Histoire d un groupement professionnel d assurance: le cas de la ROAM par Raymond Dartevelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Histoire d un groupement professionnel d assurance: le cas de la ROAM par Raymond Dartevelle"

Transcription

1

2

3

4 l Assurance Mutuelle SOMMAIRE Edito du Président P05 Introduction à la ROAM par Marie-Hélène Kennedy La galaxie de l assurance P06 P09 Histoire d un groupement professionnel d assurance: le cas de la ROAM par Raymond Dartevelle P12 SolvabilitéII:lecontrôledugroupeetlesoutiendegroupe par Lieve Lowet P20 La mutuelle Européenne: maintenant ou jamais? par Marie-Hélène Kennedy P40 Un statut de Mutuelle Européenne. Pour qui? Pourquoi? par Marie-Hélène Kennedy Dossier: la gouvernance InterviewdeJeanAzéma,PrésidentdelaFFSAM Préambule sur le marché de l assurance mutualiste Recommandations de la FFSAM en matière de Gouvernance des Sociétés d Assurance Mutuelles Suivi des recommandations FFSAM en matière de Gouvernance des SAM Modèle de charte des administrateurs de sociétés d assurance mutuelles Responsabilité des Dirigeants de Sociétés d Assurance Mutuelles P42 P45 P46 P48 P50 P56 P59 P63 (suitedusommairep4) RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE 3

5 l Assurance Mutuelle SOMMAIRE Qu est-ce qu une SGAM? par Bernard de Gryse Rédaction du rapport annuel sur le contrôle interne: partage d expérience par Catherine Bourgin Lerapportsurlecontrôleinterne:unoutildebonnegouvernance par Serge de Andolenko Lerapportsurlecontrôleinterne(R336-1duCode des Assurances) Mutuelle de Poitiers Assurances par Stéphanie Pasquet L assurance récolte. Actualité et perspectives par Arnaud de Beaucaron et Sandrine Chauveau P77 P80 P83 P86 P90 4 RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE

6 l Assurance Mutuelle Par Arnaud de Beaucaron et Sandrine Chauveau ASSURANCE RÉCOLTE L assurance récolte Actualité et perspectives Arnaud de BEAUCARON, Directeur Général L ETOILE Sandrine CHAUVEAU, Responsable Communication L ETOILE 1.-Actualité L agriculture européenne: un marché stratégique 1.2.-Alapoursuitedelaboiteverte Enjeux pour l Europe Bilan de santé agricole au niveau national 2.-Perspectives Les moyens de se prémunir contre les aléas climatiques en agriculture Le marché de l assurance agricole Les moyens de protection contre les aléas climatiques Comment voir l avenir de l assurance récolte? Oùenestl assurancerécolte? Différents points de vue Horizon 2013 Annexes Quelques dates Lexique des abréviations Des rapports successifs Comparatif France/Espagne/Etats-Unis Références 90 RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE

7 1,4 1,2 1,1 1,0 0,6 0,5 0,3 0,3 0,2 0,2 0,1 0,0 L assurance récolte: actualité et perspectives l Assurance Mutuelle I. Actualité 1 L agriculture européenne: un marché stratégique pourtant dépendant d influences internationales L agriculture occupe depuis toujours une place stratégique dans les politiques gouvernementales afin d assurer l indépendance et la sécurité alimentaire des populations. Les récentes variations des cours sur certaines denrées ont remis l agriculture au cœur de l actualité. Début 2008, plusieurs pays comme l Egypte, le Nigéria ou l Indonésie ont connu des«émeutesdelafaim» (2).EnFrance,la hausse des prix sur les produits alimentaires suscite bien des commentaires. L agriculture a toujours été en tête des affectations du budget européen puisqu elle représente aujourd hui environ 40% des dépenses de l Union Européenne(90% dans les années 80). En tant que premier producteur agricole européen, la France est aussi le premier bénéficiaire des aides européennes. 18,3 en % 13,1 12,6 UNION EUROPÉENNE 11,4 6,6 6,6 5,5 TOTAL milliards d'euros 4,0 3,0 2,5 2,1 1,9 1,8 1,8 1,7 France Allemagne Italie Espagne Royaume-Uni Pays-Bas Pologne Roumanie Grèce Danemark Belgique Portugal Hongrie Autriche Irlande Suède Rép. Tchèque Finlande Bulgarie Slovaquie Lituanie Slovénie Lettonie Chypre Estonie Luxembourg Malte Source:Lescomptesdel agricultureen2007 (2). L Uruguay round (3) régit en partie les échanges agricoles internationaux depuis Un nouveau cycle de négociations, le cyclededoha,aétéinitiéen2001.undeses objectifs est de minimiser les distorsions de concurrence, orientant une politique générale de baisse des soutiens dont bénéficient les agriculteurs. (1)LeMondediplomatique lundi14avril2008emeutesde la faim (2) Lescomptesdel agricultureen2007-lemarchéde l'assurance des biens agricoles en 2007: contrats incendie et multirisques FFSA/DESSI octobre (3)UruguayRound,estledernieretleplusimportantdes cycles de négociations internationales ayant eu lieu dans lecadredel'accordgénéralsurlestarifsdouaniersetle commerce(gatt). RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE 91

8 l Assurance Mutuelle L assurance récolte: actualité et perspectives Les accords internationaux de l OMC(Organisation Mondiale du Commerce) semblent sous-tendre les évolutions politiques et économiques actuelles, ce qui les place en haut du schéma ci-dessous: LES INTERACTIONS ENTRE LES DIFFERENTS ACTEURS DES AIDES AGRICOLES Organisation Mondiale du Commerce L OMCclasselestypesdesoutienen3«boîtes»depuis1994 BOÎTE ORANGE Aides à éviter, à réduire BOÎTE BLEUE Aides tolérées BOÎTE VERTE Aides autorisées sans limite Politique Agricole Commune Accords commerciaux et douaniers Réglementation répartition des aides communautaires Ministère de l Agriculture Ministère de l Economie et des Finances Directives, décrets, arrêtés interministériels Fonds National de Garantie des Calamités Agricoles CNASEA Conseils Généraux (selon le département) Contribution additionnelle Subventions assurance récolte Subventions départementales Indemnisations calamités Assureurs Cotisations, Subventions assurance, Indemnités Réassureurs Groupements et syndicats agricoles, Agriculteurs 92 RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE

9 L assurance récolte: actualité et perspectives l Assurance Mutuelle 2 Alapoursuite delaboîteverte Aux termes des accords de Marrakech, les subventions sont classées en trois catégories désignées par des boîtes de couleur. Le classement est progressif en fonction de leur effet de distorsion estimé sur la production et les échanges internationaux. En matière agricole,ondistingue (4) : LA«BOÎTEORANGE» contientles aidesàéviterouàréduire.ils agitdes soutiens directement liés au volume de production et aux prix, entraînant des distorsions dans les échanges. Elles sont soumises àunplafondbudgétaireetàunengagement de réduction; LA«BOÎTEBLEUE» décritlesaides simplement tolérées. Il s agit d aides en partie découplées(qui ne sont ni liées à la production ni au marché), attribuées aux producteurs dans le cadre de programmes de limitation de la production. Elles seront prochainement plafonnées; LA«BOÎTEVERTE»désignelesaides autorisées. Ces aides directes découplées, aucunement soumises à un plafond, entrainent peu d effets«distorsifs» sur leséchanges.cessontcesaidesquel ons efforce actuellement de mettre en place. Les dispositifs assurantiels«récolte» et «revenu» doivent également respecter deux règles: laperteminimumderevenusouderécolte doitêtresupérieureà30%delamoyenne des trois dernières années, leplafondd indemnisationestfixéà70% delaperte. Au-delà de l aspect anecdotique des boîtes del OMC,c estenréalitétoutelalogiqued un nouveau système réglementaire qui se met en place et qui vient impacter l activité des agriculteurs et de leurs assureurs Enjeux pour l Europe Au niveau européen, la Politique Agricole Commune(PAC)aétéinitiéeparleTraitéde Rome en Cinq objectifs ont été attribués: productivité, sécurité des approvisionnements, stabilisation des marchés, niveau de vie équitable pour les agriculteurs et prix raisonnables pour les consommateurs. Ces objectifs quantitatifs ne concernaient que les grandes cultures, la viande rouge, le sucre et le lait. Les autres productions comme les fruits et légumes et la viticulture ont fait l objet de moins d attention, donc moins de soutien. POUR 2013, QUATRE AXES DE TRAVAIL SONT REDÉFINIS AVEC LA RENÉGOCIA- TIONDELAPAC: assurer l indépendance et la sécurité alimentaire de l Union Européenne avec notamment la lutte contre les risques sanitaires, contribuer aux équilibres alimentaires mondiaux:lafaimdanslemonde touche encore plus de 800 millions de personnes (5), préserver les équilibres des territoires ruraux avec une approche économique (4)RapportduSénatn 50deDanielSoulage,22octobre2008 -page21. (5) Assises de l agriculture Décembre 2007 Quels objectifs pour une politique agricole dna une perspective 2013? RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE 93

10 l Assurance Mutuelle L assurance récolte: actualité et perspectives par le maintien de l activité agricole et des populations, écologiquement durables, participeràlaluttecontreleschangements climatiques et améliorer les actions pour le respect de l environnement et de la biodiversité. La production de bio-énergies qui permettront peut-être de prendre le relais des énergies fossiles est une nouvelle dimension à prendre en considération. Pour parvenir à ces objectifs, la Communauté Européenne octroie depuis sa création des aides aux agriculteurs. Depuis 1992, Bruxelles verse des aides compensatoires proportionnelles à la superficie de l exploitation(dites primes PAC) Bilan de santé agricole au niveau national UndesenjeuxpourlaFranceestlamiseen place d un dispositif communautaire de gestion des risques et des aléas économiques, climatiques et sanitaires. Le«BilandesantédelaPAC»s estconclu fin novembre 2008 par un accord arraché après17heuresdenégociations (6) entreles différents Ministres de l Agriculture de la Communauté. Côté français, Michel Barnier a défendu un aménagement de l article 69 du règlement de la PAC qui devrait permettreentre autres mesures- d allouer pour l échéance 2010, certains fonds communautaires au financement de l assurance récolte. Les aides seraient ainsi transférées aux agriculteurs dans les cadres réglementaires de lapacetdel OMCetdevraientaboutiràune revalorisation(jusqu à70%...) (7) delasubvention à la cotisation par cofinancement national et européen. Même si les agriculteurs ne représentent que 4% de la population active française, n oublions pas qu ils«nourrissent les 96% restants et jouent un rôle majeur dans l entretien desterritoiresetlabiodiversité» (8).Lesaléas climatiques gagnent en fréquence et en intensité:tousles3ansenviron,unagriculteur subitunécartde20%parrapportàsa moyenne de revenus(35% pour un arboriculteur) (9). Pour s en prémunir, l assurance récolte individuelle et volontaire a été mise en place, dans le souci d un«rééquilibrage vers un nouveau modèle agricole durable: une agriculture économiquement productive etécologiquementresponsable» (10). (6) L Express du 20/11/2008:«Accord européen au forceps surle«bilandesanté»delapac» (7)RapportduSénatn 50deDanielSoulage,22octobre 2008 page27 (8) LesEchosdu25/11/08 «Nousavonspréservéles outils de protection des marchés agricoles»: interview demichelbarnieràlasuitedubilandesantédelapac. (9) Débats en séance publique, Sénat le 29/10/2008 (10) Les Echos du 25/11/08, propos de Michel Barnier. 94 RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE

11 L assurance récolte: actualité et perspectives l Assurance Mutuelle II. Perspectives 1 Lesmoyensdeseprémunircontre les aléas climatiques en agriculture 1.1. Le marché de l assurance agricole En matière d assurance, les cotisations perçues pour garantir les biens agricoles représentent2,2%desencaissementsdommagesetresponsabilités,soit945m (11).Lemarchéestl un des plus concentrés de l assurance dommages: Cotisations 2007 Part de marché 2007 Montant (M ) Var 2007/2006 (en %) en % en % cumulé Taux de spécialisation Goupama-Gam Axa Crédit Agricole (Pacifica) AGF Aviva Covea (Mut. du Mans-Azur) Etoile Générali Aréas CMA Thelem ,0 + 1,5 + 24,1 + 3,0 + 5,8 + 3,3 + 11,6 + 10,4 + 0,2-0, Source:Lescomptesdel agricultureen2007. (12) 1.2. Les moyens de protection contre les aléas climatiques Le système d assurance français repose sur plusieurs acteurs selon les cultures et la nature des dommages. Pour le deuxième niveau, l agriculteur choisit son assureur et le contrat qui lui convient. On distingue 3 niveaux de garantie et un dispositif fiscal: DISPOSITIFS D ASSURANCE ET D INDEMNISATION 1 er niveaudegarantie:fngca,fondsd indemnisationencasd accidentclimatique exceptionnel couvrant des dommages non assurables 2 e niveaudegarantie:assurancedescultures(céréales,légumes,fruits, fleurs, vignes ): Assurance classique grêle, tempête; Assurance Récolte: grêle, tempête, gel, excès d eau, sécheresse 3 e niveauenétude:assurancechiffred affaires DISPOSITIF FISCAL Dispositif fiscal individuel: DPA:uneréservede trésorerie peut être constituée si l agriculteur a souscrit un contrat d assurance (11) Rapport FFSA: les comptes de l agriculture en 2007, Lemarchédel'assurancedesbiensagricolesen2007- octobre (12)Lescomptesdel agricultureen2007-lemarchéde l'assurance des biens agricoles en 2007: contrats incendie et multirisques FFSA/DESSI octobre RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE 95

12 l Assurance Mutuelle L assurance récolte: actualité et perspectives Le Fonds National de Garantie des Calamités Agricoles(FNGCA): Misenplaceen1964,ilintervient: pour l indemnisation des dommages non assurables (13).Suivantl importancedes dommages subis, l agriculteur peut bénéficierdeprêtsàtauxréduitsourecevoir des indemnités et/ou d autres aides exceptionnelles(comme l aide au transport de fourrage en 2003). Le FNGCA n indemnise en moyenne que 30% des dommages subis par les agriculteurs du fait d aléas climatiques. Les délais d indemnisation, la complexité du processus et la limitation des indemnisations en fonction des fonds disponibles sont autant de points qui ont poussé les Pouvoirs Publics à trouver d autres solutions d assurance. Une révision du régime sera nécessaire pour le rendre conforme aux exigences communautaires (introductiond unefranchisede25%) (14). pourlapriseencharged unepartiedes cotisations d assurance: ANNÉES (15) 1997à à RISQUESCOUVERTSETTAUXDELASUBVENTIONDUFNGCA 1-fruits(grêle):7,5% 2-légumes(grêle):7,5% 1- fruits(grêle): 7,5%(10% pour les Jeunes agriculteurs*). 2- légumes(grêle): 7,5%(10% pour les Jeunes agriculteurs*). 3- fruits(grêle et gel): 25%(34% pour les Jeunes agriculteurs*). 4-vigne(grêleetgel):10%(14%pourlesJeunesagriculteurs*). 5- céréales et oléo-protéagineux(plusieurs risques climatiques, dont au moins à lafoislagrêle,legeletl inondation,ainsiquel excèsd eauàpartirde2003): 10%(14% pour les Jeunes agriculteurs*). * majoration variable en cas d aide des Conseils Généraux. 1à5-mêmestaux 6- Assurance récolte: une, deux ou plusieurs natures de récoltes contre plusieurs risquesclimatiques,dontaumoinsàlafoislasécheresse,lagrêle,legelet l inondation ou l excès d eau: 35%(+ 5% pour les Jeunes agriculteurs). 2006à2008 Assurance récolte: 35%(+ 5% pour les Jeunes agriculteurs). Depuis 2006, la subvention est recentrée sur l assurance récolte, avec un taux de 35%. Les autres contrats ne bénéficient plus d une subvention à la cotisation Letauxdesoutienseraitànouveaudifférenciéselonletypedeculture: arboriculture, viticulture: 40%(+ 5% pour les Jeunes agriculteurs) grandescultures:25%(+5%pourlesjeunesagriculteurs) Les grandes cultures sortent du champ d indemnisation du FNGCA. Taux inconnus. La viticulture doit sortir du champ d indemnisation du FNGCA. Taux inconnus. Les fruits et légumes doivent sortir du champ d indemnisation du FNGCA. (13)ArticleL361-2duCodeRural (14) Rapport Mortemousque-28/2/07 page 38 (15)RapportduSénatn 50deDanielSoulage,22octobre2008 page16pourlesannées1997à RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE

13 L assurance récolte: actualité et perspectives l Assurance Mutuelle Le montant total des subventions ne doit pas dépasser 50% de la cotisation. L assurance distribuée par les sociétés d assurance: L assurance classique: L assurance grêle est proposée en France depuis ledébutduxixesiècle.c estàcemomentqu ont été créées des sociétés d assurances mutuelles commelasociétédetoulouse(néeen1826, absorbée par l Etoile en 1999), ou comme l Etoile, née en Celle-ci reste la dernière société monobranche et indépendante, spécialisée pour le risque grêle sur récoltes. Les cultures sont couvertes contre les pertes de quantité, avec une option qualité pour certaines cultures comme le lin textile, les fruits, les légumes Les taux appliqués varient selon le type de production(par exemple, le colza estplusfragilequeleblé),lafréquencedes sinistres, la localisation géographique et les franchises, toujours sur capitaux. A cette garantie, l Etat a ajouté la tempête obligatoire depuis L assurance récolte: Miseenplaceen2005parlesPouvoirsPublics sur l insistance de la filiale assurance dommages, Pacifica, du Crédit Agricole(nouvel acteur sur le marché de l assurance agricole), cette formule a pour objectif de protéger l exploitation des conséquences d une baisse de rendement suite à une série d aléas climatiques(sécheresse, grêle, gel, tempête, inondation et excès d eau). La cotisation est subventionnée en partie par l Etat(voir tableau des subventions ci-dessus), conformément à un cahier des charges définissantdeuxformules (16) : DEUX FORMULES SONT POSSIBLES: Contratmultirisqueàlaculture:cotisation subventionable pour une franchise minimum de 25%. Toute la surface consacrée à cette culture doit être assurée. Cette formule concerne l immense majorité des contrats souscrits(99% en2006) (17) ; Contrat multirisque à l exploitation: cotisation subventionable pour une franchiseminimumde20%etaumoins 80% de la surface de l exploitation doit être assurée. Assurance chiffre d affaires(ou revenus): Garantie contre la réduction du chiffre d affairesdueàunebaissederendementet/ouà une diminution du prix projeté sur le marché àtermeentrelemomentdusemisetceluide la récolte. Cette garantie va au-delà de l assurance récolte puisqu elle vise à garantir aux entreprises agricoles un revenu annuel par hectare et par culture. Elle tomberait dans la «boîteverte».enfrance,descompagnies d assurance ont indiqué y travailler actuellement (18). Déduction Pour Aléas(DPA): L agriculteur dispose depuis 2002 de la DPA, dispositif comptable et fiscal visant à constituer une épargne de précaution, mobilisable par l exploitant afin de faire face aux aléas climatiques, économiques(variation brutale des prix), aux crises sanitaires ou aux événe- (16) En application de l article L du code rural. Décret n du18mars2008. (17) Rapport Mortemousque-28/2/07 page 12. (18) RapportduSénatn 50deDanielSoulage,22octobre2008,page28 RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE 97

14 l Assurance Mutuelle L assurance récolte: actualité et perspectives mentsfamiliaux.leplafonddeladpapour 2009s élèveà15000euros.ilpeutêtreporté à23000eurosencasdesouscriptiond une assurance: Pour les filières continuant à bénéficier du FNGCA, le plafond ne peut être relevé qu en cas de souscription d une assurance multirisque agricole; Pourlesecteur«grandescultures»àpartirde2009,laDPAn estpossiblequ àcondition de souscrire un contrat d assurance récolte. Les sommes épargnées viennent en déductiondubénéficeimposable (19).Ellessontréintégréesauboutdedixanssilasommen est pasutilisée (20).Ensecombinantavecl assurance récolte, elle peut prendre en charge la franchisenoncouverte (21). La déduction pour aléas suppose toutefois que l agriculteur ait dégagé des bénéfices au cours des années passées. Ce dispositif ne peut donc pas convenir pour toutes les exploitations ni pour faire face aux aléas climatiques exceptionnels. 2 Comment voir l avenir de l assurance récolte? 2.1. Oùenestl assurancerécolte? Aprèsundémarrageenfanfareen2005avec contrats signés, la souscription s est ralentie puisque 3 ans après son lancement, on compte moins de contrats (22) aujourd hui, soit environ 20% des exploitationsprofessionnelles (23) Source:Lescomptesdel agricultureen2007. (24) La quasi-totalité de la souscription des contrats aétéréaliséepargroupama (25),quiarajoutéles nouveaux aléas de l assurance récolte comme de simples extensions au contrat déjà existant, sans supplément de cotisation, avec l octroi des subventions. Une distorsion de concurrence s est ainsi créée par rapport aux autres acteurs traditionnels du marché qui tarifient bien évidemment ces garanties complémentaires. La répartition des contrats d assurance récolte parfilière,estlasuivante (26) : CULTURES Grandes cultures Vignes Arboriculture/horticulture Maraîchage Cultures fourragères Surfaces 2007 couvertes par l assurance récolte (% des surfaces cultivées) 27,0 % 12,30% 0,93% (fruits) 7,80% 0 % (régime FNGCA) Nbre de contrats OBJECTIF % 20% 5 % - - Aujourd hui, l assurance récolte coûte 32 millions d euros aux finances publiques. Elle coûterait dix fois plus si toute la production était assurée (27). (19)LerégimedelaDPAestdéfiniàl articlel.72dbisdu code général des impôts. (20) La France Agricole Assurance récolte: l Etat passe enforce 19septembre2008. (21)RapportduSénatn 50deDanielSoulage,22octobre2008 page18. (22) Débats en séance publique, Sénat le 29/10/2008. (23)RapportduSénatn 50deDanielSoulage,22octobre (24) Lescomptesdel agricultureen2007-lemarché de l'assurance des biens agricoles en 2007: contrats incendie et multirisques FFSA/DESSI octobre (25) Rapport Mortemousque-28/2/07- page 10. (26)RapportduSénatn 50deDanielSoulage,22octobre2008 page20. (27) Intervention de M. Soulage, Débats en séance publique, Sénat le 29/10/2008-page RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE

15 L assurance récolte: actualité et perspectives l Assurance Mutuelle 2.2. Différents points de vue Lepointdevuedesassureurs: Le régime de subvention des cotisations doit avoir une visibilité sur plusieurs années, ne serait-ce que pour permettre la mise en place de la politique commerciale de la société d assurance. Quand le taux d aide diminue, la cotisation annoncée par l assureur en début de période risque d être majorée l année suivante. Ce régime d aide fonctionne avec un système d enveloppe fermée: le taux d aide risque égalementdediminuerencasdebonneannée desouscription! (28) Le taux de subvention des cotisations d assurance est encore insuffisant pour donner une réelle impulsion au système d assurance récolte. Les besoins en réassurance sont très élevés encasdesinistreclimatiquemajeur.«le besoin de réassurance, en cas de mauvaise année, pourrait se chiffrer à plusieurs milliardsd euros»,indiquelepdgdelacaisse Centrale de Réassurance(CCR). Or la capacité de réassurance privée est actuellement de 300 à 700 millions d euros, sans prendre en compte les effets de la crise financière actuelle qui pourrait affecter les actifs des compagniesd assurance (29).Lerisquemaximalestévaluéà3milliardsd eurospourles seulesculturesdevente (30).Lesestimations par cultures basées sur les statistiques FNGCA montrent que les sécheresses(surtout sur fourrages) et les gelées(surtout sur fruits) absorbent80%desindemnitésfngca (31).Ces garanties sont difficiles à réassurer à un coût abordable sur la durée sans l aide de l Etat. C est pourquoi les assureurs demandent d instituer une réassurance garantie par l Etat au travers de la CCR. Cette condition était soulignéedès2004parlaffsa (32) etpartousles rapports de missions gouvernementaux. Les rapports indemnités sur cotisations sont catastrophiques. A la suite des sécheresses de 2005 et 2006, des assureurs ont enregistré des ratios allant jusqu à 1000%! L année 2007aétémarquéeparunexcèsd eauetpar une fréquence exceptionnelle de grêles. La multitude de périls couverts pendant toute laduréedecycledelaculture(dusemisàla récolte) induit une fréquence de déclarations exceptionnelle. Des cultures comme le maïs irrigué peuvent faire l objet dans certaines régions d une interdiction d irrigation pratiquement systématique. L aléa sécheresse devient quasi certain. Or, si l aléa n existe pas, l assurance n est plus possible. Les expertises sont coûteuses et ardues: elles peuvent s étendre sur toute la période de maturité de la plante jusqu à la récolte afin de mesurer précisément l incidence réelle des aléas. La gestion administrative des contrats est très lourde(les documents justificatifs réclamés par l administration sont très nombreux, différents d une année sur l autre) et le cahier des charges mal adapté. De plus, les assureurs subissent des décalages importants sur le remboursement des subventions(à ce jour, des soldes sont encore dusautitrede2005,2006et2007). (28) Rapport Mortemousque-28/2/07 page 13. (29) RapportduSénatn 50deDanielSoulage,22octobre (30) L argus de l Assurance Les assureurs tirent le signal d alarme-12/9/08. (31) CCR (32) Dossier de presse FFSA: Assurances agricoles: vers une assurance multiculture? le 29/06/2004. RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE 99

16 l Assurance Mutuelle L assurance récolte: actualité et perspectives Il est annoncé que certaines cultures comme les céréales doivent sortir progressivementdufngcaàpartirde2009.le décret d application définissant les nouvelles règles à appliquer n est toujours pas sortiàcejouralorsquelacampagne2009 a déjà débuté par les cultures d hiver(semis debléetcolza)pendantl été2008.les vignessortirontàleurtourdufngca«probablement»en2010etlesfruitsetlégumes en Lepointdevue des professionnels agricoles: Le régime du FNGCA, bien qu imparfait, est éprouvé. Il permet à tous d être partiellement couvert en cas d aléa exceptionnel. Certains producteurs(fruits et légumes) peuvent peiner à trouver, notamment après sinistre, des contrats d assurance à un coût abordable: les taux de cotisation peuvent dépasser 10% du chiffre d affaires. Seule une assurance obligatoire pourrait permettre des tarifs acceptables par une mutualisation large, entre filières et entre régions, éliminant l anti-sélection. Il en résulterait un contrat de base fortement subventionné pour permettre à tous de s assurer. Celuici induirait un investissement de l Etat au moins dix fois supérieur à l effort actuel L obligation de s assurer a donc été rejetée parlesénatle29octobre2008. Apartirde2009,l ensembledesproducteurs de grandes cultures vont continuer à alimenter le FNGCA alors même qu ils seront exclus du dispositif d indemnisation (la contribution additionnelle au FNGCA s élève à 11% de certaines cotisations d assurances agricoles). Disposer d une réserve d épargne défiscaliséeavecunsystèmeplussimplequeladpa. Le point de vue des administrations: Ilestimportantdepouvoirmaintenirlelibre choix des agriculteurs de s assurer ou non etdeleurdonnerlibreaccèsàplusieurs offres d assurance, tant au niveau national que régional. Une bonne efficacité budgétaire ne devrait pas laisser coexister deux systèmes parallèles de protection(fngca et assurance récolte) pour la couverture des mêmes risques. Les Pouvoirs Publics souhaitent néanmoins maintenir le FNGCA qui offre à tousune«cmu» (33) del exploitationagricole, véritable filet de sécurité qui intervient lors de situations exceptionnelles. Lescénarioleplusoptimisteconsisteà termeà«assurerlafermefrance»,en tenant compte de l hétérogénéité des culturesetdestaillesd exploitations (34). Pour la campagne 2009, l enveloppe budgétaire consacrée à l assurance récolte sera précisée danslaloidefinancespour2010,auvududéveloppement de l assurance et du prix des cotisations (35).Ilestactuellementquestiond attribuer à l assurance récolte une enveloppe de 59 millions d euros pour 2009(32 millions ci-dessous +27millionsàlasuitedelasortiedesgrandes culturesdufngca) (36). (33)RapportduSénatn 50deDanielSoulage,22octobre 2008 page19. (34) Rapport Mortemousque-28/2/07 page 32. (35) Eneffet,lescréditsd uneannéensontversésaux assureurs pour les contrats souscrits au titre des récoltes de l année N-1, conformément au cahier des charges défini par le ministère de l agriculture et les assureurs. (36)RapportduSénatn 50deDanielSoulage,22octobre2008 page RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE

17 L assurance récolte: actualité et perspectives l Assurance Mutuelle LE PROGRAMME TRIENNAL DE DÉPENSES PUBLIQUES POURL ASSURANCERÉCOLTE (*) ANNÉE COUVERTE Financement national(**) Financement communautaire attendu Loi de finances pour 2008 Projet de loi de finances pour 2009 Prévision de dépenses pour 2010 Prévision de dépenses pour ,834 32,0 38,1 43, ,0 TOTAL 31,834 32,0 38,1 99,5 (*) En millions d euros, les autorisations d engagement étant égales aux crédits de paiement. (**) Prise en compte du décalage d un an dans les paiements de la subvention nationale Horizon 2013 L objectif de l extension de l assurance récolte aétéposéàl occasiondeladernièreloi d orientation agricole. L assurance récolte est unenjeumajeurpourlapacde2013.pour pouvoir défendre ce modèle et être crédible vis-à-vis de nos partenaires européens, la France doit afficher des taux de souscription significatifs en assurance récolte. Ainsi, le secteur agricole pourrait bénéficier d un cofinancement européen pérenne. Pour les assureurs, ces perspectives optimistes sont cependant suspendues à la nécessité d une réassurance d Etat et à une simplification administrative du système d allocation des subventions. Pourquoi ne pas envisager un regroupement de toutes les aides versées à l agriculteur? Si la priorité reste le développement de l assurance récolte, il ne faut pas écarter l idée d un instrument propre à garantir le revenu des exploitants : «l assurance chiffre d affaires». Celle-ci pourrait venir constituer un troisième niveau de protection contre les risques, après un premier niveau constitué parle«matelasdesécurité»dufngcaet un second seuil résultant d une souscription volontaire, correspondant à l assurance récolte classique. Si l assurance chiffre d affaires devait être subventionnée, il faudrait alors vaincre les réticences de la Commissaire européenne à l Agriculture (37),MmeFischerBoel,quis est prononcée contre un tel système. En effet, l OMC pourrait considérer ce mécanisme comme étant lié aux prix. L assurance chiffre d affaires entrerait donc de fait dans la boîteorangedesaidesàéviter!lesetats- UnisetleCanadaensontpourtantdotés. L échéance de 2013 pourrait présenter l opportunité de relayer l assurance récolte par un mécanisme d assurance encore plus globalisé (38). (37) RapportduSénatn 50deDanielSoulage,22octobre2008 page28. (38) RapportduSénatn 50deDanielSoulage,22octobre2008 page28 RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE 101

18 l Assurance Mutuelle L assurance récolte: actualité et perspectives Annexes QUELQUES DATES ANNÉES ÉVÉNEMENTS Traité de Rome et création de la Politique Agricole Commune. MiseenplacedelaPAC. Création du Fonds National de Garantie des Calamités Agricoles. Début de l Uruguay Round. Accords de Blair House: ils imposent à la Communauté Européenne de remplacer le système des prix par celui des primes avec aides directes aux agriculteurs. Traité de Marrakech et création de l'organisation Mondiale du Commerce à l issue des négociations de l'uruguay Round dans le cadre de l'accord général sur les tarifs douaniers et le commerce(gatt). Miseenplacedel OMC «Découplage»desaidesdelaPAC:ellesnesontplusliéesàlaproduction Mise en place de l assurance récolte en France. Loi d orientation agricole. Bilan de santé de la PAC: redéploiement des aides, quotas laitiers, régulation des cours. Renégociation de la PAC et de son financement, peut-être avancée dès RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE

19 L assurance récolte: actualité et perspectives l Assurance Mutuelle LEXIQUE DES ABRÉVIATIONS ADASEA Association Départementale pour l'aménagement des Structures des Exploitations Agricoles: association loi 1901 ayant pour fonction d'accompagner les évolutions du milieu rural. AUP Agence Unique de Paiement: organisme public assurant le paiement des aides relevant du 1er pilierdelapac,c'estàdirelessoutiensdirects à l'agriculture. CNASEA Centre National pour l Aménagement des Structures des Exploitations Agricoles, organisme publiccrééen1966:ilgèreetvérifielesmontants des aides octroyés aux agriculteurs dans le cadre duplandecohésionsocialeetdunouveaurèglement de développement rural de la PAC. CNAA Comité National de l'assurance en Agriculture crééen2006:ilgarantitunpartenariatentre les professionnels agricoles, l'état et les assureurs, notamment en reprenant les attributions de la Commission nationale des calamités agricoles, en particulier la gestion du FNGCA. FEOGA Fonds Européen d Orientation et de Garantie Agricoles: fonds qui finançait le soutien des marchés et la section Orientation le développementrural.depuisle1 er janvier2007,lefeoga aétéremplacépardeuxfonds:lefondseuropéen agricole de garantie(feaga) et le Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER). FFSA Fédération Française des Sociétés d Assurance. FNGCA Fonds National de Garantie des Calamités Agricoles: créé en 1964, fonds garantissant les dommages non assurables, d importance exceptionnelle, dus à des«variations anormales d intensité d un agent naturel». Il faut que l exploitation agricole soit assurée(contrat incendie ou contrat grêle s il n existe ni bâtiment ni matériel). JA Jeune Agriculteur. LOA Loi d Orientation Agricole. OCM Organisation Commune de Marché: sousgroupesdelapacparfilière(ex:ocmfruits). OMC Organisation Mondiale du Commerce. ONIGC Office National Interprofessionnel des Grandes Cultures(regroupe l ONIC/ONIOL/FIRS). PAC Politique Agricole Commune. RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE 103

20 l Assurance Mutuelle L assurance récolte: actualité et perspectives DES RAPPORTS SUCCESSIFS ANNÉES (15) ÉVÉNEMENTS Rapport du Conseil économique et social(rapporteur: André de Bretteville), préconisant un système d'assurance obligatoire. Rapportsurl avenirdelapac,jean-paulemorineetmarceldeneux:cesont les premiers à évoquer les exemples des mécanismes d assurance récolte soutenue par les Pouvoirs Publics, aux Etats-Unis et en Espagne, alors quasi inconnus en France. Rapport du Conseil économique et social(rapporteur: Régis Bouche) partisan du développement de l'assurance des récoltes dans un cadre commercial, mais avec le soutien des Pouvoirs Publics, et de la mise en place d'instruments de type épargne qui viendraient compléter le dispositif. Rapport du ministère de l'agriculture et de la Pêche(rapporteur: Bernard Vial),quifaituneanalysedétailléedesmodalitésdemiseenoeuvredesdifférents mécanismes développés par les Pouvoirs Publics pour compenser les effets des aléas climatiques Rapport dans le cadre de la loi d'orientation agricole du 9 juillet 1999(rapporteur: Christian Babusiaux), qui élargit la réflexion à l'ensemble des risques climatiques, sanitaires et économiques. Il propose le maintien d'un fonds de garantie couplé à une multirisque récoltes et la mise en place d'une épargne de précaution stimulée par des avantages fiscaux. Rapport de Christian Ménard sur la gestion des risques climatiques en agriculture, qui constate que le FNGCA n indemnise que partiellement les agriculteurs à la suite d un d aléa climatique. Le rapport propose la mise en place à grande échelle d un contrat multirisque climatique couvrant la totalité des productions végétales et animales. Il préconise une subvention des cotisations et le maintien du FNGCA pour les événements exceptionnels. Rapport de Dominique Mortemousque: Une nouvelle étape pour la diffusion de l assurance récolte. Il dresse un premier bilan de l assurance récolte; il évoque les évolutions à apporter au système, les scénarios d évolution possibles et insiste sur la nécessité d une réassurance appuyée par l Etat RapportdeDanielSoulage,réaliséàlasuited unprojetdeloitendantàgénéraliser l assurance récolte obligatoire. Le rapport fait le point sur les dispositifs actuels; il souligne l hétérogénéité des exploitations agricoles, la compatibilité aveclesrèglesdel OMCetdelaPACetlenécessaireengagementdel Etat.Ilse prononce en défaveur d un régime obligatoire d assurance pour les agriculteurs. 104 RÉUNION DES ORGANISMES D ASSURANCE MUTUELLE

Indemnisation des Calamités Agricoles en France. Séminaire Assurance Agricole - 10 Juin 2007 - Alger

Indemnisation des Calamités Agricoles en France. Séminaire Assurance Agricole - 10 Juin 2007 - Alger Indemnisation des Calamités Agricoles en France 1 Marché mondial de l Assurance Agricole Primes brutes d assurance directe = environ 6,5 milliards d euros (dont subventions gouvernementales = environ 2,9

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

L assurance récoltes en France

L assurance récoltes en France P A C I F I C A - A S S U R A N C E S D O M M A G E S L assurance récoltes en France Colloque FARM - Pluriagri du 18 décembre 2012 Thierry LANGRENEY Directeur général de Pacifica L assurance, un outil

Plus en détail

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.7.2014 COM(2014) 520 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL L'efficacité énergétique: quelle contribution

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES -

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - RMI(11)9833:8 Bruxelles, le 20 avril 2012 LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - Réaction des agriculteurs et des coopératives agricoles de l'ue aux propositions législatives

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Alors que la France tend à élargir la complémentaire santé à une partie d autant plus large de sa population, il est intéressant d'apprécier en quoi les autres

Plus en détail

ENSEMBLE 118 Gestion des aléas de production

ENSEMBLE 118 Gestion des aléas de production ENSEMBLE 118 Gestion des aléas de production Sommaire I. Description du dispositif I. Le dispositif de protection contre les calamités d origine agricole comprend : - Le Fonds national de garantie contre

Plus en détail

COMMISSARIAT AUX ASSURANCES ANNEXE AU RAPPORT ANNUEL

COMMISSARIAT AUX ASSURANCES ANNEXE AU RAPPORT ANNUEL COMMISSARIAT AUX ASSURANCES ANNEXE AU RAPPORT ANNUEL 2012 /2013 2012 /2013 Sommaire 5 13 6 1 - Sommaire Statistiques générales Tab 2.1 Nombre d entreprises établies suivant leur spécialisation 16 Tab

Plus en détail

Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros dans les caisses de l'état.

Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros dans les caisses de l'état. Page 1 sur 5 COMMUNIQUE DE PRESSE Augmentation des accises du tabac : plus de revenus et moins de fumeurs Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros

Plus en détail

L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels

L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels Mercredi 12 juin 2013, AG de l AFPS L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels Michel LUZI 2 Segmentation des risques Le Régime des Catastrophes Naturelles Dommages

Plus en détail

Catastrophes naturelles : prévention et assurance

Catastrophes naturelles : prévention et assurance CDRNM 10 octobre 2013 Préfecture de Lille Catastrophes naturelles : prévention et assurance Philippe HERREYRE TOURNEMAINE MRN Sommaire 2 1. Les CATastrophes NATurelles en chiffres 1. La composante assurance

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

PROFESSIONS AGRICOLES

PROFESSIONS AGRICOLES PROFESSIONS AGRICOLES Parce qu il vous faut produire, gérer, élever, Aréas est à vos côtés pour Protéger votre exploitation Nous couvrons vos bâtiments d exploitation en cas d incendie, de tempête, de

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE DANS LE CADRE DU REGIME D ASSURANCE DES RISQUES DE CATASTROPHES NATURELLES EN FRANCE. Casablanca - 13 novembre 2006 1

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE DANS LE CADRE DU REGIME D ASSURANCE DES RISQUES DE CATASTROPHES NATURELLES EN FRANCE. Casablanca - 13 novembre 2006 1 PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE DANS LE CADRE DU REGIME D ASSURANCE DES RISQUES DE CATASTROPHES NATURELLES EN FRANCE Casablanca - 13 novembre 2006 1 Rappel des principes du régime d indemnistation des victimes

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage Mise en œuvre des mesures d urgence 22/09/2015

Plan de soutien à l élevage Mise en œuvre des mesures d urgence 22/09/2015 Plan de soutien à l élevage Mise en œuvre des mesures d urgence 22/09/2015 1 Mesures d urgence du PSE Annonces du 22 juillet : 1. Prix : mobilisation de chaque filière sur le respect des engagements 2.

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la réforme de la PAC après 2013 sans avoir jamais osé le demander. Sophie Thoyer Pauline Lecole

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la réforme de la PAC après 2013 sans avoir jamais osé le demander. Sophie Thoyer Pauline Lecole Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la réforme de la PAC après 2013 sans avoir jamais osé le demander Sophie Thoyer Pauline Lecole 1 Situation La PAC Qui négocient actuelle PLAN La PAC d aujourd

Plus en détail

Erasmus pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels

Erasmus pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels COMMISSION EUROPEENNE COMMUNIQUE DE PRESSE pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels Bruxelles, le 23 novembre 2011 Jusqu à cinq millions de personnes (soit presque deux fois plus qu actuellement)

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros)

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros) 116/2015-26 juin 2015 Sommet Union européenne Chine Hausse significative du commerce de biens et de services de l UE avec la Chine en 2014 Déficit de l UE pour les échanges de biens, excédent pour les

Plus en détail

L assurance française contre les catastrophes. Colloque HCFDC/FFSA du 2 juin 2010 1

L assurance française contre les catastrophes. Colloque HCFDC/FFSA du 2 juin 2010 1 L assurance française contre les catastrophes 1 Les différents périls et leurs victimes Catastrophes naturelles (hors vent) Tempêtes Terrorisme Catastrophes technologiques Catastrophes écologiques Dommages

Plus en détail

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Le régime des catastrophes naturelles et technologiques

Plus en détail

ANNEXE X PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF. [Article 70, paragraphe 2, point c)]

ANNEXE X PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF. [Article 70, paragraphe 2, point c)] ANNEXE X (1) (3) PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF [Article 70, paragraphe 2, point c)] BELGIQUE a) Allocation de remplacement de revenus (loi du 27 février 1987). b) Revenu garanti

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Des allocations de solidarité

Des allocations de solidarité Retraités juin 205 Des allocations de solidarité Aspa ASI Des allocations de solidarité Vous êtes retraité et vous avez de faibles revenus? Vous pouvez peut-être bénéficier de l allocation de solidarité

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Accès financier aux soins

Accès financier aux soins Accès financier aux soins 1 L accès aux soins Toute la population résidente en France est couverte par l assurance maladie de base et 95% par une complémentaire santé Un accès libre au système de soins

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre

Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre www.supagro.fr Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre Sophie Thoyer thoyer@supagro.inra.fr Centre international d études supérieures en sciences agronomiques Objectifs des politiques

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Conférence Régionale sur l Assurance et la Réassurance des Risques liés aux Catastrophes Naturelles en Afrique Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Présenté par Mr Abdelkrim

Plus en détail

Bien utiliser le prélèvement

Bien utiliser le prélèvement JANVIER 2013 N 23 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Bien utiliser le prélèvement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour

Plus en détail

La retraite pour pénibilité

La retraite pour pénibilité Salariés MAI 2012 La retraite pour pénibilité Conditions Démarches La retraite pour pénibilité Un dispositif de retraite pour pénibilité a été créé par la réforme des retraites de 2010. Il permet aux assurés

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels WWW.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Mission

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

S installer en France en tant que travailleur indépendant

S installer en France en tant que travailleur indépendant Ressortissants étrangers S installer en France en tant que travailleur indépendant Édition 2015 S installer en France en tant que travailleur indépendant Vous avez l intention de vous installer en France

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE

COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE Pour mieux comprendre COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE LE GOUVERNEMENT S ENGAGE L agriculture est un secteur stratégique pour l économie française et dispose d atouts considérables. Avec ses 450 000

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION OBJET : Participation à la protection sociale des agents municipaux Rapporteur : Philippe Laurent Suite à la loi du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique, le décret

Plus en détail

Préparez-vous au virement SEPA

Préparez-vous au virement SEPA OCTOBRE 2012 ENTREPRENEURS N 6 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Préparez-vous au virement SEPA FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2007-2008 4 DÉCEMBRE 2007 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2007-2008 4 DÉCEMBRE 2007 PROJET DE DÉCRET 681 (2007-2008) N 2 681 (2007-2008) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2007-2008 4 DÉCEMBRE 2007 PROJET DE DÉCRET visant à instaurer un fonds budgétaire en matière de financement du Système intégré de gestion

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

Kit Demande de Bourse Etude Erasmus 2014-2016

Kit Demande de Bourse Etude Erasmus 2014-2016 CESI-ERA- 1415 - Informations Programme Erasmus ERASMUS 2014-2016 Période d Etude Note d information aux élèves Les élèves de l ei.cesi et d exia.cesi peuvent bénéficier d une bourse Erasmus : - pour une

Plus en détail

Préparez-vous au virement

Préparez-vous au virement octobre 2012 Entrepreneurs n 6 paiement Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Préparez-vous au virement SEPA FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

L AGRICULTURE BIO AUX ETATS-UNIS :

L AGRICULTURE BIO AUX ETATS-UNIS : L AGRICULTURE BIO AUX ETATS-UNIS : Un soutien fédéral croissant Xavier Audran Agricultural Specialist Ambassade des Etats-Unis d Amérique Près de 19000 exploitations certifiées bio en 2013 soit 300% de

Plus en détail

Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre déclaration. Nous sommes là pour vous aider. Pour nous contacter : cerfa

Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre déclaration. Nous sommes là pour vous aider. Pour nous contacter : cerfa Nous sommes là pour vous aider Déclaration en vue de la répartition entre les parents des trimestres d assurance retraite attribués pour chaque enfant né ou adopté Cette notice a été réalisée pour vous

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

AAF Sections Economie & Politique Sciences humaines & Sociales

AAF Sections Economie & Politique Sciences humaines & Sociales AAF Sections Economie & Politique Sciences humaines & Sociales 18 mars 2015 Pierre Pagesse Président de momagri 1 Le constat momagri : l'exploitation agricole est au cœur de la mondialisation Constat historique

Plus en détail

C ONFEDERATION DES O RGANISATIONS DE J EUNESSE. Indépendantes et Pluralistes ASBL. Secrétaire générale

C ONFEDERATION DES O RGANISATIONS DE J EUNESSE. Indépendantes et Pluralistes ASBL. Secrétaire générale Conception et rédaction : Mise en page : Editeur responsable : Anaïs ARMAND - Juriste Diana LUCIC - Infographiste Yamina GHOUL Secrétaire générale C ONFEDERATION DES O RGANISATIONS DE J EUNESSE Indépendantes

Plus en détail

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe «Quelles perspectives pour l investissement de production» Assaad SAAB - EDF RESEAU Buenos-Aires MONDER 23-26 novembre

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard La Prévoyance en France 2010 «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard 1. Histoire et Définition 2. Le Marché de la Prévoyance 3. Les différentes catégories

Plus en détail

Notice explicative. Qui souscrit cette déclaration?

Notice explicative. Qui souscrit cette déclaration? Notice explicative L option pour le prélèvement forfaitaire libératoire, prévue à l article 117 quater du code général des impôts (CGI), est applicable à certains revenus distribués (de source française

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP?

1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP? 1. Généralités 1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP? EIP. Un engagement individuel de pension est un contrat d assurance-vie souscrit par une société au profit d un dirigeant

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

Arélia Multisupport. Une meilleure retraite demain, dès aujourd hui! Fiscalité Madelin

Arélia Multisupport. Une meilleure retraite demain, dès aujourd hui! Fiscalité Madelin Arélia Multisupport Une meilleure retraite demain, dès aujourd hui! Fiscalité Madelin Pourquoi renforcer dès aujourd hui votre futur niveau de vie? LES TNS (1) PARTICULIÈREMENT CONCERNÉS Face au désengagement

Plus en détail

Communiqué. Les avantages de l assurance indexée par comparaison au système de garantie en vigueur au Maroc;

Communiqué. Les avantages de l assurance indexée par comparaison au système de garantie en vigueur au Maroc; Communiqué Centre Africain des Risques Catastrophiques African Centre for Catastrophe Risks Une étude sur «la conception d un modèle de gestion du risque sécheresse dans le domaine des céréales vient d'être

Plus en détail

Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le

Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le management des risques constituent un enjeu majeur pour la pérennité du Groupe

Plus en détail

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI L OCPAH S ENGAGE Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah Introduction Capacité de mobilisation de ressources financières et Réussite d un modèle de développement

Plus en détail

Le c o m m e r c e d e d é ta i l

Le c o m m e r c e d e d é ta i l Le c o m m e r c e d e d é ta i l d a n s l Un i o n Eu r o p é e n n e Le commerce de détail regroupe toutes les entreprises dont l activité principale est la revente (sans transformation) de biens neufs

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Novembre 2008 Introduction : CONTEXTE ET CONJONCTURE national et international l augmentation des cours des matières premières

Plus en détail

Mobilité internationale

Mobilité internationale Mobilité internationale études et stages : aides financières* Service des Affaires Internationales Université de Rennes 1 * Les aides financières présentées sont celles dont le SAI a connaissance àla date

Plus en détail

INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute

INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute Offre à l attention de Monsieur Promu P2014 Vous Nom : Monsieur Promu P2014 Adresse :, Date de naissance : 01/06/1989 Age à la souscription :

Plus en détail

Mise en œuvre du règlement communautaire (CE) n 883/2004 à Mayotte à compter du 1 er janvier 2014

Mise en œuvre du règlement communautaire (CE) n 883/2004 à Mayotte à compter du 1 er janvier 2014 CIRCULAIRE N 2014-07 DU 29 JANVIER 2014 Direction des Affaires Juridiques INSV0023-DGU Titre Mise en œuvre du règlement communautaire (CE) n 883/2004 à Mayotte à compter du 1 er janvier 2014 Objet Devenu

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Le Microcrédit Relance

Le Microcrédit Relance La Ministre Céline Fremault soutient une nouvelle aide pour favoriser la relance des petites entreprises bruxelloises Le Microcrédit Relance Un partenariat CEd Crédal Conférence de presse du 17 décembre

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

APPEL A PROJETS INTERNATIONALISATION ET CONQUETE DE NOUVEAUX MARCHES

APPEL A PROJETS INTERNATIONALISATION ET CONQUETE DE NOUVEAUX MARCHES APPEL A PROJETS INTERNATIONALISATION ET CONQUETE DE NOUVEAUX MARCHES I. CONTEXTE Le Schéma Régional de développement Economique, d Innovation et d Internationalisation (SRDEII) adopté par la Région fin

Plus en détail

Européanisation des systèmes de santé nationaux

Européanisation des systèmes de santé nationaux Européanisation des systèmes de santé nationaux Impact national et codification européenne de la jurisprudence en matière de mobilité des patients Rita Baeten Groupe de travail de la FSESP sur les services

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES enseignementsup-recherche.gouv.fr Twitter : @MinistereESR «Après l effort exceptionnel qui avait été fait au budget 2013, avec une progression de plus de 7 % pour

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

Régime des catastrophes naturelles

Régime des catastrophes naturelles actuel Contexte Dans la constitution de l après guerre, le principe de solidarité et d égalité entre les français est inscrit comme une règle d or. C est ce principe qui s applique au régime des catastrophes

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

SwissLife Prévoyance TNS Spécial Artisans et Commerçants. Une offre complète, adaptée à votre activité et votre statut

SwissLife Prévoyance TNS Spécial Artisans et Commerçants. Une offre complète, adaptée à votre activité et votre statut SwissLife Prévoyance TNS Spécial Artisans et Commerçants Une offre complète, adaptée à votre activité et votre statut La prévoyance : une préoccupation pour les indépendants Tout comme deux tiers des Français,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail