REVUE DES MODÈLES D OPTIONS ET DES TESTS SUR LES BONS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REVUE DES MODÈLES D OPTIONS ET DES TESTS SUR LES BONS"

Transcription

1 REVUE DES MODÈLES D OPTIOS ET DES TESTS SUR LES BOS REVUE DES MODÈLES D OPTIOS ET DES TESTS SUR LES BOS Pierre Chollet, Université de la Méditerranée 1 Résumé. L auteur revoit, avec pédagogie, les principaux acquis sur les options et les bons de souscription d actions. Il en présente les modèles d évaluation concurrents et juge de leur performance. Il montre concrètement les sensibilités paramétriques du modèle classique selon le degré d enjeu des options. Il ajoute des exemples chiffrés d évaluation de bons vus comme options de type européen ou américain. Via une comparaison des tests connus sur les bons, il lui apparaît que les modèles plus raffinés réduisent l erreur d estimation, en particulier pour les bons très hors jeu, à vie longue et à dilution potentielle élevée. Toutefois, il reconnaît que leur application exige un surcroît d effort et demeure problématique. Il lui semble donc que les classiques de Black et Scholes (1973) et de Merton (1973) s avèrent, tout compte fait, les plus utiles pour l évaluation des bons. I. ITRODUCTIO ous voulons synthétiser les acquis en matière d évaluation des bons de souscription d actions (les bons ci-après) et donc décrire leur nature et leur importance en plus d établir la qualité des estimations issues des modèles d évaluation disponibles. En collaboration avec l Éditeur, et dans un esprit pédagogique, nous revoyons divers modèles d options et offrons des exemples chiffrés. D entrée, rappelons que la firme émettrice de bons (ou warrants) ve le droit de souscrire à des actions à des coitions prédéterminées de prix et de temps 2, le tout occasionnant divers effets de valeur sur elle-même et ses titres. 1 Pierre Chollet est Professeur à l Université de la Méditerranée (appelée Aix-Marseille II avant) et membre du CRET-LOG, de même que du CEROG de l IAE d Aix-en-Provence. Il est redevable pour la réalisation de ses travaux au CEREG de l Université Paris-Dauphine et à l IGT de l IAE de Tours. L auteur remercie vivement l Éditeur et les lecteurs de Finéco pour leurs suggestions, leurs nombreux ajouts pédagogiques et leur grae aide éditoriale. On le rejoint via 2 Même si la nature en est la même, il ne s agit pas ici des droits en cause dans une émission (dite iirecte) d actions via droits. Ceux-ci permettent d ordinaire d écouler très vite l émission, à prix de faveur et en priorité, auprès des actionnaires en place. Les émissions via droits sont traitées par Gajewski et Ginglinger (1996). FIÉCO, volume 11, année

2 PIERRE CHOLLET Quant aux options classiques que créent et s échangent les investisseurs via un marché, leur existence n influe pas d ordinaire sur la valeur de la firme, si l on exclut l effet iirect inhérent à tout marché de titres apparentés. L émission de bons commence aux États-Unis dans les années 20. On en use alors, et c est encore le cas, comme stimulants pour écouler des titres de dettes. À partir des années 70, les bons se répaent en Europe, puis à l international avec, notamment, les émissions japonaises sur l Euromarché. En France, les premiers bons sont émis en 1983 et croissent en nombre jusqu au krach de 87. Depuis, la survenance de nouveaux bons varie selon la conjoncture boursière, un contexte haussier étant favorable à leur émission. Liés à l origine à des obligations, les bons ont ensuite accompagné des émissions d actions, (g et Smith, 1996; Chemmanur et Fulghieri, 1997). Parfois, ils sont émis isolément ou donnés aux actionnaires en place et levables en contexte particulier, de contrôle menacé, par exemple. Au Canada, dans les années récentes, les émissions de bons classiques sont plutôt rares et leur mise à la cote encore plus rare. On en trouve seulement une poignée à la Bourse de Toronto (exemple: les bons d ICO) qui s échangent suffisamment pour apparaître régulièrement dans les pages financières du Globe a Mail ou de La Presse. Du côté américain, au début de 2000, c est surtout sur le ASDAQ qu on en trouve un bon nombre. La plupart ont été décotés par la suite à cause de la très forte dévalorisation, voire la disparition, des actions sousjacentes. Les bons s évaluent par méthodes empiriques jusqu à l apport de Black et Scholes (1973) permettant d évaluer les options classiques. La transposition de ce modèle de base (et de ses variantes) au contexte des bons a été facile. Il s agit pour nous de faire le point sur la qualité des estimations de bons fournies par les méthodes et modèles disponibles. ous verrons, par exemple, qu un modèle peut être performant dans un contexte et moins dans un autre. Ainsi donc, notre étude pourra éclairer le choix du modèle à retenir pour un contexte donné. ous verrons aussi que les modèles d options classiques s avèrent performants, malgré leurs simplifications. Dans la section II ci-dessous, nous rappelons la nature des bons et ce qui les distingue des options classiques. À la section III, nous présentons de nombreux modèles d options avec exemples chiffrés. Leur performance en matière d évaluation de bons est ensuite établie à la section IV via un recensement et une analyse des résultats empiriques connus à leur sujet. ous concluons à la section V quant aux modèles à retenir pour évaluer les bons. 98 FIÉCO, volume 11, année 2001

3 REVUE DES MODÈLES D OPTIOS ET DES TESTS SUR LES BOS II. LE BO: UE OPTIO U PEU SPÉCIALE Le bon n étant pas une option classique pure, son modèle devrait refléter sa nature spéciale. Celle-ci se distingue par son émettrice (la firme plutôt que l investisseur) et par ses potentialités: de financement dilué, de contrôle et de signalisation. À noter que les bons typiques manquent de liquidité, ce qui re plus problématique leur évaluation. Les options-salaires, également émises par les firmes, ont une parenté évidente avec les bons et leur évaluation est exigeante numériquement (Detemple et Suaresan, 1999; Galai, 1989). Un outil financier multiusage Avec l émission de bons, la firme augmente son capital d un certain produit initial et devient apte à profiter du produit éventuel, beaucoup plus important, de leur levée. Certes, ce deuxième apport dépe de coitions boursières. Le cas échéant, pour une dette donnée, la firme ajoute à ses fos propres et crée divers effets plus ou moins importants sur sa valeur et celle de ses titres: baisse du levier financier, effets de richesse, négatifs ou positifs, selon les coitions d émission, de levée et d utilisation des fos réunis. Par ailleurs, la firme de grae taille, faiblement eettée et rentable, peut voir dans les bons un outil d autonomie financière. En les plaçant en priorité auprès des actionnaires en place, elle limite l ouverture de son capital et ainsi le contrôle mieux 3. La distribution gratuite, assez fréquente, de bons est de même inspiration. Les bons sont utiles aussi pour contrer des OPA hostiles, tout comme ils peuvent servir dans les ententes à l amiable, notamment en facilitant divers montages financiers. Ils sont alors placés auprès de l initiatrice pour qu elle puisse acheter des actions à un prix moire et s éviter des impôts. Par delà les objectifs d augmentation et de contrôle du capital, il y a celui de la signalisation. Pour la firme de taille moyenne, eettée et peu rentable, qui manque de fos de croissance, l émission de bons peut constituer un moyen de signalisation. Rappelons le potentiel informatif des émissions de dettes (Ross, 1977) et d actions (Lela et Pyle, 1977). Pareillement, l émission de bons vient 3 L actionnaire en place s avère d autant plus réceptif qu il se voit offrir un fort levier (L) sur son placement en bons. En effet, sachant que le bon d achat (disons à X, valide jusqu à t, d une action à dividee zéro ayant cours S) lui coûte W, il n a qu à débourser une mince fraction (W/S) du prix de l action pour s en réserver toute surcroissance (S > X) jusqu à t, d où le fort levier L (=1/fraction = S/W). Aussi bien dire qu avec un placement unitaire en bons, il se réserve, jusqu à t, le surgain possible d un placement L fois plus gra en actions. FIÉCO, volume 11, année

4 PIERRE CHOLLET réduire l inégalité d information entre les intéressés à la firme (manageurs, prêteurs, actionnaires, etc.) et, du même coup, leurs conflits d intérêts. Des particularités à effets subtils L option classique s échange en lots réguliers, selon des échéances récurrentes, et par familles de prix de levée, tais que pour le bon tout est particulier à son émission, y compris parfois le rachat (Schulz, 1993), la révision en baisse du prix de levée (Howe et Su, 2001), voire la prorogation d échéance (Longstaff, 1990; Hauser et Lauterbach, 1996). De plus, sa vie étant beaucoup plus longue, souvent entre trois ans et dix ans au départ, le bon s évalue plus difficilement. En effet, avec une échéance plus lointaine on re plus probable la survenance de dividees, et la levée précoce du titre tout en fragilisant au moins deux autres hypothèses classiques d évaluation d options: la constance du taux sûr r et l homovariance du reement du support. On remet d autant plus en cause l hypothèse d homovariance (Crouhy et Galai, 1991a) que le bon absorberait une partie du bêta de l action et donc de la variance. Et cette variance serait réduite à un niveau plus instable. Un premier facteur d instabilité réside dans le partage du risque entre les actionnaires d une firme et ses détenteurs de bons puisque le partage ayant amené la baisse peut cesser dès que le bon devient, au fil du temps, fortement en jeu et se voit levé. Un deuxième facteur peut venir de l utilisation du produit initial des bons. Par exemple, si ce produit s ajoute à un eettement important en vue de réaliser des projets anormalement risqués, le risque des actionnaires augmente et par les projets et par l eettement. De plus, si la taille plus grae de la firme n a pas été anticipée, la volatilité de l action s en trouve augmentée. Bien sûr, l impact d une émission de bons sur la volatilité des actions sousjacentes dépe beaucoup de sa taille et donc de la dilution conséquente. Plus celleci est élevée, moins l hypothèse d homovariance du support convient lorsqu il s agit d évaluer les bons. En principe, les meilleurs modèles devraient intégrer l hétérovariance possible du support (Ball, 1993). Toutefois, nous verrons plus loin que de tels modèles n offrent pas une supériorité d évaluation iiscutable. III. MÉTHODES ET MODÈLES D ÉVALUATIO a. Méthodes empiriques d avant Black et Scholes (1973) Avant 1973, les bons s évaluaient à partir de méthodes empiriques peu performantes, notamment les méthodes: A) actuarielle; B) du reement égal ou de Turov (1974); C) de Shelton (1967); D) de Kassouf (1969); et E) de Miller (1971). La méthode B est encore utilisée par les praticiens. Les méthodes C et D ont subi des tests de performance dont les résultats très décevants sont compris dans le ta- 100 FIÉCO, volume 11, année 2001

5 REVUE DES MODÈLES D OPTIOS ET DES TESTS SUR LES BOS bleau 2 de la section IV. Les cinq méthodes sont présentées à l annexe A dans un but plus historique qu utile. b. Le bon vu comme option d achat classique Convenons que, en l absence de précisions: (1) il s agit toujours ci-dessous d un bon pour souscrire à n=1 action; et (2) le moment d évaluation du bon est au temps zéro de sorte que son échéance s exprime par t-0 = t. Rappelons aussi que la valeur du bon vu comme option classique 4 a ses deux composantes (intrinsèque et spéculative), qui ensemble dépeent de six paramètres, ou facteurs, à expliciter cidessous et qu on symbolise souvent par S, X, t, r, σ, i. Vu que le modèle d option classique convient dans bien des circonstances pour estimer la valeur du bon W, il devient opportun ici de le rappeler en l appliquant au bon et de montrer la sensibilité de W à des variations paramétriques. Considérons d abord les paramètres S et X, via la valeur intrinsèque (VI), ou valeur courante de base, du bon. Celle-ci se mesure par le maximum qu une levée, ou que le don, du bon dans l immédiat produirait, soit: VI = Max(S-X, 0) = Tout dépassement possible du prix de levée (X) par le cours du support (S). À noter qu avec un support rapportant i% en dividee jusqu à l échéance du bon, il faut diminuer S par la valeur actualisée du revenu avant d établir la VI en cause. ous y revenons plus loin. Par ailleurs, comme le bon vaut W et plus que sa VI, l excédent (W - VI) est donc lié à la possibilité qu il vaille davantage dans l avenir limité par son échéance. Cet excédent s appelle valeur-temps, ou valeur spéculative (VS), d où W = VI + VS. Concernant t, le temps à courir, plus il est long, plus la valeur spéculative (VS) du bon est élevée, et pareillement pour sa valeur totale (W) puisque sa valeur intrinsèque (VI) n en est pas modifiée. La simple intuition veut que, avec plus de temps, la probabilité d un produit de levée plus gra augmente. Si on mesurait l effet de valeur ( W/W) qu aurait une miniprorogation (disons t = 0,01 année) de l échéance on pourrait voir, et avancer, qu il est plus fort avec des échéances courtes. L avancé tient pour tout bon vu comme option d achat classique, qu il soit hors jeu, au jeu ou en jeu. Mais en termes relatifs d élasticité de la valeur du bon par rapport à t [η t ~ ( W/W)/( t/t)], l avancé ne tierait que pour la situation hors jeu. Le tableau 1 montre les composantes de W(=VI + VS) et les effets en cause ( W/W et η t ) pour un bon exemplaire. 4 Par classique, l on ente la modélisation, en régime continu, par Black et Scholes (1973) du droit d acheter, contre X, à l échéance t, un titre, dit support, ayant cours S et volatilité σ dans une économie à taux sûr r. Par extension, l on englobe la modélisation de Merton (1973) tenant compte d un sixième paramètre: un reement en dividee supposé continu et constant (i = D/S) pour le support. FIÉCO, volume 11, année

6 PIERRE CHOLLET TABLEAU 1 La valeur du bon (W) en tant qu option classique, ses dérivées et ses élasticités ( η ) B W = Val. intrinsèque + Val. spéculative VS = Max (0,S-X) + VS. W = S(d 1 ) - Xe -rt (d 2 ) selon Black et Scholes (1973). Partout on a que X = 40; r = 5%; σ = 30%. L élasticité par rapport au dividee est établie via le modèle de Merton (1973). Voir sous le tableau d. S = 001, X = 001, t = 001, r = 5%, r =0,01% σ = 30%, σ =0,01% État du bon levable contre X sur support ayant cours S Ligne (.) et échéance t en années W: Valeur courante du bon Valeur spéculative VS Delta W S η s W X W W (d 1 ) S S ~-e -rt (d 2 ) η x W W t t -Thêta b η Rho t W t W W t t W r ~txe -rt (d 2 ) η r W W r r Vega W σ ~S (d 1 ) c η σ W W σ σ Hors jeu X = 40 S = 30 (1) 0,2 (2) 1,0 (3) 2,5 0,03 1,23 3,82 0,03 1,23 3,82 0,02 0,26 0,46 21,07 6,37 3,60-0,02-0,16-0,25 19,87 5,36 2,60 0,60 1,79 1,62 3,70 1,46 1,06 0,13 6,58 24,83 0,20 0,27 0,33 0,72 9,74 18,82 6,73 2,38 1,48 Au jeu X = 40 S = 40 (4) 0,2 (5) 1,0 (6) 2,5 2,33 5,69 9,65 2,33 5,69 9,65 0,56 0,62 0,69 9,51 4,38 2,87-0,50-0,48-0,45 8,50 3,38 1,87 6,23 3,23 2,23 0,53 0,57 0,58 3,97 19,24 45,00 0,09 0,17 0,23 7,07 15,18 22,28 0,91 0,80 0,69 En jeu X = 40 S = 50 (7) 0,2 (8) 1,0 (9) 2,5 10,50 13,23 17,34 0,50 3,23 7,34 0,96 0,86 0,83 4,59 3,23 2,41-0,94-0,74-0,61 3,59 2,23 1,41 3,20 3,18 2,40 0,06 0,24 0,35 7,56 29,64 61,05 0,04 0,11 0,18 1,75 11,38 19,66 0,05 0,26 0,34 a Pour plus d interprétation des dérivées partielles (pentes ou taux de changement) du modèle classique d option, lire Chance (1994) et Hull (1997, ch. 14). 2 (-0,5d ) b Thêta = Taux auquel baisse W avec moins de temps à courir W/ t = -0,5 S (d 1 ) σ/t 0,5 - rxexp(-rt) (d 2 ) où (d1) = exp 1 /(2π) 0,5. c Par (d 1 ), entere la dérivée de (d 1 ) par rapport à d 1 ~ (d 1 )/ d 1, si est petit. Voir b aussi. d En présence d un support à reement continu constant en dividee (i = D/S), Merton (1973) a montré que l option, assimilée ici à un bon, vaut W = Se -it (d 1 ) - Xe -rt (d 2 ) où d 1 = [ln(s/x) + (r-i+0,5 σ 2 )t]/ σ et d 2 =d 1 - σ. Si on fixe i à 2% et pre i = 0,01% on obtient les résultats pour les lignes (1) à (9): Ligne (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) W 0,03 1,08 3,18 2,25 5,21 8,33 10,30 12,39 15,34 W/ i -0,12-7,01-29,73-4,38-23,44-62,09-9,79-40,89-95,89 Élasticité 0,08 0,13 0,19 0,04 0,09 0,15 0,02 0,07 0,13 t - t t 102 FIÉCO, volume 11, année 2001

7 REVUE DES MODÈLES D OPTIOS ET DES TESTS SUR LES BOS Concernant r, le taux d intérêt sûr pertinent, il se confo au reement que commae un placement sûr ayant l échéance du bon. La hausse de r, ne serait-ce qu en réduisant la valeur courante de X, augmente la valeur du bon. Cet effet se voit aussi en termes d économies de placement, car un moire montant placé à un taux r plus élevé procure le même X, et la même action sous option, à l échéance du bon. Le tableau 1 montre que l élasticité de W par rapport à r (= η r ) est faible, qu elle augmente avec l échéance mais qu elle diminue, pour une échéance donnée, avec le degré d enjeu du bon. Cela se voit bien dans la colonne des η r du tableau 1, si l on compare par exemple, les niveaux des lignes 3, 6 et 9 pour lesquelles on a la même échéance de 2,5 années. Concernant σ, l écart type de reement mesurant la volatilité du support, plus il est gra, plus la probabilité s élève que le cours S dépasse X à la levée du bon, et plus le bon vaut cher. Par exemple, si σ passait de 30% à 40%, alors W croîtrait de 1,23 $ à 2,28 $ à la ligne 2 du tableau 1 pour le bon hors jeu, de 5,69 $ à 7,21 $ à la ligne 5 pour le bon au jeu et de 13,23 $ à 14,49 $ à la ligne 8 pour le bon en jeu. Donc, pour le même t (ici de 1) et σ (ici de 10%), W croit proportionnellement moins qua le bon se trouve plus en jeu. Il s avère que plus le bon est hors jeu et à courte échéance, plus l élasticité de W par rapport à σ, soit η σ, est forte. En fait, elle est beaucoup plus forte que les autres élasticités ( η t, η r, η i ). Toutefois, si le bon est en jeu, l élasticité η σ serait très faible mais croissante avec l échéance du bon. Tout cela se voit bien au tableau 1. Concernant i, le reement en dividee possible du support, plus il est gra plus il dévalorise le bon (et abaisse donc W). En effet, comme i appartient au supporteur plutôt qu au détenteur du bon, celui-ci voit sa VI maximale disponible baisser de la valeur actualisée du flux de dividee, soit en régime continu, une baisse de (S-X) à (Se -it - X). Bien sûr, cette baisse de VI ne joue que pour le bon en jeu et augmente avec l échéance t. Toutefois, pour ce même bon valant W, l effet dividee sur sa VS serait légèrement positif, ce qui donne néanmoins un effet total net négatif. Pour le bon non en jeu, l effet dividee sur sa seule composante (VS) de W est faiblement négatif. Ce qui précède se reflète dans la faible élasticité de W par rapport à i ( = η i ), comme on le voit à la note d sous le tableau 1. Au total, les propriétés bien connues du bon vu comme option d achat ordinaire ressortent des situations chiffrées au tableau 1:. La valeur W du bon se décompose en valeurs additives (intrinsèque VI et spéculative, VS) mais en même temps, W doit forcément égaler, comme pour FIÉCO, volume 11, année

8 PIERRE CHOLLET tout titre, la valeur actualisée de son gain atteu [Se rt (d 1 ) e -rt = S(d 1 )] net de son coût atteu actualisé [Xe -rt (d 2 )].. W augmente avec S, t, r et σ tais que W diminue avec X et i.. À en juger par ses élasticités, W est particulièrement sensible à S et à X, que le bon soit hors jeu, au jeu ou en jeu; s il est hors jeu, W est aussi fort sensible à σ et t. c. Le bon comme option particulière ous savons déjà que les modèles classiques de Black et Scholes (1973) et de Merton (1973) peuvent servir à évaluer toutes sortes d options, y compris les bons. Le tableau 1 en illustre les calculs de valeurs théoriques, leurs composantes et leurs sensibilités paramétriques. Deux tests (peut-être typiques) de performance de ces modèles appliqués à l état pur sur les bons (avec des volatilités historiques pour le support) sont intégrés plus loin à notre tableau 2 des tests connus des modèles concurrents. Ils iiquent des erreurs significatives (au seuil de 1%) mais néanmoins fort tolérables à première vue, à en juger par ce qui suit: Erreur d évaluation Modèle Source Marché Moyenne Absolue moyenne B & S (1973) Merton (1973) Stucki et Wasserfallen (1989) oreen et Wolfson (1981) Suisse -4,55% 14,73% États-Unis 3,4% 16,1% On constate ici qu avec Black et Scholes on sous-évalue le bon tais qu avec Merton on le surévalue, alors qu en théorie, s il s était agi des mêmes bons, on aurait dû obtenir une évaluation plus faible avec Merton (qui soustrait l effet dividee). C est un premier iice que les comparaisons de performance d évaluation à partir de modèles, d échantillons et de chercheurs différents sont hasardeuses, voire déroutantes. Toutefois, avec un gra nombre de résultats, l on peut espérer parvenir à déceler les modèles plus performants, comme nous le verrons à la section IV. Ainsi, après le recours aux méthodes empiriques d avant 1973, puis aux modèles classiques de Black et Scholes et de Merton, les évaluateurs de bons ont voulu mieux prédire leur valeur en prenant des modèles d option et des mesures paramétriques plus accordés à leur réalité (levée prématurée possible, dividee ponctuel plutôt que continu, mesures concurrentes de la volatilité, etc.) et en corri- 104 FIÉCO, volume 11, année 2001

9 REVUE DES MODÈLES D OPTIOS ET DES TESTS SUR LES BOS geant les modèles pour l effet de dilution lié aux bons. Élaborons sur ces modèles améliorés avant de comparer leurs performances d évaluation de bons selon les principaux tests connus. L apport de Black (1975) Le bon est d ordinaire de type américain, donc levable en tout temps jusqu à son échéance t. Or, en présence de dividees intérimaires (à t 1, t 2,...t n < t) sauf circonstances improbables, il est établi (Hull, 1997, p. 251) qu une seule levée prématurée (juste avant t n ) peut dominer en valeur la levée à l échéance, là où l option est en jeu, le dividee D n important et t n rapproché de t. Black (1975) a justement proposé une procédure pour établir les deux valeurs en cause et retenir la plus élevée comme valeur de l option. Appliquons-la en considérant un bon soumis aux paramètres suivants: S = 20, X = 16, r = 7%, D 1 = 0,25 à t 1 = 0,15, D 2 = 0,25 à t 2 = 0,40, σ = 30% et t = 0,50. Alors si l on pre [20-0,25 exp (-rt 1 ) - 0,25 exp (-rt 2 ) =] 19,51 comme S corrigé dans le modèle B&S et t = 0,50 comme échéance, on obtient la valeur W = [S (d 1 ) - X exp (-rt) (d 2 ) = 19,51(0,8861) - 16 (0,8399) =] 4,31 pour le bon levé à son échéance t. Cepeant, si l on pre [20-0,25 exp (-rt 1 ) =] 19,75 comme S corrigé et t 2 = 0,40 comme échéance, on obtient W 2 = 4,36 pour le bon levé juste avant t 2. [On peut vérifier la non optimalité atteue pour la levée prématurée juste avant t 1 (W 1 = 4,18).] Comme la levée prématurée juste avant t 2 donne la valeur dominante W 2 (> W), nous prenons W2 comme valeur du bon. Voyons un deuxième modèle qui n exclut pas une levée prématurée possible autour de dividees ponctuels. L apport de RGW (Roll, 1977; Geske, 1979; Whaley, 1981) Dans l application du modèle RGW qui intègre les trois apports mentionnés pour les options américaines, il faut d abord établir le cours critique S c qu il faudrait observer juste après le dernier dividee (à t n + ) pour créer l iifférence avec la situation de levée juste avant, à t n -. Ce cours ex-dividee S c doit être tel que W +, la valeur de l option à t n +, compte tenu qu il reste (t - t n ) encore à courir, égale le produit net d une levée déclenchée à t n -, soit P = S c + D n - X. Bien sûr, d une part, si W + dépasse toujours P même en supposant des S c de plus en plus élevés, alors la levée prématurée est exclue. L on a alors l équivalent d une option européenne, donc évaluable à la Black et Scholes, pour peu que l on prenne le prix hors dividees actualisés comme cours du support. D autre part, on suppose ici que le facteur de chute du cours au point ex-dividee t n est de 100% (k=1) de D n. Si l on pre l exemple précédent, sachant que X = 16, r = 7%, D n = D = 0,25 et qu il resterait (t - t 2 = 0,5-0,4 =) 0,10 année encore à courir, alors il faudrait que FIÉCO, volume 11, année

10 PIERRE CHOLLET S c = 17,42 pour que l option, disons le bon, vaille alors: W + = 17,42 (d 1 ) - 16 exp (-0,07 * 0,10) (d 2 ) = 1,67 $, soit exactement le produit de levée P = S c + D n - X = 17,42 + 0,25-16,00 = 1,67 $. On a donc ici une levée prématurée possible pour - peu que le cours à t n dépasse S c + D n. Mais le lecteur peut vérifier qu avec D n = 0,05, elle serait exclue car aucun S c n aurait été assez élevé pour que W + = P. Une fois établi qu il existe un S c fini, il reste à obtenir (laborieusement) la valeur courante du bon vu comme option, car: W = K * [(b 1 ) + M 1 (.)]- Xexp(-rt) M 2 (.) - (X - kd n ) exp(-rt n ) (b 2 ) où: K * = [S * - D n exp (-rt n )] = Prix courant du support hors tout dividee prévu avant t, où S * = S - D 1 exp(-rt 1 ) D n-1 exp (-rt n-1 ) = Prix hors tout dividee avant t n où S * = S s il n y a qu un dividee (donc si t 1 = t n ); t = Temps à courir de l option par rapport au temps zéro courant, les temps de versement des D prévus étant t 1,..., t n < t; r = Taux sûr pertinent; X = Prix de levée; k = Facteur de chute du cours au point ex-dividee t n (d ordinaire on pre k=1); a 1 = [ ln( K* X) + ( r + 05σ, 2 )t] σ t ; a 2 = a 1 - σ t ; b 1 = [ ln( K* S c ) + ( r + 05σ, 2 )t n ] σ t n ; b 2 = b 1 - σ t n ; σ = Volatilité de K *, donc du prix du support hors dividees; (b i )= Probabilité normale que b < b i pour i=1,2; M i (.) = M(a i, - b i ; - t n t ) pour i = 1,2 = Probabilité normale bivariée avec corrélation ρ = - t n t = Prob (a < a i, b < -b i ; ρ ). Comme la programmation du calcul des probabilités bivariées est laborieuse 5 (voir Hull, 1997, p. 260), il n est pas étonnant que le modèle RGW soit peu utilisé par les praticiens pour évaluer les options ou bons de type américain. Le lecteur vaillant pourra établir que, dans notre exemple, où r = 0,07, S = 20, D 1 = 0,25 à t 1 = 0,15, D 2 = 0,25 à t 2 = 0,40, t = 0,50, k = 1; S * = S - 0,25 exp(-rt 1 ) = 19,7526, S c = 17,42, 5 Depuis peu, certains logiciels sont accessibles gratuitement pour établir les probabilités normales bivariées, notamment: Bivar1c.exe (sur 106 FIÉCO, volume 11, année 2001

11 REVUE DES MODÈLES D OPTIOS ET DES TESTS SUR LES BOS K * = S * - D 2 exp (-rt 2 ) = 19,4955, X = 16 et σ = 0,30, on obtient: b 1 = 0,8395 et (b 1 ) = 0,7994; b 2 = 0,6498 et (b 2 ) = 0,7421; a 1 = 1,2059 et a 2 = 0,9938; ρ = - t 2 t = -0,8944; M 1 (.) = M(a 1, - b 1 ; ρ) = 0,0998 et M 2 (.) = 0,1150. D où une valeur pour W de 4,40 $ après bien du travail, contre une valeur de K*(d 1 ) - X exp(-rt)(d 2 ) = (19,4955*0, *0,9656*0,8390) = 4,30 $, selon un modèle classique avec correction pour dividees et sans levée prématurée possible. Cette dernière possibilité n ajoute donc que 0,10 $ à la valeur du bon. Les modèles avec hétérovariance Les modèles classiques présupposent l homovariance (une variance constante) pour le support, l obéissance à un processus brownien géométrique et une distribution lognormale pour son cours terminal [(ds/s) = µdt + σdz = dérive atteue au taux µ + aléa classique à volatilité σ constante]. Ces hypothèses posent problème et signifient des biais d évaluation pour peu que la vraie distribution diffère. Hull (1997, ch. 19) traite ces biais de façon exemplaire. Divers modèles avec variance changeante (hétérovariance) ont été proposés. Voyons-en quelques-uns. Cox et Ross (1976) ont innové en proposant une famille de modèles avec hétérovariance à élasticité constante, dits MODÈLES CEV (pour: Constant Elasticity of Variance Models). Beckers (1980) en a vu les implications pour l évaluation des options. Un tel modèle veut que le levier dû aux coûts fixes dans la firme change la variance de l action en fonction inverse de son cours. D où un processus qui s exprime par: ds = µsdt + δs 1-α dz ou (ds/s) = µdt + δs -α dz où -α = 0,5 (ψ-2), α = 1-0,5 ψ et ψ symbolise l élasticité de la volatilité par rapport au cours du support, δ étant une constante positive alors que la volatilité changeante selon le cours [σ(s)] est donnée par δs -α. À noter que: (1) si 0 ψ < 2, on a bien un α positif et donc un exposant (-α) négatif pour S, donc une relation inverse entre σ(s) et le cours; (2) si ψ = 2, alors -α = 0, δs -α = δ = constante = σ: c est le processus classique; (3) si ψ = 1, alors σ(s) = δs -0,5 = δ S : c est le MODÈLE À RACIE CARRÉE, la variante la plus populaire des modèles CEV; (4) si ψ = 0, alors σ(s) = δs -1 où la volatilité est inversement proportionnelle au cours S: c est le MODÈLE DE DIFFUSIO ABSOLUE; (5) si ψ n est pas fixée a priori, on a le MODÈLE CEV À ÉLASTICITÉ LIBRE. FIÉCO, volume 11, année

12 PIERRE CHOLLET Mentionnons aussi les innombrables modèles stochastiques via lesquels on estime h t, la variance changeante, ou hétérovariance du titre, au point temporel t, en poérant systématiquement les valeurs au carré de ses écarts de reement observés antérieurement [ε 2 t-i = (Observé -Atteu)2 ]. Il s agit donc de modèles à mémoire mobile qui diffèrent par leur système de poération. Par exemple, le modèle à poids exponentiels déclinants (selon l ancienneté) veut que l estimation de h t égale l estimation antérieure corrigée par la fraction α de la dernière erreur d estimation [h t = h t-1 + α (erreur t-1 )], ce qui revient à obtenir h t par la somme poérée des m derniers ε 2 m : h t = aε t-1 + α(1-α)ε t = où α 1 = α i=1 αi ε 2 t-i < α 2 = α(1 - α) < α 3 = α(1 - α) 2... et Σ α i =1. Plus fréquemment, on suppose une hétérovariance autorégressive de type ARCH classique [où le niveau de h t égale Cons- moyenne i = 1 α i ε 2 + t-i ] Variance m, ou ARCH généralisé (GARCH) ou tante GARCH exponentiel (EGARCH). Le lecteur a ample choix de lectures sur le sujet, par exemple: Hull et White (1987), elson (1991), Ritchken et Trevor (1999) et, en particulier, Kuwahara et Marsh (1992) puisque ceux-ci ont appliqué le modèle EGARCH aux bons. En passant, notons une chose déprimante pour ceux qui veulent évaluer les bons avec des modèles raffinés. Les bons étant d ordinaire peu négociés, le marché affiche des prix grossiers de sorte que l on peut rarement établir si le recours aux modèles raffinés (coûteux en information) confère la supériorité d évaluation atteue, comme notre tableau 2 des performances l iique plus loin. Les modèles à évolution discontinue a) Le modèle binomial de Cox, Ross et Rubinstein (1979, CRR) Avec le modèle CRR, on peut évaluer une option quelconque (donc un bon aussi), sur l horizon t, en supposant que son support connaît de très nombreux (n) chocs binomiaux successifs (un par pas, ou segment temporel t = t/n). Chaque choc constitue un facteur soit de hausse µ avec probabilité p, soit de baisse d avec probabilité (1 - p). Vu l importance de la modélisation binomiale en matière d options, élaborons sur son processus d évaluation. Le modèle CRR se veut neutre face au risque, d où partout le taux sûr r comme reement atteu des titres ou portefeuilles et comme taux d actualisation. 108 FIÉCO, volume 11, année 2001

13 REVUE DES MODÈLES D OPTIOS ET DES TESTS SUR LES BOS Ainsi, au bout de t, on a un cours atteu de S exp (r t) = psµ + (1-p)Sd donnant exp (r t) = pµ + (1-p)d et une variance correspoante permettant d écrire exp (2r t + σ2 t) = pµ 2 + (1-p)d 2. En surimposant l égalité µ = 1/d on obtient, après rejet de termes négligeables, que µ = exp (σ t), d = exp (-σ t), p = (a-d)/(µ-d) où a = exp (r t). Dans l ordre binomial issu du modèle CRR, les cours possibles évoluent comme suit. Au temps 0, on a S. Après t, aux deux noeuds possibles on a Sµ et Sd. À 2 t, les trois noeufs sont de niveau Sµ 2, Sud et Sd 2. Etc. L expression générale du cours, après i pas ou segments t, pour tout noeud j parmi les i+1 alors possibles (j=i, i-1,...,1, 0) devient S ij = Sµ j d i-j. Il s ensuit qu à l échéance les n+1 cours possibles s expriment par S n,j = Sµ j d n-j et sont: Sµ n d o, Sµ n-1 d 1,..., Sµ 1 d n-1, Sµ 0 d n. Connaissant le prix de levée X, les n+1 valeurs possibles du bon à l échéance vont obéir à W nj = Max[0,(S nj -X)], j=n, n-1,...,1,0. De là, le modèle CRR procède à reculons, un segment à la fois, pour établir d abord les n pénultièmes valeurs W n-1,j, chacune combinant deux valeurs probables actualisées, soit, par exemple: A=W n-1, j-n-1 = [p W n,j=n + (1-p) W n,j=n-1 ] exp(-r t). Pour un bon levable avant terme, on doit vérifier alors à chaque noeud si la levée immédiate rapportant B = Max [0,(S n-1,j - X)] dépasse A = W n-1,j, en lequel cas B, plutôt que A, est la valeur correcte du bon au noeud en cause. D un recul à l autre, on finit par obtenir W 0 = [p W 1,j=1 + (1-p) W 1,j=0 ] exp (-r t), soit la valeur théorique courante du bon si sa levée est repoussée d au moins un segment t. En comparant W 0 avec le produit courant de levée, Max[0,(S-X)] = L 0, la valeur courante du bon est établie à W = Max(W 0, L 0 ). À l annexe B, on donne un exemple chiffré. À noter que le modèle CRR s adapte sans difficulté majeure à un support avec dividees prévus, et se prête à toutes sortes d extensions, notamment aux situations avec taux d intérêt stochastiques, comme Hull (1997) le montre bien dans son chapitre 15. b) Les modèles avec chocs surimposés La discontinuité dans l évolution du cours du support est modélisée en termes de chocs. Selon Merton (1976), le cours des actions subit certes des effets continus mais aussi des chocs. D où divers modèles voulus plus réalistes, où la survenance des chocs est caractérisée et surimposée au processus continu classique. FIÉCO, volume 11, année

14 PIERRE CHOLLET Dans le plus simple modèle (dit modèle à diffusion mixte), on suppose des chocs de k% du cours (en moyenne) qui surviennent au rythme de λ fois par année. On les ajoute à l évolution brownienne classique du support, ayant volatilité σ, de sorte que son cours (croissant au taux atteu µ) microvarie ainsi: (ds/s) = (Dérive au taux net µ-λk) + (Aléa brownien) + (Aléa iépeant dû aux chocs), ou symboliquement: (ds/s) = (µ-kλ)dt + σdz + dq. otons que l on suppose un processus de chocs, dq, de type Poisson. Dans la version simple du modèle, le logarithme de (1+k) obéit à une distribution normale de dispersion δ et la valeur théorique A 0 de l option d achat, d échéance t, est obtenue en corrigeant comme suit sa valeur ordinaire, a 0, selon Black et Scholes: A 0 = a 0 + [( b t ) i exp( -bt) i! ]a i = a 0 + ( Facteur i )a i i = 1 i = 1 où a 0 = S(d 1 ) - Xe -rt (d 2 ) = Valeur ordinaire avec volatilité σ, taux sûr r et absence de chocs (n = 0, λ = 0); a i = Valeur de Black et Scholes modifiée par une dispersion égale à [iδ 2 /T + σ 2 ] 0,5 et un taux sûr de r-λk + [iln(1+k)/t]; et b = λ(1+k) où λ est la fréquence. À noter que la composante de correction sera toujours positive même si souvent de mince importance, ce qui souligne que les chocs du modèle augmentent la valeur de l option en augmentant la volatilité effective. Malheureusement, le modèle a ses caprices, sinon ses folies, dès qu on l applique au premier cas plausible comme le suivant où S = 40; X = 40; r = 0,05, t = 1,0, σ =20 avec des chocs de 0,1% de S en moyenne à une fréquence de λ = 40 par année et avec une dispersion δ = 0,03. Selon Black et Scholes, a 0 = 40 (d 1 ) - 40 exp (-0,05 * 1) (d 2 ) =... = 5,69 $. Si on calcule maintenant les corrections du modèle, on les trouve d abord insignifiantes pour i = 1, 2,...,20, ensuite significatives et croissantes jusqu à i = 40 puis décroissantes jusqu à l insignifiance vers i = 65. Au total, la correction apportée serait d environ 6,50 $, d où A o = 5,69 + 6,50 = 12,19 $, ce qui est invraisemblable. Le lecteur pourra aussi vérifier que si k = -0,1% en moyenne au lieu de +0,1% (toute égalité ailleurs), alors il obtiera une correction d environ 6,40 $ au total, le tout attribuable aux corrections pour i allant de 20 à 70. (B: Il n est pas inhabituel qu un modèle raffiné génère des évaluations farfelues. Parfois, les coitions de son bon fonctionnement sont manquantes, ou encore, son équation a été incorrectement reproduite dans la source utilisée. D autres fois, le modèle laisse tout simplement à désirer.) 110 FIÉCO, volume 11, année 2001

15 REVUE DES MODÈLES D OPTIOS ET DES TESTS SUR LES BOS c) Modèles à coefficient de dilution L effet de dilution, lié à la levée des bons, est en général négligeable. Toutefois, là où la dilution serait forte, on peut vouloir suivre Galai et Schneller (1978) et évaluer le bon par: W = [/(+n)]c où C symbolise la valeur d une option sur action d une firme équivalente sans bons, et [/(+n)] le coefficient de dilution montrant que le nombre d actions passerait à +n avec la levée des bons. À vrai dire, les modèles à coefficient de dilution ne conviennent qu avant l émission des bons car après coup, le cours de l action intègre la dilution. Dès lors, appliquer un coefficient signifie double dilution (Galai, 1989; Crouhy et Galai, 1991b). Sidenius (1996) recommae qu on utilise, soit le modèle d option sur la valeur nette de la firme, soit le modèle d option sur action sans coefficient de dilution. Cette dernière méthode est préférable parce que plus simple à appliquer. Modèles foés sur la valeur nette de la firme (V) Black et Scholes (1973) ont proposé d évaluer des bons échéant à t comme étant des options sur l actif de la firme net de sa dette à ladite échéance, soit en principe la valeur d alors de ses fos propres (actions + bons). Dans la formule d évaluation d une option, S est remplacé par V, la valeur courante d une des (+n) parts, ou unités, de valeur nette à t, X correspo à la dette unitaire à t et la variance prise en compte est celle du reement lié à V. D où la valeur de l option égale à C = C(V, X, σ(v), r, t), ce qui avec la correction pour dilution de Galai et Schneller (1978) donne pour le bon: W = C ( + n VXσ,, ( V ), rt, ) Il s agit ici du modèle de B&S ajusté qui permet en théorie d évaluer un bon européen. En pratique, il s applique avec difficulté car V ne s observe pas directement contrairement à S, X n est pas donné mais doit être estimé et σ(v) ne s obtient pas facilement. Mentionnons en passant qu une variante de ce modèle permet d évaluer les bons (assez nombreux aux USA) qui deviennent prorogeables lorsqu ils sont hors jeu à leur échéance. Il s agit du modèle de Longstaff (1990) avec durée extensible. Or, les tests du modèle pratiqués par Hauser et Lauterbach (1996) sont fort probants et montrent que le marché tient compte de la prorogation possible. FIÉCO, volume 11, année

16 PIERRE CHOLLET Selon la variante de Lauterbach et Schultz (1990), l on voit le bon comme une option sur la valeur nette de la firme par action ancienne dont le nombre est. D où une valeur courante de S+(n/)W et une volatilité en conséquence. Selon le modèle ajusté d Augros et Leboisne (1997), la valeur courante des fos propres (S + nw) égale à l équilibre la valeur courante des actifs risqués de la firme augmentée d une réserve couvrant les dividees prévus actualisés ( Vˆ + D), de sorte que W = [/(+n)]c( Vˆ, X, σ( Vˆ ),r,t). Quant à Schulz et Trautmann (1989, 1994), en supposant la firme sans dette, ils établissent que S = (V/B)-(n/)W(V,σ(V)) et σ( S) = σ( V)ε SV où ε SV = ( S V) ( V S) est l élasticité du cours de l action par rapport à V. Après résolution numérique simultanée des deux équations, ils obtiennent les V et σ(v) entrant dans le modèle de B&S ajusté pour obtenir W. Modèle à double support (S et V) Bensoussan et al. (1995) proposent un modèle supporté par la valeur de l action S mais où le support lui-même se conçoit comme une option d achat européenne sur la valeur V supposée exogène. La valeur approchée du bon européen s exprime alors par: W C( S( V), X, σ( S), rt, ) avec σ( V) ( S SV) [ V S( V) ] comme volatilité instantanée de l action où la constance est supposée pour σ(v). Ce modèle permet de calculer la valeur d un bon, à partir d un modèle de B&S sans coefficient de dilution. Il a ses problèmes, notamment celui d obtenir une bonne estimation de la volatilité changeante σ(s). Assurément, les modèles revus ci-dessus ont tous des lacunes et la question empirique suivante se pose: quels sont les modèles les plus convenables pour évaluer les options d achat que sont les bons? C est une question de performance relative et de jugement nuancé comme nous le verrons ci-dessous. IV. PERFORMACE DES MODÈLES D ÉVALUATIO DES BOS Les tests réunis au tableau 2 et analysés ici portent sur des bons des pays suivants: Allemagne, États-Unis, France, Japon, Pays-Bas et Suisse. Les études retenues couvrent la plupart des tests connus en matière d évaluation des bons, tout comme le relevé à venir de Veld (2003?). Pour l évaluation des bons à Lores, lire Genmill et Thomas (1997). 112 FIÉCO, volume 11, année 2001

17 REVUE DES MODÈLES D OPTIOS ET DES TESTS SUR LES BOS A. La méthodologie des tests Dans les tests en cause, l erreur d estimation E se mesure soit en pourcentage du cours observé pour le bon, soit par l erreur absolue correspoante, où: E = [(Valeur estimée - Cours)/Cours] * 100. La plupart des études excluent les bons pour lesquels les données disponibles sont insuffisantes ainsi que les bons assortis de clauses particulières. Les tests se distinguent selon le type de volatilité utilisé et selon le traitement pour dilution. a) Estimation de la volatilité Pour l essentiel, les tests en cause comportent des estimations de volatilité historique ou implicite. La volatilité historique du support est fréquemment utilisée pour peu que les suites de données nécessaires soient disponibles. Mais c est la volatilité future qui importe vraiment. D où le recours aux volatilités implicites dans les cours qu on observe pour les options ou bons. D après Jarrow et Wiggins (1989), il s agit souvent de la meilleure solution. Mais Figlewski (1997) ne trouve pas qu elles constituent de bonnes approximations des volatilités futures à cause de l inefficacité de l arbitrage sur les marchés. De plus, comme l expliquent Blomeyer et Johnson (1988), l utilisation de la volatilité implicite génère un biais du fait qu on recourt au modèle pour estimer l un de ses propres paramètres. Il y a aussi les problèmes liés au gra nombre de bons qui sont très hors jeu et au fait que la maturité des bons dépasse largement, en général, celle des options d achat sur actions. Comme le soulignent Brenner et Subrahmanyam (1988), il existe une structure à terme des volatilités. Seuls Lim et Phoon (1991) ont considéré une telle structure pour évaluer des bons. Par ailleurs, si on obtient les volatilités implicites dans les cours de bons (plutôt que d options correspoantes), on a le problème (généralisé) que pose la moire liquidité du marché des bons: les estimations qu on en tire sont piètres. b) Traitement de l effet de dilution Les tests connus portent surtout sur les modèles d options purs et les modèles ajustés pour dilution, dividees, etc. Cepeant, les tests de modèles ajustés se répaent, comme notre tableau 2 en témoigne. Celui-ci englobe 12 études et 6 pays, avec leurs distinctions quant aux modèles testés, aux mesures de volatilité et au traitement de la dilution. L erreur moyenne d estimation est donnée pour chaque test, ainsi que le seuil pour lequel elle est significativement différente de zéro (test de Student). Enfin, l erreur absolue moyenne est souvent donnée en parallèle. FIÉCO, volume 11, année

18 PIERRE CHOLLET B. Les résultats des tests empiriques Les quelques tests des méthodes empiriques (Kassouf, Shelton) effectués par Lim et oreen (1982) donnent des évaluations de bons très erronées: il faut oublier ces méthodes. a) Les modèles d options purs. Modèles utilisant une volatilité historique Le modèle classique de B&S devrait surévaluer en général les bons, du fait qu il suppose un dividee nul. Mais les résultats de Stucki et Wasserfallen (1989) iiquent une sous-estimation de 4,55%. Une explication réside peut-être dans le fait qu il s agit du marché suisse où les primes commaées par les bons sont singulièrement élevées. La prise en compte des dividees permet-elle d améliorer les résultats obtenus? Schulz et Trautmann (1989) trouvent que le modèle B&S ajusté pour les dividees sur le marché allema sous-évalue les bons de 5,2%. Pour la Suisse, la sous-évaluation est de 15,42%, contre 16,05% sur le marché français. oreen et Wolfson (1981) étudient les bons américains via le modèle de Merton, qui suppose des dividees continus. Son modèle surévalue légèrement les bons. otons qu il s agit de bons au jeu et proches de la parité. Veld (1992) étudie les bons hollaais pour une période identique (avril à septembre) sur trois années. Ses tests font apparaître des sous-évaluations importantes d au moins 12% et le double si la volatilité historique se calcule sur 6 mois plutôt qu un an. Enfin, les modèles à hétérovariance sont étudiés. Le modèle CEV à élasticité constante (ψ = 2) fournit de bons résultats sur les marchés tant américain qu allema. Schulz et Trautmann (1989) trouvent qu il ne surestime les bons que de 1,4%. Cepeant, pour certaines années, le paramètre est supérieur à 2 pour toutes les actions. Pour d autres années, il est inférieur à 1, ce qui traduit une relation inverse entre la volatilité et le cours de l action. Le modèle à racine carrée ( ψ = 1), avec prise en compte des dividees, surévalue les bons de 3,6% sur le marché américain, d après oreen et Wolfson. Ce résultat est très proche de celui obtenu par le modèle de Merton. 114 FIÉCO, volume 11, année 2001

19 REVUE DES MODÈLES D OPTIOS ET DES TESTS SUR LES BOS. Modèles utilisant une volatilité implicite Stucki et Wasserfallen (1989) testent les modèles précédents mais en utilisant la volatilité implicite dans les cours des bons observés une semaine avant l évaluation. Les différents modèles donnent des valeurs très proches des cours observés, mais les résultats sont peu significatifs. Sur le marché américain, Hauser et Lauterbach (1997) trouvent que le modèle de B&S avec dividees donnent une erreur absolue moyenne d environ 5%. Pour mieux juger de l intérêt pratique des modèles avec volatilité implicite des bons, il serait intéressant de faire des tests sur une période plus longue comportant des phases de hausse et de baisse des cours et une fluctuation importante de la volatilité. b) Modèles à coefficient de dilution La plupart des études menées sur le marché américain utilisent la volatilité historique (). oreen et Wolfson (1981) trouvent que les modèles de Merton et à racine carrée sous-estiment les bons d environ 5%. Ferri et al. (1986) trouvent que leurs modèles sous-évaluent les bons, en particulier ceux qui prennent en compte les dividees. Cette sous-évaluation s explique en partie par la dilution élevée en cause dans l échantillon. L étude de Kremer et Roenfeldt (1992) donne des résultats assez semblables. La sous-évaluation ci-dessus est peut-être reliée au coefficient de dilution (Galai, 1989). D une part, la y serait sous-estimée car l action tient déjà compte de la dilution potentielle liée aux bons. D autre part, en appliquant un coefficient de dilution, on tient double compte de cette dilution. Les résultats des tests ci-dessus militent pour le rejet des modèles à coefficient de dilution. c) Modèles d option ajustés Sur le marché allema, Schulz et Trautmann (1994) trouvent que le modèle d options américaines à volatilité constante (modèle américain CEV) est meilleur que le modèle de B&S pur, seulement lorsque les bons sont très hors jeu. Ce résultat est obtenu malgré un facteur de dilution élevé (d = n/) de 1, donc un coefficient de dilution de 50% [/(+n) = 1/(1+d)]. FIÉCO, volume 11, année

20 PIERRE CHOLLET TABLEAU 2 Performance des méthodes et modèles d évaluation des bons Pays Auteurs (année de publication) Période d étude ombre de bons Périodicité Méthode ou modèle testé Correction pour dilution Volatilité Erreur d estimation en % Allemagne EM EAM Schulz et Trautmann (1989) 1/79 à 12/86 46 bons Hebdomadaire B&S avec dividees Américain à volatilité constante CEV -5,2** -0,1 1,4** 20,5 19,6 19,8 Schulz et Trautmann (1994) États-Unis 1/79 à 12/90 37 bons Quotidienne Américain à volatilité constante 5,0 22,0 oreen et Wolfson (1981) 4/69 à 12/78 52 bons Hebdomadaire Merton Racine carrée avec dividees Merton Racine carrée avec dividees CD CD 3,4* 3,6* -5.4* -5,2* 16,1 16,2 16,8 16,8 Lim et oreen (1982) 50 bons en vie en avril 1975 Kassouf Shelton Merton CD 29,6* 117,9* -48,.8* 59,2 139,3 59,0 Ferri, Kremer, Oberhelman (1986) bons Sur 9 jours B&S Racine carrée À élasticité nulle de la variance CEV Merton Racine carrée avec dividees À élasticité nulle avec dividees CEV avec dividees continus CD CD CD CD CD CD CD CD 1,89-1,28-2,93 1,82-10,91** -12,66** -31,44** -9,59** Lauterbach et Schultz (1990) 1971 à bons Quotidienne B&S ajusté avec dividees Racine carrée ajusté MA MA VIB VIB 13,5 11,3 Kremer et Roenfeldt (1992) 1/1981 à 8/ bons Mensuelle B&S avec dividees B&S sans dividee Diffusion mixte avec dividees Diffusion mixte sans dividees CD CD CD CD -10,90** -0,51-6,39** 11,47** 27,49 30,78 33,49 36,60 Hauser et Lauterbach (1997) 1971 à bons Quotidienne B&S avec dividees B&S ajusté Racine carrée ajusté avec dividees CEV ajusté à élasticité libre Longstaff avec durée extensible MA MA MA VIB VIB VIB VIB 4,95 4,52 3,67 3,60 MA VIB 4,35 France Chollet (1998) bons Quotidienne B&S avec dividees B&S ajusté avec dividees Ajusté d Augros et Leboisne Racine carrée avec dividees MA MA MA -16,05** -17,01** -5,42-51,22** 25,31 25,75 22,78 55, FIÉCO, volume 11, année 2001

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton Les hypothèses du modèle Dérivation du modèle Les extensions du modèle Le modèle de Merton Les hypothèses du modèle Marché

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeur Matière Session A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 Date: Lundi 12 septembre 2005 Nom et prénom:... Note:... Q1 :...

Plus en détail

3. Evaluer la valeur d une option. 1. Arbres binomiaux 2. Modèle de Black, Scholes et Merton

3. Evaluer la valeur d une option. 1. Arbres binomiaux 2. Modèle de Black, Scholes et Merton 3. Evaluer la valeur d une option 1. Arbres binomiaux. Modèle de Black, choles et Merton 1 Les arbres binomiaux ; évaluation des options sur actions Cox, Ross, Rubinstein 1979 Hypothèse absence opportunité

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Les options Plan Les options standards (options de 1 ère génération) Les produits de base: calls

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

3- Valorisation d'options

3- Valorisation d'options 3- Valorisation d'options Valorisation des options classiques : options d'achat (call) options de vente (put) Une pierre angulaire de la finance moderne : décisions d'investissement (options réelles) conditions

Plus en détail

Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier 2003

Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier 2003 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 4 (GP) Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Gestion de portefeu ille

Gestion de portefeu ille CYCLE SUPERIEUR AUDIT ET CONTRÔLE DE GESTIO Semestre : 8 Module : Gestion de portefeu ille Évaluation des actifs à revenu fixe I- Mesure du rendement des obligations II- Les risques de placement des titres

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 12. Théorie des options I Daniel Andrei Semestre de printemps 211 Principes de Finance 12. Théorie des options I Printemps 211 1 / 43 Plan I Introduction II Comprendre les options

Plus en détail

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de :

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : Chapitre 1 L intérêt Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Comprendre la notion générale d intérêt. 2. Distinguer la capitalisation à intérêt simple et à intérêt composé. 3. Calculer la

Plus en détail

Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible»

Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible» Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible» Quand la trésorerie d une entreprise est positive, le trésorier cherche le meilleur placement pour placer les excédents.

Plus en détail

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES Après un bref rappel de la filiation dans laquelle se situe ce travail, on propose trois utilisations simples des taux d intérêt à terme. ROLAND

Plus en détail

CHAMPION Matthieu Modèles de Marché en Visual Basic ESILV S04 S6. Sommaire... 1. Introduction... 2

CHAMPION Matthieu Modèles de Marché en Visual Basic ESILV S04 S6. Sommaire... 1. Introduction... 2 Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 1 Trois différentes techniques de pricing... 3 1.1 Le modèle de Cox Ross Rubinstein... 3 1.2 Le modèle de Black & Scholes... 8 1.3 Méthode de Monte Carlo.... 1

Plus en détail

Obligation : transfert dans le temps

Obligation : transfert dans le temps Obligation : transfert dans le temps Dans ce premier chapitre nous introduirons les principales notions concernant les obligations. Les principes élémentaires de la notion d arbitrage y sont décrits. Une

Plus en détail

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points)

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points) E : «Théories de la finance d entreprise» Master M1 Université Paris-Dauphine Thierry Granger Année Universitaire 2013/2014 Session 1 Aucun document, calculette autorisée Durée 1h30 Respecter la numérotation

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 1. a. On considère un modèle de marché (B, S) à une étape. On suppose que S = 5 C et qu à la date t = 1 on a (S u 1 = 51, S d 1 = 48).

Plus en détail

Valorisation d es des options Novembre 2007

Valorisation d es des options Novembre 2007 Valorisation des options Novembre 2007 Plan Rappels Relations de prix Le modèle binomial Le modèle de Black-Scholes Les grecques Page 2 Rappels (1) Définition Une option est un contrat financier qui confère

Plus en détail

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Owen Williams Grenoble Ecole de Management > 2 Définitions : options sur actions Option : un contrat négociable donnant le droit d acheter ou vendre

Plus en détail

Introduction à la simulation de Monte Carlo

Introduction à la simulation de Monte Carlo Introduction à la simulation de 6-601-09 Simulation Geneviève Gauthier HEC Montréal e 1 d une I Soit X 1, X,..., X n des variables aléatoires indépendantes et identiquement distribuées. Elles sont obtenues

Plus en détail

Stratégie de vente d options d achat couvertes

Stratégie de vente d options d achat couvertes Stratégie de vente d options d achat couvertes La stratégie de vente d options d achat couvertes, également connue sous le nom de stratégie d achat-vente, est mise en œuvre par la vente d un contrat d

Plus en détail

Chapitre 15 Options et actifs conditionnels. Plan

Chapitre 15 Options et actifs conditionnels. Plan Chapitre 15 Options et actifs conditionnels Plan Fonctionnement des options Utilisation des options La parité put-call Volatilité et valeur des options Les modèles de détermination de prix d option Modèle

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Chapitre 17 Le modèle de Black et Scholes

Chapitre 17 Le modèle de Black et Scholes Chapitre 17 Le modèle de Black et Scholes Introduction Au début des 70 s, Black, Scholes et Merton ont opéré une avancée majeure en matière d évaluation d options Ces contributions et leurs développements

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300!

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! TURBOS Jour TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRéSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Option Adjusted Spread

Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Option Adjusted Spread Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Option Adjusted Spread Dimitri Kassatkine, Sofiane Maayoufi IMI Finance Mars 2006 1 INTRODUCTION 1.1 Présentation des produits obligataires Une obligation est un

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti»

Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti» Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti» Question 1 : représenter graphiquement le taux de rentabilité du produit à capital garanti

Plus en détail

Simulations des Grecques : Malliavin vs Différences finies

Simulations des Grecques : Malliavin vs Différences finies 0.1. LES GRECQUES 1 Simulations des Grecques : iavin vs Différences finies Christophe Chorro Ce petit document vise à illustrer de manière numérique les techniques présentées lors du mini cours sur le

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir?

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? 1. Pourquoi cette question Tout trader «travaillant 1» sur les indices s est, à un moment ou un autre, posé cette question : «je sais que la tendance est bien haussière

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

Sfev. Matinales de la SFEV. Bsar, stock options, management package les modèles d évaluation d options dans la pratique

Sfev. Matinales de la SFEV. Bsar, stock options, management package les modèles d évaluation d options dans la pratique Sfev Matinales de la SFEV Bsar, stock options, management package les modèles d évaluation d options dans la pratique Thomas Bouvet, Directeur Général délégué d Europe Offering Frédéric Dubuisson, Director

Plus en détail

Utilisation des arbres binomiaux pour le pricing des options américaines

Utilisation des arbres binomiaux pour le pricing des options américaines Utilisation des arbres binomiaux pour le pricing des options américaines Anne-Victoire Auriault Plan de la présentation Introduction. Le problème des options 2. Le modèle de Cox-Ross-Rubinstein 3. Les

Plus en détail

Les options classiques

Les options classiques Les options classiques des options sur contrat : 1) Spéculation : Les options sur contrat est un remarquable instrument de spéculation permettant de spéculer sur la hausse ou la baisse du prix du contrat

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers?

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? Fabrice Riva House of Finance Université d été de l Asset Management Université Paris-Dauphine 27 août 2015 Fabrice Riva Liquidité et Asset

Plus en détail

TP1 Méthodes de Monte Carlo et techniques de réduction de variance, application au pricing d options

TP1 Méthodes de Monte Carlo et techniques de réduction de variance, application au pricing d options Université de Lorraine Modélisation Stochastique Master 2 IMOI 2014-2015 TP1 Méthodes de Monte Carlo et techniques de réduction de variance, application au pricing d options 1 Les options Le but de ce

Plus en détail

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque,

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque, Devant des valeurs à risque, quel mode d emploi? Dans les sciences exactes, la précision est reine. Pas en économie où il est difficile de quantifier certaines variables. Notamment le risque qui n est

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

g e gamme 2 Les Turbos d investissements in mme d investissements intellig d i ti t i t lli t Que sont les Turbos?

g e gamme 2 Les Turbos d investissements in mme d investissements intellig d i ti t i t lli t Que sont les Turbos? Equity First une gamme d invest First une gamme d investisseme une gamme d investissements in ga d investissements intelligents Eq intelligents Equity First une gam Equity First une gamme d invest First

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

IAE Master 2 Gestion de Portefeuille Année 2011 2012. Feuille 3 Pricing et couverture Modèles discret

IAE Master 2 Gestion de Portefeuille Année 2011 2012. Feuille 3 Pricing et couverture Modèles discret Université de Paris Est Créteil Mathématiques financières IAE Master 2 Gestion de Portefeuille Année 2011 2012 1. Le problème des partis 1 Feuille 3 Pricing et couverture Modèles discret Le chevalier de

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Note finale:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :...

Note finale:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :... FACULTE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L'UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeurs : D. Andrei C. Bobtcheff Matière : Principes généraux de finance Session : Automne 2012 Informations générales: o Documentation

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

1.1 Prime d une option d achat dans le modèle de Cox, Ross et Rubinstein

1.1 Prime d une option d achat dans le modèle de Cox, Ross et Rubinstein 1 Examen 1.1 Prime d une option d achat dans le modèle de Cox, Ross et Rubinstein On considère une option à 90 jours sur un actif ne distribuant pas de dividende de nominal 100 francs, et dont le prix

Plus en détail

Version Finale du 24 mai 2013 Ce rapport contient 11 pages

Version Finale du 24 mai 2013 Ce rapport contient 11 pages Évaluation Actuarielle Corrigée de la Juste Valeur des Bons de Souscription d Actions à leur date d attribution le 7 septembre 2009 pour le Groupe ALTEN Version Finale du 24 mai 2013 Ce rapport contient

Plus en détail

Les options : Lien entre les paramètres de pricing et les grecs

Les options : Lien entre les paramètres de pricing et les grecs Cette page est soutenue par ALGOFI Cabinet de conseil, d ingénierie financière et dépositaire de systèmes d information financiers. Par Ingefi, le Pôle Métier Ingénierie Financière d Algofi. ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions Cours de calculs nanciers Chapitre 7 : Evaluation des actions L2 Economie et Gestion Vincent Bouvatier vbouvatier@u-paris10.fr Université de Paris 10 - Nanterre Année universitaire 2008-2009 Modèle d actualisation

Plus en détail

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION PERTINENTE DANS UN CONTEXTE DE MARCHE DIFFICILE Si les marchés actions semblent se reprendre en ce début d année 2012, le CAC 40 demeure en baisse de près de 9 % sur

Plus en détail

Options, Futures, Parité call put

Options, Futures, Parité call put Département de Mathématiques TD Finance / Mathématiques Financières Options, Futures, Parité call put Exercice 1 Quelle est la différence entre (a) prendre une position longue sur un forward avec un prix

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F RBC Marchés des Juin 2014 TITRES LIÉS À DES TITRES D EMPRUNT I SOLUTIONS DE PLACEMENT GLOBALES RBC Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F Durée

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels Qu est-ce que le ratio cours/valeur comptable P/B ratio? Ce ratio sert à comparer la valeur de marché d une action à sa valeur comptable. Il se calcule en divisant le cours de clôture d une action par

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 Master IMEA Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o Corrigé exercices8et9 8. On considère un modèle Cox-Ross-Rubinstein de marché (B,S) à trois étapes. On suppose que S = C et que les facteurs

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext. p. 2 Index 1. Introduction 3 2. Options sur devises 4 Trois contrats d options sur devises 4 Pourquoi

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Value at Risk - étude de cas

Value at Risk - étude de cas Value at Risk - étude de cas Daniel Herlemont 17 juin 2011 Table des matières 1 Introduction 1 2 La Value at Risk 1 2.1 La VaR historique................................. 2 2.2 La VaR normale..................................

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

L évaluation des obligations

L évaluation des obligations Chapitre 8 L évaluation des obligations Plan du chapitre 8 8.1. Flux monétaires, prix et rentabilité des obligations Caractéristiques générales des obligations Obligations zéro-coupon Obligations couponnées

Plus en détail

Phase de «décumulation» : quelle approche?

Phase de «décumulation» : quelle approche? Phase de «décumulation» : quelle approche? Avril 2012 Forum International d Epargne Retraite Allocation Globale & ALM Les différents étapes de l épargne 2 Phase de restitution En phase de restitution,

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de Franche-Comté)

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Examen Mesures de Risque de Marché

Examen Mesures de Risque de Marché ESILV 2012 D. Herlemont Mesures de Risque de Marché I Examen Mesures de Risque de Marché Durée: 2 heures. Documents non autorisés et calculatrices simples autorisées. 2 pt 1. On se propose d effectuer

Plus en détail

MATHS FINANCIERES. Mireille.Bossy@sophia.inria.fr. Projet OMEGA

MATHS FINANCIERES. Mireille.Bossy@sophia.inria.fr. Projet OMEGA MATHS FINANCIERES Mireille.Bossy@sophia.inria.fr Projet OMEGA Sophia Antipolis, septembre 2004 1. Introduction : la valorisation de contrats optionnels Options d achat et de vente : Call et Put Une option

Plus en détail

Chapitre 2 : l évaluation des obligations

Chapitre 2 : l évaluation des obligations Chapitre 2 : l évaluation des obligations 11.10.2013 Plan du cours Flux monétaires, prix et rentabilité Bibliographie: caractéristiques générales Berk, DeMarzo: ch. 8 obligations zéro-coupon obligations

Plus en détail

Certificats Cappés (+) et Floorés (+)

Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Pour investir avec du Levier sur les indices CAC 40 ou DAX Même dans un contexte

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Chapitre 9 Le modèle Cox-Ross-Rubinstein

Chapitre 9 Le modèle Cox-Ross-Rubinstein Chapitre 9 Le modèle Cox-Ross-Rubinstein Considérons un actif valant S 0 à la période initiale et qui, à chaque période, peut être haussier (et avoir un rendement u) avec une probabilité p ou baissier

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE Avec le développement des produits dérivés, le marché des options de change exerce une influence croissante sur le marché du change au comptant. Cette étude,

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

HAPPY LIFE AXA BELGIUM S.A. 1

HAPPY LIFE AXA BELGIUM S.A. 1 HAPPY LIFE AXA BELGIUM S.A. 1 TYPE D ASSURANCE-VIE Happy life AXA Belgium S.A., ci-après happy life, est une assurance vie de la branche 23 d AXA Belgium qui offre certaines garanties (une rente périodique

Plus en détail

ir value.com Le Fundamental Value Indicator

ir value.com Le Fundamental Value Indicator éducatif Le Fundamental Value Indicator Le Fundamental Value Indicator (voir image en page 6) brosse en un tableau la valeur d une entreprise et de son équipe dirigeante. Il illustre en une seule image

Plus en détail

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie)

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie) Ligne directrice Objet : Catégorie : (sociétés d assurance-vie) Comptabilité N o : D-9 Version initiale : décembre 2004 Révision : juillet 2010 La présente ligne directrice s adresse aux sociétés d assurance-vie

Plus en détail

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs.

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. En tant qu investisseur, vous êtes unique. Vos objectifs financiers, votre situation financière actuelle, votre expérience en matière de placement et

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES BASES DE L EVALUATION DES INVESTISSEMENTS Les

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

Reverse Convertibles

Reverse Convertibles Reverse Convertibles Le prospectus d émission du titre de créance complexe a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 24 Novembre 2010. Ce document à caractère promotionnel est établi

Plus en détail