Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort)"

Transcription

1 Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort)

2 Motif de consultation Mr F, 38 ans, consulte aux urgences dans la nuit aux environ de 4h pour douleur dentaire avec œdème de la face. 2

3 Anamnèse HDM : douleur au niveau de la dent 11 depuis 24h environ pour laquelle Mr F s est automédiqué par paracétamol + Ibuprofène 1200mg/j. Apparition progressive d un œdème facial droit depuis le soir. Pas d antécédent Pas de traitement au long cours Pas d allergie connue.

4 Examen clinique Constantes : fébricule 37,8 C TA= 15/9 Pouls=90/min Douleur spontanée de la face évaluée à 6/10, augmentée à la palpation Céphalées associées.

5 Examen exo-buccal Oedème de la partie droite de la face avec œdème palpébral inf droit, face latérale droite de l arête nasale et angle interne de l œil droit ( suspicion thrombophlébite) Hypoesthésie territoire du nerf V2 droit Pas de trouble oculomoteur retrouvé, pas de crépitation, pas de trismus, pas de dysphagie Ecoulement nasal clair présent depuis la veille

6 Examen endo-buccal Oedème face interne de la lèvre supérieure et joue droite Carie des dents 11 et 21 avec tâche brune Pas de fistulisation intrabuccale visualisée Examens cardio-vasculaire et pulmonaire sans particularité Reste de l examen neurologique SP

7 Examens complémentaires Biologie : - Leucocytes normaux <10000/mm3 - CRP=67 mg/l - Reste du bilan sans anomalie, fonction rénale normale - Hémocultures en attente.

8 Scanner massif facial injecté : - multiples caries dentaires (dents 17, 18, 28, 11 et 21) et plus particulièrement carie de la dent 11 avec granulome apical, à l origine de la symptomatologie actuelle. - cellulite hémifaciale droite associée - pas de sinusite retrouvée. 8

9 Diagnostic final: cellulite faciale diffuse d origine dentaire, favorisée par la prise d AINS. Facteurs de gravité: - prise d AINS - évolution rapide <48h 9

10 Prise en charge Traitement antalgique Antibiothérapie IV par Augmentin débutée au SAU Hospitalisation en Stomatologie le 03/02/2015 pour prise en charge spécialisée

11 PEC suite Amélioration clinique le lendemain après une fistulisation spontanée au niveau du collet de la dent n 11 Retour à domicile le 05/02/2015 Avec relais par Augmentin PO 10 jours Patient adressé à un chirurgien dentiste pour dévitalisation de la dent n 11 et soins des autres dents cariées Education du patient sur l automédication

12 Rappels Cellulite faciale d origine dentaire Définition: infection des parties molles de la face développée à partir d un foyer infectieux non ou mal traité, le plus souvent d origine dentaire.

13 Clinique Fièvre Tuméfaction faciale douloureuse, douleur pulsatile et insomniante Endo-buccal: algie dentaire, abcès parodontal éventuel Plusieurs formes cliniques: circonscrite ou collectée, diffuse (extension vers région cervicale, faciale ou médiastinale), diffusée d emblée, forme gangnéneuse.

14 Signes de gravité Contexte: prise d AINS, évolution rapidement défavorable en 48-72h Clinique: trismus, dysphagie, dyspnée Extension: formes diffuses ou formes diffusées d emblée, atteinte plancher buccal, thrombophlébite associée, atteinte médiastinale

15 Examens complémentaires Biologie: NFS, CRP, bilan bactériologique (hémocultures si fievre >38,5 C), éventuel bilan pré-opératoire Imagerie: Scanner cervico-facial injecté systématique précise l extension, diagnostic étiologique

16 PEC thérapeutique Forme circonscrite non collectée sans signe de gravité: - possibilité de PEC ambulatoire avec réévaluation en consultation - antibiothérapie par Amoxicilline, +/- Métronidazole

17 PEC 2 Cellulite avec fièvre ou signe de gravité: - Hospitalisation - ATB IV (péni G + Métronidazole) - éventuel drainage chirurgical d une collection

18 PEC 3 Traitement étiologique (avulsion dentaire) Penser à l anticoagulation préventive en cas d extension palpébrale inférieure (prévention thrombophlébite de la veine facio-ophtalmique)

19 Complications Loco-régionales: - cellulite diffuse - extension au plancher buccal/cervicale/médiastinale - ostéite - complications orbitaires - fistulisation à la peau

20 - Thrombophlébite de la veine facioophtalmique (œdème paupière inf et sup et angle interne de l œil, cordon veineux induré et douloureux, risque évolution vers thrombophlébite cérébrale) - méningite, A distance: - endocardite - pneumopathies, sepsis,

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Service d Odontologie Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Dr Laurent Nawrocki MCU-PH J.A.M.A. 25 janvier 2014 Aucun conflit d intérêt Rappels anatomiques 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6 5 4 5 4 Cellulite

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

co-fondateurs Cellulite cervico-faciale

co-fondateurs Cellulite cervico-faciale Chapitre 52 Cellulite cervico-faciale Ch. BERTOLUS Points essentiels Les cellulites graves d origine dentaire peuvent survenir chez des patients jeunes, en bonne santé, sans immunodépression. La fièvre

Plus en détail

Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas

Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas J EL Azizi EL Alaoui, A Ayoubi*, H Hadjkacem, A Benbouzid*,M Kzadri*, N Chakir, MR EL Hassani, M Jiddane Service d imagerie médicale

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu CONDUITE A TENIR DEVANT «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu MOTIF DE RECOURS Grosse jambe rouge Fièvre Douleur du membre inférieur Altération de

Plus en détail

Clément Porte IMG 1 er semestre

Clément Porte IMG 1 er semestre Clément Porte IMG 1 er semestre Mme G, 57 ans, arrive aux urgences à 16h Adressée par son MT pour suspicion d AVC devant des signes apparus à 14h : Paralysie faciale droite de la partie inférieure du

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Docteur j ai mal aux dents et mon dentiste ne peut pas me recevoir!

Docteur j ai mal aux dents et mon dentiste ne peut pas me recevoir! Docteur j ai mal aux dents et mon dentiste ne peut pas me recevoir! Que faire? Dr Marc SIMON Chirurgien Dentiste LOUVIERS RAPPELS ANATOMIQUES Origine 1. Traumatique 2. Post chirurgicale 3. Endodontique

Plus en détail

Tuméfaction douloureuse

Tuméfaction douloureuse Santé bucco-dentaire Médecin de 1 er recours et problèmes dentaires fréquents Dre May SALMAN, médecin dentiste HUG Dr Jean-Pierre RIEDER, médecin interniste HUG Plan de présentation Santé bucco-dentaire

Plus en détail

Quand le médecin généraliste joue au dentiste

Quand le médecin généraliste joue au dentiste Quand le médecin généraliste joue au dentiste Mardi 16 Avril 2002 Expert : Patrice BATICLE (Chirurgien-Dentiste à Bray sur Somme) Animateur : Jean-Yves BORGNE Chronologie de la dentition Dents de lait

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

C.CHAMMAKHI-JEMLI 1, I.RADHOUANI 1, O.GHAMRA 2, W.ZOUAOUI 1, H.MZABI 1, C.MBAREK2, A.LEKHDIM 2,MH.DAGHFOUS 1 1: Service de Radiologie 2: Service ORL

C.CHAMMAKHI-JEMLI 1, I.RADHOUANI 1, O.GHAMRA 2, W.ZOUAOUI 1, H.MZABI 1, C.MBAREK2, A.LEKHDIM 2,MH.DAGHFOUS 1 1: Service de Radiologie 2: Service ORL C.CHAMMAKHI-JEMLI 1, I.RADHOUANI 1, O.GHAMRA 2, W.ZOUAOUI 1, H.MZABI 1, C.MBAREK2, A.LEKHDIM 2,MH.DAGHFOUS 1 1: Service de Radiologie 2: Service ORL CHU HBIB THAMEUR TUNISIE INTRODUCTION MATERIELS ET METHODES

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Infections d origine dentaire : Complications loco-régionales. G Lescaille Pitié-Salpétière

Infections d origine dentaire : Complications loco-régionales. G Lescaille Pitié-Salpétière Infections d origine dentaire : Complications loco-régionales G Lescaille Pitié-Salpétière Sommaire Introduction 1-Définition des complications infectieuses d origine dentaire 2- Cellulites maxillo-faciales

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Motif non rare de consultation. Urgence diagnostique et thérapeutique. Pronostic

Plus en détail

Dents de sagesse : quand les enlever?

Dents de sagesse : quand les enlever? 45èmes Journées de Formation Médicale M Continue Jeudi 13 septembre 2007 Dents de sagesse : quand les enlever? Florent Sury Service de Chirurgie Maxillo-faciale et Stomatologie Pr D.Goga,, Dr B. Hüttenberger

Plus en détail

Avis 17 octobre 2012

Avis 17 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 octobre 2012 BIRODOGYL, comprimé pelliculé B/10 (CIP : 34009 348 281 5 7) RODOGYL, comprimé pelliculé B/20 (CIP : 34009 307 477 2 8) Laboratoire SANOFI AVENTIS France

Plus en détail

Cellulites (Partie 2)

Cellulites (Partie 2) Cellulites (Partie 2) G. Cellulite Subaigüe et Chronique (suite) Il est toujours très difficile de faire la distinction entre une cellulite subaigüe et une cellulite chronique. Mais le point le plus important

Plus en détail

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012 Présentation de cas clinique Agapitou Eleni 16.03.2012 Anamnèse Patiente de 87 ans, résidente en EMS. Anamnèse actuelle: Depuis 3 semaines: - BEG. -Douleurs abdominales diffuses. -Pas d état fébrile, elle

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 Copyright CMIT ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 Copyright CMIT ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une angine et une rhinopharyngite II. Argumenter l attitude

Plus en détail

Les angines et leurs complications

Les angines et leurs complications Les angines et leurs complications Pr Righini Christian Adrien Clinique Universitaire d ORL Pôle TCCR 12 millions d angines / an en France Origine virale dans 80% des cas Introduction Les angines bactériennes

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Sinusites : un dossier clinique

Sinusites : un dossier clinique Sinusites : un dossier clinique Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr

Plus en détail

Dr Righini Christian Adrien

Dr Righini Christian Adrien Infections naso-sinusiennes de l adulte et de l enfant CAT devant une obstruction nasale Dr Righini Christian Adrien Clinique ORL Pôle TCCR CHU de Grenoble CRighini@chu-grenoble.fr Question 1 Quel sinus

Plus en détail

SINUSITES AIGUËS. Formes. Physiopath. Ethmoïdite aiguë. Sinusite maxillaire et frontale. Formes cliniques. Sinusite sphénoïdale

SINUSITES AIGUËS. Formes. Physiopath. Ethmoïdite aiguë. Sinusite maxillaire et frontale. Formes cliniques. Sinusite sphénoïdale SINUSITES AIGUËS Physiopath Ethmoïde : naissance / autres à partir de 3 ans Virales ++++ Germes ORL : Pneumocoque, haemophilus influenzae, moxarella catarrhalis Germes dentaire : Anaérobies Formes Sinusite

Plus en détail

Procédure Médecins N de version : 01 Date d'application : 22/03/2011 Réf.: CMUB-037 Pagination : 1 de 8. Dr C. LECLERE-PEIGNELIN URGENCES DENTAIRES

Procédure Médecins N de version : 01 Date d'application : 22/03/2011 Réf.: CMUB-037 Pagination : 1 de 8. Dr C. LECLERE-PEIGNELIN URGENCES DENTAIRES N de version : 01 Date d'application : 22/03/2011 Réf.: CMUB-037 Pagination : 1 de 8 Rédacteurs Date 02/02/2012 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 37 Dr C. LECLERE-PEIGNELIN Validation

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Cas-cliniques céphalées

Cas-cliniques céphalées Cas-cliniques céphalées Cas N 1 Un homme de 48 ans sans antécédent, présente brutalement lors d un éternuement, une céphalée diffuse et d emblée très intense, suivie de vomissements Vous le voyez 1 heure

Plus en détail

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121 GENITO-URINAIRE_8.09._bis_Mise en page 8/09/ : Page Quiz Génito-urinaire Augmentation progressive du PSA ; TR : induration prostatique latérale gauche. Réponse page Homme, 9 ans VIH ; examen de l urine

Plus en détail

Un chat à vous couper le souffle.

Un chat à vous couper le souffle. Un chat à vous couper le souffle. Quizz en Infectiologie Hentzien M, Robbins A, Bani-Sadr F 1 M.O 66 ans ATCD : Anévrysme Aorte Abdominale, prothèse aorto-bi-iliaque en 2010 Tabagisme AIT en 2009 UGD hémorragique

Plus en détail

LA DOULEUR DENTAIRE de L ENFANT AU CABINET DENTAIRE comment l aborder et la maîtriser!

LA DOULEUR DENTAIRE de L ENFANT AU CABINET DENTAIRE comment l aborder et la maîtriser! LA DOULEUR DENTAIRE de L ENFANT AU CABINET DENTAIRE comment l aborder et la maîtriser! Dr S.KESSACI/BENNACER CHIRURGIEN DENTISTE SPECIALISTE ODONTOLOGIE CONSERVATRICE 5éme CONGRES NATIONAL DE LUTTE CONTRE

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

Antibiothérapie en chirurgie dentaire. Principes généraux. Profil des malades

Antibiothérapie en chirurgie dentaire. Principes généraux. Profil des malades Antibiothérapie en chirurgie dentaire Principes généraux Profil des malades Sujets considérés comme sains Cardiopathies sans risque d endocardite infectieuse Risque A (sujets à risque d infection locale

Plus en détail

Examen de la face et de la cavité buccale

Examen de la face et de la cavité buccale La face est la première séquence anatomique que toute personne malade présente au médecin. Cette «figure», qui transcrit si abruptement les émotions et souvent l angoisse du patient, représente une mine

Plus en détail

Urgences dentaires. Nicolas SIMON DAU Poissy

Urgences dentaires. Nicolas SIMON DAU Poissy Urgences dentaires Nicolas SIMON DAU Poissy Entendu aux urgences Comment ça : il n y a pas de dentiste de garde? Bonjour docteur, je viens pour arracher cette dent. J ai appelé mon dentiste, il n est pas

Plus en détail

Docteur, j ai pris froid!

Docteur, j ai pris froid! Dr j ai pris froid: Objectifs Docteur, j ai pris froid! Jean-Paul Humair Avec la contribution de MC Kramer Colloque SMPR 21.12.2011 Connaitre l épidémiologie des infections des voies respiratoire sup (IVRS)

Plus en détail

Conduite a tenir devant une masse latérocervicale. Guillaume ANGEL, service d ORL et de chirurgie cervico-faciale du CHM.

Conduite a tenir devant une masse latérocervicale. Guillaume ANGEL, service d ORL et de chirurgie cervico-faciale du CHM. Conduite a tenir devant une masse latérocervicale Guillaume ANGEL, service d ORL et de chirurgie cervico-faciale du CHM. PLAN Pour l adulte et pour l enfant, 2 questions essentielles : Nature de cette

Plus en détail

RHINO-SINUSITES AIGUES

RHINO-SINUSITES AIGUES RHINO-SINUSITES AIGUES RAPPEL ANATOMIQUE RAPPEL ENDOSCOPIQUE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE IMMUNITE LOCALE IgA Cils IMMUNITE LOCALE 1 ostium par sinus 1 ostium : libre dans un méat libre SEMEIOLOGIE DES RHINO-SINUSITES

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS Epreuve d ORL SESSION DE JANVIER 2013 Nombre de feuilles 11 DCEM 3 Nombre de questions 50 Durée de l épreuve1 heure

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS Epreuve d ORL SESSION DE JANVIER 2013 Nombre de feuilles 11 DCEM 3 Nombre de questions 50 Durée de l épreuve1 heure FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS Epreuve d ORL SESSION DE JANVIER 2013 Nombre de feuilles 11 DCEM 3 Nombre de questions 50 Durée de l épreuve1 heure 1 RECOMMANDATIONS : Vous avez entre les mains l épreuve

Plus en détail

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE I Définition Elle se définit comme une infection aiguë de la muqueuse du sinus maxillaire. C est une affection fréquente vue dans le cadre de l urgence. C est une complication

Plus en détail

Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant

Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant 44 ITEM 145 (ITEM 90) Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant Objectifs : Connaître les différentes formes de sinusite et les explorations éventuellement nécessaires pour en étayer le diagnostic.

Plus en détail

CHIRURGIENS-DENTISTES NOUVELLE-CALÉDONIE OUTILS D AIDE À LA PRESCRIPTION ANTIBIOTHÉRAPIE

CHIRURGIENS-DENTISTES NOUVELLE-CALÉDONIE OUTILS D AIDE À LA PRESCRIPTION ANTIBIOTHÉRAPIE CHIRURGIENS-DENTISTES NOUVELLE-CALÉDONIE OUTILS D AIDE À LA PRESCRIPTION ANTIBIOTHÉRAPIE 1 RECOMMANDATIONS AFSSAPS - juillet 2001 RECOMMANDATIONS ANTIBIOTHÉRAPIE CURATIVE SYSTÉMIQUE RECOMMANDATIONS ANTIBIOTHÉRAPIE

Plus en détail

Concours d Internat et de Résidanat

Concours d Internat et de Résidanat Concours d Internat et de Résidanat Ce programme a pour but d aider à la préparation des concours d internat et de résidanat. Il ne constitue en aucun cas un répertoire de «questions d examen» mais une

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS

ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS Définition Abcès du cerveau : collection suppurée développée au sein du parenchyme cérébral Empyème intracrânien : collection suppurée développée dans l espace sous-dural

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez surtout

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Enoncé Une femme de 65 ans, obèse, vous consulte en urgence pour une douleur épigastrique irradiant dans l épaule droite apparue brutalement il y a 3 heures

Plus en détail

Responsabilité Civile Professionnelle > Chirurgiens-dentistes

Responsabilité Civile Professionnelle > Chirurgiens-dentistes Responsabilité Civile Professionnelle > Chirurgiens-dentistes Dr Philippe POMMAREDE Chirurgien-dentiste conseil, MACSF Les 25 732 chirurgiens-dentistes sociétaires de la MACSF et du contrat groupe CNSD

Plus en détail

Douleurs orofaciales révélant ou compliquant une maladie Systémique

Douleurs orofaciales révélant ou compliquant une maladie Systémique 6 ème Congrès de la société algérienne d évaluation et de traitement de la douleur SAETD Alger le 19 et 20 Mars 2010 Douleurs orofaciales révélant ou compliquant une maladie Systémique D Hakem, H Lafer,

Plus en détail

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la et complète plusieurs documents sur ce thème produits

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

Item 271 : Pathologie des paupières

Item 271 : Pathologie des paupières Item 271 : Pathologie des paupières Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer et traiter un chalazion (Cf. Chap. 50, E. PILLY 2008)...1 2 Diagnostiquer

Plus en détail

Pathologie d inoculation (101) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003

Pathologie d inoculation (101) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Pathologie d inoculation (101) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Cours de bactériologie et virologie

Plus en détail

Antibiothérapie parentérale à domicile. Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry

Antibiothérapie parentérale à domicile. Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry Antibiothérapie parentérale à domicile Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry 1 Une pratique de plus en plus fréquente Intérêt économique Impact de la T2A

Plus en détail

Question 2 Indiquez 6 éléments essentiels que vous recherchez à l examen clinique de l enfant aux urgences.

Question 2 Indiquez 6 éléments essentiels que vous recherchez à l examen clinique de l enfant aux urgences. Énoncé D1-2011 Un enfant de 9 ans, sans antécédents particuliers en dehors d une allergie à la pénicilline, vous est adressé aux urgences à la suite d une morsure profonde au niveau de la face par le chien

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments?

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments? Dossier 1 Un patient de 32 ans, en état de précarité, est admis pour toux chronique dans un contexte de perte de poids récente. Son principal antécédent connu est une intoxication alcoolique. La radiographie

Plus en détail

Complexité du diagnostic et de la prise en charge de la personne âgée au SAU. 5ème Rendez-vous de l Urgence 29 Mai 2008

Complexité du diagnostic et de la prise en charge de la personne âgée au SAU. 5ème Rendez-vous de l Urgence 29 Mai 2008 Complexité du diagnostic et de la prise en charge de la personne âgée au SAU 5ème Rendez-vous de l Urgence 29 Mai 2008 Madame Amélie Hosseknopf 88 ans Arrive au SAU le vendredi 30 mai à 18h30 Lettre du

Plus en détail

Le binôme médecin / chirurgien-dentiste au cœur de la réflexion sur une consultation bucco-dentaire de prévention.

Le binôme médecin / chirurgien-dentiste au cœur de la réflexion sur une consultation bucco-dentaire de prévention. Le binôme médecin / chirurgien-dentiste au cœur de la réflexion sur une consultation bucco-dentaire de prévention. Dr Annabelle TENENBAUM Soirée Asdes 21 octobre 2008 Constat Liens, statistiquement confirmés,

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte Item 90 : Infections nasosinusiennes de l'enfant et de l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une rhinosinusite aiguë... 1 1. 1 Chez l'adulte...1

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans)

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Recommandations pour la pratique clinique Septembre 2004 (ANAES) CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Définition

Plus en détail

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite...

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grosse jambe rouge

Plus en détail

PSEUDOMONAS AERUGINOSA ET INFECTIONS ORL

PSEUDOMONAS AERUGINOSA ET INFECTIONS ORL PSEUDOMONAS AERUGINOSA ET INFECTIONS ORL Béatrix Barry Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard, 75877 Paris Cedex 18 Pseudomonas aeruginosa est un germe fréquemment rencontré dans la pathologie ORL

Plus en détail

Septicémie sur chambre implantable : analyse approfondie des causes

Septicémie sur chambre implantable : analyse approfondie des causes Emilie Teyssières Praticien hygiène Figeac / Villefranche de Rouergue / Decazeville Septicémie sur chambre implantable : analyse approfondie des causes Contexte de la RMM Ouverture de la médecine ambulatoire

Plus en détail

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe?

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe? Dossier 1 Il est 10 h 00 du matin. Une patiente de 42 ans, droitière, vient aux urgences de votre hôpital pour une hémiparésie gauche apparue brutalement. Elle n a pas d antécédent particulier. Depuis

Plus en détail

antipyrétique chez l'enfant? Revue de la littérature en 2010/2011

antipyrétique chez l'enfant? Revue de la littérature en 2010/2011 Université Paris Diderot Paris 7 Faculté de Médecine Faut-il prescrire les antiinflammatoires non stéroïdiens à visée antipyrétique chez l'enfant? Revue de la littérature en 2010/2011 DES Médecine Générale

Plus en détail

Examen de la face et de la cavité buccale

Examen de la face et de la cavité buccale Examen de la face et de la cavité buccale Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Examen exobuccal...1 2 Examen endobuccal... 2 2. 1 Examen de la muqueuse...1 2.

Plus en détail

LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES

LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question,

Plus en détail

www.urgencemonastir.com Cas clinique

www.urgencemonastir.com Cas clinique Cas clinique Une femme de 56 ans s est présentée au SAU pour des céphalées intenses d installation brutale évoluant depuis 10 jours. Elle s est réveillée avec une douleur vive à l'arrière de son cou se

Plus en détail

OTITE MOYENNE AIGUE. Les OMA touchent essentiellement l enfant avec un maximum de fréquence entre 6 et 24 mois.

OTITE MOYENNE AIGUE. Les OMA touchent essentiellement l enfant avec un maximum de fréquence entre 6 et 24 mois. OTITE MOYENNE AIGUE Objectifs : -Expliquer les principales causes d otalgie chez l adulte et l enfant. -Savoir diagnostiquer une otite moyenne aiguë, une otite externe, une otite séromuqueuse et leurs

Plus en détail

MALADIE DE HORTON. Pr. Magy-Bertrand Chef du Service de Médecine Interne CHU Besançon

MALADIE DE HORTON. Pr. Magy-Bertrand Chef du Service de Médecine Interne CHU Besançon MALADIE DE HORTON Pr. Magy-Bertrand Chef du Service de Médecine Interne CHU Besançon DEFINITION Artérite giganto-cellulaire Concerne les vaisseaux de moyen et gros calibre Prédomine dans le territoire

Plus en détail

Module 7 - Edition 2004 - Item 98 version 01 du 02 01 2004 page 1 Copyright CMIT ITEM N 98 : OTALGIES ET OTITES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE.

Module 7 - Edition 2004 - Item 98 version 01 du 02 01 2004 page 1 Copyright CMIT ITEM N 98 : OTALGIES ET OTITES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE. Module 7 - Edition 2004 - Item 98 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 98 : OTALGIES ET OTITES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE. OBJECTIFS TERMINAUX I. Expliquer les principales causes d otalgie chez l adulte

Plus en détail

L analgésie péridurale pour un retour à domicile!

L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Vendée L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Une expérience partagée Mr AGRES Hugues IADE RD 85925 La Roche sur Yon Journée IRD PL B, 28 janv. 2011- REZE Le patient, La famille, L équipe soignante

Plus en détail

Cancer du sein métastatique triple négatif

Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triplenégatif Mme I., 32 ans, mariée, 1 enfant de 6 mois Nationalité italienne ATCD personnels: aucun ATCD familiaux: aucun Facteur

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace 3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace Colmar, 22 octobre 2008 Médecine générale et cancer HYPERTHERMIE en cours de chimiothérapie Dr Bruno Audhuy Onco-hématologie Pôle Oncologie, Hôpital Pasteur,

Plus en détail

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie?

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie? Conduite à tenir devant un syndrome septicémique Dr Vincent Le Moing Dr Christina Psomas Maladies Infectieuses et Tropicales CHRU de Montpellier Février 2011 Définition = bactériémie = présence de bactéries

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Dossiers de conférences de consensus

Dossiers de conférences de consensus Dossier N 1 Une jeune femme de 17 ans est amenée aux urgences de votre hôpital par le SAMU pour malaises associés à des vomissements et des douleurs abdominales. La famille de cette patiente vous informe

Plus en détail

THROMBOSE VEINEUSE PORTO-MÉSENTERIQUE

THROMBOSE VEINEUSE PORTO-MÉSENTERIQUE THROMBOSE VEINEUSE PORTO-MÉSENTERIQUE De Jean-Baptiste DANSET DES (3ème semestre) Sous la direction du Docteur Aurélie PLESSIER Centre référence des maladies vasculaires du foie Service d Hépatologie Hôpital

Plus en détail

Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une

Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une sinusite ou être secondaire à une affection oculaire

Plus en détail

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès Durant la période allant du mois de février 2013 au mois de mars 2013 : 8 cas de grippe A(H1N1) ont été colligés à l hôpital régional de Gabès. Le diagnostic de

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Table des matières. Antibiothérapie empirique des infections ORL 2

Table des matières. Antibiothérapie empirique des infections ORL 2 GGA : Antibiothérapie empirique des infections ORL ab11 Infections ORL 06-12-17.doc Table des matières Antibiothérapie empirique des infections ORL 2 Mastoïdite... 2 Otite externe maligne... 2 Thrombophlébite

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 90 version 01 du page 1 Copyright CMIT ITEM N 90 INFECTIONS NASO-SINUSIENNES DE L ENFANT ET DE L ADULTE.

Module 7 - Edition Item 90 version 01 du page 1 Copyright CMIT ITEM N 90 INFECTIONS NASO-SINUSIENNES DE L ENFANT ET DE L ADULTE. Module 7 - Edition 2004 - Item 90 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 90 INFECTIONS NASO-SINUSIENNES DE L ENFANT ET DE L ADULTE. OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une rhino-sinusite aiguë. II. Argumenter

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

CONE BEAM ET ENDODONTIE

CONE BEAM ET ENDODONTIE CONE BEAM ET ENDODONTIE L endodontie est le traitement et la prévention des parodontites apicales dans le but de la conservation de la dent. Ces dernières années, le cone beam (ou CBCT pour Cone Beam Computed

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL Docteur Wolff V., Docteur Bindila D., Unité Neuro-vasculaire, HUS En France, il y a 130 000 nouveaux cas d accident vasculaire cérébral (AVC) par an. Avec 40 000 décès, il

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS

PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, juillet 2001 RECOMMANDATIONS INTRODUCTION Afin de limiter la

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail