage de leurs services». Il ajoute que dans le cas contraire, assurés et assureurs seront perdants. Les lois en vigueur qui régissent le fonctionnement des assurances remontent à Le chiffre d'affaires du secteur des assurances est estimé à 90 milliards de dinars dont 56% des recettes totales reviennent à l'assurance automobile, 6% pour l'assurance des individus pour le premier semestre Par ailleurs, notons que le chiffre d'affaires global des assurances a évolué de 6% par rapport à l'année S'agissant des prévisions de l'année 2013, le taux est fixé à 15%, selon Amara Latrous, présidentdirecteur général de la compagnie d'assurance SAA. Il a aussi abordé la question des fraudes qui sont effectuées sur la base des fausses déclarations liées aux accidents de la route. A travers un contrôle rigoureux, Latrous a révélé qu'une somme de 500 millions de dinars a été économisée sur les dix dernières années. Il avance le fait que les clients continuent à nier les évidences malgré les preuves apportées à leur encontre. Ils ont été estés en justice sans pour autant donner des précisions sur le nombre de clients ayant fait l'objet de la procédure. Le constat à l'amiable lié aux accidents de la route, est vivement conseillé aux clients, afin de faire avancer les dossiers des assurés au lieu de rester figés sur des positions qui ne font que perdre du temps et de l'argent aux parties en litige. Souffrant de l'absence de culture de l'assurance chez les citoyens qui n'accordent d'importance que pour l'assurance automobile en premier lieu, l'union algérienne des sociétés d'assurance et de réassurance (UAR), passe à une nouvelle dynamique de gestion des indemnisations des accidents automobiles en Algérie qui visent entre autres, à booster le chiffre d'affaires du secteur. EL FADJR رئ س االتحبد خ الىطن خ لحمب خ مستهلك التأم ن عبدل أم ن قى ذري ل الفجر : شركبد التأم ن تىاطأد مع مكبتت الخجرح لنهت أمىال 10 آالف جسائري

17 ؽ خ صاسح ا ب ٤ خ ؾلذ لبد صثبئ ٣ زظش ا زؼ ٣ ل ز 10 ع اد إؽب خ 5 زؼب ٤ ػ ٠ ا ونبء طب ت ثغؾت عضئ ٢ شخقخ رؼ ٣ ل ا زنشس ٣ ػ ع اد ا زأخ ٤ ش ؾق سئ ٤ ظ االرؾبد ٣ خ ا ه ٤ خ ؾ ب ٣ خ غز ٢ ا زأ ٤ ػبد أ ٤ ه ٣ ذس ١ أ ؽ خ ا زؼ ٣ ل ا ز ٢ ثبؽشر ب صاسح ا ب ٤ خ مذ ؽش بد ا زأ ٤ ا بؽطخ ك ٢ ا غ م ا ه ٤ خ ثغجت رأخش ب ك ٢ رؼ ٣ ل صثبئ ب ػ ا ٥ عب ا وب ٤ خ أكنذ إ ٠ ع د لبد مؾب ٣ ب ٣ زظش ا زؼ ٣ ل ز 10 ع اد ثغجت ؽ ادس ا ش س د عذ.. ؼ ب أ ا غ ؼ ٤ خ ا ز ٢ ٣ ض ب ؽشػذ ك ٢ إػذاد ق هنبئ ٢ لق ع ٤ ز إ ٣ ذاػ ثب ؼذا خ هش ٣ جب مذ 5 ؽش بد بؽطخ ك ٢ ا غ م ا ه ٤ خ ثغجت رغب صاد خط ٤ شح شر جخ هشك ب ب ع ٤ ز ا زوذ ثط ت غؾت ا شخقخ عضئ ٤ ب ز ا ؾش بد. ب عجت سكل ؽش بد ا زأ ٤ رؼ ٣ ل صثبئ ب هطبع ا زأ ٤ بد ث ؾ ز ا مؼ ٤ خ ا زؼل خ ثغجت ػذ ع د ػو ثبد سدػ ٤ خ مذ ؽش بد ا زأ ٤ ا ز ٢ رزؼ ذ ػذ رؼ ٣ ل ا ضثبئ ؽ ٤ ش ؿ ٤ ش ا ؼو أ رطب ت صاسح ا ب ٤ خ ؽش بد ا زأ ٤ ك ٢ ا غضائش ثزؼ ٣ ل صثبئ ب ػجش رؼ ٤ خ سع ٤ خ سؿ أ ز ا مؼ ٤ خ ٣ ل ب ا وب ا لش ك أ ٣ ز كشك ػو ثبد فبس خ مذ ا ؾش بد ا ز به خ ا ز ٢ عذد ا غ ا ظش ف ا الئ خ اف خ ا زالػت ثضثبئ ب غ ا ؼ أ ز األخ ٤ شح ر ز ي ا ب ا الص إال أ ب رشكل رؼ ٣ ل ا ضثبئ غشد ػذ فشف جب ؾ ب ٤ خ غ ا ؼ أ ز ا ؾب خ رؼ ٤ ؾ ب بكخ ا ؾش بد ا بؽطخ ك ٢ ا غ م ا ه ٤ خ ع اء ثب غجخ ؾش بد ا ؼ ٤ خ أ ا خبفخ ب عؼ صاسح ا ب ٤ خ رؾ ؽ خ اعؼخ زؼ ٣ ل. ػذد ا لبد ا ز ٢ الرضا ر زظش ا زؼ ٣ ل ػذد ب ٣ زغب ص 10 آالف ق ث إ ٣ وذس ثؼؾشاد ا ٥ الف ب ٣ زط ت ا ؾ خ إ ٣ غبد ؽ عزس ٣ خ ؾ الع ٤ ب أ ك ٢ شح ٣ ز ك ٤ رغ ٣ خ عضء ز ا لبد ػجش رؼ ٣ ل صثبئ ب رزشا لبد أخش عذ ٣ ذح ٣ نطش أفؾبث ب ال زظبس ع اد أخش هج أ ٣ ب ا رؼ ٣ نبر. ك ٢ زا اإلهبس أػ أ ؽ خ ا زؼ ٣ ل ا ز ٢ ثبؽشر ب صاسح ا ب ٤ خ ؾلذ ػ ع د مؾب ٣ ب ٣ زظش رؼ ٣ نبر ز 10 ع اد ٣ زؾق ا ػ ٤ ب ؾذ ا غبػخ ب عؼ ب ا ٤ رجبؽش ؽ خ اعؼخ إلػبدح ا ؾو م ألفؾبث ب. أ ز غ ؼ ٤ خ ه ٤ خ ؾ ب ٣ خ غز ٢ ا زأ ٤ ب هل ؽشػ ب ك ٢ رؾن ٤ ش لبد هنبئ ٤ خ لق خ ع دػ ب ثب ؾ خ هش ٣ جب العزؼبدح ؽو م صثبئ ؽش بد ا زأ ٤ عزؾ ا شؽ خ األ ٠ 5 ؽش بد ث ب ك ٤ ب ا ؾش بد ا ه ٤ خ ا ؼ ٤ خ ا خبفخ ؽ ٤ ش ع طب ت ثزؼ ٣ ل ا ضثبئ ك سا رغ ٤ رؼ ٣ نبد ػ ٣ رأخشد ك ٤ ؽش بد ا زأ ٤ ػ رغ ٤ غزؾوبر ػ ا خ ا وب ٤ خ ا ؾذدح ث ٣ ب. 45 ب ع طب ت ثغؾت ا شخ االػز بداد عضئ ٤ ب ا ؾش بد ا ز ٢ رشكل رؼ ٣ ل صثبئ ب ب ع ٤ ػو ثخ سدػ ٤ خ رش ت ا ؾش بد ا ز ٢ رزؼ ذ ػذ ا زؼ ٣ ل رغؼ ب ض خ ثبؽزشا ا وب. ٤ ق رو ٤ هطبع ا زأ ٤ بد ك ٢ ا غضائش هطبع ال ٣ ضا زأخشا ب أ ا غضائش رق ق ك ٢ ر ٣ ا زشر ٤ ت ا ؼب ٢ ا ؼشث ٢ اإلكش ٣ و ٢ ا بسث ٢ زأ ٤ بد زا ساعغ إ ٠ ػذ صوخ ا اه ٤ ثؾش بد ا زأ ٤ ٤ ظ كوو إ ٠ ػذ ػ ٢ ا اه ثأ ٤ خ ا زأ ٤ ؽ ٤ ش غذ أ غجخ ا زأ ٤ ك ٢ ر ظ رؼبد 5 أمؼبف ا غضائش ك ٢ ا شة 10 أمؼبف ب ٣ غؼ ا ؾ خ ض خ ثئ ٣ غبد ؽ عزس ٣ خ الع ٤ ب أ االهزقبد ا غضائش ١ أ ضش رط سا اهزقبد ٣ بد ز ا ذ األ ش ا ز ١ ب ٣ لشك أ ٣ سه أػ ب هطبع ا زأ ٤ بد ك ٢ ا غضائش مخ ب هبدسا ػ ٠ ا غب خ ك ٢ إ ؼبػ االهزقبد ا غضائش ١. أال رش أ ب ي فؼ ثبد ر اع ؽش بد ا زأ ٤ رؼ ٤ ن دخ ب ا غ م ا ه ٤ خ أػزوذ أ صاسح ا ب ٤ خ ثبؽشد إعشاءاد عذ خ ز ذح زغ ٤ ػ ٤ خ ؼ ا شخ ؾش بد ا شاؿجخ ك ٢ اكززبػ كش ع عذ ٣ ذح زأ ٤ زا ا ؾش بد ا ز ٢ رط ؼ ذخ ا غ م ا غضائش ٣ خ ب ٣ غ ا ؼ ٤ خ الع ٤ ب ثب غجخ زؼب ٤ ا ز ٣ ٣ دػ لبر ك ٢ ا ٥ عب ا شع ٤ خ أ هج ؽذ س ا اسس االؽزغبعبد ؽ ٤ ش ؿ ٤ ش ا ؼو أ ٣ زظش ا ؤ إ ٠ ؿب ٣ خ ه ع ا ؾ ػ ٠ ؿشاس ا ل ٤ نب بد أ ا ضالص ٤ ز ا زوذ ثط ت صاسح ا ب ٤ خ ؾ ا شخقخ.

18 ب ا غجت ا ز ١ ٣ وق ساء ا خلبك ز عبد ا زأ ٤ ك ٢ ا غضائش ا غجت ساعغ ك ٢ ا ض ٤ ش األؽ ٤ ب إ ٠ ػذ إكشاط ؽش بد ا زأ ٤ ػ أف بف عذ ٣ ذح ؽ ٤ ش أ ا ز عبد ا ز ٢ ب ذ ز اعذح ز ع اد ا غجؼ ٤ ٤ بد ٢ لغ ب ا ز ٢ ٣ ز ػشم ب ؽب ٤ ب ب ٣ غؼ ب ؿ ٤ ش ش ٣ خ ضث وبس خ غ ر ي ا ز اعذح ك ٢ أ س ثب ب أ ب ال رض ٤ ش ؽ ٤ خ ا اه ال رؾلض ا زؼب ٤ ػ ٠ ا بكغخ ك ٢ ا غ م ا ه ٤ خ. ب ٢ ا ؾ ا ز ٢ روزشؽ ب إلػبدح دكغ هطبع ا زأ ٤ بد ك ٢ ا غضائش طب ت ثزطج ٤ ن ارلبه ٤ بد إدا ث ٤ ؽش بد ا زأ ٤ خال أ ر زض ز األخ ٤ شح ثزغذ ٣ ذ غزؾوبد ا ؾش بد األخش ك ٢ ا ٥ عب ا وب ٤ خ الع ٤ ب ك ٤ ب ٣ زؼ ن ثؾ داس ا ش س ب ع ٤ ؼغ ك ٢ رغ ٤ ا ؤ ٤ غزؾوبر. ب أ ا غجت ا شئ ٤ غ ٢ زؼط رؼ ٣ ل ا ضثبئ ا زنشس ٣ ؽ ادس ا ش س خز ق أؽ ب ا زأ ٤ بد األخش ساعغ ثب ذسعخ األ ٠ إ ٠ ؾبؽ بد ث ٤ ؽش بد ا زأ ٤ ا ه ٤ خ ؽ ٤ ش ر ز غ ز األخ ٤ شح ػ رؼ ٣ ل صثبئ ا ؤ ٤ ذ ا ؾش بد األخش إ ٠ ؿب ٣ خ أ رل ٢ ا ؾش بد األف ٤ خ ثو ٤ خ ا زؼ ٣ ل ب ٣ ش قب ؼ صثبئ ب ٣ غؼ ػ ٤ خ ا زؼ ٣ ل غ ذح إ ٠ ر اس ٣ خ ؿ ٤ ش ؾذ دح. سؿ أ ؽش بد ا زأ ٤ ا بؽطخ ك ٢ ا غ م ا ه ٤ خ ا زض ذ ثز ه ٤ غ ارلبه ٤ بد ع بػ ٤ خ زؼ ٣ ل ا ضثبئ اال زضا ثزغذ ٣ ذ د ٣ ب رغ ٣ خ مؼ ٤ ز ب ا ب ٤ خ رغب ا ؾش بد األخش ا بؽطخ ك ٢ ا غ م ع خ 2004 ع ز ٢ رؾذ ػ ا ارلبه ٤ خ إدا إال أ ز األخ ٤ شح ر زض ث ن ز االرلبه ٤ خ ب رغجت ك ٢ رغ ٤ ذ ػ ٤ خ رؼ ٣ ل ا ضثبئ ا زنشس ٣ ك ٢ ثؼل األؽ ٤ ب ألص ٣ ذ ع ز ٤ هذ ٣ ق األ ش إ ٠ 10 ع اد. ب ذػ زؼ ٤٤ برت خجشح غزو خ ؽز ٠ ال ٣ ب ي ر اهؤ ث ٤ ز ا برت ؽش بد ا زأ ٤. برا روقذ ثز ي ب ي ؽش بد رأ ٤ رزؼب غ برت ا خجشح ػ ٠ أعبط أ ب برت ربثؼخ ب رؾذ د غجخ ا زؼ ٣ ل ؽ ٤ ش ال ٣ زغ ٠ ب أ رزغب ص ج ب ؾذدا سؿ أ ؽغ ا خغبئش هذ ٣ ل د ر ي ث ض ٤ ش ب ٣ ن ؽو م ا ؤ ٤ ٣ ؾش اعزشداد خغبئش ك ٢ ا ٥ عب ا وب ٤ خ ٣ غؼ برت ا خجشح زؾ ٤ ضح رلزوش ؾلبك ٤ خ خال ا زضا ب ثغوق رؼ ٣ ل ؾذد. إ ٣ ب ٤ ػ WAKT EL DJAZAIR رؼذ أمؼق ث 7 شاد ػ ا شة 5 شاد ػ ر ظ ؽش بد ا زأ ٤ رؼ ٤ ذ هشػ ص ٣ بدح أهغبه ا زأ ٤ ػ ٠ ا غ ٤ بساد ػضا ذ ٣ د ٣ ذا أػبد االرؾبد ا غضائش ١ ؾش بد ا زأ ٤ إػبدح ا زأ ٤ هشػ ق ص ٣ بدح رغؼ ٤ شح ا غؤ ٤ خ ا ذ ٤ خ اإل ضا ٤ خ زأ ٤ ػ ٠ ا غ ٤ بساد ػجش إهالم دساعخ خجشح ٣ ؼزض االرؾبد إ ٣ ذاع روش ٣ ش ػ زبئغ ب ػ ٠ غز صاسح ا ب ٤ خ ك ٢ خط ح إله بع األخ ٤ شح اكوخ ػ ٠ ا ض ٣ بدح ث ب ٣ رؾو ٤ ن ا ز اص ث ٤ ر ب ٤ ق ا زؼ ٣ ل ا ز ٢ رزؾ ب ؽش بد ا زأ ٤ األهغبه ا ذك ػخ هج ا ؤ. هب ا شئ ٤ ظ ا ذ ٣ ش ا ؼب ؾش خ آ ٤ ب ظ زأ ٤ بد ؽغب خ ٤ لبر ٢ خال ذ ح فؾل ٤ خ ظ ب االرؾبد ث ض األ ساع ٢ ثب ؼبف خ أ ظ ؾ )االرؾبد( ثقذد إػذاد دساعخ ػ ٤ خ ؽز ٠ ٣ زغ ٠ صاسح ا ب ٤ خ دساعخ هن ٤ خ ا ض ٣ بدح ك ٢ أعؼبس ا زأ ٤ ػ ٠ ا غ ٤ بساد ارخبر ا وشاس ا بعت. أ مؼ أ دساعبد هب ث ب االرؾبد رج ٤ أ د ٣ بسا اؽذا ٣ ذكؼ ا ؤ ك ٢ إهبس ا غؤ ٤ خ ا ذ ٤ خ اإل ضا ٤ خ زأ ٤ ػ ٠ ا غ ٤ بساد رذكغ ؽش بد ا زأ ٤ وبث ب 2.75 د ٣ بس زؼ ٣ ل أ ١ ب ٣ ض ػغضا غجز 275 ك ٢ ا بئخ ك ٢ ؽ ٤ أؽبسد دساعخ أخش ؾشد ؽذ ٣ ضب ك ٢ إؽذ ا غالد ا زخققخ رظ ش أ أهغبه ا زأ ٤ ػ ٠ ا غ ٤ بساد ثب غضائش رؼذ األمؼق ث طوخ ا ؾشم األ عو ؽ ب إكش ٣ و ٤ ب. ع ز ر ش ا شئ ٤ ظ ا ذ ٣ ش ا ؼب ؾش خ ا غضائش ٣ خ زأ ٤ ا ؾب ال بد ػجذ ا ش ٣ عؼلش ١ أ ا ظش إ ٠ ا زغؼ ٤ شح ا طجوخ ؽب ٤ ب ػ ٠ ا غؤ ٤ خ ا ذ ٤ خ اإل ضا ٤ خ زأ ٤ ػ ٠ ا غ ٤ بساد بؽ ٤ خ ا شد د ٣ خ ا ب ٤ خ كئ ب ال رط ٢ ا ز لخ ا ز ٢ رذكؼ ب ؽش بد ا زأ ٤ ؤ ٤ ػ ٤ كب االرؾبد ٣ طب ت ثشكغ ا زغؼ ٤ شح ف إ ٠ ا ز اص ث ٤ ا ز ب ٤ ق

19 األهغبه ا ذك ػخ هج ا ؤ. ن ٤ لب أ وبس خ ا زغؼ ٤ شح ا طجوخ ثب غضائش غ ا ذ ا غب سح ب الؽظ أ ب أمؼق ا شة ث 7 شاد 5 شاد ك ٢ ر ظ. رغ ٣ خ بئ ٤ خ لبد ؽ ادس ا ش س ك ٢ 2012 ػ ٠ فؼ ٤ ذ ر ١ ف خ أ ذ سئ ٤ ظ االرؾبد ا غضائش ١ ؾش بد ا زأ ٤ إػبدح ا زأ ٤ ػ بسح ؼزش ط أ رغ ٣ خ ع ٤ غ لبد ا زؼ ٣ ل ػ األمشاس ا برغخ ػ ؽ ادس ا غ ٤ بساد ع ٤ ز اعز ب ب ث ب ٣ خ ا غ خ ا غبس ٣ خ ك ٢ إهبس ػ ٤ خ ا زط ٤ ش رغ ٣ خ لبد األمشاس ا ؼب وخ زأ ٤ بد ا غ ٤ بساد األمشاس ا بد ٣ خ ا ز ٢ ؽشع ك ٤ ب ػ ٠ غز ع ٤ غ ؽش بد ا زأ ٤ ا بؽطخ ثب غضائش ز ؽ ش بسط ا لبسه. هذ س ؼزش ط ػذد ا لبد ا خبفخ ثب زؼ ٣ ل ػ ؽ ادس ا غ ٤ بساد ث 721 أ ق ق ع ٣ ذ 407 أ ق ق ب خال ا لزشح ا زذح ط غ ؽ ش بسط 2012 إ ٠ ؿب ٣ خ ؽ ش ع ا ا بم ٢ وبث رؼ ٣ نبد ث ذ ه ٤ ز ب ٤ بس 4.5 د ٣ بس ز هؼب أ ٣ شرلغ ؽغ ب ث ب ٣ خ ا غ خ ا غبس ٣ خ إ ٠ 7 ال ٤٣ ش د ٣ بس. ر ش أ زبئظ ػ ٤ خ ا زط ٤ ش ا ز ٢ عزغ ؼ ثزؼ ٣ ل ؽش بد ا زأ ٤ غ ٤ غ ا ؤ ٤ ا ز ٣ اع ا ؽبدصب ب ثغ ٤ بسار د ؽغبة أفؾبة ا زأ ٤ ػ ٠ ع ٤ غ ا خبهش ا ز ٣ ٣ ؼ م آ ٤ ب شم ٤ خ ؾ ٤ شا إ ٠ أ ه ٤ خ ا زؼ ٣ نبد غ ٤ بساد ػب 2011 هذسد ثأ ضش ٤ بس 36 د ٣ بس ك ٢ 2010 هج أ ٣ زو إ ٠ ٤ 43 بس د ٣ بس ث ب ٣ خ ا غ خ ا بم ٤ خ. ٣ ؾ سه األػ ب ا ؾون ك ٢ كشع ا زأ ٤ ػ ٠ ا غ ٤ بساد ب غجز 51 ك ٢ ا بئخ إع ب ٢ اإل زبط ا ؼب غ م ا زأ ٤ بد ثب غضائش ا ز ١ ث ؾ ٤ بس 87 د ٣ بس ك ٢ 2011 ث غجخ ث 6 ك ٢ ا بئخ ثب وبس خ غ سه األػ ب ا ؾون ك ٢ 2010 ك ٢ ؽ ٤ عغ ا وطبع ؾبهب ث ٤ بس 50 د ٣ بس إ ٠ ؿب ٣ خ ع ا ا بم ٢ غ ر هغ رغب ص ٤ بس 100 د ٣ بس شه أػ ب ا وطبع ث ب ٣ خ ا غ خ ا غبس ٣ خ. 20 % لبد ا زأ ٤ ثب غضائش ؾ ؽخ ك ٢ عؤا هذ ا غضائش ثؾأ ؽغ ا ؼ ك ٢ هطبع ا زأ ٤ أ ذ ا شئ ٤ ظ ا ذ ٣ ش ا ؼب ؾش خ ال بد أ دساعبد ث ٤ ذ أ ا ؼ ٣ ؾ 20 ك ٢ ا بئخ إع ب ٢ لبد ا زأ ٤ ثب غضائش ك ٢ ؽ ٤ رزشا ػ ز ا غجخ ػ ٠ ا غز ا ذ ٢ ث ٤ 10 إ ٠ 30 ك ٢ ا بئخ رشرلغ ا غجخ ك ٢ ثؼل ا ج ذا اإلكش ٣ و ٤ خ. اع خ ا ظب شح أمبف عؼلش ١ هشسد ا غ طبد ا ؼ ٤ خ إ ؾبء ؤعغخ راد هبثغ رغبس ١ رؾذ ؽؼبس آ لب رغب ك ٢ سأع ب ب صالس ؽش بد رأ ٤ ػ ٤ خ أ ذ ب خ ا زؾش ١ ا زذه ٤ ن ك ٢ ع ٤ غ لبد ا زأ ٤ ا ؾزج ك ٤ ب ا ب نخ ا ز ٢ ر دػ ب ا ؾش بد ا ؼب خ ك ٢ ع م ا زأ ٤ بد ثب غضائش د اعزض بء ٢ ا خ ا ز ٢ ٣ ؼ ق ػ ٤ ب خزق ك ٢ غب ا ؾق ػ أعب ٤ ت ا ؼ ا زض ٣ ش. MAGHREB EMERGENT du L'Union des Assureurs évoque l'idée de mettre le transporteur Tahkout en quarantaine Le PDG de la Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA), Kamal Arba, a déclaré mardi à Alger que les membres de l Union algérienne des sociétés d assurance et de réassurance (UAR) examinent la possibilité de mettre en quarantaine l entreprise Tahkout, spécialisée dans le transport universitaire. Cette dernière est engagée dans deux affaires en justice contre la CNMA et la compagnie Alliance Assurances. Le litige opposant la société de transport Tahkout à Alliance Assurances (AA) s est invité à la conférence de presse organisée mardi à Alger par l Union algérienne des sociétés d assurance et de réassurance (UAR). Le PDG d AA, Hassen Khelifati, s est contenté de dire, en réponse à la question d un journaliste d un grand titre de la presse arabophone, que la question est au niveau de la justice et qu il ne sert à rien de s attarder dessus. Le PDG de la Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA), Kamal Arba, a saisi, quant à lui, l occasion pour revenir sur un contentieux qui oppose sa caisse à cette même société de transport. «Les membres de l UAR échangent des informations sur les sociétés ayant créé des problèmes aux compagnies d assurance pour, éventuellement, ne plus traiter avec elles», a-t-il déclaré, sans citer nommément l entreprise Tahkout parmi les sociétés à problème. Une affaire qui remonte à 2008 Contacté par Maghreb Emergent, le chargé de communication de l entreprise Tahkout, M. Belounis, a refusé de commenter les propos du PDG de la CNMA. «Je n ai pas de commentaires du moment qu il n a pas cité le nom de Tahkout», a-t-il déclaré.

20 Pour rappel, le tribunal de Rouiba est en charge, depuis 2008, du contentieux entre l'entreprise Tahkout et la Caisse régionale de mutualité agricole d Alger, relevant de la CNMA, qui lui réclame des créances de l ordre de 267 millions de dinars. Le patron de l entreprise Tahkout, qui détient le monopole sur le transport universitaire au niveau de la capitale, a déposé une plainte pour faux contre Alliance Assurances qui lui exige un montant de 500 millions de dinars représentant, selon elle, le reste à payer d un contrat d assurance. Selon Mahieddine Tahkout, la pièce apportée par son ancien assureur est un contrat falsifié. Il a présenté à la justice un autre document comme étant le «contrat authentique». C est sur ce document qu a réagi, à son tour, le patron d Alliance Assurances en portant plainte pour faux sur les paraphes du contrat. Cette affaire est, elle aussi, au niveau du tribunal de Rouiba, qui a demandé un complément d'enquête le 28 octobre dernier. MAGHREB EMERGENT du % des sinistres déclarés relèvent de la fraude selon les assureurs algériens La fraude à l assurance a atteint des «proportions incommensurables», se plaint l UAR, rappelant que les enquêtes sur les cas frauduleux sont confiées à une société spécialisée, Alfa-Assurances Algérie. Au 1er semestre 2012, le secteur algérien des assurances a réalisé une croissance de 6%, avec un chiffre d affaires estimé à 50 milliards de dinars, dont 56% par la filière automobile, 30% par la filière dommages aux biens et 15% par le transport et l agriculture. Les cas de fraude représentent 20% des sinistres déclarés aux compagnies d assurance algériennes. Ce chiffre a été avancé aujourd hui à Alger par Abdelkrim Djaafri, PDG de la Compagnie algérienne des assurances (CAAT), qui a estimé que la fraude à l assurance prend des «proportions incommensurables». Les dossiers suspects, a-t-il rappelé lors d une conférence de presse organisée par l Union algérienne des sociétés d assurance et de réassurance (UAR), sont soumis à Alfaassurances Algérie qui dispose d inspecteurs pour mener des enquêtes sur le terrain. Le PDG d Alliance Assurances, Hassen Khelifati, a avancé dans ce sillage, que sa compagnie a soumis à Alfa, entre janvier et mars derniers, 20 dossiers suspects. L enquête, a-t-il expliqué, a révélé pour 16 d entre eux de «véritables tentatives de fraude». S ils ont fustigé les assurés-fraudeurs, les membres de l UAR n ont pas admis l existence d assureursfraudeurs. «Les compagnies d assurance vivent grâce à leurs clients et elles n ont pas intérêt à les léser dans leurs droits de crainte de les voir partir chez d autres assureurs», s est défendu Amara Latrous, président de cette union et PDG de la Société algérienne d assurance (SAA). «Le tarif de la responsabilité civile est 7 fois plus bas qu au Maroc» Amara Latrous a déclaré, par ailleurs, que le secteur des assurances a réalisé au premier semestre 2012 une croissance de 6%, avec un chiffre d affaires estimé à 50 milliards de dinars, dont 56% réalisés par la filière automobile, 30% par la filière dommages aux biens et 15% par le transport et l agriculture. La filière assurance des personnes, qui compte actuellement 7 sociétés sur le marché algérien, a réalisé près de 5% de ces50 milliards de dinars. Pour rappel le chiffre d affaires global du secteur des assurances en 2011 a atteint 87 milliards de dinars. Le PDG de la SAA a indiqué que le ministère des Finances n avait pas encore répondu favorablement à la demande de l UAR d augmenter le tarif de la responsabilité civile. Selon lui, le tarif appliqué en Algérie est le plus faible du Maghreb. Il est, a-t-il dit, 7 fois moins élevé qu au Maroc et 5 fois moins élevé qu en Tunisie.

21 1, rue chahid Aïssa Azzi Dély-Ibrahim Alger Tél : Fax :