Consultation on collective redress. Contribution d Euro-Info-Consommateurs et du Centre Européen des Consommateurs (CEC) France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Consultation on collective redress. Contribution d Euro-Info-Consommateurs et du Centre Européen des Consommateurs (CEC) France"

Transcription

1 Consultation on collective redress Contribution d Euro-Info-Consommateurs et du Centre Européen des Consommateurs (CEC) France Q 1- Quelle valeur ajoutée apporterait l'instauration de nouveaux mécanismes de recours collectif (action en cessation et/ou action en réparation) aux fins du contrôle de l'application du droit de l'union? Un tel dispositif apporterait une solution efficace et surtout dissuasive à l encontre de professionnels indélicats qui ne respecteraient pas les droits des consommateurs. Elle permettrait également aux consommateurs de se faire entendre d une même voix pour des problèmes identiques ou touchants à l intérêt général. De plus une procédure commune éviterait la dispersion des affaires individuelles pour un même litige et des décisions différentes voire contradictoires. Une procédure collective serait par ailleurs moins coûteuse pour la justice puisse qu il n y aurait qu une procédure pour résoudre plusieurs affaires similaires et donc participerait au désengorgement des tribunaux. Du point de vue des consommateurs, une telle action leur permettrait de s allier face à un professionnel plus puissant et de donner de l importance au litige quant à sa valeur totale (avec le cumul des préjudices de chacun). De plus, les frais de procédure seraient également moins onéreux puisque divisés voire pris en charge par la structure de représentation : les consommateurs ne serait plus freinés par ce type d obstacle pour faire valoir leurs droits devant un tribunal. Q 2 Le recours collectif par la sphère privée (ci-après «recours collectif privé») devrait-il être indépendant du contrôle public de l'application du droit, ou bien constituer un mécanisme complémentaire ou subsidiaire? Une coordination entre recours collectif privé et contrôle public de l'application du droit est-elle nécessaire? Dans l'affirmative, comment cette coordination peut-elle être assurée? À votre avis, existe- t- il des exemples dans les États membres ou dans des pays tiers que vous jugez particulièrement instructifs dans la perspective d'une éventuelle initiative européenne? Un recours collectif privé viendrait à notre sens en complément des dispositifs administratifs et publics existant et devrait être indépendant. En France par exemple, sur un terrain individuel, les consommateurs peuvent avoir recours à une médiation puis à une action en justice, mais rares sont ceux qui iront jusque-là compte tenu des coûts et de la durée de la procédure. Il est également possible pour une administration (DGCCRF par exemple) de faire un recours en cessation ou une injonction à l encontre d un professionnel afin de sauvegarder l intérêt général des consommateurs (pour l avenir). Cependant, une telle action n a pas vocation à obtenir le remboursement individuel des consommateurs qui

2 auraient été victimes des agissements passés du professionnel poursuivi. Ainsi une action collective privée en réparation pourrait être complémentaire des dispositifs déjà en place. Cependant, elle doit rester indépendante de l action des pouvoirs publics pour permettre aux consommateurs de recourir à une procédure en réparation même lorsque les pouvoirs publics n ont pas décidé d agir. Une coordination reste utile afin de permettre une échange d information, l une peut alimenter l autre et notamment lorsqu il y a eu une procédure publique au préalable. Nous ne disposons cependant pas d exemple en Europe d une telle coordination entre ces deux types de procédures. Q 3 L'Union européenne devrait-elle renforcer le rôle des organismes publics nationaux et/ou des organisations représentatives privées dans le contrôle de l'application du droit de l'union? Dans l'affirmative, de quelle manière et dans quels domaines? Cela nous semble nécessaire. En France, les organismes privés et publics ont des rôles définis qui normalement se complètent en fonction de leur nature (public ou privé) et de leurs prérogatives. Cette articulation semble adaptée à la culture française et au nombre important de citoyens et de consommateurs en France. Les associations de consommateurs (organismes privés) disposent de certains droits de représentation mais ne dispose pas d une procédure réellement adaptée à la protection collective et à la réparation pour les consommateurs. Les pouvoirs publics manquent de moyens (personnels, outils, procédures ) pour pouvoirs traiter de façon rapide et efficace les affaires d intérêt collectif à l échelle nationale et surtout européenne, via notamment le réseau de coopération administrative CPC. Q 4 À votre avis, que faudrait-il pour que l'action au niveau européen en matière de recours collectifs (actions en cessation et/ou actions en réparation) soit conforme aux principes du droit de l'union, tels que la subsidiarité, la proportionnalité et l'efficacité? Votre réponse serait-elle différente selon le domaine considéré? EFFICACITE _ Il faudrait harmoniser la procédure dans les Etats Membres pour permettre un accès facilité aux consommateurs originaires de tout pays de l Union Européenne, par la mise en place par exemple de documentations et formulaires standardisés. Il serait également nécessaires de veiller à la formation des juges et personnels des tribunaux qui seront en charge de cette procédure.

3 SUBSIDIARITE _ L action collective doit être une procédure accessible lorsqu elle s avère nécessaire et pertinente pour des cas dans lesquels il est évident et avéré que plusieurs consommateurs sont lésés de la même façon par un professionnel. L établissement d une telle procédure par les Institutions Européennes semble évidente compte tenu de l accroissement des échanges transfrontaliers et donc du potentiels de litiges qui peuvent toucher des consommateurs de tous les pays à l encontre d un même professionnel. De plus, chaque État membre dispose de système de recours collectifs privés différents voire pour certains aucun système de ce type, les droits des consommateurs européens et leur intérêt général en Europe ne peuvent donc être garantis par tous les États. Il incombe donc à l Union Européenne de veiller à ce que les lois qu elle édicte pour la protection des consommateurs et du marché intérieur soient effective et sanctionnées. PROPORTIONALITE _ Il ne faut pas perdre de vue que les consommateurs restent des parties faibles face à des professionnels parfois très puissants sur un marché donné. L idée d une procédure collective permettra d équilibrer les forces. Cependant une telle procédure ne doit pas mener à des enrichissements individuels indus et donc il sera nécessaire de mettre en place des «garde-fous» et des dispositifs de filtrage pour veiller à la bonne utilisation d une telle procédure. Afin de veiller au respect de tous ces points, il serait donc opportun selon nous d envisager un travail en réseau. A ce titre, le réseau des Centres Européens des Consommateurs (ECC-Net) de part son expertise dans les litiges transfrontaliers et son rôle d observatoire du marché intérieur pourrait servir de point de contact pour les procédures collectives européennes. Les consommateurs et parties intéressées disposerait alors d un contact unique dans chaque Etat membre permettant facilement de mettre à disposition les informations utiles pour réaliser les procédures collectives transfrontalière et assister les consommateurs. En tant que point de contact, le CEC pourra également fournir une information sur le suivi de l affaire auprès du tribunal compétent et fournir des informations et une assistance pour la mise en œuvre de la décision. Le travail en réseau permettra alors de comparer la mise en œuvre dans les différents états-membres et de faire remonter d éventuelles difficultés. Par ailleurs, les missions actuelles des CEC se verraient, sous condition de financement adéquat, utilement renforcées. L infrastructure et l expérience acquise permettront des économies d échelles. Les CEC sont aujourd hui une pierre angulaire de la protection du consommateurcitoyen européen. Les CEC accompagne le consommateur dans la résolution amiable, directement avec un professionnel ou via un ADR, ils disposent de coopération avec les NEB, CPC-Net ou encore le Réseau judiciaire européen. Q 5 Suffirait-il d'étendre à d'autres domaines le champ d'application des règles de l'union existant en matière d'actions collectives en cessation? Conviendrait-il d'instaurer des mécanismes d'action collective en réparation au niveau de l'union?

4 Une extension des règles de l Union en matière d action en cessation peut tout à fait être utile mais elle doit rester indissociable de l action en réparation. Cette dernière est également nécessaire et indispensable pour les consommateurs, citoyens et justiciables. En effet, les manquements aux règles de l Union Européenne ont souvent pour conséquences des dommages financiers pour les consommateurs qu il convient de réparer conformément à leurs droits. Or à ce jour, les actions collectives existantes sont inutilisées car impraticables et le risque financier pour les représentants des consommateurs, notamment les associations est énorme et dissuasif. Q 6 Toute éventuelle action européenne devrait-elle être fondée sur une approche contraignante ou, au contraire, non contraignante (telle qu'un guide de bonnes pratiques)? Quels sont, selon vous, les avantages et les risques respectifs de chaque approche? Votre réponse différerait-elle en fonction du domaine considéré? Il convient ici de veiller au respect et à l application des règles européennes et de donner les moyens à des consommateurs lésés de faire valoir leur droit de façon adaptée à leur caractéristiques (partie faible, qui ne peut attendre et qui ne dispose pas de moyen financiers comparables à un professionnel). Il existe déjà des systèmes non-contraignants à travers l Europe qui sont souvent efficaces dans la majorité des cas qu ils traitent, cependant, pour les cas qui ne peuvent être résolus par ces moyens non-contraignants, il convient de pouvoir recourir à une phase contraignante et efficace afin que le droit des consommateurs édicté par l Union Européenne soit effectif, appiqué et donc réellement sanctionné si nécessaire. À notre sens, il convient donc de proposer une procédure organisée, depuis la saisine de la juridiction jusqu à la mise en application de la décision du tribunal. Par expérience, les «code de bonne conduite» ne sont pas forcément suivis, surtout si aucune procédure de sanction n est prévue. De plus, à qui s adresserait un tel code? Q 7 Partagez-vous l'opinion que toute initiative européenne en matière de recours collectifs (actions collectives en cessation et/ou actions collectives en réparation) devrait satisfaire à une série de principes communs définis au niveau de l'union? Quels devraient être ces principes? À quel principe attacheriez-vous une importance particulière? Oui, la procédure devrait satisfaire à une série de principes communs définis au niveau de l'union, notamment la transparence et l accessibilité pour tous les citoyens. - Il convient de définir le système d opt-in et opt-out pour le mode de saisi. Le mode opt-out pourrait en être le principe et l opt-in pourrait être une exception décidée par le juge si l affaire se prête plus à ce mode de saisine (notamment pour une évaluation individuelle des réparations). - Il faut également une règle commune et simple sur la détermination du tribunal compétent (notamment en cas de litige transfrontalier impliquant plusieurs Etats), sa formation et le droit applicable. Un travail en réseau des

5 Tribunaux au sein de l Union Européenne directement ou par l intermédiaire d un Réseau Judiciaire renforcé permettrait une bonne circulation des informations et une garantie d une application uniforme de telles règles sur tout le territoire de l Union. - La détermination des organismes habilités à porter une action collective devant un tribunal devrait également faire l objet d une règle commune pour éviter les distorsions et les concurrences déloyales des organismes intervenant dans la justice d un Etat à un autre (mises en place de critères d habilitation communs). De plus, il faut également veiller à ce que ces organismes soient efficaces et compétent notamment en cas de procédure transfrontalière (tel le réseau ECC par exemple). - Des règles de procédures communes pour faciliter la compréhension et le suivi de l affairequel que soit l Etat membre (délais, audience, production de preuves, etc). - Envisager de déterminer une langue unique de procédure notamment pour les litiges transfrontaliers impliquant des consommateurs de plusieurs Etats membres (langue du pays du Tribunal et/ou anglais). Q 8 Comme indiqué ci-dessus, plusieurs États membres ont pris des initiatives en matière de recours collectifs. L'expérience acquise jusqu'ici par ces États membres pourrait-elle être mise à profit pour définir une série de principes au niveau de l'union? Nous avons connaissances de plusieurs systèmes avec avantages et des inconvénients. Mais un des mauvais points communs à ces différents systèmes est la difficulté d accessibilité à ces systèmes pour des consommateurs et plus particulièrement dans des litiges transfrontaliers. Q 9 Estimez-vous que toute initiative européenne devrait présenter certaines caractéristiques pour pouvoir garantir un accès effectif à la justice tout en tenant dûment compte des traditions juridiques de l'union et des ordres juridiques des vingtsept États membres? Non (voir Q7), si la procédure doit avoir une envergure non seulement nationale mais aussi transfrontalière, il ne sera pas possible de tenir compte des particularités de chaque État, au risque de créer des procédures à 2 ou 3 ou 4 vitesses selon l État où elles seront réalisées. Bien évidemment, nous avons conscience que l instauration d une telle procédure commune qui serait imposés aux Etats est particulièrement difficile, mais elle nous semble nécessaire pour que les consommateurs puissent faire valoir leurs droits aisément et sans discrimination sur tous le territoire de l Union. Il convient par contre de rester particulièrement vigilant lors de l établissement de ces règles pour que les intérêts des états membres et cultures juridiques soient respectées. Q 10 Avez-vous connaissance de l'existence de bonnes pratiques en matière de recours collectifs dans un ou plusieurs États membres dont l'union européenne ou

6 d'autres États membres pourraient tirer des enseignements? Veuillez expliquer pourquoi vous jugez ces pratiques particulièrement utiles. Existe-t-il, en revanche, des pratiques nationales qui ont posé ou posent problème et comment ces problèmes ontils pu ou pourraient-ils être surmontés? Au Portugal, la procédure collective en place utilise le principe de l opt-out pour être partie à la procédure ce qui permet de sauvegarder l intérêt des consommateurs qui n auraient pas eu immédiatement connaissance de la procédure collective. En Espagne, un système d arbitrage collectif permet une intervention rapide pour une solution commune à toutes les personnes concernées (système d opt-out également). Ce système reste complémentaire à d autres dispositifs et semble être utilisé de façon exceptionnelle. Q 11 Quelles devraient être, selon vous, les caractéristiques d'un système de recours collectif effectif et efficace? Un mécanisme de recours collectif ouvert aux PME devrait-il présenter des caractéristiques particulières? Voir Q4, Q7, Q9 et Q10 Concernant les PME, nous n avons pas d opinion, ne disposant pas de données sur les caractéristiques et les besoins des PME en la matière. Q 12 Comment peut-on garantir un recours effectif, tout en évitant des procédures longues et coûteuses? - Encadrer la rémunération des avocats, - Mettre en place via les CEC un réseau d information et d assistance pour les associations et organismes qui seront en charge de porter la procédure devant les tribunaux, pour faciliter les procédures collectives transfrontalières grâce aux CEC, et ainsi éviter de perdre du temps et être sûr de respecter les formes de la procédure.(communication des pièces, ). Ceci permettrait également de régler la question de la traduction et de la représentation, notamment quand le tribunal compétent est dans un autre Etat membre. - Délai de procédure court et une procédure claire, - Financement mixte par des fonds publics et privés (entreprises) et peut-être aussi une participation des consommateurs mais raisonnable en fonction du montant des litiges. Ces frais seront remboursés si les consommateurs gagnent la procédure. Q 13 Comment, quand et par qui les victimes d'infractions au droit de l'union devraient-elles être informées des possibilités d'intenter une action collective (en cessation et/ou en réparation) ou de devenir partie à une procédure en cours? Quels seraient les moyens les plus efficaces de s'assurer qu'un maximum de victimes sont informées, notamment lorsque celles-ci sont domiciliées dans plusieurs États membres?

7 - Par les CEC qui s ils disposent des moyens financiers adéquats, pourraient assister lors des actions collectives, recenser et regrouper tous les litiges identiques contre un même professionnel partout en Europe. - Via les organismes consuméristes, médiateurs, cours de justices. - Site internet dédié - Via les pouvoirs publics. - Publicité (communication grand public dans les médias). Q 14 Quelle est la meilleure façon de garantir une représentation efficace des victimes, notamment dans les situations transfrontières? Comment pourrait-on faciliter la coopération entre les différentes entités représentatives, notamment dans les affaires transfrontières? - Utiliser le réseau CEC qui fonctionne bien afin de permettre la coopération européenne, de permettre les communications et échanges de données quelle que soit la langue. Ce réseau fonctionne en coopération avec les ADR, CPC- Net, RJE etc. - Amélioration de l outil d échange d information (IT-Tool) afin de couvrir ces nouvelles fonctions et de permettre une communication efficace au sein du réseau et avec les autres réseaux, - Allocation de moyens financiers concrets et adéquats pour permettre un fonctionnement efficace du dispositif. - L utilisation du réseau des CEC peut également avoir un «effet corrélatif» sur les procédures amiables suivies directement ou via un ADR. Si les CEC disposent des moyens suffisants pour accompagner une procédure judiciaire transfrontalière collective, les professionnels auront tout intérêt à exploiter auparavant la voie de la médiation individuelle et collective. Et ils auront pour ce faire un interlocuteur/intermédiaire. Q 15 En dehors de l'existence de voies de recours judiciaires, quels autres facteurs seraient nécessaires pour encourager le recours aux modes alternatifs de règlement des litiges en cas de plaintes multiples? - Incitations par les professionnels (notamment s ils sont membres d un organisme de médiation ou d un système de résolution amiable des litiges pour leur branche professionnelle), - associations de consommateurs, - Systèmes de résolution amiable des litiges online, - ADR collectifs Q 16 Devrait-on subordonner toute action judiciaire collective en réparation à une tentative préalable de résolution consensuelle collective du litige? Non, le recours à la procédure amiable ou non doit toujours être le choix du consommateur. Même si le recours à une procédure amiable au préalable est un

8 dispositif qui est à encourager, la procédure collective doit également pouvoir être intentée sans cette tentative amiable, certains cas ne se prêtent pas du tout à une résolution amiable. Voir aussi Q 14. Q 17 Quelle est la meilleure manière de garantir l'équité de la solution obtenue par résolution consensuelle collective? Ce contrôle de l'équité devrait-il incomber aux tribunaux? Si l action sur un terrain amiable est encadrée par une institution de défense des consommateurs ou une association consumériste, cette dernière sera à même de veiller à l équité de la décision. Le recours au juge ne devrait être envisagé que si les parties sont d accord pour entériner l accord par voie judiciaire afin qu il prenne une force exécutoire et s il n est pas respecté. Q 18 Conviendrait-il de conférer à la solution obtenue par résolution consensuelle collective un caractère contraignant pour les parties, dans les cas qui ne sont pas actuellement couverts par la directive 2008/52/CE sur certains aspects de la médiation en matière civile et commerciale? Non, la procédure amiable ou de résolution alternative doit rester volontaire du début à la fin. Si on impose l application d office des décisions cela revient à de l arbitrage, qui n est généralement pas recommandé entre un consommateur et un professionnel. Si la procédure amiable ne débouche pas sur un accord ou sur l application effective de l accord qui a été trouvé, la procédure collective peut venir en complément pour permettre l analyse et la décision d un juge en la matière. Q 19 D'autres garanties sont-elles nécessaires dans le cadre de la résolution consensuelle collective des litiges pour assurer un accès effectif à la justice? Il faut veiller à la compétence de l organisme de médiation ou de règlement amiable pour traiter ce type d affaire dans un contexte collectif et sur un terrain transfrontalier. Des accords de coopération avec les CEC devraient être encouragés. - Compétence du personnel, moyens techniques et financiers de mener cette mission à bien, - Indépendance du service ADR qui sera en charge d intervenir pour la résolution amiable et collective de l affaire, - Mise en place d une procédure claire et courte avec toutes les garanties nécessaires. Q 20 Comment pourrait-on protéger d'une manière adéquate l'intérêt légitime de toutes les parties dans les actions collectives (en cessation et/ou en réparation)? Parmi les garanties existant dans les États membres ou les pays tiers, quelles sont celles que vous jugez particulièrement efficaces pour limiter les recours abusifs? Nous ne connaissons pas nécessairement le système des pays disposant d une action collective. Cependant avec la saisine par une organisation habilitées (et donc

9 contrôlée) il y aura un premier filtre. Par ailleurs, le ECC-Net joue déjà aujourd hui un rôle pour centraliser les dossiers contre une même société, filtrer et détecter les réclamations qui pourraient être abusives. Cependant, il semble qu au Portugal par exemple, l action collective avec opt-out n ait jamais donné lieu à des procédures abusives : les procédures sont réalisées avec les concours et l intermédiaire d une association de consommateurs qui de toute façon ne prendra pas le risque d aller en justice sur des bases infondées ou abusives (compte tenu notamment du coût et du temps qu il faut consacrer à de telles procédures). Q 21 Le principe selon lequel la partie qui succombe doit supporter les frais de procédure et les honoraires d'avocats des deux parties devrait-il s'appliquer aux actions collectives (en cessation et/ou en réparation) dans l'union européenne? Existe-t-il, selon vous, des circonstances justifiant une dérogation à ce principe? Dans l'affirmative, ces dérogations devraient-elles être rigoureusement circonscrites par la législation ou devraient-elles être laissées à l'appréciation au cas par cas des tribunaux, éventuellement dans le cadre d'une disposition juridique générale? Il serait opportun de faire peser les frais de justice sur le perdant s il s agit du professionnel, mais pas dans le cas inverse. Les consommateurs même groupés restent des parties faibles et la perspective de supporter des coûts importants pourrait les dissuader de faire valoir légitimement leurs droits devant une cour, surtout si le montant individuel en litige est faible (ce qui est le cas à l heure actuelle avec les procédures individuelles et le peu de consommateurs qui y ont recours). L accès à la justice pourrait ainsi s en trouver entravé : les associations et organismes habilités à aller en justice n oseront surement pas mener une action coûteuse s ils craignent trop de la perdre et de devoir supporter des frais exorbitants pour des structures de ce type. Q 22 Qui devrait être autorisé à former un recours collectif? Le droit de former un recours collectif devrait-il être réservé à certaines entités? Dans l'affirmative, quels sont les critères que ces entités devraient remplir? Veuillez préciser si votre réponse varie en fonction du type de mécanisme de recours collectif et du type de victimes (par exemple, consommateurs ou PME). Les associations de consommateurs ou organismes consumériste et les pouvoirs publics. Ces entités devraient faire l objet d un agrément soumis à des critères comme : - Être indépendant du secteur professionnel, - Sans but lucratif, - Formés et compétents pour traiter des litiges de consommation nationaux et / ou transfrontaliers, - Disposer de moyens suffisants pour traiter ces affaires, - Être représentatifs.

10 Q 23 Quel devrait être le rôle du juge dans les procédures de recours collectif? Lorsque des entités représentatives ont qualité pour agir, devraient-elles être reconnues comme «entités représentatives» par un organisme public compétent, ou cette question devraitelle être laissée à l'appréciation au cas par cas des tribunaux? Elles devraient être reconnues comme «entités représentatives» par un organisme public compétent _Voir Q22 Le juge garde pour compétence de juger mais aussi d instruire l affaire après la saisine de son tribunal. De plus, il peut orienter la procédure en déterminant si le principe de l opt in est préférable dans l affaire dont il saisit à la place de l opt out. Q 24 Quelles autres garanties devraient être prévues par une éventuelle initiative européenne en matière de recours collectifs? Q 25 Comment pourrait-on organiser un financement approprié des actions collectives (en cessation et/ou en réparation), compte tenu notamment de la nécessité d'éviter les recours abusifs? En ce qui concerne le financement de l affaire, nous ne disposons pas d éléments d information nous permettant de faire des propositions déjà concrets sur des modes de financement. Néanmoins, il peut être envisagé de demander aux acteurs privés de supporter ce financement via les organisations professionnelles ou fédérations. Dans tous les cas, il nous semble préférable qu une telle procédure ait un coût le plus limité possible pour les consommateurs qui sont partie à l affaire et ce que la décision soit rendue par le juge en leur faveur ou non. Q 26 Pourrait-on concevoir des modes de financement privés (tels qu'un financement par des tiers ou une assurance «protection juridique») pour assurer un juste équilibre entre la nécessité de garantir l'accès à la justice et la nécessité d'éviter tout détournement de procédure? Q 27 Les entités représentatives qui forment des recours collectifs devraient-elles pouvoir recouvrer les frais de procédure, y compris les frais administratifs, auprès de la partie succombante? Existe-t-il par ailleurs d'autres moyens de couvrir les coûts des entités

11 représentatives? Q 28 Conviendrait-il d'examiner d'autres aspects du financement des recours collectifs pour garantir un accès effectif à la justice? Q 29 Avez-vous connaissance de problèmes transfrontières spécifiques qui se seraient posés dans l'application pratique des règles en matière de compétence, de reconnaissance ou d'exécution des décisions? Quelles ont été les conséquences de ces problèmes et quelles solutions ont été finalement trouvées? A l heure actuelle, la procédure européenne de règlement des petits litiges montre ses limites notamment lorsqu il s agit pour un consommateur de faire une procédure auprès du tribunal d un autre Etat membre de l Union. La réalisation et le suivi du dossier est très difficile pour un consommateur seul voir impossible à cause de la différence de langue et surtout au niveau de l argumentaire juridique qui est requis. Par ailleurs, une fois la décision rendue, il n y a pas de système commun ou d interlocuteur pour permettre au consommateur de faire valoir sa décision et en obtenir la réalisation par la partie adverse de façon aisée et adaptée à sa condition de consommateurs seul. Notre association réalisera en 2011 un bilan des procédures «small claims» européennes intentées par des consommateurs. D ores et déjà nous rencontrerons des difficultés de traduction, de prise en charge des frais et dépens, d exécution de la décision, de vice de forme etc. Les difficultés sont telles que beaucoup de consommateurs ne vont pas au bout de cette aventure. A quoi sert-il donc d avoir un droit si on ne peut le faire appliquer? Il est à attendre qu une procédure européenne collective soit encore plus compliquée à mettre en œuvre. Nous avons alors besoin d un réseau de point de contact efficace, tel le ECC-Net permettant facilement pour les représentants des consommateurs ou les consommateurs eux même d obtenir les informations utiles pour réaliser leur dossier de plainte voire une assistance. Ce point de contact pourra également permettre de une information sur le suivi de l affaire auprès du tribunal compétent via le réseau et également fournir des informations et une assistance pour la réalisation de la décision. Q 30 Des règles particulières en matière de compétence, de reconnaissance et d'exécution des décisions et/ou de détermination du droit applicable sont-elles requises pour les recours collectifs, afin de garantir une application effective du droit de l'union dans toute l'union européenne? Oui, cela serait opportun de proposer de telles règles comme une reconnaissance automatique des décisions ou un système commun pour veiller à l exécution car les consommateurs, dans un cadre transfrontalier, ils ne disposent pas des connaissances

12 et des informations nécessaires à la mise en œuvre des décisions de justice. Si la décision rendue ne peut être convenablement appliquée, le droit de l Union Européenne n est donc pas effectif et n est pas sanctionné de façon efficace. Q 31 D'autres règles particulières vous paraissent-elles nécessaires en matière de recours collectifs dans les situations transfrontières, par exemple pour la résolution consensuelle collective des litiges ou pour les infractions au droit de l'union commises par des fournisseurs de biens et services en ligne? En matière de recours consensuel, le développement d un réseau européen de médiateurs (1 par état-membre avec un point d entrée), notamment dans le commerce électronique (voir notre réponse à ce sujet dans le cadre de la consultation public sur les ADR), qui aurait la faculté de traiter les affaires à l amiable en ligne serait efficace pour aider les consommateurs en litige avec des professionnels du e-commerce. Ce réseau pourrait ainsi travailler en étroite collaboration avec le réseau des ECC et être chapeauté par une entité centrale, observatoire du réseau afin de permettre le recoupement d information et des actions communes efficaces à l échelle européenne. Q 32 D'autres principes communs devraient-ils être ajoutés par l'union européenne? Q 33 Les travaux de la Commission en matière d'actions collectives en réparation devraient-ils être étendus à d'autres domaines du droit de l'union en plus de ceux de la concurrence et de la protection des consommateurs? Dans l'affirmative, quels seraient ces domaines? Ces domaines présentent-ils des particularités à prendre en compte? La mise en place d une procédure collective privée à l échelle européenne devrait être décidée en concertation avec toutes les DG qui sont intéressée de près ou de loin par les thèmes touchant aux consommateurs et aux divers secteurs de la consommation (télécommunication, énergie, consommation, justice, marché commun, finance ). Une procédure collective pour les consommateurs devra être ouverte à tous les domaines de la consommation ou dans lesquels les consommateurs peuvent avoir des litiges (incluant également les services financiers). Q 34 Une éventuelle initiative européenne en matière de recours collectifs devrait-elle être de portée générale, ou serait-il préférable d'envisager des initiatives limitées à certains domaines? v. Q 33

Consultation de la Commission Européenne «Renforcer la cohérence de l approche européenne en matière de recours collectifs» REPONSE DE LA FBF

Consultation de la Commission Européenne «Renforcer la cohérence de l approche européenne en matière de recours collectifs» REPONSE DE LA FBF Numéro d identification : 09245221105-30 Paris, le 29/04/2011 Consultation de la Commission Européenne «Renforcer la cohérence de l approche européenne en matière de recours collectifs» REPONSE DE LA FBF

Plus en détail

La Commission européenne partage le thème de la consultation en trois parties principales :

La Commission européenne partage le thème de la consultation en trois parties principales : CONSULTATION PUBLIQUE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE Renforcer la cohérence de l approche européenne en matière de recours collectifs Par Mélanie LECLERC (Doctorante à l Université Paris-Dauphine) L initiative

Plus en détail

CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPENNE SUR LES RECOURS COLLECTIFS CONTRIBUTION DE L UFC-CHOISIR

CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPENNE SUR LES RECOURS COLLECTIFS CONTRIBUTION DE L UFC-CHOISIR UFC-Que Choisir de Saint Cloud Maison de l Amitié 18 rue des Ecoles 92210 SAINT CLOUD saintcloud@ufc-quechoisir.org CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPENNE SUR LES RECOURS COLLECTIFS CONTRIBUTION DE L

Plus en détail

CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPENNE SUR LES RECOURS COLLECTIFS CONTRIBUTION DE L UFC-CHOISIR

CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPENNE SUR LES RECOURS COLLECTIFS CONTRIBUTION DE L UFC-CHOISIR CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPENNE SUR LES RECOURS COLLECTIFS CONTRIBUTION DE L UFC-CHOISIR 1. INTRODUCTION Alors que la présente consultation fait suite à une série de livres verts et blancs lancés

Plus en détail

Les consommateurs et le marché intérieur

Les consommateurs et le marché intérieur Euro-Info-Consommateurs Les consommateurs et le marché intérieur CUS 17 février 2011 Présentation de Martine Mérigeau, Directrice générale de EIC La consommation Un thème résolument européen (90% de législation

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Consultation de la Commission européenne sur un éventuel statut pour une Société Privée Européenne (SPE) Réponse du CCBE

Consultation de la Commission européenne sur un éventuel statut pour une Société Privée Européenne (SPE) Réponse du CCBE Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Consultation de la Commission européenne sur un éventuel statut pour une Société Privée Européenne (SPE) Réponse du CCBE Consultation de

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ)

COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) Strasbourg, le 7 décembre 2007 CEPEJ(2007)15 COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) LIGNES DIRECTRICES VISANT A AMELIORER LA MISE EN ŒUVRE DE LA RECOMMANDATION SUR LES MODES ALTERNATIFS

Plus en détail

DEFENSE PENALE ET RECOURS

DEFENSE PENALE ET RECOURS DEFINITIONS On entend par : > Assuré : Toute personne réputée assurée au présent contrat, c est-à-dire : Le souscripteur du contrat : personne morale régulièrement déclarée auprès des autorités préfectorales

Plus en détail

Vous êtes la Banque et un litige non résolu par l agence ou le service Relations Clientèle de l Etablissement vous oppose à votre client

Vous êtes la Banque et un litige non résolu par l agence ou le service Relations Clientèle de l Etablissement vous oppose à votre client GUIDE MEDIATION BANCAIRE Conseil Juridique 2010 B a n c a i r e Vous êtes la Banque et un litige non résolu par l agence ou le service Relations Clientèle de l Etablissement vous oppose à votre client

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Réponse de la Chambre nationale des huissiers de justice au livre vert sur la transparence du patrimoine

Réponse de la Chambre nationale des huissiers de justice au livre vert sur la transparence du patrimoine Réponse de la Chambre nationale des huissiers de justice au livre vert sur la transparence du patrimoine Question 1 : Considérez-vous qu'il soit nécessaire de prendre des mesures au niveau communautaire

Plus en détail

NOTE DES AUTORITES FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITES FRANÇAISES NOTE DES AUTORITES FRANÇAISES OBJET : Réponses des Autorités françaises sur le Livre vert sur l amélioration de l exécution des décisions de justice au sein de l Union Européenne : la saisie des avoirs

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79 Ré ponsé dé Béttér Financé a la consultation dé la DG COMMERCE dé la CE sur lés modalité s pour la protéction dés invéstisséménts ét lé ré glémént dés diffé rénds éntré invéstisséurs ét E tats (RDIE) dans

Plus en détail

Le principe de cette association est de créer un outils d aide à la réédition de comptes sous forme de logiciel hébergé sur une plateforme internet.

Le principe de cette association est de créer un outils d aide à la réédition de comptes sous forme de logiciel hébergé sur une plateforme internet. Syndicat des Agences de presse Télévisée (SATEV) Syndicat des Entreprises de Distribution de Programmes Audiovisuels (SEDPA) Syndicats des Producteurs Indépendants (SPI) Contribution des organisations

Plus en détail

Intitulé du lot : Protection juridique

Intitulé du lot : Protection juridique CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Date limite de réception des offres : 16 octobre 2015 à 12 h. MARCHE D ASSURANCE VILLE DE SEES Lot n 3 Intitulé du lot : Protection juridique LOT n 3 : Protection

Plus en détail

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43 Le 22 octobre 2015 JORF n 0192 du 21 août 2015 Texte n 43 ORDONNANCE Ordonnance n 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation NOR: EINC1512728R ELI:http://www.legifrance.gouv.fr/eli/ordonnance/2015/8/20/EINC1512728R/jo/texte

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 4.1.2. Accidents du travail. 4.1. Élaboration de la réglementation. 4.1.1. Financement alternatif de la sécurité sociale

RÉGLEMENTATION. 4.1.2. Accidents du travail. 4.1. Élaboration de la réglementation. 4.1.1. Financement alternatif de la sécurité sociale O4 RÉGLEMENTATION Notre SPF élabore la réglementation de toutes les branches de la sécurité sociale, à l exception de la branche chômage, pour laquelle le SPF Emploi est compétent. Ceci implique l élaboration

Plus en détail

DROITS DES CONSOMMATEURS. européens d énergie. Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie. Énergie

DROITS DES CONSOMMATEURS. européens d énergie. Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie. Énergie DROITS DES CONSOMMATEURS européens d énergie Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie Énergie Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux questions

Plus en détail

Protocole d accord entre les assureurs de protection juridique affiliés à Assuralia, l O.V.B. et l O.B.F.G.

Protocole d accord entre les assureurs de protection juridique affiliés à Assuralia, l O.V.B. et l O.B.F.G. Protocole d accord entre les assureurs de protection juridique affiliés à Assuralia, l O.V.B. et l O.B.F.G. INTRODUCTION 1. Les assureurs de protection juridique, affiliés à Assuralia, cherchent, en tenant

Plus en détail

Question 1: Informations sur la personne ou entité interrogée

Question 1: Informations sur la personne ou entité interrogée Juin 2013 QUESTIONNAIRE REPONSE DES AUTORITES FRANCAISES CONSULTATION SUR LES RÉSULTATS DE L ÉTUDE SUR LA SITUATION ACTUELLE ET LES PERSPECTIVES DES SOCIÉTÉS MUTUELLES EN EUROPE Question 1: Informations

Plus en détail

ACTEURS DE L EXÉCUTION

ACTEURS DE L EXÉCUTION Au Luxembourg, le principal acteur de l exécution est l huissier de justice. Muni d un titre exécutoire qui remplit les conditions de son exécution (voir fiche 1), le créancier pourra s adresser à l huissier

Plus en détail

Prise de position du CCBE sur certains principes du droit européen des contrats

Prise de position du CCBE sur certains principes du droit européen des contrats Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Prise de position du CCBE sur certains principes du droit européen des contrats Liberté de contracter Prise de position du CCBE sur certains

Plus en détail

Lignes directrices visant à améliorer la mise en œuvre des Recommandations existantes concernant la médiation familiale et en matière civile

Lignes directrices visant à améliorer la mise en œuvre des Recommandations existantes concernant la médiation familiale et en matière civile Strasbourg, le 7 décembre 2007 CEPEJ(2007)14 Commission européenne pour l efficacité de la justice (CEPEJ) Lignes directrices visant à améliorer la mise en œuvre des Recommandations existantes concernant

Plus en détail

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS 2 Présentation et état d avancement du

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique?

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Les Matinales IP&T Fabienne Panneau Avocat Counsel 12 mai 2011 Introduction Constat : la recherche d informations sur un serveur informatique

Plus en détail

REFLEXIONS DE LA CGPME

REFLEXIONS DE LA CGPME DROIT DE LA CONSOMMATION REFLEXIONS DE LA CGPME Réponse à la consultation publique sur le Livre Vert relatif à la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs Le 8 février

Plus en détail

Collaboration entre le SPF Economie et les acteurs privés dans le cadre de la lutte contre la fraude sur Internet dans les secteurs économiques

Collaboration entre le SPF Economie et les acteurs privés dans le cadre de la lutte contre la fraude sur Internet dans les secteurs économiques Collaboration entre le SPF Economie et les acteurs privés dans le cadre de la lutte contre la fraude sur Internet dans les secteurs économiques Mission de la DGCM du SPF Economie Contribuer à la création

Plus en détail

Dossier de presse 24 février 2011. «La négociation et la médiation, des outils au service des indépendants et des PME»

Dossier de presse 24 février 2011. «La négociation et la médiation, des outils au service des indépendants et des PME» Dossier de presse 24 février 2011 «La négociation et la médiation, des outils au service des indépendants et des PME» Communiqué de presse La médiation : le bon réflexe Les indépendants et chefs de PME

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

Le Médiateur du Crédit Mutuel. Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire

Le Médiateur du Crédit Mutuel. Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire Le Médiateur du Crédit Mutuel Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire Cette procédure s applique aux Fédérations du Crédit Mutuel et à leurs filiales qui adhèrent

Plus en détail

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante :

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante : Une clause d expertise ne pourrait-elle pas éviter aux parties le recours à l expert judiciaire lors de l état des lieux de sortie? Par Pierre Rousseaux, avocat Président SNP Charleroi 1. INTRODUCTION

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE RÉUNION D INFORMATION SUR LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EN MATIÈRE DE BASES DE DONNÉES

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE RÉUNION D INFORMATION SUR LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EN MATIÈRE DE BASES DE DONNÉES OMPI DB/IM/7 ORIGINAL : anglais DATE : 18 novembre 1997 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE RÉUNION D INFORMATION SUR LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EN MATIÈRE DE BASES DE DONNÉES

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Entretien d un enfant majeur Obligation d entretien des père et mère Financement d une formation pour la fille majeure

Entretien d un enfant majeur Obligation d entretien des père et mère Financement d une formation pour la fille majeure Entretien d un enfant majeur Obligation d entretien des père et mère Financement d une formation pour la fille majeure I. Situation de départ Mme X, née en juillet 1996, se présente à une consultation

Plus en détail

Principales dispositions du projet de règlement

Principales dispositions du projet de règlement Principales dispositions du projet de règlement (TEXTE VOTÉ PAR LA COMMISSION JURI LE 21 JANVIER 2014) Février 2014 1 Honoraires d audit (article 9) (1/3) Limitation des services non audit Si un contrôleur

Plus en détail

Proposition de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

Proposition de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 29.11.2011 COM(2011) 793 final 2011/0373 (COD) Proposition de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

GRIP veut fédérer les mécontents de Google

GRIP veut fédérer les mécontents de Google GRIP veut fédérer les mécontents de Google Par Alexandre Diehl Domaine : Recherche Référencement Niveau : Pour tous Avancé La plateforme GRIP (pour Google Redress and Integrity Platform) a pour ambition

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux 1. Définition de la médiation institutionnelle La médiation institutionnelle est un processus structuré par lequel des consommateurs tentent, en dehors de leur

Plus en détail

Le suivi expert au service de votre activité!

Le suivi expert au service de votre activité! Le suivi expert au service de votre activité! Protection Juridique Vision Entreprise Assuré d avancer > Préserver votre activité des risques de litiges, c est indispensable! En tant que dirigeant d entreprise,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES PROTECTION JURIDIQUE

CONDITIONS GENERALES PROTECTION JURIDIQUE DÉFINITIONS GÉNÉRALES Preneur d assurance Assuré Assureur Contrat Sinistre La personne physique ou morale qui conclut le contrat, ci-après désignée par le pronom «vous». Toute personne qui peut faire appel

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1107984 Mme A Mme Peuvrel Rapporteur M. Béroujon Rapporteur public Audience du 21 novembre 2013 Lecture du 5 décembre 2013 39-01 / 39-01-02-01 / 17 / 17-03-02-03-02 / 54-01-08-02-01

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE A ACCUSATOIRE désigne une procédure dans laquelle les parties ont l initiative du procès et de son déroulement (* à rapprocher d INQUISITOIRE qui désigne une procédure conduite à l initiative d une l autorité

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

Médiation Tourisme Voyage dans le contexte européen

Médiation Tourisme Voyage dans le contexte européen Médiation Tourisme Voyage dans le contexte européen Forum SETO Deauville 11.12.2013 Camille BERTRAND Juriste CEC France Centre Européen de la Consommation 1 structure - 5 services Centre Européen des Consommateurs

Plus en détail

Société financière de la Nef 03/12/2013

Société financière de la Nef 03/12/2013 CHARTE DE MEDIATION Société financière de la Nef 03/12/2013 1 Introduction En application de l article L. 312-1-3-I du Code monétaire et financier et de la Recommandation de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Plus en détail

Gan Vie Privée Annexe protection juridique

Gan Vie Privée Annexe protection juridique Gan Vie Privée Annexe protection juridique Protection juridique Conséquences des accidents de la vie Cette annexe, conforme aux lois n 2007-210 du 19 février 2007 et n 89 1014 du 31.12.1989 ainsi qu au

Plus en détail

27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/59

27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/59 27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/59 RÈGLEMENT (UE) N o 655/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mai 2014 portant création d une procédure d ordonnance européenne de saisie

Plus en détail

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD)

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) I. Introduction

Plus en détail

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS DES ACHETEURS ET DES VENDEURS POUR UNE MEILLEURE PROTECTION IMMOBILIER DANS LE DOMAINE PRÉACHAT L INSPECTION L INSPECTION PRÉACHAT DANS

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Doc. parl. 3671 Loi du 3 juin 1994 portant organisation des relations entre les agents commerciaux indépendants et leurs commettants et portant transposition de la directive du Conseil 86/653/CEE du 18

Plus en détail

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises DIRECTION GENERALE DES POLITIQUES INTERNES DEPARTEMENT THEMATIQUE C: DROITS DES CITOYENS ET AFFAIRES CONSTITUTIONNELLES AFFAIRES JURIDIQUES Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un

Plus en détail

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité MARS 2009 Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité Pratique de l aide juridictionnelle Annexe XIV du réglement intérieur du barreau de Paris L avocat a le devoir

Plus en détail

CHARTE de la MÉDIATION

CHARTE de la MÉDIATION CHARTE de la MÉDIATION de l INTERMÉDIATION Banque, assurance, finance Règlement des litiges en ligne Version n : 0001/2015 Mise à jour : 1 er juillet 2015 Avec la Médiation, HK Conseil offre la possibilité

Plus en détail

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Journée de formation Clés pour consommer intelligemment Fraud Prevention Month 14 mars 2014 PROGRAMME Réglementation et

Plus en détail

Le droit à l exécution du créancier

Le droit à l exécution du créancier Le droit à l exécution du créancier INTRODUCTION Le droit des voies d exécution, ou des procédures civiles d exécution, regroupe l ensemble des procédés légaux coercitifs auxquels un créancier peut avoir

Plus en détail

LA GESTION DU CONTENTIEUX FISCAL PAR L ADMINISTRATION MAROCAINE. Zouhair IDER Direction Générale des Impôts MAROC

LA GESTION DU CONTENTIEUX FISCAL PAR L ADMINISTRATION MAROCAINE. Zouhair IDER Direction Générale des Impôts MAROC LA GESTION DU CONTENTIEUX FISCAL PAR L ADMINISTRATION MAROCAINE Zouhair IDER Direction Générale des Impôts MAROC Le contentieux est la manifestation d approches opposant les intérêts de parties différentes

Plus en détail

Sous l angle des pratiques et des usages, nous avons pu dresser certains constats et formuler quelques souhaits que nous vous soumettons ci-après.

Sous l angle des pratiques et des usages, nous avons pu dresser certains constats et formuler quelques souhaits que nous vous soumettons ci-après. Contribution écrite du Comité d Action Juridique (CAJ) Rhône-Alpes Au groupe de travail sur «les juridictions du XXI èmes siècle» 14 octobre 2013 Le Comité d Action Juridique est une association loi 1901

Plus en détail

LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT

LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT DANS L ACCORD ECONOMIQUE ET COMMERCIAL GLOBAL ENTRE L UE ET LE CANADA (AECG) L Accord économique et commercial global entre l UE et le (AECG) marque un tournant

Plus en détail

CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE

CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE Textes applicables : Article 11 de l ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 portant loi organique relative au statut de la magistrature ; Article

Plus en détail

Class action en droit français

Class action en droit français Class action en droit français Commission juridique de la Chambre Franco- Allemande de Commerce et d Industrie Paris, le 12 mai 2013 Christian Connor Avocat au Barreau de Paris cconnor@lmtavocats.com Introduction

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE POUR INDEPENDANTS ET ENTREPRISES DÉFEND VOS DROITS

PROTECTION JURIDIQUE POUR INDEPENDANTS ET ENTREPRISES DÉFEND VOS DROITS PROTECTION JURIDIQUE POUR INDEPENDANTS ET ENTREPRISES DÉFEND VOS DROITS Pour indépendants ou entreprises: la Protection juridique de la DAS Les entrepreneurs et responsables d entreprise manquent souvent

Plus en détail

Gérer un litige lié à des travaux dans un logement

Gérer un litige lié à des travaux dans un logement L habitat COMPRENDRE Gérer un litige lié à des travaux dans un logement Les bons réflexes à adopter en cas de différend avec un professionnel Édition : avril 2015 Des informations juridiques à connaître

Plus en détail

Avec mes fournisseurs, je préfère être bien accompagné et régler mes litiges à l amiable.

Avec mes fournisseurs, je préfère être bien accompagné et régler mes litiges à l amiable. Avec mes fournisseurs, je préfère être bien accompagné et régler mes litiges à l amiable. Avec les juristes d Allianz 70 % des litiges trouvent une solution à l amiable. Protection Juridique Une assurance

Plus en détail

Aux termes de l article L. 5-7-1 du code des postes et des communications électroniques (ciaprès CPCE), entrant en vigueur le 1 er janvier 2011 :

Aux termes de l article L. 5-7-1 du code des postes et des communications électroniques (ciaprès CPCE), entrant en vigueur le 1 er janvier 2011 : Janvier 2011 Dispositif relatif à la mise en œuvre du dispositif de traitement de réclamations des usagers des services postaux prévu par l'article L : 5-7-1 du code des postes et des communications électroniques

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 50, du 7 juillet 2006 Délai référendaire: 16 août 2006 Loi sur l'assistance pénale, civile et administrative (LAPCA) Le Grand

Plus en détail

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises D I R I G E A N T S D E S O C I É T É P r é v o y a n c e ( Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises ) Une solution simple et complète pour préserver votre patrimoine privé en cas de mise

Plus en détail

DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES Paris 19-21 mai 2011

DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES Paris 19-21 mai 2011 DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES Paris 19-21 mai 2011 Patrick Martowicz, Magistrat, Ministère de la justice et des libertés, Direction des affaires civiles et du Sceau,

Plus en détail

Direction des Opérations Direction de la réglementation. La phase contentieuse

Direction des Opérations Direction de la réglementation. La phase contentieuse La phase contentieuse Sommaire 1. Recouvrement contentieux : la contrainte 2. Mise à jour des délégations 3. Présentation de la nouvelle application Contentieux dans AUDE 2 Procédure exclusive Conditions

Plus en détail

LIVRE VERT MODERNISER LA DIRECTIVE SUR LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES

LIVRE VERT MODERNISER LA DIRECTIVE SUR LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES LIVRE VERT MODERNISER LA DIRECTIVE SUR LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES Réponses de l Ordre des Experts-Comptables de France aux questions posées par le Livre vert Question 1 : Avez-vous

Plus en détail

CONSEIL CONSULTATIF DES PROCUREURS EUROPEENS (CCPE)

CONSEIL CONSULTATIF DES PROCUREURS EUROPEENS (CCPE) Strasbourg, 7 février 2012 CCPE(2011)7 CONSEIL CONSULTATIF DES PROCUREURS EUROPEENS (CCPE) Questionnaire en vue de l élaboration de l Avis n o 7 sur la gestion des moyens des ministères publics 1 SECTION

Plus en détail

Le 30 septembre 2015 PAR COURRIEL ET PAR LA POSTE

Le 30 septembre 2015 PAR COURRIEL ET PAR LA POSTE Le 30 septembre 2015 PAR COURRIEL ET PAR LA POSTE Monsieur Richard Boivin Sous-ministre adjoint aux politiques relatives aux institutions financières et au droit corporatif Ministère des Finances 8, rue

Plus en détail

«Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011

«Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011 «Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011 Numéro au registre des représentants d intérêts : 2921139621-18

Plus en détail

Politique et directives de protection de la propriété intellectuelle (PI) de l'iaapa

Politique et directives de protection de la propriété intellectuelle (PI) de l'iaapa Politique et directives de protection de la propriété intellectuelle (PI) de En réponse aux inquiétudes de nos membres fabricants et fournisseurs concernant la protection de la propriété intellectuelle,

Plus en détail

Conditions générales de vente à destination des utilisateurs. 1 Domaine d application. 4 Compte utilisateur. 2 Validité

Conditions générales de vente à destination des utilisateurs. 1 Domaine d application. 4 Compte utilisateur. 2 Validité 1 Domaine d application 4 Compte utilisateur Les présentes Conditions Générales de Vente (CGV) réglementent les rapports entre les utilisatrices, les utilisateurs (nommés ci-après utilisateurs) et Atizo

Plus en détail

de l Union européenne...43

de l Union européenne...43 Table des matières Membres du jury... 5 Préface... 7 Remerciements... 9 Abréviations, sigles et acronymes... 11 Sommaire... 15 Introduction... 21 1. La définition de la notion de preuve...24 A L approche

Plus en détail

Muriel RAMBOUR. Université de Haute-Alsace

Muriel RAMBOUR. Université de Haute-Alsace LA SÉCURITÉ DES CITOYENS PAR LA PROTECTION DES VICTIMES DE LA CRIMINALITÉ DANS L UE UE Muriel RAMBOUR Université de Haute-Alsace 18 mai 2011 présentation par la Commission européenne de ses propositions

Plus en détail

Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire

Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire (Frédéric Georges, assistant et maître de conférences à l Université de Liège, avocat) 1. La localisation du débiteur 1.1. Les personnes physiques

Plus en détail

Adresse : Ville : Pays : Code Postal:

Adresse : Ville : Pays : Code Postal: En tant que société «équitable», c'est la politique de RusticCo, LLC, (la «Compagnie») de traiter tous les employé(e)s et tous les candidats à l'emploi de façon égale sans tenir compte de leur race, religion,

Plus en détail

QUESTION 80. Les marques et la protection du consommateur

QUESTION 80. Les marques et la protection du consommateur QUESTION 80 Les marques et la protection du consommateur Annuaire 1984/I, pages 81-84 32 e Congrès de Paris 1983, 22-27 mai 1983 Q80 QUESTION Q80 Les marques et la protection du consommateur Résolution

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Fiche pratique n 9 : Les honoraires d avocat (18/01/10)

Fiche pratique n 9 : Les honoraires d avocat (18/01/10) Fiche pratique n 9 : Les honoraires d avocat (18/01/10) La profession d'avocat est une profession réglementée dont les modalités d'organisation et de fonctionnement sont strictement définies par la loi

Plus en détail

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition.

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Rapport Reda, tableau comparatif Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Alors que Julia Reda appelait à une harmonisation hâtive et à un élargissement

Plus en détail

Traité sur le fonctionnement de l Union européenne

Traité sur le fonctionnement de l Union européenne Traité sur le fonctionnement de l Union européenne TITRE V L'ESPACE DE LIBERTÉ, DE SÉCURITÉ ET DE JUSTICE (in Troisième partie : les politiques et actions internes de l Union européenne) CHAPITRE 1. DISPOSITIONS

Plus en détail

Actions de Groupe et Santé

Actions de Groupe et Santé Septembre 2014 Actions de Groupe et Santé En préambule, l APREF souhaite rappeler ses différentes mises en garde, lors de l examen du projet de Loi Consommation, sur la possible extension des actions de

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

Consultation de la Commission européenne sur les Accords d entreprise transnationaux (AET)

Consultation de la Commission européenne sur les Accords d entreprise transnationaux (AET) Consultation de la Commission européenne sur les Accords d entreprise transnationaux (AET) Position adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de la réunion du 17-18 octobre 2012 Contexte Au cours des

Plus en détail

NOTE DES AUTORITES FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITES FRANÇAISES NOTE DES AUTORITES FRANÇAISES OBJET : Réponses des Autorités françaises sur le Livre vert sur l exécution effective des décisions judiciaires dans l Union européenne : la transparence du patrimoine du

Plus en détail

La loi consommation. Jour mois année - jj/mm/aaaa. Présentation simplifiée. Avril 2014 06/06/2014 1

La loi consommation. Jour mois année - jj/mm/aaaa. Présentation simplifiée. Avril 2014 06/06/2014 1 La loi consommation Loi n 2014-344 du 17 mars 2014, parue au JORF du 18 mars 2014 Présentation simplifiée Jour mois année - jj/mm/aaaa Avril 2014 06/06/2014 1 Une loi destinée à renforcer l information

Plus en détail

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE Strasbourg, le 6 juillet 2010 CPT (2010) 69 (cf. point 29 de l ordre du jour de la 72e réunion) COMITE EUROPEEN POUR LA PREVENTION DE LA TORTURE ET DES PEINES OU TRAITEMENTS INHUMAINS OU DEGRADANTS (CPT)

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail