Institut de droit de la santé Université de Neuchâtel. Ariane Ayer, sous la direction du Prof. Olivier Guillod et de Dominique Sprumont

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Institut de droit de la santé Université de Neuchâtel. Ariane Ayer, sous la direction du Prof. Olivier Guillod et de Dominique Sprumont"

Transcription

1 Les effets des accords bilatéraux entre la Suisse et la Communauté européenne dans les cantons, en particulier en matière de reconnaissance des diplômes de professions de santé Institut de droit de la santé Université de Neuchâtel Ariane Ayer, sous la direction du Prof. Olivier Guillod et de Dominique Sprumont Mars 2000

2 2 Table des matières Introduction 3 I. LE DROIT COMMUNAUTAIRE, LES ACCORDS BILATÉRAUX SUISSE-UE ET LEURS EFFETS DANS LES CANTONS 4 1. Le droit communautaire Généralités et principes La libre circulation des personnes La reconnaissance des diplômes 6 a) Le Traité CE 6 b) Le droit dérivé : les directives système général 7 c) Le droit dérivé : les directives spécifiques aux professions sanitaires Les accords bilatéraux avec les membres de la Communauté européenne En général Le contenu de l'accord relatif à la libre circulation des personnes Les effets des accords bilatéraux L'adaptation de la législation fédérale L'application des critères déterminés par le droit européen Les effets de la jurisprudence de la CJCE en droit suisse Les effets des accords dans les droits cantonaux Libre circulation des personnes et libre prestation des services 19 II. LES INSTRUMENTS DE MISE EN OEUVRE DES CANTONS Les instruments d'intervention au niveau fédéral La mise en oeuvre dans les cantons Les professions universitaires faisant l'objet d'une loi fédérale et d'une directive sectorielle Les professions non universitaires faisant l'objet de directives sectorielles Les professions ne faisant ni l'objet d'une loi fédérale, ni d'une directive sectorielle 23 a) Les professions universitaires 23 b) Les professions non universitaires Propositions Un organe intercantonal La délégation de tâches à des organismes privés Un organe fédéral 28

3 3 Introduction Cette étude a été effectuée par l'institut de droit de la santé de l'université de Neuchâtel sur mandant de la Conférence des directeurs cantonaux des affaires sanitaires. L'objectif en est de présenter et d'analyser les normes du droit communautaire et des accords bilatéraux relatives à la reconnaissance des diplômes des professionnels de la santé et d'en évaluer les effets sur les pratiques cantonales en matière d'autorisation d'exercice; puis dans un deuxième temps, d'identifier les instruments dont disposent actuellement les cantons pour mettre en œuvre les prescriptions de ces accords et enfin de déterminer quels seraient le cas échéant les nouveaux instruments à élaborer et sous quelle forme, intra- ou intercantonale. Les accords bilatéraux entre la Suisse et les pays membres de la Communauté européenne ont été récemment paraphés et signés; ils comprennent plusieurs accords sectoriels, dont un accord spécifiquement consacré à la libre circulation des personnes. La signature de ces accords nécessite des adaptations des législations fédérale et cantonales, qui interviendront notamment dans les domaines liés à la délivrance des diplômes de professions de la santé et à l'octroi d'autorisations de pratique. Les accords bilatéraux concernent des professions de la santé dont l'exercice est réglementé par les cantons (infirmier, sage-femme) et par la Confédération (médecin, pharmacien, dentiste et vétérinaire), mais également d'autres professions également réglementées par les cantons. Les autorités fédérales et cantonales devront donc adapter leurs législations aux réglementations communautaires et appliquer ces nouvelles normes. Le législateur fédéral a d'ores et déjà élaboré un projet de loi pour les professions de la santé qui relèvent de sa compétence; par contre les cantons doivent encore adapter leur législation et leur pratique administrative aux exigences des accords bilatéraux. Afin de bien appréhender l'impact de l'accord sur la libre circulation des personnes, en ce qui concerne la reconnaissance des diplômes, sur les droits cantonaux, il importe de connaître le système de reconnaissance mis en oeuvre par le droit communautaire et largement repris par l'accord. Les effets et l'application de l'accord en droit suisse donnent ensuite la mesure de la réception du droit communautaire par catégorie de professions. Quelques propositions de coordination ou de collaboration intercantonale concluent l'étude.

4 4 I. Le droit communautaire, les accords bilatéraux Suisse-UE et leurs effets dans les cantons 1. Le droit communautaire 1.1. Généralités et principes Le droit communautaire s'articule, très schématiquement, sur deux niveaux 1 : le droit dit originaire ou primaire, constitué des trois traités fondateurs des communautés (CEE, CECA et Euratom), conclus dans les années 50 et révisés depuis plusieurs fois 2. Seuls le Traité instituant la Communauté européenne (ci-après : Traité CE) et le Traité de l'union européenne (ci-après : Traité UE) nous intéresseront pour la suite de cette étude 3. Le deuxième niveau du droit communautaire comprend le droit dérivé, soit les règlements, directives et recommandations émanant des institutions communautaires 4. L'ordre juridique communautaire obéit à un certain nombres de principes qu'il importe de rappeler brièvement en tant qu'ils influenceront certainement l'application en Suisse du droit dérivé communautaire contenu dans les accords : 1. le principe de subsidiarité règle les questions de répartition des compétences entre la Communauté et les Etats membres. Il régularise l'exercice des compétence en précisant que la Communauté intervient dans les domaines où elle est expressément et exclusivement compétente pour le faire et n'intervient dans les autres domaines que si cette intervention permet de mieux réaliser les objectifs poursuivis par rapport à une intervention étatique 5. Ce principe institutionnel s'apparente au système fédéraliste suisse, tout en apportant une certaine souplesse liée aux circonstances. 2. Le principe de proportionnalité recouvre l'acceptation usuelle de ce principe en droit suisse. Il s'applique à l'ensemble de l'ordre juridique, mais a une portée particulière dans le choix d'une mesure d'intervention des organes de la Communauté La primauté et l'application directe du droit communautaire dans les droits internes. Ces principes signifient que le droit communautaire prime les droit nationaux contraires; à l'intérieur de l'ordre juridique communautaire, les traités constituent les normes hiérarchiquement supérieures 7. Le principe de l'application directe des normes communautaires consacre la réception directe de ces normes dans les ordres juridiques internes selon la conception moniste, expressément énoncée par l'art. 249 (ex-art. 189) du Pour une approche très détaillée des sources du droit communautaire, cf. GUY ISAAC, Droit communautaire général, 6 ème éd., Paris 1998, p. 119 ss. Les principales révisions du traité CEE sont l'acte Unique (1990), Maastricht (1992) et Amsterdam (entrée en vigueur le 1 er mai 1999). Le traité d'amsterdam a complètement modifié la numérotation du Traité CE et du Traité UE. Nous utiliserons la nouvelle numérotation et indiquerons l'ancienne entre parenthèses. Le site Internet de l'union européenne permet d'accéder à l'ensemble de la législation communautaire selon une classification systématique : ( ). Art. 5 (ex-art. 3B) du Traité CE; ég. ISAAC, op. cit., p. 40 ss. Sur ce sujet, ISAAC, op. cit., p. 42. ISAAC, op. cit., p. 125.

5 5 Traité CE 8. Le corollaire de ces deux principes est l'application du droit communautaire par le juge national et son invocabilité par les ressortissants des Etats membres devant leurs juridictions ordinaires 9. Le principe de primauté du droit communautaire ainsi que le système hiérarchique qui prévaut dans l'ordre juridique communautaire sont des notions relativement connues en droit suisse; elles s'apparentent, à quelques nuances près, au principe de la force dérogatoire du droit fédéral consacré à l'art. 49 de la Constitution actuelle 10. Le principe de l'application directe du droit international (ou comme en l'espèce communautaire) est également connu en droit suisse. L'ordre juridique suisse se fonde en effet sur une conception moniste des rapports entre le droit interne et le droit international 11. Ce qui signifie "[qu'] à partir de ce moment [leur prise d'effet en Suisse] et aussi longtemps que ces règles sont en vigueur pour la Suisse, tous les organes de l'etat (autorités politiques, administratives et judiciaires) doivent les respecter et les appliquer et les particuliers peuvent les invoquer pour en déduire des droits et des obligations à charge des autorités ou d'autres particuliers" La libre circulation des personnes Le principe de la libre circulation des travailleurs est ancré à l'art. 2 du Traité de l'union européenne (ci-après : Traité UE) et consacré par l'art. 39 (ex-art. 48) du Traité CE. Cette dernière disposition est libellée comme suit : "1. La libre circulation des travailleurs est assurée à l'intérieur de la Communauté. 2. Elle implique l'abolition de toute discrimination, fondée sur la nationalité, entre les travailleurs des Etats membres, en ce qui concerne l'emploi, la rémunération et les autres conditions de travail. 3. Elle comporte le droit, sous réserve des limitations justifiées par des raisons d'ordre public, de sécurité publique et de santé publique: a) de répondre à des emplois effectivement offerts, b) de se déplacer à cet effet librement sur le territoire des Etats membres, c) de séjourner dans un des Etats membres afin d'y exercer un emploi conformément aux dispositions législatives, réglementaires et administratives régissant l'emploi des travailleurs nationaux, d) de demeurer, dans des conditions qui feront l'objet de règlements d'application établis par la Commission, sur le territoire d'un Etat membre, après y avoir occupé un emploi. 4. Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux emplois dans l'administration publique." La libre circulation des personnes est une des quatre libertés (à côté de la libre circulation des marchandises, des capitaux et des services) qui fondent l'ordre juridique communautaire. Sa mise en oeuvre est assurée par l'interdiction pour un Etat membre de discriminer un ressortissant d'un autre Etat membre en raison de sa nationalité 13. Cette disposition est en outre complétée par l'art. 47 (ex-art. 57) Traité CE relatif à la reconnaissance des diplômes, dont il sera question ci-après. Le but de cette disposition est la réalisation du marché intérieur entre les Etats membres de la Communauté. A cette fin, il importe que chaque Etat ait une pratique unifiée en matière Sur les questions liées au monisme-dualisme dans la Communauté européenne, cf. HELEN KELLER, Rechtsvergleichende Aspekte zur Monismus-Dualismus-Diskussion, RSDIE 1999, p. 225 ss. Dans ce sens ég. BARBARA JÉSUS, Commentaire article par article des traités CE et UE, Bâle, Genève etc. 2000, ad art. 39 CE, p. 332 et la jurisprudence de la CJCE citée. Constitution fédérale de la Confédération suisse du 18 avril 1999 (Cst.; RS 101). Cf. à ce sujet, DÉPARTEMENT FÉDÉRAL DE L'INTÉRIEUR / DIRECTION DU DROIT INTERNATIONAL PUBLIC, Rapports entre le droit international et le droit interne au sein de l'ordre juridique suisse, JAAC 53/1989, N 54, p. 437 ss (ci-après : DFI /DDIP). DFI /DDIP, op. cit., p JÉSUS, op. cit. ad art. 39, p. 332.

6 6 d'établissement, de séjour et d'emploi des travailleurs étrangers, ressortissants d'un autre Etat membre 14. L'art. 39 par. 2 énonce le principe de non discrimination en raison de la nationalité, principe fondamental de l'ensemble du droit communautaire. Le par. 3 définit les conditions du droit à la libre circulation des travailleurs; la lit. c) précise notamment que les règles de droit interne qui régissent l'exercice d'une profession dans le pays d'accueil demeurent applicables; nationaux et ressortissants communautaires bénéficient ainsi du même traitement (traitement national) 15. Ainsi, en matière de professions de santé, le régime juridique lié à l'exercice de la profession doit-il être le même pour les nationaux et les ressortissants des Etats membres; les réglementations nationales qui prévoient une autorisation d'exercice, l'obligation de s'inscrire dans un registre ou encore l'obligation de s'annoncer sont compatibles avec le Traité, dans la mesure où elles ne constituent pas des entraves déguisées et qu'elles ne sont pas discriminatoires 16. La plupart des Etat membres subordonnent d'ailleurs l'exercice de la profession de médecin à une autorisation d'exercice (Allemagne, Luxembourg) ou à l'inscription dans un registre professionnel (Angleterre, Irlande). A noter que la notion de "santé publique" comme critère de restriction de la libre circulation des personnes recouvre uniquement les questions liées à la santé de la personne qui désire s'établir dans un Etat membre, et n'est pas liée à la profession que la personne envisage d'exercer dans l'etat d'accueil. La directive 64/221/CEE énonce dans son annexe une liste des maladies qui pourraient donner lieu à des restrictions de la libre circulation des personnes La reconnaissance des diplômes a) Le Traité CE Les principes de la reconnaissance mutuelle des diplômes sont expressément contenus dans l'art. 47 (ex-art. 57) du Traité CE. Cette disposition est libellée comme suit : "1. Afin de faciliter l'accès aux activités non salariées et leur exercice, le Conseil, statuant conformément à la procédure visée à l'article 251, arrête des directives visant à la reconnaissance mutuelle des diplômes, certificats et autres titres. 2. Aux mêmes fins, le Conseil, statuant conformément à la procédure visée à l'article 251, arrête des directives visant à la coordination des dispositions législatives, réglementaires et administratives des Etats membres concernant l'accès aux activités non salariées et à l'exercice de celles-ci. Le Conseil statue à l'unanimité tout au long de la procédure visée à l'article 251 sur les directives dont l'exécution dans un Etat membre au moins comporte une modification des principes législatifs existants du régime des professions en ce qui concerne la formation et les conditions d'accès de personnes physiques. Dans les autres cas, le Conseil statue à la majorité qualifiée. 3. En ce qui concerne les professions médicales, paramédicales et pharmaceutiques, la libération progressive des restrictions sera subordonnée à la coordination de leurs conditions d'exercice dans les différents Etats membres." Cette disposition poursuit deux buts distincts mais interdépendants : la reconnaissance des diplômes et la coordination des dispositions de droit national qui réglementent l'exercice des professions non salariées. L'objectif final est la libre circulation des travailleurs et des Sur toutes ces questions, cf. PIERRE GARRONE, La libre circulation des personnes, Liberté de mouvement, égalité, liberté économique, Zurich 1993, p. 11 ss (ci-après cité : la libre circulation des personnes). Cf. JÉSUS, ad art. 39, p Cf. JÉSUS, ad art. 39, p Cf. GARRONE, La libre circulation des personnes, p. 65; JÉSUS, op. cit., ad art. 39, p. 346 s.

7 7 services 18. L'une et l'autre de ces conditions peuvent être réalisées indépendamment, sauf pour les professions sanitaires, réglementées au par. 3. Cette disposition du Traité CE ne vise que les professions dont l'exercice à titre indépendant est réglementé dans les Etats membres 19. Les professions non réglementées et qui de ce fait ne nécessitent pas d'autorisation de pratique étatique n'entrent pas dans le champ d'application de cette disposition, ni, partant, dans le champ d'application des directives générales ou sectorielles y relatives. Pour les professions non réglementées, l'abolition des conditions liées à la nationalité des personnes en cause suffit à réaliser les conditions de la libre circulation de ces personnes 20. Les professions réglementées sont celles dont l'accès ou l'exercice est subordonné à des conditions fixées par l'etat, telle que la possession d'un diplôme, la titularité d'un titre de formation, une expérience professionnelle. La CJCE a précisé qu'il s'agissait des professions "pour lesquelles des dispositions législatives, réglementaires ou administratives, régissent les conditions d'accès" 21. Très schématiquement, la notion de profession réglementée correspond en droit suisse à la notion de profession soumise à autorisation, que cette dernière soit fédérale ou cantonale 22. Les professions médicales, paramédicales et pharmaceutiques font l'objet d'un régime spécifique; le par. 3 exige en effet que pour ces professions, la reconnaissance mutuelle soit liée à la coordination de leurs conditions d'exercice dans les différents Etats membres. La coordination ici mentionnée doit être comprise comme l'harmonisation des législations nationales 23 dans le domaine des autorisations d'exercice de ces professions. La mise en oeuvre de cette disposition est ensuite assurée par des directives édictées par le Conseil en vertu de la compétence que lui attribuent les par. 1 et 2. b) Le droit dérivé : les directives système général Afin de mettre en oeuvre les principes contenus dans le Traité CE, le Conseil a édicté à ce jour trois directives dites "système général", dont l'objectif est d'unifier les pratiques étatiques de reconnaissance des diplômes, certificats et qualifications, en fonction notamment des types de diplômes obtenus. Le champ d'application de ces directives se limite à nouveau aux professions réglementées ou dont l'exercice est réglementé dans les Etats membres Cf. GARRONE, La libre circulation des personnes, p. 198; ég. du même auteur, Reconnaissance des diplômes dans le domaine de la santé publique et libre circulation des personnes - Le cas de la Suisse, in : CROIX- ROUGE SUISSE (éd.), La Croix-Rouge suisse et la formation professionnelle dans le domaine de la santé publique : histoire, politique et droit, Actes du colloque interdisciplinaire du 22 novembre 1996, Berne 1997, p. 96. Cf. LAURENT TRUCHOT, Commentaire article par article des traités CE et UE, Bâle, Genève etc. 2000, ad art. 47 CE, p. 417; ég. DOMINIQUE DREYER / BERNARD DUBEY, L'adhésion suisse à l'union européenne : Effets de la libre circulation des personnes sur l'exercice des activités soumises à autorisation, in : THOMAS COTTIER / ALWIN R. KOPSE (éd.), L'adhésion de la Suisse à l'union européenne. Enjeux et conséquence, Zurich 1998, p. 859 ss, p. 865 s. GARRONE, La libre circulation des personnes, p Arrêt de la Cour de justice des communautés européennes du 1 er février 1996, Aranitis, aff. C-164/94, Rec. 1996, p. I-135. DREYER / DUBEY, op. cit., p GARRONE, La libre circulation des personnes, p. 198 et les références doctrinales citées en note 11. Cf. par ex. art. 1 er lit. a troisième tiret de la directive 89/48/CEE; pour la notion de profession réglementée, cf. notamment JEAN-PHILIPPE DUBEY, Le droit communautaire de la reconnaissance des diplômes et qualifications sportifs, in : PIERMARCO ZEN-RUFFINEN (éd.), Droit et sport, Berne 1997, p. 193 s; GARRONE, Reconnaissance des diplômes, p. 106.

8 8 La première directive système général est la directive 89/48/CEE du Conseil du 21 novembre 1988; elle réglemente la reconnaissance des diplômes d'enseignement supérieur qui sanctionnent des formations professionnelles d'une durée minimale de trois ans 25. Elle concerne uniquement les diplômes universitaires ou de niveau équivalent 26. La deuxième directive système général est la directive 92/51/CEE du Conseil du 18 juin ; elle complète la première directive et réglemente la reconnaissance des diplômes autres que ceux visés par la première directive, dont la durée de formation est d'au moins un an 28. Cette directive s'applique ainsi à l'ensemble des professions non universitaires ou dont la formation n'est pas équivalente à celle d'un niveau universitaire. La troisième directive est la directive 1999/42/CE du Parlement et du Conseil du 7 juin ; elle complète les deux directives précédentes pour les professions réglementées dont les formations n'entrent pas dans le champ d'application des deux directives. Il s'agit notamment des professions dont l'activité est réglementée, mais qui ne nécessitent pas un diplôme ou une formation visées par les deux autres directives système général 30. L'annexe A de la directive fournit la liste des professions visées; aucune ne concerne les professions de la santé. Les deux premières directives système général font partie intégrante de l'accord conclu entre les Etats membres de la Communauté européenne et la Suisse 31. Il importe dès lors d'en examiner les principes qui seront applicables en Suisse. Les deux directives système général répartissent les diplômes qu'elles visent en quatre catégories 32 : - les diplômes de niveau 3 englobent les diplômes nécessitant au moins 3 ans d'étude postsecondaire, c'est-à-dire les diplômes exclusivement visés par la directive 89/48/CEE, et de niveau universitaire ou équivalent Les diplômes de niveau 2 sont les diplômes dont le cycle de formation post-secondaire se situe entre un et trois ans et les formations assimilées (annexes C et D de la directive 92/51/CEE) 34 ; ces formations sont celles sanctionnées par des diplômes relevant de la directive 92/51/CEE. - Les diplômes de niveau 1, sont les diplômes de l'enseignement secondaire et les formation de même niveau 35 ; ils correspondent à des formations sanctionnées par un certificat en application de la directive 92/51/CEE. - Les attestations de compétence forment la quatrième catégorie de diplômes visés par les deux premières directives système général. Il s'agit des titres qui sanctionnent toute autre formation ou qui constituent une appréciation de qualités personnelles, d'aptitudes ou de JO CE n L019 du 24 janvier 1989, p. 16 ss. Art. 1 er lit. a deuxième tiret de la directive 89/48/CEE. JO CE n L209 du 24 juillet 1992, p. 25 ss. Art. 1 er lit. a, deuxième tiret pt i) de la directive 92/51/CEE. JO CE n L201 du 31 juillet 1999, p. 77 ss. Cf. le préambule à la directive 1999/42/CE. Annexe III de l'accord sur la libre circulation des personnes, section A, lettre A. Cf. à ce sujet, GARRONE, La libre circulation des personnes, p. 201 s.; ég. DUBEY, op. cit., p Art. 1 lit. a deuxième tiret de la directive 89/48/CEE. Art. 1 lit. a directive 92/51/CEE. Art. 1 lit. b directive 92/51/CEE.

9 9 connaissances considérées comme essentielles pour l'exercice d'une profession, sans qu'il ne soit exigé de formation préalable 36. Il importera dès lors de se reporter à l'une ou l'autre de ces catégories afin de déterminer quelle directive s'applique dans le cas d'espèce. Ainsi, la directive 89/48/CEE s'appliquera-telle aux professions de niveau universitaire ou équivalent et la directive 92/51/CEE aux autres professions réglementées. Pour toutes les professions, hormis les professions médicales, paramédicales et pharmaceutiques, la libre circulation des personnes est réalisée par le biais de la reconnaissance des diplômes, sans qu'en pratique une harmonisation préalable des formations se soit révélée nécessaire, les Etats membres appliquant le principe de la reconnaissance mutuelle des diplômes délivrés 37. Par contre, l'art. 47 par. 3 (ex art. 57) du Traité CE exige pour les professions sanitaires que la reconnaissance des diplômes aille de pair avec l'harmonisation des formations. Si toutefois, cette disposition n'est pas strictement appliquée en pratique 38, elle a tout de même eu pour effet de favoriser ou d'accélérer l'adoption de plusieurs directives sectorielles. Le système général de reconnaissance des diplômes proposé par les deux directives 89/48/CEE et 92/51/CEE a pour but de faciliter la libre circulation des personnes entre les Etats membres en favorisant l'établissement des ressortissants dans d'autres Etats que celui où ils ont effectué leur formation 39. Les deux directives prévoient que l'etat d'accueil ne puisse refuser l'accès à une profession pour défaut de qualification si l'etat membre d'origine réglemente ladite profession et que le diplôme que possède le requérant est celui qui est prescrit pour cette profession 40. De même, si l'etat membre d'origine ne réglemente pas la profession en question, le requérant peut faire valoir une expérience professionnelle d'au moins deux ans dans l'exercice de la profession 41. A certaines conditions, l'etat membre d'accueil peut exiger du requérant qu'il prouve une expérience professionnelle et/ou qu'il effectue un stage d'adaptation ou se soumette à une épreuve d'aptitude 42. L'exigence d'une expérience professionnelle ne peut intervenir que si la durée de la formation du requérant est inférieure d'au moins un an à celle qui prévaut dans l'etat d'accueil; elle ne peut dépasser 4 ans. L'exigence d'un stage d'adaptation ou d'un examen d'aptitude est liée aux conditions suivantes : - lorsque la formation reçue par le requérant porte sur des matières "substantiellement différentes" de celles couvertes par la formation effectuée dans l'etat d'accueil, ou - lorsque dans l'etat d'accueil, une ou plusieurs activités réglementées n'existent pas dans l'etat d'origine ou de provenance du demandeur et que cette différence est caractérisée par une formation portant sur des matières substantiellement différentes Art. 1 lit. c directive 92/51/CEE. GARRONE, La libre circulation des personnes, p. 211 s; ég. TRUCHOT, ad art. 47, p. 419 ss. TRUCHOT, op. cit, ad art. 47, p. 425; GARRONE, La reconnaissance des diplômes, p. 97. Cf. à ce sujet, ALEXANDRE BERNEL, Le principe d'équivalence ou de "reconnaissance mutuelle" en droit communautaire, Zurich 1996, p. 260 ss et les références citées; ég. HILDEGARD SCHNEIDER, Die Anerkennung von Diplomen in der Europäischen Gemeinschaft, Apeldoorn, Baden-Baden, Zurich 1995, p. 161 ss et 236 ss. Art. 3 lit. a) dir. 89/48/CEE et art. 3 lit. a) dir. 92/51/CEE. Art. 3 lit. b) dir. 89/48/CEE et art. 3 lit. b) dir. 92/51/CEE. Art. 4 lit a) et b) dir. 89/48/CEE et art. 4 lit. a) et b) dir. 92/51C/EE. Art. 4 lit. b) 1 er -3 ème tiret dir. 89/48/CEE et art. 4 lit. b) 1 er -3 ème tiret dir. 92/51/CEE; sur cette question, GARRONE, Reconnaissance des diplômes, p. 111 s.

10 10 Pour les autorités de reconnaissance des Etats membres, la mise en oeuvre de cette disposition exige d'évaluer dans chaque cas les diplômes et certificats qui lui sont soumis et de déterminer le cas échéant s'il existe de substantielles différences qui justifieraient de soumettre le requérant à un stage d'adaptation ou à un examen d'aptitude. c) Le droit dérivé : les directives spécifiques aux professions sanitaires Le système juridique communautaire contient diverses directives relatives à la reconnaissance ainsi qu'à la coordination de l'exercice des professions médicales. Pour chacune des professions actuellement visées par ces directives sectorielles, existent en principe une directive relative à la reconnaissance des diplômes et qualifications, et une autre directive qui vise la coordination des dispositions de droit interne relatives aux activités concernées. Il existe ainsi des directives sectorielles de reconnaissance des diplômes et de coordination des législations pour les professions de médecin 44, d'infirmier 45, de dentiste 46, de vétérinaire 47, de sage-femme 48 et de pharmacien 49. L'Annexe III de l'accord bilatéral entre les pays membres de la Communauté européenne et la Suisse relatif à la libre circulation des personnes se réfère expressément à chacune de ces directives ainsi qu'aux modifications subséquentes qui y ont été apportées. Pour toutes les autres professions sanitaires non réglementées spécifiquement dans des directives sectorielles, on appliquera le système général de reconnaissance mutuelle, tel que décrit ci-dessus Directive 93/16/CEE du Conseil du 5 avril 1993, visant à faciliter la libre circulation des médecins et la reconnaissance mutuelle de leur diplômes, certificats et autres titres, JO CE n L165, 7 juillet 1993, p. 1. Directive 77/452/CEE du Conseil du 27 juin 1977, visant à la reconnaissance mutuelle des diplômes, certificats et autres titres d'infirmier responsable des soins généraux et comportant des mesures destinées à faciliter l'exercice effectif du droit d'établissement et de libre prestation de services, JO CE n L176, 15 juillet 1977, p. 1. Directive 77/453/CEE du Conseil du 27 juin 1977, visant à la coordination des dispositions législatives, réglementaires et administratives concernant les activités de l'infirmier responsable des soins généraux, JO CE n L176, 15 juillet 1977, p. 8. Directive 78/686/CEE du Conseil du 25 juillet 1978, visant à la reconnaissance mutuelle des diplômes, certificats et autres titres du praticien de l'art dentaire et comportant des mesures destinées à faciliter l'exercice effectif du droit d'établissement et de libre prestation des services, JO CE n L233, 24 août 1978, p. 1. Directive 78/687/CEE du Conseil du 25 juillet 1978, visant à la coordination des dispositions législatives, réglementaires et administratives concernant les activités du praticien de l'art dentaire JO CE n L233, 24 août 1978, p. 10. Directive 78/1026/CEE du Conseil du 18 décembre 1978, visant à la reconnaissance mutuelle des diplômes, certificats et autres titres de vétérinaire et comportant des mesures destinées à faciliter l'exercice effectif du droit d'établissement et de libre prestation de services, JO CE n L362, 23 décembre 1978, p. 1. Directive 78/1027/CEE du Conseil du 18 décembre 1978, visant à la coordination des dispositions législatives, réglementaires et administratives concernant les activités du vétérinaire, JO CE n L362, 23 décembre 1978, p. 7. Directive 80/154/CEE du Conseil du 21 janvier 1980, visant à la reconnaissance mutuelle des diplômes, certificats et autres titres de sage-femme et comportant des mesures destinées à faciliter l'exercice effectif du droit d'établissement et de libre prestation des services, JO CE n L033, 11 février 1980, p. 1. Directive 80/155/CEE du Conseil du 21 janvier 1980, visant à la coordination des dispositions législatives, réglementaires et administratives concernant l'accès aux activités de la sage-femme et l'exercice de celles-ci, JO CE n L033, 11 février 1980, p. 8. Directive 85/433/CEE du Conseil du 16 septembre 1985 visant à la reconnaissance mutuelle des diplômes, certificats et autres titres en pharmacie, et comportant des mesures destinées à faciliter l'exercice effectif du droit d'établissement pour certaines activités du domaine de la pharmacie, JO CE n L253, 24 septembre 1985, p. 37. Directive 85/432/CEE du Conseil du 16 septembre 1985 visant à la coordination des dispositions législatives, réglementaires et administratives concernant certaines activités du domaine de la pharmacie, JO CE n L253, 24 septembre 1985, p. 34. Dans ce sens, GARRONE, La libre circulation des personnes, p. 215.

DIRECTIVE 2005/36/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 7 septembre 2005 relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles

DIRECTIVE 2005/36/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 7 septembre 2005 relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles 2005L0036 FR 01.01.2007 001.001 1 Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions B DIRECTIVE 2005/36/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 7 septembre

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

Accord intercantonal sur l'harmonisation des régimes de bourses d'études

Accord intercantonal sur l'harmonisation des régimes de bourses d'études 1.4. Accord intercantonal sur l'harmonisation des régimes de bourses d'études du 18 juin 2009 I. Objectifs et principes Art. 1 But de l'accord Le présent accord vise à encourager dans l'ensemble de la

Plus en détail

Accord franco algérien du 27 décembre 1968 consolidé

Accord franco algérien du 27 décembre 1968 consolidé Accord franco algérien du 27 décembre 1968 consolidé Entre le gouvernement de la République française et le gouvernement de la République algérienne démocratique et populaire relatif à la circulation,

Plus en détail

Chapitre Ier : Qualifications.

Chapitre Ier : Qualifications. G / Vte fds comm forma Décret n 98-246 du 2 avril 1998 relatif à la qualification professionnelle exigée pour l'exercice des activités prévues à l'article 16 de la loi n 96-603 du 5 juillet 1996 relative

Plus en détail

Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972

Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972 Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972 DECRET N 2005-1315 du 21.10.2005 (EXTRAIT) ENTREE EN VIGUEUR : 1ER JANVIER 2006 Décret n 72-678 du 20 juillet 1972 fixant les conditions d application

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 30 mars 2009 (OR. en) 7522/09 Dossier interinstitutionnel: 2009/0020 (CNS) VISA 96 AMLAT 28

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 30 mars 2009 (OR. en) 7522/09 Dossier interinstitutionnel: 2009/0020 (CNS) VISA 96 AMLAT 28 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 30 mars 2009 (OR. en) 7522/09 Dossier interinstitutionnel: 2009/0020 (CNS) VISA 96 AMLAT 28 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet: Décision du Conseil

Plus en détail

En fait: Dans ses observations du 1 er mars 2000, la Direction intimée propose le rejet du recours.

En fait: Dans ses observations du 1 er mars 2000, la Direction intimée propose le rejet du recours. Cour des assurances sociales. Séance du 22 février 2001. Statuant sur le recours interjeté le 18 janvier 2000 (5S 00 33) par les époux X, pour eux et pour leur fils Y, recourants, assistés par Me Z, avocat

Plus en détail

CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C.

CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C. CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C. Le Gouvernement de la République du Cameroun, Le Gouvernement de la République Centrafricaine, Le Gouvernement de la République du

Plus en détail

DIPLOMES OUVRANT DROIT A L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE AUTORISATIONS MINISTERIELLES D'EXERCICE

DIPLOMES OUVRANT DROIT A L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE AUTORISATIONS MINISTERIELLES D'EXERCICE DIPLOMES OUVRANT DROIT A L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE AUTORISATIONS MINISTERIELLES D'EXERCICE 1 - DIPLOMES OUVRANT DROIT A L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE I - Les titres de formation exigés

Plus en détail

Chapeau 131 III 652. Regeste

Chapeau 131 III 652. Regeste Chapeau 131 III 652 85. Extrait de l'arrêt de la Chambre des poursuites et des faillites dans la cause Confédération Suisse contre X. (recours LP) 7B.20/2005 du 14 septembre 2005 Regeste Blocage d'avoirs

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Septembre 2011. 4, avenue Ruysdaël 75379 Paris Cedex 08 Téléphone : 0033/1.56.21.34.84 - Fax : 0033/1.56.21.34.79 Email : iadenot@ordre.pharmacien.

Septembre 2011. 4, avenue Ruysdaël 75379 Paris Cedex 08 Téléphone : 0033/1.56.21.34.84 - Fax : 0033/1.56.21.34.79 Email : iadenot@ordre.pharmacien. Réponse de l Ordre national des pharmaciens de France au livre vert de la Commission européenne «Moderniser la directive sur les qualifications professionnelles COM/2011/367» Septembre 2011 Remarques préliminaires

Plus en détail

N 57 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1967-1963 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. modifiant le statut de VOrdre

N 57 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1967-1963 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. modifiant le statut de VOrdre PROJET DE LOI adopte le 25 avril 1968. N 57 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1967-1963 PROJET DE MODIFIÉ PAR LE SÉNAT LOI modifiant le statut de VOrdre des experts-comptables et des comptables agréés.

Plus en détail

Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des

Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des adultes I. Préambule... 2 II. Gestion du patrimoine dans

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES - Sociétés de droit étranger établies en Belgique: Champ d'application des articles 81, 82, 83 et 107 du Code des sociétés Avis du 14 janvier 2009 (en remplacement de l

Plus en détail

Décret régulant le nombre d'étudiants dans certains cursus de premier cycle de l'enseignement supérieur D. 16-06-2006 M.B.

Décret régulant le nombre d'étudiants dans certains cursus de premier cycle de l'enseignement supérieur D. 16-06-2006 M.B. Lois 30746 p.1 Décret régulant le nombre d'étudiants dans certains cursus de premier cycle de l'enseignement supérieur D. 16-06-2006 M.B. 06-07-2006 modifications : D. 25-05-07 (M.B. 01-06-07) D. 09-05-08

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB 5F1134] Références du document 5F1134 Date du document 10/02/99 2. Fonctionnement. 23 Le CET est alimenté par

Plus en détail

Accord-cadre pour la collaboration intercantonale assortie d'une compensation des charges

Accord-cadre pour la collaboration intercantonale assortie d'une compensation des charges Accord-cadre pour la collaboration intercantonale assortie d'une compensation des charges (Accord-cadre, ACI) du 24 juin 2005 I. Dispositions générales 1. Principes Art. 1 But et champ d'application 1L'Accord-cadre

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi du 23 mars 2001 sur le crédit à la consommation (OLCC) Rapport explicatif

Ordonnance relative à la loi du 23 mars 2001 sur le crédit à la consommation (OLCC) Rapport explicatif Ordonnance relative à la loi du 23 mars 2001 sur le crédit à la consommation (OLCC) Rapport explicatif 2 I. Aperçu Le Parlement a adopté la loi fédérale sur le crédit à la consommation (LCC) le 23 mars

Plus en détail

Les relations entre le Conseil constitutionnel et les juridictions françaises et européennes

Les relations entre le Conseil constitutionnel et les juridictions françaises et européennes Les relations entre le Conseil constitutionnel et les juridictions françaises et européennes (exposé présenté lors de la visite au Conseil constitutionnel, en juillet 1998, de représentants de la Cour

Plus en détail

(Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012)

(Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012) Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX (Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012) Missions Les rédacteurs territoriaux constituent un cadre d'emplois

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ET L'ORDRE DES ARCHITECTES DE FRANCE ARRANGEMENT EN VUE DE LA

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

N de convention Audencia/MAE à rappeler pour toute candidature : 97/08

N de convention Audencia/MAE à rappeler pour toute candidature : 97/08 N de convention Audencia/MAE à rappeler pour toute candidature : 97/08 CONVENTION D'ACCUEIL D'ETUDIANTS AU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES DANS LE CADRE DES STAGES D'ETUDES I. CONDITIONS GENERALES DE

Plus en détail

TITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 er

TITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 er DECISION REGLEMENTAIRE N 12 DU 2 MARS 1948 DU CENTRE NATIONAL DE LA CINEMATOGRAPHIE RELATIVE AUX AUTORISATIONS D'EXERCICE DE LA PROFESSION modifiée par décisions n 12 bis du 18 mai 1949, 12 ter du 3 août

Plus en détail

AGENTS NON TITULAIRES et LA LOI DE RESORPTION DE L'EMPLOI PRECAIRE

AGENTS NON TITULAIRES et LA LOI DE RESORPTION DE L'EMPLOI PRECAIRE NON TITULAIRES Note d'information N 2012-32 du 18 juin 2012 AGENTS NON TITULAIRES et LA LOI DE RESORPTION DE L'EMPLOI PRECAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des

Plus en détail

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire Décision n 2010 621 DC Résolution tendant à adapter le chapitre XI bis du règlement du Sénat aux stipulations du traité de Lisbonne concernant les parlements nationaux Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION POUR PRATIQUER LE METIER DE PRETEUR PROFESSIONNEL OU DE COURTIER EN CREDIT A LA CONSOMMATION

DEMANDE D'AUTORISATION POUR PRATIQUER LE METIER DE PRETEUR PROFESSIONNEL OU DE COURTIER EN CREDIT A LA CONSOMMATION REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la sécurité et de l'économie Service du commerce DEMANDE D'AUTORISATION POUR PRATIQUER LE METIER DE PRETEUR PROFESSIONNEL OU DE COURTIER EN CREDIT A LA CONSOMMATION

Plus en détail

I 2 14.0. l'application du concordat et de la présente loi, ainsi que des relations avec les cantons concordataires.

I 2 14.0. l'application du concordat et de la présente loi, ainsi que des relations avec les cantons concordataires. Loi modifiant la loi concernant le concordat sur les entreprises de sécurité (L-CES) (11145) I 2 14.0 du 7 juin 2013 Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Art. 1 Modifications

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre

dans la poursuite pénale dirigée contre N 14 / 2014 pénal. du 13.3.2014. Not. 30673/10/CD Numéro 3284 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

Affaire C-238/94. José García e.a. contre Mutuelle de prévoyance sociale d'aquitaine e.a.

Affaire C-238/94. José García e.a. contre Mutuelle de prévoyance sociale d'aquitaine e.a. Affaire C-238/94 José García e.a. contre Mutuelle de prévoyance sociale d'aquitaine e.a. (demande de décision préjudicielle, formée par le tribunal des affaires de sécurité sociale du Tarn-et-Garonne)

Plus en détail

LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C.

LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C. CONVENTION REGISSANT LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C. 1 PREAMBULE Le Gouvernement de la République du Cameroun; Le Gouvernement de la République Centrafricaine; Le Gouvernement de la République du Congo;

Plus en détail

Comme formes de publicité adéquates et fréquemment utilisées, il convient de citer:

Comme formes de publicité adéquates et fréquemment utilisées, il convient de citer: C 179/4 FR 1.8.2006 La Commission estime que la pratique consistant à prendre contact avec un certain nombre de soumissionnaires potentiels n'est pas suffisante à cet égard, même si l'entité adjudicatrice

Plus en détail

Traité établissant une Constitution pour l'europe

Traité établissant une Constitution pour l'europe CONFÉRENCE DES REPRÉSENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ÉTATS MEMBRES Bruxelles, le 29 octobre 2004 CIG 87/2/04 REV 2 Objet: Traité établissant une Constitution pour l'europe CIG 87/2/04 REV 2 FR TABLE DES

Plus en détail

Convention portant loi uniforme sur la formation des contrats de vente internationale des objets mobiliers corporels

Convention portant loi uniforme sur la formation des contrats de vente internationale des objets mobiliers corporels Convention portant loi uniforme sur la formation des contrats de vente internationale des objets mobiliers corporels (La Haye, 1er juillet 1964) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d'état N 363164 ECLI:FR:CESSR:2014:363164.20140514 Inédit au recueil Lebon Mme Julia Beurton, rapporteur M. Alexandre Lallet, rapporteur public SCP DELAPORTE, BRIARD, TRICHET, avocats 1ère / 6ème

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 50, du 7 juillet 2006 Délai référendaire: 16 août 2006 Loi sur l'assistance pénale, civile et administrative (LAPCA) Le Grand

Plus en détail

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales En clair COMPLÉMENTAIRES SANTÉ / PRÉVOYANCE Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales Quand la Prévoyance vous appartient. Sommaire Exonération des cotisations Sociales...

Plus en détail

Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies. Lecture du mercredi 30 mars 2011. Société Betclic Enterprises Limited

Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies. Lecture du mercredi 30 mars 2011. Société Betclic Enterprises Limited Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies Lecture du mercredi 30 mars 2011 Société Betclic Enterprises Limited M. Stirn, président M. Xavier de Lesquen, rapporteur M. Thiellay Jean-Philippe,

Plus en détail

concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Ordonnance du 9 mars 00 concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 6 novembre 999 sur la santé ; Sur la proposition de la Direction de la santé et des

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

ACCORD EUROPÉEN RELATIF AU TRANSPORT INTERNATIONAL DES MARCHANDISES DANGEREUSES PAR ROUTE (ADR)

ACCORD EUROPÉEN RELATIF AU TRANSPORT INTERNATIONAL DES MARCHANDISES DANGEREUSES PAR ROUTE (ADR) ACCORD EUROPÉEN RELATIF AU TRANSPORT INTERNATIONAL DES MARCHANDISES DANGEREUSES PAR ROUTE (ADR) LES PARTIES CONTRACTANTES, DÉSIREUSES d'accroître la sécurité des transports internationaux par route, SONT

Plus en détail

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ;

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ; Modèle de contrat de travail [à durée déterminée / indéterminée] de médecin coordonnateur en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Préambule La présence d un médecin coordonnateur

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information Conseil d'etat Assemblée 3 octobre 2008 n 297931 Citations Dalloz Codes : Code de l'environnement,

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e AVOCATS

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e AVOCATS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3201 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 140 17 décembre 2002 S o m m a i r e AVOCATS Loi du 13 novembre 2002

Plus en détail

Révision partielle de l ordonnance du 14 février 2007 sur l analyse génétique humaine (OAGH ; RS 810.122.1) Rapport explicatif

Révision partielle de l ordonnance du 14 février 2007 sur l analyse génétique humaine (OAGH ; RS 810.122.1) Rapport explicatif Révision partielle de l ordonnance du 14 février 2007 sur l analyse génétique humaine (OAGH ; RS 810.122.1) Rapport explicatif Projet pour l audition, novembre 2009 1 Introduction La loi sur l analyse

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1208057 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme Lareille LM AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Reymond-Kellal Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1208057 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme Lareille LM AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Reymond-Kellal Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1208057 Mme Lareille LM M. Reymond-Kellal Rapporteur M. Stillmunkes Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Lyon (formation

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 07/2008/CM/UEMOA RELATIVE A LA LIBRE CIRCULATION ET A L ETABLISSEMENT DES CHIRURGIENS-DENTISTES

Plus en détail

Directive 93/13/CEE du Conseil du 5 avril 1993 concernant les clauses abusives dans les contrats conclus avec les consommateurs 1

Directive 93/13/CEE du Conseil du 5 avril 1993 concernant les clauses abusives dans les contrats conclus avec les consommateurs 1 Directive 93/13/CEE du Conseil du 5 avril 1993 concernant les clauses abusives dans les contrats conclus avec les consommateurs 1 LE CONSEIL DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES, vu le traité instituant la Communauté

Plus en détail

Le Conseil des Ministres

Le Conseil des Ministres UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------- Le Conseil des Ministres UEMOA DIRECTIVE N 0 2 / 07 /CM/UEMOA PORTANT CREATION D'UN ORDRE NATIONA DES EXPERTS-COMPTABLE ET DES COMPTABLES AGREES

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI. relatif aux rapports entre les caisses d'assurance. maladie et les praticiens et auxiliaires médicaux. (Texte définitif.

SENAT PROJET DE LOI. relatif aux rapports entre les caisses d'assurance. maladie et les praticiens et auxiliaires médicaux. (Texte définitif. PROJET DE LOI adopté le 24 juin 1971. N 146 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1970-1971 PROJET DE LOI relatif aux rapports entre les caisses d'assurance maladie et les praticiens et auxiliaires médicaux.

Plus en détail

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Quelle que soit sa taille, son activité et sa forme juridique, l'entreprise d'économie sociale et sociale est tenue de maintenir une comptabilité conforme à

Plus en détail

Convention européenne sur l'arbitrage commercial international. Genève, 21 avril 1961

Convention européenne sur l'arbitrage commercial international. Genève, 21 avril 1961 Convention européenne sur l'arbitrage commercial international Genève, 21 avril 1961 Texte : Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 484, p. 349. Entrée en vigueur: 7 janvier 1964, conformément au paragraphe

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE Décret n 83-435 DU 27 mai 1983 (publié au J.O du1er juin

Plus en détail

LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE

LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE SERVICE JURIDIQUE JURISINFO FRANCO-ALLEMAND MAI 2015 Avertissement : Cette note a pour but de donner une information générale et ne peut remplacer une étude juridique

Plus en détail

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse)

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) STATUTS DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) Chapitre premier: Nature et buts Article 1: Dénomination et siège Les associations cantonales de gérants, courtiers et experts

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

Communication OFRC 1/09 12 mars 2009

Communication OFRC 1/09 12 mars 2009 Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Domaine de direction du droit privé Communication OFRC 1/09 12 mars 2009 Information concernant la pratique de l'office fédéral

Plus en détail

vu les art. 14, 23 al. 3 et 40 al. 3 de la loi fédérale du 23 mars 2001 sur le crédit à la consommation (LCC) 1,

vu les art. 14, 23 al. 3 et 40 al. 3 de la loi fédérale du 23 mars 2001 sur le crédit à la consommation (LCC) 1, Ordonnance relative à la loi fédérale sur le crédit à la consommation (OLCC) Projet du... Le Conseil fédéral, vu les art. 14, 23 al. 3 et 40 al. 3 de la loi fédérale du 23 mars 2001 sur le crédit à la

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 06/2010 du 3 février 2010 Objet : avant-projet de décret relatif à l'archivage administratif La Commission de la protection de la vie privée (ci-après "la Commission") ; Vu la loi du 8 décembre

Plus en détail

Conditions Générales Location d équipements terminaux

Conditions Générales Location d équipements terminaux Conditions Générales Location d équipements terminaux Vous trouverez dans le présent document les conditions générales qui s'appliquent à la location des équipements terminaux de Orange. Elles peuvent

Plus en détail

Convention de libre passage. entre l' Association Suisse d'assurances (ASA), Domaine accidents/maladie C.F. Meyer-Strasse 14, 8022 Zurich

Convention de libre passage. entre l' Association Suisse d'assurances (ASA), Domaine accidents/maladie C.F. Meyer-Strasse 14, 8022 Zurich Convention de libre passage entre l' Association Suisse d'assurances (ASA), Domaine accidents/maladie C.F. Meyer-Strasse 14, 8022 Zurich et santésuisse Les assureurs-maladie suisses (santésuisse) Römerstr.

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN 1. Introduction Le règlement (UE) n 610/2013 du 26 juin 2013 a modifié la convention d'application de l'accord de Schengen,

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

Claudie Lesselier Quelles violences? Quels droits face à ces violences?

Claudie Lesselier Quelles violences? Quels droits face à ces violences? Claudie Lesselier Association RAJFIRE rajfire@wanadoo.fr Un collectif féministe d action et de solidarité avec les femmes migrantes et exilées Quelles violences? Violence masculines contre les femmes manifestation

Plus en détail

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article...

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article... Page 1 sur 5 Code de l'éducation Version consolidée au 31 mars 2011 Partie législative Première partie : Dispositions générales et communes Livre Ier : Principes généraux de l'éducation Titre III : L'obligation

Plus en détail

vu le Concordat du 18 octobre 1996 sur les entreprises de sécurité A vu le projet de loi présenté par le Conseil d'etat

vu le Concordat du 18 octobre 1996 sur les entreprises de sécurité A vu le projet de loi présenté par le Conseil d'etat 935.7 LOI sur les entreprises de sécurité (LESéc) du septembre 998 (état: 0.07.004) LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu le Concordat du 8 octobre 996 sur les entreprises de sécurité A vu le projet de

Plus en détail

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 286 Arrêt n 41/91 du 19 décembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le bureau d'assistance judiciaire du tribunal de première instance de Mons par décision du

Plus en détail

Transmission de documents aux commissions parlementaires

Transmission de documents aux commissions parlementaires Tribunal cantonal - Le Château - CP 24-2900 Porrentruy 2 Service du personnel de la République et Canton du Jura Rue du 24-Septembre 2 2800 Delémont Porrentruy, le 1 er mars 2010 Transmission de documents

Plus en détail

Les badges de chantier*

Les badges de chantier* Fabienne Muller Université de Strasbourg - Octobre 2013 Les badges de chantier* * Travail réalisé à partir de l'exploitation des questionnaires envoyés aux partenaires concernés par les dispositifs, éventuellement

Plus en détail

FILIERE ADMINISTRATIVE

FILIERE ADMINISTRATIVE FILIERE ADMINISTRATIVE Au 9 avril 2015 1 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale de Vaucluse 80 rue Marcel Demonque AGROPARC CS 60508, 84908 AVIGNON CEDEX 9 - Tel : 04.32.44.89.30 / Fax

Plus en détail

TITRE IX- Des noms de domaine

TITRE IX- Des noms de domaine TITRE IX- Des noms de domaine Présentation des textes Les noms de domaine sur l'internet ont à la fois une fonction technique et une fonction d'identification des services de communication en ligne. Le

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 2 juillet 2002 (OR. da/en) 10307/02 EUROPOL 46

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 2 juillet 2002 (OR. da/en) 10307/02 EUROPOL 46 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2 juillet 2002 (OR. da/en) 10307/02 EUROPOL 46 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet: Initiative du Royaume du Danemark en vue de l'adoption d'un acte

Plus en détail

Règlement intercantonal des compléments de formation requis en vue de l'admission dans les filières des domaines de la santé et du social HES-SO

Règlement intercantonal des compléments de formation requis en vue de l'admission dans les filières des domaines de la santé et du social HES-SO 15 mars 2007 Règlement intercantonal des compléments de formation requis en vue de l'admission dans les filières des domaines de la santé et du social HES-SO vu la loi fédérale sur les hautes écoles spécialisées

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ANNÉE SCOLAIRE... /...

CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ANNÉE SCOLAIRE... /... CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ANNÉE SCOLAIRE... /... Concernant le stagiaire: Nom : Prénom : Adresse : Date de naissance : Nationalité : Formation : Entre: Nom et adresse complète

Plus en détail

' '(!)('( ' #$%&'# ! '! " #$%&

' '(!)('( ' #$%&'# ! '!  #$%& ATTAQUER LE LISTING DU SOUTIEN AU TERRORISME DE NOUVELLES OPTIONS JURIDIQUES? UN RESUME DES JUGEMENTS RECENTS DE LA COUR DE JUSTICE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES Dès les arrêts Yusuf 1 et Kadi 2, d une part,

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit. PROJET DE LOI adopté le 2 juillet 1993 N 113 SENAT DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1992-1993 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.3.2015 FR L 86/13 RÈGLEMENT (UE) 2015/534 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 17 mars 2015 concernant la déclaration d'informations financières prudentielles (BCE/2015/13) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION DE TRAVAIL POUR UN SALARIÉ ÉTRANGER - CONTRAT DE TRAVAIL SIMPLIFIÉ art. L.5221-1 et suiv et R.5221-1 et suiv du code du travail

DEMANDE D'AUTORISATION DE TRAVAIL POUR UN SALARIÉ ÉTRANGER - CONTRAT DE TRAVAIL SIMPLIFIÉ art. L.5221-1 et suiv et R.5221-1 et suiv du code du travail Demande d'autorisation de travail tendant la délivrance : d'une d'une d'une de jeune fille Né(e) le de la personne contacter bre de salariés avant l'embauche Type de contrat de travail durée indéterminée

Plus en détail

LOI 416.11 sur l'aide aux études et à la formation professionnelle (LAEF)

LOI 416.11 sur l'aide aux études et à la formation professionnelle (LAEF) Adopté le 11.09.1973, entrée en vigueur le 01.11.1973 - Etat au 01.01.2010 (en vigueur) LOI 416.11 sur l'aide aux études et à la formation professionnelle (LAEF) du 11 septembre 1973 LE GRAND CONSEIL DU

Plus en détail

Vous pouvez télécharger le formulaire de demande de carte sur ce lien LISTE DES PIECES JUSTIFICATIVES

Vous pouvez télécharger le formulaire de demande de carte sur ce lien LISTE DES PIECES JUSTIFICATIVES Vs pvez télécharger le formulaire de demande de carte sur ce lien LISTE DES PIECES JUSTIFICATIVES CARTE PROFESSIONNELLE TRANSACTION SUR IMMEUBLES ET FONDS DE COMMERCE GESTION IMMOBILIERE - SYNDIC - MARCHAND

Plus en détail

II e COUR D'APPEL. 22 février 2006

II e COUR D'APPEL. 22 février 2006 A2 2005-159 II e COUR D'APPEL 22 février 2006 La Cour, vu le recours interjeté le 30 novembre 2005 par X SA, recourante, contre l'ordonnance rendue le 22 novembre 2005 par le Président du Tribunal civil

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels :

Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels : Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels : 1. L'article 29, 3, alinéa 4, de la loi du 5 août 2003 relative aux violations graves du droit international humanitaire rend votre Cour compétente pour

Plus en détail

Le Ministre des Affaires Administratives, Secrétaire Général du Gouvernement A Messieurs les Ministres, Secrétaires et Sous-Secrétaires d'etat RABAT

Le Ministre des Affaires Administratives, Secrétaire Général du Gouvernement A Messieurs les Ministres, Secrétaires et Sous-Secrétaires d'etat RABAT ROYAUME DU MAROC MINISTERE DES AFFAIRES ADMINISTRATIVES, SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT Fonction Publique Rabat, le 22 août 1967. N 31 F. P. Le Ministre des Affaires Administratives, Secrétaire Général

Plus en détail

Loi sur l enseignement privé (version en vigueur jusqu'au 31 décembre 2014)

Loi sur l enseignement privé (version en vigueur jusqu'au 31 décembre 2014) Loi sur l enseignement privé (version en vigueur jusqu'au 31 décembre 2014) du 10 mai 1984 Le Parlement de la République et Canton du Jura, vu les articles 8, lettres d et h, 38 et 39 de la Constitution

Plus en détail

Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts

Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Etat du 5 septembre 005 Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle posée par le Conseil d'etat en cause de R. Louvigny contre l'etat belge.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle posée par le Conseil d'etat en cause de R. Louvigny contre l'etat belge. Numéro du rôle : 599 Arrêt n 25/94 du 22 mars 1994 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le Conseil d'etat en cause de R. Louvigny contre l'etat belge. La Cour d'arbitrage, composée

Plus en détail

Traité sur le droit des marques

Traité sur le droit des marques Base de données de l sur les textes législatifs Traité sur le droit des marques faits à Genève le 27 octobre 1994 LISTE DES ARTICLES Article premier : Expressions abrégées Article 2 : Marques auxquelles

Plus en détail

L du 02 août 2003 (Mém. n 112 du 14 août 2003, p.2364)

L du 02 août 2003 (Mém. n 112 du 14 août 2003, p.2364) Loi du 2 août 2003 portant - modification de la loi modifiée du 5 avril 1993 relative au secteur financier; - modification de la loi modifiée du 23 décembre 1998 portant création d'une commission de surveillance

Plus en détail