Population et ménages

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Population et ménages"

Transcription

1 PRÉFÈTE DU CHER Direction départementale des Territoires Population et ménages 1/19

2 Une population vieillissante qui diminue depuis 1990 Repères (données INSEE-RP 2007 et 2012) Cher Centre -Val de Loire France métropolitaine La population diminue entre 2007 et 2012 Nombre d habitants en Évolution de la population entre 2007 et ,9 % +1,5 % +2,6 % Variation annuelle de la population entre 2007 et ,2 % +0,3 % +0,5 % Due au solde naturel1-0,1 % +0,2 % +0,4 % -0,1 % +0,1 % +0,1 % (population municipale) (taux annuel moyen entre 2007 et 2012) Due au mouvement migratoire2 (taux annuel moyen entre 2007 et 2012) La densité de population est faible Densité3 en habitants/km² en ,1 65,5 116,5 Un indice de jeunesse4 faible (INSEE) Indice de jeunesse 0,74 0,91 1,02 Part des moins de 20 ans dans l ensemble de la population 21,8 % 24 % 24,4 % Part des plus de 60 ans dans l ensemble de la population 29,6 % 26,3 % 23,8 % Le solde naturel (ou accroissement naturel) est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d une période (INSEE). Le mouvement migratoire (ou solde migratoire) est la différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours d une période (INSEE). La densité de population est égale au nombre d habitants au km². L indice de jeunesse : nombre d habitants de moins de 20 ans / nombre d habitants de plus de 60 ans. Un indice de jeunesse supérieur à 1 indique qu il y a plus de personnes de moins de 20 ans que de plus de 60 ans. 2/19

3 Les habitants du département du Cher n ont pas de gentilé 5 unanimement reconnu. On parle de «chérien(nes)», ou de «berrichon(nes)» en référence à l ancienne province du Berry à laquelle appartenaient les majeures parties des actuels départements du Cher et de l Indre. Les gentilés n ont pas de valeur juridique, même si certaines collectivités délibèrent, après consultation de la population locale, à ce sujet, ce que le Conseil général du Cher n a pas fait jusqu à présent. 6 1 Évolution de la population Évolution de la population entre 1851 et 2012 (base 100) Source : INSEE RP Depuis 18517, l évolution de la population du Cher a suivi la même tendance que celle de la région et de la France métropolitaine, avant de s en démarquer nettement dans les années 1980, avec un fléchissement marqué. 160 base Cher 140 Centre 130 France La population du Cher a connu une forte progression de 1968 à 1982 (+5,1 %), suivie d un ralentissement jusqu en À partir de cette date, l évolution de la population devient négative (-2,2 % entre 1990 et 1999). La baisse se poursuit mais à un rythme moins important : -0,9 % entre 2007 et Entre 2011 et 2012, le Cher gagne 203 habitants Évolution de la population du Cher entre 1968 et 2012 (en nombre d'habitants) Source : INSEE RP Dénomination des habitants d un lieu, en référence à ce lieu. Article du Berry Républicain, «Berrichon, le gentilé aux deux visages» Philippe Delouzilière», 15 septembre 2013 : Jusqu en 1962, les personnes appartenant aux populations «comptées à part» (étaient comptées uniquement dans la commune où se trouvait leur établissement). Les résultats donnés pour les années après 1962, les militaires et élèves internes (population comptée à part) ayant une résidence personnelle en métropole sont comptés uniquement dans la commune de leur résidence personnelle. Source : INSEE, recensements de la population. 3/

4 Évolution de la population depuis 1968 La population progresse dans toutes les communes de manière concentrique autour de Bourges et le long de l axe Bourges-Vierzon. Entre 1968 et 2012, elle progresse dans la première couronne urbaine des trois communes principales du département. À titre d exemple, à Trouy, elle a augmenté de 396 % entre 1968 et 2012, tandis qu elle a régressé de 6 % à Bourges dans le même temps. La population de Saint-Amand-Montrond et de Vierzon diminue également (respectivement -9 % et -20 %), tandis que les communes péri-urbaines connaissent de fortes évolutions de population (Saint-Hilaire-de-Court +148 % et Orval + 31 %). Les parties est et sud du Cher perdent des habitants, à l exception du secteur autour de Saint-AmandMontrond et de l extrême est du département, soumis à l influence des pôles urbains nivernais. Évolution de la population entre 2007 et 2012 Entre 2007 et 2012 la population du Cher a diminué de 0,9 %. On observe une baisse de la population à Saint-Amand-Montrond, Bourges, et Vierzon, avec respectivement un déficit de population de 8%, 6 % et 2 % durant cette même période. Toutefois, 54 % des communes du Cher gagnent des habitants. La population des communes périphériques progresse comme à Moulins-sur-Yèvre avec +37 %, et parfois fortement comme à Osmoy dont la population a progressé de 72 % entre 2007 et /19

5 Zoom sur l évolution de la population entre 2007 et 2012 dans les communautés de communes et d agglomération du Cher (EPCI au 1er janvier 2015) Remarque : Les communautés de communes du sud du département, les Terres du Grand Meaulne et Boischaut-Marche ont fusionné au 1er janvier 2015 pour former la communauté de communes «Berry-Grand-Sud». Sur la carte ci-dessus, elles sont encore séparées, mais l évolution calculée est celle de la nouvelle communauté de communes. 10 EPCI8 sur 22 connaissent une progression de leur population. La population de la communauté de communes de la Septaine a progressé de 9 % entre 2007 et La communauté de communes Cœur de France a perdu 5 % de ses habitants. La communauté d agglomération Bourges Plus a, quant à elle, perdu 3 % de sa population. Les EPCI auxquels adhèrent les trois villes principales du Cher perdent des habitants. La communauté de communes de Vierzon-Sologne-Berry enregistre une baisse de 2 % de sa population. 8 Établissement Public de Coopération Intercommunale 5/19

6 Facteurs d évolution de la population 6/19

7 L évolution de la population est liée à l apport ou au départ de population du territoire (mouvement migratoire9) et aux naissances et décès des personnes domiciliées sur ce même territoire (solde naturel 10). La variation moyenne annuelle de la population entre 2007 et 2012 a été de -0,2 % due autant au déficit naturel (-0,1 %) qu au mouvement migratoire déficitaire (-0,1 %). La plupart des communes péri-urbaines de l agglomération de Bourges cumule solde naturel et mouvement migratoire positifs. Bourges, Saint-Amand-Montrond et Vierzon perdent de la population : Vierzon du fait du cumul du solde naturel 0,2 % par an) et du mouvement migratoire négatifs (0,2 % par an); Saint-Amand-Montrond connaît des variations annuelles encore plus importantes : -0,8 % par an pour le mouvement naturel et -1 % pour les mouvements migratoires ; Bourges affiche un solde migratoire déficitaire (-1,4 % par an), non compensé par un solde naturel tout juste positif (+0,1 % par an). Le mouvement migratoire n est pas discriminant à l échelle du territoire, alors que le solde naturel révèle une tendance au vieillissement de la population dans les zones rurales. 9 Le mouvement migratoire (ou solde migratoire) est la différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours d une période (INSEE). 10 Le solde naturel (ou accroissement naturel) est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d une période (INSEE). 7/19

8 Évolution de la fécondité Indicateur conjoncturel de fécondité de 1999 à 2013 Source : INSEE, estimations de population, état civil L indicateur conjoncturel de fécondité11 du Cher a progressé, passant de 1,80 enfants par femme en 1999, à 2,01 en Il est légèrement inférieur à celui région Centre-Val de Loire (2,02) et légèrement supérieur à la moyenne nationale (1,99). 2,2 2,1 2 1,9 1,8 1,7 1, Cher Centre-Val de Loire France 2 Répartition de la population En 1968, 54 % de la population vit dans des communes de plus de habitants (6 % des communes), dont 38 % dans les trois centres urbains. Cette part s élevait à 60 % en À partir de 1975, on observe un fléchissement du nombre d habitants dans les communes de plus de habitants, accompagné d une progression dans leur périphérie (communes de à habitants). En 2012, 56 % de la population est regroupée dans les communes de plus de habitants. 33 % de la population vit dans les trois pôles urbains. 11 L indicateur conjoncturel de fécondité est la somme des taux de fécondité par âge observés une année donnée. Cet indicateur donne le nombre moyen d enfants qu aurait une femme tout au long de sa vie si les taux de fécondité observés à chaque âge l année considérée demeuraient inchangés. Il est parfois exprimé en «nombre d enfants pour 100 femmes» (INSEE). 8/19

9 La densité moyenne du Cher en 2012 est de 43,1 habitants/km², ce qui en fait un département rural. La population est concentrée dans les villes principales (Bourges 970 habitants/km²), et 3% des communes ont une densité supérieure à 200 habitants/km² (densité forte) ; 68 % des communes ont une densité inférieure à 30 habitants/km². 21 % des communes a moins de 10 habitants/km². Cette densité de population est qualifiée de faible (DATAR), et correspond aux densités que l on trouve dans la «diagonale du vide»12. Depuis 1975, les villes-centres voient leur densité s affaiblir (Bourges est passée de habitants/km² en 1968, à 970 en 2012), au profit des zones péri-urbaines qui se densifient parfois fortement (Trouy passant de 34 habitants/km² en 1968 à 168 en 2012). On note aussi une densification de la population le long de l axe Bourges-Vierzon. 12 Diagonale nord-est/sud-est (de la Meuse aux Landes) où se concentrent les zones de densités très faibles (inférieures à 30 habitants/km²). Cette diagonale des «faibles densités» s est créée après les exodes ruraux du XIX ème et XXème siècle, et des phénomènes d urbanisation de la 2nde moitié du XXème siècle. 9/19

10 3 Âge de la population En 1968, l indice départemental de jeunesse était de 1,4, ce qui signifie qu il y avait plus de personnes de moins de 20 ans que de plus de 60 ans. En 1968, la majorité des communes avait une population jeune, avec des indices parfois très importants (17 à Saugy, 10 à Osmoy). Les - de 20 ans et les + de 60 ans en 1968 Sour ce : INSEE RP de 20 ans + de 60 ans Les - de 20 ans et les + de 60 ans en 2012 Source : INSEE RP de 20 ans + de 60 ans 10/19

11 En 2012, l indice de jeunesse de la population du département est de 0,74. En 2012, les communes du sud, de l est et du nord du département ont une population de plus de 60 ans plus importante que les moins de 20 ans. Les indices de jeunesse de Bourges, Vierzon et Saint-Amand-Montrond sont faibles : équivalent à la moyenne départementale pour Bourges avec 0,79 ; 0,61 pour Vierzon et 0,52 pour Saint-Amand-Montrond. À l inverse, certaines communes ont une population beaucoup plus jeune (indice de jeunesse de SaintCaprais de 3,48). Répartition des classes d âge Pyramide des âges du Cher en 1968 Source : INSEE RP ans et ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans 5-9 ans 0-5 ans Hommes Femmes Les pyramides des âges13 comparées de 1968 et de 2012, mettent en évidence le vieillissement de la population. La base large de la pyramide de 1968 indique une forte proportion de population jeune. Les deux accidents observables sur les classes d âge et ans correspondent aux deux guerres mondiales. En 1968, les classes d âge dominantes étaient les moins de 20 ans. Pyramide des âges du Cher en 2012 Source : INSEE RP exploitation principale 95 ans et + 90 à 94 ans 85 à 89 ans 80 à 84 ans 75 à 79 ans 70 à 74 ans 65 à 69 ans 60 à 64 ans 55 à 59 ans 50 à 54 ans 45 à 49 ans 40 à 44 ans 35 à 39 ans 30 à 34 ans 25 à 29 ans 20 à 24 ans 15 à 19 ans 10 à 14 ans 5 à 9 ans 0 à 4 ans Hommes Femmes montre un fort rétrécissement de la base de la pyramide, puis un élargissement, ce qui confirme une diminution des classes d âge les plus jeunes et un vieillissement de la population. La diminution du rythme des naissances depuis 1968 serait liée à un vieillissement de la population et non à une baisse de la fécondité (indice de fécondité de 1,99 enfants par femme en 2012). On observe un «rétrécissement» des classes d âge de 20 à 35 ans, qui est beaucoup moins marqué sur la pyramide de la région Centre, qui peut laisser supposer un départ hors département de ces classes d âge lors des études ou de mutations professionnelles. 13 La pyramide des âges représente la répartition par sexe et par âge de la population à un instant donné. Les effectifs par sexe et par âge dépendent des interactions passées de la fécondité, de la mortalité et des migrations. Mais la forme de la pyramide et les variations de celle-ci avec les années sont avant tout tributaires des variations de fécondité (INSEE). 11/19

12 Pyramide des âges de la région Centre en 2012 Pyramide des âges de la France métropolitaine en 2012 Source : INSEE RP exploitation principale Source : INSEE RP Exploitation principale 95 ans et + 90 à 94 ans 85 à 89 ans 80 à 84 ans 75 à 79 ans 70 à 74 ans 65 à 69 ans 60 à 64 ans 55 à 59 ans 50 à 54 ans 45 à 49 ans 40 à 44 ans 35 à 39 ans 30 à 34 ans 25 à 29 ans 20 à 24 ans 15 à 19 ans 10 à 14 ans 5 à 9 ans 0 à 5 ans 95 ans et 90 à 94 ans 85 à 89 ans 80 à 84 ans 75 à 79 ans 70 à 74 ans 65 à 69 ans 60 à 64 ans 55 à 59 ans Hommes 50 à 54 ans Femmes 45 à 49 ans 40 à 44 ans 35 à 39 ans 30 à 34 ans 25 à 29 ans 20 à 24 ans 15 à 19 ans 10 à 14 ans 5 à 9 ans 0 à 5 ans Hommes Femmes /

13 Une progression du nombre de ménages, de plus en plus petits Repères (données INSEE, RP 2007 et 2012, exploitations principales) Cher Centre Val de Loire France métropolitaine Le nombre de ménages14 progresse moins vite qu en région Centre et qu en France Nombre de ménages Évolution du nombre de ménages entre 2007 et ,8 % +3,7 % +4,6 % La taille des ménages diminue entre 2007 et 2012 Taille des ménages en ,2 2,3 2,3 Taille des ménages en ,1 2,2 2,2 Plus d un ménage sur 3 est composé d une personne seule Ces petits ménages sont plus nombreux qu en 2007 Pourcentage des ménages d une personne dans l ensemble des ménages en ,6 % 34,1 % 34,5 % Part des ménages d une personne en % 32,6 % 33,3 % 14 Un ménage, au sens du recensement de la population, désigne l ensemble des personnes qui partagent la même résidence principale, sans que ces personnes soient nécessairement unies par des liens de parenté. Un ménage peut être constitué d une seule personne. Il y a égalité entre le nombre de ménages et de résidences principales (INSEE). 13/19

14 1 Évolution du nombre de ménages Évolution depuis 1968 Évolution du nombre de ménages et de la population des ménages entre 1968 et 2012 (base 100) (source : INSEE- RP) Comme sur l ensemble du territoire, le nombre de ménages a continuellement progressé depuis 1968, mais s accompagne depuis 1990, d une baisse de la population des ménages. 120 Ceci est dû au phénomène de décohabitation 15, qui a généré des petits ménages et des ménages recomposés nombre de ménages population des ménages De 1968 à 2012, le nombre de ménages a progressé de 41 %, notamment autour de Bourges et de Vierzon. 15 La décohabitation résulte de la décision des membres d un ménage de cesser d habiter ensemble (divorces, mutations professionnelles, fin des ménages multi-générationnels ). 14/19

15 Évolution entre 2007 et 2012 Pendant que le Cher perdait 0,9 % de sa population entre 2007 et 2012, le nombre de ménages progressait de 1,8 %. 71% des communes du département du Cher gagnent des ménages. Les trois communes principales perdent des habitants et des ménages : Saint-Amand-Montrond perd 8,3 % de ses habitants et 6 % de ses ménages. Bourges et Vierzon perdent 1,4 % et 0,1 % de leurs ménages et enregistrent une érosion de leur population de 6,3 % et 2,3 % entre 2007 et Les territoires périphériques de la commune de Bourges gagnent des habitants et des ménages. Zoom sur l évolution des ménages dans les communautés d agglomération entre 2007 et 2012 (EPCI au 1er janvier 2014) de communes et Remarque : Les communautés de communes du sud du département, les Terres du Grand Meaulne et Boischaut-Marche ont fusionné au 1er janvier 2015 pour former la communauté de communes «Berry-Grand-Sud». Sur la carte ci-dessus, elles sont encore séparées, mais l évolution calculée est celle de la nouvelle communauté de communes. 15/19

16 Toutes les communautés de communes et d agglomération du Cher gagnent des ménages, sauf celles de Portes du Berry entre Loire et Val d Aubois et du Cœur de France qui cumulent baisse de la population et diminution du nombre de ménages. 41 % des EPCI16 cumulent augmentation de la population et du nombre de ménages, avec de fortes progressions enregistrées. Par exemple, la communauté de communes de la Septaine enregistre une progression de 9 % des ménages et de 9 % de la population. La Communauté d agglomération Bourges Plus gagne des ménages, mais perd des habitants. 2 Taille des ménages Évolution de la taille des ménages Source : INSEE RP (exploitations complémentaires) % personne 2 personnes 3 personnes 4 personnes 5 personnes 6 personnes et + Nombre de personnes du ménage La taille des ménages a continuellement diminué, passant de 2,9 personnes par ménages en 1968 à 2,1 en Cette évolution est conforme à celle observée sur le territoire national métropolitain. On observe une nette progression du nombre de petits ménages de 1 à 2 personnes. 3 Les ménages pauvres (Source : Filocom)17 Répartition des ménages pauvres par type d'occupation des résidences principales Source : Filocom % 36% Propriétaires occupants pauvres Locataires pauvres du secteur privé Locataires pauvres du secteur public 36% 16 Établissement Public de Coopération Intercommunale 17 Filocom : Fichier des Logements par COmmunes Ce fichier est créé par la D.G.I (Direction Générale des Impôts) pour les besoins du ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement Durable et de la Mer. Il correspond à un traitement automatisé de données issues de fichiers fiscaux et fonciers. Ses principales finalités sont l aide à la définition et à la mise en œuvre des politiques locales de l habitat, l aide à la programmation du logement social, à l observation et à l évaluation des politiques publiques en matière d habitat. Un secret statistique s applique si les données sont inférieures ou égales à 10 unités. 16/19

17 Le département compte ménages pauvres en 2013, soit 10,3 % de l ensemble des ménages. Cette part est largement supérieure à la moyenne régionale de 8,5 %. Ce sont des ménages dont les ressources sont inférieures à 30 % du plafond HLM (habitation à loyer modéré). 72 % de ces ménages pauvres sont des locataires qui se partagent à parts égales entre les locataires du secteur privé et du secteur public. Part des ménages pauvres (ressources inférieures à 30 % du plafond HLM) en 2013 La carte ci-dessus montre une plus forte proportion de ménages pauvres dans le sud et la frange est du département, atteignant parfois un quart des ménages comme à Laverdines et Thou. Bourges, Saint-Amand-Montrond et Vierzon ont une part de ménages pauvres supérieurs à la moyenne départementale, avec respectivement 14%, 14,5 % et 15,2 % de ménages pauvres. Les communes autour de Bourges ont un taux de ménages pauvres largement inférieur à la moyenne du département. 17/19

18 L évolution de la population du Cher à l horizon 2040 Repères (données INSEE) Cher Centre Hypothèses d évolution de population à l horizon habitants en en habitants en habitants en 2040 L INSEE a mis en place une méthode de projection de la population à l aide du modèle OMPHALE (Outil de Modélisation et de Projection d Habitants, d Actifs, de Logements et d Élèves) 18. Nous donnons ici les tendances du scénario central Omphale Évolution de la population La population du Cher resterait stable entre 2005 et 2040, et ce, grâce à l apport migratoire, dont un grand nombre de retraités. Le solde naturel resterait négatif. Âge de la population Les classes d âge de 0 à 59 ans connaîtraient une forte baisse de leurs effectifs passant de 74 % en 2007 à 63 % en 2040, tandis que les classes d âge au-delà de 60 ans passeraient de 26 % à 37 %. L âge moyen de la population dans le Cher passerait de 42,3 ans en 2007 à 47 ans en 2040, alors que celles de la région Centre seraient de 40,5 en 2007 à 44,8 ans en Pour en savoir plus sur la projection à l horizon 2040 : 18 La méthode OMPHALE consiste en une simulation de l évolution des effectifs par sexe et âge d une population, en fonction des critères de natalité, mortalité et migrations. La population de l année n+1 est obtenue en faisant vieillir la population, en appliquant ces trois composantes. 19 Scénario central basé sur trois hypothèses : la fécondité de chaque département est maintenue à son niveau de 2007 ; la mortalité baisse au même rythme qu en France métropolitaine où l espérance de vie atteindrait 83,1 ans pour les hommes et 88,8 ans pour les femmes en 2040 ; les quotients migratoires calculés entre 2000 et 2007 sont maintenus constants sur toute la période de la projection. Il existe d autres scénarios qui modulent à la hausse ou à baisse différents critères (espérance de vie, migrations ) 18/19

19 19/19

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats Commission de développement des ressources humaines des Premières Nations du Québec (EDRHA de l'apnql) Collectif des services d'emploi et de formation de 29 communautés de Premières nations et de 4 centres

Plus en détail

Ateliers-débats/2.12.2014

Ateliers-débats/2.12.2014 / Ateliers-débats I 2 décembre 2014 I Quels enjeux d habitat dans le SCoTAM? I 2 Ateliers-débats/2.12.2014 Quels enjeux d habitat dans le SCoTAM? PRÉSIDENCE : M. Henri HASSER, Président du SCoTAM PRÉSENTATION

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Rendez-vous de Insee. «Des projections de ménages aux besoins. en logement» Mardi 11 décembre 2012. Annaïg LE MEUR, SIAL/DPH

Rendez-vous de Insee. «Des projections de ménages aux besoins. en logement» Mardi 11 décembre 2012. Annaïg LE MEUR, SIAL/DPH Rendez-vous de Insee «Des projections de ménages aux besoins en logement» Mardi 11 décembre 2012 Annaïg LE MEUR, SIAL/DPH SOMMAIRE 1. L'évaluation des besoins en logements menée en Pays de la Loire Contexte

Plus en détail

Vieillissement du parc de logements et hausse du nombre de ménages stimulent la demande potentielle de logements à l horizon 2030

Vieillissement du parc de logements et hausse du nombre de ménages stimulent la demande potentielle de logements à l horizon 2030 Vieillissement du parc de logements et hausse du nombre de ménages stimulent la demande potentielle de logements à l horizon 2030 Elisabeth VILAIN, Véronique BRUNIAUX, Rémi CAPOT, Insee Olivier GAUCHET,

Plus en détail

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle N 18 Septembre 20 Les grandes aires urbaines d ACAL : la croissance démographique tirée par les couronnes des grands pôles La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines

Plus en détail

La région urbaine de Marseille Aix-en-Provence

La région urbaine de Marseille Aix-en-Provence La région urbaine de Marseille Aix-en-Provence ESA, distribution Eurimage - Geosys, traitements GEOSYS et GEOMÉDITERRANÉE La région urbaine : un territoire polarisé par l emploi Bouches-du-Rhône Istres

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

!"# $ ( ' ) * + * + +, " #

!# $ ( ' ) * + * + +,  # Laurent NOWIK / Joseph LARMARANGE! : les taux sont toujours annuels et se calculent à partir de la population moyenne. " #!"# $ On utilise la formule suivante : Population (1/1/ t+1) Population (1/1/t)

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays ont approuvé un Programme d action qui

Plus en détail

Le parc locatif privé. Logements - Occupants - Loyers. en Loire-Atlantique en 2007. Synthèse

Le parc locatif privé. Logements - Occupants - Loyers. en Loire-Atlantique en 2007. Synthèse Le parc locatif privé en Loire-Atlantique en 2007 Logements - Occupants - Loyers Synthèse Sommaire Comparaisons nationales page 4 Les caractéristiques du parc locatif privé en Loire-Atlantique page 6 Les

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Ville de Rennes. Quartier «Gare» n 8

Ville de Rennes. Quartier «Gare» n 8 Ville de Rennes Quartier «Gare» n 8 Le quartier 8 : Gare est composé de 2 secteurs : le secteur Albert de Mun - Coutenceau Gaétan Hervé Jean Baptiste Barré Haut Quineleu et le secteur Margueritte Villeneuve

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L OCCUPATION

ENQUÊTE SUR L OCCUPATION ENQUÊTE SUR L OCCUPATION DU PARC SOCIAL EN RÉGION NORD-PAS-DE-CALAIS 15 octobre 2015 Le cadre réglementaire Une enquête triennale rendue obligatoire en 1996 Les renseignements doivent être transmis pour

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Regards croisés Lyon-Marseille

Regards croisés Lyon-Marseille JEUDI 28 MAI 2015 Regards croisés Lyon-Marseille Deux territoires face aux tendances récentes REGARDS CROISÉS LYON-MARSEILLE Démographie Zoom sur les dynamiques démographiques des métropoles. Habitat Les

Plus en détail

1. Données de cadrage

1. Données de cadrage 1. Données de cadrage Avant de détailler les indicateurs de précarité recueillis par sous thème, cette première partie présente les principales données démographiques sur La Réunion (population, densité,

Plus en détail

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique 1 La ville connaît, depuis les années 1980, un dynamisme démographique qui ne semble pas près de faiblir : le solde naturel, croissant, compense nettement le solde migratoire négatif. L accroissement rapide

Plus en détail

ENIM. Etablissement National des Invalides de la Marine

ENIM. Etablissement National des Invalides de la Marine CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.17 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 ENIM Etablissement National

Plus en détail

TD de démographie Licence Sciences Sociales Année 2005-2006 - Semestre 2 Thématique : Fécondité - Famille

TD de démographie Licence Sciences Sociales Année 2005-2006 - Semestre 2 Thématique : Fécondité - Famille Exercice 1 : Evolution de la fécondité en France Fécondité selon l âge de la mère et le rang de naissance 1 Par lecture, déterminer et commenter les valeurs des points correspondant au groupe d âges 20-24

Plus en détail

Agence CITTE CLAES - AEThIC Environnement 2014 LES PARAMETRES SUPRA COMMUNAUX 106 LES EQUIPEMENTS DE LA COMMUNE 110 ANALYSE SOCIO-DEMOGRAPHIQUE 123

Agence CITTE CLAES - AEThIC Environnement 2014 LES PARAMETRES SUPRA COMMUNAUX 106 LES EQUIPEMENTS DE LA COMMUNE 110 ANALYSE SOCIO-DEMOGRAPHIQUE 123 2 EME PARTIE : DIAGNOSTIC DU TERRITOIRE 105 LES PARAMETRES SUPRA COMMUNAUX 106 1. LA DIRECTIVE TERRITORIALE D AMENAGEMENT DE L ESTUAIRE DE LA LOIRE 106 2. LE SCOT DE LA METROPOLE NANTESSAINTNAZAIRE 107

Plus en détail

Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement plus

Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement plus ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Revenu fiscal des Ménages dans les métropolitains Les risques A RETENIR Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement

Plus en détail

qu est le Schéma Directeur du saumurois qui est en train d élaborer un Schéma de Cohérence Territoriale.

qu est le Schéma Directeur du saumurois qui est en train d élaborer un Schéma de Cohérence Territoriale. Communauté de Communes de la Région de Doué la Fontaine Analyse des données INSEE de 1968 à 26 Population et Logement Damien BINOS Janvier 21 PREAMBULE Le travail qui suit a été effectué par Damien BINOS

Plus en détail

Mi-2004, les résidences principales représentent

Mi-2004, les résidences principales représentent 5 LOGEMENT PRÉSENTATION Mi-2004, les résidences principales représentent près de 83 % des logements bourguignons et parmi elles, près des deux tiers sont des maisons individuelles. En proportion, ces dernières

Plus en détail

WT21 Impact des évolutions démographiques

WT21 Impact des évolutions démographiques Session 1 La vision chinoise La taille de la population, un problème toujours aussi important : - dans l hypothèse de 2 enfants par femme, la population augmente, - objectif de la politique démographique

Plus en détail

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 ANALYSE DES GRANDS INDICATEURS DU MARCHÉ DU TRAVAIL L emploi Le taux d emploi des personnes âgées de 15 à 64 ans

Plus en détail

LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT

LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT Séminaire PLH Caen la mer 07/11/2014 1 I. La place du logement et de l habitat dans le quotidien de nos concitoyens 2 LA PLACE DU LOGEMENT ET

Plus en détail

Communauté d'agglomération de Reims

Communauté d'agglomération de Reims Communauté d'agglomération de Reims Une déprise démographique LA DÉMOGRAPHIE Population Population Population Population variation variation variation en 1982 en 1990 en 1999 en 2007 1982/1990 1990/1999

Plus en détail

PORTRAIT SOCIO-ÉCONOMIQUE RÉGIONAL DE L ESTRIE

PORTRAIT SOCIO-ÉCONOMIQUE RÉGIONAL DE L ESTRIE PORTRAIT SOCIO-ÉCONOMIQUE RÉGIONAL DE L ESTRIE MAI 2009 Portrait socio-économique régional de l Coordination de l édition Fréchette, conseiller en développement Recherche et rédaction Prisca Marcotte,

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Remerciements à nos partenaires

Remerciements à nos partenaires Remerciements à nos partenaires Publication : ADIL03 Directeur de la publication : Roland AJUS (Directeur de l ADIL) Comité de lecture : Marie-Christine FROMONT-DANJOU (Directeur de l Habitat et du Logement

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

L ARTISANAT EN REGION CENTRE

L ARTISANAT EN REGION CENTRE L ARTISANAT EN REGION CENTRE 1 842 communes 2 457 516 habitants (est. 1.1.2) 32 813 entreprises artisanales employant 9 113 salariés (eff. moyen : 2,7) Dreux Nogent le Rotrou CHARTRES Châteaudun Pithiviers

Plus en détail

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national A. Les déplacements 1. La mobilité A - Contexte national Avec les enjeux liés à l'environnement et au changement climatique, les déplacements sont au cœur des préoccupations : indispensable à nos modes

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 DREAL Champagne- Ardenne Juin 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES Le logement en chiffres La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 En 2012, 2 191 permis ont été délivrés en Champagne-Ardenne

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels

LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels Guillaume Marois Alain Bélanger Institut national de la recherche

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

L ÉVOLUTION DE LA POPULATION DE PARIS

L ÉVOLUTION DE LA POPULATION DE PARIS 17, boulevard M O R L A N D - 75004 P ARIS T éléphone :0142712814- T élécopie :0142762405 L ÉVOLUTION DE LA POPULATION DE PARIS Analyse de la dynamique 1954-99 et perspectives 2000-2020 Novembre 2002 SOMMAIRE

Plus en détail

COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036?

COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036? COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036? Projections de la population de Lanaudière-Sud et de ses MRC Novembre 2014 André Guillemette Service de surveillance, recherche et évaluation Direction de santé publique Agence

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion CNRACL Octobre 2014 Résumé La Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) est un régime de retraite complet

Plus en détail

Détermination de la durée d assurance applicable à la génération 1955. selon les règles de calcul définies par la loi de 2003

Détermination de la durée d assurance applicable à la génération 1955. selon les règles de calcul définies par la loi de 2003 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 6 juillet 2011 à 9 h 30 «Avis technique sur l évolution de la durée d assurance pour la génération 1955» Document N 4 Document de travail, n engage

Plus en détail

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois Avril 2013 1. Carte d identité du territoire et chiffres-clefs Nombre d habitants SCOT (2012) : 139 345 Nombre de communes

Plus en détail

Les besoins en logements des ménages

Les besoins en logements des ménages Conflans-Sainte-Honorine Mantes-la-Jolie Les Mureaux Observatoire Seine Aval Les besoins en logements des ménages de Seine Aval Poissy La Note n 3 Des ménages plus nombreux, des besoins en logements accrus

Plus en détail

Programme Local de l'habitat

Programme Local de l'habitat 2014 / 2019 Programme Local de l'habitat Diagnostic territorial Janvier 2013 SOMMAIRE PREAMBULE : le périmètre d étude 3 1. LA POPULATION 5 1.1 Le contexte démographique 5 1.1.1 Un pôle démographique central

Plus en détail

Plan Départemental de l Habitat de l Eure

Plan Départemental de l Habitat de l Eure Département de l Eure Direction du Développement Economique et de l'aménagement du Territoire Plan Départemental de l Habitat de l Eure Fiche territoriale SCOT de la CA Seine Eure - Forêt de Bord SCOT

Plus en détail

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal 1 LES CHANGEMENTS SOCIODÉMOGRAPHIQUES DE MONTRÉAL Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal Au cours des dernières décennies, la population montréalaise a subi d importantes transformations.

Plus en détail

Diagnostic. La couronne nord

Diagnostic. La couronne nord Diagnostic La couronne nord Evolutions démographiques et profil des ménages Une densité de population moyenne (1 700 hab/km 2 ), 10% des habitants et 10% des ménages de LMCU Plus d un tiers des ménages

Plus en détail

>>> PARTIE 4 : PÉRIURBANISATION ET CONSOMMATION D ESPACES LA CONSOMMATION D ESPACES POUR L HABITAT

>>> PARTIE 4 : PÉRIURBANISATION ET CONSOMMATION D ESPACES LA CONSOMMATION D ESPACES POUR L HABITAT Les lois du Grenelle de l environnement réaffirment l exigence de lutter contre la régression des surfaces agricoles et naturelles. À cette fin, elles renforcent le rôle des documents d urbanisme, notamment

Plus en détail

ET TENDANCES DÉMOGRAPHIQUES. Service Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Février 2010

ET TENDANCES DÉMOGRAPHIQUES. Service Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Février 2010 MARCHÉ DE LA REVENTE ET TENDANCES DÉMOGRAPHIQUES AU QUÉBEC Service Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Février 2010 Ce texte reprend les faits saillants du rapport Perspectives

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

La construction de logements neufs. Communauté urbaine et aire urbaine de Nantes

La construction de logements neufs. Communauté urbaine et aire urbaine de Nantes La construction de logements neufs Communauté urbaine et aire urbaine de Nantes La construction neuve dans la Communauté urbaine de Nantes de janvier 2004 à décembre 2006 Plus de 12 000 logements construits

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

La fréquentation hôtelière (INSEE/DGE/CRT et partenaires régionaux)

La fréquentation hôtelière (INSEE/DGE/CRT et partenaires régionaux) La fréquentation hôtelière (INSEE/DGE/CRT et partenaires régionaux) Méthodologie L'enquête de fréquentation dans l'hôtellerie de tourisme est une enquête nationale, effectuée par sondage auprès d'un échantillon

Plus en détail

Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes

Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes Afin d avoir une vue d ensemble des transactions foncières et immobilières effectuées en région Rhône-Alpes, l Observatoire Régional de l Habitat

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité 1 Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité RTE est le responsable du réseau de transport d électricité français. Opérateur de service public, il a pour mission l exploitation, la maintenance

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

I) Evolution de la demande d emploi mensuelle

I) Evolution de la demande d emploi mensuelle Document rédigé le 27/04/2015 LES ESSENTIELS DE L EMPLOI - Chiffres de mars 2015 Plan : I) Evolution de la demande d emploi mensuelle (pages 1 et 2) - Catégorie A - Catégorie ABC - Entrées et sorties/offres

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me ROBIN Laurent Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Comme chaque année, la Chambre des Notaires de PAU présente une analyse du

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T Diagnostic 11 DIAGNOSTIC 2500 2000 1500 1000 500 0 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 Production neuve : nombre de logements par an entre 1999 et 2005 (point mort de production à 1 100 logements)

Plus en détail

Séminaire de l'observation urbaine. 13 novembre 2012. La maison individuelle, une réponse au logement des français?

Séminaire de l'observation urbaine. 13 novembre 2012. La maison individuelle, une réponse au logement des français? La maison individuelle, une réponse au logement des français? Séminaire de l'observation urbaine 13 novembre 2012 ministère de l'égalité des territoires et du Logement ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires)

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) janvier 2013 L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) Sommaire 1. Les résultats provisoires de 2012 2. Perspectives longues 3. L image globale de l année 2012 4. L année

Plus en détail

L hôtellerie de tourisme en 2008

L hôtellerie de tourisme en 2008 Ministère de l économie, des finances et de l emploi Direction du Tourisme N 2008 2 Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques Mars 2008 L hôtellerie de tourisme

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

Conférence de presse sur la précarité énergétique liée au logement

Conférence de presse sur la précarité énergétique liée au logement Conférence de presse sur la précarité énergétique liée au logement 17 Alexandre GIRAUD Chef de projets, Insee Poitou-Charentes Étienne DE PINS-LOZE Chargé d études, AREC Poitou-Charentes La précarité énergétique

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques Projection de la population active du Québec de 2010 à 2030 en fonction de cinq hypothèses d'allongement de la vie active À la demande de la Commission nationale sur la participation

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Projet de loi n o 4. Présentation. Présenté par M. Laurent Lessard Ministre des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire

Projet de loi n o 4. Présentation. Présenté par M. Laurent Lessard Ministre des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 4 Loi permettant aux municipalités d octroyer un crédit de taxes à certains propriétaires d immeubles résidentiels touchés par une hausse

Plus en détail

Evolution Chiffres Tendances. L essentiel. sur. le logement. ogement Habitat. en Alsace

Evolution Chiffres Tendances. L essentiel. sur. le logement. ogement Habitat. en Alsace Evolution Chiffres Tendances L essentiel sur ogement Habitat le logement en Le parc de Logement En, la croissance du parc résidentiel est toujours forte La croissance du parc résidentiel est deux fois

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du * de l Angoumois Avril 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire Nombre d habitants

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Population. 1. Une faible croissance démographique. Un poids démographique important au Nord-Est parisien

Population. 1. Une faible croissance démographique. Un poids démographique important au Nord-Est parisien #1 2 1 Globalement, la ville connaît une relative stagnation de sa population, qui s explique en grande partie par un solde migratoire négatif. Toutefois, les moyennes statistiques démographiques n'ont

Plus en détail

Points forts LES AUSTRALES EN 2012 : UN SOLDE MIGRATOIRE EXCÉDENTAIRE ÉTUDES. De la Polynésie française

Points forts LES AUSTRALES EN 2012 : UN SOLDE MIGRATOIRE EXCÉDENTAIRE ÉTUDES. De la Polynésie française Points forts 1 De la Polynésie française INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE LES AUSTRALES EN 212 : UN SOLDE MIGRATOIRE EXCÉDENTAIRE Points forts De la Polynésie française Au 22 août 212,

Plus en détail

Profil sociodémographique

Profil sociodémographique Édition janvier 2013 Données sociodémographiques Population Âge Sexe Accroissement naturel Familles Ménages État matrimonial Langues Photo de la page couverture : Denis Labine Ce profil sociodémographique

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014 Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 214 Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Août 214 Au 3 juin 214, le nombre d entreprises inscrites au RM a dépassé

Plus en détail