qu elle propose? Une chose est certaine. L impression de puissance dégagée par ce congrès de Bordeaux n avait rien de théatrale.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "qu elle propose? Une chose est certaine. L impression de puissance dégagée par ce congrès de Bordeaux n avait rien de théatrale."

Transcription

1 tun INSTITUT MUTUALISTE SPORT ET SANTÉ La Mutualité Française s engage à créer un «Institut Sport Santé» dont l ambition est de réduire les inégalités d accès à la pratique d une activité physique régulière. LIRE Page 2 numéro 318 l information numé rique des Mutuelles de France LES CHOIX DU CONGRÈS DE BORDEAUX Une autre prise en charge des longues maladies La Mutualité française propose de mettre en place un nouveau cadre conventionnel pour les maladies chroniques. LIRE Page 5 Contrats types? L idée est relancée par la ministre de la Santé. LIRE Page 3 Ce numéro de Mutuel ne prétend pas être un compte rendu du 39 e congrès de la Mutualité française qui s est tenu à Bordeaux du 4 au 6 juin Nous avons, plutôt, cherché à retenir des travaux de ces assises triennales, les éléments clés des principales interventions, celle du président de la FNMF et celle du chef de l Etat. Et aussi de revenir sur quelques propositions phares et quelques idées reprises dans la presse, de manière approximative, telle que la position exacte de Nicolas Sarkozy sur les dépassements d honoraires. LIRE Pages 2 À 7 éditorial La fable et le congrès Patrice Fort Un congrès dans la vie d une organisation est toujours ce moment particulier où les réalités du monde sont tout à la fois convoquées et tenues à distance. Un bon congrès est alors un congrès qui réussit à donner à chacun le sentiment qu en parlant de soi on parle aussi de tout le monde. La mutualité à Bordeaux est-elle parvenue à montrer l universalisme des questions qu elle pose et des réponses qu elle propose? Une chose est certaine. L impression de puissance dégagée par ce congrès de Bordeaux n avait rien de théatrale. Elle donnait tout simplement à voir que dans le champ de la protection sociale la mutualité est «un partenaire incontournable» selon les mots mêmes utilisés par le Président de la République dans son discours d ouverture. Certes quand la puissance d Etat vous invite à sa table, chacun sait, qu il faut toujours, par précaution, se munir d une longue cuillère. Mais le fait est que le chef de l Etat a dû convenir, devant les congressistes, que la mutualité était bien plus qu un assureur et bien davantage qu un gestionnaire de cliniques ou de magasins d optique. Quand on se souvient des efforts déployés pour dénier à la mutualité son statut de mouvement social de santé, il faut savoir prendre acte de cette réconnaissance. Certes nous n avons pas oublié l avertissement donné par la fable et nous savons aux dépens de qui vivent les flatteurs. Mais quand on gagne un point, il faut savoir tenir la marque à jour. Cette reconnaissance nous place devant de nouvelles responsabilités et nous permet, tout à la fois, de mieux les affronter. Car nous avons bien compris qu il était question que le complémentaire se développe. Mais pas au prix d un repli de la solidarité nationale. Mutuel l Opinion Mutualiste - n o juin 2009

2 événement Bordeaux a bien été dans la continuité du congrès de Lyon. Il a donné corps à la décision prise, voilà trois ans, de mettre en place ce nouveau bouquet de services aux adhérents baptisé PSM. Mais à Bordeaux une page s est tournée. Le président de la FNMF a annoncé, aux congressistes, qu il passerait la main et que le prochain congrès verrait à la tête de la Mutualité française un autre que Jean-Pierre Davant. Le congrès a aussi confirmé, en votant la résolution générale, le choix de la mutualité de s investir dans la gestion des maladies chroniques. Actuellement, il n existe pour les longues affections que le dispositif des ALD. Mais cette prise en charge ne concerne que 8 millions de patients sur les 15 millions de malades chroniques. Des expérimentations vont donc être lancées. Quant au Président de la République, il a répété, pour l essentiel, CONGRÈS DE LA FNMF. JUIN CE QUE LE CONGRÈS DE BORDEAUX PEUT CHANGER les propos qu il avait tenus à Bletterans en septembre Mais ici, c était devant des mutualistes. Et cette nuance, évidemment, n est pas sans signification politique. Mariano Ortiz Courriel 2 L INSTITUT SPORT ET SANTÉ DE LA MUTUALITÉ t - Mutuel l Opinion Mutualiste n juin 2009 Le Président de la FNMF a confirmé que serait bientôt mise en place une structure mutualiste dédiée à la promotion de l activité physique ou sportive pour la santé. Afin de réduire les inégalités d accès à la pratique d une activité physique régulière, cette structure mutualiste, a expliqué Jean-Pierre Davant, pourrait, dans ses missions, viser trois types de population : - les promoteurs de programme de prévention (mutuelles, institutions, entreprises, collectivités territoriales, etc.), - les professionnels au contact du public (notamment les professionnels de santé, les professionnels du sport et les professionnels de l éducation), enfin les bénéficiaires eux-mêmes de programmes de prévention.

3 la preuve par quatre du congrès Dans son allocution de clôture, le président de la FNMF, Jean-Pierre Davant, est revenu sur les quatre questions qui ont été au centre des travaux de ce 39 e congrès. «De quoi avons-nous débattu? 1. De l urgence à créer un droit à la protection sociale complémentaire tout au long de la vie, car dans notre pays cinq millions de personnes voient toujours leur accès aux soins menacé. Nous avons renouvelé notre engagement en faveur d un crédit d impôt universel. Dans le cadre de la loi Evin sur les contrats collectifs obligatoires, nous nous sommes également prononcés pour la mise en place de mécanismes de mutualisation entre actifs d une part, retraités, pensionnés et chômeurs d autre part, qui conditionneraient les aides fiscales et sociales. 2. Nous avons également décidé de favoriser la qualité des soins, mais aussi la maîtrise des tarifs, en déployant, enrichissant et prolongeant notre programme innovant «Priorité Santé Mutualiste», notamment dans le cadre de nos contractualisations avec les offreurs de soins. Ce programme vient d être lancé au niveau national, après le succès de son rodage dans deux régions : Bretagne et Languedoc-Roussillon. Je remercie vivement les Unions régionales et les mutuelles qui se sont mobilisées!... Depuis jeudi midi et nos premiers spots télévisés, plus de 600 appels ont été reçus par le centre de contact «Priorité Santé Mutualiste». C est un succès! Je dirais les choses autrement : nous répondons à un besoin. Mais il s agit, pour nous, d envisager maintenant la suite. Dans nos contractualisations avec les établissements de santé, qui doivent inciter à la qualité des pratiques et renforcer l opposabilité des tarifs. Mais aussi dans la modernisation de notre politique de prévention. 3. Nous avons également décidé de proposer une offre globale de garanties et de services de santé, en favorisant l intégration de la prévention et des soins, en particulier pour le suivi des patients chroniques, dans un cadre expérimental et en partenariat avec l assurance maladie obligatoire. Avec nos partenaires institutionnels ou associatifs, nous voulons développer des programmes personnalisés de prévention. 4. Nous avons délibéré de la nécessité de promouvoir et de renforcer le caractère innovant du modèle mutualiste, au niveaux national et européen. Le caractère démocratique de la gouvernance mutualiste peut encore être renforcé. À cette fin, la Mutualité Française prendra de nouvelles initiatives. En outre, nous souhaitons que l identité mutualiste et la spécificité de sa principale activité, l assurance complémentaire santé, soient mieux prises en compte au niveau européen. La Mutualité Française s engage pour la reconnaissance du statut de la mutuelle européenne. Elle poursuivra également ses efforts pour que les services sociaux d intérêt général bénéficient d un cadre juridique clarifié et pour avancer dans la construction de l Europe.» BACHELOT RELANCE L IDÉE DES CONTRATS TYPES Dans son discours du 6 juin, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a dit : «Les assurés ont en effet aujourd hui bien souvent du mal à se repérer dans l offre complexe de contrats souvent multioptionnels et peu explicites. Je souhaite qu ils puissent bénéficier là aussi de la meilleure information possible sur la nature de leur couverture. Pourquoi ne pas concevoir des contrats repères, ou des contrats types? La transparence doit être exigée partout : dans la présentation des contrats, dans les tarifs, dans les prises en charge, et dans les décisions de remboursement. Elle est le moyen de mieux valoriser vos offres. Vous n avez rien à craindre à afficher clairement les choses.» Mutuel l Opinion Mutualiste n juin

4 la preuve par trois du président e Président de la L République a développé les trois thèmes sur lesquels devraient se fonder un nouveau partenariat entre la mutualité et l assurance maladie. Extraits de son intervention. «La solidarité nationale, financée par des prélèvements obligatoires, continuera de remplir sa mission. Mais à ses côtés, d autres formes de protection sont appelées à se développer. L identité de la Mutualité française l y prédispose. Vous êtes appelés, vous les acteurs du mouvement mutualiste, avec d autres acteurs, à jouer un rôle de premier plan dans la protection sociale. Ce rôle est d abord institutionnel. Vous siégez au conseil de la caisse nationale d assurance maladie. Je vous le dis : il me semble normal que vous soyez représentés au sein du conseil de surveillance des agences régionales de santé qui vont être mises en place prochainement. Je distinguerai, parmi les éléments constitutifs d un partenariat nouveau entre l assurance maladie et la Mutualité, trois thèmes. 1. En premier lieu, les assureurs complémentaires participeront, aux côtés de l assurance maladie, aux négociations conventionnelles dans les secteurs des frais d optique et de soins dentaires. Dans ces deux domaines, les organismes complémentaires assurent un niveau important de prise en charge. Ils y ont développé des services qui aident l assuré à choisir les meilleures prestations au meilleur prix. Il est donc légitime que vous puissiez signer les accords conventionnels. 2. Deuxième thème, la question des dépassements d honoraires. Il me semble qu il faut tout de suite circonscrire le sujet. Les dépassements d honoraires ne sont pas en soi un problème. Je ne parle que des dépassements des chirurgiens, des anesthésistes et des gynécologues-obstétriciens : car ils peuvent représenter une somme importante, pour des actes qui sont tout sauf des soins de confort. Le secteur optionnel doit permettre un meilleur encadrement des tarifs que le secteur 2, assorti d objectifs de qualité. Les libertés tarifaires seront mieux prises en charge par l assurance maladie et les assurances complémentaires, ce qui permettra un meilleur accès aux soins. Pour que cette option soit retenue par le plus grand nombre de médecins spécialistes, il faut que des avantages spécifiques y soient associés. Ces avantages doivent rendre le secteur optionnel attractif par rapport au secteur 2. Je constate que les partenaires conventionnels ne sont pas parvenus à un accord sur ce sujet. Le législateur doit-il reprendre la main? Je demande au Gouvernement de s y préparer. Je sais pouvoir compter sur le mouvement mutualiste pour s engager dans le secteur optionnel et y entraîner les autres acteurs de la complémentaire santé. 3. Troisième thème enfin, c est la prise en charge des maladies chroniques. Beaucoup reste à faire pour assurer une prise en charge plus continue et de meilleure qualité. Quand près de 10 millions de personnes sont concernées, quand des milliers de journées d hospitalisation peuvent être évités par des soins adaptés, on voit bien que la qualité du suivi de ces maladies est un enjeu majeur. Sur ce sujet comme sur les autres, la Mutualité française est un partenaire éminent de l Etat et de l assurance maladie. Le gouvernement va étudier de façon systématique et approfondie, Monsieur le président, la proposition du mouvement mutualiste sur les maladies chroniques. Je souhaite, quand les contours du projet seront précisés, que des expérimentations soient lancées par le gouvernement et la Mutualité pour améliorer la qualité et l efficience de leur prise en charge. Après tout vous avez des idées, et nous avons la volonté de dialoguer. Faisons que cette volonté et ces idées se rencontrent. Expérimentons.» LES POUVOIRS DE L UNOCAM ET LA LOI L article 36 de la loi de financement de la Sécurité sociale publiée au Journal officiel du 18 décembre a reconnu à l Unocam le droit de négocier, sans que les syndicats professionnels puissent s y opposer, avec les médecins, les chirurgiens dentistes, les sages-femmes, les auxiliaires médicaux, les laboratoires d analyse les pharmaciens d officine, les transporteurs sanitaires, les fournisseurs de biens médicaux ainsi qu avec les centres de santé... Mais pas avec les établissements thermaux. Possibilité de négocier pour l Unocam ne signifie pas pour autant obligation de conclure. La signature de l Unocam ne sera obligatoire que pour les accords, conventions ou avenants concernant des professions ou des prestations (elles seront définies par arrêté ministériel) pour lesquelles la part des dépenses prises en charge par l assurance maladie est minoritaire. Mutuel l Opinion Mutualiste n juin

5 événement FO SE TROMPE SUR LES ALD Force Ouvrière, dans un communiqué du 5 juin 2009, met en garde : «sur la proposition formulée par la Mutualité française, consistant à revendiquer la gestion des affections longue durée qui sont toujours prises en charge à 100 % par la Sécurité sociale (...) Elle met en garde les pouvoirs publics sur une telle orientation qui consisterait en une remise en cause radicale du principe de solidarité sur lequel est fondée la Sécurité sociale. En faisant tomber tout ou partie des ALD dans le champ des complémentaires, les pouvoirs publics transfèreraient la charge du financement aux malades qui ne seraient plus couverts par la sécurité sociale. Force Ouvrière ne pourrait cautionner une telle orientation qui aboutirait à ouvrir au secteur privé la couverture de ce qui est le fondement même de la Sécurité sociale.» FICHE N 1 Voilà déjà quelques mois, qu un groupe de travail technique, où se retrouvent des experts de la Mutualité française et du ministère de la Santé, réfléchit à un nouveau modèle de prise en charge, thérapeutique et financier, des personnes atteintes de maladies chroniques. Rappelons que moins d un malade sur deux est pris en charge, par l assurance maladie, dans le cadre des Affections de longue durée. Cette réflexion est désormais une orientation de congrès. L Etat, quant à lui, s est engagé à favoriser la mise en place d expérimentations. Alors de quoi s agit-il? Quand l assurance maladie s est mise en place en 1945, il n y avait de place, en cas d affection, que pour la guérison ou le décès. Désormais nous sommes de plus en plus nombreux à vivre longtemps avec des maladies graves. Mais ni le système de santé, dans son organisation, dans ses protocoles thérapeutiques, ni le financement des dépenses, centré sur la répétition d actes de soins n ont pris en compte cette évolution considérable. Dans ce domaine le système français, si on le compare à ses voisins européens, est un des moins innovateurs. Ce que propose la mutualité est relativement simple. CHANGER LA PRISE EN CHARGE DES LONGUES MALADIES D abord de mettre en place, avec l assurance maladie, les médecins, un cadre conventionnel pour la prise en charge des maladies chroniques. A l heure actuelle, il n existe rien. Les médecins qui accepteraient de rentrer dans ce dispositif serait remunérés sur une base forfaitaire, par exemple, par capitation. Les patients, quant à eux, bénéficieraient de programmes d éducation thérapeutique et de prévention et sans avance de frais. L ensemble serait géré par les complémentaires dans le cadre d une délégation de paiement. MALADIES CHRONIQUES : CE QUE DIT LA RÉSOLUTION DU CONGRÈS La prise de position de Force ouvrière est curieuse car elle entretient la confusion entre le régime de prise en charge des Affections longue durée, environ 8 millions de patients, et les maladies chroniques qui frappent 15 millions de personnes en France. Elles relèvent, pour le remboursement des soins, d une prise en charge identique à celle de tous les assurés. Donc voici ce que dit la résolution du congrès de la FNMF : «La Mutualité Française est prête à s engager dans un nouveau dispositif conventionnel pour les malades chroniques, en partenariat avec l assurance maladie obligatoire qui doit continuer à assumer ses responsabilités dans ce domaine. Ce dispositif doit être volontaire pour les patients comme pour les professionnels de santé. Il doit reposer sur un protocole de prise en charge de qualité et un mode de financement essentiellement forfaitaire des professionnels de santé. Il doit s accompagner d une délégation de paiement aux mutuelles et de la généralisation du tiers payant.» 5 Mutuel l Opinion Mutualiste n juin 2009

6 FICHE N 2 LE SECTEUR OPTIONNEL EST-IL UNE SOLUTION AUX DÉPASSEMENTS? Pour le Président de la République «les dépassements d honoraires ne sont pas en soi un problème.» Le chef de l Etat ne veut parler que : «des dépassements des chirurgiens, des anesthésistes et des gynécologues-obstétriciens.» Le secteur optionnel, selon Nicolas Sarkozy doit viser essentiellement deux objectifs : un encadrement des tarifs meilleur que le secteur 2, et des libertés tarifaires mieux prises en charge par l assurance maladie et les assurances complémentaires.» L idée de mettre en place un secteur optionnel avait été lancée en août 2004 par ce qui s appelait encore la Caisse nationale d assurance maladie. Il s agissait alors de trouver une solution pour les quelques centaines de chirurgiens qui avaient fait le choix du secteur 1, au moment de leur installation, alors que la très grande majorité de leurs confrères sont actuellement en secteur 2. Aujourd hui, au rythme des nouvelles installations, le secteur 1 se réduit comme peau de chagrin. Ce qui devait être une réponse ponctuelle à un problème particulier n a pas pu trouver une traduction concrète immédiate, pour la bonne raison que le problème s est révélé bien plus complexe que les promoteurs du secteur optionnel ne l avaient imaginé. Car pour les uns la création d un secteur optionnel devait servir à éteindre progressivement le secteur 2 et pour les autres, au contraire, à développer les libertés tarifaires en obtenant des complémentaires qu ils les solvabilisent. Les discussions vont reprendre Le dossier est aujourd hui au point mort mais les discussions vont certainement reprendre dès la promulgation de la loi HPST. Dans ce qui sera pour la négociation conventionnelle un nouveau contexte (voir ci-contre les déclarations du sénateur Alain Milon) on connait la position des complémentaires. Elles sont d accord d ouvrir, dans un premier temps, le champ de la négociation à toutes les spécialistes qui utilisent les plateaux techniques. Mais, en échange de cette premier élargissement du champ de la négociation, les complémentaires demandaient jusqu ici trois choses. En premier lieu, que les compléments de rémunération versés aux médecins fassent l objet de contreparties qualitatives mesurables. Ensuite, que la majoration d honoraires soit clairement définie. Enfin, que la mise en place du secteur optionnel soit accompagnée d une régulation du secteur 2. La loi HPST a u secours de la négociation Le rapporteur Alain Milon du projet de loi HPST, adopté par le Sénat et qui le 16 juin passe en Commission mixte paritaire (autant de députés que de sénateurs) considère que la négociation sur les dépassements d honoraires devrait aboutir «d ici la fin de l année». Il explique que «dans le projet de loi, nous avons mis en place trois collèges pour la discussion conventionnelle, un pour les médecins généralistes, un pour les spécialistes avec plateaux techniques, un pour les spécialistes sans plateau». Selon le sénateur UMP, «cela permettra d avancer, avec la mise en place d une négociation séparée par collège. Chacun aura ses propres représentations dans la négociation», a-t-il ajouté. Pour lui, «il y a maintenant des instruments pour essayer de faire débloquer les négociations». Mutuel l Opinion Mutualiste n juin

7 les points clés DE LA RÉSOLUTION Voici les principales dispositions contenues dans la résolution générale votée par les congressistes le 6 juin Ce texte prend en compte les propositions d amendement, dont celles des Mutuelles de France, adressées par les groupements et les unions de représentation. loi hpst. Le projet de loi «Hôpital, patients, santé et territoires»est sans aucun doute une nouvelle occasion manquée de moderniser un service public hospitalier réorganisé dans son fonctionnement et financé dans ses missions de service public. La Mutualité Française renouvelle sa demande aux pouvoirs publics de s attaquer réellement aux déséquilibres territoriaux de l offre de soins et de mettre fin au scandale des dépassements d honoraires. CONTRATS COLLECTIFS OBLIGATOIRES. La Mutualité Française se prononce pour la mise en place de mécanismes de mutualisation entre actifs d une part, retraités, pensionnés et chômeurs d autre part, qui conditionneraient les aides fiscales et sociales. Elle est prête à étudier des solutions innovantes avec les autres acteurs concernés, en particulier avec les organisations syndicales de salariés. CINQUIÈME RISQUE. La Mutualité Française souhaite qu un «cinquième risque» de protection sociale soit créé et financé dans le cadre de la solidarité nationale. La protection sociale complémentaire doit également contribuer à couvrir le risque de perte d autonomie. La Mutualité Française s engage à proposer des garanties complémentaires respectant des critères d intérêt général dans le cadre le plus mutualisé possible. DÉPASSEMENTS D HONORAIRES. La Mutualité Française est favorable à la création, en partenariat avec l assurance maladie obligatoire, d un nouveau secteur conventionnel pour les spécialités de plateaux techniques lourds, dans la perspective de la fermeture du secteur 2 et d une évolution progressive vers un seul secteur conventionnel d exercice professionnel. Sans attendre l aboutissement de cette négociation, le programme «Priorité Santé Mutualiste» sera enrichi pour intégrer dans la base les montants des tarifs et des dépassements et pour aider les adhérents à s orienter en fonction des tarifs qui auront été négociés avec les établissements et professionnels de santé respectant les critères de qualité. MALADIES CHRONIQUES. La Mutualité Française est prête à s engager dans un nouveau dispositif conventionnel pour les malades chroniques, en partenariat avec l assurance maladie obligatoire qui doit continuer à assumer ses responsabilités dans ce domaine. Ce dispositif doit être volontaire pour FICHE N 3 les patients comme pour les professionnels de santé. Il doit reposer sur un protocole de prise en charge de qualité et un mode de financement essentiellement forfaitaire des professionnels de santé. Il doit s accompagner d une délégation de paiement aux mutuelles et de la généralisation du tiers payant. EUROPE. La Mutualité Française prendra de nouvelles initiatives auprès des institutions communautaires pour la reconnaissance du statut de la mutuelle européenne. Elle souhaite encourager les coopérations entre mutuelles à l échelle communautaire. Elle poursuivra également ses efforts pour que les services sociaux d intérêt général bénéficient d un cadre juridique clarifié et pour avancer dans la construction de l Europe sociale. Dans cette perspective, des mutuelles engagent d ores et déjà des partenariats au sein de l Union européenne. Mutuel l Opinion Mutualiste. 3-5, rue de Vincennes Montreuil Cedex. édité par la Fédération des mutuelles de France. Rédacteur en chef : Mariano Ortiz. Secrétaire de rédaction : Georges Prieto. Conception : Mariano Ortiz. Commission paritaire : n o abonnez-vous par vclick ici u Mutuel l Opinion Mutualiste n juin

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 PLF et 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 1. Principales mesures impactant les mutuelles Thématiques Articles Impact sur les mutuelles Participation des OC au forfait médecin traitant

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé. Tours

Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé. Tours Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé Tours Débat régional du 13 février 2014 Chantier n 1 du programme Gaspar : développer les conventionnements tiers payant

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Nathalie CHATILLON FNMF Direction des Affaires Publiques Département International Sommaire

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe

Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe 13 juin 2014 Point de vue de la Mutualité Française sur les réseaux de soins Marylène Ogé-Jammet Directrice adjointe -Direction Santé de la

Plus en détail

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés 1 Connaître le régime facultatif de complémentaire santé Pour les anciens salariés Préambule Le 12 août 2008, l Union des Caisses Nationales de Sécurité sociale et des organisations syndicales ont signé

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

AVIS CNO n 2013-05 DEONTOLOGIE

AVIS CNO n 2013-05 DEONTOLOGIE AVIS CNO n 2013-05 DEONTOLOGIE AVIS DU CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES 18 ET 19 DECEMBRE 2013 RELATIF AUX CONTRATS PROPOSÉS PAR LA FÉDÉRATION NATIONALE DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE La Fédération Nationale

Plus en détail

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient.

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient. Le développement des programmes d éducation thérapeutique du patient 2 ans après la loi Hôpital, patients, santé, territoire : quel bilan? Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

Votre complémentaire santé collective avec Mutex - l alliance mutualiste

Votre complémentaire santé collective avec Mutex - l alliance mutualiste Convention collective nationale des industries chimiques Votre complémentaire santé collective avec Mutex - l alliance mutualiste Offre labellisée par les Industries chimiques Une complémentaire santé

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

LE NOUVEAU DEVIS TYPE. Confédération Nationale des Syndicats Dentaires

LE NOUVEAU DEVIS TYPE. Confédération Nationale des Syndicats Dentaires LE NOUVEAU DEVIS TYPE Confédération Nationale des Syndicats Dentaires Qui est à l origine de ce nouveau devis? 2 Ni les patients Ni l UNCAM Ni l UNOCAM C.E.R.T.A.I.N.E.M.E.N.T pas la CNSD! Qui est à l

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

CIRCULAIRE CDG90 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE CIRCULAIRE CDG90 07-13 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis. Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES PROTECTION SOCIALE MUTUELLES FICHE TECHNIQUE Références Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution!

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution! L ANI du 11 janvier : une petite révolution! Que prévoit l accord? L article 1 er de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier, prévoit, dans le cadre de la sécurisation de l emploi, la généralisation

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

Dispositions déclarées contraires à la Constitution :

Dispositions déclarées contraires à la Constitution : Loi n 2011-940 du 10 août 2011 modifiant certaines dispositions de la loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires Texte définitivement

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Le point sur l élargissement de la complémentaire santé Benjamin JOUSSE Mars 2013 L ANI du 11 janvier 2013 en bref L Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Découvrez les garanties

Découvrez les garanties Découvrez les garanties la mutuelle santé et la couverture prévoyance qui s adaptent à vos besoins Découvrez vos garanties MGENERATION Initiale santé prévoyance Pack se soigner autrement action sociale

Plus en détail

Communiqué de presse. Direct Medica 31, rue des Longs Prés 92100 Boulogne Billancourt Tél. : +33 (0) 1 70 95 64 00 www.directmedica.

Communiqué de presse. Direct Medica 31, rue des Longs Prés 92100 Boulogne Billancourt Tél. : +33 (0) 1 70 95 64 00 www.directmedica. ARS : un an après leur création, l Observatoire de la Régionalisation dresse un premier bilan de leurs actions et de la montée en charge de la loi HPST et Direct Research créent l Observatoire de la Régionalisation.

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

LIVRe BLANC. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

LIVRe BLANC. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! LIVRe BLANC www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! MUTUELLE LMP LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE, UN ENJEU MAJEUR DÈS MAINTENANT. CONTRAT COLLECTIF ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11

Plus en détail

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 COMPLEMENTAIRE SANTE (MUTUELLE) Le Texte : Avenant n 2/2011 du 12 juillet 2011 agréé le 18 novembre 2011 par arrêté paru au JO le 29 novembre 2011 - étendu le par arrêté paru

Plus en détail

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1 MCo/LJ/8033/04/UNOF Paris, le 12 janvier 2004 PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1. Exposé des motifs : La Permanence des soins est une mission d'intérêt général,

Plus en détail

Ool O p t i c i e n s L u n e t i e r s U n i s 6 r u e d e l é g l i s e 3 8 7 9 0 S t G e o r g e s d E s p e r a n c h e.

Ool O p t i c i e n s L u n e t i e r s U n i s 6 r u e d e l é g l i s e 3 8 7 9 0 S t G e o r g e s d E s p e r a n c h e. Madame la sénatrice, Monsieur le sénateur, La proposition de loi (PPL n 296) sur la contractualisation des Mutuelles avec les professionnels de santé est au centre des préoccupations des Français. Cette

Plus en détail

ACCORD NATIONAL RELATIF AUX FRAIS DE SANTE DANS LA BRANCHE FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS

ACCORD NATIONAL RELATIF AUX FRAIS DE SANTE DANS LA BRANCHE FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE ETENDUE FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS IDCC 1978 - BROCHURE JO 3010 ACCORD NATIONAL RELATIF AUX FRAIS DE SANTE DANS LA BRANCHE FLEURISTES, VENTE ET

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

La Mutualité Française

La Mutualité Française La Mutualité Française en Pays de la Loire Un mouvement pour une santé solidaire en région en Pays de la Loire : une représentation régionale pour défendre l accès à la santé pour tous Les mutuelles Premier

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE

ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE Convention nationale Entre Les Organismes Gestionnaires Et Les Chirurgiens Dentistes CONVENTION NATIONALE Etablie sous l égide de l Agence Nationale de l Assurance

Plus en détail

Article 9.2 Caractère obligatoire du régime frais de santé et dispenses d affiliation

Article 9.2 Caractère obligatoire du régime frais de santé et dispenses d affiliation Avenant n 4 relatif à la mise en place d un régime frais de santé obligatoire pour le personnel non cadre du secteur de la Propreté Préambule Considérant la volonté des partenaires sociaux du secteur de

Plus en détail

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010.

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Contexte L expérimentation NMR est organisée depuis 2 ans sous l égide de la Direction Générale de la

Plus en détail

Seul le prononcé fait foi. Monsieur le Président de la Mutualité française, cher Etienne CANIARD,

Seul le prononcé fait foi. Monsieur le Président de la Mutualité française, cher Etienne CANIARD, 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Congrès de la Mutualité Française Nantes Jeudi 11 juin 2015 Monsieur le Président de la Mutualité

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie»

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie» Dossier de presse «Choisissez l offre qui va avec votre vie» SOMMAIRE Renouveler l offre, un enjeu stratégique pour le groupe p.03, mutuelle professionnelle p.03 Un environnement économique, réglementaire

Plus en détail

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 enmodesocial Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 octobre novembre

Plus en détail

www.snap-pole-emploi.fr

www.snap-pole-emploi.fr www.snap-pole-emploi.fr Paris, le 11 février 2011 Chers collègues, La négociation nationale visant à aboutir à un accord est ouverte. L objectif est d unifier les mutuelles existantes actuellement au sein

Plus en détail

MUTUELLE DE NATIXIS. l adhésion du salarié au régime est obligatoire, comme par le passé, celle de ses ayants-droit éventuels est facultative ;

MUTUELLE DE NATIXIS. l adhésion du salarié au régime est obligatoire, comme par le passé, celle de ses ayants-droit éventuels est facultative ; MUTUELLE DE NATIXIS Résumé des garanties du contrat obligatoire de complémentaire santé de la Mutuelle de Natixis «Régime unifié» des salariés mis en place le 1 er juillet 2010 Concerne les salariés de

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

CATHERINE JOUSSE LES ENJEUX DE LA PROTECTION SOCIALE

CATHERINE JOUSSE LES ENJEUX DE LA PROTECTION SOCIALE CATHERINE JOUSSE LES ENJEUX DE LA PROTECTION SOCIALE Nous allons tenter de mieux comprendre les politiques qui se sont succédées ces quarante dernières années en matière de protection sociale, tant en

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

en toute simplicité!

en toute simplicité! BIEN COMPRENDRE LES NOUVELLES RÉFORMES DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ. en toute simplicité! 1 LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ici le 1 er janvier 2016, toutes les entreprises devront mettre

Plus en détail

OUTIL EXPLICATIF CCN 66. Mars 2015. Avenant 328 Complémentaire frais de santé. Cfdt-sante-sociaux.fr

OUTIL EXPLICATIF CCN 66. Mars 2015. Avenant 328 Complémentaire frais de santé. Cfdt-sante-sociaux.fr OUTIL EXPLICATIF CCN 66 Mars 2015 Avenant 328 Complémentaire frais de santé Cfdt-sante-sociaux.fr Généralisation de la complémentaire santé L accord national interprofessionnel (Ani) du 11 janvier 2013,

Plus en détail

Avenant 328 Complémentaire frais de santé

Avenant 328 Complémentaire frais de santé OUTIL EXPLICATIF CCN 66 Mars 2015 Lien pour télécharger le Guide Confédéral du négociateur sur la Généralisation de la complémentaire santé : http://www.cfdt.fr/upload/docs/application/pdf/2014802/guide_ps_23_01_2014_.pdf

Plus en détail

LE RÉFÉRENCEMENT 8POINTS D ANALYSE POUR MIEUX COMPRENDRE ET EN ATTENDRE PLUS PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE DES AGENTS PUBLICS DE L ETAT CFTC FAE

LE RÉFÉRENCEMENT 8POINTS D ANALYSE POUR MIEUX COMPRENDRE ET EN ATTENDRE PLUS PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE DES AGENTS PUBLICS DE L ETAT CFTC FAE LE RÉFÉRENCEMENT Document non contractuel - Mai 2014 - www.charlie.fr 8POINTS D ANALYSE POUR MIEUX COMPRENDRE ET EN ATTENDRE PLUS PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE DES AGENTS PUBLICS DE L ETAT CFTC FAE

Plus en détail

pour tous les salariés de votre entreprise Mornay Entreprise santé Prenez soin de vos salariés

pour tous les salariés de votre entreprise Mornay Entreprise santé Prenez soin de vos salariés pour tous les salariés de votre entreprise Mornay Entreprise santé Prenez soin de vos salariés Laurie Maillard Directeur général du Groupe Mornay Madame, Monsieur, Vous êtes dirigeant de PME-PMI et l évolution

Plus en détail

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE L E S S E N T I E L La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours

Plus en détail

Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de la santé Sous-direction politique des produits de santé et de la qualité des pratiques

Plus en détail

RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE RÉFÉRENCÉE LA SEULE OFFRE PAR LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE RÉFÉRENCÉE LA SEULE OFFRE PAR LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE LA SEULE OFFRE RÉFÉRENCÉE PAR LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE LA SANTÉ DURABLE DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION! La MGET s engage pour tous les agents du ministère du Développement

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

dossier presse 19 juin 2013 L alliance mutualiste à vos côtés adhérentes à UNION

dossier presse 19 juin 2013 L alliance mutualiste à vos côtés adhérentes à UNION dossier presse de L alliance mutualiste à vos côtés UNION adhérentes à 19 juin 2013 Sommaire n L alliance mutualiste Une protection sociale au service de tous les publics n Un modèle de gouvernance original

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

ACTIVANCE ANI : SOLUTIONS MUTUELLE SANTÉ ET PRÉVOYANCE TPE/ PME. Une approche mutualiste responsable

ACTIVANCE ANI : SOLUTIONS MUTUELLE SANTÉ ET PRÉVOYANCE TPE/ PME. Une approche mutualiste responsable ACTIVANCE ANI : SOLUTIONS MUTUELLE SANTÉ ET PRÉVOYANCE TPE/ PME Une approche mutualiste responsable ACTIVANCE ANI Assurer efficacement les salariés de votre entreprise en santé et en prévoyance La généralisation

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins

Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins Organisée par : Délégation des Hautes-Alpes de la Mutualité Française Paca, ADRETS, UDESS05, la CRESS (Chambre Régionale de l Économie Sociale

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

ACCORD DU 3 DÉCEMBRE 2009

ACCORD DU 3 DÉCEMBRE 2009 MINISTÈRE DE L ALIMENTATION, DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DANS LA COOPÉRATION BÉTAIL ET VIANDE ACCORD

Plus en détail

Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public

Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Préfon (Caisse nationale de prévoyance de la fonction

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE. En France. 10 millions. de personnes ne peuvent pas se soigner. Débattonsen. www.unemutuel lepourtous.

CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE. En France. 10 millions. de personnes ne peuvent pas se soigner. Débattonsen. www.unemutuel lepourtous. 1 9 S E P T E M B R E 2 0 1 3 CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE En France 10 millions de personnes ne peuvent pas se soigner. www.unemutuel lepourtous.com Débattonsen! Affiche40x60.indd 1 10/09/13

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

DECLARATION D ACCIDENT

DECLARATION D ACCIDENT CONTRAT D ASSURANCE AIG N 4.091.165 FEDERATION FRANCAISE DE BASKET BALL DECLARATION D ACCIDENT En cas d accident, cette déclaration accompagnée des documents détaillés ci-après est à envoyer à : AIG EUROPE

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités Discours Sous réserve du prononcé IXe journée de l Hospitalisation à domicile Fédération nationale des établissements d hospitalisation à domicile

Plus en détail

ACTIVANCE TNS : SOLUTIONS MUTUELLE SANTÉ, PRÉVOYANCE ET RETRAITE TRAVAILLEURS NON SALARIÉS. Une approche mutualiste responsable

ACTIVANCE TNS : SOLUTIONS MUTUELLE SANTÉ, PRÉVOYANCE ET RETRAITE TRAVAILLEURS NON SALARIÉS. Une approche mutualiste responsable ACTIVANCE TNS : SOLUTIONS MUTUELLE SANTÉ, PRÉVOYANCE ET RETRAITE TRAVAILLEURS NON SALARIÉS Une approche mutualiste responsable ACTIVANCE TNS ASSURER VOTRE SANTÉ ET VOTRE PRÉVOYANCE L importance d une couverture

Plus en détail

livret d accueil Frais de santé

livret d accueil Frais de santé www.verspieren.com livret d accueil Frais de santé Santé Prévoyance Ce document n a pas de valeur contractuelle. Télétransmission, tiers-payant, décompte frais de santé un langage parfois compliqué pour

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise SYNTHESE Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise Degré élevé de solidarité mentionné à l article L912-1 du code de la sécurité

Plus en détail

Dossier Pratique Complémentaire santé septembre 2014

Dossier Pratique Complémentaire santé septembre 2014 Dossier Pratique Complémentaire santé septembre 2014 Mieux comprendre la complémentaire santé chez Renault 2 1. Les ayants droit 2 2. Pièce à fournir pour l adhésion 2 3. Les cotisations 3 4. Les garanties

Plus en détail

Article 1 : LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

Article 1 : LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ANI du 11 janvier 2013 pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l'emploi et des parcours professionnels des salariés Etude des

Plus en détail

Trois principes pour asseoir une assurance maladie solidaire

Trois principes pour asseoir une assurance maladie solidaire Trois contributions de Pierre Volovitch Membre du Réseau Alerte Inégalités (RAI) 1. Trois principes pour asseoir une assurance maladie solidaire. projet d article pour Pratiques, Les cahiers de la médecine

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

REGARDS CROISES SUR LA PROTECTION SOCIALE

REGARDS CROISES SUR LA PROTECTION SOCIALE REGARDS CROISES SUR LA PROTECTION SOCIALE Nous sommes tous conscients des efforts à réaliser dans le contexte économique difficile que nous traversons. Un projet de loi de financement qui a pour ambition

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE N 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL POUR LA COUVERTURE DU RISQUE HOSPITALISATION TITRE I - PRINCIPES GÉNÉRAUX ARTICLE 1-1 CATÉGORIES COUVERTES Sont admis à bénéficier des

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015 1 dddd 2 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2015 Votre salarié a l obligation de réaliser une journée de travail non rémunérée, dites «journée de solidarité». En contrepartie,

Plus en détail

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME COLLECTIVE

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME COLLECTIVE 1 GAMME COLLECTIVE Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 2 NOTRE EXPERIENCE A VOTRE SERVICE Plus de 65 ans d expérience dans la protection sociale de l enseignement privé.

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 Evolution des dépenses de santé IMPORTANCE DU RESTE A CHARGE DES MENAGES ET DES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES - Déficit persistant du régime général - Augmentation

Plus en détail

Niger. Régime général des mutuelles de santé

Niger. Régime général des mutuelles de santé Régime général des mutuelles de santé Loi n 2008-10 du 30 avril 2008 [NB - Loi n 2008-10 du 30 avril 2008 portant régime général des mutuelles de santé en République du ] Titre 1 - Dispositions générales

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Complémentaire santé : une nouvelle obligation pour les employeurs janvier février mars 2015

Plus en détail

La CNMSS solidaire de votre santé www.cnmss.fr

La CNMSS solidaire de votre santé www.cnmss.fr La CNMSS solidaire de votre santé www.cnmss.fr 12 avril 1949 Création du régime de sécurité sociale des militaires et de la CNMSS. Octobre 1949 Création des sections de paiement pour les armées Air, Gendarmerie,

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail