Liste des indicateurs de qualité en hygiène hospitalière dans les hôpitaux aigus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Liste des indicateurs de qualité en hygiène hospitalière dans les hôpitaux aigus"

Transcription

1 Liste des indicateurs de qualité en hygiène hospitalière dans les hôpitaux aigus Cahier des charges : Définitions, consignes de remplissage et éléments de preuve Chaque hôpital doit rassembler, dans un dossier, tous les éléments de preuves définis dans ce cahier de charge pour chaque indicateur. Ce dossier doit rester dans l établissement à la disposition des auditeurs. Tout élément de preuve manquant fera considérer l indicateur comme absent. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 1

2 Table des matières I. Indicateurs communs aux 3 objectifs...4 Catégorie organisation...4 I.O.1 a et b Présence d un plan stratégique général à long terme (3-5 ans) en hygiène hospitalière...4 I.O.2 Nombre de réunions du comité en hygiène hospitalière...5 I.O.3 Présence d un plan d action annuel détaillé en hygiène hospitalière...6 I.O.4 Présence d un rapport annuel en hygiène hospitalière...7 I.O.5 Infirmier-hygiéniste membre du staff cadre infirmier intermédiaire...8 Catégorie moyens...9 I.M.1 Nombre effectif de médecins en hygiène hospitalière (en ETP)...9 I.M.2 Nombre effectif d infirmiers en hygiène hospitalière (en ETP)...10 I.M.3 Présence de référents en hygiène hospitalière...11 I.M.4 a et b Nombre de référents en hygiène hospitalière dans les unités de soins intensifs..12 I.M.5 a et b Nombre total de référents en hygiène hospitalière dans les services dirigés par un infirmier en chef...13 I.M.6 Nombre d heures/contacts de formation en hygiène hospitalière dispensé par l équipe d hygiène hospitalière au personnel...14 Catégorie actions...15 I.A.1 Participation de la direction aux réunions du comité d hygiène hospitalière...15 I.A.2 Participation de l équipe d hygiène hospitalière aux réunions de la plateforme régionale en hygiène hospitalière...16 I.A.3a Présence d un système local de surveillance des MRSA s...17 I.A.3b Participation à la surveillance nationale des MRSA s...17 I.A.4a Présence d un système local de surveillance des septicémies...18 I.A.4b Participation à la surveillance nationale des septicémies dans tout l hôpital...18 I.A.5a Présence d un système local de surveillance des bactéries à Gram négatif multirésistantes...19 I.A.5b Participation à la surveillance nationale des bactéries à Gram négatif multirésistantes...19 I.A.6 Présence d un système local de surveillance des infections à Clostridium difficile toxinogène...20 I.A.7 Présence d un système local de surveillance des infections en soins intensifs...20 I.A.8 Présence d un système local de surveillance des infections du site opératoire...20 I.A.9 Présence d un système local de surveillance des entérocoques résistants à la vancomycine...20 Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 2

3 I.A.10 a et b Présence d un système local de surveillance des infections liées aux soins/bactéries multi-résistantes autre que celles décrites ci-dessus...21 I.A.11 Existence d une interaction systématique (système d alerte) entre le laboratoire et l équipe d hygiène hospitalière...22 I.A.12 a et b Mise en place d un audit local d observance d hygiène des mains en dehors de la campagne nationale...23 I.A.13 Présence d un audit local de processus des points critiques du soin de la voie centrale...24 I.A.14 Présence d un audit local de processus des points critiques du soin de la ventilation assistée...24 I.A.15 Présence d un audit local de processus des points critiques du soin des sondes urinaires...24 I.A.16 Présence d un audit local de processus des points critiques de la prévention des infections postopératoires...24 I.A.17 a et b Présence d un audit local de processus des points critiques du soin ou de la prévention des infections autre que ceux décrits ci-dessus...25 I.A.18 Participation à la campagne nationale hygiène des mains...26 I.A.19 Participation à l étude de prévalence concernant les infections liées aux soins et l utilisation d antibiotiques...26 II. Indicateurs différents selon l objectif...27 Indicateurs de résultat...27 II.R.1 Taux d incidence des MRSA d origine nosocomiale...27 Indicateurs de résultat...28 II.R.2 Taux d incidence des septicémies sur cathéter (hospital wide)...28 Indicateurs de processus...29 II.R.3 Volume global de consommation de solutions hydro-alcooliques...29 II.R.4 Pourcentage d observance d hygiène des mains dans les unités de soins intensifs lors de la campagne nationale...30 Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 3

4 I. Indicateurs communs aux 3 objectifs Catégorie organisation I.O.1 a et b Présence d un plan stratégique général à long terme (3-5 ans) en hygiène hospitalière a. Un plan stratégique général à long terme (3-5 ans) en matière de lutte contre les infections liées aux soins a-t-il été élaboré par l équipe d hygiène hospitalière et approuvé par le Comité d hygiène hospitalière? b. Si oui, celui-ci est-il inclus dans le plan stratégique de l hôpital? Répondre «OUI» à la question «a», si le plan stratégique général couvre une période de minimum 3 ans et s il comprend au moins les 3 éléments suivants: - une note stratégique définissant la vision, les programmes d action et les objectifs prioritaires ; - la structure organisationnelle de l équipe d hygiène hospitalière ; et - un budget de l équipe d hygiène hospitalière prévoyant les revenus (financement par le gouvernement) et les frais de personnel (nombre d ETP effectif) et de fonctionnement. Si le contenu de votre plan stratégique répond au canevas établi en accord avec votre inspection d hygiène, vous pouvez répondre «oui» à la question même si le contenu diffère quelque peu des exigences ci-dessus. I.O.1 a. Le document du plan stratégique général contenant au moins les 3 éléments décrits ci-dessus, ou les éléments du canevas de votre inspection d hygiène. Le compte-rendu de la réunion du Comité d hygiène hospitalière au cours de laquelle le plan stratégique général a été présenté. I.O.1 b. L extrait du plan stratégique de l hôpital contenant le plan stratégique général en matière de lutte contre les infections liées aux soins. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 4

5 Catégorie organisation I.O.2 Nombre de réunions du comité en hygiène hospitalière Combien y-a-t-il eu de réunions du comité d hygiène hospitalière durant l année? Par réunions, on entend «séances plénières», pour lesquelles tous les membres du comité sont supposés être présents. Rem : Ce chiffre sera comparé avec le nombre minimal requis par l Arrêté Royal. Comptes-rendus de chaque réunion du Comité d hygiène hospitalière au cours de l année. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 5

6 Catégorie organisation I.O.3 Présence d un plan d action annuel détaillé en hygiène hospitalière Cette année, un plan d action détaillé en matière de lutte contre les infections liées aux soins a-t-il été élaboré par l équipe d hygiène hospitalière et approuvé par le comité d hygiène hospitalière? Répondre «OUI» si le plan d action annuel comprend au moins les 5 éléments suivants : - les objectifs spécifiques d année ; - les moyens nécessaires (financiers, humains et logistiques) ; - les procédures, indicateurs utilisés ; - les résultats attendus ; et - la procédure d évaluation (audit). NB : Les résultats attendus et la procédure d évaluation peuvent être étalés sur plusieurs années. Si le contenu de votre plan d action annuel répond au canevas établi en accord avec votre inspection d hygiène, vous pouvez répondre «oui» à la question même si le contenu diffère quelque peu des exigences ci-dessus. Le document du plan d action annuel contenant au moins les 5 éléments décrits ci-dessus, ou les éléments du canevas de votre inspection d hygiène. Le compte-rendu de la réunion du Comité d hygiène hospitalière au cours de laquelle le plan d action annuel a été présenté. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 6

7 Catégorie organisation I.O.4 Présence d un rapport annuel en hygiène hospitalière Un rapport annuel sur les activités de l année précédente en matière de lutte contre les infections liées aux soins a-t-il été élaboré par l équipe d hygiène hospitalière et approuvé par le comité d hygiène hospitalière? Répondre «OUI» si le rapport annuel comprend au moins les 5 éléments suivants: - une évaluation des actions mises en œuvre : les résultats des indicateurs et la comparaison de ceux-ci avec les objectifs fixés ; - les actions qui ont atteint leur objectif de départ ; - les démarches à entreprendre pour les actions qui n ont pas atteints leur objectif de départ ; - les objectifs futurs ; et - les moyens mis en œuvre, octroyés : revenus (financement par le gouvernement), humains (nombre d ETP effectif) et logistiques (fonctionnement). NB : L évaluation des actions mis en œuvre à moyen ou long terme peut s étaler sur plusieurs années. Si le contenu de votre rapport annuel répond au canevas établi en accord avec votre inspection d hygiène, vous pouvez répondre «oui» à la question même si le contenu diffère quelque peu des exigences ci-dessus. Le document du rapport annuel contenant au moins les 5 éléments décrits ci-dessus, ou les éléments du canevas de votre inspection d hygiène. Le compte-rendu de la réunion du Comité d hygiène hospitalière au cours de laquelle le rapport annuel a été présenté. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 7

8 Catégorie organisation I.O.5 Infirmier-hygiéniste membre du staff cadre infirmier intermédiaire Est-ce que tous le(s) infirmier(s)-hygiéniste, faisant partie de l encadrement minimal légal requis, ont le statut de cadre infirmier intermédiaire? On entend par cadre infirmier intermédiaire, la position de l infirmier-hygiéniste dans l organigramme du département infirmier et non la notion de barème salarial. L encadrement minimal légal requis = celui qui se trouve dans le BMF (Budget des Moyens Financiers) de l hôpital. Cela correspond au nombre d ETP calculé sur base du nombre de lits pondérés. Répondre «OUI» si, effectivement, tous les infirmiers-hygiénistes, faisant partie du cadre minimal légal requis, ont un statut de cadre infirmier intermédiaire. L organigramme de l hôpital. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 8

9 Catégorie moyens I.M.1 Nombre effectif de médecins en hygiène hospitalière (en ETP) Quel est le nombre EFFECTIF de médecins en hygiène hospitalière dans votre hôpital (en ETP) cette année? ETP = équivalent temps plein, 100% d activité EFFECTIF = temps de travail réel. Cette information doit apparaître dans le rapport annuel de l hygiène hospitalière. Si le médecin-hygiéniste partage son temps, au sein de l hôpital, avec d autres activités, ne compter que la part consacrée à l hygiène hospitalière. Rem : Le nombre d ETP qui est effectivement actif dans un hôpital sera comparé au nombre d ETP calculé sur base du nombre de lits pondérés pour le financement de cette activité par le gouvernement (comme décrit dans l Arrêté royal). Via le rapport annuel de l hygiène hospitalière. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 9

10 Catégorie moyens I.M.2 Nombre effectif d infirmiers en hygiène hospitalière (en ETP) Quel est le nombre EFFECTIF d infirmier(e)s en hygiène hospitalière dans votre hôpital (en ETP) cette année? ETP = équivalent temps plein, 100% d activité EFFECTIF = temps de travail réel. Cette information doit apparaître dans le rapport annuel de l hygiène hospitalière. Si l infirmier-hygiéniste partage son temps, au sein de l hôpital, avec d autres activités, ne compter que la part consacrée à l hygiène hospitalière. Rem : Le nombre d ETP qui est effectivement actif dans un hôpital sera comparé au nombre d ETP calculé sur base du nombre de lits pondérés pour le financement de cette activité par le gouvernement (comme décrit dans l Arrêté royal). Via le rapport annuel de l hygiène hospitalière. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 10

11 Catégorie moyens I.M.3 Présence de référents en hygiène hospitalière L hôpital a-t-il mis en place des référents en hygiène hospitalière? Répondre - «OUI», si vous remplissez au minimum les 3 conditions ci-dessous : Existence d une description de fonction. La description de fonction est une - description institutionnelle et non officielle. Formation interne ou externe des référents en hygiène hospitalière à l entrée de - cette fonction (au maximum dans le courant de leur 1 ère année). Participation des référents en hygiène hospitalière aux réunions organisées par l équipe d hygiène hospitalière spécifiquement pour eux. La liste des référents en hygiène hospitalière reconnus comme tel par l hôpital. Le document de description de fonction. La liste de présence des référents en hygiène hospitalière à la séance de formation interne ou externe. Le compte-rendu de chaque réunion avec les référents en hygiène hospitalière et la liste des présences de chaque réunion. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 11

12 Catégorie moyens I.M.4 a et b Nombre de référents en hygiène hospitalière dans les unités de soins intensifs a. Quel est le nombre de référents en hygiène hospitalière dans les unités de soins intensifs? b. Quel est le nombre d unités de soins intensifs dans votre hôpital? Unités de soins intensifs reprend les unités de soins intensifs adultes, pédiatriques et néonatales ; une unité est une entité fonctionnelle dirigée par un infirmier en chef (ou cadre de proximité). Rem : Cet indicateur sera transformé de manière automatique en quotient : Numérateur : nombre total de référents en hygiène hospitalière dans les unités de soins intensifs Dénominateur : nombre total d unités de soins intensifs La liste des référents en hygiène hospitalière dans les unités de soins intensifs reconnus comme tel par l hôpital. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 12

13 Catégorie moyens I.M.5 a et b Nombre total de référents en hygiène hospitalière dans les services dirigés par un infirmier en chef a. Quel est le nombre total de référents en hygiène hospitalière dans les services dirigés par un infirmier en chef (y inclure les unités de soins intensifs)? b. Quel est le nombre de services dirigés par un infirmier en chef dans votre hôpital (y inclure les unités de soins intensifs)? Service = entité fonctionnelle dirigée par un infirmier en chef (ou cadre de proximité). Rem : Cet indicateur sera transformé de manière automatique en quotient : Numérateur : nombre total de référents en hygiène hospitalière Dénominateur : nombre total d unités dirigés par un infirmier en chef La liste des référents en hygiène hospitalière reconnus comme tel par l hôpital. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 13

14 Catégorie moyens I.M.6 Nombre d heures/contacts de formation en hygiène hospitalière dispensé par l équipe d hygiène hospitalière au personnel a. Cette année, quel a été le nombre total d heures de formation interne en hygiène hospitalière dispensé par l équipe d hygiène hospitalière au personnel de l hôpital (que ce soit pour les nouveaux personnels recrutés, le personnel soignant, le personnel médical, )? b. Quel a été le nombre total de participants à ces formations en hygiène hospitalière sur l année? Cet indicateur sera transformé de manière automatique en : nombre total de participants * nombre total d heures de formation. Le document de formation (présentation powerpoint, fiche récapitulative,..) et la durée de chaque formation et la liste des présences de chaque formation. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 14

15 Catégorie actions I.A.1 Participation de la direction aux réunions du comité d hygiène hospitalière Cette année, à chaque réunion du comité d hygiène hospitalière, y a-t-il eu au-moins la présence d une personne de la direction? à savoir soit le directeur, le médecin-chef ou le chef du département infirmier Les 3 personnes de la direction peuvent se laisser représenter par un substitut officiel. Les présences sur le compte-rendu de chaque réunion du comité d hygiène hospitalière au cours de l année. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 15

16 Catégorie actions I.A.2 Participation de l équipe d hygiène hospitalière aux réunions de la plateforme régionale en hygiène hospitalière Cette année, à chaque réunion de la plateforme régionale en hygiène hospitalière, y a-t-il eu au-moins la présence d un membre de l équipe d hygiène hospitalière de votre hôpital? / Liste de présences des réunions de la plateforme régionale en hygiène hospitalière (à réclamer par l hôpital lui-même auprès du président de la plateforme régionale en hygiène hospitalière). Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 16

17 Catégorie actions I.A.3a Présence d un système local de surveillance des MRSA s I.A.3b Participation à la surveillance nationale des MRSA s a. Votre hôpital a-t-il un système local de surveillance des MRSA s? b. Si oui, a-t-il participé, cette année, à la surveillance nationale des MRSA s? Bien entendu, la participation à la surveillance nationale est considérée comme système local de surveillance. Répondre «OUI», si le système local de surveillance du MRSA comprend les éléments suivants : - un protocole de la surveillance ; - un formulaire d enregistrement ; et - un suivi de cette surveillance (récolte et analyse des données). Les 3 éléments ci-dessus peuvent être des documents institutionnels et pas nécessairement les documents officiels de l ISP. Bien entendu, on parle de surveillance sur une période définie, ponctuelle (quelques mois sur l année par ex) et pas nécessairement en continu. En ce qui concerne le système local, le nombre d unités surveillées est laissé à l appréciation de l équipe d hygiène hospitalière. Système local de surveillance : Le protocole et le formulaire d enregistrement de la surveillance du MRSA. Le document (feuille excel, par exemple) reprenant les enregistrements (données) du MRSA. Participation à la surveillance nationale Via l Institut de Santé Publique. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 17

18 Catégorie actions I.A.4a I.A.4b Présence d un système local de surveillance des septicémies Participation à la surveillance nationale des septicémies dans tout l hôpital a. Votre hôpital a-t-il un système local de surveillance des septicémies? b. Si oui, a-t-il participé, cette année, à la surveillance nationale des septicémies dans tout l hôpital? Bien entendu, la participation à la surveillance nationale est considérée comme système local de surveillance. Répondre «OUI», si le système local de surveillance des septicémies comprend les éléments suivants : - un protocole de la surveillance ; - un formulaire d enregistrement ; et - un suivi de cette surveillance (récolte et analyse des données). Les 3 éléments ci-dessus peuvent être des documents institutionnels et pas nécessairement les documents officiels de l ISP. Bien entendu, on parle de surveillance sur une période définie, ponctuelle (quelques mois sur l année par ex) et pas nécessairement en continu. En ce qui concerne le système local, le nombre d unités surveillées est laissé à l appréciation de l équipe d hygiène hospitalière. Système local de surveillance : Le protocole et le formulaire d enregistrement de la surveillance des septicémies. Le document (feuille excel, par exemple) reprenant les enregistrements (données) des septicémies Participation à la surveillance nationale Via l Institut de Santé Publique. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 18

19 Catégorie actions I.A.5a Présence d un système local de surveillance des bactéries à Gram négatif multirésistantes I.A.5b Participation à la surveillance nationale des bactéries à Gram négatif multi-résistantes a. Votre hôpital a-t-il un système local de surveillance des bactéries à Gram négatif multi-résistantes? b. Si oui, a-t-il participé, cette année, à la surveillance nationale des bactéries à Gram négatif multi-résistantes? Bien entendu, la participation à la surveillance nationale est considérée comme système local de surveillance. Répondre «OUI», si le système local de surveillance des bactéries à Gram négatif multirésistantes comprend les éléments suivants : - un protocole de la surveillance ; - un formulaire d enregistrement ; et - un suivi de cette surveillance (récolte et analyse des données). Les 3 éléments ci-dessus peuvent être des documents institutionnels et pas nécessairement les documents officiels de l ISP. Bien entendu, on parle de surveillance sur une période définie, ponctuelle (quelques mois sur l année par ex) et pas nécessairement en continu. En ce qui concerne le système local, le nombre d unités surveillées est laissé à l appréciation de l équipe d hygiène hospitalière. Système local de surveillance : Le protocole et le formulaire d enregistrement de la surveillance des bactéries à Gram négatif multi-résistantes. Le document (feuille excel, par exemple) reprenant les enregistrements (données) des bactéries à Gram négatif multi-résistantes Participation à la surveillance nationale Via l Institut de Santé Publique. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 19

20 Catégorie actions I.A.6 Présence d un système local de surveillance des infections à Clostridium difficile toxinogène I.A.7 Présence d un système local de surveillance des infections en soins intensifs I.A.8 Présence d un système local de surveillance des infections du site opératoire I.A.9 Présence d un système local de surveillance des entérocoques résistants à la vancomycine Votre hôpital a-t-il un système local de surveillance des - infections à Clostridium difficile toxinogène - infections en soins intensifs? - infections du site opératoire*? - entérocoques résistants à la vancomycine? Bien entendu, la participation à la surveillance nationale est considérée comme système local de surveillance. Répondre «OUI», si le système local de surveillance de ces infections liées aux soins/bactéries multi-résistantes comprend les éléments suivants : - un protocole de la surveillance ; - un formulaire d enregistrement ; et - un suivi de cette surveillance (récolte et analyse des données). Les 3 éléments ci-dessus peuvent être des documents institutionnels et pas nécessairement les documents officiels de l ISP. Bien entendu, on parle de surveillance sur une période définie, ponctuelle (quelques mois sur l année par ex) et pas nécessairement en continu. En ce qui concerne le système local, le nombre d unités surveillées est laissé à l appréciation de l équipe d hygiène hospitalière. *Petite précision concernant les infections du site opératoire : pour répondre «oui», la surveillance d au-moins un type d intervention suffit et il n est pas exigé un suivi après la sortie du patient. Le protocole et le formulaire d enregistrement de la surveillance des infections liées aux soins/bactéries multi-résistantes suivies. Le document (feuille excel, par exemple) reprenant les enregistrements (données) des infections liées aux soins/bactéries multi-résistantes suivies. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 20

21 Catégorie actions I.A.10 a et b Présence d un système local de surveillance des infections liées aux soins/bactéries multi-résistantes autre que celles décrites ci-dessus a. Votre hôpital a-t-il un système local de surveillance des infections liées aux soins/bactéries multi-résistantes autre que celles décrites ci-dessus? b. Si oui, lesquelles? Répondre «OUI», si le système local de surveillance des infections liées aux soins/bactéries multi-résistantes comprend les éléments suivants : - un protocole de la surveillance ; - un formulaire d enregistrement ; et - le suivi de cette surveillance (récolte et analyse des données). Les 3 éléments ci-dessus sont des documents institutionnels et non officiels. Le protocole et le formulaire d enregistrement de la surveillance en question. Le document (feuille excel, par exemple) reprenant les enregistrements (données) de la surveillance en question. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 21

22 Catégorie actions I.A.11 Existence d une interaction systématique (système d alerte) entre le laboratoire et l équipe d hygiène hospitalière Existe-t-il une interaction systématique entre le laboratoire et l équipe d hygiène hospitalière permettant le partage rapide et facile de la liste des microorganismes nécessitant des précautions additionnelles? (système d alerte) Par interaction systématique, on entend une collaboration/contact quotidien (chaque jour de la semaine) entre le laboratoire et l équipe d hygiène hospitalière d une manière ou d une autre (logiciel informatique et/ou une vérification manuelle) ; système d alerte étant plus pointu. Nous avons utilisé, volontairement, un terme large au vu de la grande diversité des interactions entre le laboratoire et l équipe d hygiène hospitalière. Il est laissé à l appréciation de l équipe d hygiène hospitalière de juger de manière critique de la présence oui ou non d une réelle collaboration avec le laboratoire. La communication (sous forme d s par exemple, ) entre le laboratoire et l équipe d hygiène hospitalière reprenant la liste des microorganismes nécessitant des précautions additionnelles. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 22

23 Catégorie actions I.A.12 a et b Mise en place d un audit local d observance d hygiène des mains en dehors de la campagne nationale a. Votre hôpital réalise-t-il un audit local d observance des procédures recommandées pour l hygiène des mains en dehors de la campagne nationale? b. Si oui, combien d opportunités d hygiène des mains observées sur cette année? La question «b» sera mise en relation avec la taille de l hôpital (nombre de lits ou nombre de journées d hospitalisation) de manière automatique. Le document reprenant les enregistrements des opportunités d hygiène des mains observées cette année. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 23

24 Catégorie actions I.A.13 Présence d un audit local de processus des points critiques du soin de la voie centrale I.A.14 Présence d un audit local de processus des points critiques du soin de la ventilation assistée I.A.15 Présence d un audit local de processus des points critiques du soin des sondes urinaires I.A.16 Présence d un audit local de processus des points critiques de la prévention des infections postopératoires Votre hôpital réalise-t-il un audit local de processus des points critiques du soin ou de la prévention de la voie centrale? de la ventilation assistée? des sondes urinaires? des infections postopératoires? Le terme très large d audit a été volontairement choisi afin de ne pas être trop restrictif. La méthodologie des care bundles est bien entendu considérée comme un audit valable. Répondre «OUI», si l audit comprend les éléments suivants : - un protocole ; - un formulaire d enregistrement ; et - le suivi de cet audit (données). Les 3 éléments ci-dessus sont des documents institutionnels et non officiels. Bien entendu, on parle d audit ponctuel (une ou quelques fois par an nécessairement en continu. par ex) et pas Le protocole et le formulaire d enregistrement de l audit en question. Le document (feuille excel, par exemple) reprenant les enregistrements (données) de l audit. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 24

25 Catégorie actions I.A.17 a et b Présence d un audit local de processus des points critiques du soin ou de la prévention des infections autre que ceux décrits ci-dessus a. Votre hôpital réalise-t-il un audit local de processus des points critiques du soin (en lien avec l hygiène hospitalière) ou de la prévention des infections autre que ceux décrits ci-dessus? b. Si oui, lesquels? Répondre «OUI», si l audit comprend les éléments suivants : - un protocole ; - un formulaire d enregistrement ; et - le suivi de cet audit (données). Les 3 éléments ci-dessus sont des documents institutionnels et non officiels. Le protocole et le formulaire d enregistrement de l audit en question. Le document (feuille excel, par exemple) reprenant les enregistrements (données) de l audit en question. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 25

26 Catégorie actions I.A.18 Participation à la campagne nationale hygiène des mains I.A.19 Participation à l étude de prévalence concernant les infections liées aux soins et l utilisation d antibiotiques Si présence d une campagne nationale «Vous êtes en de bonnes mains» pour l année concernée, votre hôpital y-a-t-il participé? Si présence d une étude de prévalence concernant les infections liées aux soins et l utilisation d antibiotiques pour l année concernée, votre hôpital y-a-t-il participé? / Via l Institut de Santé Publique. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 26

27 II. Indicateurs différents selon l objectif Indicateurs de résultat II.R.1 Taux d incidence des MRSA d origine nosocomiale Quel est le taux d incidence des MRSA d origine nosocomiale/1000 journées d hospitalisation dans votre hôpital cette année, comme défini par le protocole ISP? Données récoltées directement via les rapports de l Institut de Santé Publique. Via l Institut de Santé Publique. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 27

28 Indicateurs de résultat II.R.2 Taux d incidence des septicémies sur cathéter (hospital wide) Quel est le taux d incidence des septicémies sur cathéter (hospital wide) dans votre hôpital cette année, comme défini par le protocole ISP? Données récoltées directement via les rapports de l Institut de Santé Publique. Via l Institut de Santé Publique. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 28

29 Indicateurs de processus II.R.3 Volume global de consommation de solutions hydro-alcooliques Cette année, quel est le volume global de consommation de solutions hydroalcooliques dans les unités de soins de votre hôpital? (en litres) Unités de soins comme défini dans le protocole ISP = tous les services hospitaliers aigus. Les services suivants sont pris en considération: - soins intensifs, services intensifs de néonatologie, service de soins coronaires, services mixtes (index-h), - chirurgie, médecine, pédiatrie, maternité, néonatologie (index-n), - psychiatrie, - gériatrie et index- Sp pour autant que ces deux derniers services appartiennent physiquement à l hôpital ou à la fusion. Rem : Ce chiffre sera transformé de manière automatique en volume/journée d hospitalisation. Journées d hospitalisation comme défini dans protocole ISP = le nombre total de jours qu un lit hospitalier a été utilisé par un patient hospitalisé. Le document de facturation des commandes de solutions hydro-alcooliques pour les unités de soins via la pharmacie ou tout autre département en charge de ces commandes. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 29

30 Indicateurs de processus II.R.4 Pourcentage d observance d hygiène des mains dans les unités de soins intensifs lors de la campagne nationale Quelle est le pourcentage d observance d hygiène des mains dans les unités de soins intensifs lors de la campagne nationale d hygiène des mains? Données récoltées directement via les rapports de l Institut de Santé Publique. Rem : La campagne nationale «Vous êtes en de bonnes mains» est biennale et volontaire. Via l Institut de Santé Publique. Cahier des charges des indicateurs 07/05/2012-vs4 30

Indicateurs de qualité en hygiène hospitalière dans les hôpitaux aigus

Indicateurs de qualité en hygiène hospitalière dans les hôpitaux aigus Indicateurs de qualité en hygiène hospitalière dans les hôpitaux aigus Cahier des charges : Définitions, consignes de remplissage et éléments de preuve Collecte 2016 (données 2015) Chaque hôpital doit

Plus en détail

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ARS LIMOUSIN / G. ESPOSITO/ novembre 2014 XX/XX/XX Les indicateurs de lutte contre

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

1. Le changement de système

1. Le changement de système JOURNEE MONDIALE HYGIENE DES MAINS 2014 Auto-évaluation de la promotion et des pratiques d hygiène des mains dans les établissements de soins et médico-sociaux en région Picardie NOM DE L'ETABLISSEMENT

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la santé

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance de l offre de soins Bureau de la qualité et de la sécurité des soins

Plus en détail

Groupes de gestion de l antibiothérapie (GGA) dans les hôpitaux belges. Dr Evelyne Van Gastel

Groupes de gestion de l antibiothérapie (GGA) dans les hôpitaux belges. Dr Evelyne Van Gastel Groupes de gestion de l antibiothérapie (GGA) dans les hôpitaux belges Dr Evelyne Van Gastel Contenu 1. Normes en financement GGA 2. IDSA-SHEA Guidelines on Antimicrobial Stewardship 3. Analyse des rapports

Plus en détail

Annexe 4. ICALIN.2 Indicateur du tableau de bord des infections nosocomiales optionnel au recueil 2014

Annexe 4. ICALIN.2 Indicateur du tableau de bord des infections nosocomiales optionnel au recueil 2014 Annexe 4 ICALIN.2 Indicateur du tableau de bord des infections nosocomiales optionnel au recueil 2014 ICALIN.2 reflète l organisation, les moyens et les actions mis en place pour lutter contre les infections

Plus en détail

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible Plan qualité 2015-2016 pour Soins continus Bruyère Objectifs et initiatives d amélioration BUT Mesure Changement Initiatives prévues Dimension de la qualité Objectif Mesure/indicateur Unité/population

Plus en détail

Le début de ce(s) traitement(s) consiste à developper un plan de traitement avec des objectifs de traitement clairement définis.

Le début de ce(s) traitement(s) consiste à developper un plan de traitement avec des objectifs de traitement clairement définis. Article 7 : spécifications de la participation au projet pilote 1. Objectifs Une équipe mobile sera créée. Cette équipe sera créée par une collaboration entre une ou plusieurs initiatives de coordination

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Modifiez le style des sous-titres du masque Dr Sandrine Linares Généralités

Plus en détail

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire Nouveaux indicateurs Règles de remplissage/contrôle/preuves inconnus: En 2012, on devra saisir 2011 Eléments «nouveaux» (officieux et pas définitifs) Il faut idéalement d ici le 31 décembre pour: La Direction

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Annexe Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Le document explicite la pondération de chaque item servant au calcul des indicateurs

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

IDE Unité de Psychiatrie Générale

IDE Unité de Psychiatrie Générale IDE Unité de Psychiatrie Générale CONTEXTE : Centre Hospitalier de Dax Côte d Argent Directeur d établissement : Mr CAZENAVE Direction fonctionnelle : Mme FRECON Site : Yves du MANOIR Pôle d activité :

Plus en détail

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX Arrêté royal du 28 décembre 2011 relatif à l exécution du plan d attractivité pour la profession infirmière, dans certains secteurs

Plus en détail

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Arrêté du 17 octobre 2000 relatif au bilan annuel des activités

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 8.. Loi du mars 999 sur l Hôpital cantonal Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du er décembre 998 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

INTRODUCTION BUT DE L ÉTUDE LA PLATEFORME FÉDÉRALE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE: UN PARTENAIRE DU PROJET

INTRODUCTION BUT DE L ÉTUDE LA PLATEFORME FÉDÉRALE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE: UN PARTENAIRE DU PROJET Federaal Kenniscentrum Voor de Gezondheidszorg Centre Fédéral d Expertise Des Soins de Santé ÉTUDE NATIONALE SUR LA PRÉVALENCE DES INFECTIONS LIÉES AUX SOINS DANS LES HÔPITAUX AIGUS ET LEUR IMPACT SUR

Plus en détail

Enjeux et perspectives

Enjeux et perspectives Management du département infirmier dans un hôpital général Quels défis à relever? Enjeux et perspectives F. Schumacher Le Réseau Hospitalier de Médecine Sociale (R.H.M.S.) 755 lits L organigramme général

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

Direction générale Organisation des établissements de soins

Direction générale Organisation des établissements de soins Direction générale Organisation des établissements de soins Date 19/07/2007 Annexes Note AR du 26 avril 2007 AR du 19 juin 2007 (art 13 1 ) Objet: AR du 26 avril 2007 modifiant l AR du 23 octobre 1964

Plus en détail

PROCEDURE ENREGISTREMENT

PROCEDURE ENREGISTREMENT Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 04/PR/001/02/V01 04/PR/001/02/V02 04/PR/001/02/V03 04/PR/001/02/V04 04/PR/001/02/V05 04/PR/001/02/V06 04/PR/001/02/V07 04/PR/001/02/V08

Plus en détail

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX Arrêté royal du 28 décembre 2011 relatif à l exécution du plan d attractivité pour la profession infirmière, dans certains secteurs

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

OUVERTURE ET MISE EN PLACE

OUVERTURE ET MISE EN PLACE OUVERTURE ET MISE EN PLACE Estelle Marcault 20/01/2012 URC PARIS NORD 1 Ouverture et mise en place Trois types de visites/ réunions peuvent avoir lieu : Visite de sélection Réunion investigateur Visite

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etabli le : 01.12.10 Par : Roland Peitrequin Remplace la version du : 14.05.04

CAHIER DES CHARGES. Etabli le : 01.12.10 Par : Roland Peitrequin Remplace la version du : 14.05.04 CAHIER DES CHARGES Guide d utilisation 1. Actualisation Etabli le : 01.12.10 Par : Roland Peitrequin Remplace la version du : 14.05.04 Motif d actualisation : Engagement 2. Identification du poste Unité

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

A.Gt 24-03-1995 M.B. 10-08-1995. Le Gouvernement de la Communauté française,

A.Gt 24-03-1995 M.B. 10-08-1995. Le Gouvernement de la Communauté française, Lois 24363 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant le programme de l'enseignement clinique pour l'obtention du brevet d'infirmier(ère) hospitalier(ère) et d'infirmier(ère) hospitalier(ère)

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION Page : 1/10 MANUEL MAN-CAM-NUC-F Seule la version informatique est mise à jour, avant toute utilisation consulter sur le réseau Intranet la version en cours de ce document Page : 2/10 HISTORIQUE DE RÉVISION

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS)

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) Y. Berrouane 1, E. Graglia 1, Y. Gendreike 2, P. Veyres 1, P. Pugliese 3, F. Dulbecco

Plus en détail

TITRE DE LA FONCTION. L Infirmier(e) en Chef peut confier à un infirmier une ou plusieurs tâches ou missions qui lui sont assignées.

TITRE DE LA FONCTION. L Infirmier(e) en Chef peut confier à un infirmier une ou plusieurs tâches ou missions qui lui sont assignées. DESCRIPTION DE FONCTION CHPLT Sect. Contr. : SOI Année : 2010 N Fonction : 018 Version : 1 TITRE DE LA FONCTION INFIRMIER EN CHEF (H/F) 1. La fonction de l infirmier en Chef L Infirmier en Chef est responsable

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

OFFRE POUR CONSULTANCE

OFFRE POUR CONSULTANCE 1 3, Rue du Marché, B.P.1490 Bujumbura- Burundi, Tél. (257) 22 301300 / 301302 OFFRE POUR CONSULTANCE Recrutement d un(e) Consultant(e) national pour le poste d appui au programme «Droits des Femmes, Leadership

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E2/DGS/RI3/2007/231

CIRCULAIRE N DHOS/E2/DGS/RI3/2007/231 Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Ss-direction : de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé Bureau :

Plus en détail

LES aides IMPULSEO POUR LA Médecine Générale. www.le-gbo.be

LES aides IMPULSEO POUR LA Médecine Générale. www.le-gbo.be LES aides IMPULSEO POUR LA Médecine Générale Les 5P P1 : Prestation P2 : Patient P3 : Prestataire P4 : Pratique P5 : Performance? Financement collectif de la MG P3 : paiement au Prestataire Impulseo I

Plus en détail

Assurance santé. Votre santé en toute sérénité! Swiss santé. Frontaliers Suisses - Jeunes

Assurance santé. Votre santé en toute sérénité! Swiss santé. Frontaliers Suisses - Jeunes Assurance santé Votre santé en toute sérénité! Swiss santé Frontaliers Suisses - Jeunes Des formules adaptées à tous vos besoins de santé. Soins dentaires, hospitalisation, ou encore remplacement de lunettes

Plus en détail

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques SIP Août 2010 Route : 354 Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques Août 2010 1 Table des matières 1. Présentation du service p 3 2. Pathologies les plus courantes aux SIP. P 5 3. Objectifs de stage p

Plus en détail

DIRECTIVES DU DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L ENERGIE CONCERNANT LES CONDITIONS A REMPLIR PAR

DIRECTIVES DU DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L ENERGIE CONCERNANT LES CONDITIONS A REMPLIR PAR DIRECTIVES DU DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L ENERGIE CONCERNANT LES CONDITIONS A REMPLIR PAR LES ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX POUR PERSONNES AGEES EN VUE DE L OBTENTION D UNE AUTORISATION

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE Septembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

Conditions Particulières de Certification

Conditions Particulières de Certification Conditions Particulières de Certification RENOVATION ENERGETIQUE Page 1 sur 4 1. Objet et domaine d application du document Le présent document a pour objectif de définir les exigences spécifiques du processus

Plus en détail

COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR

COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR Symposium 19 novembre 2015 D. Favay (CPAS Charleroi), C. Guillaume (ISPPC), J. Janiczek (ISPPC), C. Laveaux (CHU Tivoli)

Plus en détail

Réformes dans la Fonction Publique

Réformes dans la Fonction Publique Réformes dans la Fonction Publique Précisions et propositions supplémentaires I.- Les avancements automatiques Il est précisé que le Gouvernement, en utilisant les termes «peut» ou «peuvent» dans les textes

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES 2, rue Descartes 93170 BAGNOLET Avril 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ Décembre 2006 SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Application des Précautions Standard dans les homes (EMS) neuchâtelois

Application des Précautions Standard dans les homes (EMS) neuchâtelois Application des Précautions Standard dans les homes (EMS) neuchâtelois Amélioration de l observance grâce à la formation Laure Lalive et Josiane Huberdeau, Infirmières en PCI du Service de la Santé Publique

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire. Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011

Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire. Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011 Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011 1 Etat des lieux Prévalence MRSA en 2007-2008 = 12% Formation en

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte PROPIN (programme national de prévention des infections nosocomiales) 2009-2013 Objectif Renforcer la prévention du risque infectieux soignants/soignés

Plus en détail

FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail

FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail Créé par l ANI du 05 décembre 2003, l entretien professionnel est intégré en 2014, pour la première fois, dans le Code du travail.

Plus en détail

Campagne québécoise des soins sécuritaires Volet prévention et contrôle des infections

Campagne québécoise des soins sécuritaires Volet prévention et contrôle des infections Description brève du projet Campagne québécoise des soins sécuritaires Volet prévention et Direction des risques biologiques et de la santé au travail Association québécoise d établissements de santé et

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Dossier d habilitation, de renouvellement et de bilan Diplôme d Université. I - Fiche d identité de la formation

Dossier d habilitation, de renouvellement et de bilan Diplôme d Université. I - Fiche d identité de la formation Dossier d habilitation, de renouvellement et de bilan Diplôme d Université Intitulé : Domaine : Niveau du diplôme : Niveau requis : Durée de la formation : Formation diplômante : Diplôme Inter-Universitaire

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

Indicateurs de qualité en hygiène hospitalière dans les hôpitaux aigus

Indicateurs de qualité en hygiène hospitalière dans les hôpitaux aigus Indicateurs de qualité en hygiène hospitalière dans les hôpitaux aigus Rapport final Direction opérationnelle Santé Publique et surveillance Natacha Viseur Dr Marie-Laurence Lambert Rue Juliette Wytsman

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

Pour la saison 2014-2015 de vaccination contre la grippe

Pour la saison 2014-2015 de vaccination contre la grippe Programmes publics de médicaments de l Ontario, Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Avis de l administratrice Administration par un pharmacien du vaccin antigrippal subventionné et demande

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (Règlement interne SCH) du xx décembre 2014 L administration de la SCH, vu l art. 10 de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013

ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013 Forum qualité sécurité HUG, 20 novembre 2014 Hôpitaux ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013 Patricia Francis Gerstel Pierre Chopard Service qualité des soins Etre Direction les

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006; CSSS/07/005 DÉLIBÉRATION N 07/003 DU 9 JANVIER 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AUX DISPENSATEURS DE SOINS EN VUE DE LA DÉTERMINATION DU STATUT

Plus en détail

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie)

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Cette évaluation s est réalisée sur le mois d aout 2013. Un groupe de travail a été formé avec le médecin coordonateur, l infirmière coordinatrice,

Plus en détail

www.pwc.com Projet AFR/017-09-46 Phase 2 : Déploiement du guide de contrôle interne Rapport de réconciliation

www.pwc.com Projet AFR/017-09-46 Phase 2 : Déploiement du guide de contrôle interne Rapport de réconciliation www.pwc.com Projet AFR/017-09-46 Phase 2 : Déploiement du guide de contrôle interne Rapport de réconciliation 08/12/2011 1. Introduction 1.1 Objectifs de la réconciliation A l issue des formations de

Plus en détail

19-01-2012. Faire un «X» dans la case. Entente. Entente de rendement ministère- RLISS (ERMR) ANNÉE :

19-01-2012. Faire un «X» dans la case. Entente. Entente de rendement ministère- RLISS (ERMR) ANNÉE : NOM DE L INDICATEUR RNI PRÉVENTION DES INFECTIONS DES PLAIES OPÉRATOIRES NUMÉRO D IDENTIFICATION DE L INDICATEUR RNI 92 DATE DE LA DERNIÈRE RÉVISION (JJ-MM-AAAA) 19-01-2012 DESCRIPTION DE L INDICATEUR

Plus en détail

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière MRSA A. C. Simon MD Hygiène Hospitalière Staphylococcus aureus 1 Les sites d infection possibles Lancet Infect Dis 2005;5:751-62 Taux de portage de Staph aureus par site chez l adulte Dans la population

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

CHARTE DE L ENFANT HOSPITALISÉ

CHARTE DE L ENFANT HOSPITALISÉ CHARTE DE L ENFANT HOSPITALISÉ 1 2 L Hôpital d Enfants de l Association Saint-François d Assise est situé dans le quartier de la Source de Saint-Denis, entre le jardin de l Etat et le Boulevard sud, 60

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Dr. Aurélie Fourneret-Vivier Praticien hospitalier Equipe Opérationnelle en Hygiène Centre Hospitalier Métropole

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

C O N V E N T I O N D AUDIT ENERGETIQUE. Bénéficiaire / Auditeur. Convention Bénéficiaire / Auditeur» AUDIT ENERGETIQUE.

C O N V E N T I O N D AUDIT ENERGETIQUE. Bénéficiaire / Auditeur. Convention Bénéficiaire / Auditeur» AUDIT ENERGETIQUE. C O N V E N T I O N D AUDIT ENERGETIQUE Bénéficiaire / Auditeur Convention Bénéficiaire / Auditeur» S O M M A I R E Page Article 1. OBJET DE LA CONVENTION...3 Article 2. DOCUMENTS CONTRACTUELS.3 Article

Plus en détail

Programme de la Formation Continue (PFC) de la Société Suisse en Médecine Interne Générale (SSMI)

Programme de la Formation Continue (PFC) de la Société Suisse en Médecine Interne Générale (SSMI) Programme de la Formation Continue (PFC) de la Société Suisse en Médecine Interne Générale (SSMI) 1 er janvier 2011 Table des matières 1. Bases légales et réglementaires... 2 2. Personnes soumises au devoir

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

L analyse de risque en pratique et la prévention de accidents du travail au CHUV. Sohf, 3 septembre 2009, Lausanne

L analyse de risque en pratique et la prévention de accidents du travail au CHUV. Sohf, 3 septembre 2009, Lausanne L analyse de risque en pratique et la prévention de accidents du travail au CHUV Sohf, 3 septembre 2009, Lausanne 1 Plan de la présentation - Introduction et chiffres du CHUV - Historique en SST - Analyse

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Acquisition d un logiciel de gestion de la qualité pour le laboratoire d analyses médicales du centre Hospitalier de la Rochelle en un lot unique.

Acquisition d un logiciel de gestion de la qualité pour le laboratoire d analyses médicales du centre Hospitalier de la Rochelle en un lot unique. Centre Hospitalier de La Rochelle AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Acquisition d un logiciel de gestion de la qualité pour le laboratoire d analyses médicales du centre Hospitalier de la Rochelle en

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %)

CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %) La Municipalité de Montreux met au concours un poste de : Tâches principales : CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %) Conseiller et aider la Municipalité, les services, les supérieurs hiérarchiques et les

Plus en détail

ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK. Politique sur l éducation professionnelle continue

ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK. Politique sur l éducation professionnelle continue ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK Politique sur l éducation professionnelle continue Approuvée à la réunion annuelle juin 1997/modification approuvée par le Conseil le 1 mai 1999/des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Est-ce que le tabagisme de la mère augmente la fé fréquence des infections nosocomiales? Etude conduite aux HCL

Est-ce que le tabagisme de la mère augmente la fé fréquence des infections nosocomiales? Etude conduite aux HCL Est-ce que le tabagisme de la mère augmente la fé fréquence des infections nosocomiales? Etude conduite aux HCL M Berland, R Girard, L Ayzac, M Bourjault, N Rat, MH Metzger, R Rudigoz, ML Valdeyron, P

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (Règlement interne de la SCH) du 26 février 2015 Approuvé par le Conseil fédéral le 18 février 2015 L administration de la Société suisse de crédit

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE (remplir un questionnaire par établissement / par site pour les hôpitaux multisites) Année 20

1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE (remplir un questionnaire par établissement / par site pour les hôpitaux multisites) Année 20 Surveillances BMR, bactériémies, infections en hémodialyse Hôpitaux, Clinques, CTR, services/centres d hémodialyse Données de surveillance, démographiques et de laboratoire 1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE

Plus en détail

Parlement européen EP/DGPRES/SEC/SER/2013-019 Clauses et Spécifications Techniques Particulières. Documents

Parlement européen EP/DGPRES/SEC/SER/2013-019 Clauses et Spécifications Techniques Particulières. Documents Parlement européen EP/DGPRES/SEC/SER/2013-019 Clauses et Spécifications Techniques Particulières La présente fiche fixe les spécifications techniques particulières minimales concernant les documents dus

Plus en détail

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE Etablissement Rédacteurs Manuel qualité de la prise en charge médicamenteuse Référence : Validation du contenu Approbation de la forme Autorisation de

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014 RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS Résultats de l enquête menée en 2014 0 Acronymes : ARS IDF : Agence régionale de santé Ile-de-France EHPAD : Etablissements d hébergement

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail