USˇSˇEN, CET «HORS-LA-LOI»! VERSIONS NOMADE ET SE DENTAIRE D UN CONTE AMAZIGHE MAROCAIN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "USˇSˇEN, CET «HORS-LA-LOI»! VERSIONS NOMADE ET SE DENTAIRE D UN CONTE AMAZIGHE MAROCAIN"

Transcription

1 E tuds t Documnts Brb`rs, 15-16, 1998 : pp USˇSˇEN, CET «HORS-LA-LOI»! VERSIONS NOMADE ET SE DENTAIRE D UN CONTE AMAZIGHE MAROCAIN par Ahmd Skounti L objt du présnt articl st d pr sntr ls vrsions nomad t s dntair d un cont amazigh (brb` r). L originalité du récit r sid dans l fait qu il dévlopp la th matiqu qui n constitu la tram sous dux forms distincts élabor s par dux groups d un mˆ m r gion appartnant tous ls dux à la mˆ m «tribu», n l occurrnc ls Ayt Mrghad d la vall du Gh ris du Haut-Atlas orintal marocain, l un nomad, l autr s dntair. D c fait, la notion mêm d vrsion chang d signification : loin d avoir un contnu géographiqu, c qui st gén ralmnt l sns admis, ll proc` d d un diff rnc d gnr d vi. On n manqura pas d fair appl, au cours d l analys, à d autrs vrsions du mˆ m cont priss ça tlàdans la litt ratur nord-africain d xprssion amazigh. Plusiurs qustions dmurnt toutfois pos s : y a-t-il ds cas comparabls aillurs d pr snc d dux vrsions d un mˆ m cont chz dux groups appartnant au mˆ m spac g ographiqu t diff rnts d par lur mod d vi? S agit-il d l adaptation nomad d un cont s dntair ou d l adaptation s dntair d un cont nomad? I. LES VERSIONS DU CONTE : TEXTES BILINGUES Avant d proc dr a` un analys du cont sous ss dux vrsions, j pr snt ci-apr` s sa transcription n amazigh (parlr Ayt Mrghad), sa traduction n franc ais t un brf rappl d ss qulqus autrs vrsions nord-africains. Transcription amazigh a) La vrsion nomad : agyuld um ksa d wusˇ sˇ N zzwar Ṛ bbi, ur n zzwar l qqissat ula l ḥdiyat, taguld a l qqistnn ṣṣalatu al Nnabi. n g s 153

2 Innayaš illa yuwn um ksa gur illa yuwn ugyul. Yan wass g ira ad ix ll f as nsu, ilin gurs ilifign, ig rt niugyul, innayas : «ddu ssiwḍ nn iš rwan i ifri yin illan g ari». Iwa ih zzatt ugyul ar itt ddu ; šwiy han ušš n igrasd itnan, iq jj m tifd nt ns ar tsuddum s idamm n. Innayas : «ḥla mmi agyul awa s nyinn». Innayas ugyul : «awa rqi qqad i t ttš dišrwan!» Innayas : «awa s nyi, manig sulag iš rwan aḍarinw ibby». Innayaš hat isnit. Sˇwiy han idamm n ardi suddumn. Innayas ugyul : «awa matta idamm n ddg a yamiw rḍ?» Innayas wušš n : «awa tifd ntinw ayd isuddumn!» Iwa hat ar itt ddu g ubrid allig nn iḥḍar as nsu, in ṭṭ wušš n irul, innayas : «ata iwa zuz aha mm igurran!» Innayaš izuz ugyul ard ṭṭar nt tuxsasin n iš rwan. Inna gras d igf ns ayd as ijran qqad t ing um ksa. Iqqim alligd yuwḍ um ksa, innayas : «iwa addud ha mayd gifi yaru ṛ bbi, hat ittšayi wušš n ilifign, mayd tukz diṛṛay, mayd trid a n ssk r». Innayas um ksa s uzaf : «manig trid ad aš bdug i lmut, n k hat t zlidi, han ulli qqad tr ssant!» Innayas ugyul : «ur annayg mayd tt ggaggas ad aš t id amẓ g». Innayas um ksa : «mš it id tumẓ d hat ur aš nnig aḍu». Iddu ugyul ar ittnada axbu n wušš n allig t yufa, ig n g imins ig ammi immut. Ṣṣbaḥ zik, han tušš nt t gras i wušš n, t nnayas : «ar twargag iḍ dd g is agd yuwi Ṛ bbi lgnimt ar imi n taddart, a n zzri tagr st. Gas nš rag a nraa mimš as n tt gga atts dd n šš kj m». Ddund, af nd agyul ig rd g imi n uxbu, gall is immut. Innayas wušš n:«an zdy aw jjimnn m d win ugyul, ar am siwing ar tl ddyd ard t n šš kj m».t nnayas : «awddi taw jjimtinw smarn as yinẓadn, t ttšatts tarwa, winš ayd igan». Hat tasy tušš nt ar tz ddy aw jjim n wušš n g r win ugyul allig t ntm n s tmukrisin. T nnayas : «iwa ldy ad ašn awn g». Ar in zz g wušš n ; imm št gugyul gall is da itt ddu šwiy imm rḥal ugyul, ishurr ḍ, izzug rr ušš n. T nnayas tušš nt : «awa amẓ sizrkan d iw ršan aha li!» Innayasd wušš n : «ata aynna s umẓ g yukkufd a mm twirga fḍ ḥnin!» Iwa lḥ dda yuwḍ nn ugyul as nsu, innayas um ksa i wušš n : «iwa mimš aš dgi tt ggag i lmut? idd ad aš ng rs n ssnuš g wafa, midd aš nuzu n rẓ m aš?» Innayas wušš n : «uzuti t rẓ mmi agitt i t ss kr m!» Uzunt rẓ mn as. Iddu iggafy i ari ar nil uxbu n tušš nt. T ff gd g r imi n uxbu ar as t qqar : «aha bu lq fḍan indg az gg w ag, awa mani li?» Innayasd : «ata n ttad aya! Mš ib dda art kkatn ṭṭyur, ig w jd maw gnas iw ṭfan!» T nnayas : «awa is ur t mmutt, iwa adud hat ša ur ijri!» Lḥ dda yuwḍts dd, t sguyy i luhuš : «bibiw! J madd a n g taẓ nnart i li!» Imiḥ han luhuš : izmawn, uššann, 154

3 tiwtal, abgurn, ilban, ig w ilasn... T inẓ d ns, t ssk r taẓ nnart i li. nnayasn : «inẓ d a luhuš!» Ku yuwn iš as Zrigts nn g šš rḍ, ddugdgl hna, art n kkatg sis lliwn, arid kkatn s mayd irwan. b) La vrsion s dntair : agyul d wušš n N zzwar Ṛ bbi ur n zzwar l qqissat ula l ḥdiyat taguld a l qqist nn g s ṣṣalatu al Nnabi. Illa yuwn ugyul gur llan ix ddamn as ib nnun. Iddu igasn agrum yam st s wudi yasit. Iddu allig ira ad inḍ w asif yaf nn ušš n ; innayas : «ḥla mmi agyul ss nḍwi is i t ngat fd nt» (mar ad as itt š agrum). Innayas : «mimškss nḍawg a yušš n? Qqad i t tš dim šli n imšgaln!» Innayas : «ur t gg w idt!» Inš rig r ušš n s tadawtns. Innayas wušš n : «awid ad aš amẓ g ib rmi». Innayaš da ittam ẓ yat tugrift ig rts g r imi ar isuddum wudi s ašal. Innayas : «aha yawa axsidd is dayi t ttad im šli n imšgaln?» Innayas : «awa idamm nnt fd ntinu aynnagnn iṭṭarn». Allig ifukka, g inḍ w asif, igras aynna n ib rmi innayas : «hrr! tšigt i babnn š!» Iddunn ugyul s ix ddamn nnanas : «mani agrum?» Innayasn : «itšayit wušš n!» Nnanas : «iwa ddu ad agd tamẓ dušš nng d ddu gagd wayḍ ugrum». Innayasn : «ad aw nd amẓ g ušš n». Iddu s imi n uxbu n tušš nt ig n dinnag. Tsiggd tušš nt t nnayas : «awa addud a li yuwyagd Ṛ bbi ddabt ar imi n uxbu!» Isiggd innayas : «iwa ṣb r a nraa mayd as n tt gga. Ad tk rs d tawjjimtinu d wins ar nn th zzad š mm g igf ard ag nn ikj msag nsu ar n tt tta». Ar istittiy ugyul ad iraa ist mn hilli. Allig iss nist mn, inš ris rr ḥ i umad l. Ttf as tušš nt : «awa am ẓ siz rkan d iw ršan a li!» Innayasd : «aynna s š bbr g yukkufd a mm twirga fḍ ḥnin!» Yawyasn tinn i ix ddamn, nnanas : «idd ad aš ng rs mid aš nuzu n rẓ maš?» Innayasn : «uzuyati t rẓ mmi!» Art ttuzun allig as kks nab ṭṭan, rẓ mns. Ift l i tsaw nt, tsiggd tušš nt, t nnayas : «awa idd linu ayind g d ilsan lq fḍan az gg w ag?» Innayas : «ata n ttan aya, awid šan wustu ad i tg dšan tẓ nnart». T nnayas : «bibiw! inẓ d a luhuš an g taẓ nnart i li!» Imih ha luḥuš ddand, š n ku yuwn inẓ ḍ, t ẓḍas taẓ nnart i li. Traduction 1 a) La vrsion nomad : L aˆn, l brgr t l chacal Nous mttons dvant nous Diu t n mttons ni ls conts ni ls r cits, puiss notr cont commncr par la pri` r sur l Proph` t. 1. Il sra référé ci-dssous aux dux vrsions d notr cont par Ayt Mrghad I pour la vrsion nomad t Ayt Mrghad II pour la vrsion sédntair. 155

4 On racont qu un brgr avait un aˆ n. Un jour qu il voulait conduir l troupau vrs la montagn, ayant ds b bés agnaux, il ls mit sur l dos d l aˆ n t lui dit : «tu mm` nra ls ptits jusqu a` ctt grott là-haut dans la montagn». L aˆ n partit aussitoˆ t. Soudain, un chacal ayant mordu son ortil vint à sa rncontr. Il lui dit : «chr oncl Aˆ n, pux-tu m portr». L aˆ n r pondit : «laiss moi tranquill Chacal, tu vas mangr ls agnaux!» L chacal s n d fndit n disant : «ports-moi donc, qu ai-j a` m occupr d ptits agnaux alors qu mon ortil saign!» L aˆ n dit : «laiss-moi, j ai du mal a` t croir ; toi t ls brbis êts ds nnmis jur s». Mais il accpta tout d mˆ m d l portr. Il marcha pour qulqu tmps puis constata qu ds goutts d sang tombaint. Il lui dit alors : «qu st-c qu c st qu c sang oˆ! traıˆ tr». L chacal r pondit : «c st mon ortil qui saign, voyons!» L aˆ n rpartit sur l chmin d la grott. Quand il arriva a` proximit d cll-ci, l chacal sauta t courut vit non sans avoir lanc à l intntion du bourricot : «scou-toi donc oˆ!bêt aux longus orills!» L aˆ n trssaillit si fort qu ls tˆ ts ds pauvrs agnaux tomb` rnt par trr. Il s dit qu apr` s c qui vint d lui arrivr, l brgr l turait. Il dmura sur plac jusqu a` l arriv d clui-ci auqul il s adrssa n disant : «c tait crit, qu st c qu tu n pns, qu vux-tu qu nous fassions?» Furiux, l brgr lui dit : «par qul bout vais-j commncr pour t tur? A` pr snt tu m as lés ; ls brbis n vont pas arrˆ tr d bêlr». L aˆ n dit : «j n vois pas c qu j dois fair sauf d t l prndr». L brgr dit : «si tu arriv à l ramnr, j n ai rin dit». L aˆ n s mit aussitoˆ ta` la rchrch d la tani` r du chacal jusqu a` c qu il la trouv, s coucha dvant l ntr t fit l mort. Toˆ t l matin, Dam chacal dit a` clui-ci : «j ai rˆ v ctt nuit qu Diu nous a fait don d un sacr paˆ tur pour passr l hivr. Tu n as qu a` t lvr pour qu nous puissions voir commnt la fair ntrr». Ils sortirnt t trouv` rnt l aˆ n tndu par trr dvant l ntré; ils crurnt qu il était mort. L chacal dit a` Dam chacal : «nous allons lir ta quu a` la sinn, tu tirras t j t aidrai». La fmll lui dit : «mon viux, ma quu a prdu ss poils, ls matrnit s ont n u raison, la tinn srait plus indiqu!» Et puis ll s mit a` lir avc forc nœuds la quu du chacal à cll d l ân puis dit au chacal : «t maintnant tir qu j t aid!». L chacal s mit a` tirr t quand l aˆ n bouga, il crurnt qu c tait a` caus d ux. Soudain, l aˆ n, s lva t dévala la pnt n brayant t n traînant l chacal. Dam chacal lui dit : «accrochs-toi oˆ Aˆ li a` l armois t à l alfa!» Il lui r torqua : «tout c a` quoi j m accroch s déracin oˆ! cll aux rˆ vs catastrophiqus!» Lorsqu il parvint aupr` s du brgr il lui dit : «d qull fac on vux-tu qu tu sois tu : vux-tu qu tu sois égorg t qu on t cuis au fu, ou` qu on t corcha t qu on t rlaˆ ch?» L chacal dit : «si vous m corchz t m rlaˆ chz, c st la` qu vous m aurz!» Ils l corchèrnt t l rlaˆ ch` rnt. Il s n alla, rmonta la pnt t s arrêta dvant la tani` r. Dam chacal sortit t l appla : «oˆ! clui au caftan roug, n aurais-tu pas vu Aˆ li?» Il r pondit : «oˆ! cll-la`, c st lui- 156

5 mˆ m : s il rst dbout, ls oisaux l piqunt t s il s assoi, ls fourmis l mordillnt». Ell lui dit : «oˆ! toi, n s-tu pas mort, vins alors, rin n st a` déplorr». Lorsqu il arriva, ll appla ls animaux sauvags : «Au scours! Rassmblz-vous pour qu nous fabriquions un burnous pour Aˆ li!» Aussitoˆ t arriv` rnt lions, chacals, li` vrs, rnards, écuruils, panth` rs... Ell lur dit : «un poil chacun!» Ils donn` rnt chacun son poil t ll tissa un burnous au chacal. J ls ai laiss s dans l anarchi t suis vnu n paix. J lur ai lanc ds cailloux t ux m ont lanc touts sorts d bonns choss. b) La vrsion s dntair : l aˆn t l chacal Nous mttons dvant nous Diu t n mttons ni ls conts ni ls r cits, puiss notr cont commncr par la pri` r sur l Proph` t. Il y avait un aˆ n pour qui ds ouvrirs construisaint [un maison]. Il s n alla lur pr parr du pain qu il oint d burr fondu t qu il lur amna. Il partit t quand il voulut travrsr la rivi` r, il trouva là un chacal. Clui-ci lui dit : «s il t plaıˆ t oncl Aˆ n fais-moi travrsr car mon ortil m fait mal!» (pour qu il lui mang l pain). L aˆ n lui dit : «commnt t frai-j travrsr Chacal, tu va mangr l rpas ds ouvrirs!» Il lui dit : «n ai pas pur!» Il mit l chacal sur son dos. Clui-ci lui dmanda l plat pour l n d chargr. On racont qu il prnait un crˆ p, la mttait dans sa guul tandis qu ds goutts d burr tombaint par trr. Il lui dit : «oˆ! toi, n mangs-tu pas l rpas ds ouvrirs?» Il r pondit : «oh! c st l sang d mon ortil qui tomb». Quand il ut trminé [d mangr], qu il s trouva sur l autr riv, il lui jta l plat [vid] t lui dit : «hrr! j l ai mang [ton rpas]». L aˆ n arriva aupr` s ds ouvrirs qui lui dirnt : «ou` st l pain?» Il r pondit : «l chacal l a mangé!» Il lui dirnt : «alors vas-t n rattrapr l chacal ou vas-t n nous pr parr un autr rpas!» Il alla jusqu a` l ntr d la tani` r d Dam chacal t s coucha la`. Dam chacal sortit t dit : «vins oˆ!aˆ li, Diu nous a apporté un cadavr jusqu a` l ntr d la grott!» Il jta un coup d œil t dit : «attnds qu on voit c qu on put fair». Il dit : «tu lira ma quu a` la sinn t tu poussra sa tˆ t jusqu a` c qu il rntr t nous mangrons». L aˆ n scoua snsiblmnt pour voir si ll ls avait bin li s. Quand il sut qu ll ls avait bin li s, il s lva, d vala la pnt. Dam chacal cria a` plusiurs rpriss : «accroch-toi a` l armois t à l alfa oˆ!aˆ li, tu s parti». Il lui r pondit : «tout c à quoi j m accroch s déracin oˆ! cll aux rˆ vs catastrophiqus!» Il l ramna aux ouvrirs qui lui dirnt : «vux-tu qu nous t gorgions ou qu nous t corchions t t rlaˆ chions?» Il lur dit : «corchz-moi t rlâchzmoi!» Il l écorch` rnt t l laiss` rnt partir. Il rmonta la pnt. Dam chacal jta un coup d œil t lui dit : «oˆ! toi, st-c mon Aˆ li a` moi qui st la` portant un caftan roug?» Il dit : «oˆ! toi, c st lui-mˆ m ; apport ds fils d tram t 157

6 confctionn-moi un burnous». Ell appla ls animaux sauvags : «au scours! un poil chacun». Ls animaux arriv` rnt, lui donn` rnt chacun un poil t ll tissa l burnous du chacal. Autrs vrsions du cont Plusiurs vrsions d c cont ont ét rcuillis durant la p riod colonial, notammnt n Alg ri t au Maroc. La plus ancinn, smbl-t-il, st cll pr snt par R. Basst dans ss Conts populairs brb`rs 2 ; or ctt vrsion st incompl` t puisqu ll s arrˆ t quand l chacal abandonn l aˆ n apr` s lui avoir jou son mauvais tour. Un vrsion bilingu Bni Snous figur dans l E tud sur l dialct brb`r ds Bni Snous d E. Dstaing 3. Pour l Maroc, j ai pris ls vrsions Ntifa t Bni Mguild ds Conts brb`rs du Maroc d E. Laoust 4. L tablau ci-dssous prmt d avoir un id comparativ ds diff rnts vrsions du cont : Vrsion/ E pisods D cor Prsonnags objts Forfait du chacal Chaˆ timnt t d noumnt Ayt Mrghad I montagn grott tanièr aˆ n ; chacal ; agnaux ; brgr ; dam chacal ; animaux sauvags a mang ls agnaux corch vif t laˆ ch ; sauv par dam chacal Ayt Mrghad II oud maison (n construction), tani` r aˆ n ; chacal ; pain burr ; ouvrirs ; dam chacal ; animaux sauvags a mang l pain burr corch vif t laˆ ch ; sauv par dam chacal Ayt Mguild Kabyli Ntifa Bni Snous campmnt tanièr aˆ n ; chacal ; agnaux ; brgr ; dam chacal a mang ls agnaux avugl, corch vif t laˆ ch ; murt champs (?) villag (?) tanièr aˆ n ; chacal ; lait-figuspain ; homm/ fmm ; ouvrirs aˆ n ; chacal ; burr-mouton ; fmm ; fill mari a mang ls a mang l figus, l pain burr t l t bu l lait mouton villag (?) tanièr aˆ n ; chacal ; pain-lait ; frmirs ; dam chacal a mang l pain t bu l lait s sauv... bruˆ l vif corch vif t laˆ ch 2. R. Basst, 1887, Conts populairs brb`rs, rcuillis, traduits t annot s, Paris : E. Lroux, p E. Dstaing, 1907, E tud sur l dialct brb`r ds Bni Snous, Paris : E. Lroux, vol. 1, pp E. Laoust, 1949, Conts brb`rs du Maroc, traduits t annot s, Paris : Laros, pp & Sul la vrsion Ntifa st traduit par l autur qui, a` la plac d cll ds Bni Mguild, rapport un vrsion chluh du mêm cont pris d son Cours d brb`r marocain, p

7 Si la parnt ntr ls diff rnts vrsions du cont Ayt Mrghad st ind - niabl, il n n dmur pas moins qu l sort qu lls r srvnt au chacal pos plus d un qustion. Dans nos dux vrsions, l id cl st la suivant : l chacal st un animal dangrux ; la pruv n st qu sa toison st fait d l association ds poils d tous ls animaux sauvags. N n dit-on pas qu il a un poil d lion! Et sitoˆ t c d tail voqu, l intrlocutur st syst matiqumnt rnvoy, d mani` r mn moniqu, a` l nsmbl du r cit. Or, pourquoi ls autrs vrsions ignornt-lls l dénoumnt qui suppos ctt évocation? S agit-il d un omission involontair ou, au contrair, d un d sir d r srvr au chacal, nnmi jur ds animaux domstiqus, l plus irr m diabl ds chaˆ timnts? II. LE CONTE ET SON DOUBLE Circonstancs d la narration Ls dux vrsions I t II du cont Ayt Mrghad ont ét rcuillis à Timatdit dans l haut Gh ris, la prmi` r l 28/9/1989 t la scond l 8/8/ L int rˆ t du cont r sid, non pas tant dans sa valur d documnt d litt ratur oral, mais surtout dans l fait qu nomads t s dntairs n détinnnt chacun lur vrsion propr. La contus d la vrsion s dntair était tout autant étonn qu ls mmbrs d sa bll-famill quand ls dux partis apprirnt l xistnc d un autr vrsion d lur cont. Dans un climat d raillris t d mrvillmnt tout nsmbl, son r cit fut sans css intrrompu par ls obsrvations ds uns t ds autrs mttant davantag l accnt sur ls divrgncs qu sur ls convrgncs xistant ntr ls dux «conts». Ell n manquait toutfois pas d r torqur a` chaqu objction n pr cisant qu tl ou tl d tail rlvait ou non d son cont a` ll. Par xmpl : «c st du pain nduit d burr qu il port t non ds agnaux!» ; ou ncor «c sont ds ouvrirs t non un brgr qui sommnt l aˆ n d allr chrchr t rapportr l chacal!». Assailli d touts parts, ll s xasp ra t dit pour mttr fin a` la pol miqu : «votr cont st tr`s diff rnt du notr!», avant d achvr son r cit. On comprndra d` s lors qu son cont ait ét snsiblmnt abr gé, surtout à la fin. D plus, ll omit d trminr par la formul d cloˆ tur. 5. La vrsion nomad st du a` Lârbi O., nomad sédntarisé, la vrsion sédntair à Fatima A., son épous, sédntair onginair d un villag voisin. 159

8 Contrat t transgrssion Hormis la vrsion kabyl incompl` t (n compt qu a t b ds élémnts cidssous), l r cit s articul autour d quatr tmps forts qu l analys n trms d contrat t d sa transgrssion 6 prmttnt d fair rssortir : a) L contrat 1 Il st pass ntr l aˆ n t son maıˆ tr (ou ss maıˆ trs slon ls vrsions). Il consist pour l prmir a` fair parvnir a` dstination un chargmnt. L contrat 1.1 Il mt n rapport dux partis, l ân t l chacal (dans l cont Ntifa, la pr snc d la fmm n chang rin). L prmir consnt a` portr l scond a` la condition d n pas touchr au chargmnt. Transgrssion du contrat 1.1 L chacal, xploitant la naı vt d l aˆ n, mang ls produits qu il transport. b) Transgrssion du contrat 1 L aˆ n n a pas fait parvnir l chargmnt à dstination. c) L contrat 2 L aˆ n s mt d accord avc son maıˆ tr pour attrapr l chacal t l lui amnr. d) Rspct du contrat 2 L aˆ n ram` n l chacal. La transgrssion du contrat 1.1 ntraıˆ na automatiqumnt cll du contrat 1. L aˆ n, mnac par son maîtr, parvint à rmplir l contrat 2. Exploit rarissim pour un animal singulir mais très dénigr dans ls rpr sntations socials pour sa niaisri t sa crédulit. 6. Un application structuralist, déja` ancinn, d c modèl st illustrc par Ph. d Lajart, 1974, «Du cont facétiux considér comm gnr : squiss d un analys structural», Ethnologi franc ais, IV, 4 :

9 III. UN CONTE D OPPOSITIONS Dux oppositions cntrals puvnt êtr rlv s dans l pr snt cont, l un au travrs d un comparaison d ss différnts vrsions rtnus, l autr au nivau ds vrsions Ayt Mrghad puisqu lls sont ls suls a` rtnir l motif d la confction d un nouvll toison pour l chacal. L opposition agricultur/pastoralism Ls él mnts du chargmnt d l aˆ n mang s par l chacal r f` rnt d mani` r tout à fait xplicit au gnr d vi ds groups ou r gions concrn s. Rapplons-ls sous form d tablau : Vrsion Ayt Mrghad I Ayt Mrghad II Kabyl Ayt Mguild Bni Snous Ntifa E l mnts agnaux pain burré pain, figus, lait agnaux pain, lait burr, mouton Dux groups d produits s d gagnt a` la lctur du tablau ci-dssus : d un coˆ t ds produits d lvag nomad (agnaux dans ls vrsions Ayt Mrghad nomads t Ayt Mguild), d l autr ds produits d agricultur (pain ssntillmnt dans ls vrsions Ayt Mrghad s dntairs, kabyl, Bni Snous), associ s à ds produits d arboricultur (vrsion kabyl). Ctt opposition cntral ntr dux gnrs d vi st clairmnt nuancé dans l cas d la vrsion Ntifa par l introduction du coupl burr/mouton qu l on put intrpr tr comm un r f rnc a` un pratiqu d transhumanc. Dans ls autrs vrsions s dntairs (kabyl, Ayt Mrghad II, Bni Snous), ll n l st qu implicitmnt par la pr snc d produits d un lvag s dntair (lait, burr). C qu j appll l décor dans l prmir tablau, a` la suit d P.-H. Savignac 7, prmt galmnt d appuyr ctt opposition cntral agricultur/pastoralism. On dvin, n fft, d un coˆ t un campmnt t un action d décampmnt (vrsions Ayt Mrghad I t Ayt Mguild), d l autr ds 7. Cf. P.-H. Savignac, 1978, Conts brb`rs d Kabyli, Montréal : Prsss d l Univrsit d Québc, p

10 champs (vrsions kabyl t Bni Snous), tandis qu il st fait xplicitmnt r f rnc à la construction d un maison dans la vrsion Ayt Mrghad II. L opposition mond animal/mond humain L chacal st l h ros incontst d un kyrill d conts amazighs qui m ritnt bin l nom d Cycl du Chacal qu ils rc oivnt dans ls corpus d conts. Animal ambigu, dangrux t craintif a` la fois, il particip d un mond ou` r` gn la sauvagri par opposition au mond ds humains. R. Basst écrivait a` son compt : «l narratur brb` r aim a` voir l plus rusé ds animaux tombr dans ls pi` gs qu lui tndnt l coq, la prdrix ou l hérisson» 8. Dans notr cont, c st l aˆ n, ctt fois-ci, qui triomph d clui qu P. Bourdiu nomm a` just titr un «hors-la-loi» 9. Cpndant, il faut bin soulignr au moins dux ntorss apport s à l opposition trop étanch ntr mond animal t mond humain. Cci st vrai sulmnt pour ls vrsions Ayt Mrghad I t II. La prmi` r st ctt solidarit dont font pruv tous ls animaux a` l appl d dam chacal. Ils apportnt chacun un poil pour sauvr un congénèr corch mnac par la mort. La scond st l tissag, activit dont suls ls humains sont capabls, t qui prmt d confctionnr un toison tout nuv au chacal. Dans ls dux cas, il y a d évidnc un projction du mond humain (form d organisation [solidarité], activit [tissag]) sur l mond animal. Mˆ m l objt confctionn st mprunt au mond ds humains, n l occurrnc l burnous. Il n st pas jusqu a` la division sxull du travail qui n ait t rspct : dam chacal tiss pour l chacal tout comm la fmm l fait pour son mari. AHMED SKOUNTI 8. R. Basst, op. cit., p. XI. 9. P. Bourdir, 1980, L sns pratiqu, Paris : Minuit, p

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

au Point Info Famille

au Point Info Famille Qustion / Répons au Point Info Famill Dossir Vivr un séparation La séparation du coupl st un épruv souvnt longu t difficil pour la famill. C guid vous présnt ls différnts démarchs n fonction d votr situation

Plus en détail

Les ressources du PC

Les ressources du PC Modul 2 Ls rssourcs du PC Duré : 2h (1 séanc d 2h) Ctt séanc d dux hurs suit l ordr du référntil d compétncs du portfolio rattaché à c modul (v. portfolio du modul 2). Votr ordinatur PC st un machin composé

Plus en détail

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO isr la t l t t zon iqur nt TVA t Systèms d Information Rtour d xpérinc d ntrpris A3F - 26 mars 2015 Hélèn Prci du Srt COFELY INEO Pour Sup Ins À p NB. M 30/03/2015 Sommair isr la t l t t zon iqur nt I

Plus en détail

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved.

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved. Matériau pour grff MIS Corporation. All Rights Rsrvd. : nal édicaux, ISO 9001 : 2008 atio itifs m rn pos méd int i dis c a u x 9 positifs 3/42 té ls s dis /CE ur r l E. po ou u x U SA t s t appr o p a

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

Par les délégués des 4 èmes Dans le cadre de la Commission Restauration

Par les délégués des 4 èmes Dans le cadre de la Commission Restauration Info Rsto Mai - Juin 2011 Par ls délégués ds 4 èms Dans l cadr d la Commission Rstauration Editorial Jûnr st dvnu à la mod. En tout cas, mangr très pu l st. Pour simplifir, ls fills n mangnt pas pour «fair

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION Ls informations donnés nécssairs pour traitr votr candidatur rstront confidntills. Un dossir incomplt n put êtr xaminé. C dossir d candidatur rst soumis à l approbation

Plus en détail

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek Commnt utilisr un banqu n Franc c 2014 Fabian M. Suchank Créditr votr compt: Étrangr Commnt on mt d l argnt liquid sur son compt bancair à l étrangr : 1. rntrr dans la banqu, attndr son tour 2. donnr l

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

Participez au projet novateur e-health des pharmacies

Participez au projet novateur e-health des pharmacies Participz au projt novatur -Halth ds pharmacis my-mdibox - l application médicamnts pour pharmacis t patints avc d nombruss prstations complémntairs V2.00_11_2013 Notr publicité actull : Et voici é t n

Plus en détail

PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER

PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER Partnrs nd Bo us Marcq- n-b Tourc oin g aroul Ro ub La Mad la Ré pu bl u iq a ix www360courtagfr nu d lin Av Lill Dmand Partn rs ASSURÉ 1 4)4³ %43 )'%- 2%3% s )$% ASSURÉ

Plus en détail

Exercice 1 :(15 points)

Exercice 1 :(15 points) TE/pé TL Elémnts d corrction du D. n 2 du Vndrdi 2 0ctobr 2012 sans documnt, avc calculatric 1h1min Ercic 1 :(1 points) À l occasion d un fstival culturl, un agnc d voyags propos trois typs d transport

Plus en détail

( ) PROBLEME 1 : ASSOCIATION DE CIRCUITS RC. 6 septembre 2014. I Réponse indicielle d un circuit RC PC*1 / PC*2 / PC DEVOIR SURVEILLE DE PHYSIQUE N 1

( ) PROBLEME 1 : ASSOCIATION DE CIRCUITS RC. 6 septembre 2014. I Réponse indicielle d un circuit RC PC*1 / PC*2 / PC DEVOIR SURVEILLE DE PHYSIQUE N 1 P* / P* / P DEVOI SUVEILLE DE PHYSIQUE N 6 sptmbr 4 POBLEME : ASSOIATION DE IUITS On analys, à laid dun oscilloscop, l circuit ci-contr comportant un génératur d tnsion E,r ( ), rprésnté dans l cadr pointillé,

Plus en détail

Fonction logarithme exercices corrigés

Fonction logarithme exercices corrigés Trminal S Fonctions Logarithms Vrai-Fau Fonction ln, EPF 6 Equation, Franc 4 4 Dérivés t ln 4 5 Primitivs t ln 6 Calcul d limits 5 6 7 Résolution (in)équations 7 8 Avc ROC 8 9 Dérivation t ncadrmnt 9 Fonction+équation,

Plus en détail

Le domaine national de Saint-Cloud

Le domaine national de Saint-Cloud P a r c o u r s d é c o u v r t L domain national d Saint-Cloud P a r i S / Î L - d - F r a n C j u n p u b l i c L domain national d Saint-Cloud Bonjour t binvnu au domain national d Saint-Cloud. J suis

Plus en détail

Guide de correction TD 6

Guide de correction TD 6 Guid d corrction TD 6 JL Monin nov 2004 Choix du point d polarisation 1- On décrit un montag mttur commun à résistanc d mttur découplé, c st à dir avc un condnsatur n parallèl sur R. La condition d un

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN

CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN Châtillon, LE «PARIS» D UN AVENIR TRANQUILLE Aux ports d la capital s cach un ndroit rmarquabl : la vill d Châtillon, dynamiqu t accuillant,

Plus en détail

Bloc 1 : La stabilité, une question d équilibre

Bloc 1 : La stabilité, une question d équilibre Bloc 1 : La stabilité, un qustion d équilibr Duré : 3 hurs Princips scintifiqus Ls princips scintifiqus s adrssnt aux nsignants t aux nsignants. Structur Un structur st un form qui résist aux forcs qui,

Plus en détail

UNE AVENTVRE DE AGILE & CMMI POTION MAGIQUE OU GRAND FOSSÉ? AGILE TOVLOVSE 2011 I.VI VERSION

UNE AVENTVRE DE AGILE & CMMI POTION MAGIQUE OU GRAND FOSSÉ? AGILE TOVLOVSE 2011 I.VI VERSION UN AVNTVR D AGIL & CMMI POTION MAGIQU OU GRAND FOÉ? AGIL TOVLOV 2011 VRION I.VI @YAINZ AKARIA HT T P: / / W WW.MA RTVIW.F HT T P: / / W R WW.KIND OFMAG K.COM OT @ PAB L OP R N W.FR MARTVI. W W W / :/ P

Plus en détail

L environnement Windows et la gestion des dossiers et fichiers

L environnement Windows et la gestion des dossiers et fichiers Modul 3 L nvironnmnt Windows t la gstion ds dossirs t fichirs Duré : 6h (3 séancs d 2h) Ls trois séancs d dux hurs s articulnt d la façon suivant : Séanc 1 : comprndr l fonctionnmnt d Windows t s rpérr,

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry avril EXERCICE Commun à tous ls candidats Parti I points. L ax ds ordonnés st asymptot à C au voisinag d ; la fonction étant décroissant sur ] ; + [, la limit quand

Plus en détail

Solution de communication d entreprise Aastra

Solution de communication d entreprise Aastra Solution d communication d ntrpris Aastra Téléphons mobils sur l Aastra 400 dès R.0 Mod d mploi Plats-forms priss n charg: Aastra 45 Aastra 430 Aastra 470 C mod d mploi décrit l intégration ds téléphons

Plus en détail

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N 382 - Janvir 212 Trritoir Croissancs du parc principal t d la propriété s confondnt n Il-d-Franc La croissanc du nombr d résidncs principals s maintint dpuis 1999 grâc

Plus en détail

Sommaire G-apps : Smart fun for your smartphone!

Sommaire G-apps : Smart fun for your smartphone! Sommair G-apps : Smart fun for your smartphon! Sommair Présntation G-apps Pourquoi choisir G-apps Sctorisation t sgmntation d marchés Votr accompagnmnt clints d A à Z ou à la cart Fonctionnalités G-apps

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

Structures et mécanismes

Structures et mécanismes Structurs t mécanisms Bloc 1 : L rndmnt, c st important Duré : 3 hurs Princips scintifiqus Ls princips scintifiqus s adrssnt aux nsignants t aux nsignants. Il xist six machins simpls, soit l lvir, la

Plus en détail

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle Projt d soutin CSFP/OFFT cas managmnt Formation profssionnll Cas managmnt Formation profssionnll CM FP C documnt st conçu comm un aid pour la mis n plac du cas managmnt Formation profssionnll. Il a un

Plus en détail

Partie II Section A: Compréhension orale (Valeur: 25%)

Partie II Section A: Compréhension orale (Valeur: 25%) Parti II Sction A: Compréhnsion oral (Valur: 25%) Tâch 1 (5%) Rgardz attntivmnt ls imags ci-dssous. Pour chaqu group d quatr imags, vous allz ntndr dux fois un phras. Ombrz la lttr corrspondant à la millur

Plus en détail

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie Ls maisons d santé pluridisciplinairs n Haut-Normandi tiq Guid pra u EDITO Dans 10 ans, l déficit d médcins sra réllmnt problématiqu si l on n y prnd pas gard. D nombrux généralists quinquagénairs n trouvront

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique 16 mai 2014 Journé d échangs tchniqus sur la continuité écologiqu Pris n compt d critèrs coûts-bénéfics dans ls étuds d faisabilité Gstion ds ouvrags SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU Gstion ds ouvrags

Plus en détail

e x o s CORRIGÉ 07-01 ... Chapitre 7. La conduite du diagnostic 1. Bilan fonctionnel par grandes masses Bilan fonctionnel de la société Bastin

e x o s CORRIGÉ 07-01 ... Chapitre 7. La conduite du diagnostic 1. Bilan fonctionnel par grandes masses Bilan fonctionnel de la société Bastin ................................................... Chapitr 7. La cnduit du diagntic CORRIGÉ 07-01 1. Bilan fnctinnl par grand ma Bilan fnctinnl d la ciété Batin Empli tabl 3 900 Rurc prpr 3 870 Actif

Plus en détail

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé Séri n 3 d Elctrocinétiqu : Régim sinusoïdal forcé Exrcic n 1 : Résonanc n tnsion d un circuit RLC parallèl 1.\ Détrminr l équation différntill qui régi l évolution d u(t). 2.\ Exprimr l amplitud complx

Plus en détail

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet*

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet* Santé t protction social 7 Un mauvais santé augmnt fortmnt ls risqus d prt d mploi Flonc Jusot, Myriam Khlat, Thirry Rochau, Cathrin Srmt* Un actif ayant un mploi a baucoup plus d risqus d dvnir inactif

Plus en détail

Titrages acidobasiques de mélanges contenant une espèce forte et une espèce faible : successifs ou simultanés?

Titrages acidobasiques de mélanges contenant une espèce forte et une espèce faible : successifs ou simultanés? Titrgs cidobsiqus d mélngs contnnt un spèc fort t un spèc fibl : succssifs ou simultnés? Introduction. L'étud d titrgs cidobsiqus d mélngs d dux ou plusiurs cids (ou bss) st un xrcic cournt [-]. Ls solutions

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

f n (x) = x n e x. T k

f n (x) = x n e x. T k EXERCICE 3 (7 points) Commun à tous ls candidats Pour tout ntir naturl n supériur ou égal à, on désign par f n la fonction défini sur R par : f n (x) = x n x. On not C n sa courb rprésntativ dans un rpèr

Plus en détail

Une conférence de la communauté Dirigeants de PME-PMI de Grenoble Ecobiz

Une conférence de la communauté Dirigeants de PME-PMI de Grenoble Ecobiz Un conférnc d la communauté Dirigants d PME-PMI d Grnobl Ecobiz Sécurité dans l ntrpris : un obligation d résultat L cadr réglmntair d la sécurité dans l ntrpris tnd à s durcir t à rtnir d plus n plus

Plus en détail

Réseau des bibliothèques du Pays de Pamiers Guide du Numérique

Réseau des bibliothèques du Pays de Pamiers Guide du Numérique Réau d bibliothèqu du Pay d Pamir Guid du Numériqu Sit Intrnt du réau d lctur http://www.pamir.raubibli.fr C qu vou pouvz fair dpui notr it Intrnt : EXPLORER LE CATALOGUE : Plu d 80 000 documnt ont à votr

Plus en détail

Spécial INITIAL 2013 / 2014

Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mon guid étudiant Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mot d la dirction A l ESCG Paris, vous débutz votr carrièr profssionnll dès la 1r anné. L dispositif ainsi qu la pédagogi mis n ouvr à l ESCG Paris a fait

Plus en détail

«COMBATTRE LES BLEUS» Ce que signifie le programme social des Conservateurs pour les femmes

«COMBATTRE LES BLEUS» Ce que signifie le programme social des Conservateurs pour les femmes «COMBATTRE LES BLEUS» C qu signifi l programm social ds Consrvaturs pour ls fmms La 13 Conférnc national d la condition féminin du CTC Documnt d conférnc L hôtl Crown Plaza Ottawa L hôtl Ottawa Marriott

Plus en détail

Garantie des Accidents de la Vie - Protection Juridique des Risques liés à Internet

Garantie des Accidents de la Vie - Protection Juridique des Risques liés à Internet Résrvé à votr intrlocutur AXA Portfuill : CR012764 N Clint : 1 r réalisatur : Matricul : 2 réalisatur : Matricul : Intégr@l Garanti ds Accidnts d la Vi - Protction ds Risqus liés à Intrnt J complèt ms

Plus en détail

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques 6 Dossir Hébrgmnts Ls hébrgmnts d patints dans ds srvics hospitalirs dont n rlèv pas dirctmnt lur pathologi sont rlativmnt fréqunts, n raison d la pénuri d lits dans crtains spécialités. Cs situations

Plus en détail

Impôts 2012. PLUS ou moins-values

Impôts 2012. PLUS ou moins-values Impôt 2012 PLUS ou moin-values SUR VALEURS MOBILIÈRES ET DROITS SOCIAUX V v ti t à d f co o OP m à l Et L no di (o 20 o C c tit po Po c c or o o ou c l ou d 2 < Vou avz réalié d cion d valur mobilièr t

Plus en détail

PAR. été 2014. Les Affaires Plus

PAR. été 2014. Les Affaires Plus s, nag un é m t st ds cs é étai n l i n na rb la c Pou r ls fi Et si amill. f gér -têt r sa ntr r s ifi cas onsidé ptit E sign c d m un nd PM ants. f a com? Qu an, n RD pris, mam SA ES a L p TE pa ET CH

Plus en détail

Bénévole pour quoi? N 20 - Sommaire. N 20 - Déc 08. v d s. f www.e-volontaires.org/rennes. 315 bénévoles désormais, et on s'arrête là pour l'instant.

Bénévole pour quoi? N 20 - Sommaire. N 20 - Déc 08. v d s. f www.e-volontaires.org/rennes. 315 bénévoles désormais, et on s'arrête là pour l'instant. N 20 - Déc 08 v l'af d s o f ls in Touts jour sur miss A Rnns www.-volontairs.org/rnns Bénévol pour quoi? 315 bénévols désormais, t on s'arrêt là pour l'instant. On s'arrêt car vous êts un bonn soixantain

Plus en détail

CENTRE FRANCO-ONTARIEN DE RESSOURCES PÉDAGOGIQUES

CENTRE FRANCO-ONTARIEN DE RESSOURCES PÉDAGOGIQUES Éditions Éditions Bon d command 015-0 un pu, baucoup, à la foli! Format numériqu n vnt au www. 006-009, Éditions CFORP, activités AVEC DROITS DE REPRODUCTION. 08:8 Pag 1-1 r un pu, baucoup, a la foli!

Plus en détail

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP ADMINISTRATEURS DE BIENS ET AGENTS IMMOBILIERS Compagni Europénn d Garantis t Cautions 128 ru La Boéti 75378 Paris Cdx 08 - Tél. : +33 1 44 43 87 87 Société anonym

Plus en détail

Raffinement de modèles comportementaux UML, vérification des relations d implantation et d extension sur les machines d états

Raffinement de modèles comportementaux UML, vérification des relations d implantation et d extension sur les machines d états Rffinmnt d modèls comportmntux UML, vérifiction ds rltions d implnttion t d xtnsion sur ls mchins d étts Thoms Lmolis Ann-Lis Couris Hong-Vit Luong févrir 2009 1 Motivtions L dévloppmnt d SLP (SIS ---

Plus en détail

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs Solutions industrills Ds capturs aux srvurs Ds capturs aux srvurs Pour fair fac à la situation économiqu actull, ls ntrpriss t ls usins produisant ds bins manufacturés, du pétrol, du gaz, ds produits alimntairs

Plus en détail

Le petit bonhomme en pain d épices

Le petit bonhomme en pain d épices Le petit bonhomme en pain d épices Robert Gaston Herbert Le petit bonhomme en pain d épices Conte anglais Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour «Le Cartable Fantastique» Robert Gaston Herbert

Plus en détail

Améliorer la sécurité routière mondiale

Améliorer la sécurité routière mondiale Commissions régionals ds Nations Unis Améliorr la sécurité routièr mondial Fixr ds objctifs régionaux t nationaux d réduction ds traumatisms provoqués par ls accidnts d la rout Rapport t rcommandations

Plus en détail

Juin 2013. www.groupcorner.fr

Juin 2013. www.groupcorner.fr r p d r i Do Juin 2013 www.groupcornr.fr Contact Pr : Carolin Mlin & Jan-Claud Gorgt Carolin Mlin TIKA Mdia 06 61 14 63 64 01 40 30 95 50 carolin@tikamdia.com Jan-Claud Gorgt J COM G 06 10 49 18 34 09

Plus en détail

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ;

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ; Arrêté du ministr s financs t la privatisation n 2241-04 du 14 kaada 1425 rlatif à la présntation s opérations d'assurancs (B.O. n 5292 du 17 févrir 2005). Vu la loi n 17-99 portant co s assurancs prom

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale LE SURENDETTEMENT 1 lo lagrang UNION NATIONALE 2 L'ENDETTEMENT 1984 : 4 ménags sur 10 avaint ds crédits (crédit à la consommation + immobilir) 1997 : 1 ménag sur 2 a un crédit n cours 55 % ds consommaturs

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

REGLEMENT FIXANT LA CONTRIBUTION COMMUNALE AUX FRAIS DE TRAITEMENTS DENTAIRES

REGLEMENT FIXANT LA CONTRIBUTION COMMUNALE AUX FRAIS DE TRAITEMENTS DENTAIRES COMMUNE DE BELFAUX REGLEMENT FIXANT LA CONTRIBUTION COMMUNALE AUX FRAIS DE TRAITEMENTS DENTAIRES L'assmblé communal d Blfaux Vu : La loi du 27 sptmbr 1990 sur la prophylaxi t ls soins dntairs; l règlmnt

Plus en détail

n/a Aucun frais de 18-80 Tel que défini au tablea u des

n/a Aucun frais de 18-80 Tel que défini au tablea u des Compagni La Capital La positiv -Aucun xamn médical n st rquis lors d l adhésion. Il vous suffit d répondr à 4 qustions d admissibilité. L montant d la protction st choisi unité d 2 500 $ avc un maximum

Plus en détail

le pouvoir d aimer Option Montréal Pour un PMAD recentré sur le développement de Montréal

le pouvoir d aimer Option Montréal Pour un PMAD recentré sur le développement de Montréal Option Montréal Pour un PMAD rcntré sur l dévloppmnt d Montréal Consultations sur l Plan métropolitain d aménagmnt t d dévloppmnt (PMAD) Mémoir présnté à la Communauté métropolitain d Montréal l pouvoir

Plus en détail

Art et modernité. au cœur. nouvel. d un. espace urbain C ERGY VAL D OISE (95)

Art et modernité. au cœur. nouvel. d un. espace urbain C ERGY VAL D OISE (95) Art t modrnité au cœur d un nouvl spac urbain SO C ERGY VAL D OISE (95) CERGY, plusiurs nuancs d vi... À la fois pôl économiqu t cité d art t d détnt, Crgy st un vill aux multipls factts. Situé sur la

Plus en détail

Fiche technique sur les fenêtres insonorisantes

Fiche technique sur les fenêtres insonorisantes Oic ds ponts t chaussés du canton d Brn Protction contr l bruit routir Ritrstrass 11, 3011 Brn 031 633 35 11 Fich tchniqu Fnêtrs insonorisants Mars 2014 4 édition Fich tchniqu sur ls nêtrs insonorisants

Plus en détail

Le mandat de Chercheur qualifié du F.R.S.-FNRS

Le mandat de Chercheur qualifié du F.R.S.-FNRS L mandat d Chrchur qualifié du F.R.S.-FNRS 18 Févrir 2014 L règlmnt rlatif à c mandat st disponibl dans son intégralité sur notr sit wb www.frs-fnrs.b Tabl ds matièrs 1. Dispositions réglmntairs, financièrs

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE 1 Rappls sur l air humid L'air ambiant n'st jamais parfaitmnt sc ; il contint toujours un crtain quantité d'au. Air Humid = Air Sc + Vapur d'eau A prssion atmosphériqu,

Plus en détail

Demande de retraite de réversion

Demande de retraite de réversion Nous somms là pour vous aidr Dmand d rtrait d révrsion Ctt notic a été réalisé pour vous aidr à complétr vos dmand t déclaration d rssourcs. Pour nous contactr : Vous désirz ds informations complémntairs,

Plus en détail

Un moulin à scie!?! Ben voyons dont!!!

Un moulin à scie!?! Ben voyons dont!!! Un moulin à scie!?! Ben voyons dont!!! (Zénon Rinfret, matillon/encanteur, s est présenté chez Simion avec sa nouvelle acquisition, un camion flambant neuf, et, il a même passé la nuit chez notre ami.)

Plus en détail

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE Le tout petit œuf. La toute petite chenille Le tout petit œuf vu à la loupe Il était une fois un tout petit œuf, pondu là. Un tout petit œuf, petit comme un grain de poussière.

Plus en détail

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour,

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, Le loup et les sept chevreaux Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, comme elle voulait aller chercher de quoi manger dans la forêt, elle les appela tous

Plus en détail

En Allemagne, en Australie, en Autriche ou en Suisse,

En Allemagne, en Australie, en Autriche ou en Suisse, Pirr Cahuc a, Marc Frracci b avc la contribution d Jan Tirol c t Étinn Wasmr d L apprntissag au srvic d l mploi Documnt sous EMBARGO jusqu au 07/01/2015 11 hurs Ls nots du consil d analys économiqu, n

Plus en détail

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm)

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm) HRB HFB 1 CODIFICATION ALESAGE mm 32 40 50 63 80 100 125 160 TIGE mm 16 22 22 28 28 36 36 45 45 56 56 70 70 90 90 110 SERIE HR CNOMO 160 bar - à tirants HF CNOMO 160 bar - à contre brides INDICE B Indice

Plus en détail

Initiation à la virologie Chapitre IV : Diagnostic viral

Initiation à la virologie Chapitre IV : Diagnostic viral Initiation à la virologi Chapitr IV : Diagnostic viral [www.virologi-uclouvain.b] Objctifs du modul Nous disposons d outils d laboratoir nous prmttant d détctr ls infctions virals t lurs ffts. Lorsqu on

Plus en détail

Les procédures budgétaires des ministères de l'éducation au Mali

Les procédures budgétaires des ministères de l'éducation au Mali Ls procédurs budgétairs ds ministèrs d l'éducation au Mali Ctt étud a été préparé dans l cadr du projt sur «Ls procédurs d préparation t d'xécution du budgt ds ministèrs d V éducation» dirigé par Srg Péano

Plus en détail

Le traitement des expulsions locatives

Le traitement des expulsions locatives L traitmnt ds xpulsions locativs n io nt s til v ré p d t n am m t ai p n nd a m om r ay td m Tr C l ab i u O COMPTE RENDU DU SÉMINAIRE DU 10 SEPTEMBRE 2012 u n io at j n c sti n g ssi A c in d Au ui q

Plus en détail

EFFETS DE COMMERCE CONDITIONS DE VALIDITÉ DES EFFETS DE COMMERCE II MODALITÉS DES EFFETS DE COMMERCE PROPRIÉTAIRES-USAGERS

EFFETS DE COMMERCE CONDITIONS DE VALIDITÉ DES EFFETS DE COMMERCE II MODALITÉS DES EFFETS DE COMMERCE PROPRIÉTAIRES-USAGERS EFFETS DE COMMERCE CHAPITRE 11, PAGE 334 328 EFFETS DE COMMERCE Effts d commrc Exprssion la plus courammnt utilisé pour désignr ls divrs instrumnts d paimnt d un somm d argnt. Ls ffts d commrc sont ds

Plus en détail

Exemples de questions de sujets d'oraux possibles. Session 2013.

Exemples de questions de sujets d'oraux possibles. Session 2013. Exmpls d qustions d sujts d'oraux possibls. Sssion 0. Complxs. Donnr la ou ls réponss justs. Soit A, B dux points d'affixs rspctivs : a= 5 i 5 t b = i 6 a. Soit n N;. Un argumnt d a n st n b. O appartint

Plus en détail

Développement de site web dynaùique Dot.NET

Développement de site web dynaùique Dot.NET Dévloppmnt d sit wb dynaùiqu DotNET Voici qulqus xmpls d sits wb administrabl Cs sits Wb sont dévloppé n ASPNET sur un Bas d donné SQL 2005 C typ d dévloppmnt wb convint parfaitmnt a un boutiqu n lign,

Plus en détail

une autruche la banquise un pompier une vague un poisson la fumée un savon une voiture un tiroir la gare un car un anorak une mandoline

une autruche la banquise un pompier une vague un poisson la fumée un savon une voiture un tiroir la gare un car un anorak une mandoline Fiche 1 Lecture orale 1 Je lis les lettres. c d q t g k s f v z b u è é e h c n k l m u b v S Z Q V T N C D O L P R 2 Je lis des mots outils. dessus dessous devant derrière qui que nous vous mon son pourquoi

Plus en détail

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB Niveau 2 - Mots treize quatorze quinze seize dix-sept dix-huit dix-neuf vingt vingt-et-un vingt-deux vingt-trois vingt-quatre vingt-cinq vingt-six vingt-sept vingt-huit vingt-neuf trente quarante cinquante

Plus en détail

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE univrsité jan moulin lyon iii faculté d droit Tax 5 1 0 2 g a s s i t n d Appr r u t c a z n v D nt d m p p lo v é d du DROIT la FACULTÉ DE 8.78.70.45 Info Tax : 04.7.fr yor@univ-lyon3 martin.balz-g Édito

Plus en détail

Arbres CSI2510 1. Arbres. Terminologie Arbre. Arbres

Arbres CSI2510 1. Arbres. Terminologie Arbre. Arbres rrs rrs rrs nrs Proprétés s rrs nrs rvrsés rrs Struturs onnés pour rrs rrs Un rp = (V,) onsst n un sér V SOMMS t un sér lns, v = {(u,v): u,v V, u v} Un rr st un rp onnté ylqu (sns yls) un mn ntr qu pr

Plus en détail

France. Suisse. Lycée International. Ferney-Voltaire-Mairie. Ferney-Voltaire. Avenue du Jura (sauf le samedi aux heures de marché)

France. Suisse. Lycée International. Ferney-Voltaire-Mairie. Ferney-Voltaire. Avenue du Jura (sauf le samedi aux heures de marché) E62 Zon 10 / 87 n Co ll Ch. Collx Frny-Voltair Frny san Lau s ard ay sf (l samdi aux hurs marché Planch-Brûlé Collèg L Joran E25 Moëns Collx-Bossy Suiss èv n G d Ru Franc x Ch. du-trraillt Avnu du Jura

Plus en détail

La transformation et la mutation des immeubles de bureaux

La transformation et la mutation des immeubles de bureaux La transformation t la mutation ds immubls d buraux Colloqu du 14 févrir 2013 L group d travail sur la transformation ds immubls d buraux a été lancé n novmbr 2011 à la dmand du consil d administration

Plus en détail

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts Programm GéniArts Î.-P.-É. 2009-2010 GéniArts Allum l nthousiasm ds juns à l égard d l acquisition ds matièrs d bas par l truchmnt ds arts. Inspir la collaboration ntr ls artists, ls nsignants, ls écols

Plus en détail

NOUVELLES TECHNOLOGIES

NOUVELLES TECHNOLOGIES ,..- ~1.J l ~, ri ~.~ f;.if' " " f;, "-., K' SECTEUR ARTISANAL ET NOUVELLES TECHNOLOGIES EVOLUfION DES PRATIQUES DE CHANTIER Stphan Comb} G.A.M.S.A.U. Juin 1986 _ I_ I. ECOLE D'ARCHITECTURE ~~ UARSElttE

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

ANNEXE A : MATRICES DE MAC

ANNEXE A : MATRICES DE MAC Annx ANNEXE A : MARICES DE MAC La matrc d MAC (Modal Auranc Crtron) au applé matrc d corrélaton modal t ouvnt utlé pour la comparaon ntr dux nmbl d mod propr [Y ] t [Y ]. Sont : [{ } { k} { N } ] { } {

Plus en détail

TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE : 1. MARCHE DU LAC MUNKAMBA DANS LE TERITOIRE DE DIMBELENGE (Lot 01) PROVINCE DU KASAI OCCIDENTAL - RD CONGO

TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE : 1. MARCHE DU LAC MUNKAMBA DANS LE TERITOIRE DE DIMBELENGE (Lot 01) PROVINCE DU KASAI OCCIDENTAL - RD CONGO TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE :!"#!$%&'( 1. MARCHE DU LAC MUNKAMBA DANS LE TERITOIRE DE DIMBELENGE (Lot 01 2. MARCHE DE DEMBA DANS LE TERRITOIRE DE DEMBA (Lot 02 PROVINCE DU KASAI OCCIDENTAL - RD CONGO %'

Plus en détail

Le loup et les 7 chevreaux

Le loup et les 7 chevreaux Episode 1 Il était une fois une chèvre qui avait sept jolis petits chevreaux. Un matin, elle voulut aller chercher de la nourriture pour elle et ses petits dans la pairie. Elle les rassembla tous les sept

Plus en détail

Truf le chien. Truf est un chien. Truf n est pas un jouet, c est un animal. Et moi, comment vais-je faire pour lui parler?

Truf le chien. Truf est un chien. Truf n est pas un jouet, c est un animal. Et moi, comment vais-je faire pour lui parler? Truf viens Truf le chien Truf est un chien Truf peut être de bonne ou de mauvaise humeur. Truf peut avoir mal, il peut être malade. Truf n a pas de mains : il va prendre les choses avec ses dents ou les

Plus en détail

L école de l Accompagnement

L école de l Accompagnement L'Écol : un vocation Après douz annés d'xistnc, l'écol affirm sa vocation : êtr un liu d profssionnalisation pour ls acturs ds métirs d l'accompagnmnt. Ls praticins confirmés trouvnt dans l'écol d l'accompagnmnt

Plus en détail

CLOUD TROTTER La Vache Noire Sud - 203 rue Oscar Roulet - 84440 Robion - Tél. : 04 90 76 56 27-06 80 050 050 - www.lavachenoiresud.

CLOUD TROTTER La Vache Noire Sud - 203 rue Oscar Roulet - 84440 Robion - Tél. : 04 90 76 56 27-06 80 050 050 - www.lavachenoiresud. Cloud Trottr La Vach Noir Sud - 203 ru Oscar Roult - 84440 Robion - Tél. : 04 90 76 56 27-06 80 050 050 - www.lavachnoirsud.com Cloud Trottr Cloud Trottr Prnz d la hautur! ds carts d caractèr pour donnr

Plus en détail

Accidents sur Fontenay-sous-Bois

Accidents sur Fontenay-sous-Bois Accueil (/) / Mairies Val-de-Marne (/plan-mairie-94.html) / Mairie de Fontenay-sous-Bois (/mairie-fontenay-sous-bois-94120.html) / Accidents survenus sur la commune Accidents sur Fontenay-sous-Bois Liste

Plus en détail